Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Newsletter #23 : Janvier 2018
Recherche de RP
[RP commun rouges] Installation Ferme (inscriptions)
[RP Commun bleus] Sauvetage (inscriptions)

IYF fête ses deux ans ! N'hésitez pas à participer aux animations mises en place pour l'occasion et à nous rejoindre le 20 Janvier à 20h pour la soirée CB anniversaire !
Scénarios du mois (+80pts) | Groupes dans le besoin
Pas d'event en cours actuellement

In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Fort Hope Community

 I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 685
Points : 1405
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Dim 14 Jan - 1:04


Dernière édition par Elias Kaneki le Dim 14 Jan - 15:38, édité 1 fois
Ce qui nous pousse à faire des choses stupides. Il avait raison, ce n'était pas le genre de chose qui arrivait quand on se préoccupait de sa propre vie et pourtant, seul, avec ces blessures, je serais mort depuis longtemps. Alors dans un sens, c'était un risque que j'étais près à prendre, du moins avant, sans doute, si il n'était pas arrivé dans ma vie, mon sens du sacrifice n'aurait pas été de nouveau sollicité. Et pourtant, si c'était sans doute une bonne chose d'avoir quelque chose, quelqu'un pour qui se barre, la chute me faisait bien trop peur pour que je l'ignore. Pour que je n'y prête pas garde. Sachant qu'il était inutile de m'y perdre plus longtemps, je n'eus pas besoin de fuir la conversation. Il le fit à ma place. Proposant de dormir ou de parler d'un sujet plus léger du moins. Je me doutais qu'il était éprouvé, sans doute plus qu'il ne l'aurait voulu, il n'y avait pas de mal à reculer, légèrement. Et je n'allais pas aller contre en soit. Sa fragilité avait étouffé la mienne, mais je n'en tenais pas largue. Le lâchant alors,  je retirais mon jean pour me retrouver aussi habillé que lui avant de l'attirer avec moi sur le lit. Envoyant baladé les vêtements en quelques coup de main, je m'allongeai doucement, l'entrainant avec moi pour le garder contre mon corps.  « On essaie de faire les deux ? », proposais-je alors que je me penchais pour récupérer la couette pour nous couvrir. Un soupir m'échappa alors que ma tête se reposait à présent sur le coussin, cherchant à retrouver mon calme alors que pour la première fois depuis que nous nous connaissions, nous finissions dans un lit sans avoir pour objectif de mettre l'autre nu. Certes nous étions en boxer, mais ce n'était pas exactement dans nos habitudes tout de même, le changement était flagrant, effrayant aussi. La journée avait été bien trop éprouvante pour aujourd'hui entre nous.

« Ta prise de position sur le mouvement Végan ? », soufflais-je simplement pour donner le ton d'une discussion plus légère. Je ne cherchais pas à créer un débat, mais je doutais que qui que ce soit soit encore végan à l'heure actuel. La survie devant passer sans doute bien au dessus des préoccupations de beaucoup de gens. Mais il y avait un temps, il s'agissait d'un vrai mouvement social, souvent prit pour cible par les extrémistes de tout les côtés et donc le parfait sujet de conversation pour penser à autre chose ou du moins désamorcer ce stresse, cette tension qui savait si souvent naitre à son contact lorsqu'il ne s'agissait pas d'une danse physique. Nous avions passé une étape dont je n'étais pas encore sur de la signification, j'avais vu une faille s'ouvrir, et je craignais à présent plus que jamais de ne savoir la refermer. Pas chez moi, chez lui, car je n'étais pas ce genre de type, je ne savais pas porter les gens, juste les sauver. Et si je pouvais le faire pour lui, j'aurais sans doute réussi.  

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 522
Points : 1167
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Dim 14 Jan - 11:58
 Il y aurait encore beaucoup trop de travail à faire avant que ces deux-là n'arrivent à parler de choses sérieuses en gardant la face, mais ils avaient déjà bien avancé pour ce soir, non ? C' était même assez monumental de prendre conscience de la largeur du pas en avant qu'ils venaient de faire. Le demi-tour que Will proposait en changeant de sujet ou en allant dormir n'était qu'une quantité négligeable dans tout cela et il fut quand même soulagé que le soldat accepte si facilement et qu'une seconde plus tard, il soit déjà prêt à se mettre au lit en entraînant Will avec lui. Sans se faire prier, ce dernier suivit le mouvement et s'allongea aux côtés du soldat, peut-être encore un peu trop sonné par toutes les conversations et les émotions un peu trop fortes qui venaient de rythmer cette soirée pour réaliser vraiment qu'ils venaient de se mettre au lit sans aucune véritable intention d'aller plus loin. La nuit n'étant pas encore terminée, les choses pouvaient encore changer, mais ça restait un changement énorme qui risquait de donner un léger vertige au jeune homme quand il s'en rendrait compte. Pour le moment, il se contentait d'attendre, allongé sur le flanc, de savoir quel sujet de conversation viendrait remettre un peu de légèreté à cette soirée d'après Elias. Un sourire grandit rapidement à ses lèvres lorsque la voix du soldat s'éleva pour donner le verdict. Les vegans ? De tous les sujets au monde, il choisissait celui-là. Une autre belle démonstration de toutes les différences de caractère qui existaient entre eux.

« Ça avait sûrement de l'intérêt pour les gens trop sensibles, mais ça n'a jamais vraiment été mon délire. Et puis je me suis toujours dit qu'il fallait être bien dérangé pour pouvoir se passer du bacon... » lança-t-il, pas assez sérieux pour qu'on puisse dire vraiment s'il en pensait un seul mot ou non. « Quoi qu'on ait plus vraiment le choix maintenant et qu'à moins de vivre à Fort Hope, on est tous devenu un peu vegan... Vous avez des porcs ici ? » Sans doute que c'était un peu trivial, mais finalement, il aurait accepté beaucoup pour avoir droit à un petit-déjeuner digne de ce nom rien qu'une fois avant de mourir. En fait, ce serait peut-être même un argument de taille pour le convaincre de poser son sac pour de bon dans cet endroit. Mais ils n'en étaient pas encore là, étape par étape. « Je n'arrive pas à comprendre que sur toutes les questions que tu pourrais me poser au monde, tu choisisses de commencer par celle-là... à moins que tu ne sois un ancien vegan reconverti à la viande par la faim, auquel cas je vais peut-être aller dormir ailleurs. » Il souriait toujours, amusé, moqueur. Pas de sexe et une conversation aussi banale, à des années lumières des préoccupations de leur monde, il venait définitivement de se passer quelque chose entre eux. C'était un peu effrayant, non ?

_________________


Hey, I was doing just fine before I met you
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 685
Points : 1405
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Dim 14 Jan - 12:25


Dernière édition par Elias Kaneki le Dim 14 Jan - 15:37, édité 1 fois
Si j'avais pu douter de mon talent pour changer de sujet, son sourire me détrompa assez rapidement. Il y avait sans doute un intérêt pour les gens sensible, ou du moins sensible à la cause animal, mais ça n'avait jamais été son délire. Sa dernière phrase me fit d'ailleurs sourire. Oui, il fallait sans doute être dérangé pour pouvoir se passer de bacon. Mais aujourd'hui on avait plus vraiment le choix à moins de vivre ici. Sa question me fit d'ailleurs sourire. « Non, mais même si on en avait, de mémoire il nous faudrait un genre de fumoir non pour faire du bacon ? », j'étais pas super au fait de comment on faisait du bacon, je devais le reconnaitre, mais j'avais toujours pensé que c'était fumé d'une certaine façon alors pour ici, je doutais qu'on puisse en faire, et puis le bordel pour un cochon. Je n'étais pas sur que ce soit rentable. Et puis il s'interrogea sur pourquoi parler de ça alors qu'on avait le champ libre pour d'autre question. Se mettant alors à douter de mon régime alimentaire, il menaça de dormir ailleurs, « T'imagine pas le nombre de plat Japonais comprenant de la viande pour lesquelles je pourrais tuer aujourd'hui… », certes, juste des Okonomiyaki, c'était pas fou en viande, mais putain ce que je pouvais en manger. Mais les Takoyaki, les Yakitori juste comme ça, j'aurais tué pour remanger de la viande mariné, ou même juste des Katsudon, sans prétention, mais juste j'aurais tué pour un plat japonais, juste pour avoir le gout du passé, d'avant cette merde. Mais il n'y en avait pas alors j'allais devoir faire avec. Et de toute façon pas assez de poule, pas de boeuf, juste du lapin et j'étais pas certain que le gout soit identique entre nous. Alors j'allais de nouveau faire mon deuil. Même un cheese m'aurait fait plaisir. Vivement les lapins.

« Le but c'était pas de nous détendre, nous faire sourire ? », demandais-je alors pour répondre à la véritable question. Pourquoi sur toutes ces questions, celle là. « Après j'avoue, j'ai toujours voulu poser cette question au lit, c'est tellement le meilleur endroit pour déclencher un débat. … », mais oui, j'aurais pu en poser des milliers d'autre, mais je voulais surtout soulager nos esprits. Nous aider à reprendre un chemin plus léger. Loin des terreurs qui menaçait de me secouer. Plus léger, sans chercher à connaitre l'autre directement, simplement en lui donnant des possibilités de profiter, de penser à autre chose. Et pour en apprendre aussi. Qui aurait dit qu'il aimait le bacon à ce point ? Personne. « Hum, t'aurais demandé quoi toi ? », repris-je simplement. Sur la nué de question, si la mienne l'avait prise de court c'était bien qu'il avait quelques choses d'autre en tête.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 522
Points : 1167
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Dim 14 Jan - 13:04
  Pas de porc pour Fort Hope, donc... L'envie de rester s'atténuait considérablement à cette réponse, à la même vitesse que l'espoir d'avoir droit à des œufs et de bacon pour le petit-déjeuner s'envolait. Le palace Apocalypse venait de perdre une étoile dans la critique qu'en ferait Will le jour où il disparaîtrait de nouveau, mais il décida de ne pas en informer Elias pour le moment, juste au cas où il serait encore trop tôt pour une blague de ce genre. Et pire encore que de réaliser qu'il était attentif à ne pas trop agacer le soldat, il se surprenait à sourire comme un crétin en l'entendant admettre qu'il aurait été prêt à tuer pour un plat japonais. « Tuer, c'est peut-être un peu exagéré... » Il n'arrivait pas à croire qu'ils puissent avoir une conversation de ce genre, en fait. Qu'ils puissent parler de choses aussi ridicules après que Will ait passé un an à chasser la moindre petite boite de conserve pas trop abîmée, les rares petits animaux qui passaient encore par la ville, le moindre truc qui soit comestible, en somme. Et aujourd'hui, il se prenait à se demander s'il pourrait un jour mettre un morceau de jambon dans son assiette. Une assiette... Mais en effet, le but était de les faire se détendre et ça fonctionnait plutôt bien, la preuve qu'ils souriaient toujours l'un comme l'autre et que ça n'arrivait pas tellement souvent. « Si tu veux lancer un débat au lit pour pimenter un peu les choses, choisis quelque chose qui a des chances d'enflammer ton partenaire, pas un sujet sur lequel il saura garder son calme. »

Mais qu'aurait-il demandé, lui ? Très bonne question, quoi que le connaissant, la réponse ne devait pas être forcément celle qu'on aurait voulu entendre. Il prit quand même quelques secondes pour y réfléchir sérieusement, puisqu'il n'avait pas tellement eu envie de se poser la question avant. Il n'était pas vraiment homme à avoir des conversations d'une banalité affligeante, ça n'avait jamais été le cas, même quand le monde tournait rond. Quel intérêt de discuter de tout et rien ? Il voyait les conversations comme un genre de combat, il prenait peut-être un peu trop de choses comme un combat à vrai dire. Ça et le fait qu'il cherchait toujours un moyen, même inconsciemment, de stimuler son intérêt capable de s'essouffler trop vite. Le revers de la médaille quand on appartenait à la catégorie des petits génies arrogants... « Quelque chose de beaucoup plus profond, sans doute. Qui m'aurait permis d'en apprendre plus sur toi et surtout sur ta façon de penser. » lâcha-t-il tandis qu'il continuait de chercher une question plus précise. Il fallait que ça reste léger, donc, agréable tout en lui permettant de conserver l'intérêt... « Comme de me raconter ton meilleur souvenir ou ta première relation sexuelle. » Une nouvelle pause suivit. C'était bien le genre de choses qu'il aurait pris pour un sujet plus détendu tout en conservant une véritable implication derrière, mais... « Je ne suis pas très doué pour les sujets légers et détendus, hein ? » Ça aussi, c'était un travers de personnalité qu'il aurait trouvé passionnant de creuser, si tant est que ça ne soit pas le sien, ce qui retirait tout l'intérêt à ses yeux.

_________________


Hey, I was doing just fine before I met you
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 685
Points : 1405
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Dim 14 Jan - 13:48


Dernière édition par Elias Kaneki le Dim 14 Jan - 15:37, édité 1 fois
« T'as jamais mangé de Takoyaki c'est pour ça ! », me défendis-je avec un sourire franc avant de souligner le fait que de tels sujets auraient au moins le mérite de faire rire, ou de détendre l'atmosphère. Y ajoutant un peu plus d'humour, il affirma que si je voulais lancer des débats pour pimenter un peu les choses au lit, il fallait trouver de quoi enflammer son partenaire, pas le faire garder son calme. Secouant légèrement la tête, je lui retournais la question. Qu'aurait-il demandé ? Ce n'étai de toute évidence pas aussi évident pour lui que je l'aurais cru, mais il finit par confier qu'il aurait parlé de quelque chose de beaucoup plus profond sans doute. Des questions lui permettant d'en apprendre plus sur moi et ma façon de pensé. Il ne faisait jamais rien au hasard n'est-ce pas ? Et ses exemples le confirmèrent alors qu'il s'avouait loin d'être doué pour les sujets détendus et légers. C'était dans sa nature, et c'est sans doute pour ça que je lui répondis, pour ne pas aller contre. « Juste avant de rejoindre l'école militaire, Lucy avait trois semaines avant d'entrée à l'université, du coup on est partie à deux faire le tours des parcs nationaux en bus et à pieds. Se retrouver à deux, faire des projets de vie, voir des paysages gigantesques qu'on avait jamais vu même en habitant à San Francisco.  », pour répondre à sa première question, pour la deuxième, je me mis à rire malgré moi, « Pour la première fois, faut remettre en contexte aussi. Capitaine de l'équipe de basket, après un match de final, on sort gagnant, bus scolaire qui tombe en panne vers Las Vegas, donc obligé de s'arrêter dans un motel un peu pourri. J'avais genre 16 ans. Pas le budget pour payer beaucoup de chambre, alors forcement, quand le coach est partie avec le chauffeur en taxi pour trouver un dépanneur tu t'imagines bien que les esprits se sont échauffé. La moitié des cheerleaders sont partie en ville avec d'autre pour boire des verres, et moi je suis resté avec une fille qui s'appelait…  », fronçant les sourcils, j'avais du mal à retrouver le nom, et il me fallu quelques secondes pour que ça revienne, « Kimberly. Enfin elle était genre dans le club d'abstinence, belle blonde, athlétique, jambes fuselé, air innocent. Bref, c'était un appel au challenge. Du coup, on s'est retrouvé dans une chambre vide, à parler, elle m'a avoué qu'elle avait des sentiments mais qu'elle ne savait pas si c'était bien aux yeux de dieu de le faire, enfin je te passe les détails. On s'est embrassé, j'ai commencé à la déshabiller, à lui dire qu'elle était parfaite, unique et j'en passe, et finalement j'ai réussi à coucher avec. Et c'était catastrophique, on a du se cogner une paire de fois, elle était raide comme un piqué et j'avais pas spécialement l'endurance pour rendre les choses intéressantes. Et finalement on est devenu un peu pareil avec le temps elle et moi, mais pour la réputation, on a jamais dit que l'autre était un coup affreux. », soyons honnête on était jamais très sur de soit étant plus jeune, et on était rarement excellent dès le début. Seule chose, j'étais déjà un con depuis le début, si je n'avais pas brodé, on aurait jamais couché ensemble. Sauf que voilà, seule avec une fille comme ça…. Ce n'était absolument pas romantique, je devais le reconnaitre. « Plus j'y pense plus je me dis que j'étais une belle tête à claque au lycée. », et encore j'étais gentil.

Tournant la tête vers lui, je lui retournais la question, « Et toi ? Promit après tu peux te moquer. », du moins si son histoire n'était pas aussi ridicule que la mienne. Dans le fond, ses sujets étaient aussi loin de toute tension. Je n'avais qu'une nostalgie certaines pour Lucy, une crainte pour ce qu'elle était devenu, mais je n'allais pas pleurer ces souvenirs, nous avions grandit ensemble, nous avions passé de bon moment. Je n'allais pas en faire des mauvais souvenir.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 522
Points : 1167
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Dim 14 Jan - 15:00
Will n'était peut-être pas doté de véritable talent pour aborder des conversations légères et sans grande implication, mais au moins, il avait le mérite de parvenir à faire parler Elias avec une facilité assez déconcertante. Bon, il ne donnait peut-être pas tellement de détails sur son meilleur souvenir, mais sur sa première fois en tout cas... Tout cela laissait Will très silencieux, souriant et attentif aux petits détails, mais il n'avait certainement plus grand chose à apprendre de l'adolescent tête à claque qu'avait été Elias autrefois, même si cette possibilité peinait toujours un peu à s'imprimer à son esprit. Et puis, pour le moment – car il ne fallait jamais écarter la possibilité que ça empire avec Will – la conversation restait assez détendue et tranquille. « Au moins, tu te souviens de son prénom, même après... quinze, seize ans ? C'est pas si mal. » Quoi que la première fois, ça faisait partie de ces choses que l'on oubliait difficilement. Même sans se souvenir des détails, oublier la personne ou le sentiment général, ce serait peut-être plus problématique.

Et bien sûr, il fallait qu'Elias lui retourne la question. Si cela lui fit lever les yeux au ciel une seconde, plus à cause du souvenir que du fait de devoir le partager, il n'en perdit pas moins son sourire. Avant de répondre, pourtant, il se redressa un peu pour s'offrir le luxe d'un nouveau baiser, bref, avant de se laisser retomber sur son oreiller. « Elle s'appelait Sarah, j'avais dix-sept ans. J'avais organisé une fête chez moi, un week-end où mes parents n'étaient pas là, je suis plus pourquoi. Elle n'était pas là depuis très longtemps, mais c'était la fille populaire du moment, donc tout le monde s'attendait à ce qu'on termine ensemble. Mes potes ont insisté lourdement pendant une bonne partie de la soirée, elle n'arrêtait pas de me tourner autour pas très subtilement, alors... Je l'ai fait monter dans la chambre de mes parents pour qu'ils ne soient pas tous déçus, tu comprends. » Il marqua une pause, appréciant un instant le souvenir complètement affreux qui suivait. « Je savais déjà que j'étais gay, à l'époque, mais... Ça ne collait pas avec mon image, tu vois. Et puis, tout le monde pensait que je l'avais déjà fait depuis longtemps. Je sais pas trop pourquoi, mais une ex avait fait courir la rumeur et je m'en accommodais autant qu'elle. Enfin bref, Sarah... J'ai juste fait ce qu'on attendait de moi, c'était étrange, assez désagréable pour tout te dire, ça a duré cinq minutes et encore, je suis généreux. Et on est redescendu, on n'en a plus jamais parlé, on a continué de sortir ensemble après ça, pendant quelques mois, mais on a plus jamais rien fait. Je pense qu'elle savait, mais on n'en a jamais vraiment parlé. »

Finalement, il n'avait pas tellement la place pour se moquer de l'histoire d'Elias, la sienne ne valant pas tellement mieux. C'était peut-être même pire, dans le fond. Cette période de sa vie n'avait pas été la plus agréable à traverser et tout cela lui semblait bien ridicule aujourd'hui... « C'était quoi, tes projets de vie ? » demanda-t-il en chassant au loin le souvenir de Sarah et de toutes les pauvres filles qui avaient essayé d'attirer son attention à l'époque. « Comment t'aurais imaginé ta vie sans tout ça ? » Il continuait avec ses questions un peu chiantes, mais quel mal y avait-il à cela ? Et puis, de manière totalement inavouable, il appréciait d'entendre Elias lui parler avec autant de facilité de tout ce qu'il était. Ça ressemblait à une certaine forme de résignation, peut-être, il ne cherchait plus à échapper aux questions plus agaçantes les unes que les autres que Will pouvait imaginer, mais tant qu'il ne se remettait pas à paniquer, tout allait bien.

_________________


Hey, I was doing just fine before I met you
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 685
Points : 1405
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Dim 14 Jan - 15:28
Je suppose que le fait qu'elle soit la première devait bien changer des choses non ? Et que contrairement aux autres, je savais encore qui elle était. Finalement, après lui avoir retourné la question, il m'embrassa, sans raison, sans chercher plus avant de retrouver le lit et de répondre. Il l'avait fait avec une fille, pour répondre à une pression, car tout le monde attendait ça de lui. Il l'avait fait en sachant qu'il n'avait pas ça. Qu'il allait se forcer et résultat, cela n'avait été agréable pour personne. Pas plus que la relation qui en découla. Pourquoi chercher à imposer au gens un style de vie ? Des décisions ? Pendant un instant je fus triste pour lui, triste que l'on ait voulu qu'il répond à une norme. Si ma première fois n'avait pas été glorieuse, au moins je l'avais voulu. Mais lui. Je ne  jugeais pas utile d'en rajouter entre nous, préférant garder mes commentaire pour moi, je tournais à nouveau la tête vers lui lorsqu'il me demanda qu'elle aurait été mes projets de vie. Du moins ceux envisagé avec Lucy. « Elle était en couple à l'époque, avec une fille super, Laura. Je savais pas que j'allais être envoyé au Moyen Orient, du coup, on se disait qu'on finirait pas se marier, par acheter une maison, adopter un chien avant qu'elle ou moi n'annoncions à nos familles que l'un était stérile. Comme ça tout le monde serait content, et avec le temps on aurait fini par adopté un gosse, on l'aurait élevé, Lucy aurait pu vivre son histoire avec Laura, et moi j'aurais pu continué ma vie sans devoir rendre de compte. Se couvrir l'un et l'autre, c'était le plan. », répondis-je à sa première question avant de répondre à la suivante. « Sur le front t'évites de faire des projets, mais je suppose que le brillant être supérieur qu'est l'être humain continuerait à se faire la guerre et donc, j'y serais encore. », vivant ou mort je ne saurais dire, mais seul ceux ayant développé des troubles du comportement revenait, pour éviter les mutineries sans doute.

« Ta première fois avec un mec s'était comment ? », demandais-je en me tournant vers lui, bras sous la tempe pour me tenir la tête. Parler de ce qui aurait pu être me mettait un peu mal à l'aise, simplement car il y avait eu tellement de chose depuis. Souriant légèrement, je soufflais, « Vu que moi je peux pas vraiment te raconter l'expérience sans que cela te fasse une impression de déjà vu. », au même endroit, même si les choses n'étaient pas les mêmes. Mais le but étant de détendre ce qui pourrait faire remonter de vieux souvenir. Déjà que mes plans de vie était d'un pathétique. Dans le fond, je trouvais dommage que ses amis l'ai poussé à coucher alors qu'il n'en avait pas envie, mais moi, j'allais littéralement enchainer ma vie à une autre personne pour faire plaisir à mes parents, alors l'un dans l'autre, je ne savais pas ce qui était pire. Lui ou moi. Si je me mettais à la place de Will, je dirais moi de toute évidence.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 522
Points : 1167
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Dim 14 Jan - 16:44
Ce faux mariage aurait eu toutes les apparences d'un vrai et, même si Will n'avait pas trop à juger après avoir raconté sa première expérience sexuelle qui avait presque la même saveur de normalité forcée. Sauf que lui, il n'était qu'un gosse à l'époque, attaché aux apparences et à la perfection qu'on lui prêtait partout autour de lui. Ça n'était que cinq minutes de sa vie et quelques mois de son adolescence volées à qui il était réellement, pas une maison de banlieue, un chien et un prêt à rembourser pendant vingt ans... Alors, il se disait finalement que le monde avait bien fait de s'écrouler, que ça avait au moins permis à Elias de ne pas s’enchaîner volontairement à cette petit vie factice qui ne lui aurait rien apporté. Mais il se garda d'exprimer cette réflexion à voix haute, mesurant bien que ça n'était peut-être pas le genre de chose qui aurait été pris avec l'humour et le recul nécessaire. Sans doute à cause de cette remarque faite sur l'armée, qui laissait un goût amère à Will et l'impression de frôler dangereusement l'ombre à ne surtout pas approcher. Et à en croire la question beaucoup moins sérieuse qui suivie, il ne se trompait sans doute pas.

Son sourire revint rapidement et pourtant, une fois encore, sa réponse n'avait peut-être rien de très glorieux. Mais il vivait clairement mieux ce souvenir que le précédent. « C'est assez horrible, je te préviens... » lâcha-t-il quand même, quoi qu'après toutes les histoires que lui avait racontées le soldat, il ne s'inquiétait pas trop d'être jugé sévèrement sur son comportement envers les femmes. « C'était un peu étrange aussi, mais pas forcé au moins... C'était le meilleur ami de ma copine de l'époque, pendant mon année à Harvard. Ça a commencé par une soirée tous les trois, dans la chambre de la nana. De l'alcool, des conversations de plus en plus limite. On avait encore jamais rien fait tous les deux, alors elle a fini par tenter le coup et je ne sais pas trop comment on s'est retrouvé au lit tous les trois. » Il laissa échapper un rire, peut-être un peu triste pour cette fille qui avait fini assez folle de rage après lui ensuite. « Elle est vite devenue de trop, en fait. On n'a pas été jusqu'au bout ce soir-là, mais le lendemain, juste lui et moi, une fois débarrassés de l'autre. C'était sûrement différent de ce que tu as vécu, je ne sais pas trop... Je n'étais pas vraiment stressé, au contraire en fait, j'avais attendu ça assez longtemps. C'était assez déstabilisant, mais vraiment bien. Mais il était un peu plus patient que moi pour initier et je ne me posais pas vraiment de questions. »

Son regard, qui avait fini par se perdre dans le vague alors qu'il retraçait les souvenirs de ce moment, se releva vers le soldat et son sourire se fana un peu. Pas qu'il se remettait à paniquer, loin de là, mais il semblait peut-être un peu plus sérieux. « C'était pas génial pour toi jusque là, pas vrai ? » demanda-t-il doucement. Ils n'en avaient pas tellement parlé, soit que ça n'entraient pas dans les sujets de conversation qu'ils pouvaient se permettre jusqu'à aujourd'hui, soit que Will soit réellement un piètre choix pour initier à ce genre d'expériences. Il n'arrivait pas à le dire lui-même, à vrai dire. Mais l'idée de s'assurer que son partenaire ait pris autant de plaisir que lui n'entrait clairement pas dans l'image qu'il se faisait de ce qu'aurait du être leur relation. Et la seule fois où il s'était inquiété plus ou moins de ce qu'en avait pensé Elias, la réaction du soldat n'avait pas été très agréable non plus.

_________________


Hey, I was doing just fine before I met you
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 685
Points : 1405
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Dim 14 Jan - 17:23
Assez horrible ? Fronçant légèrement les sourcils, je le laissais reprendre, m'expliquer que ce n'avait pas été forcé, mais étrange. Il l'avait fait avec le meilleur ami de sa copine de l'époque quand il était à Harvard, ils avaient passé une soirée ensemble, se retrouvant il ne savait comment dans le lit. Je commençais à deviner la suite. Elle était en effet devenu de trop, et si ils n'avaient pas été au bout ce soir là, ce n'avait pas été le cas le lendemain. Contrairement à moi il n'était pas stressé, il avait attendu ça longtemps et si c'était déstabilisant, c'était aussi bien. Il confia alors que l'homme avait été de toute évidence plus patient que lui pour initier, mais ce qu'il fallait retenir c'est que de toute évidence, il ne s'était pas posé de question et ça avait facilité le tout. Après, il le savait depuis longtemps, contrairement à moi qui avait sans doute bien plus nié l'évidence que lui. Et puis il demanda, pas vraiment comme une question, mais plutôt une confirmation. Pas vraiment génial jusque là ? « Faut pas le prendre mal, mais l'acte en lui-même à pas été super agréable jusqu'à la dernière fois. », soufflais-je en me mordant les lèvres, conscient que c'était pas le genre de chose qu'on disait à quelqu'un avec qui on couchait. « Et la dernière fois c'était de toute façon beaucoup trop étrange pour servir d'exemple. », même si c'était la première fois que la plaisir semblait dominer, j'avais l'impression que mes sentiments avaient influencé tout ça. Et même si au final, je m'attachais plus à son souffle, à sa peau contre la mienne pour maintenir la pression, j'étais pas sur que ce soit quelque chose que j'aurais réitéré aussi souvent avec n'importe qui. Dans le fond, on ne l'avait fait qu'une seule journée, enfin deux, mais ce n'était pas suffisamment long pour en tirer, sans doute, un plaisir complet. Je voulais pas dire qu'il était un mauvais coup, mais si je devais me référer à ce que j'avais vécu avec des femmes et avec lui, et si je mettais de côté l'étrangeté de la dernière fois, je pouvais clairement dire qu'il n'était pas dans mon top 3.

« Après, le fait que tu étais dans une abstinence forcé pendant un temps plus élevé qu'à ton habitude a clairement joué sur le côté patient, maitrise de sois. », ajoutais-je en m'allongeant à nouveau sur le dos. Repensant aux mouvements qu'il avait eu, à ces débordements, à ses mains plus pressantes. Je ne savais pas pourquoi je cherchais à nuancer ce côté la de la situation, c'était anormale, mais le fait est que c'était vrai. La situation était pas la même que d'habitude surement. Souriant suffisamment pour qu'un rire s'échappe d'entre mes lèvres, je repris, « Et je t'avais chauffé en t'expliquant comment j'aurais pu abuser de toi si on avait continué en médecine. », tournant la tête vers lui, mon sourire fana légèrement, « Alors certes c'était pas génial, mais y'a eu de l'amélioration déjà non ? », même pour lui, je suppose qu'entre un mec tendu et un mec détendu, la situation devait pas exactement être la même. Enfin, je ne savais pas pourquoi j'avais jugé important de préciser à ce point, peut-être parce que je voulais pas le vexer.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 522
Points : 1167
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Dim 14 Jan - 18:05
La question à double-tranchant risquait de lui faire regretter rapidement d'avoir osé la poser. Pourtant, Will n'était pas tellement inquiet, il ne s'interrogeait même pas tellement, mais cherchait plus une confirmation de ce qu'il savait déjà. Mais c'était une chose importante, non ? Même s'ils parvenaient remarquablement bien à passer du temps ensemble sans se sauter dessus pour le moment, un jour ou l'autre, ils finiraient bien par recommencer. Et même si Will arrivait à y trouver son compte comme cela, eh bien... ça retirait tout de même un peu d'intérêt que ça ne soit pas réciproque. Il faudrait bien en parler pour que ça change, non ? En tout cas, parler de sexe ne l'avait jamais tellement dérangé et même lorsque le soldat admit ce qu'il savait déjà, il ne se sentit pas vraiment plus inquiet. Avoir une bonne estime de lui-même aidait certainement à ce qu'il ne prenne pas mal l'aveu assez timide d'Elias. En fait, ça le faisait même sourire d'entendre le soldat essayer, une fois encore, d'atténuer l'impact de ses paroles, comme s'il avait besoin de le ménager d'une quelconque façon. Pour Will, le problème restait bien différent d'une remise en cause de ses capacités, vraiment.

« La première fois, c'est rarement transcendant. Demande à cette pauvre Kimberly. » lança-t-il dans un sourire. Et c'était le cas. D'accord, il ne disposait pas d'un CV très impressionnant dans le domaine du dépucelage, loin de là même et c'était bien l'une des choses qui lui avaient posé problème concernant Elias. Ça ne l'intéressait pas d'être doux, compréhensif et de faire attention à l'autre. Mais on entendait rarement quelqu'un dire que sa première fois avait été merveilleuse, même en ayant toutes ces conditions réunies. « On fera en sorte que ça se passe mieux la prochaine fois. » souffla-t-il finalement. De toute manière, au point où ils en étaient... S'ils arrivaient à accepter l'idée qu'ils auraient un peu plus que du sexe, ils pouvaient bien accepter aussi de faire les choses correctement. Ce ne serait clairement pas sur ce point là que Will aurait le plus de scrupules, en tout cas. « Peut-être même que si tu me laisses disparaître quelques jours, je pourrais m'arranger pour te sortir le grand jeu, avec un vrai rancard et toutes ces conneries avant pour t'aider à te détendre un peu et te mettre dans l'ambiance. » Cela tenait plus de la blague pour lui et ça s'entendait à la façon dont il le disait, impertinent, moqueur. « Si t'as tellement besoin de sentiments pour prendre du plaisir. Mais ça te coûtera cher, je te préviens. » Preuve aussi qu'il arrivait assez bien à vivre le changement pour l'instant, tant qu'ils étaient ensemble enfermés dans leur petite bulle étrange. Pas sûr que ses bonnes résolutions et son air décontracté ne survive au retour au monde réel et à la solitude, qui serait bien trop propices à des réflexions inquiétantes. Pour le moment, il se sentait bien et il se permettait de faire de l'humour douteux, sans réaliser qu'Elias répondait rarement très bien à son second degré.

_________________


Hey, I was doing just fine before I met you
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 685
Points : 1405
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Dim 14 Jan - 18:47
Le première fois n'était jamais transcendante, je n'avais qu'à demander à cette pauvre Kimberly. Je l'avoue, et encore, dans son malheur j'avais été prudent, comme à chaque fois, surtout que je n'aimais pas être coupé dans mon élan. Quoi qu'il en soit on ferait en sorte que ça se passe mieux la prochaine fois. « J'en doutais pas vraiment. », soufflais-je le principe, même si je savais qu'il serait davantage question de ce qui venait de changer entre nous. De ce que ça ferait, de ce qui changerait. Il reprit d'ailleurs en disant que si je le laissais disparaitre quelques jours, il pourrait s'arranger pour me sortir le grand jeu avec un vrai rancard et tout ce qu'il fallait en plus pour m'aider à me détendre et me mettre dans l'ambiance. Fronçant légèrement les sourcils, je me redressais sur mes coudes alors qu'il reprenait. Affirmant que si j'avais tellement besoin de sentiment pour prendre du plaisir, il serait en mesure de s'arranger en quelque sorte, même si ça il ne l'avait pas dit et qu'il préférait dire que ça me couterait cher. « J'ai pas tellement besoin de sentiment pour… », avais-je soufflé après un long moment de silence. Je m'étais même assis, le temps de gérer ce qu'il venait de dire, sortir le grand jeu, rancard. Ma gorge s'était noué et mon coeur s'était mit à battre bien plus fort que prévu. Et c'était perturbant, bien plus que je ne l'aurais voulu. Au point que j'allais partir dans des justifications bien plus poussé pour retenir la panique qui montait en moi lorsque je réalisais. « Oh… », avais-je soufflé en me laissant retomber sur le lit, passant une main sur mon visage le temps d'effacer toutes ses émotions contraire avant de tourner la tête vers lui pour reprendre, « Second degré. ». Je n'étais pas certain que ce soit volontaire non plus, juste davantage dans sa nature qu'autre chose. Et c'était aussi un peu perturbant que je puisse, commencer, à détecter le vrai du faux. Comme si je pouvais faire la part des choses avec lui si je faisait suffisamment attention.

« Ca me rassure de me dire qu'un jour, peut-être je vais arrêter de tout prendre au premier degré à force de t'entendre dire ce genre de chose. », un peu de second degré ne me tuerait pas dans le fond non ? Non certainement pas, et ça me ferait survivre à lui sans passer pour un con tout le temps. Quoi qu'il en soit le mouvement de panique semblait être passé, et en faisant le tri dans tout ça, il y a un point qui méritait discussion, « J'ai pas l'air dans l'ambiance ? », quand il était nu, ou quand on était proche de passer à l'acte. Bon, en vrai, je l'avais dit avec le sourire, je cherchais plus à l'emmerder qu'autre chose pour éviter de s'éterniser sur le fait que j'avais failli reculer d'un coup pour rien. J'ai failli laissé la panique me prendre. Alors si je pouvais restaurer un peu l'équilibre, je n'irais pas contre, loin de là. On était bien jusqu'à présent, certes on battait des records, mais on était bien, et j'avais l'impression que de pouvoir agir comme ça n'allait pas me faire plonger dans quelque chose de pire.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 522
Points : 1167
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Dim 14 Jan - 19:44
Et voilà, elle était là, la petite vague de panique qui suivait chaque fois que Will osait faire une plaisanterie un peu limite. Bon, peut-être que s'il ne s'entêtait pas à toujours parler de ce ton si calme et détaché quand il balançait une blague, elles passeraient mieux... Mais sincèrement ? Levant les yeux au ciel, le jeune homme ne chercha pourtant pas à calmer les ardeurs d'Elias, qui se redressait et commençait à chercher un moyen de se justifier. À quoi bon lui expliquer encore une fois qu'il fallait se calmer, hm ? Will allait le laisser paniquer quelques secondes, pour qu'il apprenne à prendre les choses avec plus de recul et il lui expliquerait le principe de l'humour et tout irait bien, voilà. Par miracle, il n'eut même pas besoin d'aller jusque là, seulement de prendre son mal en patience un instant avant que le soldat ne revienne se coucher en soulignant l'évidence. Peut-être qu'un jour, il ne paniquerait pas à chaque mauvaise blague, oui... Will attendait ce jour avec impatience. Quoi que... ça l'amusait quand même beaucoup trop de voir ce genre de réaction, pas sûr qu'il parvienne à s'en passer totalement. « Prendre les choses stressantes avec humour, c'est meilleur pour ton cœur que de paniquer, tu verras. » Parce que d'accord, il était peut-être encore un peu tôt pour plaisanter sur l'état actuel de leur relation, mais vraiment, un de ces jours, le pauvre homme allait lui faire une crise cardiaque s'il ne s'habituait pas un peu plus aux mauvais côtés de l'ingénieur.

Pourtant, ce fut rapidement à son tour d'avoir un moment d'hésitation. Pas tant sur la portée que pouvaient avoir les mots du soldat, il sentait venir la petite vengeance discrète et il en fallait un peu plus que ça pour l'angoisser tout de même. Il fallait juste qu'il arrive à exprimer le fond de son idée sans que ça ne parte en vrille et si Elias continuait de s'inquiéter pour un rien... « C'est toi qui viens tout juste d’admettre que tu avais trouvé ça plus agréable la dernière fois, non ? » Pourquoi est-ce qu'il avait eu l'idée de sortir cette blague stupide, déjà ? « Et si c'était mieux, c'était clairement pas parce que j'ai pris mon temps. On ne va pas se mentir à ce sujet. » C'était bien la conclusion de toute la conversation qu'ils venaient d'avoir, non ? Admettre que quelque chose s'était passé ce jour-là et vivre avec sans pression. Il s'y efforçait, là. « Alors, si tu penses que ça peut aider.... » Sa bouche commençait à s'assécher légèrement, mais il se contenta de déglutir discrètement avant de reprendre. « Je ne dis pas que tu dois t'attendre à un dîner aux chandelles et un bouquet de fleurs, mais je peux faire un effort pour qu'on prenne plus notre temps. » Comme quoi, il ne savait pas encore, mais il finirait bien par trouver un moyen. Ça ne devait pas être si compliqué de ne pas agir comme un animal et de laisser un peu plus de place au reste, s'il le fallait vraiment, au moins une fois ou deux le temps qu'ils trouvent leur rythme.

_________________


Hey, I was doing just fine before I met you
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 685
Points : 1405
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Dim 14 Jan - 20:19
Prendre les choses stressantes avec humour. J'avais bien voulu si seulement il n'avait pas l'air la moitié du temps si sérieux. Laissant le silence retomber, Will finit toutefois par marquer un point. J'avais admit que la dernière fois était plus agréable et ce n'était en effet pas une question de temps prit pour passer à l'acte. C'était bien le contraire, les choses avaient complètement dérapé ce jour là, nous poussant à passer à l'acte limite devant les fenêtres à la vue de tous sans chercher à se retenir ou se contenir. Et donc si je pensais que ça pouvait m'aider, il pouvait faire des effort pour prendre les choses autrement. Secouant légèrement la tête, je me tournais à nouveau vers lui, « C'est con j'adore les fleurs. », soufflais-je pour désarmer l'angoisse qui pourrait venir. Reprenant le sujet avec un peu plus de sérieux, je soufflais, « On a dit qu'on y allait à notre rythme non ? Du coup si c'est encore de l'ordre de l'effort ça m'intéresse pas vraiment. », ce n'était ni une critique ni un jugement, simplement un fait. Il ne fallait se forcer à rien, nous n'avions pour le moment aucun compte à nous rendre, aucun effort à fournir si ce n'est celui d'accepter l'autre comme une personne et non comme un ennemi, l'accepter comme pouvant nous aider et non brider. Je suppose que si certaines choses évolués, nous finirions par nous en sortir seul, par évoluer vers cet élément nous portant au même niveau. « C'est pas parce que tu as plus d'expérience que tu dois être le seul à rendre ça plus équitable dans le plaisir, je suppose que j'ai aussi un travail à faire, donc ça me va, de toute façon j'aurais arrêté tout si je n'y trouvais pas mon compte. », sauf que je le trouvais, alors il y avait aucune raison de forcer la main. Je n'étais pas certain d'être prêt à un diner aux chandelles entre nous, simplement, ces moments m'allaient déjà bien.

Me penchant sur lui je l'embrassais lentement, dans un baiser encore bien chaste et bien contenue avant de retourner à ma place. Ca me faisait étrange de faire ça juste pour le faire. Juste pour le concept d'embrasser sans attendre quelque chose en retour, et en parlant de retour… Fronçant légèrement les sourcils, je me redressais un peu avant de demander, « T'as pas mangé depuis combien de temps au fait ? », c'était con, hors propos, je sais, mais j'avais pas mangé depuis le matin personnellement. Je ne m'en plaignais pas, mais lui, depuis combien de temps il avait rien prit. J'avais vu la différence, il avait reprit un peu de poids, quoi que là, en deux semaines, j'avais l'impression d'être légèrement revenu à zéro avec lui. Regardant dans toute la pièce ou trouver mon sac, je finis par le repérer, me levant alors pour prendre ce que j'avais naturellement mit dedans, je revenais dans le lit avec une ration et de l'eau. J'avoue que l'idée d'aller faire à manger maintenant me faisait un peu chier, mais si il n'avait pas mangé depuis un bout de temps, je ne me voyais pas le laisser mourir de faim.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 522
Points : 1167
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Dim 14 Jan - 21:39
  Un froncement de sourcils passager fut à peu près la seule réaction que se permit Will à la réponse du soldat. Ce qui entait dans le fait de faire un effort ne l'intéressait pas ? Pourtant, ce qu'ils faisaient maintenant, c'était un peu ça aussi, non ? Ils prenaient sur eux pour ne pas tout foutre en l'air à cause de la peur. Mais une fois encore, il devait seulement réfléchir trop, chercher trop loin. Même si ça n'était pas un effort en soi, pas vraiment, il ne savait pas tellement comment l'expliquer et se disait que ce ne serait peut-être pas une bonne idée d'aller trop loin dans cette conversation pour l'instant. Il y aurait bien assez de nouveautés entre eux pour quelques temps. Et puis, Elias marquait un point, il n'avait aucune raison de continuer si ça ne lui apportait rien du tout. Le seul problème dans tout cela, c'est que Will n'était pas bien sûr de comprendre ce qu'il y trouvait réellement. « Je me demande bien ce que ça peut être... » souffla-t-il à voix basse, plus pour lui que pour le soldat, à vrai dire. Il n'attendait pas d'explications de toute manière, c'était complètement rhétorique pour le moment, il verrait plus tard si la question se posait toujours dans un moment où il ne saurait pas quoi dire.

De toute façon, il n'aurait pas eu le temps d'y penser beaucoup plus longtemps, surpris de voir Elias se pencher sur lui tout à coup pour l'embrasser. Une façon de clore le sujet, peut-être ? Une très bonne idée contre laquelle Will ne s'opposa pas et un autre sujet fâcheux fut lancer juste après. Encore une fois, le jeune homme ne put s'empêcher de lever les yeux au ciel avant d'apporter la moindre réponse, histoire de bien faire comprendre qu'il n'acceptait toujours pas autant d'attention sur ce sujet. Du moins pas trop. « Ça va faire quelques heures. » admit-il quand même, restant volontairement vague sur le nombre. Pas sûr qu'Elias prenne très bien la chose s'il avouait que ça tenait plus de quarante que de cinq... De toute manière, il ne chercha pas tellement à en savoir plus pour aller chercher de quoi manger dans son sac. La partie consciente et agaçante de Will lui tira bien la pensée que cet homme s'en faisait vraiment trop pour rien, mais cela ne l'empêcha pas de récupérer la ration. Mais pour une fois, au lieu de se jeter dessus comme un mort de faim, il commença par la partager en deux et en donner la moitié à Elias. Une vraie moitié, en plus. « Tu n'as pas besoin d'être plus maigre, toi non plus. » lança-t-il comme pour justifier son geste, certes peu commun venant de lui.

« C'est quoi, le Takoyaki ? » demanda-t-il après avoir mangé un peu, beaucoup plus sagement qu'il ne le faisait d'habitude. Qu'il arrive à poser une question aussi banale et désintéressée relevait du miracle aussi, au passage. À croire qu'Elias finissait par arriver à quelque chose avec lui. Qui sait, un jour, il serait peut-être même gentil et bien élevé. « En fait, tu parles souvent de l'horreur que c'était d'être japonais, mais jamais des bons côtés. Il doit bien y en avoir quelques uns, non ? » Avec une conversation de ce genre, ils pourraient bien manger tranquillement, non ?

_________________


Hey, I was doing just fine before I met you
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 685
Points : 1405
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Dim 14 Jan - 22:07
Vu le ton de la voix, je me demandais bien à qui il parlait. Dans tout les cas, je ne voulais pas m'étendre sur le sujet, ça avait quelque chose d'assez spéciale. Préférant donc l'embrasser, je réalisais qu'il n'avait peut-être pas mangé depuis un moment et sans attendre sa réponse, je fondis sur mon sac pour en tirer une ration et de l'eau. Quelques heures ? Dans tout les cas cela ne lui ferait pas de mal de manger un peu. Revenant donc sur le lit, je lui donnais avant de le voir la couper en deux, pour m'en tendre une partie que je pris sans vraiment comprendre pourquoi il faisait ça. Pas besoin d'être aussi maigre que lui ? « J'ai de la marge… Et je triche, c'est du muscle. », seul moyen de ne pas avoir l'air trop décharné non plus. Prenant une bouchée, à cause de la faim arrivant depuis que j'avais la nourriture dans la mains, j'eus à peine le temps de l'avaler qu'il me demanda ce qu'était des Takoyaki. J'allais avoir très faim à devoir lui expliquer ça. Et si encore on pouvait trouver de la viande, des Takoyaki, je ne pourrais jamais en refaire ici, même en partant d'un malentendu. « C'est des boules de pâtes, style pâtes à crêpe qui sont fourré à la pieuvre marinée, c'est genre pas le truc de luxe du tout, mais t'en avais partout à vendre dans des petites échoppes au Japon et tu pouvais les manger dans la rue, c'était vraiment super bon. », même si je le reconnais, dis comme ça c'était pas la meilleure chose au monde. Et puis il posa une autre question. Je soulignais souvent l'horreur que c'était d'être Japonais, mais jamais des bon côté, alors qu'il devait y en avoir quelques uns, « C'était pas l'horreur, c'est juste tellement dans la tradition que c'était épuisant. », il y avait pire, mais entre la pression d'avoir un bon travail, une bonne situation, une bonne femme, une bonne famille, une bonne santé… Ca devenait rapidement étouffant, voir impossible à vivre.

« Mais t'as le Japon déjà en gros point positif, j'y ai passé toutes mes vacances, c'était juste magnifique, la vie étant totalement différente de Tokyo à Okinawa déjà. T'as aussi le sens du respect du travail, de l'autre. La nourriture, sérieusement, j'aime pas les sushi, genre c'est tellement bof par rapport à ce qui existe d'autre, mais la bouffe, c'est extraordinaire. », j'avais définitivement faim maintenant. Mangeant une nouvelle bouché, j'attendais de faire disparaitre les preuves avant de reprendre, « Physiologiquement, on a du mal à grossir aussi, c'est plutôt cool. Ah et même si ça me faisait chier au lycée, le fait d'être presque imberbe, ça t'évite de finir avec une barbe énorme en cas d'apocalypse. », certes j'avais quand je voulais une petite barbe de trois jours, mais elle mettait en réalité des semaines à pousser. J'avais bien évidemment souris à ma connerie, Will ayant clairement pas de soucis à ce niveau là, ce qui lui donner de suite quelque chose de plus… C'était agréable. « Et puis plein d'autre connerie, comme les légendes, les contes et j'en passe qui sont justes extraordinaire à entendre quand t'es gosses. », ce qui me faisait pensé que je ne savais pas si il était simplement Américain ou pas.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 522
Points : 1167
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Dim 14 Jan - 23:14
  Mh, en fait, manger en parlant de nourriture, ça n'était vraiment pas une idée de génie. Le goût de la ration semblait bien fade à côté d'un vrai repas et de tout ce que Will parvenait à s'imaginer juste à entendre parler de quelque chose qu'il n'avait même jamais goûté. Malheureusement, ils n'avaient pas tellement le choix que de manger ce qu'il y avait ici et malgré tout, Will continuait d'avaler son semblant de repas sans se plaindre, doucement, en profitant de chaque bouchée comme s'il ne savait pas quand serait son prochain repas. Elias enchaîna en lui donnant des centaines d'informations sur ce qu'il y avait de bon à être japonais et ça semblait bien moins affreux dit comme ça que quand il s'étendait sur la pression mise par ses parents. La preuve, il arrivait même à tirer des sourires à Will et ça n'était pas pour se moquer, pour une fois. « T'as un problème avec les barbus ? » demanda-t-il en attrapant la bouteille d'eau. Ce que c'était ce truc, sérieusement. « Tu me fais regretter d'avoir choisi l'Ukraine plutôt que le Japon pour mon stage en Master. Ça a l'air beaucoup moins... austère. »

Il reposa la bouteille à côté de lui après en avoir bu une petite gorgée qui ne suffisait pas tellement à assouvir sa soif, mais les habitudes ont la vie dure et malgré les apparences, il avait encore du mal à abuser naturellement de certaines ressources. Après quoi, il se rallongea simplement, se tournant de nouveau vers le soldat, la tête appuyée sur sa main. « Tu travailles encore aux aurores, demain matin ? » demanda-t-il, pensif. Sa visite étant complètement surprise, pour le coup, il ne s'attendait pas à ce qu'Elias ait pris des dispositions quelconques pour avoir un peu de temps à lui accorder. Et si c'était le cas, penser à dormir ne serait peut-être pas une mauvaise idée. Surtout qu'il fallait être honnête, se trouver dans un vrai lit, qui ne sente pas la poussière et la mort et où il ne devait pas garder son attention à chaque seconde pour s'éviter une mauvaise surprise, ça lui avait pas mal manqué. Passer du temps ici se révélait réellement horrible pour son envie de retourner à l'extérieur ensuite. Pas sans une véritable bonne raison de sortir, en tout cas... Quoi qu'il en avait une désormais, non ? Il faudrait qu'il envisage de retrouver Azia, maintenant qu'il la savait vivante et qu'il avait réussi à se faire à cette idée et à traverser un peu le choc que ça lui avait fait de la croiser. « On peut dormir, si tu veux. Si t'en as assez de discuter. » reprit-il, chassant cette idée avant que la tristesse n'atteigne ses traits.

_________________


Hey, I was doing just fine before I met you
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 685
Points : 1405
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Dim 14 Jan - 23:42
« Ca dépend lesquels mais la barbes de trois jours en rends certains sexy. », je préférais préciser, car dans mon esprit Logan était assimilé à une barbe et avec tout le respect que j'avais pour lui, je ne fantasmais pas vraiment sur l'homme, mais passons. Il reprit en m'affirmant que j'allais lui faire regretter d'avoir choisi l'Ukraine plutôt que le Japon pour son stage, le pays ayant l'air tout de suite moins austère. Secouant légèrement la tête, je soufflais, « Tu choisis un pays de l'est sous la coupe de la Russie et sous un régime communiste et tu t'étonnes que ce soit austère ? », le Japon était en plein dans un carrefour technologique et nucléairement on était pas si mauvais, quoi que la Corée du sud était très nettement au dessus. Mais passons. J'avais fini ma demi ration et je venais d'attraper l'eau lorsqu'il me demanda si je travaillais encore aux aurores demain. Finissant de boire, je reposais la bouteille avant de me gratter l'arrière de la tête et de dire, visiblement gêné par le fait qu'il puisse clairement faire un lien et donc me le faire remarquer. « J'ai peut-être enchainé 14 jours de travail sans prendre ne serais-ce qu'une demi journée, et j'ai peut-être du travailler quelque chose comme 20 heures par jour pendant ces 14 jours. », souriant un peu stupidement, je repris, « Et il est pas impossible que j'ai fini par manquer d'un peu de patience au point que si je me pointe demain pour ma garde, je vais peut-être me faire malmener. », s'était même sur. Soupirant d'un coup, je déglutie difficilement avant de reprendre, « Il parait donc que je dois faire une grasse mat, pour la première fois depuis… Je sais plus exactement quand je suis parti au Moyen Orient, mais depuis ce moment là. ».

Heureusement pour moi, il avait proposé de dormir, et si je n'en avais peut-être pas eu assez de discuter avec lui, je devais reconnaitre avoir beaucoup trop de sommeil en retard. Me levant donc pour tirer les rideaux, j'allais éteindre la lumière avant de revenir dans le lit, l'obscurité n'était pas totale, ce qui me permit de pouvoir me pencher sur lui le temps de l'embrasser, une main glisser sur ses flancs pour le principe. On avait été sage pour une fois, c'était une première sans doute. Me détachant de lui, je soufflais contre ses lèvres. « Du coup je dois reconnaitre que je suis un peu au bout de ma vie et que je suis réellement pas contre dormir. », l'embrassant une dernière fois, quelques secondes, je ne faisais pas comme la dernière fois, je ne me posais pas sur lui pour m'endormir, même si je savais que je finirais par le retrouver pendant la nuit, je m'installais tranquillement de mon côté. Tellement tranquillement que j'avais fini par m'endormir sans même m'en rendre compte. Sa présence avait quelque chose de magique, et je n'allais pas m'en plaindre maintenant que je sombrais vers l'inconscient.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 522
Points : 1167
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Lun 15 Jan - 0:23
  Un soupir, encore, bien qu'il ne levât pas les yeux au ciel cette fois. Quatorze jours de garde intensive au point d'en devenir désagréable... Inutile de se poser la question de pourquoi il avait ressenti le besoin de se tuer à la tâche aussi longtemps. La véritable question pour Will, actuellement, c'était plutôt de savoir pourquoi il ressentait le besoin de répondre aussi sincèrement à une simple question où un oui ou non aurait pu suffire. Il fallait toujours qu'il en dise trop, qu'il dise les choses avec une sincérité assez perturbante quand il aurait pu s'en sortir avec un mensonge ou une réponse vague. Doucement, Will crispa les mâchoires, sans trop savoir comment réagir à cet aveu qui le faisait se sentir un peu con, à vrai dire. Cruel, aussi ? En tout cas, il se sentait coupable, tout à coup et assez mal à l'aise honnêtement, responsable de cette situation qui aurait pu mettre en danger la vie du soldat ou des autres habitants de ce camp. Et il avait envie de s'excuser, il sentait les mots se presser contre ses lèvres, obligé de serrer les dents pour les retenir. Il n'avait rien fait de mal, après tout, juste partir comme il en avait le droit, comme il s'était assuré d'en avoir le droit. Pourtant, cet argument n'apaisait vraiment pas ce sentiment assez nouveau pour le jeune homme. Il attendit de se sentir un peu plus maître de la situation pour souffler vaguement : « Une grasse mat', ça me tente bien. »

Lui non plus n'avait pas très bien dormi ces derniers jours et pas seulement parce qu'il n'en avait pas les capacités pour se protéger, honnêtement. Ses pensées avaient été toutes tournées vers cette chambre, vers l'homme qui venait d'éteindre la lumière et de se glisser contre lui pour lui offrir ce qui ressemblait définitivement à un simple baiser de bonne nuit. Et le pire, c'est qu'il savait déjà que cette nuit serait bien plus sereine et bien plus agréable, en grande partie parce qu'ils la passeraient ensemble. Bien que pour l'heure, ses pensées soient encore occupées et tournées vers Elias. Vers ce nouvel aveu qui lui faisait mesurer un peu plus fortement l'intensité de son geste, de ce qui se passait entre eux et qu'ils essayaient pourtant de contenir si violemment. La culpabilité refusait de s'évaporer et Will n'était pas très doué pour flirter avec ce genre de sentiments. Ne sachant pas quoi faire pour s'apaiser tout seul, il attendit donc quelques secondes sans bouger, observant le soldat se détourner pour s'installer de son côté et se décida finalement à s'activer à son tour. Sans un mot, sans rien, il se glissa dans son dos, posant une main sur sa taille et son front contre l'arrière de sa tête. Il n'ajouta rien, pas le moindre mot ne vint perturber le silence, il n'en était pas capable, mais c'était sa manière de dire qu'il était là, qu'il ne disparaîtrait pas cette fois. Et le calme et la fatigue eurent raison de lui aussi, le plongeant dans un sommeil profond et agréable qu'il avait attendu sans le savoir.

Au moins, il se sentait vraiment reposé et en forme lorsque la lumière le tira d'un sommeil plus léger. Ça faisait beaucoup trop longtemps qu'il ne s'était pas réveillé aussi naturellement, en fait. Sans la peur qui monte tout à coup à cause d'un bruit un peu différent à l'étage du dessous. Sans le choc de sentir les draps froids en se retournant. C'était assez perturbant, à vrai dire, de sentir une présence au réveil. Le sommeil lui avait fait perdre jusqu'à la conscience d'où il se trouvait, de tout ce qu'impliquait réellement cette nuit, sans sexe, sans excuse quelconque pour justifier de dormir avec quelqu'un. Ça avait quelque chose d'assez intime qui fit naître un léger malaise lorsque Will ouvrit les yeux pour les poser sur le soldat. Et pourtant, il fallait croire qu'il n'était pas si bien réveillé que ça, car il sentit un très fin sourire s'étirer malgré lui, qu'il tenta encore de retenir en se mordant les lèvres. Il aurait sûrement du dire quelque chose, mais il avait encore cette impression que le premier à parler viendrait tout gâcher alors, à la place, il s'approcha simplement pour l'embrasser et tenter de chasser la gêne avant qu'elle ne s'installe pour de bon.

_________________


Hey, I was doing just fine before I met you
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 685
Points : 1405
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Lun 15 Jan - 9:56
La première fois que nous avions dormi ensemble, j'avais lutté pour me détacher de lui, pour ne pas me réveiller dans ses bras. Mais aujourd'hui, cela serait différent. Il avait cherché le contact avant même que je sombre dans ce qui sembla être une nouvelle fois un sommeil plus que réparateur qui me fit ouvrir les yeux sur une nouvelle journée. Mon premier réflexe avait été de le chercher, mais je n'eus quand prendre conscience de la chaleur que mon corps adsorbé pour comprendre qu'il était toujours là. Je ne savais pas si j'étais épuisé de par les semaines qui venaient de passer ou si simplement, le fait d'être à ses côtés ne me donnait pas envie de bouger. Quoi qu'il en soit, je n'eus pas vraiment l'occasion d'y penser plus longtemps que déjà ses lèvres retrouvaient les miennes. C'était perturbant de penser que mes nuit pouvaient être enfin tranquilles. Bizarre de se réveiller sans être entouré par les mêmes rêves, les même monstre. Je n'avais aucune idée de l'heure qu'il était, aucune idée du temps et si j'avais voulu me lever dans un réflexe purement... Stupide ? Je me contentais de me tourner, lui faisant face avant de glisser ma main sur ses flancs et de rester comme ça un moment. Prenant le temps de réaliser qu'il était encore là, qu'il était réveillé, à côté de moi. Involontairement, je refermais à nouveau les yeux, comme pour me donner encore quelques minutes à profiter avec que l'un de nous deux ne brise l'instant. Nous étions calme, qui sait ce qui pourrait se passer après. Me redressant légèrement, je m'appuyais sur mon coude avant de lui dire, « On a pas de Bacon, mais je peux négocier pour avoir de quoi faire des pancakes… », un vrai petit déjeuner étant donné que nous avions du lait, des œufs, et il y avait des reste de farine suite aux récoltes. Me penchant pour l'embrasser une dernière fois, je m'éloignais avant de sortir du lit, retrouvant mon pantalon au sol avant de le mettre et d'en faire de même avec mon pull et disparaître dans le couloir pour descendre les escaliers et sortir. Je ne réclamais jamais rien en soit je laissais tous ça au famille, mais je pouvais bien négocier quelques œufs et de quoi faire à manger de façon générale. Ca avait du me prendre trente minutes, le temps d'y aller de voir avec les stocks ce que je pouvais prendre et revenir. J'avouais volontiers que j'étais peut-être un peu motivé à l'idée de manger quelque chose d'autre que ce que j'avais. Tirant une casserole à défaut qu'un saladier, je finis par me débrouiller avec une fourchette pour faire une pâte. J'allais peut-être éviter de me venter, car j'allais devoir expliquer pourquoi j'avais rien d'autre pour faire ça. Et je n'étais pas certain qu'il le prenne bien.

Finalement l'odeur commença à monter, me donnant bien plus faim que j'aurais voulu le croire. Et je n'étais visiblement pas le seul étant donné que Will ne tarda pas à pointer le bout de son nez. Un repas normal faisait toujours plus ou moins le même effet. Bon, avec le recul, c'était surtout des crêpes épaisses, j'avais pas trop ce qu'il fallait pour faire autre chose en vérité. Sortant deux assiettes, je commençais à empiler les pseudo pancake avant de lancer le café. Visiblement encore mal réveillé pour réussir à y perdre mon âme pendant quelques secondes, je fini par me ressaisir. Tout semblait prêt. Déposant les assiettes sur la table, j'ai déposé aussi le café, et du sucre avant de regarder le tout et souffler, « Je pense que c'est la première fois que je me fais un petit déjeuner normal depuis longtemps… », confiais-je à l'homme se trouvant non loin. Je dirais pas que j'étais fier, mais le fait est que ca avait quelque chose de rassurant, au même titre que lui. M'avançant pour prendre place, je repris, « T'excuseras l'absence de beurre, et de sirop d'érable. », si le sirop pouvait être trouver, ce n'était pas le cas du beurre. Certes l'huile c'était facile mais pas le reste. C'était impossible à moins de savoir battre ce dernier. Enfin bref, c'était un petit dej, presque normal, pour une journée qui ne le serait pas vraiment. Mais en soit elle avait bien commencé, il était encore là, il n'avait pas fuit.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 522
Points : 1167
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Lun 15 Jan - 11:09
C'était tellement perturbant de se réveiller comme ça. Calme, détendu, accompagné. Accompagné surtout. Ce devait même être la première fois qu'ils se réveillaient côte à côte. Une autre nouveauté étrange qui rendait Will nerveux, mais lui plaisait aussi. Il s'éloigna rapidement des lèvres du soldat, se laissant retomber sur son oreiller, permettant à son sourire de s'étirer un peu plus sérieusement. Encore un truc auquel il pourrait s'habituer un peu trop rapidement. Le silence s'étira encore quelques secondes alors que les deux hommes, allongés face à face, semblaient peu décidés à bouger. Mais il était question de traîner au lit de toute façon, non ? L'heure semblait assez avancée, plus que lorsqu'ils s'étaient réveillés la dernière fois qu'ils avaient passé une nuit presque complète ensemble, mais pourquoi se presser quand même ? Pourtant, Elias finit par prendre la parole, arrachant un petit rire à Will. Des pancakes ? Y avait-il quelque chose de plus normal au monde ? « Fais attention, tu risques de réveiller mes instincts de gosse pourri gâté. » souffla-t-il simplement. Bien qu'on ne puisse pas vraiment dire que ce ne soit pas déjà le cas. Un autre baiser plus tard, le soldat s'éloignait et Will se laissait retomber sur le dos, poussant un soupir alors que ses yeux se posaient sur le plafond. Il resta ainsi sans bouger pendant quelques minutes, avant de se décider à se lever. Il ramassa ses vêtements et fila dans la salle de bain, n'entendant pas de bruit en bas, il prit son temps pour se passer de l'eau sur le visage, se donner un visage un peu plus humain et s'habiller.

Il prenait son temps pour se laisser vivre, pour profiter d'en avoir le droit et ne sut pas tellement combien de temps il avait perdu avant que l'odeur des pancakes ne l'attire à la cuisine, où Elias s'occupait de préparer tout cela. Ce qu'il mettait dans les assiettes ressemblait assez peu aux pancakes dont Will avait le souvenir, mais ça ne le perturbait pas tellement honnêtement. Il n'y avait vraiment rien de mieux que de se retrouver à table devant une assiette pleine et pourtant, Elias trouvait encore le moyen de relativiser, comme s'il y avait eu la moindre raison de se plaindre. Will releva son regard désabusé vers lui, attrapant sa tasse avant de lâcher : « Tu me fais des pancakes alors qu'on n'a même pas couché ensemble hier soir, je crois que je vais éviter de trop me plaindre, va. » Il se sentait un peu nerveux, le naturel avait du mal à revenir au milieu de cette scène presque trop normale pour être vrai, mais ce ne serait sans doute que le temps de quelques minutes pour s'habituer, pas vrai ? Et comme s'il cherchait réellement à renforcer un peu plus la banalité de tout cela, il s'entendit demander : « Alors...Qu'est-ce que tu as prévu de faire de ta journée de repos ? » En vérité, il s'inquiétait peut-être un peu de ce qui viendrait après. La soirée avait été tantôt éprouvante, tantôt d'une quiétude improbable. Leur relation venait de prendre un virage que Will n'avait pas vraiment vu venir, même s'il s'était pointé ici dans l'espoir d'arranger les choses entre eux. Et maintenant... Le retour à la réalité pouvait s'abattre à n'importe quel moment, ça avait quelque chose d'angoissant. Ce moment où l'un ou l'autre laisserait la peur reprendre le contrôle, où le geste de trop serait posé, le mot de trop prononcé. Il ne fallait peut-être pas qu'il s'éternise de trop, qu'il parte tant que tout allait bien et devait pourtant lutter avec l'envie de rester. Le café et les pancakes, qu'il avalait lentement, l'aidaient à faire durer autant qu'à rester assez calme, mais il finirait bien par ne plus y en avoir. Mais peut-être qu'Elias aurait la solution toute trouvée pour faire pencher la balance d'un côté ou de l'autre de ce point d'équilibre stressant.

_________________


Hey, I was doing just fine before I met you
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 685
Points : 1405
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Lun 15 Jan - 12:04
Riant légèrement en l'entendant dire que je lui avais fait des pancakes sans avoir couché avec lui, il était en effet difficile pour lui de se plaindre. En effet, mais je n'étais pas certain que coucher me permettait de faire certaines choses. D'ailleurs c'était étrange de se dire que l'on s'était touché, sans le faire au de-là de la bienséance. Que nous ne nous étions jamais réellement trouvé nu l'un contre l'autre, que nous nous étions uni d'une façon peu habituel. Commençant à manger, je relevais la tête lorsqu'il me demanda ce que j'avais prévu de faire dans ma journée. Le truc c'était que ça dépendait grandement de lui, mais si j'ignorais sa présence j'avais quelque trucs à faire, pas très utiles mais qui pourraient m'occuper. Sauf que je le sentais bien sauter sur l'occasion pour enfoncer un clou. Ou partir. Et je n'avais pas envie de partir. « Les lapins, faut les nourrir déjà. », mais bon ça n'allait pas me prendre des années à faire entre nous et je risquais fort de finir vite, sauf si je croisais Logan. J'avais toujours quelques doutes sur la soufflante que je pourrais me prendre pour ces deux dernières semaines. Pas certain qu'il me mette à pied, mais si il voulait me rappeler à l'ordre il serait légitime. J'avais été trop loin, j'avais frôlé la crise de nerf, la rupture. Et si c'était arrivé, je n'étais pas certain d'avoir été là pour accueillir Will. Car il y avait de forte chance pour que je sois partie pour me défouler. « Et en profiter pour m’entraîner aussi. », pour éviter de finir une nouvelle fois par terre après avoir été maîtrisé par Logan. Enfin c’était hypothétique, et ça dépendait de lui, de ce qu'il voudrait faire. Finissant un pancakes, je buvais mon café avant de me lancer sur un sujet qui serait clairement glissant et qui pourrait nous pousser hors limite. Je savais qu'il fallait se laisser faire, se laisser porter sans pour autant se contrôler, pour être nous-même. Pourtant il était là et je ne pouvais pas l'ignorer, je ne voulais pas l'ignorer. On allait sans doute arriver à ce point de scission, celui qui déterminerait si oui ou non, la journée serait longue.

« Enfin sa dépends de ce que tu prévois toi. », soufflais-je la voix nouée. La voix un peu plus tendu. Il y avait eu bien du changement jusqu'à présent, il y avait bien des choses différentes jusqu'à présent. Alors forcement, devoir poser une question pouvant définir de la journée en fonction de lui, ça pouvait aller trop loin. Mais il fallait être honnête, je n'allais l'ignorer. En sachant qu'il m'était bien plus important que je ne le voudrais. Je pensais pouvoir faire illusion en soit, mais l'on pouvait lire entre les lignes. L'on pouvait deviner pourquoi il me serait utile de savoir ce qu'il décidait. Il pouvait profiter des lieux aussi, il pouvait lire, se reposer, et je pouvais m'occuper. Simplement le fait qu'il soit là, pouvait me faire changer mes plans. Je n'aimais pas dépendre ainsi de lui, d'une décision qui lui appartenait plus qu'elle ne m'appartenait. Tout comme je n'aimais pas savoir que ce genre de chose pourrait le pousser à reculer. J'évitais d'y penser, de m'y arrêter, car en prendre conscience ne m'aiderait pas à avancer, à aller mieux. Ne m'aidait pas non plus à garder mon calme et tout la sérénité dont j'aurais aimé faire preuve.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 522
Points : 1167
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Lun 15 Jan - 12:54
Quelques activités de prévues pour la journée, mais rien qui n'occuperait tout le temps du soldat, furent lancées. Des choses, aussi, pour lesquelles il n'aurait certainement pas besoin de Will. Ça ne l'aidait donc pas tellement à prendre sa décision pour la suite, mais à retrouver un air un peu plus crispé, oui. Qu'il cacha d'ailleurs derrière sa tasse de café. C'était tellement étrange de ressentir ça, cette envie de rester et de fuir en même temps. Mais ils finiraient bien par trouver leur rythme de croisière, leurs habitudes et la nervosité s'envolerait pour laisser place au quotidien. Était-ce réellement mieux ? Difficile à dire. Et puis, elle fut lancée. Cette petite remarque, cette petite invitation timide et hésitante, qui poussa Will à reposer sa tasse sur la table pour croiser le regard d'Elias. Le moment charnière était venu, le moment qui déciderait probablement de leur humeur à tous les deux pour le reste de la journée, de la matinée au moins. Un silence presque pesant s'installa, alors que l'ingénieur conservait son regard braqué droit sur l'homme installé près de lui et qu'il essayait, à toute vitesse, d'ordonner ses pensées. La remarque pouvait passer à la fois pour une invitation à rester, autant que pour une suggestion à partir vite. Mais son instinct poussait Will à se tourner vers la première option, à vrai dire. Ses doigts jouèrent nerveusement avec sa fourchette alors qu'il envisageait une façon de dire les choses qui ne perturbe pas totalement la quiétude du temps qu'ils passeraient ensemble. « J'ai quelques trucs à faire dehors. » souffla-t-il après un moment. Il y pensait sérieusement pour la première fois maintenant, mais il réalisait que sa réconciliation avec Elias l'avait assez apaisé pour qu'il se sente prêt à retrouver Azia réellement. « Et ça risque de me prendre un certain temps. Quelques jours, peut-être un peu plus d'une semaine. Peut-être un peu plus que ça. » ajouta-t-il, toujours très prudent. Il n'avait aucun moyen de le savoir, tout dépendrait de la prudence de la jeune femme et de l'endroit où elle se cachait, mais celui où ils s'étaient retrouvés était beaucoup trop loin de Fort Hope pour qu'il puisse régler ça en quelques heures.

Il marqua une nouvelle pause, réellement stressé de devoir choisir ses mots avec prudence pour ne pas tout faire exploser. Et s'il se fit la réflexion que si le soldat prendrait certainement cela pour un effort de sa part, encore une fois ça n'était pas tout à fait le cas. Il voulait dire tout cela, être prudent et presque attentionné dans sa façon de se comporter. Il voulait réellement ne pas créer une nouvelle dispute, une nouvelle angoisse, même s'il devait aller légèrement contre sa nature pour cela. Comme il voulait sincèrement faire des choses qui ne lui soient pas très naturelles pour faire plaisir au soldat, comme ils en avaient discuté la veille. « Mais on ne s'est pas vu depuis deux semaines, toi et moi... » Deux semaines beaucoup trop longues, honnêtement et il n'avait certainement pas le sentiment d'être rassasié après une nuit. « … Alors, si tu en as envie aussi, je me disais que je pourrais rester encore cette nuit et ne partir que demain en fin de matinée. » Ça leur laisserait toute une journée pour se voir, une autre nuit d'un repos bien mérité. Les aveux sur le temps qu'Elias avait passé à travailler en son absence jouaient un peu dans cette décision, en fait, ça l'embêtait un peu de se dire que s'il partait de nouveau, le soldat pourrait encore se passer de sommeil trop longtemps, qu'il ait une telle influence sur lui tout simplement. Rester ensemble aussi longtemps l'inquiétait encore un peu, toujours effrayé qu'un nouveau conflit n’apparaisse s'ils baissaient trop leurs gardes, mais... Ils pouvaient s'en sortir, il suffisait juste de faire attention. Et même lorsqu'il partirait, ils pourraient toujours restés en contact grâce aux talkie-walkies. Tout serait plus simple. Ne restait plus qu'à trouver comment occuper cette journée ensemble et Will pensait bien avoir quelques suggestions si le soldat acceptait sa présence.

_________________


Hey, I was doing just fine before I met you
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 685
Points : 1405
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Lun 15 Jan - 13:23
Il avait des trucs à faire. Naturellement qu'il avait des trucs à faire. Mais c'est le délai qui noua ma gorge, quelques jours, plus d'une semaine, peut-être plus... J'avoue que je pouvais en profiter pour aller retrouver certains fantôme du passé. Mais ce qui m'intriguait le plus était de qu'il pouvait avoir à faire. Après, c'était peut-être qu'une impression, mais il avait l'air plus calme, plus à même de présenter les choses. De les exposer. Je ne savais pas si c'était un effort qu'il produisait pour moi ou un fait, mais je sentais ça comme quelque chose de nuançable. Hochant la tête pour signifier que j'avais entendu sans pour autant vouloir répondre. J'étais entrain de lutter pour faire disparaître la boule de ma gorge. Essayer de chasser le désagréable sentiment qui menacé de me prendre sans raison. Qui menaçait de m'étouffer. C'était irréel de ressentir ça pour une personne. Encore plus irréel de ne pas savoir comment réagir, quoi faire en cet instant. Il était libre de partir, mais je préférais qu'il reste. Alors, après avoir reposé son café, il souffla que cela avait fait deux semaines que l'on ne s'était pas vu lui et moi. Alors, si je le désirais aussi, il pourrait rester encore cette nuit et partir dans la matinée. Déglutissant difficilement à son annonce je me sentis soulagé. Et en même temps effrayé de ressentir ça. A quel moment étais-je censé me sentir ainsi ? Vulnérable. Pourtant c'était le pari à prendre, celui d'avoir besoin de l'autre et d'en ressentir les effets. Celui d'accepter d'être lié d'une quelconque façon à une personne et à en payer le prix. Quel qu'il soit au final. Que ce soit la peur de le perdre, définitivement, ou l'espace d'une seconde. La peur qu'il ne disparaisse, qu'il ne meurt, ou simplement la peur de faire face à de tel sentiments. J'évitais de les rejeter, cela ne voulait pas dire que j'étais encore parfaitement à l'aise avec leurs existences, parfaitement à l'aise avec le fait qu'ils soit là, présent, quelque part en moi. A l'aise avec la porté qu'ils pouvaient avoir sur mes décision.

« Je me vois mal refuser quelques heures de plus. », soufflais-je finalement pour briser le silence qui s'était installé. Je préférais qu'il reste, qu'il me permette de dormir ne serais-ce qu'une nuit de plus sans réveiller d'anciens démons, d'anciens monstres. Même si cela ne serait que repousser une nouvelle fois le problème et laisser les terreurs rongeant mes nuits venir se nourrir du repos que je devais trouver une fois les yeux fermé. Ce n'était que repousser les retours à la réalité tous plus violent les uns que les autres. Finissant donc par me lever, je prenais mon assiette et ma tasse pour déposer le tout dans l’évier et lui demander par la même occasion, « Y'a quelque chose que tu voudrais faire du coup ? », il n'avait pas vraiment visité les lieux, ou je ne sais pas, d'autres trucs qui pourrait l'occuper. J'avoue que le fait de ne pas se focaliser que sur un point et finir aujourd'hui par l'avoir presque oublié était perturbant. Mais il y aurait bien quelque chose qu'il voulait faire. De toute façon pour ma part, il n'y avait rien que je ne puisse faire sans que ce soit réellement vitale. Il y aurait toujours quelqu'un pour nourrir des lapins et mes entraînements n'étaient qu'une façon de s'occuper et d'éviter une nouvelle mise à terre, mais passons.  

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 522
Points : 1167
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Lun 15 Jan - 14:32
Il fallut une bonne éternité à Elias pour accepter que le jeune homme ne reste encore un peu, une éternité que ce dernier passa les doigts crispés sur le rebord de la table comme s'il craignait d'être violemment expulsé par la porte aussi simplement que ça. Pourquoi faire durer l'angoisse comme ça ? Enfin, vu le mal qu'il avait eu à avouer son désir de rester, Will devinait aisément que ça n'avait pas du être plus simple pour le soldat. Au moins, cette partie là était gérée et, à son tour, Will finit par ramasser son assiette pour aller la mettre dans l’évier, alors qu'Elias lui demandait ce qu'il avait envie de faire. Sincèrement, trouver de quoi s'occuper toute la journée dans cet endroit, ça ne devait pas être très facile au quotidien. Et pour preuve, Will peinait déjà à former un planning qui ait un peu d'intérêt pour s'occuper à deux. Il y aurait certainement plus à faire s'il acceptait de sortir de la maison, que ce soit pour une simple visite ou quelque chose de plus concret, mais cette idée bloquait encore. Ici, il se sentait bien, il pouvait être lui-même et peut-être même une meilleure version de sa personne, il n'avait à gérer qu'Elias et il pouvait facilement pallier à sa sérénité par des rapprochements physiques, mais dehors... Quoi qu'en dise le soldat, Will restait persuadé que ce serait mal venu de sa part de s'approcher trop sérieusement de lui devant un public, même restreint. Il y aurait forcément d'autres gens, des regards posés sur eux, peut-être même des personnes assez courageuses pour venir se mêler de leurs affaires... Il rejetait donc cette option pour le moment. Un pas à la fois et commencer par maîtriser ce qui se passait à l'intérieur lui demandait assez d'efforts comme ça.

« J'ai quelques idées, oui... » laissa-t-il planer à la place, attrapant la main d'Elias pour l'attirer contre lui. « Si je ne m'abuse, tu as ordre de te reposer aujourd'hui... » Il se pencha davantage sur le soldat, laissant leurs souffles s'effleurer doucement sans aller plus loin, sa main se posant sur ses reins pour réduire encore un peu la distance déjà très légère entre leurs corps. « Donc je vais commencer par te ramener au lit et t'empêcher d'en sortir pour un petit moment, je vais partir sur une heure ou deux, on verra si j'y arrive. Ensuite, on ira prendre une douche, ensemble, ce qui nous obligera probablement à devoir redoubler d'imagination pour se réchauffer en sortant. Et après ça, on verra bien ce qu'on aura envie de faire. Mais compte sur moi pour t'obliger à passer la journée la plus tranquille et reposante de ta vie. » Tout ça lui semblait être un bon plan, parce que ça restait mignon et nouveau de ne pas se sauter dessus malgré tout le temps qui venait de s'écouler, mais il ne fallait pas trop que ça devienne une habitude non plus. Et puis quitte à ce qu'il soit là, autant en profiter pour permettre à Elias de se reposer réellement. Il ne croyait pas une seule seconde que monsieur arriverait à rester en place très longtemps, il n'avait même pas été capable de passer plus de quelques minutes au lit en se réveillant, mais s'ils s'occupaient tranquillement comme ça toute la journée, Will pourrait partir presque sereinement le lendemain. Presque, seulement. Ses lèvres se posèrent finalement sur celle du soldat, histoire de lui donner un peu plus de motivation à suivre le plan que le jeune homme imposait à cette journée. Il lui laissait quand même une chance de refuser ou du moins de se débattre un peu avant d'être contraint et forcé de suivre le planning.

_________________


Hey, I was doing just fine before I met you
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 685
Points : 1405
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Lun 15 Jan - 15:42
Will m'avait suivi pour déposer ses affaires dans l'évier. Il avait une idée de ce qu'il voulait faire déjà. C'était pas mal non ? Sentant ma main se faire tirer, j'eus à peine le temps de réaliser qu'il m'attirait à lui que déjà il reprenait, évoquant le fait que j'avais ordre de me reposer. J'aurais bien soupiré pour lever les yeux au ciel, mais la proximité qu'il effaça entre nos deux corps m'en empêcha très clairement. Alors je ne pus que sourire, légèrement, en l'écoutant dire qu'il allait commencer par me ramener au lit pour m'empêcher d'en sortir pendant une heure, voir deux. J'espérais pour lui qu'il avait de la patience, j'avais du mal à rester en place sauf quand j'étais armé. Et puis il proposait d'aller prendre une douche ensemble, ce qui nous obligerait très certainement à redoubler d'imagination pour nous réchauffer en sortant. Sur ce point j'en avais aucun doute. Pour la suite il verrait mais je pouvais compter sur lui pour passer la journée la plus tranquille et reposante de ma vie. Le programme était alléchant, mais ses lèvres le furent un peu plus lorsqu'il m'embrassa pour me voler mon souffle, pour me convaincre même de son bon vouloir, de sa motivation à suivre le plan. Lui répondant sans véritablement hésiter, glissant mes mains sur lui avant de reculer de quelques pas pour sortir de la cuisine avant de me détacher de ses lèvres. « Je me demande comment tu vas faire, mais ok, suivons ton programme. », même si je n'étais pas certain de savoir rester à ma place. Mais je suppose qu'avec son aide, je saurais rester à ma place.

« Évites de dire aux autres que je t'écoute un minimum. », soufflais-je en l'embrassant avant de me résoudre à suivre ses instructions. Reprenant donc le chemin vers ma chambre, je retrouvais mon lit ou je m'assis, sachant déjà que l'impatience pourrait me prendre assez rapidement et qu'à peine il était déjà arrivé dans la chambre, je cherchais peut-être déjà à négocier. « Après j'ai bien dormi déjà tu le sais ? », soufflais-je dans un sourire avant de me mordre les lèvres. L'idée de ce qu'il faisait de cette journée était bien, franchement, mais je finissais clairement par perdre l'habitude de ce genre de chose. De prendre mon temps de patienter, de retrouver mon calme. Ca ne me tuerait pas forcement de mettre mon cerveau de côté pendant ce temps, d'essayer de remettre les pendules à zero. D'essayer de me retrouver. Mais je le croyais, quand il disait pouvoir faire passer une journée tranquille et reposante. De là à ce qu'il arrive à en faire la journée la plus reposante de ma vie. J'en doutais un peu, mais après tout, au vu de se que je savais, il saurait la rendre bien mieux que toutes celles l'ayant précédé. Et peut-être que dans le fond, cette idée là ne serait pas déplaisante. J'avais besoin de lâcher prise, Logan me l'avait assez répété pour que je sache que ce n'était pas sans raison. Mais je ne pouvais pas ignorer les risque à faire cela. Comme si je risquais de perdre le contrôle, comme si quelque chose pouvait arriver et me coûter cher. Secouant légèrement la tête, je chassais ces idées pour essayer de ne pas me faire polluer mais ca serait difficile.  

_________________




Spoiler:
 
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   
 
I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération