Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Newsletter #23 : Janvier 2018
Recherche de RP
[RP commun rouges] Installation Ferme (inscriptions)
[RP Commun bleus] Sauvetage (inscriptions)

IYF fête ses deux ans ! N'hésitez pas à participer aux animations mises en place pour l'occasion et à nous rejoindre le 20 Janvier à 20h pour la soirée CB anniversaire !
Scénarios du mois (+80pts) | Groupes dans le besoin
Pas d'event en cours actuellement

In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Fort Hope Community

 Sorry for the blood everywhere Doc. Ft- Noah Richardson

We have ashes, fire and hope
Corray HammetWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 13
Points : 353
Date d'inscription : 03/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Sorry for the blood everywhere Doc. Ft- Noah Richardson   Lun 8 Jan - 23:11
Il doit être à peu près 16h, une belle fin d'après-midi de septembre ni trop froide ni trop chaude, juste ce qu’il faut. Mais malgré la température idéale mon marcel blanc me colle à la peau et devient légèrement transparent au niveau du col. Je suis là, sous ma bécane allongé à même le béton. Ça fait un petit moment que sur les démarrages mon bébé ronronne un peu trop bruyamment à mon goût, ça lui ai même arrivé de caler en pente. Heureusement qu’ici ils sont sympa et qu’ils ont bien voulu me prêter leurs outils et une petit place dans leur garage sinon bébé n’aurait pas pu rouler encore bien longtemps. Surement un problème au niveau de l'embrayage, c’est un problème assez récurent sur ces modèle de deux roues.  Me voilà donc sous les 300 kg de ferrailles à tripatouiller sous le moteur pour essayer de jeter un œil là où ça coince. Les outils dans la paumes des mains et celle-ci pleine de cambouis j’essaie du mieux que je peux de tenir d’une poigne ferme tous les éléments. Mais ce foutu moteur refuse de se décrocher ! Pourtant il me semble bien avoir tout dévissé là où il fallait et tout déconnecter pour que ça se passe bien. J’agrippe donc celui-ci et essaie de tirer délicatement dessus mais rien ne se passe. Alors j’essaie plus fort, au-dessus de moi la bécane effectue de petits sauts amortis par les suspensions. Même si j’ai l’habitude j’avoue que je ne suis jamais vraiment rassuré quand ça se passe comme ça, 300 kilos sur le torse ça doit piquer un peu quand même. Tiens, mes suspensions ont l’air légèrement déréglées. Je réglerai ça après. Pendant que je jette un coup d’œil furtif à mes roues il n’a fallu que quelques secondes d'inattention pour que tout tourne à l’anarchie. Le moteur s’est soudainement détaché je ne sais par quel miracle et bien évidement je ne suis pas prêt. J’ai le réflexe un peu inutile de vouloir le rattraper au vol, le résultat n’en n’est que plus pitoyable. Non seulement le moteur a atterri mollement sur mon ventre (Vive la brioche, sauveuse de vie !), mais en plus je suis arrivé à me blesser.

   J’ai tout de suite sentis une douleur très aigue et forte en provenance de la partie charnue de mon pouce. J’ai bien sûr, immédiatement hurlé toutes les insultes prononçables et quand je me suis relevé et que j’ai regardé ma main, une entaille béante me faisait face. J’ai tout de suite eu quelques secondes de tétanie, la chose qui m’a faite réaliser c’est le sang qui à finit par atterrir sur mon jean en un bruit sec et feutré. Le, je me suis levé et j’ai attrapé un chiffon à peu près propre pour faire compression. Je donne quelques regards paniqués autour de moi en espérant que quelqu’un ait entendu mes plaintes et vienne me donner un coup de main. Effectivement une tête ne tarda pas à apparaître dans l'encadrement de la porte, la personne se rapproche immédiatement de moi pour voir l'état de ma main et il me conseille d’aller faire un tour à l’infirmerie. Il me demande ensuite si je suis capable de me débrouillé pour y aller seul car il ne veut pas laisser le garage sans surveillance. Je lui fais un signe affirmatif du menton et il m'indique ensuite comment y parvenir. Ce n’est pas loin et apparemment facile d'accès alors ça devrait aller.

   Une fois dehors j’essaie de me faire le plus petit possible, je ne veux surtout alerter personne pour quelque chose d’aussi bénin. Je suis nouveau, je ne connais personne je ne tiens pas trop a passer pour le maladroit de service. Tout de suite c’est comme si le temps tournait au froid et au vent, une sueur froide me prend, surement à cause de la blessure. Ça fait un mal de chien ! Je sers les dents et espère arriver le plus vite possible à l’infirmerie. Je suis donc toutes les instructions à la lettre avant de finalement tomber sur le bâtiment décrit, je suis sauvé ! Je m’approche de la porte et toque un peu maladroitement et nerveusement. Je pousse la porte.

- “Heu… Excusez-moi ? C’est ici l’infirmerie ?
And miles to go before I sleep
Noah RichardsonAnd miles to go before I sleep
avatar
Messages : 375
Points : 914
Date d'inscription : 07/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sorry for the blood everywhere Doc. Ft- Noah Richardson   Jeu 11 Jan - 21:35
Sorry for the blood everywhere
Fort Hope - 06 septembre 2016+ ms.palmer

Il avait été facile dans une autre vie de se soigner en cas de petites blessures. On ouvrait un tiroir et on sortait un pansement et c’était réglé. Ou alors on était même préparé au pire et on avait une trousse de premier secours où trouver tout le nécessaire pour se rafistoler soi-même. Dans une autre vie, on n’aurait pas eu à demander de l’aide pour chaque petit bobo, ou même les plus gros. Il aurait été agréable que les survivants puissent se débrouiller tout seuls. Mais les réserves étaient basses et en plus, les infections courantes. Ainsi il fallait du désinfectant ou de l’alcool et ceux-ci étaient gardé dans l’infirmerie. En cas d’urgence, il ne fallait pas que les médecins aient à courir partout pour rassembler un stock de désinfectants, ce serait contre-productif. Ainsi, Noah était justement entrain de simplement vérifier une petite coupure qui avait entaillé la cheville d’une ouvrière du petit potager qu’ils avaient dans l’enceinte du camp. Les travaux d’extérieur comportaient de menus risques mais n’importe quel petit bobo pouvait très vite devenir un ennemi mortel si on ne surveillait pas. Bien souvent, on disait que les médecins avaient tendance à imaginer le pire et aussi à n’être obsédé que par leurs propres branches de la médecine. Ce n’était pas faux, mais dans de telles circonstances, avec les morts qui revenaient à la vie par le biais d’une réaction inconnue mais sans doute parfaitement explicable, on était jamais trop prudent. Surtout quand la vie ne pendait qu’à un fil dans cet univers impardonnable.

Il entendit quelqu’un toquer et la porte s’ouvrit. Il ne pouvait pas voir qui était là, étant installé dos à l’entrée. Il entendit cependant une voix légèrement timide qui demandait si c’était bien là l’infirmerie. Sans se retourner, concentré sur les légers points de suture qu’il effectuait sur l’ouvrière il répondit « Oui oui c’est ici. Si c’est pas trop urgent, vous pouvez vous installer sur la chaise près du cabinet. » en effet, il y avait des lits et des chaises dans cette première pièce et d’autres dans une pièce adjacente. Il était toujours meilleur d’évaluer l’état de quelqu’un assit histoire de voir s’il y avait des signes de déséquilibre ou de vertiges… Il sourit doucement en disant « Voilà, c’est fini. Je vous mets un bandage vite-fait et ça cicatrisera vite. Vous pouvez éventuellement travailler en restant assise. Ne marchez pas trop et évitez de vous tenir debout. » Elle avait eu de la chance qu’aucun tendon n’ai souffert.

Il finit alors par se tourner vers le nouveau venu. Il avait l’air nouveau. Déjà, il ne semblait être jamais venu à l’infirmerie et ensuite son visage n’était pas vraiment familier. Noah enleva ses gants et les mis dans un panier, là où on mettait tout ce qui devait être lavé pour être réutilisé (oui, même les gants) et en attrapa une nouvelle paire. En un coup d’œil il avait vu le sang dégouliné de sous l’espèce de compresse appliquée sur une de ses mains. Il semblait avoir touché une sacrée veine étant donné que cela avait dégouliné jusque sur son jean. « C’est une coupure j’imagine ? N’enlevez pas le tissu pour le moment. Vous vous appelez comment ? » il fallait maintenir la compression le temps qu’il puisse intervenir. Il avait poussé un tabouret en face du jeune homme et enfilait ses gants rapidement tout en jetant un coup d’œil au cabinet.

_________________

    but one soul stays awake at night
    I was listening to the ocean, I saw a face in the sand but when I picked it up, then it vanished away from my hands... I had a dream I was seven, climbing my way in a tree, I saw a piece of heaven, waiting, impatient, for me...+ ms.palmer
 
Sorry for the blood everywhere Doc. Ft- Noah Richardson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération