Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #33 : Novembre 2018
Animation trimestrielle #1 Once upon a time !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Intrigue #5 Recensement !
De nombreux postes vacants de l'armée sont encore disponibles. N'hésitez pas à venir jeter un coup d’œil par ici !
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - Chapitre I : New rulers, new rules > A lire ici

In Your Flesh :: Michigan State :: Fort Hope

 I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2340
Points : 2520
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Ven 19 Jan - 18:44
Silencieux, Will observa le soldat tirer ses deux dernières flèches en se mordant l'intérieur des joues pour retenir le moindre son de filtrer, s'empêcher de lui prodiguer quelques bons conseils ou quelques mauvais mots sur le fait qu'une fois encore, il avait raté le centre à cause d'erreur pas très difficiles à corriger. L'important restait que les deux flèches s'approchèrent bien plus que celles du jeune homme et que la victoire du soldat était donc assurée. À voir ce qu'il comptait en fait, tout était possible avec des deux-là. Même si pour le coup, Will aurait apprécié qu'Elias fasse semblant d'être un peu crétin l'espace de quelques secondes, qu'il accepte sa victoire et propose quelque chose qui les occuperait tous les deux sans que ça ne finisse mal pour qui que ce soit. C'était une option parfaitement envisageable, après tout, depuis leur réveil Elias s'étant révélé comme le plus calme des deux, il aurait pu continuer ainsi. Mais la remarque sur le changement de position du jeune homme explicita clairement qu'il n'en avait aucune intention.Will se permit de lâcher un soupir alors que l'homme clarifiait sa pensée déjà limpide et en venait à poser la question fâcheuse. « Je n'ai pas triché. » affirma-t-il lorsque le silence retomba. Il n'était même pas sur la défensive en disant cela, juste fidèle à lui-même et toujours très sûr de lui. « Mes flèches se sont retrouvées exactement là où je le voulais. » Certes, Elias lui avait laissé la porte ouverte pour mentir, mais si l'idée était de détendre l'ambiance en premier lieu, aucune chance que ça n'arrive si Will se mettait à mentir en regardant le soldat droit dans les yeux.

Un nouveau soupir traversa les lèvres de l'ingénieur et il déposa son arc et son carquois sur le sol à son tour, avant de s'approcher pour venir se planter juste devant Elias, luttant une fois de plus pour se concentrer sur ce qu'il voulait en faisant taire les pensées parasitaires. « Je te l'ai dit, je suis nerveux et la compétition n'a rien arrangé. » souffla-t-il, détournant rapidement le regard alors que l'une de ses mains se posait sur le flanc du soldat. « J'ai seulement pensé que ce serait plus simple de te laisser gagner plutôt que de me laisser une occasion de dire ou faire un truc stupide. » Les doigts de sa main libre se refermèrent sur le col du pull d'Elias, l'attirant légèrement contre lui. « C'était quand même amusant. On pourra recommencer. Mais là, j'ai besoin de me détendre... » Son sourire revint timide avant qu'il ne s'approche davantage. « Et toi, t'as besoin de t'entraîner. » Parce que franchement, pour un tireur d'élite expérimenté, il avait quand même quelques soucis pour viser juste. Quoi que si Will faisait le malin en ce moment, ça n'aurait sans doute pas été la même chose si le soldat se décidait soudainement à lui mettre un fusil entre les mains.

_________________
Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 4002
Points : 4942
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Ven 19 Jan - 21:44
Il n'avait pas tricher, il avait tiré exactement la ou il voulait. Il voulait donc perdre ? Il s'approcha alors de moi après avoir déposé l'arc sur le sol. Il était nerveux, la compétition n'avait rien arrangé. On parlait du fait qu'il avait créé une compétition seul ? J'avais simplement proposé qu'il me donne un coup de main, mais pas forcement maintenant. Il avait voulu faire ça maintenant. Ne disant toutefois rien, je baissais juste les yeux lorsqu'il glissa sa main sur mon flanc, les relevants presque aussitôt lorsqu'il affirmait avoir pensé que ça serait plus simple de me laisser gagner plutôt que de lui laisser une occasion de dire ou faire un truc stupide. Je commençais à comprendre un peu plus ce qu'il en était. Le laissant m'attirer contre lui, il affirmait que c'était amusant qu'on pourrait recommencer, mais que pour le moment il avait besoin de se détendre. Et moi de m'entrainer, ok, là je pouvais pas rester sérieux, secouant légèrement la tête je soufflais, « J'aurais pu tirer parfaitement à côté de l'arbre aussi. », glissant mes mains sur ses hanches puis ses reins, je l'attirais entièrement contre moi avant de l'embrasser, sans chercher à me combler quoi que ce soit. Juste à l'embrasser, juste à faire ce qu'il voulait finalement. Finissant par lui rendre sa liberté, je repris, « Dis moi ce qui t'y aiderait ? », que ce soit lire, rentrer, bref ce qu'il fallait pour lui libérer l'esprit. Nos journées étaient intenses depuis toujours mais hier et aujourd'hui… On avait dépassé nos limite je pense.

Et l'aider ne serait pas de trop fondamentalement, j'avais réussi à reprendre mon calme, pas lui. Je pouvais au moins l'aider à avancer, à ce reprendre, à se détendre comme il s'était acharné à le faire pourquoi depuis des heures. C'était le minimum et j'étais loin de me penser égoïste au point de l'oublier. Alors oui, je m'entrainerais à l'occasion, sans soucis, mais le détendre et chasser sa nervosité ne serait pas un mal. Au contraire. Je lui avais rendu un peu d'espace, sans doute pas physiquement, mais mes lèvres avaient fini par s'éloigner à une distance raisonnable. Mes mains toujours contre lui me rappelant discrètement la chaleur de son corps.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2340
Points : 2520
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Sam 20 Jan - 0:48
 Le sourire de Will se fit un peu plus convaincant alors que le soldat lui affirmait qu'il aurait pu viser à côté de l'arbre sans problème. Vu ses performances, le jeune homme n'en doutait pas le moins du monde, à vrai dire. Mais ça, à peu près n'importe qui aurait pu le faire. D'ailleurs, il avait bien l'intention de lancer une moquerie à ce sujet, mais il fut légèrement retardé dans ses projets par un baiser qui eut au moins le mérite de le calmer un peu. « Ça me surprend même que tu aies réussi à toucher l'arbre. » souffla-t-il quand même à voix basse, plus taquin qu'autre chose, quand il put parler de nouveau. La question maintenant, c'était de savoir quoi faire pour qu'il arrive à se détendre durablement et qu'il parvienne à repousser encore un peu la panique qui attendait tranquillement son heure. Il la laisserait s'exprimer librement, dès l'instant où Elias ne serait plus là pour en faire les frais, mais pour l'instant il fallait vraiment qu'il la retienne. Hélas, retrouver la quiétude qu'ils avaient pu traverser le matin même semblait assez compliqué en ce moment. Détachant son regard du soldat quelques instants pour observer le jardin autour de lui, le jeune homme sembla finalement trouver une idée qui devait lui plaire, à en croire la lueur un peu plus joyeuse qui brillait dans ses yeux quand il reporta son attention sur Elias. « J'imagine qu'il faut que tu ailles remettre les arcs où tu les as trouvé ? » demanda-t-il, plus pour parler qu'autre chose puisqu'il n'attendit pas de véritable confirmation avant de reprendre. « Débrouille-toi pour que ça prenne encore quinze minutes et retrouve-moi ici. » exigea-t-il finalement en se détachant du corps d'Elias.

Il attendit patiemment que le soldat ne le laisse seul pour retourner dans la maison et filer à l'étage, où il se permit de fouiller dans le dressing pour y récupérer un draps. Et, récupérant son sac et des livres au hasard sur le chemin, retourna rapidement dans le jardin. Il lui fallut effectivement un petit quart d'heure à s'affairer avec des cordes qu'il avait récupéré au cours de ses fouilles pour faciliter ses escalades quotidienne avant de parvenir à un résultat satisfaisant. Mais au bout du compte, il se retrouva debout au milieu du jardin, à pouvoir observer avec satisfaction son installation qui ressemblait presque à un hamac convaincant tendu entre deux arbres, à peine une minute ou deux avant qu'Elias ne vienne le retrouver. « T'en dis quoi ? En attendant qu'on aille faire un tour à Ikea pour te trouver un canapé digne de ce nom. » annonça-t-il, visiblement content de lui, bien qu'il soit difficile à dire s'il était satisfait de son bricolage ou de sa pique sur le canapé. Sans attendre davantage, il alla tester son installation en se laissant glisser sur le draps tendu, cherchant rapidement Elias du regard. « Tu viens ? » Le confort n'était pas génial, certes, mais ça restait plus agréable qu'une chaise en bois au milieu d'une pièce vide et apportait une légère variation à l'idée de rester au lit toute la journée sans rien faire, plan qu'ils n'auraient jamais du abandonner en premier lieu de toute façon. « J'ai pris quelques livres pour te laisser un peu tranquille, mais avant ça... Je crois que j'aimerais que tu me racontes l'un de ces contes japonais que tu as mentionné hier soir. Celui que tu préfères ou juste un dont tu te souviennes, peu importe. » S'il fallait qu'il retrouve sa sérénité d'esprit... Écouter des contes pour enfants n'était peut-être pas le plus passionnant, mais de cette façon, il s'assurait seulement d'éviter d'approcher de près ou de loin un sujet trop sensible pour l'un ou l'autre, en profitant simplement du plaisir d'entendre Elias lui parler. Chose qu'il aimait peut-être un peu trop pour son propre bien, mais tant que ça passait inaperçu, aucun problème. Et au moins, ils passeraient un moment ensemble, léger, qui ne se révélerait peut-être pas à la hauteur de ceux partager ce matin ou la veille, mais qui sait. Du moment que Will parvenait à la fermer durablement, tout était possible.

Spoiler:
 

_________________
Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 4002
Points : 4942
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Dim 21 Jan - 2:06
Surprit que j'ai touché l'arbre ? Surprit ? J'avais perdu, mais pas à ce point quand même non ? J'avais été piqué légèrement dans mon égos, mais pas le temps de m'y arrêter là. Il avait besoin de moi, pas du contraire. Il sembla détourner très rapidement son attention de moi. Regardant autour de lui pour finalement présumer, à raison, du fait que j'allais devoir ramener tout ça. Du coup je devais m'arranger pour que ça prenne au moins quinze minutes, fronçant légèrement les sourcils, je le regardais s'éloigner avant de souffler, « Ok, je vais prendre mon temps alors. », m'abaissant pour prendre les arcs et les flèches, je fis demi-tours pour aller rejoindre l'armurerie et rendre ce que j'avais emprunter, au moins je n'aurais pas été prendre les affaires des autres pendant trop de temps. Evitant donc toujours de me précipiter sur le chemin du retour, je finis toutefois par revenir, rejoignant Will dans le jardin avant de découvrir dans un sourire, le travail de Will. Il avait fait ça ? J'en disais quoi ? Avançant de quelques pas, j'arrivais à son niveau, constatant qu'il avait vraiment fait un travail impressionnant et c'était pas le genre de chose qu'on voyait tout le temps. « C'est une super idée ! », vraiment, je le pensais. Il me proposa donc de venir, ce que je fis sans me faire réellement prier, prenant position après qu'il m'ait assuré avoir prit quelques livres pour me laisser tranquille. Mais avant ça, je devais lui raconter un conte japonais, celui que je préférais ou celui dont je me souvenais. Le léger balancement de son hamac de fortune aidant sans doute, je passais un bras, derrière ma tête. « Kaguyahime, celle dont je me rappelle le plus parce que j'aimais bien la finalité… », expliquais-je, plus pour lui répondre sur ce qu'elle était vraiment.

« C'est l'histoire d'une enfant trouvé dans un bambou par un coupeur, elle disait venir de la capitale de la lune, Tsuki no Moyako. Elle était magnifique, d'une beauté telle qu'elle attira les faveurs de 5 princes qui finirent par réclamer sa main à son père adoptif. Elle leur demanda de lui apporter un objet légendaire bien précis, n'acceptant d'épouser que celui lui ramenant. Les trois première cherchèrent à la duper en lui offrant des faux, le quatrième ne sut finir sa quête et le dernier mourut en essayant de le trouver. », soufflais-je d'une traite, fixant les feuillages, « Au final, l'empereur du Japon lui-même s'éprit d'elle, mais elle refusa toute demande en mariage. Profondément triste, Kaguya changea, son comportement devenant de plus en plus fragile. Elle n'avait de cesse de pleurer et ce pendant tout l'été. Inquiet, ils cherchèrent à l'aider, sans réussite. La jeune fille finit par leurs révéler qu'elle n'était pas de ce monde et qu'elle devait retourner parmi les siens, sur la lune. Ne la croyant pas, ses parents et l'empereur tentèrent de la convaincre, cherchant à la garder sur terre. », à la contraindre, à la faire renier ses origines, ses espoirs, « Mais un jour, des êtres célestes vinrent la chercher pour la ramener sur la lune et ainsi faire cesser ses pleures. ». Un conte sur une fille n'était pas forcement ce qu'on attendait venant d'un garçon, mais la moralité était qu'il ne fallait pas être ce qu'on l'on attendait de vous, mais bien ce que l'on voulait être. Ce que je n'avais pas su faire sur le long terme, me cachant derrière une sécurité. « Je trouvais qu'elle avait du courage. ». Baissant les yeux sur les livres, je l'interrogeais alors, « T'as prit quoi ? », surement ce qui allait retourner un cerveau peu entrainé.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2340
Points : 2520
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Dim 21 Jan - 15:43
 L'idée du hamac semblait plaire au soldat et si cette réaction n'alla pas jusqu'à arracher un vrai sourire à Will, il se permit au moins de se détendre un tout petit peu. Il suffisait de rester concentré sur les bons côtés, vraiment. Il pouvait faire cela, il pouvait faire n'importe quoi, n'est-ce pas ? Motivé par ce léger encouragement, le jeune homme prit donc place dans le hamac, invitant Elias à le rejoindre et ils se retrouvèrent rapidement collés l'un contre l'autre dans un inconfort certain qui remplissait pourtant l'ingénieur d'un improbable apaisement. Il se sentait mieux ou du moins un peu plus décidé à faire perdurer ce moment de calme et demanda pour cela qu'Elias lui raconte une histoire, un conte dont il avait fait mention si rapidement la veille comme était l'un des bons côtés à être japonais. Et pour les minutes qui suivirent, Will eut droit à un récit relativement condensé d'une histoire sur une princesse venue de la Lune. Peut-être qu'il ne suivait pas avec attention les détails, ça n'était pas tellement ce qui lui importait dans tout cela, le contenu lui passait relativement au-dessus, mais il parvenait à dresser une barrière un peu plus solide entre sa conscience et son inconscient à chaque mot et c'était parfait. Il comprenait au moins ce qui devait plaire à Elias dans cette histoire, ce qui lui arracha finalement un vrai sourire alors que le soldat avouait trouver la princesse de l'histoire courageuse.

Aussi, avant de répondre à la question que le soldat venait de lui poser, le jeune homme prit le risque inconsidéré de se déplacer, venant se pencher au-dessus de lui pour l'embrasser quelques secondes, sans trop savoir pourquoi. Ce qui l'avait tant amusé quelques semaines plus tôt, la force que l'homme avait mis toute sa vie à lutter et se conformer en même temps à ce qu'on attendait de lui, l'amusait moins désormais. Peut-être même qu'il parvenait à se défaire peu à peu de son hypocrisie. Il s'éloigna finalement, pour mieux se pencher pour attraper son sac, faisant basculer le hamac au passage. « Je t'ai pris celui-là, au cas où tu n'aurais pas encore terminé. » annonça-t-il en lui tendant son exemplaire de Catch-22, après avoir repris sa place. « J'ai les bouquins qui traînent sans arrêt dans mon sac : mon guide pour apprendre le japonais, Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur, le tome 4 de la Tour Sombre, un exposé philosophique sur la place de la religion pour l'Homme, L'origine des Espèces de Darwin, une biographie de JFK, le roman japonais que tu m'as donné et un roman épistolaire complètement nul qui raconte l'histoire d'amour entre deux mecs qui étaient tombés amoureux l'un de l'autre au lycée et se retrouvent vingt ans après. Et j'ai ramassé le bouquin de Shakespeare qui traînait sur la table. » récita-t-il très sérieusement comme s'il parlait de la chose la plus importante au monde, sortant tout de même ce dernier ouvrage. « Tu ne l'as pas lu, pas vrai ? » demanda-t-il d'un ton neutre. Le bouquin n'avait littéralement pas bougé d'un millimètre de l'endroit où il l'avait laissé en partant et ça n'avait peut-être rien d'étonnant, dans le fond. Il n'aurait sans doute pas eu le recul non plus de s'y pencher si la situation avait été inversée, raison pour laquelle il n'y avait rien d'accusateur dans sa voix, pas de message caché, cherchant seulement à savoir s'il devinait juste ou pas.

_________________
Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 4002
Points : 4942
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Dim 21 Jan - 20:43
J'avouais aisément que chaque mouvement dans la construction de Will pouvait sembler un peu risquer, mais pour avoir le droit de retrouver ses lèvres je pouvais me laisser avoir par à peu près tout. Et le risque de finir par terre ne me dérangeait pas vraiment. Répondant à ses lèvres avec retenu, je le regardais se pencher pour aller prendre son sac et nous faire bouger un peu plus. J'avais un sérieux doute sur la solidité de tout ça, mais je me retiens de le dire, préférant saisir le livre dont il me restait encore quelques chapitre avant qu'il ne fasse la liste de ses livres avec une mention spéciale pour le dernier. Il supposa que je ne l'avais pas lu, sans jugement visiblement dans la voix. Posant le livre que j'avais prit sur mon torse, je le fixais un instant avant de souffler quelques mots, « Mais si pendant ce temps je pense à toi, cher ami, toutes mes pertes sont réparées et tous mes chagrins finis… », fronçant légèrement les sourcils, je corrigeais, « Ou un truc comme ça. », me laissant retomber avec précaution dans le tissus, je répondais réellement à la réponse, « Il a d'abords traversé le salon en volant et après j'ai fini par lire, ne pas vraiment comprendre ou vouloir comprendre et le reposer. », avouais-je donc simplement. Je pense que lorsque j'avais finir par m'en imprégner, je n'étais pas encore trop près pour ça. Du moins quand j'avais essayé de lire. Aujourd'hui, avec le recul, je n'avais plus la moindre angoisse, plus la moindre rancoeur. Ouvrant d'ailleurs le livre qu'il m'avait donner il y a longtemps et qui avait refroidi l'atmosphère, je soufflais avec amusement, « Va falloir arrêter de me croire aussi brillant que toi Will. », ce n'était pas un reproche, dans le fond je n'étais pas stupide. J'étais un bon stratège, j'avais été prit à Harvard sans difficulté. J'étais loin d'être aussi stupide que je pouvais le laisser croire en cet instant, mais j'étais trop facilement aveuglé et de toute façon il y avait bien un fait avéré. Il était plus intelligent que moi et de très loin.

J'avais commencé à lire quelques mots lorsque je posais à nouveau le livre sur mon torse, demandant avec un demi-sourire, « T'es du genre à aimer les livres parlant d'histoire d'amour toi ? », je cherchais à l'emmerder plus qu'autre chose, et pour pas qu'il s'y arrête, j'ajoutais, « Faudrait que je te retrouve les bouquins, mais Lucy était complètement folle d'un couple gay dans une série de livre. Maquelque chose… Enfin c'était une sorte de chasseur et un sorcier, elle en pouvait plus, limite elle voulait entendre parler que d'eux… », fronçant à nouveau les sourcils, j'essayais de retrouver les bouquins, « Série de bouquin pour ado, genre… », claquant d'un coup les doigts, j'eus l'illumination. « Mortal Instrument et c'est Malec, enfin le nom de leur couple, en individuel j'ai pas retenu, de toute façon c'était toujours, Malec par ci, Malec par là. », par contre savoir qui ils étaient en individuel, le savais juste qu'ils étaient parfait, c'est tout. Après pour allez trouver ces bouquins, j'allais m'amuser. « Bref, faut que je te trouve ces bouquins. », concluais-je en rouvrant mon livre. Style de rien.  

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2340
Points : 2520
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Dim 21 Jan - 22:04
Il aurait parié que le livre était resté parfaitement immobile et fermé pendant ces deux semaines. Ça n'avait plus tellement d'importance maintenant et ça expliquait, dans son esprit du moins, la colère que le soldat lui avait opposé la veille. Pourquoi il gardait tant de griefs contre Will alors que ces quelques vers expliquaient très justement la panique qui l'avait assailli ce soir-là, lorsqu'il avait compris ce qu'il ressentait réellement. Et pourtant, un frisson effleura subitement la peau du jeune homme alors qu'Elias lui récitait les deux derniers vers du poème qu'il avait marqué. Ces deux-là précisément parmi les quatorze qu'en comptait le sonnet, ces deux-là entre tous, les deux seuls qui soient un tant soit peu positifs et sans doute plus révélateurs que tout le reste. « C'est bien ça, oui. » souffla-t-il vaguement, décrochant son regard du soldat assez brusquement, un peu gêné. Son sourire revint plus timide alors que l'homme lui racontait le voyage de ce pauvre livre qui n'avait rien demandé à personne, mais ce résumé confirmait au moins à Will qu'il n'avait pas eu tout à fait tort sur l'impression qu'avait laissé ce message sans doute trop subtil pour être entendu et reconnu à sa juste valeur. « J'ai l'impression que tu as mieux compris le message que tu ne veux le laisser croire. » En restant là sur ce sujet, le jeune homme ouvrit simplement le livre qu'il tenait encore à une page au hasard tandis qu'Elias faisait de même de son côté.

Et pendant un court instant, le silence retomba jusqu'à ce que le soldat ne se mette à poser une question qui fit lever un sourcil à Will. Les histoires d'amour ? Entre tous les bouquins qu'il se traînait sur le dos depuis des mois, le seul ayant retenu l'attention d'Elias était ce torchon sur le couple gay ? Et il en rajoutait, encore et encore, jusqu'à ce que le jeune homme ne se sente obligé de lever les yeux au ciel*. « Je rêve ou t'es en train de te foutre de moi, là ? » demanda-t-il en reposant son livre sur son ventre. Un livre pour ado, sérieusement... « Je suis persuadé que ce bouquin est passionnant, mais ne te donne pas tant de mal pour te moquer de moi, va, j'en ai déjà beaucoup trop à porter, ça commence à faire lourd. » Il reprit son livre et l'ouvrit sans s'y intéresser pour autant, encore sous le choc de cette proposition hautement blessante. « Mais tu devrais peut-être aller les chercher pour toi. Qui sait, tu pourrais apprendre une chose ou deux. » souffla-t-il avant de replonger le nez dans les pages. Il n'y resta pas très longtemps, malheureusement incapable de se concentrer sur les mots plus de quelques secondes avant de se sentir obligé de reprendre. « Qu'est-ce que t'as contre les histoires d'amour, de toute façon ? Je peux admettre que des livres pour ado ce n'est pas un bon exemple, mais si tu n'entends rien à Shakespeare, j'ai quelques doutes sur la viabilité de notre relation. » Son petit sourire en coin était revenu, juste au cas où le soldat aurait eu des doutes sur la réalité de ce qu'il venait de dire.

*:
 

_________________
Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 4002
Points : 4942
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Dim 21 Jan - 23:28
Il avait l'impression que j'avais mieux comprit le message que je pouvais le laisser croire. Mon inconscient sans doute, avait finir par comprendre le message derrière tout ça. Mais ce n'était pas volontaire, du moins l'aveuglement du début m'en avait privé. Alors sans doute avais-je comprit avec le temps, mais je préférais ne pas m'y rattacher pour le moment, évitant même d'y rebondir pour considérer après quelques minutes l'un des livres. Et de toute évidence sa réponse me fit sourire. Entrain de me foutre de lui ? Je n'avais pas besoin de me donner autant de mal, il avait déjà beaucoup à porter, « C'est pas comme si j'allais te voler tes livres si tu les laisses à la maison. », déclarais-je avant de secouer légèrement la tête en écoutant la suite de ses mots. Les chercher pour apprendre une ou deux choses ? N'ayant toujours pas replonger le nez dans mon livre, je ne voyais pas ce qu'il y aurait d'intéressant à lire l'histoire extraordinaire d'un sorcier et d'un chasseur tombant amoureux malgré les différences flagrantes de milieux. Et puis il me demanda ce que j'avais contre les histoires d'amour. Car bien que les livres d'ado n'étaient rarement un bon exemple, si je n'envisageais pas de Shakespeare, il avait des doutes sur la viabilité de notre relation. Fronçant légèrement les yeux, je finis par réouvrir le livre, bougeant volontairement dans le hamac pour le faire basculer contre moi et glisser un bras dans son dos, laissant mes doigts y jouer avant de souffler, « J'ai rien contre les histoires d'amours, simplement j'en ai lu aucune qui semblait possible. », beaucoup trop de raccourcis. « Mais je leurs reconnais en effet une certaine force dans la passion. », poussant même à la mort.

Et un problème évident se présenta alors à moi, sa chaleur endormit peu à peu mon corps. Le moment semblant bien trop calme, bien trop hors du temps pour que je réussisse à lutter. Mes yeux eurent de plus en plus de mal à distinguer les mots, jusqu'à ce que tout ne se transforme en une ombre sans sens. L'obscurité me prenant rapidement alors que je sombrais à nouveau dans un sommeil profond. Il y avait une logique à tout ça ? Comment je pouvais m'endormir aussi facilement ? Comment je pouvais m'endormir aussi souvent ? J'avais certes beaucoup de sommeil en retard, mais je ne pensais pas à ce point. Mon livre finit par s'écraser contre moi après seulement quelques pages, alors que ma respiration se faisait de plus en plus lente, mesuré. Ce fut un sommeil sans songe, sans vision d'horreur, un simple repos qui vient répondre à un besoin sans doute bien trop grand. Je ne dus toutefois pas dormir longtemps, le soleil étant toujours présent dans le ciel n'avait pas fini sa chute. Passant ma main libre sur mon visage, je prenais une grande inspiration, baissant mes yeux sur Will avant de souffler, le cerveau encore légèrement récalcitrant, « J'ai plus de sommeil en retard que je l'aurais cru. », pas de jugement, simplement le constat d'un sommeil facile à trouver alors qu'il était à mes côtés. Toujours bien trop facilement trouvable avec lui.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2340
Points : 2520
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Lun 22 Jan - 1:07
Laisser des affaires ici ? Ça avait une certaine logique et l'idée qu'Elias puisse lui voler quoi que ce soit ne l'effleurait pas tellement. C'était plus de s'éparpiller qui le gênait. Ou plutôt de laisser ses affaires comme s'il comptait revenir. Bien sûr qu'il reviendrait, mais là n'était pas la question. Et il n'avait pas trop envie de s'étendre sur ce problème pour le moment, préférant largement détourner la conversation sur ce qui déplaisait tant à Elias dans les histoires d'amour. Rien, donc. Mais il ne comprenait pas l'intérêt visiblement, à en croire ses mots, à l'entendre dire qu'il n'en avait jamais lui qui soit possible. « C'est tout l'intérêt. » répondit Will, sans vraiment s'étendre sur la question plus longtemps. Mais c'était ça qui faisait le succès de ce genre d'histoire, non ? Que ça n'arrive jamais dans la vraie vie, mais qu'on veuille y croire quand même. Le silence retomba rapidement alors qu'ils reprenaient chacun leur lecture et, ne trouvant rien à redire à tout cela, Will se laissa rapidement gagné par les mots, se plongeant dans les vers en oubliant presque que le monde continuait à tourner pendant ce temps. Il lui fallut même un bon moment avant de se rendre compte qu'Elias s'était endormi. Ça avait quelque chose d'étrangement tranquille de faire ça, de lire tout simplement en étant avec quelqu'un. Pas avec quelqu'un, en fait, avec lui. Et avant qu'il ne s'en aperçoive, Will avait terminé son livre et le soldat rouvrait les yeux en admettant avoir beaucoup trop de sommeil à rattraper.

Souriant à ces paroles, Will reposa le livre sur le sac qu'il avait mis par terre à côté de lui et se tourna vers Elias, faisant se balancer dangereusement le hamac de fortune, mais ça avait au moins l'avantage de les rapprocher rapidement l'un de l'autre. Son bras força le passage sous la tête du soldat et il lui laissa juste le temps de se placer correctement avant de trouver ses lèvres. Peut-être que la lecture l'avait réellement aidé à se calmer, peut-être que c'était d'avoir passé tout ce temps perdu dans les vers de ces poèmes, le moment redevenu d'un calme imperturbable... Difficile à dire ce qui jouait réellement, mais le jeune homme avait retrouvé sa sérénité. « Tu crois que je peux demander à ton chef de me payer pour m'assurer que tu dormes suffisamment ? » demanda-t-il en s'éloignant tout juste du visage du soldat pour le laisser respirer. L'envie de repartir venait à lui manquer de nouveau, juste à se rendre compte à quel point Elias lui semblait plus... détendu, bien, en ce moment. Les doigts de sa main libre glissèrent vaguement sur le visage du soldat, avant qu'il ne laisse sa main retomber contre sa taille. « Je vais devoir partir au moins cinq jours ne serait-ce que pour faire le chemin... Ce serait quand même bien que tu trouves une façon d'arriver à dormir sans que je ne sois là. » Un sourire un peu plus moqueur s'imprima sur ses lèvres avant qu'il n'ajoute : « Si je laisse quelques trucs, ça suffira à te convaincre suffisamment que je reviendrais pour te détendre ? »

_________________
Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 4002
Points : 4942
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Lun 22 Jan - 9:30
Tout l'intérêt ? Sans doute, mais ce qui n'existait pas pouvait faire mal non ? Enfin, je n'avais pas envie de m'y intéressait pour le moment, j'étais bien trop occupé à m'endormir de toute évidence. Je n'avais pas pu lutter, et je n'avais pas voulu non plus, simplement, lorsque j'ouvris à nouveau les yeux, je me sentais encore un peu mieux si c'était possible. Détendu aussi. Me raidissant légèrement en le sentant bouger, j'avais toujours peur de tomber. Levant légèrement la tête pour laisser passer son bras avant d’accueillir ses lèvres dans un sourire. J'avais l'impression que je pourrais rester des jours comme ça, lui contre moi, nos lèvres se cherchant jusqu'à la fin. C'était sans doute d'un commun, je le reconnaissais, mais c'était tellement plaisant que je ne pouvais m'en défaire, du moins pas sans son aide. Se faire payer pour que je dorme ? Souriant légèrement alors qu'il était toujours contre moi, je murmurais contre ses lèvres, « J'essayerais de te négocier des paniers repas. », mais ça ne serait pas déconnant, au vu de combien j'étais inefficace quand je ne dormais pas, dangereux même sans doute lorsque l'on pensait à comment j'avais accueilli Azia. Alors me savoir efficace car je dormais enfin suffisamment pouvait-être un axe de négociation assez intéressant. Mais dormir ou non, ce qui me détendait le plus sans raison était sans doute le contact de ses doigts sur ma peau, les gestes de douceur dont je n'avais plus peur. J'avais peur de dire les choses honnêtement, de voir certaine vérités en face. J'avais peur de le perdre lui, de ne rien pouvoir faire, mais je n'avais plus peur de ses gestes. Il reprit, expliquant qu'il allait devoir partir au moins cinq jours, du moins juste pour faire le chemin. Sans le montrer, j'étais déjà en train d'établir un périmètre et de toute évidence il comptait sortir de Détroit, je n'aimais pas la périphérie de la ville, elle était bien plus dangereuse que la ville elle-même. Non pas en terme de mort, mais en terme de survivant. Reprenant mon attention, je l'entendais m'affirmer qu'il serait quand même bien que je trouve une façon de dormir quand il n'était pas là. Je savais dormir, c'était simplement que les cauchemars me prenaient bien plus vite. Que la mort m'attendait au tournant et qu'elle me sortait de toute sérénité avec une facilité déconcertante. Le regardant un instant, je l'aurais bien poussé si je n'avais pas peur de finir au sol. Laisser quelques trucs pour me convaincre qu'il reviendrait ? « Les Sonnets de Shakespeare ca fonctionnera pas pour info… », soufflais-je dans un sourire.

« Et je dors, je dors juste un peu moins, ne te penses pas indispensable à mon bien être ! », me défendis-je sans trop de force. Il n'était peut-être pas indispensable à ma survie, mais il l'était à mon équilibre, il m'évitait de basculer trop facilement. Il m'évitait se sombrer, ou il m'y propulsait. Il était aussi bénéfique que nocif, et ce n'était pas forcement de son fait. Posant une main sur lui, je finis par demander, « Tu voudrais laisser quoi ? », si c'était ses bouquins, j'allais devoir trouver une étagère ou un truc pour les ranger histoire de ne pas se prendre les pieds dedans. J'allais réellement devoir aller à Ikea en fait, il y avait trop de chose nécessaire pour l'entretient de cette petite bête. Bien trop d'obligation pour le rendre heureux. Bon, j'exagérais sans doute un peu, mais le fait est que j'allais devoir faire des efforts si je voulais qu'il arrête de croire qu'il vivait dans une maison abandonné. Car là, si les fenêtre n'était pas brisé, on avait quand même l'impression que je m'étais fait piller. Et c'était moyen comme ambiance entre nous.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2340
Points : 2520
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Lun 22 Jan - 11:37
Dubitatif, Will se garda tout de même de nier les dires du soldat. Après tout, il n'avait aucune preuve de ce qu'il avançait, pas réellement en tout cas, même s'il n'avait jamais eu l'impression de le voir faire de cauchemars au cours des quelques nuits qu'ils avaient passé ensemble. Même là, Elias lui avait semblé tout sauf plongé dans un sommeil agité. Mais pour cette fois, avoir le dernier mot ne lui semblait pas être l'essentiel, preuve qu'il s'était bien calmé lui aussi au cours de cette petite sieste qui avait au moins eu le mérite d'étirer un peu plus la journée. Quant à savoir ce qu'il pourrait laisser ici en partant, ça n'était qu'une blague pour se moquer un peu d'Elias, mais après tout... « Seulement des livres, pour m'alléger, ne crois pas que je suis en train de m'installer. » Là encore, il conservait un ton léger, se défendant plus pour la forme que pour autre chose. Il reviendrait de toute manière, il avait beau exiger son droit à disparaître quand il le voulait, il s'imaginait de moins en moins vagabonder tout seul pendant des jours sans ressentir un manque malvenu à être ici.

Quelques instants encore, ils restèrent dans le hamac à poursuivre cette conversation oscillant entre réalité et plaisanterie peut-être un peu sérieuse, jusqu'à ce qu'il commence à faire vraiment trop froid, trop sombre, pour se permettre de rester immobile dehors. La soirée s'écoula dans cette même ambiance improbable de calme et de normalité. Will avait encore un peu de mal à se faire à cette idée, à cette vie d'une banalité invraisemblable, mais motivé à ce que tout soit parfait jusqu'à ce que ne sonne l'heure du départ, il prit sur lui d'ignorer au mieux le reste du monde et de ne se concentrer que sur ce qui se passait au moment présent. Et assez miraculeusement, il parvint même à s'empêcher d'aborder un seul sujet qui puisse mettre en péril l'équilibre précaire qui s'installait peu à peu, jusqu'à ce qu'ils ne s'endorment de nouveau.

Le réveil fut plus étrange, après un sommeil profond et tranquille que Will ne trouvait lui-même que dans ce lit malgré les moqueries qu'il opposait au soldat pour le même fait, et le naturel fut chassé rapidement pour laisser la place à ce sentiment inhabituel d'une angoisse qui pesait sur son cœur, mais n'avait rien de douloureux. Seulement l'idée de partir, pas de véritable inquiétude, mais la sensation certaine qu'il le faisait à contrecœur. Il le fallait pourtant, il fallait qu'il retrouve Azia. Il y était prêt désormais, peut-être que la page n'était pas si facilement tournée, mais s'il parvenait à laisser la place à Elias dans sa vie, il pouvait bien le faire pour son amie. Alors, après avoir un peu trop traîné des pieds, le jeune homme se força à mener à bien ce projet et, après un dernier moment de flottement, un baiser pour se donner du courage et la promesse de joindre Elias dès qu'il serait en sécurité, Will laissa Fort Hope derrière lui tôt dans la matinée, en essayant de ne pas regarder en arrière. C'était plus simple qu'il n'y semblait à vrai dire, probablement aidé par la motivation qu'il avait de mener cette quête à bien rapidement et de faire un nouveau pas en avant.

_________________
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   
 
I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Michigan State :: Fort Hope
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération