Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #32 : Octobre 2018
Animation trimestrielle #1 Once upon a time !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Intrigue #5 Recensement !
Venez mettre vos méninges à l'épreuve dans notre animation de Septembre
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - Chapitre I : New rulers, new rules > A lire ici

In Your Flesh :: Michigan State :: Fort Hope

 "jedi master" harvey

Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3764
Points : 4283
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: "jedi master" harvey   Dim 21 Jan - 15:30
19 septembre. Harvey n'a jamais été le plus évident des élèves, surtout lorsqu'il commença avec moi courant juillet, je n'étais pas dans les meilleurs dispositions à cause de Will, pas plus qu'il ne l'était à cause d'Isha. Pourtant, le gamin se révéla travailleur, à raison d'avoir un semblant de vie dans le corps. Il était mauvais, très mauvais, désespérément mauvais, mais il écoutait et si il fallait du temps pour avancer, il écoutait. C'était tout ce que je pouvais demander d'un élève, qu'il écoute. Et puis le temps fit son oeuvre, ma situation avec Will sembla se clarifier alors qu'il semblait lui-même reprendre le dessus, cessant de n'être que l'ombre de lui-même pour se révéler moins déshumanisé pour se faire plus agréable. Je sais qu'il s'agissait sans doute de l'hôpital se foutant de la charité, mais il m'était plus simple de canaliser quelqu'un de positif que négatif. Aujourd'hui, comme bien des jours avant, j'attendis le jeune Queen à l'entrée de Fort Hope, prévoyant une nouvelle fois d'aller tirer assez loin d'ici pour ne pas s'attirer les foudres de quelques rodeurs mal luné. Le jeune homme n'était jamais vraiment en retard, ce que je ne pouvais qu'apprécier. Et comme à son habitude, il arriva à l'heure. Je n'avais rien de prévu aujourd'hui, sauf l'entrainer. Ce qui m'avait permit de pouvoir trainer un peu au lit, me permettant de prendre conscience qu'une fois de plus, personne ne dormait à côté de moi. Le temps me semblait beaucoup trop long en l'absence de Will, et mes songes beaucoup trop sombre. D'ou le fait sans doute que d'entrainer Harvey aujourd'hui me semblait-être quelque chose d'appréciable. J'étais partie en expédition il y a peu avec Richardson et Logan, et ça avait suffit à m'occuper l'esprit. Il fallait que je m'occupe, ce n'était pas plus difficile entre nous. Que je m'évite de penser, de réfléchir. Quand je réfléchissais je faisais des conneries, et ce n'était pas constructif.

« Bonjour Harvey. », soufflais-je en lui serrant la main. Comme à chaque fois, je prenais connaissance de ses attentes pour le jours, réflexe du temps ou je préférais ne pas le brusquer avec un planning trop serré, ou quelque chose de trop difficile. Il était fragile, du moins il l'avait été et il n'était pas questions de faire plus de dégât encore. « Tu voulais quelque chose en particulier aujourd'hui ? », tir à distance, tir à proximité, sur cible en mouvement, fixe, bref tout ce qu'il voulait, il était de toute façon assez bonne élève pour ça. Et puis si jamais il ne savait pas, je trouverais bien un endroit ou l'on pourrait voir un peu de tout sans soucis. Je ne m'inquiétais donc pas trop, il y aurait de quoi faire quoi qu'il arrive.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Give dat Drama'Queen' a candy
Harvey QueenGive dat Drama'Queen' a candy
avatar
Messages : 376
Points : 1359
Date d'inscription : 12/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "jedi master" harvey   Lun 22 Jan - 17:29


Dernière édition par Harvey Queen le Sam 3 Mar - 23:14, édité 1 fois
jedi master
« TEACH ME HOW TO SHOOT A GUN »
Fort Hope | 19 September 2016

_______________________________________________________________

Elias était stylé. Une phrase, qu'il était prêt à sortir dès qu'on lui demanderait son avis sur l'homme qui avait été chargé de le former aux armes à feu. Loin de l'autorité inquiétante de Logan et bien loin de l'immaturité presque attendrissante d'Isha, Elias lui, se retrouvait au milieu à la manière d'un guide spirituel. Une véritable force tranquille, qui lui inspirait quiétude et persévérance. Sa patience, tout comme sa pédagogie, avaient d'ailleurs fini par payer. Si les premières leçons s'étaient révélées pour le moins musclées et riches en morosité, aujourd'hui, ils étaient bien loin de cet état d'esprit propre à la mélancolie qui le caractérisait jadis. Avec le temps, Harvey s'était assagi. Il avait accepté le sort tragique de son père adoptif, pour interpréter sa perte comme une épreuve de la vie afin de le rendre lui, plus solide et moins dépendant des autres survivants. Une maturité qu'il avait acquise notamment grâce à Logan, mais aussi et surtout grâce à Elias et ses enseignements. Ces cours privés étaient devenus un moyen de faire abstraction de tout ce qui ne tournait pas rond dans sa vie.

Ses affaires d'expédition préalablement préparées, le brun n'avait eu qu'à se lever et grignoter un morceau avant de se rendre devant le portail de Fort Hope. A l'heure comme à son habitude, les deux hommes ne tardèrent pas à engager les cordialités élémentaires. Ou presque. « Yo ! Bien reposé ? » répondit-il énergiquement sans parvenir à contenir cette béatitude qui l'animait depuis ses retrouvailles avec Astoria, il y avait de ça quelques jours à peine. Depuis, tout avait basculé et aujourd'hui, son pic de bien-être se trouvait être à son maximum. Harvey était heureux, comme jamais il ne l'avait été en deux années de survie. Cette bonne humeur transpirait de chacun de ses pores et de chacune de ses expressions presque niaises. Le reconnaître sous ces traits détendus pouvait même être difficile. En réponse à la poigne de main que lui présentait Elias, Harvey y répondit à la manière d'un check improvisé. « Je sais pas toi, mais moi je me sens d'humeur jouasse ! Et quoi de mieux que des cibles en mouvement, pour ternir cette parfaite gaieté ? Hmm ? » plaisanta-t-il en resserrant d'un double geste coordonné les deux sangles de son sac à dos. « Réduisons donc à néant cette soudaine 'confiance en soi' par quelques balles mal tirées. » Oh oui, qu'Harvey avait hâte, d'échouer. Ou du moins, de se retrouver en difficulté pour avoir la chance de se surpasser et donner le meilleur de lui-même. Pour impressionner Elias. Pour lui montrer que tous les efforts qu'il avait fourni ces derniers mois n'étaient pas totalement vain... L'asiatique devait se rendre compte à quel point ces sorties étaient importantes pour Harvey. Lui, qui avait toujours été consigné au camp par Isha et qui à présent, était libre d'arpenter les rues ravagées de Détroit. Un goût de liberté qu'il ne voulait plus jamais oublier.

« Tu as décidé de la date de mon examen ? » poursuivit-il sur le même ton plaisantin alors qu'ils s'engageaient hors du camp. « Pas que je sois pressé de recevoir mon permis de port d'arme, mais ne serait-ce que pour me préparer psychologiquement à mettre ces longs mois d’entraînement au service de quelque chose d'un peu plus concret qu'un simple... Passe temps ? » C'était cool de tirer. Harvey aimait la satisfaction qui le traversait à chaque fois qu'il touchait sa cible, seulement voilà, il désirait plus...

_______________________________________________________________
Made by Neon Demon

_________________
Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3764
Points : 4283
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "jedi master" harvey   Mar 23 Jan - 9:59
Harvey semblait réellement en forme, suffisamment pour qu'il change son approche. Il pouvait dans le fond, je n'étais pas un monstre, je n'allais manger personne, même pas Harvey. « Oui et toi ? Même si de toute évidence je dirais oui. », il tenta de faire un check, mais la surprise me fit surtout passer pour un vieux con ne sachant pas maîtriser les coutumes des plus jeunes. Que voulait-il faire ? Il se sentait de bonne humeur, suffisamment pour aller sur de la cible mouvante, assez aussi pour réduire sa confiance en lui à néant. Souriant un peu plus franchement, ce gamin était vraiment le genre de bouffé d'air frais qui m’empêchait de penser au fait que Will avait du partir. Finalement, je devrais entraîner Harvey plus souvent, j'aurais une excuse toute trouvé pour me changer les idées. Ça faisait surtout du bien de le voir comme ça. Ce gosse avait eu l'air tellement détruit lorsqu'Isha mourus que j'avais cru pendant un moment qu'il ne se relèverait pas, mais c'était un battant et il avait su se relever et se remettre sur pied avec plus de force que moi. Alors plus de rapidité. « Ne te sous estimes pas Harvey, tu commences à être assez bon pour ne plus pouvoir réduire quoi que ce soit en néant chez toi. », en revanche des morts, ca il pouvait.

Et puis, il me demanda si j'avais décidé de la date de son examen, il semblait impatient de prendre les armes pour démontrer ce qu'il valait. C'était compréhensible, mais de mon côté, j'avais le même avis que pour Isha, aussi bon tireur pouvait-il être, je voulais des mecs intelligents et stable à la sécurité de Fort Hope, je voulais m'assurer qu'il ne ferait aucun faux pas, déjà pour lui, mais surtout pour nous. Il était évident que je n'étais moi même pas stable, mais j'avais au moins le mérite de savoir me contenir avec tellement de force que ça en devenait flippant, sauf quand j'explosais et là... Je vidais mon sac. Toutefois, la motivation d'Harvey me poussait à vouloir faire de lui un pilier, un bras armé et pensant de cette communauté. J'insistais sur le pensant. Je n'avais jamais aimé les gens ne pouvant pas faire preuve de réflexion. « Même si je décide de qui je veux pour défendre ses murs, te concernant, je ne suis pas le seul membre du jury. », déclarais-je avant de lui faire un signe de tête, l'invitant à me suivre en dehors de Fort Hope pour commencer l'entrainement. Harvey était un peu spéciale. Il n'était pas exactement comme les autres gosses, sa relation avec Isha ne nous permettant pas de l'ignorer. Il y avait des choses à vérifier avant, à confirmer. « On va en avoir pour une petite heure de marche, tu veux pas me dire ce qui te rends si heureux ? », que je sache quel élément de sa vie pouvait autant l'influencer. Pour ma part, il était clair que Will, que l'amour que je lui portais pouvait me faire péter les plombs, c'était d'ailleurs car je n'avais jamais eu à m'y confronter que je savais qu'il me faudrait du temps pour y résister. Et encore, si n'importe qui, même ici pointaient une arme sur lui, je ne donnais pas cher de leurs peau. Mais à côté de ça, il me faisait dormir, il m'aidait à me détendre, il me rendait sans doute meilleur, quoi qu'un peu plus con, mais il fallait bien ça si je voulais ne pas me faire bouffer par l'arrogance chronique de l'ingénieur.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Give dat Drama'Queen' a candy
Harvey QueenGive dat Drama'Queen' a candy
avatar
Messages : 376
Points : 1359
Date d'inscription : 12/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "jedi master" harvey   Jeu 25 Jan - 11:40


Dernière édition par Harvey Queen le Sam 3 Mar - 23:15, édité 1 fois
jedi master
« TEACH ME HOW TO SHOOT A GUN »
Fort Hope | 19 September 2016

_______________________________________________________________


“J’vais on n’peut mieux !” lui répondit-il tout gaiement d’un sourire benêt sur les lèvres. Si Elias en doutait encore, au moins maintenant il serait fixé. Etait-ce si évident que ça, qu’il était de bonne humeur ? Harvey ne s’en rendait pas compte. Elias faisait partie de la sécurité du camp, son sens de l'observation devait être plus accru que certaines personnes. Ca devait forcément venir de là. Le plus jeune n’était pas aussi simple à décrypter, si...? “J’ai appris des meilleurs. Mais, merci Elias. On va pas se mentir, on est parti de loin.” Qu’il était glorifiant de l’entendre le féliciter pour ses progrès. Ses joues avaient même pris une légère teinte coquelicot. Le mérite ne lui revenait pourtant pas entièrement. Sans un bon professeur, un élève n’allait jamais bien loin. Selon les dires de l’asiatique, Harvey était soi-disant assez bon pour ne plus avoir à réduire quoi que ce soit à néant en lui… Une phrase qui lui arracha un petit sourire attristé, durant une fraction de seconde, peut-être imperceptible, peut-être pas. “Sans doute aussi parce qu’il n’y a plus rien à réduire à néant.” souffla-t-il avec une légèreté presque dérangeante. Si le garçon affirmait aller mieux, ça ne l’empêchait pas d’avoir quelques variations et sautes d’humeur assez fréquentes. D’une seconde à l’autre tout pouvait basculer. Négativement, comme positivement. La stabilité n’était toujours pas son fort, mais il donnait son maximum pour arranger les choses. Quand Elias lui parla de son fameux ‘jury’ et de ces membres, Logan apparu immédiatement dans son esprit. Maddie également. Finalement, Harvey était toujours fliqué, ce qui était normal, d’un sens... Quoi qu’un brin décevant. Silencieux, il n’ajoutera rien et préfèrera simplement emboîter le pas à Elias direction la sortie du camp. Une heure de marche ? C’était excessivement loin pour un simple entrainement, leurs sorties n’avaient jamais été aussi éloignées du camp, si ? “Pas de soucis” dit-il simplement sans parvenir à cacher sa surprise. La randonnée pédestre n’était pas réellement son petit péché mignon mais, qu’il en soit ainsi.

D’où tirait-il toute cette joie ? Telle était la question posée par son mentor. Avec ces dernières contrariétés, Harvey en avait quelque peu oublié les raisons. Se replonger dedans lui redonna peu à peu le sourire. “Je suis allé au labo pour la première fois, il y a quelques jours, avec… Logan.” commença-t-il doucement les sourcils légèrement froncés alors qu’il réfléchissait à la meilleure manière d’apporter la nouvelle. “Et, j’ai retrouvé quelqu’un d’important là-bas. Que je pensais mort depuis bien longtemps, dès les premiers mois de l’épidémie en fait. Après une erreur de ma part. C’est en quelques sortes… Ma demi-soeur. Sauf qu’on ne partage aucun lien de sang. Sa mère a épousé mon père, mon père a épousé sa mère. Et... On a été forcé de cohabiter ensemble dès l’âge de onze ans.” Une traumatisante expérience et encore, c’était un euphémisme. “Elle s'appelle Astoria. Et si vous trouviez que moi, j’avais mauvais caractère, c’est sans la connaitre elle. Heureusement certaines choses ne changent pas...” plaisanta-t-il de bon coeur. “D’autres choses changent par contre…” soupira-t-il la mâchoire légèrement tendue, les lèvres pincées. Faisant silencieusement allusion à la proximité qu’ils avaient tous deux partagés le jour même de leurs retrouvailles. Une intimité à laquelle Harvey n’avait jamais été très préparé, ni même accoutumé. Et surtout pas, avec Astoria. “Dis moi...Tu t’y connais un peu en… Enfin tu as déjà… Tu vois quoi...” Bien sûr qu’Elias l’avait déjà fait. Ce n’était plus un enfant, contrairement à lui. Ou même contrairement à ce qu’Harvey tentait de projeter de son buste bien bombé et ses coups de menton relevé : une image solide de jeune adulte dans la fleur de l’âge. “Comment on sait… Quand elles veulent quelque chose ?” lui-même n’était pas certain de la bonne tournure de sa phrase. Ni même de ce qu’il voulait vraiment entendre comme réponse. Harvey était littéralement perdu.

Perdu, comme ce décharné qui venait de se retourner mollement dans leur direction et qui tendait déjà une main dans leur direction pour les saluer. “En vrai, je me fais sans doute des idées tu vois… Il n’y a jamais rien eu d’ambigu entre nous” essaya-t-il de se convaincre en sachant pertinemment qu’il s’agissait là d’un bien gras mensonge. Avec lenteur, Harvey se détacha du binôme qu’il formait avec Elias pour dégainer avec précaution son wakizashi dont le fourreau était solidement attaché sur le côté de son sac à dos. Dans un bruit semblable à un aiguisement continu, la lame finit par se libérer totalement de son cocon protecteur pour fendre le haut du crâne de cette pauvre jeune fille dans un geste franc. Quelques secondes plus tard le corps s'effondrait sur le sol et Harvey profita de la tranquillité de la situation pour clore les paupières de cette malchanceuse qui venait enfin de trouver le repos, le vrai. “Puis, ça serait sans doute bizarre.” Par rapport à leur relation passée, leur statut de pseudo frère et soeur, tout ça tout ça. Après avoir essuyé sa lame sur les habits de la défunte, il rengaina son arme pour se replacer machinalement à côté d’Elias, bien qu’un brin en retrait par rapport à lui. Elias dirigeait la marche.

_______________________________________________________________
Made by Neon Demon

_________________
Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3764
Points : 4283
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "jedi master" harvey   Jeu 25 Jan - 13:22
Apprit des meilleurs, peut-être pas à ce point là, mais il restait toujours agréable de recevoir quelques éloges. En revanche la suite me plu un peu moins et me laissait comprendre qu'il porterait la disparition d'Isha dans son coeur comme une marque déposé au fer blanc, et je ne pouvais rien y faire, si ce n'est le pousser à avancer. « Si il n'y avait plus rien, tu serais mort Harvey. », mais qu'importe, je ne pouvais pas changer des convictions, je pouvais juste lui changer les idées. Lui proposant donc plusieurs entrainement, il choisit les cibles mouvante, ce qui allait nous forcer à marcher un peu qui sait, à comprendre ce qui le rendait si joyeux. Il expliqua donc avoir été au labo avec Logan dernièrement et y avoir retrouvait quelqu'un d'important, quelqu'un qu'il pensait mort depuis les premiers mois de l'épidémie. Après une erreur de sa part. Et cette personne c'était sa demi-soeur et a en croire l'énergie qu'il mit à bien signaler qu'ils n'avaient aucun lien de parenté, je compris qu'il y avait un os. Un gros même. Et puis une question, venu pas forcement de nul part mais que je n'attendais pas. Est-ce que j'avais déjà... Couché ? La question n'alla pas au bout, mais m'arracha un sourire, serait-il vierge ? Pas si étonnant après tout, il était jeune et l’apocalypse n'était pas forcement propice à ça. Comment savoir quand elles voulaient ? Coucher ? Me mordant légèrement les lèvres, j'étais sérieusement entrain de conseiller un gamin sur comment coucher avec une fille ? « T'as quand même conscience que je couche avec un homme moi ? », demandais-je avant de réaliser que ca devait pas être si évident que ça et que même si on voyait Will rentrer souvent chez moi, il n'y avait rien d'officiel et que donc il pouvait l'apprendre que maintenant ? J'étais vraiment pas le type qu'il lui fallait pour ça. « Blague à part, quand je couchais encore avec des femmes, t'avais certaines choses, certains comportement. En général, dans l'inconscient collectif, vu que t'es le mec c'est à toi de prendre les choses en mains, mais t'aura toujours une nana qui t'allongeras dans un lit pour mener la danse, ce qui est pas mal niveau sensation, enfin tu découvriras ça tout seul. », pourquoi je parlais de position sexuelle d'un coup ? Ah oui car j'étais nul en conseil sentimentaux ou autre ? « Mais en générale, quand elles tournent autour du pot, quand elles te fixent longtemps, quand elles se font tactile, silencieuse, tu peux tenter quelque chose. », soyons honnête, le gros problème c'était bien que je n'avais jamais vraiment eu besoin de draguer, j'avais ce que je voulais quand je le voulais... « Cherche pas trop sinon, tu le sens, même si t'es fébrile parce que t'as jamais été super loin. », mais il y avait quelque chose dans l'air limite.

Et puis il sembla se résoudre, affirmant qu'il y avait jamais eu quoi que ce soit d'ambigu entre eux. J'en doutais encore une fois. M'arrêtant alors qu'il allait tuer un rôdeur, il revenait, affirmant que ce serait sans doute bizarre. Sans doute, mais encore... « Me prends pas pour un monstre, mais le nombre de gens sachant que vous étiez demi frère et soeur est un peu restreint aujourd'hui... Personne va y voir à mal car théoriquement, vous vous connaissez, mais c'est tout, personne à besoin de savoir que vos parents se sont mariés et au delà de ça, sur un point de vu biologique, vous n'êtes pas apparenté. », alors ouais ca pouvait sembler bizarre pour lui ou pour elle, mais dans le fond, personne irait les voir pour les juger. Comme personne ne savait vraiment ce que j'avais fait avant la fin du monde et donc, personne pouvait me juger. « Une amie m'a dit un truc assez intelligent quand j'ai douté sur ce qui se passait en perso. », commençais-je en faisant quelques gestes des mains. Azia, sans connaitre la situation, avait pu viser juste. « Tout le monde à le droit à besoin d'une moitié avec qui partager sa vie dans un monde pareil. », tout le monde avait le droit surtout, c'était là la différence. « Maintenant arrêtes de mentir et dis moi ce qu'il y a eu d’ambiguë ? », j'étais peut-être un peu cash, mais j'avais l'impression de donner des conseils dans le vent depuis le début. J'avais besoin d'en savoir plus sur la situation et sur elle. Si on m'avait dit que je passerais mon après midi à conseiller un ado, je ne vous aurais sans doute pas cru.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Give dat Drama'Queen' a candy
Harvey QueenGive dat Drama'Queen' a candy
avatar
Messages : 376
Points : 1359
Date d'inscription : 12/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "jedi master" harvey   Dim 28 Jan - 16:14


Dernière édition par Harvey Queen le Sam 3 Mar - 23:15, édité 1 fois
jedi master
« TEACH ME HOW TO SHOOT A GUN »
Fort Hope | 19 September 2016

_______________________________________________________________

Elias était un gay bien gai. Surpris comme pas deux, il haussa énergiquement les sourcils pour porter son regard stupéfait sur son mentor. Pour le coup, c’était plus sa franchise qui venait de lui couper l’herbe sous le pied que l’annonce en elle-même de son orientation sexuelle. Merde… Comment allait-il pouvoir mentir face à quelqu’un d’aussi sincère ? “Il s’appelle comment ? J’en savais rien…” Harvey avait beau fouiller dans sa mémoire, rien ne lui revenait. Une homme du camp avec qui il traînait beaucoup ? Logan ? Impossible wooh. Non, il était avec Joy. Fuck, il venait d’imaginer un truc bizarre là... “Ah mais ! C’est pas le type avec l’arbalète ?” dit-il soudainement en revoyant l’individu en question. Il ne lui avait jamais réellement parlé. “Mais le principe n’est pas le même, avec un mec ? Je veux dire genre… Les signes ? Ils sont différents, qu’il soit question d’un homme ou d’une femme ? Le ‘après’ je veux bien te croire que ça diffère, ouais, mais à la toute base… Ça devrait être assez similaire, non ? Il est question du même sentiment.” Très sincèrement, il n’en savait rien… Il aurait pu lui parler de Franklin si le sujet n’était toujours pas aussi sensible. C’était d’ailleurs peut-être aussi parce qu’il avait déjà éprouvé une certaine attirance pour le genre masculin qu’il n’avait pas sur réagit plus que cela à l’annonce d’Elias.

“On est pas dans la merde.” souffla-t-il quand le plus âgé lui confia la chose suivante : ça serait à lui de prendre les choses en mains. Autant tout abandonner maintenant. “Je flippe rien qu’à l’idée de retirer mon t-shirt. Alors que je suis seul et enfermé à double tour dans ma salle de bains.” dit-il sur le ton de l’humour alors qu’il n’y avait aucune exagération dans ses propos. Il suffisait de voir comment Harvey s'habillait quotidiennement. Un col roulé en été était loin de lui faire peur. Pudibond à son extrême, c’était en sweet et en jogging qu’il dormait paisiblement quelle que soit la saison. Alors se faire allonger par une fille, qui plus est Astoria… Un soupire angoissé lui arracha une plainte vraisemblablement paniquée. “C’est mort” gémit-il. Il avait beau écouter ce que lui disait Elias, ça le confirmait simplement dans son idée qu’il n’y arriverait jamais.

Sur un point, il n’avait pourtant pas tout à fait tort. Ils n’avaient aucun lien de sang. Mis à part les deux concernés, personne ne viendrait leur rappeler que leurs parents s’étaient jadis mariés. Harvey devrait d’ailleurs arrêter de la présenter comme sa demi-sœur et uniquement, comme l’une de ses amies d’enfance. Un travail sur lui-même qu’il allait lui demander bien des efforts. Puis arriva son ultime conseil. Qu’une de ses amies lui avait confié un beau jour, une phrase qui lui faisait peur. Il y avait de grands mots là-dedans, un grand engagement qu’il n’était pas sûr de pouvoir endosser un jour. Partager sa vie avec quelqu’un.... Trouver sa moitié. Non, il n’en était sans doute pas capable. Il n’était pas question de ça avec Astoria. Détournant doucement son regard de l’asiatique, il resta un moment silencieux avant de devoir reprendre parole pour lui expliquer ce qu’il y avait eu d’ambigu entre eux. Maintenant qu’ils étaient lancés sur le sujet et qu’Elias était au courant, à quoi bon nier ? “Avant que tout ce bordel arrive… Il y a eu des petits trucs. Genre via Tinder, tu sais l’appli. A travers des conversations, j’ai appris qu’elle m’aimait bien... Sauf qu’elle me l’a jamais vraiment montré. J’avais l’impression qu’elle se foutait de ma gueule tout le temps. La seule vraie fois où on est allé à un bal de fin d’année ensemble, elle s’est mit une mine en milieu de soirée. J’ai passé tout le reste de mon temps à l’aider à décuver sans que personne soit au courant. Pour pas qu’elle ait des problèmes, avec l’école ou avec nos parents. J’ai jamais compris pourquoi elle avait fait ça alors qu’on passait une soirée plutôt… Cool.” C’était du moins ce qu’il pensait lui. Il fallait croire que pour Astoria, ce n’était pas le cas. Il lui en avait voulu. “Et après… Bah le jour où on s’est retrouvé… Je suis tombé dans les pommes. Payes ta virilité. Mais tu vois c’était genre… Trop. J’ai pas réussi à garder mon calme et boom. Black out. Quand je me suis réveillé, elle était là et elle me regardait mais… Je l’avais jamais vu aussi inquiète. Elle a pleuré. Je l’avais jamais vu pleurer. On s’est rapproché, un peu, puis beaucoup. Et quand j’ai réalisé qu’elle m’avait retiré mon blouson et mes chaussures pendant que j’étais inconscient j’ai flippé.” Encore et toujours. Ça l’avait tout simplement surpris, de se retrouver aussi légèrement vêtu - à savoir en t-shirt - devant une personne qu’il croyait en plus morte. “Après on s’est jamais embrassé, y a jamais eu de contact autre que de l’affection amicale ou quoi. C’est pour ça… Que je pense que je me fais des films.” avoua-t-il à demi-voix, presque honteux d’en faire autant pour ‘rien’. Cette situation l'angoissait. “Je pense que… J’ai juste envie de le faire. Et que je m’imagine des signes où y en a clairement pas. Et en même temps, j’ai pas envie de la blesser d’une quelconque façon, ou de faire un truc qui risquerait de foutre en l’air l’entente qu’on a actuellement. J’ai pas envie qu’on soit plus amis à cause de ça.” La voilà, la conclusion. Harvey ne voulait pas perdre une personne qu’il venait à peine de retrouver à cause de ses hormones aliénées.

_______________________________________________________________
Made by Neon Demon

_________________
Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3764
Points : 4283
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "jedi master" harvey   Lun 29 Jan - 12:04
J'avais pensé que beaucoup savaient déjà, sans doute à tord, après tout nous n'en avions pas parler et le fait qu'Harvey semble si étonné venais à me faire douter. Comment il s'appelait ? Je n'eus pas vraiment le temps de répondre que déjà il semblait le reconnaitre comme était le type à l'arbalète, souriant alors, je regardais Harvey avant de lui répondre, « C'est lui et c'est Will, mais ça reste entre nous du coup, je réalise que c'est pas évident pour tout le monde. », et je ne voulais pas en faire un sujet de discussion pour passer le temps. Quoi qu'il en soit, il partait du principe que c'était la même chose avec un mec, du moins il le pensait. Mais il avait raison sur le sentiment de base, même si le problème étant qu'entre Will et moi, j'avais l'impression de vivre une histoire toute différente, avec des choses si nouvelles que je n'avais plus exactement mes repères. J'avais été la proie, Will le prédateur. Et si je n'avais pas à m'en plaindre car aujourd'hui j'étais… Heureux ? Il avait chamboulé pas mal de chose. « C'est encore différent là, je veux pas juste coucher avec lui, je veux passer le reste de ma vie avec lui, le sentiment est différent, bien plus fort, et pas toujours plus évident. », complétais-je. Il y avait des signes et il en était bien question ici. Mais savoir ce qu'il voulait pourrait m'aider. Dans tout les cas, si elle minaudait, c'était à lui de faire l'effort, les premiers pas. Et cela semblait mal parti. Il avait peur rien qu'à l'idée de retirer son t-shirt dans une salle de bain alors devant une femme… C'était mort. « Tu complexes ? Ou il y a eut des choses moins avouable dont tu ne voudrais pas parler ? », demandais-je alors. Si il avait été victime de sévices, c'était compréhensible, mais complexer, dans ce monde, c'était ridicule. On était tout marqué, on avait tous quelque chose de lourd sur le coeur, dans le ventre, mais on avait l'avantage d'être tous dans le même bateau et encore, ici, on était plutôt bien épargné. Quoi qu'il en soit, pour moi, il n'avait pas à craindre car leurs parents s'étaient marié, ils n'avaient aucun lien du sang, mais en revanche, je préférais qu'il me dise tout, pas qu'il mente. Ce qu'il finit par dire, avouant qu'avant tout ç a, il y avait eu des trucs, via Tinder, l'appli de rencontre que je n'avais jamais utilisé car ça matché mal au Moyen Orient. Il avait eu l'impression qu'elle se foutait de lui, et puis il y avait eu une mine à une soirée, un état d'ébriété assez avancé. Et puis quand il l'avait retrouvé, il était tombé dans les pommes, un rapprochement ayant eu lieux quand il s'était réveillé avant de paniquer.

Il ne s'était jamais embrassé, du coup il pensait se faire des signes alors qu'il voulait juste le faire et aujourd'hui il avait peur de la perdre, et il ne pouvait pas l'accepter. Ok. Bon… Soupirant un instant, je réunis les informations avant de répondre avec le plus de sincérité possible, « Harvey, si tu peux douter pour le coup de Tinder, t'as pas comprit pour le bal de fin d'années c'est sur. », commençais-je simplement en croisant les bras, « Quand tu ressens quelque chose que tu juges d'interdit, tu deviens un peu con. Pour que tu comprennes bien je vais te raconter un truc. Quand j'ai rencontrer Will, j'étais persuadé d'être hétéro et pour moi, être gay c'était genre impossible, inacceptable, mal limite. Sauf que clairement, ce qui se passait avec Will était tout sauf mal, ça faisait du bien, bien au de-là du sexe. Du coup j'ai paniqué, j'ai bu à en être saoul, ivre mort, au point d'aller taper chez Logan pour lui exposer que j'aimais qu'un mec me… », c'était un gosse, on allait éviter de parler de fellation non ? « Bref, j'ai bu, beaucoup trop, car je pouvais pas assumer, et pourtant, ça a rien changer, ça m'a juste permit de prendre une pause. Ça te rappel rien ? Le besoin de boire, de prendre une pause ?  », j'avais l'impression que lui comme elle se faisait du mal, mais je ne pouvais rien affirmer. « Si tu veux mon avis, toi comme elle vous ressentez des choses pour l'autre, c'est évident. », je n'étais pas à l'aise vraiment, c'était sans doute pour ça que j'étais plus à l'aise en me cachant derrière Will. Car il restait un repère même dans ce genre de dialogue totalement surréaliste pour moi. « Après si tu veux mon avis, tu réfléchis trop, tu penses trop, essaie, au pire elle te mets un stop, et ça fera une histoire à raconter, mais elle partira pas. », je donnais beaucoup mon avis et surtout, si Will était là il se foutrait de moi... Arrêter de penser ! Quand à elle, juste, elle pourrait rigoler, ou il pourrait semer le doute, mais elle partirait pas pour ça. Qu'il la force à plus, ok, mais là, on parlait d'embrasser, ce n'était pas la mort. Bon ok et de coucher, mais on y était pas encore.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Give dat Drama'Queen' a candy
Harvey QueenGive dat Drama'Queen' a candy
avatar
Messages : 376
Points : 1359
Date d'inscription : 12/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "jedi master" harvey   Jeu 22 Fév - 20:22


Dernière édition par Harvey Queen le Sam 3 Mar - 23:15, édité 1 fois
jedi master
« TEACH ME HOW TO SHOOT A GUN »
Fort Hope | 19 September 2016

_______________________________________________________________

« Je ne dirai rien, t’inquiète » répondit-il simplement après un petit haussement de sourcils, surpris par la réaction d’Elias. Avait-il peur que ça s’ébruite ? Cette relation avec ce fameux Will ? Certes Harvey n’était pas au courant, mais il ne fallait pas prendre son cas pour une généralité. Ces choses là avaient toujours tendance à lui passer sous le nez, il avait déjà eu du mal à comprendre que Joy était la femme de Logan alors imaginer Elias avec quelqu’un… Ouais, autant dire qu’il ne l’aurait jamais compris de lui-même.

Il y avait quelque chose d’unique dans sa manière de décrire sa relation avec Will. L’écouter parler de son amant arracha un sourire attendri au plus jeune, Elias voulait passer le reste de sa vie avec lui… C’était ça, l’amour ? Le vrai ? Ca n’existait pas que dans les contes sur les princesses et leurs princes charmants ? Harvey n’y avait jamais cru, lui qui avait déjà vu ses parents se déchirer, ses amis rompre, les filles le repousser... Encore et encore. Il ne croyait pas en ce sentiment et pourtant, Elias le faisait douter. Sa sincérité le faisait se questionner, tout comme elle pouvait l’effrayer. L’engagement était un concept qui lui échappait totalement. « Je vois… C’est c’qu’on appelle le coup de foudre non...? » murmura-t-il un peu trop mielleusement en échangeant un nouveau regard en coin à son maître d’arme. Non, il ne se moquait pas de lui, il trouvait ça juste… Mignon. « J’espère que tu lui a dis tout ça en face. Parce qu’y a moyen que ça fasse son petit effet » plaisanta-t-il à nouveau. « Je suis content pour toi Elias... » Et il l’était vraiment. S’il ne croyait pas en ces choses de l’amour, il croyait à l’importance de l’être cher. Le concept de l’amitié forte, comme ce qu’il avait partager avec Kenji, Chuck ou Franklin. On avait tous besoin d’une personne pour ne pas sombrer. Will semblait être cette personne pour Elias. « Vous vous êtes rencontrés comment ? » Ca l’intriguait, de savoir. En fait, il préférait parler de la vie personnelle d’Elias que de la sienne, qui était bien morne à côté de celle de l’asiatique. Des problèmes d’adolescents peu confiant. Ce n’était pas le truc le plus excitant il fallait bien l’avouer.

S’il complexait ? Wooh, c’était bien plus inscrit dans son code génétique que ça. Tellement, qu’il ne pourrait sans doute jamais l’exprimer avec aisance, mais il pouvait toujours essayer, pour Elias. « En fait… Je sais pas. Je peux pas vraiment l’expliquer tu vois. C’est genre... J’aime pas… Qu’on me regarde. C’est tout... » Peut-être qu’il avait peur du jugement, ou de se mettre totalement à nu. Oser s’exposer face à quelqu’un qui pourrait le blesser, alors qu’il avait toujours un genou posé à terre. Ca relevait du suicide. « Quand j’étais gosse… Je voulais pas aller à la piscine... » lui confia-t-il, légèrement anxieux. Inutile de préciser ‘pourquoi’ il ne voulait pas participer à ces cours : le maillot de bain. Il ne lui raconterait jamais sa première expérience à la piscine, il ne voulait plus y repenser. Mais maintenant qu’il avait abordé le sujet, il devait malgré tout terminer : « Du coup… J’ai inventé une excuse de merde... J’ai fait croire à mes parents et aux médecins que le chlore me provoquait des démangeaisons insupportables. Et… Je me suis gratté les jambes jusqu’au sang, pour ne pas y retourner » Harvey était pudibond et pas qu’à moitié. A ce niveau, ce n’était plus un défaut mais bien une maladie. Il le savait et il n’y pouvait rien. Ca ne changerait surement jamais. Il était comme ça.

Et finalement, Astoria arriva dans la discussion. Attentif, il écouta les conseils avisés -ou du moins le ressenti- de son maître d’arme vis à vis de toute cette histoire d’amitié, de demi-soeur et de relation impossible. C’était confus. Il ne comprenait pas bien ce que lui assurait Elias en dépit de ses phrases simples et concises. La seule chose qu’il réussit entièrement à saisir, fut ce qu’il n’osa pas dire, ironie du sort sans doute. Ce terme, qu’Elias laissa en suspens alors qu’il lui expliquait la raison de son inquiétude qui l’avait poussé à aller voir Logan. Will lui faisait ‘ça’, très bien. Il le notait dans un coin de son esprit bien qu’il n’était pas sûr d’être prêt à en savoir plus sur ce qui se faisait entre eux deux. Harvey n’y avait peut-être jamais été confronté, mais il savait de quoi il s’agissait, il avait eu des retours et… Cela était plutôt agréable, soi-disant. Oui. Harvey n’était définitivement pas né pour être à l’aise sur un tel sujet. « Tu veux dire… Qu’elle a bu, parce qu’elle a pas assumé le fait de venir au bal avec moi ? C’est con... Elle pouvait très bien refuser. Je l’ai pas obligé à accepter... » se justifia-t-il les sourcils froncés en tentant se remémorer la manière dont ils en étaient venus à aller au bal ensemble. Astoria paraissait pourtant… Contente, en début de soirée. « Franchement je ne sais pas…» Tout était flou, confus, angoissant… Harvey avait de plus en plus de mal à suivre cette conversation tant sa tête se lançait dans des réflexions intenses. Est-ce qu’il l’aimait ? Est-ce qu’elle l’aimait ? Est-ce qu’ils étaient seulement encore amis ? Est-ce qu’ils seraient un jour plus qu’amis ? Est-ce qu’il était prêt à aimer quelqu’un ? Non, il n’arriverait définitivement pas à calmer ses réflexions. Pas plus qu’il ne parvenait à apaiser son rythme cardiaque qui s’était affolé à la suite de toutes ces paroles. Harvey avait du mal à respirer. Des crampes dans son estomac lui arrachèrent une moue plaintive. Finalement, il stoppa sa marche pour fermer un moment les yeux et poser ses deux mains sur ses hanches comme s’il tentait de regagner son souffle à la suite d’un sprint. « Je crois que je suis juste pas… Je suis pas fait pour ça. Tous ces trucs… Qui parlent de sentiments » Murmura-t-il comme s’il s’agissait d’une honte inavouable. « J’ai toujours eu l’impression… Que c’était grave... D’être 'puceau'. » Ce n’était plus un secret pour personne qu’Harvey l’était. Il avait beau faire comme si ce n’était pas le cas, il ne pouvait pas berner les gens éternellement. « C’est le cas...? Y a un truc qui cloche chez moi…? »

_______________________________________________________________

Made by Neon Demon

_________________
Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3764
Points : 4283
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "jedi master" harvey   Ven 23 Fév - 12:23
Un coup de foudre ? Ma relation avec Will pouvait en être un ? J'en avais aucune idée dans le fond, on avait eu tellement de mal à s'entendre... La faute à notre aveuglement clairement, mais bon... J'avais gardé le silence, jusqu'à ce qu'il ajoute espérer que j'ai pu le dire à Will, affirmant que ça ferait son petit effet. Sans doute. Ca me fit surtout sourire, d'autant plus lorsqu'il avoua être content pour moi. « Je suis pas certain que ce soit un coup de foudre, mais disons qu'inconsciemment, on allait vers l'autre. Et il sait que je l'aime, j'ai peut-être pas été aussi large qu'ici, mais faut le faire espérer. », soufflais-je avant de reprendre, « Merci. », et puis une question, une simple question. Comment nous nous étions rencontrés ? Comment on avait survécu à notre rencontre surtout. « Pendant un gros orage, je me suis réfugié dans le même immeuble que lui. », la suite avait été encore moins sexy, j'en conviens, mais la fin avait été bonne non ?

Il fut alors question d'expliquer pourquoi il se sentait gêné, il n'en savait rien, il se sentait simplement observé, il n'aimait pas au point de refuser d'aller à la piscine en étant jeune, au point d'inventer des maladies, se grattant les jambes à sang pour éviter d'y retourner. Ok, là c'était grave. On pouvait-être complexer, je pouvais le comprendre, mais on était tous fait pareil. « Y'a des gens qui regarderont toujours et après ils oublieront. On est fait pareil, à commencé par toi et moi, bon t'es blanc, je suis jaune, mais ca change rien au reste. », j'avais tenté un peu d'humour, voulant dédramatiser la situation. Il était complexé, on pouvait tous l'être. J'avais été longtemps complexé par ce que j'avais entre les jambes, tout le monde disait que j'étais asiatique et que donc, je ne pouvais qu'en avoir une petite, si bien que quand j'ai enfin fini par coucher avec une femme, j'avais plus de stresse sur le jugement qu'on allait faire de ça qu'autre chose. Résultat, j'étais dans la norme, j'étais pas armé à en faire pleurer des femmes de peur, mais je n'avais aucune raison de me complexer. Mais il fallait se lancer et ça c'était moins évident. « Avec moi ca va sans doute porter à confusion, mais devant Logan, ou d'autre mec, essaie de te mettre en t-shirt, ou torse nu, pas longtemps, mais essaies, tu verras que les gens en feront pas toute une histoire. », les enfants étaient cons, les adultes beaucoup moins, « Tu sais ici, les histoires de gamins on en fait plus autant, si tu couchais avec tout le monde y'aurait des ragots, mais là. Beau gosse ou pas sans ta chemise, désolé de te l'apprendre, mais on s'y arrêtera pas. », on continuerait notre chemin.

Et puis il parla d'elle et il sembla mal comprendre, « Non elle a pas bu car elle a pas assumé de venir avec toi au bal, mais car peut-être, le fait qu'elle t'aime et qu'elle refuse de le dire car vos parents étaient ensemble la dérangeait. C'est différent. Elle avait pas honte d'être avec toi, simplement de ce que vos parents auraient pu penser. C'est différent. », j'étais persuadé qu'ils étaient plus attaché l'un à l'autre qu'ils ne voulaient le croire. M'arrêtant pour le regarder, il semblait paniquer. Ce gosse se mettait beaucoup trop la pression. La preuve, il ne se jugeait pas fait pour ça. Il avait même l'impression que c'était grave d'être puceau. Au point de se demander si quelque chose clochait chez lui. Soupirant alors, je repris, certain que ce gosse me faisait trop parler, « Harvey, on est aux USA, t'as une culture du sexe ici qui est médiatisé. Mais dans la vrai vie, les gens sont souvent tenté de se préserver, coucher c'est pas anodins, si tu le fais sans sentiment, crois moi, c'est nul. », la preuve étant, je n'avais jamais autant prit mon pied qu'avec Will, et c'était car je l'aimais lui, pas les autres. « Je croyais pas être fait pour ça non plus Harvey, j'ai 32 ans et je viens de dire je t'aime pour la première fois. Pour moi être en couple, sortir, tous ça, ca n'avait aucun sens, aucun intérêt. Mais j'ai trouvé un brun assez romantique qui me donne envie de l'être. », il n'avait simplement pas trouvé la personne. « Te refermes pas comme une huître Harvey, le monde part déjà assez en couille comme ça. Acceptes les choses, te poses pas de questions, te prends pas la tête. Tu juges pas être fait pour aimer, ne force pas le destin, ne cherche pas à aimer, si ca doit arriver ca te tombera dessus. On cultive pas l'amour, on se fait toucher par lui. Quand au reste. », m'approchant de lui, je m'abaissais pour être à son niveau, « Coucher ne t'aidera pas plus à accepter tout ce qui se passe, c'est une étape importante ok, mais pas obligatoire. Cherches pas à rentrer dans une norme, dans une case, ca sert à rien. Vis en étant Harvey, pas en étant une copie de ce que le monde veut de toi. Car y'a rien qui cloche chez toi, y'a rien de grave. », ce garçon avait jamais été soutenue j'avais l'impression, il avait eu aucun repère. Et aujourd'hui ça le travaillait.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Give dat Drama'Queen' a candy
Harvey QueenGive dat Drama'Queen' a candy
avatar
Messages : 376
Points : 1359
Date d'inscription : 12/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "jedi master" harvey   Dim 11 Mar - 18:23
jedi master
« TEACH ME HOW TO SHOOT A GUN »
Fort Hope | 19 September 2016

_______________________________________________________________

Ils s'étaient tous deux rencontrés durant un orage. Un parallèle à ces moments passés aux côtés d'Astoria qui craignait les grondements menaçants d'un ciel gris. Comme quoi, parfois, les nouvelles rencontres ne se jouaient pas à grand chose. Et leur histoire restait bien plus sexy qu'un match Tinder sous une fausse identité. « Je vois » souffla-t-il simplement alors qu'un sourire s'était glissé dans un coin de ses lèvres. Une jovialité, bien vite effacée par le fâcheux sujet de sa difficulté à se dénuder devant autrui. Quand Elias l'encouragea vivement à essayer de retirer ne serait-ce que son t-shirt, ses épaules se raidirent inconsciemment. « Devant Logan... » rigola-t-il nerveusement en n'ayant aucun mal à visualiser toute la musculature du Fantôme. Alors ça... C'était tout bonnement impossible et inconcevable. Il essayait de paraître fort devant sa nouvelle figure paternelle, ce n'était pas pour lui montrer un beau jour Ô combien il pouvait être fluet derrière sa montage de tissus. Plutôt mourir, que se retrouver torse nu à côté d'une armoire à glace comme Logan Carter. D'autant plus que les personnes très couvertes attiraient davantage le regard une fois dénudées que les personnes habituellement légèrement vêtues. Un cercle vicieux, dans lequel il était coincé depuis sa plus tendre enfance. « Merci, mais... Je passe mon tour... » murmura-t-il d'une voix serrée en laissant son regard couler sur les environs comme pour chercher une échappatoire face aux regards que lui portait Elias. « Si l'occasion se présente... Je pourrai toujours essayer de voir, oui... » reprit-il en essayant de feinter une certaine détermination. Il fallait au moins une promesse de ce genre pour que le militaire n'insiste pas plus longtemps sur sa pudeur un peu trop appuyée. Et de son côté, qu'il soit asiatique ou non, ça ne changeait pas grand chose, si...? Son meilleur ami Kenji n'avait jamais eu tous ces problèmes là, bien au contraire, il avait toujours été le premier à contracter le biceps dans les vestiaires. Et s'ils devaient être amenés à parler d'attribut - comme amorcé par le plus âgé - via une blague parfaitement malaisante... Non. Il fallait mieux éviter de se lancer sur un tel sujet, la gêne était déjà suffisamment présente ainsi.

Depuis qu'ils avaient passé le portail de Fort Hope, Harvey était définitivement à côté de la plaque. Tellement, qu'Elias dû s'expliquer une seconde fois concernant le bal de fin d'année durant lequel Astoria avait abusé de la boisson. A la manière dont il résolvait le problème, tout portait à croire que la brune l'aimait plus que comme un simple ami, ou un simple demi-frère. Peut-être que de l'extérieur, c'était si évident que ça. Peut-être devrait-il aussi prendre du recul sur cette histoire pour voir ce qu'Elias semblait discerner sans mal. Il n'en savait rien... Tout était si compliqué, dans sa tête, dans son cœur... Il n'arrivait pas à ne plus réfléchir. Il ne parvenait pas à traiter toutes les informations que lui fournissait son maître d'arme. C'était trop personnel, trop intime. La crise d'angoisse finit par couper sa respiration et le stopper dans sa marche déjà bien hasardeuse. Ce n'était que le début de la fin car bien vite, les mots tabous débarquèrent les uns après les autres alors qu'Elias s'était approché de sa position. 'Culture du sexe', 'la vraie vie', 'coucher', 'aimer', 'couple', 'la norme', 'être une copie'. Chacun de ces mots lui donnait l'impression d'essuyer un impact de balle à leur simple audition. Une plainte fila entre ses lèvres tremblantes alors qu'il subissait la deuxième vague du dialogue d'Elias. Il allait finir par le tuer, vraiment. D'un regard profondément peiné, il observa silencieusement le militaire après avoir réussi à reprendre plus ou moins son souffle. Il s'était laissé débordé, il n'avait pas vu tout ça arriver. Dès lors qu'il retrouva une certaine contenance, son visage tout entier se ferma immédiatement pour n'être habité que par une amertume difficilement perceptible. De nouvelles craintes s’immisçaient progressivement dans son esprit ravagé. Et si Elias venait à raconter tout ça à Logan...? Et si Logan apprenait qu'il avait paniqué pour 'un rien'...? Et si on lui retirait son arme à cause de ça...? Si on le jugeait inapte ? Un message d'alerte qui le poussa à se braquer totalement en une fraction de seconde. Il mesurait finalement toute l'étendue de stupide réaction. Astoria avait déterré des choses néfastes pour sa survie. Il devait apprendre à tenir ses hormones en laisse et penser à la vraie raison de sa présence au delà des murs. Ses sessions de tir, l'importance qu'elles représentaient. Ne pas perdre de vue ce pourquoi il avait voulu débuter les entraînements... Ce n'était pas pour draguer plus facilement. Ce n'était pas pour apprendre à plaire. Ce n'était pas pour se la jouer auprès des autres. D'un mouvement de main, il signifia au plus âgé qu'il allait mieux pour se redresser complètement et prendre une profonde inspiration salvatrice avant de lui accorder un sourire parfaitement faux. Le regard quant à lui, toujours aussi fuyant. Quelques secondes supplémentaires à réorganiser ses pensées et Harvey serait de nouveau parfaitement opérationnel.

« Tout ce que tu dis était vrai avant... Mais est-ce que ça l'est toujours de nos jours... ? Je veux dire... Je suis pas sûr de réussir à atteindre mes 32 ans. Le temps joue en notre défaveur. » fit-il remarquer alors qu'il lui avait dit de ne pas se forcer, de laisser du temps au temps. Peut-être que coucher pour coucher n'allait pas l'aider à accepter ses problèmes, mais... Peut-être que ça restait quelque chose qu'il voulait expérimenter avant de mourir. Si les gens se livraient à ce genre d'activité, c'est que c'était forcément appréciable, non ? Plutôt que revenir sur le sujet de la luxure, il fronça simplement les sourcils pour sauter volontairement tout ce qui concernait le sexe. Le chapitre était trop sensible, il ne voulait pas une nouvelle fois se laisser chambouler par les aveux d'Elias. Autant essayer de se concentrer sur son dernier conseil : celui de vivre en étant Harvey et personne d'autre. L'asiatique avait beau lui dire que rien de grave ne clochait chez lui, il ne goberait pas ce dernier compliment. Il suffisait de voir la scène qu'il venait de lui offrir pour comprendre qu'au contraire, pas mal de choses clochaient chez lui. Harvey avait beau faire tous les efforts du monde pour le cacher, pour le nier, il ne parvenait pas à conserver sous l'eau la totalité de la face cachée de l’iceberg. « Avant... Je voulais ressembler à mes potes, pour être aussi cool, aussi drôle. Après j'ai voulu ressembler à Isha, pour sa force et sa détermination. Et actuellement je me dis que j'aimerais être comme toi. Avoir ton assurance et ta confiance. Je pense juste... Que certaines personnes sont nées pour être des copies, c'est comme ça. Mieux vaut l'accepter assez rapidement. J'pense pas que s'berner d'illusions est une bonne chose. » avoua-t-il d'une voix qui se voulait placide, mais à travers laquelle il était possible de desceller une pointe de chagrin. Il était inutile de rester plus longtemps fixe, la route devait sans doute être encore longue. Harvey relança donc la marche après s'être gratté furtivement la joue. « Alors oui. Je sais pas qui je suis. Mais je sais ce que je veux. » reprit-il cette fois-ci d'un ton bien plus ferme en échangeant un regard en coin à Elias. Rien de très appuyé, juste une œillade de l'ordre de la seconde avant de reporter son regard sur le chemin qu'ils empruntaient. « Et c'est clairement pas de l'amour. » Cela faisait deux semaines qu'il avait retrouvé Astoria et elle lui avait déjà complètement retourné le cerveau. Après réflexion, elle l'avait fait régresser. Son lui d'avant qu'il pensait mort depuis des mois avait resurgi de nul part. Il n'en voulait plus, de ce 'lui' là, qui avait mené tous ses amis au casse-pipe. Il ne fallait pas qu'il se laisse influencer aussi aisément. Il devait garder en tête son objectif : « On est encore loin ? Tu m'as pas dit où on allait exactement. »

_______________________________________________________________

Made by Neon Demon

_________________
Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3764
Points : 4283
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "jedi master" harvey   Mar 13 Mar - 9:47
>Harvey était plus complexé que je ne l’aurais cru au final, et je n’aurais pas cru que Logan soit en quelque sorte celui qui aurait ruiné mes tentative. Quoi que… Je ne disais pas que j’étais maigre, plus sec qu’avant oui, mais je restais musclé, sans doute un peu trop pour sauver les apparence, mes hanches apparaissaient d’elle-même, ma clavicule était visible et c’était aussi le cas de Logan. Il était un monstre de muscle, certes, mais je pense surtout qu’il n’avait rien à voir avec avant. Il avait les poignets plus marqué, le visage creusé malgré la barbe. Il n’était qu’une illusion lui aussi. Simplement, il fallait dépasser le fait qu’il soit grand. Personne ici n’était taillé comme un mannequin ou un catcheur, tout le monde avait des séquelles. Il devait le savoir. J’avais fait machine arrière dans le fond, il semblait de plus en plus tendu alors que je ne voulais que l’aider. Finalement, il jugeait ce que j’avais dit vrai avant, mais il n’était pas sur d’atteindre ses 32 ans et le temps jouait contre lui… Il n’avait pas faux dans le fond, il ne vivrait sans doute pas jusque là, mais je n’avais sans doute pas plus de temps devant moi non plus… « Du coup ça justifie que tu doives coucher avec quelqu’un car tu vas pas atteindre mon âge ? On peut dire je t’aime à 32 ans, comme à 15 ans, c’est pas une question d’âge, c’est une question de réciprocité. », l’on ne pouvait pas être définie par quelque chose, il fallait être simplement apte à comprendre que l’amour c’était bien, mais que vivre pour le trouver non. Il devait vivre pour lui, pour celui qu’il voulait être, rien de plus. Mais Harvey ne semblait pas être ce genre de type. Il avait voulu ressemblé à ses potes pour être cool, puis à Isha pour sa force et sa détermination et aujourd’hui il voudrait me ressembler à moi, pour mon assurance et ma confiance. J’aurais bien voulu rire, mais il ne m’en laissa pas l’occasion, jugeant qu’il était né pour être une copies et il était préférable de l’accepter que de se voiler la face.

« Je te disais pas de trouver l’amour, simplement je t’aidais à comprendre des choses. », des choses qu’il rejetait visiblement. Et pas qu’un peu. « Tu me vois avec des grands yeux, tu penses que je suis assuré, plein de confiance, mais c’est faux. Je l’étais peut-être avant, mais aujourd’hui je fais juste semblant, parce que j’ai pas le choix, car je dois rassurer les gens, mais j’ai peur, peur de perdre des personnes, peur d’échouer. », peur de me réveiller un jour et de réaliser que tout venait de s’écrouler, que tout finirait par disparaitre. J’avais peur, c’était ça la vérité, ça qui me maintenait réveillé, ça qui me faisait avoir les pires cauchemars que je pus vivre. Je n’étais pas infaillible, loin de là. « Je n’ai pas à te forcer, tu finiras par te trouver tout seul et tu verras que tu vaux sans doute mieux que tes amis, qu’Isha ou moi. », ses amis avaient du faire des conneries, Isha c’était certain et moi… Disons qu’avec mon passé, je n’étais pas un modèle de réussite, ni un véritable guide.

Baissant la tête, j’avançais un peu plus amère sans doute, car ce gosse était perdu et que je ne pouvais pas l’aider vraiment, ce ne fut que ca question qui me ramenait sur terre. Étions nous encore loin. « Tu vois le store à 500 mètres ? On va aller sur le toit, aux dernières nouvelles la rue est pleine de cible mouvante. », il n’aurait qu’à tirer en étant en sécurité. Rien de plus. Je n’avais pas envie de lui faire risquer sa vie, et je n’étais pas certain non plus d’être le plus attentif et réactif en cet instant, alors je n’allais pas tenter le diable, croyez moi. J’allais sagement rester à ma place et éviter de m’exposer davantage. Eviter de l’exposer lui davantage. « On verra si tu sais économiser tes balles. », ajoutais-je, définitivement trop attaché aux tires groupés pour que cela ne devienne pas aussi visible.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Give dat Drama'Queen' a candy
Harvey QueenGive dat Drama'Queen' a candy
avatar
Messages : 376
Points : 1359
Date d'inscription : 12/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "jedi master" harvey   Dim 1 Avr - 1:14
jedi master
« TEACH ME HOW TO SHOOT A GUN »
Fort Hope | 19 September 2016

_______________________________________________________________

Elias l’avait complètement perdu. Entre ce qu’il devait faire, ce qu’il était préférable de ne pas faire, ce qu’Elias lui avait fait et ce qu’il faudrait faire à l’avenir, il ne savait tout simplement plus où donner de la tête. Les choses étaient trop complexes. Tous deux s’étaient sans doute mal expliqués. Mais était-ce stupide comme raisonnement, que de vouloir coucher avec quelqu’un par peur de mourir demain sans savoir ce qu’il en retournait ? Brenda avait eu ce raisonnement, pourquoi lui ne l’aurait-il pas quelques heures avant sa mort ? Elle avait eu peur de mourir dans l’ignorance, ce qui signifiait qu’elle était morte dans la peur. Harvey voulait-il disparaître de la même façon, dans les mêmes regrets ? Pour monter une relation, parler d’amour, il fallait y consacrer du temps. Une chose rare que le plus jeune ne possédait tout simplement pas. Il ne pouvait et ne voulait pas se lancer là-dedans... Il ne voulait pas s’attacher à quelqu’un qui pourrait mourir, il n’avait pas le courage d’Elias, ou de Logan. Ses questions étaient donc en réalité simples : “est-ce que tu me conseillerais de coucher avec quelqu’un que je n’aime pas, juste pour savoir ce que ça fait ? Et est-ce que je passerais à côté de quelque chose, si je continuais de m'abstenir ?” il était trop tard pour éviter le sujet, trop tard pour faire preuve de pudeur. Une fois ces réponses éclaircies, Harvey parviendrait à mieux se positionner vis à vis de ce problème qui le rongeait de l’intérieur. Poser ce genre de questions en faisant abstraction du facteur émotionnel n’était peut-être pas des plus appropriés alors qu’Elias vivait actuellement le grand amour avec Will, mais cette réciprocité dont il faisait allusion, ce n’était pas à la portée de tous. Il ne pourrait pas trouver l’amour. Il ne l’avait jamais trouvé avant l’apocalypse quand il était encore ‘aisé’ de le faire, alors aujourd’hui, dans un monde en ruine ou les personnes de son âge se faisaient de plus en plus rares… C’était tout bonnement inconcevable. De plus la survie occupait une trop grande partie de son esprit. Elias avait réussi mais lui, n'y parviendrait pas.

Portant son regard inquiet sur l'adulte à côté de lui, il resta silencieux face à sa réponse. Celle concernant la vision soi-disant idéalisée qu’il conservait de lui. Elias avait beau lui dire qu’il se trompait, n’était-ce pas déjà là une preuve de sagesse que de reconnaître ouvertement ses défauts ? Harvey lui, en était incapable. Apprendre qu’Elias ressentait de la peur ne changeait pas le moins du monde l’image forte qu’il avait de lui : “C’est normal d’avoir peur. On a tous peur. Ça ne fait pas pour autant de toi quelqu’un de moins fiable” dit-il calmement en reportant son regard sur la route, un sourire étirant discrètement ses lèvres : “ne dit-on pas qu’il n’existe pas de courage sans peur ?” oh oui, que cette phrase était clichée et pourtant, Harvey y croyait dur comme fer. Elias semblait pourtant soudainement si morose… Était-ce à cause de lui et ses crises de paniques ? Du sujet des relations sexuelles et de l’amour le vrai ? Ou encore de lui et ses répliques toujours pessimistes...? Il n’avait pas voulu lui plomber le moral. D’une légère tape amicale, semblable à un petit coup de poing contre l’une de ses épaules, il s’efforça à son tour de paraître totalement à l’aise. “Fais pas cette tête d’enterrement. J’ai connu pire tu sais. On a tous connu pire.” Qu’Elias profite de son histoire avec Will sans se soucier du reste ou de ce qu’Harvey vivait de son côté. Logan lui avait demandé de lui apprendre à tirer, pas de jouer les psychologues. Il n’avait pas besoin de s’infliger ça. Le plus jeune se débrouillerait seul pour comprendre et gérer ses hormones.

Toujours en marche vers le lieu de tir, l’asiatique finit par lui donner les détails de la sortie. D’un plissement de paupières excessif en direction du bâtiment désigné, il lâcha un petit “ok” avant de sentir l’excitation monter en lui à l’idée de passer enfin aux choses sérieuses. “Watashi wa senmonka desu” prononça-t-il de sa voix rauque à l’égard de son maître d’arme, bombant légèrement le torse pour se donner un air assuré. Autrement dit, il n’avait rien à craindre quant à ses économies de balles, car Harvey était un expert en la matière. Tout du moins, il aimait s’en vanter. Si la théorie ne lui posait aucun problème, la pratique elle, avait son lot d’aléas parfois contraignantes. Dans tous les cas, Harvey ferait de son mieux pour ne pas le décevoir. Une technique comme une autre pour essayer de se faire également pardonner pour cette longue et éprouvante discussion qu’ils avaient eu. Direction le fameux toit.

_______________________________________________________________

Made by Neon Demon

_________________
Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3764
Points : 4283
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "jedi master" harvey   Mer 4 Avr - 16:19
Lui conseiller de coucher sans sentiment ? Juste pour savoir ? Juste pour ne pas passer à côté de quelque chose ? C’était une question bien difficile en vérité, une question qui me confirmait que je n’étais pas forcement le mieux placé pour répondre. Après tout j’avais couché plus par principe que par envie de partager quelque chose avec quelqu’un. Je pense dans le fond que Will aurait peut-être était le mieux placé pour répondre, mais je ne savais pas comment lui dire ça. Ca dépendait tellement des gens, des sensibilités de chacun… « Si tu n’aimes pas la personne tu n’arriveras déjà pas à… Enfin ça sera plus difficile, clairement pas intéressant. », et ça ne donnerait pas envie de recommencer surtout. « Faut que t’apprécie la personne, mentalement ou physiquement, après je peux pas te dire couches pour voir, c’est à toi de savoir si t’as envie de le faire sans sentiment ou avec. Je peux pas te dire, ni prendre, une telle décision pour toi Harvey, c’est trop important. », et je doutais qu’il puisse enchainer les conquêtes, non pas qu’il n’avait pas le physique, attention, simplement, il était gentil, du genre à pas vouloir blesser et si on veut enchainer, il faut briser quelques coeurs. Il ne devait pas prendre exemple sur moi, j’étais loin d’être un modèle à suivre, j’étais loin d’être ce qu’il pouvait croire. Mais pour lui c’était normal, il fallait avoir peur, mais ça ne nous rendait pas moins fiable. Baissant les yeux, je n’allais pas tourner autour du pot très longtemps, il devait comprendre, « Je t’apprends à te défendre, mais moi j’ai apprit à tuer, c’est différent. Si ma peur venait à prendre le contrôle, si quelqu’un levait un doigt sur toi, Logan… Will… Je peux t’assurer que il ne serait pas question de se défendre, mais bien de blesser l’autre au point de le faire souffrir, de lui faire regretter d’avoir osé s’en prendre à quelqu’un que je protège et sa mort serait longue et douloureuse… Et il ne serait pas question de courage Harvey… Alors ne fais pas de moi un héros, je ne fais que me racheter, rien de plus. », les poings serraient, j’avais commencé à me fermer, d’autant que son discours n’était pas pour me faire avancer. Je ne sais pas pourquoi aussi je m’étais mit en tête de lui faire croire que j’était un malade mentale. J’allais lui faire peur avec mes conneries.

Et puis je lui désignais ou on allait et il eut des mots que me firent relever les yeux. Il était vrai qu’il parlait Japonais, j’avais tendance à l’oublier, ce qui était dommage car il était bien le dernier avec qui je pourrais pratiquer mon Japonais, souriant à ses mots, « Anata wa sempaidesu, watashi wa senseidesu. », soufflais-je avec un sourire, le recadrant gentiment sur le fait qu’il demeurait toujours l’élève de son maitre, aussi bon soit-il. « Watashi wa anata o tokuininaru desu. », oui, j’étais excessivement fier de lui, il venait de loin et aujourd’hui je ne me faisais aucun doute sur sa réussite. Même si il était souvent paumé, qu’il pensait encore comme un gosse, j’étais fier de son avancé. Certes je ne lui ferais pas encore confiance en mission, plus par peur qu’il laisse ses angoisses le contrôler, mais il avait gagné mon respect depuis longtemps. « On va voir si t’es meilleur que Logan en tire de groupe… Quoi que c’est pas dur, mais je t’ai jamais dit ça ok ? », déclarais-je pour détendre à nouveau l’atmosphère, pour mettre derrière moi le fait que je sois un grand psychopathe incapable de gérer un gosse en plein questionnement.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Give dat Drama'Queen' a candy
Harvey QueenGive dat Drama'Queen' a candy
avatar
Messages : 376
Points : 1359
Date d'inscription : 12/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "jedi master" harvey   Mer 11 Avr - 1:48
jedi master
« TEACH ME HOW TO SHOOT A GUN »
Fort Hope | 19 September 2016

_______________________________________________________________

“Oh” - souffla-t-il timidement, après qu’Elias lui ait confié que si sentiments il n’y avait pas, difficile pour lui il serait d’être… Prêt ou en condition, pour le faire. Était-ce évident ? Car ça sonnait comme une évidence de la bouche de l’asiatique. Une évidence à laquelle Harvey n’avait jamais songé. Il n’était définitivement pas fait pour ce genre de choses... Baissant les yeux, gêné par sa question, il le laissa terminer et ce qu’il lui affirma sur la fin eu raison du peu d’assurance qui lui restait encore. Ce n’était pas à lui, Elias, de décider de ces choses là. Harvey devrait prendre sa propre décision. Malheureusement, prendre des décisions, organiser des choses, le plus jeune n’avait jamais excellé dans ce domaine. Harvey était un exécutant. Plus l’ordre était précis, plus la réalisation était de qualité. “Il ne reste plus qu’à attendre que la personne qui fera vibrer mon coeur pointe le bout de son nez à Fort Hope alors” soupira-t-il simplement, sans parvenir à cacher une pointe de déception. Si aucune solution miracle n’était ressortie de leur échange, il avait au moins pu s’exprimer sur le sujet et dégrossir le problème, grâce à Elias. Et sur un point, il avait entièrement raison : il ne fallait pas qu’il brûle les étapes. Harvey savait à peine embrasser, pour n’avoir échangé une telle douceur qu’avec Brenda, une fois, il y plus d’un an et demi. Alors parler de passer à l’acte avant même de savoir déposer ses lèvres sur celles d’une autre personne… C’était peut-être un peu extravagant de sa part.

Le ton de la conversation gagna en gravité quand qu’Elias se mit à lui expliquer la différence entre recevoir un enseignement pour tuer et un enseignement pour protéger. Bien que ses phrases s’assombrissaient au fil de son monologue, Harvey s’efforçait de retenir la leçon qu’il était en train de lui dispenser. Jusqu’à ce qu’il se mette à tenir le discours d’un parfait tortionnaire. S’arrêtant de marcher, il observa silencieusement Elias terminer avant de laisser ses paupières se plisser avec lenteur. Etait-il réellement en train de lui faire comprendre qu’il avait déjà torturé quelqu’un ? Qu’il y avait pris du plaisir ? Logan était au courant de tout ça ? Sans doute… Quel serait l'intérêt de raconter une telle chose au gamin qu’il était, si ce n’était que pour le tester ? Oui. Ça devait être ça, un nouveau test qu’il lui faisait passer. Un test qu’il allait passer haut la main. “Qu’est-ce que tu essaies de faire ?” -murmura-t-il alors, plus sceptique que jamais à la suite de ce discours qui sonnait bien étrangement à ses oreilles. “De me faire peur ?” le questionna-t-il en haussant les sourcils pour appuyer un peu plus toute l’ironie qui pouvait découler de cette situation. “Désolé de briser tous tes rêves, mais des psychopathes, j’en ai côtoyé suffisamment depuis le début de l’épidémie pour savoir que tu n’en aies pas un Elias.” Le Fossoyeur et ses hommes, Joshua, les cannibales, les tarés dans la rue… Robin. “Tu sais… Je voyais Isha comme un héros aussi. Et pourtant… Logan, toi, moi… On sait très bien ce qu’il en était vraiment. Je l’ai vu faire des choses… Je l’ai vu dans certains états seconds… On va dire… Que ma définition de ‘héros’ est assez large, ça englobe aussi les anti-héros” avoua-t-il en haussant les épaules. S’il devait avoir peur de son maître d’arme ? Harvey n’était même plus sûr d’être en mesure d’avoir encore peur de quelque chose d’autre aujourd’hui, que parler de sexe. Ce manque de prudence s’était d’ailleurs peu à peu retranscrit par une imprudence parfois embêtante. Mais là n’était pas le sujet, les propos d’Elias ne lui faisaient ni chaud ni froid, peut-être car Harvey aussi, avait sa part d’idées noires dans un coin de sa tête. “Ok, tu m’apprends à me protéger. Mais ça ne veut pas forcément dire que je n’utiliserais pas ton enseignement pour tuer. On t’a appris à tuer, très bien. Mais ça ne veut pas forcément dire que tu n’as pas utilisé ton enseignement pour protéger.” Elias voulait lui faire comprendre qu’il était dangereux, qu’il pouvait avoir des réactions brutales, très bien. Mais Harvey voulait lui faire comprendre que ce genre de choses marchaient dans les deux sens. “C’est pour ça qu’il y a des règles” finit-il par rajouter. Ces règles, qu’il interprétait aujourd’hui comme des principes de vies à appliquer au quotidien.

Reprenant la marche, leur échange s’adoucit à nouveau alors que le japonais vint faire frétiller leur langue engourdie. Elias était le seul avec qui il pouvait entretenir ses connaissances sur la culture nippone qu’il chérissait tant. Et à chaque fois, le plaisir était grand. Il y avait des tas de compliments que l’on pouvait offrir aux gens, sur leur physique, sur leur caractère, leur investissement… Mais entendre de ses tuteurs qu’ils étaient fiers de lui, de sa progression, restait la plus belle preuve d’affection et de reconnaissance que l’on pouvait lui faire. Car Harvey ne vivait plus que pour ça, les rendre fiers, rendre honneur au mal qu’ils se donnaient tous pour faire de lui une meilleure personne qu’il n’était en arrivant à Fort Hope. Le regard ancré dans celui d’Elias, il laissa un sourire habiller ses lèvres, le cœur plus léger que jamais. Elias n’était pas quelqu’un de mauvais, il était un modèle à suivre.

Enfin au pied du bâtiment choisi par le plus âgé comme spot pour le cours d’aujourd’hui, Harvey dégaina son arme blanche pour laisser Elias décider de la suite. A savoir, entrer à l'intérieur pour atteindre le toit et donc, nettoyer les possibles morts rôdants à l’intérieur. Le programme quant à lui, fut un peu plus détaillé. Des tirs de groupe, du haut d’un bâtiment, sur des cibles en mouvement ? Harvey aurait mieux fait de rester au lit. Il existait des exercices difficiles, qu’il était pourtant possible de surmonter avec de la persévérance. Mais tous les trucs les plus complexes réunis dans un seul exercice, ça promettait de grands moments de frustration. Apprendre que Logan lui-même n’excellait pas dans cet art le soulageait d’un poids, même s’il ne s’agissait que d’une taquinerie. Sans mal, il parvenait à imaginer le géant prendre la mouche face à ces armes à feu 'peu fiables'. “Tu n’as rien à craindre. Ça sera simplement répété, déformé et amplifié” - lui assura-t-il avec toute la sincérité au monde avant de lui échanger un sourire complice.

_______________________________________________________________

Made by Neon Demon

_________________
Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3764
Points : 4283
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "jedi master" harvey   Lun 16 Avr - 9:55
Attendre et trouver la bonne personne, ou avoir tout simplement l’envie. Vraiment. Pas juste ce laisser convaincre. Will pourrait parfaitement lui en parler, il avait couché avec une fille car on avait attendu ça de lui, et finalement ça avait été tout sauf agréable. Ce que je pouvais comprendre et je ne souhaitais pas la même chose à Harvey. Me contentant de sourire avec douceur, j’avais fini par laisser la discussion s’assombrir, parlant du fait que les héros ne l’était pas, prenant aussi conscience que c’était un contre emploi. Harvey se demanda même ce qui se passait. Demandant si je cherchais à lui faire peur avant qu’il ne souligne qu’il avait fréquenté suffisamment de psychopathe depuis le début de l’épidémie pour savoir que je n’en étais pas un. Je ne me jugeais pas non plus comme tel, j’étais simplement capable du pire pour ceux faisant naitre le meilleur en moi. Mais je voyais ou il voulait en venir. Je comprenais ce qu’il voulait dire. Mais je ne voulais pas qu’il se définisse à travers nous quand nous n’étions pas aussi gentil qu’il ne le croyait. Nous n’étions pas des exemples à suivre, des personnes que l’on souhaiteraient être. Gardant le silence, je fus surprit de l’entendre reprendre, de l’entendre me dire qu’il utiliserait peut-être mon enseignement pour tuer, et que moi, malgré mes connaissances, je pouvais protéger les autres. « Ce que je voulais te dire c’est qu’on est pas tous des modèles et que tu es sans doute bien plus intelligent que nous. », j’avais tenté de reprendre de la légèreté, ici comme ailleurs avant de reprendre notre route.

Je voulais le faire tirer et réfléchir, chose que Logan avait eu du mal à faire et que je lui avais confié en m’arrêtant devant le bâtiment. Souriant et devant retenir un rire à son commentaire, je lui demandais, « Tu crois que Logan va écouter qui ? Son meilleur ami gay ou toi ? », faisant le tour pour trouver une échelle, je montais sans soucis sur le toit avant d’avancer vers le bords et de m’asseoir sur ce dernier. Je n’avais pas peur du vide, encore heureux sinon je n’aurais jamais pu être un sniper. Lançant quelques cailloux présent ici - sans doute du à une tempête - sur les voitures en bas, je m’assurais de faire le plus de bruit pour réveiller nos amis mort. C’est à ce moment là que je lui tendis mon fusil après l’avoir retiré d’autour de mon cou. « Du coup le but c’est d’en tuer deux d’un coup au minimum. », commençais-je à dire avant de regarder comment tout le monde avancé. « Mise en situation, tu dois dégager la route pour faire passer un convois, plus tu économises, plus vous pourrez aller loin. », j’avais préféré lui donner un contexte, pour qu’il comprenne pourquoi je lui demandais ça. C’était pas juste uniquement pour l’emmerder, simplement, dans certains cas, savoir économiser était une bonne chose, ça permettait d’aller de l’avant plus facilement. Sur des humains, sans une armes comme la mienne, ca serait plus compliqué, là, les corps commençaient à pourrir, il était plus facile de les éliminer.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Give dat Drama'Queen' a candy
Harvey QueenGive dat Drama'Queen' a candy
avatar
Messages : 376
Points : 1359
Date d'inscription : 12/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "jedi master" harvey   Lun 3 Sep - 16:05
jedi master
« TEACH ME HOW TO SHOOT A GUN »
Fort Hope | 19 September 2016

_______________________________________________________________

Entendre Elias lui dire qu‘il était sans doute bien plus intelligent que ses nombreux tuteurs lui arracha un rire sincèrement amusé. Il était peut-être naïf, mais pas au point de gober ce genre de flatteries... Du moins, jusqu’à ce qu’il remarque la gravité du plus âgé. “Ah. Mais t’es sérieux...?” souffla-t-il, perdu et décontenancé. Il était pourtant loin d’avoir un gros QI. Il n’avait jamais fait d’études avant la fin de l'apocalypse, manquait cruellement de culture générale sur bien des sujets et malgré ça, Elias lui disait qu’il était plus intelligent...? Il y avait anguille sous roche. Harvey n’y croyait définitivement pas. Ça devait forcément être une petite pique à son égard, il ne voyait que ça. “Je fais de mon mieux, pour pas trop vous décevoir” se contenta-t-il d’ajouter sans prendre la peine de cacher son côté bougon qui venait de refaire surface. Il voulait juste les rendre fier et un haussement d’épaules vint renforcer un peu plus ses paroles d’adolescent renfrogné.

Toujours sur les talons d’Elias, il grimpa à son tour l’échelle qui menait jusqu’au toit : “Tu crois que Logan va écouter qui ? Son petit-fils-adoré-adoptif-dépressif, ou son meilleur ami bisexuel qui se dit être gay simplement parce qu’il a eu une aventure avec un seul et unique homme de sa vie ?” ça se valait après tout… Non ? S’époussetant le jean une fois au point de rendez-vous, il lâcha un petit souffle d’effort avant de poser ses deux mains sur ses hanches. “On pourrait être surpris de la réponse. Mais… Que ça reste entre nous. Ne lui dit pas…” qu’il se considérait comme son petit fils adoptif ? Vu la scène qu’il lui avait piqué quelques mois plus tôt, en insistant sur le fait qu’il ne faisait pas partie de la “famille Carter”... Autant éviter de crier sur tous les toits son besoin d’appartenir aujourd’hui à cette fameuse meute. “Tu m’as compris” trancha-t-il en s’approchant du bord pour regarder Elias balancer des cailloux sur leurs amis les rôdeurs. Ils n’étaient pas bien nombreux. Ni bien réactifs… En toucher deux d’un coup ne devrait pas être trop difficile. Surtout qu’il n’y avait aucune pression extérieure. Tant qu’il pouvait prendre son temps pour réfléchir et tirer, la difficulté serait moindre. “Facile” dit-il alors en prenant le fusil que lui tendait Elias pour regarder le nombre de balles restant dans le chargeur avant de retirer la sécurité.

Un œil en face de la lunette de visée, la crosse coincée contre son épaule, il resta un long moment immobile et concentré sur les déplacements des morts. Attendant patiemment une occasion en or de pouvoir en supprimer deux d’un coup, il prit une légère inspiration : “Comment… Vous avez décidé… De qui serait sous qui…?” demanda-t-il faiblement, d’un timbre de voix absent qui témoignait de sa concentration. “Genre… Ça s’est fait à la courte paille...?” C’était toujours une question qu’il s’était posé sur les couples homosexuels. Déjà qu’il ne s’y connaissait pas réellement en liaisons d’hétéros… D’une petite pression de l’index sur la queue de détente, la première balle détonna bruyamment pour briser le silence des lieux. Transperçant la boite crânienne d’un premier mort pour continuer sa route dans la mâchoire d’un second, ce dernier ne chutant pas comme son compère. Pestant silencieusement entre ses dents, Harvey se repositionna pour préparer sa seconde balle. L’avantage d’une telle détonation, c’est que la plupart des rôdeurs du coin marchaient à présent dans leur direction. Les opportunités de brochettes se révèlaient bien plus grandes et la seconde balle emporta cette fois-ci deux puants d'un seul sifflement creux.

_______________________________________________________________

Made by Neon Demon

_________________
Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3764
Points : 4283
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "jedi master" harvey   Mar 4 Sep - 10:33
« Tu ne nous déçois pas… », soufflais-je lorsqu'il s'inquiéta que ce soit le cas. Montant sur le toit, Harvey ne se démonta pas à mes mots, les retournant même contre moi. Qui de lui ou de moi Logan écouterait. Non, qui de son petit fils chéri ou de son meilleur ami, présumé gay trouverait grâce à ses yeux. Levant les yeux aux ciel, je reportais mon attention sur l'adolescent, un léger sourire aux lèvres, « Une aventure ? C'est plus qu'une aventure Harvey et y'a beaucoup trop de sexe pour que ce soit si secondaire. », et beaucoup trop de sentiment aussi, même si c'était encore particulier et difficile à appréhender. Will était celui qui rendrait les choses différentes quelque soit le contexte à présent. Ce n'était plus aussi simple. Plus aussi secondaire. Reportant mon attention sur ce qu'on était venu faire, je lui donnais quelques instructions sur comment faire, du moins sur la situation que je lui imposerais. Économiser ses balles n'avait rien de très compliqué quand on était patient, ce qui pouvait se révéler plus compliqué pour certaines personnes. Harvey n'en faisait pas partie, bien qu'il soit encore jeune, il avait une certaine maturité certainement du à cet environnement. A cette fin du monde.

Et alors que je m'attendais à entendre une balle partir, il me posa une question pour le moins étonnante. Comment avions nous décidé qui serait en dessous de l'autre ? Sa proposition de choix me fit sourire, même si très clairement, ce n'était pas le genre de chose que j'aurais demandé, même si inconsciemment, j'aurais pu y penser. Attendant qu'il tire, il réussit à en toucher deux, mais un seul mourut, il avait su les toucher. « Quand tu découvriras ta prostate, je peux t'assurer que ta position importera peu. », très clairement, mais il fallait dépasser les gênes et les douleurs du début et ça c'était moins évident. « Mais disons que Will est le plus expérimenté de nous deux et que pour le bien de nous deux il est préférable qu'il s'en charge. », d'autant que j'y trouvais clairement mon compte, « Et j'ai jamais autant prit mon pied. », même si soyons honnête, les début avaient été laborieux, c'était à présent du passé et je ne me plaignais plus de rien.

Harvey avait quant à lui réussit à éliminer deux rodeurs d'un coup, ce qui était une très nette progression. « Essaies de recommencer une fois et si t'y arrives on pourra rentrer. », soufflais-je en réalisant qu'au final on avait un peu trop parlé de sexe, ce que je n'aurais pas cru possible vu les réticences générales d'Harvey à ce sujet. Mais ça restait un ado qui avait forcément des questions et c'était à moi d'y répondre, même si soyons honnête, lui avouer que coucher avec un mec était une meilleure expérience que le faire avec une femme était clairement lui compliqué la vie.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Give dat Drama'Queen' a candy
Harvey QueenGive dat Drama'Queen' a candy
avatar
Messages : 376
Points : 1359
Date d'inscription : 12/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "jedi master" harvey   Mar 4 Sep - 11:54
jedi master
« TEACH ME HOW TO SHOOT A GUN »
Fort Hope | 19 September 2016

_______________________________________________________________

‘Pour le moment’ - aurait-il aimé ajouter quand Elias essaya de le rassurer, lui affirmant qu’il ne décevait personne. Étant loin d’être l’exemple même de la perfection, une de ses accusations salées finirait bien par bousculer leur petite tranquillité. Car Harvey était doué pour ces choses là, pour faire culpabiliser les gens. Le comportement qu’il avait adopté avec Joey et Maddie après la mort d’Isha suffisait à mesurer toute l’insolence dont il était capable lorsqu’il se sentait blessé ou mis en danger. Hochant simplement la tête, il garda le silence pour mieux se concentrer sur les rôdeurs en contrebas. Ce qui était loin d’être gagné au vu du nouveau sujet qu’Harvey avait eu le malheur de lancer.

Il était fouineur de nature, mais regrettait peut-être un peu cette curiosité mal placée. Celle de vouloir en savoir toujours un peu plus, comme quand Elias lui confia que ses ébats avec Will étaient du genre réguliers. Très bien… Mais régulier comment ? En voilà une nouvelle question… “Vous… Le faites tous les jours…? hasarda-t-il de plus en plus mal à l’aise, l’oeil toujours placé devant le viseur. Ca lui semblait… Énorme, comme quota, non ? Ou peut-être que c’était normal dans un couple… Maintenant qu’il s’était embourbé jusqu’aux genoux dans un sujet qui le dépassait totalement, Harvey avait envie de lui balancer toutes ses interrogations un peu obscures. Combien de temps ça durait, la taille avait-elle une importance... ? “Je vois… Et c’est long…? En durée, je veux dire...” souffla-t-il faiblement, faussement assuré alors que le mot prostate venait d’être lancé à son plus grand dam. La prostate.. C’était bien ce qu’il pensait ? “Bah du coup… Sans doute jamais… Vu que… Tu sais… Je suis pas gay, moi...” murmura-t-il tout aussi faiblement, la voix peut-être un peu trop étriquée. Une montée de sueur froide glissant le long de sa colonne. “Ah… Ouais… Bah, cool..” fut ensuite sa réaction quand Elias fit preuve d’un peu plus d’honnêteté sur ce qu’il ressentait en… Durant ses moments intimes, avec Will. Pour le coup, c’était définitif, Harvey regrettait d’avoir relancé le sujet. Son coeur battait si fortement dans sa poitrine qu’une douleur au niveau de son torse aurait pu y naître.

S’il touchait une dernière fois deux cibles, ils rentreraient. Bonne ou mauvaise nouvelle, il n’aurait su le dire. L’envie de rater son tir était omniprésente, car il chérissait plus que tout au monde ces moments aux côtés d’Elias, loin du camp. Mais ne pas réussir l'exercice revenait également à ne pas briller devant son tuteur. Baissant un moment le regard, indécis et égaré dans sa propre réflexion, Harvey finit par reprendre fermement l’arme en main pour chercher la brochette parfaite. Une petite trentaine de secondes plus tard, une nouvelle détonation s’éleva entre les bâtiments démolis de Détroit, pour emporter avec elle deux nouveaux rôdeurs. Doucement et sans déposer son regard dans celui de l’asiatique, il lui tendit l’arme.

_______________________________________________________________

Made by Neon Demon

_________________
Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3764
Points : 4283
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "jedi master" harvey   Mar 4 Sep - 12:29
Les question d'Harvey m'étonnait réellement. Je ne pensais pas qu'il puisse être aussi intéressé par le sujet. « On se voit pas tout les jours Harvey, du coup on peut pas coucher ensemble tout les jours, mais quand on se voit, c'est une ou deux fois par jour, enfin si il reste toute la journée. », ce qui était peut-être un peu beaucoup pour un couple, mais c'était l'apocalypse, et j'avais été abstinent beaucoup trop longtemps et Will avait une plastique qui me faisait un peu oublier tout jusqu'à mon prénom parfois. Et savoir que je pensais ça d'un mec était toujours un peu perturbant, mais on ne faisait que prendre du plaisir, il n'y avait rien de mal à ça non ? Je n'avais aucune honte, j'étais de base assez ouvert quand il s'agissait de parler de sexe hétéro, je ne comptais pas changer simplement pour une question de pénis. Et de toute façon Harvey semblait avoir beaucoup trop de question pour que je puisse être pudique, comme une qui m'étonna assez, à savoir la longueur. Alors certes il avait précisé une durée, mais j'avais vraiment cru qu'il venait de chercher à savoir si Will en avait une grande ou pas. Quoi que je n'avais pas vu assez de pénis dans ma vie pour savoir réellement juger et que dans tout les cas, il en avait une plus grosses que la mienne et que la sienne était parfaite à tout les points de vue. Alors inutile de m'en faire toute une histoire. « Du coup ca dépend, avec les préliminaires ca peut-être long, mais si t'es vraiment excité, ca peut aller vite. Faut pas oublier que dans le fond, c'est pas la durée qui compte, court et intense c'est bien aussi. », pour preuve, cette fois ou nous avions couché contre le mur était tout sauf dans les règles de l'art. J'avais fini face contre le mur, le pantalon à peine baissé et une excitation suffisante pour obtenir ce que je voulais. Donc oui ça pouvait varier, surtout si Will décidait de le faire.

Tout étant une manipulation de la prostate dans le fond et pour Harvey, ca n'arriverait sans doute jamais, car il n'était pas gay. « J'étais pas gay non plus… », soufflais-je le plus naturellement du monde avant de reprendre, « Mais gay ou pas gay, je peux t'assurer que c'est magique. Après tu peux trouver une fille habille avec ses doigts, c'est pas nécessairement un pénis qui doit jouer avec. », il suffisait d'être ouvert au final. Juste ouvert. Et Harvey semblait relativement mitigé à cet idée, il était fébrile, bon après c'était un puceau, rien d'étonnant à être un peu perdu quand on pouvait lui parler de ça. Son enfer serait sans doute fini si il tuait encore deux rôdeurs en un, ce qu'il fit rapidement, me tendant l'arme sans même un regard.

J'avais peut-être été trop loin ? Bon après il m'avait posé un milliard de question, je n'avais fait qu'y répondre. « Tu sais Harvey, quand t'es pas à l'aise avec un sujet t'es pas obligé de poser des questions. », déclarais-je glissant mon arme sur mon épaule, « Le sexe a fait partie intégrante de ma vie, c'était le seul moyen pour moi de me sentir vivant. C'était un peu triste tu trouves pas ? », il n'y avait aucun mérite à coucher avec tout ce qui passe, « Et j'ai su tenir une éternité sans coucher après ça, ça prouve bien que c'est pas si vitale non ? », l'abstinence était difficile au début, mais après, à moins d'être sollicité comme avec Will... « Et avec Will c'est différent, le sexe c'est juste un des nombreux moyens que j'ai de lui dire que je l'ai... », m'arrêtant en plein milieux de ma phrase, je réalisais que j'allais le redire alors que c'était encore beaucoup trop tôt, beaucoup trop prématuré et complètement incertain. « On va rentrer. », déclarais-je plutôt. Retrouvant l'échelle que je descendis rapidement pour ne pas avoir à tirer d'autre balles sur les morts encore en vie autour de nous.
   

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Give dat Drama'Queen' a candy
Harvey QueenGive dat Drama'Queen' a candy
avatar
Messages : 376
Points : 1359
Date d'inscription : 12/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "jedi master" harvey   Lun 10 Sep - 1:22
jedi master
« TEACH ME HOW TO SHOOT A GUN »
Fort Hope | 19 September 2016

_______________________________________________________________

Sans doute avait-il dépassé les bornes avec ses questions indiscrètes. Pourtant Elias continuait de lui répondre, encore et encore. Parfois même avec une précision effrayante qui l’obligeait à baisser des yeux, gêné. “Pourquoi il veut pas s’installer à Fort Hope alors…? Vous pourriez vous voir tous les jours comme ça. Puis… C’est un peu la vie de château ici… Non ?” Fort Hope était un peu comme une oasis perdue au milieu d’un désert aride. Seuls les fous, refuseraient d’y planter une tente. Harvey en avait connu des camps de fortunes et des usines désaffectées… Mais rien n’était comparable à la quiétude qu’il avait trouvé à Fort Hope. Will finirait forcément par ouvrir les yeux et se laisser tenter. Ce n’était qu’une simple question de temps, Harvey en était persuadé.

Préliminaires, excitation, intensité… Aux questions gênantes, il ne fallait s’attendre qu’à des réponses gênantes. Et Harvey ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même. Les préliminaires, tout ce qu’il connaissait de ça, c’était bien le nom. Ça se passait avant l’acte, mais en quoi ça consistait, ça… Harvey s’imaginait mal embrasser quelqu’un pendant quoi… Cinq minutes ? Moins ? Plus ? Sans aucune raison qui plus est. Déjà que les échanges salivaires lui arrachaient un rictus dégoûté, il ne pouvait imaginer le supplice que cela devait être en vrai. Mais sans doute, s’agissait-il là d’une étape incontournable pour avoir accès à la suite. “C’est… Chelou, dans le principe, quand même… Je suis pas sûr que ce soit fait pour moi… Ces choses là” avoua-t-il enfin, de plus en plus découragé par les choses de l’amour.

Puis la fameuse réplique qui le déconnecta instantanément de la réalité : ‘J'étais pas gay non plus’. Une remarque, qui le figea d’effroi. Elias n’était pas gay de base, il l’était devenu… Harvey avait toujours cru, que ces choses là se décidaient à la naissance, qu’il serait épargné. Cela voulait dire que lui aussi, pourrait l’être ? Non, le devenir...? Fermant les yeux un moment, n’écoutant plus vraiment la suite de la conversation, il pouvait sentir un bourdonnement oppressant s'immiscer dans son esprit. Jusqu'à ce que le terme ‘pénis’ ne lui ramène les pieds sur terre, doublement plus dérangé par la fin de la phrase d’Elias : ‘pas nécessairement un pénis qui doit jouer avec’. Jouer avec quoi ? Jouer avec qui ? Il n’arrivait plus à suivre et se contenta d’approuver d’un mouvement de tête les dires de son tuteur.

“J’ai juste… Pas spécialement envie de rester inculte sur le sujet toute ma vie. T’es le seul… A qui je me vois poser ces questions…” A Logan aussi, peut-être… Quoi que. La carrure du géant était bien trop impressionnante. Puis ce n’était pas au Carter de lui parler de ce genre de choses. Ses pères auraient sans doute dû… Mais tous étaient morts. A croire que ce titre était porteur du mauvais œil. Reportant son intérêt sur le militaire, ses sourcils se froncèrent à ses prochains mots. “Non… Je trouve pas ça particulièrement triste. C’est déjà bien, d’avoir un moyen de se sentir vivant… Tu crois pas ?” souffla-t-il comme pour lui faire sous-entendre que lui… Ne se sentait plus vivant depuis bien longtemps. Depuis le début de l’apocalypse, Harvey n’avait fait que survivre, sans jamais avoir le loisir de vivre. Si Elias parvenait à oublier ne serait-ce qu’un court instant l’enfer dans lequel ils subsistaient grâce aux plaisirs de la chair, alors c’était une chance. Tous ne possédaient pas cette échappatoire là. “J’espère qu’il n’arrivera rien de mal à Will. Plus vite il s’installera à Fort Hope, plus vite il sera en sécurité, avec les autres”. Ailleurs, il finirait par mourir. Comme tous ses proches. Elias ferait mieux de se dépêcher de l’enfermer dans leur camp, à double tour. Même si Harvey était le premier à désapprouver cette technique pour l’avoir subi durant des années, il fallait bien reconnaître qu’elle était du genre efficace... La preuve étant qu’il était toujours en vie.

Une fois la dernière balle tirée et les deux rôdeurs achevés, le plus jeune se délesta de l’arme du japonais avant de récupérer son sac à dos. “J’te suis” dit-il simplement d’une expiration en s’accroupissant à côté du haut de l’échelle pour regarder Elias descendre à la hâte. Mélancolique il l’était, à l’idée de voir cette session de tir se terminer. A son tour, il attrapa les bords de l’échelle de ses deux paumes et utilisa une pression de ses mollets sur l’extérieur de l’échelle pour se laisser très rapidement glisser jusqu’en bas. Le soleil n’allait pas tarder à décliner à l’horizon, Elias avait raison, il était temps de rentrer. Mais avant, il devait lui confier quelque chose. D’une main sur son épaule, il arrêta donc son tuteur : “Merci Elias… De me faire confiance. Et d’avoir accepté de m’apprendre à tirer. T’es peut-être le seul, avec Logan… A croire en moi”. Et ça avait son importance. Harvey, était un peu le gamin sortit de nulle part qu’on avait dû prendre à charge. Tous auraient pu refuser, auraient dû, même. Mais ils étaient là pour lui, constamment et ce, malgré son sale caractère d’enfant pourri gâté qui ne l’avait jamais abandonné. “Je voulais juste… Que tu le saches… Donc merci” murmura-t-il avant de retirer sa main de son épaule pour troquer ce contact physique contre un léger sourire teinté d’une profonde sincérité. Se permettant ensuite, une courte étreinte avec l’une des rares personnes suffisamment haut placée dans son estime pour qu’il parvienne à mettre de côté sa pudeur.

_______________________________________________________________

Made by Neon Demon

_________________
Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3764
Points : 4283
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "jedi master" harvey   Ven 21 Sep - 12:54
J'avais aucune idée de pourquoi Will avait des réticences, enfin si, j'en avais une idée, mais c'était tout, je n'en savais pas plus. Répondant à ses question Harvey semblait de plus en plus perplexe, ce que je pouvais comprendre, il n'était en effet pas exactement à l'aise avec le sujet et ne se sentait pas vraiment sur de ça. Et ça me faisait me demander pourquoi il posait tant de question et la réponse fut évidente, il n'avait pas vraiment envie de rester inculte et j'étais le seul à qui il se voyait poser des questions. Il est vrai que peut-être Logan serait moins ouvert à toutes les possibilités, et contrairement à moi sans doute, il était moins prompte à en parler. Moi ça ne me dérangeait pas, le sexe avait fait partie intégrante de ma vie pendant longtemps et le fait qu'aujourd'hui je sois en pleine découverte de nouveau plaisir était un nouvel éveil. Et je devais bien reconnaître que ma relation avec le corps était assez complexe pour en devenir déprimante. Je me demandais encore comment j'avais pu tenir autant d'année sans même me toucher. « En parler c'est important, si jamais t'as d'autre question n'hésites pas… », même si ça restait clairement théorique et que la théorie n'était pas toujours la plus rassurante. Si il voulait, il pourrait sans doute réellement apprendre, mais encore fallait-il qu'il se lance, qu'il trouve quelqu'un qu'il apprécie assez, quelqu'un de confiance vers qui se tourner. Quelqu'un de confiance avec qui s'abandonner. Ce qui n'était pas le plus évident au jour d'aujourd'hui.

Quand à Will, « J'aimerais aussi, mais je préfère pas le brusquer. », avouais-je, pensant au fait que si il partait, je me retrouverais bien seul, bien incapable aussi de m'en remettre pleinement. Mais il était surtout l'heure de rentrer, nous étions resté suffisamment longtemps et s'éterniser ne serait que s'ajouter des problème. Descendant donc du toit pour reprendre le chemin du retour, Harvey brisa de nouveau le silence pour me remercier, me remercier de lui faire confiance et d'accepter de croire en lui. C'était pas un mauvais gosse, loin de là, il était juste un peu perdu, un peu seul aussi, mais il n'était vraiment pas mauvais. Il traversait un moment difficile dans la vie d'un ado et il le faisait en pleine apocalypse, ce n'était pas rien, ni facile tout les jours.

Me remerciant à nouveau, il me prit brièvement dans ses bras, me permettant de lui confirmer ce qui était une évidence pour moi, « Je tiens à toi Harvey et j'ai aucune raison de ne pas croire en toi. », il était responsable, calme, studieux, il était sans doute le meilleur élève que l'on pourrait avoir, alors autant lui dire. M'éloignant d'un pas, je lui souris gentiment avant de reprendre, « On rentre avant que tu me fasses pleurer. », déclarais-je dans un léger rire avant de m'éloigner un peu plus et prendre la route. Il y avait des moments importants dans une vie, cet journée en ferait partie à n'en pas douter.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: "jedi master" harvey   
 
"jedi master" harvey
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Michigan State :: Fort Hope
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération