Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #32 : Octobre 2018
Animation trimestrielle #1 Once upon a time !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Intrigue #5 Recensement !
Venez mettre vos méninges à l'épreuve dans notre animation de Septembre
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - Chapitre I : New rulers, new rules > A lire ici

In Your Flesh :: Last pub before the end of the world :: Archives :: RPs

 whatever it takes ft. Abel

InvitéInvité
avatar

MessageSujet: whatever it takes ft. Abel   Mer 24 Jan - 3:31
5 septembre
Le labo c’était nul, les gens, ils étaient nuls et la planète était nulle, voilà. Tout était dit. J’en avais marre d’être toute seule. Bon ok, je n’étais pas toute seule, j’avais Bernadette et même Diana, mais… mais c’était pas mon papa. Ce n’était pas Abel. Sauf que lui, je commençais réellement à croire qu’il ne voulait plus de moi, parce que ça faisait plus de deux mois qu’il était en « soin » et il ne revenait toujours pas. Genre… comme si je l’empêcherais de guérir. C’est n’importe quoi quand même ! Non ? Je… je ne peux pas empêcher quelqu’un de guérir hein ? Déjà, si je ne parlais plus à personne, ça empêcherait tout le monde d’être blessé, mais je ne pouvais pas influencer leur guérison. Ça deviendrait beaucoup trop compliqué sinon.

J’avais passé ma journée à faire semblant de tirer comme me l’avait montré Diana et quand j’en avais marre, je dessinais. Parce que je comptais bien montrer à Bernie que je m’améliorais quand même. Je n’allais pas stagner et continuer de faire des bonhommes moches toute ma vie. Oh ! Et j’avais ouvert un manuel à étudier pour la forme. Ne pas mourir bête, ça gagnait des points et Raj’ était un enseignant heureux quand on avait un peu d’intérêt pour les classes. J’avais toujours apprécié l’école, aussi bien que ça porte fruit après la fin du monde.

J’avais mangé mes repas toute seule en tête à tête avec Simba et j’étais partie m’exiler dans ma chambre loin de tout le monde. Bon, par ma chambre, je voulais plutôt dire la chambre de mon papa, mais ça, tout le monde savait. Plus personne ne tentait se faire croire que j’utilisais le petit bout d’espace qui m’appartenait. Juste que le donner à quelqu’un n’était pas une éventualité de peur que mon papa puisse vouloir de l’intimité, mais il n’en voulait pas, alors ça irait.

Je ne sais pas trop quand, mais j’avais fini par m’endormir sur mon dessin. Rien à voir avec la fatigue, juste… le repos du guerrier. Je dormais donc jusqu’à entendre un bruit dans la pièce et ce n’était pas Simba, parce qu’il commençait à se réveiller en même temps que moi. J’avais donc attrappé mon couteau sous l’oreiller, place qu’il meublait la nuit depuis que papa n’était plus là pour me protéger, prête à faire la peau à l’intrus quand je vis son visage dans un reflet de lumière. Papa ? Papa ? PAPA !

C’était mon papa, mon papa à moi. C’était mon Abel et il était là, dans la chambre ! J’avais lâché mon arme rapidement et je m’étais élancer dans ses bras, lui sautant dessus en mode koala sans jamais me dire qu’il pouvait être encore blessé. J’étais heureuse qu’il soit rentré, j’étais heureuse qu’il soit là. Tellement heureuse, que je pleurais. Je pleurais parce qu’il était rentré, mais surtout parce qu’il m’avait abandonné et c’était bel et bien des larmes de tristesse qui coulait dans son cou et sur son épaule, mais au moins, il était rentré.
Creepy uncle
Abel JonassonCreepy uncle
avatar
Messages : 808
Points : 18
Date d'inscription : 20/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: whatever it takes ft. Abel   Ven 2 Fév - 21:31
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Fille
Clarice

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Papa
Abel

「 Whatever it takes 」
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Il fallait bien rentrer, s’assurer que Clarice allait bien. C’était ma principale raison de ce combat. Dû moins jusqu’ici. Dorénavant, je me battais aussi pour la sécurité de Winter et Noah, mais je savais Winter suffisamment débrouillarde pour se protéger avec son enfant. J’avais fait plusieurs fois le tour des environs du labo, pour m’assurer que je n’étais pas suivi, faisant même mine de rentrer dans plusieurs bâtiments. Il semblerait que les deux que j’ai conduis à leur ultime jugement ces derniers jours, n’aient pas eu le temps de prévenir Ryan.

Je m’approche de l’entrée du laboratoire, avec une pointe d’anxiété. Je frappe. Malgré mes cheveux beaucoup plus courts et en bataille, ainsi que ma barbe réduite à l’état d’un bouc léger, Cale m’a reconnu facilement, me laissant entrer. Après une étreinte fraternelle, durant laquelle je pouvais jauger sa faculté à ne pas me serrer fort contre lui pour ne pas me blesser, je l’abandonne rapidement. Je n’ai que faire d’un repas chaud, d’une douche ou même de sommeil. Je n’ai qu’une seule chose en tête : retrouver ma fille, ma Clarice.

Je gravis les étages me séparant de ma chambre et marche d’un pas pressé dans le dédale du couloir pour finalement atterrir devant ma porte. Je la connais trop bien, cette enfant, je sais parfaitement qu’elle n’a pas pu se résigner à utiliser sa propre chambre. J’ouvre doucement la porte et voit à la lueur de la lumière qu’elle et Simba se sont endormis sur un coin de bureau, sans doute exténuée. J’ai un petit sourire en coin. Au moins, j’ai préservé suffisamment d’humanité pour que cette image me touche.

Pourtant je me mets un peu trop à réfléchir, et c’est le cœur vide que je réalise qu’elle a dû souffrir de mon absence. Comment lui faire comprendre que ça devra arriver de nouveau ? Qu’une telle guerre ne se résout pas en un jour ? Je dépose mes armes silencieusement à leurs places. Mais quand il s’agit de ranger l’épée, je passe un moment à réfléchir. Je finis par la caler dans l’angle mort de la porte, contre le mur, de façon à ce qu’elle ne tombe pas pour un rien. C’est à cet instant précis que je manque de m’effondrer en me prenant les pieds dans mon sweat à capuche. En me retenant, je fais tomber ma propre épée dans un boucan, ce qui réveille ma fille et mon écureuil.

Je la vois, prête à me bondir dessus avec son couteau, mais se ravise en me reconnaissant, et me saute dans les bras, tel un koala. Je n’ai que le temps d’étouffer un cri de douleur, et de la serrer dans mes bras pour alléger quelque peu son poids et qu’elle ne torture pas plus mes blessures. Mais c’est un réel bonheur de la sentir de nouveau à mes côtés. Je dépose mes lèvres sur son front. « Je suis là… » La chose que je n’osais dire c’est la durée de ma présence au laboratoire.

Je m’assieds sur le lit tout en la gardant tout contre mon être, pouvant reprendre mon souffle, jusqu’ici coupé par ma côte qui chatouillait mes poumons. « Tu dois avoir une tonne de reproches à me faire. Et des tas de questions à me poser… Et je ne suis même pas sûr de pouvoir y répondre, ma puce… Tout ce que je peux te dire c’est que pas un seul moment tu n’as quitté mon esprit, et si je suis là aujourd’hui, c’est parce que j’avais une raison de vivre : toi. » Aussi niais soit cette phrase, c’est la réalité. Pas une seule fois elle n’a quitté mon esprit. Elle m’a permis de consommer ce poison de rage et de vengeance sans perdre complétement l’esprit. Et Winter est venu consolider cet antidote.


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
creepy uncle
InvitéInvité
avatar

MessageSujet: Re: whatever it takes ft. Abel   Ven 23 Fév - 4:00
Comment est-ce que j’étais censée réagir autrement ? je ne pouvais rien faire de plus que de lui sauter dessus comme la sauvage que j’étais et puis voilà ! C’est ce que je comptais faire et ne plus jamais le lâcher. J’avais cette rage au ventre qui ne voulait toujours pas s’effacer, mais je ne pouvais pas lui en vouloir maintenant. Il était là, il était revenu pour moi au bout d’un siècle et demi, mais quand même. Peut-être qu’il ne m’avait pas oublié, peut-être qu’il m’aimait encore. Parce que s’il était là, c’était que c’était un peu le cas non ? Il ne m’avait pas tout à fait abandonné.

J’étais mélangée entre tristesse et colère, encore et toujours. Il m’avait laissé et je lui en voulais, mais il était là… il y avait une marche à suivre pour ce genre de situation ? Parce que je n’y étais pas préparé, pas du tout. Il c’était assis et je ne l’avais pas lâché, j’avais compris qu’il était là, mais je n’avais pas besoin de plus pour le moment. S’il s’attendait à ce que je lui pique la causette, il pouvait se mettre le doigt dans l’œil, plus jamais. Plus jamais, parce que quand je le faisais, les gens se faisaient blessés ou pire. Il savait déjà pour les reproches, il se doutait pour les questions, mais il n’avait pas les réponses. Je n’avais pas les mots pour poser les questions de toute façon. Il disait que j’étais sa raison de vivre, mais si c’était le cas, pourquoi il avait mis cent ans à revenir ? Pourquoi je n’avais pas eu le droit d’aller avec lui ? Je l’avais serré un peu plus dans mes bras, mais ses mots résonnaient en moi, un peu vide de sens. Je n’arrivais pas à comprendre comment je pouvais lui être importante et qu’il me délaisse pendant une éternité ? Comment était-ce simplement possible ? Je ne comprenais pas. Je ne le comprenais pas et je lui en voulais pour ça. Je lui en voudrais peut-être pour toujours. Alors, au lieu de répondre, sans savoir exactement pourquoi, je m’étais mise à pleurer un peu plus. Sincèrement… je ne pouvais pas faire mieux. Je n’avais pas envie qu’il reparte, mais je ne voulais pas m’attacher de nouveau, parce qu’il allait disparaitre encore, c’était obligé.

Creepy uncle
Abel JonassonCreepy uncle
avatar
Messages : 808
Points : 18
Date d'inscription : 20/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: whatever it takes ft. Abel   Ven 23 Fév - 22:57
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Fille
Clarice

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Papa
Abel

「 Whatever it takes 」
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Je ne savais tout simplement pas ce qu’on lui avait raconté précisément. Lui avait-on tout dit ? Savait-elle pourquoi j’étais éloigné d’elle aussi longtemps ? Dans le détail ? Ou lui avait-on menti pour la protéger, comme je l’aurai voulu ? J’avais peur de lui dire que son véritable père m’avait traqué et tué ma copine devant mes yeux. Celle que j’avais choisi, à ce moment précis, pour partager ma vie. Celle à qui j’étais prêt à confier la garde de Clarice. Celle avec qui je pensais finir ma vie. Ou en tout cas essayer de la prolonger assez pour que ma fille devienne entièrement indépendante. Ryan me l’a arraché et m’a complétement détruit, kidnappant au passage Maddie. Comment annoncer ça, alors que moi-même je tente de l’oublier, de tourner la page ? Arracher la vie à ceux qui traquent mon enfant et veulent ma peau pour qu’on puisse survivre un peu plus longtemps. Je veux avant tout la protéger et vivre avec elle. Et pour ça je me suis tenu éloigné d’elle le temps que je sois complétement remis. Ils n’ont pas attaqué Fort Hope. Et j’ai insisté pour que Clarice ne soit pas exposée au monde extérieur et aux risques que cela représente.

Je la serre de nouveau contre moi, sentant encore une fois les larmes ressurgir. Cette retrouvaille avec ma fille clos un chapitre. Il faut maintenant se tourner vers la suite. Je dois redoubler de vigilance. J’ai arraché la vie à deux d’entre eux récemment. Il faut que j’attaque le premier avant qu’il ne le fasse. Mes allers-retours à l’extérieur exposeront un peu plus chaque jour le laboratoire. Et menaceront donc mon enfant. Plus vite je serai débarrassé de ce poison, plus vite nous pourrons reprendre le cours de nos vies.

Le silence est absolu. C’est juste ma fille et moi et rien d’autre. Je passe ma main et derrière son crâne pour guider son visage dans mon cou. Le temps de la discussion viendra bien plus tard. Pour l’instant je ne veux rien d’autre que la sentir tout contre moi. Mes larmes glissent sur mes joues et vont se perdre dans le peu de barbe naissante qu’il me reste. J’ai beaucoup changé depuis que l’on s’est vu pour la dernière fois. Mes traits sont durs et je suis un peu plus amincis au niveau du visage. La fatigue me travaille. Mes joues se creusent. J’ai profité d’être à Fort Hope pour me faire couper les cheveux et la barbe, retirant une bonne longueur sur mon crâne, et n’ayant plus qu’un bouc beaucoup plus léger entouré d’une barbe naissante. Et sans compter ma main gauche dépourvue de son annulaire. C’est un miracle qu’elle m’ait reconnue, car moi-même, je ne fait que me dévisager dans le miroir.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
creepy uncle
InvitéInvité
avatar

MessageSujet: Re: whatever it takes ft. Abel   Dim 25 Fév - 5:13
Je n’étais plus capable de penser, je ne savais pas quoi penser et au final, c’était surement le mieux. Une partie de moi voulait lui faire la gueule et l’autre partie de moi voulait qu’il reste pour toujours et qu’on vive heureux. Maintenant qu’il était là, peut-être que les deux étaient possibles, je pouvais vivre heureuse avec lui tout en lui faisant la gueule momentanément. L’idée aussi de m’abandonner comme une malpropre et de revenir au bout de soixante-douze ans.

Les bras d’Abel m’encerclaient finalement et me guidait vers son cou. Je ne comptais pas me débattre, fermant les yeux pour mit blottir le temps qu’il faudrait. Il avait de la peine, surement tout autant que moi. Pourquoi est-ce qu’il était triste ? Je sentais ses larmes contre moi, contre ma peau et ça tuait complètement mes envies de lui faire la tête. Il ne méritait pas d’être triste. C’était le meilleur papa, je le savais, il faisait tout pour que ça aille, il faisait le mieux pour moi et même si j’ai bien cru qu’il ne voulait plus de moi, bah il était là maintenant, il voulait de moi. Il était venu me chercher moi. Sauf qu’on était ensemble et il avait quand même de la peine, pourquoi ? Mes mains se perdent dans ses cheveux, mais ils ne sont plus du tout pareil, rien n’est pareil chez lui et moi, moi je suis restée la même. Qu’est-ce qui c’était réellement passé depuis le temps ? Je n’avais rien dit pendant un long moment, rien fait non plus, mais au bout d’une éternité, j’étais sorti de son cou pour plonger mon regard dans le sien, j’avais déposé mes mains de chaque côté de ses joues pour le tenir pendant que je le regardais. Je ne comptais rien dire, je ne comptais plus jamais rien dire de toute ma vie, parce que parler blessait les gens autour de moi et ça, je le savais maintenant. Il en était la preuve, à peine j’avais commencé à lui parler qu’il souffrait. Il avait été blessé à cause de moi, il pleurait à cause de moi. Maintenant, je ne comptais pas recommencer, jamais. Sauf que je devais lui faire savoir que ça irait, un peu. Tant qu’on était ensemble, tout irait bien. Alors, j’avais déposé mes lèvres sur sa joue pour lui sourire un peu. Je sentais les petites pattes de Simba s’accrocher à moi au passage. On était réuni toute la famille et c’était parfait comme ça, je n’avais pas envie que ça change.


Creepy uncle
Abel JonassonCreepy uncle
avatar
Messages : 808
Points : 18
Date d'inscription : 20/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: whatever it takes ft. Abel   Mar 27 Fév - 16:40
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Fille
Clarice

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Papa
Abel

「 Whatever it takes 」
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Clarice, ma fille, déborde de vitalité au point de faire redresser mon visage de ses petites mains. J’ouvre les yeux et la regarde. Il est trop tard pour camoufler mes larmes. Un père ne devrait jamais avoir à se reposer sur son enfant pour vider son sac et libérer sa peine. J’ai trop souffert de ça, étant enfant. Mais je ne pouvais plus la retenir. Et je ne peux pas dire que je sois aussi violent que le fut mon père. Son petit regard n’est pas sévère. Elle ne me juge pas. Elle réchauffe mon âme refroidie depuis deux mois. Sans elle et Winter pour garder cette part d’humanité, j’aurai clairement sombré.

Je détourne légèrement mon regard le temps que je me fasse à l’idée qu’un jour, elle me demandera des explications. Son baiser fait cesser mes larmes et je tente une petite moue. Je dépose à mon tour un baiser sur la sienne. Elle n’a pas à souffrir des bêtises des adultes. Et pourtant son quotidien en est perturbé. Je ravale ma salive et parvient à libérer ma main gauche pour essuyer mes yeux, affichant juste devant son nez mon annulaire manquant.

Je peux clairement lire dans son regard qu’elle a de plus en plus de questions. Mais qu’elle se retient de les poser à cause de mon état. « Clarice, chacune de tes questions aura sa réponse, je te le promets. Mais je veux juste… Je veux juste prendre le temps de te préparer à tout ça. Je vais avoir besoin de ton aide, ma fille. Je vais en avoir besoin comme jamais. Je veux juste que tu essaies de ne pas chercher à comprendre ce qu’il va arriver mais certaines choses vont devoir arriver. Les adultes eux-mêmes n’en sauront rien. Je veux juste que tu sache une chose. Tout ce que j’ai pu faire, je l’ai fait pour te protéger. Même ici, l’endroit où l’on pense être le plus en sécurité, on n’est pas à l’abri du danger. Je veux que tu te prépares à ce qu’un jour nous partions tous les deux. Ça peut être demain, la semaine prochaine, dans un mois… Mais si je ne le fais pas, Clarice, tôt ou tard on va nous séparer. Et je ne suis pas sûr que cette fois nous puissions nous retrouver. » Je faisais attention à chacun de mes mots, en essayant de ne pas l’effrayer, mais je ne voulais pas non plus minimiser les risques. Sans tout ce que je sais, elle n’a pas toutes les clefs pour comprendre. Je compte sur sa confiance.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
creepy uncle
InvitéInvité
avatar

MessageSujet: Re: whatever it takes ft. Abel   Ven 2 Mar - 4:34
J’étais bien, je n’avais pas envie que ça change, mais j’avais tellement ses impressions lourdes qui me noyait de l’intérieure. Il était tellement triste et je n’arrivais pas à comprendre pourquoi. Je n’arrivais pas à me convaincre que ce n’était pas des larmes d’Adieu et qu’il n’allait pas juste me quitter pour toujours. C’était très certainement possible, tout le monde m’abandonnait, je n’étais qu’une bonne à rien, je genre chien errant dans lequel on donnait des coups de pieds quand ça n’allait pas. C’était mon vrai papa qui me le disait avant de me taper, mais il avait surement raison. Abel ne l’avait jamais fait lui, c’est pour ça que je rêvais tellement qu’il soit mon père, que j’étais heureuse qu’il ne veuille aussi, mais maintenant qu’il avait passé deux mois loin de moi, surement qu’il réalisait que je ne valais pas grand-chose, que je n’étais qu’une gosse inutile et complètement brisée. Qu’il serait bien d’en adopter une autre en meilleur état. C’était très certainement possible, même moi j’en avais croisé des enfants depuis que j’étais ici. Avec tout ça, je finirais bien avec ce que je méritais, pas grand-chose. Il pleurait et moi aussi, parce que j’arrivais à me convaincre qu’il allait m’annoncer qu’il m’abandonnait. Qu’il avait été bien sans moi pendant ses semaines loin. Qu’il était simplement venu chercher Simba, parce que c’était LUI son maitre, son SEUL maitre. Parce que, tout le monde sait que les écureuils n’ont qu’un maitre hein. Alors c’était ça ? Il allait partir avec Simba ? J’étais triste, mais je lui avais fait un baiser, comme pour tenter qu’il ne m’abandonne pas. J’étais une bonne petite fille, j’étais heureuse qu’il soit là, tellement heureuse. Je ne voulais pas le quitter moi. Il lui manquait un doigt… ça faisait bizarre. Il était passé où ? Comment ? Pourquoi ce doigt là ? Il faisait tout bizarre sans.

J’aimerais pouvoir le noyer de questions, comprendre, mais il ouvre finalement la bouche pour ne rien me dire. En fait, il reportait la discussion à plus tard. Je ne comprenais pas ses mots, je ne comprenais pas ce qu’il attendait de moi. Il voulait que je lui fasse confiance, que j’obéisse parce que « des choses mauvaises allaient arrivées » mais c’était déjà le cas, on avait l’apocalypse dehors papa tu sais ? Sauf qu’il était sérieux. Il voulait partir du labo, sinon ils seraient séparés. Sauf qu’ils l’avaient déjà été et qu’ils c’étaient retrouvés. C’était un peu con de dire que rien ne pourrait les faire se retrouver. S’ils ne se retrouvaient pas, c’est qu’il ne chercherait pas. Je n’étais donc pas bien loin de la vérité quand je disais qu’il comptait m’abandonner, parce que c’était ça, je devais obéir ou le perdre, mais je ne voulais plus être la chose de personne. Je ne voulais plus obéir sous peine de perdre tout ce que j’aime. C’était la première fois que j’avais réellement des choses à perdre et il voulait m’enlever tout ça. Alors, au lieu de réellement répondre, j’avais fait non de la tête, non parce que je ne voulais pas quitter le labo. Mes yeux c’étaient rempli d’eau et je m’étais blotti sans son cou, le but était réellement de me cacher, mais c’était l’endroit le moins caché de la planète. Au moins, mon visage l’était, c’était déjà ça. Je voulais rester avec lui pour toujours, mais au labo, avec mes amis, les gens qui tenaient à moi. Je voulais continuer les cours avec Raj’ et apprendre le dessin avec Bernie. Je voulais continuer de regarder Ruth faire des bombes et apprendre à tirer. Je voulais continuer de jouer avec Charlie et profiter de tout le monde. J’étais entourée pour la première fois de ma vie sans que personne ne me gueule dessus ou ne me tape et pour une fois, je me sentais bien quelque part et il allait m’enlever tout ça. Pourquoi ? Qu’est-ce que j’avais fait au Ciel pour ne pas avoir droit à une vie. Qu’est-ce que j’avais fait pour mériter tout ça ? Je n’étais bonne à rien, j’étais inutile, un fardeau, papa avait raison. Aussi bien baisser les armes et faire comme les grands veulent, je n’aurai jamais droit à quoique ce soit de toute façon. Je ne le méritais pas.

Creepy uncle
Abel JonassonCreepy uncle
avatar
Messages : 808
Points : 18
Date d'inscription : 20/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: whatever it takes ft. Abel   Mar 6 Mar - 22:32
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Fille
Clarice

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Papa
Abel

「 Whatever it takes 」
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Elle me jette ce regard lourd de sens. Elle m’en veut. De mon absence, mais aussi de mes mots. Elle a beau se serrer contre moi, je devine aisément que c’est juste pour fuir mon regard. Je passe ma main derrière sa tête. Ce laboratoire c’est la meilleure chose qui ne lui soit jamais arrivé. Mais entouré de ces gens, nous étions plus en danger que jamais. Attirer l’attention sur nous n’est clairement pas une situation. Surtout lorsque mon frère me traque sans relâche. Il en veut à ma… Sa fille. Il veut la récupérer. Il veut me tuer. Et il tuera tous ces gens qui sont dans nos vies. Si nous ne sommes plus ici, je nous protège tout en protégeant ces personnes. Mais elle ne pouvait pas comprendre. Même si je lui disais tout, elle ne comprendrait sûrement pas. Comment une petite fille peut-elle vouloir s’encombrer la tête de pensées obscures ? Elle a trouvé sa place. Je tente de faire en sorte que sa place dure encore longtemps. Ferai-je mieux de la laisser ici, avec ce bonheur que je ne suis pas sûr de pouvoir lui offrir de nouveau un jour ? De la laisser sans me retourner, lâchant au passage les derniers fragments âme ?

Il est clair que si je fais ça, je ne suis pas sûr de revenir un jour. Non pas parce que je ne veux pas. Juste parce que je serai sûrement trop mort pour ça… Sans elle prés de moi, je ne vois plus l’espoir au fond de mon âme. Et je ne suis pas sûr que Winter et Noah soient suffisants pour ça. Pour m’insuffler la flamme de vie nécessaire pour contrebalancer avec ce sang que je suis en train de faire couler. Mais est-ce qu’elle veut ça ? Elle veut que je la laisse ici ? Je ne veux pas qu’elle soit loin de moi. Je veux l’avoir à mes côtés pour tout le temps que ce truc au-dessus de nous me le permet.

Je ravale ma salive difficilement. Je ne peux plus parler. Je me sens dans une impasse. Je le serais encore plus si ceux que j’aime n’étaient pas là. « J’ai besoin de toi. Plus que jamais, ma fille. J’ai besoin de te savoir près de moi. Si tu ne l’es pas j’ai peur de… De ne plus être moi-même. De ne plus avoir cette flamme qui m’anime. Seulement pour te protéger, je ne peux plus rester ici. Des gens très méchants veulent… Veulent me faire beaucoup de mal. Et ils t’en feront aussi s’ils te trouvent dans ce laboratoire. Et si on reste ici, tous les deux, il va se passer des choses vraiment… Vraiment… » Je ne peux plus parler. Les sanglots reprennent. J’ai du mal à calmer mes nerfs. Je me concentre pour y parvenir. « S’ils me suivent jusqu’ici alors je mets tout le monde en danger. Je vais être obligé de partir. Et je veux que tu viennes. Quand tout sera finit, on reviendra. Mais si tu ne veux pas alors… Je… J’comprends. Si je ne conduis pas ces types jusqu’ici, tu seras protégée… » Il était temps que je cesse de parler pour pleurer le plus silencieusement possible.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
creepy uncle
InvitéInvité
avatar

MessageSujet: Re: whatever it takes ft. Abel   Sam 10 Mar - 4:37
Rho, j’étais tellement fâchée contre lui, mais en même temps il était tellement triste. Il n’avait pas le droit d’être triste quand j’étais fâchée. Comment rester fâché ? Aucune idée, plus maintenant. Il m’expliquait tant bien que mal les raisons de ses choix. Il voulait qu’on parte pour protéger tout le monde, parce que des gens lui voulaient du mal. Sauf que d’aussi loin que je m’en souvienne, il y avait toujours eu des gens pour nous en vouloir et on avait été en sécurité au labo, alors pourquoi ça aurait changé depuis ? Parce qu’ils avaient retrouvé notre trace ? Il n’aurait qu’à ne plus sortir et puis voilà quoi. On ferait le mort un peu et ensuite on serait en sécurité, pourtant il ne semblait pas du tout partie sur cette idée. Il continuait en disant qu’ils feraient du mal à tout le monde et c’était surement vrai. Je le croyais. C’était bizarre à dire, mais je le croyais, mais j’étais fâchée. Comment est-ce qu’on allait trouver un juste milieu à ça en fait ? Il avait besoin de moi près de lui et j’avais besoin de lui près de moi. On était beaucoup plus fort à deux, mais de là à quitter le labo ? Je n’avais pas envie de quitter le labo mais il proposait de revenir quand tout serait plus calme et ça, ça me rassurait un tout petit peu. Il sanglotait, il avait du mal et moi aussi. Ils tueraient tout le monde et je ne pouvais pas avoir cela sur la conscience, pourtant ils n’en avaient qu’après Abel de ce que j’en comprenais. C’était sa trace qu’il suivait. Alors, il pouvait m’abandonner au labo et partir. Comme ça, j’aurais le labo et j’allais être en sécurité…



C’était pour cela qu’il était parti aussi longtemps ? Pour me mettre en sécurité ? Mais je ne voulais pas de la sécurité, je voulais être avec lui ! Alors, en seule réponse à sa proposition, je l’avais serré plus fort dans mes bras, comme quand moi j’avais de la peine et que je pleurais. J’allais rester avec lui, pour toujours et même si on devait partir au bout du monde j’allais le suivre. Juste que cette fois, on amènerait Abby, parce qu’elle était ingénieuse Abby, elle saurait comment nous aider. On avait évité les méchants de papa tellement de fois grâce à ses talents. Elle méritait qu’il la connaisse. Il allait l’apprécier autant que moi, c’était obligé. C’était ma seule requête pour le suivre au bout du monde.
Creepy uncle
Abel JonassonCreepy uncle
avatar
Messages : 808
Points : 18
Date d'inscription : 20/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: whatever it takes ft. Abel   Lun 19 Mar - 20:29
Elle me serrait encore un peu plus à l’idée que je la laisse pour la protéger. Comment devais-je le prendre ? Etait-ce un câlin d’adieu car elle consentait ? Même si ça me fendait le cœur, cette idée était de loin comme de prés la plus raisonnable. La mettre en sécurité, la protéger, sans pour autant cesser de l’aimer. Comment allais-je survivre à ça ? A cette absence ? Mais ce n’est pas ma survie qui prime. Ce sont celle de Clarice, Noah et Winter. Et pourtant…

Je connais suffisamment ma fille pour affirmer que si elle s’accroche un peu plus à moi, c’est pour me garder prés d’elle. Peu importe les risques, elle en est. Et si elle est du genre traumatisé, ce n’est pas le cas. Pas de la manière dont on s’y attendrait en tout cas. Elle est forte. Bien plus que je ne l’ai jamais été. Elle en a vu bien plus que certains adultes. Elle est clairement capable de me suivre. Et si elle refuse de m’abandonner, et que je ne peux clairement pas la laisser non plus, c’est que l’on doit affronter ça ensemble. Après tout, en quelque sorte, ce sont ses démons aussi. C’est son père que je m’apprête à tuer. « On… On ira ensemble. Toi et moi. Et pas que… D’autres personnes se joindront à nous sans doute. Mais ce que je pensais devoir affronter seul, nous le ferons à deux, Clarice. Tu as le droit d’assister à ça. Et tu n’es plus une petite fille. »

Ces mots me renvoient deux années en arrière, environs. Nous venions de quitter ma maison sur ma moto. Mon collègue m’avait donné rendez-vous dans une station-service en périphérie de la ville. On avait roulé une bonne demi-journée. Si ce n’est plus. Et nous nous réchauffions autour d’un feu de camp, tandis que les hurlements de la ville devenaient un fond sonore. Je lui ai tenu ce discours. « Tu ne peux plus être une petite fille, Clarice. Ce qu’on va devoir vivre va te changer à jamais. Ça a déjà commencé. Mais peu importe, je serais toujours là pour toi, autant qu’on me le permette. Jamais je ne t’abandonnerai de mon plein gré. Et je ferai tout pour veiller sur toi. Pour te protéger. Mais je veux que s’il m’arrive quelque chose, tu sois prête. » Un peu plus tôt ce jour-là, elle perdait sa mère et son père devant ses yeux. Je ne savais même pas ce à quoi nous avions à faire, mais les images en tête me tourmentaient. A dire vrai, elles me tourmentent encore.

Je soupire et me penche sur le côté pour m’installer sur le lit, tout en la gardant contre moi. « Je te raconterai tout, ma fille. Mais pour l’heure, je pense qu’il faut que l’on dorme. Je serais encore là demain matin. »

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
creepy uncle
InvitéInvité
avatar

MessageSujet: Re: whatever it takes ft. Abel   Mer 28 Mar - 6:03
Oh non, je refusais qu’il parte sans moi. Il n’allait pas se sauver encore. Papa, il était trop doué pour se sauver, mais j’allais être meilleure à le garder, je finirais par y arriver et puis c’est tout. Je n’avais qu’à m’accrocher tel le koala pour l’empêcher de partir de nouveau. Il avait raison, je n’étais plus une petite fille, j’allais participer, assister à sa vendetta et on vivrait heureux ensemble après tout ça. J’aimais bien m’imaginer avec papa, dans longtemps, quand tout serait terminé et que les morts en auraient marres de marcher et s’effondraient pour de bons. On pourrait toujours foutre le feu à la terre entière et la regarder renaitre de ses cendres. Après tout, le feu, ça servait aussi à ça. On disait même qu’après un feu de forêt, tout repoussait vachement plus rapidement.

En toute réponse, j’avais hoché la tête à l’affirmative. Je ne parlerais plus jamais, je le savais, mais il méritait une réponse. J’avais suivit son mouvement pour finir dans le lit. On était ensemble et c’était ce qui comptait le plus au monde, mais je n’étais pas encore réellement fatiguée. Je pense surtout que c’était lui qui en avait marre de me porter. S’il m’accusait d’avoir pris des fesses depuis notre arrivé au labo… il avait peut-être raison, j’avais aussi l’impression d’avoir gagné quelques centimètres, je devenais grande. Je n’étais peut-être pas encore fatiguée, mais lui oui. Il voulait qu’on prenne le temps de dormir et demain, il me raconterait. Il n’avait pas le choix, parce que je commencerais à le harceler. Oh, pas méchamment, juste comme je savais si bien le faire. Le problème, c’est que j’étais douée pour me répéter ! Genre, je n’avais qu’à écrire une fois sur mon tableau et lui remontrer à l’infini ! C’était chouette de ne rien dire.

Je m’étais finalement laissé glisser dans le lit, me blottissant contre lui. J’avais passé mon bras contre son torse pour m’assurer qu’il ne puisse pas disparaitre si je manquais de vigilance. Parce que bon, j’avais pris la décision de ne pas dormir, mais lui en avait besoin. Moi j’allais rester éveillée, parce qu’il avait pris la peine de mentionner qu’il serait là demain, donc… peut-être pas les autres jours. Je n’allais pas prendre le risque, j’allais le surveiller pour qu’il reste là pour toujours. Il s’endormit à un moment, moi, j’avais continué de le regarder jusqu’à ce que tout devienne noir et puis plus rien. Je ne me souviens pas trop de la suite, mais… ça ne devait pas être bien important.


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: whatever it takes ft. Abel   
 
whatever it takes ft. Abel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Last pub before the end of the world :: Archives :: RPs
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération