Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #32 : Octobre 2018
Animation trimestrielle #1 Once upon a time !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Intrigue #5 Recensement !
Venez mettre vos méninges à l'épreuve dans notre animation de Septembre
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - Chapitre I : New rulers, new rules > A lire ici

In Your Flesh :: Michigan State :: Zones nettoyées :: Détroit [Nord-Est]

 "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3767
Points : 4293
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   Ven 22 Déc - 9:11


Dernière édition par Elias Kaneki le Ven 22 Déc - 15:50, édité 1 fois
J'avais été beaucoup trop confiant, si j'avais réussi à accepter l'idée avec lui, le retour à Fort Hope signa celui de la panique. J'aurais voulu voir Logan, mais je me jugeais ridicule. A la place, j'essayais de rationalisé. C'était un moment d'égarement, ce n'était pas réel. Ce n'était qu'un moment d'égarement, rien de plus... Sauf que chaque minute me rappelait tout ça, que le simple contact de mon lit suffisait à m'arracher des frissons. Il m'obsédait bien plus que je ne l'aurais cru. Et ça faisait quoi ? Un peu moins d'une semaine. C'était simplement le manque, pas le manque de lui mais le manque de sexe. C'était sur... Alors pourquoi il me hantait ? Tout avait été bien facile avec lui, son regard, son assurance, ses gestes, sa voix, son odeur, tous ça... Tous ça avait donné un sens à ce qui me transcendait, mais là, sans lui, ce n'était que des émotions en contradiction avec moi. Que ? Non. Finalement, une semaine après ma rencontre avec Will, je fus contraint de tenir ma promesse. Sortant du lit alors que l'image de ce qui s'était passé me hantait, je ne mis pas longtemps à être prêt pour sortir. Pour quitter Fort Hope. La justification ? "Joy devenait chiante, j'allais chercher du chocolat pour la calmer.", elle devenait en effet chiante, elle parlait beaucoup et je n'étais pas en état de l'écouter, j'avais quelqu'un d'autre en tête. Je sortie donc, reprenant la route jusqu'à l'endroit ou je l'avais rencontré. Un bâtiment par jour c'est ça ? Il n'était pas difficile à pister dans un sens, il suffisait de vérifier les bâtiments, ceux qui était nettoyé l'avait vu passer. Arrivant devant un bâtiment un peu plus petit que les autres, le genre pouvant contenir des appartements, je fis le tour pour trouver un arbre menant à une fenêtre. Passant par cette dernière, je commençais mon exploration. Pas de mort en vu déjà... J'avais raison sur un point, il s'agissait bien d'appartement, et quelque chose me disais que si j'allais faire un tour au dernière étage je trouverais un accès sur le toit ouvert. Bingo. Il me restait donc deux logements à vérifier, celui de droite et celui de gauche. J'avais fait du bruit en montant et à droite, à en croire le bruit des fenêtre étaient cassé alors qu'à gauche... C'était beaucoup trop calme. M'avançant donc couteau à la main, je vérifiais la cuisine, puis le salon ou je vis un sac, mais pas d'âme qui vive. Sauf que ce sac... Me détendant légèrement j'arrêtais de bouger. J'évitais d'avancer au milieu de la route et si il pouvait avoir une très bonne vue d'ici, mon arrivée avait pu lui échapper.

« Will ? C'est Elias. », annonçais-je alors. Si c'était pas lui, la personne saurait que je suis humain. Pour ma part, je restais dans un angle, pouvant surveiller l'arrivée de quelqu'un. Mais à en voir les affaires, je n'avais que très peu de doute. Il pouvait aussi avoir changé d'avis, déjà j'avais fini par flipper moi. J'avais remit en question tout ce qui avait pu se passer et je me disais que le voir me permettrait de comprendre, d'accepter ce qui allait passer. De confirmer tout ça, de confirmer l'envie que j'avais de le revoir malgré tout ce que j'avais pu rationnaliser. A première vu il restait encore deux pièces, une chambre et une salle de bain. Ne connaissant pas les lieux, je préférais éviter d'avancer dans un couloir ou je n'aurais pas l'avantage. J'aurais pu vérifier sur le toit aussi et c'est sans doute ce que je ferais si il n'y avait aucune réponse. Mais pour le moment je validais ici. J'avais l'impression d'être entre deux sentiments, deux réalités. Piégé entre l'envie de le revoir pour confirmer que tout ça avait un sens et l'envie de ne pas aller plus loin pour étouffer ce qu'il avait fait naître.   .  

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2284
Points : 2317
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   Ven 22 Déc - 11:16
La routine, et la tranquillité d'esprit qui allait avec, étaient revenues rapidement. Pas le choix pour tenir le coup dans ce monde, le moindre petit manque d'attention pouvait être mortel, particulièrement pour un homme seul, peu armé et peu nourri. Peut-être que, les premiers jours, un violent sursaut avait secoué Will chaque fois qu'il entendait un bruit dans son dos, alors qu'il fouillait un bâtiment quelconque de la rue et que l'espace de quelques secondes, il attendait en retenant son souffle de voir qui apparaîtrait sous ses yeux quand il s'approchait de la source... Mais c'était passé rapidement et tant mieux. Le soldat n'était pas revenu, les jours s'enchaînaient dans la même monotonie qui convenait parfaitement au jeune homme et il cessa finalement de se poser des questions sur ce qui lui avait pris, ce qu'il s'était passé dans ce bureau, pour se concentrer sur le moment présent.

Et c'était exactement ce qu'il faisait encore aujourd'hui, entré dans un immeuble d'habitations au petit matin, il y avait passé sa matinée comme il avait passé toutes celles la précédent. Peut-être avait-elle été un peu meilleure, même. Des lits, des bibliothèques peu fournies dans presque chaque appartement, il était même tombé sur de quoi manger un peu, pas très regardant sur la qualité relative d'un paquet de chips écrasé et d'une conserve bientôt immangeable. Une journée qui s'annonçait parfaite et, après avoir fouillé trois ou quatre appartements, Will avait même décidé de profiter de cette petite victoire pour s'offrir une pause, investissant rapidement un autre appartement au dernier étage, armé d'un bouquin ramassé dans le salon et de son repas de roi, pour aller se coucher dans le lit d'un inconnu et manger en lisant tranquillement.

Et bien que ce soit la troisième fois, au moins, qu'il lisait Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur, ça l'avait quand même accaparé un bon moment. Jusqu'à ce qu'il n'entende la porte de l'appartement claquer légèrement, plutôt comme un immense vacarme dans le silence ambiant et qu'il réalise soudainement qu'il avait été stupide au point d'oublier son sac dans le salon. Pas son arbalète, heureusement, qu'il s'était empressé d'armer, non sans pousser un soupir, agacé qu'on ose le couper au meilleur moment du livre. Il s'approcha d'abord très discrètement de la porte pour l'entrouvrir et jeter un regard de l'autre côté, n’apercevant hélas rien de plus que l'ombre d'une silhouette trop active pour passer pour morte. Et puis, quelques mots qui ramenèrent cette petite vague de chaleur, aussi soudaine que brève. Il referma la porte tout doucement, s'appuyant dessus le temps de remettre ses idées en ordre. Il regarda la chambre autour de lui, comme s'il s'assurait qu'aucune photo d'un ex ou d'objet gênant ne viendrait perturber un premier rancard et reposa finalement son arbalète sur le lit avant de retirer très vite les plaques qui pendaient à son cou pour les fourrer dans la poche de son jeans. Une profonde inspiration plus tard, il sortait dans le couloir, parfaitement nonchalant, parfaitement calme, même pas l'ombre d'un sourire au coin des lèvres, approchant lentement du soldat en accrochant son regard. Il ne prononça pas un mot, ne laissa rien paraître du tout, totalement confiant lorsqu'il arriva assez près d'Elias et qu'il plongea sur ses lèvres avec tout le naturel du monde, pour un baiser loin d'être chaste qui l'essouffla rapidement. « T'as pris ton temps. » souffla-t-il en s'éloignant.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3767
Points : 4293
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   Ven 22 Déc - 11:42
Il y eu un bruit, un léger bruit en provenance du salon. Il y avait quelqu'un, Will ou ? Il me fallut attendre quelques minutes pour entendre à nouveau un bruit venant du couloir, on marchait, avec nonchalance. Will se détacha alors de l'obscurité. Je ne m'étais donc pas trompé. Un soupire de soulagement s'échappa de ma bouche alors qu'il s'approchait, lentement, me rendant légèrement fièvreux. Ce n'était pas une vu de l'esprit Elias, tu pouvais refuser l'idée autant que tu voulais, ce mec ne te rendait pas indifférent, loin de là. Loupant un battement lorsque ses lèvres s'accrochèrent aux miennes, mon coeur s'emballa rapidement. Il n'y avait rien de posé dans cet échange, rien de calme. Heureusement pour moi et pour ma santé mentale, il s'éloigna bien rapidement de moi, soufflant que j'avais prit mon temps. Comment justifier ça ? J'avais eu de nouveau doute, de nouvelles craintes. Posant mon sac et le reste derrière un fauteil, je reportais mon attention sur lui, autant ne pas mentir. « J'ai paniqué... », j'avais trouvé du courage il y a une semaine de ça, mais le retour à la réalité avait été brutale et les questions s'étaient enchainées, les doutes aussi, même si ils venaient de s'envoler en quelques secondes. C'était bien plus évident quand il était là. Tout ce que je ressentais trouvé echo ici, ce n'était plus juste des émotions aléatoire s'enchainant sans raison. Je n'avais au final rien oublié, les envies étaient les mêmes, peut-être même avaient-elles gagné en puissance. Glissant mes mains dans les poches de mon jean, je m'appuyais sur le mur, le regardant avancer à l'opposer de moi. « C'était moins évident à gérer en ton absence. », déclarais-je simplement. J'avais eu l'impression de ressentir un feu sans en voir les flammes. Des réactions bien trop réelle pour quelque chose que je ne pouvais pas saisir. Sans doute étais-ce le problème quand on n'était sur de rien, quand on découvrait certaines choses pour la première fois. On avait aucun point de référence, si ce n'est ça. Une réaction à un moment donné.

Regardant autour de moi, je finis par reprendre, « C'était un peu trop facile de te trouver Will, tu devrais faire attention. », soufflais-je d'un coup. Je le trouverais, je n'en doutais presque pas, à chaque fois, mais sa méthode de déplacement était un peu trop risqué à mon gout et moi, j'étais à nouveau stressé, tendu. Comme si je vivais un premier rencard. Ce n'était peut-être pas loin de la vérité, mais voilà. J'avais cette boule au ventre, d'autant plus qu'il savait une fois de plus que j'avais flippé, paniqué. Toujours pas rassurant quand on se souvenait de ce qui avait pu se passer avant. Il subissait mon manque de confiance en ce que je ressentais, ma découverte de ce monde qui n'avait rien de connu pour moi. Il avait du se contenir, ronger son frein plus d'une fois, je n'étais pas certain de pouvoir répondre à ses besoins encore aujourd'hui. Bien qu'en réalité, je ne savais pas ce dont j'étais certain. La seule chose que je savais, c'était bien qu'il continuait à réchauffer mon coeur, que j'en étais dépendant. En quelque sorte. Dépendant d'une personnes ? C'était possible ça au juste ?  

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2284
Points : 2317
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   Ven 22 Déc - 12:08
Ses sourcils se froncèrent brièvement à la réponse d'Elias. Il avait dit ça comme ça, sans trop savoir pourquoi, ce que ça pouvait faire. Il avait pris son temps, oui, quatre, peut-être cinq jours et alors ? C'était juste pour parler, vraiment, mais cette réponse, tous ces aveux... En plus de ne pas les avoir vu venir, il ne comprenait pas l'intérêt de les faire. L'honnêteté avait du bon, sans doute, mais de là à s'ouvrir comme ça à un quais inconnu, lui donner ce pouvoir ? Il avait pourtant été très fidèle à lui-même la première fois. Le vrai pouvoir, c'est la connaissance. Il n'avait pas dit ça juste pour faire le malin devant le soldat, c'était son mojo, sa philosophie de vie, la raison pour laquelle il avait plus de livres dans son sac que de trucs vraiment utiles pour survivre. Mais ça, bien sûr, Elias ne devait pas le savoir. Il n'avait pas encore vraiment cerné Will et ça n'avait rien de surprenant vu comme ce dernier s'était acharné à ne rien donner. Il se retiendrait bien encore de partager autant d'honnêteté et d'admettre qu'il avait peut-être paniqué un peu lui aussi, l'espace d'une seconde, ou deux.

« C'était un peu trop facile de te faire parler, Elias. Tu devrais faire attention, toi aussi. » lâcha-t-il en écho à la remarque que le militaire venait de lui lancer. Mais en regardant autour de lui, il dut bien admettre que c'était une bonne remarque que l'homme lui faisait là. Il avait osé l'appeler en entrant dans cet appartement comme s'il était certain de le trouver ici et il avait eu raison. Dangereux en effet, quoi que... « Il n'y a que toi qui me cherche, tu sais. Et puis, je n'ai peut-être pas été formé par l'armée américaine, mais je sais me défendre quand même. Un peu. T'en fais pas pour moi. » Il haussa les épaules, absolument serein quant à son avenir, à tort ou à raison qu'importe et alla s'asseoir sur le canapé poussiéreux qui trônait au milieu du salon, attrapant une affreuse statuette de chat en céramique posée sur une tablette près de lui, jouant avec un instant en évitant soigneusement le regard du soldat. Ça le rendait nerveux de se retrouver dans la même pièce que lui, finalement et ça l'inquiétait vraiment de se sentir comme ça. « Alors... » commença-t-il d'un ton faussement tranquille. « T'as envie de parler de ce qui te fait flipper comme ça ? » Parler n'était certainement pas en haut de la liste de ses priorités à lui, mais... Il avait appris dans la douleur que les contacts physiques trop poussés avec cet homme avaient un effet dévastateur sur sa patience et sur son humeur. Ça valait toujours mieux que de prendre le risque de se brûler les ailes encore une fois. Et cent fois mieux que de laisser la tension s'installer comme c'était en train d'arriver.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3767
Points : 4293
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   Ven 22 Déc - 12:32
Oui, je parlais sans doute un peu trop facilement quand j'étais énervé, frustré, mal à l'aise ou perdu, comme aujourd'hui. Mais je notais surtout qu'il avait simplement contré ce que moi j'avais pu lui dire, rien de plus. Il finit toutefois par affirmer que j'étais le seul qui le cherchait, et que même si il n'avait pas été formé par l'armée, il savait se défendre, du moins un peu. Je ne devais pas m'en faire pour lui. Le problème était là aussi, je m'inquiétais. Pourquoi ? Je n'en savais rien, je ne voulais sans doute pas le perdre. Le regardant bouger dans la pièce, il se laissait tomber sur un canapé, jouant avec ce qui passait sous ses doigts avant de me demander si j'avais envie de parler de ce qui me faisait flipper. Je ne savais même pas si j'avais vraiment envie. J'étais dans une mécanique de défense assez stupide et je ne savais pas comment agir, restant contre le mur, j'évitais de le regarder, préférant fixer la table face à moi. « Je sais pas à quoi m'attendre, je maîtrise pas le sujet, le problème c'est que je sais pas... », que tout ca était bien nouveau et que j'avais bien du mal à comprendre pourquoi j'étais si sensible. La simple pensée de nos contact réussissait à faire bouillir mon sang, à tendre mon corps. « Ce qui me fait flipper c'est que j'ai envie de coucher avec toi et que contrairement à ce que je pouvais penser c'est pas un coup de tête. », et je n'avais juste aucun repère. Je n'avais jamais touché un homme avant lui, autant dire que personne ne m'avait touché non plus, du moins aucun homme. Les seuls repèrent que j'avais était simplement ce que je faisais avec mes ex, comment elle faisait pour faire monter la pression que ce soit avec les mains, leurs lèvres ou leurs bouches. Pour le reste, concrètement, je n'avais aucune idée de la marche à suivre. Je n'avais jamais été assez curieux pour regarder des pornos gays à l'époque, et les seules images que j'avais des relations homosexuel étaient bien ce qu'on pouvait voir dans des films et encore. On nous présentait des mecs vivant comme des femmes et je ne m'identifiais pas la dedans. Je savais qu'il y avait beaucoup de cliché, et dans le fond, ca ne faisait qu'ajouter un peu plus au fait que je n'avais vraiment aucun idée de ce qui se passait.

Il me faudrait quoi ? Une baffe pour comprendre qu'au pire, ca ne serait qu'un mauvais moment à passer comme les femmes ? « C'est ironique de se dire que j'ai jamais eu le moindre remord à dépuceler mes ex, mais que quand il s'agit de moi, je m'interroge sur le bien fondé de tout ça… », j'étais pas un barbare entre nous, j'étais doux, lent. Mais j'étais pas le plus patient. J'avais forcé quelques mains, les rassurant bien évidemment, mais je n'étais pas resté longtemps sur un non. Ce que Will avait déjà su faire. Alors pourquoi me prendre la tête hein ? Je n'en savais rien. Passant mes mains sur mon visage, je soufflais un coup, finissant par me tourner vers lui, le regardant un moment. J'avais peur de quoi au final ? De pas pouvoir faire marche arrière.  

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2284
Points : 2317
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   Ven 22 Déc - 13:21
Tranquillement, Will reposa son bibelot et, toujours sans lever les yeux vers Elias, bougea un peu pour s'allonger sur le canapé, croisant les bras derrière sa tête, comme s'ils avaient une conversation absolument banale et pas très passionnante. Il n'en loupait pourtant pas un mot et réfléchissait sérieusement à la question et à ce que lui confiait le soldat. « T'es vraiment le parfait petit américain moyen du 21eme siècle, tu le sais, ça ? » demanda-t-il, sans cacher son amusement. « Hétéro convaincu, patriote, droit dans ses bottes... Je parie que t'avais un iPhone avant tout ça. » Il n'était pas certain de ce qu'il cherchait à obtenir en parlant comme ça, mais... Craquer sur un hétéro, ça ne lui était pas arrivé depuis quand ? Un bon gros merdier dont il n'avait franchement pas besoin pour se compliquer la vie en ce moment. Mieux valait en rire que d'en pleurer, pas vrai ? Le plus simple aurait encore été d'en rester là, de lui serrer gentiment la main et de reprendre sa vie comme si de rien était. Le manque n'était pas si insupportable que ça, pour l'instant, survivre lui occupait bien assez l'esprit et si, vraiment, ça devenait insoutenable, il ne devait quand même pas être le seul gay à avoir survécu...

Son regard se posa finalement sur Elias, caressant son corps rapidement de ses yeux à défaut de pouvoir le faire de ses mains. Malheureusement, ça n'était pas tellement une histoire de sexe. Il n'avait pas envie de s'envoyer en l'air comme on aurait envie de se gratter, il le voulait lui précisément. Pour le sport, la satisfaction d'avoir le dernier mot ? Difficile à dire. Un peu de tout ça et tout autre chose à la fois. « Écoute, Elias, je vais pas te faire croire que ça m'est égal que tu te stress comme ça. J'ai aucune envie de passer six mois à attendre que tu sois prêt, je ne fais pas ce genre de truc. Si tu cherches une copine, t'es tombé sur le mauvais mec. » Il détourna de nouveau les yeux, accrochant son regard au mur face à lui malgré le manque d'intérêt flagrant que cela représentait. « Mais... C'est seulement la deuxième fois qu'on se voit et on peut pas dire que j'ai vraiment plus passionnant à faire ces jours-ci... Ça risque de retarder mon apprentissage du japonais, mais tu sais quoi ? On a qu'à tenter le donnant-donnant : je t'apprends à devenir gay, tu m'apprends à parler ta langue. » Le second degré dans ses mots était bien clair, mais la plaisanterie, hélas, restait seulement en surface. Elias se défendait en luttant physiquement, lui luttait avec ses mots et son indifférence pour tout. Chacun son truc.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3767
Points : 4293
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   Ven 22 Déc - 13:40
« En fait, dire que je suis un américain moyen est un peu faux, en revanche le véritable cliché du japonais traditionnel oui. », me permis-je de corriger. Les Japonais était bien pire sur ça. Il n'avait pas idée. Quand à l'aphone, j'éviterais de parler de ce que j'avais dans mon sac alors. Il s'était allongeait, m'expliquant qu'il n'allais pas me faire croire que ça lui était égale de me voir stresser, mais il n'avait pas envie de passer six mois à attendre que je sois prêt. Je ne cherchais pas de copine, je ne cherchais rien en fait, ça m'était tombé dessus en cet instant, rien de plus. Il nuança toutefois, cela ne faisait que deux fois qu'on se voyait, et il n'avait pas plus passionnant à faire en ce moment, si ce n'est apprendre le japonais. Il proposa alors quelque chose qui me fit secouer la tête, il m'apprenait à devenir gay, et je lui apprenais le japonais ? « T'es au courant que c'est une langue complexe qui demande beaucoup de travail ? », mais je n'étais pas contre. Loin de là, cela reviendrait à se voir souvent. Et donc à calmer tout ça. Je comptais pas mettre six mois non plus, sinon j'allais mourir, imploser, mais j'avais comprit l'idée. Si il avait mieux à faire que passer son temps à faire de moi ce qu'il voulait, je ne comptais pas non plus m'éterniser dans l'angoisse. Je ne saurais pas le faire de toute façon, trop de pression n'était pas bon, ni pour lui, ni pour moi. Et je ne voulais pas péter un câble.

Soupirant alors, je me décollais du mur, retirant mon t-shirt pour le poser sur le siège, puis en faisant de même avec mes chaussures et mon jean. Ma solution miracle c'était donc de me retrouver en boxer dans la même pièce que lui ? Ouais. Visiblement. Pourquoi ? Question de volonté ou simple connerie, je n'arrivais pas encore à savoir. « Quand on apprends quelque chose il faut savoir identifier ce qui ne fonctionne pas non ? De toute évidence, il est préférable que j'enlève ma ceinture seul. ». C'était un fait évident, la au moins je n'aurais pas à me paniquer du mouvement, qu'il fasse quoi que ce soit. En revanche je n'étais pas le plus à l'aise, mais je pouvais n'en vouloir qu'à moi. « Watashi ni oshieru… Apprends moi. », soufflais-je dans un premier temps en japonais, puis en anglais. Ca faisait une éternité que je n'avais pas parlé ma langue natale, enfin natale, celle que j'avais maitrisé avant l'américain. C'était étrange, mas pas autant qu'être presque nu ici à le fixer.  

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2284
Points : 2317
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   Ven 22 Déc - 14:53
Le petit marché proposé par Will tenait certainement plus de la blague moqueuse que d'une vraie proposition, mais il sembla au moins faire son effet. Non seulement Elias était capable d'humour, mais en plus, il arrivait à se décoincer bien plus facilement que la dernière fois, arguant que le japonais n'était pas une langue facile, d'un ton décontracté qui ne lui ressemblait pas tellement dans l'esprit du jeune homme. « Je suis très bon élève, t'en fais pas pour ça. » souffla-t-il, confiant. Apprendre n'avait jamais été un problème et ça n'était pas la question en ce moment, de toutes façons. L'important, là, c'est qu'Elias se détendait peut-être même un peu trop, vu la rapidité avec laquelle il se retrouva quasiment nu au milieu de la pièce, prouvant à son tour qu'il apprenait vite en lâchant une autre évidence avec légèreté. S'occuper de sa ceinture tout seul semblait effectivement le stresser un peu moins, mais de souvenir ça n'était pas le seul problème qui s'était posé la dernière fois. Et quelque chose que Will ne penserait pas à s'empêcher éternellement. « Une mauvaise habitude sur laquelle il faudra travailler. »

Un frisson inattendu remonta le long de sa colonne vertébrale aux nouvelles paroles du soldat, poussant le jeune homme à serrer la mâchoire pour se contenir. Ça allait être vraiment... Long. Quelle idée stupide il venait d'avoir ? Même si Elias ne lui donnait pas l'impression d'être parti pour hésiter encore six mois, ça n'allait encore pas assez vite à son goût. « Approche. » Le ton était ferme, quoi qu'encore agréable, mais c'était un ordre à n'en pas douter, un ordre qu'il n'avait même pas vraiment besoin de lancer. La preuve en était que le soldat obéit sans rechigner, permettant rapidement à Will de glisser une main sur sa taille pour l'attirer contre lui sur le canapé, scellant leurs lèvres aussitôt qu'il en eut l'occasion. Un vrai combat contre ses réflexes commença immédiatement, dès que le corps du soldat fut plaqué contre lui, sa peau défilant sous les doigts de l'ingénieur qui s'allumait beaucoup trop vite à ce contact. Ne restait qu'à prier pour qu'Elias soit le genre élève zélé et rapide.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3767
Points : 4293
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   Ven 22 Déc - 15:41
Je ne doutais pas de sa capacité à apprendre. Il se montrait bien plus intéllectuel que moi. C'était un fait, et je n'irais pas contre. J'étais bon en stratégie militaire, j'étais bon pour planifier des attaques, des défenses, pas pour lire entre tout les lignes. Alors oui, à ce niveau là je n'avais aucun doute. Me déshabillant alors dans un élan qui fut plus qu'imprévu, je me retrouvais presque nu, les jambes cotonneuses. Il y avait bien des mauvaises habitudes que je devrais travailler aujourd'hui, bien plus d'une chose à changer. Et puis il me demanda de m'approcher, non, il m'ordonna de le faire. Je n'aimais pas recevoir d'ordre, mais allez savoir pourquoi, je le fis. Faisant un pas en avant, puis un deuxième. Et ainsi de suite jusqu'à le rejoindre. Sentant sa main se glisser sur ma taille, il m'arracha un frisson qui contracta chaque muscle de mon corps. Frisson qui ne disparu pas lorsqu'il m'attira sur lui pour m'embrasser. Répondant à son baiser avec une ardeur grandissante, je tremblais sans le contrôler à son contact. Me décollant de lui le temps de glisser mes mains vers la bordure de son t-shirt, je lui retirais bien rapidement avec son aide. Retrouvant ses lèvres alors que mes mains parcouraient son corps. Le découvrant un peu plus encore. La respiration haletante, j'appuyais notre échange, glissant mes doigts jusqu'à sa propre ceinture. Jouant avec la boucle avant de l'ouvrir. Jusque là je maîtrisais, c'était la suite qui allait sans doute coincer. Celle qui venait juste après avoir déboutonné son pantalon. Je n'avais pas son assurance, glisser ma main sous ses vêtements m'était inconnu, étranger. Glissant mes lèvres dans son cou, je l'embrassais soufflant contre sa peau, « Le sujet de la premier leçon ? ».Si on y allait par étape, ça irait non ? Assimiler chaque chose, les unes après les autres ne devait pas être difficile, ni impossible. Remontant mes mains sur son torse, je laissais la chaleur de sa peau réchauffer mes doigts alors que mes lèvres retrouvaient les siennes.

Je n'aurais pas du jouer autant avec le feu en n'ayant que si peu confiance en moi, en ce que j'étais prêt à faire. Pourtant, sur un plan purement physique, si l'on n'écoutait que mes désirs, je brûlais. Lui comme moi nous retenions sans doute. Lui n'ayant sans doute pas pour habitude de se retrouver avec un novice dans les bras et moi ne devant pas laisser mes pulsions me diriger. Paniquer ne serait pas le bon plan et pourtant, pour la première fois de toute ma vie, je sentais la virilité d'un homme se faire sentir sous la mienne et ce simple contact cette simple idée m'obligeait à refréner mes émotions. J'étais bien plus sensible que je ne l'aurais cru. Bien plus brûlant que je n'aurais du. Il y a une semaine, je ne le connaissais ni d'Eve, ni d'Adam, et il manquait cruellement de sympathie. Simplement, il me donnait quelque chose que je n'avais pas ailleurs. Le sentiment d'être vivant, de ressentir à nouveau. Je m'étais fermé lorsque j'ai échoué à protéger des civils, j'avais arrêter de ressentir, de vivre, de me laisser découvrir la vie dans la mort.  

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2284
Points : 2317
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   Ven 22 Déc - 16:55
Ça n'aurait pas du être permis, de ressentir ça, tous ces frissons glacés à chaque effleurement, cette soif violente et soudaine d'un seul corps, pourtant encore inconnu, pas si différent de n'importe quel autre. Mais c'était pourtant bien là, ça brûlait dans les veines de Will au moindre contact, à la plus petite caresse. Il se rassura un moment en se disant que tant qu'il gardait ses vêtements, il restait une barrière pour l'empêcher de s'embraser réellement, mais cette sécurité s'envola bien vite et pourtant, loin de paniquer, il mit certainement autant de ferveur qu'Elias à faire disparaître son t-shirt, le laissant toucher le sol sans un regret, avide des lèvres qui l'embrassaient, de la peau qu'il sentait incandescente sous ses doigts. Ça avait quelque chose d'encore plus grisant de sentir le désir de l'autre, tellement pressant. Il ne bougeait quasiment pas au-delà de légères caresser sur la taille d'Elias, se retenant de toutes ses forces de descendre davantage, il se laissait étonnement faire, il se laissait aller, devenant volontairement le cobaye d'un novice visiblement décidé à passer pro rapidement.

La voix du soldat le ramena tout de même assez brusquement à la réalité de leur situation. Il osait aller plus loin, repousser ses propres limites en apposant, même timidement, des gestes auxquels il s'était refusé sur lui-même quelques jours plus tôt, mais il restait incertain et c'était à Will de jouer le guide, détail que ce dernier avait presque réussi à oublier. Il rouvrit les yeux pour s'ancrer un peu mieux dans le moment présent et releva une main pour la poser sur le visage d'Elias, le regarder un instant. « Le contrôle. » souffla-t-il, retournant aussitôt l'embrasser malgré tout. C'était une leçon dont il se serait parfaitement passée, mais ils en auraient besoin, autant l'un que l'autre visiblement. Il se força donc à mettre rapidement fin au baiser, cherchant de nouveau le regard de son partenaire, laissant ses doigts remonter doucement le long de son dos à nu, parvenant finalement à le repousser assez pour se redresser et s'asseoir, qu'ils se fassent face. Il prit la main d'Elias dans la sienne et la posa sur son torse, l'incitant tranquillement à caresser sa peau en descendant lentement sur son corps. « Comment tu te sens ? » demanda-t-il, glissant peu à peu vers son bassin. Il aurait vraiment aimé passer directement à la leçon suivante, mais il essayait de garder à l'esprit que ce serait la première fois pour Elias qu'il aurait à touché le corps d'un autre homme et il préférait éviter de tomber de haut maintenant.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3767
Points : 4293
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   Ven 22 Déc - 17:34
Nos corps se répondaient avec une facilité déconcertante. Je me laissais griser avec une facilité déconcertante, je me laissais entraîner pour lui. J'avais besoin de ça, je me laissais déborder par ce qui se passait. J'osais, sans vraiment le faire, m'arrêtant à certaines limites qui me semblaient encore bien importante. Quelle serait la première chose, la première leçon a avoir ? Sentant sa main se poser sur mon visage, j'ouvrais les yeux, le regardant alors me souffler qu'il allait m'apprendre le contrôle. Le contrôle... Il était loin d'avoir tords. Répondant à nouveau à son baiser, je fus presque frustré de le voir s'arrêter. Mais après tout il s'agissait de la première leçon et il fallait l'appliquer. Il s’assit alors, me gardant sur ses jambes alors que mes yeux glissaient sur sa main. Il avait saisit la mien, la posant sur son torse en commençant une descente longue et réservé. Comment je me sentais ? Relevant les yeux vers lui, j'avais la respiration désordonné, pourtant, malgré ce qu'il faisait, je gardais le regard braqué dans le sien. « Étrange ? », dépassant son nombril, je me mordis légèrement les lèvres alors qu'il s'enfonçait peu plus entre nous. Je comprenais l'idée, je n'avais jamais touché d'homme, il voulait me guider, me laisser découvrir son corps pour le saisir. Il se calmait lui-même sans doute pour ne pas essuyer une nouvelle déception. Glissant nos mains entre son pantalon et son sous-vêtement, je sentais sa virilité se dessiner sous mes doigts, sentant sa chaleur envahir mes doigts, sentant mon cœur s'emballer. J'avais baissé les yeux, fixant les mains ayant disparu entre nous, cherchant à visualiser ce qui se passait. Pendant une seconde je voulus retirer la main, mais à la place, je fermais mes yeux, je prenais le temps de le sentir sous mes doigts. On voyait des mec nus à l'armée, on avait pas vraiment de soucis avec la nudité, il fallait aller vite, pas le temps de se cacher, pas l'envie aussi. On s'en fichait, on était tous pareil, personne n'était pudique. Mais toucher... Le seul homme que j'avais touché été moi, alors forcement, maintenant, c'était différent. Sentir un autre réagir sous ses doigts n'était pas habituel. Mais dans le fond il n'y avait rien de dramatique, au contraire en fait. C'était grisant. Il y avait une nouveauté que je ne pouvais pas rejeter.

Arriver à le toucher, arriver à aller aussi loin. Je pouvais le tenir, ma main se brûlait pas après tout. Je me posais des questions sur ce qui se passait en moi, mon cœur battant un peu plus vite. Mes doigts se refermèrent lentement sur son membre, malgré le tissus. Y aller doucement, y aller doucement... Je pouvais le faire après tout, mes doigts s'étant posé sur lui. La gorge noué, je remontais les yeux vers lui, ne sachant pas ce qu'il attendait de moi maintenant. Ne sachant pas ce qu'il voulait que je fasse. Je ne m'étais pas précipité, je ne m'étais pas non plus braqué, je n'avais pas reculé. J'avais suivi ce qu'il avait commencé. J'avais suivi ce qu'il m'avait invité à faire. Il savait ce qu'il faisait, il savait comment guider, comment rassurer. Si il avait sa main sur la mienne, j'avais eu la possibilité de m'arrêter.  

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2284
Points : 2317
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   Ven 22 Déc - 18:53
Inquisiteur, le regard de Will ne lâchait plus le visage d'Elias, à la recherche du moindre petit signe. Une crispation, même passagère, ou au contraire, un relâchement. Chaque détail avait son importance en ce moment, chaque détail lui permettrait d'augurer de la suite, de deviner à la seconde près ce qui poserait problème. La tension grimpait lentement mais sûrement pour lui aussi et pourtant, si ce n'était guider avec une lenteur exagérée la main d'Elias, il restait d'un immobilisme flagrant, comme tétanisé par l'attente mêlée d'incertitude et d'anticipation. Il eut juste assez de conscience pour oser demander à Elias comment il se sentait, incapable de lire réellement le visage du soldat, autant aller chercher les informations directement à la source. Étrange... Une réponse qui n'aidait pas tellement, mais c'était positif, non ? Ça ne sonnait pas comme quelque chose de bien, mais Will sentait rapidement les doigts de l'homme abandonner sa peau pour glisser sur le renflement de son boxer, alors c'était forcément une bonne chose. Il retint son souffle un instant, très court, lorsque les doigts du soldat se refermèrent vraiment, que l'impression devint réelle. Mais il n'y avait toujours aucun retour en arrière, aucune panique qui se dessinait réellement sur le visage de l'homme face à lui dont il ne détachait toujours pas le regard. Très bien. Peut-être qu'il ne passerait pas le reste de cette journée à brûler de l'intérieur, cette fois.

Encouragé par cette victoire, même minime, Will se permet de retirer sa main de celle d'Elias, le laissant se débrouiller seul en quelques sortes, même s'il ne s'attendait à rien de plus. C'était déjà un grand pas, non ? Presque aussi frustrant qu'agréable, mais au moins, dans la théorie, Elias savait ce qu'il tenait dans sa main et il n'avait pas pris la fuite, il ne pourrait pas jouer la surprise si les vêtements de Will devaient tomber complètement à un moment. Doucement, ses doigts se promenèrent sur l'avant-bras du soldat, remontant jusqu'à se poser dans sa nuque, l'attirant de nouveau à lui pour un baiser plus langoureux, désireux sans le presser. Il en profita un peu, mais se détacha finalement, repoussant Elias pour de bon, le laissant de côté un instant pour remettre les pieds sur le sol et se débarrasser de son jeans et ses chaussures à son tour. Ce fut chose faite rapidement et il retourna vers Elias, vers ses lèvres dont il avait l'impression de manquer à chaque fois qu'il osait s'en éloigner. Il n'y restait toujours pas, pourtant, ne faisant durer le baiser que le temps d'inciter l'homme à s'allonger sur le dos. Dès que ce fut le cas, il permit à ses lèvres de glisser sur la mâchoire d'Elias jusqu'à son oreille, où il murmura : « Souviens-toi : pas besoin de violence. Dis-moi stop quand ça va trop loin pour toi. » Un sourire étira ses lèvres à cette remarque, même si personne ne pouvait le voir et il l'effaça rapidement en reprenant la course de ses baisers, descendant dans le cou du militaire, sur son torse ensuite, ne s'arrêtant plus jusqu'à rencontrer le tissus de son sous-vêtement. Arrivé à cette limite, cet étrange mélange d'impatience et de sérieuse crainte d'une réaction violente le crispa de nouveau, mais il essaya de l'ignorer pour s'occuper plutôt de poser ses doigts sur la hanche du soldat et leur permettre de se frayer un chemin vers la barrière de tissus qu'il hésitait à faire s'abattre, jouant avec tranquillement alors qu'il continuait d'embrasser son bassin en attendant juste un signe, ou plutôt une absence d'injonction à s'arrêter, pour s'autoriser à pousser plus loin les limites d'Elias.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3767
Points : 4293
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   Ven 22 Déc - 19:27
Il me laissa prendre la main, il me laissa seul avec le point culminant de ses envies entre les doigts. J'avoue que pour le moment, je ne savais pas trop comment agir, alors par simplement réflexe de mimétisme, je fis quelques mouvements de bas en haut, jusqu'à ce qu'il m'attire à nouveau contre lui dans un baiser fiévreux, jusqu'à ce lever pour retirer son pantalon et ses chaussures. Malgré moi mon regard se posa sur lui, sur son corps, sur ce qu'il dégageait et sur les envies qu'il provoquait. Il retrouva à nouveau mes lèvres, me poussant légèrement en arrière pour m'allonger sur le dos, j'étais partiellement tétanisé, pourtant je lui répondais toujours, bien plus encore lorsqu'il glissa sur ma mâchoire, me forçant à respirer alors que j'aurais pu mourir sous ses lèvres. Pas de violence, juste stop si ça allait trop loin. Je redoutais ce moment, simplement car j'avais toujours refusé, j'avais bloqué à ce moment là. Pourtant cette fois, ses lèvres sur ma nuque, sur mon torse, mon ventre m'arrachaient une succession de frissons faisant grandir mon plaisir, jusqu'à ce qu'il arrive à nouveau à mon boxer, qu'il y joue sans pour autant aller plus loin. Il m'attendait, il n'allait pas y aller sans moi… « Ok. », soufflais-je simplement en levant légèrement le bassin pour l'aider à retirer mon boxer, mes bras tremblaient, je fixais le plafond, la respiration lourde. Je le sentais s'approcher, je sentais son souffle et je ne fis rien pour l'en dissuader. Vraiment rien. Je sentis sa main s'y enrouler, puis sa bouche l'emprisonner. Mon ventre se contracta d'un coup, ma respiration se coupant alors que les informations afflué de partout. Il commença alors à me couvrir d'attention et ce fut le spasme de trop.

« Attends… », avais-je souffler en me redressant légèrement. Je ne lui avais pas dit d'arrêter, juste d'attendre. J'avais les yeux fermés, en plein combat pour garder la main, non pas face à ma peur, mais face au plaisir qu'il venait de déclencher. « Attends… », répétais-je alors que ma cage thoracique se levait plus haut qu'après un marathon. Déglutissant alors, j'ouvrais à nouveau les yeux, essoufflé par tant de secousse. Le regardant alors, je finis par basculer la tête en arrière en soufflant à nouveau, « Ok… », je n'étais pas en détresse car il me touchait, mais je l'étais bien car les sensations qu'il venait de provoquer dépassaient l'entendement. L'abstinence pouvait-elle justifier ça ? Non, il fallait vraiment que j'arrête de me cacher derrière une sexualité oublié. C'était lui qui provoqué ça, lui qui m'arrachait mes premiers soupirs de plaisir depuis des années, pas une femme, pas l'idée de coucher avec l'une d'elle. Abdiquant à nouveau, je retombais sur le canapé, mon bassin bougeant lui même pour appuyer ses attentions. Qu'on me blâme pour ce qu'on voulait, ce qu'il était en train de faire était bien plus bon que n'importe quoi d'autre.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2284
Points : 2317
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   Ven 22 Déc - 21:23
Pas de coup, pas de demande d'arrêter, même pas de réelle hésitation ne vinrent perturber Will dans ses intentions. Il attendit seulement d'obtenir un accord, aussi tacite soit-il, surprit même de recevoir une autorisation claire, pour se permettre de continuer son exploration plus intime de ce corps tout neuf qu'on lui offrait. C'était un pas de géant sur lequel il n'aurait pas parié deux minutes plus tôt ; mais s'il conserva un certain calme dans ses gestes au départ, déshabillant Elias tranquillement, se penchant sur son cas en lui laissant toujours quelques secondes pour accepter l'idée qu'un homme le touchait et l'embrassait où il ne l'aurait certainement jamais imaginé la semaine passée, dès qu'il ne craignit plus d'être repoussé, l'application de Will redoubla. Il ne prenait plus la peine de ménager le soldat dans le rythme de ses caresses, redevenant tout simplement lui-même, s'enivrant des réactions qu'il parvenait à tirer d'Elias. Soudainement transformé en bon soldat à son tour, Will consentit tout de même à ralentir le rythme à la demande d'Elias. Ce serait certainement de mauvais goût de le faire remarquer à voix haute, mais ça l'amusait réellement de le voir se débattre comme ça contre l'évidence et il aurait payé cher pour entrer une seconde dans la tête du soldat et savoir ce qui pouvait bien lui traverser l'esprit en ce moment. Mais à défaut de pouvoir lire dans ses pensées, il pouvait toujours l'empêcher d'en avoir une seule et il s'y employa de nouveau dès l'instant qu'Elias l'y autorisa.

Il trouvait satisfaction à voir l'homme s'offrir sans parvenir à lutter, à entendre son souffle devenir chaotique et son bassin se mouvoir pour plus. Une petite victoire grisante qui flattait l'ego de Will et le motivait à poursuivre ses attentions, dont il tirait un plaisir plus subtil que celui qui secouait visiblement Elias, mais dont il se satisfaisait très bien pour l'instant. Et puis, tout se précipita d'un seul coup, le goût acre du plaisir caressa sa langue alors que le corps d'Elias se tendait sous ses doigts, juste une seconde avant que la pression ne retombe finalement. Alors, Will s'éloigna doucement, appliquant des baisers plus légers sur la peau du soldat quand il remonta sur son ventre. Le canapé lui paraissait tout à coup beaucoup trop exiguë alors qu'il venait se glisser dans les bras d'Elias, cherchant son regard, un petit sourire arrogant au coin des lèvres. Était-ce encore trop pour se moquer ? Ça lui brûlait les lèvres, en tout cas.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3767
Points : 4293
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   Ven 22 Déc - 21:53
Je ne comprenais pas comme s'était possible, comment tous ça pouvait arriver. À mesure qu'il s'appliquait à s'occuper de moi, je sentais la pression monter d'un cran. Je commençais à perdre la tête, à perdre tout mes repères, si bien que je n'eus pas le temps de le prévenir. Tout le prit beaucoup trop d'ampleur et de vitesse, si bien qu'au moment même ou je sentis le plaisir monter en flèche, je fus frapper par une jouissance brutale, sourde, qui me priva de toute réflexion durant de longues secondes. Comment c'était possible ? Comment je pouvais perdre pieds au point d'atteindre l'extase sans même avoir pu l'anticiper ? Peinant à retrouver ma respiration, ses baisers m'arrachaient des frissons alors que ma conscience semblait prendre tout son temps pour revenir. Baissant les yeux sur lui je vis son petit sourire, et si j'avais pu avoir envie de lui demander de l'expliquer, j'étais pour le moment trop essoufflé. Refermant donc mes bras sur lui, j'attendis quelques minutes que mon coeur ralentisse sa course tandis que mes doigts glissaient négligemment sur sa peau, « Qu'est-ce qui te fait sourire ? », il y avait dix milles réponses mais le fait que je me sois planté sur toute la ligne et que je vienne de dépasser ça avec un homme devait-être une bonne réponse non ? Je m'en voulais d'ailleurs pas mal à ce niveau. Je ne pensais pas pouvoir perdre pied aussi facilement. Reposant ma tête sur le canapé, je soufflais alors, « Désolé de pas avoir… Prévenu. Quand j'ai réalisé c'était trop tard. », il n'avait pas l'air de s'en être offusqué au passage, mais je savais que certaine personne pouvait ne pas aimer. La moitié de mes ex par exemple. C'était dégradant et j'en passe alors que pour d'autre c'était simplement un signe de confiance.

J'étais presque dans un autre monde. Un monde ou on s'en fichait pas mal de tout ce qui venait de se passer. Un monde ou là, pour le moment j'étais nu comme un vers avec un mec sur moi. On aurait pu aussi penser qu'une fois passé, je n'aurais plus les mêmes envies, mais ce n'était pas le cas. La sensation demeurait et ce qui venait de se passer raisonné en échos dans ma tête. « T'es sur que c'était uniquement la leçon un celle là ? », finis-je par demander avec un calme et une sérénité qui ne m'était plus coutumière depuis longtemps. Rare était ceux ne l'étant pas après ce genre de chose, mais j'aurais pu paniquer, réaliser que je venais d'atteindre certains sommet avec un homme sauf qu'à la place, je l'avais fait avec Will. Il restait un inconnu sur beaucoup de point, mais je ne pouvais nier que l'attraction qu'il avait su créer était toujours là, et elle se nourrissait de mon manque flagrant de résistance.   

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2284
Points : 2317
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   Ven 22 Déc - 22:23
Le sourire du jeune homme s'étira considérablement à la question d'Elias à laquelle il ne savait même pas vraiment comment répondre. Pour un instant, quel immense honneur, le militaire venait de faire disparaître – un peu – le petit con pas si bien caché que ça. « Tu me fais sourire. Avec tes grands principes et tes certitudes. » lança-t-il quand même avant d'embrasser sa mâchoire. Et il arrivait encore à étirer un peu plus le coin des lèvres de l'ingénieur avec une nouvelle remarque, des excuses complètement ridicules, complètement inutiles. Un truc d'hétéro, sans doute. « J'ai pas vraiment besoin d'être prévenu, tu sais... Je sais comment ça fonctionne. » D'accord, il se moquait très clairement, mais un peu d'humour n'avait jamais fait de mal à personne et c'était encore le mieux pour balayer la gêne parfaitement inutile que pouvait ressentir le soldat.

Will se sentait étrangement léger, en fait et ça se voyait certainement, au-delà de ses sourires, à la manière dont il laissait ses doigts se promener au hasard sur la peau d'Elias, ses lèvres qu'il n'essayait même pas d'empêcher de se poser dans son cou régulièrement. Son euphorie ne devait pas peser grand chose dans la balance, il n'était pas vraiment satisfait lui-même, mais il fallait admettre une chose : ça faisait du bien quand même, juste de sentir une autre personne contre son corps, pouvoir parler tranquillement, sans arrière-pensée, sans chercher à remporter un affrontement quelconque, sans avoir besoin de se méfier de quoi que ce soit. La solitude qui lui pesait au quotidien restait bien sagement silencieuse habituellement, sauf là, maintenant qu'il ne l'était pas.

« T'apprends vite, ça a légèrement perturbé le programme de mes cours. » Tranquillement, Will se redressa après cette remarque, reprenant sa place au-dessus d'Elias pour embrasser de nouveau ses lèvres. Un peu, un peu plus. Il n'arrivait décidément pas à s'en passer et il eut à fournir un véritable effort pour s'éloigner. « Cela dit, je ne parle toujours pas un mot de japonnais. » Un nouveau baiser vint perturber le flot de ses paroles un instant. « Ça va ? » s'enquit-il, pas vraiment perturbé honnêtement. « T'as pas envie d'aller prendre une bonne douche froide pour comprendre ce qui t'arrive ? »

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3767
Points : 4293
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   Ven 22 Déc - 22:51
J'en étais sur, mais j'avais eu besoin d'une confirmation. Il était donc bien question de se moquer de mes principes et de mes certitudes qu'importe au final, je m'en fichais un peu. Il avait l'air détendu, comme moi, ses lèvres se perdent régulièrement sur ma peau alors que je m'excusais d'avoir… De ne pas avoir, plutôt, prévenu. Il affirma qu'il n'avait pas besoin d'être prévenu, sachant parfaitement comme sa fonctionnait. Souriant légèrement, je posais mon regard sur lui, remarquant ses traits bien plus détendu. Et frissonnant à chaque baiser qu'il déposait sur moi. J'avais l'impression d'avoir loupé quelques cours, ce à quoi il répondit que j'apprenais vite, si bien que j'avais légèrement perturbé son programme. Me redressant légèrement en même temps que lui, je prenais ses lèvres en otage autant qu'il prenait les miennes, jusqu'à ce que qu'il se coupe pour me rappeler qu'il ne parlait pas un mot de Japonais. Faux, il n'avait juste pas écouté. En même temps il n'allait pas aller loin avec ce que j'avais pu dire. « Mōshiwakearimasenga, watashi wa warui kyōshidesu, je suis assez nul comme prof… », et puis il chercha à savoir comment j'allais, à nouveau, me demandant si je n'avais pas envie d'aller prendre une douche froide pour comprendre ce qui pouvait m'arriver. Il était vrai que j'avais peut-être légèrement disjoncté la première fois, mais je pense avoir clairement dépassé ce stade aujourd'hui, « Ca va… Je vais rester ici pour le moment… », retrouvant ses lèvres dans un baiser chaste je laissais mes mains glisser sur lui, me dérobant peut à peu de ses lèvres pour son cou.

« Anata o onajiyōni suru tame no kyōkun wa nanidesu ka? », soufflais-je dans un sourire, conscient qu'il ne comprendrait rien. L'embrassant alors quelque seconde, je lui donnais les solutions, « Quelle est… », je retrouvais son cou que j'embrassais, « … la leçon… », remontant sur sa mâchoire « … pour te… », jusqu'à son oreille, « rendre la pareille ? », je ne comptais pas me démonter, pas après ce qu'il venait de faire, je ne serais peut-être pas en mesure de franchir toute les étapes maintenant, mais je pouvais au moins tenter de lui apporter ne serais-ce qu'un centième de ce qu'il venait de faire. Je ne serais de toute façon pas aussi à l'aise que lui, quoi qu'on apprenait en pratiquant non ? J'étais bien là, j'aurais pu rester comme ça, mais je voulais lui donner quelque chose, peut-être étais-je encore trop dans une mécanique qui ne correspondait pas à nos échanges, mais j'avais envie de tenter le coup.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2284
Points : 2317
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   Sam 23 Déc - 7:40
De manière à peine perceptible, le sourire de Will se figea tandis qu'Elias traduisait pour lui la proposition qu'il venait de lui faire en japonnais. C'était une surprise bienvenue, impossible de dire le contraire, mais une surprise quand même. Ils avaient été loin aujourd'hui, non ? Plus loin que ce que le soldat semblait prêt à offrir à peine quelques jours plus tôt. S'il lui fallait seulement quelques jours à chaque fois pour réfléchir avant d'accepter de faire un énorme bond en avant, les choses iraient peut-être plus rapidement dans le sens que Will espérait, finalement...Cette pensée le faisait tiquer légèrement, mais il ne savait pas vraiment s'expliquer pourquoi et se contenta pour l'instant d'offrir un regard très sérieux à Elias, comme s'il cherchait le piège caché dans cette offre plus que tentante.

Sauf qu'il ne trouvait rien ou qu'il ne voulait rien trouver, peut-être. Malgré lui, la seule idée de poursuivre leurs ébats avait ravivé la flamme encore manifeste de son désir et il avait envie de tenter sa chance. Il suffisait de garder à l'esprit qu'aucune victoire ne serait totale avant la fin et peut-être qu'il parviendrait même à ne pas être trop frustré si ça devait s'arrêter trop tôt... Ses mouvements pas mal entravés par ce canapé qui commençait à lui taper sérieusement sur les nerfs, le jeune homme entreprit donc d'inverser leur position, basculant en arrière en attirant Elias contre lui par un nouveau baiser, jusqu'à ce qu'il se sente aussi confortablement installé que possible. Il prit tout de même le temps d'un nouveau regard scrutateur avant de faire quoi que ce soit. « T'es pas obligé de faire quoi que ce soit, d'accord ? Je comprendrais. » se sentit-il obligé de préciser. Il comprendrait, oui, peut-être pas aussi sûrement qu'il l'aurait du, mais il essayait au moins. Profitant tout de même de l'occasion pendant qu'elle se présentait, il remua quelques secondes en tirant sur son boxer pour se dévêtir un peu plus avant d'enlacer Elias pour l'attirer contre lui.

Sa peau s'embrasait rapidement au contact de celle du soldat, c'était une torture à laquelle il était plaisant de se soumettre. « N'essayes pas de réfléchir. Tu sais ce que tu aimes, il y a de grandes chances que ça fonctionne aussi sur moi. » Jouer les professeurs improvisés se révélait peut-être un peu plus compliqué et moins naturel qu'il ne l'avait envisagé. Il fallait parler,exposer des évidences qui lui semblaient trop normales pour mériter d'être explicitées et il ne se sentait pas tellement légitime de guider Elias jusque dans ses gestes, pas dans ce sens là en tout cas. Alors il abandonna tout simplement l'idée, le laissant faire, prêt à aider un peu sans essayer d'imposer quoi que ce soit.


_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3767
Points : 4293
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   Sam 23 Déc - 11:46
Ma demande sembla le faire hésiter, si bien que le doute commença à prendre possession de mon esprit, il ne fallait pas que je réfléchisse, vraiment pas, sinon tout ça arrivait… Heureusement pour moi, ou pour lui, il m'attira à nouveau contre lui alors qu'il basculait en arrière, s'allongeant à son tours contre ce canapé avant de m'embrasser à nouveau. Je n'étais pas obligé de faire quoi que ce soit, car il le comprendrait, j'en doutais, pas a ce stade. Glissant mes lèvres sur sa mâchoire dans un geste qui se voulait rassurant, je répondis, « Ne me laisses pas le temps de réfléchir WIll… », ça avait le mérite d'être clair au moins. Qu'il continue de m'occuper, qu'il ne révèle pas l'importance de certaines choses. Le sentant bouger pour retirer son boxer, il m'enlaça à nouveau, faisant se toucher nos corps et les point sensibles de nos plaisirs respectif. Soupirant brutalement en prenant conscience de ça, je tentais de garder à l'esprit ce qu'il me dit. Ne pas réfléchir en effet, me rattacher à ce que moi j'aimais pour lui retourner les même attention, car il y aurait de grande chance qu'il y trouve son plaisir. Heureusement alors que je n'étais pas bizarre sinon il se serait retrouvé dans une position inconfortable. Me redressant alors, je l'embrassais une dernière fois sur la bouche tout en laissant glisser ma main entre nous, sur son torse, il m'y avait déjà guider, je n'avais qu'à y retourner de la même façon. Sentant son membre se révéler sous mes doigts, je le saisis dans un premier temps, m'habituant à cette chaleur entre mes doigts. Et puis, lorsque ce fut intégré, lorsque je pris enfin le pli de me détendre, je bougeais lentement, descendant les lèvres et reculant les genoux pour me retrouver dans une meilleur position. Je n'eus qu'à embrasser son bas ventre, tandis que ma main avait déjà commencé à lui porter tout les attentions du monde. J'étais fébrile loin d'être sur de moi. Mais j'avais dans la tête l'idée que je ne serais pas moi-même si je restais si passif.

Joignant mes lèvres à ma main, je reconnais avoir ressenti quelque chose d'étrange, une première fois de plus qui venait de se réaliser sans doute. Et puis je fis ce que j'aurais fait pour moi, maladroitement sans doute, mais la respiration de Will me guidait bien plus que je ne l'aurais cru, tout comme les réactions des son corps. C'était exactement comme avec une femme en réalité, il suffisait d'écouter l'autre, d'essayer des choses et de voir ce qui fonctionnait le plus. Ce qui donnait le plus de réaction. C'est ce que je fis, jouant avec la pression de mes doigts et ma langue, cherchant le rythme qui lui allait le plus. J'avais l'impression de faire des expériences, l'impression de vouloir prendre des notes. Ca ne devait pas être aussi plaisant pour lui que pour moi sans doute, car même si il réagissait de façon à appuyer certain geste, cela ne devait pas aller à la vitesse qu'il voulait. Pourtant, il finit par se tendre, se libérant de cette pression entre mes lèvres, ce qui m'importait le plus était bien d'avoir su y mener et non ce qui venait d'arriver. Il ne s'en était pas offusqué, pourquoi le faire ? Car c'était une nouvelle première fois de toute évidence, remontant vers lui en embrassant son torse, je me tenais face à lui, à quelques centimètres avant de lui dire, visiblement gêné, « Désolé d'avoir donné l'impression de faire des expériences, c'est juste que… Enfin tu vois. », quand on faisait le travail seul, on essayait d'aller vite et c'était sans doute pas le but ici et en plus je n'avais eu aucune idée de comment m'y prendre.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2284
Points : 2317
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   Lun 25 Déc - 22:42
On sentait une certaine hésitation dans les gestes d'Elias, un manque d'assurance qui perturbait un peu l'intensité du moment, mais Will parvenait très bien à l'ignorer pour ne se concentrer que sur les sensations qui le gagnaient peu à peu. Ça faisait longtemps, si longtemps qu'il n'avait pas senti d'autres mains sur son corps, de lèvres sur sa peau et cette chaleur monter lentement dans son ventre, prête à exploser pour se répandre dans tout son corps... que finalement les petits ratés ne représentaient plus rien. Ses yeux s'étaient fermés rapidement, sa tête renversée en arrière contre l'accoudoir du canapé, ses doigts crispés contre le dossier, dans les coussins et il retint son souffle quelques secondes, profitant du frisson qui résonna jusque dans ses os à l'instant où il sentit les doigts du soldat se refermer contre lui. Et puis, son souffle lui était revenu brusquement, par une inspiration bruyante, quand une nouvelle chaleur avait gagné sa peau, qu'Elias avait osé lui retourner vraiment la faveur qu'il venait de lui faire. Finalement, Will restait tranquille, il ne cherchait pas à se montrer un bon guide dans cette nouveauté, il profitait simplement. Ça n'était pas grand chose, ça n'était pas parfait, mais c'était un plaisir réel qu'il n'avait pas connu depuis trop longtemps et qui lui échapperait sans doute de nouveau à la fin de cette rencontre. Sa main avait fini par abandonner les coussins du canapé pour permettre à ses doigts de se mêler aux cheveux d'Elias, ses muscles décidant de se crisper presque sans son accord pour guider le soldat, l'encourager quelques fois, tour à tour impatient d'arriver au bout et désireux de prolonger le voyage.

Il s'était imaginé que ça en resterait là, à la chaleur grondante prête à se déverser dans ses veines sans y parvenir jamais et ça ne l'aurait pas trop dérangé. En fait, si, il aurait eu horreur de ça et ça l'aurait frustré pendant des heures, mais il y était préparé. Pourtant, ce ne fut pas le cas. À force d'efforts et de tentatives, Elias parvint à le libérer d'une tension qui devenait pesante et un feu brûlant se répandit dans tout son corps alors que chacun de ses muscles se tendaient. Il aurait peut-être du prévenir, le soldat s'étant senti tellement mal à l'aise de ne pas l'avoir fait, ça risquait d'être encore difficile à vivre d'être confronté au problème inverse, mais il n'en fit rien. Il faudrait bien que monsieur apprenne un jour ou l'autre, après tout. Ses épaules qui s'étaient relevées un peu retombèrent finalement contre le tissus rugueux du canapé et Will expira profondément avant d'être secoué d'un spasme bref, traversé du même frisson glacé qui le secouait toujours après l'orgasme. Le calme revint ensuite, alors que des baisers plus chastes caressaient sa peau et un grand sourire étirait ses lèvres lorsqu'il croisa le regard d'Elias, qui vint immédiatement gâcher ce moment de flottement parfait avec des paroles idiotes. « Va falloir que tu perdes aussi cette habitude de t'excuser pour tout et n'importe quoi. » souffla Will en levant les yeux au ciel, passant ses bras autour de l'homme pour le coller contre son torse et l'embrasser de nouveau. Au moins, avec ça, il allait peut-être se décider à se taire... ça n'aurait fait de mal à personne.

« Tu t'en sors bien, tu manques juste un peu de pratique... » lança-t-il dans un sourire, accompagnant ses paroles d'un nouveau baiser qui soulignait bien qu'il se portait volontaire pour cela. Il reposa rapidement sa tête contre l'accoudoir et ferma les yeux un instant, un sourire fin toujours imprimé sur ses traits, essayant l'air de rien de retenir la sensation de bien-être un peu plus longtemps. « T'as vraiment jamais eu de doutes avant ? » demanda-t-il, pensif. C'était tout de même assez difficile à croire vu la facilité avec laquelle il avait finalement sauté le pas, en fait.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3767
Points : 4293
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   Mar 26 Déc - 0:15
Perdre l'habitude de m'excuser pour tout et n'importe quoi ? J'avais l'impression d'être mauvais, alors forcement… Will avait un sourire assez étrange sur le visage, ce genre de sourire que je n'avais pas vu depuis longtemps et qui en fit naitre un sur le mien, me laissant attirer à nouveau contre lui, je laissais la pression et le stresse de ce qui venait de se passer retomber. Fermant légèrement les yeux, je l'entendais affirmer que je m'en sortais bien, même si il me manquait un peu de pratique. Vérité ou tentative d'être encourageant, je n'aurais sur le dire, mais j'accueillis ses lèvres avec plus de sérénité. Je ne pense pas après tout qu'il resterait sur le côté pour me voir progresser, mais passons. J'aurais pu rester totalement détendu si sa dernière question n'était pas venu tendre mes muscles. Jamais eu de doute ? Il ne fallait pas me faire réfléchir, sinon j'allais retraverser les mêmes moments de doute, j'allais paniquer et … Me redressant alors, je m'éloignais légèrement pour m'assoir sur le bord du canapé, bien plus nerveux qu'il y a quelques minutes encore. « Je sais pas… », ou je ne voulais pas savoir. C'était plus simple de se dire que c'était lui qui était à l'origine de tout ça. Lui qui avait crée l'envie, le besoin. Juste lui et non moi qui attendait ça. Fixant le mur face à moi, je passais une main sur mon visage, puis ma nuque alors que je reprenais. « Comme tout le monde j'ai du me chercher à l'école, au lycée… », la fac je n'y avais jamais été, mais quand à l'école je voyais des jeunes se cacher car aimant le même sexe, je ne pouvais pas m'empêcher de penser, de réfléchir à tout ça.

« Quand t'es capitaine de l'équipe de basket et que tu fais tomber toutes les pompom girls, puis que tu rentres dans l'armée et que t'en fais tomber d'autre, je suppose que tu te conditionnes pas mal à être comme ce qui t'entoures. », je faisais que supposer, j'étais en train de revoir ma vie à l'envers, comme pour comprendre tout ce que j'aurais du voir avant. Et puis il y avait eu aussi le fait d'être au moyen orient, moins la tête à ça, puis ici avec ce merdier, je n'avais pas spécialement eu l'occasion de me remettre en question. Je n'avais pas eu envie aussi. J'avais des cas de conscience en cet instant, douter à nouveau de tout alors que je venais très clairement de m'engager sur cette voie… Soupirant alors, je tournais la tête vers lui avant de reprendre, « Et personne ne m'a donné envie de douter après. », ou je ne les avais pas vu, c'était une possibilité aussi. J'étais du genre à ignorer tout ce qui m'arrangeait en sois, j'avais peut-être ignoré certaines évidence, certains signes. Dans tout les cas il venait de me replonger dans une tempête dont je me serais bien passé.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2284
Points : 2317
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   Mar 26 Déc - 0:46
Le corps d'Elias qui lui échappait créa un froid assez désagréable et, assez rapidement, Will se redressa à son tour, observant le profil du soldat en fronçant les sourcils. Ce qu'il pouvait être sérieux, ce type... En tout cas, c'était encore un peu trop tôt pour se moquer de lui comme ça, visiblement. Ok, tant pis. Pas sûr que Will parvienne à s'en empêcher réellement, mais bon. Il notait quand même l'information, tout autant que les autres que lui donnait Elias, sans parvenir à comprendre vraiment. C'était amusant, en fait. Ils semblaient avoir eu une expérience très similaire pour un résultat totalement différent. « J'me fichais toi, hein. » précisa-t-il tout de même, voyant bien que le pauvre homme partait dans un nouvel élan de panique pas du tout nécessaire à la situation. « Faut pas que tu te prennes la tête comme ça, surtout que je dis beaucoup de conneries, au cas où t'aurais pas encore remarqué. »

Il secoua la tête légèrement et se redressa finalement, se rhabillant un peu au passage, avant de faire quelques pas dans la pièce, jusqu'à s'arrêter un peu malgré lui devant la bibliothèque affreusement mal fournie de l'appartement. « C'est drôle, quand même. J'étais le même genre de mec que toi au lycée, on dirait et pourtant... Je pense que j'ai toujours plus ou moins su que c'était pas mon truc, tu vois. » Tout en parlant, il s'était mis à caresser la tranche des livres un à un, récoltant plus de poussière qu'autre chose, mais qu'importe. « Comme quoi, c'est pas juste une question d'être influencé par son environnement. Enfin bref...  » Abandonnant sa contemplation très inintéressante, Will se retourna finalement pour observer Elias, passant une main dans ses cheveux en réalisant qu'il se sentait un peu mal à l'aise d'un coup. Pas tellement mal à l'aise, en fait, mais juste... Qu'il avait l'impression que le moment était passé et il n'était pas très doué pour gérer l'après, les câlins et les sourires idiots jusqu'à ce qu'on soit obligés de tourner la page et de reprendre le cours de sa vie. Mais il se voyait mal pousser Elias dehors l'air de rien pour s'éviter ça, ils n'étaient pas chez lui et bon... Il avait un peu de mal à se situer dans ce qui se passait entre eux, en fait. « Détends-toi, y a pas mort d'homme. » relança-t-il encore une fois, comme s'il espérait que ça suffirait à apaiser sa propre nervosité. « Qu'est-ce que tu veux faire, maintenant ? T'as encore de ces rations infect que tu m'as donné l'autre fois ? »

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3767
Points : 4293
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   Mar 26 Déc - 1:10
J'étais réellement premier degré, c'était affolant, comme s'était affolant de parler autant entre nous. Secouant légèrement la tête à sa propre remarque, je le regardais se relever pour remettre quelques vêtements sur lui, enfin son boxer, avant d'en faire de même après une rapide recherche. Je me sentais moins nu, moins… Dans une situation que je ne maitrisais pas. Et puis, il se confia, enfin confia, vite fait, mais il révéla avoir été le genre que moi au lycée, toutefois il ne s'était pas mentit à lui-même de toute évidence. Levant légèrement les yeux au ciel à sa remarque, je tournais enfin la tête vers lui. Pas seulement une question d'influence… Je n'étais pas certain d'avoir la même histoire alors il ne pouvait pas l'affirmer. Il y avait une sorte de tension entre nous, comme à chaque fois je ne prenais peur en quelque sorte. Il se sentit alors obligé de me rappeler que personne n'était mort, avant de me demander ce que je voulais faire ou si il me restait encore des rations infects de la dernière fois. Souriant doucement, je le fixais doucement, reprenant alors, « Tu sais que vu que je les fais moi-même c'est un peu vexant ? », me levant malgré tout, je m'avançais vers mon sac, l'ouvrant avant de tirer un sac avec cinq ou six rations qui lui était destiné à la base, le reste étant mes réserves de secours. Elles étaient un peu plus grosse que d'habitude, il pourrait faire deux repas dessus si il se retenait un minimum. Même si après l'avoir regarder quelques instants, il était certain que reprendre un peu de poids ne serait pas du luxe. Posant donc le sac sur la table, je sortis le tout avant de le regarder à nouveau, « À défaut d'avoir de l'humour, je sais anticiper quand quelqu'un à faim, même si c'est infect. ». Mais de toute façon avec l'époque que nous traversions, je pense que tout était bon à prendre. « Elles sont pour toi. », indiquais-je si toutefois il en doutait, je ne jouais pas avec la survie des gens. Je jouais certes avec mon confort car je n'allais pas manger subitement pour deux, et donc je devais forcement, restreindre certaines choses, ou prendre plus de nourriture sur mon chemin, mais ça restait pour lui.

Reculant de quelques pas, je retrouvais mon sac, prenant mon t-shirt posé à côté pour le remettre, j'avouais qu'en cet instant, le fait d'être presque nu, toutes les cicatrices habillant mon corps, mon tatouage et les souvenirs qu'il représentait, me donnait l'impression de me révéler un peu trop. Prenant place sur un fauteuil est le fixant, je trahissais une certaine anxiété, non pas à cause de lui, mais à cause de ce que je faisais, sortir en douce pour venir ici, mentir sur mes départs, revenir bredouille aussi… J'avais intérêt à tirer un truc ou je sais quoi sinon Logan allait finir par ce demander ce que je pouvais foutre des journées entières dehors. Et il aurait raison de se le demander, car je n'étais pas moi-même au courant de ce que j'attendais. « Manges pour le moment, j'ai de l'eau aussi si tu veux. », ajoutais-je en me penchant pour tirer une bouteille abimé et lui lancer. Pour la suite on verrait en temps voulu.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2284
Points : 2317
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   Mar 26 Déc - 1:36
Quitte à devoir rester là à laisser le malaise s'installer, autant rajouter un peu d'agréable à tout ça, non ? La manière dont Will demandait était très... Will, mais il n'en restait pas moins qu'il gardait un souvenir vraiment agréable d'avoir eu de quoi se nourrir la première fois qu'il avait croisé Elias. Et oui, il espérait que ce soit encore possible cette fois aussi. Ce à quoi il ne s'attendait pas, en revanche, c'était de voir le soldat lui sortir une belle petite réserve de rations, toutes pour lui comme monsieur le soulignait bien. Will observa l'homme un instant sans rien dire, pas certain de savoir comment le prendre. Il se fichait bien d'avoir semblé à ce point affamé, il l'était et ça se voyait, d'un autre côté, c'était logique aussi vu la vie assez hasardeuse qu'il menait ces temps-ci. Mais qu'Elias ait prévu tout ça pour lui, c'était... un peu trop gentil, non ? Un peu étrange, en tout cas. « Merci. » souffla-t-il très simplement, comme rendu soudainement muet par une telle attention qu'il ne croyait pas mériter, honnêtement. « T'aurais pas du. » D'autant plus qu'il avait déjà mangé aujourd'hui, mais ça rattrapait pas mal le calvaire de la veille où il n'avait rien trouvé.

Il n'était quand même pas timide lorsqu'il s'approcha de la table pour prendre une ration et encore moins lorsqu'il retourna se poser dans le canapé pour la manger. Il essaya quand même d'avoir un peu plus de classe que la dernière fois, mais quand bien même il s'amusait à critiquer le goût, c'était franchement agréable. Et l'eau... Y avait-il quelque chose de mieux au monde que de l'eau ? La bouteille fut à moitié vidée assez rapidement, mais une fois désaltéré, Will se décida quand même à se calmer un peu, reposant tout ça sur ses genoux pour relever les yeux vers Elias. « Le tatouage que t'as sur le torse, ça vient d'où ? » demanda-t-il, après un moment beaucoup trop long à le regarder sans rien dire. Faire la conversation devenait assez difficile, étrangement, alors aussi bien rester fidèle à lui-même et continuer d'assimiler des informations plus ou moins intéressantes, plus ou moins importantes.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3767
Points : 4293
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   Mar 26 Déc - 2:04
Il avait l'air perdu, ou surprit par ce qui venait de se passer, je n'en savais rien. Mais il me remercia tout simplement, m'affirmant que je n'aurais pas du. Certainement. Dans un sens je risquais un peu à sortir de la nourriture pour quelqu'un qui n'avait pour le moment pas sa place au camp. Je n'étais pas du genre à mentir, ni à voler en soit et j'allais devoir trouver un moyen de le faire revivre sans que cela soit suspect. A Fort Hope, on aidait la communauté, c'était pour ça qu'on avait autant de confort, seul on allait vite, ensemble on allait loin. Mais ramasser tout les animaux blessés pour les soigner, je n'étais pas certain que ca passe entre nous. Le regardant donc prendre une ration avant de revenir dans le canapé, commençant à la dévorer avant de réceptionner la bouteille et boire une longue gorgée. Il y eut alors un silence, sentant son regard sur moi, je constatais qu'il ne mangeait plus, qu'il me fixait simplement. Il y avait un problème ? Il s'expliqua rapidement, me faisant alors baisser les yeux sur mon torse couvert, une main s'était naturellement posé dessus, le touchant à travers le vêtement avant qu'un sourire ne traverse la barrière de mes lèvres. « D'une longue histoire entre ma meilleure amie et moi… Juste avant que je parte au Moyen Orient. », j'avais été nu devant lui, il n'y avait aucune chance qu'il est loupé tout ce qui ornait mon torse depuis quelques années déjà. Contrairement à Will qui de toute évidence n'avait pas eut besoin de se marquer à vie. Sauf qu'elle et moi, c'était à la vie à la mort, et aujourd'hui je n'avais aucune idée de ce qu'elle était, vivante ? Morte ? Les deux ? Je ne savais pas ce que je préférais dans le fond, vivre dans cette merde, être morte, ou avoir fini par se relever. La dernière n'étant pas une option…

« Il y a une grande bibliothèque à quelques kilomètres d'ici, les gens n'ont pas trop saccagés les lieux… », soufflais-je alors. Il semblait obsédé par les livres, que ce soit du japonais la dernière fois ou ici la bibliothèque, il n'arrêtait pas d'y revenir. Il était clair qu'il avait bien plus d'affinité avec la littérature que moi, et il semblait aussi évident qu'il avait du mal à s'en passer. Que ce soit pour passer son stresse ou l'ennuie, il semblait toujours y revenir. Et si il n'avait pas dit grand chose à son sujet, je ne pensais pas me tromper en lui parlant de ça. Encore faudrait-il y aller, ce n'était pas évident vu la zone, mais j'avais su y pénétrer quelque fois pour prendre des livres d'utilité publique, genre médecine, anatomie, survie, faune, flore. Ce n'était pas pour moi, mais je savais à peu près ou chercher, même si soyons honnête, il ne semblait pas du genre à chercher le nom de toute les plantes au sol pour savoir lesquels étaient comestible ou non. Enfin tous ça pour dire qu'il y avait une bibliothèque… Je faisais bien plus attention aux détails avec lui qu'avec d'autres...

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: "I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will   
 
"I'm seeing the pain, seeing the pleasure" will
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Michigan State :: Zones nettoyées :: Détroit [Nord-Est]
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération