Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #29 : Juillet 2018
Recensement Recensement #5 en cours
Animation trimestrielle #1 Changez de sexe !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Cet été sur In Your Flesh, réalisez votre rêve d'enfant et devenez dresseur Pokémon ! Pour les attraper tous, ça se passe ici
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - préambule : Welcome to Detroit > A lire ici

In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Détroit

 Shit happens

avatar
Messages : 90
Points : 665
Date d'inscription : 29/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Shit happens   Mar 2 Jan - 0:57


Dernière édition par Tasha Walsh le Jeu 4 Jan - 1:04, édité 7 fois

Tasha et Lazare

Shit Appens

Détroit. Si un jour on m’avait dit que je m’installerais dans cette ville pourrie, j’aurais très certainement éclaté de rire. Je n’ai jamais été faite pour les villes, encore moins pour une foutu ville américaine! J’ai grandis en campagne, j’y ai appris la chasse, la survie en forêt et le pistage. Des compétences, qui s’avèrent peu pratiques dans ma situation. Encore heureuse que je sache manier l’arc. C’est notre père qui avait insisté pour descendre aux États-Unis plutôt que de monter au Canada. Certains membres de sa famille habitaient dans le coin, il espérait certainement les retrouver. Malheureusement ça n'arrivera plus, maintenant. Il est mort avant de se rendre en ville, comme pratiquement tous mes proches. Et voilà que je me retrouve à Détroit, à longer les rues parfois bondés de rôdeurs et à me cacher d’un bâtiment à l’autre.

Il ne me reste plus qu’une seule conserve de nourriture. Des pois chiches en plus! C’est franchement immangeable, mais il faut bien se nourrir. D’ailleurs, je sais que je dois repartir pour trouver de la nourriture et ça ne m’emballe pas trop. C’est carrément dangereux de se déplacer ici, alors je préfère l’éviter quand c’est possible. Mais là, je n'ai pas le choix. Je quitte alors la petite maison où je m’étais réfugiée, pour me glisser dans les rues périlleuses de Détroit. L’odeur nauséabonde me fait grimacer. Les villes ont toujours puées, mais là c’est encore pire! S’il n’y avait pas ce petit espoir qu’un jour je retrouve mon frère parmi ces ruelles puantes, il y a longtemps que je les aurais quittées!

Alors que je longe les murs, tout en essayant de me montrer discrète, j’aperçois une petite épicerie au loin. Elle a certainement été pillée à plusieurs reprises, mais je décide tout de même de tenter ma chance. Alors que je m’en approche doucement, un bruit attire mon attention. Brusquement je me retourne pour apercevoir un fichu rôdeur à même pas deux mètres de moi! Mais comment ai-je pu le manquer, celui-là?! Je bondis en arrière, attrapant aussitôt une flèche et brandissant mon arc. La flèche a vite fait de filer à toute allure, puis d’aller se planter dans le crâne pourri de cette créature. Je soupir. Il va falloir que je me montre plus prudente.

M’avançant vers le cadavre, je me penche sur lui avant de poser un pied sur son visage et d’y retirer ma flèche d’un geste brusque. Je souris en voyant qu’elle n’est pas abimée et je la replace dans son carquois. C’est alors que je lève la tête et que j’aperçois des rôdeurs qui se dirigent vers moi. Une horde entière de rôdeurs! Il y en a tellement que c’est tout simplement impossible de tous les tuer. Je dois fuir. Je prends alors mes jambes à mon cou et je me dirige vers la rue, qui était, jadis, surement la plus empruntée. Il y a des morts qui semblent arriver d’un peu partout! Je tourne à gauche et je débouche enfin sur cette grande rue. Mais là encore, il y a des rôdeurs qui se dirige sur moi! Bordel! Je commence vraiment à être dans la merde là!

avatar
Messages : 96
Points : 413
Date d'inscription : 27/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shit happens   Mar 2 Jan - 1:27
Shit happensft. Tasha Walsh

Les rues de Détroit sont beaucoup plus marrants qu’avant. Ces déchets et voitures abandonnées sont un véritable terrain de jeu ! Slalom par-ci, dérapage par là… Je trouve ça beaucoup plus marrant. Et je suis toujours en quête d’un endroit où vivre. Pour le moment on est dans un motel miteux avec Dwight. Ça ne va pas durer. On s’engueule tout le temps. Un véritable couple de vieux ! J’aimerai me rapprocher de Détroit, de ses bars encore emplis d’alcool. Lui veut aller vivre à la campagne, cultiver la terre, élever des chèvres ! Mais une chèvre, c’est nul !! Son lait est imbuvable et sa viande est dure ! Immangeable ! C’est tout juste bon à les faire se reproduire !... Oh, non Dwight… pas ça ! Je n’espère pas qu’il veuille aller à la campagne pour… Trop tard, j’ai l’image en tête ! C’est malin ça ! Fort heureusement, ma vision se rattrape. J’avais ralenti de rythme depuis quelques rues. Trop blindées. Et mes pensées pour ces pauvres chèvres me perturbent. Cette allure me permis d’admirer une jolie paire de fesses en pleine action en train de courir. Je m’avance un peu pour arriver à sa hauteur et roule à son rythme. « Eh bien alors, ma chérie? Tu as le feu au cul ? Enfin… Je dis ça, ce n’est pas un reproche ! Au contraire ! » dis-je, en jetant un nouveau regard à ses fesses. Elle n’a pas le temps de répondre que je reprends déjà « Oh mais attend… Tu es une véritable américaine à ce que je vois. Toi comprendre moi ? »

Mais vu son regard, je suppose qu’elle m’a bien compris. Je regarde dans mon rétro et voit la horde. Mon sang se glace et je pille. « Ok, j’ai pigé. Grimpe. On se tire d’ici et en vitesse… La prochaine fois que tu rencontres quelqu’un, commence par dire que tu as des … Ces choses aux trousses ! » Pas la peine que j’ouvre la portière passager, l’avantage de la décapotable. Etrangement, mon attention n’est plus du tout porté sur ces fesses. Je devine à son arrêt sur image qu’elle hésite. J’espère qu’elle ne compte pas me tuer pour me voler ma voiture ! Elle ne pourrait jamais ravoir les cuirs de mes sièges après ça. « Grimpe, je te dis ! Je ne vais pas te manger ! C’est à peine si je suis capable de tuer une araignée, alors une humaine… »



_________________



avatar
Messages : 90
Points : 665
Date d'inscription : 29/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shit happens   Mar 2 Jan - 2:13


Dernière édition par Tasha Walsh le Jeu 4 Jan - 1:04, édité 2 fois

Tasha et Lazare

Shit Appens

Alors que je cours à toute allure, une espèce de crétin en voiture s’arrête à mon niveau pour me balancer les conneries américaines habituelles. Non mais qu’est-ce qui lui prend? Il n’a pas vu la horde de rôdeurs qui me court après?! Apparemment non, puisqu’il prend même le temps de mater sans vergogne mon fessier. Rien ne m’étonne plus avec ces américains! Je ne peux m’empêcher de rouler les yeux et de soupirer. Son regard change soudainement, alors qu’il aperçoit enfin la horde à travers son rétroviseur. Il me semble qu’il en a blêmit. Je crois même qu’il a dû faire dans son pantalon hors de prix! Il m’invite à monter dans sa voiture. Je me fige l’espace d’un instant, je n’ai pas confiance en lui. En même temps, est-ce que j’ai vraiment le choix? La horde s’approche et il est ma seule chance de m’en sortir. Il tente de me rassurer en me laissant savoir qu’il peine à tuer une simple araignée. Je n’arrive pas à retenir un petit rire amusé. Mais comment cet imbécile as-t-il pu survivre à tout ça!? Si ça se trouve, il me ment, mais je n’ai plus vraiment le temps d’y réfléchir.

Je saute alors dans sa voiture, manquant de tomber à la renverse sur lui. Bon, les acrobaties c’est pas trop mon truc. Je me redresse pour m’assoir, à bout de souffle d’avoir autant couru. Heureusement qu’il ai débarqué celui-là! J’espère juste qu’il ne tentera rien de stupide, je ne suis pas du genre à me laisser faire.

- Bon okay, foutons le camp d’ici, espèce de crétin!

Lui balançais-je, un sourire au visage.

J’ai peut-être l’air plutôt détendue comme ça, mais je reste sur le qui-vive. Les Hommes ne sont pas toujours dignes de confiance. Celui-là m’a l’air du type ''Americain’s dream''. Un idiot en costume! Ce sont des vipères, la plupart sont remplis d’orgueil et d’avarice. Normalement j’aurais tout simplement refusé de suivre une telle personne, mais il a tout de même pris le temps de me sauver les fesses. Qui sait, peut-être qu’il y a un peu d’empathie chez lui? Une personne ne peut pas entièrement être mauvaise. Non?

avatar
Messages : 96
Points : 413
Date d'inscription : 27/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shit happens   Mer 3 Jan - 0:24
Shit happensft. Tasha Walsh

Je tourne la tête vers mon invitée, l’air apeurée au fond du regard mais amusé en façade. « Faut pas me le dire deux fois! » dis-je, en appuyant sur l’accélérateur après avoir passé une vitesse. Je relâche l’embrayage, faisant crisser les pneus La horde disparu derrière une fumée blanche de gomme frottant contre le sol. A toute allure je me remis sur la route. « Au diable Dwight et ses idées de trouver un nouveau lieu !? » Je m’engage dans une rue puis une autre. « Ma belle, j’espère que t’es bien accrochée ! De l’autre côté de ce pont se trouve la campagne. Et là… Enfin… mets ta ceinture ! Conseil d’ami ! » La prévins-je avant de m’engager sur ce pont, slalomant entre les débris. Ces derniers n’étaient pas là avant la tempête. Un véritable cauchemar ! Les zombies volaient littéralement ! Fort heureusement, le motel est solide.

Une fois sur les routes de campagnes, je lâche les chevaux, accélère plein pot, négociant les virages à vives allures et dans des bruits aigus de pneus, déchirant le silence de la rase bouse qui servait de champ cultivable. « J’espère que t’aime le civet façon Dwight ! Quand il chasse il est convaincu de savoir cuisiner ! Si tu veux mon avis, un marchand de journaux ferait mieux avec moins d’aliments… » dis-je tout en détournant le regard de la route et lui souriant. « Au fait! Je ne me suis pas présenté ! Je suis Lazare ! Et toi, tu es… ? »

Mais elle n’eut de temps que de répondre que nous étions déjà arrivés au motel. « Et voilà! Mon chez moi !... Ou plutôt mon chez nous. Je vis en coloc’ avec un blondinet, mais il est parti. J’espère qu’il va revenir avec du shampoing car ses cheveux longs… Mon Dieu ! Quel nid à poux ! » Je coupe le contact et descends de la voiture pour me diriger vers la partie dinner du motel. Ce dernier est grand et dispose d’un piano de bar. Rien de bien fou, mais efficace. « Entre ! Ne fais pas ta timide, ma chérie ! Installe-toi ! Je vais nous chercher un truc à boire ! » Je m’appuies sur le comptoir qui sert de bar et grimpe dessus pour passer de l’autre côté. Je reviens quelques secondes après avec ma bouteille de téquila et deux verres. Je fais le tour pour rejoindre un tabouret du bar. Je sers deux verres et en fait glisser un vers la place à côté de moi. « Je te proposerai bien du citron et du sel mais… Enfin tu sais bien. C’est la fin du monde quoi. » J’avale une gorgée de mon verre et le repose devant moi. « Alors, ma chérie, comment t’es-tu retrouvée poursuivie par ces ignobles créatures ! Raconte-moi ! »



_________________



avatar
Messages : 90
Points : 665
Date d'inscription : 29/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shit happens   Mer 3 Jan - 2:55


Dernière édition par Tasha Walsh le Jeu 4 Jan - 1:05, édité 2 fois

Tasha et Lazare

Shit Appens


C’est alors que cet imbécile part à toute allure, faisant crisser les pneus de sa voiture de luxe. Je m’accroche comme je peux, visiblement mal à l’aise par sa conduite. Il n’a pas besoin de me le répéter, je mets aussitôt ma ceinture de sécurité! Okay, c’est la fin du monde, mais ce n’est pas une raison pour se tuer en voiture! Il conduit comme un véritable malade mentale! Je n’ose pourtant rien lui dire, il vient de me sauver la vie et je serais mal placé pour lui faire la morale sur sa conduite.

Il se dirige vers la campagne. Je sais que c’est plus prudent d’y rester, mais je ne peux pas m’empêcher d’aller faire des tours à Détroit, espérant y retrouver mon frère. Il est peut-être temps que je lâche prise. Si ça continue comme ça, je vais finir par me faire tuer.

On arrive alors devant un grand motel, et il se présente finalement. Lazare. Son nom est aussi débile que son attitude. Apparemment il squatte cet hôtel avec un ami. Il descend de la voiture et j’en fais de même, tout en demeurant sur mes gardes. Nous entrons dans le bâtiment et alors qu’il se dirige vers le bar pour aller nous chercher quelque chose à boire, je ne le lâche pas d’une semelle. C’est que franchement je n’ai pas envie de devoir refuser un verre. Ça fait bien trop longtemps que je n’ai pas bu d’alcool. Je guette le moindre de ses gestes, du coin de l’œil, alors qu’il nous sert à chacun une téquila. Il prend presque aussitôt une gorgé du précieux liquide tout en me questionnant sur la situation périlleuse dans laquelle je me trouvais. Plutôt rassurée sur ce que contient ce fameux verre de tequila, je décide d’en avaler une gorgée à mon tour, avant de m'asseoir sur le tabouret voisin.

«Moi c’est Tasha. Pas chérie.

Mais euh…merci de m’avoir sorti de là et merci pour le verre.»


Je lève mon verre en sa direction avant d’en avaler une autre gorgé. Ça goute vraiment mauvais, mais ça fait du bien.

«Je cherchais à manger et surtout…mon frère. Mais bon, tout ça, c’est peut-être une espèce de message. Il est sûrement temps que je lâche prise.»

Je fini mon verre d’une dernière gorgé et le repose brusquement sur le comptoir. Puis je fixe cet américain des plus pathétiques dans les yeux avant de lui dire sur un ton un peu moqueur :

«Et dis-moi, ''monsieur-en-costard-cravate-qui-conduit-encore-son-joujou-de-luxe'', c’est ton ami la blondinette qui t’a sauvé les miches dans ce monde? Parce que franchement je ne vois pas comment un type dans ton genre aurait pu survivre autrement à tout ça.»

Je souris, amusée. Je sais...ce n'est pas très gentil de se moquer des gens, mais franchement là, c'était plus fort que moi!

avatar
Messages : 96
Points : 413
Date d'inscription : 27/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shit happens   Mer 3 Jan - 18:08
Shit happensft. Tasha Walsh

La jeune femme avait donc un nom. Et le plus étrange, c’est qu’elle me remerciait pour le verre. J’avais fait tout ça d’un naturel… Cela me semblait normal d’offrir un verre lorsque l’on a des invités. Mais je me contente de son merci, n’ajoutant rien pour une fois. Il fallait se satisfaire de la gratitude d’autrui, parfois. Elle m’explique ce qu’elle faisait en plein Détroit. « Oh je vois… j’espère que tu vas finir par trouver ton frère. Le désespoir ce n’est jamais bon pour le teint ma ché… Tasha. En revanche, pour ce qui est de la nourriture, je te souhaite la bienvenue ! » Je désigne l’arrière cuisine. « Je te remercierai même de m’aider à finir ce civet donc Dwight est le papa. Je ne rigolais pas quand je disais qu’il est un piètre cuisinier. Enfin, on va pas se plaindre, ce n’est pas comme si les hypermarchés étaient encore fonctionnels. » Je me lève et rejoint de nouveau l’arrière du comptoir où je prépare deux assiettes pour y verser du civet et sa sauce douteuse. « Malheureusement, comme tu le sais, niveau électricité, c’est un peu la merde… Donc… On va dire que c’est du gaspacho au lapin. Ce sera même sans doute mieux dans ce rôle… Et peut-être que le manger froid va aider à faire passer le goût. » Je grimace rien qu’à me remémorer l’odeur que dégageait ce plat lorsque Dwight s’est mis martel en tête de le cuisine. Je dépose les deux assiettes à nos places avant de m’asseoir à côté d’elle. « Bon appétit, ma ché… Tasha. » Je plante ma fourchette dans un morceau de viande que je débite en plus petit bout et commence à manger avant de grimacer de nouveau.

Mais elle rompt de nouveau le silence, émettant des doutes quant à ma survie. Je ne peux m’empêcher d’en rire avant d’attraper mon verre et d’en boire de nouveau une gorgée. « Je dois bien dire que sans mon blondinet, je serai perdu ! Mais j’étais déjà un survivant à ma manière avant tout ça. Je me suis fais tout seul. Je n’ai eu besoin de personne… Alors une survie ou une autre… Certes, c’est plus difficile de trouver de bons petits plats ou un nécessaire de beauté ! Mais il faut savoir se contenter des choses les plus simples, parfois ! » Je lui accorde un sourire avant de reprendre mon repas. « Et toi? Tu t’en tire comment dans cette vie là? » lui demandais-je en la regardant. Bien entendu, j’avais avalé ma bouchée. Il est impoli de parler la bouche pleine !

Tandis que nous partageons ce repas, je réfléchis à une solution pour agrandir cette famille. « Mais… Que dirais-tu de te joindre à nous ? Je suis sûr que tu dois être douée pour rapporter de la meilleure viande que Dwight ! Et en prime, ça ne serait pas désagréable d’avoir un visage aussi radieux dans les environs ! » J’espère sincèrement qu’elle dise oui, sans la lâcher du regard. C’est aussi simple que ça. L’entraide est la clef à bien des maux. Qui plus est, un spécimen féminin nous sera très utile pour repeupler cette planète. Je suis sûr qu’elle et moi pourrions nous adonner à ce devoir de reproduction sans problème !



_________________



avatar
Messages : 90
Points : 665
Date d'inscription : 29/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shit happens   Mer 3 Jan - 23:10

Tasha et Lazare

Shit Appens


Le voilà qui me propose de la nourriture, comme ça, sans rien demander en échange. Un américain qui se montre aussi sympathique, je trouve ça un peu louche. Il doit avoir quelque chose derrière la tête, celui-là! Je le fixe avec méfiance, alors qu’il nous sert du civet avec une sauce. J’en aurais salivé, s’il ne m’avait pas avisé du goût douteux.

«C’est mon jour de chance, on dirait. Il ne me reste qu’une canne de pois chiche. Ça ne peut clairement pas être aussi mauvais!»

Je prends aussi une fourchette pour goûter à ce plat froid. Ce n’est effectivement pas très bon, mais ça fait du bien de manger enfin de la viande. Il m’avoue avoir survécu grâce à son ami et me demande comment je m’en tire dans ce monde.

«J’ai perdu presque tous mes proches, mais j’imagine que c’est pareil pour tout le monde. Sinon pour la survie, ça va. Je ne manque jamais une cible à l’arc.»

J’affiche un sourire confiant. Effectivement, je suis très douée avec mon arc, et dans ce monde, c’est plutôt pratique pour tuer des rôdeurs. Il me propose alors de me joindre à eux, en complimentant mon visage radieux. L’alcool, la bouffe, les compliments, et maintenant une invitation à rester! Bon clairement, il tente de me draguer ce crétin. J'hésite un peu à accepter son invitation. C'est un imbécile, mais il ne me semble pas dangereux, et j'avoue que le contact humain me manque un peu. Je suppose que, pour l'instant, je pourrais me contenter de la compagnie de deux américains un peu bêtes! Pour la viande, d'ailleurs, il a entièrement raison, je pourrais facilement en rapporter de la meilleure. Je ne sais pas qui a chasser cette pauvre bête, mais il doit bien lui avoir fait courir deux fois le marathon avant de la tuer! Un animal qui court ça fait durcir la viande, n’importe qui sait ça, non? Je me retourne vers l’américain. Bon okay, j’avoue, lui il ne doit pas savoir ça…

Je lui fais donc un signe de la tête pour lui montrer mon accord. Pour le moment, je vais les rejoindre. Je souris avant de lui dire :

«Évidemment que je peux ramener de la meilleure viande. Je peux même enseigner à ton ami comment la préparer. Sinon…ravie que tu trouves mon visage aussi agréable à regarder…parce que c’est tout ce que tu feras, mon chéri : regarder.»

Je lui balance un clin d’œil un peu moqueur. Autant lui laisser savoir à quoi s’en tenir, ce type n’a aucune chance de me séduire. Je joue nerveusement avec le bracelet de cuir que Cédrick m’a un jour offert. Je n’ai pas vraiment la tête à être séduite par qui que ce soit, de toute façon. J’ai déjà rencontré l’homme de ma vie et il est mort. Je ne pense pas que le destin m’accorde cette chance, une deuxième fois.


_________________
avatar
Messages : 96
Points : 413
Date d'inscription : 27/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shit happens   Ven 5 Jan - 2:24
Shit happensft. Tasha Walsh

Lorsque je l’entends me dire qu’elle a perdu tout ses proches je grimace. J’espère qu’elle ne va pas se mettre à chialer ! J’ai horreur que ces larmes salines touchent mon costume et je suis très nul pour réconforter ! Fort heureusement, elle enchaîne sur sa survie. Elle m’annonce ses compétences et je remue la tête en l’écoutant. Clairement on a besoin d’elle. Surtout dans sa suite de discours concernant la viande. Oh mais… Elle m’a appelé chéri ? Je souris à pleine dent. « Eh bien tu vois ? On est sur la même longueur d’onde chérie ! Tu es clairement faite pour vivre avec nous ! Et puis ne t’en fais pas ! Dwight ne te touchera pas ! Je le soupçonne de préférer les chèvres ! » dis-je, accompagnant mes dires d’un mouvement de main. Je m’arrête un instant et reprends « Oublie ce que j’ai dis. J’ai aucune preuve là-dessus. Ce ne sont que des soupçons. Faut que je mène l’enquête. » Je refais le niveau de nos verres de téquila et attrape le mien pour me lever après avoir finit mon assiette. Je m’approche du piano de bar et pose mon verre au-dessus. Je m’assieds à la place et commence à jouer quelques accords de Black hole sun de Soundgarden.

« J’espère que le piano ne te dérange pas ! C’est ma condition pour survivre ! S’il n’y a pas de piano, l’endroit ne vaut pas le coup ! Puis… Les morts l’entendent mais un sac accroché dans un arbre les éloigne. » Je me tais et me concentre sur ma musique. Jouer pour une autre personne que moi me faisait du bien. On ne peut pas dire que Dwight soit un réel public attentionné. Je me laisse même aller à chanter. Un ami à moi, le seul que j’avais avant cette fin du monde, m’a dit un jour qu’on voyait réellement ma personnalité lorsque je laissais la musique m’envahir et que j’entrais en résonnance avec. Dés que je peux libérer une de mes mains et que la musique ne nécessite plus mes paroles, j’attrape mon verre et en boit une gorgée pour reprendre de plus belle.

Pourtant, je donnerai cher pour revoir un concert de musique. Ecouter quelqu’un d’autre me surprendre de ses accords. Et la seule que je connaisse encore en vie capable de le faire est Dylan. Lorsque je m’arrête je soupire un instant et referme le capot du clavier. Je me lève, attrapant mon verre, et me tourne vers Tasha. « Alors, ma chérie, tu en dis quoi ? Tu restes ? » C’était étrange d’insister de la sorte, mais j’avais besoin de pouvoir compter sur quelqu’un d’autre dans ce duo. Devenir un trio me paraissait une bonne idée.



_________________



avatar
Messages : 90
Points : 665
Date d'inscription : 29/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shit happens   Ven 5 Jan - 19:47

Tasha et Lazare

Shit Appens


Je lève un sourcil, alors qu’il continue à déblatérer toute sorte de conneries. Il me parle de Dwigth et de ses chèvres. Non, mais il a 12 ans ou quoi? Du coup autant lui répliquer avec humour.

«T’as vraiment envie de mener l’enquête et de tomber sur ton pote entrain de conclure un diner romantique avec une chèvre?»

Je me retiens de rire, n’osant pas imaginer la scène.

«Oh, ne t’inquiète pas trop pour moi, je sais me défendre toute seule.»

Puis il se lève et se dirige vers le piano pour y jouer un air. Étrangement il est très doué. J’imagine que ça lui prenait quelques qualités à ce type! Je prends une gorgé de tequila, tout en profitant de la musique, me levant même pour approcher. Il y a un moment que je n’en avais pas entendu et je me permets de fermer les yeux pour profiter pleinement de cet air qu’il a choisi de jouer. Il commence alors à chanter et ça me fait sourire. Je chanterais bien avec lui, mais je ne connais pas la chanson et ma voix laisse à désirer. Au moins, ça me rappelle quand on chantait des chants amérindiens avec ma famille.

«Comment ça pourrait me déranger? La musique me manque tellement et puis je suis très surprise! Tu es doué pour quelque chose! Félicitation!»

Je me moque de lui, alors qu’il se lève et me demande si je vais rester.

«Je veux bien rester pour le moment. Ça fait du bien de discuter avec quelqu’un…même si c’est un crétin d’Américain!»

Je rigole encore et je lève mon verre en sa direction avant de prendre une autre gorgé d’alcool. Ça fait un moment que je n’en ai pas bu, du coup elle me monte un peu plus vite à la tête. Mais ça ne m’inquiète pas trop, je ne suis pas le genre de fille qu’on peut saouler pour amener dans son lit. Si c’est ce qu’il a derrière la tête, il sera vite déçu.

«Alors, Lazare, vous êtes installés ici depuis longtemps, ton pote et toi? Vous manquez de quelque chose?

Vous avez l’air de pas mal vous débrouiller…mis à part pour la préparation de la viande.»


Je souris, puis je fais le tour de la pièce.

«Vous avez sécurisé des chambres ou vous dormez ici?»

Demandais-je, en espérant avoir la chance de dormir dans un endroit calme. Ça n’empêchera pas les cauchemars, mais j’imagine que ça ne peut pas faire de tort.


_________________
avatar
Messages : 96
Points : 413
Date d'inscription : 27/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shit happens   Dim 7 Jan - 17:50
Shit happensft. Tasha Walsh

Il est vrai que si Dwight entretien une relation avec une chèvre, je préfère clairement l’ignorer. Déjà que l’image que j’ai en tête me rebute… Ce l’est pas pour la voir réellement de mes yeux ! J’approuve d’un mouvement de têtes ses dires avant de m’installer au piano. Je commence à jouer, lui demandant si ça ne la dérange pas. Il semblerait que mon côté mélomane ait son petit pouvoir sur Tasha qui n’ose m’interrompre. Lorsque je finis, sa réponse me satisfait. « Oh… Fort bien ! J’aime jouer de la musique. En même temps si ça n’était pas le cas, j’en aurai sans doute pas fait ma carrière, sinon. » Mais l’intérêt de Tasha pour notre refuge me pique de curiosité. Elle s’intéresse vraiment à l’endroit, on dirait. « Oh… En fait on est de passage. On repère un lieu, Dwight le sécurise pendant que je tiens les… Ces trucs sans vie ni mort éloignés. Puis on s’y installe ! Et rebelotte jusqu’à ce que l’on pense que l’endroit n’a plus rien à nous offrir ! Je crois qu’il aimerait se rapprocher de la campagne. Pour ma part, la ville ça me va très bien. Mais il marque des points en disant que ça grouille d’Immortuae. » Je frissonne rien qu’à y repenser. J’en ai parlé deux fois dans la même phrase, c’est beaucoup trop négatif. La jeune femme en profite pour me poser une question concernant les chambres. « Bien sûr ! On s’est assure qu’elles étaient vides et on les protège. Tant qu’à faire, autant ne pas dormir sur une planche de bois. Si tu nous rejoins, on s’assurera que tu aies la tienne aussi ! Enfin… Sauf si tu as trop peur de dormir seule. Je veux bien sacrifier ma tranquillité pour te protéger ma chérie ! » Un large sourire fend mon visage. Mais au vu de son expression, je me ravise bien vite. « Euh… Ou la chamber d’à côté, c’est comme tu veux bien entendu ! Tu veux visiter ? »

Je m’étais levé rien qu’à cette proposition, attrapant mon verre de téquila que je finis d’un trait avant de m’approcher de la sorti du dinner. J’attrape au passage une des clefs accrochées sur le mur. La 106, juste à côté de la 105. La mienne. Mais j’ai toujours ma clef sur moi ! Je l’emmène sur le parking et monte l’escalier extérieur. « J’aurai préféré être au rez-de-chaussée, mais Dwight m’a dit que les monstres avaient plus de mal à monter les étages… Donc mon choix était vite vu. Tant qu’à faire, autant dormir en petite tenue éloignée de ces pervers en décomposition ! » J’ouvre la porte de la chambre 106. Il y a une petite table de salle à manger, ainsi qu’un lit. L’odeur de renfermé est fournie avec. Mais en aérant un peu et en cachant les trucs moisis, ça reste convenable. « On va régulièrement chercher de l’eau que l’on fait bouillir petit à petit. On le stocke dans le restaurant. Je dois avouer que je m’en sers de temps en temps pour un brin de toilette. Je ne dirais rien si tu fais pareil. Oh au fait. C’est à toi ! » lui dis-je en lui tendant les clefs de sa nouvelle chambre. « Et on te préviendra lorsque l’on bougera de nouveau. Dwight dit que c’est le mieux pour le moment. On ne peut pas attirer l’attention sur nous trop souvent tant que l’on est que deux ou trois… Il faut être un peu plus nombreux afin d’assurer la sécurité. Je le laisse croire que je comprends quand il me parle mais à vrai dire, tant qu’on choisit des endroits où il y a un piano, ça me va ! »



_________________



avatar
Messages : 90
Points : 665
Date d'inscription : 29/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shit happens   Lun 8 Jan - 0:41

Tasha et Lazare

Shit Appens


Lazare me raconte que son pote aimerait bien se diriger vers la campagne, bien que lui préfère la ville. J’avoue que je serais bien resté aussi en ville, pour continuer à chercher mon frère, mais la campagne est un bien meilleur choix. Je ne le retrouvai jamais si je suis morte, de toute façon. Mon frangin comprendra certainement ça. Il a toujours été intelligent, peut-être même plus que moi. Si ça se trouve, il y a un moment qu’il ne vient plus du tout en ville.

«Il a raison, c’est en campagne qu’il faut aller. Il y a beaucoup moins de rôdeurs et plus de proies à chasser.»

Affirmais-je. Il me renseigne sur les chambres, ne manquant pas de lâcher un commentaire déplacé par la même occasion; m’invitant pratiquement dans son lit. Suite à l’expression que je lui balance, il se ravise. Je le suis alors jusqu’au parking et dans les escaliers. Au moment où on arrive devant les chambres, il fait un commentaire en traitant les rôdeurs de «pervers en décompositions». Je me penche un peu vers lui.

«Ce n’est pas les pervers en décomposition, qui m’inquiètent.»

J’ai insisté sur le mot «pervers» et je lui lance un regard, qui le désigne comme parfait coupable. Il ouvre alors la porte pour me montrer ma chambre, m’expliquant un peu comment les choses fonctionnent ici et en me tendant les clés. Je me saisis de celles-ci et je le fixe d’un regard intimidant avant de lui dire :

«J’espère que ce sont les seules clés, parce que si jamais un pervers s’infiltrait dans ma chambre cette nuit, je pourrais le prendre pour un rôdeur et lui tirer une flèche en pleine tête.

De mon index, je lui touche le front.

«Ce serait vraiment dommage, non?»

Mon regard est plutôt insistant, j'espère qu'il a compris le message. Si cet idiot tente quoi que ce soit, je serais prête à l’accueillir. À mon avis, il n'a pas l'intention d'aller jusque-là. Il a eu l'occasion de tenter quelque chose, et il ne l'a pas fait. Mais je préférais tout de même m'en assurer.

J’entre alors dans la chambre pour aller ouvrir la fenêtre et faire un peu aérer le tout. J’en profite également pour détacher mon manteau de fourrure. Je l’ai enroulé autour de ma canne de pois chiche et attaché à ma taille, à l'aide d'une corde. Le jetant sur le lit, je me retourne vers l’Américain. Je décide alors d'essayer de lui soutirer quelques informations sur ce fameux Dwight.

«Il n’a pas l’air bête ce Dwight. Il était dans l’armée ou un truc comme ça? Tu le connaissais avant?»


_________________
avatar
Messages : 96
Points : 413
Date d'inscription : 27/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shit happens   Sam 13 Jan - 0:46
Shit happensft. Tasha Walsh

A peine elle nous rejoint, qu’elle se dirige déjà vers le mauvais camp, ralliant l’idée de Dwight de se diriger vers la campagne. Il est clair que si on fait un vote, je suis perdant. Et je ne peux même pas dire que je dois m’affirmer en tant que chef et leur ordonner de retourner en ville ! Ils me riraient au nez en me disant de me la boucler. Et Dwight rajoutera sans doute que c’est lui le chef. J’ai horreur d’être mis de côté de la sorte. Je m’occupe simplement de manifester mon mécontentement en levant les yeux au ciel. De toute façon, on a sans doute mieux à faire que de chasser. Par exemple… S’accoupler ? ça me paraît être une alternative forte plaisante dans ce monde. Mais je ne fais que glisser un sous-entendu dans l’une de mes phrases que j’ai droit à un regard noir. Sa phrase laisse même à penser que je suis un pervers. « Tout de même! Je sais me tenir ! Je ne suis pas à la mendicité au point de baver devant ta fenêtre !... Et puis en plus, je parie que d’ici peu, tu seras la première à venir me quémander. » répondis-je d’une moue séductrice et d’un regard rieur. Mais elle remue le couteau dans la plaie, évoquant cette fois de me tirer une flèche dans le crâne si jamais il s’avère que j’ai un double. « Promis ! C’est le seul ! Garde tes flèches dans ton carquois, t’en auras pas besoin !... » Puis je m’arrête, pour me concentrer sur ma réflexion. « Maintenant que j’y pense… Le gérant devait sans doute avoir un passe pour toutes les chambres. Mais il est sans doute parti avec quand je l’ai libéré. » Je grimace en repensant à ce jour. A peine avais-je ouvert la porte du bureau du gérant qu’il s’est mis à marcher en ma direction. J’ai dû faire trois fois le tour du motel en courant pour le semer. Son attention a finit par se centrer sur autre chose et il a pris la tangente.

Je sors de mes pensées, alors que nous venons d’entrer et qu’elle commence à ôter son manteau. Je n’en perds pas une miette. Il faut dire que la nature lui a accordé des dons en termes de beauté et de grâce. Elle est vraiment belle. Mais elle reprend la conversation sur un autre sujet bien moins excitant : Dwight. Elle en fait même son éloge. « Non, je l’ai rencontré alors que j’étais dans une mauvaise passe. Je ne savais pas comment faire face à tout ça. J’ai un peu du mal avec le concept de mort-vivants. Tu le comprendras bien assez vite mais j’ai juste horreur de les croiser. Je l’ai vu avec sa dégaine de surfeur norvégien. Il m’a vite aidé. Mais je crois qu’il serait perdu sans moi, c’est évident ! » finis-je d’un mouvement de la main, évitant le sujet de sa carrière et du fait qu’il ne soit pas bête. A vrai dire, il m’a déjà sûrement parlé de sa vie, mais ce sont des choses futiles que je n’ai pas envie de retenir.

« Et toi alors? Où t’as appris tout ça ? Je veux dire… l’arc, la chasse, te débrouiller ainsi... » J’espère que dans son cas elle ne m’a pas déjà raconté son histoire car elle risquerai de comprendre mon manège et d’être vexée.


_________________



avatar
Messages : 90
Points : 665
Date d'inscription : 29/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shit happens   Dim 14 Jan - 19:09

Tasha et Lazare

Shit Appens


Alors que ce crétin d’Américain affirme que je vais bientôt venir le quémander, je ne peux retenir un rire désapprobateur. Non, mais pour qui se prend-t-il? Si ça se trouve, ce petit con était un musicien populaire et riche, avec plein de fans idiotes, qui se pavanaient devant lui. Manque de bol, pour lui : je ne suis pas une idiote. Jamais je n’aurai été attirée par un homme pour son argent ou sa popularité. De plus, dans le monde d’aujourd’hui, l’argent ou le succès ça ne vaut plus rien. Il n’a plus que son charme, sa gueule pas trop mal et sa stupidité légendaire, pour essayer de séduire.

Heureusement il semble comprendre mon message. Il m’assure qu’il ne possède pas de double de la clé et que je n’aurai pas besoin de me servir de mon arc. Il semble sincère. Il me parle alors de Dwigth, qu’il a rencontré après tout ça. Il m’avoue avoir en horreur les morts-vivants et il me demande où j’ai appris à me débrouiller.

«J’ai grandis dans une réserve Amérindienne, proche d’ici. Je suis née dans une famille de chasseurs. C’est mon oncle qui m’a montré à survivre en forêt. J’étais artisane. Je chassais, trappais et travaillait la peau et la fourrure des animaux. Ont créaient souvent nos propres vêtements, mais c’est surtout la fourrure qu’on revendait. À la chasse, j’étais plus douée à l’arc qu’avec une arme à feu. En fait, j’étais vachement douée, même! Ça doit être dans mon sang!»

Je souris, quand soudain je me souviens un peu des beaux discours de vente que ma mère utilisait avec ses clients Américains. Ils adoraient tous cela! Du coup, je me penche pour attraper de nouveau mon manteau et je me lance dans la vantardise de mon travail.

«C’est moi qui ai fait mon manteau de A à Z. J’ai trappé l’animal, avec un piège spécial. Je l’ai dépecé moi-même et j’ai tanné sa fourrure. Il est entièrement cousu à la main avec de la fourrure de loup véritable. Notre famille était reconnue pour la qualité et la valeur de son travail.

Comme tu le sais, sûrement, la fourrure ça se vendais une fortune. Du coup, on avait comme clients des types riches, dans ton genre.

Pfff…c’est fou comme j’en ai rencontré des crétins d’Américains! T’en fais pas, y a encore pire que toi pour la drague merdique.»


Je me moque ouvertement de lui. Tant pis si ça blesse son égo démesuré!

«Et toi? T’étais genre…un musicien populaire? Un truc dans le genre?»


_________________
avatar
Messages : 96
Points : 413
Date d'inscription : 27/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shit happens   Ven 2 Fév - 22:24
Shit happensft. Tasha Walsh

La jeune femme s’évertue à me raconter ses origines, expliquant par la même occasion sa débrouillardise. Je grimace un instant, songeant que jamais je n’aurai pu faire le quart. Il y a trop d’arbres plein de lichen et de boue dans les forêts. Surtout celles de la région. Preuve en est, c’est tellement pourri qu’on y trouve des champignons. Et les champignons, c’est bien plus souvent un signe de manque de propreté. La forêt c’est sale. Je préfère me contenter de le penser. Je ne vais tout de même pas lui dire que sa jeunesse pue la saleté. Ce serait un affront. Surtout que ses compétences pourraient nous être utiles. Il faut juste espérer qu’elle parvienne à nous faire confiance et les mettre à notre service. Je n’étais déjà pas trop à l’aise à l’idée de penser un peu trop aux forêts. Mais alors quand elle me raconte la fabrication de son manteau, je suis piégé. Je devrais être admiratif, mais au lieu de ça, rien que de penser à dépecer un animal, je manque de m’étouffer dans mon vomi. Je cache mon malaise avec un faux sourire.

« Wahou! C’est genial dis-moi! Mais… C’est pas un peu barbare ? Enfin… C’est super cool ! Pour sûr que ça aurait plus à un tas de de crétins d’américains du type hipster. La mode du fait-main est revenu en force avant que tout ça n’éclate. » Je pense que je m’en suis pas trop mal sorti. Ç’aurait pu être pire, non ? Non ? « Et de toute manière, je ne m’en fais pas, ma drague est loin d’être merdique. Je ne me sens pas visé l’ombre d’un instant. » dis-je, affichant une mine fière d’apporter une drague de qualité à ce monde.

Enfin ! Elle s’intéresse enfin à moi ! Non parce que je commençais à craindre les rites de danse de la pluie, genre tous nus autour d’un feu avant que ça dérape en orgie incestueuse… « C’est cela même! J’étais pianiste et guitariste, mais j’ai appris pas mal d’instruments au conservatoire. Puis j’ai amassé un paquet de blé à la mort de la madre ! Dieu ait son âme… » Je lève les yeux au ciel comme pour lui rendre hommage avant de rire. « Non, je déconne! Vu la vie qu’elle a eu, elle a toujours entretenu son ticket pour l’enfer ! Et c’est génétique ! Quoiqu’il en soit, avec le pactole, j’ai pu me payer ma caisse, que tu as déjà rencontré. Et j’ai acheté mon propre studio pour devenir producteur. Eh ouaip ! J’en ai édité des artistes ! Mais je suppose qu’à part les tambours et les flutes, vous n’aviez pas grand-chose comme musique par chez vous… » Je me fige rien qu’à penser à la musique pauvre en accords qu’elle ait pu entendre. Fichtre ! Je suis bien content d’être né côté occidentaux.

« Mais je ne vais pas t’embêter plus longtemps… Tu dois avoir envie d’avoir un peu d’intimité pour… Je n’en sais rien, te laver. Ou repérer les alentours pour poser des collets ? Je n’en sais rien… Tu faisais quoi le soir, dans ta tribu ? Parce que dans mon cas, les soirées au champagne et à la coke me manquent pas mal… »


_________________



avatar
Messages : 90
Points : 665
Date d'inscription : 29/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shit happens   Lun 12 Fév - 19:50

Tasha et Lazare

Shit Appens


Alors que je lui parle de mon travail, l’Américain qui se trouve devant moi, ne semble pas impressionné du tout! Je crois même distinguer un certain malaise. Et voilà qu’il me sort le fameux argument «mais c’est barbare». Je soupir, visiblement agacée par ce commentaire que j’ai entendu au moins un millier de fois.

«Barbare? Oh, parce que c’était beaucoup moins barbare en usine, quand on enfermait les animaux dans des cages minuscules toute leur vie! Ou quand on les dépeçait après les avoir électrocuté vivant! Ah oui, c’était beaucoup moins barbare!

Tu t’es déjà renseigné sur la provenance et le procéder des fourrures? Crois-moi, les barbares ce ne sont pas nous.»


Il mentionne alors que sa drague n’est pas merdique et qu’il ne sent pas visé par mon commentaire. Je retiens péniblement un fou rire. Ma parole! Ce type est encore plus crétin que tous les Américains réunis ensemble! Je reprends un ton moqueur :

«Oh, bah peut-être qu’on drague de cette façon aux États-Unis, mais au Canada c’est pourtant ce que j’appelle une drague merdique…et pourtant on est pratiquement voisin, hein, alors…euh…»

Monsieur le crétin de première, me parle finalement de lui. Il était effectivement musicien. Il mentionne alors avoir touché un paquet de blé à la mort de sa mère. Levant les yeux aux ciels, comme s’il voulait lui rendre hommage, il éclate ensuite d’un rire totalement déplacé. Je grimace, alors qu’il ose me dire qu’elle a mérité sa place en enfer. Les Américains savent se montrer tellement irrespectueux envers leurs parents. Ça me dépasse! Il est ensuite devenu producteur et a édité plusieurs artistes. Il ose alors sous-entendre que je ne dois pas avoir entendu bien autre chose que de la flûte et du tambour. Je pouffe de rire.

«Non, mais tu penses que je viens de quel époque? Genre : on vivait dans des tipis et ont faisait des chants de gorge autour du feu, tant qu’à y être?

Franchement. J’ai grandi avec la radio et la télé, comme tout le monde. Ça n’empêche pas d’avoir des valeurs et des coutumes différentes.»


Il va même jusqu’à en rajouter en nous traitant de «tribu» et en me demandant ce qu’on faisait le soir, à part aller étendre des collets. On m’avait déjà mentionné que les Américains avaient quelques stéréotypes sur nous, mais jamais je n’aurais cru que ça pouvait aller jusque-là!

C’est là qu’il mentionne s’ennuyer des soirées champagne et coke. Je me doute bien qu’il ne parle pas de coca cola.

«Oh! Okay…alors sniffer de la coke sur le cul d’une prostituée c’est pas juste dans les films?!»

Je m’esclaffe. J’avoue que dans le genre cliché, ont fait plutôt fort. Moi : l’Amérindienne qui chasse à l’arc et porte des fourrures; Lui : l’Américain riche qui côtoie des vedettes et se fait des soirées champagne et coke!

J’ai rarement rencontré une personne avec qui j’ai si peu d’affinités, et pourtant son pathétisme me fait marrer. Ça doit faire trop longtemps que je suis seule. Je pourrais supporter la compagnie de n’importe quel crétin, on dirait bien.

«Je crois que je vais en profiter pour me reposer. J’suis crevée!»


_________________
avatar
Messages : 96
Points : 413
Date d'inscription : 27/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shit happens   Mer 21 Fév - 21:28
Shit happensft. Tasha Walsh

FIchtre, elle dit vrai ! Tous ces gens qui s’habillaient en fourrure ont fait du mal aux animaux de façon cruelles ! Que ça soit l’asservissement, la captivité ou une mise à mort sans aucune chance de survie… Je grimace en répondant simplement à sa petite hausse de voix : « Tu dis vrais ! De toute façon je n’ai jamais réellement aimé la mode de la fourrure. J’ai toujours été plus porté sur la soie. C’est beaucoup plus classe, et moins lourd à porter. » Cela fait de moi le moins barbare d’entre tous ! Un véritable Brigitte Bardot. Elle surenchérit sur ma drague merdique, mais j’en apprends davantage sur elle : elle vient du Canada ! « Oh! Tabarnak d’ostie d’criss câlice la! Même si t’es brune j’veux faire d’toi ma blonde ! Tu veux-tu ? »* répondis-je sur le ton de l’humour, et en usant cette fois de la langue française avec leur accent.

Mon large sourire semble ne servir à rien. Surtout quand j’informe la jolie brune que je suis content d’avoir touché le pactole en provenance du notaire, à la mort de ma mère. Et elle me rembarre une nouvelle fois, m’apprenant que les natifs ont eu accès aux mêmes technologies que nous. Je me sens vraiment inculte. Il faut dire qu’ils n’ont jamais réclamés que je vienne en concert chez eux donc j’ai dû me contenter de ce que m’ont appris les bons vieux Western. Elle me carricature plutôt bien. Et lorsqu’elle parle de cul de prostituée, j’avoues que dans ça bouche ça a un côté plutôt excitant. Je me marre de nouveau. Même si on est différent, je suis sur que si nous venions à avoir des enfants, il seraient magnifiques. « Ah non! Ça, c’est plutôt nous qui les avons mis dans les films, si tu vois ce que je veux dire… C’était la grande vie ! Je suis vraiment déçu que tout ça n’existe plus… Enfin… J’étais mal barré pour continuer ça de toute manière… Même quand ça roulait encore à peu près pour tout le monde ! »

Je crois bien qu’elle en a déjà assez de moi et me dit qu’elle veut se reposer. Je comprends. Chasser toute la journée, ça doit être épuisant. Moi-même, je ne pourrai pas tenir un tel rythme. « Ok, je comprends. Donc tu préfère quel côté du lit? » dis-je en faisant mine d’observer le couchage. Mais voyant sa tête, je pense qu’il vaut mieux tourner ça à la blague. « Je rigole, voyons, ma chérie! Je ne suis pas un garçon facile ! Je ne couche pas le premier soir ! » Je lui lance mon regard faussement aguicheur et commence à sortir de la chambre.

Je m’arrête de nouveau et me tourne vers elle. « Enfin… Sauf si tu ne rigolais pas… Dans ce cas, je suis tout à toi ! » Une nouvelle fois mon regard croise le sien. Je grimace « Ok, pigé! Lazare, décampe ton lard ! Je te souhaite une bonne nuit. Et… Bonne nuit. » Je gagne l’extérieur, refermant la porte derrière moi. Je crois entendre le verrou peu après. Je souris et rejoins le dinner afin de le fermer, pour le protéger. Je rejoins moi aussi ma chambre. Un champion dans mon genre a aussi besoin de repos…


*En canadien


_________________



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Shit happens   
 
Shit happens
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Détroit
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération