Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Ce mois-ci, venez relever des défis et trouver la gloire dans un petit jeu plein de surprises. C'est par ici
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Event #5) Run or Die

In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Fort Hope Community

 Askip je suis un très bon professeur ft Norma Church

InvitéInvité
avatar

MessageSujet: Askip je suis un très bon professeur ft Norma Church   Jeu 11 Jan 2018 - 21:45
20/03/2016 - Fort Hope.

“ Bordel, ce que ça fait du bien putain, s’exclama Noah dans un râle qui à s’y méprendre ressemblait presque à de la jouissance. C’est le panard putain…”

Noah baissa le canon de l’arme dont une mince fumée s’échappait encore. Non, il ne s’adonnait pas à des plaisirs charnels avec une charmante demoiselle du camp pour pousser de telles cris, mais il était bel et bien en train de s’entraîner au tir. Et dans les deux cas, c’était une activité qu’il n’avait pas pratiqué depuis bien longtemps.

Si Noah, il y a quelques années, était un bon tireur n’ayant rien à envier à un policier chevronné -bien avant l’apocalypse- , il avait désormais perdu la plupart de son niveau. La cause : un manque flagrant de pratique. Malheureusement le tir n’était pas comme le vélo, si on ne s’entraînait pas, on en perdait rapidement la maîtrise. Mais cette perte de précision n’était qu’une conséquence intrinsèque de sa vie mouvementée. La prison n’étant effectivement pas compatible avec une telle activité : du moins, quand on se situait du mauvais côté de la barrière et bien qu’il eut plusieurs fois coiffé l’idée de chopper l’arme d’un gardien pour la retourner contre lui, il n’avait jamais eu les balls nécessaires pour le faire.

Toujours étant qu’il se devait rapidement de reprendre la main. En effet, il s’était porté volontaire pour intégrer le groupe de surveillance et la maîtrise du tir était un prérequis fondamental. Logique quand on avait autant de responsabilités et très peu de temps pour réagir. C’était donc dans cette optique qu’il était allé chercher un pistolet semi-automatique et quelques balles dans l’armurerie. Noah avait quelque peu hésité à se munir d’un fusil à pompe quand il avait vu la quantité d’armes disponibles, mais il s’était vite résigné en réalisant que Logan ne serait probablement pas réjouit à l’idée qu’on puisse gâcher les munitions d’une telle arme.

Installé à l’écart, il avait donc réuni plusieurs cadavres de bière et les avaient empilé sur un muret. Bien que peu pratique, Noah avait toujours préféré s’entraîner sur des bouteilles plutôt que sur une vraie cible. Peut-être  parce que, le bruit du verre se brisant et l’explosion en plusieurs fragments qui s'en suivait le mettait fortement en joie. Et puis, c’était bien plus facile de savoir si on avait réussi son tir et  plus pratique dans une moindre mesure que de devoir aller jusqu’à la cible pour savoir où la balle s’était réellement fichée.

Le premier tir fut plus que chaotique, Noah manquant presque de se prendre le recul de l’arme en pleine tête. Il avait presque hésité à se tirer lui-même une balle en loupant les neufs suivantes. Et puis peu à peu, la mécanique solidement ancrée dans sa mémoire avait refait surface. La dixième balle s’était encastrée dans le muret, à quelques mètres de la bouteille. Et la onzième l’avait pulvérisé. Depuis il enchaînait les tirs avec succès, essayant même d’établir des records de vitesse, visant et tirant le plus rapidement possible. Mais ce n’était pas suffisant et il le savait. Une véritable cible était mouvante et les zombies n’allaient pas prendre le temps de lui sourire, taper la pause, afin que Noah dans toute sa médiocrité arrive à leur pulvériser le crâne. Il avait donc suspendu, cette-fois ci, une véritable cible à un arbre. Le peu de vent qu’il y avait à ce moment là, suffisant à reproduire à peu de chose près la démarche brinquebalante d’un infecté. Là aussi, le début avait été très insatisfaisant mais rapidement, Noah avait réussi à loger une balle  suffisamment proche du rond central.

Cependant, la cible était encore trop grosse pour permettre un entraînement véritablement optimal. Par masochisme, Noah se mit donc à suspendre au même arbre un cadavre de bière et essaya de lui faire effectuer un mouvement de balancier. C’est à ce moment là qu’il aperçut réellement la très jeune femme qui le regardait fixement depuis quelques minutes. Il l’avait vu du coin de l’oeil un peu plus tôt mais avait jugé que c’était juste un badaud  de passage. Pourtant, elle était toujours là, non loin de lui.

Légèrement excédé par le fait d’être observé avec autant d’attention, Noah se décida à aller vers elle.  

“ Eh ma jolie, tu t’es perdue ? Y’a un soucis princesse ?”


Il avait volontairement employé une phrase d’accroche digne du plus gros goujat de l’histoire afin de mettre la personne en désarroi -et de la provoquer légèrement aussi, il fallait se l'avouer- . Noah adorait ça. Provoquer avant de connaître, c'était totalement son crédo.


 


HRP : J'ai pas pu m'empêcher de m'écouter la musique de hozier en lisant le nom de ton perso  bounce
We have ashes, fire and hope
Norma ChurchWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 18
Points : 325
Date d'inscription : 20/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Askip je suis un très bon professeur ft Norma Church   Ven 12 Jan 2018 - 10:30
Plutôt qu'une jeune femme, Norma était encore une adolescente. Techniquement, la vingtaine passée (voire tout court), on était plus une petite fille, mais bien une adulte. Seulement, ce serait mentir à la face du monde de dire qu'à vingt ans, tout le monde est bien trempé, sérieux, plein de responsabilités faciles à remplir... voilà, en fait, c'est le bordel. Et quand le monde est fini, c'est carrément le chaos. C'est aussi l'âge où l'on a – normalement - cessé de dire à ses enfants « ne prends pas de drogue », « ne fume pas », « ne touche jamais à une arme ». Norma avait presque respecté leurs volontés : elle ne se drogue pas, ne fume pas... et les armes, elle ne sait de toutes façons en manipuler aucune.

Sa batte lui suffisait, et dans le feu de l'action, il était parfois grisant de sentir une chair molle et peu résistante se déchirer sous les coups sévères du bois qu'elle agitait avec force. Heureusement d'ailleurs que ces macchabées en promenade de santé (un peu long, comme appellation, mais elle aime bien) se faisaient facilement battre, du moins, quand il s'agissait de les massacrer. Ils connaissaient aussi bien l'attaque qu'ils n'avaient aucune notion de défense – et tant mieux pour ceux encore vivants. C'est pourquoi, grosso modo, battre à mort (re-mort ?) ces choses suffisait amplement pour la défense de l'Anglaise. Pour l'instant.

On le lui avait fait remarqué plusieurs fois : il était favorable pour le bien de toute la communauté de connaître un minimum les armes à feu. « Imagine... »

- Tu te fais encerclé, et là, tu perds ta batte. C'est là qu'un revolver te serait utile ! Et ça prend moins de temps pour tuer, quand tu sais viser.
- Mais l'revolver, j'peux l'perdre aussi.
- Si tu le tiens à bout de bras comme ta batte tout l'temps, ouais. Mais bien accroché à la ceinture, crois-moi, ça peut te sauver la vie plus d'une fois.

Fort argument, bien que simple, mais tout de même raisonnable. Norma n'avait alors rien répondu d'autre. Hormis le fait qu'elle avait de toutes manières bien trop l'habitude de sa batte et, qu'en plus, elle n'avait jamais tiré sur qui que ce soit avec quoi que ce soit. « Noah Chase, tu connais ? … Non, bon, tant pis. Écoute, il s'entraîne pas mal depuis qu'il est là, j'crois qu'il a été flic ou un truc comme ça. Pourquoi t'irais pas l'voir ? Arrête de faire la gueule, j'te donne des conseils ! » Avoir un professeur ne signifiait qu'une chose, pour Norma : recevoir des ordres, écouter sans faute la personne, quand bien même l'école n'existe plus dans la société actuelle (si on pouvait toujours l'appeler « société ») et qu'il n'y a pas à avoir peur de se faire noté ou punir. Après, comme Norma, beaucoup aujourd'hui avaient changé : plus stressés, plus durs, trop attentifs, trop agressifs...

Si Norma devait suivre des « cours » ou un entraînement digne du camp militaire, à elle les engueulades à gogo ; sans compter qu'elle n'aime pas devoir obéissance à qui que ce soit, et encore moins à des adultes. Et puis, « Noah Chase », ça lui disait rien du tout. Beaucoup de gens arrivaient et mourraient, à Fort Hope. Elle pouvait pas retenir les noms et visages de tout le monde. Un peu comme dans une nouvelle classe, où l'on avait pas spécialement envie de s'intéresser à ses camarades : parfois, c'est à la fin de l'année qu'on a enfin retenu qui est qui, avant de les quitter définitivement.

Au final, accompagnée de son chien Dakota qui la suivait toujours où qu'elle aille (elle n'avait même pas à lui donner l'ordre, c'était devenu naturel comme évident), Norma parcourut l'extérieur coincé entre ces remparts, et se dirigea vers les échos de balles tirées. Dakota grogna lorsqu'il se sentit trop près, mais une caresse brève de sa maîtresse lui fit comprendre qu'il n'y avait rien à craindre – en toute logique. Malgré le bruit assourdissant que c'était – qui lui paraissait bien moins fort depuis le temps qu'elle entendait des gens tirer sur d'autres « gens » - elle avança près du terrain où le fameux Noah (pas celui-là, l'autre) semblait visiblement s'entraîner. Pouvait-on mieux tomber ? Nah, c'était sans doute la plus grosse chance qu'elle avait depuis la mort de ses parents.

Un bref regard de l'individu la fit tiquer : l'avait-il vu ? Après, quelle idée on a de venir déranger à l'improviste quelqu'un qui reprend du poil de la bête. Ouais, 'fin moi, j'm'en fous. S'il veut pas m'aider, après, j'm'en fous j'irai pas demander deux fois. Elle croisa les bras durant son observation, cherchant où était la difficulté à se servir d'une arme. Ça semblait si facile dans les films et même en réalité, parfois... Où était le fameux mouvement de recul (Norma était arrivée après que Noah ait failli se prendre le tout dans l'oeil) ? Le bruit du verre qui explose était exaltant. Norma connaissait cette petite jouissance à briser du verre quand elle triait les déchets avec ses parents... C'était... bah marrant, quoi.

« Eh ma jolie, tu t’es perdue ? Y’a un soucis princesse ? »

Elle cligna des yeux. Oooh, celui-là, elle allait l'adorer...

- Bon euh, déjà, j'suis ni ta jolie, ni une princesse, et... c'est toi, Noah Chase ?

En sentant le ton plein d'animosité de sa maîtresse, Dakota se mit légèrement sur ses pattes arrières. Ce type était cool ou dangereux, au final ?

- On m'a dit qu'tu pouvais m'apprendre à tirer.
InvitéInvité
avatar

MessageSujet: Re: Askip je suis un très bon professeur ft Norma Church   Ven 12 Jan 2018 - 19:16
Chose assez surprenante, la jeune femme ne s’était pas démontée.  Malgré un début hésitant, le ton plein d’animosité qu’elle employa pour lui répondre était si criant qu’il se demanda même si elle n’allait pas le foudroyer sur place ou lui jeter son clebs dessus. Noah manqua quand même d’esquisser un sourire, la discussion à venir n’en devenait que plus intéressante. Il avait toujours eu une grosse préférence pour les personnes qui avaient du répondant car lui-même en était énormément pourvu. Concernant son interlocutrice, c’était d’autant plus intéressant car en apercevant son apparente jeunesse,  il n’avait pas parié là dessus, jugeant que  son approche triviale allait être suffisante pour la faire partir ou au  moins la mettre en déroute. Le contraire restait assez intriguant mais finalement pas si étonnant que ça.

Car si Noah était souvent plein de préjugés, il ne savait que trop bien que l’aplomb n’était pas toujours intrinsèquement lié avec l’âge et qu’une gamine pouvait avoir bien plus de répondant qu’un adulte. D’ailleurs, l’âge n’était pas un critère pour grand chose désormais. Ni pour la violence ni pour le courage.

L’apocalypse ayant rompu la plupart des codes sociétaux, même un gamin de quatorze ans, s’il avait survécu jusqu’à là, avait été probablement obligé de commettre des actes horribles. Au mieux en se battant pour garantir sa survie au pire en ayant du abattre lui-même ses parents fraîchement infectés.  

D’ailleurs, à bien y réfléchir, c’était la société moderne qui conditionnait les gosses en les faisant devenir de parfaits assistés, dépendants d’amour et de bons sentiments. Il n’en avait pas toujours été ainsi Après tout, les spartiates en leur temps,  pratiquaient bien “l’agôgè” et n’hésitaient pas à mettre leurs progénitures pendant treize ans au main d’un instructeur tyrannique pour que celles-ci s’endurcissent. Et si, certaines guérillas dans le passé n’avaient pas hésité à avoir recours à des enfants soldats, ce n’était pas pour rien, mais une énième preuve que même un jeune pouvait avoir recours à la force.

Il sortit soudain de ses songes quand il s’aperçut qu’il n’avait toujours pas répondu à la jeune femme et que celle-ci venait tout juste de lui préciser la raison de sa venue.

C’était donc ça. Elle voulait que Noah endosse le rôle d’entraîneur et l’apprenne à tirer. Il était partagé entre l’hilarité et l’indignation. Il ne la connaissait ni d’ève ni d’Adam et même si elle semblait appartenir à la même communauté que lui, il n’en avait passablement rien à foutre du sort d’une gamine. Si elle ne savait pas tirer c’était son problème pas le sien. Et puis, est-ce qu’il avait vraiment la tête d’un prof. Qui était assez fou pour conseiller une gamine de son âge d’aller vers lui pour apprendre quelque chose. Finalement, à bien des abords, c’était une preuve de plus que son passé de criminel multirécidiviste était bien caché. Beaucoup devaient le prendre pour un ancien flic ou quelque chose dans le genre. D’un autre côté, la gamine semblait intéressante et il était curieux de savoir à quel point elle avait du répondant.

-  Trois choses. D’un, oui je suis bien Noah Chase. De deux, c’est qui “on” et de trois, est-ce que j’ai la putain de tête d’un mec de la NRA ?  

Il prit un ton volontairement agressif et après avoir fini sa tirade, dégaina le pistolet et fit feu sur la bouteille toujours suspendu à l’arbre. Bingo, il l’explosa du premier coup. Noah était particulièrement satisfait de son effet. Si avec ça la gamine n’était pas impressionnée... Il poursuivit :

- Et puis bordel, t’as quel âge ? 10 ans ? 11 ans à tout casser. T’as toujours des gouttes de lait maternel qui perlent de ta bouche et tu voudrais que je t’apprenne comment tirer ? ironisa t-il, Désolé ché-rie mais je ne fais pas dans le babysitting. Mais t’inquiète pas princesse, il y aura bien deux trois jeunes de ton âge qui t’aideront avec grand plaisir. Du moins si tu sais te montrer très gentille avec eux. Si tu vois ce que je veux dire.

Ce sous entendu lubrique était d’une incroyable bassesse, mais si avec ça il n’avait pas la réaction escompté, c’est à dire la fuite de celle-ci ou encore mieux, son énervement, Noah ne répondrait plus de rien. L’ancien taulard venait d’entrer dans une sorte de jeu de dupe et s’il n’en connaissait pas encore les enjeux, il était plus que ravi de la tournure que risquait de prendre la discussion. Cela s'annonçait être mordant.


HRP : Au cas où tu ne saurais pas, la NRA = national rifle association. Et oui, elle arrive après que Noah se soit pris le recul dans le pif, sinon ça m'aurait étonné qu'elle veuille prendre les cours de quelqu'un qui ne sait même pas contrôler son arme Wink
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Askip je suis un très bon professeur ft Norma Church   
 
Askip je suis un très bon professeur ft Norma Church
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Fort Hope Community
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération