Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #24 : Février 2018
Recherche de RPJared Davis
RP Libre ft. Aube Greer

Et si vous deveniez un gladiateur des temps modernes ? L'arène de combat n'attend plus que vous !
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Event #5) Run or Die

In Your Flesh :: The Surrounding Wasteland :: Les alentours :: Villes abandonnées

 "trying to get control" azia

We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 1164
Points : 1191
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: "trying to get control" azia   Mer 17 Jan 2018 - 23:14
J'allais péter un plomb, vraiment, je commençais à perdre patience, je commençais à m'épuiser. J'avais besoin de sortir, profitant d'une expédition en dehors de la ville pour m'éloigner du groupe, je les savais suffisamment armé pour s'en sortir. Et j'avais besoin d'aller tuer du mort vivant, juste pour me défouler, juste pour me faire passer l'envie de tirer sur les vivants, rejoignant donc un quartier à plusieurs centaines de mètres des autres, je passais en revu les premières maisons avant d'arriver devant une un peu isolé. Vérifiant l'état extérieur, je vis une ombre à l'intérieur, une ombre allant bien trop vite pour manquer de vitalité. Rentrant donc sans me poser de question, j'avançais dans les liens à pas de chat. L'humain était à l'étage, et à moins d'avoir une sortie évidente, je l'avais. Pourquoi y aller et pas laisser la personne tranquille ? Car dans l'idée, si il s'agissait de quelqu'un d'agressif, j'allais avoir une bonne raison de me défouler, de me faire oublier qu'il était partit en me laissant un putain de bouquin comme seule explication. J'étais pas bibliothécaire, j'en avais réellement rien à foutre de son livre, tout ce que je retenais, c'était qu'il était partie. Qu'il s'était tiré en voulant me laisser une leçon derrière lui. Montant les marches, arme en main, mes doigts jouaient un peu trop avec la gâchette pour qu'un coup dissuasif ne parte pas. Pourtant une fois à l'étage, les deux premières ne laissèrent aucune trace de vie. Arrivant sur la dernière dont la porte avait été repoussé, je donnais un grand coup de pied dedans avant de repérer un mouvement et de gronder, « On ne bouge pas ! », une femme, de dos. N'attendant pas plus longtemps, je m'approchais de quelques pas avant d'ordonner. « Tournes toi… », je gardais suffisamment de distance pour prévenir toute tentative de défense. Si elle essayait, elle se prenait une balle et je me sentirais de suite plus soulagé. Je détestais Will pour faire renaitre cette part de moi qui n'était absolument pas dans mes habitudes.

Elle finit par s'exécuter, et presque aussitôt, mon arme se baissa. Mon coeur s'arrêta presque alors que son visage se dessinait sous mes yeux. Sans vraiment savoir si elle m'avait reconnu, je fis un pas, puis un autre vers elle. J'étais désœuvré, totalement. Pour la première fois de ma vie de retrouvais un fantôme de mon passé vivant. Elle m'avait connu bien avant cette merde, elle m'avait connu quand j'étais encore à l'hôpital. Et j'étais brusquement heureux qu'elle est refusé mon offre à l'époque. Finissant par rompre toute distance, je la pris dans mes bras, quelques secondes le temps de prendre conscience qu'elle était bien vivante, avant de ranger mon arme pour glisser mes mains sur son visage, pour regarder comment elle allait. Mes yeux glissèrent d'eux même sur sa gorge ou une cicatrice semblait toujours trôner. « T'es vivante… », je n'en revenais pas vraiment, elle était vivante… C'était l'une des rares choses que j'aimais encore dans notre monde, le fait que l'on puisse croiser d'ancien visage, le fait que l'espoir soit encore permit. « Désolé pour l'accueil… », finis-je par souffler en faisant un pas en arrière, lâchant son visage pour poser mes mains sur ses épaules, j'avais l'impression que plus je la touchais, plus ses retrouvailles deviendraient réelle. Elle était vivante… Elle était là… Elle avait aussi réussi à me faire oublier Will, l'espace d'un instant.

_________________




Spoiler:
 
I walk a lonely road
Azia SanchezI walk a lonely road
avatar
Messages : 47
Points : 81
Date d'inscription : 10/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "trying to get control" azia   Jeu 18 Jan 2018 - 18:41
Quelle belle trouvaille. Je déambule sagement, dans ce bâtiment abandonné, mon regard venant glisser sur les murs abîmés qui m’entourent. Je reste silencieuse, comme happée par la beauté du lieu, de l’instant. Je ne sais pas vraiment comment le dire, mais je trouve l’endroit très agréable. C’est surprenant, car pas mal de vitres sont brisées, je repère sur le sol au moins 10 centimètres de poussière, venant dissimuler à l’aide de son grain grisâtre, les taches de sang multiples sur le parquet vieilli. Des gens vivaient ici il y a très longtemps, des gens se sont réfugiés ici il y a un peu moins longtemps et des gens ont lutté ici, il y a vraiment très peu de temps. Cette maison est peut-être occupée à l’heure qu’il est, même si je ne repère aucune trace d’un récent passage dans le coin, certains survivants n’ont pas la chance d’avoir comme moi, un sac de couchage. Ils dorment simplement à même le sol, parfois même dos contre un mur. D’ailleurs, je préfère généralement, dormir allongée près d’un mur, sous une fenêtre. Si un infecté m’approche par surprise dans mon sommeil, il m’est plus facile de m’échapper ainsi.

Je m’immobilise lorsque je crois entendre à l’extérieur, du mouvement. Je ne suis sûr de rien et hésite franchement à m’approcher de la fenêtre. Je m’immobilise et tends ainsi, simplement l’oreille. Mon corps frissonne lorsque j’entends qu’effectivement, quelqu’un rentre dans ce lieu. Je tente de me déplacer en douceur, mais rien n’y fait, il semble se diriger droit sur moi, comme s’il était persuadé de ma localisation précise ! Je me mords la lèvre et sens un vent de panique me glacer les os. Je suis de nature assez sociale, mais depuis mon agression dont je porte encore une réelle marque aujourd’hui, je préfère éviter les gens qui ne s’annoncent pas avant d’entrer ! Je me rue ainsi sur la fenêtre et tente de l’ouvrir, mais il semblerait que je sois ainsi coincée. La fenêtre est bloquée, j’ai beau m’acharner à ouvrir et fermer le verrou, celui-ci semble cassé. Je panique d’autant plus, consciente que je suis livrée à l’inconnue, coincée comme un lapin dans un clapier. Un renard passant par-là n’hésite évidemment pas à sauter sur l’occasion, à se faire un festin de roi … La porte s’ouvre en grand d’un seul coup et mon sang ne fait qu’un tour. Je sens presque les larmes monter, alors qu’il me somme de ne pas bouger. La voix, l’espace d’un trait court instant me semble familière, mais je ne crois pas avoir le temps d’y réfléchir. Un second ordre résonne, alors que je tremble de partout. Je suis sûr qu’il est armé ! Je me retourne progressivement, obéissant sous la menace claire de l’inconnu.

Enfin en face de lui, c’est bien vite que je me rends compte. Je me rends compte, que ça n’a rien d’un inconnu ! Toujours aussi tendue, je vois l’arme se baisser et l’homme s’avancer vers moi. Il m’attrape et me serre aussitôt contre son torse, m’écrasant entre ses bras. Je suis complètement secouée, les larmes aux yeux, mais je le laisse me toucher, me manipuler à sa guise. Il prend ma tête entre ses mains, la faisant tourner dans tous les sens avec un zeste de douceur malgré tout, observant la cicatrice le long de ma gorge. Je fronce alors les sourcils. Il m’attrape les épaules, libérant mon visage alors que, toujours immobile, je lâche d’une voix qu’on peut sentir peu rassurée.

- J’ai cru que j’allais mourir …

Je lui frappe soudain le torse, doucement, un geste qui trahit la véracité de mes paroles alors que je réagis enfin ! Je m’empresse d’enserrer mes bras autour de sa nuque dans un profond soupir de soulagement. Je le serre avec tendresse, la chaleur de retrouvailles bien plus tendres, agréables que je ne l’aurais jamais espérée.

- Bon sang ce que ça fait du bien de te voir ! Evidemment que je suis en vie, tu m’y as aidé rappelle-toi !


Je finis par le lâcher et recule d’un pas, mon regard venant glisser partout sur lui.

- La vache, t’as pas changé …

Que ça soit vrai ou pas, c’est l’effet qu’il me fait !
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 1164
Points : 1191
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: "trying to get control" azia   Jeu 18 Jan 2018 - 20:55
Elle avait cru qu'elle allait mourir ? Le coup que je prit ensuite dans le torse me fit me plier légèrement. Elle n'avait pas tapé fort, mais suffisamment pour me le faire sentir. Glissant finalement ses bras autour de ma nuque, je resserrais mes bras autour de sa taille avant de la soulever légèrement. Elle était plus légère que la dernière fois. « Excuses moi. », soufflais-je simplement avant d'embrasser le sommet de son crâne et de sourire légèrement lorsqu'elle affirmait que me revoir faisait du bien. Je me rappelais très bien l'avoir déjà retrouvé dans un état préoccupant, mais le monde ne pouvait pas sauver une personne simplement car on l'avait aidé, et les risques qu'elle fasse de mauvaise rencontre était bien grand. Bien terrifiante, bien plus mortelle que le reste. « Tous ceux que je sauve ne survives pas. », soufflais-je brutalement nostalgique. Elle aurait pu y être et si elle y était morte je ne m'en serais jamais remit. La laissant finalement prendre du recul, elle affirma que je n'avais pas changé. J'avais perdu un peu, mais ça c'était à cause d'un connard qui m'avait prit pour un étudiant de fac prêt à rendre un commentaire de texte. Ne pas penser à lui. Ne pas penser à lui… Secouant la tête, je reportais mon attention sur la véritable bonne nouvelle de cette journée Azia.

« J'aimerais bien te retourner le compliment, mais tu as visiblement plus de courage que moi et un combat plus difficile à tenir. », celui d'une survie constante, des risques, de la mort. Elle ne mangeait pas à sa faim et le simple souvenir de la femme qu'elle était avant suffit à m'arracher un frisson. Elle était de ses beauté latine que l'on voudrait croiser plus d'une fois dans sa vie. Une regard envoutant, un corps à en faire se retourner plus d'un. Elle était magnifique et aujourd'hui' elle tenait d'avantage d'une biche privé de nourriture par l'hiver, son charme toujours présent, mais plus sa superbe. C'était quand je voyais des gens comme elle, comme Will que je comprenais que j'avais une chance extrême dans mon malheur, celle de savoir me conformer, celle d'avoir un talent certain pour être utile. On ne laissait pas un tireur d'élite dans la nature, alors qu'une tatoueur, on voyait de suite moins l'intérêt. Pourtant elle était gentille, doué, et ça me donnait une raison de plus pour me battre pour des gens comme elle. Car tout le monde avait le droit à une chance, quelque soit son milieu. Elle avait le droit à une chance. Je pouvais lui donner. Je lui avais donné et je continuerais à me battre pour en donner à des gens en ayant réellement besoin, tout aussi doué soit-il en survie. « T'as besoin de quelque chose ? », demandais-je alors, je n'avais pas dix milles choses sur moi, mais si je pouvais lui donner pour faciliter sa vie, je n'hésiterais pas. Pas avec elle.

_________________




Spoiler:
 
I walk a lonely road
Azia SanchezI walk a lonely road
avatar
Messages : 47
Points : 81
Date d'inscription : 10/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "trying to get control" azia   Dim 21 Jan 2018 - 9:46
Je suis vraiment surprise de le voir ici. Surtout après la frayeur dont il m’a gratifié, je ne pensais vraiment pas à ce qu’un ami passe cette porte. Et pourtant, c’est Elias qui est venu. Je ne peux être qu’heureuse, que rassurée. Je pense avoir pas mal minci depuis la dernière fois que nous nous sommes vu, mais la marche et la course constante à chaque nouveau jour que le soleil nous offre, m’a tout de même forgé pas mal de muscles, me donnant l’air plus musclée que maigre d’ailleurs. Je souris légèrement, alors qu’il continu de me toucher un peu partout. Je le laisse faire, consciente que ce sont des gestes qu’il ne contrôle pas, que ce sont des réflexes basiques pour vérifier si je vais bien. Si Will ne m’avait pas repoussé, je pense que j’aurais réussis à le toucher plus que le temps d’une brève étreinte, abrégée par le geste vif de terreur qu’il avait eu.

- T’inquiète pas, je te dis que je vais bien. Très bien même, d’accord ?


Je regarde rapidement autour de nous, et localise trois chaises et une table. Je ramasse celle qui est tombée et la pose en face de l’autre. Je souris légèrement alors que je prends place, tapotant le plat de l’autre pour lui indiquer de venir se poser en face de moi. Je ne sais pas s’il est avec d’autres personnes, s’il est en une quelconque mission. Mais sans tout ça, j’espère pouvoir l'inciter à se poser avec moi quelques instants, à discuter. Ca fait si longtemps qu’on ne s’est pas vus, qu’on n’a pas parlé, qu’on doit avoir des tas, des tas de choses à se dire. Pourquoi pas même à se montrer ? Attendant qu’il vienne s’assoit, je lui mets le dos de ma main sous le nez, sur laquelle trône la bague qu’il m’avait confié.

- J’en prends grand soin, elle va toujours très bien. Elle et moi on a la même taille !

Je n’ose pas lui demander s’il l’a retrouvé et je ne le ferais pas. S’il me demande à la récupérer je saurais qu’elle va bien. S’il ne demande pas, je saurais qu’elle n’est pas encore reparue mais je n’ai aucun doute sur le fait, qu’elle reviendra un jour. Elle m’avait l’air d’être débrouillarde, je suis certaine qu’elle va bien, qu’un jour peut-être je la croiserais ! Et finalement, je lui remettrais moi-même sa bague et la reconduirai vers Elias. D’ailleurs, où en est Elias ?

- Dis-moi, t’es toujours avec ton groupe de l’époque ? Tu m’as l’air trop bien entretenu pour être solitaire c’est clair ! Je veux pas abuser, mais t'aurais pas un truc à boire ou à manger ?

Le charrier, j’adore ça… Voir son petit sourire est toujours chose réconfortante pour moi.
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 1164
Points : 1191
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: "trying to get control" azia   Dim 21 Jan 2018 - 13:32
Elle allait bien, très bien même. Hochant la tête, j'acceptais de ne pas m'acharner à tort. Je ne pouvais pas deviner ce qui se passait pour elle. Après tout, si je prenais le recul nécéssaire, je ne pouvais pas dire que j'allais mal, j'avais un toit, j'étais nourri, j'étais considéré, j'avais un poste important, j'étais reconnu. Mais le soucis, c'était que j'étais épuisé, à bout de force mentalement, beaucoup trop craintif à l'idée que le camps ne subisse de lourde perte, et beaucoup trop fébrile après les passages de Will. La preuve étant que je n'avais jamais été aussi énervé qu'aujourd'hui, qu'après l'avoir eut pour moi uniquement pendant quelques heures avant qu'il ne disparaisse. Alors sans doute avait-elle trouvé quelque chose pouvant l'aider, la permettre de rester à la barre de sa vie. Je n'avais donc rien à dire. « Je te crois. », et puis elle alla s'asseoir, m'invitant à la rejoindre avant de me montrer la bague, me faisant ainsi sourire doucement. Elle l'avait toujours, mais je n'avais personne à qui la rendre. Pas encore, du moins je l'espère. Tirant une chaise pour m'y asseoir, je répondis, « Je n'en doutais pas. », et puis une question, une simple question, qui suffit à me raidir entièrement. Toujours avec mon groupe de l'époque ? Heureusement qu'elle demanda si j'avais quelque chose car ça permit à mon coeur de reprendre son calme. Toutefois, la joie de la revoir venait de s'éteindre, nouant ma gorge avec douleur alors que je prenais déjà mon sac pour en sortir une ration, même deux et une bouteille d'eau. « Tiens. », soufflais-je premièrement d'une voix blanche en posant le tout sur la table. Je refusais l'information à Will, car j'avais bien trop mal à cette idée, soyons honnêtes.

« Non je suis dans un nouveau. » , finis-je par souffler le regard définitivement éteint. J'avais sombré dans des souvenirs bien plus brutaux que le sentiment d'abandon qui m'avait secoué quand Will avait disparu. Le regard perdu sur la table, j'avais l'impression qu'aucune souffrance ne pourrait effacer celle là. Qu'aucun bonheur ne pourrait entièrement y mettre fin. Et à peine y avais-je repensé que déjà des flash traversé mon esprit pour y peindre des souvenirs douloureux. Pour y raviver une douleur sans réel sens. Intérêt. Si ce n'est celui de me rappeler combien le monde était éphémère, combien il était facile de détruire une personne. Je n'aurais pas voulu y repenser, ne pas m'imprégner de ce sentiment en cet instant. La retrouver étant déjà suffisamment miraculeux pour en briser la magie. Mais comme bien d'autre choses avant ça, je savais y mettre fin comme un grand, sans aide. Sans doute aurais-je du me reprendre et ne pas m'arrêter à ça, mais ça m'était bien plus difficile que prévu.

_________________




Spoiler:
 
I walk a lonely road
Azia SanchezI walk a lonely road
avatar
Messages : 47
Points : 81
Date d'inscription : 10/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "trying to get control" azia   Dim 21 Jan 2018 - 17:16
Je savais qu’il n’existait aucune façon de bien se retrouver dans un monde pareil. Mais j'espérais vraiment que ça se passerait mieux que ça. Elias semble s’évaporer à mesure qu’il me répond. Et ça ne me plait absolument pas. J’étouffe un soupir, aussitôt qu’il sort. En ce moment, les personnes que je retrouve sont tristes et ça me fait me sentir impuissante. Moi qui autrefois me battait pour la victoire du bien, je commence à perdre mon assurance, pourquoi pas à me dire que je suis une mauvaise amie… Mais aussitôt ces idées sombres viennent inondées mon esprit, aussitôt je refuse de les laisser m’abattre. Je me lève et tire ma chaise, pour m’approcher d’Elias. Je lui frotte la cuisse et cherche à capter son regard. Je lui offre un tendre sourire avant de murmurer d’une voix douce, infiniment calme et mielleuse.

- Elias, je ne sais pas à quoi tu penses. Mais si tu veux en parler, vide ton sac. Sinon, parlons d’autre chose. Je ne veux pas que nos retrouvailles soient tristes. Ça te fait plaisir de me revoir non ?

Je ne pouvais pas être plus directe. Je pourrais moi aussi lui parler de mes problèmes, de mon ami que j’ai perdu à peine retrouvé, de la difficulté à trouver de la nourriture ces temps-ci, mais ça ne ferait que le paniquer. Alors qu’à bien y réfléchir, même si ce n’est pas la grande forme, j’ai déjà été bien pire que ça et Elias aurait pu me retrouver au bord de la mort comme ça m’est déjà si souvent arrivé.

- Tu es sûr que cette nourriture ne va pas te manquer ? C’est quand même un beau présent que tu me fais là !

Je lui souris très largement avant de croiser les jambes sur ma chaise et de m’appuyer sur la table à côté de nous.

- Qu’est-ce que tu fais dans le coin dis-moi ?

C’est vrai, cette question m’intéresse vraiment. Ca n’est pas pour changer de sujet, je suis réellement curieuse de savoir ce qu’il fiche dans les parages et surtout, pourquoi il est entré en me braquant avec son arme. J’ignorais qu’il était du genre à agresser les autres survivants ?

- Si tu cherches celui qui t’as volé le style de ta coupe de cheveux, promis ce n’est pas moi.

Diversion supplémentaire, alors que je viens lui ébouriffer la tête et lui pincer l’oreille doucement. Il n’a pas le droit d’être triste, pas tant que je peux veiller sur lui et lui sur moi.
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 1164
Points : 1191
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: "trying to get control" azia   Dim 21 Jan 2018 - 21:47
Pouvoir vider mon sac ? Alors que je venais à peine de la retrouver ? J'avouais que l'idée de parler d'autre chose me tentait plus, car je ne voulais pas que nos retrouvailles soient tristes. Souriant légèrement, j'appréciais son humanité, le fait qu'elle se soit rapproché, le contact pour appuyer ses propos. Azia avait toujours été une chouette fille, et si la fin du monde l'avait rendu un peu plus particulière à mes yeux, elle en démontrait aujourd'hui les qualités. « Bien sur que si Azia, t'es clairement la meilleure chose qui me soit arrivé depuis quelques temps. », répondis-je simplement avant de poser une main sur la sienne, de la serrer doucement avant de lui donner quelques brides de mon passé. « Je préfère réussir à dépasser certaines choses avant de t'en parler. ». Je lui avais donné de la nourriture et bien rapidement elle me demanda si cette nourriture n'allait pas me manquer, car en effet, c'était loin d'être un petit cadeau que je lui faisais là. « Rassures-toi de base elle était destiné à un connard qui de toute évidence ne mérite pas que je me prive pour lui. Alors accepte les ça me fait plaisir. », Will avait fait de toute évidence de plus gros dégats que je ne l'aurais cru et ce mouvement de colère s'échappa de mes lèvres sans que je m'en rends réellement compte. Mais fort heureusement, sa question suivante me fit revenir. Ce que je faisais dans le coin ? J'avouais assez facilement que j'étais venu plus pour me trouver une bonne excuse de me défouler plus qu'autre chose. Aider les autres étant passé au second plan, « Pas eut les meilleurs semaines dernièrement, du coup je me suis écarté de l'expédition qu'on mène avec mon groupe dans l'idée de tirer du zombie. », voir de l'humain dans un excès de colère qui m'avait fait la prendre en chasse. Will ne m'aidait pas à aller mieux, c'était un fait.

Fronçant légèrement les sourcils en l'écoutant me parler cheveux, je basculais légèrement la tête au passage de ses doigtas avant de sourire, franchement, fermant les yeux lorsqu'elle me pinça l'oreille. On aurait dit Lucy quand j'allais mal. Sans doute étais-ce la solution, avec une personne envers qui mes sentiments ne serait pas ambiguë, pouvoir lui parler sans détour. « Je peux pas être aussi beau que quand tu m'as connu, désolé si je brise ton fantasme. », soufflais-je en la regardant, un clin d'oeil appuyant mes propos. J'essayais vraiment d'être celui qu'elle avait connu, mais malgré toute mes tentatives, je savais très bien que mes sourires étaient plus éteint, plus sombre. Je savais que je n'avais plus la même légèreté qu'avant. Et j'en étais désolé. La revoir était extraordinaire, mais j'avais été marqué bien trop profondément.

_________________




Spoiler:
 
I walk a lonely road
Azia SanchezI walk a lonely road
avatar
Messages : 47
Points : 81
Date d'inscription : 10/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "trying to get control" azia   Mar 23 Jan 2018 - 17:10
Je regarde la nourriture et la bouteille d’eau que Elias m’intime de garder. Il m’affirme que ça ne lui manquera pas, que ça lui fait au contraire plaisir de s’occuper de ma santé. C’est ainsi presque en ronronnant de plaisir que je tire mon sac à moi et que je range le tout. Hors de question de manger maintenant et devant lui. Je préfère m’occuper à discuter avec lui et même si la faim est actuellement pour moi une vile tentatrice, je me chargerais de lui régler son compte plus tard. A cet instant précis, Elias m’intéresse davantage. Mon regard reste rivé sur lui, tandis que je me détends de voir que la diversion a marchée. Il ne m’en apprend pas beaucoup, ne me donne pas vraiment l’occasion de rebondir sur ce qu’il me dit mais au moins, il semble vite avoir chassé les imbéciles de démon qui rôdent autour de lui.

- Moi, mes semaines se sont bien passées puisque tu me le demande !
Je ris doucement et enchaîne immédiatement. Il m’a demandé comment j’allais, j’en avais conscience, mais j’avais malgré tout une puissante envie de l’embêter. J’ai fait des rencontres étonnantes moi aussi récemment. Même si bien particulières, elles n’étaient pas dangereuses alors …

Je m’étire doucement avant qu’un grand sourire ne vienne finalement déformer mes lèvres. Je suis vraiment contente qu’il soit là en vérité. Je n’aurais vraiment pas cru enchaîné tant de rencontres palpitantes et pourtant, en juste quelques jours, j’ai vu et revu pas mal de gens que je pensais oubliées. Will en premier lieu, une rencontre près d’un lac avec un certain Jared et enfin ce cher et tendre Elias. Avec un peu de chance encore, je vais peut-être tomber sur mon frère cadet d’ici peu, peut-être même Logan ? Non. Malheureusement notre monde est devenu bien trop sombres pour qu’autant de coïncidences n’arrivent. Je ne crois pas vraiment au destin, mais je m’interroge parfois sur notre univers. Était-il écrit quelque part que ma résistance morale et psychologique serait mise à rude épreuve ces temps-ci ? Sincèrement, même si tout ça me fait replonger dans de tristes souvenirs nostalgiques, je préfère oublier le tout et me concentrer sur le principal. Je vais bien et je discute à présent avec Elias. Tout se passe bien je trouve !

- Tu es heureux avec ton groupe actuel ? J’aimerais m’assurer que tu n’as pas des envies de meurtre. Non mais juste comme ça, ce n’est pas comme si tu m’avais pointé une arme dessus quoi…

Mon rire fuse quelques instants, alors que je reste malgré tout concentrée sur les réactions de mon ami. C’est effectivement ironique, mais je préfère m’assurer et vérifier que tout ça n’est pas ce que je crois.
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 1164
Points : 1191
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: "trying to get control" azia   Mar 23 Jan 2018 - 17:50
« J'ai posé la question en premier ! Me fais pas passer pour un monstre ! », répondis-je sur un ton de l'humour quand elle suggéra le fait que je puisse m'en foutre de sa vie. Même avec humour. Elle détendait les choses, et si le début de sa secondes phrase me fit hésiter, elle révéla bien rapidement que ce n'était rien de dangereux. Je l'avais laissé seule après l'avoir sauvé, et aujourd'hui que j'avais remi la main dessus, c'était con, mais je m'inquiétais plus maintenant que jusqu'à présent. Mais là, l'idée qu'elle s'expose me devenait difficilement acceptable, comme quoi mon cerveau n'était pas net. « Tant que tu ne te mets pas en danger, c'est tout ce que je demande. ». Déjà la nourrir était un minimum pour moi, prendre soin d'elle une obligation. Et puis elle me demanda si j'étais heureux avec mon groupe actuel, prenant comme excuse qu'elle voulait s'assurer que je n'ai pas des envies de meurtre, sois disant car je lui avais pointé une arme dessus. Secouant légèrement la tête, je profitais de notre proximité pour la prendre dans mes bras et faire ce qui me semblait le plus évident à nouveau, m'excuser. « Désolé. », tirer sur des gens n'était pas un passe temps mais là... J'aurais tellement voulu avoir ne serais-ce qu'une excuse pour tirer dans un genoux.

« C'est compliqué... », finis-je par avouer, elle n'y était pas, je n'avais rien à lui cacher et fondamentalement ca ne me concerné que moi, pas elle. « Je dors mal depuis presque un an, et j'ai l'impression de devoir porter tout le monde, je me mets la pression, j'arrive pas à décrocher alors qu'on m'en demande pas autant. Mais la dernière fois, je me suis reposé quelques jours sur la situation et je n'étais pas prêt à payer le prix. », je l'avais lâché, baissant les yeux, la voix devenant un souffle, « Je supporte pas que les autres ne s'investissent pas plus. », du moins pour la sécurité. Le fait de vivre une vie hors du temps m'était compliqué, mais le plus gros problème était lui. Et je ne savais pas comment lui en parler à elle. Pourtant j'en avais besoin. Juste pour me dire que j'étais pas fou. « Et dans tout ce merdier j'ai rencontré quelqu'un, et le fait que je sois incapable de définir ce que je sens et que ce soit de toute évidence réciproque à fait qu'on s'est séparé de la pire des façons. Je supporte pas d'être comme ça. Je suis en colère, suffisamment pour pointer une arme sur n'importe qui en espérant pouvoir me défouler. », m'adossant un peu plus contre la chaise, je repris, « C'est tellement ridicule, je suis en pleine traversé du désert et je m'emmerde avec des détails... J'aimerais pouvoir me concentrer sur le taff, pas penser au reste. ». J'avais évité de normé la personne, ni de elle, ni de lui, des informations vague pour justifier mon agressivité, pour justifier que j'avais cherché à lui tirer dessus. J'étais pitoyable. Tout simplement. Mais me réveiller là, dans un lit vide... J'avais besoin de ce mec, quelque soit la raison cohérente que je pouvais invoquer, j'avais besoin de lui, j'avais besoin qu'il soit là, qu'il se foute de ma gueule, qu'il soit arrogant, j'avais besoin de ce genre de mec pour me secouer, pour me sortir de ce coma dans lequel je m'étais plongé, j'avais besoin d'une personne pouvant me pousser à être meilleur en réveillant celui que j'étais. J'avais besoin d'avoir une personne à protéger, j'avais besoin de lui. Et ca me tuait, ça me tuait réellement. Car je n'étais pas ce genre de mec, je n'étais pas dépends aux autres. J'étais dépendant à lui. Prenant une grande inspiration, je relevais finalement les yeux vers elle, chassant le sujet en lui demandant, « T'as rencontré qui ? Ou quoi ? J'ai croisé un cerf la semaine dernière, je t'avoue j'étais pas prêt. », les grands mammifère vivaient loin, s'évitant la mort ici, alors en voir un m'avait surprit. Quoi qu'il en soit j'espérais me reprendre en lui parlant à elle.

_________________




Spoiler:
 
I walk a lonely road
Azia SanchezI walk a lonely road
avatar
Messages : 47
Points : 81
Date d'inscription : 10/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "trying to get control" azia   Mer 24 Jan 2018 - 17:23
Ecouter Elias me stresse un peu, voir beaucoup. Déjà à voir sa tête il n’avait pas l’air heureux, mais alors qu’il récite tout ça, je me sens encore plus mal. Peut-être même, qu’une pointe de culpabilité vient pointer le bon de son nez dans mon esprit. Je ne sais pas si je suis utile à son bonheur ou même si en se voyant plus souvent je pourrais l’aider, mais depuis toujours venir en aide aux autres est un devoir, une vocation à mes yeux. J’ai effectivement vite saturée et j’ai décidé d’aider les gens à travers l’art et surtout, le tatouage. Elias fait partit de ceux que je pense avoir aidé, que j’ai au moins rendus fiers pour un truc. Je serre légèrement mes lèvres alors qu’Elias relâche finalement son étreinte. Décidément, je ne sais pas quoi faire de tout ça, je pense être trop fatiguée et trop impliquée pour l’aider correctement, mais comme Will, il semble avoir besoin de se confier, d’être aidé, alors …

- Elias, je pense que tu te mets en effet beaucoup trop de pression… Vie pas pour ton groupe. Aide-les mais prends aussi un peu de temps pour toi. C’est vraiment dommage pour la personne que tu as rencontré… t’es sûr que c’est une rupture définitive ? Tout le monde à besoin d’une moitié avec qui partager dans un monde pareil.

Je lui dis ça pour l’encourager à recoller les morceaux, mais il se peut que mon jugement soit influencé par mes pensées. Errer seule est parfois difficile pour le moral et, je pense qu’il est primordial que de partager de temps à autre un peu de nourriture, ou simplement de son temps avec d’autres êtres vivants. Je sais que je ne suis pas prête à intégrer un grand groupe, mais partager de temps en temps avec d’autres solitaires dans le besoin est quelque chose qui me tient à cœur, qui vient surement m’aider à tenir le coup dans les jours de déprime ou de famine.

- Et malheureusement, je suis seule. Je n’ai rencontré personne d’intéressant.

C’est évidemment faux. J’ai retrouvé Will il y a quelques jours et j’ai rencontré un type sur une berge d’un lac pas loin d’ici, mais parler de Will pourrait me rendre un poil nostalgique, surtout si je lui avoue que je le connais de mon groupe aujourd’hui éteint. Hors il s’agit actuellement d’Elias et cette fois, ce n’est pas moi qui suis en détresse, mais bien lui ! Je lui souris donc à nouveau avant de lui adresser un franc sourire.

- Mais oui, j’ai rencontré beaucoup d’animaux… Je suis assez discrète quand je marche et quand je marche face au vent, les animaux sauvages ne me voient pas arrivés. Certains n’ont jamais connu l’homme et ses dangers alors, ils n’ont pas vraiment peur de moi. L’autre jour je suis tombée nez à nez avec une biche et son faon. La maman m’a regardé, son petit continuait de jouer innocemment. Elle était en alerte, ne savait pas trop comment réagir face à moi. Elle a fui quand j’ai fait un mouvement brusque mais cette belle rencontre a dû durer quelques longues secondes.


C’est un drôle de parallèle à faire. Tuer des infectés ne me pose pas beaucoup de problème moral lorsqu’ils m’attaquent. Mais quand il s’agit d’un animal, que je dois attaquer pour me nourrir, j’ai toujours une petite pointe aux cœurs. Eux, n’ont rien fait pour mériter que je les attrape. Je fais simplement mon boulot de prédateur, mais j’ai toujours une légère petite tristesse en moi. L’innocence de ces bêtes m’étonne toujours.

- Mais je m’en sors bien figure toi. Même si là je tombais à court de nourriture, c’est généralement là que je tombe sur des gens. En échange d’une nuit de garde à surveiller les alentours pour qu’ils dorment, ils m’offrent quelques rations. Un type m’a même offert un lapin il n’y a pas longtemps ! Même si notre monde part clairement en couille, on s’entraide toujours… Tu n’es pas d’accord ?

Je finis ma phrase en me caressant la gorge, comme pour lui rappeler qui m’a sauvé d’une mort quasi certaine.

- Tu resteras à jamais l’un de mes héros, soldat.
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 1164
Points : 1191
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: "trying to get control" azia   Jeu 25 Jan 2018 - 10:02
Vivre et pas pour mon groupe uniquement, je pouvais les aider, mais je devais prendre du temps pour moi. Tout le monde voulait me voir arrêter ou quoi ? Logan, Will, Azia. Ils se passaient le mot ? Elle était désolé pour Will, me demandant si j'étais sur que la rupture était définitive, car dans le fond, tout le monde avait besoin d'une moitié pour partager sa vie ici. Secouant légèrement la tête j'avouais avoir du mal avec le concept. Non pas parce qu'elle disait des conneries, mais car au vu de mes expériences, je n'avais jamais ressenti ce besoin. Même si avec Lucy, il y avait une personne pour combler le vide en quelque sorte. « J'en ai jamais ressenti le besoin et on peut pas parler de rupture quand c'était que du sexe non ? », sauf que si ca faisait aussi mal, si on avait finit comme ça, il y avait une raison que le sexe seul ne pouvait pas justifier. M’intéressant donc à elle, je lui demandais qui elle avait rencontré, personne, elle était seule, même si elle avait vu beaucoup d'animaux grâce à sa discrétion et qu'elle avait pu assister à une scène de vie assez touchant si on prenait du recul. Mais dans tout les cas elle s'en sortait bien, même si elle tombait à court de nourriture et qu'en générale elle tombait sur des gens pour un peu de nourriture en échange de services. Confier la garde à une inconnue était risqué, mais je supposais que la fin du monde devait rendre certaines personne meilleures. Je ne pouvais que la croire, même si je n'en avais jamais eu la preuve. « Tous ceux que j'ai croisé on voulu me tuer. », voir on presque réussit, mais je gardais ça pour moi, inutile d'en rajouter une couche.

Et puis, une phrase, une simple phrase, qui me fit sourire avant que la vision de sa gorge me plonge dans une profonde... Torpeur ? Je n'en savais rien. « Et toi mon artiste préféré. », soufflais-je dans un sourire un peu forcé en touchant mon torse pour rappel. Je doute qu'elle l'oublie après tout, on s'était connu comme ça. « Je suis plus un soldat Azia, et j'ai plus envie de l'être. », finis-je par lui dire. Il était hors de question que je le sois encore. Je me définissais trop au travers de ce titre. Je ne voulais plus être un lieutenant, je ne voulais plus être juste ça. J'étais Elias, j'étais moi, je n'étais pas juste un soldat. Je ne pouvais pas continué à l'être. « Mais j'accepte le titre de héros, merci. », glissant ma main autour de son épaule, je l'embrassais sur le front avant de souffler, « Tu m'as manqué. », tout simplement. Elle m'avait manqué. Je n'osais pas imaginer Lucy. Imaginer combien je serais au bord du gouffre en la revoyant.

_________________




Spoiler:
 
I walk a lonely road
Azia SanchezI walk a lonely road
avatar
Messages : 47
Points : 81
Date d'inscription : 10/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "trying to get control" azia   Dim 28 Jan 2018 - 11:46
Je ne saurais dire tout ce qu’il m’est arrivé depuis notre dernière rencontre et je pense ne pas être la seule dans ce cas, surtout aux vus de la tête qu’il tire à chacune de mes nouvelles questions ou à l’entente de mes conseils. Je souris largement, restant détendue, restant calme. Il me demande si on peut parler de rupture quand le sujet abordé, n’est que sexuel. Pourtant, à voir la colère qu’il ressent, à entendre ce qu’il dit, il doit y avoir davantage qu’un simple sentiment amical ou charnel derrière tout ça. Je fais pourtant le choix de ne pas aborder plus que ça, parce que je vois bien qu’il n’est mine de rien pas très à l’aise avec tout ça, qu’il n’est pas vraiment conscient de tout ce qu’il ressent vis à vis de tout ça d’ailleurs non plus. Tout ça semble assez vague pour lui, désordonné.

- T’as l’air bien tourmenté mon cher Elias…

Je me rassois correctement dans ma chaise, posant le coude contre la table et appuyant ma mâchoire sur ma paume à plat. Décidément, rien n’y fait, notre monde met vraiment l’âme des survivants à rude épreuve. Je pense que peu importe ses efforts et les miens, nos retrouvailles tourneront autour de sujets douloureux ou du moins, piquants.

- Tu sais ce qui manque le plus à ton artiste préférée ? L’art justement ! Je n’ai pas pu dessiner et tatouer depuis … Trop longtemps selon moi. Si un jour je peux, je pense que je monterai ma propre boutique. Je barricaderai un endroit et je ferais à nouveau un studio de tatouage. Faux pas que cet art meurt, ça serait pour moi un vrai drame. Tu viendras me voir quand j’aurais réussis ?

Je lui offre un immense sourire. Je sais que ce genre de trucs est carrément infaisable seule. Mais je fais pleins de rencontres et peut-être que je croiserais un autre tatoueur un jour, avec qui je pourrais m’installer en tant que collègue. Le paiement se ferait sous forme de vivres, de vêtements, ou d’armes. L’idée semble cool, mais difficilement réalisable. Même s’il doit y avoir de l’encre un peu partout, faut en trouver qui ne soit pas infectés, faut trouver de quoi être hygiénique, faut trouver tout un tas de chose pas évidente à rassembler. Mais je me dis que ce beau rêve pourrait un jour se réaliser.

- Et toi. Tu veux réaliser quoi une fois dans ta vie ? T’as un rêve ?
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 1164
Points : 1191
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: "trying to get control" azia   Lun 29 Jan 2018 - 11:28
Tourmenté ? Sans doute n'étais-je pas aussi détaché que je l'aurais voulu, alors, pour ne pas enfoncer le couteau, je ne relevais pas ses mots. Préférant m'intéresser à elle, je lui retournais ses mots, lui affirmant qu'elle m'avait manqué, jusqu'à ce qu'elle me demande quelque chose. Ce qui lui manquait le plus était l'art, elle n'avait pas pu dessiner, ou tatouer depuis bien trop longtemps selon elle, et elle en venait à espérer monter sa propre boutique, barricadant l'endroit pour faire un studio. Souriant légèrement à sa demande, je ne pouvais pas m'empêcher de penser qu'elle attirerait bien trop l'attention sur elle pour que ce ce soit parfaitement reposant pour moi, et puis je ne pouvais pas m'empêcher de penser au technique, à ce qu'elle ne voyait peut-être pas, comme l'électricité. Enfin bref, c'était des choses difficilement réalisable, mais je ne me voyais pas de lui dire, pas comme ça, pas pour le moment. « Un crayon et un bloc note ça doit encore se trouver non ? », sauf si elle n'était jamais assez en confiance pour dessiner et que donc, elle avait laissé ça de côté. Parfois, laisses ses passions prendre le dessus était une bonne chose, un bon moyen d'oublier le monde. Je me doutais bien que les choses ne devaient pas être facile pour elle, mais il fallait se trouver le temps. Juste le temps. Le reste viendrait tout seul du moins si on en restait au dessin. « Je paris qu'il doit y avoir ça ici ! Tiens, tu penses que tu pourrais dessiner Lucy, pas de tête ça doit faire longtemps, mais si j'ai une photo ? », demandais-je alors. Conscient que si je trouvais un moyen de l'occuper, ça pourrait lui faire du bien. A moi aussi sans doute.

Réaliser quoi ? Un rêve ? Je n'en avais aucune idée, je ne savais pas si il pouvait y avoir quelque chose à souhaiter, et j'avais tout simplement envie de m'en sortir… Je n'avais rien sur quoi me rattacher comme elle. J'étais mort, vidé en quelque sorte. J'avais perdu ce qui m'animait à l'époque, « Je sais pas trop Azia, j'ai jamais été un très grand rêveur. », Ou du moins ce n'était plus d'actualité, dans le fond, la chose qui me motivait le plus c'était Lucy, avoir la possibilité de savoir si oui ou non elle était morte. Pour avoir une vrai réponse. Mais la n'était pas la question. « Mais un monde moins violent serait cool non ? », demandais-je simplement. Conscient que j'en demandais bien trop à présent.

_________________




Spoiler:
 
I walk a lonely road
Azia SanchezI walk a lonely road
avatar
Messages : 47
Points : 81
Date d'inscription : 10/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "trying to get control" azia   Lun 29 Jan 2018 - 19:54
Je souris doucement devant l’enthousiasme que me sert Elias concernant ce que je dis à propos du dessin. Rapidement, il me fait signaler que un carnet de dessin ainsi qu’un crayon, ça ne doit pas être chose compliquée à trouver. Et en effet, c’est une information plus que réelle, à laquelle je n’avais pas pensé. Je n’ai pas pris le temps de fouiller, je n’ai pas pris le temps de dessiner, obsédée chaque jour par ma survie et par cette dernière uniquement. C’est vrai que trouver des crayons de bois, une gomme voir quelques stylos à encre, ça doit pas être bien compliqué. On ne peut pas dire que beaucoup de survivants s’embêtent à emporter dans leur sac, ce genre de conneries. Personnellement, maintenant qu’Elias a fait germer cette idée dans mon esprit, je pense que ça serait franchement bien de me trouver tout ça. Je me concentre sur lui et me peine silencieusement de le voir ainsi. Il est vraiment vide, je n’arrive plus à capter toutes les étoiles que je pouvais autre fois voir dans ses yeux. Avec un sourire qui ne trahit pourtant pas mes émotions, je l’encourage à continuer sur sa lancée. Si ça lui fait plaisir que je dessine son amie, je vais en effet m’y atteler au plus vite !

- Le monde des arts n’est jamais violent, sauf si on le souhaite. C’est ça que j’adore dans le dessin !

Je me lève aussitôt en souriant. L’air plutôt déterminée il faut le dire. Mon regard glisse un peu partout sur la pièce. Cette maison est certes délabrée, mais encore debout. Il y a des meubles ; je le sais j’en ai croisé mais également d’autres pièces qu’il faut simplement explorer. On pourrait en effet trouver du papier et un crayon, mais surement peut-être d’autres trucs cool pour lui, comme des piles ou je ne sais trop quoi !

- Alors viens, on reste ensemble pour pas se perdre et on ratisse cette bâtisse. Je suis sûr qu’on peut trouver en effet du papier et même, des trucs utiles pour toi.

Se perdre est évidemment ironique, mais quitte à fouiller la zone, autant rendre ça amusant et ne pas s’isoler chacun dans son coin, chacun sa pièce. Je lui tire doucement la manche pour l’encourager à se lever et je passe dans la pièce d’à côté. Je pense que par chance, il s’agit d’un bureau. A en voir les multiples étagères cassées ou vides ainsi que la chaise de bureau complètement pétée au sol, c’est même certain. Je souris très largement, très heureuse en réalité de me trouver ici avec Elias.

- Hé, regarde ça.

Je me retourne d’un coup vers lui, alors que dans mes mains, je viens jouer avec un bloc de post-it accordéon. Je m’amuse à le faire gigoter avant de ricaner et de lui tendre.

- On est d’accord, y a rien de plus délirant que ce truc dans un bureau ? La vache ! Je veux trouver une agrafeuse !

Comme une enfant dans un rayon de bonbon, je me mets à ouvrir les tiroirs. Sans perdre totalement l’objectif principal de la chose, je laisse mon esprit d’enfant divaguer un peu.
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 1164
Points : 1191
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: "trying to get control" azia   Mar 30 Jan 2018 - 16:59
Il était vrai que si l’art pouvait porter un message fort, il n’était rarement question de violence pur, au contraire, il y avait souvent un message d’erreur, d’espoir. La regardant se lever, je fronce légèrement les sourcils alors qu’elle s’avance assez déterminée dans la pièce. M’invitant alors de la suivre pour pas se perdre, elle proposa de rechercher dans la maison pour trouver du papier ou même des trucs utiles pour moi. Hochant donc la tête, je prenais mes affaire sur moi, par réflexe avant de souffler très clairement amusé, « C’était pas dans la minute tu sais ! », mais fouiller était cool, j’aimais bien, surtout pour trouver quelque chose d’aussi con, dans le fond, très peu de déception possible. Entrant donc dans une pièce qui avait tout l’air d’un bureau, elle sembla trouver ce qu’elle voulait quoi que… À la voir jouer avec le malheureux bloc de post-it, je ne pouvais que rire, rire qui ne disparu pas quand elle ajouta vouloir trouver une agrafeuse. Elle avait dix ans ? Oui de toute évidence et c’était loin de me déplaire, ça faisait même du bien. Me mettant donc à chercher, je finis par tendre une trouvaille, perdu sous des papiers au sol. « Tiens, je sais pas ce que tu veux en faire, mais te voilà armé. », oui une agrafeuse avant tout d’une arme, il suffisait de demander à Lucy, elle s’était retrouvé avec une agrafe dans le doigts le jour ou je voulus faire le test ultime, celui de savoir si oui ou non cela faisait mal, et bien croyez le ou non, oui ça fait mal. Mais la n’était pas la question, mes actes de cruauté sur meilleure amie ne devant pas venir me polluer, je me remis à chercher réellement quelque chose d’important, comme un bloc note. Oui quand je disais important, je voulais bien sur dire pour elle. Si elle pouvait se retrouver un peu dans le dessin, ça ne serait que bénéfique pour nous, pour elle.

« T’as jamais vraiment plus dessiné depuis ? Même avec ton groupe d’avant ? » , demandais-je en ouvrant un placard qui contenait bien des choses, comme des enveloppes, des timbres, un critérium, enfin que des trucs inutile, sauf le critérium. Puis, en me retournant, je vis un ancien ordinateur et une vieille imprimante… Si il y avait une imprimante il devait bien y avoir des feuilles non ? Pourtant aucune ramette de sortie… Attendez… « Putain je suis con. », m’insultais-je avant de foncer sur la machine pour l’ouvrir. J’en étais sur, il devait rester genre, trente feuille, mais c’était pas mal non ? Oui c’était pas mal. « Je suppose que du papier avec du grain serait mieux, mais t’as déjà ça pour t’amuser. », soufflais-je en lui tendant le critérium et les feuilles, maigres butins de mes recherches.

_________________




Spoiler:
 
I walk a lonely road
Azia SanchezI walk a lonely road
avatar
Messages : 47
Points : 81
Date d'inscription : 10/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "trying to get control" azia   Mer 31 Jan 2018 - 18:22
A ma demande de pouvoir jouer avec une agrafeuse, Elias trouva bien vite l’équivalent d’une bonne nouvelle ; à savoir une petite agrafeuse… Je finis par sourire, attrapant un seul petit post-it dans lequel je plante une petite dizaine d'agrafes avant de m’arrêter. Je repose l’agrafeuse sur le bureau, avec un léger sourire. Même si la sensation du ‘’pock clic’’ me fait bien rire que je pourrais faire ça jusqu’à n’avoir plus aucune agrafe de disponible, c’est denrée limitée ça aussi. Qui ne sera plus jamais distribuée nulle part. Je me remets sagement en quête de ce qui est à la base, ma première recherche ; des feuilles, voir un petit carnet, ainsi qu’un crayon. Rêver d’une gomme, serait une estimation bien audacieuse, mais tout de même. Ça serait idéal pour ne pas perdre de papier suite à l’échec d’un quelconque dessin. Une question à Elias vient me sortir de ma rêverie ;

- Non, je n’ai malheureusement pas pu redessiner depuis la fin du monde. Depuis que j’ai quitté ma maison à cause des bombardements en fait. Même avec mon groupe d’avant, je n’avais absolument pas pris de quoi. Ca me manquait, mais je ne me suis jamais plainte. Je ne me voyais franchement pas réclamer quelque chose, alors qu’on prenait déjà bien soin de moi.

Alors que je ne contribuais pas vraiment à aider la belle bande que nous formions, je n’allais pas en plus râler pour qu’on me trouve un crayon et des feuilles ! Je fouille, alors que j’ouvre un tiroir et tombe sur une gomme. Je hausse légèrement les sourcils, plutôt étonnée de n’avoir eu qu’à râler mentalement pour ça en fait. Je me tourne vers Elias, la gomme dans le creux de ma paume et ce fou se met soudain à crier. Il passe l’entièreté de la pièce par de simples et souples enjambées avant d’ouvrir l’imprimante et d’en sortir une trentaine de feuilles. J’écarquille les yeux avant de sourire très largement. Il m’informe qu’il a aussi un critérium. Je me retourne et saisi une pochette que je vide au sol, y calant à l’intérieur les feuilles ainsi que le critérium et la gomme. Je ronronne presque, toute heureuse d’avoir tout ce nécessaire. Le calant contre mon torse, je souris largement à mon ami avant de lui attraper le bras doucement.

- Maintenant que j’ai ce qu’il faut, et si j’allais faire ce portrait dont tu me parlais ? Je suis sûr de ne pas être encore tout à fait rouillée !

Aussitôt, je me rends vers la table que nous avions abandonnée et m’assois bien tranquillement. Croisant les jambes, je m’installe en travers et pose la chemise, avec une feuille sur le dessus. Stylo à la main, j’attends que mon ami me file la photo de Lucy, non sans impatience. J’ai envie de lui faire plaisir et aussi, de dessiner. Ça fait deux très grosses et bonnes raisons d’avoir envie de m’y attabler. Aussitôt que la photo est posée devant moi, je me mets à m’occuper d’elle, et me mets à dessiner, sans pour autant dessiner mon bon ami.

- Tu sais ce que j’ai croisé aussi. L’autre jour, j’ai croisé un cheval sauvage. Je l’ai vu de lui, mais j’ai trouvé ça vraiment magnifique… Tu sais monter à cheval ? Moi pas. J’aimerais le faire un jour.
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 1164
Points : 1191
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: "trying to get control" azia   Jeu 1 Fév 2018 - 16:15
Elle n’avait pas pu dessiner depuis la fin du monde, même avec son groupe d’avant, elle n’avait pas prit ce qu’il fallait et elle ne s’était jamais plainte, jugeant que réclamer quelque chose comme ça serait sans doute mal venu quand on prenait déjà soin d’elle, souriant alors, je ne pu m’empêcher de penser à Fort Hope. Aux demandes parfois bizarre qu’on pouvait avoir quand on partait en expédition et que des gens nous attrapait avant la sortie pour demander un truc improbable. Déjà les capotes à trouver c’était une chose, mais parfois… « On me demande bien de ramener du chocolat ou une écharpe allant bien avec une couleur de cheveux parfois. Une feuille et un crayon n’aurait dérangé personne. », avouais-je sans difficulté avant de m’insulter d’être aussi con. Fondant sur l’imprimante, je soulevais le capot avant de sortir feuille et crayons et les tendre à Azia qui s’empressa de les mettre en sécurité, les collants contre sa poitrine comme les plus importantes de toute. Maintenant qu’elle avait ce qu’il lui fallait, il ne lui restait plus qu’à faire ce portrait. Souriant doucement, je la suivais jusqu’à la pièce ou nous étions avant, la regardant s’asseoir alors qu’elle me demandait la photo, que je lui donnais. La regardant dessiner en silence alors qu’elle m’expliquait au passage qu’elle avait croisé un cheval aussi la dernière fois, magnifique au passage. Me demandant alors si je savais monter à cheval, elle avouait vouloir en faire un jour. « Jamais, je t’avoue que j’ai un peu l’impression que si je monte sur un cheval, je tombe. ». La regardant dessiner en silence, j’étais toujours aussi admiratif de son talent, elle était vraiment née pour ça et si la fin du monde n’était pas venu tout gâcher, elle aurait surement pu se faire une belle place au soleil.

« C’est quoi le tatouage le plus fou qu’on t’ai demandé de faire. Genre le plus impressionnant ou le plus moche, ou les deux. », elle devait bien avoir eu des demandes bizarres, comme un chien, ou encore un mari, une petite amie, ou dans d’autre cas, un dos entier, un corps entière, enfin bref, des choses pas toujours évidentes à gérer et à faire, surtout en gardon son sérieux. Comme là, je lui demandais quelque chose en rapport avec ma meilleure amie, mais je n’avais aucunement l’idée de me faire tatouer le visage de Lucy. Il y avait toujours un côté moche, même si le tatoueur était doué. Mais les visages, j’en avais jamais vu un propre. Enfin à l’armée du moins.

_________________




Spoiler:
 
I walk a lonely road
Azia SanchezI walk a lonely road
avatar
Messages : 47
Points : 81
Date d'inscription : 10/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "trying to get control" azia   Dim 4 Fév 2018 - 15:33
A mon récit bref et rapide sur le cheval sauvage que j’avais croisé, je peux constater qu’il reste muet. Son regard est happé par mon dessin, comme hypnotisé par la danse irrégulière de ma main. Je m’applique, alors que je laisse un silence s’installer tranquillement. Il me permet de m’appliquer davantage, alors que je reste malgré tout attentif à ce qu’il fait, ce qu’il dit, essayant même de transpercer le faible flot de ses paroles pour percer sa pensée. Je ne saurais pas vraiment dire s’il est heureux ou triste, mais je peux noter en tout cas qu’un fort sentiment de nostalgie semble fendre les barrières de son esprit. Comment faire, pour lui donner l’impression que je ne ressens pas tout ça ? C’est très compliqué. J’ai beau faire valser les sujets en parlant de mille choses pour ne pas le laisser déprimer, ses pensées semblent toujours se diriger vers des trucs plus déprimants. Je décide aussi, pour cette fois, de le laisser choisir le prochain sujet de discussion. Continuant le portrait de Lucy dans le calme, je prends le temps de le laisser continuer la discussion.

Plus le visage de Lucy commence à apparaître sur le papier, plus je suis détendue. Dessiner, est une activité qui m’avait vraiment, vraiment manqué. Hors aujourd’hui, je me rends compte que même si j’ai un peu perdu la main, c’est comme le vélo ; ça ne s’oublie pas. Et surtout, on retrouve vite nos réflexes. Il me faut environ une heure, pour que le portrait de base, les trams principales, les traits, soient assez précis. Je m'attelle ensuite aux ombres, au jeu de lumières, afin d'embellir, de rendre plus réaliste le tout. C’est lorsque je passe à ces détails, que la voix d’Elias résonne à nouveau dans ma tête vide.

- Ouah … alors … Je dirais que ma plus grande réussite, c’était un bras entier. C’était un dragon chinois bleu, qui s’enroulait tout autour du bras d’un homme. C’était le tout premier très gros tatouage, c’est pour ça qu’il m’a marqué. Le client était super à l’aise et mes mentors surveillaient régulièrement ce que je faisais, afin de pouvoir rattraper en cas de bêtise, mais j’ai tout réussis.

Je ris légèrement. Ils surveillaient régulièrement, pour ne pas dire qu’ils se mettaient à côté de moi et qu’ils se relayaient. J’étais morte de trac et si j’ai réussis à faire cette énorme pièce, c’est juste grâce à l’aide de mes maîtres tatoueurs Ô combien vénérés, ainsi qu’au client qui a eu un sang-froid de malade mental.

- Après faut savoir que je n’ai jamais vraiment eu l’occasion de rater à proprement dit un tatouage. Comme j’étais très bien encadrée, les fois où par exemple un trait n’était pas droit, qu’un remplissage ne tenait pas bien, mes supers profs venaient à la rescousse et refaisaient ce qui n’avait pas tenu gratuitement pour le client. Ma seule contrainte était rembourser l’encre utilisée en plus, mais rien d’autre. L’erreur est humaine, le pardon est divin ! Après je ne vais pas te le cacher. Certains clients arrivaient avec des tatouages qu’ils avaient d’avant. D’autres salons par exemple, etcetera… un type une fois voulait un tatouage sur le pectoral. J’ai eu beaucoup de mal à rester sérieuse pendant l’opération… Il avait un chat tatoué sur le nombril. Son nombril ; c’était l’anus du félidé.

Je relève le nez vers Elias pour ricaner franchement, amusée d’avoir à raconter ça aujourd’hui, quelque chose qui m’a tant marqué après tant d’années ! Un truc lambda qui a pourtant marqué mon esprit au fer rouge. Je lui souris alors qu’enfin, je lui tends le portrait de son amie, finie. Je suis finalement d’ailleurs, plutôt fière du résultat.

- Et toi. Tu me montrerais pas ton tatouage que je vois si t’en as pris soin, si tu l’as hydraté comme il se doit ?

Je lui pince légèrement la cuisse, lui indiquant que je le taquine. Non, pas besoin d’un strip-tease aujourd’hui !

- J’espère que ce dessin te plait, que t’en es pas trop déçu… Moi je le trouve réussis personnellement. Tu dois retourner quand de là d’où tu viens au fait ? A te voir comme ça, je ne sais pas si tu les as prévenus.
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 1164
Points : 1191
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: "trying to get control" azia   Ven 9 Fév 2018 - 9:20
Un chat avec le nombril en guise de… Intéressant, il n’y avait pas à dire. Même très intéressant. Le bon gout était au rendez-vous il n’y avait pas à dire. Et rien que l’image me donnait envie de rire. Tu m’étonnes qu’elle avait eu du mal. C’était ce genre de chose que j’espérais entendre sans le dire quand je lui avais posé la question. Mais de toute évidence, elle avait travaillé dans un trop grand salon pour avoir ce genre de client, du moins pour en avoir autant. C’était une bonne chose, car je suppose que les dragons et les tatouages de rock star ne doivent pas être extrêmement passionnant à dessiner. Loin de là. Retombant dans le silence après un temps, je la regarde finir avant de me tendre le dessin. Lucy me manquait, c’était certain, d’autant plus qu’après ce qui s’était passé avec Will, je n’étais pas prêt à confier ma vie à quelqu’un d’autre qu’elle. Même si aujourd’hui, elle devait être morte… « Merci. », soufflais-je avant qu’elle ne me demande à voir mon tatouage pour savoir si j’en avais prit soin. Arquant un sourcils, je me remettais debout, posant arme et affaire sur le sol avant de retirer ma veste, « J’ai prit des balles entre temps. », déclarais-je pour la préparer, retirant mon t-shirt presque aussitôt les cicatrices encore visibles avant que je ne porte une main à mon torse pour toucher ce dernier. J’avouais que je n’avais aucune idée de comment il était, ni de si il ressemblait encore quelque chose. « Il est vivant ? J’ai pas croisé de miroirs depuis bout de temps. », faux, mais je ne m’arrêtais pas à l’observation d’un tatouage et dans tout les cas je n’aurais sans doute aucune idée de ce à quoi il était censé ressembler ?

Et puis une question si le dessin me plaisait. Elle était fière pour sa part et sans me laisser répondre elle enchaina avec une autre. Souriant légèrement, je lui dis, « Il est parfait rassures-toi. », quand au reste. J’étais un peu torse nu dans une maison, je doutais qu’ils me cherchent mais si c’était le cas, ça pourrait-être très drôle. « Je sais me débrouiller, mais les connaissant ils attendraient, d’autant que j’avais l’air suffisamment énerver pour qu’ils me pensent en train de me défouler. », ce qui n’aurait pas été de trop entre nous. J’avais envie de tuer des trucs, enfin de re tuer des trucs.… Ils étaient déjà morts. Ou tirer sur un civils un tant soit peu agressif. Je ne saurais dire. J’avais juste eu besoin d’être seul. « Je peux me rhabiller ? », lui demandais-je finalement. Je doutais qu’elle ai besoin de faire une thèse sur mon tatouage, mais je voulais pas l’empêcher de rejouer un rôle qu’elle ne pouvait plus tenir.

_________________




Spoiler:
 
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: "trying to get control" azia   
 
"trying to get control" azia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération