Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #29 : Juillet 2018
Recensement Recensement #5 en cours
Animation trimestrielle #1 Changez de sexe !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Cet été sur In Your Flesh, réalisez votre rêve d'enfant et devenez dresseur Pokémon ! Pour les attraper tous, ça se passe ici
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - préambule : Welcome to Detroit > A lire ici

In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Détroit

 It's raining day [Nathan]

Administrateur
Annalise ObsonAdministrateur
avatar
Messages : 119
Points : 742
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: It's raining day [Nathan]   Mar 19 Déc - 0:55
Trois semaines. Voilà le temps qu'Anna avait prévu de passer à Détroit. Le temps que la tempête ne passe et qu'elle puisse ramasser quelques trucs utiles qui l'aideraient à continuer sa route vers la Californie. La tempête était passée depuis longtemps. Depuis presque trois mois, en fait et elle était toujours là. Les choses n'allaient pas comme prévu et c'était une source de frustration importante pour la jeune femme qui s'imaginait déjà dézinguer des cadavres sur le sable chaud et le soleil de plomb de la côte ouest. À la place, elle arpentait une fois de plus les rues grises de Détroit, où la chaleur était un genre de promesse que le ciel ne tenait jamais vraiment. À tel point, en fait, qu'une pluie battante s'abattait sur la ville depuis un bon moment, couvrant la jeune femme d'eau des pieds à la tête jusqu'à lui glacer les os. Elle venait de passer une bonne heure à essayer de se frayer un chemin entre des hordes de cadavres dispersées à chaque coin de rue, de plus en plus agacée et de plus en plus trempée et fatiguée. Elle aurait été capable de commettre un meurtre, là, mais à la vérité, la seule qui risquait de crever si elle continuait comme ça, ce serait elle.

Voilà pourquoi, dès l'instant où les grognements caractéristiques des monstres qui hantaient les rues eurent disparu pour de bon, la jeune femme entreprit de se précipiter vers le premier bâtiment qu'elle trouva sur son chemin. Bien sûr, puisque la vie semblait vouloir s'acharner sur elle, il fallait que la porte soit fermée. Pas un problème de serrure, évidemment, c'eut été trop simple et elle aurait pu réussir à ouvrir cette connerie de porte... Non, quelque chose bloquait l'entrée de l'intérieur et rien à faire, malgré tous ses efforts, Annalise ne parvenait absolument pas à la faire céder. Elle s'acharna un peu trop longtemps malgré tout, jusqu'à se mettre à secouer la porte avec tant de violence que le bruit se mit à attirer des cadavres qui reprenaient leur lente marche lancinante dans son dos.

Au comble de l'agacement et incapable de prendre la fuite sans devoir affronter un bon petit paquet de monstres, la jeune femme grimpa plutôt sur le toit d'une voiture garée devant l'immeuble et redoubla d'effort pour faire la seule chose qui lui semblait possible pour le moment : grimper sur la devanture du bâtiment, jusqu'à ce qu'elle parvienne à se glisser par une fenêtre brisée, non sans dessiner une belle entaille bien profonde au milieu de sa paume au passage. Mais le principal, c'est qu'elle était finalement à l'intérieur, loin de la pluie glaçante qui tombait dehors et de ces foutus macchabées qui lui gâchaient la vie sans relâche. Elle lâcha quelques jurons en posant le pied au sol, appuyant sur sa main pour faire passer la douleur, sans succès et regarda finalement autour d'elle, découvrant qu'elle venait de s'incruster dans ce qui ressemblait fort à la planque de quelqu'un. Parfait. Particulièrement parce que pour le moment, tout semblait vide, il n'y avait qu'un espèce de coin lit sur le sol et un sac à côté, près duquel la jeune femme s'empressa de s'agenouiller pour fouiller dedans.

_________________

Caught in a landslide, no escape from reality
avatar
Messages : 284
Points : 860
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's raining day [Nathan]   Mer 20 Déc - 22:20




Haa. La vie pourrait presque être belle murmura Nathan en observant cigarette au bec l’une des nombreuses hordes de Detroit. Ces dernières semaines il s’était trouvé un squat dans l’un des nombreux immeubles du centre-ville et c'était la belle vie. Le survivant s’était même permis de commencer le vieux paquet de clopes qu’il avait depuis si longtemps. Il n’attendait rien de bien fameux quant au goût de ces dernières et fut bien surpris quand il l’alluma. Ce n’était pas un « grand » fumeur avant la fin du monde mais il avait l’habitude de cottoyer ce genre de résidus mortels des gens qui l’entouraient, ses poumons avaient un peu l’habitude.Il faisait vraiment moche dehors, ça faisait pas envie, en plus des morts. Il s’était installé au premier étage d’un vieux bâtiment, les étages les plus hauts ne l’avaient pas motivé. Les escaliers étaient bloqués par un fatras de meuble et d’objets assez grand pour emmerder la plus petite des souris. Pareil pour l’entrée, il avait du grimper en grimpant sur une benne à ordures. Ça avait ensuite été simple d’éliminer les trois charognes de l’étage. Il n’avait même pas pris la peine de déplacer les corps après les avoir tués. Le bâtiment était assez grand pour que ça ne lui pose pas de problème. Ce dernier en lui-même n’était pas spécialement intéressant, tout à l’intérieur semblait clean.

Pas de double plafond ni de trou sous les tapis. À croire que les habitants de Detroit etaient totalement honnêtes... Les étages supérieurs seraient sûrement plus riches en truc à chopper mais il n’avait eu ni le temps ni l’envie de déblayer le bordel laissé par des autres pour rien de plus qu’une supposition.
Réflexe de squatteur d’appartement exigu, le vagabond s’était installé en haut d’une armoire après avoir fini sa cigarette. Depuis il passait le temps allongé, somnolant et jouant avec son mégot. Il était bien la haut, certes il n’avait pas beaucoup de place mais il pouvait voir tout ce qui se passait dans la pièce d’un simple mouvement du cou. Et puis si X événement se produisait il avait juste à descendre, chopper son sac plein avec ses clés et à se tirer en passant par la fenêtre qui était juste sur sa gauc….

Bordel de merde explosa intérieurement le survivant. Ça c’était une meuf. Qui vient de passer sa tête par ladite fenêtre… dafuk

L’inconnue qui venait de s’infiltrer scanna la pièce sans voir le vagabond qui était trop haut pour elle, avant de passer ses jambes du « bon » côté de la fenêtre. La brune s’appuya un moment sur sa main droite, qui laissa une jolie trace rouge, avant qu'elle se décide à continuer son exploration. Ce qui suivit fit froncer les sourcils du vagabond. L’étrangère ne prit même pas le temps de vérifier le reste de l’appart, elle fonça directement sur le sac qui contenait la plupart des trucs qu’il avait trouvés. Doucement, Nathan se souleva à la force de ses bras et se propulsa hors de son *nid*. Il tomba lourdement derrière la brune. " Yo, normalement on sonne ". Le timbre de sa voix était assez expressif sur son état émotionnel. Il y avait de la rage et une petite envie meurtrière qui faisait coucou. Le vagabond n’était pas un discret, il avait donc préféré réduire la distance d’emblée même si cela signifiait montrer clairement qu’il était là. Les mains nuent certes, mais à cette distance il n’allait pas en avoir besoin de son pieds-de-biche si la brune ne s’arrêtait pas. Il l’avait vu lorgner sur sa batterie juste avant, batterie qu’il n’avait pas encore eu la chance d’utiliser et ça avait le don de l’irriter encore plus.

" J’ai une malédiction qui attire les pillards ou quoi ? "
grommela de manière perceptible le vagabond, les poings fermés et légèrement énervé.

_________________


Spoiler:
 
Administrateur
Annalise ObsonAdministrateur
avatar
Messages : 119
Points : 742
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's raining day [Nathan]   Lun 25 Déc - 22:21
Ce sac contenait plusieurs trucs intéressants, mais malheureusement rien que la jeune femme aurait pu utiliser dans l'immédiat pour soigner sa blessure donc la douleur continuait de la faire grimacer en silence. Il aurait peut-être fallu des points, mais elle ne se sentait pas de s'improviser médecin pour le moment, pas sans quelque chose pour transformer la douleur en souvenir lointain. Il y avait, par contre, une batterie qui aurait pu se révéler très utile pour la suite de son voyage vers l'est et avec laquelle elle comptait bien partir dès l'instant que la pluie lui permettrait de se sauver. Malheureusement, bien longtemps avant d'en arriver là, ses projets furent mis à mal d'une façon particulièrement désagréable.

Un sursaut assez violent la prit lorsqu'elle entendit une voix dans son dos, le genre masculine et pas très sophistiquée, qui appartenait surtout à quelqu'un qu'elle n'avait pas vu avant. Très vite, Anna se retourna pour faire face au jeune homme qui venait de la surprendre, tirant automatiquement son arme de sa ceinture pour la pointer sur le nouveau venu. La crosse se posant sur la blessure lui arracha un gémissement qui lui fit rapidement passer l'envie de menacer qui que ce soit et elle reprit son arme dans sa main gauche, mais sans la pointer sur le jeune homme, essayant distraitement sa blessure sur son jeans. « Je savais pas qu'il y avait quelqu'un. » lança-t-elle avec mauvaise humeur, s’éloignant de quelques pas en arrière pour réduire la distance assez désagréable entre eux. « Je cherchais seulement de quoi me soigner un peu. » Elle leva sa main blessée devant les yeux du jeune homme, bien consciente qu'il devait avoir vu qu'elle s'était fait mal en entrant ici, donc qu'elle n'était clairement pas là pour ça. « Et m'abriter de la pluie, évidemment. » précisa-t-elle rapidement. Elle n'aimait pas trop le genre de ce mec, mais il lui semblait relativement inoffensif comparé à certains hommes qu'elle avait eu à affronter dans sa vie. Il était maigre, aussi, le genre à souffrir du manque de nourriture, tout comme elle. La différence principale résidait en cela qu'il n'était ni blessé, ni trempé comme elle. Elle pouvait certainement l'affronter en cas de besoin, mais juste au cas où ce serait difficile, elle préféré commencer par jouer les cruches et tenter la manière douce. « Tu peux m'aider ? Je te paierai. »

_________________

Caught in a landslide, no escape from reality
avatar
Messages : 284
Points : 860
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's raining day [Nathan]   Dim 7 Jan - 0:34



Cette femme était assez étrange, et de plusieurs manières. En temps normal ça l’aurait forcé à examiner un peu plus son interlocutrice voire à lui poser des questions pas très fines, ce qui ne lui posait pas de problème en soi. Cependant la brune ne ressemblait pas aux survivants semblables aux ombres que le survivant avait déjà croisés. Déjà elle était seule, ce qui était assez rare en soi mais elle semblait aussi avoir encore confiance en la race humaine. Le simple fait qu’elle ait baissé son arme et demandé de l’aide avait rendu le jeune légèrement confus. Soit on est une voleuse, soit on est un pèlerin qui cherche de l’aide, bon sang. Tout en se grattant le dessus du nez, Nathan fit pivoter son buste et récupéra son sac sous le regard de l’intrus. Puis la regardant dans les yeux, il répondit à sa demande avec une voix plus calme qu’auparavant sans pourtant adoucir son regard.

" Quand tu dis payer, tu parles de quoi ? " En vérité le survivant n’avait absolument rien qui pouvait aider la brune et ne lui aurait sûrement pas donné s'il avait de quoi. Question de survie élémentaire, ne rien donner à une personne qui vous surprend dans votre squat Mais il etait curieux de savoir ce qui permettait a cette femme de penser qu'ils pourraient marchander.
" Prends un morceau de rideau déjà. " C’est tout ce qu’il pouvait faire pour une personne qu’il venait à peine de rencontrer. Surtout qu’il avait assez de courtoisie pour la laisser prendre ses rideaux. Ça devait être l’influence du vieux docteur qui ressortait. Un vrai gentleman pensa le survivant.
Une idée venait de germer dans son esprit, cette femme allait peut-être pouvoir lui être utile si ça se trouve. Il décida de garder ça dans un coin de son esprit au cas où, et continua son duel de regard avec l’intruse. Puis d’un geste de la main il désigna les quelques meubles de la pièce. " Fouille si tu veux " lança-t-il avant de ramener sa main pour se gratter le dessus du nez. Il n’avait pas confiance mais pour l’instant, la brune ne lui avait donné aucune véritable raison pour lui de se battre avec elle. En dehors de l’intrusion…


Alors que le silence se faisait entre les deux survivants, on pouvait entendre des bruits de pas à l’étage du dessus. Il semblerait que le boucan qu’avait fait le jeune homme un peu plus tôt avait réveillé un truc plus ou moins humain en haut.  Toujours le plus calmement qu’il put, il remit son sac sur son dos et alla récupérer son pieds-de-biche qui était resté caché sous sa couverture avant de retourner s'asseoir a distance raisonnable de la brune et de sa fenêtre de secours. Il observa l’extérieur d'un coup d’œil et constata que la pluie semblait se calmer dehors. Il pleuvait toujours, mais déjà moins fortement qu'il y a plusieurs minute. Honnêtement il ne savait pas vraiment ce qui l’empêchait de renvoyer cette femme par la fenêtre par laquelle elle était rentré.
" Après si tu veux, l’étage du dessus est sûrement plus libre " ajouta-t-il en pointant son pouce vers le plafond. Il allait continuer lorsqu'un énorme craquement se fit entendre. On aurait dit que le plafond allait se casser la gueule. Ca lui rappela les films de guerre qu'il avait vue il y a longtemps. Ceux ou l'on voit de la poussière chuté du plafond a cause de l'onde de choc des obus tombant au dessus.

KRRRRRRRRRRAC


"Merde !"
Ça ne se passait pas comme ca dans les films !



_________________


Spoiler:
 
Administrateur
Annalise ObsonAdministrateur
avatar
Messages : 119
Points : 742
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's raining day [Nathan]   Mar 9 Jan - 10:17
Loin d'être sereine, la jeune femme ne laissait pourtant paraître aucune faille face à ce jeune homme qui lui semblait déjà hautement antipathique. Mais hors de question qu'il capte quoi que ce soit de sa nervosité. Pour le moment, elle préférait jouer les cruches, ça marchait plutôt bien sur les hommes de manière générale, celui-ci restait un peu jeune pour qu'elle puisse se permettre d'aller trop loin, mais il ne serait pas insensible à son charme de princesse en détresse. Du moins elle l'espérait. Sauf que ce jeune homme lui semblait pas loin du rustre, honnêtement. Mais au moins, il était peut-être intéressé par l'idée d'un paiement en échange de son aide. « J'en sais rien, ça va dépendre de comment tu vas m'aider. J'ai quelques objets intéressants dont je suis prête à me débarrasser. » souffla-t-elle à la question du jeune homme.

Elle comprit rapidement qu'il n'avait aucune intention de lui venir en aide. Pas seulement parce qu'il lui proposait juste de prendre un morceau de rideau, mais il y avait quelque chose dans son attitude. Un genre d'insolence, de sauvagerie peut-être... Il ressemblait à un ado livré à lui-même depuis si longtemps dans un monde en guerre qu'il ne serait jamais plus capable de respecter un autre adulte. Elle grimaça légèrement, se mordant l'intérieur des joues pour conserver l'air le plus neutre possible. L'eau continuait de s'infiltrer sur sa peau et commençait à lui donner vraiment froid. La fatigue, la pluie, la blessure. Tout cela en venait à lui donner des vertiges, mais malgré tout, Anna se détourna et dépassa le jeune homme pour aller tirer de toutes ses forces sur le tissus pendu aux fenêtres, se faisant un peu plus mal à la main au passage. Mais au prix d'un véritable effort, elle parvint à enrouler une bande de tissus grisâtre autour de sa plaie, qui s'imbiba rapidement du vermeille de son sang. Ça piquait, c'était assez insupportable à vrai dire, mais pas le choix.

Il fallait qu'elle sorte d'ici, tant pis pour la batterie, tant pis pour la pluie et les cadavres en bas de la rue, rester avec ce gosse allait la rendre folle avant la fin de la journée. Elle leva les yeux vers le plafond au moment où il lui parlait de l'étage du dessus, hésitant vaguement à suivre ce conseil qui mettrait assez de distance entre eux, se disant que c'était peut-être un piège encore plus gros. Mais elle eut la chance de le découvrir très rapidement, alors que ce même plafond tombait soudainement au milieu de la pièce. Un nuage de poussière se souleva rapidement, masquant à la vue les décombres, mais pas besoin de voir réellement pour deviner les rôdeurs qui se cachaient au milieu, il suffisait d'entendre les grognements caractéristiques et le bruit des ongles s'enfonçant dans le bois du parquet. « Fait chier, putain de merde ! » grinça la jeune femme en tirant de nouveau son Beretta de son étui. « Hé, gamin ! Tout va bien ? T'as rien pris ? » s'enquit-elle, par simple curiosité sans doute. La poussière retombait lentement, mais pas encore assez pour qu'elle voit plus que des ombres indistinctes couchées sur le sol et comme ça, impossible de dire si l'une d'entre elles appartenait à ce gosse. Avant de tirer dans le tas, elle préférait s'en inquiéter.

_________________

Caught in a landslide, no escape from reality
avatar
Messages : 284
Points : 860
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's raining day [Nathan]   Ven 12 Jan - 14:15



Pour se protéger des débris et de la poussière qui allait s’écraser contre lui, le survivant avait levé son bras et s’était reculé le plus loin possible. Mais bordel, pourquoi il se retrouvait tout le temps dans ce genre de situation. Déjà la dernière fois il avait eu de la chance de s’en sortir quand un mort vint se bloquer dans la fourche de sa moto alors qu’il roulait a plus de 80 en ville. Ou encore quand il s’était abîmé la cuisse après avoir fait une brochette avec un mort en pleine course-poursuite avec Ice. Celle-ci la elle était drôle d’ailleurs. Mais là c’était le pompon, le plafond qui se cassait la gueule avec sûrement son lot d’horreur dans le tas.D'aucuns diront qu’il est malchanceux mais en vérité une sorte de Karma semblait existé. Du moins pour lui quoi…
Même s’il avait vu la mort de près un nombre incalculable de fois, il s’en était toujours sortie en un seul morceau. Il lui arrivait même parfois de s’en tirer dans un meilleur état qu’initialement. La vie lui envoyait des merdes et lui les essuyait de son pare-brise d’un simple coup d’essuie-glace. Il n’avait connu que cette manière de vivre et n’aurait sûrement jamais imaginé vivre autrement. Le vagabond aimait ces épreuves en son for intérieur et il aimait les relever. Le jour où il ne pourrait plus le faire et bien ce sera la fin de son aventure semblait-il. Enfin, là tout de suite il y avait des choses plus importantes à faire qu'une crise de la trentaine qu’il n’avait pas encore atteinds.
Le survivant, qui avait bien reculé, se re-concentra sur ce qui se passait autour de lui. Ça avait fait un sacré nuage de poussière et c’était assez difficile de voir à travers.
En tout, le survivant arriva à discerner à peu après 8 formes pouvant être des charognes après peut-être une minute d’observation.
Okay, bon le sens des priorités.
" Ça va pour l’instant " Il avait eu envie de rajouter la vieille mais ça n’aurait servi à rien et l’aurait juste énervé. Légèrement vexé d’avoir été pris pour un ado boutonneux, le survivant était décidé à fumer quelques-uns de ces enfoirés avant de se tirer. Il fallait juste que la brune ne s’amuse pas trop à tirer avec son flingue. C’est vrai que ça avait fait un bordel mais ce n'était pas encore les 100 décibels d’un coup de feu. Sa moto était de l’autre côté du bâtiment - celui de l’étrangère. Le survivant s’étira rapidement le haut du corps avant de crier à la femme. " J’en vois huit, ptete 9. Tire pas à moins d’en être obligé, je vais essayer de réduire leur nombre. " Il joignit le geste a la parole en commençant à s’approcher du mort le plus près. Il plaqua du plat de sa main ses cheveux les plus longs en haut de son crâne. Ça allait lui être utile.Bon, le premier semblait être un spécimen moyennement conservé qui venait de se relever, il n’allait pas être le plus difficile à abattre. D’un coup de pied de biche assez bien placé fit voler la mâchoire de ce dernier sur le côté. Il allait pouvoir se défouler avec celui-là. Malgré la poussière qui mettait du temps à retomber, le ne vagabond vit que les autres étaient plus lents que son premier client.  put voir qu’il y en avait un vraiment mastoc dans le tas. Pas grave au pire, la demoiselle au fond voudra bien gâcher une balle ou deux dans le pire des cas. Enfin il l’espérait quoi.

Mouvement de rotation du buste dans le sens des aiguilles d’une montre et le survivant était prêt pour le coup suivant qui arriva par le bas cette fois.Il envoya ce qui aurait pu ressembler à un uppercut ou un smash dans le palais du mort, traversant la chair et les os pourrie. Le tout donnant une sorte de belle fontaine de sang moisi bien dégueu retomba tout autour. Okay ça l’avait calmé et ça l’avait aussi rendue content d’avoir un passif de délinquant. Il avait oublié la puissance de ses poings nue et ça lui avait du bien de se rappeler que même désarmé il ne l’était pas vraiment. Le survivant retira tout de même assez rapidement son poing de l’intérieur de la boîte crânienne de peur de chopper le virus de la manière la plus bête qu’il n'ait jamais imaginée. Il enchaîna rapidement le second monstre qui n’eut pas le temps de se relever avant de tomber raide mort.
Il prêta alors attention à la demoiselle en détresse de tout a l’heure, il saura mieux comment se tenir avec elle en observant sa réaction. Si elle fuyait, eh bien elle fuyait et il devait se démerder tout seul... Mais dans le cas contraire ça pourrait être intéressant. surtout que l’étage du dessus avait été épargne par le pillage.


_________________


Spoiler:
 
Administrateur
Annalise ObsonAdministrateur
avatar
Messages : 119
Points : 742
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's raining day [Nathan]   Lun 15 Jan - 11:15
Une main plaquée devant le nez et la bouche pour s'éviter d'inhaler trop de poussière, la jeune femme plissait les yeux pour voir au travers et essayer de jauger la situation. Elle voyait plusieurs corps au milieu des décombres, dont la plupart s'activait toujours même faiblement, d'autres complètement morts à cause de la chute, mais surtout elle parvint aussi à distinguer rapidement la silhouette du jeune homme qui se tenait toujours debout de l'autre côté de la pièce. Une seconde plus tard, il confirmait même à voix haute qu'il allait bien. Bon, premier bon point. Et qu'il y ait huit ou neuf rôdeurs ne posait pas tellement de problème du moment qu'ils restaient entravés par les décombres du plafond. La seule chose qu'il fallait retenir, comme le soulignait de le jeune homme, c'était de rester discret pour ne pas ameuter tout le quartier. Déjà que l'effondrement avait fait son petit effet, les déplacements d'Anna avant d'entrer ici aussi... Ils risquaient fort de se retrouver vite débordés et encerclés. « C'est bon, pas d'arme. » confirma-t-elle en rangeant son Beretta une fois de plus.

Elle s'approcha des décombres, évitant soigneusement de se mettre à portée d'un cadavre et se pencha, fouillant quelques secondes, pour ramasser un morceau de plâtre assez volumineux pour faire mal, pas assez pour qu'elle puisse le soulever. Un petit sifflement douloureux filtra entre ses lèvres alors que sa plaie encore à vif rencontrait la roche glacée, mais elle ignora la douleur pour se mettre au travail, tombant rapidement sur deux petites silhouettes, deux fillettes d'une dizaine d'années qui conservaient une certaine ressemblance même dans la mort. Une légère grimace déforma le visage de la brune, tandis qu'elle bougeait précipitamment sa jambe pour éviter que l'une des deux ne l'attrape. Des gosses, c'était toujours affreux, mais mieux valait les voir morts que errant de cette manière, pas vrai ? D'un geste manquant de précision, elle abattit son arme de passage sur le crâne d'une première fillette. Une fois. Deux fois. Jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'une soupe écœurante en lieu et place de sa tête. La jumelle suivit rapidement, blessant un peu plus l'âme de la jeune femme sans qu'elle n'y prête attention. Il fallait bien le faire, pas vrai ?

Son regard passa un instant sur le jeune homme à l'opposé, qui y allait de ses poings pour régler le problème, ce qui la fit grimacer de nouveau. Elle secoua la tête et s'approcha d'un troisième corps, beaucoup plus vieux cette fois et dont les membres étaient tordus dans des angles assez peu conventionnels. Au moins, elle n'eut pas trop de mal à lui exploser le crâne à lui aussi, ce ne serait peut-être pas la même chose pour ceux qui restaient et qui se révélaient bien plus éveillés. Son regard glissa de nouveau vers le jeune homme, tout aussi occupé qu'elle à cette tâche ingrate. « Ça risque de devenir plus compliqué de fouiller l'étage sans le parquet. » souffla-t-elle, nerveuse. « T'as réellement pas fait le tour de l'immeuble avant de te poser ici ? » Elle trouvait cela étrange, à vrai dire... La première chose à faire, le premier réflexe à avoir quand on venait investir un nouvel endroit, c'était le fouiller, non ? Pour s'assurer qu'il n'y aurait pas de mauvaise surprise ou trouver de quoi ne pas repartir les mains vides. « C'est quoi, ton nom ? » Peut-être que de s'agacer contre les cadavres faisait grimper la nervosité, en fait, car elle réalisa qu'elle n'en avait vraiment rien à faire quelques secondes après avoir posé la question.

_________________

Caught in a landslide, no escape from reality
avatar
Messages : 284
Points : 860
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's raining day [Nathan]   Dim 11 Fév - 22:29


La bonne nouvelle etait que tout semblait redevenue calme. Les derniers résidus de poussière retombèrent finissant de recouvrir le site du carnage. Le jeune homme s’était défoulé et avait maintenant les habits encore plus sale qu’ils ne l’était déjà. Le vieux sang n’avait pas réussit a s’immiscer a l’intérieur de ses habits mais pour lui c’était tout comme. Le moins que l’on pouvait dire c’est que ces trucs étaient vraiment résistant pensa t-il. Cela devait faire au moins 1 ans que ces gens avaient changé et pourtant certains avaient réussit a garder la mobilité nécessaire pour venir l’emmerder après être tombé d’aussi haut. Si il avait été paranos Nathan se serait sûrement jeté par la fenêtres. Sa planque semblait avoir été juste en dessous d’un ancien abris, probablement formé au début de l’épidémie et qui s’était vue détruit par l’une des nombreuses calamité ayant frappé la ville. Il ne les avait pas compté mais la pauvre Detroit devait s’approcher du sort des Egyptiens durant l’Exode.
Personnellement il aurait parié sur l’épidémie de grippe qui avait fait un carnage selon les dire d’un survivant amical croisé autour d’un feu. Les trucs qu’il avait tué ne semblait pas trop amoché en dehors de la putréfaction habituelle, dans le sens ou ils avaient tous leur membres.
Enfin, avant de le rencontrer.
Et c’est sur cette pensée qu’il arracha le bras du dernier mort debout dans trop faire exprès. Le Vagabond tira la langue plus par réflexe que par réel dégoût face à ce qu’il avait en main. Sans réfléchir davantage il reprit son pieds-de-biche et le crâne de la charogne nouvellement manchot. Il n’avait pas perdu la main lui…
Rapidement, il fit valser le sang qui dégoulinait de ses habits en se secouant comme un animal. Il essuya aussi ses mains de la même manière qu’un mécano.Il utilisa l’arrière de son jean ce qui laissa bien sur de belles traces rouges. Son pieds-de-biche accroché a son sac, il approcha la brune le visage plus calme qu'auparavant et la voix tout aussi apaisée. Honnêtement, même si la voleuse semblait sur les nerfs, le vagabond lui était  simplement contrarié de devoir changer de planque. Mais il ne partirait pas sans jeter un œil aux étages supérieurs, ça il en était sûr. L’autre devait avoir besoin d’un endroit pour se reposer. Ça se voyait aussi bien par son regard que son attitude. L’un observait continuellement et l’autre restait sur ses gardes.
" De toute façon le parquet s’est surfait, je sais pas si t’a vue l’entrée mais l’escalier est encore plus bloqué. " Il frappa un morceau de plâtre avec son pied avant de reprendre en pointant du doigt le troue qui menaçait de s’agrandir. " Mais là, on a peux monter." Il se dirigea vers l’armoire sur laquelle il était posté plus tôt et commença à la pousser vers les gravats. Le meuble était vide mais cela ne l’empêchait pas d’être sacrement lourd. Il fit faire un petit bout de chemin au morceau de bois avant de le renverser violemment sur les gravats. Ce n’était pas très discret mais au moins il pourrait atteindre l’étage sans coup de main. " Je sais pas ce que tu’es venue faire ici mais l’étage semble être prometteur. Tu pourras sûrement trouver de quoi soigner ta main la haut. Moi j’y vais " Il avait pensé à rajouter les dangers que provoquait une hémorragie dans ce style mais elle était assez vieille pour se débrouiller toute seule. De l’autre côté il passa complètement à coté de la dernière question de la vieille. Ce genre de truc ne servait à rien s'il se séparait maintenant, autant jouer aux Uno dans la catégorie des trucs inutiles.

_________________


Spoiler:
 
Administrateur
Annalise ObsonAdministrateur
avatar
Messages : 119
Points : 742
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's raining day [Nathan]   Ven 16 Fév - 9:10
Une dernière fois, le gros morceau de plâtre s'écrasa sur le crâne d'un cadavre caché dans les décombres, mettant fin à ce qu'il restait de sa vie, si l'on pouvait appeler cela comme ça. Et le silence revint aussitôt, donnant un frisson à Anna, qui traversa sa colonne de haut en bas et la secoua de spasmes qu'elle tenta d'ignorer. Lâchant son arme de fortune comme si elle lui avait brûlé les doigts, la jeune femme se redressa pour regarder autour d'elle, écoutant vaguement ce que lui disait le garçon toujours tellement... Elle n'aimait pas sa façon de parler, vulgaire, agressive et pas très diversifiée, laissant deviner facilement qu'il n'était pas le genre à fréquenter assidûment les bancs de l'école avant que ça ne devienne réellement obsolète. Et Anna posait sur lui un regard désapprobateur de parent outré, alors que rien ne justifiait réellement une telle réaction. Elle attendit sagement qu'il n'arrête de l'abreuver de paroles pour lui dire ce qu'elle voulait savoir réellement : qui était-il ? Qu'il donne au moins un nom, mais il préférait repartir à la charge en parlant d'aller visiter les étages supérieurs et refusait obstinément d'accéder à cette simple requête. « Je suis venue m'abriter de la pluie, j'te l'ai déjà dit. » souffla-t-elle en roulant des yeux de manière parfaitement exagérée. Ce qui restait presque vrai, mais elle se tenait à la version officielle et, sans insister sur quoi que ce soit d'autre, elle suivit le garçon pour grimper sur le tas de débris qui les mèneraient à l'étage du dessus.

Quelques larmes brûlantes brouillèrent sa vue sans couler sur ses joues alors qu'Anna se hissait au-dessus, obligée d'utiliser sa main blessée pour cela. La douleur devenait difficilement supportable malgré le bandage de fortune qui encerclait ses doigts. Le rideau était déjà coloré entièrement de rouge et sa main humide laissait sentir que ce piètre arrangement ne stoppait en rien l’hémorragie. Jetant un bref regard au jeune homme, Anna décida de ne pas le suivre tout de suite, prenant la direction de la porte puis s'enfonçant dans le couloir ponctué de portes menant toutes à des appartements abandonnés depuis longtemps. Certaines étaient encore verrouillées et, bien qu'Anna eut été parfaitement en mesure de venir à bout des serrures avec trois fois rien, elle n'essaya même pas, se concentrant plutôt sur les poignées qui cédaient à ses assauts sans résistance. L'odeur était insupportable partout où elle mettait les pieds, la crasse incrustée dans tout ce qui passait sous ses yeux. La pluie continuait de sécher sur ses épaules, la secouant de légers frissons. Elle avait froid et elle ne se sentait pas bien du tout.

La tête commença à lui tourner alors qu'elle arpentait le seconde appartement de sa liste, seulement. Beaucoup trop tôt. Dans sa main encore intacte, elle serrait de toutes ses forces une arbalète trouvée dans l'appartement précédent. Pas de carreaux pour aller avec, l'arme se révélait parfaitement inutile pour le moment, mais elle l'avait prise quand même. L'objet fit un vacarme indécent lorsqu'il chuta au sol, quelques secondes avant le son plus mat du corps d'Anna suivant le même chemin. Sa peau était couverte d'eau, mais ça n'était plus seulement la pluie, il y avait aussi l'humidité plus poisseuse de la sueur. Son front brûlant laissait deviner la fièvre qui commençait à la gagner. Elle y posa sa main, laissant une longue traînée de sang sur son visage, une goutte épaisse coulant devant son œil pour traverser sa joue. « Hey ! » parvint-elle à appeler dans l'espoir que le gosse viendrait l'aider. Si seulement il avait accepté de lui donner son nom ! Quel petit con. « Gamin ? » tenta-t-elle encore, plus faiblement. Ses paupières pesaient soudainement une tonne, au minimum.

_________________

Caught in a landslide, no escape from reality
avatar
Messages : 284
Points : 860
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's raining day [Nathan]   Mer 7 Mar - 22:24


Spoiler:
 

Alors qu’il laissait la brune à ses pensées, le jeune homme acheva son escalade du meuble qui craquait un peu plus à chaque fois qu’il s’approchait du plafond. Il n’écouta pas vraiment ce que lui racontait la voleuse, il l’avait entendue mais une fois en haut il préféra concentrer ses 5 sens sur ce qui se trouvait autour de lui. Il avait émergé dans ce qui semblait être une chambre à coucher pour enfants. Le rose sur les murs ainsi que les lits superposés le frappèrent presque aussi vite que l’odeur régnant à cet étage. Ça sentait le pourrie et l’humidité comme dans ces vieux appartements dont héritaient a tour de rôle les classes moyennes et les plus pauvres. Seulement, cela datait d’une autre époque. Maintenant même les plus grands lofts avaient cette odeur incrustée dans leurs pores. La fin du monde changeait aussi bien les choses que les gens disait-on. Après avoir scanné d’un œil vigilant la pièce le jeune homme s’avança vers la porte grande ouverte qui menait au reste de l’appartement et la ferma violemment. Il savait que c’était loin d’être discret mais la discrétion n’était pas ce qu’il recherchait. Le bruit qu’avait fait la porte était censé attiré tous les cadavres restants. Lui permettant de les envoyer dans le trouer une fois qu’il aurait rouvert la porte. Bon ça allait prendre du temps mais il avait vu du coin de l’œil la brune essayée de l’accompagner, il pourrait apprendre un ou deux trucs si elle était coopérative en attendant.

Dans le coin le plus sombre de la pièce il put discerner la forme d’un berceau. Un frisson parcourut son échine. Il avait vu des trucs sales durant sa survie ces 2 dernières années mais comme un humain normal, il avait toujours un peu de mal avec ce qui concernait les gosses crevés. Pas qu’il n’en jamais eut un mais ça le mettait mal à l’aise. Une réaction humaine en somme. Mieux valait ne pas trop s’approcher du berceau au cas où. Il alla se poster au bord du troue dans l’espoir de voir son compagnon d'infortune galérer à monter mais à sa surprise elle n’était plus là. Bon il allait devoir continuer tout seul alors. Dommage ça aurait été pratique un flingue de plus. Il s’assit donc en tailleur le temps que ce dernier passe.
Il eut cependant un sursaut quand il entendit derrière lui des grattements venant du berceau. Putain. Il commença à se balancer d’avant en arrière. Les grattements s’intensifiaient, ils passèrent de bruit de fond a boucan insupportable en moins de temps qu'il ne faut pour.
Et merde pensa-t-il avant de se lever et de faire front vers le berceau. Il savait ce qu’il avait à faire et il allait le faire. Mieux valait perdre un peu de santé mentale que la vie tout court. Il se gratta l’arrière du crâne en s’approchant du berceau. C’était le genre simple, en bois peint et avec quelque autocollant un peu partout. Sur la petite table qui accompagnait le berceau il semblait avoir tout le nécessaire pour s’occuper d’un enfant en bas âge ; serviette « propre », biberon, couche et tout le barda.

Le jeune homme n’y prêta pas attention directement, il était concentré sur la difficile tache à venir. Il se pencha sur le berceau et regarda sa contenue, et malgré la pénombre il put discerner les formes de ce qu’il contenait et qui gigotait, pousser par la faim. Il poussa un soupiré puis avec son pieds-de-biche éclata la source des grognements d’un coup viole. Le précieux liquide écarlate fit projeter aussi bien dans tout le berceau que sur le visage du jeune homme qui s’empressa d’essuyer du dos de sa main le sang sur sa joue. La lumière de la pièce était vraiment faible. Les fenêtres avaient été calfeutré avec des cartons un peu n’importe comment, de sorte que de mince filet de lumière blanche passait par endroits et affichait à qui le voulait bien, la poussière qui avait été soulevé ces 10 dernières minutes. La pièce était maintenant complètement silencieuse.Tout aussi calmement que quelqu’un qui venait de tuer un bébé, Nathan commença à recouper ce qu’il pouvait. Les couches pourraient être une bonne monnaie d’échange pensa-t-il en enlevant son sac de son dos pour les y fourrer les deux seules exemplaires qui semblaient utilisables. C’était les deux seuls trucs qui semblait utilisable dans cette pièce. Le reste était soit trop vieux soit trop pourri pour être utilisable. Ça ne servait à rien de rester là et personne ne semblait tambouriner sur la porte qu’il avait claquée. Autant y aller tout de suite pensa-t-il, au moins il y aura de l’action. Peut-être qu’il trouvera une sorte d’armurerie dans ce refuge abandonné.Il s’éloigna du berceau pour retourner vers la porte. Ses pas nettoyèrent la moquette de la poussière qui avait pris possession des lieux depuis un moment, laissant un cortège bleu dans cette mer grise virevoltante.
Il jeta un autre coup d’œil à l’intérieur dû troue en plein milieu de la pièce. Il avait secrètement l’espoir que la brune n’arrivait juste pas à monter. Ça lui aurait permis de se foutre de sa gueule et de passer un peu le temps. Mais bon, elle semblait être partie. Dommage murmura-t-il en tournant les talons. Plusieurs pas plus loin il s’arrêta, il lui semblait avoir entendu quelque chose, le genre de choses qui ressemblait à un râle d’agonie. " Hey ! c’est toi ? " cria-t-il alors qu’il sentait sa tension monté. Il entendit un deuxième râle qu’il prit pour une sorte de réponse. Ne prenant pas plus d’élan qu’il n’en avait déjà il sauta a directement l’étage du dessous, se réceptionnant debout en grinçant des dents sous la douleur de ses articulations. Il resta un moment immobile par peur de faire écrouler cet étage-là en plus de l’autre puis sautilla sur sa jambe droite sur plusieurs mètres avant de reprendre une marche socialement acceptable. Pied de biche en avant il poussa la porte entrouverte qu’il avait fermée beaucoup plus tôt. Il ne savait pas trop à quoi s’attendre, peut-être qu’elle s’était faits bouffé. Une fin honorable pour une voleuse, quoique un peu banale. En tout cas elle pissait bien le sang. Il avait remarqué la trace de sang sur le meuble et sur la porte mais il osait espérer que le rideau qu’il lui avait humblement refilé n’était pas si sale que ça et que c’était le sang de quelqu’un d’autre.
Une fois que la porte était ouverte il vit la jeune femme d’un peu plus tôt complètement avachi sur le sol. " hé la vieille, ça va ? " Aucune réponse. Tel un enfant le jeune pointa le bout de son pied-de-biche pour s’assurer qu’elle bien morte. Dommage, la brune semblait errer encore en vie par sa réaction. " Tu t’es fait croquer ? Hé ! ". Bon il n’y avait personne d'autres à cet étage donc elle était en sécurité s'il la laissait là. Par contre elle pissait vraiment le sang par la main, il l’avait vu se l’abîmer en rentrant mais ce n'était pas une raison pure taper un coma dans le couloir. Il l’examina encore un peu de loin avant de venir la soulever pour la mettre sur ses épaules. Elle était vraiment plus lourde que ce qu’elle paraissait pensa-t-il en manquant de trébucher après quelques pas. D'un coup il sentit de l'eau coulée dans son cou, la voleuse était carrément trempée. Il se stoppa dans sa marche laborieuse et rentra sa tête dans ses épaules de manière compulsive. Elle était gelée la flotte ! Il se retint de lâcher un petit cri et serra les dents. Il sentait l’eau dégouliner tout le long de son dos, puis sur ses jambes. Putain, il n'avait pas envie d’une douche ! Une fois qu’il fut arriver dans la salle où ils s’étaient rencontré il la déposa dans un coin de la pièce.
Il était lui aussi trempé maintenant, peut être pas autant que la femme mais il sentait l’eau pénétré ses vêtements et ça l’embêtait beaucoup. D’un coup d’épaule il enleva son sac de son dos et le posa a coté de lui. Par pure envie il lui mit des petites baffes pour la faire réagir. " Hé Ho, on se réveille ". Il avait toujours voulue faire ça, mais elle était brûlante. Sans regarder si elle réagissait a ses tapes il défit rapidement le bandage de fortune fait plus tôt. Il aurait peut être due être plus soigneux, la plaie semblait méchante. Elle n’était pas infecté pour l’instant, mais ca ne saurait tarder si il ne la nettoyait pas.
Puis il pensa aux couches. Il venait de les trouver mais ça pouvait peut être sauvé la vie de la brune. Le jeune homme soupira, ça augmentera mon Karma pensa t-il furtivement.
Et puis il y avait cette histoire de fringues mouillé. Il n’était surement pas envisageable qu'elle enlève ses fringues si elle n'est pas dans les vapes.
Ce qu'il pouvait faire déjà c’était de lui filer une des couvertures qu'il avait, et c'est ce qu'il fit.
Il enveloppa la voleuse dans le drap et continua a examiner sa main.

_________________


Spoiler:
 
Administrateur
Annalise ObsonAdministrateur
avatar
Messages : 119
Points : 742
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's raining day [Nathan]   Lun 12 Mar - 13:24
La pièce tournait dans un rythme affolant et ses contours devenaient plus flous. Quelques secondes, Anna lutta. Contre la fatigue, la douleur, les frissons glacés qui secouaient sa peau. Mais ça ne servait à rien et ses yeux roulèrent rapidement dans leurs orbites avant qu'elle ne ferme les paupières et ne retrouve l'obscurité presque rassurante. Elle mettait fin à la douleur. Tout devenait doux, chaleureux. Un joli rêve dans lequel Anna voulait passer le reste de sa vie. Le monde était redevenu normal, les cadavres restaient dans les cimetières, immobiles sous le poids de la terre et des pierres tombales et Annalise vivait une vie heureuse et sans histoire comme lorsqu'elle n'était encore qu'une enfant. Elle aurait voulu que ça soit vrai et ça le devenait de plus en plus à mesure qu'elle s'enfonçait dans son esprit. Il faisait beau et chaud, une journée d'été au bord de la plage et la jeune femme prenait le soleil en écoutant les rires et les conversations de la foule autour d'elle. Quelqu'un tapota son épaule doucement, presque comme une caresse. Ça lui donnait envie de regarder, alors elle le fit. Elle tourna les yeux derrière elle et rencontra le visage fermé et la mine agacée de son mari. Mais il n'aurait pas du être là. Ils avaient divorcé depuis... depuis... Elle n'arrivait plus à s'en souvenir, mais Arthur ne lui semblait pas ravi de la voir et il la secouait de plus en plus fort, jusqu'à ce que le soleil et la plage ne se dissipent à leur tour.

Elle rouvrit les yeux doucement, c'était presque trop difficile et vit à peine le plafond troué et la crasse incrustée partout. Elle repéra aussi le visage de l'homme penché vers elle. « Arthur... » souffla-t-elle difficilement. Mais en y regardant de plus près, ça n'était pas son ex-mari qui était agenouillé à ses côtés. Cette constatation lui fit peur et elle se redressa brusquement, ouvrant les yeux pour de bon. Sa tête tournait toujours et elle avait froid. Ça n'aurait pas du être possible d'avoir froid à ce point. Peut-être que la grippe la guettait depuis un moment déjà. Ils étaient de retour dans la pièce encombrée. Son sang décorait le rebord de la fenêtre et certains morceaux de plâtre éparpillés là où elle était passée. Il lui fallut quelque secondes pour se rappeler du jeune homme et pour retrouver son calme. « Qu'est-ce que tu fais ? » demanda-t-elle, sa voix toujours trop faible pour être vraie. Sa main encore intacte se posa sur son épaule, où elle sentit la matière rêche d'un tissus qui n'était pas sa veste et, en dessous, la forme de la anse de son sac à dos. Il lui fallait de l'eau avant qu'elle ne meurt de déshydratation. De la nourriture aurait été appréciable aussi, mais sa gorge lui semblait tellement sèche qu'elle n'était pas certaine de pouvoir avaler quoi que ce soit. Elle tira inutilement sur la anse jusqu'à réussir à la défaire de son épaule, mais chaque mouvement relançait ses vertiges. C'était insupportable, vraiment. « De l'eau. » souffla-t-elle, ce qui aurait presque pu passer pour un ordre si tant est que sa voix ne soit pas aussi éteinte et sa gorge si nouée.

Elle ne comprenait pas grand chose et se souvenait vaguement d'avoir marché dans une pièce où le plafond tenait toujours à sa place. Elle était montée. Donc il l'avait fait descendre pour revenir ici. Et la couverture sur ses épaules n'était pas à elle. Que faisait-il à sa main, d'ailleurs ? Les pièces du puzzles s’emboîtaient lentement, mais peu à peu, elle parvenait à comprendre la situation et décida de rester en place au lieu de remuer, au moins le temps qu'elle puisse récupérée sa main blessée. « Je suis désolée. » souffla-t-elle de nouveau. « Je ne vole que les morts, d'habitude. » Ce qui n'était pas tout à fait vrai, mais... Elle ressentait le besoin de lui dire que, malgré sa petite erreur de parcours, elle n'était pas fondamentalement une mauvaise personne. Simplement que le monde les poussait tous à faire des choses discutables.

_________________

Caught in a landslide, no escape from reality
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: It's raining day [Nathan]   
 
It's raining day [Nathan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Détroit
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération