Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #29 : Juillet 2018
Recensement Recensement #5 en cours
Animation trimestrielle #1 Changez de sexe !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Cet été sur In Your Flesh, réalisez votre rêve d'enfant et devenez dresseur Pokémon ! Pour les attraper tous, ça se passe ici
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - préambule : Welcome to Detroit > A lire ici

In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Fort Hope Community

 Here we go again [Juliet]

Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8062
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Here we go again [Juliet]   Mer 29 Nov - 23:13
29 Juillet 2016 | La journée s'annonçait haute en couleur et elle n'avait pas commencé depuis plus de deux ou trois heures. Mais déjà, Logan avait eu à subir une longue conversation avec ses deux colocataires pour leur annoncer la grande nouvelle du jour, puis combattre une armée de rôdeurs pour récupérer sa moto cachée quelque part dans les alentours de Fort Hope, que Joy avait laissé sans surveillance quand elle s'était infiltrée à l'intérieur. Maintenant, il ne restait plus aucune excuse à l'homme pour repousser le moment qu'il redoutait le plus : rendre visite à Juliet. Pourtant, leurs relations avaient grandement gagné en stabilité dernièrement. Dans leur malheur, les agissements de Joshua contre le groupe avait au moins eu le mérite de les rapprocher et de faire passer pour bien secondaires leurs petites querelles d'autrefois. Mais il y avait une différence entre passer une soirée ensemble pour pleurer la disparition d'Isha ou Maddie, de devoir se serrer les coudes parce qu'ils étaient les deux derniers de la « bande » et ce qu'il avait à lui dire ce matin.

Son anxiété arrivait à se voir à des kilomètres à la ronde alors qu'il remontait Grand Marais Street en traînant la moto à côté de lui. Il n'avait vraiment aucun besoin de le faire maintenant, mais lorsque son regard se posa sur la porte de la maison de la jeune femme, il décida pourtant de continuer son chemin et d'aller la ranger dans son garage, histoire de perdre encore quelques minutes beaucoup trop courtes. Il se sentait idiot d'être à ce point stressé, mais ça ne l'aidait pas tellement à se détendre. Pourtant, la veille au soir, lorsqu'il avait annoncé son intention à Joy de passer la matinée avec son ex pour lui annoncer son retour, la jeune femme avait réagi avec plus de maturité qu'il ne l'aurait espéré. Rien au monde ne laissait supposer que ce ne serait pas le cas de Juliet aussi et pourtant, il craignait encore plus sa réaction qu'il n'avait eu peur de celle de sa femme.

Malheureusement, à court d'excuse valable, il fut bien obligé de prendre son courage à deux mains pour aller frapper à la porte et n'obtenir aucune réponse. Un mélange de soulagement et de désespoir le frappa, jusqu'à ce qu'il se souvienne des plannings qu'il avait préparé quelques jours plus tôt et qui indiquaient sans l'ombre d'un doute qu'elle était supposée être à l'infirmerie ce matin. Le temps de rejoindre le bâtiment à l'autre bout du camp, il eut encore droit à quelques minutes de répit pour répéter le petit discours qu'il préparait depuis son réveil, se rejouer la scène totalement imaginaire qu'il avait passé la matinée à préparer dans un coin de son crâne. Quelques fois, le scénario tournaient à son avantage, dans la plupart des cas, ça finissait en désastre complet, mais au moins, il pouvait prétendre être paré à toute éventualité.

Il faisait beaucoup moins le malin lorsqu'il entra dans l'infirmerie, allant saluer rapidement Callie pour l'informer qu'il repasserait la voir plus tard, quand elle serait seule, la laissant probablement avec un million de questions pour se lancer à la recherche de son ex, qu'il trouva un peu trop rapidement à son goût dans cette maison finalement beaucoup plus petite qu'elle n'y paraissait.

Enfin, il était trop tard pour changer d'avis désormais et il savait au fond qu'il prenait la bonne décision en venant à elle maintenant plutôt que d'attendre qu'elle croise Joy au hasard ou qu'elle entende quelqu'un d'autre en parler. Aussi, il entra dans la pièce sans s'annoncer réellement, se contentant de lancer un : « Hey ! » en se forçant à sourire un peu. « Comment ça va par ici ? Personne n'est mort ce matin ? » Si son air crispé ne suffisait pas à révéler son état d'anxiété avancé, cette question complètement stupide devait le rendre parfaitement limpide.

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
Administrateur
Juliet I. WhitmanAdministrateur
avatar
Messages : 1483
Points : 4180
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Here we go again [Juliet]   Sam 2 Déc - 17:16
30 Jours. Cela faisait 30 jours que Maddie avait disparu. Encore. Juliet avait beau essayer de repousser cette information au fin fond de son esprit, elle revenait toujours à la charge, chaque jour, avec une violence inouïe. Comme pour lui rappeler tout ce qu’elle avait déjà perdu, et tout ce qu’elle risquait encore de perdre. Elle n’arrivait même plus à pleurer l’absence de sa meilleure amie et colocataire, comme si son cœur s’était blindé de lui-même après toutes les pertes qu’il avait subi, et qu’il en était ressorti plus fort, plus combattif. Oh, elle était triste, bien sûr. Anéantie conviendrait tout aussi bien. Mais elle n’affichait qu’une mine fermée et morose aux habitants de Fort Hope, se contentant de brèves conversations, et de faux sourires distribués pour éviter d’avoir à répondre à des questions trop douloureuses. Parfois, Juliet elle-même avait l’impression de croire à sa propre supercherie, avant que la porte d’entrée de sa maison qu’elle refermait dans son dos ne fasse s’abattre une nouvelle fois ses défenses. Elle ne s’autorisait à craquer et à se laisser aller à sa tristesse que dans l’intimité de sa maison, où aucune oreille ou paire d’yeux indiscrètes ne viendraient la questionner. Logan venait souvent l’y rejoindre, et ils pleuraient ensemble la perte d’Isha qui les avait quitté bien trop tôt, et la disparition de Maddie. Dans ces moments-là, épaule contre épaule dans leurs malheurs respectifs, ils parvenaient même à oublier toutes les histoires qui les avaient autrefois séparés.

La brune avait compris depuis de nombreux mois déjà que la meilleure solution pour elle, pour éviter de ressasser des idées sombres trop longtemps, était encore de s’occuper, le plus possible. Pendant ces moments-là, il lui arrivait de ne pas penser pendant quelques secondes à tout ce qui lui avait été pris, quelques secondes de répit que Jules appréciait à leur juste valeur. Elle avait fini par proposer ses services à la radio du camp, en espérant tromper suffisamment son esprit pour parvenir à oublier pendant quelques instants, en vain, qu’il n’y avait plus personne chez elle avec qui elle pouvait discuter. Plus de rire d’otarie qui faisaient trembler les murs de leur maison. Plus de chansons massacrées par les bons soins d’une Maddie pleine de bonne humeur et d’entrain. Il n’y avait plus rien. Rien d’autre que du silence, et un vide sans fin. Autant dire que Jules fuyait cette maison dès qu’elle le pouvait, ne supportant que très moyennement la profonde solitude qu’elle y ressentait. Elle essayait parfois de se consoler en se disant qu’aux dernières nouvelles, la rouquine était encore en vie, mais imaginer les conditions de sa détention avec ce taré de Cornwell n’était pas vraiment suffisant pour calmer les angoisses de Juliet.

Ce jour-là, elle s’était pointée à l’infirmerie en avance de quelques heures par rapport à son planning. Les lieux étaient calmes, à son grand désespoir, si bien que sans que cela soit réellement nécessaire, elle s’était lancée dans un inventaire poussé de tout ce que pouvait contenir cette maison. Elle parcourait les pièces, écrivait, rayait, modifiait, gribouillait…en d’autres mots, elle tâchait de garder son esprit, et ses mains, occupés à autre chose qu’à ruminer. Elle était assise en tailleur sur le sol face à un placard quand elle entendit des pas dans le couloir. Des pas un peu trop lourds pour qu’ils puissent être ceux de Callie. Juliet tourna la tête de trois quart vers la porte, avant de voir la silhouette de Logan émerger, et entrer dans la pièce. « -Salut ! » Lui répondit-elle, collant ce sourire étiquette sur son visage qu’elle arborait désormais d’instinct. Elle jeta un dernier coup d’œil au placard avant de se relever, et d’attraper sa liste, qui traînait non loin de là.

Jules rajouta quelques mots, avant de se stopper, le crayon encore en appui sur le papier, tandis qu’elle relevait son regard, perplexe, vers Logan. « -Euh…personne n’est mort, non. C’est même plutôt calme si tu veux tout savoir ! » Elle le fixa quelques instants du regard, se demandant d’où pouvait bien sortir cette question, entre les lèvres du mécano. La brune poursuivit la mise à jour de sa liste, fouillant parfois le fond de sa mémoire pour se rappeler tel ou tel détail, tandis qu’elle écrivait sur le papier tout ce qui pouvait bien lui passer par la tête. « -Il faudrait mettre la main sur quelques compresses. On risquerait d’être à court prochainement sinon. » lâcha-t-elle à haute voix, profitant que le chef du groupe soit dans les parages. Oh, elle aurait pu tout aussi bien aller dehors elle-même, mais les quelques personnes qui tenaient encore à elle répugnaient à la laisser aller gambader seule en dehors des défenses de Fort Hope, et Juliet ne se sentait pas d’attaque de leur tenir tête.

Elle compléta sa liste, avant de la reposer sur la table derrière elle, reportant son regard sur un Logan passablement silencieux. Elle détailla un instant ses traits, fronçant de plus en plus les sourcils au fur et à mesure qu’elle observait son ex. Elle avait du mal à deviner l’expression qui semblait figer son visage. Etait-ce de l’inquiétude ? De la nervosité ? De la souffrance ? « -Tout va bien, Logan ? Tu avais besoin de quelque chose ? » Elle laissa son regard courir sur le corps massif du brun, mais aucune tâche de sang ne l’inquiéta davantage, et elle ne doutait pas qu’il aurait consulté Callie en cas de blessure sérieuse, elle qui était bien plus qualifiée à bien des égards. Peut-être était-il là pour autre chose ? Pour parler de la perte encore toute récente d’Isha, et essayer de panser les blessures encore à vif de son cœur.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.

Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8062
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Here we go again [Juliet]   Dim 3 Déc - 16:45
Ce malaise était ridicule, mais il ne lâchait pas Logan d'une semelle. Juliet ne l'aidait pas beaucoup, à vrai dire. Il aurait pu aussi bien être transparent que ça n'aurait pas changé grand chose tant la jeune femme sembla passer totalement à côté de ses traits crispés pour se contenter de répondre vaguement à sa question et continuer la tâche qui l'occupait tout aussi naturellement. Il aurait apprécié un petit coup de main, qu'elle lui demande ce qu'il avait à venir lui casser les pieds dès le matin, n'importe quoi, mais non. Ils se retrouvèrent tous les deux dans leur coin, Logan suivant avec attention le moindre geste de son ex et manqua sérieusement de chialer quand elle l'informa tranquillement qu'ils commençaient à manquer de compresses avant de se replonger dans sa liste.

« Je note, j'enverrais quelqu'un en chercher cet aprem'. »
lança-t-il d'une voix blanche. Et elle continua son petit manège, le laissant se terrer dans son silence sans rien ajouter, à tel point qu'il commençait à se dire qu'elle était déjà au courant, qu'elle savait parfaitement ce qu'il foutait là et qu'elle prenait un certain plaisir à le regarder galérer pour le dire à voix haute. Ce qui n'était pas vraiment le genre de Juliet, il le savait bien, mais c'était toujours une bonne façon de perdre du temps. À son tour, l'homme commença à tourner en rond dans la pièce, s'approchant d'une étagère presque vide pour regarder les petites fioles posées dessus sans avoir la moindre idée de ce qu'elles contenaient réellement. Malgré tout, la brune lui offrait encore quelques minutes de répit pour répéter dans sa tête, ça n'était pas plus mal.

Et quand, enfin, elle s'intéressa réellement à lui et se décida à lui demander ce qu'il faisait là, force était de reconnaître qu'il n'était toujours pas vraiment prêt. Il reposa une boite de cachets là où il l'avait prise et revint faire face à Juliet, passant une main dans ses propres cheveux, sale habitude qu'il avait toujours quand il cherchait à gagner du temps. « Ça va, ouais. » assura-t-il d'abord. « J'voulais juste... Joy est rentrée hier soir. » lâcha-t-il finalement de but en blanc. Autant aller droit au but. Vu tout ce qu'il avait à dire d'autre en rapport avec ce simple état de fait, mieux valait ne pas perdre de temps à annoncer la nouvelle. Et puis comme ça, il arrachait le pansement une fois pour toute et ils pouvaient passer à la suite. Il se sentait un tout petit peu mieux d'avoir craché le morceau et se permit de respirer un coup avant de reprendre la parole. « Je me suis dit qu'il valait mieux que tu l'apprennes de ma bouche avant que... que vous ne tombiez l'une sur l'autre par hasard. »

Maintenant que c'était dit, il décida de garder le silence pour un instant et de laisser le temps à Juliet de décider comment elle comptait prendre la nouvelle avant d'en rajouter une couche. Il avait encore des tas de choses à lui dire sur le sujet, mais ça pouvait attendre de savoir si elle le prenait bien ou non. Il était paré à une crise de colère, à des larmes, un silence déçu, n'importe quoi... ça ne dépendrait plus que d'elle, même s'il osait espérer un tout petit peu que ça lui serait complètement égal.

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
Administrateur
Juliet I. WhitmanAdministrateur
avatar
Messages : 1483
Points : 4180
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Here we go again [Juliet]   Mer 6 Déc - 20:36
Une fois la liste posée derrière elle, il avait fallu quelques instants de plus à la jeune femme pour observer attentivement les traits de Logan, et finir par soupçonner que cette visite n’était pas qu’une simple visite de courtoisie. Elle remarqua enfin la nervosité qui paraissant crisper les traits de son ex, qui semblait mal à l’aise pour une raison qui lui échappait totalement. Ces dix dernières années lui ayant appris qu’elle n’avait pas la faculté de pouvoir lire dans les pensées de Logan, ce qui aurait pu être utile en d’autres temps, elle s’était décidée à lui demander tout simplement s’il allait bien, ou s’il avait besoin de quelque chose. Et la première chose que Jules remarqua, ce fut ce geste qu’il avait toujours quand il était nerveux, et qui le trahissait souvent, sans qu’elle sache s’il s’en rendait réellement compte. Elle haussa un sourcil quand Logan lui dit qu’il allait bien, réponse qui contrastait totalement avec l’expression de son visage.

Ses yeux azurs ne quittèrent pas le visage du barbu, alors qu’il faisait une courte pause, commençant une phrase d’une certaine façon, avant de s’arrêter subitement pour lui parler d’un sujet qu’elle n’aurait pas pu prédire. Et la seule réaction de la brune fut de répondre un simple « -Oh. », tandis qu’elle fixait quelques instants son ex les sourcils froncés, puis détournait le regard pour regarder l’encadrement de la porte, grande ouverte. Elle écouta vaguement les raisons qui l’avaient poussé à venir lui en parler, tandis qu’elle hochait légèrement la tête, comme pour lui signifier silencieusement qu’elle avait bien entendu. Au vu de la façon dont elle avait réagi malgré elle à l’annonce du mariage secret de Logan et Joy, qu’elle avait appris totalement par hasard au cours d’un échange avec la jeune femme, plutôt que de la voix du mécano, c’était effectivement une bonne chose qu’il soit venu lui en parler, plutôt que les deux femmes finissent par tomber nez à nez, ce qui ne manquerait pas de créer sans doute un certain malaise. La jeune femme avait eu toutes les peines du monde à comprendre sa réaction de l’époque, qui avait été plutôt violente, alors même que Logan n’avait aucun compte à lui rendre, et aucune obligation de lui dire qu’il avait lié sa vie à celle d’une autre femme.

Seulement voilà, de l’eau avait coulé sous les ponts depuis ces temps-là, Juliet elle-même allait mieux qu’à l’époque, et semblait avoir repris sa vie en main. Les récents événements qui avaient agité leurs existences y étaient peut-être pour beaucoup, Jules elle-même n’aurait su le dire, mais à cet instant précis, elle ne ressentait pas la douleur qui l’avait maintenue éveillée pendant de longues nuits à l’époque, la poussant à montrer les crocs, à devenir agressive, et à couper tout contact avec son ex. Il n’y avait plus aucune trace de cette déception cuisante qu’elle avait ressentie. Aujourd’hui, à cet instant précis, elle ne ressentait rien de cela, non. Au fond, elle ne savait pas vraiment dire ce qu’elle ressentait. Une forme de vide, de résilience, d’acceptation aussi, sans doute. Mais pas la moindre trace de colère. Ce qui ne manqua d'ailleurs pas de l'étonner elle-même.

Elle se rendit subitement compte qu’elle était sans doute silencieuse depuis trop longtemps, et consentit à relever son regard azur vers le visage du jeune homme, à quelques pas de là. Elle prit quelques longues de plus pour l’observer en silence, avant de prendre une grande inspiration. « -Je suis contente pour toi, Logan. » Et en même temps qu’elle prononçait ces mots, elle se rendait compte que ça ne faisait même pas si mal que ça de le dire à voix haute. Mieux, elle se rendait compte qu’elle le pensait vraiment. Finalement, cette nuit passée en tête-à-tête lorsqu’ils avaient cru Logan aux portes de l’agonie avait été plus que bénéfique, malgré la peur qu’ils avaient eu tous les deux. Cette nuit-là, elle avait promis à son ex qu’elle avait tout pardonné et oublié, sans trop savoir si c’était le fait de le croire sur le point de mourir qui l’avait poussé à dire ça, ou si elle le pensait réellement. Visiblement, elle avait réussi à le pardonner vraiment, même si elle continuait de penser que c’était plutôt à lui de lui accorder son pardon, pour les erreurs du passé. « -Merci de me l’avoir dit. » Elle tenta même un petit sourire pour appuyer ses propos, pourtant pas vraiment certaine d’avoir réussi l’opération, tant elle semblait avoir oublié comment faire ces dernières semaines.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.

Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8062
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Here we go again [Juliet]   Ven 8 Déc - 11:01
Elle choisissait donc le silence déçu, d'accord. La colère pouvait toujours venir après, Logan n'excluait certainement pas cette possibilité, mais pour le moment, le silence de Juliet lui convenait plutôt bien en fait. Il n'osait pas rajouter quoi que ce soit non plus, à vrai dire, mais il préférait cela à devoir se disputer avec elle. Les choses étaient ce qu'elles étaient, ils avaient tous deux perdu assez de temps et d'énergie à se chercher et à se déchirer et Logan n'avait certainement plus cette force aujourd'hui. Il se disait que ce devait être le cas pour Juliet aussi et que c'était pour ça qu'elle se bornait à ne rien répondre, acceptant simplement le fait qu'il venait de lui exposer pour ce qu'il était : un fait sur lequel elle n'avait aucun pouvoir. Malheureusement, qu'elle puisse y faire quelque chose ou non et quand bien même il appréciait pas mal qu'elle ne lui hurle pas dessus, le silence commençait à devenir vraiment gênant pour lui. Ce qui le mettait le plus mal à l'aise, sans doute, c'était ce sentiment qu'il avait de lui devoir quelque chose, une explication, des excuses, n'importe quoi alors qu'il n'en était rien. Mais sa mine ailleurs et son obstination à ne rien vouloir dire le stressait grandement et il s'entendit reprendre la parole sans pouvoir y faire grand chose. « Ça fait quelques semaines qu'on a recommencé à se voir et... enfin je ne savais pas qu'elle voudrait rentrer, mais ça ne change rien pour... pour toi et moi. Tu n'es pas toute seule. »

Il n'avait pas la moindre idée de ce qui se passait dans le crâne de son ex en ce moment, mais ça lui semblait logique que ce silence qu'elle lui imposait contenait quelques pensées désagréables de sa part et il imaginait sans mal qu'elle n'oserait plus l'approcher dans les jours à venir pour le laisser vivre sa petite idylle dans son coin. Il ne voulait pas ça, il ne voulait pas qu'elle se sente seule et mal après avoir tout perdu, il ne voulait pas qu'elle s'imagine qu'elle le perdait lui aussi. Il avait bien l'intention de trouver un moyen pour que ça se passe bien et qu'ils poursuivent cette étrange amitié qui était en train de naître entre eux, doucement mais sûrement. Il ne savait juste pas encore comment, mais ça viendrait.

Enfin, enfin, Juliet sembla se réveiller et il fut d'autant plus surpris par la réponse de la jeune femme. Elle n'était pas enjouée et chaleureuse, mais il n'en attendait certainement pas autant de sa part. Mais juste ça, ces quelques mots... ça suffisait à lui arracher un sourire et à se sentir mieux. Il essayait quand même de ne pas trop se reposer sur les lauriers de cette victoire inattendue, bien conscient que la situation pouvait changer du tout au tout quand il lui annoncerait l'autre « bonne » nouvelle de la journée, mais c'était déjà un grand pas en avant pour eux deux. À tel point, en fait, qu'il commençait à se dire que, peut-être, ça n'était pas si important qu'il lui parle maintenant de la grossesse de Joy, que ça pouvait attendre, qu'ils soient sûrs, déjà, que ça se voit. Ça aurait été plus simple de s'en tenir à ce moment positif et repousser à plus tard tout le reste. Ça aurait été plus lâche aussi et c'était un défaut que Logan s'évertuait à ne pas entretenir. Et puis, même s'il ne lui devait aucune explication sur ses choix ou sur sa vie amoureuse, il considérait lui devoir au moins le respect et visiblement, le silence revenait à un mensonge pour elle, alors... « C'est pas tout. » lâcha-t-il en retenant un peu son souffle. Il baissa les yeux un instant, juste le temps de se coller une claque, avant de l'affronter de nouveau. « Il n'y a encore rien de sûr, mais... Il se pourrait qu'elle soit enceinte. » Cette fois, il assumait beaucoup moins de le dire aussi directement, mais au moins, c'était fait. Et maintenant qu'il le disait à voix haute pour la première fois depuis que Joy le lui avait annoncé, il accusait de nouveau ce sentiment désagréable qui l'avait traversé pendant la nuit. Elle était revenue, oui, ce dont il avait rêvé pendant des semaines, mais ça ne serait certainement jamais arrivé sans ce bébé. Et tout le monde penserait exactement la même chose quand ils sauraient. Malheureusement, il devrait faire avec et ça n'était certainement pas à Juliet de le rassurer là-dessus.

« Voilà, je crois que tu sais tout. » ajouta-t-il finalement, essayant un sourire qui ne voulait pas vraiment s'installer. Et de nouveau, il devenait impuissant en attendant de savoir si elle lui pardonnerait cela aussi ou non, si elle comptait le traiter d'idiot – ce qu'il n'aurait franchement pas volé – ou le féliciter. Peut-être les deux. Ou lui arracher les yeux. Tout était possible, honnêtement.

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
Administrateur
Juliet I. WhitmanAdministrateur
avatar
Messages : 1483
Points : 4180
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Here we go again [Juliet]   Dim 10 Déc - 22:13
Pas toute seule ? Cette simple évocation laissa un goût amer à Juliet, qui n’aurait voulu répondre par rien d’autre qu’un rictus désenchanté. Comment pouvait-il prétendre qu’elle n’était pas seule, alors même qu’elle avait perdu toutes les personnes qui la faisaient sourire autrefois ? C’étaient de jolies paroles, certes, mais la brune regrettait de ne pas y déceler de quoi lui remonter sensiblement le moral, et lui permettre d’oublier le silence pénétrant qui régnait jour et nuit dans la maison qu’on lui avait attribué ici. Elle avait accepté de rejoindre le camp, pour qu’Eulalie ai un endroit sûr dans lequel grandir, et qu’elle puisse continuer à voir son père, dont Jules l’avait privé de longues années. Mais sans Eulalie, sans Maddie à présent, la brune se demandait souvent quel intérêt elle pouvait trouver à rester vivre ici, à Fort Hope. Elle pouvait tout aussi bien prendre son sac à dos, et parcourir les rues, en laissant le destin décider de ce que devrait être sa vie. Pourtant elle n’en faisait rien, et malgré des affaires déjà prêtes, elle ne parvenait jamais à se décider à partir pour de bon.

La jeune femme se laissa aller contre le rebord de la fenêtre dans son dos, haussant un sourcil quand il lui indiqua, un peu trop rapidement à son goût, qu’il n’avait pas terminé ses confessions, et qu’il avait encore quelque chose à rajouter. Et même si à cette façon qu’il avait d’annoncer les choses, Juliet pouvait prédire que ce n’était pas le genre de nouvelles qu’elle allait apprécier, elle hocha malgré tout légèrement la tête, comme pour l’encourager à cracher le morceau une bonne fois pour toute. Son instinct, lui, lui dictait plutôt de mettre un terme à la conversation rapidement, et de quitter la pièce bien vite. Elle n’aimait pas cet air sérieux sur son visage, qui semblait ne plus vouloir le quitter depuis qu’il était entré dans les lieux. Et puis, enfin, il lâcha sa nouvelle bombe, tandis que les doigts de Jules se crispaient sur le bord de la fenêtre, et que sa mâchoire se serrait brutalement. Autant dire que celle-là, elle ne l’avait pas vue venir. Tout comme elle n’avait pas vraiment prévu de sentir son estomac se contracter si violemment suite à l’annonce. Si Logan tenta un pauvre sourire qui ne parvint même pas à étirer la commissure de ses lèvres, Juliet ne se donna pas cette peine. « Quoi ? » Sa voix était blanche, et alors même qu’elle lui demandait implicitement de répéter, elle se rendait compte qu’elle n’avait pas envie de l’entendre prononcer ces mots une nouvelle fois.

Elle leva vers lui un regard accusateur, avant de laisser échapper quelques nouveaux mots, sans même s’en rendre compte. « -Tu l’as mise enceinte ? » Elle n’essaya même pas de cacher son incrédulité, ou de tenter de maîtriser les trémolos qui agitaient sa voix. A quoi bon ? Elle savait d’avance que ce serait peine perdue, et qu’elle n’y arriverait pas. Elle serra une nouvelle fois la mâchoire, avant de se détourner pour regarder par la fenêtre, et éviter de lui présenter son visage fermé, et sans doute blessé. Elle garda le silence un moment, avant qu’un rictus ne s’échappe d’entre ses lèvres. « -La vache, tu prends cette histoire de repeupler la Terre plutôt au sérieux. » Malgré son rictus, aucune chaleur ne filtrait dans ses propos, aucun humour non plus, et pas la moindre trace de sourire sur son visage. Ses poings serrés martelaient doucement le plateau de la fenêtre, tandis qu’elle tâchait de mettre de l’ordre dans ses idées, et de museler les sourdes protestations de son cœur.

La brune n’avait rien à dire de la situation, rien à en penser, et elle le savait parfaitement. Il avait même fait l’effort de venir lui en parler, alors qu’il n’en avait aucune obligation, et qu’elle aurait pu attendre de croiser Joy dans les rues du camp, le ventre arrondi, sans doute ravie à l’idée de devenir mère. Mais il n’en avait rien fait, malgré le délicat de la situation, malgré le fait qu’il n’avait pas à lui faire état de ce qui se passait dans sa vie, il était là, et elle ne doutait pas un seul instant à quel point il devait se sentir mal à l’aise. Ses efforts et lui méritaient sans doute un peu plus de considération de la part de Juliet, un peu plus que son dos, et ses piques mesquines. Elle laissa un soupir quitter ses lèvres, puis fit une nouvelle fois face au jeune homme, en puisant dans toute sa volonté pour ne pas quitter simplement la pièce. Là, face à lui, elle glissa son regard azur dans celui sombre de Logan, mais ne tint pas plus de quelques secondes avant de détourner les yeux. « -On dirait que tu vas l’avoir finalement, ta grande famille… » Et il la méritait, bien sûr, Juliet n’aurait jamais prétendu le contraire, même si à cet instant, la nouvelle, toute fraîche, avait du mal à trouver une certaine acceptance en elle. Elle aurait voulu être contente pour lui, elle l’aurait peut-être même été s’il lui avait fait cette annonce un autre jour, mais pas là, pas à cet instant. Là, malgré tous ses efforts, elle ne parvenait à afficher aucun sourire, rien d’autre qu’une expression vaguement triste et peinée. Comment pouvait-il prétendre qu’elle n’était pas seule, après cela ?

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.

Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8062
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Here we go again [Juliet]   Mar 12 Déc - 10:43
Si elle parvenait à prendre le retour de Joy avec autant de calme et d'indifférence, ce serait forcément le cas pour tout le reste, non ? Se bercer d'illusion ne servait absolument à rien dans les faits, mais ça aidait un peu Logan à se rassurer et à ne pas attendre la crise dans un état de nerfs peu commun. Même lui savait déjà que cette nouvelle ferait son petit effet et qu'il serait glacial dans le cas de Juliet, il ne fallait pas être un génie pour ça. Mais tant qu'elle ne disait rien, il pouvait encore prétendre ne pas s'en rendre compte et aujourd'hui, la jeune femme usait des silences éloquents avec une maîtrise peu commune. Elle lui épargna pourtant cette peine, cette fois, préférant lui demander de répéter, ce dont il se garda bien tant la rhétorique était claire dans sa voix et jusque dans ses yeux. Il détourna son propre regard, dans un mouvement nerveux plus que véritablement honteux. Il ne pourrait rien faire pour remédier à cette situation non plus, de toutes façons, et il n'était pas certain d'en avoir envie à vrai dire. L'idée peinait encore à trouver un sens dans son esprit, ça n'avait encore rien de réel, simplement une possibilité à laquelle, dans le fond et aussi dangereux et stupide celui puisse-t-il sembler, il ne restait pas tout à fait insensible. Juliet non plus, visiblement, mais il y avait fort à parier qu'elle se montrerait moins chaleureuse que lui finirait par l'être face à cette possibilité.

Malgré une seconde question qui n'attendait toujours aucune réponse, Logan conserva le silence un moment. Il aurait pu lui offrir des excuses, mais elles n'auraient pas été sincères. Il s'en voulait de la blesser, honnêtement, mais il ne parvenait pas réellement à culpabiliser à l'idée d'avoir enfin droit à des choses dont ils savaient tous les deux qu'il rêvait depuis toujours et dont elle l'avait déjà privé une fois. Ce serait compliqué et peut-être un peu plus que ça, il y aurait des moments difficiles, il n'y aurait peut-être même que cela et pas de bébé à la fin, mais... Mais il ne ferait pas l'affront à Juliet de lui mentir en la regardant droit dans les yeux. Elle le connaissait assez pour savoir qu'aussi prudent et aussi pudique il pourrait se montrer face à cette nouvelle, il en serait heureux au fond, dès l'instant où il serait parvenu à réaliser vraiment. Alors, tout ce qu'il pouvait faire pour elle en ce moment, c'était de lui laisser le temps d'avaler la pilule et de décider le goût que ça aurait. Et c'était exactement ce qu'il faisait, conservant le silence, le regard relevé vers elle quand bien même elle choisissait de lui tourner le dos. Et il patientait tranquillement jusqu'à ce que de nouveaux mots s'élèvent de la bouche de son ex pour venir le piquer au vif.

Peut-être qu'il méritait de recevoir ce genre de pique en plein visage, il n'en savait rien. Pour les biens pensants de ce monde, il devait passer pour un irresponsable et il restait poli. Trois enfants, trois mères différentes, ça commençait à faire beaucoup. « Faut bien si mes enfants continuent de mourir les uns après les autres tous les six mois. » murmura-t-il pour toute réponse, mais suffisamment cinglant pour qu'il soit certain qu'elle l'ait entendu. Il ne savait même pas pourquoi il lui disait ça, c'était écœurant et déprimant, mais... Elle avait réussi à le blesser et aussi compréhensif et compatissant aurait-il voulu être en ce moment, son orgueil blessé ripostait sans qu'il ne puisse rien y faire. S'imaginait-elle réellement qu'il était stupide et inconscient à ce point ? Probablement que oui, en fait et probablement aussi qu'elle n'en avait rien à faire de savoir comment il vivait personnellement cette possibilité d'une nouvelle paternité, quel traumatisme profondément ancré se réveillait doucement pour l'emplir d'angoisse, tout comme elle devait se ficher éperdument d'en être pourtant en partie responsable, d'avoir activement participé à ce qu'il ait le sentiment d'être un père affreux et de ressentir plus de peur que de joie ce matin. Mais tout ça, il devait le garder pour lui et il le savait, alors il se taisait et il attendait, sans trop savoir quoi exactement... Qu'elle lui demande de disparaître hors de sa vue ou qu'elle lui donne son approbation, qu'elle soit feinte ou non.

Le verdict tomba plus vite qu'il ne l'aurait espéré et ça ressemblait plus ou moins à une approbation. Le mieux qu'elle puisse faire, sans doute. C'était difficile à dire et peut-être même pas vraiment important en réalité. Ça lui importait pourtant, l'idée de lui faire du mal une fois de plus l’écœurait profondément, mais que pouvait-il faire de plus ? Il était à son maximum en prenant la peine de lui annoncer en face et bien avant que qui que ce soit d'autre ne le sache. L'aider à accepter et à vivre avec allait au-delà de ses compétences et même de son rôle désormais et il devait déjà l'accepter pour lui-même de toutes façons. « On dirait... » souffla-t-il seulement. Une grande famille dont la moitié des membres reposaient sous terre, c'était un concept original, mais il n'allait pas lui reprocher d'éviter de remuer le couteau dans la plaie. Le silence devenait de nouveau gênant et chargé de tension, poussant Logan à promener son regard partout sur la pièce autour d'eux comme un prisonnier à l'affût d'un moyen de s'évader, ce qu'il était sans doute en ce moment. « Je suis désolé. » Finalement, en dépit de ses bonnes résolutions, les mots sortaient tous seuls. Ça n'arrangerait rien, ça ne changerait rien, mais elle le rendait nerveux et toute cette situation avec et il n'arrivait pas à les retenir plus longtemps. Ça sonnait exactement comme ce que c'était : quelque chose qu'on dit quand on a conscience de faire du mal à l'autre, mais qu'on n'a pourtant aucune intention de ne pas faire. Des excuses sincères, mais pas assez pour faire demi-tour, une compensation insignifiante au regard de la faute. « Je vais... Je vais aller m'occuper de cette histoire de compresse. » ajouta-t-il en faisant un pas en arrière pour lui échapper. Il en avait assez dit pour aujourd'hui et si elle n'avait rien à ajouter, autant mettre fin maintenant à cette torture.

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
Administrateur
Juliet I. WhitmanAdministrateur
avatar
Messages : 1483
Points : 4180
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Here we go again [Juliet]   Sam 16 Déc - 16:09
Juliet ne pouvait rien faire d’autre que de fixer Logan d’un regard glacial, n’en revenant pas d’avoir entendu ces mots qu’il avait osé prononcer. Avait-il vraiment eu le culot de lui parler des enfants qu’il avait perdu ? De leur enfant, à tous les deux ? Ses poings s’étaient serrés sans même qu’elle s’en aperçoive, sa mâchoire de concert. Elle trouvait cette simple petite phrase abjecte, totalement déplacée et cruelle. Et elle n’en revenait vraiment pas qu’il ai eu le cran de lui balancer ça au visage, sans aucun état d’âme. Et l’entendre s’excuser ne fit rien pour calmer la colère qui était subitement montée chez la jeune femme, bien au contraire. A tel point qu’elle n’entendit même pas ce qu’il lui dit ensuite, elle aurait bien été incapable d’en répéter le moindre mot, pas plus qu’elle ne comprit pourquoi il faisait subitement un pas en arrière.

La brune eut un bref rire sans joie, avançant d’un pas vers le mécano, plantant son regard azur dans le sien. « -Ah ouais ? Et t’es désolé de quoi, exactement ? » Sa voix tremblait sous l’effet de la colère, ou peut-être du chagrin, la jeune femme n’aurait su le dire. Elle sentait bien que la pente devenait glissante, et qu’ils s’engageaient dans l’une de ces conversations qui ne finirait jamais de façon positive. Le genre de conversations qu’ils avaient bien trop souvent eu au goût de la jeune femme. Mais elle ne parvenait pas à calmer ces sentiments qu’il avait fait naître en elle, avec cette petite réplique à la violence assez inouïe. « -Désolé de venir m’annoncer que ta femme attend ton enfant, et de me rappeler, même pas une minute plus tard, que j’ai perdu la mienne ? » Elle lui adressa un sourire sans joie, malgré son regard noir, avant de coller sa langue contre son palais, comme pour éviter d’en dire plus, et de rajouter davantage d’huile sur le feu. Ça ne servirait à rien, elle le savait bien, ça ne ferait que rendre cette situation encore moins confortable.

Jules se détourna au bout de quelques secondes supplémentaires, retournant se planter devant la fenêtre, pour poser son regard blessé sur l’extérieur, et les rues de Fort Hope qu’elle pouvait entrevoir depuis l’étage. Elle poussa un profond soupir, tâchant de prendre grandement sur elle pour essayer de calmer la colère qui avait surgi sans préavis, et qui grondait en elle. « -Parce que si t’es désolé de mener ta vie comme tu l’entends, et d’être enfin heureux, tu devrais pas l’être. » C’était plus facile de dire ça en regardant dehors plutôt que directement Logan, tout aussi lâche cela était-il. Mais Juliet s’en foutait pas mal. Ils n’étaient plus à ça près, pas l’un envers l’autre. Il lui fallut une nouvelle inspiration, et un bref instant de silence, pour réussir à faire le tri dans ses pensées, et parvenir à reprendre la parole d’une voix égale, qui ne tremblait plus. « -Il était temps que l’un de nous deux finisse par aller de l’avant. » Et ce n’était pas plus mal que ce soit lui, sans doute d’eux deux, il était même celui qui le méritait le plus. Juliet pinça une nouvelle fois ses lèvres, et se décida difficilement à faire face à Logan pour reprendre sa place contre le rebord de la fenêtre. « -J’aurai pas pu encaisser dix nouvelles années comme celles qu’on vient de vivre. Et je suis sûre que c’est pareil pour toi. » Et c’était d’autant plus vrai maintenant qu’Eulalie ne faisait plus parti de leur vie, comme il avait jugé utile de le lui rappeler sournoisement, comme si elle avait pu l’oublier. Avec quelques difficultés, elle finit par relever une nouvelle fois son regard vers lui, en levant une épaule. « -Sérieusement Logan, sois heureux, et arrête d’être désolé. On s’en fout de mes pauvres sentiments. » Mais cela ne pourrait faire aucun mal s'il s'abstenait de lui rappeler un peu trop souvent qu'Eulalie n'était de ce monde. Après tout, ils ne se devaient plus rien, plus vraiment, pas après tout ce temps à se déchirer, et Juliet ressentait une profonde lassitude à l’idée que le même schéma se répétait sans cesse entre eux depuis ce qui ressemblait à une éternité. Comme s’ils étaient incapables de faire autre chose que de se déchirer, se rabibocher, pour mieux se faire davantage de mal un peu plus tard. Elle n’était que son ex, pas même vraiment une amie, seulement la mère de leur fille désormais disparue.


Spoiler:
 

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.

Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8062
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Here we go again [Juliet]   Mar 19 Déc - 11:00
Il n'eut le temps de ne faire qu'un pas vers la sortie, discret, incertain, avant que Juliet ne lui tombe dessus soudainement. Qu'est-ce qui lui prenait, tout à coup ? Elle jouait la reine des glaces, parfaitement indifférente, depuis dix minutes et c'était maintenant qu'elle se décidait à s'énerver ? Ne comprenant pas réellement ce qui justifiait une telle réaction, Logan s'abstint, dans un premier temps, de répondre, acceptant seulement de rester en place et de regarder la jeune femme tandis qu'elle déployait ses griffes. Le choc fut violent, douloureux, mais au moins suffisant pour permettre à Logan de comprendre où il avait merdé. On ne pouvait donc pas rire de tout et il était bien placé pour le savoir, rien de tout cela ne l'amusait. Il fallait juste faire avec, pas vrai ? La plaisanterie était peut-être malvenue, mais les remarques de Juliet n'aidaient pas non plus.  S'il avait envie de se cacher derrière un humour maladroit et cynique pour affronter la nouvelle, quel droit avait-elle de l'en empêcher ? Une fois de plus, ils ne se comprenaient pas bien, mais malgré sa violente envie de rétorquer que lui aussi avait perdu sa fille, l'homme resta parfaitement silencieux, soutenant le regard de son ex sans ciller jusqu'à ce qu'elle ne se détourne et le laisse enfin respirer.

De nouveau, il ne chercha rien d'autre qu'une manière de s'enfuir rapidement. Il savait bien que toute cette annonce ne passerait pas bien, mais il n'y pouvait rien. Elle savait maintenant et qu'importe l'horreur qui se cachait sous cette nouvelle, ils auraient tous à vivre avec, que ça leur plaise ou non. Il avait eu assez de respect pour elle pour venir le lui annoncer de vive voix et bien avant que ça ne se sache ailleurs, ses pouvoirs s'arrêtaient là. Mais elle ne le laissait pas partir aussi facilement et malgré un pas de plus en arrière pour se rapprocher de la porte, Logan fut de nouveau cloué sur place par des mots qui lui filaient des frissons. Il nota l'effort pourtant, il devinait sans mal ce que ça devait coûter à Juliet de dire tout ça et que c'était ce qui ressemblerait le plus à un genre de bénédiction venant d'elle. Avait-il le droit de trouver son discours affreusement blessant quand même ? Il ne le savait lui-même que depuis quelques heures et entre la longue conversation qu'il avait eu avec Joy pendant la nuit et la nervosité qui l'avait occupé toute la matinée à la simple idée de venir parler avec Juliet, il n'avait pas encore eu le temps d'avaler réellement la pilule et de réaliser tout ce que ce bébé signifiait pour lui. Elle lui présentait en ce moment un tableau qu'elle ne serait pas la seule à voir et qui le dérangeait sincèrement.

« Moi, je m'en fous pas. » lâcha-t-il beaucoup trop bas, comme s'il avait presque honte de l'admettre. « Crois-moi, je ne tire aucun plaisir à te faire du mal, mais tu l'as dit, il est largement temps d'aller de l'avant. Pour notre bien à tous les deux. » Aller de l'avant... Il n'avait pas l'impression de le faire réellement, le passé restait accroché à sa cheville comme un boulet de plomb qui l'empêchait d'avancer réellement. Mais faire semblant jusqu'à ce que ce soit vrai, c'était quelque chose qu'ils connaissaient probablement aussi bien l'un que l'autre, à en croire les sourires que Juliet affichait sans cesse depuis des semaines. Il n'aimait pas qu'elle sous-entende de cette façon qu'il tournait la page sans regret sur leur vie, même s'il n'en restait plus grand chose d'autre qu'une petite croix en bois plantée sous un arbre. Il n'aimait pas l'idée que ce serait ce que tous penseraient ici. Qu'il était heureux et qu'il continuait d'avancer, qu'une nouvelle famille suffirait à balayer l'ancienne juste comme ça. Mais il n'allait pas reprocher à sa femme d'être enceinte alors que c'était sa faute à lui aussi. Il avait encore quelques mots qui se précipitaient à ses lèvres, des promesses et des messages d'espoir pathétiques qui risquaient plus d’aggraver son cas que de l'arranger, aussi il s'approcha réellement de la porte cette fois, posant déjà la main sur la poignée pour bien signifier qu'il partirait réellement et ravala toutes les paroles malheureuses qui menaçaient de sortir, pour lâcher simplement : « Je te laisse tranquille, on se revoit bientôt. »

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
Administrateur
Juliet I. WhitmanAdministrateur
avatar
Messages : 1483
Points : 4180
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Here we go again [Juliet]   Lun 25 Déc - 22:40
Rien n’aurait réellement pu préparer Juliet aux mots qu’elle venait de prononcer, comme si jusqu’à ce qu’ils sortent de sa bouche, elle-même n’était pas consciente qu’elle ressentait cela. Pourtant, au fur et à mesure que les paroles quittaient ses lèvres, elle comprenait que c’était exactement ce qu’elle ressentait. Ils avaient passé trop de temps à essayer, en vain, à se faire du mal, inconsciemment la plupart du temps, à s’empêcher d’avancer, que ça faisait du bien de se rendre compte que l’un d’entre eux parvenait enfin à tourner la page de ces dix dernières années d’incertitude qui avaient été les leurs. Ne plus savoir, douter, espérer naïvement, puis douter à nouveau, Juliet était passée par ces étapes des tas et des tas de fois, et autant dire que cela l’épuisait désormais. Même lorsqu’ils avaient chacun quelqu’un dans leurs vies respectives, les choses n’étaient pas réellement claires pour autant, et plus le temps passait, et les explications manquaient, plus la situation devenant tendue et inextricable. Alors apprendre que Logan avait finalement réussi à aller de l’avant, qu’il s’était remarié, qu’il avait fondé sa propre famille, peut-être que c’était exactement ce dont ils avaient besoin, à cet instant précis.

Pourtant, Juliet ne put s’empêcher de froncer légèrement les sourcils face aux nouvelles paroles du barbu. Evidemment qu’elle se doutait bien qu’il ne tirait aucun plaisir à lui faire du mal, cette idée ne lui avait d’ailleurs absolument pas traversé l’esprit. Si bien qu’elle se demanda si c’était réellement ce qu’il pensait à son sujet, ou qu’il s’imaginait qu’elle le voyait : un être égoïste qui s’éclatait de la voir souffrir. Ne venait-elle d’ailleurs pas de dire qu’il devrait s’inquiéter un peu moins de lui faire de la peine, et de songer un peu plus à être heureux, et à mener une vie qui lui permettra de se coucher chaque soir satisfait de lui, et de ce qu’il aura accompli dans la journée ? Leur manque flagrant de facilité à communiquer n’échappait une nouvelle fois pas à Jules, qui ouvrit la bouche…pour la refermer aussitôt lorsque Logan se rapprocha de la porte, et qu’il quitta la pièce précipitamment, comme si elle l’avait poussé à s’enfuir. Est-ce que c’était le cas ?

Juliet jura à voix basse, avant de se détacher de la fenêtre. Elle n’avait eu aucune intention de se montrer blessante, c’était même la dernière chose qu’elle voulait à l’égard du mécano, et pourtant, force était de constater qu’elle ne parvenait jamais à rien d’autre. « -Attends, Logan… » Et avant même de comprendre ce qu’elle faisait, elle s’était lancée à sa poursuite dans les couloirs de leur infirmerie de fortune. Elle le rattrapa finalement dans les escaliers, s’arrêtant quelques marches au-dessus de lui. « -Ecoute, je… » Visiblement, elle aurait peut-être du réfléchir un peu plus à ce qu’elle pourrait lui dire avant de se lancer à sa poursuite, puisque là, tout de suite, Juliet se trouvait bien incapable de pouvoir terminer sa phrase. Ou même de réussir à ordonner ses pensées. Elle ferma les yeux et se massa le front un instant, avant de reprendre. « -Je sais pas trop à quel type de réaction tu t’attendais…et je suis désolée si c’était pas celle que tu espérais… » Okay, elle n’aurait peut-être pas du commencer par là. Elle aurait voulu lui demander comment lui-même aurait réagi si c’était elle qui s’était présentée à lui en lui annonçant qu’elle allait avoir un bébé avec un autre homme que lui, mais puisque la situation ne se présenterait jamais, et que c’était totalement hors propos, elle ravala ses paroles en l’air, avant de reprendre. « -J’ai pas envie qu’on s’engueule…encore. Je…j’apprécie réellement les moments qu’on arrive à partager sans se sauter à la gorge, à discuter comme deux personnes lambda, et…et j’espère que…enfin, qu’on pourra continuer à se parler, malgré tout. » Est-ce que ça sonnait aussi désespéré que l’impression que Juliet avait soudainement ? Elle n’avait pas menti quand elle lui avait dit qu’il pouvait venir lui parler de ce qui lui passait par la tête, et même si elle ne s’était pas attendue à ce qu’il vienne lui parler de sa future paternité, Jules ne doutait pas qu’elle finirait par réussir à parler de ça aussi, comme de n’importe quel sujet. « -C’est tout ce que je voulais te dire. Je te laisse aller à la chasse aux compresses. » Elle essaya de lui adresser un pauvre sourire à peine perceptible, puis après un dernier regard, elle remonta les escaliers, sans même attendre sa réponse. Elle lui avait dit ce qu’il en était pour elle, et si jamais il ressentait les mêmes besoins ou envies de parler, ou d’un peu de compagnie, qu’elle, il saurait où la trouver.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Here we go again [Juliet]   
 
Here we go again [Juliet]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Fort Hope Community
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération