Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #32 : Octobre 2018
Animation trimestrielle #1 Once upon a time !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Intrigue #5 Recensement !
Venez mettre vos méninges à l'épreuve dans notre animation de Septembre
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - Chapitre I : New rulers, new rules > A lire ici

In Your Flesh :: Michigan State :: Zones non-nettoyées :: Détroit [Sud-Ouest]

 Gimme Shelter (Making new friends)

avatar
Messages : 82
Points : 127
Date d'inscription : 16/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Gimme Shelter (Making new friends)   Mer 18 Oct - 23:13

       

Gimme Shelter

(Making new friends)






1er juin



Un jour sans trop de problèmes, pour une fois. Ça faisait plus d'une semaine que John n'avait pas croisé un vivant. Il avait évité les morts sans grande difficulté. C'était l'histoire d'une petite course, prendre quelques rues, et ces trucs étaient bien trop idiots pour tenir la distance.

Le soleil était haut dans le ciel. La journée était bien avancée mais il ne ferait pas nuit avant six ou sept heures. John allait devoir trouver un peu de nourriture, s'il voulait que les prochains jours ne soient pas trop difficiles. Il lui restait deux boîtes de conserve, mais il préférait ne pas y toucher s'il le pouvait. La nourriture devenait difficile à obtenir, et encore plus pour ce qui était de celle qui se conservait longtemps, alors elle était précieuse. Même chose pour l'eau. Ces denrées avaient tellement de valeur qu'elles pourraient bien servir de monnaie en échange d'autre chose, comme des armes ou des munitions.

Le monde avait radicalement changé, et avec lui les priorités de chacun. Pour survivre, il fallait être prêt à des choses qu'il était difficile à imaginer auparavant. Comme tuer. Et encore, tuer les morts n'était pas le plus difficile, ni le plus dangereux si on savait s'y prendre. Les vivants, eux, étaient les pires. Le besoin permanent de manger, de boire, de se défendre, de s'abriter, les poussait aux pires atrocités. Heureusement, il restait des gens biens. Ceux-là méritaient de survivre plus longtemps que les autres, mais la loi du plus adapté ne jouait pas selon les concepts de bon ou de mauvais. Il fallait être fort. Il fallait ne pas avoir peur de tuer.
John avait dépassé ça il y avait longtemps. Il avait tué plusieurs fois pendant son voyage, et encore d'autres fois depuis qu'il était à Detroit. Chaque fois, c'était pour défendre sa vie. Son atout, sa rapidité au tir. Chaque fois, il avait tiré avant même que son assaillant ne puisse faire un geste pour l'éliminer. En fait, pour quelques uns, il ignorait s'il les avait tué. La proximité de cadavres l'avait poussé à fuir aussitôt le coup de feu parti, car ces machins suivaient le moindre bruit un peu trop fort, et il serait dommage de se sortir d'un danger pour se faire submerger par un autre.


Detroit était une ville particulière. Difficilement accueillante avant, elle était devenue carrément hostile. Mais en étant un peu débrouillard, on pouvait encore y vivre. C'était ce que faisait John depuis plusieurs semaines maintenant. Il farfouillait, récupérait ce qui pouvait l'être, laissait l'inutile… et ça allait pas trop mal. Il ne comptait pas se poser en un endroit fixe, mais il commençait à penser qu'il serait bon de s'installer des caches ici et là, des endroits où il stockerait nourritures, eau et armes, de façon à pouvoir les retrouver en cas de besoin. Se trouver des abris disséminés sur une zone étendue, y avoir de quoi y passer quelques nuits et entreposer quelques bricoles de valeur. Et surtout que ça soit en sécurité. C'était jouable, mais il faudrait soigneusement choisir ces endroits.

Cette zone résidentielle pouvait faire l'affaire. Non loin du lac, donc source possible d'eau. Une multitude de voitures garées dans les allées ou le long des trottoirs, beaucoup arrêtées au milieu de la chaussée, abandonnées dans l'état au cours d'une fuite. Et des rues entières de maisons. Il y avait fort à parier que certaines avaient une porte de derrière non verrouillée. John était bien décidé à s'en assurer. Il tenta sa chance plusieurs fois, mais sans succès. Loin de perdre courage, il continua ses recherches, et la quatorzième maison fut la bonne. John enjamba la haie du jardin de devant, longea le garage et se retrouva devant une porte grillagée. Une chaîne était glissée entre les mailles, mais le cadenas qui devait la fermer se contentait de pendre paresseusement, ouvert. Doucement, il ouvrit la  grille et le referma derrière lui.

Le jardin de derrière était bordé d'un mur d'un bon mètre soixante, doublé d'une haie encore plus haute. Peu de chance que quelqu'un soit passé par là. Les fenêtres de la maison regardaient un jardin vide, qui abritait une table et quatre chaises de plastique verdis par les moisissures, un parasol replié et mangé des vers, un portique de balançoire et quelques jouets. L'herbe poussait tranquillement, bien loin du temps où elle était maltraitée par la tondeuse.
La seule porte qui s'ouvrait sur ce jardin donnait dans la cuisine. Une moustiquaire la précédait. Par sécurité, John tira son Colt du holster et releva le chien. Il prit une grande inspiration et souffla doucement.

*** C'est parti. ***

Il tira la moustiquaire puis actionna la poignée de la porte.







_________________

John's Theme

avatar
Messages : 49
Points : 159
Date d'inscription : 07/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Gimme Shelter (Making new friends)   Sam 18 Nov - 20:02
La veille, Arthur avait fait une découverte plutôt incongrue. Lors d'une expédition, il était tombé sur Nora, ensevelie sous les gravats d'un bâtiment. Il avait pu l'en sortir, l'avait aidé en replaçant son épaule démise, l'avait nourrit et hydraté comme il pouvait et avait tenter de calmer ses douleurs au mieux. Le roux n'était pas médecin et ses quelques connaissances en la matière n'avaient pas suffit à la soulager complètement. Et pourtant, il fallait la bouger, la mener au plus près de son abris. Elle était incapable de marcher seule à cause de sa jambe. Il s'était alors porté volontaire pour l'aider à avancer autant que possible avant que les chemins ne se séparent. Le jour même, très tôt, ils prirent le parti de bouger. La sortir de la ville n'avait pas été de tout repos, ils devaient fréquemment se reposer et souffler pour éviter d'autres douleurs à sa compagne de survie.

En prenant le temps, en venant même parfois à porter la jeune femme sur le dos, Arthur avait réussi à couvrir un certain nombres de kilomètres. Cependant, tout homme à ses limites et lui venait d'atteindre les siennes. Ses jambes le ne portaient plus, ses bras étaient lourds et son souffle trop court et rapide. Il devenait compliqué de mettre un pied devant l'autre et le temps passait si vite qu'il ferait nuit rapidement. Alors, Nora avait proposé qu'ils s'arrêtent, qu'ils s'abritent pour la soirée et qu'il se reposent. Ils avait déjà fait beaucoup, inutile de se saigner à la tâche donc. En accord avec les propos, l'écossait et l'américaine se mirent à la recherche d'un endroit semblant être "sûrs" pour s'installer. Ils étaient tombés sur une multitudes de résidences. L'endroit, désert, semblait presque épargnés par les marcheurs, ce qui rendait la zone bien plus inquiétante. Qu'est-ce qu'il y avait de caché dans les alentours si ce n'était pas des morts-vivants ?

En cherchant mentalement les réponses, le duo tomba sur une baraque qui semblait convenir à tout ce dont ils avaient besoin. Soit une enceinte suffisamment grande pour les cacher d'une horde, d'un second étage qu'ils envahiraient et une vue sur l'ensemble de la place. Abandonnant rapidement Nora à l'entrée de la baraque, il fit le tour du propriétaire pour s'assurer qu'aucun danger n'y était planqué. Vide. Tant mieux. Tranquillement, il souleva la brune et l'entraina à l'étage sans plus de cérémonie, la plaçant dans une chambre. "Je vais faire un tour dans les maisons alentours, avec un peu de chance, je trouverai des vivres." lui disait le roux avant de lui répéter des consignes de sécurité dont la brunette se passaient sans doute.

Il quitta la maison, fermant derrière lui comme il pu, essayant de donner au maximum à leur abris l'allure des autres avec la chaine autour des battants du grillage et l'imposant cadenas. Il ne lui fallut pas une dizaine de minutes pour trouver de quoi manger. Ce n'était que des petites conserves d'haricots mais au moins, ça suffisait largement à les caler pour la soirée, il y avait de quoi faire. Avant de rentrer, il prit la peine de passer vers le lac pour filtrer un peu d'eau grâce à sa pompe puis prit le chemin de la cache. Là, ses yeux se plissèrent. La grille avait bougé, il le savait. Serrant la mâchoire, l'homme dégaina son beretta et le mit en avant. Un intrus se trouvait dans les parages, Nora pouvait être en danger. Précautionneusement, il se mit à l'entrée en écoutant le moindre bruit et aussi discrètement que possible entra dans la maison pour chercher le potentiel ennemi. Cette journée commençait bien, tiens.

HRP:
 
avatar
Messages : 82
Points : 127
Date d'inscription : 16/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Gimme Shelter (Making new friends)   Sam 18 Nov - 22:21









La cuisine résonna doucement du léger cliquetis de la poignée de porte et du grincement. Le silence qui suivit était si épais qu'on aurait pu le découper au couteau. Un silence qui n'inspirait rien – ni bon, ni mauvais – à John.
Il entra avec prudence, son Colt toujours pointé légèrement vers le sol, et prit la peine de refermer la porte, le plus silencieusement possible. L'endroit ne semblait pas avoir été visité. Aucun meuble n'était ouvert. Rien ne jonchait le sol, à part de la vieille poussière grise et lourde.

Un détail attira l'œil de John. Les traces dans la poussière. Des pas, lourds, traînants par endroits. C'était récent, car ces traces n'avaient pas été recouvertes par de la poussière plus fraîche que le reste. C'était très récent. Les traces allongées d'un pied qui glissait pouvaientt être interprétées comme celles d'un mort, mais les autres étaient plus assurés. Il repensa à la chaîne de la porte grillagée. Ce cadenas ouvert. Quelqu'un l'avait mis là, ou remis en place après son passage. Peut-être même que ce quelqu'un était encore là-dedans. Il fallait s'attendre à trouver un vivant ici, et peut-être un vivant armé.

Le rythme cardiaque de John accéléra légèrement. Pourtant ses mains restèrent fermes, sans un tremblement. Ces deux dernières années, il avait appris à gérer l'adrénaline et ses effets physiques. Le mental, lui, était toujours un peu tendu dans ce genre de situations. Les morts étaient faciles à contenir, surtout dans un espace clos où ils ne pouvaient être qu'en nombre réduit. Ils étaient lents et prévisibles. Les vivants réservaient toujours de mauvaises surprises.

La maison n'était pas très grande, et le rez-de-chaussée ne se composait que de la cuisine, d'un salon, une petite salle d'eau et un vestibule qui comportait l'escalier. Plaqué au mur, John se glissa jusqu'au salon. Il risqua un œil rapidement, et ne décelant rien de particulier, il se permit un deuxième regard, plus appuyé.
La pièce était claire. Rien n'était dérangé, calqué sur le modèle de la cuisine. La fine moquette qui couvrait le sol dans le corridor ne permettait pas de suivre les traces depuis la cuisine, mais de toute évidence, celui ou celle qui les avait laissé ne s'était pas attardé en bas.

Il se dirigea donc vers les marches et commença à les monter doucement. Le bois avait travaillé, avec le manque de chauffage et l'humidité, et il craquait à chaque pas. Chaque grincement était accompagné d'une grimace de John, qui renonça à la discrétion après la cinquième marche. Il termina son ascension à une vitesse normale, et se figea en arrivant en haut. Le silence retomba sur la maison, pas plus rassurant que tout à l'heure. Sans doute que la certitude grandissante d'une présence à l'étage faisait que John se tenait en alerte maximale. Il prit le temps de respirer un peu. Dans un tel état, il pouvait se passer les pires choses. Il devait se maîtriser.

Posé sur le palier, adossé au mur face aux escaliers, il écoutait sa respiration et son cœur, forçant l'une à adopter un rythme lent et calculé en espérant que l'autre finirait par s'y conformer. Ça allait un peu mieux. Une sorte de frisson lui parcourut la nuque, provoquant un geste involontaire en forme de coup de menton.

Il était prêt à repartir dans son exploration quand un son lui fit louper un battement de cœur. Le grincement de la porte de la cuisine. Dans ce silence absolu, un coup de feu aurait été aussi audible que ce discret crissement. John ne pouvait rester immobile alors que quelqu'un d'autre arrivait. Il quitta son mur pour traverser l'étage et trouver un endroit où se terrer. De toutes les portes identiques, l'une portait un de ces ridicules petits écriteaux de porcelaine peinte qui indiquaient la salle de bains. C'était une option. Il n'avait pas le temps pour évaluer les probabilités de quoi que ce soit. Il ouvrit, entra et referma prestement. Par chance la pièce était vide. Cette part de stress passée, il se reporta sur l'instant. Maintenant, c'étaient les marches de l'escalier qui grinçaient. John compta les pas. Au quatrième, il décida qu'il se pouvait que celui ou celle qui montait fasse aussi le tour du propriétaire et finisse ici-même.
Il se recula de quelques pas, jusqu'à ce que ses mollets rencontrent la paroi de la baignoire. Il tendit le bras, soulevant son Peacemaker à hauteur de visage, et attendit.







_________________

John's Theme

avatar
Messages : 49
Points : 159
Date d'inscription : 07/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Gimme Shelter (Making new friends)   Lun 8 Jan - 15:27
Ce n'était pas bon. Absolument pas bon. La grille entrouverte, les traces de pas qui suivaient celles qu'il avait laissé avec Nora. En bas, Arthur se mit à faire le tour, flingue toujours pointé en avant, bras tendus, doigt proche de l'amorce. La mâchoire du roux tressautait, trahissant ainsi son stress et son attention alors que sa respiration se faisait lente et silencieuse. C'était calme. Beaucoup trop calme... Il n'aimait pas ça. Cependant, son esprit se concentrait sur sa compagne. L'infortunée était à l'étage et si le visiteur se trouvait dans les parages, c'était forcément là-haut. Pincement de lèvres montrant sa colère. Merde, il n'aurait pas dû laisser la brune seule ! Ou alors il aurait dû lui donner son arme et lui aurait prit la sienne, pour se défendre au corps à corps si besoin était. Merde ! Dans un mouvement de détermination, pourtant, il fit volte face pour se diriger vers les marches qui menaient à l'endroit escompté. Le silence rendait ce manège épuisant, déroutant. Si Nora était en danger, sans doute qu'elle l'aurait fait entendre. A moins que l'intrus l'ai déjà... Non, penser que son amie venait de perdre la vie donnait à Arthur l'envie de vomir et un début de rage envahi son âme. Non. Ça ne pouvait être la fin, pas comme ça... Pas alors qu'il avait promit de l'aider à retrouver son repaire pour que sa sœur puisse la trouver. Non.

Lentement, toujours sur ses gardes, l'écossais posait un pied après l'autre et le gémissement de l'escalier faisait clairement comprendre au vendeur que l'anonyme avait aussi dû subir cette fin de discrétion. Forcément... Dans un calme pareil, le grincement aurait réveillé même les morts... En haut, Arty fixa le couloir et ses yeux se posèrent sur le sol poussiéreux dans l'espoir de découvrir la cachette de l'autre humain sans réel espoir puisqu'il avait fait le tour du propriétaire avant et qu'il avait chercher deux fois dans chaque pièce des objets qui auraient pu être utiles à la survie du duo. Il n'avait pas eu grand chose, voire rien mais il avait pu s'assurer qu'aucun déambulant ne traînait dans le coin. Encore une fois, qu'importait. Tout ce qui comptait c'était de retrouver Nora saine et sauve. Tranquillement, l'homme se dirigea jusqu'à la porte de la chambre sans prendre la peine d'ouvrir les autres. Lentement, il abaissa la poignée et décala la barrière entre le couloir et la chambre, ses yeux trouvant immédiatement la tête brune qu'il pointait quand même de son arme avant de faire le tour de la pièce. Sans résultat. Il n'y avait personne. Alors... Toujours sur les nerfs, l'homme s'approcha de sa compagne et soupira avant de murmurer "Il y a quelqu'un avec nous dans la baraque..." à Nora. Avec délicatesse, il posa sa main sur celle de l'invalide en pinçant les lèvres. "Je vais devoir fouiller le reste de l'étage... Quand je sortirai de la chambre, barricade toi, je ne veux pas qu'il t'arrive quoique ce soit." fit-il en plongeant son regard dans le sien.

Doucement, l'homme serra légèrement la poigne de son amie avant de se relever. "Laisse moi cinq minutes et si y a pas de bruit d'ici là..." en fait, il ne préférait pas y penser, fronçant simplement les sourcils en guise de fin de phrase. En se relevant, Arthur prit son courage à deux mains. Satané intrus qui laissait traîner ce suspens incessant... Grinçant des dents, grande inspiration, c'était le moment d'y aller. Après avoir fermé la porte, l'homme s'avança vers une salle, toqua et colla l'oreille contre le bois dans l'espoir d'entendre un bruit trahissant la présence humaine. La chambre qu'il visait était vide mais il s'y risqua, flingue au poing, yeux sévères. Placards, sous le lit, chaque aspect de la pièce était vérifiée pour assurer la sécurité des lieux. Lentement, les pas se dirigèrent vers une dernière chambre puis les toilettes avant de se tourner vers la salle d'eau. Forcément, ce n'était que là que l'étranger pouvait se tenir... Arthur grinça des dents pour montrer sa nervosité qui grimpait de plus en plus dangereusement, se mélangeant à l'adrénaline qui parcourait son corps depuis le début de la recherche. Comme les autres fois, il toqua à la porte et colla l'oreille contre pour écouter ce qu'il y a de l'autre côté. Toujours pas de bruit... Bien... Il se mit à couvert sur le côté et abaissa la poignée pour débarrasser l'accès de l'obstacle sans se mettre en danger. Rien non plus... Merde.

L'écossais se pinça les lèvres, inspira un grand coup et releva son arme à hauteur du visage avant de se risquer à jeter un œil sans y percevoir quelque chose. Double merde... ! Déglutissement difficile, inspiration avant de se risquer à sortir de sa faible cachette pour venir faire face à l'inconnu. Les armes se faisaient face à face, les hommes aussi. Arthur n'était pas le genre d'homme à enlever la vie d'un autre sauf en cas d'extrême urgence et là... L'autre ne semblait pas si menaçant que ça, juste inquiet. Sourcils froncés, il ouvrit enfin la bouche. "Posez votre arme." ordonna-t-il simplement sans plus de politesse. Qui le serait sous la menace d'un flingue ? "Faites le et je poserai la mienne." rajoutait l'homme en se voulant rassurant au possible. C'était folie d'espérer qu'il obtiendrait ce qu'il voulait par la simple parole, plus encore d'espérer qu'il serait en sécurité dès l'instant où il cesserait de se protéger. Mais ne fallait-il pas tenter et épargner une vie qui se voulait précieuse au lieu de tirer à vue ?
avatar
Messages : 82
Points : 127
Date d'inscription : 16/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Gimme Shelter (Making new friends)   Lun 8 Jan - 17:28









Après que l'escalier se soit tu, John n'entendit que le silence. Un silence qu'il aurait pu saisir de la main, tant il était dense. Puis, une porte émit un son, celui de sa fermeture. Le plancher du palier grinça une fois. Qui que ce puisse être, quelqu'un fouillait l'étage. Un autre pillard ? Un survivant qui aurait élu domicile ici ? Si c'était le cas, John serait bien mal parti, car il se pouvait tomber sur quelqu'un capable de tout pour protéger le peu qu'il possédait. Ce qu'il comprenait parfaitement.

Une porte voisine s'ouvrit, suivie de nouveau du silence. Puis encore la même séquence, grincement, porte et silence. Et encore une fois. Chaque fois, John s'apprêtait à recevoir qui entrerait, mais ça n'arrivait jamais. Sauf que cette fois, à moins que la salle de bain ne soit oubliée, ce serait la bonne.
Et finalement, la porte s'ouvrit lentement. John se garda bien de faire feu. Il ne voulait pas perdre ses munitions inutilement. Il voulait d'abord savoir si ça en valait la peine. Après un court instant, un homme entra. Assez jeune, mais pas un gamin. Les cheveux un rien roux, le regard franc. Les sourcils froncés montraient sa détermination, mais le ton de sa voix n'annonçait pas la volonté de tuer. John avait rencontré assez de gens dangereux pour le savoir.
« Posez votre arme.
John n'était pas chaud. Même si le calme relatif de l'inconnu ne présageait pas d'un mauvais plan, on ne pouvait jamais être certain. Il existait des gens capables de bien cacher leur jeu.
Faites-le et je poserai la mienne. »
Voilà qui pesait dans la balance. S'ils déposaient leurs armes tous les deux, John avait un avantage certain. Sa rapidité au tir lui assurait de pouvoir réagir plus vite que celui d'en face, si ça tournait mal. À moins de tomber sur un pro du tir rapide, mais ça serait quand même pas de chance.

Sans un mot, il leva légèrement les mains pour les mettre en évidence. Il montra bien son Colt, retint le chien du pouce pour le libérer doucement et le remettre en position basse, puis très doucement le ramena à son holster pour l'y déposer. Ce geste terminé, il replaça sa main vide et ouverte au niveau de l'autre, pas non plus au-dessus de sa tête, mais assez haut et visibles pour être inoffensif. Il risqua enfin quelques mots.
« Je ne veux pas de problèmes. Je croyais que la maison était vide… Si vous vivez ici, je ne voulais pas vous voler. Laissez-moi partir, et vous n'entendrez plus parler de moi. »

Il était tout à fait sincère. Il ne prenait pas aux autres, sauf si on s'en prenait à lui. S'il tuait, ce n'était que pour défendre sa vie, et seulement si elle était véritablement menacée. Alors il récupérait ce qui pouvait l'être. Mais il ne volait pas. Et il comptait bien quitter cette maison, à condition qu'on le laisse regagner la sortie.
Le jeune homme était difficile à sonder. Il semblait réfléchir à ce qu'il allait faire, comme pris par une hésitation. Son arme était toujours pointée vers John.
« Vous… vous avez dit que vous baisseriez votre arme, vous vous rappelez ? »








_________________

John's Theme

avatar
Messages : 49
Points : 159
Date d'inscription : 07/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Gimme Shelter (Making new friends)   Mar 3 Avr - 16:46
Le rappel de l'inconnu fit qu'Arthur baissa son arme, activant la sécurité et la rangeant dans son holster, ses yeux bleus toujours fixés sur l'intrus. Sourcils froncés, l'écossais se crispait, hésitant entre souffler et finalement manquer à sa parole et remettre l'homme en joue. Malheureusement, un manquement à leur accord pourrait entraîner de graves conséquences et il ne voulait pas que l'une d'entre elles impliquent qu'il ne puisse plus aider la jeune femme dans la chambre. Peut-être qu'il était trop optimiste et il se savait très naïf, aussi, il choisit de faire confiance à l'étranger. Lentement, il releva la main pour la présenter, léger sourire en coin pour se montrer amical. "Arthur." fit-il simplement en guise de présentation puis écouta le retour de l'homme. Hochant la tête, le rouquin s'écarta en maintenant tout de même ses sens en alerte, afin de pouvoir répliquer si jamais il y avait une entourloupe. Naïf ne voulait pas dire totalement idiot et ce monde lui avait bien apprit qu'il ne fallait pas toujours se fier aux apparences. Le jeune homme leva le bras pour présenter la sortie en direction de l'escalier. "Si vous avez besoin de vous refaire vos forces, vous pouvez rester. Je vous demanderai juste d'occuper le rez-de-chausser." commençait le prêteur sur gage en accompagnant le nouveau locataire tout en jetant quelques regards vers la porte de la chambre occupée par Nora. "Si vous souhaitez dormir ici cette nuit, il y a deux chambres disponibles. Par contre... Si vous restez, je vous demanderai, par mesure de sécurité, de me laisser votre arme. Vous comp..." La porte de la chambre s'ouvrit pour laisser apparaître la brune qui n'en pouvait plus d'attendre. Soupirant, l'ancien guide touristique vint soutenir son amie qui saluait vaguement le nouveau et demandait à descendre pour des besoins personnels. "Pardonnez moi." fit-il en venant simplement porter Nora dans ses bras pour l'accompagner dans la salle d'eau-même s'il se doutait que tirer la chasse ne serait pas évident. Il lui faudrait donc aller chercher plus de flotte pour faire passer les besoins de chacun durant la journée.

En revenant vers John, Arthur se massa la nuque. "Nora n'est pas en forme et je mentirai si je disais que j'avais entièrement confiance. Si j'étais seul, je me ficherai bien que vous ayez votre arme mais je ne veux pas prendre de risque. Pour elle." laissait-il tomber en tendant la main, un air désolé au visage. Il savait bien comme cela pouvait être déroutant de se retrouver sans protection, surtout si une attaque devait leur tomber dessus. C'est en pensant à cette possibilité que le roux prendrait garde à ranger l'objet à un endroit facile d'accès. Comme dit, ce n'était qu'une précaution pour ne pas risquer la vie de la brune. "Vous voudrez manger avec nous ? Ce ne sont que deux boîtes mais il y aura forcément de quoi faire pour trois." fit le roux en souriant légèrement. Au final, il n'y avait pas de raison que ça se passe mal ou qu'il faille rester sur ses gardes toutes les trois secondes. Alors certes, ce serait ce qu'une personne normale ferait mais lui, il voulait encore croire à une humanité qui pouvait encore coopérer. La blessée interpella l'européen et ce dernier tourna la tête. "Tout est en bas, même l'eau. Servez vous une portion. Je vous rejoins dès que j'ai aidé la demoiselle." qu'il disait avant de se diriger vers la salle de bain.

Arthur n'aurait su dire pourquoi mais pour une fois, ses sens n'étaient pas particulièrement en alerte. John n'avait rien d'un type agressif ou était-ce simplement une façon de manipuler les autres ? Peut-être mais le rouquin se disait qu'il n'était pas sans défense. Il s'occupa de Nora, la ramenant à la chambre pour qu'elle se repose et lui annonça qu'il irait lui chercher à manger et à boire, promettant une fois de plus qu'il veillerait sur elle jusqu'à ce qu'elle soit chez elle. Ce n'était pas banale comme promesse et rien n'assurait qu'elle ne soit pas seul mais il avait toujours ce besoin de recomposer les familles, sans doute pour se racheter de sa propre mauvaise conduite... Néanmoins, après s'être occupé de son amie, le jeune homme vint se laisser tomber dans un fauteuil avec un long soupir d'épuisement tandis qu'il venait se servir un verre d'eau sans prendre la peine de regarder sa portion de nourriture. Il avait faim mais pour l'instant, il n'avait pas la force de bouger, épuisé par... Par tout, à vrai dire. "Personne ne vous attend, John ?" qu'il demandait en calant simplement la nuque contre le dossier du mobilier, se détendant petit à petit. Certes, Arty avait conscience que ce ne serait pas très bien vu d'être aussi curieux mais puisqu'ils étaient là, autant causer jusqu'à s'endormir, non ? "Dites le moi, si je suis trop indiscret..." fit le jeune homme en se pinçant les lèvres, finalement.
avatar
Messages : 82
Points : 127
Date d'inscription : 16/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Gimme Shelter (Making new friends)   Ven 24 Aoû - 14:35










L'homme finit par remiser son arme aussi doucement que John l'avait fait.
« Arthur, fit-il finalement.
John
Arthur pointa un doigt vers les escaliers, comme une invitation à partir.
Si vous avez besoin de vous refaire vos forces, vous pouvez rester. Je vous demanderai juste d'occuper le rez-de-chaussée.
Le geste couplé à cette autorisation à rester donnait une curieuse dissonance, mais les regards répétés d'Arthur vers l'une des portes laissait deviner qu'il était préoccupé.
Si vous souhaitez dormir ici cette nuit, il y a deux chambres disponibles. Par contre... Si vous restez, je vous demanderai, par mesure de sécurité, de me laisser votre arme. Vous comp...
Il fut interrompu par l'ouverture de la porte. Une jeune femme brune visiblement mal en point était apparue, et Arthur se précipita pour la soutenir. Il la prit dans ses bras et l'amena vers la salle de bains.
Pardonnez moi. Nora n'est pas en forme et je mentirai si je disais que j'avais entièrement confiance. Si j'étais seul, je me ficherai bien que vous ayez votre arme mais je ne veux pas prendre de risque. Pour elle.
Je comprends. Je ne vous poserai pas de problème.
Vous voudrez manger avec nous ? Ce ne sont que deux boîtes mais il y aura forcément de quoi faire pour trois.
Volontiers, même si je ne sais pas comment je pourrai vous revaloir ça...
Tout est en bas, même l'eau. Servez vous une portion. Je vous rejoins dès que j'ai aidé la demoiselle. »
John hocha la tête et prit le chemin de l'escalier grinçant. Une fois en bas, il chercha ce dont avait parlé Arthur, et il ne lui fallut pas longtemps avant de trouver. Deux boîtes de conserve et de l'eau.
Il rassembla le futur repas et entreprit de le chauffer, mais il ne savait pas exactement comment faire. Finalement, il renonça à manger chaud, en se disant que tout survivant devait désormais s'être habitué aux repas froids et insipides, voire mauvais. Le principal étant que ça apporte son lot de calories.

Après un moment, Arthur descendit, faisant gémir à nouveau les marches de bois, et vint retrouver John. Ce dernier avait rationné les boîtes pour faire trois repas décents.
« J'ai mis de côté ce qu'il faut pour... Nora, c'est ça ?
Arthur s'installa en soufflant longuement. Ces derniers jours n'avaient manifestement pas été de tout repos, et l'arrivée d'un inconnu, même pacifique, ne pouvait que peser sur son mental. John comprenait cela, et il ferait en sorte de ne pas lui causer plus de souci.
Personne ne vous attend, John ?
John resta silencieux avant qu'Arthur ne se reprenne.
Dites le moi, si je suis trop indiscret...
Ca va, pas de problème.
Je ne suis pas d'ici. Je viens de Washington.

Arthur eut l'air surpris de l'apprendre.
Je sais, c'est pas à côté. J'étais à Salt Lake City, quand la fin du monde à commencé. J'ai fait le chemin jusqu'ici pour retourner à D.C. et chercher ma famille. Ça ne fait que quelques semaines que je suis arrivé à Detroit. Je comptais refaire mon équipement avant de repartir. »
D'ailleurs, en parlant d'équipement, John repensait aux demandes sécuritaires d'Arthur. Peut-être pouvait-il en profiter pour gagner un peu de sa confiance et leur rendre service en échange du repas.
« Nora est blessée ? Comment c'est arrivé?
John écouta le récit d'Arthur et réfléchit un instant avant de reprendre la parole.
Vous avez besoin de repos, autant elle que vous. Elle a besoin de vous, et vous n'irez pas loin sans nourriture, sans eau et sans dormir.
Il porta la main à son holster, en sortit son revolver et le tendit à Arthur en le tenant par le canon. C'était un sacré gage de bonne foi.
Je vais rester. Je vous confie mon arme, j'occuperai le rez-de-chaussée, comme vous le vouliez. À une condition : laissez-moi monter la garde cette nuit. Dormez. Demain, j'irai voir si je trouve quelque chose d'intéressant dans les environs. »

John pensait à des médicaments, peut-être des antibiotiques, selon la nature des blessures de Nora. Il faudrait peut-être aussi trouver un véhicule, pour la transporter plus vite qu'à pied. Si Arthur compter emmener son amie ailleurs, il ne pourrait le faire en la traînant ou en la portant, ou ils y passeraient tous les deux. Ils avaient besoin d'aide pour se sortir de ce mauvais pas, et John leur offrait la sienne sur un plateau.








_________________

John's Theme

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Gimme Shelter (Making new friends)   
 
Gimme Shelter (Making new friends)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Michigan State :: Zones non-nettoyées :: Détroit [Sud-Ouest]
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération