Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #34 : Décembre 2018
Animation trimestrielle #1 Once upon a time !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Intrigue #5 Recensement !
De nombreux postes vacants de l'armée sont encore disponibles. N'hésitez pas à venir jeter un coup d’œil par ici !
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - Chapitre I : New rulers, new rules > A lire ici

In Your Flesh :: Michigan State :: Zones non-nettoyées :: Détroit [Sud-Ouest]

 Why don't you hit me with your best shot ? [Joshua]

Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6728
Points : 8047
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Why don't you hit me with your best shot ? [Joshua]   Mer 29 Nov - 10:31


Why don't you hit me with your best shot ?

31 Juillet 2016 | Un mois. Ça lui avait pris un mois avant de finalement retrouvé la trace de Joshua et, si Logan aurait aimé prétendre le contraire, il ne devait cette découverte qu'au fruit du hasard le plus complet. Ses recherches menées avec Riley, passée soudainement du poste hautement inutile de secrétaire à celui de partenaire de mission, n'avaient mené à rien ou presque, leur assurant seulement qu'ils ne trouveraient probablement jamais l'aiguille acérée dans la botte de foin. Du moins, voilà la conclusion que l'homme avait fini par faire jusqu'à ce qu'il ne rencontre par hasard le géniteur d'Isha dans les rues de Détroit deux jours plus tôt. Il avait ensuite passé des heures à suivre l'homme dans les rues de la ville, redoublant d'efforts pour se fondre dans la masse, manquant de se faire repérer plusieurs fois et, parvenant miraculeusement à rester invisible, jusqu'à ce que Joshua ne le mène jusqu'ici. Un asile psychiatrique en décrépitude dont les airs de film d'horreur étaient élégamment soulignés par l'apocalypse.

Rapidement, le barbu éloigna les jumelles et se retourna vers les deux personnes qui avaient insisté si lourdement pour l'accompagner qu'elles étaient là malgré ses réticences. Juliet et Adam. Si la présence de ce dernier n'était rien de plus qu'une petite difficulté facilement gérable, celle de Juliet se transformait vite en une source d'angoisse intarissable pour Logan, sérieusement effrayé à l'idée que, malgré leur préparation, son ex soit blessée ou tuée au cours de cet assaut. Après la mort d'Isha et probablement celle de Maddie, il refusait de laisser Joshua lui arracher une autre personne, mais lorsque la brune avait une idée en tête, il fallait s'armer de patience pour lui faire changer d'avis et Logan n'en avait pas eu assez pour lui interdire fermement de venger le sort de sa meilleure amie, parvenant seulement à lui faire promettre qu'elle suivrait ses directives et qu'elle le traiterait comme le chef qu'il était supposé être, ne serait-ce que le temps de cette mission suicide. Il ne croyait pas qu'elle tiendrait sa promesse très longtemps si les choses devaient mal tourner, mais il comptait sur Adam dont l'attache affective était moins forte pour faire entendre raison à la jeune femme en cas de problème.

Lentement, comme léthargique, le géant fit quelques pas pour s'approcher de ses deux compagnons et enfila rapidement le masque de froideur et d'indifférence qu'il revêtait habituellement lorsqu'il entrait dans la peau de son personnage, passant du géant taciturne au commandant d'armée. « La voie est libre, j'y vais. » lança-t-il. Son regard se posa finalement sur Juliet, prenant des airs plus durs alors qu'il reprenait. « N'oubliez pas le plan : vous faites le tour pour trouver de possibles prisonniers et les libérer, mais je ne veux pas vous voir dans mon champ de vision une seule fois, quoi qu'il se passe, c'est clair ? Restez discrets et arrangez-vous pour qu'il ne sache pas que vous êtes ici. »  Il n'avait aucune intention d'y rester, surtout pas maintenant qu'il savait qu'un heureux événement l'attendait dans neuf mois, mais si quelqu'un devait mourir aujourd'hui, il s'arrangerait pour que ce soit lui ou Joshua et personne d'autre. Finalement, Logan déposa les jumelles sur une table couverte de poussière et ramassa à la place un tuyau qu'il avait arraché dans le hall de l'immeuble en entrant. Toutes ses armes étaient rangées à leur place habituelle, placées de façon à ce qu'il puisse les attraper rapidement en cas de besoin. Il ne restait plus qu'à y aller et ce fut exactement ce qu'il fit, venant se planter devant ses deux compagnons pour serrer la main d'Adam et embrasser furtivement Juliet sur le front avant de disparaître par la porte dans leur dos.

Dans la rue en bas, quelques cadavres traînaient leur carcasse dans une lenteur insoutenable, se réveillant tout juste au passage de Logan qui les ignora royalement pour poursuivre son but. Il s'efforçait de ne pas regarder en arrière, pas même lorsqu'il entra dans l'asile, poussant sa paranoïa jusqu'à croire que, si jamais Joshua le voyait venir, il n'aurait ainsi aucun indice sur le fait que son agresseur n'était pas venu seul. Les pièges à l'entrée de l'asile étaient grossiers quoi que bien présents, probablement pour être facile à remettre en place lorsque le nouveau propriétaire des lieux entrait et sortait de sa planque, mais qu'ils le préviennent tout de même de l'arrivée d'un visiteur peu attentif et Logan n'eut aucun mal à les éviter pour pénétrer le bâtiment sans se faire remarquer. À l'intérieur, les couloirs poussiéreux et dévastés, bordés partout de matériel médial et quasiment plongés dans le noir donnaient des frissons rien qu'à les traverser. Le géant avançait prudemment, comme s'il avait finalement appris de ses erreurs avec Joshua, à l’affût du moindre signe un peu inhabituel dans ce paysage qui l'était déjà beaucoup trop. Enfin, il trouva ce qu'il cherchait, une minuscule irrégularité sous la forme d'un fil de pêche quasiment invisible tendu près du sol, qu'il enjamba pour passer de l'autre côté sans tirer dessus et qu'il suivit des yeux jusqu'à trouver ce que ce nouveau piège déclencherait. Lorsqu'il comprit grossièrement le mécanisme, il usa de son tuyau pour tirer sur le fil, permettant à un objet massif de s'écraser sur le sol dans un vacarme monstrueux qui aurait au moins le mérite d'attirer l'attention de Joshua.

Aussitôt que le silence revint dans l'asile, Logan tendit l'oreille quelques secondes et quand il entendit du mouvement à l'étage, reprit la marche le long du couloir, en frappant violemment le tuyau sur chaque mur, chaque fauteuil ou lit qu'il rencontrait pour faire le plus de bruit possible et attirer sa proie où il voulait qu'elle soit. Il rencontra rapidement une porte donnant sur une petite cour bétonné à l'arrière du bâtiment, où les patients devaient faire autrefois leur petite balade quotidienne et, après s'être débattu un instant avec pour réussir à l'ouvrir, alla se planter à quelques mètres, face au couloir et se mit à vociférer, la tête levée vers les fenêtres de l'étage et une main en demi-cône près de ses lèvres pour amplifier encore un peu sa voix : « CORNWELL ! »

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
avatar
Messages : 211
Points : 1020
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Why don't you hit me with your best shot ? [Joshua]   Ven 1 Déc - 13:27

Le Renard était contrarié, ce qui devait être une soirée de liesses, pour fêter les retrouvailles avec les frères Cauldfield ainsi que la survie de son chiard, était gâchée. Il n’y avait pas à réfléchir bien longtemps pour savoir qui allait payer l’addition de cette méchante humeur. Joshua descendit les escaliers d’un pas vif en jurant mille morts à celui qui avait osé le déranger. Il s’arrêta quand il vit un mort, enfin une morte, essayer maladroitement de comprendre comment monter dans les escaliers pour l’atteindre. C’était donc cela qu’il avait entendu. Ça allait être difficile de lui donner mille morts, mais une de plus était envisageable. Il eut un rictus mauvais en considérant qu’il était anormalement nerveux ce soir, comme s’il présageait un drame. « Et bien ma mocheté, même morte, on pourra dire que tu n’es pas la moitié d’une emmerdeuse. Je te proposerais bien de venir distraire ma bourgeoise mais j’ai horreur de manger froid, j’imagine que tu comprendras ? ». Joshua allait achever la chose quand un tintamarre des plus inquiétants retentit, perturbant aussi sa compagne malodorante. Il regarda discrètement à la fenêtre, avec l’affreuse sensation de ne plus être à la bonne place dans la chaine alimentaire. "Chasseur de chassés, prends garde de ne pas devenir un chasseur chassé". Il jura en entendant la voix de celui qui ne devrait pas être là, hurler son nom. Il pouvait même distinguer sa silhouette massive dans la pénombre. Il fallait croire qu’il avait vraiment commis trop d’imprudences à cause du petit lot roux. Les femmes étaient vraiment un fléau. « Tu as vu ça ? On dira que la grosse brute du coin à envie de jouer les gros bras en bas. » La morte ne lui répondit que par un gémissement parfaitement indifférent à sa tentative de faire de l’humour. Joshua avait beau essayer de sourire, la situation était grave, il n’était pas prêt à cette confrontation et il était suffisamment lucide pour savoir qu’en cas de corps à corps, il y avait peu de chances qu’il puisse avoir le dessus. Pourtant, il était joueur. Il regarda la femme morte, qui était un très mauvais publique, quelques secondes avant de se décider. Il aurait pu prendre l’arme de la potiche aux gros seins et essayer de tirer sur cet imbécile dans la cour. Mais, où aurait été le plaisir ? Surtout maintenant qu’il ne respirait que pour une chose : s’arranger pour que Carter meurt de la main d’Isha.  Il posa l’arme et prit son couteau en chantonnant "I wanna do bad thing with you ". Il était en train de parier sa vie dans l’espoir du jackpot. C’était comme ça qu’il avait perdu sa fille, à ne pas être capable de savoir quand s’arrêter de jouer. Il avait les moyens de partir d’ici discrètement mais quelque en soit l’issu, il ne pouvait renoncer à cette invitation. Après, rien ne l’empêchait d'improviser quelque surprise pour son invité.

*************

Quelques minutes plus tard, c’est silencieusement qu’il arriva dans la cours ou Logan continuait à essayer d’attirer son attention de façon fort agressive pour les oreilles. Ils auraient bientôt tous les rodeurs du coin à leur porte avec ce tintamarre. Le Renard était couvert de sang quand il daigna apparait. Il tenait sa veste telle un baluchon sanguinolent bien rempli. La tête de la morte, encore prête à mordre cachée dedans. C’est presque amicalement qu’il apostropha l’homme qu’il haïssait le plus au monde, celui dont il s’était proclamé l’architecture de sa perte. « Arrête de brailler Romeo, ta Juliet est là. »  Il restait à une bonne distance du butor, conscient que cet imbécile était capable de charger avant de comprendre. « Tu en as mis du temps à passer me rendre une petite visite, j’ai cru que tu m’avais posé un lapin. » Le ton était, une fois de plus, des plus cordiaux. Le Renard, en palabrant, commença doucement à marcher pour contourner Carter. Il ne voulait pas être acculé si la montagne de muscles décidait de passer à l’action. Il joua pensivement avec le sac laissant bien entendre les grondements de la morte à l’intérieur. « Tu sais que les retards me mettent de mauvaise humeur ? ». Il se comportait réellement comme s’il n’avait pas été surpris. Il était hors de question qu’il puisse reconnaitre sa faiblesse devant le voleur d'enfants. « Ne dit-on pas que l’attente est ennuyeuse et l’ennui mortel ? ». Il brandit le sac en face de lui. « Il faut croire que ça a fait perdre la tête a quelqu’un. A moins que tu ne sois venu faire un shifumi, tu veux essayer de deviner qui n’a pas survécu à ton retard ? Ou tu préfères passer directement à qui ne survivrait pas a mon trépas ? ». Joshua était un joueur de poker avant tout. La question n’était plus de savoir s’il savait bluffer ou mentir mais plutôt s’il était encore capable de dire la vérité. Il ne lui restait plus qu’à espérer que son petit jeu suffirait pour contraindre Carter à se tenir calme. « A moins que tu ne viennes jubiler du mal que tu as fait a mon fils devant moi… » Cette pique avait été dit avec autant de douceur et froideur qu’un serpent prêt à mordre sa victime.

HRP:
 

_________________
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6728
Points : 8047
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Why don't you hit me with your best shot ? [Joshua]   Dim 3 Déc - 16:43
Le plan de Logan n'était pas parmi les plus élaborés qui soient, mais il avait fini par accepter l'idée que son principal atout résidait en sa force physique et son orgueil démesuré et ça suffisait très bien pour ce qu'il voulait obtenir à la fin : la mort définitive de son ennemi. Avec l'effet de surprise et la rage latente qu'il entretenait depuis des semaines et qui n'attendait qu'une occasion de pouvoir s'exprimer réellement, le barbu venait même à croire qu'il était en position de force, pour une fois. Pas besoin d'un cerveau malade capable de mettre au point des manigances perfides pour atteindre ses buts. Et lorsque le géant vit enfin la silhouette de son adversaire se dessiner dans l'ombre du couloir devant lui, il sentit même ses lèvres se crisper dans un sourire mauvais, porteur de la confiance qu'il avait aujourd'hui. Joshua n'en avait probablement même pas conscience, mais il avait finalement commis une erreur qui finirait par causer sa perte. À force de vouloir arracher à Logan tout ce à quoi il tenait, il finissait par se créer un adversaire n'ayant pratiquement plus rien à perdre et plongé dans un désespoir si profond qu'il était prêt à tout pour sauver le peu qu'il lui restait encore.

Le barbu était donc plein d'assurance lorsque Joshua se décida enfin à le rejoindre dehors. Il ne lui fit même pas l'honneur de tiquer à sa mauvaise plaisanterie sur Roméo et Juliette, répondant par un simple rictus empli de haine. Joshua pouvait n'être que le deuxième psychopathe qu'il affrontait de sa vie, il avait appris quelques leçons importantes de son expérience avec Bruce et savait donner le change. Monsieur voulait faire son show, alors qu'il le face. Le ton poli et détaché de Joshua, ses plaisanteries douteuses et cyniques, rien de tout ça ne parviendrait à abattre Logan aujourd'hui. Il était motivé à repartir d'ici en vie et avec une victime de plus à la liste déjà longue qu'il se traînait. Il ne prendrait même pas la peine de marquer son corps en souvenir de ce meurtre.

Malheureusement, ses bonnes résolutions furent mises à mal lorsque le monstre face à lui lui posa une petite devinette sanglante dont il avait le secret et, bien malgré lui, Logan se surprit à détourner le regard de son adversaire pour le poser sur ce qu'il tenait à la main. Les grognements laissaient peu de place au doute concernant le contenu du sac et un doute traversa Logan brièvement, une légère hésitation qui l'agaça d'autant plus. Mais finalement, quelle importance ? Qui que ce soit le cadavre à qui Joshua avait arraché la tête, plus personne ne pourrait rien pour le sauver maintenant. Cette pensée le dégoûtait un peu, mais c'était suffisant pour éviter de perdre la face pour l'instant. La moindre faiblesse serait exploitée par son ennemi et il le savait, hors de question de lui tendre le bâton pour se faire battre. Si lui n'était qu'un tas de muscles sans cervelle, Joshua lui n'était qu'un renard perfide qui ne pourrait plus rien sans ses petites magouilles habituelles.

« J'en ai plus rien à foutre de tes petites devinettes à la con. » cracha-t-il plutôt, se forçant à relever les yeux vers l'homme. « On a fini de jouer, Cornwell. C'est le moment de porter tes couilles et de m'affronter d'homme à homme. À moins que t'en aies pas, finalement ? Ce serait pas étonnant, j'ai toujours trouvé qu'Isha te ressemblait pas tant que ça... » C'était bas et probablement pas suffisant pour abattre l'assurance de son adversaire, mais il n'était pas un poète comme Cornwell, c'était un fait établi depuis longtemps. Alors, autant ne pas perdre de temps à discutailler et entrer dans le vif du sujet. D'un geste brusque, il jeta le tuyau qu'il tenait encore sur le sol, laissant l'écho métallique résonner un instant et avança d'un pas vers son ennemi, habillant naturellement le masque menaçant de son alter-ego. À cette distance de la porte, il était même certain de pouvoir sauter sur Cornwell avant que celui-ci n'envisage sérieusement de prendre la fuite. Il lui offrait tout de même une occasion de choisir tout seul de l'affronter au lieu de compter sur sa lâcheté habituelle, qui ne le sauverait certainement pas cette fois.

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
avatar
Messages : 211
Points : 1020
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Why don't you hit me with your best shot ? [Joshua]   Jeu 7 Déc - 19:21



Le Renard n’aimait pas vraiment la tournure que prenaient les évènements. Carter avait le sang chaud, beaucoup trop pour avoir envie de jouer selon les règles de gentlemen de son adversaire. Joshua commençait à mesurer qu’il avait certainement sous-estimé le coté échauffé de ce buffle prêt à charger pour un oui et un non. Il était difficile d’envisager une partie de shifumi ou d’échec avec un bovin furibond. De ce fait, l’actuelle jeu que Joshua avait initiée avec Carter était bien mal engagé. Même s’il aimait à dire qu’un bon Cornwell ne se couche que lorsque la partie est truquée, il n’était pas impossible que son adversaire le mette rapidement au tapis si un affrontement frontal devait être initié. Non seulement il avait été surpris, pour ne pas dire acculé dans ses retranchements, mais, pour épicer le tout, la petite pique sur l’ascendance d’Isha fit mouche. Elle lui donnait une bouffée de haine noire qui ne l’aidait pas à raisonner aussi clairement qu’il le devrait. En temps normal, il aurait déjà compris qu’il était grand temps d’engager un repli stratégique. « Donc tu en es réduit à ça Carter ? A te foutre de la mort de la gonzesse à poils roux et à venir cracher sur la mémoire de MON fils devant moi ? ». Un petit coin de son inconscient lui recommandait bien d’user le plus rapidement possible de sa matraque et d’en profiter pour aller achever Maddie avant de partir. Une belle façon de culpabiliser encore plus l’espèce d’émotif en muscles devant lui. Mais il n’était plus tout à fait lui-même ce soir. Son masque d’éternelle impassible amical se fendillait fasse au courroux d’un homme qui avait bel et bien été heurté en pensant avoir perdu un autre de ses chiards, en plus d’avoir déjà essuyé des blagues douteuses sur sa descendance. Si les gens avaient vu dans quel état de décrépitude était sa femme lors de la conception d’Isha, il comprendra que Joshua avait déjà bien du mérite d’avoir continué à se servir d’elle. Et comment cette salope lui avait rendu son acte de charité, peut-être dû à un an d’abstinence en prison et pas mal d’alcool ? En lui en pondant un autre morveux !

Il avait beau le savoir vivant et dans une situation propice à la manipulation, cela ne changeait rien à la haine et au désire de destruction qu’il ressentait pour cet espèce d’icône creuse de super héros moralisateur devant lui. Il ne sursauta pas quand Carter jeta, brusquement, son arme improvisée au sol. Mais il sentit les poils de sa nuque s'hérisser et la sueur monter en prévision de ce qui allait forcement suivre. Le barbu entama son lent rapprochement vers ce qui ne pouvait se finir qu’avec un corps un corps. Le Renard n’avait que peu de chances en face d’un ours, aussi idiot soit-il. Du moins, s’il jouait avec ses règles. Il ne recula pas. « Et tu vas faire quoi ? M’envoyer retrouver le fils que tu as laissé crever ? Tu n’as donc aucune pitié pour un père en deuil…» Il s’arrêta au milieu de sa phrase et sembla regarder un point derrière le colosse avant de lancer sur un ton de père inquiet et paniqué. « Peter retourne tout de suite à l’intérieur ! ». Il n’attendit pas plus d’une seconde avant de lancer la tête de la morte affamée sur Carter. Puis, il plongea sur le coté pour tenter une attaque basse vers un endroit qui mettrait à terre n’importe quel homme même peu membré. Il n’était pas sûr d’y arriver mais, au pire, le genou était une alternative intéressante. Le Renard n’était peut-être pas taillé comme son adversaire, mais, contrairement à lui, il avait appris deux ou trois petites choses pour survivre en prison, dont l’art des combats en traite.

HRP:
 

_________________
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6728
Points : 8047
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Why don't you hit me with your best shot ? [Joshua]   Sam 9 Déc - 13:09
La pique n'était pas très fine et elle ne cachait rien du manque de subtilité de Logan, mais vu la réponse cinglante qu'il se prit, il eut au moins la prétention de croire qu'il venait de faire mouche malgré tout. À quel prix, c'était la question qui se posait, car Joshua en profita quand même pour laisser entendre qu'ils ne retrouveraient pas Maddie en vie. Le regard de Logan glissa un instant sur le sac que tenait l'homme dans ses mains, une légère grimace crispant ses traits l'espace d'un instant. Il ne le disait pas à voix haute à Fort Hope, pour Juliet principalement, mais il s'était déjà fait à l'idée que Maddie ne soit plus de ce monde depuis un moment, attendant simplement le feu vert de son ex pour ajouter une croix de plus à leur collection déjà impressionnante. Ça lui faisait malgré tout quelque chose de se dire qu'il allait bientôt découvrir le fin mot de l'histoire, mais pas encore au point de se permettre de perdre la face devant son adversaire. « Arrête un peu ton char, Cornwell. Si t'en avais eu quelque chose à foutre de ce gosse, tu t'en serais occupé bien avant que les services sociaux ne me l'amènent. » grinça-t-il, un peu moins glacial peut-être. Ça le dérangeait profondément de parler d'Isha maintenant, surtout comme ça, mais après tout... Il ne faisait que déclamer une vérité, aussi désagréable soit-elle. Et puis, tout cela semblait faire son petit effet sur le soi-disant père endeuillé, qui se découvrait des instincts paternels un peu trop tard malheureusement.

Et Joshua semblait bien motivé à jouer sur la carte du père pour parvenir à ses fins. Quelles fins, exactement ? Logan ne comprenait pas le concept, tout ce qu'il parvenait à faire en ramenant Isha sur le tapis sans arrêt était d'énerver un peu plus le géant et il n'y avait vraiment pas besoin d'en rajouter pour qu'il soit déjà au comble de la rage. Le genre qui l'aurait poussé sans aucun mal à lui arracher les yeux avec les doigts. Peut-être la langue aussi. Ça lui créait des désirs de tortures douloureuse set de scènes plus sanglantes les unes que les autres. À se demander si, finalement, Cornwell n'était pas réellement affecté par la mort de son jeune fils, au point de vouloir mourir à son tour. Parce que c'était exactement ce qu'il était en train de faire en ce moment : courir à son suicide comme un mort de soif courrait à une oasis en plein désert. Tant et si bien qu'une fois débarrassé du tuyau dont il ne comptait pas se servir, Logan se décida enfin à faire quelques pas, lents, trop lents, comme s'il savourait tranquillement de sentir la peur monter chez sa proie. Déterminé, aussi, à mettre fin à cette histoire pour de bon. Il était heureux que Juliet et Adam soient occupés à l'intérieur, que personne d'autre que Joshua ne verrait ce spectacle, ne verrait le monstre paisiblement tapis dans l'ombre , que personne ne découvrirait jamais pourquoi des hommes capables de regarder Bruce violer une femme sans sourciller rentraient autrefois à l'usine en pleurant.

Mais ses aspirations prirent fin avant d'avoir commencé, sur une nouvelle parole malheureuse de son adversaire. C'était un bluff ridicule dont une petite part plus consciente et intelligente de Logan avait conscience, mais qui fonctionna à merveille, poussant le géant à détourner le regard comme un crétin, pour ne rencontrer que le vide qu'il savait pourtant pertinemment qu'il trouverait. Le sac frappa mollement contre son épaule avant de retomber sur le sol, la tête roulant à l'extérieur. Mais il n'eut pas vraiment l'occasion de se dire quoi que ce soit avant de sentir une vive douleur traverser ses entrailles et de tomber à genoux. Un grognement infâme résonna dans la cour et, tâchant d'ignorer la douleur autant que possible, Logan rampa de quelques centimètres sur les genoux, jusqu'à attraper Joshua par le mollet, le tirant pour l'attirer au sol à son tour. « J'vais te tuer, connard ! » Il en était persuadé, cette fois, rien ne parviendrait à le faire changer d'avis. Tant pis pour Maddie, pour Peter. Il aurait tout le temps pour les regrets plus tard.

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
avatar
Messages : 211
Points : 1020
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Why don't you hit me with your best shot ? [Joshua]   Lun 11 Déc - 19:03


Le Renard avait, finalement, réussi à faire ployer la montagne. Joshua était même particulièrement satisfait des gémissements de douleurs qu’il entendait. L’adage « plus c’est grand et mieux ça tombe » venait de trouver une parfaite illustration. Le Renard aurait aimé prendre le temps de jubiler et d’ajouter quelques petites piques bien cinglantes à l’homme à terre, mais ça aurait été sous-estimer l’endurance de Carter qui ne lui laissa que peu de temps pour apprécier la situation avant de réussi à lui attraper le mollet. Le Renard s’écroula de tout son long au sol surpris par ce revirement dangereusement imprévu et par le manque de respect de Carter quant au "droit de monologue d’un vilain". La petite phrase pleine de tendresses de l’espèce de brute épaisse, qui aurait dû tourner de l’œil après le coup reçu dans les bijoux de famille, était peu engageante quant à la suite. Le Renard eut beau luter et se débattre, la poigne de celui qui lui avait volé son fils était aussi ferme que la mâchoire d’un Pitbull en rage. Il le tirait impitoyablement vers lui. Ce qui devait arriver arriva et quand Joshua fut au niveau des poings du taureau furieux, il passa un mauvais moment qui lui permit de mesurer, douloureusement, le courroux de Carter. Au moins cela attestait que son entreprise de vengeance portait ses fruits. Le Renard ne dût sa survie qu’à son réflexe d’attraper sa matraque électrique. Il réussit se dégager un bras et à frapper une fois, puis deux l’espèce d’ours en furie qui menaçait de le broyer de ses poings. Il fallu un troisième coup pour qu’enfin Carter lâche prise et que Joshua, malgré ses contusions, puisse bondir hors de porté de la brute en convulsions.

Il se redressa sans souplesse, en grimaçant de douleur, tout en crachant le sang qu’il avait en bouche, avec peut-être une molaire en bonus. Il était trop vieux pour ce genre de raclés et Carter ne l’avait pas épargné. Mais il était debout, ce qui n’était pas le cas de tout le monde ici. Le Renard aurait pu en profiter pour frapper son rival, pour lui infliger autant de douleur physique qu’il en ressentait après avoir été roués de coup et humilier, mais il avait d’autres armes pour faire mal. Et il était sûr d’infliger plus de tourments avec un de ses discours plein de poison qu’avec n’importe quoi d’autre. Il ne voulait pas tuer Carter, il voulait le pousser à bout tellement loin que la mort serait une délivrance et non un châtiment. « Tu voulais parler des assistantes sociales ? Tu n’as eu Isha que parce qu’une petite pétasse nouvellement diplômée a fait du zèle pendant que j’étais en taule. Crois-moi elle l’a longuement regretté cette salope, comme toi tu vas regretter de t’être cru meilleur que tout le monde. » Le Renard se rapprocha, la matraque prête à servir, au cas où, du butor au sol. Il voulait être sur qu’il était conscient et comprenait parfaitement ce qu’il avait à lui dire mais il ne se sentait pas de se reprendre autant de coups. « Je pourrais te tuer Carter, mais tu vois, je préfère que tu vives assez longtemps pour voir tout ceux qui ont le malheur d’avoir un peu d’importance à tes yeux être détruits un à un. Tant que tu seras vivant, je vais les pièges les un après les autres et je leur ferais vivre les pires horreurs en ton nom… leurs dernières pensées seront pour toi, crois-moi, comme Matthew, Donovan et bientôt Peter. » Il prenait son temps, articulant avec soin chaque mot qu’il prononçait. Il avait un sourire aux levres aussi malveillant que la joie qui exultait presque de ses pores à l’idée de faire du mal. Il n’avait plus Peter depuis des semaines, mais ça, Carter n’en savait rien. « Ce que tu viens de faire était la chose la plus débile que tu pouvais. Tu t’imagines quoi ? Avoir gagné en me provoquant encore plus ? Que tu vas rentrer à Fort Hope le torse bombé d’avoir réussi à me cogner comme tu cognait Isha?  Mais je vais te dire, moi ce que tu as gagné : je vais m’occuper de Peter, pas aujourd’hui, ni demain, je vais prendre mon temps. Et quand il finira par mourir, j’attendrais une nuit ou tu dormiras pour le mettre dans la chambre de ta petite Octavia. On verra bien si les petits bras de Peter le maigrichon arrive à attraper un bébé dans son lit. » Craignant un mouvement de colère du butor, Joshua se permit de lui mettre une nouvelle décharge en prévention. L’adrénaline, parfois, faisait des petits miracles et le Renard était loin d’avoir fini avec son "droit au monologue". « Comme je me sens magnanime ce soir, et que je te sens un peu à la traine, je vais te donner le menu de mes plans, peut être que cette fois tu arriveras à te rendre utile, ou pas. Tu vois ta petite Joy, je vais te la prendre, je la limerai des jours et des jours, et quand je me lasserai d’elle, je lui tailladerai tellement le visage que même sa propre mère ne pourrait pas la reconnaitre. On verra alors si c’est vrai ces conneries sur l’amour qui rend aveugle. » Joshua énonçait ses atrocités avec autant de simplicité que s’il parlait d’un sujet anodin et trivial. Il se redressa pour continuer dans sa lancer. « Quant à ta sœur, tu vivras jusqu’à la fin de tes jours en te demandant ce que j’ai fait d’elle, si elle est encore en vie et a qui j’aurai pu la vendre ou dans quel dépotoir elle est en train de pourrir. J’ai aussi de grand projet pour ta petite Juliet, sa galerie m’a bien inspirée et je compte lui donner une fin spectaculaire qui fera passer celle de ce brave Matthew pour du pipi de chat. » Du bout de la matraque il donna un petit coup dans le visage de Carter, il ne voulait pas qu’il se renferme où se déconcentre au point de manquer une miette de son speech. « Et ne compte pas sur moi pour te laisser la main sur mes éventuels petits enfants, si jamais l’une des petites salopes que tringlait mon fils a été engrossées, je compte bien récupérer le lot. » Joshua avait encore beaucoup de joyeusetés à engrainer mais il avisa que la matraque était déchargée et que Carter était loin d’être KO. Il était certainement temps de tirer sa révérence car sans l’effet de son arme, il était prêt à parier que son adversaire était très motivé pour lui arracher la tête. Il commença à partir en essayant de ne pas trop boiter, mais, après une hésitation, il ne put retenir une dernière pique. « J’allais oublier, si tu croises Maddie, dis-lui, de ma part: jamais deux sans trois. Au plaisir Carter. » Puis il disparut dans l’obscurité en riant. Au lieu d’aller achever la rousse, il avait estimé plus amusant qu’elle vive dans la peur jusqu’à ce qu’il lui remette la main dessus. Et puis, il voulait que Carter mesure bien ce qui attendait tous ses proches afin de ne plus pouvoir dormir à force d’avoir peur, a force de devoir être sur le qui-vive et à force de pleurer ses échecs en contemplant les tombes qui ne manqueraient pas de s’ajouter dans sa ridicule petite ville.

HRP:
 

_________________
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6728
Points : 8047
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Why don't you hit me with your best shot ? [Joshua]   Mar 12 Déc - 9:46
Une rage profonde consumait Logan de l'intérieur au point que la douleur dans son bas-ventre, bien que réelle et lancinante, ne ressemblait à rien d'autre qu'à l'écho lointain d'une voix qu'il parvenait encore à ignorer. De toutes ses forces et à grands renforts de grognements qui le faisaient passer pour un animal plus que pour un homme, il parvint à faire perdre l'équilibre à Joshua et même à le maîtriser suffisamment pour pouvoir, enfin, abattre son poing plein de vergogne contre son visage de crétin. Ça faisait un bien fou, juste ça. De sentir les os se craqueler sous ses doigts et le sang venir réchauffer sa peau. C'était un plaisir presque aussi intense que de sentir l'ocytocine se déverser par torrent dans ses veines après un moment enfermé dans une chambre en bonne compagnie. Logan se laissait emporter sérieusement, frappant en désordre dans le seul but d'expulser un peu de la haine qui l'empoisonnait depuis si longtemps. Il était brouillon et pas assez concentré, l'idée même de frapper où il aurait fallu pour se débarrasser définitivement de Joshua lui aurait demandé de prendre plus de recul qu'il n'en possédait et ses yeux voilés de rage ne prêtaient attention à rien.

Ce fut donc une surprise de taille lorsqu'une violente décharge le secoua de nouveau. Il ne comprit pas immédiatement ce qui se passait, imaginant seulement que son adversaire avait miraculeusement réussi à le frapper de nouveau où il l'avait fait quelques minutes plus tôt. Mais ça n'était pas vraiment pareil. Ses muscles crispés l'empêchaient de bouger comme il l'aurait voulu, rendant ses coups moins assurés encore et cet éclair vif le traversa plusieurs fois avant qu'il ne se sente défaillir réellement. Il tomba de nouveau à genoux, le souffle court, abandonnant sa victime qui en profitait aussitôt pour lui échapper. Son regard s'embuait rapidement, transformant Joshua en une forme vague sur laquelle il restait pourtant figé alors qu'il tâchait de reprendre son souffle et le contrôle de ses muscles endoloris. Ça lui prenait trop de temps, assez pour que Joshua puisse se remettre réellement et que s'élève tout à coup sa voix comme un serpent venant enfoncer ses crocs plein de venin dans la gorge de sa victime. Appuyé sur ses deux mains, Logan fit l'effort de relever un peu le regard pour observer l'homme qui continuait son petit discours sans s'inquiéter de rien. S'il avait eu plus de conscience sur la situation, peut-être le barbu aurait-il réalisé que dans ces mots reposaient sa victoire. Il avait réussi à énerver assez son adversaire pour le pousser à mettre plus d'efforts à l'abattre, avec ses armes à lui. Mais il réalisait à peine tout ce qui se passait en ce moment, trop occupé à retrouver le contrôle total sur sa personne et les mots s’enchaînaient aussi vite que la perfidie de son ennemi, attisant doucement mais sûrement la haine de Logan. Lorsqu'elle fut assez virulente pour lui donner envie d'ignorer la douleur dans tout son corps, il entreprit de se redresser encore un peu, prêt à bondir de nouveau sur Joshua, mais une nouvelle décharge le plaqua contre le bitume et un nouveau grognement douloureux s'échappa d'entre ses lèvres.

L'idée d'abandonner commençait à s'insinuer doucement dans l'esprit du colosse. Il était en train de perdre, à la fois sa conscience et cette petite guerre et il le savait pertinemment. Mais Joshua savait comment motiver les troupes et il le prouva de nouveau en prononçant le nom de Joy, l'accablant de promesses sans aucune poésie, qui eurent au moins le mérite de convaincre Logan d'essayer encore. Il parvint même à poser une main à plat sur le sol pour se redresser de quelques centimètres avant qu'un nouveau coup de matraque ne le couche encore. Et les horreurs s'enchaînaient les unes après les autres, le frappant avec presque autant de dureté que l'arme de son assaillant. À sa vision trouble vint s'ajouter un bourdonnement affreux à ses oreilles, qui le désorienta assez pour qu'il perde de vue Cornwell pour de bon. Et finalement, sa voix aux accents malsains s'envola elle aussi, laissant un Logan seul et étourdi couché par terre.

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Why don't you hit me with your best shot ? [Joshua]   
 
Why don't you hit me with your best shot ? [Joshua]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Michigan State :: Zones non-nettoyées :: Détroit [Sud-Ouest]
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération