Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Ce mois-ci, venez relever des défis et trouver la gloire dans un petit jeu plein de surprises. C'est par ici
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Event #5) Run or Die

In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Grosse Pointe

 Could you keep your head up | ft. Elias Kaneki

We have ashes, fire and hope
Fern A. LensherrWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 431
Points : 909
Date d'inscription : 16/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Could you keep your head up | ft. Elias Kaneki   Sam 13 Jan - 5:27


Dernière édition par Fern A. Lensherr le Sam 3 Mar - 19:42, édité 2 fois



Sometimes the tears we cry
Are more than any heart can take
We hurt, just keep it inside
Small wonder that it starts to break

Many moons will lighten the way
And sure this night will follow a day
And everything you once loved remains
Unbroken

Malgré le temps qui avait semblé s’être arrêté pour toujours depuis les événements, on arrivait tout de même à calculer les mois et comme les années qui ce sont écoulés depuis. Pas besoin d’un calendrier, ni même d’une montre. On le savait tout simplement. Et étrangement, ce temps passait d’une façon si rapide qu’il en devenait une nouvelle routine. Ce ne fut pas une exception pour la jeune Lensherr qui tentait de vivre comme avant, avec la seule différence qu’elle devait partager son quotidien avec des mangeurs de chairs pourries.

Voilà plus d’un mois qu’elle s’était établit à Détroit et étrangement, elle n’avait toujours pas fait la moindre rencontre d’un simple humain. Peut-être qu’elle ne se trouvait tout simplement pas dans le bon quartier pour faire connaissance ni même de la fête la plus courue de l’endroit. Mais cela ne l’empêchait pas de vivre et de découvrir de nouveaux endroits de plus en plus magnifiques. Des lieux laissés intacts la plupart du temps, comme si les gens avaient tout simplement disparus comme par magie. Aussi dire qu’ils s’étaient évaporés.

Fern s’était tout simplement installé dans une grande maison cossue de la Rue St Paul de Grosse Pointe. Une maison à la façade blanche et à toiture noire. Dès le premier instant qu’elle la vit, elle en tomba immédiatement amoureuse et elle savait que lorsque tout cette merde allait un jour terminer qu’elle habiterait cette maison. Peut-être pas celle-là exactement, mais une identique. C’était un peu du confort de luxe en ces temps pourris.

Depuis son arrivé à Détroit, elle n’avait pas arrêté de changer d’endroit, se sauvant à chaque fois d’une horde de plus en plus grosse. Seule, elle n’était pas en sécurité avec plus de quatre rôdeurs près de sa planque. C’était la survie avant tout, donc ce n’était pas du tout le temps de mettre sa vie en danger, surtout où elle s’était rendu aujourd’hui. Tabagie, brasserie et petit appartement… tout lui avait été utile le temps d’une nuit ou d’une semaine et plus. Étant donné que les lieux étaient tous pour la plupart extrêmement pillé et laissé vide, ce fut l’une des autres raisons qui força la jeune rousse à se déplacer toujours un peu plus loin dans la ville et qui la fit entrer dans le quartier de Grosse Pointe.

▲ ▲ ▲

Cette journée-là, la pluie n’avait pas décidé à s’arrêter malgré l’énorme soleil qu’il y avait la veille. C’était carrément le jour et la nuit. Mais malheureusement, Fern avec toujours la chance d’un mauvais parieur, n’avait plus aucune conserve ni même un seul craquelin dans sa petite réserve de fortune, et son estomac criait extrêmement famine. Donc elle n’avait pas le choix de sortir malgré le temps de merde qu’il faisait à l’extérieur. En même temps, cela ne serait pas la première fois qu’elle doive se mouiller un peu. Elle enfila donc simplement son manteau militaire et ramassa à la hâte son sac pour s’extirper par la fenêtre de la salle de bain, seule entrée possible dans cette maison qu’elle avait prit le temps de barricader le mieux qu’elle pouvait.

C’est une fois à l’extérieur qu’elle s’aventura dans les rues du quartier en direction du petit Fresh Farms Market. Rendu sur place, elle attrapa son couteau… ou plutôt son athamé qu’elle avait à l’époque déjà dans son époque, elle qui avait eut un petit côté wiccan lors de son adolescence. Bref, elle entra sans trop faire de bruit, restant sur ses gardes. Fern arpenta chacune des rangées à la recherche d’un seul rôdeur, mais rien. Il n’y en avait aucun à la grande surprise de la jeune rouquine. C’était comme si quelqu’un avait déjà passé pour faire le ménage, mais n’avait pas laissé de corps derrière. Haussant les épaules, elle n’en fit pas plus de cas et rangea sa lame à la ceinture de son pantalon et se mit à fouiller les lieux à la recherche de quelques vivres ou du moins, quelque chose de toujours potable. Car au premier regard, tout ce qu’elle voyait était des aliments pourris et des étalages vandalisés.


Fern Lensherr &
Elias Kaneki
29 juillet 2016; Grosse Pointe (Michigan)

_________________
I'm not gon' give up
I'm a Survivor
Even in my years to come, I'm still gon' be here
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 2251
Points : 2838
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Could you keep your head up | ft. Elias Kaneki   Ven 23 Fév - 10:50
Logan m'avait autorisé à prendre quelques jours pour ne pas péter un plomb, et j'en avais eu besoin, entre cet homme et la pression que je me mettais au quotidien, j'allais péter un plomb. Réellement. J'aurais sans doute pu dormir, mais le soleil avait à peine percé dans le ciel que je fixais déjà mon plafond. J'avais donc décidé de quitte le camp, aux aurores. Armée plus que de raison sans doute. J'avais marché, de longues heures, jusqu'à me faire attirer par un bruit. Un couinement. Tournant la tête, je vis une faon se débattant dans l'eau, sa mère affolé sur la rive. L'animal semblait s'être prit dans un piège d'acier. Soupirant, j'avais posé mon sac sur la berge, mon arme, retirant ma veste au passage pour m'avancer dans l'eau. L'animal était bien prit et j'aurais du le tuer, ramener de la viande à Fort Hope ferait plaisir à plus d'une personne, mais c'était un Faon, dont la mère, même en me voyant là, n'avait pas fuit. Et puis je compris, il y avait en effet du fer entourant son sabot, il y avait surtout un putain de mort qui en profita pour me tirer vers le fond pour me bouffer. Me débattant dès lors, je réussis à saisir le couteau que Logan m'avait donné, le plantant de justesse dans son crane, il coula presque aussitôt. Je nageais déjà jusqu'à la rive, l'animal sur mes talons ayant lui aussi réussi à se libérer. Je vérifiais alors tout, je n'avais pas eu mal, mais j'avais trop de peau exposé, je pouvais avoir été touché. Mais rien, absolument rien. Reprenant mon calme et mon souffle, je me jurais presque de laisser les biches et leurs gosses mourir à l'avenir. Je devais me sécher, même si il faisait chaud, je devais me sécher. Être mouillé comme ça me rappelait un peu trop de souvenir. Je repris ma route, marchant jusqu'à trouver un magasin, grand. Il devait bien y avoir des serviettes, quoi que ce soit... Il y avait du macabé déjà... Passant à l'arrière j'ouvris la porte en faisant suffisamment de bruit pour les attirer et finir par les éliminer un par un. Une vengeance voyez ça comme vous voulez.

Trouvant les toilettes employé, je vidais le papier pour m'éponger le plus possible, jusqu'à ce qu'un nouveau bruit brise le silence. Me figeant, je posais le papier dans le lavabo avant de contourner la porte, tel un chat pour voir ce qui avait brisé ma tranquillité. Une femme, rousse. Tapant du plat de la main contre un mur, je l'avertis de ma présence, me montrant d'abords pacifiste, j'aviserais si c'était une lionne, mais pour le moment, elle avait tout d'un lionceau perdu dans la savane. « Bonjour. », soufflais-je dans un premier temps avant de lever mon arme pour lui montrer, sans pour autant agresser. Si c'était une simple civil, je n'avais aucune raison de ne pas l'aider non ? « Je ne vous ferais aucun mal, donc votre couteau reste dans votre main, pas dans moi. », repris-je avec un léger sourire. Rassurant, je l'étais, mais je savais qu'elle était armé maintenant que j'avais bougé pour lui faire face.  

_________________




Spoiler:
 
 
Could you keep your head up | ft. Elias Kaneki
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Grosse Pointe
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération