Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #29 : Juillet 2018
Recensement Recensement #5 en cours
Animation trimestrielle #1 Changez de sexe !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Cet été sur In Your Flesh, réalisez votre rêve d'enfant et devenez dresseur Pokémon ! Pour les attraper tous, ça se passe ici
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - préambule : Welcome to Detroit > A lire ici

In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Fort Hope Community

 After the rain comes sun... [Joy]

Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8063
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: After the rain comes sun... [Joy]   Mer 6 Déc - 12:48
[27 Août 2016] Une autre longue journée infructueuse venait de prendre fin lorsque Logan consentit à admettre qu'il n'avancerait pas plus dans sa quête et qu'il était bien obligé de rentrer chez lui avant que la nuit ne tombe réellement. Fouiller la ville au hasard de ce que son instinct lui dictait ou de l'endroit où ses pas le menaient ne servait à rien et ne l'approchait certainement pas de son but. La chance non plus ne souhaitait visiblement pas jouer en sa faveur cette fois, car chaque sortie qu'il entreprenait dans ce but ne lui apportait rien de neuf, pas même un indice subtile. Aujourd'hui encore, il n'avait rien et tout cela le plongeait dans un état de frustration plus proche du désespoir que de la colère. Mais que pouvait-il faire de plus, si ce n'était continuer, encore et encore, fuir la sécurité de Fort Hope chaque fois qu'il en avait l'occasion, conserver un peu d'espoir et continuer d'essayer. Qu'importe s'il devait y passer des mois à retourner la ville, encore et encore, ce ne serait pas toujours en vain, même si ce soir, le bon côté de sa quête lui paraissait moins clairement. Il s'était tellement éloigné de Fort Hope, pour se plonger au plus profond des ruines de Détroit, qu'il lui fallut tout de même de longues heures de plus pour retrouver son chemin et la route familière qui menait aux hautes palissades autour du camp. Comme à chaque fois qu'il rentrait, après avoir garé sa voiture à l'extérieur du camp, la porte s'ouvrit pour le laisser entrer, mais ce soir, il se retint d'adresser un sourire factice à celui qui venait de lui rendre ce service et se contenta seulement de le dépasser sans lui offrir rien de plus qu'un signe de tête comme seule marque de politesse.

Chacun ici savait ce qu'il cherchait. Joshua. Après des mois à ne pas avoir pris cet homme au sérieux et perdu plusieurs des leurs aux mains de ce monstre, Fort Hope acceptait enfin la menace qui pesait sur eux et Logan menait la danse des recherches, trop souvent à l'abri derrière les murs protecteurs de leur petite ville. Alors qu'il remontait Grand Marais en plissant les yeux pour y voir quelque chose, une étrange impression de déjà-vu le frappa et des images d'un passé pas si lointain, qu'il avait occupé à parcourir les rues de Détroit pour chasser des Punishers trop zélés avant de rentrer à la maison le soir, couvert de sang et rassasié d'une faim qu'il ne soupçonnait pas, l’assaillirent avec violence. Au moins semblait-il avoir appris de ses erreurs du passé. Sa quête de Cornwell n'avait rien d'aussi sanglant, ou du moins le sang ne coulait pas sur ses mains à lui. Il rentrait encore trop tard quand il partait à sa recherche, mais au moins avait-il appris à déléguer, envoyant bien trop souvent d'autres survivants du camp à sa place, pour rester sagement enfermé à Fort Hope auprès des siens. Il ne perdrait pas sa femme une seconde fois pour une histoire de vengeance baignée de bonnes intentions. Elle était encore la seule sur qui Joshua ne pouvait mettre la main, jalousement gardée à l'intérieur du camp comme un précieux trésor, avec l'excuse parfaite de sa grossesse pour justifier que toute sortie lui serait interdite, même si personne à la garde ne connaissait cette raison et devait s'imaginer, à juste titre, que Logan n'était rien de plus qu'un roi fou gardant sa reine captive dans une jolie cage aux barreaux dorés. Ça lui était égal, que ce soit parce qu'il y avait une part de vérité là-dedans ou qu'il se satisfaisait très bien de l'accord passé avec Joy, n'en restait pas moins qu'ils obtenaient tous deux satisfactions et que Joshua ne pourrait pas venir lui prendre le peu qu'il lui restait sans lui passer sur le corps d'abord.

Exactement comme dans ces flash-backs de sa vendetta contre Bruce, Logan entra à pas feutrés dans sa maison au bord du lac et monta directement dans sa chambre, où il se délesta de ses armes et de ses vêtements pour se glisser discrètement auprès de sa femme endormie dans leur lit. Cette fois, cependant, il tenta réellement de ne pas la réveiller alors qu'il se pliait dans tous les sens pour essayer de récupérer un peu de place et un peu de draps et qu'il se collait contre elle pour fermer les yeux. Il n'y avait absolument rien à faire à part dormir une fois la nuit tombée, mais comme un peu trop souvent ces dernières années, Logan rencontra rapidement des difficultés et, à peine trois secondes après avoir fermé les yeux, il les rouvrit précipitamment pour regarder droit devant lui le profil de Joy, devant se mordre les lèvres pour se retenir sérieusement de la réveiller. Finalement, son bras qui entourait jusqu'alors la taille de la jeune femme glissa un peu, jusqu'à ce que ses doigts trouvent leur chemin sous ses vêtements et ne viennent se poser sur son ventre qu'il caressa doucement, dans un geste qui semblait avoir un véritable but, un itinéraire tout tracé. Ça ne se voyait pas encore pour quiconque n'aurait pas été attentif, mais lui, il se persuadait sans mal de voir quelques changements, une courbe plus prononcée sur le côté, un renflement léger mais réel, signe subtil de la petite chose en train de pousser à l'intérieur. Peut-être que cette grossesse l'obsédait et l'angoissait au point qu'il s'imagine des choses qui n'existaient même pas, cela aurait été fort probable, mais ça lui était bien égal et, alors qu'un sourire heureux et sincère étirait ses lèvres, il gigota encore pour se glisser plus bas et venir coller son visage près du ventre de Joy et l'observer avec attention dans le noir.

À force de remuer et de devoir se tordre dans tous les sens et tirer sur le draps pour se mettre dans cette position, il ne devait pas être aussi discret qu'il l'avait imaginé, mais cela ne l'empêcha pas de reprendre ses caresses et même de déposer un baiser sur la hanche de sa femme, sans se soucier vraiment du frottement de sa barbe qui finirait sûrement de le dévoiler. Ça lui faisait toujours étrange de ressentir un si violent mélange d'angoisse et de bonheur à l'idée de cette petite graine en train de pousser loin de ses yeux, de réaliser comme il s'était déjà fait à l'idée de ce bébé alors même qu'il ne serait pas là avant des mois et qu'ils n'étaient pas à l'abri d'un drame d'ici là. Ça le paralysait de peur de le voir arriver un jour, tout autant qu'il parvenait très bien à l'imaginer comme si c'était déjà le cas. Et de devoir attendre, sans savoir s'il viendrait vraiment un jour, de quoi il aurait l'air, rien du tout... C'était certainement le pire au final. « Si au moins tu pouvais m'entendre... » soupira-t-il, plus fort qu'il n'en avait eu l'intention. « On a beaucoup de choses à se dire toi et moi, figures-toi. »

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
We have ashes, fire and hope
Joy CarterWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 1870
Points : 2677
Date d'inscription : 14/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: After the rain comes sun... [Joy]   Jeu 7 Déc - 2:20
27 Août 2016
Autrefois, dormir était utile, agréable, mais elle arrivait encore à s’en passer. Juste qu’en ce moment, dormir était nécessaire, voir vitale. Elle n’arrivait absolument à rien, elle finissait soit par dormir, soit par manger. Oh et sans parler des nausées matinales qui venaient de pointer le bout de leur nez. Elle détestait être mal et elle tentait tant bien que mal de ne pas le montrer. Elle était le genre de femme enceinte à ne pas se plaindre des jours durant. Elle continuait sa petite vie comme si de rien était, mais en ce moment, elle s’arrêtait parfois pour fermer les yeux, passer doucement la main sur son ventre et respirer. Juste ça, c’était assez pour que les nausées se calmes et qu’elle continue son chemin, juste qu’elle ne le faisait pas en public pour éviter que la rumeur se propage un peu trop quand même.

Elle avait donc passé la journée avec Octavia, regrettant un peu que la petite ait grandit et dorme beaucoup moins. Parce que si Octavia dormait, Joy aussi, c’était indéniable. Au moins, c’était la même chose pour la nourriture, si Joy mangeait, Octavia aussi. Logan finirait donc avec les trois femmes de sa vie en pleine santé. Joy c’était découvert une passion grandissante pour la cuisine et sincèrement, elle adorait cela. Donc, elle était partie avec Octavia et quelques petits trucs vers la salle commune pour utiliser le four à bon escient. La petite toujours à vue qui jouait sagement sur une couverture avec des jouets, Joy pouvait s’afférer à préparer quelques choses qui goute bon. Elle prit la peine de couper des légumes du jardin pour les cuire. Elle en avait même profité pour faire blanchir des carottes et les grignoter avec la petite en attendant que les biscuits cuisent. Si elle avait le choix de passer le peu de farine qu’elle avait, c’était en biscuit et ce, sans aucun doute.

Une fois de retour à la maison avec tout ça, elle s’amusa avec la petite un moment. Un très long moment, assez pour mourir de faim et Octavia aussi. Donc… manger en tête à tête, laisser des parts pour Alix, Alex et Logan, mais trois fois moins de biscuits pour eux. Quoi ? S’ils n’en savaient rien, personne ne pouvait deviner qu’il y en avait plus que cela au départ ! Elle était enceinte, elle avait tous les droits. Bon d’accord, pas exactement tous les droits, mais un peu quand même.

Enceinte. Ça lui faisait toujours un peu bizarre de ce dire que c’était le cas, mais en même temps, elle ne pouvait plus réellement le nier. Parce que bon, déjà ses seins était chiant, ils avaient grossit, mais en plus, ils grattaient. Non mais sincèrement, des seins qui démangent, c’est nulle ! Ensuite, elle avait manqué au moins trois cycles menstruels, peut-être quatre. Ce qui n’était jamais arrivé avant Logan. Sans compté les vomissements. Oui, elle continuait de faire l’inventaire de ses symptômes encore et encore, comme pour se convaincre que c’était le cas. Parce que la faim et la fatigue, ce n’était pas suffisant, voilà.

Elle termina sa journée par le bain de la petite, la changer, lui mettre son pyjama pour un dernier petit gouté avant d’aller dodo, regrettant l’absence de lait facile à obtenir et ce n’était pas avec le lait de chèvre qu’ils arriveraient à quelque chose. Au moins, c’était du calcium, fallait voir le positif… Une fois la petite endormie, elle ne prit pas beaucoup plus de temps pour se laver de la tête au pied, profitant du silence ambiant pour se détendre un peu avant d’aller dormir. Elle avait volé un t-shirt à Logan, comme toujours et elle avait gardé sa culotte, tout pour une parfaite nuit de sommeil. Son lit était grand et vide, elle détestait cela. Elle détestait les grands espaces, ça avait toujours été. Elle avait découvert les plaisirs d’un grand lit juste quand elle le partageait avec Logan, mais ce soir, il n’était pas là. La fatigue eux quand même raison d’elle, il fallait bien l’avouer. Elle était lessivée, comme à chaque jour de sa vie.

Elle avait réellement cru arriver à faire sa nuit jusqu’à entendre les pleures de la petite. C’était le meilleur réveil du monde et surement le plus efficace, sauf que ce ne fut pas le cas. En fait, ce fut un réveil lent, de a chaleur, du froid, du mouvement qui ne provenait pas d’elle. Elle aurait pu accuser Guinness, mais ce n’était pas le cas, ce n’était pas comme ça que le chat venait l’embêter. Elle prit réellement conscience de la situation quand on la chatouilla. Ce n’était pas volontaire, mais c’était poilu et trop bas contre sa peau pour qu’elle ne s’en étonne pas. Elle émergeait à peine quand elle entendit la voix de son mari parler à… parler. S’il pouvait l’entendre ? Beaucoup de chose à se dire ? Hm, possible. Elle glissa finalement sa main dans les cheveux de son mari dans une douce caresse. Elle souriait pleinement dès le réveil, il était adorable en fait. Elle adorait le voir en papa et ça avait un petit côté tellement parfait de se dire que c’était pour un bébé dans son ventre à elle. Que pour la première fois, elle se ferait appelé maman aussi. Pas juste la copine de papa, une vraie maman, avec tout ce que ça implique. C’était parfait, c’était le genre de petit moment de bonheur qu’elle comptait chérir toute sa vie.

-Comme quoi ? On veut savoir nous, la curiosité, c’est de famille.

Elle l’avait soupiré plus que dit. Elle ne voulait pas non plus réveiller Octavia, fallait bien l’avouer. Malgré qu’une petite insomnie en famille ne lui déplaisait pas du tout comme idée. En fait, chaque moment en famille était à prendre, elle le comprenait maintenant.


_________________



like a phoenix She will rise from the ashes of despair And soar
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8063
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: After the rain comes sun... [Joy]   Jeu 7 Déc - 18:59
Les neuf prochains mois allaient être aussi longs à passer qu'ils ne seraient trop rapides à disparaître, c'était une évidence inquiétante et désespérante. Pourquoi Logan ne parvenait-il pas à faire un choix entre bonheur et peur quand il s'agissait de penser à ce bébé ? Il aurait voulu l'avoir sous les yeux dès maintenant, ne serait-ce que pour avoir la chance que ça arrive avant que les choses ne tournent mal. Parce qu'elles finiraient bien par mal tourner, n'est-ce pas ? Il en était parfaitement convaincu et c'était bien là le problème, ce qui le poussait à s'adresser à ce minuscule petit amas de cellule à peine formé en ce moment-même, à regretter par le biais d'un soupir de n'obtenir encore aucune réponse, aucun signe que son enfant avait la moindre réalité tangible. Ce qu'il sentit très bien, en revanche, ce furent les doigts de Joy dans ses cheveux à peine quelques secondes après son dernier soupir triste et un sourire étira doucement ses lèvres, sans qu'il ne prenne la peine de relever les yeux vers sa femme, allant plutôt déposer un nouveau baiser sur sa hanche. Son petit tête à tête avec son bébé était terminé, autre point particulièrement frustrant dans le concept de la grossesse : à moins qu'elle ne soit profondément endormie, Joy était toujours là, aux premières loges pour tout ce qui concernait ce petit être et, même si Logan l'aimait de tout son cœur et qu'il était ravi de partager cette expérience avec elle, il persistait encore des choses qu'il n'arrivait pas à lui dire à voix haute. Malheureusement, il venait de se faire avoir et comme c'était à prévoir, madame ne tarda pas à faire une belle démonstration de sa curiosité envahissante en lui demandant ce qu'il avait de si important à dire.

« C'est un secret entre elle et moi, tu ne sauras rien, femme. » lança-t-il doucement, souriant de plus belle. Il n'avait même pas réalisé avoir dit « elle » tellement ça lui semblait évident qu'ils auraient une fille. Après Eulalie et Octavia, il ne prétendait même plus que les choses pourraient tourner autrement et lorsqu'il se permettait d'imaginer leur avenir à tous les quatre, il ne voyait rien d'autre qu'une autre petite princesse pour venir éclairer sa vie. Ce qui, certainement, était une erreur stupide, non pas qu'il croyait pouvoir avoir une surprise au moment de l'accouchement, simplement qu'il se disait parfois qu'il l'imaginait trop bien, qu'il était trop sûr de lui et que cela risquait de lui jouer un mauvais tour. Mais tout ça était un peu trop déprimant et il n'avait pas envie de penser au pire, pas ce soir. Alors, de nouveau, le barbu s'activa pour remonter près de la jeune femme, abandonnant pour de bon tout espoir d'offrir un monologue à son ventre et vint plutôt l'embrasser sur les lèvres et la prendre dans ses bras. « Désolé de t'avoir réveillé. Vous avez passé une bonne journée ? » demanda-t-il en posant son regard dans le vide. Il se sentait un peu coupable de la laisser seule à la maison avec Octavia pour courir derrière Joshua, d'autant plus que ses efforts restaient vains, mais qu'elle lui en veuille ou non, même un tout petit peu, ils arrivaient à éviter les crises, cette fois. « Je vais envoyer quelqu'un d'autre demain et négocier avec ma sœur pour qu'elle s'occupe d'Octavia, t'en penses quoi ? On pourrait se prendre une journée de repos et traîner au lit jusqu'à midi et aller rendre visite à Alair et Robert dans l'après-midi. »

Malgré ses craintes et ses réticences, il essayait quand même de faire un effort pour qu'elle n'ait pas trop l'impression d'être sa prisonnière et du moment qu'il était là pour veiller sur elle, ça ne l'inquiétait même pas tellement de la voir sortir du confort sécurisé de Fort Hope. Le médecin aurait probablement quelques remontrances à lui partager puisqu'il n'avait pas pris la peine de se rendre à leurs rendez-vous depuis quelques semaines, mais en fait... Il commençait à se dire que ce ne serait pas une mauvaise idée de reprendre leurs petites séances de psychothérapie maintenant, avec Joshua, le deuil d'Isha et ce bébé à venir, peut-être valait-il mieux prendre les devants plutôt que de laisser son traumatisme refaire surface tout seul et le pousser doucement sur la mauvaise pente.

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
We have ashes, fire and hope
Joy CarterWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 1870
Points : 2677
Date d'inscription : 14/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: After the rain comes sun... [Joy]   Ven 8 Déc - 3:25
Elle voulait savoir, elle voulait réellement savoir et il refusait de lui dire. Ce que son mari pouvait être fourbe ! Il l’a réveillait en pleine nuit pour raconter des secrets à leur bébé et elle ne pouvait même pas savoir ce qu’il en était. C’était injuste voilà, elle demandait compensation.

-Maaaiisss… si ça m’a réveillé, j’ai le droit de savoir rho, c’est pas juste.

Oh, elle se battait pour la forme, mais elle ne lui tordait pas un bras. Pas du tout même, elle souriait, elle était ravie de le voir et de profiter de sa présence, elle ne voulait pas réveiller la petite, mais elle voulait parler avec son mari. Elle avait envie de passer du temps avec lui, du temps de qualité. Elle avait toujours un peu peur qu’ils se perdent encore de vu, alors, elle faisait tout en son pouvoir pour profiter de chaque moment et lui aussi quand on y pense. Il remonta doucement et elle n’hésita pas à se blottir dans ses bras qui l’enlaçaient. Il demanda finalement si elles avaient passé une belle journée. Elle avait à peine eu le temps de relever son regard vers lui pour répondre qu’il enchaina, expliquant qu’il allait envoyer quelqu’un d’autre le lendemain, qu’ils pourraient faire garder la petite et passer la journée ensemble. Il proposait la grâce matinée et ça, ÇA, ça répondait à ses besoins. Encore plus quand il proposa d’aller faire un tour à la clinique. Dieu qu’elle aimait cet homme, il était parfait, sincèrement. Elle aurait quand même préféré un monde sans danger où ils auraient pu amener la petite avec eux, mais un jour, peut-être. Parce qu’un jour, les petites seraient grandes et ce jour-là, ils pourraient surement sortir. Va savoir s’ils prendraient le risque. Parce que ça serait encore un risque, non ? Elle espérait que non. Elle espérait que d’ici quelques années, la maladie se soit résorbée, mais ça, c’était une idylle, elle n’en doutait pas.

-Je serais ravie de passer la journée avec toi et rester au lit… c’est totalement dans mes cordes. Passer à la clinique ça serait bien, l’endroit me manque et on a passé une super journée. On a mangé, joué, mangé, dormi, mangé, cuisiné, mangé, dormi, mangé, on s’est préparé à dormir et on a dormi. Oh, j’ai dit qu’on avait mangé ?

Et elle ne put retenir un rire, qu’elle tenta de faire discret pour la peine. Elle adorait l’embêter au sujet de la nourriture. Oh, il était vrai qu’elle mangeait plus qu’avant, mais jamais dans d’aussi grosse portion qu’elle semblait le faire croire. En vrai, elle faisait de son mieux pour respecter les rations, même si une femme enceinte devait manger plus que ça. En fait, tout ce qu’elle craignait, c’est de se faire taper sur les doigts par Callie, parce qu’elle était presque certaine qu’à ce rythme, elle perdrait encore du poids au lieu d’en gagner et elle ne voulait pas ça. Du coup, elle tentait de manger à sa faim, sans trop exagérer. Le juste milieu, ce n’était rien de simple avec elle.

-Tu m’as manqué.

Ce qui était tout à fait vrai. C’est surement pour cela qu’elle retourna chercher ses lèvres pour l’embrasser tendrement. Elle pourrait passer sa vie à l’embrasser, à se blottir au creux de ses bras et à l’aimer, encore et toujours. Elle pourrait passer sa vie à élever leur enfant, lui préparer des repas et se coucher à ses côtés. C’était surement pour cela qu’elle l’avait épousé au final. Parce qu’elle en était certaine, c’était ce qu’elle voulait, même si la vie compliquait beaucoup les choses en ce moment.

-Et toi, ta journée ?

Parce qu’elle se doutait bien qu’une journée en ville à chercher n’avait rien de passionnant, mais elle cherchait toujours à ce qu’Il lui parle sincèrement de ce qu’il vivait, de ce qu’il pensait, mais son mari était le genre secret et elle n’était pas très douée pour tirer les vers du nez, pas quand elle était autant impliquée. C’était un peu comme l’expression « Cordonnier mal chaussé » bah c’était une mauvaise psy pour elle-même et ses proches, mais elle s’en sortait pas trop mal avec les inconnus, fallait bien l’avouer.

_________________



like a phoenix She will rise from the ashes of despair And soar
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8063
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: After the rain comes sun... [Joy]   Sam 9 Déc - 13:44
A l'abri du courroux de sa femme, dans le noir, Logan se permit de lever les yeux au ciel avec une certaine exagération alors que la jeune femme lui faisait la liste des activités qui avaient occupé sa journée et celle de sa fille. Il savait qu'elle en rajoutait elle aussi quand elle présentait les choses comme ça, comme si elle avait passé la moitié de sa journée à se gaver de tout ce qui pouvait lui tomber sous la main en des quantités gargantuesques si possible, mais bon sang, depuis son retour, il avait l'impression que le plus gros de leurs conversations concernait la nourriture. Ils ne pourraient plus cacher très longtemps son état au reste de la maison, pas même de Fort Hope, si elle ne faisait pas un petit effort pour se cacher. Malgré tout, maintenant que Juliet savait et qu'elle n'avait pas décidé de le tuer pour ça ni de l'ignorer jusqu'à la fin de sa vie, il se fichait éperdument que ça plaise ou non aux autres habitants du camp, raison pour laquelle il s'amusait plus qu'autre chose de cette situation effrayante. « Si j'étais de mauvaise foi, je te dirais que j'ai l'impression que t'aime plus la nourriture que moi, en ce moment... » lança-t-il d'un ton faussement vexé, pas très convaincant.

Malgré tout, ça lui semblait tellement... normal. De rentrer à la maison pour demander à sa femme combien de kilos de nourriture elle avait ingurgité dans la journée, tous ces petits moments de douceur et de banalité auxquels il avait droit une fois à l'intérieur des palissades. C'était une normalité à laquelle on s'habituait rapidement, trop rapidement, malgré tous les efforts qu'on pouvait mettre en place pour ne jamais oublier le monde de dehors, malgré ce monde lui-même qui n'avait de cesse de se rappeler à votre bon souvenir au pire moment. Logan détestait cela quand il se retrouvait soudainement seul avec lui-même et avec l'ennui qui permettait à son crâne de s'emplir de mauvaises pensées, mais quand il était avec Joy, ça ressemblait à un Paradis dont il n'aurait jamais vraiment osé rêver.

Jusqu'à ce qu'elle lui retourne la question et que son sourire se fane soudainement. La nuit noire le protégeait du regard de sa femme, elle ne pouvait pas savoir, tout juste deviner, mais ça lui semblait déjà trop. Il garda le silence quelques secondes, ne sachant pas tellement ce qu'il pouvait dire ou non à ce sujet. Il n'y avait rien à raconter, pas réellement. Ses journées dehors étaient d'un ennui mortel, littéralement certes, mais tout de même pas assez passionnantes pour qu'il puisse monologuer à ce sujet pendant des heures. Et pourtant, ça le mettait mal à l'aise de lui en parler. Qu'elle soit devenue capable ou non d'affronter la réalité, il s'entêtait à l'en préserver, surtout celle-là. Par amour pour elle ou par peur qu'elle le voit de nouveau comme le monstre infâme ayant pourchassé son cousin pendant des mois, il n'aurait pas su le dire précisément. « Pas très intéressante, pas très productive. » lâcha-t-il finalement. « Je tourne en rond, j'ai pas la moindre idée d'où il peut se cacher. » De nouveau, le silence, empli de la frustration qu'il ressentait à cet aveu. C'était un pas pour lui d'avouer à voix haute cet échec, comme d'admettre son incapacité à les protéger, elle et leur famille et quelque chose dont il n'avait pas vraiment envie d'affronter les conséquences. Il ne pourrait jamais sauver le monde et il le savait, mais plus il tardait à les débarrasser de Joshua, plus il laissait de chances à ce monstre de trouver un nouveau moyen de l'atteindre et sans Isha, il ne restait plus grand monde sur la liste des cibles potentielles. Joy et Octavia devaient se trouver en bonne place, évidemment. « Mais j'en profite pour faire un peu de ménage dans les rues, ça fait passer le temps plus vite. Des cadavres seulement, hein. » La précision lui semblait importante, vraiment. Il ne lui mentait même pas, il voulait seulement qu'elle sache qu'il n'avait pas balancé au placard ses bonnes résolutions juste pour pouvoir passer ses nerfs sur quelqu'un à défaut de pouvoir le faire sur Joshua. Ce qu'il faisait dehors leur avait coûté déjà une fois, ça n'arriverait pas à nouveau, du moins il essayait.

« Enfin bref ! » Il cligna des yeux plusieurs fois pour chasser tout ça de son esprit. Ils étaient en sécurité pour le moment, hors de question de broyer du noir dans leur maison et encore moins dans leur lit, c'était la règle, tacite certes, mais à laquelle Logan tâchait de se tenir très sérieusement. Il s'éloigna un peu, très peu, pour voir plus ou moins le visage de Joy dans le noir, qu'il caressa du bout des doigts. « Fort Hope, alors... C'est aussi affreux que dans tes souvenirs ? » demanda-t-il avec autant de légèreté que possible. Ça faisait bien un mois qu'elle était rentrée, maintenant et il faisait de son mieux pour qu'elle s'y sente à sa place, mais... Eh bien, malheureusement, ça ne dépendait pas que de lui. Elle n'avait pas encore pris la fuite et tant mieux, mais on n'est jamais trop prudent, n'est-ce pas ?

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
We have ashes, fire and hope
Joy CarterWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 1870
Points : 2677
Date d'inscription : 14/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: After the rain comes sun... [Joy]   Dim 10 Déc - 5:14
Elle s’amusait à l’embêter à propos de la nourriture. Elle ne savait pas trop pourquoi, mais elle adorait cela. Peut-être parce qu’il réagissait à chaque fois ou presque. Pourtant, là, dans le noir, il n’eut pas tant de réaction visible et c’était presque décevant. Du moins, jusqu’à ce qu’il parle, ce qui fit agrandir un peu plus son sourire. Qu’elle aime plus la nourriture que lui ? C’était une excellente question sur laquelle se pencher. Elle rigola finalement, s’imaginant des scénarios plus farfelus les uns que les autres.

-T’imagine si tu étais comestible je t’aimerais gros comment…

Elle souriait, se penchant doucement sur lui pour lui mordiller l’épaule. Ouais, elle avait ce genre d’humour ce soir. En même temps, c’était quoi l’idée de la réveiller en plein milieu de la nuit pour avoir une conversation ? S’il voulait qu’elle soit mignonne et incohérente, elle y arriverait sans mal, mais s’il voullait plus que cela… faudrait attendre au petit matin.

-Mais non rho, je t’aime beaucoup plus toi que la nourriture, promit.

Et elle alla l’embrasser pour la peine. Parce qu’elle disait des bêtises, mais qu’elle savait qu’il ne lui en voudrait pas pour ça. Il était pleinement habitué à ses bêtises. Genre, elle en disait à tous les jours depuis plus d’un an, donc bon…

Elle profitait doucement du moment, lui demandant finalement comment c’était passé sa journée. Elle ne savait pas trop comment, ni pourquoi, mais elle espérait qu’il lui parle réellement pour une fois. Juste, qu’elle sache, mais il parlait à tout le monde, sauf à elle. C’était toujours comme ça. Encore une fois, il restait vague, rien d’intéressant, rien de productif, il tournait en rond mais le cherchait. C’était un peu d’information, mais aucun détail, rien qui ne lui disait comment lui se sentait, comment il le vivait réellement. Elle arriverait bien à gagner sa confiance un jour et qu’il se permette de lui parler ouvertement, elle ne savait juste pas comment faire cela. Elle savait pourtant qu’ils avançaient dans la bonne direction, tranquillement. Parce qu’il ne parlait pas autant que Joy, mais il parlait quand même plus que ce qu’il aurait fait avant. Elle ne sut pas comment prendre le reste de sa phrase, mais c’était rassurant. Il nettoyait la ville des morts, ce qu’elle l’avait toujours vu faire. C’était ce qu’elle avait connu de lui d’abord. Elle se souvenait de leur première sortie ensemble, le silence, les rues, les morts qui tombaient sous son couteau et bien maintenant, il était encore plus productif avec son kukri. Elle ne l’avait même pas imaginé une seconde recommencer à lui, mais le fait qu’il souligne que ce ne soit pas le cas… En fait, elle s’en fichait. Elle l’aimait et la vie forçait à se défendre, elle n’allait pas chercher plus loin, il ne tuait pas, il lui disait, c’était parfait.

-Je nettoie la maison, tu nettoies Détroit… j’ai comme l’impression d’avoir le job le plus facile. Tu trouves pas ?

Et elle rigola, glissant une main dans ses cheveux pour le caresser, tenté de voir ses traits dans le noir. Elle alla chercher ses lèvres. Elle avait changé, lui aussi, Leur couple semblait tenir la route plus que jamais et elle ne comptait bien ne rien laisser nuire à son bonheur, plus jamais. Elle protégerait la vie de chaque membre de sa famille et elle commençait réellement à croire qu’elle y arriverait avec le temps. Elle devenait meilleure avec le temps, pas autant que Logan, mais elle était loin de la femme fragile qu’elle avait été à leur première rencontre. Elle lui offrit un doux sourire à ses caresses, simplement heureuse qu’il soit là. Son sourire disparu quand même un instant, la rendant un peu plus sérieuse quand il demanda finalement si Fort Hope était aussi affreux que dans ses souvenirs. C’était compliquée, elle ne s’attendait pas non plus à cette question. Elle réfléchissait sincèrement à la réponse, comment la formuler, mais elle ne savait pas comment l’exprimer. Aussi bien se lancer et tenter… Surtout qu’en fait, ce n’était pas bien sorcier…

-Hm, ça va.

Voilà, c’était l’explication du soir version Joy Carter ! Elle qui parlait tout le temps… elle parlait autant que Logan, c’était peu dire. Bref, elle n’était pas de mauvaise foi, elle pouvait rajouter des mots un peu.

-J’ai pas la même mentalité qu’avant, alors ça va réellement. J’en ai rien à faire qu’on m’apprécie ou non, qu’on me juge ou non et au final, je préfère être heureuse et dérangée l’opinion publique que de déprimer à mort. Je ne comprends juste pas pourquoi certains s’entêtent à forcer tout le monde à se complaire dans le malheur. Je comprends que c’est la fin du monde, mais je ne comprends pas pourquoi je devrais être obligée de déprimer à mort. Je préfère me forcer à être heureuse que de juste… me laisser mourir, mais les gens ne comprennent pas ça et je trouve ça nul. En fait, il ne cherche pas réellement à comprendre. Alors… j’ai laissé tomber et je m’occupe de mon côté.

Et sincèrement, ça lui allait parfaitement. Elle se tenait loin de tout le monde, elle n’avait pas réellement d’amis, mais comme ça… elle ne s’attachait plus à quelqu’un qui allait subitement mourir. Elle souriait, dansait, s’amusait. Elle adorait s’occuper d’Octavia et son job aux ressources étaient vraiment prenant. En prime, Logan prenait du temps avec elle régulièrement et même s’il était préoccupé, leur couple allait bien. Alors, rien n’était suffisant pour lui donner envie de se sauver. Elle n’était pas un bisounours, elle ne croyait pas en le bonheur éternelle ou d’autres conneries du genre, elle refusait juste de se laisser abattre, mais ça… personne ne le comprendrait jamais. Surement pas même Logan. Si le bonheur était signe de faiblesse. Elle acceptait le verdict pour s’offrir le droit de sourire, tant pis pour les autres.

_________________



like a phoenix She will rise from the ashes of despair And soar
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8063
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: After the rain comes sun... [Joy]   Dim 10 Déc - 21:30
La question de Logan pouvait paraître à la fois sortie de nul part et dangereuse et, à vrai dire, il ressentait une certaine angoisse à attendre la réponse de Joy, mais il fallait bien qu'il la pose un jour ou l'autre. Le plus tôt étant toujours le mieux, il le faisait maintenant. Il avait besoin de savoir, en fait, ne serait-ce que pour parvenir à remettre un peu d'ordre dans ses idées et se débarrasser de quelques doutes qui l'occupaient bien trop souvent. C'était profondément stupide, mais en ce moment où tout allait de travers, il avait réellement besoin de quelques certitudes pour se permettre d'envisager l'avenir, un avenir où, enfin, ils n'auraient plus à se soucier des monstres au dehors, qu'ils soient vivants ou non. Sauf que la réponse de Joy était... pour le moins concise. Pas négative, pas vraiment, mais trop brève pour venir réellement de sa femme. Cela lui fit froncer les sourcils et l'inquiéta considérablement, quand bien même elle disait que ça allait, le fait qu'il y ait si peu de mots suffisait à le faire douter sérieusement.

Mais heureusement pour leur santé mentale à tous les deux, madame Carter se décida finalement à redevenir un peu plus elle-même et à offrir une réponse digne de ce nom à son mari. Une réponse qui lui faisait un peu grincer des dents, certes, mais qui existait au moins et qui offrait autant de détails qu'il pouvait en rêver. « Je vois. » Il hésitait à en dire plus, même si ce qu'elle lui disait l'inquiétait un peu. Il n'avait pas envie qu'elle retourne s'enfermer dans ce petit cercle très exclusif qu'ils formaient tous les deux, ça lui semblait dangereux et ça rajoutait encore à ses responsabilités, mais... « Et toi, t'as essayé de comprendre pourquoi certaines personnes ici ont plus de mal à voir le bon côté des choses ? » risqua-t-il tout de même. « Peut-être que tu devrais leur donner une seconde chance, c'est difficile de rester positif quand les emmerdes s’enchaînent sans arrêt. » Lui-même avait du mal et il lui était arrivé souvent d'être agacé de la voir toujours si souriante et indifférente de ce qui lui faisait tant de mal à lui, elle était bien placée pour savoir que ça n'était pas aussi simple que de juste le vouloir. « Je crois pas que qui que ce soit veuille te forcer à être malheureuse, seulement que pour certains ici, il y a plus de coups durs que de bons moments. Ils ont peur de ce monde qui leur a tout pris et ils essayent de se protéger et ça les rend peut-être un peu irritables quand ils croisent quelqu'un qui a encore tellement de choses à perdre et qui ne donne pas l'impression d'avoir peur que ça arrive. Ça me semble plutôt humain comme réaction, non ? » Après tout, c'était censé être elle, la psy dans leur couple et elle connaissait assez bien le comportement « je deviens tout grognon pour me protéger » pour être marié avec un expert dans le domaine, alors... Il trouvait cela un peu dur de sa part de reprocher aux autres de ne pas la comprendre sans leur retourner la politesse. « Toi aussi, t'as vécu des choses difficiles et je sais que t'es loin d'être une inconsciente. Je rêverais d'avoir autant de courage que toi pour me concentrer sur le positif plutôt que de me laisser abattre par tout le reste et j'y arrive un peu grâce à toi, mais... Les autres n'ont pas encore la chance de connaître tout ça en toi, mais ils le méritent, je te le promets. »

Doucement, il s'éloigna pour l'embrasser sur le front, mais revint rapidement cacher son visage dans ses cheveux et la serrer contre lui, reprenant la parole avant qu'elle n'ait l'occasion de lui passer un savon pour avoir osé dire tout ça. Il avait posé cette question pour une raison en particulier et il refusait de laisser une dispute éclatée maintenant, pas quand il espérait justement apporter quelque chose de positif à leur vie. « J'suis vraiment content que tu sois rentrée, tu sais... Mais j'veux pas que tu restes coincée ici juste pour me faire plaisir ou pour le bébé. »

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
We have ashes, fire and hope
Joy CarterWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 1870
Points : 2677
Date d'inscription : 14/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: After the rain comes sun... [Joy]   Lun 11 Déc - 0:20
Elle tentait sagement de s’expliquer, d’expliquer son sentiment envers l’endroit, envers les gens de Fort Hope. Logan voulait prendre le pouls de la situation et c’était normal, il devait vivre de l’anxiété avec tout ça et si elle arrivait à lui retirer un poids sur les épaules, elle le ferait. Alors, elle était sérieuse quand elle avait lancé que ça allait bien et c’était tout à fait vrai. Elle ne se sentait plus de trop, elle fonçait, faisait ses choses, elle s’occupait et elle avec Octavia, Lyana et c’était parfait comme ça. Tout le monde était gentil avec elle la plupart du temps, un petit sourire froid, polie et puis voilà. C’était suffisant. Si elle ne tentait pas d’approche, c’était encore plus parfait. Sauf que Logan laissa tomber un simple « je vois » tout petit rikiki et si vraiment à une époque elle aurait pu croire qu’il s’arrête là, désormais, elle en doutait. Elle laissa donc brièvement le silence s’installer avant qu’il e lance de nouveau, hésitant.

Elle l’écouta donc lui poser une question en quelque sorte. Si elle avait essayé de comprendre ? Pas besoin d’essayer, elle le comprenait parfaitement. Leur donner une seconde chance de quoi ? Il avait le droit d’être triste et malheureux, elle les comprenait et chacun vivait les choses comme il le voulait et c’est là que le bât blesse. Parce que là ou en général, elle laisserait les gens faire comme bon leur semble, l’inverse n’est pas vrai. Parce qu’elle refuse de cadrer dans leur moule de dépression, malheur et apitoiement, elle se donnait le droit d’être ce qu’elle voulait non ? Elle avait ce droit, tout comme eux. Sauf que directement, on l’accusait de vivre au pays des licornes et des arc-en-ciel, on la jugeait, on la condamnait. Et ça, c’était inacceptable. Alors, aussi bien se tenir loin des gens. Sauf que Logan les défendait, comme toujours. Rajoutant qu’il accusait de mauvais coups et la suite était plus difficile à comprendre. Pas qu’elle ne comprenait pas les mots, juste le concept. Pourquoi être triste à l’avance pour quelques choses que peut-être tu pourrais perdre plus tard ? Ce n’est même pas certain que tu le perdes, c’est juste une éventualité. Elle n’allait pas se complaire dans son futur malheur. Elle vivait ses peines comme tout le monde, elle vivait des deuils comme tout le monde, juste qu’elle mettait de l’effort pour relativiser et passer par-dessus, un peu, ne rien montrer, ne pas y penser. C’était mal ? Elle les comprenait, elle en avait juste marre de ne pas avoir le droit de faire ce que bon lui semblait.

Il tentait clairement de redonner un peu de douceur à ses propos, parce qu’il rajoutait qu’elle n’était pas inconsciente, qu’elle avait vécu des choses difficiles, comme tout le monde à Fort Hope, elle le savait ça. Il aurait aimé arriver à se concentrer autant qu’elle sur le positif et il y arrivait un peu. Ce qui lui mit du baume au cœur, il fallait bien l’avouer. Les autres ne la connaissaient pas et méritaient de le connaitre. Peut-être un jour, elle n’en savait rien. Elle n’en avait pas réellement envie. Apprécier des gens les tuait, aussi bien éviter quand on y pensait. Elle le prit dans ses bras, se laissant serrer contre lui. Son baiser la fit sourire, il enchaina encore. Sans la laisser parler. Est-ce qu’il le faisait exprès ? Surement. Sauf qu’elle aimait ce qu’il rajoutait, alors ça allait. En prime, il énonçait une partie de ses inquiétudes là, non ? Il ne voulait pas qu’elle reste coincée à Fort Hope pour lui faire plaisir ou pour le bébé. Il avait peur qu’elle ne parte ? Il avait peur de la rendre malheureuse ?

-Si je suis ici Logan, c’est que je le veux, d’accord ? J’ai envie de passer le reste de mes jours avec toi à t’aimer et t’embêter. Je veux pouvoir prendre soin d’Octavia et de notre bébé quand il sera là. Fort Hope nous offre la chance de le faire et je ne compte pas passer à côté.  

Elle avait doucement glissé ses doigts dans les cheveux de son mari. Elle appréciait de le savoir prêt d’elle, mais elle aimait moins qu’il soit inquiet de la sorte. Elle aurait voulu qu’il soit bien, tout comme elle. Parce qu’elle était bien. Oui, elle s’inquiétait de l’avenir, des millions de scénarios catastrophes lui passait en tête tous le temps, mais elle ne se laissait pas avoir par tout ça, tout simplement. C’était quand même elle qui portait un bébé dans son ventre sans savoir si… en cas de fausse couche, le bébé n’allait pas tenter de la dévorer de l’intérieur hein ? Mais est-ce qu’elle emmerdait quelqu’un avec ça ? Non. Parce qu’elle chassait cette idée le plus loin possible, le plus souvent possible.

-Je suis bien ici, je me fais ma place à ma façon. Je ne juge personne, tout le monde à droit de vivre sa vie comme ils le veulent, je comprends très bien ça. Mais je te jure que souvent, les gens ne me donnent pas le droit d’être comme je veux. On exige de moi de sourire moins, parler moins, de ternir ma jovialité pour être comme eux et quand je refuse… bah c’est que je vis une idylle et que je suis l’insouciante de service, que je ne connais rien au monde qui nous entoure. Direct, on me dit d’aller à l’extérieur pour prouver que je me ferais bouffer avant eux. Comme si, parce que je veux être moi et que je me tue à aller de l’avant, ça fait automatiquement de moi quelqu’un que je ne suis pas. On sait tous les deux à quoi je ressemble quand je me laisse aller à la tristesse et j’ai plus envie d’être cette personne, plus jamais. Je préfère être heureuse et déranger leur habitude, que de me perdre de vue. C’est ça la différence maintenant. Je sais qui je suis et ce que je vaux et je me contre fou de l’opinion des gens.

Ce n’était pas un discours négatif, non ? Elle n’en avait pas l’impression en tout cas. Elle tentait réellement de lui démontrer qu’elle était différente d’avant. Qu’elle pouvait être heureuse et vivre à Fort Hope. Il se pouvait très bien qu’elle en ait marre et parle de sa grossesse rapidement, mais ça… c’était simplement pour expliquer pourquoi elle ne pouvait pas réellement sortir. Pas sans une excellente raison et démontrer qu’elle avait les couilles de le faire n’était pas une bonne raison en soi. Donc… un jour, peut-être. Elle n’en savait rien en fait. Elle verrait bien avec Logan un jour.

-Alors, cesse de t’inquiéter. Et si ça peut te soulager, dit toi que j’ai même une amie. Alors ça va d’accord ? Laisse-moi vivre au pays des licornes, manger des arc-en-ciel et t’aimer jusqu’à ce que tu n’en peux plus de moi.

Et sur ce, elle alla chercher ses lèvres, réellement heureuse. Elle n’avait pas envie de débattre, elle n’allait pas se fâcher, elle ne comptait pas claquer la porte. Elle comptait juste passer un agréable moment avec son mari et si avec tout ça, il n’était pas rassurer, elle ne savait pas comment le satisfaire à ce niveau. Elle comptait pourtant y arriver un jour.

_________________



like a phoenix She will rise from the ashes of despair And soar
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8063
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: After the rain comes sun... [Joy]   Lun 11 Déc - 12:49
Même si Joy ne s'énervait pas vraiment, la conversation n'avait finalement rien de très agréable et prenait un tour que Logan n'aurait pas souhaité prendre. Il désirait sincèrement que Joy se plaise à Fort Hope et que tout se passe bien pour elle autant que pour eux. Il avait réellement besoin de l'entendre dire qu'elle ne prendrait pas la fuite si jamais il devait traverser à nouveau une période compliquée qui le rendrait moins attentif à elle et à ses besoins. Mais ça ne fonctionnait pas, pas du tout. Pas quand elle se lançait dans des tirades affreuses laissant entendre que la majorité des habitants du camp en avaient après elle. Il voulait bien croire qu'il occupe une place importante dans ce camp et, qu'il le veuille ou non, que ce qu'il fasse de sa vie importe suffisamment aux autres pour qu'ils se permettent de s'y intéresser. Mais au point que tout le monde ici en veuille spécifiquement à sa femme d'exister ? Il n'arrivait pas à croire ça, à avaler le concept tout simplement. Elle disait « ils » et il s'imaginait une armée de cinquante survivants brandissant des torches et des piques dans sa direction et ça le mettait autant mal à l'aise que ça l'agaçait. Quelques personnes précises, avec des noms et des histoires, il pouvait gérer et s'efforcer même d'ignorer leur opinion selon qui ils étaient, mais une masse informe et impersonnelle de tous les habitants de Fort Hope réunis, c'était... Trop.

Il ne chercha pas à en savoir plus, pourtant. Sa femme était bourrée de qualités, mais elle avait aussi des défauts avec lesquels il ne savait pas toujours composer et ils en rencontraient un en ce moment contre lequel il se retrouvait absolument désarmé. Ça ne l'apaisait pas tellement, même si elle restait fidèle à elle-même et toujours tellement positive, il ne parvenait pas à s'empêcher de penser à ce qui se passerait pour eux le jour où il mettrait enfin la main sur Joshua et où il parviendrait ou échouerait à les en débarrasser pour de bon. Quand il ne penserait plus à rien d'autre, ou presque, que de mener à bien sa vengeance et qu'il ne serait pas aussi présent pour Joy, qu'est-ce qu'elle ferait ? Vivre sa vie tranquillement dans son coin sans avoir personne d'autre au monde que lui, c'était peut-être viable quand tout allait bien, mais ils savaient tous les deux d'expérience que ça ne marchait plus quand ils traversaient des crises et ça l'effrayait profondément de tout foutre en l'air une seconde fois pour la même raison. Et s'il ne s'en sortait pas et que c'était finalement Joshua qui l'emportait ? Elle partirait aussitôt avec leur bébé, quitte à prendre le risque de les tuer toutes les deux ? Ça ne lui allait pas, il ne voulait pas ça, il rêvait simplement qu'elle se sente chez elle ici et qu'elle voit que chaque habitant, qu'importe son manque de tact ou de joie de vivre, serait là pour elle comme ils étaient tous là les uns pour les autres au quotidien. Pas toujours dans la joie et la bonne humeur, pas toujours comme on l'aurait voulu, mais jamais avec malveillance.

Un peu trop rapidement sans doute, l'homme se redressa pour s'asseoir en tailleur dans le lit et poser son regard sur Joy. Il ne la voyait pas bien, elle ne ressemblait qu'à une ombre un peu plus sombre au milieu des ombres, mais qu'importe. « Je suis obligé de m'inquiéter, Joy. C'est mon job ici, de m'inquiéter de tout et de tout le monde et encore plus pour ma femme. Et... Joshua, c'est... » Il marqua une légère pause, détournant le regard sans même y faire attention, pour le poser sur la fenêtre aux rideaux tirés qu'il y avait dans leur dos. « Il est cruel et cent fois plus intelligent que moi, tu sais. » Il ressentait une honte incroyable juste à prononcer ces quelques mots, à admettre qu'il ne puisse pas être infaillible, finalement. Une honte qui l'empêchait de se tourner de nouveau vers elle, mais qu'il s'efforça de repousser assez pour pouvoir reprendre la parole. « J'ai fait l'erreur de le sous-estimer trop souvent et beaucoup trop de personnes qui n'avaient rien à voir là-dedans en ont payé le prix. Et il reviendra, si je le trouve pas rapidement ou si je le laisse encore s'enfuir, il reviendra et viendra le moment où ce sera pour toi, que tu veuilles t'en inquiéter maintenant ou non, ça ne change rien. » Il parlait avec plus de lassitude qu'autre chose, de l’abattement peut-être, mais certainement pas de colère ou de reproche dans sa voix. C'était seulement la triste réalité de leur univers, qu'on décide d'y penser sans arrêt ou de l'ignorer autant que possible ne changeait rien, ils n'auraient jamais le contrôle sur les actes de ce fou.

Finalement, il abandonna sa contemplation de la fenêtre, laissant ses yeux glisser de nouveau sur la silhouette de sa femme et attrapa l'une de ses mains qu'il porta à ses lèvres pour l'embrasser brièvement, avant de reprendre. « Ça me va parfaitement si tu ne veux pas te torturer à y penser tous les jours, c'est même mieux pour nous deux, je crois. J'ai besoin de toi comme ça pour éviter de devenir dingue, mais... Il y a de grandes chances qu'il gagne à la fin et je ne veux pas que tu te retrouves toute seule si ça doit arriver. » Ça non plus, ça n'était pas facile à admettre à voix haute et c'était typiquement le genre de moment où il aurait eu besoin du grand sourire et des arc-en-ciel de Joy pour se motiver un peu à essayer quand même.

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
We have ashes, fire and hope
Joy CarterWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 1870
Points : 2677
Date d'inscription : 14/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: After the rain comes sun... [Joy]   Mar 12 Déc - 4:34
Elle ne savait pas trop quoi pensé de la discussion en cours. D’un côté, elle cherchait à rassurer son mari, mais de l’autre, elle ne voulait pas lui mentir non plus. Il avait déjà mis cela au clair il y avait de cela bien longtemps, pas de mensonge. Même qu’il lui avait fait promettre de tout lui dire. Elle n’était pas certaine de totalement respecter cette partie du marché, mais elle faisait de son mieux. Le pire, c’est qu’elle lui parlait, mais son discours restait positif quand même. Elle n’allait pas quitter Fort Hope, elle y était bien, elle était heureuse avec lui. Ça comptait dans la balance, non ? Il avait fini par s’assoir dans le lit. Sa réponse n’avait pas été satisfaisante et elle en était franchement désolée.

Il commençait à expliquer son inquiétude, disant que c’était son job de s’inquiéter pour tout le monde et s’il le voyait comme ça, c’est qu’il s’en était mis franchement lourd sur les épaules, quand il rajouta qu’il s’inquiétait plus pour sa femme que pour les autres, elle comprenait, mais ça allait réellement bien, elle aurait voulu lui dire, mais autre que de s’assoir dans le lit aussi et glisser ses doigts dans sa main d’abord pour… pour rien, parce qu’il enchainait sur Joshua et c’était assez important pour qu’elle ne l’interrompe pas du tout. Il ne regardait pas dans sa direction, mais elle, elle le fixait intensément. Elle ne pouvait pas le voir bien, mais elle le voyait suffisamment, la tête vers la fenêtre. Elle ne savait pas comment prendre la suite des choses. Joshua viendrait pour elle. C’était surement la suite logique des choses, mais elle était à Fort Hope, avec lui, elle ne sortait quasi jamais de la maison la nuit. Il faudrait qu’il vienne la chercher à la maison et ça commençait à faire beaucoup quand même, non ? Surement que non, Logan avait des raisons de s’inquiéter et elle le prenait au sérieux, mais même en s’inquiétant et en redoublant d’ardeur… elle pouvait faire quoi de plus ? Il embrassa doucement ses doigts, elle pouvait enfin voir ses traits, son visage, un peu. La pénombre masquait de beaucoup ses émotions, mais elle le connaissait assez pour comprendre. Elle comprenait, mais comme toujours, elle ne savait pas quoi dire pour l’aider. Et sa dernière phrase lui brisa le cœur, parce qu’il ne pensait pas survivre et ça, elle ne pouvait pas le concevoir. Juste y penser, juste l’imaginer et elle sentait ses larmes venir perler aux coins de ses yeux. Alors, il fallait répondre maintenant, sans laisser le temps au silence de s’installer, parce qu’elle allait s’imaginer la mort de son mari et pleurer comme une madeleine en accusant les hormones. Il n’y aurait clairement pas assez de chocolat sur la planète pour la convaincre d’arrêter de pleurer puisque ce n’était qu’une fiction. Sauf qu’elle avait une saveur un peu trop réel pour elle. Elle glissa donc une main sur la joue de son mari, se hissant sur ses cuisses pour s’assoir sur lui et elle lui offrit un doux sourire, plongeant son regard dans le sien.

-Il ne faut pas s’imaginer le pire comme ça, tu te fais du mal mon ange. Ça ne sera pas un combat facile, mais tu vas gagner. Tu feras tout ce qui est en ton pouvoir pour y arriver et tu rentreras à la maison avec nous.

Sauf qu’un discours totalement utopique n’était pas la meilleure option. Parce que dans le monde dans lequel ils vivaient, les fins heureuses n’étaient pas très souvent celle choisit et mises en place. Donc, aussi bien rajouter un peu de… réalisme à la chose ? Elle n’en savait trop rien.

-Mais, je te promets que quoiqu’il arrive, je resterai à Fort Hope et je prendrai soin de tes enfants jusqu’à ton retour et si tu ne reviens pas, on restera ici quand même. On fait déjà tout notre possible pour me mettre en sécurité, alors il faut s’inquiéter pour toi maintenant, c’est toi qui risque ta vie, pas moi. Je ne veux pas que tu abandonnes, jamais, même s’il arrive à me faire du mal ou que je meurs, promet moi que tu ne le laisseras pas gagner. S’il doit mourir pour qu’on soit en sécurité, je sais que tu y arriveras. J’ai confiance en toi.  

Et elle alla chercher ses lèvres, tout doucement. Parce qu’elle ne pensait pas mourir, mais que si réellement ça arrivait, elle voulait pouvoir se dire que son mari aurait gagné la guerre, qu’il aurait vaincu le méchant de l’histoire pour venir rebâtir sa vie en tentant d’être heureux malgré tout. C’était une idylle qui lui plaisait bien, mais le sujet jouait beaucoup sur ses humeurs fragiles. Elle tentait quand même de lutter contre le besoin de pleurer pour rester positive. Il avait besoin d’une Joy positive, elle avait besoin d’une Joy positive et même si la vie était difficile et risquée, elle voulait la savourer jusqu’à son dernier soupir. Ce n’était pas parce qu’elle gardait le sourire chaque jour qu’elle ne s’inquiétait pas, loin de là même. Elle s’inquiétait tous les jours de ne pas le voir rentrer et elle ne savait pas comment elle réagirait si c’était le cas un jour. Au moins, c’était clair maintenant, elle resterait à Fort Hope, il le savait, elle le savait. Au fond, elle avait quitté l’endroit seulement parce qu’elle ne supportait pas l’idée de vivre dans la même rue que lui, sans être avec lui. Elle c’était imaginé qu’une fois la porte claqué, il irait avec Juliet et les voir ensemble… elle n’aurait pas supporté, mais ça n’avait pas été le cas. Il était toujours là, avec elle et il l’aimait. Alors oui, elle arriverait à rester à Fort Hope sans problème.

_________________



like a phoenix She will rise from the ashes of despair And soar
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8063
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: After the rain comes sun... [Joy]   Mar 12 Déc - 14:00
C'était l'un de ces moments où Logan se serait plongé corps et âme dans l'optimisme de Joy, mais où un mur invisible l'en empêchait réellement. Ses bras s'étaient glissés naturellement autour des hanches de la jeune femme quand elle s'était approchée de lui et, même sans la voir réellement, il imaginait ses traits comme en plein jour à la perfection, son regard brillant et son sourire discret se dessinaient sous ses yeux comme s'il les voyait réellement et il avait envie d'y croire, vraiment. Mais comment ? Elle n'en savait rien et s'il y avait bien une chose au monde dont Logan était sûr, c'était que personne ne le jugeait avec moins d'objectivité que Joy. Tout comme il s'entêtait à la voir à la fois comme la personne la plus merveilleuse et la plus insupportable au monde, elle se fourvoyait totalement sur ce dont il était capable et pour preuve... Par deux fois déjà, Joshua lui avait échappé. Non, il avait fait même pire que lui échapper, il était parvenu à le mettre à terre malgré ses désavantages évident face à la force dont disposait Logan.

Un sourire triste étirait ses lèvres alors qu'il mettait fin à un baiser qui lui avait pourtant fait du bien. Il ne croyait peut-être pas encore assez sûrement à la fin heureuse que Joy lui promettait avec tellement d'assurance, mais il savait qu'il n'aurait pas le choix et que rien au monde ne l'occuperait plus tant qu'il n'aurait pas eu le dernier mot. Même pas besoin de lui promettre quoi que ce soit tellement ça lui semblait évident qu'il poursuivrait Joshua jusqu'à ce qu'il parvienne à les en débarrasser ou qu'il n'en meurt lui-même. Mais ce genre de petit discours allait très clairement à l'encontre de sa règle non-négociable d'interdiction de déprimer dans leur lit et il était largement temps d'y mettre fin avant qu'il ne soit obligé de les punir tous les deux pour ce manquement grave. Aussi, Logan s'approcha de nouveau de la jeune femme pour l'embrasser rapidement et aussitôt que ses lèvres eurent quitter celles de sa femme, il s'éloigna encore, la soutenant toujours d'un bras pour l'empêcher de tomber tandis qu'il s'étirait en arrière jusqu'à réussir à attraper la poignée du tiroir de sa table de chevet. Il fouilla quelques secondes à tâtons entre les divers objets dont la moitié ne lui appartenaient même pas rangés à l'intérieur et lorsqu'il eut trouvé ce qu'il cherchait, il revint se placer bien droit pour faire face à sa femme.

Doucement, il releva le visage de la jeune femme du bout des doigts, caressant sa joue au passage et se forçant même à afficher un sourire plus heureux avant d'oser parler. « J'te promets que je ferais tout ce qui est possible pour qu'on s'en sorte tous les quatre et qu'on soit débarrassé de lui pour de bon. » L'optimisme peinait encore à le toucher réellement, mais il faisait de son mieux pour que ça ne se voit pas, comme il s'efforçait chaque jour de prétendre que tout allait mieux que la réalité en attendant patiemment le jour où ce serait vrai. « Mais en échange, je veux que tu me promettes que tu vas essayer de t'intégrer ici, s'il te plaît, de connaître tous ces gens qui font parties de notre vie et d'essayer d'en apprécier au moins quelques uns, parce que.. » Il ouvrit sa main droite, paume vers le haut, pour dévoiler la bague qu'il venait de prendre dans le tiroir, celle qu'elle lui avait laissé en partant et qu'il gardait précieusement depuis tout ce temps. Sa conversation avec Maddie ne l'avait pas aidé du tout, rien ne l'aidait réellement à se dire que cette décision était la bonne et peut-être qu'il le regretterait mille fois d'ici que le grand jour ne se présente, mais après tout, il avait fini par comprendre que le bon moment n'existait pas, qu'il fallait aller le chercher au lieu d'attendre qu'il nous tombe dessus. « ...Parce qu'ils seront tous invités à notre mariage l'été prochain et qu'on aura jamais assez de place pour tous les faire asseoir de mon côté de l'allée. Enfin... Si t'acceptes de m'épouser une seconde fois, officiellement cette fois, à la lumière du jour et sous les yeux de toutes les personnes qu'on connaît, bien sûr... »

S'il leur fallait vraiment une raison de plus de survivre à Joshua et à tout ce qui pourrait se présenter de négatif, en voilà une avec laquelle Logan acceptait de vivre. Ça ne changerait rien de toutes façons à ce qu'ils étaient déjà l'un pour l'autre, mais il voulait seulement lui prouver sa bonne foi et son intention d'agir autrement cette fois. Elle parvenait encore à l'agacer prodigieusement quand elle le voulait, à le rendre fou, autant de rage que d'amour, il n'était pas certain qu'ils auraient assez de nourriture pour la rendre heureuse jusqu'à la fin de leur vie ni qu'il n'aurait pas envie de s'enfermer dans son garage ou de lui hurler dessus certains jours. Il n'était même pas encore certain qu'elle ne déciderait pas un jour ou l'autre de disparaître même si elle venait de lui promettre le contraire juste quelques secondes plus tôt. Mais quelle importance ? C'était soit il passait le reste de sa vie à attendre d'être sûr, que rien ne vienne se mettre en travers de sa route, ni Joshua ni le prochain malade mental qui arriverait en ville, soit il acceptait de voir le monde par les yeux de sa femme une seconde et tout devenait soudainement beaucoup plus facile.

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
We have ashes, fire and hope
Joy CarterWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 1870
Points : 2677
Date d'inscription : 14/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: After the rain comes sun... [Joy]   Mer 13 Déc - 2:38
Elle croyait les mots qu’elle disait, c’était l’avenir qu’elle voulait croire et qu’elle tenterait de réaliser. Rien n’allait être tout rose et tout beau, elle le savait. Il y aurait des moments difficiles, mais ils s’en sortiraient et ils le feraient ensembles cette fois. Alors, elle lui promettait de rester à Fort Hope et de l’attendre, quoiqu’il arrive et elle lui promettait de s’occuper d’Octavia, d’être la femme sur laquelle il pouvait compter, parce que c’était cela un mariage. Si elle pouvait lui retirer un peu du poids du monde qu’il avait sur les épaules, elle le ferait sans hésitation.

Elle c’était retrouvée sur lui pour parler et elle appréciait sentir la chaleur de ses bras contre son corps. Cette proximité faisait du bien, surtout que le sujet n’était pas facile. Sauf que là où avant elle n’en parlait pas, maintenant elle le faisait. Elle assumait le monde dans lequel il vivait, juste qu’elle choisissait encore d’y sourire. Son sourire se fit plus chaleureux, plus ouvert quand il vint l’embrasser. Elle en profitait, voulant étirer le moment, mais il s’éloigna, la maintenant, mais se déplaçant. Elle le regarda faire avec curiosité, parce qu’il cherchait un truc, elle l’entendait à l’oreille, mais ne voyait pas réellement. Il revint finalement vers elle et elle l’observait doucement. Attendant de comprendre ce qu’il cherchait. Pendant un instant… elle pensait aux menottes qu’il devait ranger là, mais… même si l’idée faisait envie, il y avait la petite dans la pièce, donc, elle se fourvoyait totalement. Il ne fallait donc pas s’empourprer maintenant.

Elle releva les yeux pour suivre le mouvement de ses doigts sous son visage, plongeant son regard dans celui de son mari sagement. Elle apprécia sa caresse et le vit sourire malgré la pénombre. Elle adorait le voir sourire, se disant que chaque fois qu’il le faisait, c’était un petit effort, c’était un petit moment de bonheur pour elle. Il lui promit finalement qu’il ferait tout en son pouvoir pour qu’ils soient tous les quatre en sécurité et c’est elle qui ne put que sourire. Elle le savait, mais qu’il lui promette donnait une valeur supplémentaire à ses yeux. Tout allait finir bien, il fallait y croire. Elle cligna des yeux une première fois pour se reconcentrer sur ce qu’il rajoutait, parce qu’il y avait une contrepartie. En échange, elle devait lui promettre de s’intégrer à Fort Hope et elle hocha la tête rapidement pour accepter. Parce que c’était une promesse facile à tenir, s’intégrer et apprécier des gens. Sauf qu’à peine avait-elle terminé de secouer la tête à l’affirmative qu’il ouvrait sa main. Elle chercha rapidement dans la pénombre l’objet qu’il tenait, mais elle l’a reconnu bien assez rapidement. C’était sa bague, celle qu’elle lui avait rendu quand ils c’étaient quitté, quand elle avait claqué la porte. Elle n’osait pas faire un mouvement vers elle, n’étant pas certaine de ce qu’il voulait dire. Elle en avait trop envie, cette bague lui avait manqué, elle représentait tellement, autant que son tatouage. Mais il continuait et les mots se répercutaient dans son crâne sans qu’elle ne les comprenne la première fois. Ils seraient invités à quoi ? Ils étaient déjà mariés. L’été prochain ? À la lumière du jour et… avec des gens ? Oh.

Oh… Oh mon Dieu. Quoi ? Vraiment ? Un vrai mariage ? Elle souriait déjà, mais soudainement, chacun de ses traits s’illuminaient comme seul Joy savait le faire. Elle avait des brillants dans les yeux, son cœur battait la chamade et même des petites larmes vinrent perler le coin de ses yeux, mais elle était heureuse, totalement. Juste que tout en elle faisait des montagnes russes en ce moment.

-Oh, je veux ça, je te veux toi. Je t’aime.

Très peu de mots, beaucoup d’émotions. Elle ne savait pas quoi dire, comment le dire. Elle n’était pas une personne de mots, elle écoutait, mais les grandes déclarations d’amour, c’était difficile, elle manquait d’expérience. Sa main avait pourtant été se glisser contre sa joue pour l’embrasser une première fois, une deuxième, une troisième… une millième même. Elle l’aurait noyé sous ses baisers sans mal, mais avant toute chose… elle s’éloigna un peu pour lui tendre sa main pour qu’il y glisse la bague lui-même, rajoutant à l’image du moment. Elle allait clairement ce souvenir de ce moment, comme la première fois. C’était pourtant tellement différent, mais tout autant parfait.

-Je serai ravie de t’épouser une deuxième fois. Je veux passer ma vie avec toi et que cette fois, ça ait tout d’officiel. Et si pour ça, je dois t’amener une liste d’invité aussi longue que tu veux, je le ferai.

Vraiment. Rien ne l’empêcherait d’avoir ce second mariage avec son mari. Elle voulait passer sa vie avec lui, c’était le choix qu’elle avait fait un an au par avant et même si la vie leur mettait des bâtons dans les roues, elle était toujours aussi certaine qu’elle avait fait le bon choix. Elle souriait à s’en fendre les joues, son teint avait rougit et elle avait envie de pleurer, elle essuya donc brièvement ses yeux, rieuse en rajoutant simplement :

-Désolé pour ça, y a beaucoup de joie et peut-être un peu d’hormones, mais je peux pas jurer…

Et elle retourna l’embrasser, longtemps cette fois, heureuse de simplement pouvoir passer ce moment avec lui et tous les prochains. Elle fut donc ravie de se souvenir qu’il proposait une grâce matinée de couple le lendemain. Comme ça, elle pourrait le garder pour elle encore un moment. Était-ce possible d’être plus heureuse que maintenant ? Elle en doutait.

_________________



like a phoenix She will rise from the ashes of despair And soar
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8063
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: After the rain comes sun... [Joy]   Ven 15 Déc - 20:19
Sourire aux lèvres, Logan attendait sagement une réponse qu'il était pourtant certain de déjà connaître. À moins qu'il ait vraiment raté un épisode ou une saison entière, il n'avait jamais été question de recommencer de zéro à ce point dans leur relation. Il s'agissait là d'une simple formalité, d'un grand geste comme on disait dans les films autrefois, dans le seul but d'apporter un peu de bonne humeur au milieu des jours sombres qui n'avaient de cesse de s'enchaîner. Une petite lueur d'espoir, un but sur lequel se fixer qui ne soit pas simplement un nouveau meurtre, ça ne ferait de mal à personne et surtout pas à lui, bourreau tout désigné une fois encore. C'était juste un petit peu perturbant de ne pas voir la réaction de Joy, mais juste à entendre le ton de sa voix, il devinait aisément de quoi ça devait avoir l'air. Ce qui, d'ailleurs, lui arracha un léger rire qu'elle étouffa d'un baiser. Il n'arrivait pas à croire qu'elle prenne cette demande avec autant d'émotivité ce soir encore, comme elle l'avait fait la première fois. Il s'imaginait qu'on s'habituait à ce genre de choses, peut-être même que ça ne devait pas être une vraie surprise... Pourquoi aurait-il gardé sa bague tout ce temps, sinon, au lieu de lui rendre directement ?

« On se penchera sur la liste des invités dès que Joshua ne sera plus qu'un souvenir. » assura-t-il, sans rien perdre de son sourire qui s'entendait jusque dans sa voix, alors qu'il glissait la bague au doigt de la jeune femme. Ce détail-là, il y tenait particulièrement. Il voulait lui faire ce cadeau depuis un moment, d'assumer leur mariage devant ce qu'il restait de sa famille et de ses proches, mais pas tant qu'une ombre resterait au tableau. Hors de question que ce monstre puisse venir gâcher la fête ou leur offrir un autre cadavre comme cadeau de mariage. Il se donnait un an, priant pour que ce soit beaucoup trop, motivé à faire en sorte que ça ne demande pas autant de temps...

Un nouveau baiser de Joy l'empêcha de s'inquiéter de cela plus longtemps et il ne résista pas vraiment, la pressant un peu plus contre lui. Il aurait tout le temps pour penser à ça dans les jours à venir, il pouvait bien s'offrir une pause ce soir, surtout pour fêter dignement la bonne nouvelle. « Mais je te préviens, cette fois, compte pas sur moi pour faire abstinence jusqu'à la nuit de noces. Un an ce sera pas possible. » Alors certes, ça avait été son idée stupide à lui déjà à l'époque, mais il ne lui laissait aucune chance de se souvenir de ce détail et de proposer l'idée quand même, sait-on jamais qu'elle soit soudainement frappée de nostalgie et qu'elle veuille se rappeler ce bon moment-là aussi. Avec les hormones, il préférait ne prendre aucune chance. Et si le sérieux de ses paroles n'était déjà pas assez clair comme ça, il retourna directement l'embrasser, la repoussant en arrière sans la lâcher, jusqu'à ce qu'ils soient allongés sur le lit. Le berceau à côté le retenait encore de mettre un peu plus d'ardeur dans ses gestes, mais de devoir encore descendre à la cuisine ou se cacher Dieu savait où ne l'enchantait pas beaucoup plus. Voilà encore une chose qui l'aiderait à se motiver à faire le ménage à Détroit : il oserait peut-être enfin mettre sa fille dans une chambre rien qu'à elle, au lieu de paniquer dès l'instant où il ne l'avait plus sous les yeux. Pour le moment, hélas, il était un peu tard pour penser à jouer au déménageur improvisé ou au vengeur masqué, aussi Logan décida plutôt d'abandonner quelques instants les bras de sa femme pour tirer sur la couverture jusqu'à ce qu'il parvienne à les recouvrir tous les deux des pieds à la tête et retourna aussitôt se coller contre elle, pour reprendre ses baisers de plus belle. Ses doigts allaient bien au-delà de la limite de ce qui aurait été acceptable pour rester sage avec un bébé dans la chambre, mais pour ça aussi, il avait une solution toute trouvée et très motivante, qu'il comptait bien proposer à Joy un jour ou l'autre. En fait, dès qu'il eut besoin de respirer un peu et qu'il fut forcé de s'éloigner. « Sois très, très, silencieuse sinon je reviens sur ma décision concernant l'abstinence. »

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
We have ashes, fire and hope
Joy CarterWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 1870
Points : 2677
Date d'inscription : 14/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: After the rain comes sun... [Joy]   Sam 16 Déc - 14:50
Comment pouvait-elle répondre autrement que oui. En fait, c’était plus un très grand OUI. Parce que même s’ils étaient déjà mariés, le fait de se lancer de nouveaux après leur petite séparation, ça avait un petit quelque chose d’agréable. En fait, ça l’a soulageait, parce que ça impliquait qu’ils avaient finalement réparé les pots cassés et qu’ils bossaient dans la bonne direction pour s’en sortir ensemble. Elle avait tout pour être heureuse, tellement heureuse. Elle avait pris le temps de regarder la silhouette de la bague à son doigt, elle lui avait manqué, il lui avait manqué. Elle ne se rappelait pas la dernière fois qu’elle c’était sentie aussi proche de lui. En ce moment, c’était comme s’ils avaient réussi à retrouver leur voie. Elle avait hoché la tête, toujours souriante quand il avait parlé de Joshua, c’était logique pour elle aussi. Quand Joshua serait mort, quand tout le monde serait en sécurité, ils planifieraient, mais d’ici là, personne d’autre n’allait mourir et tout le monde ferait attention à tout le monde. Parce que c’était ça vivre en communauté, tout le monde allait faire attention aux autres. Elle ferait attention à elle et elle allait espérer chaque jour que Logan en ferait de même.

Elle l’embrassa de nouveau. En fait, elle n’arrêtait plus réellement. Elle avait envie de l’embrasser pour toujours et techniquement elle le pourrait, elle le pouvait si elle espaçait les baisers de quelques heures parfois. C’est à peu près à ce moment qu’elle fit le poisson du choc absolu très exagérer, même dans le noir, il le remarquerait surement un peu. Monsieur refusait l’abstinence jusqu’au mariage. Elle tenta de garder cette tête jusqu’à rire. Elle ne pouvait pas s’en empêcher, rajoutant simplement :

-J’espère bien, pour une fois qu’on n’a pas besoin de capotes… je compte bien en profiter complètement.

Vraiment quoi ! C’est surement pour cela qu’elle fut ravie de retrouver ses lèvres. Elle l’embrassait, se retrouvant coucher dans le lit tout aussi rapidement qu’elle l’aurait souhaité, mais elle ne pouvait pas oublier que la petite dormait juste à côté. Elle aurait sa place toute désigné en enfer si elle tentait le diable pour faire l’amour à côté de la petite, non ? Lorsqu’il s’éloigna, elle crut réellement que les câlins étaient terminés, c’était la chose logique à faire, mais à la place, il les recouvrait de la couverture pour un peu d’intimité. Elle aurait peut-être dû en être choquée, mais à la place, elle avait plutôt très très envie de plus. Elle l’embrassait, heureuse de sa proximité, sentant l’envie lui parcourir les veines, il arrivait à l’allumer tellement rapidement, elle avait envie de cette proximité qu’il lui offrait et souriait à ses mots, avant de réaliser qu’il demandait l’impossible, alors, tout bonnement… elle déposa une main sur ses lèvres, rieuse. Promettant ainsi de ne faire aucun son, rien, niet, nada.

En fait, non. Elle retourna chercher ses lèvres une dernière fois, profitant de se baiser avant de souffler un petit « C’est mieux là » et de retourner mettre sa main sur sa bouche. Joy Carter… se taire et être silencieuse. C’était surement la chose la plus difficile au monde… Elle était toute à lui. Avec de la chance, elle ne ferait pas de bruit… il n’avait qu’à ne pas la torturer aussi. En fait, ça ne serait vraiment pas très gentil de la torturer.


_________________



like a phoenix She will rise from the ashes of despair And soar
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8063
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: After the rain comes sun... [Joy]   Sam 16 Déc - 14:51

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
We have ashes, fire and hope
Joy CarterWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 1870
Points : 2677
Date d'inscription : 14/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: After the rain comes sun... [Joy]   Sam 16 Déc - 14:54

_________________



like a phoenix She will rise from the ashes of despair And soar
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8063
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: After the rain comes sun... [Joy]   Sam 16 Déc - 14:57
L'air un peu plus frais, une fois débarrassés de la couverture, faisait du bien à Logan, qui s’efforçait de ne pas penser au petit lit dans son dos pour s'éviter d'imaginer à quoi ressemblerait la damnation éternelle pour lui. Mais après tout, il irait en Enfer quoi qu'il arrive, pas vrai ? La liste de ses pêchés s'étendaient trop loin dans l'horreur pour qu'il puisse espérer un seul instant obtenir le pardon Divin à la fin de sa vie, alors tant pis. Pour l'instant, Octavia ne semblait même pas vouloir se réveiller et malgré quelques soupirs un peu trop bruyant et le bruissement des draps sous leurs mouvements, ils avaient réussi à rester suffisamment silencieux pour ne pas la déranger et entrer officiellement dans la catégories des mauvais parents. Maintenant, Logan respirait mieux et la soif violente qu'il avait du corps de sa femme semblait enfin tarie, ne serait-ce que pour un petit moment. Il ne se décidait pas à la lâcher pour autant, gardant ses bras fermement accrochés à sa taille, son visage collé contre son crâne où ses cheveux venaient s'emmêler à sa barbe l'air de rien.

Un silence agréable s'installait dans la chambre, à peine perturbé par leurs respirations de plus en plus calme. Ils auraient certainement pu s'endormir juste comme ça et ça aurait été parfait, aussi parfait que tout l'était quand il se retrouvait avec elle. Mais loin de glisser vers le sommeil, Logan restait bien éveillé, ses pensées partant à la dérive sur tellement de choses en même temps qu'il ne parvenait pas à garder le fil réellement. Certaines se tournaient immanquablement vers Joshua, mais elles étaient finalement moins nombreuses qu'il l'aurait cru et la plupart effleuraient des sujets positifs, des ambitions à conserver ce climat de bonheur simple. Des pensées aussi triviales que de quelle couleur ils repeindraient la toute dernière chambre encore libre de la maison s'ils devaient le faire, ou est-ce qu'ils laisseraient vraiment les deux gamines dormir là-bas toutes seules ou s'entêteraient à les garder dans leur chambre jusqu'à leur majorité, occupaient son esprit et c'était sûrement quelque chose de vraiment stupide de sa part. Il n'aimait même pas penser comme ça, être à ce point positif et confiant en l'avenir, comme si rien au monde ne pourrait venir détruire son petit bonheur égoïste et son fantasme d'un autre temps de former la petite famille parfaite. Ça n'était pas le cas et il se sentirait encore plus mal quand un nouveau malheur lui tomberait dessus, mais... C'était la faute de Joy, voilà. Elle le rendait stupide et inconscient, elle lui retournait le cerveau avec une facilité agaçante et déconcertante et, il ne le dirait jamais à voix haute, mais il adorait ça, dans le fond.

Un soupir s'éleva tandis qu'il promenait ses doigts sur la peau de Joy, caressant doucement son ventre et il murmura tranquillement, un sourire naissant doucement sur ses lèvres : « Ça commence à se voir, tu sais... » Il ne savait même pas si elle dormait ou si elle l'avait entendu, peu lui importait à vrai dire. Toutes ses pensées étaient de nouveau tournées vers ce petit être qui prenait étrangement de place dans sa vie pour une si petite chose. Mais maintenant qu'il la regardait de nouveau sans rien d'autre en tête, il était certain de ne pas être complètement dingue, ça se voyait vraiment. Pas beaucoup, elle pourrait encore aisément le cacher si elle faisait attention, mais pas à ses yeux à lui. « Il s'appelait comment, ton père ? » demanda-t-il finalement, question qui tombait un peu comme un cheveux sur la soupe et qui lui vaudrait certainement une engueulade bien méritée s'il s'avérait qu'elle le lui avait déjà dit par le passé. Mais tant pis pour son image de mari parfait qui allait s'en prendre un sacré coup. « Je sais, je mérite le bûcher, t'as déjà du me le dire un million de fois, mais je ne suis qu'un homme, pardonne-moi. » ajouta-t-il, un peu plus léger, avant d'embrasser son front, cachant un sourire qui commençait à s'étirer doucement.

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
We have ashes, fire and hope
Joy CarterWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 1870
Points : 2677
Date d'inscription : 14/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: After the rain comes sun... [Joy]   Sam 16 Déc - 17:37
Elle était bien, toujours blottie dans ses bras. Elle ne bougeait plus, ne parlait pas. Elle retrouvait lentement son calme et c’était agréable. Elle se concentrait sur les battements de son cœur, le caressant du bout des doigts. Elle sentait le souffle chaud de Logan dans ses cheveux, son bras contre elle et elle resta ainsi un bon moment. En fait, elle aurait pu s’endormir comme ça et se reposer jusqu’au lendemain, elle avait même fermé les yeux pour y songer sérieusement, mais elle l’est rouvrit quand il parla. Il disait que ça commençait à ce voir et il avait tout à fait raison. Heureusement pour eux, elle n’était jamais nue à l’extérieur de cette chambre, mais elle devait dire adieu aux vêtements ajustés pour un moment. Parce que sinon, il serait grillé. En même temps, c’était rassurant qu’ils puissent enfin le voir, c’était une sorte de confirmation silencieuse que c’était réel, qu’il y avait réellement quelque chose et que toutes les précautions prisent étaient pour une excellente raison. D’accord, elle devait s’habituer à avoir un petit ventre, mais elle en aimait déjà la cause. Elle baissa son regard vers son ventre, ne le voyant pas réellement, le caressant du bout des doigts comme pour s’assurer qu’il disait la vérité, comme pour se rassurer et se dire qu’il était encore là, qu’ils n’avaient pas rêvés.

-Ça va vite quand même. J’imagine pas quand mon ventre sera énorme… t’imagine la place que je vais prendre dans le lit…

Et elle rigola doucement près de lui, parce que c’était mieux de rire du fait de devenir énorme plutôt que de stresser sur le fait que peut-être son mari la désirera moins en mode baleine. Parce qu’elle était presque certaine que les femmes enceintes aussi avaient des besoins niveaux sexes. En fait, c’était même bon pour la dilatation avant l’accouchement, non ? Elle était certaine d’avoir déjà entendue la mère proposée ça à une amie enceinte qui en avait marre d’être enceinte. Elle se souvenait aussi ne pas avoir apprécié imaginer Madame et Monsieur Hawkins faire l’amour.

Elle continuait doucement de penser à sa grossesse, son ventre. Elle n’aurait pas cru tomber enceinte durant l’apocalypse, quand les morts s’appropriaient chaque coin de rue, mais ici, à Fort Hope, elle se sentait en sécurité. Elle arrivait très bien à laisser Logan gérer les menaces extérieures et juste, rester là. Elle se sentait bien, utile et occupée. Elle cligna des yeux à sa question, relevant son regard vers lui par habitude. Elle arrivait sans mal à imaginer chacun de ses traits. Il voulait savoir le nom de son père, rajoutant qu’elle lui avait surement déjà dit et qu’il n’était qu’un homme, ce qui la fit sourire. Elle n’était même pas certaine de lui avoir déjà nommé ses parents, c’était toujours Papa et Maman pour elle. Ses parents y avaient mis le mot d’ordre, encore plus quand certaines de ses copines nommaient leurs parents par leurs prénoms. Elle ne s’en offusqua donc pas. Elle alla même chercher ses lèvres pour lui voler un baiser, sourire aux lèvres.

-J’ai tendance à dire papa, du coup je sais même pas si je te l’ai déjà dit, mais c’est Charles. Charles Cameron. Un truc tout simple. Et pourquoi tu voulais savoir ?

Surtout qu’il voulait savoir pour le nom de son père, mais pas de sa mère, ce qui lui faisait un peu bizarre vite comme ça. Elle voulait donc en savoir la raison, parce que Logan devait avoir une idée en tête. C’était rare qu’il sorte un truc comme ça de nulle part, juste pour le plaisir de parler. Ça, c’était plutôt elle.

_________________



like a phoenix She will rise from the ashes of despair And soar
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8063
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: After the rain comes sun... [Joy]   Lun 18 Déc - 14:11
Malgré les menaces de la jeune femme, l'idée d'une Joy énorme prenant toute la place dans le lit peinait encore à effrayer réellement Logan. Elle le faisait déjà maintenant, de toutes façons et puis, il découvrait avec étonnement que l'idée de la voir réellement enceinte, un peu plus qu'une petite ombre hasardeuse, lui plaisait vraiment. Les mauvais côtés ne le préoccupaient pas tant qu'il n'en subissait pas encore les conséquences, alors pour l'instant, seul un sourire marquait une quelconque réaction aux paroles de Joy et ses pensées continuaient de glisser vers d'autres choses, d'autres sujets qui l'intéressaient plus que de devoir se battre pour un morceau de matelas ou un pan de couverture.

L'une d'entre elles retint son attention plus longtemps, le plongeant à la fois dans une étrange perplexité et une faible lueur d'optimisme et il se décida finalement à poser une question qui sonnait pour le moins étrange, d'autant plus, sans doute, avec la bonne humeur qu'il y mettait. Il s'imaginait déjà la réponse tout seul, comme si l'information n'avait finalement aucune importance et son sourire continuait de s'accentuer, jusqu'à se crisper soudainement lorsque le verdict tomba. Charles. Sur les millions, les milliards de réponses qu'elle aurait pu lui donner, il fallait que ce soit celle-là, évidemment. Bien malgré lui, l'homme vit se dessiner un visage qu'il ne connaissait que trop bien derrière ses paupières et, malgré un léger dégoût, il devait admettre que ça ne l'étonnait finalement pas tant que ça. Elle ne lui avait effectivement jamais dit avant, mais... Il fallait bien que la vie se foute de lui comme ça sans arrêt, pas vrai ? Un rire, réellement amusé, traversa ses lèvres et le secoua quelques secondes alors qu'il mesurait pleinement l'ironie enrobant si souvent son existence. « Évidemment. » lâcha-t-il quand il eut retrouvé son calme.

Bien sûr, Joy voulait savoir pourquoi et il doutait sérieusement qu'elle trouve cela très drôle elle aussi, quand il se déciderait à lui raconter. Il se sentait peut-être même un peu coupable d'avoir osé poser cette question à voix haute, maintenant. « C'est nul, mais... Je... Enfin, j'aurais aimé qu'on lui donne le prénom de ma mère et... Je me suis dit que si, par miracle ou je ne sais quoi, ce serait finalement un garçon, on pourrait lui donner le nom de ton père. » expliqua-t-il tout de même. Est-ce qu'il n'y avait pas une croyance idiote qui disait que ça portait malheur ou un truc comme ça ? Il ne savait plus si c'était une histoire de prénom ou d'acheter un lit, mais il était certain que les parents se gardaient généralement de faire ces deux choses avant d'être sûrs que tout irait bien pour leur bébé. Dans leur cas, même d'attendre encore trois semaines ne changerait probablement rien et peut-être qu'il venait de leur attirer le mauvais œil en parlant de ça maintenant. Il prierait pour que ça ne soit pas le cas. « Mais... On devrait prier pour que ce soit une fille, en fait, parce que... » Il n'était même pas certain d'arriver à la dire, un nouveau fou rire le prenait, aussi léger soit-il, menaçant quand même sérieusement de devenir trop fort et probablement de réveiller Octavia. Il essaya de se calmer de nouveau, ce qui ne fonctionnait pas très bien, son hilarité s'entendait toujours lorsqu'il se força tout de même à reprendre. « Le père de Juliet s'appelait Charles lui aussi. »

Il fallait vraiment qu'ils aient une fille, c'était désormais décidé pour de bon. Il avait beau essayer, maintenant qu'il savait cela, Logan n'arrivait tout simplement pas à s'imaginer avec un petit garçon nommé Charles Carter dans les bras. Quoi que le père Whitman se serait retourné dans sa tombe et que l'idée de le faire chier même maintenant apportait une certaine satisfaction au barbu, il n'y arriverait pas. « Enfin, même si je suis sûr que ton père était un homme charmant comparé à mon ex-beau-père, je crois que malheureusement, j'arriverais jamais à donner ce prénom à mon fils. » admit-il finalement. « Même si ça l'aurait rendu malade de l'apprendre et que ça, ça m'aurait vraiment fait plaisir, en fait. »

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
We have ashes, fire and hope
Joy CarterWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 1870
Points : 2677
Date d'inscription : 14/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: After the rain comes sun... [Joy]   Lun 18 Déc - 22:59
Il ne s’en plaignait pas maintenant, mais il allait clairement s’en plaindre dans quelques mois. Même elle, elle allait finir par s’en plaindre ! Genre, elle allait s’énerver à prendre trop de place et pire, de devoir dormir sur le ventre. La grossesse, c’était nul, voilà. Bon d’accord, pour le moment, elle ne remarquait rien de tout ça et c’était surement tant mieux. Ça faisait près de trois mois qu’elle était enceinte et tout se passait bien, c’était à ce moment que les gens se décidaient à en parler non ? Elle n’en savait rien. En cas d’apocalypse, elle pouvait bien garder le silence encore un peu, non ? Juste au cas.

Il souriait et elle aussi. La discussion se faisait légère et plaisante. Elle n’avait pas envie de dormir toute suite, même si elle regretterait quand Octavia leur rappellerait que le matin arrivait quand elle le décidait. Elle ne savait pas trop pourquoi Logan voulait connaitre le nom de son père, mais elle lui avait répondu, demandant quand même pourquoi, parce qu’elle était curieuse. Il avait fini par rire, sans qu’elle ne sache pourquoi. Il avait laissé tomber un mot, comme si c’était d’une évidence, mais elle ne comprenait toujours pas pourquoi. Elle le regardait tel un poisson rouge, quand il se lança enfin dans une explication hésitante. Il voulait donc le prénom de sa mère pour une fille et de son père à elle pour un garçon. Comme il était adorable, elle lui souriait de plus bel. Sauf qu’il rajouta un détail d’importance. Sauf qu’il ne pourrait jamais nommer son enfant Charles, parce que c’était aussi le nom du père de Juliet. Sérieusement ?!? Le plus difficile fut de ne pas rire avec lui, mais elle en mourrait d’envie.

-T’es sérieux ?

Ne pas rire fort, ne pas rire fort, ne pas rire fort. Retenir son fou rire.

-Mon père se plaignait tout le temps que son père avait manqué d’originalité, mais après deux autres fils, ce n’était pas gagné de trouvé un prénom. C’est pour ça qu’ils m’ont choisi un prénom moins courant. Pour pas qu’on soit douze en classe avec le même nom.

Voilà, dire plein de mots, ça aidait à ne pas rigoler du fait cocasse de la situation.

-Ça me va très bien de prier pour une petite fille. C’est jolie Mila, ça me plait.

Et elle souriait encore plus. Heureuse que pour une fois, c’était Logan qui choisirait le nom d’un de ses enfants. Heureuse de se dire qu’avec elle, ce serait différent, parce qu’il serait là, qu’il serait présent pour la première fois et qu’il verrait chaque étape de la grossesse avec elle. Elle se sentait aimée, elle se sentait en sécurité et elle en était heureuse.

-Et donc, puisque ce ne sera pas Charles, tu aimerais quoi ? Parce que le deuxième prénom de mon père, c’était Eugène, alors… on y pense même pas, c’est moche. Je dépose mon droit de véto directe et même si j’arriverais à me persuader rapidement que c’est une fille… on va avoir l’air un peu con après l’accouchement si Callie balance un « c’est un garçon », non ?

Elle arrivait très bien à imaginer cette scène-là, sans trop pensé à ce qui se passerait avant. Genre, elle omettait l’idée qu’elle, elle allait souffrir le martyre à expulser un bébé. Avec de la chance, elle aurait tellement envie de ne plus être enceinte qu’elle trouverait la motivation d’accoucher, mais pour le moment, l’idée était terrifiante.

_________________



like a phoenix She will rise from the ashes of despair And soar
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8063
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: After the rain comes sun... [Joy]   Lun 18 Déc - 23:07
Heureusement ou malheureusement, la seule idée que Logan ait été capable d'avoir si la vie décidait de lui donner un fils était envolée pour de bon. Ça ne le perturbait pas tellement, il n'avait pas envie d'un garçon, il n'en avait plus envie du tout depuis qu'il avait Octavia avec lui sans arrêt. N'importe qui pouvait voir le lien très fort qu'ils avaient tous les deux, aussi petite soit-elle encore et il ne connaissait rien de plus merveilleux au monde que de voir sa fille foncer vers lui en hurlant « Papa ! » , c'était son petit plaisir quotidien, la seule chose qui parvienne réellement à le tirer de n'importe quelle mauvaise journée et il se disait simplement que ça ne serait pas pareil avec un garçon, sans trop savoir pourquoi finalement, mais il en était certain. Alors non, l'idée de ne pas avoir d'autre prénom pour cette possibilité ne le dérangeait pas le moins du monde, mais celle que Joy insiste quand même pour qu'ils en trouvent un au cas où posait plus de problème. Il n'en savait rien, vraiment rien.

« On est vraiment obligé ? » demanda-t-il, comme s'il s'apprêtait à faire un horrible caprice après qu'elle lui ait refusé une part de gâteau. « Ce sera une fille, je le sens. » Il n'en doutait déjà pas avant, alors maintenant qu'elle venait d'abattre sa seule petite étincelle de doute en lui donnant le prénom de son père... « Franchement, j'en sais rien... » C'était assez paradoxale, sans doute, il avait toujours voulu des enfants et il parvenait, parfois, à s'imaginer avec sa grande famille et il n'y avait pas eu que des filles dans le lot, mais il ne s'était jamais posé la question des noms. Vraiment jamais. Ça l'avait un peu agacé de ne pas avoir eu son mot à dire pour ses filles, il n'était pas tombé sous le charme immédiat des prénoms choisis par Juliet et Maxine, loin de là même, mais... Il ne savait ce qu'il voulait pour la prochaine que depuis quelques temps, quelques jours peut-être, ça n'était pas très précis, mais ça ne faisait pas des années qu'il y pensait, clairement. Chaque prénom qui lui venait était rattaché à un visage auquel il n'avait pas vraiment envie de penser pour le reste de sa vie chaque fois qu'il poserait les yeux sur son fils. « Noah ? Luke ? Pourquoi pas Cameron, tiens ! C'est ce qu'ils faisaient dans cette série, tu sais, avec les basketteurs ? »

Un léger rire le secoua alors que d'affreux flashbacks de cette série lui revenaient en mémoire, à peine adoucis par le souvenir de la jeune femme magnifique quoi que fortement agaçante qui l'avait obligé à en savoir tellement à ce sujet et à regarder un épisode chaque fois qu'il l'invitait à passer un week-end chez lui dans l'espoir de ne pas sortir de son lit pendant deux jours entiers. Ce qu'il n'avait pas fait pour obtenir les faveurs d'une femme, franchement... Heureusement ou non, cette période de sa vie semblait définitivement résolue. Ça avait un petit côté effrayant qui restait tout de même acceptable quand il regardait Joy. Son rire finit par mourir, uniquement pour lui permettre de rajouter une bêtise encore pire que la précédente, mais il n'en rougissait même pas un peu. « Sinon, tant pis, si c'est un garçon, on demande à Callie de le reprendre ou on l'appelle Mila quand même. » De toutes manières, ils leur restaient un peu de temps pour y penser, pas vrai ? De voir le corps de Joy changer, même imperceptiblement, mais tellement rapidement avait un petit côté très effrayant aussi, en fait, comme s'il n'y aurait finalement pas assez de temps. Mais quand il se contentait de penser aux chiffres sans poser les yeux sur elle, ça lui semblait plus acceptable. Et puis même si elle avait promis de lui laisser le choix, elle pouvait quand même donner son avis ou faire des propositions, non ?

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
We have ashes, fire and hope
Joy CarterWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 1870
Points : 2677
Date d'inscription : 14/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: After the rain comes sun... [Joy]   Mar 19 Déc - 3:34
Un jour il s’en plaindrait et ce jour elle pourrait dire qu’elle l’avait prévenue, voilà. C’était une magnifique façon de lui rappeler que elle aussi, elle pouvait avoir raison ! Bon en même temps, elle soulignait une évidence. Ils en étaient venus à parler de prénom, elle ne savait pas si c’était trop tôt ou non, mais elle se plaisait à le faire. C’était surement cela l’important au final. Ils avaient un nom pour une fille, c’était déjà tout trouvé, mais pour un garçon, ça serait plus complexe. Alors, elle avait insisté un peu auprès de son mari pour qu’il propose quelque chose, juste pour s’assurer qu’ils aient des deux au cas où. Sauf qu’il n’en avait pas envie, il voulait une fille et il l’espérait au point de mettre tous ses oeufs dans le même panier et il lui arrachait un sourire à le faire.

-C’est surement pour ça qu’une échographie pour connaitre le sexe tôt, c’est génial.

Sauf qu’elle n’aurait pas d’échographie, c’était irréaliste avec l’apocalypse et même si le matériel médical aurait été utile à Fort Hope, elle ne pensait pas qu’ils en auraient réellement un jour. Juste parce que le transporter jusque-là serait assez difficile. Bref, Noah, Luke, il n’en savait rien et à la limite, Cameron elle avait apprécié elle hein. C’était mignon, même si bon, Logan ne devait pas apprécier tout particulièrement le nom de famille de jeune fille de Joy, alors on n’allait pas le souligner. Cameron, c’était comme Clark Kent, deux noms de famille ! Bref… Il proposait de dire à Callie de le reprendre ou de l’appeler Mila quand même et c’est en riant qu’elle répondit :

-Eh oh, le reprendre, ça implique de le rendre au magasin. S’il arrive à sortir, il ne revient pas. Ce sera vente final monsieur Carter, alors j’espère qu’il appréciera de s’appeler Mila.

Elle disait ça, sourire aux lèvres et brillant dans les yeux, mais elle ne doutait pas qu’il lui ait fait une fille, c’était tellement logique. C’était tellement… Logan. Elle s’imaginait bien avec une petite princesse, se demandant simplement si elle finirait rousse ou brune comme papa. Une petite rousse, Dieu qu’elle aimerait cela. Elle s’étira finalement pour aller chercher ses lèvres et lui voler un baiser long et plaisant. Le genre de baiser doux et qui la remplissait de bonheur. Elle retourna se blottir contre lui, doucement. Profitant des battements calmes de son cœur pour simplement souffler :

-Je suis heureuse de vivre ça avec toi. Ça fait peur, mais… j’ai hâte.

Oui, elle craignait le pire avec la vie qui leur jouait des tours, avec l’apocalypse qui se faisait sentir et à cause des morts, toujours bien trop présent. Sauf que malgré ses inquiétudes qu’elle ne nommait que très rarement, il était toujours là pour la rassurer. Elle était heureuse qu’il soit là, qu’il la rassure sans réellement le savoir. C’était facile de se dire que s’il était là, tout irait bien. C’était Logan, il était plus fort que l’apocalypse, il ne disparaitrait pas. C’était bien la seule personne au monde qui lui survivait de toute façon.


_________________



like a phoenix She will rise from the ashes of despair And soar
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8063
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: After the rain comes sun... [Joy]   Mer 20 Déc - 11:56
Un sourire se dessina tranquillement sur les lèvres de Logan alors que Joy faisait une déclaration qui aurait certainement semblé décalée à beaucoup de gens là dehors. Il aurait pu lui répondre qu'il en allait de même pour lui et c'était vrai, mais il se contenta de la serrer un peu plus fort l'espace d'une seconde, réponse muette mais tout aussi éloquente à ses yeux. Le monde allait mal et tout était sans arrêt au bord d'un précipice, leurs vies susceptible de chuter dans un ravin interminable d'horreurs au moindre coup de vent. Et pourtant, ils en étaient là, à discuter tranquillement d'un possible prénom et d'un enfant dont ils ne pouvaient même pas être certains qu'il verrait le jour ou pas. C'était une chance à laquelle peu de personnes aurait droit, pour laquelle ils devaient se battre malgré les difficultés et les trop diverses menaces qui pesaient sur leurs épaules.

Toujours très silencieux, l'homme embrassa de nouveau le front de sa femme, tâchant de repousser au loin toutes les petites ombres qui tentaient de s'insinuer sur ce moment de bonheur fugace qui aurait tôt fait de disparaître dès que le jour se lèverait. Ou peut-être pas, s'ils arrivaient à passer une journée tranquille en tête à tête comme il l'espérait réellement. Des choses affreuses, des regrets et des craintes, il en avait encore à revendre et même le sourire et le positivisme de Joy ne pourraient jamais en venir à bout. Mais à quoi bon défendre son bonheur de sa vie si c'était pour ne jamais en profiter ? Il craignait plus que tout au monde de se révéler être un père négligeant et incapable comme il l'avait déjà été pour deux de ses enfants, mais ça ne l'empêchait pas d'avoir hâte de rencontrer celui-là quand même, même s'il fallait qu'ils l'appellent Charles ou qu'il ne parvenait pas à le protéger jusqu'au bout. Il découvrirait tout cela bien assez vite, de toutes manières.

Le silence s'étira un instant, plus long que ne l'aurait voulu Logan, alors qu'il s'enfonçait de nouveau dans ces pensées à la fois douloureuses et pleines d'espoir qui lui retournaient la tête depuis un mois. Et puis, finalement, il bougea un peu, se tournant sur le côté pour se rapprocher de Joy, la serrer contre lui pour de bon, sachant pourtant que ça ne durerait pas s'ils voulaient dormir à un moment ou à un autre et il était largement temps. « Je t'aime. » souffla-t-il à voix basse. Ces quelques mots commençaient à sembler un peu faibles à côté de ce qu'il ressentait réellement que ce soit pour elle ou pour leur vie ensemble, qui se dessinait un peu plus chaque jour de la façon dont il l'aurait voulu. Mais il n'en existait pas d'autres, malheureusement, pas qu'il connaisse en tout cas. Alors tant pis, ça suffirait pour le moment.

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: After the rain comes sun... [Joy]   
 
After the rain comes sun... [Joy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Fort Hope Community
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération