Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #32 : Octobre 2018
Animation trimestrielle #1 Once upon a time !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Intrigue #5 Recensement !
Venez mettre vos méninges à l'épreuve dans notre animation de Septembre
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - Chapitre I : New rulers, new rules > A lire ici

In Your Flesh :: Michigan State :: Fort Hope

 I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2283
Points : 2307
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Lun 15 Jan - 18:56
La perplexité avec laquelle Elias prenait ce projet n'eut vraiment aucun impact sur la motivation de Will, qui se contenta de lever les yeux au ciel en retournant chercher les lèvres du soldat. Si lui ne voyait pas comment, l'ingénieur avait plusieurs idées et il ne se faisait vraiment aucun soucis pour la viabilité de ses arguments. Comme il ne s'en faisait pas non plus pour la réputation du soldat qui acceptait de suivre ses ordres si facilement, à vrai dire, bien que la demande parvienne à le faire sourire. « Pour ça, il faudrait déjà que je leur parle, tu ne risques pas grand chose. » Ils regagnèrent la chambre rapidement, ce qui prouvait déjà que les intentions de Will ne seraient pas si mal accueillies, même s'il aurait peut-être un certain mal à tenir deux heures sans que ça ne devienne pesant pour Elias. En fait, il venait à peine d'entrer dans la pièce, refermant la porte derrière lui par réflexe, que l'homme commençait déjà à rechigner, poussant Will à rouler des yeux encore une fois. Peut-être que la journée allait être longue, finalement. Secouant la tête pour appuyer un peu plus sa désapprobation, le jeune homme s'approcha, passant au dessus du soldat en le repoussant en arrière pour qu'il s'allonge sur le lit. « Tu as à peine dormi pendant deux semaines... Tu manques encore de sommeil. » souffla-t-il en faisant glisser ses lèvres contre sa peau. « Et puis, à quel moment tu m'as entendu dire qu'on allait dormir, de toute façon ? »

On pouvait profiter d'un lit de bien des manières, surtout après une longue période d’abstinence comme celle qu'ils venaient de traverser. Quoi que le soldat ne serait certainement pas du même avec que Will sur cette question, s'il avait réussi à se retenir pendant cinq ans, il devait trouver ces deux semaines largement supportable. Will non plus n'avait pas eu trop de mal à vivre avec, en fait le besoin de retrouver ce corps ne se réveillait réellement que maintenant, mais ça ne changerait rien à la réponse qu'il donnerait si on lui posait la question. « Ça fait quand même deux semaines qu'on ne s'est pas touché.... On dormira plus tard. » Ses doigts s'insinuèrent rapidement sous le pull du soldat, remontant légèrement sur sa peau. Il n'y avait peut-être pas eu de fleurs et de dîner aux chandelles, mais ça ne les empêchait pas de prendre leur temps quand même, surtout si Will voulait que ça soit assez long. Il avait dit deux heures... Un peu optimiste, surtout lorsqu'on voyait la cadence des baisers dont il continuait d'abreuver le cou d'Elias. Mais il se sentait capable de faire durer un peu le moment quand même. La preuve, il parvint déjà à tenir de longues minutes sans rien faire de plus que cela, jusqu'à ce que ses doigts ne puissent pas remonter plus haut sur le corps d'Elias et qu'après deux ou trois allez-retour, il ne se retrouve dans l'obligation de descendre de nouveau pour s'attaquer à son jeans.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3764
Points : 4284
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Lun 15 Jan - 19:45
L'avantage qu'il soit très clairement assosciable ou dans le besoin de refuser d'aider, c'était bien qu'il n'allait en effet éviter de m'exposer d'une façon trop directe. Et je n'allais pas aller contre. De toute façon j'avais autre chose en tête alors que j'acceptais de rejoindre ma chambre pour m'y reposer. J'avais toutefois suffisamment dormi à mon gout, et à en voir son air, il n'était pas convaincu par ma défense. Il s'approcha, me passant dessus pour me forcer à m'allonger sur le lit. Une bonne technique entre nous. J'avais à peine dormi, certes j'en manquais sans doute mais je savais vivre avec. Du moins cette réponse aurait du franchir la barrière de mes lèvres si les siennes n'avaient pas commencé à caresser ma peau, si ses mots ne m'avaient pas légèrement fait sourire. Je ne l'avais en effet pas entendu parler de dormir une seule fois, et ce détail n'allait pas me forcer à me reposer loin de là. Pas quand son contact savait aussi bien apaiser mon corps que l'enflammer et à en deviner son attitude, je n'allais pas m'apaiser de la même façon que cette nuit. « Un peu plus. », soufflais-je en réponse lorsqu'il justifia son acte en expliquant que cela faisait deux semaines qu'on ne s'était pas touché. Deux semaines sans sentir ses mains ni ses lèvres se perdre sur ma peau. Et en parlant de ses mains, la lenteur dont il faisait preuve était presque un supplice pour toute personne voulant rester maitre de son corps, tout comme le jeu de ses lèvres dans mon cou. Tendant d'ailleurs ce dernier pour laisser Will y faire ce qu'il voulait.

Mes mains avait fini par glisser sur ses flancs, mes doigts trouvèrent sa peau sous le tissus, alors qu'il avait fini par glisser sur mon jeans, laissant au passage des trainées brulante sur mon torse, sur mon corps. Réveillant chaque particule de mon corps comme pour me rappeler à lui, comme pour graver à nouveau sa présence dans mon esprit. J'avais su tenir cinq ans sans réel soucis et aujourd'hui, alors que j'avais retrouver le plaisir de la chair, j'étais poussé au supplice en quelques minutes. Juste quelques minutes pour effacer tant années à savoir se contenir sans même éprouver le besoin de se perdre avec une autre personne. Cinq ans sans en souffrir, deux semaines pour en manquer, quelques minutes pour faire revenir à mon esprit les souvenirs brulant de nos échanges passé. Je n'étais pas certain qu'il y ait la moindre chance que j'y échappe, mais surtout, j'étais persuadé ne pas avoir envie d'y mettre fin, quand bien même il pouvait faire preuve de retenue, de lenteur, je ne craignais pas d'y perdre quoi que ce soit.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2283
Points : 2307
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Lun 15 Jan - 21:53
Ça n'aurait pas du être permis de ressentir un tel frisson à un geste aussi simple, aussi léger que les doigts d'Elias contre sa peau. Son cœur n'aurait pas du avoir le droit de s'emballer à ce point pour si peu. Et pourtant, il ne fallut qu'une caresse pour que ces deux réactions ne tendent ses muscles, parvenant paradoxalement à le motiver un peu plus à faire durer le plaisir, pour garder plus longtemps cette sensation si grisante. S'appuyant sur ses genoux, il prit quelques instants pour retrouver son souffle et étirer un sourire, tandis qu'il tirait sur le jeans d'Elias pour l'en débarrasser. Il le laissa tomber au sol dans la plus pure indifférence du bazar qu'il laissait traîner derrière lui, faisant rapidement de même avec son propre pull. Et, entre deux baisers, le reste de leurs vêtements suivirent le même chemin, bien que Will s'assurât que leurs sous-vêtements restent en place encore un moment. Il avait promis d'y aller doucement et il s'y tenait, quand bien même ça risquait vite de devenir une torture, même pour lui. Plus calme, moins vêtu, Will eut tout le loisir de revenir se pencher sur Elias, se permettant avec autant de calme et de langueur de découvrir chaque parcelle de son torse d'une caresse de ses lèvres ou de sa langue. Il n'était même pas certain d'avoir déjà pris ce temps pour le faire par le passé. Rapidement, avec un autre projet en tête, oui, mais pour le seul plaisir de s'enivrer de son corps, pas sûr. Et pourtant, c'était parfait. Il s'amusait même à sentir les muscles se tendre légèrement sous ses lèvres lorsqu'il effleurait un endroit plus sensible qu'un autre, à entendre les irrégularités du souffle d'Elias qui se perdait sous ses assauts beaucoup trop contrôlés, son pouls pulser plus fortement sous sa langue lorsqu'il retrouva sa gorge au bout d'une éternité. Un baiser emprunt d'une langueur assez inhabituelle suivit alors qu'il retrouvait les lèvres d'Elias. Un baiser par lequel il laissait s'exprimer un désir bien différent de celui qui l'avait habitué jusque là, tandis que ses doigts se glissaient habillement sous le sous-vêtements du soldat, pour caresser sa peau d'abord, sans s'approcher réellement des points plus sensibles.

Et puis, après quelques longues secondes à étirer sa torture, il s'autorisa à apporter une légère délivrance de ses doigts exercés, continuant de s’essouffler aux lèvres du soldat, dont il ne s'éloigna d'abord jamais plus de quelques secondes. Elles glissèrent cependant contre sa mâchoire, un sourire les étirant de nouveau alors que son regard se posait sur le visage tendu d'Elias. Il tirait un plaisir assez improbable à voir les réactions qu'il parvenait à lui tirer. C'était étrange et pourtant enivrant, de s'oublier pour le plaisir de l'autre, d'en être responsable, pleinement, totalement. De le savoir et d'apprécier à ce point. Sans égoïsme, sans le moindre sentiment malsain de supériorité. Excitant, aussi. Il sentait des frissons parcourir sa peau à chaque fois que l'homme se crispait un peu plus contre son corps, à chaque fois qu'un soupir s’échappait d'entre ses lèvres. Ça l'embrasait et l'apaisait en même temps, lui donnait envie, encore plus, de prolonger le moment, d'intensifier l'envie sans jamais la soulager. Pas pour le torturer, seulement dans le but de le satisfaire plus sérieusement à la fin, sans savoir à l'avance ce qu'elle pourrait être. Raison pour laquelle, sans doute, le jeune homme finit par récupérer sa main bien avant d'avoir apporté la moindre délivrance au soldat, venant retrouver sa place au-dessus de lui, retrouver la chaleur de leurs corps l'un contre l'autre, la danse ensorcelante de leurs langues. Ça n'aurait pas du être permis de ressentir des tels frissons à effleurer un autre corps, un tel besoin de l'autre, mais c'était le cas et Will comptait bien en savourer chaque instant. Pas parce qu'il avait promis de forcer Elias à rester au lit encore au moins deux heures, mais juste par crainte que cette soif finisse par disparaître à rien.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3764
Points : 4284
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Lun 15 Jan - 22:36
Le sentir se tendre sous un simple contact alors qu'il était déjà entrain de me porter plus haut que n'importe qui. Alors que chaque contact devenait une caresse sulfureuse aux yeux de mon coeur, envoutant mon cerveau pour en faire l'esclave de ses attentions. Que cela soit quand il libéra ma peau de ses couches devenu superflues de vêtement, ou lorsqu'il équilibra la balance, chaque geste, même les plus anodin ensorcela mon esprit pour le corrompre aux intentions de ses doigts. Chaque baiser, qu'il soit fait pour me prendre mon souffle, ou pour marquer ma peau d'une encre invisible suffit à m'arracher les plus profonds frissons que mon corps puisse supporter. Secouant mon arme à mesure que sa langue dessinait des arabesques imaginaire sur chaque délié, sur chaque muscle. Si il me portait au supplice par des gestions que tout auraient pu juger chaste, je refusais de m'y soustraire, basculant la tête en arrière pour lui offrir autant de peau que possible pour y marquer son passage. Me cambrant sans même en prendre conscience lorsque ses baisers glissaient sous la barrière de mes côtes. Soupirant à chaque geste, chaque attention alors que mes mains peinait à s'accrocher à autre chose que lui, alors qu'il se révéler la seule bouée qui pourrait me faire sombrer. Et puis ses doigts franchir une limite que la décence ne pouvait plus porter sans qu'elle n'en subisse les conséquences. Se révélant joueur, se plaçant au sommet de mon désir, comme une épée de Damoclès refusant encore de s'abattre et de mué la frustration en plaisir. Se faisant bourreau et avocat qu'un diable envers qui j'aurais pu signer pour une éternité d'attention. Pourtant il dépassa la limite du jeu, envoyant mon esprit à l'autre bout de la galaxie alors qu'il se faisait maitre de mon désir grandissant, alors qu'il portait des attentions particulière à l'expression de mon envie grandissante pour lui.

Mes doigts s'étaient crispé dans son dos, comme pour accuser le coup d'un afflux trop important d'émotion, de sensation. Était-il possible d'être aussi sensible aux attention d'une seule et unique personne ? La respiration se faisant de plus en plus erratique, plus destructuré. Sentant chaque muscle se tendre sous ses doigts, il finit par interrompre ses gestes, reprenant position sur moi alors que je réussissais pour la première fois depuis longtemps à ouvrir les yeux, le temps de capter son regard avant qu'il ne vole à nouveau souffle. Mes mains glissant sur dos jusqu'à sa nuque, jusqu'à ses cheveux, m'y perdant légèrement alors que notre échange tremblait sous une passion débordante. Trahissant les réactions que le simple contacte de sa peau sur la mienne pouvait créer. Trahissant le chaos qu'il avait semé sans que je n'en l'empêche. Sans que je le retienne. Mes mains abandonnèrent bien rapidement ses cheveux pour glisser dans son dos, pour effleurer négligemment sa colonne, la suivant de sa nuque à ses reins, laissant les doigts se faufiler sous le tissus, le temps de réduire l'espace, juste pour le sentir contre moi, juste pour qu'il répondent au manque qu'il créait en maintenant nos corps à quelques millimètres là ou je voulais sentir son corps m'épouser tout simplement.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2283
Points : 2307
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Mar 16 Jan - 0:21
Leurs corps se rencontrèrent de manière plus soutenue sous l'impulsion du soldat, réveillant ce besoin incompréhensible que Will avait de se fondre en lui, comme s'ils ne pourraient jamais être assez proches l'un de l'autre, comme s'il ne pourrait jamais en avoir assez non plus. Répondant par un autre coup de bassin, il laissait parler son corps une seconde, arrêtant de s'accrocher une seconde à son désir de prendre son temps. Ça devenait compliqué, vraiment et pourtant, il n'avait pas fait grand chose de plus que d'essayer de pousser Elias à bout. Ça n'aurait pas du l'atteindre à ce point, ça n'aurait pas du suffire à l'éveiller à ce point et pourtant, il sentait sa motivation défaillir au contact du désir d'Elias contre le sien. Il ne devait pas se laisser déconcentrer comme ça, ça allait totalement à l'encontre de ses projets auxquels il continuait de s'accrocher comme un naufragé à sa bouée. Raison pour laquelle il s'éloigna finalement, aussitôt frappé par le froid brutal et déchirant de ne plus sentir le corps d'Elias contre le sien, et qu'il se débarrassa de leurs derniers vêtements avec beaucoup moins de retenue. Mais, d'une façon ou d'une autre, il parvenait à se convaincre que ces quelques secondes lui offriraient un répit plus que nécessaire à retrouver le contrôle. Espoir que détrompa son cœur dès l'instant où il revint se coller contre Elias, s'emballant de nouveau au premier contact, au premier baiser. C'était peut-être même pire qu'avant, en fait, sans plus rien pour l'accrocher à la réalité. Têtu, il insista quand même en faisant dévier ses lèvres et ses doigts contre la peau du soldat, repartant à l'exploration de son corps, plus fébrile.

Quelques minutes volées au temps, qui n'eurent pour effet que d'exacerber encore un peu plus l'impatience de Will. Son souffle résonna une seconde à l'oreille d'Elias, sa langue glissant contre son lobe, avant qu'il ne recule pour chercher son regard et demander silencieusement la permission de poursuivre plus loin, d'un regard appuyé, d'une pression du bassin. Il ne savait même pas pourquoi il prenait la peine d'attendre une autorisation alors que ça ne l'avait pas tellement dérangé la dernière fois d'imposer un peu plus ce qu'il voulait. Mais cette fois, la brève conversation qu'ils avaient eu la veille continuait de résonner dans son crâne et il n'avait pas envie d'être le seul à apprécier le moment. Il attendit donc d'être sûr que sa requête silencieuse soit acceptée et se força à s'éloigner encore pour aller fouiller dans son sac caché sous leurs vêtements. Il revint rapidement encore, se glissant entre les jambes d'Elias, retrouvant ses lèvres alors que ses doigts effleuraient plus légèrement sa peau pour lui arracher encore quelques frissons, puis le presser contre lui. Il n'avait toujours pas lâché ses lèvres, pas même exigé que le soldat ne se retourne lorsqu'il engagea son premier mouvement de bassin, prenant possession de l'homme d'un geste plus assuré que précédemment. À tort ou à raison, il prenait le parti de croire que l'hésitation n'était plus nécessaire. Le temps d'un soupir pour accuser le coup, il cessa quand même de l'embrasser et s'efforça de retrouver son calme avant de s'autoriser à bouger. Il ne voulait pas se laisser aller cette fois, il ne voulait pas se presser. Il était dans le partage, pour une fois, attentif et ça n'avait pas encore vraiment le temps de le surprendre pour le moment, trop occupé à chercher le regard du soldat pour s'assurer que tout se passait bien.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3764
Points : 4284
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Mar 16 Jan - 0:52
Il s'éloignait de moi, comme si le fait d'être aussi proche le rendait plus fébrile qu'il n'aurait voulu. Plus sensible, plus fragile. Causant un froid qui secoua légèrement mon corps avant qu'il ne nous déshabille pour de bon. Et finalement il revient, provoquant au passage une succession de choc plus libérateur les uns que les autres. Retrouvant ses lèvres quelques instant avant qu'il ne parte de nouveau dans une exploration qui m'arrachait des soupires de plus en plus fort avant qu'il ne s'éloigne, attirant à nouveau mon attention alors que son bassin se pressait contre le mien. Il demandait ? Lui donnant l'autorisation de continuer j'aurais sans doute pu sourire à son attention, si mon cerveau n'était pas aussi prit dans ses filets. Le laissant disparaitre le temps de prendre ce qui trônait toujours dans son sac, il revient rapidement à moi, m'embrassant alors qu'il demeurait encore entre mes jambes, prenant possession de mon corps ainsi, m'arrachant un soupir de surprise sans doute auquel se mêlait la gêne et le plaisir. C'était nouveau, nouveau d'avoir accès à son visage alors qu'il nous unissait dans une danse que je ne connaissais pas et qui pourtant faisait écho à une autre. Restant immobile dans un premier temps, il y avait toujours ce temps d'adaptation qui était particulièrement étrange, mais après quelques instants, la chaleur de plaisir explosa dans mes veines pour se répandre aux travers de mon corps comme une trainée de poudre pouvait s'enflammer en une étincelle. Commençant à accompagner le mouvement pour la première fois de ma vie, j'adaptais légèrement ma position pour l'aider, pour m'aider aussi, pour sentir le plaisir passer d'une douce sensation à une drogue ayant prit la pleine possession de mon corps.

Et pour la première fois, mes mains finirent par chercher un point, un endroit, n'importe quoi pour me maintenir ici dans cet instant. Emprisonnant les draps pendant quelques secondes, chaque coup de bassin faisait basculer ma tête en arrière, faisait s'échapper des soupirs se muant de plus en plus en gémissement. Et ce qui m'avait semblait puissant lors de notre dernière relation, prit tout son sens ici. C'était réellement du plaisir, pas simplement à le sentir contre moi, à chercher son souffle, non, là, il s'agissait bel et bien de l'acte en lui même, du plaisir d'une relation charnelle pure et dure. De celle faisant s'emballer votre coeur, de celle le faisant trembler à mesure que la passion prend du terrain. Il s'agit de celle grisant votre esprit pour vous faire perdre tout sens commun, toute tenu. Libérant les draps, mes mains remontent le long de ses bras, sur ses épaules, sa nuque avant d'attirer son visage contre le mien sans pour autant l'embrasser. Laissant nos nez, nos lèvres se frôler alors que j'étais paralysé à l'idée de l'embrasser, non pas parce que c'est la première fois que j'aurais été le chercher alors que nous couchions ensemble, mais simplement, c'était la première fois ou j'avais peur que la passion que je pouvais ressentir contre ses lèvres puissent à un moment me pousser hors de mes propres limites, puissent me faire perdre pied. C'était la première fois au j'avais peur de succomber à ce qu'il me faisait, la première fois que je m'étais laissé pleinement enivrer.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2283
Points : 2307
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Mar 16 Jan - 9:49
Le regard d'Elias lui échappa trop rapidement, mais avec lui partait aussi le besoin de se rassurer. Ça n'était plus nécessaire quand il sentait le corps du soldat se cambrer et brûler contre le sien et son souffle se perdre bruyamment. Ses propres muscles se tendaient, traversés d'un plaisir à la fois contenu et puissant, ses lèvres se perdant sur au hasard sur la peau du soldat à la cadence où ses mouvements le lui permettait, quand il le pouvait, quand un frisson plus profond devait être encaissé ou un tremblement retenu. Il perdait toute cohérence en respirant, tout raisonnement en s'activant, se laissant porter par le plaisir de l'autre, tout simplement. C'était particulier, nouveau aussi. D'avoir conscience du plaisir de l'autre, de s'en préoccuper plus que le sien. Et puis, les doigts d'Elias sur sa peau le secouèrent d'une nouvelle décharge plus violente et il suivit le mouvement qui lui était imposé sans réfléchir, effleurant ses lèvres dans l'attente d'un baiser qui ne venait pas. Sa patience éprouvée par cette distance, pourtant minime, entre leurs lèvres, la caresse à peine palpable de leurs souffles entremêlés, le poussèrent à accélérer le rythme sans y prendre garde, comme s'il cherchait à pousser l'homme à bout, à le torturer d'une vague de plaisir plus puissante pour l'obliger à céder. Il y serait peut-être parvenu, mais il n'eut pas le courage d'attendre de le découvrir et, craquant le premier dans un énième frisson, imposa ses lèvres sur celles du soldat. Il s'y perdit un moment, sans parvenir à définir vraiment combien de temps, lorsque son corps tout entier se contracta et qu'il s'éloigna de nouveau, mettant fin aux baisers pour laisser la vague déferler sur sa peau, intense, harassante.

La conclusion brutale le laissa sans souffle et ses sens exacerbés lui arrachèrent un nouveau frisson glacé et beaucoup moins agréable lorsque, après quelques secondes de plus pour attirer Elias dans ses filets, le pousser au point de non-retour, il s'éloigna définitivement et que son dos rencontra les draps froids. Les yeux fermés, la bouche entrouverte pour récupérer l'air dont il manquait, il passa une main sur son visage pour retrouver le contrôle, le calme qui lui échappait complètement. Il attendit d'avoir retrouvé un semblant de maîtrise sur les battements de son cœur pour s'activer de nouveau et finit par se glisser sous la couverture alors que les températures moins agréables de la saison se rappelaient à son bon souvenir. Il garda les yeux ouverts, cette fois, son regard figé sur le plafond, mais restait assez incapable de bouger ou de parler, terrassé par ce qui venait d'arriver. Ne parvenant finalement qu'à remuer légèrement ses doigts, effleurant la main d'Elias comme pour s'inquiéter de son état à défaut de pouvoir formuler des mots qui fassent sens pour l'instant.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3764
Points : 4284
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Mar 16 Jan - 10:49
La danse devenait de plus en plus intense, comme l'envie qui me secouait en cet instant, comme les choc de plus en plus violent qui secouaient mon corps. Il brisa l'espace qui séparait nos lèvres, ayant le courage de faire ce que je n'avais pas eu. Gonflant un peu plus mon désir de le voir dépasser ses limites. De le sentir atteindre le point de non retour. Il se faisait plus précis, plus rapide avant de perdre tout raisonnement contre moi, me poussant à me joindre à lui quelques instants à peine après lui. Me faisant dépasser mes propres limites en simple écho de cette danse, en simple contre coup. Mon corps était choqué, simplement car l'intensité de ce qui venait de se produire n'avait pas eu d'égale en plus de dix d'apprentissage. Il n'y avait rien que mon esprit puisse trouver pour comparer l'action de son corps contre le mien. Tremblant toujours d'un accomplissement complet, je restais là, désœuvrée alors que ma gorge s'asséchant avec fureur avant que je ne sente la caresse se ses doigts, sur les miens. Un simple contact qui força pourtant mon esprit à se reprendre, à revenir à lui. Papillonnant du regard, la respiration lourde, je sentais le froid me mordre le corps, pourtant j'avais besoin de me ressaisir, de prendre la main pour ne pas me complaire dans l'extase qu'il m'avait offert. Qu'il avait provoqué. Tout avait semblé différent, que ce soit ses gestes, ses attentions, mes réactions, le résultat. Tous semblait d'une nouveauté affolante, déstabilisante. Je n'aurais pas penser pouvoir atteindre ça avec lui, mais il me poussait plus loin, chaque jour, me faisant réaliser combien je me trompais, combien j'étais loin d'imaginer la réalité derrière tout ça. Il n'y avait pas juste eu du sexe aujourd'hui, il y avait eu des sentiments, brutaux, fort. Il ne pouvait y que ça, que cette possibilité pour avoir transformé une action agréable, en quelque chose de transcendant, de puissant. Le cœur battant, le corps fébrile, je finis par réaliser une chose, j'avais manqué de contrôle au point de... Une part de moi s'en foutait réellement, ne s'arrêtant pas à ce détail alors que l'autre... Me redressant pour m'asseoir, mes muscles me faisait suffisamment mal, pour que la suite du plan me semble difficile, pourtant il fallait que je me lève, pour prendre dans le dressing une serviette propre pour effacer ce que mon esprit avait prit comme repère pour me sortir du moment. Alors je me remis debout, non sans réellement regretter mon idée. Finalement, je ne fis que m'avancer assez pour la prendre avant de revenir dans le lit et libérer mon esprit de ses préoccupations avant de m'allonger à nouveau.

« Je retire tous ce que j'ai dis... », soufflais-je finalement, la gorge nouée par ce qu'on venait de faire. Passant une main sur mon visage, je la gardais la quelques instants, le temps de souffler, le temps de récupérer encore un peu avant de me tourner vers lui. Un calme bien trop grand commençant à s'insinuer dans mes veines à mesure que le chaos disparaissait. Je n'avais plus envie de bouger, le simple fait d'avoir du bouger pour me lever m'avait déjà agacé. Dans le fond il avait réussi son coup. Il avait réussi à me donner envie de rester là. A récupérer ce qu'il m'avait prit. A récupérer mon souffle, mon calme, ma contenance aussi. Frissonnant alors, je finis par me glisser sous la couverture, laissant sa chaleur me porter, m'adoucir l'esprit. Il n'y avait rien de mal à vouloir s'y plonger, à vouloir laisser son coeur et son âme prendre une pause, loin de ce qu'il y avait dehors. Loin de ce qui aurait du me préoccuper. Je ne m'inquiétais pas. Je ne me formalisais pas. Cette bulle, je voulais y rester pour le moment, ne pas pointer le nez dehors, ne pas penser à ce que je devais protéger. En cet instant je voulais protéger ce moment, protéger l'homme qui faisait face. Sans doute aurais-je du me méfier de cette sérénité, de ce qu'elle me faisait accepter, reconnaître. Mais il était bien plus agréable de le considérer comme précieux que de le rejeter, tout simplement.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2283
Points : 2307
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Mar 16 Jan - 12:59
Sans réelle intention, sans la trouver du moins, ses doigts caressèrent la main d'Elias quelques secondes avant de retomber sur le matelas, conservant un simple contact à peine appuyé. Ça n'avait été qu'un genre d'appel, de message silencieux qui ne savait même pas tellement quoi exprimer, là uniquement parce que Will n'avait plus aucune force pour quoi que ce soit d'autre pour le moment, complètement épuisé par ce qui venait de se passer et qui confirmait sans doute pour de bon la réalité de leur relation. Et pourtant, trop vite, Elias se redressa d'un coup et, inattentif et inconscient de ce qui pouvait se jouer dans l'esprit du soldat, le jeune homme prit ce sursaut soudain comme une forme de fuite qui réveilla sa panique, trop légèrement encore, qui lui serra pourtant le cœur. Il se redressa à son tour, s'asseyant dans le lit pour suivre Elias des yeux alors qu'il se levait et allait dans son armoire, cherchant des mots, n'importe lesquels vraiment, pour comprendre ce qui avait pu mal tourner. Heureusement, avant qu'il ne les trouve, le soldat revenait vers lui armé d'une serviette et, dans un nouvel ascenseur émotionnel trop violent, Will retrouva son calme, lâchant seulement un soupir avant de se laisser retomber sur le matelas. Il n'avait pas commis d'erreur, donc, pas effrayé l'homme avec cet acte qui devait contenir encore plus de réalité que la dernière fois. Nier quoi que ce soit devenait superflu et bien trop épuisant pour qu'il ait envie de s'en donner la peine pour le moment, laissant plutôt un sourire étirer ses lèvres alors qu'Elias acceptait de prendre la parole le premier, pour lâcher quelques mots.

« Tout ce que tu as dit ? » demanda-t-il sans trop se forcer à ravaler son sourire, se tournant à son tour pour faire face au soldat. Des choses, ils s'en étaient dites tellement, même si la référence à leur brève conversation de la veille sur leurs précédentes étreintes se sentait clairement, Will n'avait sans doute pas assez mesuré sur le coup les remarques négatives qu'il avait reçu. Ou peut-être cherchait-il inconsciemment à entendre Elias lui confirmer de vive voix que la différence était nette et qu'elle jouait en leur faveur, comme pour s'autoriser lui-même à l'avoir ressenti, pour valider les sentiments qui s'étaient mêlés malgré lui au charnel, au lieu de les fuir. Difficile à dire, tout cela lui laissait une impression encore un peu floue, un peu étrange. Tout ce dont il était certain réellement, c'est que ça avait été bien, plus que cela même et que c'était du à plus que deux corps se répondant, à beaucoup plus. Et qu'en ce moment, il n'arrivait pas à effacer son sourire même s'il l'avait voulu, qu'il se sentait bien, apaisé. Heureux. Et que la dernière chose qu'il voulait au monde était de voir ce moment lui filer entre les doigts. Doigts qui, d'ailleurs, filèrent sans retenue caresser le poignet du soldat, comme si Will était réellement incapable de se tenir loin de son corps plus de quelques secondes. Il avait besoin de ce contact, de s'accrocher à ce qui se jouait ici sans chercher à se l'expliquer pour l'instant. « Tu dis tellement de choses que j'ai envie de démentir, ça m'intéresse. »

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3764
Points : 4284
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Mar 16 Jan - 14:00
Lui sourire devenait un peu trop facile quand je le voyais comme ça. Le reste s'éffaçait réellement. Semblant vouloir des compléments d'informations, il se tourna vers moi, me laissant tout le temps de le regarder, jusqu'à ce que ses doigts ne filent ver mon poignet pour le toucher, m'arracher un frisson aussi au passage. Laissant mes doigts caresser les siens, alors que mon sourire s'étirait un peu plus. Je disais tellement de chose qu'il avait envie de démentir ? Secouant lentement la tête, je fermais un instant les yeux, cherchant bien quelle était la liste de chose qu'il n'aurait pas approuvé naturellement. La liste de chose pouvant lui donner envie de démentir justement. « Par exemple ? », demandais-je en premier lieu avant de revenir à sa vrai question. Je n'avais pas envie de fuir la question et finalement rien à cacher en cet instant. Prenant une légère inspiration, je répondis finalement, « Que c'était pas super agréable, ni géniale. Comme le fait de penser que les sentiments ne changent rien à ça. ». Tout ça était une putain de connerie après ce qui venait de se passer. Mes certitudes avaient volé en éclat avec trop de facilité. Souriant un peu plus franchement, je le regardais quelques secondes, le temps de me préparer à ce que j'allais dire. « Je pense pas avoir déjà ressentit un truc aussi fort au lit. », de tout ce qui avait pu se passer, rien ne m'avait rendu aussi fébrile après au point de chercher à reprendre pied sur des conneries. Et rien ne m'avait jamais autant apaisé. Sans doute étais-ce un ensemble, mais si notre accord prévoyait de vivre ça à chaque fois avec autant d'intensité, je n'étais pas certain de vouloir revenir dessus. C'était sans doute le risque, devoir un jour me passer de ça. Je n'y étais sans doute pas, et ça ne m'affectait pas pour le moment, mais le fait été établi. Il n'était clairement jamais rentrée dans ce top un peu stupide des meilleurs coups que j'avais pu avoir, et je pensais sincèrement que ça allait mettre plus de temps que ça pour l'envisager comme ça. Mais là... Il avait très clairement effacé les début difficiles. Même la dernière fois que l'on s'était vu semblait à présent bien pâle.

Laissant mon dos retrouver le lit le temps de quelques pensées, mes doigts joués sur sa peau lentement. Et puis, sans vraiment savoir pourquoi, ni comment j'en avais trouvé le courage, je finis par repousser légèrement sa main, juste histoire de la mettre au même niveau que la mienne. Et c'est sans de réelle crainte que je glissais mes doigts entre les siens, prenant sa main dans un geste purement instinctif, spontanée. L'inconscient était souvent plus fort que le conscient, j'en avais la preuve en cet instant, et lorsque la chaleur de sa peau traversa la mienne, lorsque je réalisais, ce n'était au final qu'une normalité que j'avais accepté. Quelque chose qui ne me faisait ni reculer, qui fuir. Juste quelque chose qui s'exprimait silencieusement. Il avait laissé ses doigts établir le contact, j'avais laissé les miens franchir une barrière qui m'aurait fait reculé il y a quelques semaines. Pourtant le soir ou il avait fuit, quand je l'avais fait monter, j'avais prit sa main, mais jamais je n'avais enserré ses doigts. C'était quelque chose engageant sans doute plus qu'un simple attachement, et sans doute cette bulle de douceur me poussait à agir ainsi. Mais j'avais pas peur en cet instant.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2283
Points : 2307
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Mar 16 Jan - 15:17
Bien décidé à obtenir les réponses qu'il voulait, Will ne chercha même pas à faire semblant de vouloir répondre à celle que lui posa le soldat en retour, se contentant de laisser son sourire s'épanouir un peu plus sérieusement le temps d'une seconde. Il lui donnerait tous les exemples qu'il faudrait, mais pas sans avoir eu ce qu'il attendait aussi. Et elles ne tardèrent pas à tomber, alors que le jeune homme continuait de dessiner des cercles incertains du bout des doigts, il écoutait la liste avec attention, son regard ne lâchant pas Elias. Le dernier aveu lui tira une réaction plus inattendue, qui réchauffa sa peau et fit manquer un battement à son cœur. Ça n'aurait du rien faire de plus que flatter son ego, sans doute, mais ça n'était pas le cas, pas seulement. Ça le laissait sans voix, en tout cas, pas la moindre petite moquerie au ton légèrement agaçant ne parvint à filtrer la barrière de ses lèvres. Il avait l'impression qu'ils venaient de franchir une nouvelle étape, ce qui continuait d'être assez inquiétant dans un sens, mais aussi trop apaisant en ce moment pour qu'il ne laisse ses instincts reprendre le dessus et venir tout gâcher. Du moins, c'était son intention et il était motivé à la tenir, jusqu'à sentir les doigts d'Elias se glisser dans les siens. Il resta sans chercher à s'en défaire quelques secondes, posant simplement les yeux sur leurs doigts entrelacés comme pour s'assurer que c'était bien réel. C'était surtout étrange. Un geste assez banal quand on pensait à ce qu'ils venaient de faire. Il y avait sans doute plus d'implication à coucher avec quelqu'un, à l'embrasser, qu'à simplement sentir ses doigts contre les siens. Et pourtant, ce geste lui semblait plus intime que tous ceux qu'ils avaient partagé jusque là.

Il pressa la main du soldat un instant, essayant de s'habituer à ce geste, à la portée qu'il avait dans son esprit. Il ne la rejetait pas, pourtant, mais il conservait une légère difficulté à la prendre avec légèreté, comme si l'on cherchait à lui tirer un aveu dont il ne se sentait pas encore capable. Il était prêt à accepter tout cela, une vraie relation, des sentiments qu'il tenterait d'assumer, mais il pensait avoir déjà fait un pas suffisamment grand en permettant à son corps et son cœur de s'exprimer conjointement dans leur étreinte et il n'arrivait pas encore à accepter la chaleur qui irradiait dans sa main en ce moment. Ce ne fut pourtant sans aucune violence qu'il se dégagea, récupérant ses doigts pour les poser dans la nuque d'Elias et l'attirer contre lui pour un baiser qui en disait certainement plus que de simples mains liées l'une à l'autre. Mais ça, il connaissait, il s'y habituait plus facilement à force d'en échanger. « J'ai déjà réussi à te faire nier ton hétérosexualité, à te faire admettre que le sexe était plus qu'agréable... » lista-t-il à son tour pour accepter enfin de répondre à la question que lui avait retourné le soldat. « J'ai bon espoir pour te faire admettre que cette journée sera finalement l'une des meilleures de ta vie à défaut d'être la meilleure, pour te faire rester au lit encore une petite heure au moins. Pour te faire admettre que se détendre est nécessaire à ta vie. » Un sourire en coin continuait d'étirer ses lèvres, la moquerie dans sa voix n'était que très légère. Il parlait pour parler, se laissait porter par l'ambiance sans parvenir à combattre réellement sa personnalité, sans la pousser à l'excès non plus.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3764
Points : 4284
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Mar 16 Jan - 16:28
Il serra légèrement ma main après un long moment, finissant par s'en défaire avant de retrouver mes lèvres après m'avoir attiré à lui. Ses lèvres savaient faire chavirer mon coeur en quelques secondes, sans que je ne puisse lutter. Et là encore, mon souffle s’effaçait contre lui. Me rendant la liberté de respirer, il répondait enfin à ma question, en commençant par lister ce qu'il m'avait déjà fait admettre, comme mon hétérosexualité de façade, ou que le sexe était bien plus agréable. Soupirant à moitié en riant, je finis par secouer la tête, ne pouvant pas nier le fait qu'il avait en grande partie contribué à l'acceptation de ce point, il en était de même avec le sexe en fait. Et c'était assez perturbant avec le recul. Mais en y regardant bien, après ce qui venait de se passer, je n'allais pas m'en plaindre. Quoi qu'il en soit il avait bon espoir pour me faire aussi admettre que la journée serait finalement l'une des meilleurs de ma vie à défaut d'être la meilleure. Comme il avait bon espoir de me faire rester au lit encore une petite heure au moins ou me faire admettre que me détendre était nécessaire à ma vie. Ils n'allaient pas me lâcher sur ça ? Bon, ils avaient raison après tout, j'en avais besoin, la preuve étant que j'étais bien trop sensible quand je fatiguais, mais bon, je n'étais pas en sucre non plus. « La journée est déjà bien partie pour l'être. », avouais-je finalement. Après une nuit à ses côtés, un petit déjeuner presque normal, un échange des plus salvateurs, il y avait déjà peu de choses pouvant y arriver. Sans doute car je n'avais déjà jamais vécu pareil extase avec n'importe qui, sans doute car je n'avais plus eu le coeur aussi léger depuis que j'avais quitté Détroit pour le Moyen Orient. Alors je pouvais difficilement nier que la journée ne soit pas déjà bonne. Quand au reste, « J'ai pas spécialement envie de bouger non plus. », soufflais-je en m'approchant de lui, me dressant au dessus de lui pour glisser mon nez contre le sien avant de l'embrasser, quelques secondes jusqu'à effleurer ses lèvres, les caressant avant de reprendre ma place à côté de lui, « Si je ne suis pas d'accords sur l'aspect nécessaire... », soufflais-je dans un premier temps. Je pris une petite pause, le temps de contenir le sourire qui risquait de me marquer le visage à vie.

« Mais je reconnais avoir en effet besoin de ça aujourd'hui. », j'avais reconnu le reste, je n'allais pas tout reconnaître non plus ? Il fallait pas non plus abuser non. Glissant un main sur lui, je frôlais ses côtes encore trop saillante, avant de descendre sur sa taille, mon regard plongeait sur son corps, me disant qu'il faudrait aussi que je lui fasse admettre qu'il pouvait manger pour 140 que ca ne lui ferait pas de mal, mais passons. J'étais peut-être un million de raison de penser que se laisser aller ne serait pas une bonne idée, mais j'en avais autant de vouloir oublier ne serais-ce que quelques heures. Alors oui, peut-être que j'admettais devoir me détendre, mais il devait rentrer dans l'équation, être là ou je pouvais le savoir en sécurité. Avec moi. Même si je savais que ma présence n'était pas un gage de sécurité avec le temps. « Sem-réussite donc ? », même si sur mon immobilité et le fait que la journée se profil bien, il avait presque réussit. Il fallait bien garder espoir, et ne pas donner tout ce qu'il voulait à Will tout de suite, même si c'était difficile.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2283
Points : 2307
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Mar 16 Jan - 18:27
Une journée bien partie pour être parfaite, en effet. Même la crainte que Will se serait attendu à ressentir face à ce bon en avant ne le frappait pas encore. Il ne se demandait pas encore comment ça se passerait une fois qu'il passerait la porte, qu'il se retrouvait seul avec tout ça sans Elias pour lui faire oublier d'un sourire le moindre de ses doutes, pour effacer d'un baiser la moindre pensée. « Une semi-réussite, ça me va pour le moment. » souffla-t-il donc simplement, mettant fin à ce débat qui n'en était pas vraiment un avec le plaisir de la victoire, même si Elias refusait de la lui laisser entière. Un silence s'installa doucement, Will laissant à son tour ses doigts glisser au hasard sur la peau du soldat, son regard s'accrochant sans ciller au sien. Il avait enfin réussi à arrêter de sourire, mais sans se renfrogner pour autant, sans reprendre son sérieux. En laissant simplement les choses se faire, la sérénité l'emplir et ses pensées se dérouler sans ombre au tableau. Il ne s'était pas senti aussi ridicule depuis des années, en fait, aussi ridiculement bien. Et en cet instant, il aurait même pu prétendre que ça n'avait jamais été le cas, faisant un écho déconcertant à ce qu'il avait dit au bord du lac deux semaines plus tôt, même s'il aurait eu tendance à expliquer cela par le contexte pour aujourd'hui. Par le calme et le confort qui leur étaient offert ici et qu'il n'avait jamais eu la chance de partager avec Aiden, les émotions et les sensations exacerbés par le temps passé seul, l'orgasme qui venait de le terrasser littéralement. Tout cela pouvait expliquer ce sentiment, même s'il savait que, hormis le confort, rien de tout cela ne serait possible sans les sentiments.

« Qu'est-ce que tu faisais de ton temps libre, avant, quand tu te permettais encore d'en avoir ? » demanda-t-il finalement, chassant ces pensées trop dangereuses pour leur bien. Ce n'était pas le moment de faire éclater la bulle par une nouvelle crise de panique, surtout pas. Et puis, il avait promis de rendre cette journée particulière et même s'il s'en sortait bien pour l'instant, ça ne serait pas gagné avant qu'ils ne s'endorment ce soir, alors... Si Elias pouvait lui donner quelques idées pour l'aider à faire en sorte que ce soit une victoire complète, il n'allait pas dire non. Quoi que cette question devait certainement comporter une certaine dose de danger, le jeune homme s'attendant déjà à recevoir des réponses tournant principalement autour de sa meilleure amie. « On peut peut-être se libérer un peu de temps hors du lit pour ça, même si je dois admettre que je n'ai vraiment pas envie d'en sortir... Surtout quand je pense à la douche froide qui nous attend derrière, en fait... Qu'est-ce que vous attendez pour installer l'eau chaude dans votre petit Paradis ? » Ils avaient déjà tout, il ne manquait vraiment plus que ça pour que cet endroit soit vraiment parfait et que Will ne veuille plus jamais le quitter ou y remettre les pieds, selon son humeur. En ce moment, ça aurait plutôt tenu de la première solution, ce qui le faisait pencher sérieusement vers la deuxième. Tout ça commençait à le stresser, en fait et pour s'éviter cela, il se rapprocha un peu d'Elias, se laissant réchauffer un peu par la chaleur qu'il dégageait au passage, pris d'un nouveau sourire incontrôlable. Et ses lèvres finirent par effleurer de nouveau celles du soldat, presque contre son gré.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3764
Points : 4284
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Mar 16 Jan - 19:35
Je ne lui donnerais sans doute pas plus que ça pour le moment, et même si une semi réussite n'était pas une réussite complète. Fermant les yeux à son contact, il finit par me ramener sur terre avec une simple question. Qu'est-ce que je faisais de mon temps libre avant que je me refuse à en avoir. Détournant le regard, mon sourire disparu presque aussitôt quand des souvenirs de l'hôpital arrivèrent pour se bousculer. Il ne l'avait pas posé pour ça, j'en étais certain, alors si ma voix était encore un peu éteinte, je repoussais au plus loin, « Sortir boire des verres, au cinéma, ou voir les anciens du club de théâtre sur scène », commençais-je avant que les souvenirs ne me rend nostalgique au point de me refaire sourire, « Danser, quand High School Musical était pas encore passé par là, courir. » et le plus évident entre nous, « Et passer ma vie à refaire le monde avec Lucy. ». Le silence s'installa bien rapidement, mais le calme semblait être revenu alors que j'avais su calmer la tempête. Se libérer un peu de temps hors du lit pour ça ? Ecoutant la suite de ses mots avant de répondre, « Pour une fois j'ai envie d'y rester, surtout en connaissant la suite… », murmurais-je en me penchant sur lui pour l'embrasser, « Même si l'idée d'une douche en bonne compagnie ne me déplait pas, sois en sur. », précisais-je avant de reprendre ma place.

Jusque là j'avais répondu sans vraiment réaliser, mais lorsque sa phrase retourna dans mon esprit une nouvelle fois, il ne me fallut pas longtemps pour réaliser qu'il y avait peut-être quelque chose à faire, me redressant sur mes coudes, je le regardais légèrement amuser par la situation qu'il venait de créer. Chassant presque aussitôt la morosité qui avait fini par me gagner, je répondis à son dernier point. « Un ingénieur en énergie. », et sauf erreur de ma part, le nucléaire était prioritairement une énergie. M'asseyant alors, légèrement excité sans raison, je dressais une main en avant comme pour lui dire qu'il serait inutile de se relever, je n'allais pas fuir. « Admettons qu'un ingénieur ayant, sauf erreur de ma part, évolué dans le milieu de l'énergie soit dans les parages et que, sans lui demander quoi que ce soit, sans lui imposer aucune limite et en lui fournissant tout, aussi bien matériel que main d'oeuvre, Fort Hope réclame son aide dans le but d'améliorer un confort dont il profite déjà, sans pour autant pouvoir le faire comme il le souhaiterait… », admettons encore une fois. Plus je parlais, plus j'avais peur de dépasser une limite, et c'est sans doute pour cela que j'essayais de présenter les avantages en premier, « Tu penses qu'il pourrait accepter de nous aider en augmentant notre production électrique, ou à la revoir, ou améliorer, afin de raccorder sans peur de coupure les ballons d'eau chaude ? », finis-je par demander. Il faudrait que ça passe auprès de Logan, mais si fondamentalement il nous apportait des bénéfices ? « Ses avantages actuels n'étant pas changé, il aurait simplement la possibilité de prendre une douche chaude avec son pe… », fronçant les sourcils, je m'étais reprit à temps, mais le loupé que mon coeur eut, lui, ne m'échappa pas. J'allais dire ça aussi naturellement ? Si j'avais pu lui tenir la main et tout ce qu'on veut, ça, j'étais pas encore spécialement près. Déglutissant alors, il ne me fallut que quelques secondes pour adapter ma connerie, « Avec son piètre hôte ? », soufflais-je le coeur battant. C'était débile de faire ce genre de connerie quand il était essentiel de ne pas le faire flipper.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2283
Points : 2307
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Mar 16 Jan - 20:29
La question du jeune homme, l'une des rares qu'il eut posé sans autre intention que d'être l'homme parfait, sembla jeter un léger froid alors que le regard d'Elias lui échappait soudainement, le laissant les sourcils froncés et l'angoisse qui ne le quittait visiblement jamais prête à ressurgir. Pourtant, la seule chose qui l'inquiétât réellement fut surtout que le soldat ne soit pris d'une vague de tristesse à repenser à son amie et aux moments qu'ils avaient partagé ensemble et, s'il ne pouvait rien faire contre ça, il ne s'imaginait pas une seule seconde qu'il puisse y avoir autre chose derrière cette fuite. Le moment gênant ne dura même pas si longtemps, confortant l'ingénieur dans son idée et Elias consentit finalement à lui faire la liste de ses occupations, dont certaines l'étonnaient, d'autres pas du tout, mais dont la seule conclusion qu'il puisse tirer était qu'ils ne pourraient probablement rien faire de tout ça ici, si ce n'était refaire le monde à la limite. Mais ça demandait une certaine ouverture à l'espoir, une vision qui ne soit pas ternie par l'horreur de leur monde actuel et ça, ça ne semblait pas être leur point fort. Quoi qu'aujourd'hui, ils paraissaient tous les deux assez joyeux pour que ce soit de l'ordre du possible. En attendant de décider pour de bon si cette option, qui ne les forcerait même pas à sortir du lit en plus, était envisageable, Will se permit donc de poser une question plus technique sur Fort Hope, par pur égoïsme pour le coup et il eut la surprise de voir Elias s'éveiller tout à coup pour se lancer dans un grand discours plein d'hypothèses qui eurent tôt fait d'arracher un sourire au jeune homme.

Un ingénieur spécialisé en énergies serait effectivement un avantage non-négligeable pour ce projet, mais malgré les efforts du soldat pour rassurer Will et le convaincre d'être cet ingénieur, ce dernier restait assez perplexe. Il fronça de nouveau les sourcils à une phrase coupée en plein milieu rapidement suivie d'une rectification qui sonnait affreusement fausse. Entre ça et la demande enrobée de sucre, un petit vent glacial commençait à se lever sur Will. Ce fut son tour de se détourner, se rallongeant sur le dos dans une fuite contenue et de souffler un instant pour avaler tout ça. Peut-être qu'ils jouaient un peu trop au petit couple, ce matin, en fait. Et le pire restait sans doute que cela l'inquiétait cent fois moins que la simple idée de s'impliquer un peu plus dans la vie de Fort Hope, de devoir se pencher sur leurs installations, les aider et continuer de profiter de leur confort, d'avoir une bonne raison de vouloir aider et revenir, de vouloir rester. Il commençait à se dire qu'il serait bientôt inscrit au registre des habitants sans avoir eu le temps de s'en rendre compte. Et ça le faisait vraiment flipper en fait. Mais il ne voulait pas être celui qui gâcherait l'ambiance, il ne voulait pas être celui qui les forcerait à mettre fin à ce moment. Il suffisait de prendre les choses avec logique, froideur et détachement.

« Je te trouve assez présomptueux de conclure comme ça que je suis un ingénieur en énergie uniquement parce que tu sais que j'ai étudié au M.I.T et que j'ai travaillé dans une centrale nucléaire. » lâcha-t-il d'abord, laissant momentanément la place au petit con arrogant pour se donner le temps de retrouver son calme. « D'autant plus que je doute sérieusement que vous fonctionniez avec de l'énergie nucléaire qui serait hypothétiquement ma spécialité. Mais mettons que je sois bien ingénieur nucléaire et mettons aussi que mon diplôme et ma sale manie de vouloir tout savoir font que je peux me débrouiller avec le photovoltaïque ou l'éolienne, voire même l'hydraulique... » Une nouvelle pause fut marquée, alors qu'un Will frappé d'indécision cherchait ses mots et surtout ses pensées. « … Je pourrais vous aider. » admit-il prudemment. « Mais ce sera en tant que consultant extérieur, je n'ai toujours pas envie de signer pour rejoindre l'équipe pour l'instant. » Il hésita encore une seconde et ajouta finalement : « Et j'aimerais négocier un salaire. Du genre qu'ils nous fournissent de quoi manger pour deux ne serait-ce qu'un repas par jour le temps que je passerais à me pencher sur ce projet. Parce que c'est mignon que tu te prives pour moi, mais ça me dérange vraiment.  » Inspirant profondément, il accepta enfin de reposer les yeux sur Elias, attendant son verdict avec une certaine crainte, même s'il ne laissait rien paraître réellement.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3764
Points : 4284
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Mar 16 Jan - 22:06
J'avais été trop loin, son changement de position me le faisait comprendre, tout comme le silence qui était retombé. Baissant alors les yeux, je soupirais, plus contre moi-même que contre lui. Une proposition de trop, des mots m'ayant échappé. Jusqu'à ce qu'il comble le silence en affirmant me trouver assez présomptueux d'en conclure qu'il était ingénieur en énergie uniquement en sachant qu'il avait étudié au M.I.T. et travaillé dans une centrale nucléaire. J'avoue avoir fait un raccourcis assez gros, mais c'était rarement des médecins qui finissait dans une centrale. Me mettant à douter, je retrouvais un Will dans une attitude défensive. J'étais stupide non ? Il reprit en doutant que nous fonctionnions sur de l'énergie nucléaire qui serait donc hypothétiquement sa spécialité. Ils ne devaient pas tout maitriser avant d'engager le militaire ? Surtout que les centrales étaient refroidit hydroliquement non ? Mais il reprit dans les mêmes hypothèses que moi. Admettant qu'il soit bien ingénieur nucléaire, et que malgré son diplôme il ait la sale manie de tout vouloir savoir et donc de pouvoir se débrouiller avec d'autres énergie. Si tout cela était vrai, il pourrait en effet nous aider, mais uniquement en tant que consultant extérieur, ne voulant pas signer ici pour l'instant. Pour l'instant ? Ma gorge se noua étrangement avant qu'il n'ajoute qu'il voudrait pouvoir négocier un salaire, comme fournir à manger pour deux, ne serait-ce qu'un repas, le temps qu'il passerait sur le projet. Sa dernière phrase me fit relever les yeux. Gêner que je me prive pour lui ? « Qui te dis que je me prive ? », je me privais, c'était évident, il me touchait suffisamment pour savoir qu'entre le premier jour et aujourd'hui je m'étais asséché. Couvrant la misère uniquement avec le sport pour simuler une masse, même musculaire. Me laissant basculer en arrière, je fixais le plafond, réfléchissant à ce que je pourrais lui obtenir.

« Fondamentalement, je peux pas te dire oui ou non, ce n'est pas à moi de décider. », avouais-je un peu agacé de ne pouvoir lui donner de réponse. L'idée de l'avoir avec moi, souvent était rassurante, même si cela voulait dire qu'il serait plus longtemps absent après. Mais tout de même, des moments, aussi volé soient-ils restaient des moment. Soupirant à nouveau, je posais une mains sur mon torse avant de réaliser que j'étais nu et de me redresser. Par simple réflexe, entendons nous bien, Il avait vu bien plus que n'importe qui, je n'étais pas à ça près. « Mais je pense pouvoir négocier ça, j'ai négocier ta venu avec un pack de bière, je dois bien pouvoir négocier autre chose avec un autre pack de bière. », avouais-je sans détour. En vrai ça serait plus complexe que ça, mais si je pouvais accrocher l'attention de Logan et lui présenter Will comme autre chose que… Me pinçant les lèvres, je passais les mains dans mes cheveux, je soufflais assez gêné, « Après j'ai peut-être mal géré mon homosexualité un soir et je suis un peu allé le voir totalement bourré en te définissant comme un con arrogant avec un putain de sourire et un talent certain pour les féllations, du coup je vais juste devoir expliquer que t'es parfois, con, souvent arrogant, mais que… », trouvant des arguments pour le défendre auprès de Logan et lui dire devant lui ? « Que t'es brillant ? Pour l'update de ce qu'on fait en priver, je vais éviter, sinon je vais le perdre. », ouais je me laissais surtout aller à de l'humour, car je ne voulais pas m'exprimer clairement sur comment je le considérais aujourd'hui. Car il faudrait regarder Logan droit dans les yeux, en sachant que Will serait au courant qu'il était devenu un pilier et c'était plus simple que Logan soit le seul au courant.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2283
Points : 2307
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Mar 16 Jan - 23:16
Allait-il trop loin avec ses exigences ? Peut-être, mais honnêtement ça lui était passablement égal de passer pour un emmerdeur aux yeux du mec au-dessus d'Elias dans la hiérarchie de ce groupe. Ce qu'il craignait réellement, c'était que le soldat prenne mal qu'il se montre à ce point exigeant. Il profitait déjà de tous les avantages de cet endroit et de sa liberté, au moins théoriquement, en demander davantage pouvait poser problème dès maintenant. Mais bien qu'il soit profondément agacé depuis le début de voir Elias réduire ses repas pour ses beaux yeux, il savait déjà qu'il serait prêt à lâcher sur ce point si ça posait vraiment problème. Ça n'était presque qu'une excuse pour se donner l'impression de ne pas tomber dans les filets de Fort Hope, alors qu'il venait d'admettre qu'il ne restait pas fermé à l'idée de rester ici définitivement sur le long terme. Comment pourrait-on l'être, cela dit ? Le jeune homme leva les yeux au ciel alors que le soldat osait essayer de nier sa privation de nourriture. Il le prenait vraiment pour un crétin ou quoi ? Ça ne valait même pas la peine de répondre à cette tentative complètement ratée de démentir et Will ne se la prit pas. Il se concentra cependant un peu plus sur les vraies réponses à ses questions, à ses demandes qu'importe. Son visage se décrispa peu à peu à mesure qu'Elias enchaînait les mots, un sourire prétentieux s'affichant à la place. Au final, c'était Will qu'il venait de perdre en lui rapportant ce portrait pour le moins... exact, bien qu'il ne soit pas totalement avantageux. Mais le côté petit con arrogant, le jeune homme pouvait vivre avec, largement, il l'entretenait même s'il fallait être parfaitement honnête.

« T'as parlé de moi à ton chef ? » demanda-t-il, conservant un peu de mal à se décider entre l'étonnement simple et un genre de fierté étrange. Pas tellement sur ce qui avait été dit, mais simplement d'avoir assez d'importance pour mériter d'être mentionné. De cette manière en tout cas. « Enfin, je sais que tu as du lui parler de moi pour lui demander l'autorisation de me faire entrer, mais... J'imaginais que tu serais resté plus... vague. » Ça ne ressemblait pas au genre de conversation qu'on avait avec le mec qui tient les rennes quand on veut obtenir quelque chose de lui, en tout cas. Et certainement pas à ce qu'il fallait dire de quelqu'un pour être autorisé à le laisser entrer dans le camp de survivants le mieux gardé de la ville. Mais visiblement, ça avait fonctionné, ce qui attisait d'autant plus la curiosité de Will, à vrai dire. Avec une telle présentation, il se demandait sérieusement pourquoi le maître des lieux avait accédé à la requête du soldat. Sans prévenir, il se redressa et vint surplomber le soldat, sans perdre son sourire, l'emprisonnant sous son corps. « Un petit con arrogant avec un putain de sourire et un talent certain pour les fellations, hm ? » souffla-t-il de ce petit air qui imageait parfaitement cette description. Ses lèvres glissèrent contre sa mâchoire jusqu'à rencontrer son oreille. « Ça fait beaucoup de qualités pour une seule personne... » Reprenant ses baisers, il partit cette fois dans le cou d'Elias. « Autre chose que je dois savoir sur la réputation que tu me colles dans le camp ? »

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3764
Points : 4284
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Mar 16 Jan - 23:52
Oups ? J'étais pas certain que ce soit la meilleure idée au monde. Il semblait hésiter alors que j'hochais la tête, incapable de répondre réellement. Reprenant il expliquait savoir que j'avais du parler de lui pour qu'il puisse rentrer, mais qu'il aurait cru que j'allais rester un peu plus vague sur le reste. C'était en effet le cas, mais je doutais qu'il est conscience de la relation que j'avais avec l'homme à la tête de Fort Hope, « Il savait t'existé avant. », avouais-je avant de reprendre, « Le soir du fameux jour où on a finit sur ce canapé, j'ai un peu paniqué quand je me suis retrouvé seul et voilà. », même si à la fin de la soirée j'étais certain de moi. Un doute qui n'avait durée que le temps d'une soirée, avant que j'y cède réellement. Mettant fin à mes pensées, il s'approcha de moi brutalement, me surplombant avant ce soufflait avec cet air si distinctif les mots que j'avais donné un peu plus tôt pour le décrire avant que ses lèvres de frôlent ma mâchoire, mon oreille. Beaucoup de qualité pour une personne ? Souriant alors que mon esprit se grisait peu à peu à son contact, mon cou se tendit sous ses lèvres alors qu'il me demandait si il y avait quelque chose qu'il devait savoir sur la réputation que je lui avais collé ici. « À juste une personne. », corrigèrent en laissant mes doigts courir sur ses bras. « J'ai parlé de cet air la justement, de ce sourire à te faire tomber dans tes bras, de ton regard à te sentir prit au piège. », c'était d'ailleurs son regard qui m'avait fait perdre pied, rien de plus que ce regard qui m'avait gêné, réveillant tout ce qui avait suivit derrière. C'était son attitude. Lui. « Il sait que tu as tendance à tout savoir sur chaque chose, chaque personne… Un corps qui mériterait de reprendre un peu, mais qui m'aurait fait vendre ma mère pour y avoir accès. ». Je n'avais eu aucun filtre ce jour là, aucune forme de retenu, aucune envie de le faire aussi. Si j'avais été voir Logan ce n'était pas sans raison. Ce que j'avais décrit de lui, malgré la douceur et la patience dont il pouvait faire preuve n'avait pas disparu, pour cause. Il savait parfaitement reprendre ce masque qui me déstabilise toujours autant. Plus au point de paniquer, mais au point de bruler au moindre mouvement. Il avait beaucoup trop de pouvoir.

Cherchant à reprendre le contrôle. Je finis par dire le plus important, « Mais j'ai surtout dit que tu pouvais avoir tout les défauts du monde que j'avais confiance en toi. Sans savoir l'expliquer, je le savais simplement. », je ne savais pas si ça avait pu jouer pour Logan, mais pour moi si. J'avais confiance en lui, bien plus qu'en d'autre ici alors que je les connaissais depuis plus longtemps. C'était un peu effrayant comme idée, et c'était sans doute pour cela que je m'étais reprit, que j'avais momentanément arrêté de rentrer dans son jeu. Car je ne pouvais pas l'expliquer, mais quand bien même il avait pu me donner envie de lui faire passer toute arrogance, le véritable problème était que je ne me sentais pas en réel danger avec lui. Il y avait une sorte d'aura protectrice autour de lui. Une sorte de pacte de confiance silencieux qui s'était établie très vite au point que j'accepte de rendre les armes le temps d'une cohabitation, aussi hasardeuse soit-elle. Je lui avais fait confiance, et c'était ce qui avait le plus de valeur.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2283
Points : 2307
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Mer 17 Jan - 9:45
Les premières minutes, tout cela l'amusait réellement. Cette liste probablement non-exhaustive de tout ce qu'il pouvait y avoir d'agaçant dans son comportement conservait quelque chose d'agréable à entendre. Ça tenait dans la manière dont Elias le disait, peut-être, ça ne sonnait pas comme de véritables défauts, ça ne sonnait pas comme quelque chose qu'il aurait voulu voir disparaître, mais plutôt comme s'il s'agaçait tout seul d'apprécier tout cela. Et Will en tirait une certaine forme de suffisance dont il ne se cachait pas. Il en jouait même, sillonnant le corps du soldat de ses lèvres pour le déconcentrer, le pousser à la faute, à dire les choses sans réfléchir aux conséquences que cela pourrait avoir. C'était amusant, grisant même. Il se délectait de cet instant et permettait à ses travers décrit de s'exprimer librement, après les avoir contenu pendant plusieurs heures pour ne pas froisser le soldat, pour ne pas empirer les choses entre eux. Un petit relâchement passager qui arriverait sans doute à le détendre assez pour que la journée continue d'être agréable pour tous les deux. Et puis, le ton d'Elias changea abruptement. Le jeu auquel il s'était prêté volontairement, Will n'en doutait même pas, prit fin soudainement. Les lèvres du jeune homme, prêtes à redessiner le contour d'une clavicule se stoppèrent d'abord, jusqu'à ce qu'il ne se redresse légèrement pour voir le visage du soldat. Il n'y avait pourtant rien de mauvais dans les mots qui venaient de résonner dans la pièce. De tout ce qu'il venait d'entendre dire à son sujet, c'était même certainement ce qui avait le plus de valeur au final. Et pourtant, ça faisait naître une tension assez inexplicable chez Will. Il n'était pas sûr de comprendre pourquoi cet aveu lui semblait si solennel et si important, mais ça restait le cas.

Une nouvelle fois, Elias venait de réussir le petit miracle de le faire taire. Aucune réponse pleine d'arrogance et de venin même seulement très légèrement empoisonné ne lui venait. Il abandonna donc rapidement l'idée de répondre quoi que ce soit et se contenta plutôt de se pencher de nouveau au-dessus du soldat, glissant ses mains sur son visage pour venir chercher ses lèvres. Une fois de plus, ce geste était plus simple à aborder pour lui que tout le reste. Il avait cessé de prendre la fuite en disparaissant ou en remettant le sexe au premier plan chaque fois qu'il se retrouvait gêné, mais il conservait cette forme-là d'échappatoire et il aurait sans doute du mal à s'en défaire aussi. Cela lui permit au moins de chasser les idées compliquées et il avait retrouvé son calme et sa nonchalance lorsqu'il s'éloigna enfin. « Si monsieur le chef est d'accord avec tout ça, je me pencherais sur le problème à mon retour. » souffla-t-il en se redressant. Il aurait au moins un sujet sur lequel s'occuper l'esprit le temps qu'il passerait dehors à retrouver Azia... Quoi que s'il devait disparaître pour une durée encore indéterminée, ça risquait de compliquer légèrement les travaux. Il y aurait un peu trop d'inconnues au cours de cette sortie. « Sauf si tu veux voir ça avec lui avant mon départ. Mais ça attendra demain matin, notre emploi du temps d'aujourd'hui est bien trop chargé. » Ils devaient avoir tout juste perdu une heure sur l'imposant planning voué à ne rien faire qu'avait soumis Will et il ne comptait pas revenir sur ses projets pour le moment, même pas pour un peu d'eau chaude. « Et puis, si j'arrive à te faire prendre une vraie journée de repos, ça pèsera forcément en ma faveur aux yeux de ce type, non ? »

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3764
Points : 4284
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Mer 17 Jan - 10:52
Je n'avais jamais eu peur des autres, seulement de faire confiance, car la confiance est d'or. Il avait du comprendre le sentir, car le jeu auquel il se donnait depuis quelques temps cessa brusquement. Laissant ma peau tranquille avant de glisser ses mains sur mon visage et m'embrasser avec toujours cette même finalité. Les secousses qui comprimaient mon cœur finissant par se répendre dans mes veines alors que presque aussitôt je lui répondis. Sans chercher à attendre, sans me perdre dans autre chose que son souffle. Et puis il prit ses distances, légèrement. Soufflant que si monsieur le chef était d'accord avec tout ça, il se pencherait dessus à son retour. Me redressant légèrement à mon tours, je sentais une douce chaleur se rependre en moi alors que lentement mon esprit fit son petit bonhomme de chemin. Et avant que je n'ai pu dire quelque chose, il nuança, avançant que si je voulais voir ça avant son départ, ça serait possible, mais demain, car pour le moment notre emploi du temps était chargé. Secouant légèrement la tête, j'avais l'impression de n'avoir strictement aucun secret pour lui et c'était légèrement frustrant. « Tu sais que je vais finir par me sentir bien trop prévisible ? », soufflais-je simplement avant qu'il n'ajoute un argument de poids. Si il arrivait à me faire prendre une vraie journée de repos, cela pourrait peut-être peser dans la balance. Dire à Logan qu'un être vivant réussit à me détendre, à me faire prendre du temps pour moi ou tout simplement à me faire décompresser n'était pas une mauvaise idée du tout. Au contraire, l'homme cherchait depuis le début à me faire prendre du recul, il n'allait pas être mécontent à l'idée que quelqu'un puisse le faire. Approuvant d'un léger signe de tête, je soufflais avec un leger sourire, « Hum, ça c'est un contrat envisageable entre toi et moi, mais je vois pas ce que je pourrais te donner en échange de tes talents. », dans le fond c'était vrai, le fait qu'il fasse de mes nuits tout sauf un énième cauchemar, qu'il sache me faire souffler, me donner du temps était clairement un miracle qui peser dans une balance bien différente. Il m'aider à remonter la pente. A voir autre chose que la mort en fermer les yeux.

« Il te jugera juste capable de faire plier un ancien soldat un peu trop rigide. », juste. C'était déjà pas mal, mais pour répondre à quand j'en parlerais, je préférais être honnête, « J'ai merdé pendant deux semaines, je préfère redevenir celui qu'il a placé à la tête de la sécurité avant de lui parler de quoi que ce soit... », je voulais pas non plus me présenter à lui sans avoir les idées claires, sans avoir prit le temps de me reprendre, de répondre à ce qu'il attendait de moi. Je ne voulais pas qu'il pense que Will, sa présence, était le seul moteur que j'avais d'être cohérent. Je ne voulais qu'il est des raisons de penser que Will était un élément perturbateur de quelque façon qu'il soit. Je devais donc me reprendre, laisser l'orage passer. Laisser les fissures s'effacer à mesure que nous avancions dans un chemin qui m'était inconnu, mais qui ne me faisait plus aussi peur. Seul, le danger qu'il pouvait courir pourrait à nouveau me tétaniser, mais rien de plus. Je devais être celui qu'on attendait pour que Will puisse être lui-même. J'étais habitué à porter des masques, à répondre à des normes, pas lui.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2283
Points : 2307
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Mer 17 Jan - 13:43
Une fois de plus, Will se surprit à froncer les sourcils, imperceptiblement, bien que si proche qu'il se trouvât du visage d'Elias, c'était assez compliqué à cacher. Il ne se stressait pas, pourtant, loin de là, seulement il avait un peu de mal à croire que l'homme soit sérieux quand on entendait ce qu'il venait de dire. ''Juste'' faire plier un ancien soldat trop rigide ? « Tu ne réalises vraiment pas à quel point c'est difficile de te pousser à te détendre deux minutes, alors ? Ça demande plus que quelques capacités, ça demande du talent. » affirma-t-il avec beaucoup de sérieux et beaucoup d'arrogance aussi, laissant tomber pour de bon le sujet qui aurait du les préoccuper réellement. Il n'avait pas trop envie de penser pour la énième fois de la matinée que son départ précipité avait causé une telle tempête dans la vie du soldat. S'il fallait attendre encore quelques jours pour parler à qui de droit de la possible installation de l'eau chaude, Will saurait attendre sans problème, il ne serait même pas là pour que l'eau froide de la douche lui rappelle chaque matin qu'il pourrait éventuellement régler ça. « Et tu ne devrais vraiment pas t'en faire pour le fait d'être prévisible, tu arrives encore à me surprendre très souvent et je suis persuadé qu'il me reste encore beaucoup trop de choses à apprendre sur toi. » Voilà tout ce qu'il pouvait se permettre de dire avant de mettre fin à cette conversation qui le laissait beaucoup moins serein qu'il ne le laissait paraître. Il venait de s'engager à faire un pas de plus vers Fort Hope, après tout. On lui demanderait probablement de rencontrer l'homme à la tête de tout cela, d'autres survivants qui devraient l'aider pour que tout soit installé. De sortir, aussi. De devenir un peu plus que l'ombre qui traversait parfois la rue pour s'enfermer à double tour dans la maison du chef de la sécurité et ne plus apparaître jusqu'au lendemain... ça n'impliquait peut-être rien aux yeux d'Elias, mais pour Will, c'était comme de baisser les armes et accepter l'idée d'entrer dans ce monde et pourtant, pour lui, il acceptait de combattre cette idée et d'essayer.

Que des choses auxquelles il préférait ne pas penser donc et qui furent repoussées pour de bon d'un dernier baiser, avant que le jeune homme ne retrouve sa place à côté d'Elias, se couchant de nouveau sur le côté pour ne pas avoir à détacher son regard. « J'espère simplement qu'il y en aura un peu moins à découvrir ce soir. » reprit-il naturellement. Autant utiliser cette excuse de ne pas encore tout savoir sur le soldat pour changer de sujet pour de bon et revenir à faire l'une des choses qu'il aimait le plus au monde : poser des questions compliquées et personnelles, s'amuser à en deviner les réponses à l'avance et écouter les longues tirades qui suivaient généralement ensuite. « Accroche-toi, je vais te poser les questions les plus chiantes auxquelles je puisse penser en ce moment. » précisa-t-il avant de s'offrir quelques secondes de réflexion. En fait, c'était beaucoup plus compliqué de s'exprimer librement avec toutes les zones d'ombre intouchables entre eux. Presque toutes les questions auxquelles Will pensait, il devinait sans mal que la réponse tournerait autour des horreurs que le soldat avait vécues avant d'arriver à Fort Hope, qu'il le veuille ou non. Ce qui rendait l'exercice beaucoup moins sympathique, honnêtement, mais il avait promis, alors... « Si on pouvait partir d'ici et que tu pouvais m'emmener n'importe où dans le monde, ce serait où ? »

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3764
Points : 4284
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Mer 17 Jan - 14:46
A en croire la réaction de Will, il était de toute évidence bien plus compliqué que me pousser à me détendre deux minutes que je n'aurais pu le croire. Ca demandait même du talent si je comprenais bien. Enfin il l'affirmait après tout. Il était vrai que je n'étais pas le plus facile à dérider, et j'avais tendance à revenir un peu trop facilement sur mes acquis, sur ce que je maîtrisais, je le reconnaissais. Et si j'avais du mal à m'arrêter, il avait quand même réussit une paire de fois à me détendre ? Non ? A moins que je me voile la face. « Alors on dira que tu es très talentueux. », je ne mesurais sans doute pas le travail à fournir pour y arriver et je n'allais pas y passer ma semaine non plus. Semblant éviter de revenir sur les deux semaines, il préféra me rassurer sur le fait que je n'étais pas si prévisible que ça. J'arrivais encore à le surprendre malgré tout et il restait persuadé qu'il avait encore beaucoup de choses à apprendre de moi. Et pourtant. J'avais l'impression qu'il en savait déjà beaucoup trop sur moi pour que tout ce passe bien. Pour avoir encore autre chose à lui apprendre. Il y avait bien plus de part d'ombre sur sa vie que sur la mienne. Sans doute car je n'étais pas aussi curieux que lui. J'avais été élevé dans l'idée de respecter les jardins secret des autres et naturellement, je l'appliquais aussi à lui. Accueillant ses lèvres avant qu'il ne retrouve sa place sur le lit, je me tournais aussi dans sa direction après avoir ramené la couverture sur moi. Enfin sur nous. Il reprit alors en expliquant qu'il aimerait simplement en avoir un peu moins à découvrir ce soir. Will ne lâcherait jamais l'affaire. « Je doute pouvoir te refuser ça. », sauf si bien évidemment il venait à aborder des sujets compliqué, mais j'en doutais. Et puis, sa phrase me fit légèrement. Me préparant donc naturellement avant de le regarder, prêt à entendre ses questions. Et il sembla avoir un peu de mal, comme si les questions qui lui venaient à l'esprit n'étaient pas acceptable. Je n'en savais rien, je n'étais pas dans sa tête et c'était sans doute une bonne chose.

J'attendis patiemment, jusqu'à ce que finalement, il me pose une question. Si on pouvait partir d'ici et que je pouvais l'emmener n'importe où dans le monde, où serais-ce ? Baissant un instant les yeux pour réfléchir, j'avouais être prit de court, je n'y avais sans doute jamais réfléchit... « Dans l'état actuel du monde, ici. », soufflais-je même si je me disais que la n'était pas vraiment le sujet. Du moins il y aurait plus à tirer dans un monde normal. « Si tout allait encore bien, dans la Sierra Nevada pour quelques jours, mais Tokyo pour quelques semaines. ». Baissant les yeux sur lui dans un sourire, je reprenais doucement, « Juste pour t'emmener au Miraikan, pour te lâcher des milliers de mètres carrés de technologies et de science. Et pour profiter de tout Tokyo, de la ville, de l'agitation, des bars, restaurant, jardin, temple... Bon on aurait du aller voir ma grand mère qui nous auraient tellement donné à manger qu'on aurait du prendre plusieurs jours pour s'en remettre, mais les sources chaudes auraient été là pour ça. », je pense que Tokyo lui aurait plus, il y avait tout, à toute heure, la ville était propre, sans la moindre ombre, sans saleté. C'était juste une succession de découverte. D'endroit à visiter, à découvrir. Je connaissais Tokyo par coeur. Fronçant légèrement les sourcils, je réalisais qu'aujourd'hui, je voudrais juste le protéger.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2283
Points : 2307
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Mer 17 Jan - 15:26
Bon, peut-être qu'effectivement, Elias avait finir par devenir prévisible. Malheureusement, avec les rares questions que Will pouvait se permettre sans prendre le risque de créer un drame, ça devenait difficile d'être vraiment surpris et les choix de voyages du soldat venaient légèrement d'échouer à cette tâche, pour Tokyo du moins. Ça ne l'étonnait pas, certes, mais ça le fit sourire quand même et se dire aussi, brièvement, que ça aurait en effet été quelque chose qu'il aurait voulu faire. Peut-être pas le gavage en règles chez Mamie, mais tout le reste... La façon dont Elias parlait de cette ville, le fait qu'il choisissait cet endroit autant pour lui que pour l'ingénieur peut-être... Il se serait facilement imaginé cette vie-là, même si tout semblait si lointain et presque irréel ces temps-ci. Mais ni le Will d'hier ni celui d'aujourd'hui n'étaient le genre à admettre une telle chose à voix haute, il fallait donc se contenter de son regard attentivement posé sur Elias et de son sourire pour le deviner. « Qu'est-ce qui te fait croire que j'aurais envie d'aller à la montagne ? » demanda-t-il plutôt, s'intéressant davantage à la réponse qu'il n'avait pas vu venir et qui n'impliquait pas le fait que le soldat avait réussi à le cerner au moins un peu, lui aussi. Fait qu'il admettait beaucoup moins facilement, malgré les nombreux indices qui le prouvaient et pas seulement aujourd'hui d'ailleurs.

Un autre point l'étonnait dans tout cela, plusieurs en fait. Qu'Elias arrive à le connaître, peut-être pas parfaitement, mais assez pour répondre des trucs de ce genre et viser juste, assez pour savoir comment lui demander un service sans le brusquer, qu'il soit capable aussi de supporter sans arrêt les questions plus étranges et agaçantes les unes que les autres de l'ingénieur, qu'il accepte presque toujours d'y répondre honnêtement, mais que jamais il ne se permette d'en faire autant. Rarement, du moins, parce qu'il avait eu quelques moments lui aussi, mais depuis la petite scène qu'il avait joué lors de l'une de leurs premières rencontres à l’extérieur et à laquelle le jeune homme avait pourtant confirmé que ça ne le dérangeait pas de parler de sa vie... Il n'y avait pas eu énormément de curiosité de la part du soldat. Mais puisque Will ne s'encombrait pas de la même pudeur – ou du même respect, selon où l'on se plaçait – il s'empressa de demander : « Pourquoi est-ce que tu ne poses jamais de question ? » Il doutait que ce soit une preuve de désintérêt total, espérait que ce ne soit pas encore pour ne pas le brusquer, alors que restait-il pour justifier une telle défaillance ? D'avance, le jeune homme sentait que les arguments ne lui conviendraient pas, ce qui lui donnait peut-être encore plus envie de les entendre.

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3764
Points : 4284
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Mer 17 Jan - 16:49
Qu'est ce qui pouvait me faire croire qu'il ait envie d'aller à la montagne ? C'était le seul truc qu'il retenait ? « Moi. », soufflais-je simplement avant de sourire. J'avais beau le regarder, je me disais que la réponse n'était pas aussi simple. Simplement car elle impliquait que nos vies soient tellement différentes. Que le monde soit différent. « L'idée de pouvoir prendre une pause loin de tout ? Sans parasite externe ? Avec personne pour venir nous souler ? Juste toi et moi ? Un chalet sans vis-à-vis ? La possibilité de vraiment prendre de la haute ? », ajoutais-je sans chercher. Même si l'idée de pouvoir mettre nos vies respectives en pause était loin de me déplaire. Will aurait été une bouée dans une mer déchaînée quelque soit mes plans de carrière dans le fond. Mais surtout, il n'aurait jamais été là, car je serais resté avec Lucy, je n'aurais pas chercher à aller vers quelqu'un d'autre plus d'une nuit. Ca laissait bien plus de choses à penser que je ne l'aurais cru, et si je me rêvais à vouloir d'une vie comme celle là, je peinais à croire qu'elle puisse exister. Dans le fond, même si je menaçais de m'écrouler aujourd'hui, je pouvais souffler. J'avais envie de le faire avec lui.

Et puis une question, une nouvelle curiosité qui me fit froncer le regard non pas incompréhension, mais d'étonnement. Je savais que j'avais le droit de poser des questions, mais j'avais été élevé d'une façon, avec du beau monde et je ne pouvais pas revenir aussi facilement sur un point qui m'avait été plus d'une fois rabâché. « On pose pas de question au Japon. On estime que si les gens ne souhaitent pas nous parler, ils n'ont pas à le faire. Du coup, j'avais rarement de réponse quand j'en posais et j'ai sans doute fini par accepter le concept. Accepter l'idée qu'il faille respecter les autres et ne pas les interroger. », ca pouvait porter à confusion, ou le juger. « On apprends aussi à ne pas répondre quand on ne veut pas. », ce qui impliquait que si je répondais, ce n'était pas un soucis. De toute façon nous n'avions ni la même éducation, ni les mêmes origines et dans un monde parfait, personne n'aurait besoin de parler et ça serait chiant. Alors le fait qu'il s'interresse n'était rien de plus qu'un tic de langage, une curiosité qu'il voulait assouvir. Et puis je n'étais pas toujours le meilleur pour poser des questions acceptable, en revanche, je refusais l'idée de n'avoir aucune question à mon actif. « Par contre j'en pose, elles sont juste beaucoup trop banale pour que tu t'y accroches. », complétais-je donc. Même si je lui avais déjà demandé ce que ça faisait d'aimer, ce que ça faisait de ressentir ça. Je me mettais mal à l'aise dans le fond. Je sortais de mes habitudes pour lui déjà, et je n'étais pas toujours le plus doué.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2283
Points : 2307
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   Mer 17 Jan - 17:43
Comme convenu, les arguments d'Elias pour justifier son manque incroyable de curiosité ne faisaient rien de plus que d'exaspérer davantage Will, qui ne se cacha pas de le montrer en laissant ses yeux rouler dans leurs orbites. Au moins eut-il la politesse de ne pas s'exprimer plus que cela, se retenant de justesse de se lancer dans un grand discours un poil moralisateur sur ce qu'il pensait des traditions et du respect à outrance, considérant qu'il avait déjà bien assez fait savoir ce qu'il pensait de cela au soldat. Peut-être que c'était juste lui qui n'était tout simplement pas adapté au reste du monde, que son éducation jouait là-dedans, mais il ne comprenait pas et, pire encore, il n'acceptait pas tellement. Il n'imaginait pas un monde dans lequel on ne le laisserait pas essayer de décortiquer tout ce dont il aurait envie et ne s'entourait jamais de personnes de ce genre. Mais Elias marquait un point au moins sur une chose : il avait effectivement posé quelques questions banales, le genre qu'on poserait à n'importe qui. Mais ni l'un ni l'autre n'était n'importe qui, n'est-ce pas ? « Je te l'ai dit, je m'ennuie rapidement, c'est difficile de me passionner. » Ça demandait d'accepter la complexité, d'accepter de se prêter à ses travers et à ses petits jeux, il fallait de la patience et de l'imagination et tout le monde ne disposait pas de ces qualités. Heureusement pour lui, Elias semblait assez déterminé à jouer le jeu, pour le moment, à voir combien de temps encore il supporterait de supporter les défauts du jeune homme. « Mais tu t'en sors bien, tu n'auras jamais à me présenter à tes parents, je crois qu'ils ne m'auraient pas supporté. » lâcha-t-il, plus avec humour qu'autre chose. Bien avant son caractère difficile, il imaginait sans mal que le problème aurait été qu'il soit un homme. Et doutait fortement que dans un monde imaginaire où Elias et lui auraient entretenu une relation bien que rien au monde ne suppose qu'ils puissent se connaître, la rencontre de la belle-famille n'aurait pas été à l'ordre du jour aussi facilement.

« Mais allez, juste pour rire... Imaginons une seconde qu'on vive encore dans un monde normal... » reprit-il finalement, un sourire étirant peu à peu ses lèvres. « On se rencontre dans un bar, tu as un peu trop bu, juste ce qu'il faut pour succomber à mon charme indéniable, non sans te débattre un peu sinon ça n'a aucun intérêt, mais pour être quand même en état pour rentrer avec moi et qu'on passe une nuit à la fois étrange et inoubliable. » Sa version de leur rencontre dans une réalité alternative n'était peut-être pas aussi perturbante que l'histoire qu'Elias lui avait raconté la dernière fois, mais il ne cherchait pas à prouver quoi que ce soit pour le coup, simplement à assouvir encore un peu sa curiosité, d'une manière un peu plus originale. « Comme pour cette version, ça finit par t’obséder tellement qu'on se revoit, une fois, deux fois, trois fois... jusqu'à ce que ça devienne sérieux et que tu envisages même de m'emmener passer un petit week-end en tête à tête dans la Sierra Nevada... Mais avant de te lancer, je dois passer l'épreuve très importante de la rencontre avec ta meilleure amie, puisqu'il me semble évident que sans son approbation, les choses n'auraient pas pu fonctionner entre nous. Alors, je t'écoute. Qu'est-ce qu'elle aurait pensé de moi d'après toi ? Et je t'autorise exceptionnellement à me poser toutes les questions dont tu pourrais avoir besoin pour répondre, que ce soit respectueux ou non. » Bon, au moins, il s'était retenu de commenter ce point jusque là, c'était une petite victoire en soi, non ?

_________________


There's no need to repeat yourself, I ignored you just fine the first time.


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]   
 
I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you [Eliam]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Michigan State :: Fort Hope
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération