Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #31 : Septembre 2018
Animation trimestrielle #1 Changez de sexe !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Intrigue #5 Recensement !
Venez mettre vos méninges à l'épreuve dans notre animation de Septembre
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - Chapitre I : New rulers, new rules > A lire ici

In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Détroit

 "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3584
Points : 3880
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   Mar 2 Jan - 21:51


Dernière édition par Elias Kaneki le Mer 3 Jan - 16:20, édité 1 fois
Quatre semaines, je ne pensais pas un jour pouvoir dire que j'entretenais une relation physique depuis aussi longtemps avec quelqu'un. Mais c'était le cas, et même si je me tenais détacher de lui, il y avait certaines choses qui me trottait en tête. Des choses que je ne pouvait sans doute pas mettre en exécution sans l'accord de Logan au préalable. Il était en effet hors de question que je suive mon instinct seul, après tout, il réussissait bien à m'embrouiller l'esprit rien qu'en s'approchant, j'avais peur du résultat sur le long terme. Reprenant donc la route en évitant de mentir cette fois, j'avais fait quelques maison pour trouver des choses utiles, il faut dire qu'il y a quelques jours, j'avais trouvé deux talkie et qu'avec l'évolution des choses cela ne serait pas forcement de trop. Quand à comment je gérais ça ? Disons que c'était de moins en moins la panique en rentrant, que j'avais arrêté de me poser des questions inutiles. Je m'étais limité à accepter. J'en avais toujours pour plusieurs heures avant de le trouver et la direction qu'il prenait n'était dans le fond pas pour me rassurer. Zone peuplé, avec une arbalète il n'y arriverait pas si facilement. Évitant d'y penser, j'avançais, fouillant quelques maisons au passage et finissant par trouver un livre que mon père lisait souvent. De mémoire il n'était pas des plus joyeux, assez décousu aussi, mais c'était un grand livre me semble-t-il. J'avais aussi trouver une arme de fortune, ce qui avait de quoi me faire rire pour le moment, étant donné l'arsenal que j'avais sur moi, mais passons, je la donnerais à Will ou à quelqu'un d'autre à Fort Hope. Finissant par arriver dans sa rue, je recommençais à fouiller les immeubles jusqu'à trouver le bon. Nettoyer, sans une âme qui vive, si ce n'est des rats. Montant toujours au dernière étage, je ne le trouvais pas dans un des logements, mais l'accès au toit étant ouvert, je l'empruntai. Était-il sur le départ ? Ce n'était pas impossible entre nous.

Me signalant bien rapidement pour éviter toute frayeur, je dis, « C'est moi… », levant momentanément les mains pour appuyer l'absence de danger, j'avançais vers lui doucement, baissant les yeux vers le sac que j'avais mit à l'avant pour sortir le bouquin et lui tendre. Je n'étais pas encore spécialement à l'aise avec le reste. Si passait les premières minutes je n'étais plus vraiment difficile ni farouche, ce n'était pas le cas de ce genre de situation, « J'ai trouvé ça tout à l'heure, je sais pas si tu connais. C'est Le Grondement de la montagne de Kawabata, il parait que c'est pas mauvais. », il aimait les bouquin après tout, à savoir si il aimait ce genre là… J'avais aussi des rations et de l'eau comme à chaque fois, mais pour ça j'allais attendre d'être à un endroit plus posé. Depuis quatre semaines je le nourrissais, à mon détriment en quelque sorte, vu que je prenais sur mes rations, mais j'avais moins à perdre que lui à gagner, alors dans le fond, le fait que je sois en train de perdre du poids n'avait pas vraiment d'importance.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2251
Points : 2302
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   Mer 3 Jan - 11:16
Un autre bâtiment passé au crible sans que rien de vraiment intéressant ne soit trouvé, une autre journée qui s'étirait en longueur... Le quotidien bien organisé de Will n'était perturbé aujourd'hui que par un manque flagrant d'efficacité dans les gestes qu'il répétait pourtant chaque jour. Oui, mais voilà, ce jour avait cela de différent que d'une minute à l'autre, un soldat un peu coincé risquait de débarquer et même ça, c'était devenu presque normal. Il n'en restait pas moins que ces jours-là, Will perdait en efficacité de manière effroyable et qu'une fois encore, il avait passé plus de temps à traîner sur place comme s'il avait décrété que cette journée était un dimanche et que rien ne justifiât qu'il se presse pour poursuivre sa quête de rien du tout. Au moins, il avait nettoyé tout l'immeuble avec soin, ne laissant aucune mauvaise surprise venir contrecarrer ses plans et, en attendant que l'odeur lourde de renfermé et de mort qui régnait dans l'appartement qu'il avait choisi au dernier étage ne s'évapore, Will était finalement sortit se percher sur le toit pour faire l'inventaire de ses trouvailles du jour et de ses maigres possessions dans le monde.

Il était tout occupé à déplorer la perte prématurée de deux de ses carreaux, morts au combat après une rencontre violente avec le crâne de quelques rôdeurs qui pourrissaient désormais dans la rue en bas, lorsque la voix d'Elias le fit sursauter légèrement et l'obligea à abandonner les deux flèches sur le sol pour se tourner vers le soldat qui semblait décidé à lancer les hostilités en offrant un livre au jeune homme. Un rire silencieux secoua les épaules de Will une petite seconde alors qu'il récupérait le livre et le parcourrait des yeux. « Je l'ai jamais lu, merci. » lança-t-il très simplement. Il se donnait un sérieux mal pour ne pas alourdir l'ambiance comme ça avait pu être le cas les premières fois, mais Elias ne l'aidait vraiment pas à conserver ses bonnes résolutions... à se demander si ça ne lui plaisait pas, finalement, de subir les petites attaques de l'ingénieur. S'approchant tranquillement, il glissa ses bras autour des hanches de plus en plus saillantes du soldat et s'empara de ses lèvres quelques secondes, tâchant de rester sur la bonne voie et de jouer au jeu de la relation purement physique qu'ils prétendaient avoir tous les deux depuis quelques semaines. Mais même sans être un fin observateur, Will pouvait repérer les quelques changements dans ce corps qu'il commençait à connaître, l'air de rien et c'était un fait qui le rendait incroyablement nerveux d'ailleurs.  Il n'était pas idiot, loin de là et se doutait pas mal des raisons de cette subite perte de poids et il avait bien envie de passer un savon à Elias pour ça, mais il se retenait encore. Pour l'instant. Mais comme chaque fois que ce sentiment le prenait par surprise, l'attaque restait la meilleure des défenses, aussi... « Moi j'ai trouvé de quoi manger, tu vas pouvoir te nourrir un peu aussi, ça te fera pas de mal. Ils te nourrissent plus à l'hôtel Apocalypse ? » demanda-t-il de cette façon profondément agaçante dont il avait le secret.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3584
Points : 3880
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   Mer 3 Jan - 11:39
Tiens, un livre qu'il n'avait jamais lu, c'était suffisamment rare pour lui souligner. J'avais toujours eu le sentiment que tout les bouquins un peu plus profond que la littérature classique avaient déjà été lu par l'homme. Mais non, il restait encore des ombres à sa culture. Après, à sa décharge, la littérature classique Japonaise était pas celle que l'on trouvait le plus souvent, c'est sans doute pour ça que je l'avais prit en particulier. Ca et le fait que je connaissais le bouquin, non pas car je l'avais lu, mais parce qu'on m'en avait parlé bien plus souvent que je n'aurais voulu. « Famille bourgeoise, mort, souffrance, désir et j'en passe... », parfaitement joyeux donc. Le regardant s'approcher pour glisses ses mains autour de ma taille et plonger ses lèvres sur les miennes, je répondis à son baiser, lui volant moi aussi son souffle pendant quelques secondes avant qu'il ne recule pour finalement me dire qu'il avait trouvé de quoi manger, ajoutant que j'allais pouvoir me nourrir un peu aussi étant donné que j'avais perdu du poids. Il ne le dit pas, mais il l'avait remarqué. Si bien que sa dernière remarque me fit soupirer et secouer la tête. Il ne pouvait pas tenir plus d'une minute sans lâcher ce genre de chose ? Je n'irais pas jusqu'à dire qu'il se défendait en comprenant ce que je faisais, car je le connaissais encore mal. Mais il comprenait, c'était sur, à savoir ce qui le déranger le plus, je ne saurais le dire. J'aurais aidé n'importe qui dehors, mais le fait que nous nous voyons de façon soutenu ne m'aidait pas à garder la neutralité que j'aimerais avoir à son égard. Will n'était pas n'importe qui, il n'était plus si inconnu, et notre accord silencieux ne me permettait pas d'ignorer tout. Pas de sentiment, juste une expression physique. Soupirant donc, je répondis, « J'ai commencé un entrainement, je suis pas bon au combat au corps-à-corps, je consommes plus que d'habitude, rien de plus. », je ne mentais pas après tout, j'évitais juste de dire que ce qu'il mangeait été mes rations à moi. Après, il me suffisait de dormir plus et je souffrais un peu moins de la fatigue, mais c'était tout. J'allais finir par brûler beaucoup de ressources et là, ça se verrait. Là, il n'y avait que lui pour sentir ces zones se décharner, les autres ne devait pas l'avoir encore vu.

« Y'a eu un soucis dans l'immeuble ? », finis-je par demander. J'aurais cru le trouver dedans, ou dans un autre, le fait qu'il soit sur le toit me perturbé un peu. Je ne savais pas si il allait partir ou si il restait entre nous. Il faut dire qu'on avait prit une sorte de rythme qui était un peu nouveau pour moi, comme pour lui visiblement. En trois semaines, on avait prit l'habitude de se donner rendez-vous, de s'occuper quelques heures, puis je partais, évitant de m'accrocher de façon un peu trop poussé. Évitant de créer des liens qu'on ne voulait pas. C'était bien rodé entre nous, et ce qui me trottait dans l'esprit n'était pas pour simplifier tout ça. Au contraire, j'avais l'impression que j'allais mettre le feu aux poudres. Que ce soit de mon côté ou du sien. Même si les intentions ne seraient pas fondamentalement mauvaise.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2251
Points : 2302
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   Mer 3 Jan - 15:46
Autant dire que Will n'avalait qu'à moitié la réponse d'Elias et encore, en étant généreux, mais bon... Il ne répondit que par un « Je vois. » et un haussement d'épaules, feignant l'indifférence que méritait cette situation. Il avait déjà été clair à ce sujet, non ? Il ne voulait pas que le soldat prenne soin de lui, s'inquiète pour lui, ça n'était pas pour se mettre à le faire aussi. Il préférait largement jouer les crétins pour le moment, partant du principe qu'un problème remis à plus tard n'était pas un problème. Tranquillement, le jeune homme s'éloigna donc pour aller rassembler ses affaires, jetant un dernier regard empli de tristesse à ses deux flèches qu'il laissa sur le sol. Un jour ou l'autre, il allait devoir apprendre à en fabriquer lui-même ou trouver une armurerie dans cette ville qui n'ait pas déjà été pillé par Dieu savait qui, sans doute le reste de la mystérieuse bande d'Elias, vu que lui ne semblait jamais manquer de munitions. Une nouvelle question le poussa à revenir rapidement et à hausser encore les épaules, sans saisir vraiment l'intérêt de cette demande. « Non, du tout, je prenais l'air en t'attendant. » informa-t-il en passant son sac sur les épaules. Oui, il l'avait attendu, mais rien d'étrange là-dedans puisqu'ils avaient prévu de se voir, non ?

« Je nous ai réservé la plus grande chambre. Tu viens ? » Mieux valait ne pas perdre de vue la raison de leur présence ici et aussitôt l'invitation lancée, le jeune homme dépassa le soldat pour retourner à l'intérieur du bâtiment, descendant la volée de marches qui les séparaient de l'étage habitable et du grand appartement que Will avait choisi pour le reste de la journée. Un truc immense, du genre luxueux malgré l'épaisse couche de poussière qu'il n'avait pas pris la peine de retirer. Et la vue sur un parc avec la rivière en fond donnait presque l'impression de ne pas être au milieu d'une ville morte. Le jeune homme abandonna ses affaires sur la table basse, jetant un nouveau regard au livre que lui avait ramené Elias et il se tourna finalement vers ce dernier, commençant à retirer ses chaussures et une première couche de vêtements alors qu'il lançait tranquillement. « Alors... Famille bourgeoise, souffrance, mort, désir... Ça m'a l'air d'un livre intéressant. Pourquoi celui-ci ? » demanda-t-il avec nonchalance. Elias devait avoir compris ce qu'il pensait des livres, depuis le temps. S'il avait choisi celui-là, il devait bien y avoir une raison, assumée ou non et à en croire les thèmes cités, Will aurait parié sur le fait que le soldat devait se retrouver d'une certaine façon dans ces pages. Sinon, pourquoi prendre la peine d'y prêter intérêt ?

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3584
Points : 3880
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   Mer 3 Jan - 16:14
Il n'était pas convaincu, pas plus que je l'étais, mais il ne posa pas plus de question et ça m'allait très bien. Le regardant rassembler ses affaires, il m'indiqua être monté ici pour m'attendre avant de passer son sac sur son épaule pour m'informait qu'il nous avait réservé la chambre la plus grande. Le suivant donc sans un mot, j'entrais dans un appartement que je n'aurais clairement pas pu me payer en étant à l'armée. C'était fou de pouvoir rentrer dans ce genre d'endroit alors qu'avant, la sécurité était un argument de vente. Avançant lentement en regardant les lieux, les mouvements de Will finirent par attirer mon attention. Il ne perdait pas plus de temps, sans doute avait-il raison, moins l'on parlait, moins l'on prenait de risque de s'attacher. Posant mon sac au sol, comme à mon habitude, j'en faisais de même avec mes armes avant que mes chaussures ne soit retiré sans une attention. Il était déjà plus rapide que moi, presque nu, il me demanda rapidement pourquoi j'avais choisi un livre comme ça. Bonne question même si la réponse était assez évidente. Retirant mon pantalon, je soufflais une première réponse, « Car il est reconnu pour ses nombreux sens cachés, sa lecture compliqué pour un esprit peu entraîné... », avançant vers lui en retirant mon t-shirt en chemin, je glissais une mains sur sa mâchoire jusqu'à sa nuque avant de l'attirer légèrement contre moi. Juste assez pour l'embrasser, juste assez pour faire se frôler son virilités encore caché par nos sous-vêtements. J'étais bien plus franc, mais il faut dire que nos diverses entrevu avait effacé certaines craintes. Et agir comme ça, c'était au final éviter de penser que j'avais choisi ça car il aurait aimé. Et donc éviter de penser que je le connaissais au final assez bien. « J'ai jamais eu le courage de le lire, mais c'est un classique de la culture Japonaise, il brise les façades… », j'en savais assez pour l'informer au final. Même si le fond m'était inconnu, il ne le resterait pas longtemps pour lui.

Glissant mes mains le long de son torse, mes doigts finirent par jouer avec l’élastique de son sous-vêtement, me faisant alors lui demander, « Tu veux qu'on parle du bouquin ou tu me laisses m'occuper de toi ? ». Je n'étais toujours pas un expert, mais j'avais commencé à m’entraîner. Suffisamment pour ne plus avoir besoin de me faire guider. Bien évidemment mon assurance disparaiterait le jour ou il voudrait aller plus lui, mais d'ici là, j'arrivais lentement dans une zone de confort, dans un acte suffisamment maîtrisé pour que je me refuse à laisser ce qui tournait autour me parasiter. La perte de poids, le fait qu'il récupère nourriture et aujourd'hui un livre, c'était bien trop de chose involontaire qui pouvait trahir quelque chose que je ne pouvais pas envisager. Coucher avec un homme était admis, j'aimais ça, j'en redemandais, même si théoriquement nous n'avions pas dépassé les préliminaires, mais sortir avec un homme... C'était autre chose, c'était officialiser. Laissant les doigts d'une de mes mains glisser sous la barrière de son vêtement, j'attendais d'être sur qu'il ne relance aucun sujet. Il m'avait contrarié, je ne voulais pas l'admettre, et ce que je voulais lui proposer ne m'aiderait pas à relativiser.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2251
Points : 2302
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   Mer 3 Jan - 20:47
Rejetant ses vêtements un à un sur un fauteuil derrière lui, Will attendait, avec un peu trop de curiosité sans doute, de comprendre l'intérêt caché de ce cadeau. Peut-être qu'il était le seul au monde à offrir des choses avec une idée derrière la tête, finalement, ou peut-être qu'il préférait simplement se dire que ça n'était pas un cadeau gratuit, sans arrière pensée, plutôt que d'admettre que le but était seulement de lui faire plaisir. Raison pour laquelle, aussi, il s'empressait de se déshabiller, d'avoir un moyen de fuir si jamais la conversation devenait vraiment problématique. Et la première réponse d'Elias donnait presque l'impression qu'il obtiendrait satisfaction, qu'il y avait réellement un message derrière, faisant naître un sourire dont personne ne pourrait jamais profiter puisque le soldat venait de lui sauter dessus assez promptement. Ses propres mains glissèrent lentement sur la taille du soldat, ses doigts remontant sur sa peau jusqu'à ce que de nouvelles paroles ne viennent l'interrompre, lui arrachant un nouveau sourire. Eh bien, eh bien... Il se lâchait de plus en plus, le petit soldat... « Plus t'en parle, plus j'ai envie de le lire dès maintenant... » souffla Will, frôlant à peine les lèvres d'Elias. Ses propres mains allèrent à la rencontre de la ceinture que portait encore l'homme. Il ne craignait plus de s'en prendre une en faisant ça et il le prouvait en la défaisant rapidement. « Mais je vais essayer de me contenir, t'as l'air pressé. »

C'était peu dire, mais ça restait une agréable surprise, sans doute plus qu'un livre, et que Will ne comptait pas gâcher avec une conversation susceptible de tout foutre en l'air. À la place, il s'occupa de libérer Elias de son pantalon et de l'attirer un peu plus contre lui, se surprenant à espérer que, peut-être, le moment d'aller plus loin n'était plus très loin... Non pas que d'en rester à quelques caresses le dérangeait, mais un peu quand même. « Tu veux pas voir la chambre ? Ça vaut le coup d’œil. » Un environnement plus confortable, ce serait déjà un premier pas, même si Will ne se faisait pas vraiment d'illusion et qu'il savait que ça n'arriverait pas aujourd'hui, il pourrait toujours essayer de lancer l'idée l'air de rien au moment où Elias n'aurait pas trop envie de dire non.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3584
Points : 3880
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   Mer 3 Jan - 21:58
Will pouvait obtenir beaucoup de chose de moi quand il voulait, mais là, c'était moi qui n'avait pas envie de m'étendre sur ce sujet. Je doutais sincèrement qu'il allait avoir le temps de lire quoi que ce soit, ni qu'il allait en avoir envie au vu des mouvements des ses mains sur ma ceinture. J'avais en effet l'air pressé, mais lui aussi, car sans vraiment tarder je pus envoyer mon pantalon un peu plus loin dans la pièce. Retrouvant son cou pour y jouer alors qu'il parlait de la chambre, il y tenait vraiment non ? Glissant mes mains le long de l'élastique, je m'approprias la chute de ses reins pour le coller contre moi alors que je reculais. Il connaissait les lieux et il m'y conduirait bien plus facilement. Passant le pas de la porte, j'avisais un peu les lieux avant de le pousser dans le lit. Suivant le mouvement, je retrouvais ses lèvres alors que je m'asseyais légèrement sur lui, le sentant se dessiner sous moi avant que mes lèvres n'engage leurs descente le long de son coup, de son torse, jusqu'à son aine. Glissant alors le long de son sous-vêtement, je le débarrassais de ce dernier avant de glisser ma main sur sa virilité offerte. Je n'ai plus d'hésitation, sans doute n'ai-je pas encore la meilleur des techniques, mais j'avais apprit à être plus efficaces, plus appréciable aussi. Loin de la maladresse du début. Loin de son expertise à lui. Je glisse le long de son corps, m'occupant de lui à mesure que son souffle me guidait, prenait de l'importance. Il y avait très clairement un plaisir à le voir presque soumis à ses propres émotions, à ses propres sensation. Un plaisir qui finit par le faire céder une nouvelle fois. Ne me faisant même plus me poser la question sur le bien fonder de le sentir venir ainsi. Je me contentais de me libérer de mon emprise pour couvrir à nouveau sa peau de baiser jusqu'à retrouver à nouveau son cou.

« J'avoue que ce lit là me vend du rêve. ». Même si je n'étais pas allongé dessus, il avait le mérite d'être suffisamment grand pour éviter de nous forcer à des acrobaties. Non là c'était niquel. M'asseyant presque à nouveau sur lui, mes doigts, mes mains continuaient à glisser sur lui tandis que mes lèvres glissaient sur sa mâchoire, sur ses lèvres. J'avais l'impression de chercher à imprégner chaque millimètre de son corps à chaque fois, et comme depuis quatre semaines, je sentais le délié de certain de ses muscles revenir. Il ne mangeait sans doute toujours pas assez, mais l'idée de le voir en pleine possession de ses moyens avait quelque chose de grisant. Si son corps me rendrait déjà dingue comme ça, j'avais du mal imaginer ce que ça pourrait-être si il finissait à Fort Hope, si il mangeait à sa faim, si ses muscles reprenaient leurs droits.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2251
Points : 2302
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   Jeu 4 Jan - 16:33
Le livre fut rapidement relégué au rang de souvenir alors que Will laissait son corps prendre le dessus, restant paradoxalement très passif pour une fois, se contentant simplement de suivre le rythme soutenu qu'imposait Elias aux baisers qu'ils échangeaient et le guidant jusque dans le lit, vaste, confortable, où il se laissa faire tout autant, peut-être encore plus. C'était plaisant de sentir le soldat si pressé et si appliqué à la fois, de se laisser porter par le désir de l'autre et de laisser accroître le sien doucement, lentement, jusqu'à ce que la sensation soit trop forte pour être contenue. Mais Will en voulait plus, toujours plus et la satisfaction qu'il trouva aux attentions d'Elias ne suffisait malheureusement pas à étancher cette soif de plus en plus tenace chaque fois qu'elle était réveillée. Ça faisait quoi, un mois ? Le sexe ne lui avait pas tellement manqué jusque là, c'était supportable et il avait mieux à penser, sincèrement. Mais maintenant... L'envie s'éveillait et la passion de plus en plus assumée d'Elias rendait le tout à la fois grisant et profondément frustrant.

Le feu dans ses veines se calma tout de même un peu alors qu'Elias venait retrouver ses lèvres et Will se permit à son tour de laisser ses doigts caresser doucement la peau du soldat, redessinant ses côtes jusqu'à rencontrer le tissus encombrant du boxer, sur lequel il se contenta pourtant de tirer légèrement sans le retirer pour autant. Ses mains s'égarèrent dans cette zone encore un instant avant de remonter assez brusquement sur les épaules d'Elias, qu'il repoussa contre le matelas, passant sur le dessus à son tour. « On a jamais vraiment travaillé cette leçon sur le contrôle. » souffla-t-il avant de laisser ses lèvres glisser dans le cou d'Elias, ses doigts se frayer un chemin sous son sous-vêtement. Il restait bien plus mesuré maintenant qu'il avait eu l'occasion de se détendre un peu et prenait plaisir à aller lentement pour permettre à Elias de s'enflammer un peu plus. Il frôlait plus qu'il ne touchait vraiment et souffla finalement : « Allonge-toi sur le ventre. » alors qu'il s'éloignait assez pour laisser la place nécessaire.

Il y eu un moment de flottement, d'hésitation, au cours duquel Will resta sans bouger, sans insister, attendant patiemment jusqu'à ce qu'Elias obtempère. Il ressentait une certaine tension menacer de s'installer, mais s'approcha quand même doucement et se pencha jusqu'à poser ses lèvres dans le dos du soldat, remontant lentement le long de sa colonne vertébrale, ses mains faisant de même. Il y allait toujours très tranquillement, prenant le temps d'apprendre par cœur chaque petite parcelle de peau qui passait sous ses doigts, jusqu'à ce que ses lèvres remontent à la nuque d'Elias. « Comment tu te sentirais à l'idée de passer à l'étape suivante ? » demanda-t-il dans un souffle.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3584
Points : 3880
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   Jeu 4 Jan - 17:24
J'étais grisé par son corps, par sa présence, par sa peau, continuant à m'occupait de lui jusqu'à ce qu'il ne commence à répondre, me faisant m'allonger alors qu'il reprenait le dessus pour laisses ses lèvres s'amuser, ses mains descendre. Lentement, jusqu'à mon boxer. Il jouait, il faisait monter le désir, l'envie sans pour autant y répondre. La leçon sur le contrôle ? J'avoue que là, j'avais principalement besoin de le sentir, de m'éveiller sous ses gestes. Et puis il me demanda de m'allonger sur le ventre. Me redressant légèrement, je le fixais, fronçant légèrement les sourcils, réfléchissant pendant quelques secondes, voir minutes. La gorge noué, conscient qu'il devait faire ça à des envies qui dépassaient les miennes. Pourtant, je finis par me retourner, m'allongeant sur le lit avant de frissonner en sentant ses lèvres glisser dans mon dos, remontant le long de ma colonne jusqu'à s'échouer sur ma nuque. Je me raidis légèrement, bien que la frustration et l'envie soit suffisamment présent pour ne pas me faire clairement reculer, pas comme avant. Comment je me sentirais à l'idée de passer à la suite ? Déglutissant lentement, ma respiration s'était faite un peu plus marqué. Le soucis était que si mon corps en avait envie, il y avait autre chose qui bloqué. Comme si c'était une étape encore bien trop importante. Tournant légèrement la tête, je soufflais, « Je suis pas certain… », c'était pas un non, il y avait sans doute du progrès, mais j'étais pas certain de pouvoir le faire. J'étais pas égoïste au point d'ignorer que lui, contrairement à moi savait ce qui l'attendait après, et que quatre semaines à ne faire rien de plus que ce qui pouvait s'apparenter à des préliminaires. Mais allez savoir pourquoi, dans mon esprit, ce n'était pas encore perçu comme quelque chose d'agréable. Je sais pas dans mon inconscient, il y avait cet aspect douloureux. Et même si je me doutais que comme pour une femme il était question de savoir préparer l'autre, savoir le mettre en confiance et créer le besoin, l'envie chez l'autre, je n'en restais pas moins dans mes appréhensions, ce qui était fort stupide quand on savait qu'il brûlait ma peau à chaque contact.

Ce n'était pas juste du désir qu'il provoquait, je le savais, et il devait s'en douter. Même là, si je m'étais tendu, un instant je n'avais pas fuis. L’inconnu me faisait peur, mais plus au point de redresser des murs. J'étais resté là, à ma place, m'étant juste redressé légèrement en appuie sur mes coudes pour deviner son corps. Je ne m'étais pas soustrait à lui, bien qu'il soit toujours là, non loin de moi. Sans doute la frustration me retenait là, empêchant mes craintes de dominer. Ou sans doute avais-je fini par accepter tout ce qu'il pouvait me faire, même si ça, je n'étais pas certain de l'accepter, de bien le vivre. Ce n'était plus comme le reste. Sentir ses lèvres se refermer sur moi ou le conduire à ses limites avec ma langue, j'avais su, j'avais accepté, je savais en redemander, mais là. L'inconnu, les priori m’empêchait de saisir plus. Je ne luis avais pas refusé depuis longtemps quelque chose, mais là, même avec tout les efforts du monde, je n'allais pas savoir. Du moins pas tant que je gardais mes appréhensions.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2251
Points : 2302
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   Jeu 4 Jan - 20:36
L'hésitation d'Elias à se retourner suffisait sans doute à elle seule pour répondre à la question que Will osa quand même poser après quelques secondes de baisers fiévreux. Il ne s'attendait pas à un accord maintenant, il n'aurait pas pu y répondre aujourd'hui de toutes manières, mais il s'agissait simplement de lancer l'idée, d'ouvrir la discussion et il maximisait ses chances d'obtenir une réponse positive en continuant ses caresses doucement, en continuant de faire grimper le désir du soldat malgré l'évidente tension qu'il pouvait sentir dans les muscles passant sous ses doigts. Mais Elias n'était pas encore certain. Ça n'avait rien d'étonnant, vraiment, même si c'était un peu frustrant quand même. À son tour, Will se redressa doucement sans s'éloigner du tout, essayant seulement de ne pas faire peser son faible poids sur le soldat appuyé sur ses coudes et reprit tranquillement le rythme de ses caresses, baladant sa main contre le flanc d'Elias jusqu'à se glisser sous son boxer, ses baisers s’enchaînant à une vitesse folle dans sa nuque et sur ses épaules. Pas certain, ça ne voulait pas dire non, après tout, alors pourquoi pas ? Il suffisait seulement de trouver ce qui bloquait encore et une manière d'effacer cette crainte.

« Qu'est-ce qui te retient ? Qu'est-ce qui te fait peur ? » demanda Will, se pressant un peu plus contre le soldat par un mouvement du bassin qu'il espérait assez tranquille pour ne pas l'effrayer. Juste lui montrer, un peu, les gestes, le désir que Will avait pour lui, comme si cela pouvait l'aider à comprendre qu'il en avait envie lui aussi. Ce qui, dans le fond, n'était pas si bon pour Will lui-même, dont l'imagination et le corps s'éveillaient un peu trop à défaut de pouvoir obtenir plus, rendant ses caresses plus appuyées, ses expirations plus profondes. Mais dans le fond, ça n'était pas si désagréable que ça de vouloir quelque chose à ce point en sachant parfaitement qu'il ne l'aurait jamais. Rien de mieux qu'un peu de frustration pour entretenir la flamme, pas vrai ? De sentir Elias lutter entre son corps et son esprit et voir son corps l'emporter un peu plus à chaque nouvelle rencontre. Une sensation tellement grisante dont Will ne parvenait pas encore à se lasser.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3584
Points : 3880
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   Jeu 4 Jan - 21:10
J'avais répondu, mais il était resté, il continuait à glisser ses doigts sur moi, il continuait à appuyer les brulures sur ma peau. Il continuait à faire monter la pression, l'envie. Quelques soupires se firent plus fort à mesure que ses lèvres marquaient ma peau, à mesure qu'il m'enivrait par ses attentions. Il finit par me demander ce qui me retenait, ce qui me faisait peur. Mon cerveau refusa un instant de s'accrocher à ses paroles, préférant se tendre doucement sous ses contacts. Le sentant s'approcher, se coller contre moi dans un mouvement que je savais calculé. Je ne reculais pas, je ne cherchais pas à m'en défaire, bien au contraire, le frisson qui me parcourait le corps n'avait rien de maitrisé. Il faisait gagner mon corps en température sans que je puisse réellement lutter. Et puis sa respiration gagna en intensité, comme ses gestes, appuyant ses caresses, appuyant ses gestes. Je le sentais, l'expression de son désir en cet instant marquant mon corps à travers le dernier vêtement que je portais. Et tout aussi nouveau cela pouvait être, ça ne faisait qu'attiser ma propre envie, ça ne faisait que gonfler mon désir. Involontairement, j'avais commencé à accompagner certain mouvement alors que mon coeur se mettait à battre plus vite, alors que ma respiration s'accentuait. On ne faisait rien là pourtant. Mais son simple contact, la simple réaction de son corps engageait la mienne. Sans que je ne puisse m'en défaire, sans que je ne veuille m'en défaire.

Les coudes tremblant, mon visage finit par s'enfoncer dans le matelas quelques instant, le temps sans doute que je trouve un moyen de reprendre le contrôle sur tous ça. Les bras glissant sous ces oreillers qui n'était pas à moi, j'eus un léger frissons lors qu'un appuie plus marqué qu'un autre, un sursaut de conscience qui me rappela sa question. Qu'est-ce qui me retenait, qui me faisait peur. Soufflant contre le matelas, je finis par redresser légèrement la tête pour lui répondre, incertain d'avoir le bon timbre de voix. « Je sais pas à quoi m'attendre. », même si ses mouvements m'aidaient déjà à imaginer certaines choses. « J'ai la peur de la douleur aussi… », finis-je par avouer alors que mon front touchait à nouveau le tissus. Plus on avait peur plus on se contractait, on s'ancrait dans une réalité qui finirait par arriver. Je le savais, j'avais suffisamment détendu de partenaire pour connaitre la démarche. Pourtant, là… J'avais l'idée de quelque chose qui ne serait pas agréable, la faute à la société sans doute…

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2251
Points : 2302
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   Jeu 4 Jan - 22:29
Aucune surprise, une fois de plus, quand au bout d'une éternité à mener ce qui ressemblait fort à une petite lutte intérieure, Elias offrir enfin les réponses que Will attendait en continuant son petit manège, ses assauts plus ou moins appuyés selon les moments. Peur de l'inconnu, de la douleur, rien que de très normal dans cette situation certainement, même si des arguments assez logiques suffisaient largement à balayer ces craintes pour Will. Facile à dire pour lui, sans doute. « Ça peut être un peu douloureux. » concéda-t-il tout de même, s'éloignant légèrement pour embrasser de nouveau le dos du soldat, se décollant peu à peu de son corps brûlant. Peut-être qu'il revoyait la douleur à la baisse, il ne savait plus vraiment, honnêtement, mais le pire à faire étant de se concentrer là-dessus, il n'allait pas faire ce plaisir à Elias. « Mais ça peut pas être aussi affreux que ça si on était si nombreux à le faire, pas vrai ? »

Finalement, le jeune homme se laissa retomber contre le matelas à son tour, tourné vers Elias et parcourut son dos du bout des doigts un instant, attendant qu'il accepte d'arrêter de se cacher pour le regarder. « Je te promets que c'est plus agréable que ça en a l'air. Faut juste sauter le pas. » Encore une fois facile à dire pour lui, il en avait bien conscience, mais il faisait de son mieux, vraiment. Malheureusement, il se rendait bien compte qu'il n'était peut-être pas très doué pour ça et que ça ne l'aiderait pas à obtenir ce qu'il voulait, aussi il repoussa une nouvelle fois la discussion de la manière dont il le faisait le mieux : en plongeant sur les lèvres d'Elias, en caressant sa peau comme s'il n'en connaissait pas déjà le grain par cœur, s'essoufflant quelques secondes seulement, jusqu'à ce qu'il se soit assez acharné sur les sous-vêtements du soldat pour l'en débarrasser. « Mais on pourra reparler de ça plus tard, j'ai des choses à faire pour l'instant. » L'idée ne lui sortirait pas de la tête avant un moment, il le savait très bien, mais faute de savoir encore quoi dire pour se montrer vraiment rassurant, autant s'affairer plutôt à empêcher Elias de réfléchir, ce à quoi il se dédia totalement aussitôt en laissant descendre ses baisers le long de son corps.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3584
Points : 3880
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   Jeu 4 Jan - 23:08
L'argument tenait la route, si c'était si horrible que ça, si la douleur était si insupportable, il n'y aurait plus personne pour pratiquer. Comme tout, il fallait s'habituer, il fallait se laisser porter. Sortant la tête du matelas à présent qu'il s'était laissé tomber à côté de moi, je frissonnais au contact de ses doigts sur ma peau avant de lui concéder, « C'est pas faux. », il m'assura à nouveau que c'était plus agréable que ça en avait l'air, il fallait juste sauter le pas. Il serait sauté, à un moment donner, ma frustration naissant de plus en plus à ce sujet, à ce qu'il pouvait faire, enflammer. Visiblement il ne voulait pas me laisser plus de temps pour réfléchir, car il prit possession de mes lèvres, une nouvelle fois, me faisant lui répondre avec moins de retenu que voulu, jusqu'à la libération, jusqu'à ce qu'il quitte mes lèvres pour nous mettre sur un pied d'égalité. Ses lèvres glissant le long de mon corps jusqu'à attendre un point rendu bien trop sensible par tout ça… Ses attentions m'arrachèrent des soupirs qui furent bien plus cruel qu'avant, comme si il n'avait rien fait avant. Ce qu'il me laissait entrevoir à nouveau laissa le plaisir s'exprimer librement, sans honte, sans crainte. C'était derrière moi, je n'avais plus peur, ni envie de retenir ce qu'il pouvait provoquer. Du simple souffle brulant aux convulsions salvatrices. Tendu dans un ultime soubresaut, le coeur battant et la respiration aléatoire je posais un bras sur mon front, cherchant à m'aider, à maitriser l'afflux d'émotions qui continuait à arriver, me poussant à parler sans que ma raison ne puisse reprendre le dessus, « Ok… », il n'y avait pas trop de doute sur le sujet, sur pourquoi je disais ça. J'étais à bout de souffle pour ça, j'étais apaisé, détendu, en accord avec moi-même, quelque soit le sentiment qu'il pourrait y avoir en premier lieux, je savais que je retrouverais ça, en plus intense, à n'en pas douter. « Pas aujourd'hui, mais ok. », repris-je en me redressant sur mes coudes le temps de capter son regard. Réfléchir ne m'avait fait que perdre du temps, perdre une occasion.

Me laissant retomber sur le matelas, je prenais une grande et profonde inspiration, cherchant à réguler tout cas, cherchant à reprendre le dessus. Ou du moins à ne plus être aussi essoufflé, en bout de course. Le pire dans l'historie ? C'était sans doute ce sentiment d'en vouloir plus encore, de savoir qu'il y avait plus et pourtant d'être limité par son esprit, par son imagination qui se bordait à ne faire que supposer sans jamais donner de réponse. Je supposais que j'allais découvrir plus, je supposais que ça irait, car il l'avait dit, si cela avait était si horrible, personne n'aurait continué. Même si pour lui il n'y aurait pas le même investissement, le même engagement sans doute, il était impossible que tout les mecs qu'il avait pu fréquenter soit accro à la douleur...

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2251
Points : 2302
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   Ven 5 Jan - 15:58
Un simple « ok » dessina un fin sourire aux lèvres de Will, qu'il cacha rapidement en embrassant légèrement la hanche d'Elias, premier baiser d'une longue série qu'il appliqua rapidement en remontant jusque dans le cou du soldat. Un seul petit mot, une petite victoire, minuscule même avec l'économie de mots dont était capable le soldat, mais victoire quand même qui parvenait à apaiser Will autant qu'à le rendre plus impatient encore. Pas aujourd'hui, ça ne faisait aucun doute, mais ça arriverait, bientôt. Plus calme, il laissa sa tête reposer sur l'épaule du soldat, fermant les yeux. « Pas aujourd'hui, j'en ai jamais eu l'intention. » D'accord, rassurer ça n'était pas son domaine d'expertise, clairement, mais il n'était pas non plus totalement dépourvu de bon sens, bien qu'on puisse parfois en douter. Malheureusement, il était tout de même assez impatient et ses pensées s'égaraient déjà vers ce prochain rendez-vous, vers les préparatifs et donc les sorties que ça impliquerait. Il allait devoir faire un détour dans son itinéraire si savamment étudié. Il avait souvenir de quelques endroits intéressants, loin, mais quand on veut, on peut, pas vrai ? Et il voulait, vraiment.

Distraitement, ses doigts dessinaient des cercles au hasard sur la peau d'Elias jusqu'à s'arrêter sur une irrégularité sur sa hanche, une cicatrice qu'il s'amusa à redessiner sans y prendre garde. Il n'était pas encore décidé à rouvrir les yeux, pas plus qu'à parler pour le moment, profitant du plaisir un peu coupable de ce moment de flottement où rien n'avait d'importance. Les câlins n'entraient sans doute pas très bien dans leur accord de ne pas s'attacher et tout le reste, mais... ça ne faisait pas de mal non plus, après tout. Pourtant, après de longues secondes sans rien dire, il inspira calmement et osa reprendre la parole. « D'où est-ce qu'elle vient, celle-là ? » Ses doigts continuant de retracer lentement la cicatrice sur sa hanche, il ne prit pas la peine de préciser sa question plus que ça, comptant sur Elias pour comprendre de quoi il parlait, sans même penser que ça pourrait être un nouveau sujet fâcheux qu'il abordait là.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3584
Points : 3880
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   Ven 5 Jan - 16:31
Les frissons qu'il m'arracha en remontant sur mon torse furent en parfaite opposition avec les sensation de chaleur que ses baisers provoquaient en moi. Il y avait une sorte de douceur dans ses gestes, comme si l'annonce de mon acceptation l'avait libéré d'un poids. Tendant légèrement le cou sous ses attentions, je fermais les yeux sans m'en rendre compte lorsqu'il posa son crane sur mon torse. Je n'étais pas certain que cela soit très bon pour nous maintenir détaché, mais je m'en fichais. Je profitais du calme, de ce sentiment de bien être. Ouvrant légèrement les yeux, j'avoue avoir très nettement douté de ses attentions quand il le demanda, mais maintenant qu'il avait eu gain de cause, sans doute la patience était-elle revenu non ? Sans doute. Je n'en savais rien dans le fond, je n'étais pas dans son cerveau, et même si j'y étais, je doutais y trouver des réponses. Il n'était pas aussi lisse que je pouvais l'être dans le fond. Je profitais du moment, de ses doigts jouant sur ma peau, de ma main posait sur lui, pour le tenir involontairement contre moi. Il était maigre, malgré ce que je lui donnais il restait bien plus maigre qu'il n'aurait du. Je n'avais jamais connu la vie dehors, je ne pouvais pas imaginer, seulement, en le sentant, l'idée que je m'en faisais n'était pas rassurante. Loin de là. Finalement il brisa le silence, me forçant à revenir à la réalité lorsqu'il me demanda d'ou venait la cicatrice avec laquelle il jouait. De toute celle que j'avais c'était la moins dramatique, ce qui nous éviterait sans doute un moment gênant. Ce n'était pas plus mal. « Quand on t'envoie des nouvelles recrues et qu'elles ne connaissent pas les sécurités sur leurs armes... C'est un peu l'échec de se faire tirer dessus par son propre camps. ». Je ne l'avais pas prit avec temps d'humour quand c'était arrivé. La douleur n'étant pas ce qu'elle aurait du être, mais l'os avait limité les dégâts. J'avais juste boité un peu, mais je n'avais pas perdu ma vie, alors l'un dans l'autre, ce n'était pas la mort.

Le silence retomba, et mon esprit revient à la charge, la proposition que j'avais à lui faire commençant à me brûler de plus en plus les lèvres. Après ce qui me sembla être une éternité, ma main se referma légèrement sur sa peau pour le prévenir que j'allais bouger, pas grand chose. Je m'étais juste redressé sur mes coudes, me mordant les lèvres dans les dernières secondes comme pour m’empêcher de proposer ça. « J'en ai pas encore parlé, mais sans te forcer à y rester... », fermant les yeux, je cherchais un angle d'attaque. « Je pourrais demander à ce qu'on te laisse rentrer, histoire que tu te poses un peu, que tu souffles... ». J'avais refusé de parlé de Fort Hope et la je lui proposais de venir, pas de rester, de venir. Soyons raccord sur ça. Rester je doute qu'il le fasse, profiter en revanche ca ne serait pas déconnant. « Faire une grasse mat, manger correctement, et genre des trucs qu'on trouve pas ici, prendre une douche... », qu'il ne se vexe pas, je parlais pas de ça de façon intéressé, enfin si, quand même, mais il y avait à gagner et ce plus pour lui que pour moi. Je doutais qu'il soit très communauté ou quoi que ce soit d'autre, mais le fait est que se poser n'avait jamais tué personne. Et lui, je doutais qu'il puisse se permettre une journée sans rien faire entre nous. J'allais sans doute briser l'ambiance, à moins que ce soit elle qui me poussait à proposer ça. Bref, les dès étaient jeté.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2251
Points : 2302
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   Ven 5 Jan - 17:30
Le calme qui s'était installé faisait du bien, sérieusement du bien. Pour un instant, Will arrivait à se vider la tête, à ne penser à rien qui soit qui puisse lui donner envie de prendre la fuite tout à coup, il ne réalisait même pas encore qu'il n'aurait même pas du faire ça en premier lieu. Ça viendrait certainement, mais pour l'instant, il était bien, suffisamment pour laisser échapper un rire à l'explication sur la cicatrice, remontant la ligne du bout des doigts pour la centième fois au moins. Il parvint même à ne pas lancer de réponse un peu désagréable, pourtant il en avait, des moqueries sur la belle armée américaine, mais aucune envie de casser l'ambiance. Il laissa plutôt le silence reprendre ses droits et c'était très bien comme ça, il suffisait simplement d'attendre le moment de la réalisation, soudaine, brutale, qui lui donnerait l'envie de fuir en courant cette situation beaucoup trop... normale pour être vraie. Ça aurait pu être n'importe quoi, une pensée indésirable, un souvenir, un courant d'air, Will ne s'attendait à rien, mais que ce soit Elias qui vienne tout gâcher devait bien être tout en bas de la liste des possibilités.

Pourtant, après un moment sans qu'un bruit ne se fasse entendre, le soldat se redressa légèrement, forçant Will à bouger à son tour et surtout à rouvrir les yeux pour poser le regard sur Elias, s'appuyant sur un coude à son tour, s'éloignant un peu plus sans disparaître vraiment. Et pendant encore un instant, il ne s'attendait à rien de dramatique, jusqu'à... des mots, hésitants. Ses sourcils se froncèrent légèrement, imperceptiblement. Ce que disait Elias manquait cruellement de clarté, mais il n'y en avait pas tellement besoin, Will comprit bien rapidement à quoi il faisait référence et, s'il aurait voulu rester parfaitement impassible, il se redressa pour de bon à ces mots, s'asseyant tout à fait en regardant Elias un instant, sans rien dire. Il venait réellement de l'inviter à visiter l'Hôtel Apocalypse, donc. Hum. Ok. Par mégarde, les doigts de Will se crispèrent sur les draps, alors qu'il réfléchissait à toute vitesse à ce qui était en train de se passer. Ils ne parlaient jamais de cet endroit et ce n'était pourtant pas faute d'essayer, mais étrangement ou non, l'ingénieur en avait une image très précise et malgré tout aucune envie de voir ça de ses propres yeux. « Et comment tu comptes convaincre tes potes de laisser entre un type dans mon genre dans leur palace, exactement ? Vous avez des pass invités pour les plans culs ? » Il était de retour, ce petit ton qui veut tout dire et ça allait mal finir, Will le craignait un peu, mais il n'y pouvait rien. « Je serais pas contre une douche et un festin, je vais pas mentir, mais... T'as jamais voulu ne serait-ce que me parler d'eux, alors c'est un peu brutal comme invitation. » Il prenait sur lui pour ne pas partir en courant maintenant, mais l'envie était forte, vraiment. Et tout à coup, ce petit moment tranquille qu'Elias venait de briser allègrement semblait beaucoup moins inoffensif aux yeux de Will.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3584
Points : 3880
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   Ven 5 Jan - 17:58
Je savais qu'il y avait des sujets à ne pas aborder, je le savais très bien, ou du moins des propositions. Will s'était redressé, je pouvais le deviner tendu. Il me regarda un instant, semblant se chercher avant qu'il ne me demande comment convaincre mes potes de le laisser rentrer. Ajoutant avec ce timbre de voix qui me donnait des envies de le recadrer si il y avait des pass invités pour les plans cul. Soupirant, je le fixais un instant presque interdit avant de répondre, de façon assez sèche, « Ouais t'en veux un ? ». Pourtant lorsqu'il reprit il sembla plus mesuré. Avouant qu'il ne serait pas contre un festin et une douche. Mais le fait que je n'ai jamais voulu parler d'eux donner à ma proposition un côté un peu trop brutale pour lui. Je m'en doutais bien, mais il y avait une fait flagrant la dessous, « Je pense pas qu'il y ait de bonne façon de te le dire. ». Me redressant à mon tour, je mettais la main sur mon boxer que je remis presque aussitôt en sortant du lit avant de le fixer. Je perdais mon temps, je le savais, un mec comme lui n'accepterait pas, et je pourrais lui donner tout les informations du monde qu'il ne viendrait pas. J'étais pas énervé, enfin pas contre lui, mais bien contre moi. Je savais qu'il allait réagir comme ça et je savais que depuis le début je n'aurais pas du l'envisager. Soupirant légèrement, je détournais le regard le temps de me reprendre. On pourrait pas finir tranquillement je pense... On était si... Semblable et différent aussi. « Parce que je savais pas à qui j'avais à faire Will, j'en sais pas plus, mais je suis pas mort et ca va faire un mois qu'on finit à poil dans un lit ou un canapé et même si rassures-toi ca me va très bien de te voir à poil, je me dis qu'éventuellement, vu que t'es pas un dangereux psychopathe dans l'immédiat, ca serait sympa de te faire profiter, ne serais-ce qu'une fois d'un truc que tu peux pas avoir ici… ». Qu'il n'aille pas se faire des films, car même si ce moment était très bien, je savais qu'il ne voulait que du cul, et c'était très bien comme ça non ? Même si je devenais complètement dingue à ses côtés, c'était mieux ainsi. « Après rassures-toi elle est froide, c'est pas un hotel de luxe ! », ajoutais-je concernant l'eau avant de quitter la chambre pour aller prendre un talkie dans mon sac. Revenant presque aussi vite, je le lançais sur le lit, lui laissant bien le temps d'assimiler l'objet.

« Je sais pas si je vais réussir à les convaincre de faire rentrer un plan cul, mais ils me font confiance, suffisamment pour me donner leurs vie, alors je pense que mon jugement ne dois pas être mauvais au point de me planter à 100% sur toi. ». Passant une main sur le visage, je soupirais, je ne comprenais pas pourquoi je m'énervais. « J'ai trouvé ça, quand j'aurais la réponse, je pourrais te donner les coordonnées, seulement si tu veux venir. », dans la même veine, il pourrait me contacter en cas de soucis et si je mets en effet quelques heures à arriver, il n'était pas sans allié, mais ça, j'allais éviter d'en parler. « Je ne te demande pas en mariage, ni de sortir avec moi, rassures-toi mes parents sont mort, je t'invite pas non plus à fêter noël, simplement je te propose de profiter de quelque chose de cool, je ne demande rien en échange, c'est par pur altruisme, même je vais le reconnaître, t'avoir à poil chez moi sera loin de me déplaire. ». L'idée que je puisse faire quelque chose gratuitement ne serait pas pour le rassurer, je m'en étais rendu compte entre deux, mais soyons honnête, cette douche, si il pouvait y être quand j'y étais, je ne serais pas contre. Simplement, il fallait qu'il arrête de croire que ca rendrait les choses sérieuses. Ok, j'acceptais tout maintenant, enfin pas pour aujourd'hui, mais ca voulait pas dire qu'il m'appartenait comme je lui appartenais et ce malgré tout ce qu'il savait provoquer en moi. Ca voulait juste dire qu'il pouvait venir souffler... J'essayais de me convaincre d'un truc, soyons honnête, j'étais trop tendu pour être si détaché que ça... Mais j'étais devenu assez fort pour me mentir à moi-même.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2251
Points : 2302
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   Ven 5 Jan - 18:37
Pourquoi est-ce qu'ils ne pouvaient pas juste en rester au physique et laisser tout le reste à la porte, hm ? L'ambiance chaleureuse et apaisée qui régnait s'envola aussitôt que Will se sentit obligé de parler, de prouver bien clairement qu'il était au-dessus de tout ça, sans doute. Sans essayer de chercher à comprendre pourquoi, en juste une invitation timide, il en venait à paniquer comme un crétin à la seule idée qu'Elias puisse avoir le moindre intérêt plus profond pour lui qu'un seul désir physique. Il prit pourtant avec un sourire désabusé la réponse qu'il obtint du soldat à sa mauvaise blague sur les pass invités, mais n'eut pas tellement l'occasion de renchérir qu'il vit le soldat partir en vrille sous ses yeux en un rien de temps, tout au contraire de ce qu'il cherchait à éviter lui-même. Un instant, Will resta sans bouger, suivant simplement le soldat des yeux alors qu'il se relevait et se rhabillait un peu, pour se lancer dans une longue tirade, tellement longue en fait que Will ne se souvenait même pas de l'avoir déjà entendu parler autant. Il rêvait de tout son cœur d'afficher son habituel petit sourire arrogant au coin de ses lèvres, mais il n'y arrivait pas du tout, il restait crispé et commençait à s'agacer aussi, sans trop savoir pourquoi au fond, juste de voir l'agitation soudaine d'Elias le faisait s'agiter tout autant. Ou presque. Et puis, le soldat lui tourna le dos et quitta la pièce, aussi simplement que ça, sans laisser un droit de réponse à Will. Alors c'était ça ? Il lançait un sujet comme ça et il fuyait ? Et pourtant, il resta assis encore une seconde, ne cherchant pas à retenir Elias. Ça le démangeait, mais s'il restait cohérent deux minutes, que le soldat prenne la fuite réglait le problème, non ? Comme ça, ils n'auraient pas à... avoir cette dispute ridicule, à assumer de près ou de loin quoi que ce soit, ils pourraient en rester là avec cette histoire et ce serait très bien comme ça. « Putain. » souffla-t-il finalement, juste avant de se lever à son tour et de s'habiller, prêt à retrouver Elias dans l'appartement.  Il n'eut pas le temps de faire deux pas que monsieur revenait déjà et balançait un truc sur le lit, sur lequel Will posa les yeux aussitôt, retrouvant son air surpris en voyant le talkie.

Il n'y toucha pas, écouta Elias continuer de s'enflammer un moment en essayant de se calmer doucement mais sûrement. Ça n'était pas une demande en mariage, juste une invitation. Ils n'auraient plus à se chercher un coin tranquille, juste à profiter. C'était plus simple, plus pratique. L'idée de tous ces gens qui traîneraient dehors, qu'il risquait de croiser, à qui il aurait peut-être à parler le mettait mal à l'aise, mais s'il voulait vraiment analyser la situation avec tout le manque d'intérêt qu'il prétendait avoir à ce sujet, il n'y avait aucun véritable problème et seulement des avantages non-négligeables. Il aurait droit au sexe, au confort, à la nourriture et même à une douche, sans rien offrir en retour si ce n'était ne blesser personne. « Je pourrais partir quand j'en aurais envie ? Ne parler à personne, ne voir personne d'autre que toi ? Et ne rien faire pour vous en retour ? » demanda-t-il finalement, abandonnant sa contemplation du talkie pour reposer ses yeux sur Elias. « Je te l'ai déjà dit, je ne ferais de mal à personne, je ne suis pas comme ça. Mais je ne veux pas rester, je ne veux pas vivre avec des gens, je ne veux pas les connaître et je ne veux pas devoir quoi que ce soit à qui que ce soit. Ça te semble possible ? » Si ça n'était que ça, s'il pouvait faire les choses à sa façon et ne pas, une seule seconde, s'intéresser à d'autres, avoir à se soucier d'autres... Ce serait juste un plan cul avec plus d'avantages encore. C'était parfait. Il resta encore à observer Elias quelques instants et soupira finalement, passant une main dans ses cheveux au passage. Chasser la nervosité, essayer de rester rationnel. Il n'y arrivait pas avec ce type, pas autant qu'il l'aurait voulu en tout cas et ça l'agaçait. Tellement. Mais il se secoua un peu et parvint même à retrouver un air moins borné, plus ouvert. « Tu veux bien me parler de cet endroit, alors ? Je suis pas sûr de vouloir venir maintenant que tu m'as dit que c'était pas un hôtel de luxe. Je comptais un peu là-dessus pour me convaincre. » Un peu d'humour ne ferait pas de mal dans ce contexte, mais il voulait vraiment savoir. Sans l'avouer, il attendait d'être rassuré, un peu. De savoir dans quel genre de piège il acceptait de se lancer aussi facilement.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3584
Points : 3880
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   Ven 5 Jan - 20:15
Quand j'étais rentrée, il s'était levé, sans doute l'avais-je interrompu dans quelque chose. Ne cherchant pas plus loin, j'avais lancé le talkie avant de me lancer dans une tirade ayant pour but de me rassurer autant que lui. Lorsque j'eus fini le silence retomba et il sembla réfléchir, à quoi ? Dieu seul pouvait le savoir, mais il finit par briser le silence, demandant si il pouvait partir quand il veut, sans avoir besoin de parler à personne d'autre qu'à moi. Si il pouvait n'avoir rien à faire en retour. Assurant une nouvelle fois qu'il ne ferait de mal à personne, car il n'était pas comme ça. Mais il ne voulait pas rester, il ne voulait pas vivre avec des gens, il ne voulait pas les connaitre, il ne voulait pas nous devoir quoi que ce soit. Ce mec était bien trop solitaire entre nous. Soupirant un bon coup, je commençais à répondre à ses questions, « Je te fais venir, pas eux. Tu repars quand tu veux, tu ne dois rien à personne. Simplement si je t'invite, fais l'effort de rendre les politesses, ne détruit rien, ne vole rien, bref, ce que tu aurais fait chez un mec qui te ramène chez lui tout simplement. », si Logan lui tombait dessus et qu'il ne daignait pas répondre, je doutais fort qu'il puisse rester. Quand à ce qu'il pourrait nous devoir, j'en ferais mon affaire entre nous. J'assumais qui je faisais rentrer et si les autres n'avaient pas la gentillesse de le faire, ça ne serait pas mon cas. Logan serait au courant. « Tu n'intègres pas le camp, et je ne te demanderais pas de rester. Si j'ai l'accords, tu viens quand tu veux, tu pars quand tu veux. », je ne changerais simplement pas mes plans pour lui. Bien que ce n'était pas un hôtel dans le fond et qu'il vienne pour manger et dormir ne m'arrangeait pas. Enfin c'était plus le fait de me faire prendre pour un con qui me dérangeait. Et je ne savais pas pourquoi.

Et puis il me demanda de lui en dire plus sur l'endroit, étant donné qu'il n'était plus sur de venir étant donné que ce n'était plus un hôtel de luxe. Souriant légèrement, je secouais la tête avant de répondre. « Fort Hope. », soufflais-je dans un premier temps pour lui répondre. Ce n'était pas un hôtel de luxe, loin de là. « C'est un quartier qui a été sécurisé par des palissade avec le lac St Clair au bout d'ailleurs, c'est assez sympa en été… », commençais-je avant de reprendre en m'appuyant sur le mur, « T'as une trentaine de maison, peut-être un peu plus… Elles sont pas toute pareil, par contre le confort est le même partout. Lit, matelas, douche… », cherchant quoi lui dire de plus, je finis par ajouter, « On a l'électricité dans les maison, le chauffage aussi, un jardin pour manger, y'a des animaux aussi, un infirmerie, enfin tout ce qui faut pour faire vivre une communauté. », je sais pas si c'est ce qu'il voulait entendre dans le fond, car je n'avais jamais eu à parler de Fort Hope avant aujourd'hui. Baissant les yeux sur le sol, je concluais, « C'est pas toujours là joie, entre les intempérie, les rodeurs et les autres groupes, mais on y est bien, on a un toit et de quoi vivre et c'est pas plus mal. Ca donne une chance à ceux qui sont moins débrouillard que les autres de s'en sortir. ». Même si ils m'épuisaient, que j'avais peur de tout perdre à tout moment. Mais Logan m'avait sauvé, alors je lui devais ça.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2251
Points : 2302
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   Ven 5 Jan - 20:45
Les politesses de base, pas de vol, pas de destruction, pas de meurtre sans doute non plus. Rien de très contraignant en soi, rien que Will aurait du mal à s'empêcher de faire en tout cas. Et du moment qu'il pouvait partir dès qu'il le souhaitait, du moment qu'il pouvait ne pas s'attacher à qui que ce soit dans ce camp, alors tout lui allait très bien. La pensée, fugace, que s'il acceptait d'y aller, c'est qu'il s'était déjà attaché à quelqu'un dans ce camp lui traversa bien l'esprit un instant, mais il ne s'y attarda pas. Il devenait doué, vraiment, pour s'enfoncer plus profondément dans le déni à chaque fois que ce genre de chose le frappait. Ça devenait facile. Il suffisait de se concentrer sur les points positifs, la nourriture quand il aurait faim, la douche, un lit sans aucun risque qu'un pillard ou des rôdeurs ne débarquent tout à coup et tout allait bien. « D'accord. » souffla-t-il donc, dès qu'Elias eut terminé de lui assurer qu'il aurait gain de cause sur les conditions qu'il imposait. Il n'avait que la parole du soldat pour preuve, mais il le croyait, tout simplement.

Ne restait qu'une seule chose à expliciter donc, où il aurait droit d'aller si on l'y autorisait. Malgré diverses tentatives, plus ou moins subtiles, Elias avait toujours refusé d'en parler, mais pas cette fois. Et ce qu'il en disait, c'était... En fait, cet endroit n'avait peut-être pas l'apparence d'un hôtel, mais de la façon dont le soldat en parlait, c'était exactement l'image que Will conservait. « C'est marrant, je t'aurais plus imaginé le genre petit appart en centre ville que grande maison avec les autres Desperate Housewives. » lança-t-il, légèrement moqueur. Mais le cœur n'y était pas tellement, à vrai dire. C'était... tentant ? Il n'aurait pas su le dire vraiment, mais ça le rendait nerveux. Depuis combien de temps maintenant vivait-il comme ça ? Il se souvenait qu'Elias avait mentionné la date, au début, donc ça devait faire un an maintenant. Une année entière à lutter chaque jour pour trouver à manger, pour trouver un abri, pour survivre tout simplement. Et à côté de ça, des gens vivaient le rêve post-apocalyptique quelque part dans le coin, Will allait pouvoir toucher ce confort, cette vie presque normale, du bout des doigts seulement. Sans rien dire, il détourna le regard et se laissa retomber sur le lit, observant le sol entre ses pieds quelques secondes. Visiblement, tout cela le travaillait, même s'il tentait de ne pas trop montrer son trouble. « Ça fait longtemps que... Que vous avez tout ça ? » demanda-t-il calmement, sans regarder Elias. Il ne voulait pas croire que ce soit possible, il ne voulait pas espérer, surtout pas. « Comment vous pouvez même avoir tout ça, en fait ? C'est... » Un petit miracle venait de se produire, le soldat venait de réussir à lui faire perdre ses mots.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3584
Points : 3880
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   Ven 5 Jan - 23:06
D'accord ? Simplement d'accord ? Si le fait qu'il puisse être tranquille le rassurait aussi vite je n'aurais peut-être pas du en faire tout un plat. Lui donnant plus d'information sur l'endroit qui pourrait éventuellement l'héberger, je finis par baisser les yeux, conscient que si tout cela tenait du paradis, il y avait les craintes de tout perdre. Il y alla alors de son petit commentaire. M'arrachant un sourire, je le rassures assez rapidement, « J'aurais préféré un appartement en ville, mais c'est mal fréquenté en ce moment. ». Et puis le silence retomba. Il retourna sur le lit, perdu dans ses pensée, dans ce qu'il pouvait tirer de ses informations. Je savais qu'il y avait sans doute mieux à rêver, mais dans l'état actuel des choses, c'était impossible. Il demanda alors si cela faisait longtemps qu'on avait tout ça. Tout quoi ? Fort Hope ou le confort ? Un peu des deux je suppose, avant de s'étonner de ce qu'il pouvait y avoir. Oui ça relevait du miracle ou d'une entraide… « Fort Hope existe depuis, juillet, ou aout 2015, je sais plus vraiment, j'y étais pas… Tous ce que je sais c'est que non, ils n'avaient rien de tout ça au début. Chaque semaine quelque chose est amélioré, ou proposé au fond… », tout le monde travaillait. Quand la sécurité était assuré, il n'y avait plus qu'à mettre la main à la pâte et c'est tous. Enfin tous… « On a des mécanos, des ingénieurs et des mecs sans doute bien plus doué que moi avec un tournevis. Ils récupèrent des trucs, en font refonctionner d'autre. Quand tu regards bien presque tout a été laissé en état, je suppose qu'il faut juste réunir ce qu'il faut… », c'était sans doute irréaliste, mais ensemble on allait loin alors que seul, on allait juste vite. Sans une communauté Fort Hope ne serait pas là, ou aurait été détruite. La dernière tempête avait fait suffisamment de dégâts pour nous faire comprendre que nous n'étions pas à l'abris de la mort. Nous étions dépendant de trop de chose, ouvert sur le monde, fragile.

M'avançant vers le lit je finis par m'y asseoir, il semblait perdu et je ne savais pas comment l'aider. Il ne voulait pas y prendre part et je pouvais comprendre, dans le fond, il y avait de quoi s'y perdre. Il luttait pour vivre pendant que d'autre semblait avoir tous. Croisant les jambes en tailleurs, je jouais légèrement avec là couette avant de reprendre. « Même si t'y viens que pour quelques heures, tu pourras te déconnecter… », j'étais assez mal à l'aise, non pas que je ne sache pas comment agir dans cette situation, mais avec lui… Je savais pas quelles étaient les limites. Celle que je ne devais pas franchir si je voulais rester cohérent avec moi-même, si je ne voulais pas y engager autre chose. Finalement je finis par baisser les yeux, conscient qu'un mot de trop pourrait me couter tous… Rien que le fait d'avoir peur de perdre quelque chose était un problème. Tant qu'il faisait le con, le connards, le lunatique, je gérais, mais là, il était fragile. Et ça, je savais pas comment le gérer, comment agir pour effacer ça.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2251
Points : 2302
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   Ven 5 Jan - 23:53
Un an aussi, donc. Un rire sans joie traversa brièvement les lèvres de Will à cette information. Tandis qu'il se réveillait au milieu de la nuit, encerclé par la mort, un petit Paradis naissait au cœur de la ville. Peut-être qu'il n'aurait pas du réagir comme ça, il ne savait pas trop ce qui se passait en ce moment, mais l'idée seule de retrouver tout ce dont il manquait depuis deux ans lui faisait perdre un peu trop de son assurance. Elias essayait pourtant de rationaliser, d'amoindrir peut-être ? Le temps, l'entraide, la récupération. Dans sa bouche, tout cela semblait tellement simple. Juste réunir ce qu'il faut... « Et ne pas avoir peur d'attirer l'attention. » lança-t-il à voix basse, sans aucune émotion. Un an que ce petit Paradis s'élevait au milieu des ruines et ils tenaient encore debout. Tout à coup, Will comprenait mieux pourquoi Elias était si stressé sans arrêt, finalement. Pourquoi protéger ce groupe lui tenait tellement à cœur. Il ne savait pas trop quoi dire, à vrai dire et restait peut-être un peu trop silencieux. Mais, plus que jamais, il était curieux de voir cet endroit, au moins autant qu'il était effrayé. Il avait envie de poser d'autres questions à ce sujet, ou du moins de nombreuses questions se bousculaient dans son esprit, mais elles ne traversaient jamais la barrière de ses lèvres et il restait à regarder devant lui, un peu dans le vide, jusqu'à ce qu'Elias ne vienne s'asseoir à ses côtés, le forçant malgré lui à relever les yeux pour le regarder. Il semblait tellement mal à l'aise, tellement timide, tout à coup et Will réalisa que sa réaction n'aurait pas du paraître, qu'il aurait du garder tout ça bien au fond jusqu'à pouvoir y penser plus tard. Alors, difficilement, il prit sur lui d'étirer un sourire qu'il essayait de montrer amusé et lâcha, plus assuré : « Moi qui pensais t'impressionner avec cet appart de rêve... »

À sa manière, avec cet humour discutable, ce sarcasme bien assumé, il mettait un terme qu'il espérait définitif à cette conversation. Il avait su faire bonne figure, se montrer même moqueur, lorsqu'Elias avait laissé apercevoir vaguement un traumatisme au cours de leurs échanges et riait maintenant de voir que finalement, lui non plus n'était pas en reste de ce côté-là. Sans rien ajouter d'abord, Will se laissa retomber en arrière, permettant à son dos d'apprécier une fois de plus le confort indéniable du matelas, une main derrière sa tête, l'autre posée sur son ventre et il observa le plafond quelques secondes. Pas pour réfléchir, cette fois, seulement pour retrouver la maîtrise totale sur son cerveau, sur ses réactions. « T'étais où, avant...Fort Hope, c'est ça ? » demanda-t-il au bout d'un moment. La meilleure défense, c'était l'attaque, pas vrai ? Il agissait certainement comme un vrai con encore une fois, mais en ramenant au premier plan les failles d'Elias, il espérait échapper aux siennes, tout simplement. Retourner le contrôle sur une situation qui lui échappait, pouvoir se détacher un peu de tout ça. Redevenir un peu plus lui-même ou moins celui qu'il s'efforçait d'être depuis un an.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3584
Points : 3880
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   Sam 6 Jan - 0:18
L'attention on l'attirait, ils l'avaient d'ailleurs payé avant que j'arrive. Que je sois là ou pas n'aurait pas changé grand chose d'ailleurs. Je m'étais approchais à nouveau de lui, m'asseyant sur le lit, ne sachant pas comment le prendre. Finalement, ce fut lui qui brisa la glace à nouveau, cherchant sans doute à ce reprendre en affirmant vouloir m'impressionner avec cet appartement de rêve. « Will… », soufflais-je simplement avant qu'il ne se couche, bien déterminé à reprendre le dessus de toute évidence. Il me demanda alors où j'étais avant Fort Hope. Ma gorge se noua presque aussitôt alors qu'une ombre traversa mon regard, « C'est ça. », soufflais-je dans un premier temps pour confirmer son doute quand au nom du camps, pour le reste… Une mains s'était naturellement glissé sur mon torse, touchant la cicatrice qui n'était à présent plus que douloureuse par le souvenir. Il détournait la conversation, tout simplement. Et je n'allais pas m'amuser à la re détourner entre nous. Je ne voulais pas fuir, je ne voulais pas m'exposer, même si c'était trop tard, mon absence de réponse devait suffire à savoir qu'avant, il y avait eu l'enfer. Me redressant alors simplement je quittais le lit le temps de le contourner pour lui faire face, m'avançant pour le chevaucher, je me contentais de rester là, pendant quelques secondes, le temps de réellement décider ce que je voulais faire, même si c'était assez clair en cet instant. Je ne détournerais pas la discussion, j'y mettais fin. Je préférais nettement prendre du bon temps avec lui en cet instant. Je préférais nettement ses lèvres à ses mots. Le fait d'y penser, d'en parler avait eu le même effet qu'au début, redonner une force à cette blessure qui en avait déjà trop. Je la sentais battre, raisonner en moi. Et aussi acide puisse-t-être mes espérances en cet instant, elle ne prendrait pas le dessus.

Il y avait d'autre choses qui pouvait lui vriller l'esprit, je le savais très bien pour y être soumis au même titre que lui, et même si le désir était présent, il était davantage éteint après cette discussion. Toutefois je savais que rien n'était jamais bien loin. Me penchant sur lui, je finis par l'embrasser, sans chercher à comprendre plus loin. L'embrasser non pas comme si ma vie en dépendait, mais comme si l'avenir de la journée était en jeu. D'abords chaste, je finis par laisser libre cours à mes envies, appuyant mes baisers, les faisant plus précis, plus brulant aussi à mesure que mes mains rejoignaient son corps. Il n'était pas le seul à pouvoir faire ce qui l'arrangeait. Je ne le pousserais pas à parler, et je n'irais pas creuser plus loin que ce que j'avais entrevu. Je savais, il savait, mais nous n'étions pas ici pour nous partager les souvenirs les moins tendre de notre vie. Nous avions était clair, la seule chose qui l'intéressait était bien une relation charnelle, rien de plus. Je ne voulais rien de plus. M'attacher de trop reviendrait à prendre un risque. Il ne ferait que venir à Fort Hope si Logan le permettait, rien de plus. Il n'y aurait rien à construire entre nous, juste un échange de bon procédé dont il allait sortir gagnant au fond, mais moi aussi. Si il mangeait à sa faim je doutais qu'il soit aussi maigre qu'aujourd'hui et il ne ferait qu'accroitre le désir que j'avais pour lui. Alors limitons nous à ça. Rien de plus.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2251
Points : 2302
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   Sam 6 Jan - 0:52
Il avait montré une faiblesse, même passagère et ça n'avait rien à faire là, rien du tout. Il insistait si souvent, prônait sans arrêt son désir de conserver un genre de superficialité dans leur relation, malgré les conversations toujours trop profondes et trop intenses qu'ils entretenaient, mais d'habitude ça ne touchait pas à ses failles directement. Mais là, l'espace d'un instant, il avait baissé la garde et il avait perdu, comme s'il y avait un combat à mener dans cette histoire. Blessé dans son orgueil, désespéré de retrouver l'ascendant ou au moins une certaine forme d'équilibre, Will décida donc de faire ce qu'il faisait le mieux, sans doute. Dépasser les limites. Il n'avait aucun moyen de savoir vraiment, mais... Tout ce qui concernait leur passé, à l'un comme à l'autre, c'était une zone obscure, dangereuse, dont il ne fallait surtout pas s'approcher alors, même en posant une question au hasard, il savait qu'il prenait le risque de toucher une corde sensible. Et si ça n'était pas le cas, alors... Tant pis, l'attention reviendrait sur Elias et il pourrait se cacher de nouveau. Il le croyait en tout cas, mais il n'eut aucune réponse et pendant un instant, le soldat s'éloigna, Will baissant vaguement les yeux pour essayer de le suivre et il se retrouva de nouveau prisonnier du corps d'Elias contre lui.

Il resta sans bouger un moment, le regardant faire, grinçant un peu des dents lorsqu'il sentit les lèvres du soldat contre les siennes et la secousse, légère, qui le traversa à ce geste, un peu agacé de ne pas avoir eu cette idée lui-même. Ça n'arrangeait rien, mais ça réglait tout. Plus de conversation, seulement le désir se réveillant lentement. La solution miracle pour continuer à prétendre qu'il n'y avait rien d'autre qui ait de l'importance. Se laissant faire sans mal, Will sortit de cet état statique que provoquait son malaise et glissa une main dans le dos d'Elias, l'autre sur sa nuque, pour le garder à lui, s'impliquer un peu plus sérieusement dans ces baisers qui s’enchaînaient et gagnaient en intensité rapidement. Les problèmes et les pensées désagréables s'envolaient au même rythme soutenu et c'était cent fois mieux comme ça. Instinctivement à mesure que son corps s'éveillait, ses doigts glissèrent contre la peau d'Elias, caressant ses reins jusqu'à trouver un chemin sous son boxer, sans but réel, sans intention, le pressant simplement un peu plus contre son corps. Et malgré tout, il ne cherchait rien, n'attendait rien, ne tentait rien, si ce n'était d'échapper pour de bon au malaise, se noyer jusqu'à perdre le souffle.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3584
Points : 3880
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   Sam 6 Jan - 13:07
Voilà comment régler ses problèmes, en se laissant aller. En refusant de parler en ne faisant que se laisser aller. Il avait eut l'air de réfléchir à tout ça, il n'était en effet pas le seul à pouvoir détourner l'attention à sa guise. Je pouvais le faire, je le faisais même très bien. Et si il sembla passif au début, il ne tarda pas à retourner la situation, à y participer. Et comme à chaque fois, l'on se retrouvait, silencieux, sauf que cette fois, je ne laissais pas le moment étrange revenir. Nous écouter, profiter d'un calme qui ne serait jamais plus qu'avant une tempête. Je ne pouvais pas là. Même si j'avais su oublier pendant une seconde ce qui avait autour de nous, la brulure qui traversait mon corps à la simple pensée qu'il puisse avoir mit le doigt dessus suffit à me faire sortir du lit. Me rhabillant primairement, je regardais par la fenêtre pour estimer l'heure déjà avancé dans la journée. Ca me ferait une bonne excuse non ? Quittant la pièce en silence, je retrouvais le salon pour prendre le jumeau du talkie qui avait fini sur le sol pour commencer à les programmer. Même fréquence, l'un s'enclenchait quand l'autre était actionné. Vérification faite, je lui tendis avant d'essayer de simuler un comportement normal. « Il a la porté nécéssaire. », je connaissais le modèle pour l'avoir utilisé dans l'armée et vu qu'il y avait de toute évidence plus beaucoup d'émissions radio depuis la fin du monde, alors j'avais encore moins de doute. « Je te contacterais qu'en fin de journée pour être sur que tu sois pas en position délicate et potentiellement en danger. », car si il était en plein nettoyage et que je l'appelais, ça pouvait vite tourner au drame, ce que je voulais éviter. J'étais beaucoup trop sérieux en cet instant entre nous. Ca ne me ressemblait pas vraiment, mais je n'arrivais pas à réellement dépasser ça. Il faut dire que de tout ce qu'il pouvait dire c'était bien la seule chose me mettant à genoux. Et le fait que je sois sur qu'il avait cherché à viser juste pour s'en remettre n'était pas pour m'aider. Juste du physique, ne pas se laisser atteindre par autre chose. Si il réussissait à faire ça, c'était juste car il avait trouvé un point faible. Alors pourquoi je n'arrivais pas à le camoufler celui là ? Pourquoi je ne savais pas mentir ?

Secouant légèrement la tête, je soufflais, « Je suis de garde cette nuit, je vais pas tarder. », ajoutais-je en me disant que la nuit serait déjà assez longue comme ça. Penser à tout ça ne m'aiderait pas plus. « Je demande demain si il est là. », si Logan n'est pas sortie pour une raison. Dans le cas contraire, j'allais prendre mon courage à deux mains pour demander si je pouvais ramener mon plan cul… Juste mon plan cul Elias. Juste ça. Ce mec n'avait aucun autre pouvoir que celui de faire s'éveiller mon corps au contact du sien. Rien de plus. Rien de plus. Juste une attirance physique, rien d'autre. La fragilité que j'avais décelé n'était rien de plus qu'un jeu, ça n'avait rien à voir avec une vérité qui m'échappait. Rien à voir avec le fait qu'il porte un masque que je pourrais éventuellement faire tomber. Rien de plus. Juste, un plan cul. Juste un plan cul rien de plus… À force de le répéter, j'allais bien finir par le croire non ? J'allais bien finir par arriver à une forme de vérité non ? Alors pourquoi j'étais encore là, à le regarder ?

_________________




Spoiler:
 
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: "a place that is so pure, so dirty and raw" eliam   
 
"a place that is so pure, so dirty and raw" eliam
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Détroit
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération