Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #29 : Juillet 2018
Recensement Recensement #5 en cours
Animation trimestrielle #1 Changez de sexe !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Cet été sur In Your Flesh, réalisez votre rêve d'enfant et devenez dresseur Pokémon ! Pour les attraper tous, ça se passe ici
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - préambule : Welcome to Detroit > A lire ici

In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Détroit

 [Guardians] Greed is normally balanced by fear

Compte Fondateur
The DeathCompte Fondateur
avatar
Messages : 1734
Points : 3542
Date d'inscription : 12/07/2015
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: [Guardians] Greed is normally balanced by fear   Mar 5 Déc 2017 - 9:10
Greed is normally balanced by fear

Camp des Guardians - Belle Isle - Le 28 Août 2016 à 2h37

Au cœur de l'île endormie, la haute silhouette du jardin d'hiver offrait quelques ombres plus profondes à la nuit. Ici, jusqu'aux râles habituels des rôdeurs parvenaient à se faire oublier, entre les arbres et les plantes de toutes sortes revenus à leur liberté. L'endroit habillait des airs de petite jungle paisible au milieu de la grisaille de Détroit. L'endroit parfait pour se cacher et pour se donner l'impression d'être en sécurité. L'endroit où se réfugiaient, depuis plusieurs semaines déjà, un petit groupe de survivants bien décidé à tirer le meilleur partie de tous les avantages qu'offrait cette île sauvage perdue au milieu de la Detroit River. La dure réalité du nouveau monde les avait déjà plongés par deux fois dans une tristesse profonde, arrachant à la vie deux chefs successifs en si peu de temps, dans des circonstances tellement floues que personne au sein de la petite bande ne semblait savoir vraiment ce qui était arrivé à Declan et Nicolae. Mais ils étaient ensemble et disposaient d'un endroit d'apparence sûre pour aborder la suite et, dans ce monde, c'était un avantage à ne pas négliger.

Derrière les murs de verre du jardin d'hiver, ce qu'il restait encore des fidèles de Nicolae avait trouvé refuge pour installer un camp où ils passaient leurs nuits après une longue journée à réhabiliter le reste de l'île pour s'y installer pour de bon. Dans le grand bâtiment aux parois encore fragiles, chacun d'entre eux étaient endormi dans son sac de couchage, à même le sol. D'ici, le silence et la nuit restaient profonds, bien qu'en tendant l'oreille, on puisse entendre au loin les gémissements faibles de quelques monstres, tous rassemblés dans la grande cour de l'aquarium à quelques mètres du jardin. L'endroit rapidement sécurisé pour empêcher les morts de prendre la fuite consistait en leur réserve d'âmes perdues que leur maître spirituel comptait ramener à la raison d'une façon ou d'une autre. Même sans Nicolae pour parvenir à ce miracle, aucun des survivants restants n'avait encore pris le temps de décider de ce qu'ils feraient de cette horde à peine maîtrisée. Pour les retenir de s'enfuir, quelques barrières fabriquées à la va-vite s'élevaient à l'entrée de la cour et même si, lorsque les cadavres gagnaient soudainement en vitalité, ils parvenaient à secouer dangereusement les barreaux improvisés de leur cage, ils n'en restaient pas moins parfaitement cloîtrés à l'intérieur de la zone, à tourner en rond dans leur enclos.

La Lune était encore haute dans le ciel lorsqu'un changement s'opéra soudainement dans les habitudes de l'île. Dans le noir, difficile de dire s'il s'agissait d'une biche ou d'autre chose, mais un animal courrait entre les hautes herbes et les branches, traversant l'île à une vitesse impressionnante, sans s'inquiéter de ce qu'il secouait ou renversait sur son passage.  Sa course s'arrêta brusquement aux abords de l'aquarium, où il plongea le museau dans l'herbe, dévoilant pour de bon qu'il n'était finalement rien de plus qu'un gros cerf affamé. En ces temps troublés, il serait surtout un repas de roi pour quiconque parviendrait à l'attraper. Mais puisque les survivants restaient endormis sans se douter réellement de ce qui se passait au dehors, ils n'en profiteraient certainement jamais. La horde, elle, s'éveilla soudainement à la vue de cet en-cas sur pattes. Depuis combien de temps ne s'étaient-ils pas nourris comme il se doit ?

Tous en même temps, ils se tournèrent vers le butin qui continuait de paître tranquillement. Leur nombre suffisait largement à compenser le manque de force et de vitalité de leurs carcasses. Les quelques installations visant à les retenir vacillèrent quelques instants sous le poids de la masse, avant de céder pour de bon, dans un bruit épouvantable annonciateur d'une mauvaise nouvelle et le cerf reprit rapidement sa course pour échapper aux griffes acérées des créatures. Lorsque les survivants entendirent le murmure menaçant de la horde, il était déjà trop tard et le jardin couvert était envahi. Ils purent réduire un peu le nombre de leurs assaillants, mais ils restaient trop nombreux, bien plus nombreux qu'ils ne possédaient de munitions ou d'hommes pour combattre. Le chaos, une fois de plus, s'abattait sur leur vie. L'un d'eux pensa bien à utiliser son talkie-walkie pour passer des appels à l'aide sur toutes les fréquences auxquelles il pouvait penser, mais l'aide n'arriva pas avant encore deux heures, longtemps après que la situation leur ait échappé totalement. Parmi les quelques survivants de ce groupe, certains avaient déjà pris la fuite en réalisant qu'ils ne viendraient jamais à bout de la horde et ceux restés sur place lorsque les secours arrivèrent furent tout bonnement invités à faire de même par leurs sauveurs qui refusaient de prendre le risque de perdre un seul homme comme ça. On les fit monter dans les véhicules et à suivre les nouveaux venus jusque dans leurs camps, mais tous n'eurent qu'un seul choix : laisser Belle Isle derrière eux pour de bon.

_________________
Ceci est le compte fondateur du forum, en cas de question, merci de contacter le staff par MP sur leurs comptes personnels.
 
[Guardians] Greed is normally balanced by fear
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Détroit
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération