Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #29 : Juillet 2018
Recensement Recensement #5 en cours
Animation trimestrielle #1 Changez de sexe !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Cet été sur In Your Flesh, réalisez votre rêve d'enfant et devenez dresseur Pokémon ! Pour les attraper tous, ça se passe ici
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - préambule : Welcome to Detroit > A lire ici

In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Fort Hope Community

 On another love, all my tears have been used up [Eliam]
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 3140
Points : 4553
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   Sam 3 Fév - 14:04
Marcherait ? Marcherait pas ? J’avoue que j’avais eu des doute, et après un léger silence, Will m’assura que ça n’avait rien de bien compliqué, c’était de la physique de base donc, se reculant de la table, il m’invita à approcher, ce je fis, m’installant rapidement avant qu’il ne commence une explication… Longue ? Compliqué malgré l’attention que je pouvais porter ? Clairement. J’avoue que je ne m’imaginais pas entendre des mots comme silicium, bore, phosphore dans l’explication. Autant plu c’était possible, enfin dans ma tête ça l’était, mais le reste. J’en étais pas aussi sur, peut-être parce que je n’avais aucune connaissance poussé dans le domaine. Sans doute aussi car tout ce qu’il disait sur les électrons, le comportement électrique et compagnie me faisait me sentir con. À raison. Mais en gros, on faisait une pile géante avec tout ça et du coup on avait de l’électricité. En fait la seule chose que j’avais vraiment comprit c’était qu’il n’allait pas utiliser ça pour chauffer l’eau, mais il allait utiliser d’autre procédé, et améliorer l’installation complète. Quand à si j’avais des questions. J’avouais que du coup, j’en avais quelques unes car c’était loin d’être clair, non pas car il s’expliqué mal, mais car c’était simplement pas mon domaine et que du coup, je me perdais assez vite dans tout ça. « Mais du coup, si je comprends bien, c’est par ce que les atomes sont déséquilibré que ça crée une agitation qui permet d’avoir un courant électrique ? », c’était sans doute beaucoup trop simplifié et il ne manquerait sans doute pas de tiquer sur cette simplification extrême, mais je me voyais pas reparler d’élément chimique ici. Maintenant. Enfin si, mais il allait me perdre encore plus.

« Du coup tu comptes t’y prendre comment pour améliorer tout ça. Enfin je me doute que t’as pas encore de solution, mais pourquoi la notre flanche à ce point ? », nuançais-je. Nous étions limité, pas d’utilisation excessive dans les maisons, pas d’abus. Juste le minimum, c’était déjà beaucoup, mais de l’eau chaude, ça impliqué bien d’autre trucs alors ouais c’était sur qu’il fallait changer un truc, mais quoi ? Production traitement ? Je n’en savais rien. Will si. C’était pour ça que je n’étais pas sur ce plan et que lui oui. C’était pour ça qu’il pouvait faire évoluer tout ça et pas moi. Fronçant légèrement les sourcils, je finis par le regarder, posant une question sans lien mais qui venait de me traverser l’esprit, « Si les panneau sont noir et que c’est pas pour absorber la chaleur c’est pourquoi ? Je viens de réaliser ça. », ou j’avais juste un cerveau qui refusait un peu de faire des efforts au choix. Après c’était pas moi qui venait de parler d’élément chimique. Qu’ailleurs ça tenait plus de la chimie que de la physique en fait ? Ou des deux ?

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1996
Points : 2839
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   Sam 3 Fév - 20:27
Admirablement, Elias avait réussi à faire sortir Aiden de la tête de Will, qui devenait assez intarissable sur le sujet des panneaux solaires. Et on ne touchait même pas à son domaine d'expertise, là. Heureusement que le soldat ne l'avait pas lancé sur la fusion nucléaire où ils en auraient eu pour la nuit entière. Quoi que vu comme Will était lancé, ça restait possible qu'il tienne aussi longtemps sur le sujet. Il restait relativement mesuré, cela dit, sans doute parce qu'il s'adressait à Elias et pas à n'importe quel emmerdeur et qu'il parvenait à rester surprenamment sympa quand il s'agissait du soldat, s'arrêtant même pour le laisser poser des questions. « Le courant électrique, c'est simplement le mouvement des électrons d'un atome à l'autre pour rééquilibrer sa charge. Donc oui, c'est parce qu'il y a une agitation qui crée un déséquilibre qu'on a un mouvement. » expliqua-t-il d'abord. C'était un sujet relativement complexe, assez difficile à visualiser pour la plupart des gens, sans doute et il n'avait franchement aucune idée de comment se montrer plus clair que cela. Ça et le fait que ce genre de chose lui semblait peut-être un peu trop naturel pour qu'il puisse en saisir réellement la difficulté. « Ce qui ne va pas avec vos installations ici, c'est surtout qu'il n'y a vraiment pas assez de panneaux pour alimenter toutes les habitations et que ça va être de plus en plus compliqué de trouver des matériaux dans les alentours. J'ai quelques adresses d'usines de fabrication, de revendeurs, mais ça demanderait d'aller loin pour déplacer des matériaux lourds, encombrants et très fragiles... L'idéal serait sûrement de diversifier les sources d'énergie ou trouver des solutions alternatives. »

Le nucléaire serait forcément à exclure, mais il existait bien assez de solutions différentes pour produire plus d'énergie dans un endroit comme Fort Hope... Du moins, Will avait bien l'intention de se pencher sérieusement sur ce problème et il ne lâcherait pas tant que ce ne serait pas réglé. Ce serait certainement la partie la plus épineuse du problème, celle qui prendrait le plus de temps et, assez logiquement, il s'imaginait que ce serait désormais de ces questions là qu'Elias voudrait parler. Et pourtant sa dernière question n'eut absolument aucun rapport et arracha un léger rire à l'ingénieur. « Là encore, physique élémentaire. Le silicium capte tous les photons, il n'en rejette aucun, donc pas de couleur visible par l’œil. Et à vrai dire, les panneaux qu'on utilise pour le grand public ne sont pas tout à fait noir, mais plutôt bleu. C'est seulement que ton œil ne le voit pas très bien. »  Il lui adressa un sourire, changeant légèrement de sujet presque aussitôt. « Mais pour l'eau chaude, on va utiliser la chaleur, c'est bien plus simple. Au lieu de panneaux photovoltaïques, on peut utiliser des panneaux thermiques, c'est légèrement moins poussé, on se contente d'utiliser un mélange d'eau et d'antigel pour transporter l'énergie. Dans la théorie, ça devrait permettre de chauffer l'eau des sanitaires, mais aussi  le chauffage, ça réglerait deux problèmes à la fois. Le seul problème avec ça, c'est que ça implique d'installer des panneaux sur chaque toit et qu'il ne faut pas trop espérer de douche chaude les jours moins ensoleillés. Mais ça ferait gagner énormément d'énergie et on pourrait compenser avec le photovoltaïque dans ces moments-là. » Pour la première fois depuis qu'il se penchait sur cette question, pour la première fois même depuis qu'il venait squatter allègrement Fort Hope, il avait dit « on » et non pas « vous » et il ne l'avait même pas remarqué.

_________________


I just wanna keep calling your name

Until you come back home
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 3140
Points : 4553
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   Lun 5 Fév - 10:51
Ok, donc la base je l’avais comprise au moins, je me sentais légèrement moins con, soyons honnête. J’étais pas certain de pouvoir lui répondre si je rentrais sur les autres sujets. Alors autant me limiter à ce que j’avais comprit, histoire de pas poser cents fois la même question le même jour. L’interrogeant alors sur ce qu’il comptait faire, il exprima le manque de panneau solaire et le problème pour aller chercher ce qu’il faudrait. C’était loin et c’était lourd, et surtout c’était fragile, autant loin et lourd c’était pas un problème, du moins pas réellement, mais fragile, ça l’était. Mais je comprenais à présent l’importance de diversifier nos sources d’énergie… Sinon on allait vite se retrouver à devoir revenir en arrière, surtout si on continuait à grandir comme ça. Il faudrait donc trouver une alternative. « Et démonter les panneaux c’est pas quelque chose de possible ? Si dans l’ensemble, c’est lourd, encombrant et fragile, en pièce ça pourrait pas être mieux ? », je me doutais bien que le fragile resterait, mais ça serait sans doute plus facile à ramener non ? Sans doue pas, je supposais que démonter et remonter ça serait moins évident, plus difficile que jamais. Alors oui ma question était très con, mais sans doute pas autant que la suivante. Secouant légèrement la tête lorsqu’il fut question de juger mes yeux d’incapable, je doutais mal voir, sérieusement, pour un sniper ça serait excessivement con de ne pas réussir à différencier une couleur, mais soyons honnête, je m’étais jamais vraiment approché, alors oui j’avais peut-être mal vu. Mais sans avoir pu répondre quoi que ce soit, il changea de sujet pour revenir à celui qui nous préoccupait le plus. Expliquant un peu plus son plan utilisant quelque chose qui me fit légèrement sourire. On ? Plus vous ? J’avoue que c’était un peu con de ma part de l’attirer comme ça. Mais clairement, le fait qu’il s’attache de plus en plus seul, c’était la meilleure des victoires. Il parlait de nous, de notre salon, et à présent de Fort Hope comme était d’un ensemble qu’il acceptait.

« Ok… Dans tout les cas, si t’as besoin de sortir chercher quoi que ce soit, tu sais vers qui aller ? J’ai quelques noms qui se feront un plaisir de sortir le museau du camp pour aller chercher de quoi se doucher. », il était bien évidemment impensable que je n’y aille pas, mais bon, à un moment je devrais bien déléguer non ? Accepter que d’autre s’occupe de sa sécurité à lui ? Préférable de pas y penser. « Et je reviendrais à la charge pour comprendre un peu plus, je suis plus aussi attentif qu’avant et t’es beaucoup trop intelligent pour moi là… », je jouais pas au con, j’étais capable de comprendre, je le savais bien, mais ce n’était pas au programme là. Je voulais juste qu’il se calme, qu’il se détende. « Tu comptes travailler tard ce soir ? », finis-je par demander. J’avais un peu de mal à le laisser seul là, surtout que j’avais peur qu’il puisse replonger sans que je sois là. Je n’étais pas la solution miracle, pour preuve, mais si je m’intéressais suffisamment à l’aider, je pourrais nous éviter un peu de tension, je pourrais lui prouver qu’il pouvait me faire confiance, même sur ça. Surtout sur ça. Il y avait sans doute de meilleur technique, mais le faire parler travail était plus intéressant, du moins efficace.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1996
Points : 2839
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   Ven 9 Fév - 15:54
Sans faire vraiment attention, Will continuait de dessiner des rectangles beaucoup plus hasardeux sur sa feuille, écoutant d'une oreille les questions d'Elias tandis qu'il réfléchissait aux trop nombreuses difficultés qui s'élevaient encore entre lui et un système électrique fiable pour Fort Hope. Ça faisait vraiment longtemps qu'il ne s'était pas à ce point concentré sur une tâche autre que celle d'emmerder le monde autour de lui. Il releva cependant les yeux rapidement, la pointe du stylo levée à quelques millimètres au-dessus de la feuille alors que le soldat lui posait une question qui lui fit froncer les sourcils. « Non, on ne peut pas vraiment les démonter... Et même les installer sur les toits va être compliqué... J'espère que vous avez quelques mecs bien bâtis dans le coin. Il y a même des chances que ce ne soit pas terminé avant la fin de l'hiver. » Ce qui n'était franchement pas pour l'enchanter, l'idée de prendre des douches froides en plein hiver n'ayant rien de très motivant. En tout cas, le moment où il pourrait se plonger dans une baignoire d'eau brûlante n'était pas arrivé, loin de là. Et son expression s'horrifia certainement davantage alors qu'Elias lui demandait tranquillement s'il savait à qui demander pour aller chercher les panneaux. « Euh... Je pensais donner ma liste de matériaux à Logan et le laisser se débrouiller pour organiser le reste. » souffla-t-il, légèrement hésitant. Qu'il mette la main à la pâte pour l'installation, pourquoi pas, mais... Will n'était pas vraiment taillé pour les travaux manuels, ça sautait aux yeux de n'importe qui. Non ? « Mais s'il faut que je mène l'expédition, alors... Je viendrais te demander une liste de noms. » assura-t-il, toujours sur le même ton manquant un peu d'assurance. S'il le fallait, il le ferait, mais sans doute pas sans un peu de mauvaise volonté, au moins au début.

Aussitôt, son regard se reposa sur ses dessins, mais il reposa finalement le stylo sans rien ajouter à son œuvre approximative, lâchant un soupir au passage. Malgré la petite diversion apportée par les questions d'Elias, il n'arrivait pas vraiment à se remettre dans son travail pour ce soir. L'idée d'aller dormir ne l'enchantait guère plus, mais de là à savoir ce qu'il pourrait faire d'autre... Rien qui ne demande de se concentrer, en tout cas. « Je n'ai plus tellement la tête à travailler pour ce soir. » avoua-t-il alors que le soldat lui demandait s'il pensait en avoir encore pour longtemps. « En fait, j'aurais plutôt envie de me vider la tête un bon coup. » C'était l'un de ces rares moments où la fin du monde devenait réellement pesante, même à l'abri dans la petite bulle hors du temps de Fort Hope. Rien à faire pour s'occuper, pour se changer les idées... De ces moments qui vous font regretter l'absence de la télé ou d'internet. « Des idées ? » demanda-t-il tout de même à Elias, des fois que lui ait plus d'imagination pour s'occuper dans ce monde. Ce dont Will doutait sérieusement, mais ça ne coûtait rien d'essayer, pas vrai ?

_________________


I just wanna keep calling your name

Until you come back home
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 3140
Points : 4553
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   Ven 9 Fév - 16:28
J’avais dit une connerie ? Ouais une très grosse connerie même. Le voir foncer les sourcils me fit comprendre avant qu’il n’ai eu besoin de le dire que non, on ne démontait pas des panneaux, car déjà que les installer allait-être compliqué, il ne fallait pas rêver. Certes, mais j’avais pas le même niveau d’étude que lui et, certes, je ne savais pas comment ça fonctionnait, mais je proposait des solutions déjà. Des solutions non fiable ok. Mais c’était déjà ça. « On a Logan… », répondis-je en réalisant que même si l’homme avait perdu avec la fin du monde, il restait une grande armoire à glace. Quand à la suite, je le sentis paniquer. Il n’avait pas prévu de sortir, mais je doutais que l’on démonte comme il le voudrait, alors j’avais sans doute présumé un peu vite. Perdant mon regard dans le vide, j’eus quelques secondes d’absence durant lesquelles il me fallut rassembler mes idées. « On saura sans doute les manipuler sans tout péter. ». Changement de sujet ? S’il vous plait ? J’avais l’impression de recreuser un trou.

Il n’avait plus la tête à travailler, et il avait plutôt envie de la vider un bon coup. Quand à si j’avais des idées ? J’avais fini par me lever, regardant autour de moi, avant de poser mes yeux sur mon sac, m’abaissant pour l’ouvrir et sortir mon téléphone, enfin mon ancien. L’allumant je constatais qu’il restait 80% de batterie, ça pourrait suffire non ? « Il reste de l’alcool et je sais faire des pseudos amplificateur de son… On peut écouter de la musique et danser en buvant de l’alcool comme des jeunes irresponsable ? », j’étais pas sur de moi, vraiment pas sur, mais c’était une proposition comme une autre non ? Fronçant légèrement les sourcils, j’avais envie de l’aider, et c’est sans doute pour ça que j’eus besoin de justifier comme à chaque fois avec lui, « T’as dit qu’on aurait pu se rencontrer dans un bar, ok, on a plus besoin de faire connaissance, mais on peut s’en foutre de tout ça ? Le problème d’énergie va pas se régler en une heure, l’apocalypse non plus et si j’ai la gueule de bois demain ou si je suis crevé j’aurais qu’à donner des cours en intérieur, du coup, c’est pas que un plan merdique… Si ? Non ? », parles, dis quelque chose… J’étais bon danseur, très bon, bon je préférais faire le con avec Lucy à l’époque, mais je pouvais toujours lui changer les idée à lui. Je pouvais pas avoir perdu, pas quand je dansais encore seule même ici pour passer le temps. Et si j’avais su éviter le spectacle à Will, je voyais pas d’autre solution pour se changer les idées. Après il y avait lire, mais lire ne me donnait pas l’impression de faire le vide, au contraire. Il irait lire du Shakespeare et il finirait avec un mal de crâne à vouloir traduire les 15 000 références cachés… Qu’il y avait déjà et qui ne l’épuiserait donc pas. Mon cas n’était pas une généralité, mon idée était nulle.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1996
Points : 2839
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   Ven 9 Fév - 23:55
Lentement, Will fronça les sourcils alors qu'un sourire étirait peu à peu ses lèvres alors qu'Elias sortait son téléphone portable. Sérieusement, qui dans le monde avait gardé ça tout ce temps ? La réponse se tenait évidemment sous ses yeux. Son sourire tenait peut-être aussi du fait que, sans grande surprise, le modèle correspondait parfaitement à ce que Will avait deviné quelques semaines plus tôt, lorsqu'il avait utilisé cela pour se moquer du soldat. Comme quoi, il avait bien vu juste ce jour-là, même si Elias s'était donné la peine de nier un peu. Enfin, qu'importe le modèle de son téléphone, qu'importe aussi qu'il l'ait gardé pour rien pendant deux ans, l'idée qu'il proposait avait elle aussi de quoi faire sourire le jeune homme. Boire et danser comme de jeunes irresponsables, ça ne correspondait pas tellement à l'image toujours beaucoup trop sérieuse que renvoyait Elias au quotidien, bien qu'il s'en éloigne un peu plus chaque jour. « Je ne sais pas si c'est un bon plan, mais ça promet d'être intéressant... Et ça me semble efficace pour se vider la tête. » souffla le jeune homme en retenant son sourire. Boire et danser, ça ne ressemblait pas tellement aux habitudes de Will, à vrai dire. Sortir, oui, dans des endroits bruyants où d'autres profitaient du moment pour danser, mais lui... Il restait peut-être un peu trop cérébral pour réussir à se lâcher à ce point. « J'espère juste qu'il reste beaucoup d'alcool, je n'ai jamais été un très grand danseur. » admit-il, secouant légèrement la tête alors que son regard se posait une fois de plus sur le téléphone.

« Je n'arrive pas à croire que tu aies gardé ça pendant tout ce temps... Tu l'as déjà rallumé avant ce soir ? » Ça ne manquait pas de logique, pourtant. Tout le monde possédait un smartphone à l'époque, non ? Avec toute notre vie à l'intérieur, le genre de truc dont on ne se séparait pas si facilement, après tout. Toute une vie à l'intérieur, justement... Sans laisser le temps au soldat de répondre quoi que ce soit, Will se pencha vers lui, glissant ses lèvres sur les siennes quelques secondes en tendant une main vers le téléphone, prêt à s'en emparer sans le faire vraiment. Ses doigts effleurèrent rapidement l'objet alors qu'un nouveau sourire s'étirait. « Tu me laisses fouiller ? » demanda-t-il, joueur. L'idée de tomber sur des photos ou des SMS un peu honteux l'excitait bien plus que celle de jouer au mec irresponsable, honnêtement. Il jouerait le jeu sans problème, mais s'il avait le droit de fouiner un peu au passage, pourquoi s'en priver ? Et au final, après tous les sujets parfois profondément personnels qu'ils avaient abordé tous les deux, fouiller dans un téléphone portable lui semblait beaucoup moins intrusif. Surtout que tout cela concernait un passé complètement révolu qui ne pourrait décemment pas avoir d'influence sur leur relation actuelle. 

_________________


I just wanna keep calling your name

Until you come back home
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 3140
Points : 4553
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   Sam 10 Fév - 10:22
Bon il souriait c’était déjà ça non ? Même si en effet, je n’étais pas sur que ce soit une bonne idée, ni justifié, tant qu’il trouvait ça intéressant, ça m’irait. C’était toujours mieux qu’un Elias… Suivit de je ne sais quoi. Quand à si il restait beaucoup d’alcool, un léger sourire étira mes lèvres « J’ai une bouteille toute neuve de Téquila. », toute pleine surtout. Et puis il reporta son attention sur le téléphone, n’arrivant pas à croire que j’ai pu garder tout ça pendant des années avant de me demander si je l’avais déjà rallumé. Mon sourire était toujours là, mais plus doux, plus nostalgique aussi surement. J’avoue que je l’avais gardé un peu pour ça. Car il y avait toute une vie dedans, tout ce qui avait pu être un passé. Une vie avant. « Plusieurs fois, j’ai pas eu le temps de récupérer des choses chez mes parents ou chez moi, du coup c’est un peu mon seul moyen d’avoir des souvenirs. Et de la musique aussi. », presque le plus important. Je prenais le temps de le recharger aussi de temps en temps, quand je trouvais des choses importantes pour le camps, je réglais ce problème.

Et puis Will se pencha vers moi sans plus attendre, m’embrassant avant que je ne sente son corps basculer en avant pour chercher quelque chose. Enfin quelque chose, je savais très bien ce qu’il voulait. Jusqu’à ce qu’il le confirme en demandant si il pouvait fouiller. Heureusement que l’apocalypse avait eu lieux, je vous le dit. « T’es beaucoup trop curieux, mais vas-y. », de toute façon il y avait quoi dedans ? Rien qu’il ne connaisse déjà. Déjà j’avais tout récupérer d’une sauvegarde de l’ancien. Mes parents me l’avaient envoyé car je n’envoyais pas de photo assez claire de moi et quand on faisait des skypes, la qualité était mauvaise. Bref, sans la sauvegarde du précédent il n’aurait rien, mais là, il avait le droit à des photos depuis 2008, il avait des photos de soirée pas toujours glorieuse, beaucoup de photo avec Lucy, quelques unes sur le front, j’avais un peu peur d’ailleurs de celles là. Le Japon, ma grand mère, mes parents, bref, des centaines de photos que je gardais précieusement, des vidéos de Lucy chantant, d’autre de moi dansant, des vidéos débile qui auraient pu devenir virale au front de nous en train de tirer des feuilles mortes… Bref il y avait de tout, il y avait aussi les derniers messages de mes parents, ceux de Lucy, les messages de mes eus aussi, avec sans doute quelques photos dénudé. Et en parlant de dénudé, il allait bien réussir à trouver les rares fois ou j’avais pu aller en salle et faire le con sur un tapis avec Lucy. Enfin, il trouverait ma vie. Je n’avais rien à cacher. Dans le fond, qu’il trouve des photos de moi à poil, c’était possible, mais je suis pas sur qu’il en soit choqué. Il allait me voir peut-être un peu plus éveillé, vivant qu’avant. C’est tout, mais pour le reste, je ne m’inquiétais vraiment pas.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1996
Points : 2839
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   Sam 10 Fév - 14:26
Sans se faire prier, Will récupéra le téléphone et, sourire aux lèvres, s'empressa de chercher la galerie photos. Peut-être qu'il était effectivement trop curieux pour son bien, mais et alors ? La curiosité était une qualité à ses yeux, clairement et si ça pouvait effectivement se retourner contre lui dans certains cas, il ne croyait pas que celui-ci en serait un. Déjà, au bout de quelques secondes à peine, il put enfin mettre un visage sur le nom de Lucy et elle était probablement complètement différente de ce qu'il avait imaginé. Du genre à rendre difficile à croire qu'Elias n'ait jamais eu que de l'amitié pour elle. Il fouilla les photos quelques minutes, décidant rapidement que ça ne valait pas le coup de toutes les regarder vu comme elles étaient presque toutes assez semblables : des visages qu'il ne reconnaissait pas, sauf quand celui d'Elias apparaissait au milieu, des vestiges d'une vie heureuse et légère qui n'était plus rien qu'un souvenir pixelisé. Probablement certaines photos que le soldat aurait préféré ne jamais montrer et qui arrachaient quelques sourires moqueurs ou amusés à Will, mais il restait incroyablement silencieux malgré tout. Une photo sur laquelle apparaissait le visage d'Aiden suffit à faire passer sa curiosité mal placée et il reposa l'appareil assez précipitamment, l'écran tourné vers la table, sans dire un mot, clignant des yeux plusieurs fois pour chasser rapidement toute possibilité à un souvenir désagréable de s'installer. Il lui fallut quelques secondes pour être sûr que sa morosité ne reviendrait pas au galop avant qu'il ne se lève, poussant le téléphone vers Elias. « Je te laisse choisir la musique, après ce que je viens de voir, je devine que la danse, c'est ton domaine. » souffla-t-il, le ton faussement moqueur, alors qu'il s'occupait de rassembler ses papiers pour en faire un tas plus ordonné. Les livres suivirent et il n'y eut rapidement plus rien que ce petit tas pour encombrer la table.

Et la bouteille de tequila, évidemment, dont il s'empara rapidement sans vraiment demander l'avis d'Elias, pour avaler tout de suite trois bonnes gorgées et se donner un peu de courage. « Commence par quelque chose de tranquille, s'il te plait... Tu vas sûrement devoir me donner des cours, en plus. » lâcha-t-il en reposant la bouteille. Et pour le coup, il était ravi de la présence des rideaux qui masqueraient aux voisins trop curieux son incapacité totale à bouger. Quoi que vu l'heure, les seuls qui risquaient réellement de se pointer seraient ceux venant se plaindre qu'ils fassent du bruit, probablement. « Tu as d'autres talents cachés dont tu voudrais me parler ? » demanda-t-il finalement, en laissant de côté l'existence des voisins dont il se fichait totalement. Elias le passionnait bien plus et, n'ayant rien d'autre à faire pour repousser le moment de son humiliation, il offrit toute son attention au soldat, prêt à apprendre de nouvelles choses complètement folles à son sujet ou à le voir briller sur une piste de danse. Qui aurait cru qu'il cachait cela en lui, hm ?  

_________________


I just wanna keep calling your name

Until you come back home
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 3140
Points : 4553
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   Sam 10 Fév - 18:43
Il était beaucoup trop calme là, il avait vu ? Il avait fini par poser le téléphone sur la table, le poussant vers moi en me laissant choisir la musique, affirmant qu’après ce qu’il avait vu la danse était mon domaine. Oui, c’était sans doute ce qui surprenait le plus, prenant le téléphone, je le regardais ranger à peu près ses affaires en silence avant de trouver un carton restant de notre installation pour faire une enceinte de fortune. Positionnant le téléphone dedans alors qu’il prenait déjà la bouteille pour boire de l’alcool avant de me demander de commencer doucement, car j’allais devoir lui apprendre des choses. La danse ne devait pas être un enseignement mais quelque chose de naturel, du moins je l’avais toujours vu comme ça. « Commence par débrancher ton cerveau, j’ai aucun cours à donner pour ça. », soufflais-je en lançant une des musiques sur laquelle j’avais fait le plus de chose. M’avançant vers lui alors que sa question raisonné toujours, je souriais doucement, « Si je dis tout maintenant c’est plus aussi drôle non ? », m’arrêtant à quelques pas de lui, je profitais d’une dominance de percussion pour bouger de façon un peu saccadé, les épaules, basculant d’un côté avant que mon bassin ne suive un rythme un peu plus sensuel.

Me penchant pour prendre la bouteille, je buvais une gorgée avant de prendre Will par la main pour l’attirer à ma suite, me rapprochant de la musique avant de déposer la bouteille sur un autre meuble. Il avait pas l’air à l’aise, vraiment pas, en même temps je ne le voyais pas tout donner sur une piste de danse entre nous. Je le voyais plutôt près du bar, fixant la piste pour trouver une victime à attirer dans son lit. Glissant mes mains sur ses hanches, puis son dos je l’attirais contre moi, l’embrassant sans plus tarder avant je lui rendre son souffle pour embrasser son cou, « T’as pas l’air sur de toi… », et c’était un euphémisme, en même temps se donner en spectacle dans un salon n’était pas une chose facile à faire, du moins quand on était pas sur de son coup. « Tu tentes ta chance ou je dois t’en montrer plus ? », je n’avais aucun soucis avec ça, fort heureusement. Je savais danser pour tout le monde. Bon je l’avoue, si on me demandait de danser demain au lieu de travailler je ne serais pas sure de le faire, plus pour une question de crédibilité qu’autre chose, mais là. Je n’en fichais royalement. Je pouvais être sage comme complètement dans mon élément, même si soyons honnête, il manquait Lucy et une guitare pour me faire danser sans réfléchir. La je devais sans doute l’accompagner, lui apprendre un mot qu’il avait essayé de m’apprendre un peu plus tôt dans l’année et qui lui semblait étranger aujourd’hui. "Se détendre"

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1996
Points : 2839
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   Sam 10 Fév - 22:05
Débrancher son cerveau... C'était un peu le coup de l'arroseur arrosé, là, non ? Car ce conseil, Will aurait juré l'avoir donné plus d'une fois au soldat depuis qu'ils se connaissaient. Et c'était franchement plus facile à dire qu'à faire, du moins quand il s'agissait de danser dans le cas de Will. Il ne put s'empêcher de lâcher un léger rire en observant Elias s'approcher de lui au rythme de la musique qu'il venait de lancer, déjà persuadé qu'il n'arriverait jamais à en faire autant de son côté, même en finissant la bouteille d'alcool tout seul. Mais enfin... Il pouvait peut-être essayer, après tout ça ne lui coûterait pas grand chose. « Tu sais bien que j'aime tout savoir. C'est presque de la torture de refuser de tout me dire maintenant. » souffla-t-il dans un sourire, ne bougeant toujours pas. Il se retint quand même de se jeter de nouveau sur la bouteille pour arranger un peu la situation, restant planté là à suivre Elias qui l'attirait contre lui. Il posa ses mains sur ses épaules à défaut de savoir quoi en faire et même s'il ne perdait pas son sourire et qu'il ne lâchait pas le soldat des yeux, il ne semblait vraiment pas vouloir se détendre un tout petit peu et encore moins se mettre à danser réellement. Chose qui ne passait évidemment pas inaperçu, Elias se sentant rapidement obligé de le souligner de vive voix.

« Je suis parfaitement à l'aise. » assura-t-il, sans essayer de cacher qu'il mentait. « Mais je préfère que tu me montres encore un peu ce que tu sais faire. » Surtout qu'avec ces trois pas et demi, on ne pouvait pas dire qu'Elias avait fait une réelle démonstration de ses talents pour l'instant. Et quelque chose laissait croire au jeune homme que ce serait vraiment intéressant d'en voir un peu plus et de lui laisser quelques minutes pour s'exprimer pleinement. Et juste au cas où il faudrait convaincre davantage monsieur, Will se permit d'ajouter : « Et puis, je n'y peux rien si tu as choisi une chanson qui ne m'inspire rien du tout. J'avais demandé quelque chose de tranquille et qui te permettrait de m'aider un peu... » D'accord, il ne s'attendait pas à un véritable cours de danse improvisé au milieu du salon, mais quelque chose où il n'aurait eu qu'à suivre les directives d'Elias, ce serait peut-être mieux pour s'y mettre, non ? Parce que clairement, l'improvisation totale, il n'y arriverait jamais. « Mon cerveau a un peu de mal à se débrancher tout seul, c'est le problème quand on est un génie. » affirma-t-il, exagérément arrogant. Si avec tout ça, il n'arrivait pas à gagner encore quelques minutes et à noyer le poisson, il se laisserait faire, mais pour le moment, tous ses talents s'exprimaient dans le but pas très louable de gagner du temps et de se faire oublier en piquant au vif l'orgueil du soldat.  

_________________


I just wanna keep calling your name

Until you come back home
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 3140
Points : 4553
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   Lun 12 Fév - 9:46
Coeur Une torture ? En toute franchise je ne savais pas bien quoi lui dire ou lui apprendre, j’avais d’autre idée en tête qui semblaient le crisper un peu. Même si il affirmait être parfaitement à l’aise, il préférait que je lui montre ce que je savais faire. Arquant un sourcils à la suite, il était claire qu’il fuyait, mais je pouvais bien lui offrir trois minutes non ? Soupirant à ses derniers mots, je retrouvais Will, sur une défensive intéressante. J’avais trouvé un sujet ou l’homme n’était pas confiance. Avançant vers le téléphone, je changeai la musique avant de me lancer pour de bon, oubliant un instant qu’il y avait quelqu’un d’autre dans la pièce pour enchainer les pas, sans m’occupait de rien. Je m’arrêtais simplement de penser à quoi que ce soit, me fatiguant lentement à mesure que mon corps me rappelait l’absence de pratique. Jusqu’à ce que la dernière note ne retentisse pour m’arrêter. Un sourire au lèvre, je le regardais à nouveau, la respiration un peu plus forte, je faisais quelques pas vers lui, connaissant la suite de la playlist, sachant que la suivante était bien plus calme. « Tu sais que personne va te juger ? », lui prenant les mains, je les glissais sur mes épaules posant les miennes dans son dos et l’attirant au milieu de la pièce pour être tranquille. Il n’était pas exactement dans son élément, et sans doute pas encore assez alcoolisé pour se lâcher. C’était donc à moi de le faire. Faisant quelques pas, je l’attirais dans une danse calme, lente. Un slow en quelques sorte. Profitant des premiers instants pour le guider, je pris le rythme du piano, l’abandonnant quelques instants pour faire quelques mouvements supplémentaire tout en garder une main sur sa taille, juste pour rajouter du rythme, juste pour le pousser doucement à se laisser aller. « Dis moi comment t’aider à plus penser alors ? Tu te vois d’ici, et si tu lèves les yeux au ciel c’est que j’aurais raison. », soufflais-je dans un sourire, le guidant toujours jusqu’à ce que la musique prenne fin.

Je doutais qu’il n’y aurait pas de solution miracle, quelqu’un de raide resté raide, « C’est con qu’on ait déjà couché ensemble, d’habitude j’utilisais la danse, pour me déshabiller et faire monter là pression… Mais là, j’ai plus besoin de te séduire… », déclarais-je faussement déçue, je tentais d’attirer son attention, de détourner son stresse aussi. Mais il ne m’aidait pas à réfléchir comme un… Génie ? C’était pas glorieux dans ce cas là. Mes tentatives n’étaient pas bonne non plus. Le piquer à vif n’était pas malin sans doute, mais c’était une tentative. Glissant mes mains le long de ses bras, je glissais mes doigts entre les siens avant de demander, « Tu sais qu’en boite ou dans les bars, j’aurais été sur la piste de danse, vu que tu pensais m’avoir dans ces conditions là si rien n’était partie en vrille, tu aurais attendu sagement ? Ou tu serais venu ? », bon par contre, là, c’était contre productif, j’essayais de répondre à une curiosité qui venait de naitre dans mon esprit, et le forcer à réfléchir ne serait pas bon, mais au moins je l’avais gardé jusqu’ici au milieu de la pièce, j’avais continué à bouger en l’entrainant sans violence dans mon jeu. Jusqu’à ce qu’il ne soit plus d’accords, soyons honnête. Mais c’était déjà un grand effort qu’il avait fait pour quelqu’un de si parfaitement à l’aise.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1996
Points : 2839
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   Lun 12 Fév - 13:15
Elias avait de beaux arguments, mais il perdait son temps, sincèrement. Se faire juger n'était pas tellement la question, mais Will aurait été incapable d'expliquer réellement le problème. Ça ne lui venait pas naturellement, tout simplement. Tandis que pour Elias... Le choix de la musique laissait l'ingénieur perplexe, mais de voir le soldat se déhancher si naturellement avait un côté assez... surprenant et amusant aussi. Il ne l'aurait vraiment pas parié, mais c'était agréable et il souriait comme un crétin à le voir aller, se lâcher le temps d'une chanson que Will n'aurait jamais cru trouver dans sa playlist, jusqu'à ce qu'il ne revienne le chercher sur un tempo plus tranquille. Le jeune homme se laissa faire tranquillement, son sourire se faisant plus discret. Personne n'allait le juger, peut-être, sauf Elias qui serait en première ligne et quoi qu'il en dise, il jugerait d'une façon ou d'une autre. Il parvint tout de même à se retenir, à la dernière seconde, de lever les yeux au ciel pour ne pas faire ce plaisir au soldat. Et puis, de toute façon, même s'il ne faisait pas encore le show comme monsieur Kaneki, il était de moins en moins crispé et c'était déjà un grand pas en avant. « Peut-être qu'il y a juste des gens qui ne sont pas fait pour danser, tu n'as jamais pensé à ça ? » demanda-t-il à la place de donner satisfaction à Elias.

Au moins, la conversation l'aidait réellement à détourner son attention, le poussant à suivre les pas d'Elias sans y prendre garde et même à se détendre. Il n'irait pas encore prendre d'initiative sur une piste de danse, mais il ressemblait presque à quelqu'un de normal, là. Et les bêtises que racontaient le soldat suffisaient amplement à lui faire même oublier qu'ils étaient en train de danser. « Parce que tu crois réellement que tu n'as plus besoin de me séduire ? On a déjà couché ensemble, d'accord, mais ça peut aussi ne plus jamais se reproduire, tu sais ? » D'accord, peu de chance qu'il tienne réellement plus de quelques jours s'il fallait qu'il reste à Fort Hope en plus, mais là n'était pas la question. « Surtout maintenant que je sais que tu peux bouger comme ça... Mes attentes vont être revues à la hausse, tu seras prévenu. » Il marqua une légère pause, se mordant la lèvre une seconde avant de reprendre, l'air d'y réfléchir sérieusement. « Je dois pouvoir trouver une banque quelque part pour me faire une petite réserve de billets de un dollar... Ce serait amusant. » Son sourire revint pleinement lorsque Elias s'inquiéta de savoir comment il s'y serait pris pour le séduire lui s'il ne dansait pas. Une question intéressante, en effet et la danse n'étant jamais entrée en ligne de compte dans la vision que Will se faisait de ce moment, il aurait forcément quelques ajustements à faire, mais ça ne le perturbait pas outre mesure et il continuait de suivre le rythme de la musique sans trop se poser de questions. « Tu aurais bien été forcé de faire une pause, même toi tu ne peux pas tenir des heures comme ça. J'aurais attendu bien sagement que tu ne viennes te chercher un verre au bar et je t'aurais sauté dessus pendant que tu attendrais ta commande. Après ça, j'imagine que mon charme naturel aurait suffit à te convaincre de poursuivre la conversation plutôt que de retourner danser... » Bon, cette partie-là, il n'y croyait pas trop non plus, pas avec un Elias en pleine crise d'hétérosexualité en tout cas, dans un lieu public où il ne serait sûrement pas venu seul qui plus est... « Ou, en étant plus réaliste, je n'aurais pas été très subtile sur mes intentions, tu aurais pris la fuite rapidement, mais le mal serait fait et tu aurais senti mon regard peser sur toi encore et encore pendant que tu serais de retour sur la piste, je te serais rentré dans le crâne exactement comme la première fois alors que tu danses ou non, ça n'aurait pas été un problème. » Et tout ça, il y croyait sincèrement, comme le prouvait son air parfaitement assuré et impassible. Il ne doutait même pas qu'Elias trouverait mille raisons de lui prouver le contraire, mais puisqu'ils ne le sauraient jamais, il continuerait de croire qu'il était dans le vrai.  

_________________


I just wanna keep calling your name

Until you come back home
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 3140
Points : 4553
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   Lun 12 Fév - 15:35
Des gens moins fait pour la danse ? J’avais du mal à l’imaginer. Mais il était exacte que certaines personnes étaient moins à l’aise avec tout ça, et je ne pouvais pas lui en vouloir. C’était juste qu’il ne pouvait pas vraiment me faire croire le contraire. Et même si il n’avait pas levé les yeux au ciel, j’avais plus ou moins eu gain de cause. Il avait avoué non ? En quelque sorte. Souriant doucement, je le laissais sur ça, du moins jusqu’à ce que je parle de le séduire et là, mon sourire s’agrandit franchement. Si je croyais ne plus avoir besoin de le séduire. Non, absolument pas. Je comptais redoubler de créativité pour continuer à le surprendre tout du moins, alors je pense que ca revenait à continuer éternellement à lui courir après non ? Secouant légèrement la tête lorsqu’il fut question de ne plus reproduire l’expérience, je le défiais légèrement du regard, « Tu sais que tu te puniras aussi. Je sais que t’es carrément fou de moi, essayez pas de nier. », je l’étais sans doute un peu plus, mais passons, le fait qu’il m’ait vu bouger comme ça lui faisait revoir ses attentes à la hausse, et sans vraiment l’anticiper, une image se projeta dans mon esprit, la même qui m’avait occupé l’esprit un peu plus tôt, la même qui me faisait me glisser entre ses jambes avant que les hostilités ne commencent vraiment. Secouant légèrement la tête alors que cette vision de lui se mordant la lèvre ne m’imposait aucune pensée correcte, il réussit à me faire revenir sur terre en me faisant rire. « Tu me dis quand t’as trouvé une banque et je te fais le strip tease de ta vie. », arrogant ? Oui clairement, mais bon, je savais bouger non ? Alors autant en jouer.

Et puis une question, un besoin d’assouvir une curiosité. Et si j’avais pensé le perdre un instant, il ne se raidit pas. Forcé de faire une pause ? Hypnotisé par son charme naturel ? Arquant un sourcil, il dut s’en rendre compte car il proposa une solution bien plus crédible. Même si j’avais mal vécu le fait qu’il s’impose aussi violemment dans ma vie, aujourd’hui, avec le recul, je ne regrettais rien. Au contraire, si je m’étais borné à ce que je semblais acquis, je n’aurais pas la chance de me réveiller presque tout les matin avec un petit con dans mes bras. « Ça me fait presque regretter de ne pas avoir été gay direct. Quoi que me connaissant, si ton charme naturel avait agi, on aurait finit dans un taxi ou au toilette, dans les deux cas ça n’aurait pas été romantique. », concluais-je en l’embrassant dans la nuque, avant de nous faire tourner un ou deux tours. Et ça m’aurait pas mal embêté de l’avoir traiter comme toute les autres. Finalement, le fait d’avoir été refoulé était mieux. Je n’aurais pas fondamentalement voulu d’une relation avec lui si c’était avec le moi de l’époque. J’aurais raté une occasion d’être heureux. « T’es très fort pour rentrer dans l’esprit des gens tu le sais ? », demandais-je en jouant sur les notes, en m’éloignant de lui, en me rapprochant. Plus la musique passé, plus je lâchais prise. Il fallait vraiment que je trouve quelque chose à pile avec plus de porté, ou une vrai enceinte, ça m’avait bien trop manqué.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1996
Points : 2839
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   Lun 12 Fév - 19:26
Par quel miracle, au juste, Elias parvenait-il à lui faire oublier si facilement le reste du monde au point qu'il soit réellement en train de danser ? Et pire, il appréciait même, si l'on en croyait son sourire ridicule et ses gestes de plus en plus fluides. Dire qu'à peine une heure plus tôt, la colère l'avait entièrement ravagé et maintenant... Il donnait l'impression d'avoir complètement oublié ce qui les avait menés là, son sourire devenant même moqueur alors qu'Elias balançait d'autres bêtises sur cette histoire de rencontre dans une autre vie. « Tu me prends pour un mec facile ou je rêve ? » demanda-t-il, faussement offusqué. « Déhanché de rêve ou non, j'ai beaucoup trop de classe pour finir dans les toilettes, merci. S'amuser un peu dans le taxi qui nous aurait ramenés chez moi, pourquoi pas, mais les choses sérieuses n'auraient commencé que là-bas... » Ce qui était probablement difficile à croire tant il s'était montré beaucoup moins pudique lors de leur première rencontre, mais il n'y avait pas de public et un long moment d'abstinence à prendre en compte aussi. « Tu aurais sûrement aimé mon appart, la déco était très minimaliste. Pas autant qu'ici avant que je n'arrive, mais sûrement assez épuré pour toi. » confia-t-il en retrouvant ses airs moqueurs. Un grand sourire fendit son visage avant qu'Elias ne l'oblige à tourner, lui coupant momentanément la parole, même s'il parvenait à rester détendu. Et lorsqu'il put de nouveau faire face au soldat, ce ne fut que pour entendre une nouvelle remarque plaisante pour l'ego. « C'est l'un de mes nombreux talents, en effet. » Bien que cette remarque aurait pu être prise de bien des manières différentes, il les acceptait tous en fait. « Je crois que je rentre tellement bien dans ta tête que je commence même à déteindre sur toi. » reprit-il. « Pour que tu te mettes à regretter le manque de romantisme... »

Sur ces mots, il se détacha finalement d'Elias, s'éloignant pour aller récupérer la bouteille qui commençait à prendre la poussière dans son coin, se permettant d'avaler quelques gorgées avant de revenir et de tendre la bouteille au soldat. « Mais tu t'en sors pas mal non plus pour ça, à ta manière. » Au point, en fait, que ce fut Will lui-même qui revint à la charge, s'approchant pour attirer Elias contre lui et reprendre leur petite danse où elle s'était arrêtée. Il n'irait sans doute pas proposer ça tous les soirs, mais il se prenait au jeu facilement. Il se stoppa tout de même rapidement, juste pour l'embrasser un instant et souffler, sourire moqueur aux lèvres : « Tes talents de danseur me laissent rêveur, au point que j'irais bien à la recherche de cette banque maintenant si je ne craignais pas que tu le vives mal. T'as réussi à me changer les idées, en tout cas, c'était très... inspirant. » Il laissa le sous-entendu faire son chemin, l'agrémentant d'un regard appuyé. Il ne se passerait sans doute rien de plus ce soir et il ne sortirait probablement jamais d'ici dans l'unique but de se trouver dévaliser une banque, ça ne ressemblait pas à une raison suffisante de risquer sa vie, mais oui, son imagination parvenait à s'emballer légèrement juste à penser au corps d'Elias se mouvant avec autant d'aisance. L'alcool aidait un peu aussi, certainement. En tout cas, qu'il se retienne volontairement d'admettre qu'il était fou du soldat, ce dernier parvenait quand même à s'imprimer sans mal dans son esprit et dans son corps.   

_________________


I just wanna keep calling your name

Until you come back home
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 3140
Points : 4553
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   Mar 13 Fév - 9:26
« Merde je suis un mec facile alors… », soufflais-je avec un sourire lorsqu’il affirma ne pas l’être, se jugeant beaucoup trop classe pour finir dans des toilettes, et si il concédait avoir pu s’amuser dans le taxi, il aurait attendu d’être chez lui pour passer aux choses sérieuses. Je ne sais pas si c’était l’alcool qui jouait à l’époque, mais j’avais quelques fois manqué de contrôle au point de finir aux toilettes, ce qui faisait donc bien de moi un mec facile à ses yeux. Il profita d’ailleurs de la situation pour m’expliquer que j’aurais surement aimé mon appart, la décoration ayant été très minimaliste, levant légèrement les yeux à sa remarque sur les lieux, je le fit tourner pour simple réponse. C’était niais de dire qu’aujourd’hui, je pourrais vivre dans une voiture que ça m’irait si j’étais avec lui ? Il était bien plus que dans ma tête, et il le souligna d’ailleurs, enfin à sa manière. Oui il déteignait sur moi il me poussait hors de mes limites, pour le meilleur d’ailleurs. « Tu me donnes envie d’être romantique aussi. », répondis-je alors qu’il s’éloignait pour prendre la bouteille, en prenant une gorgée avant de me la tendre. L’imitant alors, j’eus à peine le temps de la reposer qu’il me retournait le compliment, l’appuyant en m’attirant contre lui pour reprendre notre danse. Sérieusement ? Le voir ainsi me fit sourire un peu plus si c’était possible encore. « J’ai un bon prof, ça doit jouer. », mais pas le temps d’en dire plus que déjà il m’embrassait, relançant même un sujet. Il restait rêveur, au point qu’il irait bien chercher des billet maintenant si il n’avait pas peur que je vive mal la chose.

Pas besoin de suivre son regard pour comprendre au timbre de sa voix, je ne dirais pas que je n’irais pas juste qu’à céder à ses demandes silencieuses, mais je n’avais pas de billet de banque. Bon en vrai c’était un détail, mais il y avait bien des éléments jouant pour mon calme. « Si t’es sage, je t’épargnerais les billets et je te ferais une démonstration par pur générosité. », mais il serait assez mal venu de nourrir les idées qui me paralysaient l’esprit depuis plusieurs dizaines de minutes. Je n’étais pas sur de moi, ce n’était qu’un impression après tout ? Qu’une envie fugace… Lui donner de l’importance était débile non ? Être raisonnable, j’avais l’impression de retourner en arrière à penser ainsi, mais c’était la réalité. Enfin… Toujours contre lui, la musique arriva à sa fin, lançant la suivante beaucoup moins calme. Il y avait un alignement des planètes allant contre moi ? Car là clairement… Souriant, je m’éloignais, me faisant un peu plus mécanique sur les premières reprises, avant de jouer avec la musique, jusqu’à retirer mon t-shirt et m’approcher à nouveau de lui, l’attirant à moi avant de l’embrasser, « Je peux pas faire plus dans le caritatif, désolé monsieur, il faudra revenir un prochaine fois. », faudrait-il encore que je finisse par le lâcher, mais j’avais pas spécialement envie. J’étais bien là, même si mes pensées allait à l’encontre du calme extérieur, même si mon corps se laissait charmé par une optique bien éloigné de la réalité. J’étais bien, entre deux feux, mais bien. Et je suppose que l’alcool y était pour quelque chose.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1996
Points : 2839
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   Mar 13 Fév - 13:36
La fin de la chanson donna l'espoir, fugace, que ce serait aussi la fin de la torture pour Will. Il s'en sortait bien quand il s'agissait de suivre sur un rythme tranquille, mais les notes qui suivirent n'avaient plus la même ambiance et il n'était pas certain de parvenir à garder le même naturel sur ce morceau. Le fait qu'Elias s'éloigne lui permit de s'accrocher un peu à cet espoir et son sourire revint de plus bel alors que le soldat enlevait son t-shirt, comme décidé à offrir au jeune homme ce qu'il avait demandé plus comme une plaisanterie qu'autre chose. Malheureusement, le t-shirt fut le seul vêtement à toucher le sol avant que Will ne se retrouve de nouveau entraîné dans un baiser qui ne l'aidait pas à se calmer. Ses mains glissèrent sur la nuque d'Elias, prouvant sa détermination à ne peut-être pas s'arrêter là, jusqu'à ce qu'il y soit obligé pour s'entendre dire qu'il n'aurait pas droit à plus pour cette démonstration ce soir. « M'obliger à revenir comme ça, c'est lâche. » souffla-t-il à son tour. « Heureusement pour toi, ça fonctionne un peu, je reviendrais pour voir ça. » Si tant est qu'il parte à un moment, ce qui n'était pas encore dans ces projets pour l'instant, mais ça, inutile de le faire savoir trop tôt.

Pour le moment, voyant que le rythme de la musique ne voulait pas ralentir même un peu pour lui laisser une chance de ne pas sembler ridicule, Will revint à la charge, s'approchant d'Elias pour lui voler un baiser avant de prendre la fuite. Il s'empara de la bouteille sans un mot et dépassa Elias pour se laisser tomber dans le canapé, soulevant la bouteille devant lui pour s'expliquer. « Je me suis plié à la partie danse, mais tu t'entête à proposer des morceaux trop violents pour moi, alors je vais maintenant me concentrer sur la partie alcool de cette soirée. Mais si tu veux continuer à danser, fais-toi plaisir, je ne regarde pas c'est promis. » Il ne détourna pourtant pas les yeux, affichant un grand sourire tandis qu'il ouvrait la bouteille et la portait à ses lèvres. Il n'avait pas les moyens de s'offrir un strip-tease, d'accord, mais il pouvait toujours le regarder danser, non ? Sans que ça n'implique de retirer le moindre vêtement, bien entendu. La bouteille se retrouva rapidement sur la table basse et Will s'installa de tout son long sur le canapé, attendant sagement qu'Elias ne se décide sur ce qu'il voulait faire. « Je dois quand même admettre que tes goûts musicaux me surprennent pas mal, je t'aurais plutôt imaginé écouter des trucs un peu plus... classiques ? Du genre groupes inconnus du monde entier ou vieux morceaux style années 60-70. Bob Dylan ou quelque chose comme ça. » Ce qui était complètement faux, d'ailleurs, il l'imaginait plutôt du genre morceaux à la mode, chansons du moment et rien de très spécifique en soi, mais il se moquait et ça s'entendait. Et puis, il aimait aussi voir Elias lui balancer, plein de fierté, combien il faisait erreur. De temps en temps, du moins, sur des sujets pas très importants et celui-ci pouvait s'y prêter parfaitement.

_________________


I just wanna keep calling your name

Until you come back home
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 3140
Points : 4553
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   Mar 13 Fév - 14:26
Je pourrais vraiment passer des heures à l’embrasser tant j’aimais sa présence, son contact. Mais il était vrai que je jouais un peu plus avec lui là, même si c’était gentiment. Et puis un nouveau baiser avant la fuite, il avait dansé, mais j’écoutais des musiques trop violente pour lui. Trop violente ? Sérieusement ? Secouant légèrement la tête, je continuais alors qu’il affirmait continuer sur un programme plus alcoolisé. Mais je pouvais continuer moi. Je n’allais pas me priver, pas pour le moment. Du moins jusqu’à ce que la musique prenne fin et qu’il avoue être surprit par mes choix musicaux. Dépassant le canapé un peu essoufflé, je prenais la bouteille sur la table basse avant d’en boire une grande gorgée. Je commençais sérieusement à voir le monde différemment, mais c’était le but de la soirée non ? Reposant la bouteille, je grimpais sur le canapé, m’asseyant avec précaution sur sa taille avant de souffler, « C’est Lucy ça. », fronçant légèrement les sourcils, j’avais l’impression d’être encore tombé dans le panneau non ? M’abaissant alors sur lui, je l’embrassais le plus chastement possible avant de souffler contre ses lèvres, « J’en ai marre de courir dedans à chaque fois. », j’en avais pas marre du tout, mon sourire me trahissait, clairement même, mais pour la forme, autant se rebeller à moitié en avouant surtout être un gosse ne sachant pas faire de différence. L’embrassant à nouveau, je finis par m’allonger contre lui, cherchant à retrouver ma respiration avant toute chose. Je ne savais pas si c’était le fait de danser après tout ça, ou encore le fait que la journée ai été compliqué, ou si encore l’alcool jouait, mais j’étais fatigué en cet instant.

« Je suis quand même un peu déçu, toi t’auras des strip-tease autant que tu veux avec un mec franchement pas mal et moi non… Bon ok, j’ai le droit à des attentions level expert, mais voilà… », je riais à moitié en déclarant tout ça. C’est bon, j’étais partie, pas aussi loin qu’avec Logan, mais quand même. La dernière fois que j’avais bu autant de tequila j’avais fini par réaliser des choses. Que j’étais gay, que j’aimais beaucoup trop le corps de Will et là j’allais réaliser quoi ? Que j’avais envie de me faire Will, genre réellement ? Que j’avais envie de me perdre contre lui ? Que j’avais envie de prendre possession de son corps ? AH putain oui j’en avais envie et ça allait se sentir, me redressant donc à moitié, je voulus sortir du canapé avant que l’expression de ma motivation ne se fasse trop sentir, sauf que… Mes pieds avaient pas complètement quitté le canapé, et j’avais davantage fini par terre qu’autre chose. Bon, au moins le tapis était moins excitant que le corps de Will, moins motivant que l’idée de pouvoir guider les tensions de son corps. Elias tais-toi. Mais tais-toi en toi, en dedans. Arrêtes de vouloir te faire rentrer cette image en tête. Tapant ma tête sur le sol, je soufflais pour détourner l’attention, « Pourquoi je me fais boire ? Je finis toujours par terre à parler de ta gueule d’ange. », gueule d’ange c’était un euphémisme. Mais c’était vrai que mon monde tournait vraiment autour de lui, du moins pour les deux dernières cuite que j’avais prit, ou que j’étais en train de me prendre. « Ô Roméo, pourquoi es-tu Roméo ? Renies ton père et abdique ton nom, ou si tu ne le veux pas, jure de m’aimer et je ne serai plus une… Euh… Un Capulet ! », j’étais toujours face contre tapis, cherchant toujours à faire disparaitre la magnifique expression de mes idées lubrique dans le sol, et c’était mieux ainsi, ça me permettait de détourner l’attention de Will avec n’importe quoi d’autre, « T’es carrément dans ma tête j’ai lu et j’ai retenu du Shakespeare ! », c’était pas un drame, j’étais juste en train de dérailler surtout. Je tenais pas l’alcool, c’était fou… Et j’étais un putain de pervers qui arrivait pas à penser à autre chose que se faire son mec. Et pourquoi j’y repense moi ? Stop de penser Kaneki.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1996
Points : 2839
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   Mar 13 Fév - 15:26
La réponse d'Elias ne se révélait pas aussi satisfaisante que l'avait espéré Will, le soldat se contentant d'accuser sa meilleure amie avant de comprendre rapidement la tentative du jeune homme de se moquer de lui, mais elle parvint tout de même à lui arracher un sourire. Il fallait qu'il soit bien idiot – ou complètement amoureux – pour réussir à chaque fois à s'émerveiller d'une réaction ou d'une réponse qu'il pouvait prévoir ou non. Mais il l'était, laissant son sourire s'épanouir indéfiniment alors qu'il glissait ses mains sur la taille du soldat qui s'allongeait tranquillement contre lui. « Un de ces jours, tu finiras par me connaître par cœur et par arrêter de te faire avoir à chaque fois. À mon plus grand désespoir... » souffla Will en fermant les yeux, oscillant dangereusement entre peur panique que ce moment vienne réellement et amusement. Il parvenait déjà de moins en moins à l'avoir, ce serait vraiment triste que ça n'arrive plus jamais, non ? Une nouvelle flopée de bêtises tomba, mais avant que Will ne trouve quoi que ce soit d'intelligent à répondre, Elias lui échappait, mettant fin à leur étreinte dans une chute assez ridicule qui le laissa couché sur le tapis, dont il ne semblait pas vouloir se relever. Retenant un rire, peut-être un peu inquiet de la tournure que prenaient les choses, le jeune homme se redressa à son tour, restant assis sur le canapé pour regarder le soldat par terre, prêt à voler à son secours à la moindre occasion. L'alcool, ça ne lui réussissait pas très bien visiblement, mais puisqu'il parvenait à raconter encore des âneries, l’inquiétude de Will s'envola rapidement et fut même totalement balayé alors qu'il écoutait le soldat lui citer du Shakespeare et déplorer ce fait aussitôt. Que ce soit l'alcool qui soit responsable de cette situation, très bien, mais d'apprendre qu'Elias avait profité qu'il ait le dos tourné pour aller lire Roméo et Juliette... Cette idée était plaisante et lui tira un petit sourire victorieux, qu'il effaça rapidement, se permettant enfin de lâcher le rire qu'il avait tenté de retenir.

« Tu sais que tu commences à me faire peur ? » demanda-t-il en se laissant glisser sur le tapis à son tour, appuyant son dos contre le canapé. Il poussa sur la table basse pour l'éloigner d'eux, leur laisser un peu plus de place sur le sol avant de reporter toute son attention sur Elias, dont il tenta d'attirer l'attention en glissant ses doigts sur son bras. « Si tu continues comme ça, c'est toi que je vais retrouver à moitié nu entouré de bougies en rentrant un soir... » Quoi qu'il aurait aimé l'idée, dans le fond. Un Elias un peu moins distant et réservé, ça avait quelque chose d'agréable, même si ça ne devait arriver qu'une fois par an. « Ce n'est pas une plainte, attention, j'aime te voir comme ça, tu devrais boire plus souvent. » précisa-t-il tout de même. « Bon, tu veux bien laisser ce tapis tranquille et regarder un peu... Comment tu dis ? Ma gueule d'ange ? Où est-ce que tu comptais aller comme ça, de toute manière ? » Parce que, visiblement, il avait eu envie de prendre la fuite avant cette malheureuse chute, non ? Du moins, c'était l'impression qu'il avait donné et il n'y avait vraiment rien pour justifier cela aux yeux de Will. « S'il faut que je me déshabille pour te faire rester, on peut s'arranger, mais je dois admettre que je prends assez mal le fait que tu préfères câliner le tapis plutôt que moi, là. » Oui, il en rajoutait des tonnes et oui, ça le faisait bien rire, même s'il se retenait de lâcher le moindre son allant dans ce sens en se mordant les lèvres. Un Elias complètement alcoolisé, c'était juste cent fois plus intéressant à ses yeux qu'une petite danse. Et même s'il se sentait un peu plus euphorique lui-même, il parvenait encore assez bien à se contenir en se concentrant sur l'ivresse du soldat. Ça se sentait quand même à ses joues un peu plus coloré et à la manière dont il se pencha finalement sur la table basse pour récupérer la bouteille. Quand il commençait à avoir envie de boire, c'était déjà trop tard.

_________________


I just wanna keep calling your name

Until you come back home
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 3140
Points : 4553
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   Mar 13 Fév - 15:53
Je ne connaîtrais jamais Will par coeur, ou je finirais toujours par tomber dans le panneau, soyons claire, mais là, j’avais plus urgent là, comme fuir car j’avais malheureusement le corps un peu trop sensible sur un sujet. Un peu trop trop réactif. La tête dans le tapis, je l’entendais rire à mes conneries ce qui était clairement normal, je me serais moqué de moi aussi si je pouvais. En revanche lui faire peur ? Moi ? Nooooon. Sauf que ce qu’il dit en reprenant me fit rire. Finir à moitié nu entouré de bougie ? Il était toujours là avant moi, il faudrait que je tombe sur le seul jour ou il sortait pour me mettre nu. « Me faut une rose entre les dents et là je serais super romanticoflippant. », mais je me doutais bien que c’était une plainte, quand à boire plus souvent… Non, je ne pouvais pas. Il demanda bien rapidement si je pouvais laisser le tapis tranquille pour regarder sa gueule d’ange ou si c’était mon plan depuis le début. Non, tomber c’était pas prévu, m’éloigner de lui en revanche. Un frissons me traversa lorsqu’il fut question de l’imaginer se déshabiller pour me faire rester. Ah… « Parles pas de te déshabiller je vais pas réussir à arrêter de bander là… », classe, élégant… Je pouvais le dire autrement, certes, mais j’étais beaucoup trop alcoolisé pour ça. Après j’avais donné le fond du problème, je n’arrivais pas à faire redescendre la pression, je n’arrivais pas à retrouver mon calme. J’aimerais bien le regarder, vraiment j’aimerais ça, mais là… C’était risqué. Pourtant je finis par me redresser après une roulade pour me mettre sur le dos qui ne se solda pas par un choc contre une table basse. Elle avait bougé quand elle ? Assis, les mains entre les jambes pour cacher l’évidence, je posais un regard sur lui, la bouteille à la main, et presque aussitôt je me laissais tomber en arrière, les mains toujours là en guise de coquille. « Tu sais pas à quel point c’est un supplice de te regarder quand on doit reprendre son calme. T’es trop beau, non canon, en fait non, t’es carrément hot, genre vraiment… », et la simple vision de l’homme suffisait à me tirer une multitude de frisson. « Comment tu peux penser que je préfère un tapis ! Même si il est beau attention, je dis pas qu'il est moche et que t’as mal choisi, mais c’est un tapis, c’est pas mon mec, enfin c’est pas toi, même bourré je lui dirais pas je t’aime. », je savais encore faire la différence entre l’homme et un objet non ? Quoi qu’un tapis, c’était un objet ? Un meuble ? Un ornement ? C’était quoi un tapis dans la hiérarchisation de l’aménagement d’un habitat ?

Secouant légèrement la tête, je repris avec un sourire, un peu plus con, mes yeux tombant sur lui, « T’es pas obligé d’être nu pour me faire rester, genre même avec des vêtements je veux de toi, promis, même si là tu pourrais croire que j’ai un problème avec l’image de toi nu, je t’assure que je t’aime tout pareil que tu sois habillé ou non. », fallait que j’arrête de penser à ça, j’avais déjà le cerveau qui s’imaginait des choses. Comme le fait que je sois contre lui, que je rythme nos ébats. Que j’emprisonne son plaisir, que je le fasse vibrer. Oh mon dieu, arrêtes, arrêtes, arrêtes. Me redressant à nouveau, je fermais les yeux, soufflant dans l’espoir de faire redescendre la pression, dans l’espoir de faire disparaitre ces idées. Je passais carrément pour un pervers là. Sauf que non, c’était juste que l’idée d’inverser les rôles m’obsédait un peu trop la maintenant. Penser à autre chose, penser à autre chose penser à autre chose. Boire ? C’était bien boire pour oublier ? Non, c’était pas bien, carrément pas en fait, j’allais avoir encore moins de filtre. J’avais envie de disparaitre. Soupirant d’ailleurs, je retrouvais le sol avant de me retourner pour mettre la tête dans le tapis. Me tapant la tête dans ce dernier avant de souffler à moitié surprit, « Aie. », bien évidemment que ca fait mal quand on est de moins en moins conscient de ses mots. Reprends toi Elias.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1996
Points : 2839
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   Mar 13 Fév - 16:50
Oh. C'était donc ça, le problème. Éloignant rapidement la bouteille de ses lèvres pour s'éviter une très mauvaise surprise en avalant l'alcool de travers. Il la reposa sur le sol, la tenant toujours, tandis que ses yeux cherchaient ceux du soldat et qu'un sourire plus arrogant que jamais s'installait bien confortablement sur ses lèvres. Clairement, il n'avait pas l'impression d'avoir fait quoi que ce soit pour mériter une telle réaction. Il s'était plus ou moins contenter de s'allonger sur le canapé, tout le reste, ça venait d'Elias et de lui seul. Et la seule chose qui soit réellement perturbante dans cet aveu, du moins aux yeux de Will, c'était la réaction qu'il entraînait chez Elias. La manière dont il disait ça, comme si c'était affreusement honteux, la manière dont il se cachait quand il se décida enfin à se redresser... Est-ce qu'il fallait réellement considérer ça comme un crime de désirer la personne partageant notre vie ? Parce que dans ce cas... Levant les yeux au ciel, Will eut tout de même la bonté de laisser monsieur finir son monologue d'homme bourré, d'autant plus que ça le faisait bien rire et que ça gonflait agréablement son ego. Le coup de grâce fut probablement de voir Elias retourner faire ami-ami avec le tapis. Secouant la tête, Will porta de nouveau la bouteille à ses lèvres, avant de se décider à l'abandonner enfin, lui faisant retrouver sa place sur la table basse.

« J'ai plusieurs questions pour toi, désolé, tu vas encore dire que je suis trop curieux, mais c'est vraiment vital, là... » souffla-t-il en se redressant, se tournant légèrement pour regarder Elias, ou du moins la partie de son corps qui n'embrassait pas le tapis. En gros, le haut de son crâne et c'était sincèrement regrettable, car Will aurait payé cher pour voir le visage de monsieur au moment où ses questions commenceraient à fuser. Mais tant pis, dans sa grande mansuétude, Will acceptait de se passer de ce plaisir et de se contenter des réponses qu'Elias accepterait de lui donner. « Premièrement... Est-ce que tu veux bien arrêter de te frapper le crâne par terre ? Si tu nous fais une commotion cérébrale, je pense que je vais me fâcher. » Cette première question avait été posée d'un ton bien trop sérieux pour ce qu'il venait de dire, mais il conservait son air impassible malgré l'envie de rire qui devenait vraiment trop forte à supporter. « Ensuite, je peux savoir ce qu'il y a de mal dans le fait que tu aies tellement envie de moi que tu n'arrives pas à contrôler ton corps ? T'es au courant que c'est une réaction parfaitement naturelle et que ça arrive à tous les hommes de ce monde, hein ? La nature nous a fait comme ça et, bon, je ne dis pas, si c'était le tapis qui te faisait bander ou l'un de tes voisins, j'admets que je le vivrais mal, mais... Le fait que ce soit moi, je trouve ça plutôt... Flatteur. Intéressant aussi. Ce qui m'amène à ma troisième question. » Il se redressa encore un peu plus, son sourire joueur revenant au galop. « Je peux savoir ce que j'ai fait pour te mettre dans un état pareil ? Mon charisme naturel et mon physique plus qu'avantageux ne te font pas un tel effet d'habitude, alors, ça m'intrigue... L'alcool ? La danse ? Un mélange des deux ? » Il avait vraiment très envie de savoir, pour le coup, cette réponse l'intéressait même presque plus que toutes les autres. Au moins autant que celle qui suivrait sa prochaine question. « Et pour terminer, t'es sûr de ne pas vouloir que je me déshabille un peu ? Qu'on profite un peu de cette... motivation soudaine. Et puis, ça fait mal si tu laisses trop traîner, tu sais. » Satisfait, il se permit de rire de nouveau, légèrement, comme il en avait l'habitude, sans qu'un véritable son ne traverse la barrière de ses lèvres.

_________________


I just wanna keep calling your name

Until you come back home
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 3140
Points : 4553
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   Mar 13 Fév - 17:42
Des questions ? J’avais peur de ses questions. Même si la première était acceptable et que je répondis par un hochement de tête  un peu aléatoire sur le sol avant qu’il ne reprenne pour demander en quoi c’était mal d’avoir tellement envie de lui que je n’arrivais pas à contrôler mon corps. C’était humain, ca arrivé à tout le monde. Oui, sans doute, et clairement j’aurais pas eu ça pour d’autre ou un tapis, mais clairement ça m’obsédait là. Ses questions était simple en fait, sauf que… La troisième… Pourquoi je me mettais dans un état pareil ? Son corps, son charisme, l’alcool, la danse… La dernière question… Me redressant pour m’asseoir, j’étais rouge, pas par l’alcool, simplement parce que la simple proposition suffit à faire grandir un peu plus tout ça. J’allais bégayer, clairement, « C’est que je… Enfin j’ai l’impression de penser qu’au cul avec toi et je veux pas passer pour un mec comme ça, alors que c’est clair que tu me feras toujours de l’effet, que te voir sortir de la douche sera toujours aussi plaisant, que te sentir dans le lit sera toujours aussi attractif, et ouais je continuerais à te laisser passer devant car clairement j’aime un peu trop mater ton… Enfin bref, y’a pas que ton anatomie parfaite dans la vie, ni ton sourire parfait, ni ton regard parfait…  », j’allais mourrir si je continuais à tout lister  et j’avais chaud d’ailleurs. Me mettant debout, je réalisais que s’était une idée à la con, réellement. Retrouvant le sol sagement, j’allais répondre à la troisième question, avec quelle cohérence, je n’en savais rien, « Et euh… C’est que… Je… Genre depuis tout à l’heure ça… C’est que tu… Enfin je… C’est le…   », je tremblais un peu là ? Et l’idée de repenser à tout ça, ne m’aidait pas à me calmer, ni à faire disparaitre le feu de mes joues.

Glissant mon visage dans mes mains, je me laissais tomber en arrière, genoux toujours plié pour ne pas mettre en évidence le désir que j’avais de le sentir contre moi. Bon en me laissant tomber je m’étais refait mal, mais j’évitais de le dire, j’étais déjà assez agité comme ça. Je pouvais mentir ? Oui je pouvais, mais j’étais bourré. « Ça… Ça genre longtemps qu’on se connait et… Enfin ca fait 83 jours, je sais pas si ca fait longtemps, mais euh pour moi ça fait longtemps, ca fait genre 2 mois et 22 jours, genre presque trois mois et que genre… », ma voix tremblait, même beaucoup et je tremblais aussi le problème c’était que mon cerveau allait trop vite, il focalisait sur ça, juste sur ça, du coup ce que je disais ne prenait pas le bon chemin sans doute. « On a couché ensemble, plein de fois, genre c’est toujours plus fort, comme si à chaque fois on dépassait des nouvelles limites et c’est trop bien hein, j’ai pas dit le contraire, enfin clairement j’ai jamais autant prit mon pied, si je pouvais effacer tout le reste pour garder que ça ça m’irait, mais tu vois genre… », je me redressais, cachant de nouveau mon entrejambe alors que j’étais assis, « On s’est dit je t’aime, et je t’aime, genre t’es ce que j’ai de plus précieux au monde, et t’as re fait la déco, tu vis à moitié ici, et du coup on se voit toujours et c’est génial, franchement c’est le meilleur moyen de commencer la journée que te voir, mais j’avais jamais fait gaffe, jusque que tout à l’heure… », j’arrivais pas à m’exprimer, vraiment pas. Alors je finis par me remettre debout, tanguant un peu avant de continuer, « J’ai eu envie de… Enfin, je voulais savoir si tu… Enfin tu vois… J’aimerais pouvoir… Enfin c’est cette idée qui me fait… », j’allais tomber si je m’asseyais pas. Alors, je traversais le salon, manquant de tomber avant de m’asseoir dans le canapé, prenant un coussin sur mes genoux avant d’enfoncer ma tête dedans pour trouver le courage. Je pouvais pas faire face déjà, non j'en étais incapable, « Je voudrais savoir si un jour je pourrais… Te… Te pre… Te prendre, non, non, je voulais pas dire ça comme ça, te faire l’amour ? C’est mieux non ? Enfin, je demande si tu dis non c’est ok, genre c’est déjà le feu comme ça et je veux pas que tu partes parce que j’ai le cerveau qui me fait réfléchir à tout ça, enfin, j’aurais toujours envie de toi, c’est genre évident, parce que genre, tu te vois pas, mais t’es genre parfait et le meilleur coup au monde et si ca se trouve moi je serais atroce, genre le pire mec au lit, et t’aurais raison, parce que j’ai plus pratiquer depuis longtemps et au final t’as raison en fait, ca serait sans doute horrible, pourquoi je demande ça moi… C’est stupide, ok, je sais. », laissant tomber le coussin, je me remettais debout, avançant vers le milieu du salon pour prendre la bouteille, buvant une grande rasade avant de reposer la bouteille sur la table et de reprendre avec la même incohérence, « Parlons d’autre chose, tiens, je me demandais tout à l’heure, on est d’accord un tapis c’est pas un meuble ni un objet du coup c’est quoi ? C’est pas un linge de maison ? », et puis je réalisais, j’avais toujours très peu d’espace dans mon pantalon, fixant mon entrejambe une seconde, je finis par me laisser retomber au sol,  le front sur la table basse, « Je suis pas un pervers, je te promets, c’est mon corps qui s’excite tout seul, c’est lui le pervers de toi. », quoi ? Aucun sens.

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1996
Points : 2839
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   Mar 13 Fév - 18:30
Ce serait probablement de mauvaise foi de la part de Will que de prétendre qu'il ne posait que des questions faciles. Honnêtement, il prenait énormément de plaisir en ce moment à les enchaîner en sachant parfaitement qu'il y aurait de la gêne chez Elias en retour, il s'en amusait et ça se voyait sur son visage aussi clairement que possible. Mais, quand même... Il ne s'attendait pas à ce que ces questions-là soient compliquées au point que le soldat ne semblait même pas savoir comment y répondre. Il cherchait ses mots, il en répétait certains presque un million de fois dans la même phrase, tout ça pour admettre un genre de malaise à donner l'impression d'être obsédé par le sexe ? Le sourire de Will commençait à lui filer des crampes à la mâchoire, franchement. C'était tellement... Mignon ? Oui, mignon, adorable, parfait. Ça faisait du bien à entendre, c'était à la fois rassurant et flatteur et Will oscillait entre envie de rire et une inattendue bouffée de tendresse pour cet homme complètement ivre qui était en train de lister ses qualités depuis un bon moment, finalement. Cet homme complètement ridicule en train de se prendre la tête pour des choses qui n'en méritaient pas tant et qu'il aimait, tellement. À un point que ça en devenait effrayant.

La peur, d'ailleurs. Elle frappa l'ingénieur de plein fouet à un moment parfaitement incongru. Son sourire se crispa, alors qu'il luttait pour le conserver tout de même et que les mots d'Elias, toujours tellement hésitant, continuaient d'affluer. 83 jours qu'ils se connaissaient. 83 jours, comme s'il les avait tous compter, l'un après l'autre ? Les doigts de Will se refermèrent brusquement sur le tapis, agrippant quelques fibres pour se contenir, pour se retenir de bouger ou de montrer quoi que ce soit. Ok, ça c'était un peu flippant. Mignon, mais vraiment flippant. Et la manière dont Elias tournait autour du pot n'aidait vraiment pas le jeune homme à se détendre, là. Où voulait-il en venir ? Plus les mots affluaient, moins Will parvenait à suivre le fil de ses pensées et plus son sourire disparaissait pour de vrai. Il était question de sexe, du moins ça avait été le point de départ de cette conversation... Alors pourquoi, tout à coup, ce que disait Elias semblait cent fois plus sérieux et important que juste s'envoyer en l'air ? Pourquoi Will avait-il le sentiment que très bientôt, un drôle d'engagement allait lui tomber dessus ? Son cœur commençait à s'emballer tout doucement, un battement après l'autre, de plus en plus rapprochés et son regard fila l'air de rien vers la porte d'entrée, comme s'il s'assurait que l'issue de secours n'était pas trop loin. Pourtant, il restait parfaitement immobile. Et Elias continuait sur sa lancée, s'agitait dans tous les sens sans parvenir à aller droit au but. Il fallait qu'il l'arrête, il le savait bien, mais sa gorge commençait à s'assécher au point qu'aucun mot ne voulait se former.

Jusqu'à ce que la sentence ne tombe, secouant Will aussi violemment que s'il venait de se faire renverser par un train. C'était... juste ça ? Il eut besoin de quelques secondes supplémentaires, qu'il gâcha à essayer d'ordonner tout ce monologue incroyablement dingue pour cette conclusion complètement folle, des secondes pendant lesquelles il ne parvint pas plus à parler ou bouger, qui étirèrent un silence assez étrange alors qu'Elias s'était rassis sur le sol et, à défaut de se taper le crâne sur le tapis, le faisait maintenant sur la table. Un rire, bruyant, incontrôlable, secoua finalement Will qui se laissa tomber en arrière, chutant contre le canapé qui le retenait de tomber réellement. Il se laissa complètement aller à ce fou rire, incapable de respirer correctement, des larmes perlant au coin de ses yeux. Il lui fallut bien une ou deux minutes pour réussir à se calmer et, le souffle court, le ton encore hilare, demander : « C'est tout ? T'es en train de paniquer juste pour ça ? » Il y avait probablement de quoi être un peu perturbé du côté d'Elias, certes, mais pour le coup, ça n'avait aucune logique dans l'esprit de l'ingénieur. « T'es vraiment adorable, c'est fou...Et complètement flippant quand tu t'y mets. » Il se força à se calmer encore un peu, à retrouver son sérieux avant de devenir un peu trop vexant. « D'accord. Enfin, une fois que tu m'auras présenté ta demande officielle par écrit, signée et datée, en double exemple pour que j'en informe mes avocats, bien sûr, mais ce ne sont que les formalités de base. » Bon d'accord, il peinait vraiment à retrouver son calme, mais il parvint au moins à retenir un nouveau rire et se pencha en avant, posant une main dans le dos du soldat dans l'espoir qu'il n'était pas encore mort de honte. « Sérieusement, Elias. Tu n'as pas besoin de me présenter une demande en bonne et due forme et encore moins de te mettre dans un état pareil. C'est quand tu veux, vraiment. Même maintenant, si t'es réellement sur le point d'exploser. » Il avait essayé, vraiment, mais c'était plus fort que lui et il se remit à rire tout aussi excessivement.

_________________


I just wanna keep calling your name

Until you come back home
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 3140
Points : 4553
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   Mar 13 Fév - 19:09
Rire, il était en train de rire. Je pouvais mourir ? Là ? Maintenant ? Je voulais disparaitre dans la table, c’était con, c’était évident. Depuis quoi on inversait les situation ? Jamais, c’était bien comme ça. Pourtant, après ce qui sembla être une éternité, il sembla se calmer, et moi, j’étais toujours incapable de relever les yeux. Il demandait si c’était tout, si j’avais paniqué juste pour ça. Oui, genre je savais pas si ca se faisait d’inverser, j’en avais aucune idée, et peut-être que Will aimait pas ça et qu’en plus d’être un mauvais coup j’allais être en tort car c’était pas applicable à notre relation. J’étais adorable, adorable et flippant, ok, il allait partir c’est ça ? On couche pas avec quelqu’un d’adorable ? Non on fait un contrat avec quelqu’un d’adorable. Si j’avais pas tellement l’impression que j’allais disparaitre, j’aurais levé les yeux pour lui faire face, pour comprendre si il demandait vraiment à ce que la demande soit faite sur écrit. Mais lorsqu’il posa une main dans mon dos, lorsqu’il m’affirma que je n’avais pas à faire comme ça ou à me paniquer, je compris que j’étais peut-être un boulet. D’autant plus lorsqu’il m’affirma que c’était quand je voulais, même maintenant si j’étais vraiment sur le point d’exploser, « J’ai envie de toi, ca veux pas dire que je sais pas me tenir. », soufflais-je contre le bois, toujours honteux par ma demande et le fait que je sois toujours en proie à mes pulsions pour le moment. « J’allais pas faire genre : paf j’ai glissé ! J’étais obligé de demander, moi j’en sais rien si ça se fait, genre d’échanger… Et puis je sais pas moi, si je suis naze et si je suis con et qu’en plus t’étais pas chaud à l’idée… C’est pas genre… C’est pas grave tous ça, genre t’es mon mec j’ai envie de te faire plaisir presque autant que j’ai envie de toi… », je cherchais encore trop à justifier tout, je le savais, j’étais ridicule, franchement. Finissant par relever les yeux, je me mordais les lèvres, reprenant avec un sourire un peu penaud, « Je suis bourré, du coup ok je serais pas stressé, et encore… Mais si j’oublie, bein demain j’aurais exactement la même angoisse et en plus j’aurais oublié l’avoir fait, alors si c’est un fiasco, tu me diras, ca te permettras de dire non, mais genre bein je vais devoir redemander deux fois et déjà que là c’est compliqué sans filtre alors imagine avec… », fronçant les sourcils je semblais réaliser qu’il y avait une connerie dans ce que je disais. « Argument irrecevable en fait, j’oublierais peut-être même si on fait rien. Du coup faut que je trouve une autre excuse pour repousser le moment ou tu vas réaliser que tu sors avec un mec médiocre au pieu, enfin toi t’es un dieu du sexe et moi je serais l’idiot du village du sexe. ». Irrecevable aussi, quelque soit les positions et les passages pour rester correcte, aucune filles n’étaient restés calmes, « Bon ca voudrait dire qu’elles ont toutes super bien simulé jusque là, mais si ça se trouve je sais plus le faire, c’est comme le vélo faut pratiquer ! Regardes, au début j’étais un peu nul en félation non ? Genre beaucoup nul, maintenant je suis plus doué non ? Bon après même si je restais nul, tu pouvais toujours compenser quand on couche, mais tout ça pour dire que j’ai déjà de base pas super souvent pratiqué et là bein… J’ai oublié le début de mon argumentaire. ».

Me redressant, je finis par me mettre debout, contournant difficilement la table pour finir par m’asseoir sur lui, croisant les jambes autour de son bassin avant de poser ma tête sur son épaule et de rester là un instant, « Je t’aime de supporter mes conneries, je veux juste que tu me vois pas comme un débile qui en plus de vouloir coucher, couchait mal. », mes doigts jouaient avec son t-shirt alors que je restais la, le front contre sa peau alors que je reprenais, « J’ai la pression de sortir avec un génie de tout tu peux pas comprendre ! Je dois lire du Shakespeare, je dois faire bien à manger, je dois comprendre comment fonctionne un panneau solaire, maitriser le tableau des éléments, être caler en littérature, être bon danseur, bon strip-teaseur, avec des abdos… », j’étais définitivement trop bourré pour contrôler ce que je disais. « Toi tu passes les gens ils gagnent 20 de QI, ils tombent amoureux et t’inscrivent sur leurs testament ! », lâchant son t-shirt, je glissais mes mains dans son dos avant de reprendre, la tête tourné vers son cou, « Mais c’est vrai, t’acceptes de tenter l’expérience ? », maintenant que j’avais divagué dix ans, j’avais besoin de confirmer qu’il n’avait pas dit ça pour se foutre de moi.  

_________________




Spoiler:
 
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1996
Points : 2839
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   Mar 13 Fév - 19:59
Un nouvel effort fut nécessaire pour que Will s'arrête de rire pour de bon, levant plutôt les yeux au ciel alors qu'Elias repartait dans une longue tirade pour s'expliquer. Ok, l'idée du « j'ai glissé » n'était pas viable, mais... Enfin, cette demande lui semblait bien trop solennelle pour ce dont il était question. Lui n'avait pas fait autant d'histoires pour obtenir ce qu'il voulait, pas vrai ? Et il l'avait eu quand même. Dans tous les cas, si Will parvenait bel et bien à suivre cet enchaînement de n'importe quoi, il n'était pas question de faire ça maintenant. Donc Elias avait bien pris cette proposition au sérieux malgré les rires loin d'être retenus du jeune homme. Détail qui lui fit secouer la tête une fois encore, presque exaspéré de constater le manque incroyable de second degré chez cet homme. Enfin, ça avait un petit côté mignon, ça aussi. Ahlala... Levant les yeux, il suivit le soldat du regard jusqu'à ce qu'il vienne s'asseoir sur lui, lâchant un soupir face à tant de mots inutiles. Et pourtant, c'était généralement lui le bavard, dans ce couple. Quoi que cela se vérifiait de moins en moins. Accueillant avec un sourire une nouvelle vague de compliments totalement exagérés, Will passa ses bras autour du corps du soldat, le serrant contre lui en continuant de lever les yeux au ciel régulièrement. « Tu racontes n'importe quoi. » souffla-t-il, peut-être un peu plus sec qu'il ne l'aurait voulu. Son ego surdimensionné appréciait l'effort et les compliments, en théorie, mais ça l'agaçait sérieusement qu'Elias se déprécie comme ça sans arrêt. Qu'il se prenne autant la tête pour tout et n'importe quoi quand il était question d'eux, de leur relation. Ça n'avait vraiment pas besoin d'être aussi compliqué, surtout que s'ils voulaient réellement trouver des problèmes, il n'y avait que l'embarras du choix.

Un énième soupir accueillit la dernière question du soldat, mais au moins, Will était calmé et il se montra bien plus agréable et doux dans sa réponse. « Bien sûr que j'en ai envie. » souffla-t-il. « Je n'arrive pas à croire que tu m'obliges encore à dire ça, mais tu réfléchis beaucoup trop. Ce n'est pas parce qu'on est deux hommes qu'il y a des règles pré-établies et immuables, c'est du sexe, le but c'est de prendre du plaisir à deux, pas de suivre à la lettre le petit manifeste de l'homosexualité moderne. » Il se sentait de plus en plus hypocrite à chaque fois qu'il devait faire cette remarque, mais pour le coup, il n'en voyait pas d'autre. « Je ne vois pas pourquoi je refuserais à l'homme que j'aime quelque chose que j'ai déjà accordé à des types dont je me fichais complètement. C'est juste que je ne pensais pas que tu pourrais en avoir envie aussi... tôt. En fait, je ne me suis jamais vraiment posé la question, tellement ça me semblait logique que tu trouverais un moyen de le demander quand tu serais prêt. » Pour le coup, Will avait un peu l'impression d'avoir forcé les choses, une fois de plus, même s'il n'avait rien exigé réellement, aucun aveu, rien du tout. Il s'était contenté de poser une question en se persuadant d'avance que la réponse serait bien plus innocente que cela. Quoi qu'il en soit, maintenant que le calme était revenu dans son esprit, il réalisait bien que sa réaction n'avait pas été très... compréhensive ? Raison pour laquelle, sans doute, il reprit, plus bas, plus détendu aussi : « L'idée m'a déjà effleuré aussi, tu sais... Quand tu m'as raconté comment tu aurais pu me manipuler si on avait tous les deux continué la fac de médecine, pour ne citer qu'un seul exemple. Mais je gardais ça au stade de fantasme pour le moment. » Par cet aveu, qu'il faisait avec beaucoup moins de gêne qu'Elias, il essayait tant bien que mal de remettre un peu d'équilibre entre eux. Que son idiot de petit-ami arrête cinq minutes de le mettre sur un piédestal et qu'il réalise que lui aussi, il faisait son petit effet à Will. Pas besoin d'être un petit génie arrogant pour éveiller le désir. « Et maintenant que je sais comme tu peux bouger ton bassin... »

_________________


I just wanna keep calling your name

Until you come back home
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 3140
Points : 4553
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   Mar 13 Fév - 20:53
Il soupirait, beaucoup, donc je disais beaucoup de connerie ? Bon déjà il m’assurait qu’il en avait envie, mais surtout, il était obligé de répéter une énième fois que je réfléchissais trop. C’était de sa faute aussi, il avait demandé ! Quoi qu’il en soit il confirmait que le fait que l’on soit deux homme ne définissait pas quoi que ce soit. Le but étant de prendre du plaisir à deux, pas de suivre un guide à la lettre. Souriant doucement dans son cou, j’avouais que je n’avais jamais vraiment réfléchit à ce qui se faisait ou non. Genre, j’avais jamais pratiqué, alors forcement… Et puis il reprit, affirmant qu’il ne voyait pas pourquoi il me refuserais ça alors qu’il m’aimait et qu’il l’avait accordé à des hommes dont il se fichait complètement. Certes, mais on sait jamais, c’était Will. Simplement, il n’avait pas pensé que je puisse en avoir envie aussi vite, moi non plus étant donné que j’avais ressenti un truc depuis moins de deux heures, voir presque moins d’une heure. Qu’on me taxe pas de prendre les problème en retard ! J’avais fait vite. Et au final, pour lui, j’aurais trouvé un moyen de demander quand je serais prêt, « Je suis déçu, tu me connais pas assez pour savoir que j’aurais bégayer pour demander. » , soufflais-je dans un léger rire avant qu’il ne reprenne, avouant que l’idée l’avait déjà effleuré aussi. Par exemple, quand je lui avais raconté ce qui aurait pu se passer à la fac de médecine. Il n’était pas resté insensible. Et à présent qu’il savait ce que je savais faire avec mon bassin… Souriant un peu plus, je me décoller enfin de son cou pour le regarder, amusé avant que je ne brise à mon tour le silence avant une certaine arrogance, « Et encore, t’as pas tout vu… », fondant sur ses lèvres pour l’embrasser, je posais mes mains de chaque côté de son visage, caressant sa peau avec mes pouces alors que je n’arrivais pas à contrôler mes attentions. J’étais bien trop chamboulé pour le moment, soyons honnête, j’étais toujours traversé de frisson rien qu’à penser à ça, et je n’arrivais pas vraiment à garder mon calme.

« Faut pas m’en vouloir d’avoir une culture gay médiatisé ! », déclarais-je encore trop alcoolisé pour mesurer ce que je pourrais dire. Déjà que j’avais du mal à tenir ma tête droite, j’allais pas non plus étudier mes propos. « Je pari, on sort maintenant, on demande qui est dessus, déjà ils disent tous toi et en plus ca sera en mode, il faut bien, une femme et un homme ! Du coup comment tu veux que je sache que ça peut tourner ? Déjà j’ai accepté l’idée de pas être gay ou hétéro, je suis amoureux de toi, je suis Willsexuel, donc de base j’ai mon mouvement à moi, je peux pas conjurer tout les préjugé de mon cerveau ! Enfin si, mais pas bourré, et pas que j’ai réalisé seulement il y a deux heures que je voulais te sentir te tendre sous mes coups de bassin… Et ah putain faut que j’arrête d’y penser ! », m’insultais-je à moitié en devant fermer les yeux pour retenir la vague qui montait en moi. C’était anormale de ressentir les choses comme ça. Je devais trouver quelque chose sur lequel me rattacher. « Et je sais pas pourquoi j’ai envie de ça, genre je suis un bébé dans le milieu un peu, mais on contrôle pas je pense, et puis j’ai confiance, et je suis bien, alors en fait, si je sais pourquoi, c’est juste que… T’es un peu trop sexy pour qu’un homme normalement constitué comme moi puisse ignorer l’idée ? », avais-je affirmé en éloignant légèrement mon visage de sa cachette pour le regarder, les sourcils haussé.

_________________




Spoiler:
 
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: On another love, all my tears have been used up [Eliam]   
 
On another love, all my tears have been used up [Eliam]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Fort Hope Community
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération