Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #24 : Février 2018
Recherche de RPJared Davis
RP Libre ft. Aube Greer

Et si vous deveniez un gladiateur des temps modernes ? L'arène de combat n'attend plus que vous !
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Event #5) Run or Die

In Your Flesh :: Walking on the Streets :: N.I.H Virology Center of Detroit

 All along the watchtower

I walk a lonely road
Lazare BowmanI walk a lonely road
avatar
Messages : 60
Points : 310
Date d'inscription : 27/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: All along the watchtower   Ven 29 Déc 2017 - 21:35
All along the watchtowerft. Bernadette Mackenzie

Courir. Encore et encore. Quelle idée ai-je eu de laisser ma voiture pour me perdre dans ce quartier de Détroit ? Cela va bien faire un quart d’heure que je m’essouffle à mettre de la distance entre ces morts et moi. Et chaque fois que je pense être peinard, il en apparaît de nouveau. C’est sûr, mon coloc’ va me tuer, si je ne meurs pas avant… Je tiens fermement mon arme dans la main. Je finis par trouver refuge dans une boutique de pêche et prends le temps de reprendre mon souffle, m’appuyant contre la porte, pour la retenir de ces morts qui frappent. « Si c’est pour un calendrier, j’ai déjà donné, mes chéris ! » Sans doute la phrase de trop qui a réveillé le mort qui somnolait dans l’arrière-boutique. Ce dernier s’approche, et son râle diabolique me fait me retourner. Il doit être là depuis une paye ! Oh mais attends voir… C’est… un nid d’araignée qu’il a dans la bouche ? Mon crie déchire le silence à peine ponctué par les gargouillis mortuaires de ces pourrissants. Je me sens pris au piège, tandis que le mort-mygale s’approche de moi, dégueulant ses nouveau-nés à huit pattes. Je suis au bord de l’AVC. Il s’avance dans l’une des allées offertes par l’unique étagère centrale sur laquelle se trouve des appâts en décompositions et autre ustensile de pêches. Je me précipite dans la seconde allée avant qu’il ne soit trop tard, mais déjà la petite horde s’empresse d’enfoncer la porte pour rejoindre la fête.

Je me précipite dans l’arrière-boutique, étant ma seule chance de ne pas succomber immédiatement. L’odeur est infâme. Un mélange de corps en décomposition et de poissons évidé depuis des années que l’on aurait laissé pourrir. Je ne retiens pas mon estomac de déverser son contenu sur le plancher, en tentant de bloquer la porte de mon corps. Mais déjà ils la martelaient. Mon regard se porte sur l’unique fenêtre, située en hauteur. Je me jette vers cette dernière et attrape un tabouret. Je grimpe dessus, ouvrant la fenêtre et tente de grimper. Mais le tabouret bancal tombe. Et les morts s’approchent dangereusement. Je tire sur mes bras pour me hisser tant bien que mal, les larmes aux yeux. Je vois ma vie défiler devant moi, lorsque l’un d’entre eux pose sa main en décomposition sur ma cheville. Mais je parviens finalement à passer, arrachant et emmenant avec moi la fameuse main. J’atterris dans les poubelles d’une ruelle. Je m’en extirpe rapidement, secouant le pied pour me débarrasser du membre du mort. Je me dépêche de courir pour refermer la porte de la boutique. Ces cons de morts ne savent que repousser les portes mais pas les tirer. Je reprends mon souffle et essuies mes larmes dans ma manche. Mais l’odeur rebutante de l’arrière-boutique a imprégné le tissu.

Je me dépêche d’ôter ma veste, ma chemise et mon pantalon pour les mettre en boule et les jeter plus loin. J’analyse la situation. Me voici en chaussure de cuir italien et en caleçon, seul, dans une rue et avec seulement un flingue pour me défendre… Heureusement que nous ne sommes pas en hiver ! Et qu’il ne semble pas y avoir de mort dans les parages. Je déambule dans la rue dans cette tenue, avec une pointe de honte. Je tombe sur la rivière que je longe jusqu’à tomber sur un institut de recherches. Je m’approche de ce dernier et frotte la vitre de la porte d’entrée pour voir s’il y a quelconque signe de vie -ou plutôt de non-mort- à l’intérieur. Je frappe après la porte. « Il y a quelqu’un ? Si oui… Faites-moi entrer ! Je suis nu et j’ai besoin d’une douche et… Et j’ai peur ! » dis-je en me retenant de pleurer qu’à moitié.


Knowledge can change our fate
Bernadette MackenzieKnowledge can change our fate
avatar
Messages : 51
Points : 401
Date d'inscription : 22/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: All along the watchtower   Sam 30 Déc 2017 - 19:13
Le temps est assez difficile à tuer dans ce laboratoire. J'ai comme l'impression que je vais encore devoir me trouver une nouvelle occupation pour pouvoir espérer trouver le temps moins long. Normalement, Maxwell devrait revenir bientôt mais, le souci c'est que je ne sais pas vraiment dans combien de temps. Quant à mon capucin, Marley, il doit encore être partit tenir compagnie à Hannah ou Clarice. Donc voilà comment je me retrouve une nouvelle fois en mode solitaire dans le Laboratoire ! Bref, je vais faire un petit tour une nouvelle fois du propriétaire. Normalement, Diana, l'ancienne médecin de cet endroit devrait venir me rendre une petite visite pour voir si tout va bien avec moi. Enfin surtout pour voir si je me suis bien remise en forme. Honnêtement, je crois que dès que j'ai son approbation... Je risque de rejoindre Fort Hope pour de bon cette fois. Au moins je serais sur et certaine d'être en sécurité là-haut. Façon j'ai pas tellement d'autre endroit où me réinstaller vu que d'après Maxwell la maison que j'avais avant d'être enlevée ne ressemble qu'à une simple ruiner de l'ancien temps. Donc je crois que mon choix va vite être régler ! Puis pour mon futur bébé, je pense que cela sera le mieux. Après tout c'est normal que Maxwell soit toujours au côté de son bébé.

De base, je ne devrais pas fumer... Une fois enceinte devrait arrêter totalement mais, pour le coup... C'est beaucoup trop difficile de résister à la tentation. Je prends le paquet de clope que j'ai toujours en poché pour me l'allumer dans l’entrée du laboratoire. Lorsque j'entends quelqu'un frapper à la porte fenêtre, je sursaute en laissant tomber ma clope au sol. Bon visiblement, même le destin a décidé que je ne fumerais pas aujourd’hui ! Je récupère la clope pour la remettre dans son paquet, puis je m’approche de la porte d’entrée alors que la voix de la personne à l’extérieur se fait entendre. Qu’est ce qu’il peut bien foutre à poil à l’extérieur ? Bonne question ! Après, je finis tout de même par ouvrir la porte, sa voix me donne bien la sensation qu’il est apeuré à l’extérieur. Je ne sais pas si j’ai le droit mais, je vais essayer de faire cela en secret. A l’abri du regard des autres.

« Entrez mais, ne parlez pas trop fort. » Dis-je en le laissant passé. « Je ne sais pas si j’ai le droit de vous laissez entré mais, je ne peux pas vous laissez ainsi. »

Puis sans m’en rendre vraiment compte mes yeux de rives sur le corps dénudé de cet homme. Je ne finis pas secouer la tête puis, je referme la porte derrière moi.

« Qu’est ce que vous faites à moitié à poil dehors ? »
Demandai-je sur un ton curieux. « Au faite, je me présente, Bernadette ou Bernie, c’est comme vous voulez. »
I walk a lonely road
Lazare BowmanI walk a lonely road
avatar
Messages : 60
Points : 310
Date d'inscription : 27/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: All along the watchtower   Lun 1 Jan 2018 - 23:44
All along the watchtowerft. Bernadette Mackenzie

Une femme apparaît dans le hall du labo, ouvrant la porte, et me demandant de ne pas parler trop fort. Mon corps encore de ma dernière rencontre avec les zombies. Elle me laisse entrer et je me tiens comme un penaud de l’autre côté de la vitre. Elle me demande déjà ce que je fais à moitié nu, pour finir par se présenter. « Bernie? Dire qu’on se moquait de mon prénom… » dis-je d’un murmure à peine audible sauf par moi-même. Je lui tends la main. Une fois qu’elle saisit la mienne, je fais la révérence, déposant un baiser sur le dos de ses phalanges. A moitié nu, mais toujours aussi gentleman. « Lazare Bowman. Pianiste, producteur, et sans doute le meilleur organisateur de fête du grand Détroit. Enfin… ça c’était avant. » Je m’arrête et reviens sur sa première question. « J’étais dans une boutique de pêche à me planqué des morts, mais l’odeur du poisson… Sans compter les traces de sang sur mes vêtements. Ils sont loin d’être aussi propre que dans les films, ces zombies ! » Je fais un sourire bien assez vite balayé par la peur qui n’est pas tout à fait éteinte. « Vous auriez de quoi vous laver? Genre… Une douche, un bain, un spa… Je n’en sais rien… ? Des vêtements peut-être ? N’importe quoi qui me fasse oublier cet épisode catastrophique ! » Je remarque son ventre bien trop gonflé pour que ça soit dû à de la nourriture. De nos jours on a pas autant de rondeur uniquement sur cette partie du corps. Et en général, on prend plus facilement des fesses et des cuisses. « Oh… Mince alors. Ça existe encore ça? Je pensais que cette épidémie avait enfin pour bon côté de nous rendre stérile… » repris-je dans un murmure une nouvelle fois adressé par moi-même.

Je regarde les lieux. Il y a l’air d’avoir du passage. Une femme enceinte ne serait pas recluse. Déjà que c’est une erreur monumentale de se faire engrosser. Si en prime, c’est pour affronter ce monde seul, autant se tirer une balle ! Exit les risques que cela représente, ces morveux braillent tout le temps. Et hors de question de chercher une baby-sitter dans le bottin ! Aucune ne répondra ! J’ai bien assez souvent essayé d’appeler le service de livraison à domicile de sushi. Une fois, j’étais si désespéré que j’ai appelé un de ces kébabs. Rien y faire. L’apocalypse n’a épargné personne. Pas même les fast-foods. Oh tiens, ça ferait une bonne blague ça. Quel est le problème des morts ? Les fast-foods ! Je me retiens de me marrer tout seul devant elle, et détourne mon regard inquisiteur de son ventre.



_________________



Knowledge can change our fate
Bernadette MackenzieKnowledge can change our fate
avatar
Messages : 51
Points : 401
Date d'inscription : 22/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: All along the watchtower   Ven 19 Jan 2018 - 21:58
Une fois l’homme à moitié à poil entrée, je me présente et je lui pose quelques questions par la même occasion. Car, pour le coup… Enfin, ce n’est pas tous les jours qu’on voit une personne se promener à poil à l’extérieur ! De moins, ce n’est pas vraiment trop recommandé. Comme le fait d’être enceinte de nos jours mais, pour le coup c’est un choix que j’ai fais avec Maxwell. Puis avant je vivais juste à côté de la clinique d’Alair. Cela me fait penser que je devrais demander à Max de prévenir Bobby que je suis au Laboratoire. Lorsqu’il me tendit la main, je viens la prendre mais, je ne suis pas spécialement attendue à ce qu’il vienne embrasser mes phalanges. D’ailleurs, je crois qu’il est bien le seul à me l’avoir fait. Mais, je ne sais pas vraiment comment le prendre vu qu’il n’est qu’en caleçon. Et pour le coup, je suis bien contente que mon homme ne soit pas dans les parages. Bref, je l’écoute se présenter puis m’expliquer ce qu’il s’est passé juste avant qu’il n’arrive devant la porte d’entrée du laboratoire. Je lui adresse un léger sourire avant de lui répondre : « Enchanté. Et je vois un peu le truc. » Bon perso, je ne me serais surement pas déshabillé pour cela mais, bon. Suite à sa question, je viens à réfléchir un petit moment avant de lui dire : « Nous avons des douches et je peux vous trouver des vêtements propres. Par contre éviter de vous faire remarquer, je ne sais pas vraiment s’y accepte aussi facilement les étrangers ici. Je suis arrivé il n’y a pas très longtemps donc bon. »

Je lui fis un signe de tête pour le faire venir avec moi. Je vais l’emmener dans les douches et pour les vêtements, j’irais voir ce que je peux trouver. Peut-être que je vais lui filer des vêtements d’Abel... Enfin je verrais bien. « Vous êtes seul à l’extérieur ou vous faites partit d’un groupe ? » Peut-être qu’il est de Fort Hope, cela fait plusieurs mois que je n’ai pas mis les pieds là-haut. Après un court parcourt dans les couloirs du laboratoire, nous arrivons dans les douches. Une pièce avec des douches séparés. Je viens à ouvrir l’armoire où son ranger serviette et nécessaire de toilette : « Voilà, servez-vous. Nous avons l’eau courante mais, il n’y a pas d’eau chaude pour le moment. »
I walk a lonely road
Lazare BowmanI walk a lonely road
avatar
Messages : 60
Points : 310
Date d'inscription : 27/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: All along the watchtower   Ven 2 Fév 2018 - 22:20
All along the watchtowerft. Bernadette Mackenzie

Je l’écoute attentivement. OK! Je dois monter mon niveau de discrétion. Je regarde de chaque côté, à peine les mots de mon hôtes prononcés. « T’en fais pas! J’ai eu un déguisement de Ninja pour une soirée d’Halloween, il y a quelques années. Ce que j’ai consommé ce soir-là m’est monté à la tête. Le pire bad trip de toute ma vie ! J’étais convaincu être un vrai Ninja ! Pas pour rien qu’après ça, j’ai toujours opté pour des déguisements plus... simples. Du style Albert Einstein. » l’informais-je en la suivant. Elle me montre les douches. Je fais un signe de tête lorsqu’elle me parle de groupe et d’extérieur « Euh… Je peux juste être plus habillé pour ce genre de questions ? Parce que je ne suis clairement pas sûr que je sois crédible si je dis que j’ai survécu quasiment seul jusqu’ici. Bon ok… J’ai mon viking de poche, mais il n’est là que depuis trois moi ! » réponds-je à sa question, tout en matant l’intérieur de l’amour qu’elle venait d’ouvrir.

Je me fige quand elle me dit qu’il n’y a pas d’eau chaude et relativise. « Il faut savoir souffrir pour être beau ! Et vu que j’ai un prénom de martyr, autant dire que je suis juste méga canon… » J’espère que Lazare était un martyr. Je n’aurai pas dû sécher les cours de catéchisme. Je n’ai pas l’air fin, si je me suis planté sur l’histoire du deuxième Lazare connu. Le plus célèbre n’étant autre que moi, évidemment. « Euh… Je vous proposerai bien de m’accompagner pour cette douche, mais au vu de votre… Enfin vous savez… Votre… Ventre quoi… Je présume que les douches ne sont pas si spacieuses… » Je fixe la boule énorme qui lui sert de ventre.

« Dites… Je ne veux pas être insultant surtout, mais… Vous êtes bien enceinte, pas vrai ? Non parce que si c’est pas le cas, je suis très franchement désolé de l’allusion que je viens de faire… » Je grimace me disant que j’ai peut-être été trop loin dans mes propos. Et puis si elle est enceinte, ça n’est sans doute pas arrivé tout seul, comme par enchantement. Le père ne doit pas être loin. Ça le ferait moyen, comme approche, de débarquer ici pour coucher avec l’une des leur…


_________________



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: All along the watchtower   
 
All along the watchtower
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération