Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Ce mois-ci, venez relever des défis et trouver la gloire dans un petit jeu plein de surprises. C'est par ici
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Event #5) Run or Die

In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Détroit

 Shelter from the storm [Elias]
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1773
Points : 2331
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Shelter from the storm [Elias]   Lun 4 Déc - 9:20


Dernière édition par Will Burbank le Jeu 21 Déc - 20:26, édité 1 fois
[20 Juillet 2016] Dès la première seconde de sa journée, tout laissait présager à Will qu'elle serait mauvaise. Pourtant, pour une fois, ça n'était pas un rayon de soleil mal placé ou un enchaînement de grognements d'outre-tombe qui l'avaient réveillé, juste un frisson soudain qu'il n'avait pas bien compris jusqu'à ce qu'il ouvre les yeux sur le ciel de mauvaise augure au-dessus de sa tête, chargé de gros nuages noirs et lourds prêts à exploser. Ça l'avait mis tout de suite de mauvaise humeur. Déjà qu'il fallait composer avec la faim, le manque de sommeil et la mort à chaque coin de rue, la météo ne pouvait-elle pas se montrer clémente pour alléger leur fardeau ? Comme une réponse venue tout droit du Ciel, quelques gouttes encore faiblardes s'étaient mises à couler une seconde ou deux après que le jeune homme ait formulé cette question silencieuse dans son crâne, venant s'abattre sur sa peau déjà glacée. « Fuck you too ! » avaient été ses premiers mots de la journée, adressés à cette entité supérieure, supposée veiller sur les mortels depuis là-haut et à laquelle il ne croyait pourtant même pas vraiment, sauf quand il fallait accuser quelqu'un de ses malheurs, comme nombre d'autres êtres humains avant lui.

Forcé d'admettre que sa situation ne s'arrangerait pas de si tôt, le brun avait donc accepté de se sortir de son sac de couchage rapiécé et s'était empressé de le replier pour le coincer sur le haut de son sac à dos, comme il le faisait chaque matin depuis des mois. Il avait ensuite entreprit de se débarrasser de sa longue routine matinale en redoublant d'efforts et d'imagination pour se redonner un visage humain, même si personne n'aurait été gêné par une haleine discutable ou une tâche sur ses vêtements, ça ne l'empêchait pas d'essayer tant bien que mal de se donner l'air plus ou moins acceptable chaque jour encore et encore. Dans une totale indifférence de ce pauvre homme mal réveillé qui aurait tout donné pour une tasse de café, le ciel avait continué de s'assombrir jusqu'à ce qu'un son violent et désagréable ne vienne percer le silence de cette matinée d'été, annonciateur d'un orage qui serait au moins en adéquation avec l'humeur du survivant.

Aussi, dès qu'il se sentit plus ou moins présentable, Will enfila sa paire de gants et fit ce qu'il faisait chaque jour : allant se percher sur le bord du toit où il venait de passer la nuit, il trouva une prise solide et s'élança dans une petite séance d'escalade matinale contre la façade du bâtiment qui l'avait supporté toute la nuit, trouvant comment s'accrocher aux fenêtres brisées presque entièrement pour retrouver la terre ferme. Aujourd'hui, pourtant, son exercice s'arrêta bien avant qu'il n'atteigne le sol et il se contenta de passer par l'une des fenêtres du bâtiment plus ou moins au même moment qu'une pluie battante commençait à tomber sur ses épaules. Quelques secondes après qu'il ait posé les pieds sur le carrelage poussiéreux de la pièce dans laquelle il venait de s'infiltrer, un nouvel éclair traversa le ciel gorgé d'eau, le faisant sursauter légèrement et éclairant brièvement l'endroit où il se trouvait désormais : un grand open-space traversé de bureaux pour la plupart renversés sur le sol et couvert d'une épaisse couche de poussière. Un long moment, le jeune homme s'occupa de fouiller l'endroit sans grande conviction et il y avait de quoi puisqu'il ne trouva rien de plus que quelques goules dont il eut à abréger le reste de vie et un livre pour apprendre le japonais qu'il glissa dans sa poche. Le temps se détériorait sérieusement à l'extérieur, aussi, le jeune homme finit par tout bonnement ramasser une chaise de bureau couchée sur le sol pour s'y asseoir et après avoir fait quelques tours sur lui-même, il posa ses pieds sur l'un des bureaux encore en place et sortit le bouquin en question pour commencer sa lecture. L'orage au dehors grondait de plus en plus fort, jusqu'à laisser croire aux moins optimistes qu'il durerait sans doute pour toute la journée.
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 2907
Points : 4472
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shelter from the storm [Elias]   Lun 4 Déc - 9:48
J'étais sortie la veille assez tôt dans la journée, avec comme motif de vouloir aller nettoyer une zone un peu plus loin. J'en aurais pour trois jours tout au plus. Mais au matin du deuxième jour, la météo se fit capricieuse. Avancer sous la pluie oui, mais là, je ne voyais pas à trois mètres, le bruit commençant à se faire important, je ne pouvais plus distinguer la vie de la mort. Je n'aimais pas m'absenter plus que prévu, et a en croire les nuages, il n'y aurait rien laissant présager un retour à la normal. Me dirigeant vers le premier bâtiment que je vis, je secouais régulièrement la tête pour libérer mon visage de la pluie. Sans grande réussite au vu de ce qui tombait. Les portes d'entrée étaient condamné, je ne voulais même pas savoir ce qu'il y avait dedans, mais je préférais nettoyer que me réfugier dans le temple de la mort. Trouvant une ouverture accessible depuis un arbre, je montais sur ce dernier avant de passer par une fenetre. L'eau avait tout traversé, ne laissant aucune partie de mon corps à l'abris. Il ne manquait plus que je tombe malade entre nous. Le bâtiment m'offrait un peu plus de maîtrise sur les lieux. La pluie se faisant moins bruyante, il n'y avait que les éclaires pour secouer les murs d'une douce secousse. Passant une main dans les cheveux, je les plaquais en arrière, espérant limiter les gouttes sur mon visage. Je basculais mon arme dans mon dos, sortant le couteau offert par Logan pour plus de discrétion, avançant alors dans les lieux, je découvris quelques rodeurs, morts, mais depuis peu. La plaie était encore bien nette. La décomposition ayant commencé sur cette zone. Fronçant les sourcils, je commençais à avancer, lentement. Franchissant les pièces une par une avant d'arriver en bordure d'un grand open-space. Je n'aimais pas la zone, grande, ouverte... Entrant par un angle, il ne me fallut pas longtemps pour remarque un signe de vie. Un homme, assis sur une chaise, les pieds sur la table, un livre à la main. Il avait déjà moins l'air trempé que moi. Avançant d'un pas, je fis volontairement un bruit pour attirer son attention, les bras dressés et écartés pour signifier que je ne venais pas en ennemis. Il serait assez con de se tuer alors que lui comme moi, cherchions de toute évidence un abris pour la journée. « Pas de panique, je ne suis pas venu en ennemi. », déclarais-je alors, l'eau s'échappant de moi avec une facilité déconcertante.

Il faut dire que mes vêtements je pouvais plus en contenir plus, tout comme mes cheveux. A bien y réfléchir, j'aurais du chercher un endroit ou faire un feu, car si pour le moment la chaleur extérieur m'éviter d'avoir froid, rester ainsi ne serait pas une bonne idée à long terme. Il faudrait peut-être passer à changer d'endroit. Je ne pouvais pas changer de pièce, maintenant que je savais qu'il y avait quelqu'un de vivant ici, j'étais forcé d'accepter l'idée qu'il pourrait-être agressif. Je ne pouvais donc pas prendre de risque. Et en même temps, je n'avais pas nécessairement envie de faire la discussion avec un inconnu. Mes familiarités avec Logan devant rester exceptionnelle et uniquement avec lui en vérité. Car dans le fond je ne voyais personne d'autre pouvant occuper la place d'ami. A croire que j'étais associable.  

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1773
Points : 2331
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shelter from the storm [Elias]   Mer 6 Déc - 10:02
De plus en plus gagné par l'ennui, Will commençait à se prendre au jeu et se plonger réellement dans ce bouquin. Le bruit régulier et presque réconfortant de la pluie à l'extérieur avait pris la place, l'espace de quelques heures, du son menaçant des hordes emplissant habituellement les rues, il faisait sombre, froid et un frisson le parcourait à chaque éclair déchirant le ciel, mais c'était... oubliable. Il se concentrait sur les idéogrammes et les explications douteuses sur leur signification allant avec, les sourcils froncés comme chaque fois qu'il se retrouvait dans ce genre d'intense réflexion et... Un autre bruit auquel le jeune homme ne s'attendait pas le fit sursauter soudainement, le tirant pour de bon de sa lecture et, en un dixième de seconde, l'homme studieux et concentré disparut tandis que Will se redressait et attrapait mécaniquement son arbalète, reposant ses pieds sur le sol et faisant pivoter sa chaise pour se tourner vers la menace.

Le nouveau venu le laissa muet un moment. Malgré les mots qu'il balançait et son air penaud sous l'eau qui dégoulinait de partout sur son corps, il était quand même bien armé et Will loin d'être un pauvre type naïf. Dans un premier temps, il ne bougea donc pas, laissant la pointe acérée de son carreau menacer silencieusement ce type, jusqu'à ce que le jeune homme décide qu'il avait suffisamment fait comprendre qu'il ne plaisantait pas. Ne recevant aucun signe de menace, rien qui lui laisse croire que ce serait vraiment stupide, Will décida finalement de baisser son arbalète, lentement, la laissant reposer sur ses genoux en continuant pourtant de l'agripper à deux mains et il lança, de son ton moqueur et supérieur qui en agaçait plus d'un : « Généralement on enlève ses fringues avant d'aller sous la douche. » Un petit sourire suffisant étira le coin de ses lèvres et il se détourna pour reposer son arme sur le bureau et fouiller rapidement dans son sac jusqu'à y trouver une petite serviette éponge qu'il utilisait pour lui-même habituellement et qu'il lança au type.

Son regard détailla l'animal un instant, de la tête aux pieds, sans se gêner le moins du monde de cette pratique loin d'être discrète et encore moins polie. Monsieur lui semblait équipé comme un pro et à en croire les fringues que Will arrivait à voir sous toute cette eau, il l'était probablement, à moins qu'il ne soit qu'un clown arnaqueur comme lui-même pouvait l'être parfois. Dans le doute, le brun décida qu'il valait mieux éviter de jouer le bon petit soldat pour cette fois. Rien ne l'aurait plus agacé que de passer pour un crétin en racontant des stupidités à quelqu'un qui saurait le démasquer en moins d'une demi-seconde.

Finalement, il ne trouvait rien de plus pour se moquer du nouveau, aussi, il décida, après un nouveau regard appuyé, de se détourner simplement. Dans un tourbillon nonchalant, il fit pivoter la chaise pour revenir face au bureau et revint simplement poser ses pieds sur la surface, attrapant son livre au passage pour se replonger dans sa lecture, au moins en apparence, comme si de rien était. Il gardait l'oreille tendue vers le type, ne faisant rien de plus que de poser les yeux sur les pages sans réellement voir les mots. Ça ne l'enchantait pas tellement de se retrouver coincé avec un inconnu le temps que durerait cet orage, surtout que la pluie ne semblait pas vouloir cesser de si tôt, mais...Eh bien, il n'allait pas non plus demander à monsieur de retourner se mouiller jusqu'à ce qu'il choppe la mort, n'est-ce pas ? L'idée était tentante, mais elle avait peu de chance d'aboutir.

_________________
Happy Pride Month rainbow heart
We should indeed keep calm in the face of difference, and live our lives in a state of inclusion and wonder at the diversity of humanity  
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 2907
Points : 4472
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shelter from the storm [Elias]   Jeu 7 Déc - 10:49
Je le fixais, mon regard surveillant l'arbalète, son doigt dessus et l'expression de son visage. Nous faisions la même chose, nous avions les même réflexes. La vie étant la même pour les survivants. Qu'allait-il arriver ? Si l'un attaquait, l'autre répondrait à coup sur. Après de longues minutes, il finit par poser son arme sur ses genoux, sans pour autant la lâcher. Me détendant légèrement, je restais toutefois sur le qui vive. Je n'allais pas me faire avoir si facilement. Son commentaire me fit soupirer, mais ce qui me dérangea le plus fut la suite. Il m'avait lancé une serviette, que ne ne pouvait qu'accepter pour sécher au moins mon visage, et quand je voulu le remercier, je sentis son regard. Il cherchait quoi là au juste. Le fixant les sourcils froncé, je posais la serviette sur une chaise avant d'attendre qu'il se replonge dans son livre. Ce qu'il finit pr faire. Posant mon sac sur le sol, ainsi que mon arme, je fis attention à ne pas la mettre hors de porté. Je ne lui faisais pas plus confiance qu'un autre, il ne me donnait d'ailleurs aucune raison de le faire entre nous. Retirant mon t-shirt collant à ma peau, je commençais à le tordre pour l'essorer et espérer retrouver quelque chose de plus sec. Moins il y avait d'eau, mieux cela irait. Le remettant donc rapidement, je laissais mon sac sur ma chaise, fixant l'arme dans mon dos, avant de m'avancer vers lui pour lui tendre la serviette. J'avais les cheveux en bataille, je m'en fichais un peu dans le fond d'être bien coiffé entre nous. « Merci. », soufflais-je avant de m'éloigner non sans le surveiller. Il y avait quelque chose de pesant dans l'air, quelque chose de dérangeant que je n'aimais pas. M'asseyant aussi, je soupirais à nouveau, conscient que quelque chose clochait.

Son regard était semblable à celui d'un prédateur. On ne m'avait jamais regardé comme ça, et il y avait de toute évidence une raison, je n'aimais pas ça. Sauf que là, se foutre sur la gueule n'était pas dans mes plans, je ne pouvais pas me permettre de perdre des balles pour lui. Ni même de m'épuiser contre un autre être humain. Si j'avais pu, j'aurais été voir ailleurs, pour le laisser, mais je ne pouvais pas oublier son arme. A longue distance je ne risquais rien, mais un carreau entre les deux omoplates ne me laisseraient pas vivant. Je le savais, il devait le savoir. Tournant la tête vers lui, j'étais presque certain qu'il n'était pas concentré sur ce qu'il lisait, déjà car il ne semblait pas lire, mais aussi car je parlais japonais et jamais je n'aurais pu tourner des pages aussi vite si je m'y intéressais un minimum. « Généralement on lit ce qui est écrit avant de tourner les pages. », soufflais-je en rappel à ce qu'il avait dit un peu plus haut. Me redressant alors, j'ouvrais le chargeur de mon fusil, y glissant les balles me manquant depuis que j'étais partie de Fort Hope. Remplissant ce dernier pour ne pas me retrouver à court. Et en parlant d'être à court, j'allais devoir chercher de nouvelles munitions, les différents cours que j'avais donné m'ayant coûté un peu cher. Je n'allais certainement pas me retrouver à court. Ce serait très con et mal vu de ma part que de sous estimer tout ça. J'étais sortie en longue durée non sans raison, pour ramener des choses. J'avais trouvé, mais le retour pouvait-être risqué, la pluie faisait du bruit, agité les morts...

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1773
Points : 2331
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shelter from the storm [Elias]   Sam 9 Déc - 12:00
Quelque part dans son dos, Will entendait l'inconnu bouger et s'affairer, probablement pour tenter de se sécher un peu, mais il parvenait très bien à faire semblant de l'ignorer. Il restait à l'affût du moindre mouvement sans jamais relever le nez de son livre, imitant à la perfection l'indifférence qu'il voulait montrer. Du mois, était-ce qu'il croyait, parfaitement confiant en son assurance et sa nonchalance. Il vit quand même l'ombre de l'homme s'approcher de lui pour lui rendre la serviette qu'il avait eu la bonté de lui prêter, mais ne lui accorda pas le moindre regard, ni quand il reposa le tissus, ni quand il le remercia sans véritable chaleur dans la voix. En vérité, cet homme ne l'intéressait pas tellement pour le moment, il n'était rien de plus qu'un crétin capable de sortir dehors sous une pluie battante et qui venait s'imposer à lui sans se sentir coupable. Tout ce qui attirait réellement l'attention de Will pour le moment, c'était cette arme au calibre relativement impressionnant, qui risquait de le percer de part en part plus vite qu'il n'aurait le temps de décocher un carreau de son arbalète si la situation devait soudainement dégénérer.

Mais peut-être que son imitation de la plus pure indifférence n'était pas si bien travaillée que cela, car trop vite à son goût, Will entendit de nouveau la voix sèche et franchement peu sympathique de son colocataire forcé s'élever. Un sourire étira le coin de ses lèvres alors que le jeune homme acceptait enfin de stopper sa parodie de lecture et qu'il reposait le manuel sur le bureau. Un petit rigolo, donc. Ça, par contre, c'était un peu plus attrayant aux yeux de l'ingénieur. Sans rien perdre de son petit air supérieur, il observa l'homme remplir son chargeur, croisant ses bras sur sa poitrine et s'aidant de ses pieds pour pousser sur le bureau et faire tourner un peu la chaise vers lui. « Je lis très vite. » lança-t-il comme une nouvelle moquerie. Il laissa un silence planer quelques secondes avant de se remettre debout et d'avancer lentement vers l'homme, d'un pas qu'on aurait pu confondre avec de l'hésitation, mais qui tenait aussi bien du félin fondant lentement sur sa proie. « Soldat ? » demanda-t-il en pointant le fusil d'un geste du menton. « T'es de quel corps de l'armée ? Ceux qui ont fuit lâchement, ceux qui ont décidé de se retourner contre les civils ou ceux qui ont tout perdu en continuant de faire leur job comme de bons soldats bien entraînés ? »

Des militaires, il en avait croisé des tas et le ton sur lequel il venait de poser cette question pour le moins désagréable montrait sans aucun scrupule ce qu'il en pensait. Il n'avait jamais eu en très haute estime les porteurs d'uniforme, s'imaginant peut-être à tort qu'il ne fallait pas beaucoup penser pour vouloir se dévouer entièrement au service d'hommes complètement stupides prêts à risquer la vie de tout un peuple pour des histoires de pétrole ou des concours d'ego pas très évolués. Mais il était loin de chercher une conversation philosophique sur le patriotisme et l'intérêt des combats armés. Non, tout ce que cherchait Will en cet instant était très simple : agacer un peu plus l'inconnu, juste pour voir comment il allait réagir.

_________________
Happy Pride Month rainbow heart
We should indeed keep calm in the face of difference, and live our lives in a state of inclusion and wonder at the diversity of humanity  
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 2907
Points : 4472
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shelter from the storm [Elias]   Mer 13 Déc - 10:32
Il lisait très vite donc... J'en doutais. Continuant à recharger mon arme, je le surveillais du coin de l'oeil, je n'aimais pas sa façon d'avancer. Je n'aimais pas le sentiment qu'il provoquait en moi. Je n'aimais pas me sentir ainsi observé. Finissant toutefois par lever les yeux, je tournais la tête pour le regarder alors qu'il demandait d'un air visiblement satisfait de quel corps de l'armée j'étais. Sauf que la véritable question était ce que j'avais fait après que cet merde soit arrivé. Il voulait se la jouer comme ça ? Sérieusement ? Si je n'étais pas de nature calme, il se serait déjà retrouvé au sol avec un couteau sous la gorge, mais je n'avais aucune envie de lui céder ce plaisir. Replaçant mon chargeur à sa place, je rangeais le tous, évitant de lui parler pour le moment. Comment répondre à quelqu'un qui de toute évidence n'avait pas envie de vivre ? « Si j'en suis ta logique j'ai de toute évidence tout perdu en continuant à protéger des mecs dans ton genre. », des mecs sure d'eux, arrogant, nombriliste, j'en avais croisé. J'en avais protégé une paire se croyant malin, et je leurs avais sauvé le cul plus d'une fois. Mais je les protégeais, car aussi con soient-ils, ils n'étaient pas des assassins, ni des criminels, et ils ne méritaient certainement pas de finir comme tout ces rodeurs. Dévoré vivant. Condamné à errer. Sans doute avait-il raison dans le fond d'être aussi septique, l'armée n'avait jamais brillé par son honnêteté et sa justesse, mais j'avais prit suffisamment de blame pour ça. Pour essayer d'être juste. Posant l'arme à proximité, je prenais place sur le fauteuil, posant mes coude sur mes genoux avant de le regarder, le visage fermé. « Si l'idée est de me faire m'énerver, je t'en pris, perds ton temps. », oh il pouvait y arriver, mais il allait devoir y mettre plus de coeur. Je n'étais pas sans faille, mais j'étais droit dans mes bottes. J'avais toujours été droit, honnête. Pas comme d'autre, et j'avais toujours refusé de suivre des ordres que je n'acceptais pas. Comme tirer dans la foule.

Devoir attendre ici avec lui risquait d'être long si il fallait que j'essuie ses remarques, ses tentatives. Quoi qu'il veuille faire, je doutais vouloir rentrer dans son jeu. Lui demander ce qu'il faisait ? Je doute qu'il dise la vérité entre nous. Il semblait plutôt à l'aise dans l'art du mensonge et je n'aimais pas devoir faire le tri entre la vérité et le faux. Du moins je n'avais pas envie de faire le tri ici. J'espérais qu'un miracle disperse les nuages pour me laisser partir. C'était trop demander non ? « Tu vas continuer longtemps à me prendre pour une proie ? », j'en avais connu des prédateurs, je savais quand ce n'était pas de la timidité, de plus ses mots ne me donnait aucune raison d'y croire.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1773
Points : 2331
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shelter from the storm [Elias]   Ven 15 Déc - 20:12
Le sourire de crétin de Will s'effaça dès que l'homme lui eut répondu, avec autant de mépris qu'il en méritait pour avoir osé parler ainsi à quelqu'un dont il ne savait rien, dans un monde où l'on pouvait mourir pour moins que ça. Mais s'il restait digne et n'affichait rien de plus qu'un air sérieux presque neutre, l'ingénieur n'en restait pas moins rassuré par la réponse que lui avait donné l'inconnu. Il ne se retrouvait pas enfermé avec un sanguin capable de lui sauter à la gorge au moindre mot de travers, ce qui était une qualité non-négligeable pour s'attirer la sympathie de ce jeune homme très prompt à dire des choses regrettables, comme il venait tout juste de le prouver. S'il parvenait à se contenir un peu d'ici la fin de l'orage, il avait donc toutes les chances de s'en sortir en vie. Parfait.

Le soldat restait cependant assez mal luné, mais en toute objectivité, Will ne pouvait pas lui en vouloir vu le manque de respect dont il venait de faire preuve à s'en encontre. Il se surprit à sourire de nouveau, avec moins d'indolence cette fois, à la question du brun. « Non, j'ai eu ce que j'voulais, c'est bon. » lança-t-il. Il resta pourtant encore une seconde à l'observer fixement, avant de se détourner finalement pour retourner s'installer sur sa propre chaise. Le temps risquait d'être long à rester enfermés ici, maintenant que Will venait d'insuffler une ambiance presque aussi électrique que le ciel au dehors et il sentait déjà qu'il finirait par le regretter sérieusement. Il y avait des gens doués pour ignorer le monde autour d'eux, mais lui n'en faisait pas vraiment partie malheureusement et malgré ses efforts, son regard revenait trop souvent se planter sur son compagnon d'infortune. Un long silence lourd et malaisant était en train de s'installer dans la pièce beaucoup trop vaste et trop ouverte pour espérer pouvoir se cacher quelque part. Le jeune homme balayait l'endroit des yeux, encore et encore, gesticulant un peu trop souvent sur sa chaise qui grinçait chaque fois qu'il avait le malheur de la faire pivoter un peu. C'était désagréable, tendu et il n'aimait pas vraiment ça à vrai dire.Il tenta bien de reprendre sa lecture dans l'espoir de faire passer le temps plus vite, mais il ne parvenait absolument pas à se concentrer sur le moindre petit mot et se surprenait à devoir relire plusieurs fois la même ligne sans en capter quoi que ce soit.

Aussi, une fois de plus, il abandonna le bouquin à son sort et fit pivoter sa chaise jusqu'à faire face à l'inconnu qui lui tenait compagnie. Il appuya ses bras contre les supports en plastique et croisa ses doigts sous son menton, lâchant un profond soupir qui exprimait toute sa lassitude, avant d'oser reprendre la parole,d'un ton beaucoup plus agréable qu'il ne l'avait été jusqu'à maintenant, dans lequel on parvenait même à discerner une pointe d'humour sans avoir besoin de trop se forcer à écouter. « Le mec qui a eu l'idée des open-spaces n'a jamais du se retrouver coincé avec un crétin de toute sa vie, pas vrai ? C'était sûrement lui, le crétin au bureau, en fait. » De sa façon très personnelle, il acceptait au moins d'admettre que son comportement manquait sérieusement de respect et d'intelligence, espérant que monsieur soulignerait l'effort. Ce serait probablement le mieux dont Will serait capable en matière d'excuses pour le moment, malheureusement. « Écoute, j'ai l'impression qu'on va devoir rester coincé ici tous les deux pour un petit moment et j'suis pas fan des longs silences gênés, alors... Trêve ? »
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 2907
Points : 4472
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shelter from the storm [Elias]   Lun 18 Déc - 10:39
Il avait eu ce qu'il voulait ? J'avoue que je ne savais toujours ce qu'il voulait, mais il semblait presque détendu, je dis bien presque, car je n'étais pas certain que cela soit possible avec le contexte actuel. Le regardant donc partir, il reprit sa place, non sans s'agiter. Les gens ne pouvaient pas rester calme de temps en temps ? J'avais fermé les yeux un instant, mais ses piétinement avait de quoi m'agacer. Il était fatiguant au plus haut point, mais au moins il avait arrêté de me tourner autour, c'était déjà un bon point. Je n'allais pas m'en plaindre. Mais le temps lui semblait de toute évidence bien long car sa voix traversa à nouveau le silence. Le mec qui avait eut l'idée des open-spaces ne s'était jamais retrouvé coincé avec un crétin ? Tournant légèrement la tête vers lui je le regardais. Il venait de se juger comme étant un crétin ? C'était ses excuses ? Je ne pouvais pas le blâmer, c'était déjà mieux que rien. En général les mecs comme lui avait du mal à le dire, et n'essayait même pas de l'exprimer. Alors je me voyais mal lui arracher des excuses, mais j'allais prendre ce qu'il me donner. « Accepté… », soufflais-je simplement avant que le silence ne retombe. Un silence qui m'allait très bien. Pivotant à nouveau pour fixer ce qu'il y avait devant moi, les minutes s'écoulèrent, rythmé et guidé par le bruit de l'eau battant et s’abattant sur les vitres. Jusqu'à ce qu'il en décide une nouvelle fois autrement. Soupirant à nouveau, je ne pris même pas la peine de me tourner vers lui, j'écoutais simplement. Oui on allait rester coincé ici... Il voulait une trêve ? « Le silence ne me dérange pas. », loin de là, plus c'était calme, mieux j'étais, mais il est vrai qu'en société, je ne pouvais pas en faire qu'à ma tête. Soupirant à nouveau, je me tournais vers lui, le regardant longuement avant de reprendre, « Ok… », mais le silence retomba rapidement, je le fixais, mais je n'avais jamais été doué avec les autres. Enfin si, mais c'était à une époque ou je protégeais par conviction, non par par nécessité. C'était une époque ou je n'avais pas besoin de braquer une arme sur une enfant, une époque ou cette enfant ne pourrait pas tous nous tuer. Cette époque était bien loin derrière moi.

L'image de Logan me traversa alors l'esprit, je n'étais pas certain qu'il soit plus apte à parler que moi, quoi qu'entre nous avec les comportement de mon compagnon d'infortune, Logan n'aurait pas exactement eu la même réaction, mais dans l'idée, je repensais simplement à ses mots. Détendre, communiquer, tous ça... Brisant à mon tours le silence, je lui dis, « Je suis pas spécialement loquasse, alors les silences risquent d'être récurrents... », au moins étais-je honnête, mais si il était du genre à devoir s'occuper quand il y avait quelqu'un avec lui, il était plus ou moins mal barré. J'étais patient, sans doute un peu trop pour la santé mentale des autres. Il allait sans doute perdre patience avant moi et nous nous retrouverions au même point. Au moins étais-je, semble-t-il plus ouvert. Tourné vers lui et plus vers la vitre, c'était un bon point non ?

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1773
Points : 2331
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shelter from the storm [Elias]   Mar 19 Déc - 18:10
Plus discrètement, Will laissa un sourire en coin s'épanouir sur ses lèvres à la réponse du type. Acceptées, vraiment ? C'était étonnement facile, plus que le jeune homme n'aurait osé l'espérer. Il resta un moment de plus sans rien dire, s'imaginant bêtement que de s'être excusé à la sauce Will suffirait à détendre l'atmosphère, mais ça ne fonctionnait pas. Pas du tout. Et à part gigoter dans tous les sens au point de s'agacer tout seul, Will n'arrivait à rien. Il fit donc une nouvelle tentative pour relaxer l'ambiance et, même si l'homme accepta effectivement de lui répondre, c'était... Hum, assez loin d'être très encourageant. Bien sûr, il fallait que ce soit un timide, sinon ça n'aurait pas été drôle, pas vrai ?

Après une seconde d'hésitation supplémentaire, Will se décida tout de même à tenter sa chance. Il agrippa les accoudoirs de sa chaise et se hissa pour la faire glisser jusqu'à se rapprocher un peu de l'autre. Une distance de sécurité de trois ou quatre mètres pour s'assurer que monsieur ne pourrait pas lui en coller une si besoin et il pouvait se permettre de nouveau d'observer son interlocuteur avec plus d'assurance. Une forme différente d'intérêt, aussi. Il ne cherchait plus à jauger son ennemi, mais s'intéressait seulement à l'être humain face à lui et réalisait au passage qu'il était plutôt mignon, finalement. Peut-être un poil trop coincé et bougon, mais ça... ça pouvait s'arranger de diverses façons. « Je parlerais pour deux, alors. » Peu de chance que ça arrive réellement, mais il finirait bien par trouver un sujet de conversation qui passionnerait suffisamment monsieur pour lui délier la langue. Tout le monde en avait un, une passion plus ou moins bien cachée, n'importe quoi qui nous permettait de nous enflammer soudainement... Ne restait plus qu'à trouver laquelle et pour le coup, ça ne semblait pas si évident que ça. « J'm'appelle Will, mais tu peux m'appeler 'sale con', c'est comme tu veux. » lança-t-il sans rien perdre de cet humour discutable qui le caractérisait généralement. « Et toi ? » Un nouveau regard inquisiteur plus tard, il reprenait. « T'as l'air... soigné, pour un survivant. T'es pas le genre à traîner dehors sans arrêt, pas vrai ? »

Pour avoir passé les deux dernières années à arpenter les rues et devoir redoubler d'effort et d'imagination pour trouver ne serait-ce que de quoi se nourrir, ça sautait aux yeux que ce type n'était pas soumis aux mêmes dures lois de la survie. Il ne ressemblait franchement pas au genre de mec rachitique qui doit se priver pendant des jours à défaut de trouver de la bouffe ou obligé d'attendre que le ciel n'explose, un peu comme c'était le cas en ce moment, pour se payer une bonne douche. Pour avoir arpenté ces mêmes rues pendant si longtemps, Will avait aussi eu l'occasion d'entendre parler de certains groupes qui poussaient un peu partout dans le coin. Il s'en tenait généralement très loin, fuyait au maximum les survivants allant par plus de deux. Les gens trop prompts à se faire remarquer et qui se baladaient dehors comme si le monde leur appartenait le faisaient fuir à coup sûr. Trop dangereux.

_________________
Happy Pride Month rainbow heart
We should indeed keep calm in the face of difference, and live our lives in a state of inclusion and wonder at the diversity of humanity  
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 2907
Points : 4472
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shelter from the storm [Elias]   Mar 19 Déc - 19:58
Ma réponse n'avait pas du lui plaire à en voir sa réaction. Il s'était approché, nous séparant de quelques mètres pour la forme, ou par instinct de survie, je ne savais pas. Et il se remit à me regarder. J'étais de nouveau mal à l'aise, je n'aimais pas qu'on me fixe, non pas que j'avais un problème d'égo ou autre, mais simplement, je n'aimais pas qu'on me fixe. Enfin qu'il me fixe, lui. Avec son regard… Ouais en même temps il allait pas me regarder avec ses pieds. Il annonça alors qu'il parlerait pour deux. Non pitié, vraiment. Soupirant en me redressant, je levais les yeux au ciel, évitant toutefois de lui exprimer verbalement mon envie de silence. Et puis, vu qu'il refusait de se taire, il se présenta. Ajoutant un surnom qui aurait pu me faire rire si je n'étais pas aussi mal à l'aise. Il me retourna alors la question, et après une seconde d'hésitation, je finis par répondre, « Elias. », pas besoin de rentrer dans son jeu. Croisant à nouveau son regard, je fronçais légèrement les sourcils avant de détourner les yeux. Je ne pouvais pas le soutenir, et ca me déranger d'ignorer pourquoi. Toutefois sa question me força à soutenir à nouveau son regard. « Tu l'as bien vu, je viens de prendre une douche à l'instant. ». Je ne le connaissais pas, je ne savais pas qui il était, je n'allais pas lui parler de Fort Hope pour le moment, je ne voulais ramener aucun loup. Mais il devait bien se douter, au vu de mon état, que je n'étais pas seul, et que j'étais forcement en groupe. D'ailleurs il n'était pas trop mal en point, mais il était seul, c'était évident, du moins il l'était depuis quelques temps. Croisant à nouveau son regard il réussit à me faire perdre mes moyens. Ce n'était pas habituel, je n'aimais pas être fixé comme ça, ça m'énervait même. « Arrêtes de me fixer comme ça ! », demandais-je avec colère tandis que je me levais brusquement pour le contourner et m'éloigner de lui.

Arrivé devant la fenêtre, je réalisais alors que j'avais été suffisamment déconcentré pour oublier mon arme de l'autre côté. Me retournant alors, je le fixais à nouveau lui, puis l'automatique. Sourcils froncés, coeur battant, j'avais envie de me frapper d'avoir était aussi con. Depuis quand j'étais aussi facilement influençable ? Depuis quand les regard appuyé de quelqu'un réussissait à me faire perdre patience suffisamment fort pour que j'oublie l'essentiel. Déglutissant dès lors, je repris, « Ok Will, n'y pense même pas. », l'appeler par son prénom lui ferait peut-être oublier ma propre erreur non ? J'étais con putain, j'étais con.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1773
Points : 2331
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shelter from the storm [Elias]   Mer 20 Déc - 12:09
Pas d'information, évidemment. C'eut été trop beau qu'il déballe quoi que ce soit sur d'où il venait ou même ce qu'il fichait ici en ce moment au lieu de se prélasser dans son palace post-apocalyptique. Mais au moins, il avait de l'humour. Et un prénom bien sympathique. Sans parler de cette drôle d'habitude à détourner les yeux sans arrêt comme s'il suivait un match de tennis imaginaire. Ce détail amusait particulièrement Will, le poussant à conserver son propre regard inlassablement fixé sur l'homme. Il s'était pourtant promis de faire un effort pour arrêter de jouer au crétin, mais... C'était trop facile avec ce type, sérieusement. Et tentant aussi, presque comme s'il le réclamait. Ça n'aidait pas tellement à détendre l'ambiance, mais bon... « Désolé... » lança-t-il en réponse à ce qui ressemblait sérieusement à un ordre, quand bien même le ton de Will sonnait plus comme une nouvelle moquerie que de véritables excuses. Monsieur perdrait-il finalement patience ? Lui qui avait pourtant affirmé en avoir à revendre quelques minutes plus tôt... Ça aurait pu être décevant si ça n'était finalement pas aussi amusant.

Sans rien ajouter, Will fit pivoter sa chaise une fois de plus, continuant de suivre le soldat des yeux, dans sa fuite insensée vers l'autre bout de la pièce. Ahlala... ça risquait d'être vraiment long s'il refusait de se détendre un peu. Et puis, qu'y avait-il de si dérangeant à regarder la personne à qui on parlait, d'abord ? C'était plutôt censé être une forme de politesse des plus basiques. Le jeune homme ne consentit à détourner le regard que lorsqu'une nouvelle remarque d'Elias le poussa à regarder autour de lui pour comprendre quelle mouche l'avait encore piqué. Il repéra rapidement l'arme pour le moins impressionnante que le soldat avait laissé près de lui. Oh. Ses sourcils se froncèrent une seconde, très vite chassé par ce sourire en coin qui revenait au galop. Eh bien, eh bien... Un militaire qui oubliait son arme derrière lui comme ça, pas très professionnel, dites donc ! Les choses étaient en train de devenir intéressantes, soudainement. Doucement, l'ingénieur se leva à son tour, attrapant l'arme au passage, dont il prit soin de pointer le canon vers le sol et s'approcha d'Elias. Il oublia la distance de sécurité, cette fois, et vint se planter à seulement quelques pas du soldat, attendant quelques secondes avant de lui tendre son arme, sans la lâcher réellement. « T'as l'air tendu. » Il relâcha finalement l'arme tranquillement. « Y a vraiment pas de quoi, je vais pas te manger, tu sais. Sauf si tu me dis que ça peut t'aider à te détendre un peu. »

_________________
Happy Pride Month rainbow heart
We should indeed keep calm in the face of difference, and live our lives in a state of inclusion and wonder at the diversity of humanity  
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 2907
Points : 4472
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shelter from the storm [Elias]   Mer 20 Déc - 12:29
Il s'excusait vraiment ? J'en doutais, il semblait content de ma réaction, en revanche ce qui me surprit ce fut plus le fait qu'il n'avait même pas envisagé prendre l'arme. Mais lorsqu'il se tourna vers elle, ma respiration se stoppa presque aussitôt. Le suivant du regard alors que je glissais pas mais sur mon couteau. Il l'avait prise et même si le canon était tourné vers le bas, il pouvait toujours me tuer. Le regardant s'approcher, il finit à quelques pas de moi, me tendant l'arme avant de signaler que j'avais l'air tendu. Réellement ? Sentant qu'il relâchait l'arme, je la prenais, soufflant un coup alors qu'il m'assurait qu'il n'y avait pas de quoi être tendu, il n'allait pas me manger, sauf si cela pourrait m'aider à me détendre un peu. Forçant légèrement les sourcils, je ne compris pas de suite, mais rapidement, mon cerveau fit une association d'idée, les regards, ses mots et donc les sous entendu… Ok, j'avais fréquenté des personnes gay, ce ne m'avait jamais déranger, sans doute car aucune n'avait eu l'air de poser son intérêt sur moi. « Merci… », soufflais-je avant de reculer d'un pas puis d'un deuxième jusqu'à cogner un bureau. Soupirant, je m'asseyais sur ce dernier, posant l'arme à côté de moi dans une attitude faussement détendu. Je n'étais pas à l'aise, je n'étais pas détendu, c'était évident, mais je tentais de maintenir l'illusion. « Écoutes… Will, y'a un malentendu, je suis pas… Enfin, si c'est de l'humour, arrêtes. », je n'étais pas réceptif, ça me déranger. J'étais mal à l'aise. Il était trop… Etrange à cerner ? Il avait tout du petit con, pourtant il avait connaissance des limites. Je ne savais pas si c'était un instinct de conservation, mais il n'avait pas chercher à jouer avec le feu, bref il agissait étrangement. Sa personnalité m'intrigué plus que de raison, et je me laissais bien trop déstabilisé entre nous.

« T'es comme ça avec tout le monde ou c'est l'idée de ne pas pouvoir m'énerver qui t'as challengé ? », notez qu'il avait réussit. Mais la n'était pas la question, j'avais besoin de savoir ce qu'il foutait exactement là. J'étais patient, mais pas dans les situations comme ça. C'était sans doute sa façon d'être, mais elle faisait écho à quelque chose que je ne maitrisais pas, et je n'aimais pas. J'aurais sans doute du passer à quelque chose d'autre, mais j'en étais incapable. Remontant le regard sur lui, je le fixais, soutenant son regard, refusant tout simplement de lui donner de l'importance, ce qui était faut. Le malaise ne faisait que monter à mesure que je le regardais, mais je ne me détournais pas. Traiter le mal par le mal devait bien fonctionner pour quelque chose non ?

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1773
Points : 2331
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shelter from the storm [Elias]   Mer 20 Déc - 13:12
Comme une anguille lui filant entre les doigts, Elias eut un mouvement de recul assez surprenant, peut-être un peu désespérant aussi. Doucement, Will secoua la tête en le regardant faire. C'était à se demander s'il ne commençait pas à ressembler à un tueur en série tellement le pauvre soldat semblait au bord de la crise de nerf. Au moins, il se retenait de le frapper ou de pointer son fusil sur lui, bon point qui donnait au jeune homme un peu trop confiance en lui. Une nouvelle déclaration hésitante du soldat rendit le brun d'autant plus perplexe. Il l'observa un instant, prêt à répliquer, mais décida finalement de conserver le silence. Son instinct le trompait tout de même assez rarement à ce sujet et il aurait vraiment juré que ça n'était pas le cas en ce moment, mais bon... « Ça va, j'essayais juste de te décoincer. » Ce qui était vrai, dans le fond, même s'il n'était pas du genre à se défiler au dernier moment. Mais bon, puisque monsieur Elias ne mangeait pas de ce pain-là, tant pis pour lui. De toutes manières, tant qu'il tiendrait une arme face à un Will aux mains vides et sans être certain de ne pas risquer sa peau au moindre faux pas, mieux valait rester tranquille. Peut-être que de laisser son arbalète sur le bureau n'était pas une très bonne idée, finalement.

« Un peu des deux. Mais j'ai déjà réussi à t'énerver, pas vrai ? C'était pas si compliqué, finalement. » Sa réaction tout à l'heure laissait peu de place au doute, par contre. Will avait sauté un peu trop rapidement aux conclusions, visiblement, mais il persistait à dire que cette injonction à regarder ailleurs trahissait d'un manque de calme. « Ça et ton air guindé qui me file des frissons. Sérieusement, j'ai jamais vu quelqu'un d'aussi mal à l'aise de ma vie. » Rester sage, d'accord, mais peut-être pas trop quand même. Et puis, tant qu'il gardait une vue correcte sur le fusil, il se prenait à croire qu'il pourrait réagir assez vite en cas de problème. Aussi, le jeune homme se remit en mouvement, traversant la courte distance qui le séparait encore du soldat et grimpa à côté de lui sur le bureau. « Comme je t'ai dit, on est coincé ici pour un bout de temps... Enfin à moins que tu veuilles retourner faire un brin de toilette ? Alors, faut bien s'occuper un peu. » Sa manière de s'occuper ne faisait clairement pas l'unanimité, mais ça, ça n'était pas son problème. Du moins pas pour l'instant. « Alors, dis-moi, t'as l'intention de me trouer le crâne sous peu ou tu vas finir par poser ton fusil ? »

_________________
Happy Pride Month rainbow heart
We should indeed keep calm in the face of difference, and live our lives in a state of inclusion and wonder at the diversity of humanity  
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 2907
Points : 4472
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shelter from the storm [Elias]   Mer 20 Déc - 13:32
Il essayait juste de me décoincer ? Sérieusement ? C'était sa façon de décoincer les gens ? Reculant en préférant ne rien commenter, je tentais de soutenir son regard, évitant de fuir pour lui laisser croire quoi que ce soit. Je finis toutefois par lui demander si il était comme ça avec tout le monde ou mon refus de m'énerver en était le seul moteur. D'après lui, il s'agissait sans doute des deux, même si il avait déjà réussi à m'énerver. Si c'était compliqué à la base, le fait qu'il y soit arriver si facilement n'était pas pour me rassurer, ni m'aider. Il compléta alors sa réponse, ajoutant que mon air guindé lui donnait des frissons. J'étais rarement aussi mal à l'aise en toute honnêteté, c'était lui qui me tendait. « À qui la faute… », le regardant s'approcher, je soufflais un peu quand il s'assit à côté de moi. On était coincé ici un bout de temps, sauf si je voulais me retrouver à nouveau trempé. On allait donc devoir s'occuper… Si c'était à sa façon, je m'en passerais volontiers. Il me demanda alors si j'avais l'intention de lui tirer dessus ou si j'allais finir par poser l'arme. Ce n'était pas forcement rassurant pour lui aussi d'avoir quelqu'un d'aussi stressé à côté de lui. Soupirant donc, je posais l'arme un peu plus loin sur l'appuie de fenêtre. Toujours à porté, mais moins près. « Je tire rarement sur les vivants, même si j'ai des doutes te concernant, je ne vais pas tirer à vu. », il n'avait donc rien à craindre. Le silence retomba légèrement, juste le temps de me rappeler qu'il n'aimait pas ça. « Avant ce bordel tu faisais quoi ? », demandais-je simplement. Histoire d'entretenir la conversation pour ne pas être confronté au silence et au sentiment étrange qui me perturbé en sa présence. Il faudrait m'expliquer une jour pourquoi, même si je me doutais que son comportement, lié au fait que je n'aimais pas être avec des gens devait jouer.

Passant une main dans mes cheveux, je finissais par glisser sur ma nuque, tirant légèrement mes vertèbres, cherchant à me détendre. « Je suis pas guindé, je suis juste respectueux… », finis-je par souffler même si je doutais qu'il me croit. J'étais guindé, réservé depuis que j'avais perdu tout un camps à l'hôpital. Comment ne pas l'être, j'avais prit un coup, j'avais essuyé un échec et j'avais failli mourir. Sans doute cela lui tenait moins à coeur, et ça ne serait pas étonnant, mais je n'étais pas guindé. J'en connaissais des biens pires. J'avais juste oublié comment vivre, il y avait une grande différence. Et puis non, je n'allais pas le fixer éternellement, je ne considérais pas ça comme respectueux entre nous et si nous place étaient inversé il ne l'aurait pas apprécié non plus. Quelque part je me disais que j'étais surtout ridicule, je l'accusais en quelque sort d'avoir des intentions que je ne partageais pas. Sans doute était-il simplement provocateur, pour la suite, mon cerveau percevait ça d'une mauvaise façon, comme le fait qu'il veuille s'occuper.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1773
Points : 2331
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shelter from the storm [Elias]   Mer 20 Déc - 13:33
Un rire, bref, presque trop discret pour être vrai, traversa les lèvres de Will alors que le soldat consentait à déposer son arme, non sans lâcher une petite remarque qui plaisait bien au jeune homme. Peut-être qu'il avait plus ou moins mérité cette petite menace qui n'en était pas vraiment une. Dans tous les cas, le seul fait que le fusil ne soit plus dans les mains de son propriétaire était une bonne nouvelle qui détendit immédiatement l'ingénieur. Un homme aussi tendu avec une arme dans les mains et un emmerdeur sur le dos, quel meilleur moyen pour arriver à un malheureux accident ? Il y avait toujours la possibilité que Will arrête d'emmerder le monde, mais ça... ça tenait plus du miracle qu'autre chose et il ne croyait pas aux miracles. Surtout pas en ce moment.

Quoique... Le seul fait qu'Elias se décide à parler à son tour, ça relevait du miracle, non ? Un nouveau sourire taquin, qu'il ne cherche pas le moins du monde à cacher, se dessina sur le visage de Will face à cette question qui relevait sérieusement de la conversation légère entre deux êtres humains. Il avait donc réussi, en l'espace de quelques minutes, à énerver Monsieur Patience et même à lui tirer un semblant de conversation. Et il en rajoutait une couche en lâchant une petite remarque qui ressemblait à s'y méprendre à une tentative de se justifier. Plusieurs questions brûlaient les lèvres du brun, mais il se retint encore un instant de les poser. Chaque chose en son temps. « Le respect, ça se mérite, on a pas à l'offrir au premier crétin qui passe. » lança-t-il, très sérieux. Tout le monde n'aurait pas été de son avis et probablement que monsieur le soldat ne l'était pas après qu'on lui ait bourré le crâne d'opinion contraire toute sa vie, mais là n'était pas la question. Et puis de toutes façons, Elias pouvait bien dire tout ce qu'il voulait, ça sonnait très creux aux oreilles de son interlocuteur. « Enfin, si ça te permet de te sentir mieux de te raconter une telle salade, fais-toi plaisir, Elias. »

Pour la première fois depuis un petit moment, Will s'autorisa à se détourner, cessant enfin de faire peser son regard sur les épaules de l'homme. « Je bossais à la centrale d'Ann Arbor, avant tout ça. Probablement pas aussi passionnant que tout ce que tu as du faire ou voir pour le bien de notre grande patrie ! » accepta-t-il finalement de répondre. Ses pensées se posèrent quelques secondes sur ce passé qui semblait si lointain, presque irréel après ces deux années, jusqu'à ce qu'il commence à sentir un genre de malaise le prendre à son tour, qu'il appréciait très peu et dont il fallait qu'il se débarrasse très vite. Et quel meilleur moyen pour ça que de continuer plutôt à emmerder ce pauvre Elias, hm ? Son regard se reposa donc tout naturellement sur le soldat, son sourire revenant aussitôt. « Et si c'était pas de l'humour, tout à l'heure, tu me laisserais continuer ? » demanda-t-il, l'air de rien, tâchant de ravaler au mieux les accents moqueurs que voulait prendre sa voix.

_________________
Happy Pride Month rainbow heart
We should indeed keep calm in the face of difference, and live our lives in a state of inclusion and wonder at the diversity of humanity  
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 2907
Points : 4472
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shelter from the storm [Elias]   Mer 20 Déc - 14:17
J'étais en train de tomber à court d'argument pour justifier mes actions auprès de lui mais aussi de moi. Pourquoi étais-je aussi perturbé par un simple regard. Ou voulait-il en venir ? Ouais j'avais l'impression de mentir, j'étais tiraillé par des sentiments qui m'étaient étranger et dont il était la cause. Je ne savais pas comment m'en débarrasser et j'étais seul face à ma propre incompréhension. Ma respiration était un peu plus forte que d'habitude, je me sentais piégé, paniqué et j'avoue que je n'étais pas le plus heureux de voir les choses évoluer comme ça. Il n'avait fait que me regarder, avec insistance certes, mais il ne s'agissait que d'un regard. Pouvait-on déstabiliser les gens aussi facilement ? J'étais un homme d'action, même si j'étais bon stratège, je ne rentrais pas dans la tête des gens. « Tu estimes que je me mens à moi-même ? », demandais-je brusquement avant de sentir son regard me quitter. Il travaillait à la centrale, je n'aurais pas cru qu'un mec comme lui puisse bosser là bas. En fait j'excluais la sécurité, et l'entretient, allez savoir pourquoi. Il me semblait en avoir bien plus dans la tête que moi. Secouant la tête à sa remarque, je répondais amèrement, « Il n'y a rien de passionnant à recevoir des ordres qui vont à l'encontre de tes propres convictions. ». A se prendre des blâmes quand on refusait d’abattre un gosse. Mais ca je le gardais pour moi. Sentant à nouveau son regard se poser sur moi, je tournais la tête, le temps de croiser ses yeux lorsqu'il reprit. Si ce n'était pas de l'humour ? Je le laisserais continuer ? Quoi ? L'incompréhension pu sans doute se lire sur mon visage. Ne comprenant pas la référence dans un premier temps, puis la saisissant et là. Je détournais à nouveau les yeux, nerveux par tout ça. Je n'étais pas prude comme mec, loin de là, j'en avais dragué, beaucoup, et j'avais couché avec tout autant de femme. Mais là, les sous entendu et le doute qu'il avait fait naître... C'était un peu trop pour ma santé mentale. Sautant du bureau je fis quelques pas, retrouvant une distance me permettant de réfléchir.

« Will... », soufflais-je en me retournant vers lui. Regardant rapidement l'arme, je revenais poser mes yeux sur lui. Ok, faire confiance, je pas paniquer car j'avais laissé une arme près d'un ennemie potentiel. « Écoutes, y'a rien de personnel, tu es surement un mec charmant et à première vu t'as tout ce qu'il faut là ou il faut pour faire tomber qui tu veux dans tes bras. », j'étais obligé de signaler qu'il était beau gosse et que j'avais pu prendre le recul pour affirmer qu'il était bien bâti ? Et pourquoi je pensais à ça, concentres-toi Elias. « Mais clairement, je suis hétéro ok ? Ca a toujours été comme ça et c'était bien ok ? », je me justifiais beaucoup trop. Et je sais, on pouvait pas dire qu'on était pas quelque chose tant qu'on avait pas essayé, mais c'était flagrant non ? J'avais fini au lit qu'avec des femmes et... Le fais d'avoir l'impression de me faire déshabiller du regard était tout aussi gênant que j'y étais sensible. Fallait que je trouve quelque à Fort Hope, n'importes qui, mais une femme qui pourrait éventuellement me sortir ce genre d'idée de la tête.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1773
Points : 2331
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shelter from the storm [Elias]   Mer 20 Déc - 14:46
Ce type gagnait en intérêt à chaque nouvelle réponse et le plus satisfaisant dans tout ça, c'est qu'il semblait lutter très fort pour se défaire de cette situation, sans parvenir à faire autre chose que de s'enfoncer plus sérieusement à chaque fois. Trop facile, vraiment. Tellement que Will ne prit même pas la peine de répondre à sa question, clairement rhétorique, même si le soldat n'allait certainement pas l'admettre à voix haute. Quel intérêt ? Il prenait un certain plaisir, évident, à confronter Elias à ses propres contradictions, mais ça restait plus satisfaisant d'y aller doucement pour l'instant, aussi, il commença par lui donner quelque chose à son tour en répondant plus que vaguement à la question sur son passé. Une autre information d'importance lui fut donnée en échange, insufflant un léger doute dans l'esprit de l'ingénieur. Il la conserva dans un coin de son esprit, déjà persuadé qu'il y reviendrait plus tard, mais pour l'instant cette conversation prenait un virage beaucoup trop sérieux que le jeune homme chercha à fuir au plus vite, en posant une nouvelle question qui eut l'effet exact qu'il cherchait.

Et il essayait encore de faire croire à quelqu'un qu'il n'était pas gay, sérieusement ? La vraie question, c'était de savoir à qui il voulait faire avaler ce mensonge... A Will ou à lui-même ? La réponse semblait finalement assez évidente et c'était peut-être encore mieux. En tout cas, Will ne perdait rien de son petit air moitié moqueur, moitié supérieur. « 'Clairement hétéro'... » souffla-t-il très bas, plus pour lui-même qu'autre chose, comme s'il savourait une blague qu'il soit le seul en mesure de comprendre. « Tu te rends compte que t'es en train de parler de ton hétérosexualité tellement 'évidente' au passé, pas vrai ? » ajouta-t-il plus fort, à l'adresse du soldat. Il hésita à se lever à son tour, pour continuer de poursuivre Elias à travers sa fuite désespérée, mais décida finalement de rester en place. Pas besoin de se fatiguer pour le moment, il parvenait très bien à ses fins en restant sagement assis. « Mais bon, vu toute l'assurance que tu mets à définir ta sexualité, je suppose que tu sais de quoi tu parles. T'as du avoir pas mal d'occasion de tester tes options à l'armée, non ? Et visiblement, t'es le genre fin observateur... »

_________________
Happy Pride Month rainbow heart
We should indeed keep calm in the face of difference, and live our lives in a state of inclusion and wonder at the diversity of humanity  
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 2907
Points : 4472
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shelter from the storm [Elias]   Mer 20 Déc - 15:12
Je continuais à la fixer, comme dans l'espoir qu'il approuve ce que je disais, comme si le fait de le convaincre lui réussirait à me convaincre moi. Comme si, il pourrait y changer quelque chose. Il avait provoquer ça, bien sur qu'il n'allait rien y changer. Bien sur qu'il continuerait à alimenter le feu. Il me demanda donc si j'avais conscience que je parlais de mon hétérosexualité au passé... Fronçant légèrement les sourcils, je levais les yeux au ciel, soufflant un bon coup avant de répondre presque aussi vite, « Tu m'as comprit, je peux pas assurer la sécurité d'autre personne et sortir avec des femmes, y'a plus urgent. », le fait est que je n'étais pas en manque, et qu'aucune femme à Fort Hope n'avait retenu mon attention. J'avais été fiancé à ma meilleure amie avec qui on n'avait jamais rien fait juste pour mes parents... Il fallait plus de choses évidente là ? Mais non, c'était une erreur. Et puis, lorsqu'il reprit, ses mots m'achevèrent. Soupirant à nouveau, je me laissais tomber sur une chaise, passant une main sur mon visage, prêt à abdiquer. C'était lui le problème, pas moi. C'était lui avec ses regards... Moi, moi j'étais juste fatigué... Pourtant quand il fut temps de répondre, je ne fis que poser mes coudes sur mes genoux, une jambe battant le sol en signe de nervosité. « Non... », je n'avais même pas cherché à mentir. A quoi bon ? J'avais l'impression d'être piégé. Clairement il y avait quelque chose chez lui, dans son comportement qui me troublait beaucoup trop pour que je l'ignore. De là à définir ça comme de l'attirance... Il n'y avait pas beaucoup de gay à l'armée, car il y avait beaucoup d'homophobe, soyons honnête. Et dans ma famille ? Une famille japonaise ? Autant leurs dire que je voulais faire de la peinture, j'aurais plus de chance de survivre. Et puis avec cette merde, le peu de liberté que j'aurais pu avoir ne m'avait dans le fond pas permit d'en savoir plus. J'étais tolérant, mais reconnaître ça ? Non, ca ne pouvait pas juste être ça...

« Je suis pas homophobe, c'est juste que non, enfin je sais que j'ai été conditionné pour jugé le fait d'être hétéro pour acquis, mais j'ai jamais été attiré par les hommes, je vois pas pourquoi tu ferais exceptions. », je reconnaissais à demi-mot qu'il provoquait tout ça, qu'il était à l'origine de ce bordel. Je pensais être assez vieux pour ne pas faire de caprice et je n'étais pas comme ça dans tout les cas. C'est juste que... « Si c'est un jeu arrêtes tout de suite... », j'étais suffisamment troublé pour aujourd'hui. Comment je pouvais être certain de moi à présent. Il avait mit le doigt sur le problème. Et mon problème était à quelques mètre de moi. Jamais je me laissais déconcentrer comme ça, jamais... C'était n'importe quoi... Ok, je pourrais pas en avoir le coeur net car ça reviendrait à essayer, et je doutais d'avoir le courage pour le prendre, mais c'était irréel...

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1773
Points : 2331
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shelter from the storm [Elias]   Mer 20 Déc - 15:59
Ahlala, pauvre homme... Il n'avait de cesse de se débattre comme s'il cherchait à s'arracher à une affreuse torture et ça aurait presque pu lui attirer la sympathie, ou peut-être juste la pitié, de Will, mais... Pourquoi abandonner une partie qu'on gagnait ? Il manquait seulement de savoir ce que le jeune homme comptait remporter réellement dans tout cela... Probablement seulement la satisfaction d'avoir le dernier mot, le connaissant. Ça ne le dérangeait pas du tout. « Tu recommences avec tes 'si', Elias. » fit-il remarquer comme il aurait grondé gentiment un enfant. « Ça implique que si je suis sérieux, je peux continuer, on est d'accord ? Les mots ont de l'importance, tu sais. » Heureusement pour Elias, il ne croyait pas être vraiment sérieux. Il ne se posait simplement pas la question, ce qui lui évitait probablement de se retrouver dans le même état que le militaire. Et même si tout cela l'amusait très sérieusement, il n'était pas complètement cruel non plus.

« Enfin, bon, loin de moi l'idée de te mettre mal à l'aise, bien au contraire. » lança-t-il avec toute l’innocence du monde. Il y avait de quoi en douter sérieusement, mais il n'avait pas prévu non plus qu'Elias serait aussi facile à perturber, après tout il s'était présenté tout seul comme plein de patience et d'indifférence, hein... « J'ai juste du mal à comprendre un truc, mais tu pourras peut-être m'éclairer... » Il se leva finalement, mais se contenta de faire quelques pas sur le côté, pour s'approcher d'un bureau au hasard dont il observa le contenu en continuant son petit monologue. « Tu veux vraiment essayer de me faire croire que tu viens de passer... » Il se retourna une seconde pour jauger le soldat, l'air de douter réellement de ce qu'il comptait dire. « Disons deux ans, t'es plutôt mignon toi aussi, je peux pas croire que ce soit plus. » Il se détourna à nouveau, tendant la main pour attraper un stylo qui traînait sur le bureau et jouer avec. « Deux ans, donc, sans rien faire ? D'accord, les priorités ont changé dernièrement, mais...C'est bon pour la concentration de se lâcher un peu parfois, tu vois. Et puis, ça fait partie de la nature humaine, de désirer ce genre de choses. » Il s'arrêta subitement, marquant une pause en levant les yeux et se retourna brusquement pour observer le soldat. « C'est peut-être pour ça que je te trouble autant, en fait. S'il n'y a que ça pour te remettre dans le droit chemin, disons que je suis sérieux, ce sera notre petit secret. »


Spoiler:
 

_________________
Happy Pride Month rainbow heart
We should indeed keep calm in the face of difference, and live our lives in a state of inclusion and wonder at the diversity of humanity  
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 2907
Points : 4472
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shelter from the storm [Elias]   Mer 20 Déc - 16:49
Je venais de me faire engueuler là ? Oui je recommençais, mais je ne savais pas ou j'étais. Je ne maîtrisais même plus le sens de mes phrases, si bien qu'avec ce que je venais de dire, il réussit a en conclure que si il était sérieux, il pouvait continuer. Euh j'avais pas dit ça, loin de là. Enfin je crois. Non l'idée c'était de pas juger ça comme un jeu, c'était assez surprenant en soit. Préférant pas répondre pour ne pas enfoncé le clou plus loin encore, je l'entendais affirmer que me mettre mal à l'aise n'était pas dans ses plans. Bien au contraire. J'en doutais. Je pense qu'il avait vu une faille et qu'il s'y était engouffré. Il reprit expliquant qu'il y avait juste un élément qu'il n'arrivait pas à comprendre. Le regardant se lever, il fit quelques pas pour s'approcher d'un bureau, reprenant la parole en faisant je ne savais quoi. Il avait du mal à croire que je venais de passer deux ans sans rien faire. J'avais légèrement détourné les yeux lorsqu'il m'avait qualifié physiquement, revenant finalement vers lui lorsqu'il affirma que malgré les priorité, il y avait une partie naturelle. Lorsqu'il évoqua le fait de se lâcher, je soupirais malgré moi, c'était une manie en ce moment de vouloir me faire lâcher prise ? Il se retourna alors, brutalement vers moi, affirmant que tout ça pouvait expliquer pourquoi il me troublait autant. Avançant alors que si cela pouvait me remettre sur le droit chemin, on pouvait dire qu'il était sérieux, et que cela serait notre petit secret. Me faire avoir par ce mec ? Certainement pas. Sauf que c'était déjà le cas. Le fait qu'on parle de ça maintenant était déjà suffisant pour justifier qu'il avait de l'influence. Détournant les yeux, je regardais à nouveau le sol lorsque je repris en soufflant, « J'ai perdu des civils et des hommes simplement car je me suis lâché un peu, j'ai prit la confiance et des connards sont venu exécuter, femmes, hommes et enfants, laissant une poignet en vie, enfermé avec des cadavres prêt à se relever...  », c'était beaucoup trop personnel, mais j'avais changé ce jour là, je ne pouvais pas le nier. « J'aimerais bien lâcher prise, me détendre, mais contre toute attente j'ai peur. Pas pour moi, peur de pas pouvoir assurer la protection des autres. ». Ma jambe avait arrêté de battre, j'étais bien trop honnête avec un inconnu, « Du coup ouais, j'ai prit sur moi, je suis resté en retrait depuis, pour donner une chance aux autres de se détendre, de se lâcher... », j'eus un rire faux, secouant la tête avant de remonter les yeux vers lui.

« Alors ouais j'aimerais bien me dire, vas-y tu le connais pas, si ca se trouve tu dérailles juste et ca sera qu'une expérience, j'aimerais sincèrement en avoir le coeur net, mais après quoi ? Je dois pas me déconcentrer, quoi qu'on en dise et même si à l'heure actuelle j'ai l'impression que le divertissement serait plus que nécessaire, je reste coincé comme tu dis... », je m'étais levé sur la fin, finissant droit sur mes jambes alors que je tournais la situation en boucle dans ma tête. J'avais posé les mots, avant tous ce merdier je n'aurais pas repoussé l'occasion, mais maintenant... Ouais j'avais peur de me dire que j'aimais ça, que ce n'était pas simplement troublé, mais bel et bien attiré. Je restais de longue minutes à fixer dehors, à chercher quoi faire. Si il se foutait de ma gueule je risquais fort de lui faire passer toute envie de recommencer mais d'ici là... Me retournant alors, je le fixais quelques instants. J'avais quoi à perdre ? Rien. Et il ne me prendrait pas au sérieux sans ça non ? « Tu sais quoi, sois sérieux. ».  

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1773
Points : 2331
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shelter from the storm [Elias]   Mer 20 Déc - 18:00
La plaisanterie commençait à s'essouffler plus que légèrement et la conversation à devenir beaucoup trop sérieuse et beaucoup trop déprimante aussi. Le petit air de crétin agaçant de Will commençait à se faner sérieusement face à ces révélations qu'il n'avait vraiment pas vu venir. Jouer au con pour s'amuser à titiller un pauvre mec un peu coincé à l'homosexualité refoulée, c'était une chose, se retrouver à devoir affronter la réalité aussi violemment... Il n'avait certainement pas cherché à en arriver là. L'arroseur arrosé, comme on dit. En tout cas, en se décidant finalement à parler pour balancer un peu plus que deux mots lancés sans trop d'assurance, Elias venait de calmer les ardeurs de l'ingénieur en un rien de temps. Ce qu'il n'avait pas vu venir non plus, c'est que le militaire finisse par lancer une invitation, ou accepter la sienne, ça devenait soudainement difficile à dire, en fait.

Lentement, Will reposa le stylo sur le bureau et resta planté quelques secondes à observer Elias avec sérieux. Une petite part de lui avait envie de s'engouffrer dans la faille. Après tout, pourquoi pas ? Ça n'était que du sexe, rien de bien grave et s'il ne se retenait pas depuis aussi longtemps que le soldat, il aurait parié qu'il fréquentait quand même beaucoup moins de survivants au quotidien. Un peu de chaleur humaine, ça ne lui ferait vraiment pas de mal. Mais il se sentait réellement mal à l'aise, tout à coup, comme s'il avait ouvert la boite de Pandore en poussant l'homme à lui révéler des choses qui ne le regardaient clairement pas. Il inspira un bon coup et décida d'y aller pas par pas le temps de faire un choix, s'approchant doucement de l'homme pour venir se planter devant lui. Il l'observa encore un instant sans rien dire, définitivement débarrassé de son air supérieur/ Il était suffisamment proche pour donner l'impression d'avoir fait son choix, assez aussi pour sentir le souffle irrégulier d'Elias lui réchauffer la peau et effleurer sa peau brièvement. Mais il n'alla pas plus loin que ça, un simple effleurement, avant de se redresser un peu trop rapidement. « Pas aujourd'hui. »

Il ne bougea pas tout de suite, continuant de fixer l'homme sans défaillir. « T'as vraiment besoin de te relaxer et, c'est pas vraiment dans mes habitudes de charmer des pucelles, mais tu me plais bien, alors je suis prêt à faire une exception. Mais pas maintenant, pas comme ça. » Les complications, très peu pour lui et avec tout ce qu'Elias semblait garder enfoui en lui depuis trop longtemps, il voyait venir les emmerdes à grands pas. Mais il se garda d'aller au fond de ses pensées et préféra plutôt reculer d'un pas en tâchant de retrouver un air plus impassible, plus détaché. « Pourquoi est-ce que tu continues de te prendre la tête comme ça ? » demanda-t-il. Il conservait son sérieux, mais aussi son ton plus abordable. Le temps de jouer était passé, qu'il accepte de l'admettre ou non, ce type venait de le secouer légèrement et pour la première fois de toute cette conversation, Will posait une question dont la réponse l'intéressait réellement. « J'veux dire, si c'était déjà contre tes principes avant, de suivre les ordres et tout ça. Pourquoi tu continues maintenant que plus personne n'en a rien à faire ? On va pas te radier de l'armée maintenant, pas vrai ? Alors quelle importance ? »

_________________
Happy Pride Month rainbow heart
We should indeed keep calm in the face of difference, and live our lives in a state of inclusion and wonder at the diversity of humanity  
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 2907
Points : 4472
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shelter from the storm [Elias]   Mer 20 Déc - 18:54
Il semblait hésiter, il perdait en assurance et moi, j'étais de moins en moins sur de moi à mesure qu'il avançait. Mon coeur battait de plus en plus vite, ma respiration perdait de sa régularité. Il était bien trop prêt la maintenant. Et pourtant il ne fit rien. Une partie de moi fut soulagé, l'autre agacé. Vraiment agacé. Soufflant un bon coup, il restait bien trop près, sans doute trop pour quelqu'un qui insistait à nouveau sur le fait que je devais me détendre et qui venait de me qualifier de pucelle. J'étais pas… Si sur ce point en fait je l'étais. Je lui plaisais bien, alors il ferait une exception, mais certainement pas comme ça, ni maintenant. Le sentiment de partage ne disparaissait pas, mais je le gardais pour moi. Il ne s'était pas éloigné, mais ce que j'avais dit semblé avoir fait un bout de chemin dans sa tête. Il me demanda alors pourquoi me prendre la tête comme ça, j'avoue que sa proximité rendait les choses plus difficile, mon cerveau fonctionnant toujours bien trop vite. Il précisa donc ses pensées. Pourquoi continuer si c'était déjà contre mes principes. Je n'avais plus de compte à rendre et je n'allais pas me faire radier. Je pouvais comprendre qu'il soit intrigué justement, peu de gens comprenait mon comportement, baissant les yeux, je glissais mon regard sur lui avant de regarder le sol, « Tuer des enfants étaient contre mes principes, tuer des innocents aussi… », soufflais-je dans un premier temps avant de lever une main, la portant sur mon torse pour toucher le point de sortie d'une des balles ayant couté la vie à une gamine. « Je connais pas beaucoup de monde qui sait se servir d'armes lourdes, encore moins d'en avoir, je veux dire, je suis pas du genre à servir mes intérêts uniquement, et aujourd'hui, des gens comptent sur moi et je peux pas les abandonner, j'ai prit des engagements. », et les ordres n'étaient plus les mêmes. « Je me suis pas engager dans l'armée pour tuer, mais pour sauver, c'est ironique quand on sait que j'abattais des hommes à longueur de journée en longue distance, mais c'est vrais. Tout part en vrille ici, si personne reste un minimum censé il y aura bientôt plus de mort causé par des survivants que par ces merdes. », j'étais idéaliste sans doute, et j'allais passer pour un con à n'en pas douter, mais je ne cherchais pas le sang, et si je pouvais être utile, autant l'être. Penser à ma seule survie ne m'intéressait pas.

« L'importance c'est de pas me perdre pour une question de survie… Si je peux pas donner une chance à une mère et ses gosses, autant arrêter tout tout de suite. », voilà pourquoi je restais aussi tendu, aussi stressé. Je commençais lentement à craquer, je le savais, aujourd'hui en était la preuve. Remontant le regard sur lui, je finis par lui demander, « Pourquoi ces questions ? ». Croisant alors les bras sur mon torse, j'essayais de recréer une distance entre nous, car malgré le sérieux de mes déclarations, les choses de changeait pas, son regard provoquer un chamboulement qui n'avait pas lieu d'être. Je ne savais pas ce qu'il avait fait, pourquoi je me sentais frustré aussi, mais le fait est qu'il était là, si prêt que mon regard pouvait s'accrocher aux détails de sa peau, de son visage, de ses yeux.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1773
Points : 2331
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shelter from the storm [Elias]   Mer 20 Déc - 19:29
La réponse était exactement ce que Will s'attendait à recevoir et pourtant, il n'avait rien imaginé avant de l'entendre. Mais c'était ça, c'était cohérent et ça ressemblait tellement à ce type qu'il ne connaissait pourtant pas le moins du monde. Il avait fini par le cerner pour de bon et ça lui faisait passer toute envie de se moquer. Pourquoi ? Quelques réponses affluaient à l'esprit du jeune homme, mais il s'entêta à les repousser jusqu'à ce que cette question bien gênante ne résonne à voix haute, dans la bouche d'Elias, cette fois. Pourquoi, oui ? Qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire de savoir tout ça, au final ? Il manqua de répondre qu'il ne savait pas, tout simplement, mais se retint au dernier moment en se mordant la lèvres. Ne pas savoir, un signe de faiblesse pour Will et il n'avait aucune envie de perdre l'avantage face à Elias.

« Parce que je te trouve étrange. » lâcha-t-il à la place. Il ne bougeait toujours pas d'un poil et malgré l'évident malaise qui persistait chez le soldat face à cette toute nouvelle proximité, il se gardait bien de détourner le regard aussi. « Différent. » Ces réponses manquaient de vérité, mais il les donnait avec tant d'aplomb que ça ne se verrait certainement pas. « Et puis, tu connais Francis Bacon ? C'était un philosophe anglais. Il a écrit « Le vrai pouvoir c'est la connaissance » et il n'y a rien de plus vrai au monde. Tu ne crois pas ? » Raison pour laquelle lui-même s'évertuait à ne jamais trop en dire. On pouvait deviner, principalement quand il se mettait à citer des philosophes oubliés, qu'il cachait quelque chose derrière ses sourires moqueurs et ses piques, mais il fallait s'armer de courage pour en savoir plus. Pour le moment, il considérait avoir toujours l'avantage et ça lui convenait parfaitement. Face à un homme peu bavard, visiblement troublé et perdu, aucun risque de perdre la face, pas vrai ? « Je persiste à dire que tu te prends beaucoup trop la tête. On peut être sensé et profiter de la vie, je te jure. Tes grands principes sont charmants, mais... T'as remarqué que le monde partait en vrille, alors... ça ne te fait pas un tout petit peu peur de passer à côté de ta vie pour le plus grand bien ? Qu'est-ce que tu feras, quand t'auras tiré ta dernière balle, que tout s'arrêtera pour de bon, qu'il n'y ait plus personne à sauver ou que ton heure soit venue ? Même un soldat a droit à un week-end de perm de temps en temps. »

_________________
Happy Pride Month rainbow heart
We should indeed keep calm in the face of difference, and live our lives in a state of inclusion and wonder at the diversity of humanity  
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 2907
Points : 4472
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shelter from the storm [Elias]   Mer 20 Déc - 19:56
Étrange ? Fronçant légèrement les sourcils, je le regardais, il semblait sur de sa réponse et elle n'était pas la plus agréable à entendre en soit. Différent à présent ? Non, je pensais simplement être resté au même endroit, être resté le même. Il se permit alors une petite citation philosophique, le vrai pouvoir c'est la connaissance. Il posait autant de question pour ça ? Pour en savoir assez ? Pour prendre l'ascendant ? « Tu penses prendre l'avantage avec ça ? En apprenant que je suis loyale ? », soufflais-je doucement. Je n'aimais pas qu'on me prenne pour un con, le fait est qu'avec lui, c'était bien difficile de penser autrement. J'avais l'impression que quelque chose avait changé malgré tout, mais qu'il se murait derrière un masque. Il reprit alors pour dire que je me prenais beaucoup trop la tête. On pouvait profiter de la vie. Et si mes grands principes étaient charmants, le monde partait en vrille. Ce qu'il disait, si tout s'arrêtait. Il n'avait pas tort, mais chaque regard sur mon arme me rappeler ce que je savais faire et les autres non. Reculant d'un seul pas, je sentais mon dos épouser le mur alors que je glissais mes mains sur mon visage, cherchant à reprendre mes esprits. J'avais mit quinze centimètre entre nous, juste de quoi souffler. Il voulait quoi au juste ? Que je lâche prise ? Je ne pouvais pas, du moins pas comme ça et quand je lui offrais la possibilité de m'aider, il reculait. Je ne savais pas quoi faire, j'étais perdu. Laissant un main passer sur ma nuque, je finis par remonter le regard sur lui. « Alors quoi ? Je m'écoute juste moi ? », lui voulait quelque chose, je ne savais pas quoi. Mais Logan, il n'avait pas les mêmes intérêts, pourtant il avait les mêmes conseils. Lâcher du leste. Prendre du recul. Laissant tomber ma main le long de mon corps je n'avais aucune idée de se que je m'apprêtais à faire, aucune idée du bien fondé de tout ças. Pourtant mes bras s'étirèrent suffisamment pour le saisir par les hanches et l'attirer contre moi. Ma tête reculant légèrement pour que nos visages ses frôlent sans se toucher, ce qui n'était pas le cas de nos bassins. Une vague de chaleur semblait prendre mes reins en otage, tandis que ma respiration se faisait bien plus difficile. Je faisais quoi au juste ? Je sentais sa chaleur traverser la barrière de ses vêtements pour s'étendre dans mes doigts. Pourtant j'étais immobile, figé par cet élan de courage que je ne pensais pas possible. La gorge noué, la bouche sèche, j'attendais que tout ce calme.

Je n'allais pas réussir à réfléchir comme ça, j'aurais peut-être du y penser avant, mais la chose étant faite, je n'allais pas reculer, de toute façon je ne pouvais pas. Finalement je le lâchais, ne le repoussant pas pour autant, juste, j'écartais les mains, et les bras, légèrement, comme si son contact m'avait brulé. Ce qui était très stupide étant donné la proximité évidente de nos bassins. Fermant alors les yeux, la première chose qui me vient à l'esprit fut, « Désolé. ». Reprends toi Elias, reprends toi. Je me faisais sans aucun doute des films, mon cerveau refusant presque de me donner raison, pourtant une chose était vrai dans tout ça, et elle traversa la barrière de mes lèvres. « La connaissance c'est le pouvoir, te voilà armée car de toute évidence, je suis frustré. », une révélation à double tranchant. D'un côté il pouvait cultiver ça et le faire grandir, ce qui aurait pour effet de me frustrer un peu plus mais de ne donner aucune réponse à mon corps, à mon coeur et à mon cerveau. Ou il pouvait s'en amuser et faire disparaitre le sentiment, ce qui aurait pour effet de… Je n'en savais rien et j'en venais presque à préférer la première solution. Au moins je serais vacciné pour les années à venir. En attendant il était toujours là, et ça ne m'aidait pas.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1773
Points : 2331
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shelter from the storm [Elias]   Mer 20 Déc - 20:36
Oh non, il ne pensait pas prendre l'avantage, il était certain de l'avoir. La preuve en était que ce pauvre Elias semblait plus perdu que jamais et pourtant, ils ne se disaient pas grand chose. Ça tenait aux détails. Être attentif aux mots prononcés, strict sur leurs sens et voilà où ils en étaient. Mais le jeune homme se garda bien de répondre, il n'avait aucun besoin d'enfoncer les portes ouvertes et aucun intérêt à devenir trop explicite. Ses mots, sa petite leçon de philosophie appliquée au monde réel faisaient le travail tous seuls et c'était assez amusant d'en voir les effets en temps réel. Le sourire en coin de Will avait même fini par revenir, bien qu'il se crispa un instant lorsque le soldat l'attira brusquement contre lui. Ça, c'était assez inattendu. Loin d'être désagréable, cela dit. Très loin. Peut-être que Will lui-même commençait à ressentir une certaine tension, finalement, mais il n'était pas encore tout à fait décider à le montrer et il tenta de contrôler sa respiration pour masquer son trouble. À la fois curieux et impatient de voir jusqu'où le courage soudain d'Elias irait, il restait tranquille, immobile.  

Mais, même sans bouger, le soldat parvint à faire un nouveau pas en arrière, relâchant son emprise tout aussi rapidement qu'il l'avait attrapé, non sans tirer une petite pointe de déception à Will, qui persista aussi longtemps que le silence s'étira. Jusqu'à... une autre révélation. L'ingénieur se murait dans le silence, mais certainement pas dans l'inactivité et il leva une main pour poser ses doigts sur le visage du soldat, l'obliger à relever les yeux vers lui pour attraper son regard et s'y accrocher. « Rien ne t'oblige à le rester. » souffla-t-il à voix basse. Ça devenait vraiment difficile de savoir avec certitude s'il jouait encore ou pas, quel but il souhaitait atteindre dans tout ça. Un hétéro... Fallait que ça tombe sur lui, évidemment. Il s'était pourtant assuré de s'éviter ça pendant longtemps, mais là... La situation lui échappait peut-être un peu, quoi qu'il se sentait, finalement, beaucoup plus calme qu'il ne l'aurait cru, mais pas aussi indifférent qu'il l'aurait voulu. C'était un problème qu'il comptait régler, plus tard. Pour l'instant, il s'occupa plutôt de s'approcher encore un peu d'Elias, si seulement c'était possible et de se pencher pour poser ses lèvres sur celles du militaire.

_________________
Happy Pride Month rainbow heart
We should indeed keep calm in the face of difference, and live our lives in a state of inclusion and wonder at the diversity of humanity  
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Shelter from the storm [Elias]   
 
Shelter from the storm [Elias]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Détroit
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération