Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #29 : Juillet 2018
Recensement Recensement #5 en cours
Animation trimestrielle #1 Changez de sexe !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Cet été sur In Your Flesh, réalisez votre rêve d'enfant et devenez dresseur Pokémon ! Pour les attraper tous, ça se passe ici
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - préambule : Welcome to Detroit > A lire ici

In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Fort Hope Community

 Et sinon les loyers sont chers ici ?

I walk a lonely road
Kennedy LancasterI walk a lonely road
avatar
Messages : 467
Points : 844
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Et sinon les loyers sont chers ici ?   Mer 31 Jan - 22:14
Et qu’est-ce que j’aurais dû faire ? Ne rien leur dire et y aller seule ? Tu parles, ils m’auraient tous tué pour le coup. A raison sans doute. Je sais bien que j’ai un peu tardé à leur en parler, mais ils le savent même pas… Bon, peut-être qu’ils finiront par le savoir, ou du moins, par avoir des preuves parce qu’ils s’en doutent, mais on s’en fout de ça. Je sais bien que les mecs n’aiment pas quand on se promène seule, et c’est bien pour ça que j’ai tant hésité à leur en parler, parce que je suis tombée sur le grand méchant barbu, qui n’a rien de méchant en vrai. Enfin, je crois pas en tout cas.
Mais je l’ai fait, je leur ai dit que j’avais croisé un mec, qui m’avait aidé contre un mort et avec qui j’avais discuté un peu de la pluie et du beau temps. Résultat, ils se sont énervés, donc, je me suis énervée et j’ai gueulé, un peu. Sid a fait sa gueule des mauvais jours, parce que oui, il y a pire que celle qu’il a d’habitude, mais comme je m’en fous royalement, je me suis contentée de lui tirer la langue. Super mature, mais pareil, je m’en fous, ils m’avaient énervé. Et même l’autre là, qui m’avait promis de faire un effort, que j’ai cru comme une conne, encore, il a fait la gueule. Tu parles qu’il comprend que ça nous fatigue d’être surprotégées, à tort ou à raison, et qu’il fera en sorte de moins le faire. Dès que j’ai ouvert la bouche, paf, il s’est refermé comme une huître et son regard valait celui de mon frangin c’est dire. Mais je suis pas morte, j’ai même pas dit que j’aurais pu finir noyée, non, j’ai dit que je m’en sortais, qu’il m’avait juste un peu aidé…
Et je me suis dit que la suite arrangerait peut-être le truc, qu’ils reverraient leur opinion. Mais c’est à peine si ça a changé quelque chose quand j’ai dit qu’il m’avait parlé de Fort Hope. Enfin j’ai enrobé un peu le truc, mais grosso merdo, je leur ai dit qu’il avait proposé une maison pour nous tous, et qu’il avait même accepté qu’on aille y faire un tour pour voir avant de se décider. Sid n’y croit pas et se demande comment je peux être encore en vie, sans oublier le passage sur le fait que Logan veut peut-être juste me sauter. Ce à quoi j’ai répondu que s’il l’avait voulu, vu la différence de gabarit, ça serait déjà fait… c’était peut-être pas la bonne réponse soit, mais merde quoi ! Et Luke… bah Luke est resté à faire la gueule. Au final, y a que Drew et les filles qui ont écouté et qui ont semblé intéressés. Super quoi. Je savais que c’était pas gagné, mais putain, si c’est vraiment sécurisé et protégé et relativement tranquille, pourquoi on y aurait pas le droit ?! Je crois que j’ai dit des trucs censés et intelligents dans tout mon baratin que j’ai fini par un formidable "De toute façon, avec ou sans vous, j’irai voir." … Je sais, je sais, c’était pas hyper malin. Et les filles ont quasiment fait la gueule à leur tour quand j’ai dit que non, elles ne viendraient pas, que j’aurais préféré un mec. Et c’est reparti sur le fait qu’en fait je leur faisais pas confiance à elles, et qu’en fait je faisais pas confiance au géant non plus si je voulais pas y aller avec une fille, et qu’en fait j’étais totalement irresponsable, imprudente, immature, idiote, j’en passe et des meilleures. Bon d’accord, ils ont pas vraiment dit tout ça, loin de là, mais c’est bien ce que ça voulait dire en résumé. Autant dire que je me suis cassée, plus en colère que depuis longtemps, à tel point que j’ai dû me planquer pour essuyer des larmes. Oui, bon, j’arrive à me monter la tête toute seule parfois je sais, mais quand même…

Et au final, Drew est venu et m’a souri, avant de me prendre dans ses bras en me disant qu’on irait à deux le lendemain. Alors oui, il est chiant à toujours se sentir responsable et à toujours croire qu’il doit l’être à tout prix, mais… ouais, heureusement qu’il est là.

Tout ça pour dire que ce matin, je me suis retrouvée dehors avec mes affaires, sans trop avoir parlé aux autres. Je suis pas douée, mais eux non plus. J’inspire profondément en levant le visage vers le soleil levant, esquissant un sourire en entendant Drew. En plus, on va avoir du temps pour papoter, ça fait longtemps, et dieu sait qu’il a l’air d’en avoir besoin. Je sais pas trop ce qu’il s’est passé avec les simplets, mais ça a été hyper tendu à un moment. Ça va un peu mieux, mais il est toujours… perturbé. On va dire ça. Alors ouais, au final, je vais sans doute finir par parler pour deux, mais au moins, je pourrais le poker en lui rappelant qu’il est pas seul et ce genre de conneries pourtant évidentes pour la plupart des gens entourés… Mais pas lui visiblement.
On marche un peu en silence et je jette des coups d’œil autour de nous, agitant lentement ma batte d’une main. Le bon côté, c’est qu’il n’y a pas trop de traces de morts pour l’instant, c’est cool. Le mauvais, c’est que si je continue de rien dire, on va arriver avant même d’avoir ouvert la bouche.

« Tu te rends compte qu’on est quand même pas totalement connes ? » Je lui jette un coup d’œil et je hausse les épaules. « Je veux pas me mêler de ce qui me regarde pas, c’est pas mon genre. » Je souris, avant de grimacer et d’attraper son bras en posant ma tête sur son épaule. « J’aime pas te voir comme ça. Et je suis plutôt bien placée pour comprendre les trucs merdiques non ? »

_________________

Ohana means family, family means nobody gets left behind or forgotten
I walk a lonely road
Drew WangI walk a lonely road
avatar
Messages : 406
Points : 1069
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Et sinon les loyers sont chers ici ?   Ven 9 Fév - 22:40
Kennedy avait pris des risques fous et j'aurais du désapprouver. Je désapprouvais en fait, parce qu'elle avait eu de la chance de ne pas tomber sur un taré qui l'aurait enlevée, voilée, tuée, n'importe quoi de ce genre. Il ne fallait pas se leurrer, il y avait pas mal de salopards dehors. On ne survivait pas en étant gentil et altruiste. C'étaient les mecs qui se salissaient les mains, qui mentaient, trompaient, volaient, assassinaient qui s'en sortaient. Les égoïstes qui sauvaient leur peau avant celle des autres... Pourtant, Kenny était revenue en vie, et avec la proposition de visiter un grand complexe de survivants, avec davantage de confort que tout ce que nous avions connu au cours des dernières années. Naturellement, son frère avait fait la gueule et c'était parti en vrille. Luke n'était pas plus enchanté, mais Kenny avait assez de caractère pour les envoyer balader proprement. Les filles n'étaient pas des petites poupées de porcelaine à protéger à tout prix, elles étaient débrouillardes et nous avaient prouvé plus d'une fois qu'elles savaient s'en sortir sans nous mine de rien... Si cela avait été Luke ou Sid qui avait rencontré ce type, tout le monde se serait extasié... Je n'avais donc pas besoin de lui faire la morale.

Kennedy serait bien capable de mettre sa menace à exécution et d'y retourner seule et à moins de l'attacher à un poteau, ou de rester collé à elle pour l'empêcher de le faire... Le plus judicieux était de l'accompagner. Les filles s'étaient emballées, voulant venir, mais Kenny avait refusé, préférant un mec. Alors j'avais mis fin au bordel en proposant mon aide. Je n'étais pas le meilleur garde du corps qui soit, s'il fallait se battre, c'était clairement Sid ou Luke qui étaient les plus indiqués. Mais comme ils désapprouvaient... Et puis, Kennedy était ma petite sœur d'adoption aussi. Elle était fière de ce qu'elle avait fait, de nous offrir une opportunité, il fallait quand même l'encourager même si elle n'aurait pas toujours cette chance.

Voilà comment je me retrouvais seul avec Kennedy, pour la première fois depuis fort longtemps. Cela me faisait du bien de quitter notre refuge aussi, de penser à autre chose un peu... J'avais du mal à me dépêtrer de mes pensées, pas forcément très drôles. Et le chemin se fit en silence au début, j'étais concentré sur la route et les alentours, jusqu'à ce que Kennedy ne rompe le silence, s'attirant un regard curieux de ma part. Et ça commençait bien dis donc. Kennedy allait exactement se mêler de ce qui ne la regardait pas. Et cela s'annonçait pénible. Mais Kennedy savait se faire adorable, alors qu'elle venait se nicher contre moi tout en marchant. « Me voir comme quoi au juste ? » Mince, c'était donc si visible que ça que certaines choses me tourmentaient ? Enfin, plus que d'ordinaire ? OK, la dispute avec Sid et Luke n'avait pas été sans conséquences, me renvoyant vers mes démons. « A propos de trucs merdiques. C'est quoi le problème avec Luke ? » Non parce que bon, si je savais qu'elles n'étaient pas complètement connes, nous n'étions pas totalement cons non plus et il y avait un truc entre Luke et elle, clairement.

_________________
Forget what hurt you - but never forget what it taught you
Sometimes being a brother is being a kind of superhero.
   ♛ by wiise
I walk a lonely road
Kennedy LancasterI walk a lonely road
avatar
Messages : 467
Points : 844
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Et sinon les loyers sont chers ici ?   Mar 13 Fév - 20:13
Une partie de moi essayait de comprendre, une partie essayait d’être souple et tolérante, de me faire entendre qu’ils s’inquiétaient juste pour moi. Le reste était juste convaincu, une fois de plus, que toute vérité n’était décidément pas bonne à dire et qu’il valait mieux parfois se débrouiller seule. Après tout, on allait tous se balader tout seul à un moment ou à un autre, c’était injuste de me reprocher ça. Oui, j’étais tombée sur quelqu’un et oui, j’avais eu de la chance de tomber sur Logan, je le sais bien. Mais quoiqu’ils en pensent, je n’allais pas arrêter de vivre parce qu’ils flippaient. S’il m’arrivait un truc, je ne pourrais m’en prendre qu’à moi-même, c’est tout. qu’ils essaient donc de m’empêcher de me promener ou de…
Je soupire, les sourcils froncés. Ouais, je me monte la tête toute seule. Sid avait un caractère de merde, ça avait toujours été le cas et ça n’allait malheureusement pas en s’arrangeant… ça laisse rien présager de bon me concernant, j’espère que c’est pas de famille… Et Luke… Non, j’avais beau retourner le truc dans ma tête, je vois pas. Surtout après son blabla de notre dernière excursion à deux, de ses promesses de faire mieux, et de mes efforts à moi pour qu’on… je sais pas pourquoi exactement. Qu’on se rapproche ? Que ce soit moins tendu tout du moins entre nous. Et pour finir, c’est Drew qui avait, encore une fois, mis un terme à tout ça, après que je me sois barrée, et qui m’accompagnais. Je sais pas trop s’il en a envie ou si ça le fait chier de devoir aller voir en fait. Mais ça vaut le coup non ? J’ai même pas vendu un truc utopique et irréaliste, j’ai juste parlé de murs, de maisons et de bouffe. La base quoi. Sécurité et nourriture. Tout le monde est fatigué et sature, mais ça n’a l’air d’intéresser personne de pouvoir se poser vraiment. Et puis, s’ils veulent pas, ils ont qu’à trouver un abri sécurisé eux ! C’est vrai quoi, merde.

Alors oui, je sais, peut-être que ça serait mieux tombé à un autre moment, genre à un moment où ils auraient pas à moitié fait la gueule de base comme là, mais je peux pas prévoir moi ce qu’ils font. Surtout qu’ils n’ont rien dit et on fait genre tout va bien, alors qu’ils étaient tous pas bien à l’évidence, comme si on était débiles toutes les trois. Je sais pas trop si les filles ont pu leur parler, moi j’ai pas trop eu l’occasion… Jusque-là donc. Je mets un peu les pieds dans le plat, mais c’est pas vraiment par choix. Ils ont qu’à nous parler. Voilà. Bon, j’amoindris un peu ma brusquerie verbale on va dire en lui faisant un câlin. Ou alors, c’est possiblement aussi pour essayer d’obtenir plus de réponse en me montrant choupinette, dans le doute, tout ça…

« Te voir en train de te torturer les méninges à propos de je-ne-sais-quoi. Depuis quelque temps, c’est comme si… Sid fait toujours la gueule, donc ça compte pas, mais Luke et toi, ça se voit, même si vous essayer de donner le change. On dirait qu’on vous a balancé du haut d’un pont dans une rivière gelée… ça donne un mélange de colère et de flippe, avec un air de chien mouillé derrière, c’est pas génial. »Je hausse doucement les épaules. « On vit H24 ensemble, c’est difficile de pas remarquer quand l’un de nous ne va pas bien. » Je lui jette un coup d’œil, fronçant à nouveau les sourcils, m’éloignant de lui sans y penser, sans pour autant lui lâcher le bras. « J’en sais rien. C’est un sale con ? »Je soupire et, rattachant ma batte à ma ceinture, je vais arracher une petite branche, en faisant la moue. « Ça allait mieux. J’avais plus envie de le baffer à chaque fois que je le voyais, et j’ai même fait des efforts pour que ça se passe mieux, pour que ce soit moins lourd et qu’on s’entende mieux. Et puis, paf, retour de bâton. C’est pas la première fois. Qu’il s’éloigne et fait comme si je… » Je déglutis, regardant obstinément autour de nous, la mâchoire crispée. « J’ai encore fait un truc qui fallait pas, qui l’a gavé, et qui me rend de nouveau insupportable à ses yeux. Je sais pas quoi, pas plus que la dernière fois et… Et j’en ai marre. Voilà. » Je lui jette un coup d’œil. « Je t’ai répondu. A ton tour maintenant. »

_________________

Ohana means family, family means nobody gets left behind or forgotten
I walk a lonely road
Drew WangI walk a lonely road
avatar
Messages : 406
Points : 1069
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Et sinon les loyers sont chers ici ?   Dim 18 Fév - 12:05
J'étais vraiment rouillé. Même Kennedy avait remarqué que j'étais plus taciturne que d'ordinaire. Je n'étais pourtant pas un grand bavard de base, plutôt en retrait et à les observer que réellement participer. J'étais souvent la cible de leurs taquineries pour cela d'ailleurs, mais je n'en prenais nullement ombrage. Cela me faisait sourire. Comme quand je leur faisais la morale et qu'ils se liguaient tous spontanément contre moi en mimant des pendaisons ou des endormissements, sans même avoir à se concerter. J'en avais pris l'habitude. J'étais le plus posé, le plus calme et le plus secret quelque part, même si nous cachions tous des choses désormais. Il fallait croire que cette affaire me touchait davantage que je ne le pensais... Enfin non, je savais que cela me touchait, mais je ne songeais pas que mon attitude puisse alarmer ainsi les autres. Pourtant, Kennedy et moi avions vécu ensemble après sa fugue... Elle me connaissait plutôt bien malgré tout. Malgré moi, j'esquissai un sourire quand elle imagea les choses, retenant l'envie de lui répondre qu'en fait Luke s'était balancé tout seul d'un arbre et non dans une rivière gelée. Sauf que cet épisode était classé secret défense. Pour l'ego de Luke. « Tu as une imagination débordante, on te l'a déjà dit. » Non parce que là, quand même... Surtout que je n'étais pas en colère. Luke et Sid, si, probablement, enfin Sid était tout le temps en colère en même temps... C'était sa façon à lui de lutter contre le désespoir et la déprime.

Mais Kennedy avait raison, en vivant tout le temps ensemble, les changements d'humeur étaient perceptibles. Quand cela durait quelques jours, ça passait, mais quand ça durait des semaines, il y avait de quoi se poser des questions et chercher à en savoir davantage pour y remédier. J'étais le premier à prôner le dialogue et à souhaiter aider les autres à se décharger de leurs fardeaux, tout en craignant certaines vérités, paradoxalement... Et là, je me demandais que dire à Kennedy sur tout ça... Pour lui donner un os à ronger, mais respecter la promesse faites à mes frères... Exercice d'équilibriste un peu compliqué. Alors je gagnai du temps en parlant de Luke, la réponse de Kenny me faisant sourire encore une fois. « Ouais, mais c'est pas une nouveauté ça. » Je l'observai alors qu'elle allait cueillir une branche pour jouer avec, afin de s'occuper et se donner une contenance. J'écoutai avec attention ses explications, qu'elle avait fait des efforts pour que cela se passe mieux avec Luke et ça avait fonctionné un temps. Mais ce qu'elle déplorait, c'était qu'il s'éloigne d'elle... Et pour avoir vécu la même chose avec Axel, je ne pouvais que comprendre ce qu'elle ressentait. « Tu ne lui en as pas parlé ? » Ce serait le plus simple. « Ça éviterait que tu te tortures avec des tonnes de questions, dont la plupart te remettent en cause alors que tu n'y es peut-être pour rien. » Je me rapprochai d'elle et passai mes bras autour d'elle, l'enlaçant par derrière avant de baiser sa joue : « C'est bien de savoir se remettre en question et de corriger le tir, mais que cela ne devienne pas une dévalorisation constante, Kenny. » Je la connaissais ma petite sœur. Elle était grande gueule, mais sensible et peu sûre d'elle. « Luke est gavé pour ma grand chose en ce moment. Demande-lui. Ce sera encore le plus simple. Confronte-le. » Comme j'avais fait avec Axel. Même si elle avait nié... Après ça, elle ne pouvait plus faire semblant de ne rien remarquer.

Mais la jeune fille ne semblait pas prête à lâcher l'affaire. J'avais posé mon menton sur son épaule. Mon regard se fit plus vague alors que je regardais devant moi. « Ce n'est pas grand chose, on s'est disputés avec Luke et Sid quand nous sommes partis tous les trois. Puis nous avons parlé et cela m'a donné à réfléchir. Concernant le passé... Et l'avenir. » J'esquissai un petit sourire. « Je ne suis pas d'un naturel optimiste en vrai tu sais... Je suis dans une période de creux. Et... Je ne peux m'empêcher de penser à ma mère qui a déclaré sa maladie à l'âge que j'ai désormais. J'ai une épée de Damoclès sur la tête et je crains sans cesse de virer comme elle. Elle alternait les phases de dépression profonde où elle ne faisait rien et voulait en finir, avec celles d'activité où elle pouvait dépenser tout notre argent pour des conneries, des lubies et était hyper active... » Ce n'était pas facile de parler de cela. Mais c'était une ombre qui planait sur moi et était source d'angoisse, en plus des secrets que je ne pouvais révéler à mes sœurs.

_________________
Forget what hurt you - but never forget what it taught you
Sometimes being a brother is being a kind of superhero.
   ♛ by wiise
I walk a lonely road
Kennedy LancasterI walk a lonely road
avatar
Messages : 467
Points : 844
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Et sinon les loyers sont chers ici ?   Jeu 22 Fév - 20:59
C’est rigolo que les gens s’imaginent super facilement qu’ils vous connaissent, qu’ils savent lire en vous comme dans un livre sans penser qu’en contrepartie, vous savez le faire aussi chez eux. Oui, je me compte dans les gens. Faut pas se leurrer, ils doivent me connaître, moi et mes réactions débiles, mieux que je ne le voudrais, même si j’aime à penser que je suis assez secrète ou énigmatique, j’aime bien ce mot, pour pouvoir les tromper. Ou assez bonne menteuse ouais, peut-être plus ça. Savoir jouer la comédie, c’est cool, même en famille donc. Tout ça pour dire que je le vois bien que ça le travaille, même s’il fait genre que non et qu’il se retranche derrière son masque de grand frère imperturbable. Mais j’arrive à le faire sourire malgré tout, première petite victoire de la journée. Je hoche la tête, tout sourire, à sa remarque, même si mon imagination s’exprime mieux sur le papier, sous forme de dessin, qu’à l’oral. Mais bref. Il en profite pour ne pas me répondre et pour retourner la situation en m’interrogeant. c’est carrément pas juste. Surtout que comme moi avec lui, il touche un peu le sujet sensible. Mais je lui réponds, parce que j’ai rien à cacher, j’ai rien fait de mal ce coup-ci, et puis, c’est Drew, avec tout ce qu’il sait déjà, ça risque pas de changer grand-chose hein ? Il m’arrache un simili-sourire en acquiesçant, même si je m’éloigne un peu pour jouer avec une branche, comme une gosse contrariée.
 
« Lui en parler ? Non. Il fait la tête, il fait la tête, c’est tout. »  Je me crispe un peu quand il se déplace, avant de soupirer en me laissant aller un instant contre lui, fronçant néanmoins les sourcils en l’entendant. « Je me dévalorise pas. Je me remets même pas en question pour lui, rêve pas. »  Tu parles. C’est nul qu’il sache taper aussi juste quand même. « J’ai dit que c’était un sale con, c’est pas ma faute ça. C’est lui qui a un problème et qui en parle pas. »  Je soupire, la moue boudeuse, agacée de savoir qu’il a raison, sans pour autant vouloir l’admettre. Ce serait trop facile sinon faut pas déconner. « Pourquoi ? S’il voulait me parler, il l’aurait fait. Et peut-être qu’il fait la tête à tout le monde et que je m’imagine des trucs, si tout le gave comme tu dis... » 
 
Sauf que même lui a bien vu qu’il y avait un truc, sinon il m’aurait pas posé la question comme ça, pas vrai ? Mais j’ai pas envie de le confronter, j’ai pas envie de connaître les réponses à mes questions. Peut-être que je peux le re-éviter comme avant, remonter ma super armure et tout… Je soupire, mes bras posés sur les siens, et je fronce un peu les sourcils quand il se décide à me répondre. Ouais, ça on s’en doutait, qu’ils avaient parlé et que ça a secoué pas mal de trucs et que ça a mal tourné. La question, c’est qu’est-ce qui a merdé ? Pourquoi ils sont tous les trois dans cet état ? Disputés pourquoi ?
 
« Tu veux que je confronte Luke et que je lui parle, mais vous nous dites rien. Ouais, ouais, ça nous concerne pas directement, je sais bien, mais… vous êtes importants…. Tu sais que tu peux me parler hein ? Je sais garder les secrets si besoin et… Enfin bref, si y a besoin, je suis là... » Et je me fige quand il reprend. Je fronce de nouveau les sourcils, avant de me retourner vers lui et de le dévisager. J’inspire et je secoue la tête, ma main allant effleurer son nez pour le poker. « Vois le bon côté : on a pas d’argent à dépenser. » Je grimace un sourire. « Désolée. » Je soupire avant de reprendre plus sérieusement. « Écoute… Je sais que ça t’inquiète, que ça peut être héréditaire, on en avait déjà parlé. Mais tu veux que je te donne mon avis ? Même si c’est non, je le ferais quand même de toute façon… Alors je sais que ça marche pas vraiment comme ça, mais je sais aussi qu’il y a des signes avant-coureur. Tu n’as jamais eu de folie dépensière, même avant, tu avais une vie stable et équilibrée, tu n’enchaînais pas les petites copines, comme Luke… tu n’es pas vraiment irritable, tu n’as pas de période hyper euphorique ou au contraire hyper triste, tu n’as jamais essayé de te foutre en l’air non plus…
Tu es la personne la plus posée et la plus réfléchie que je connaisse Drew. Tu dis être dans une période de creux, okay, je te crois sur parole. Mais regarde autour de nous. Il y a de quoi se foutre en l’air tous les 10 mètres, et pourtant, tu es toujours là. A veiller sur nous et à nous rassurer, à nous lire des histoires et à nous écouter. Si ça avait dû se déclarer, tu crois pas que ce serait déjà fait avec tout ce qui nous est tombé dessus ? » 


Je le fixe et me hisse sur la pointe des pieds pour l’embrasser sur le front, avant de le prendre dans mes bras.
 
« Je t’aime tu sais. Et on est tous là pour toi, c’est pas à sens unique, même si t’as tendance à l’oublier… »  Je souris. « Mais crois pas pour autant que j’oublie que t’as subrepticement évité mes questions... »

_________________

Ohana means family, family means nobody gets left behind or forgotten
I walk a lonely road
Drew WangI walk a lonely road
avatar
Messages : 406
Points : 1069
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Et sinon les loyers sont chers ici ?   Mer 28 Fév - 12:04
Je n'avais pas vraiment eu l'occasion de me retrouver seul avec Luke depuis que nous nous étions confiés les uns aux autres avec Sidney ce fameux jour qui avait eu un impact assez violent et négatif sur nous par la suite. J'ignorais qu'il boudait même Kennedy. Les autres aussi ? Ou bien surtout elle pour une raison qui m'échappait ? Il était clair qu'aucun de nous trois n'était ressorti indemne de cette discussion à cœur ouvert et que nous avions bien mal caché qu'il s'était passé quelque chose, malheureusement. Sauf Sidney peut-être. Comme il était déjà d'un naturel taciturne de base, cela ne changeait pas grand chose. Si moi, j'étais réservé, désormais, j'étais carrément renfermé. Et le changement n'avait pas échappé aux filles. Elles voyaient clair, même si elles ne disaient pas forcément quelque chose sur le coup. Je la sentais contrariée et je ne pus résister à l'envie de lui faire un câlin. Et je souris légèrement à sa répartie. « Tant mieux. » Cependant, ses propos m'alarment... Parler de ses problèmes... Ah vaste sujet. « Ce n'est pas évident de tout raconter tu sais... Parce qu'on ne veut pas alarmer les autres, parce qu'on se dit que ce n'est pas si important... Parce que nous sommes des hommes et que très connement, on a à cœur de paraître fort pour vous. » Je m'attendais déjà à la réaction de Kenny à ce sujet. Elle trouverait ça totalement stupide et s'offusquerait qu'on les traite comme des petites poupées fragiles à protéger. Ah petite sœur, si tu savais à quel point ce désir de protection envers vous est simplement un moyen pour nous de tenir et nous sentir utiles... De nous rassurer... « Luke n'est pas très bavard ces temps-ci. » Je répondis prudemment à ce sujet, connaissant une partie de la raison. Mais ce n'était pas un mensonge, étant donné que je n'avais pas eu l'occasion de discuter avec lui non plus. « Et Sid, tu le trouves comme d'habitude ? » Etait-il toujours le même avec sa sœur ?

J'avouai alors à Kenny que nous avions eu une discussion assez éprouvante entre frères. Et sa proposition me fit sourire une fois de plus, avec affection. « Oui je sais. Et ce n'est pas une question de confiance en toi. » Parce que je ne doutais pas qu'elle pouvait tenir sa langue. Mais... Je ne souhaitais pas la chambouler. Et très égoïstement, je ne voulais pas lire la déception puis le rejet dans ses yeux quand elle saurait l'ampleur de la supercherie. Je biaisais alors en parlant d'autre chose, qui me préoccupait tout autant. Vraiment. Kennedy se retourna pour me faire face avant de m’asséner une pichenette sur le nez qui me fit cligner des yeux alors qu'elle répondait avec humour avant de s'excuser. « Non, tu n'as pas tort. » Je n'allais pas m'offusquer de sa petite plaisanterie qui l'aider à encaisser les choses et lui permettait de réfléchir à quoi répondre. Ce qu'elle fit, de façon très rationnelle. La petite sœur qui rassurait le grand frère... C'était attendrissant. Et réconfortant également. Cela me rappelait nos années de vie commune... Ça n'avait pas toujours été facile, mais... ça avait été agréable. Elle avait mis beaucoup de vie dans la mienne trop bien rangée. « Peut-être... » Je réfléchissais sérieusement à ses arguments. « C'est vrai que tout donne envie d'abandonner... Mais je vous ai et c'est bien plus fort que n'importe quel sentiment de désespoir. »

Doucement, Kennedy se fit plus grande pour m'embrasser et me serrer contre elle. Je refermai les bras autour de son corps frêle à sa déclaration toute simple. Avant de me raidir à la suite et de la relâcher, avec un sourire en coin. « Mince, je perd la main. » Je ne niai pas. Mais je n'avais pas l'intention d'y répondre non plus. Nous nous remîmes donc en marche tranquillement. « Tu crois vraiment qu'il y a un avenir pour nous à Fort Hope ? » Sans doute, sinon, elle ne se serait pas fâchée avec tout le monde pour soutenir cette idée. Il fallait avouer que cela avait l'air trop beau pour être vrai... Cesser de bouger tout le temps. Avoir le droit à de la nourriture, de l'hygiène, du repos... Pouvoir compter et se reposer sur d'autres. Retrouver un semblant de vie normale. Mais à quel prix ?

_________________
Forget what hurt you - but never forget what it taught you
Sometimes being a brother is being a kind of superhero.
   ♛ by wiise
I walk a lonely road
Kennedy LancasterI walk a lonely road
avatar
Messages : 467
Points : 844
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Et sinon les loyers sont chers ici ?   Mar 13 Mar - 21:10
Ah les mecs ! C’est fou ce que cette phrase marche pour tout et n’importe quoi les concernant. Me demander à moi pourquoi Luke fait la gueule est déjà un peu idiot, vu que soit je lui fais la gueule, soit c’est lui, mais y a toujours quelque chose, et ce, depuis des années… Mais me sortir ça… C’est fou qu’il puisse, lui, se montrer si perspicace et malin sur la plupart des trucs, et que d’un autre côté, il en soit encore à sortir ce genre de conneries.
 
« C’est toi qui viens de dire qu’il fallait parler pour éviter de se torturer les méninges, pas moi. Et je ne suis ni sa bonne conscience, ni sa confidente, alors il fait bien ce qu’il veut, tout homme fort qu’il soit. Et tu crois vraiment que nous, on a pas besoin de paraître fortes ?… » Je soupire. « Pas besoin de paraître forts ou de nous considérer comme des choses à protéger pour être utiles ou pour qu’on ait besoin de vous… Tu le sais ça hein ? » En fait non, je suis presque sûre qu’aucun des trois ne s’en rend compte, même si Luke avait promis de faire des efforts, ce qu’il n’a pas fait au final. Ça reste sujet à débat, et à disputes donc, et on sait très bien toutes les trois pourquoi ils font ça… Mais bon, tant qu’eux refusent de le reconnaître, on va pas insister… râler quand ils en font trop est bien plus divertissant. Je me contente de hausser les épaules quand il renchérit sur Luke. Il n’est jamais bavard avec moi, donc bon… Mais je me fige un peu quand il parle de Sid. Je fronce les sourcils et lui jette un coup d’œil. « Sid ? Ouais, il fait toujours son gros macho taciturne que rien ne touche… rien ni personne... » Même pas moi donc. Hum. « Il est peut-être un peu plus… renfermé que d’habitude, lui aussi, mais comme c’est le cas pour vous trois... »
 
 
Je hausse les épaules, avant de plisser les yeux en l’écoutant, soupirant même en l’entendant. j’ai le droit de dire que ce sont des gamins ou pas ? Non, sans doute que non. Surtout que si c’était une vraie engueulade, ça devait être un truc bien moche pour que ça les touche autant tous les trois. Je me contente donc de hocher la tête en le dévisageant quand il décline ma proposition de se confier à moi. Au moins, il sait qu’il peut. Même s’il ne le fera pas. Okay, il se confie sur un autre sujet qui doit être tout aussi sensible et difficile à aborder pour lui. Je devrais en être satisfaite, flattée même. Mais ça me serre juste le cœur pour lui, parce que je me rends un peu plus compte de tout ce qu’il garde pour lui, sans oser en parler, et pas seulement parce que c’est un mec, un pur, un dur, mais parce que c’est le grand-frère responsable et protecteur. Enfin, je savais déjà que ça le tracassait avant tout ça, c’est pas pour rien que je m’étais renseignée sur la maladie et tout ce qui l’entoure, pas pour rien que j’en connais les symptômes et autres signaux. Alors si je peux le rassurer, être utile au moins un peu… et ça a l’air de marcher non ? Je pourrais presque voir ses neurones se mettre en route là-haut. Je lui offre un immense sourire.
 
« Pas peut-être, c’est sûr. Et oui, tu nous à nous. Quelle chance tu as ! Marginaux et asociaux, cinq cas sociaux rien que pour ton bonheur, de quoi t’occuper pendant les 30 années à venir ! »
 
Je lui fais un clin d’œil, avant de le serrer dans mes bras. Et oui, je suis grande gueule, forte et indépendante et toutes ces conneries féministes, mais ça me fait un bien fou qu’il me rende mon câlin, juste comme ça. Même si je perds pas le nord. Une de mes grandes qualités ça, l’obstination. Ou pas. Je le fixe et hausse un sourcil, avant de soupirer en souriant. Il me dira rien. Pire que moi. Et je reprends à ses côtés, avant de froncer les sourcils à sa question en réfléchissant.

« Logan m’a dit qu’ils avaient des enceintes. De la nourriture. De quoi se protéger. Des maisons. Du confort. De l’eau courante ! Des motos… des règles aussi. » Je souris sur le dernier mot, étant donné qu’il me connaît, moi et mon amour des règlements. « Je sais pas, faut que tout le monde soit d’accord, faut qu’ils mettent du leur et… je pense qu’on pourrait s’y faire une place oui. Il nous a invité, pas seulement moi, nous, ça compte non ? Je dis pas que tout y est parfait, loin de là, mais… on pourrait se reposer, respirer, reprendre des forces… et peut-être y rester qui sait. Ça nous ferait du bien. »


Même si aucun d’entre eux n’en étaient convaincus visiblement. Enfin si, trouver un endroit où se reposer et vivre, pas seulement survivre, ça, ils voulaient, mais visiblement, pas quand ça venait de moi… Parce que j’étais assez naïve pour croire le grand méchant loup ou un truc de ce genre… Mon cul ouais, de nous tous, je devais bien être une des plus soupçonneux en vrai. Mais Logan… il avait été sincère, j’en suis quasiment convaincue. Sauf qu’ils s’en foutent de ça. Bref donc.

_________________

Ohana means family, family means nobody gets left behind or forgotten
I walk a lonely road
Drew WangI walk a lonely road
avatar
Messages : 406
Points : 1069
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Et sinon les loyers sont chers ici ?   Lun 2 Avr - 20:40
Malgré moi, je souris, un sourire que j'essayais de réprimer alors que Kenny me faisait la morale en disant qu'elles aussi elles avaient besoin d'être fortes et qu'elle n'avaient pas vraiment besoin qu'on les protège. C'était probablement vrai, mais c'était difficile de lutter contre son instinct. Et Luke, Sidney et moi avions tous ce besoin viscéral de veiller sur elle et de leur éviter tout danger, même si c'était mission impossible et sans doute peine perdue que de se leurrer sur notre efficacité. « Je sais, mais c'est difficile de l'admettre et de l'intégrer. » Pouvait-elle le comprendre ? Les autres le pouvaient-elles aussi ? Je l'ignorais. Cela devait être agaçant et étouffant, mais ce n'était motivé que par l'affection, l'amour, que nous éprouvions pour elles... Je profitais de me retrouver avec Kennedy pour l'interroger concernant son frère, afin de savoir si elle avait remarqué un changement de comportement chez lui ou s'il faisait admirablement bien semblant que tout allait bien. Mais comme Sid faisait déjà bien la gueule de base, il n'y avait guère de changement, sinon qu'il était encore plus fermé... Et je notai sa petite pique à ce sujet, sans pour autant la relever.

Je lui avouai que nous nous étions disputés. C'était la vérité. J'évitais soigneusement le réel sujet de cette dispute et toute la culpabilité qui en avait découlé, mais elle avait tout de même des éléments de réponse pour comprendre le pourquoi de ce malaise entre nous. Je lui avouai aussi beaucoup penser à ma mère et à sa maladie que je savais, parfois, héréditaire. Et il n'était simplement pas pensable que je puisse en déclarer les signes dans le contexte annuel... Si cela arrivait, je serais alors vraiment un boulet pour le groupe et il me faudrait partir... Il n'y avait pas de place pour quelqu'un de psychologiquement instable dans un groupe de survivants déjà fragiles. Kennedy me rassura à ce sujet et je lui concédai au moins cela. Ça ne servait à rien de se mettre martel en tête, mais j'étais d'un naturel soucieux alors... J'eus un pâle sourire à sa réplique concernant la drôle de famille que nous formions et surtout le fait de les supporter encore 30 ans... Je la trouvais bien optimiste à ce sujet. « Ah j'aimerai que cela dure encore 30 ans oui. » j'acceptai le câlin sans broncher naturellement. J'aimais quand Kenny se montrait comme ça avec moi, cela me rappelait notre cohabitation, quand les choses allaient encore relativement bien, même si elle avait vécu des trucs moches.

Je fis la sourde oreille à ses tentatives de me tirer les vers du nez, avant de m'intéresser un peu à ce que lui avait promis ce Logan et qui motivait notre petite virée... Et qui avait causé moults remous au sein de notre petite famille. « N'importe quelle communauté a besoin de règles pour que cela fonctionne et le bien de tous. Tant que ce n'est pas de la dictature. » Je lui adressai un clin d’œil, conscient qu'elle n'aimait pas qu'on lui dicte sa conduite. Le reste vendait clairement du rêve en attendant. « C'est vrai que si nous pouvions nous reposer un peu, ce serait sympa. Mais avant de prendre une décision, il faut jauger un peu cet oasis et ne pas foncer droit dans un piège ou un truc tordu. » Mais je supposais que Kenny avait déjà pensé à tout cela. Elle n'était pas idiote.

_________________
Forget what hurt you - but never forget what it taught you
Sometimes being a brother is being a kind of superhero.
   ♛ by wiise
I walk a lonely road
Kennedy LancasterI walk a lonely road
avatar
Messages : 467
Points : 844
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Et sinon les loyers sont chers ici ?   Jeu 5 Avr - 22:41
Je plisse les yeux alors qu’il sourit. Enfin, il essaie de le cacher, mais je vois bien là ses lèvres qui se pincent un peu et le coin de ses lèvres qui frémit. Et il sait que j’ai raison, qu’on a pas vraiment besoin d’être protégée, pas autant en tout cas, ou pas tout le temps du moins. Et moi encore moins que les autres, même si je saurais pas trop le justifier ça. Une pointe d’arrogance peut-être… ou d’inconscience plus certainement. Je lui jette un coup d’œil sceptique quand il acquiesce malgré tout. Au moins s’en rend-il compte, ce qui n’est pas le cas de tout le monde. Et je sais bien que ce n’est pas aussi facile que ça, qu’ils ont sans doute besoin de ça, comme j’ai besoin de sans cesse essayer de trouver des trucs pour les aider, pour pas me sentir de trop. C’est pas tout à fait pareil, mais ça se rejoint non ? Ce besoin de se savoir utile, de les savoir en sécurité, de faire quelque chose de bien, au moins de temps en temps.
Quant à Sid… qu’est-ce que je pourrais dire de plus ? S’il me pose la question, c’est qu’il l’a bien vu. Et non, je n’en sais pas plus que lui, toute petite sœur que je sois. J’en sais même moins en vérité, mais ça, il évite soigneusement de m’en parler malgré mes interrogations… enfin, il me dit quelques trucs, mais je sais bien que c’est loin d’être toute l’entière et pleine vérité. Mais s’il ne veut pas m’en parler, il ne me dira rien, je le connais quand même un peu… Et puis, ça a l’air de tous les avoir tellement touchés que de toute manière, il ne voudra pas trop en dire, pour préserver les autres. Enfin, une connerie du genre. Parce que quand ça le concerne lui et lui seul, il parle. Parfois. Comme là quand il me parle de sa mère et de son inquiétude vis-à-vis de la maladie. Tête de pioche qui ne veut pas inquiéter les autres… alors que c’est ça aussi une famille non ? Pouvoir se parler, compter sur les autres, se reposer sur eux. Je sais, je devrais pas râler vu qu’il vient justement de se confier, mais bref. Déjà, il m’écoute et c’est pas si mal. Je grimace et hausse les épaules, mon sourire toujours aux lèvres.

« Ne réclame pas trop, tu regretteras un jour d’avoir proféré de telles paroles. »

Même s’il y a peu de chances en effet. Mais sait-on jamais. Être optimiste, c’est ce qui fait tenir non ? D’autant qu’on est encore tous ensemble, malgré tout ce qui s’est passé, que je peux lui faire des câlins, privilégiée que je suis, qu’on va trouver un endroit où se poser durablement, etc.
Que demander de plus ? Pas qu’il me parle, malgré mes nouvelles tentatives hyper subtiles, mais c’est pas très grave, il sait qu’il n’est pas tout seul, c’est le plus important.
Je grimace en grognant quand il renchérit concernant les règles, avant de soupirer en hochant la tête.

« Je pense pas que ça en soit… En même temps, je n’ai eu que sa version, donc c’était pipé, mais il s’est offusqué ou peu s’en faut quand j’ai parlé de moutons pour les gens, donc… je me dis que ce n’est pas ce qu’il attend d’eux.
Et je sais bien tout ça, c’est bien pour ça que je veux y faire un tour, voir de mes propres yeux, creuser un peu. Je veux pas vous mettre en danger tu sais. Si j’avais pas eu peur que ça empire la situation, j’y serais allée seule… Mais il aurait suffi que je me fasse manger sur le chemin du retour, ça aurait été le drame. »


Je lui souris en finissant de parler. J’avais beau plaisanter, je suis on ne peut plus sérieuse sur le reste. Je lui désigne des murs qui apparaissent en ralentissant.

« Quand on parle du loup… On y va ? »

J’attends un signe de sa part avant de reprendre le chemin, levant les mains sagement quand les sentinelles nous remarquent. Si je siffle parce que je suis impressionnée, ça le fait ou pas ? Ouais non… et j’ai mieux.

« Ohé du château !  Vous auriez pas quelques oboles pour deux pauvres manants en vadrouille ? » Je leur souris. « Vous pourriez dire à l’ogre suzerain de ces terres qu’un elfe rose et son ami souhaiteraient le voir ? » J’ignore tant bien que mal la tête de Drew à côté de moi, avant de grimacer quand l’un d’eux lève son arme. Aucun humour. Ça commence mal. « Logan, on vient voir Logan… de la part de Kennedy… l’inconsciente aux cheveux roses, ça il s’en souviendra… »

Je les vois hésiter et parler entre eux.

« Attendez ici. Et ne bougez pas. »

Ouais, c’est pas comme si j’escomptais sauter par-dessus l’enceinte en même temps…

_________________

Ohana means family, family means nobody gets left behind or forgotten
I walk a lonely road
Drew WangI walk a lonely road
avatar
Messages : 406
Points : 1069
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Et sinon les loyers sont chers ici ?   Ven 6 Avr - 14:28
Je ne devrais pas plomber l'ambiance avec mon pessimisme. Et je notai bien les tentative de Kennedy pour alléger l'atmosphère. Je souris donc alors qu'elle me disait de ne pas trop réclamer que cela dure encore trois décennies au risque d'être exaucé. J'aimerai que cela soit vrai. J'aimerai que nous soyons encore tous vivants et en bonne santé dans trente ans. Que cette fichue épidémie soit du passé et que la vie puisse reprendre son cours normalement. Et si jamais aucun vaccin n'était trouvé ? Si inexorablement, c'était la maladie qui gagnait ? Si nous étions tous condamnés à être au mieux, morts, au pire, à nous relever ? Parce que la mort allait plus vite que la vie. Qui serait assez fou pour faire des enfants ? Sans aide médicale, sans contrôle, sans médicaments ? Ce serait un suicide. Et un meurtre. Un bébé ne pouvait pas vivre décemment dans cette apocalypse... Et voilà qu'alors que je me tançais de penser de façon plus positive, je retombais dans la dépression, sous le regard de Kenny qui était bien loin de deviner mes pensées, fort heureusement. « Je pourrai regretter beaucoup de choses, mais pas ça. » Jamais. Je serai dévasté de perdre l'un d'entre eux. Je serrai ma petite sœur dans mes bras, autant qu'elle me serrait dans les siens, profitant de sa présence, tout simplement, sans céder alors qu'elle me poussait à la confidence. Je ne pouvais pas. Ce qu'il s'était passé ne concernait pas que moi malheureusement.

Je déviai donc le sujet sur l'endroit où nous nous rendions. Sur ce que lui avait promis ce fameux Logan, qui avait donc réussi à embobiner Kennedy, au point qu'elle souhaite que nous nous y installions. Malgré les règles dont elle n'était pas du tout friande. Et dans cette démarche, elle avait besoin de soutien. Un soutien que Luke et Sidney lui avaient refusé. Et si j'étais catastrophé qu'elle ai pu ainsi côtoyer le danger, j'étais aussi fier de son indépendance et de sa détermination. C'était assez complexe d'avoir envie de l'engueuler et de la féliciter en même temps. Mais comme d'autres s'étaient chargés de lui dire qu'elle était inconsciente, je pouvais endosser le rôle du gentil pour une fois. Je l'interrogeai donc concernant ce que ce Logan lui avait raconté, me montrant prudent concernant ce qui nous attendait. Je ne souhaitais pas nous jeter tous dans une dictature ou un piège. « Je sais que tu n'es pas inconsciente... même si on pourrait penser le contraire. » J'avais ajouté la suite avec un petit sourire en coin. « Après, on ne nous montrera que ce qu'on voudra bien nous montrer, il ne faut pas se faire d'illusions. » Même si c'était une bonne démarche que de vouloir creuser et voir la partie immergée de l'iceberg, ces gens n'allaient pas nous laisser fouiner et nous promener partout comme bon nous semblait, ne serait-ce que parce que Kennedy aurait aussi pu mentir et venir d'un groupe plus important et dangereux qui lorgnerait sur les lieux... Je n'étais pas paranoïaque, mais j'étais prudent et cérébral, préférant envisager toutes les hypothèses, même les plus farfelues. « Kenny... On ne peut pas vraiment se permettre de faire cavalier seul. C'est dangereux. » Mais Kennedy avait toujours été un peu solitaire... n'avait-elle pas fugué pendant des mois et vécu seule justement, nous affolant tous ? N'avait-elle pas retenu la leçon ? Probablement pas. « Bien sûr que ça aurait été un drame. Cela n'en serait pas un si c'était Robin ou Luke ou moi ou n'importe qui qui se ferait manger, hum ? »

Mais l'approche des lieux nous coupa dans la discussion alors que Kenny m'apprenait que nous arrivions. « On est là pour ça. » J'avais hoché la tête et la suivais de près, observant l'enceinte. Je me tendis forcément en voyant des gardes, imitant la jeune femme pour ne pas exciter les sentinelles qui devaient être un peu sur les dents en voyant des étrangers approcher. Mon cœur battait bien trop vite dans ma poitrine alors que je priais pour que Kenny ai eu raison et que j'ai eu raison d'avoir foi en elle. Et je lui jetai un regard incrédule quand elle fit une petite plaisanterie, me demandant à quel jeu elle jouait au juste et amorçant un pas pour me mettre devant elle quand une arme se leva pour la viser. Kenny se reprit et on nous fit patienter. « Tu vas vraiment me faire vieillir prématurément avec tes conneries... » Je lui avais soufflé ses mots, tout en restant très proche d'elle et en attendant Logan.

_________________
Forget what hurt you - but never forget what it taught you
Sometimes being a brother is being a kind of superhero.
   ♛ by wiise
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8062
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Et sinon les loyers sont chers ici ?   Lun 9 Avr - 9:25
Dans un soupir, Logan traça une nouvelle croix rouge sur la carte étalée sur son bureau. Il y en avait déjà une bonne dizaine un peu partout sous ses yeux, une sur chaque endroit déjà qu’il avait déjà visité et passé au peigne fin dans son interminable quête pour retrouver Joshua, qui se révélait hélas sans succès. L’homme semblait avoir complètement disparu du paysage et ça faisait des semaines qu’il ne faisait plus parler de lui, qu’il ne tentait plus rien pour agacer Logan ou l’effrayer. La raison la plus probable étant sûrement qu’il avait quitté la ville, mais le géant refusait d’y croire. Alors, il continuait de chercher, altérnait chaque jour entre une séance de recherches et une journée à Fort Hope pour s’occuper du camp. Aujourd’hui était l’un de ces “jours de repos” qui n’en était jamais réellement et il était déjà enfermé dans son bureau depuis une bonne heure à faire tout ce qui l’insupportait le plus dans son travail de leader. Principalement rester enfermé dans cette pièce à gérer les demandes, préparer les expéditions et surtout se trouver loin du coeur de l’action au point d’en devenir légèrement irritable.

Quelqu’un frappa à la porte et, sans attendre que Logan ne dise quoi que ce soit, elle fut ouverte assez brusquement. Le géant leva un regard noir vers la personne qui venait le déranger sans son accord, mais il n’eut pas le temps de se montrer plus désagréable que cela que déjà, le type prenait la parole pour lui expliquer qu’une nana aux cheveux roses demandait à le voir. Quelques secondes, Logan ne fit rien de plus que froncer les sourcils en observant le garde, jusqu’à ce que la lumière ne se fasse dans son crâne. Il n’avait pas vraiment repensé à la jeune femme depuis un moment, avec tout ce qui était arrivé depuis leur rencontre, elle n’était pas tellement dans la liste de ses priorités. “J’arrive.” lança-t-il simplement, moins désagréable que ne le laissait présager son expression. Il laissa le stylo retomber mollement sur la carte sous ses yeux et suivit l’homme à l’extérieur, apprenant en route que la jeune femme était venue accompagnée d’un autre type. Logan se contenta de hocher la tête vaguement, elle l’avait prévenu que ce serait le cas, il avait accepté sans problème et exigea qu’on ouvre la porte dès qu’il arriva devant l’entrée du camp.

Il fallut attendre quelques secondes pour que l’immense porte gardant l’entrée du camp ne soit ouverte, dévoilant les deux silhouettes qui attendaient derrière. En haut de la tour et de chaque côté de Logan, les gardes conservaient leurs armes braquées vers les visiteurs et bien qu’il trouvât cela parfaitement désagréable, le leader ne fit aucun commentaire à ce sujet. Il s’efforça d’afficher un sourire alors qu’il traversait les quelques mètres le séparant de Kennedy et de son compagnon. Personne d’autre ne bougea dans la garde de Fort Hope et cette fois, Logan ne se gêna pas pour leur lancer des regards désapprobateurs. “Kennedy ! Je pensais pas que tu viendrais.” salua-t-il aussi léger que possible. Il adressa un signe de tête à l’homme à côté d’elle, le jaugeant rapidement, décidant s’il représentait une menace ou non. “Vous venez pour la visite ? Qui est ton ami ?” demanda-t-il principalement dans le but de gagner du temps pendant qu’il scannait les deux survivants. “Je suppose que ça va pas vous plaire, mais généralement, les visiteurs doivent laisser leurs armes à l’entrée. On vous les rendra quand vous repartirez.” Il gardait le sourire, mais avait bien conscience que ce point risquait d’être un problème, d’autant plus avec le comité d’accueil armé jusqu’aux dents dans son dos. “Je laisse la mienne avec, si ça peut vous rassurer.” Aussitôt, il sortit le khukuri rangé dans l’étui sur sa poitrine et le tendit à un garde derrière lui, qui l’attrapa sans cacher sa perplexité. Il n’aurait pas besoin de ça pour se défendre de toute façon et, que ce soit une erreur ou non, il faisait confiance à la jeune femme pour être réglo. À deux contre Fort Hope, ils ne feraient pas le poids de toute façon.

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
I walk a lonely road
Kennedy LancasterI walk a lonely road
avatar
Messages : 467
Points : 844
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Et sinon les loyers sont chers ici ?   Jeu 19 Avr - 21:19
Ce n’est pas de l’inconscience ou du j’men-foutisme. Je ne suis pas idiote, je sais bien qu’il y a peu de chances que ça arrive. Mais il faut bien y croire et faire ce qu’il faut pour, sinon à quoi bon ? Se résigner revient à abandonner, et il est hors de question de se dire qu’on a aucune chance ou que ça finira forcément mal. C’est loin d’être facile, c’est même parfois très compliqué ou plus que limite, mais on s’en est sortis jusque-là, c’est déjà pas si mal. On s’en est sortis ensemble surtout, ce qui est encore mieux. Alors non, je ne suis pas toujours aussi optimiste et positive, mais j’essaie quand je suis avec eux, histoire de les booster un peu, de leur montrer que ça peut marcher, ou du moins, que je peux être assez chiante pour qu’ils essaient. Et puis, sinon, on tirerait tous des têtes de six pieds de long et c’est pas cool. Non, je ne suis pas la seule à essayer de sourire souvent, heureusement, mais quand même… et si au moins, je les pousse un peu, si j’aide un peu, c’est déjà ça. Et si je peux aider en faisant un câlin, que demander de plus ? Bon, okay, qu’ils parlent, mais je suppose que ça, c’est trop demander, on va donc se contenter du câlin et de la tendresse qui va avec.

Quant à Fort Hope et à ce que nous pourrions y trouver, c’était là un trop vaste sujet. Que ça ne leur plaise pas était une chose, que ce soit le cas parce que ça venait de moi en était une autre. J’avais pourtant essayé d’amener les choses convenablement, avec calme et intelligence, mais non, ça n’avait pas suffit… enfin, si, un peu, vu que Drew était avec moi au final. Je lui jette un coup d’œil de côté, avant de lui tirer la langue.

« Je ne le suis pas. » Pas quand je ne suis pas la seule impliquée. Je soupire et hoche la tête. « Oui, je sais bien ça aussi, mais ce qu’ils acceptent de nous montrer pourra en dire autant que ce qu’on ne verra pas, il suffit de… je sais pas, lire entre les lignes ? T’en apprends autant avec ce que les gens taisent qu’avec ce qu’ils disent, on s’y fait à force. » Je hausse les épaules. Fut un temps, je me débrouillais pas mal pour deviner des trucs, par la force des choses ouais, ça doit encore être le cas, il n’y a pas de raison. Je lève les yeux au ciel alors qu’il poursuit. « Tout est dangereux aujourd’hui. Et je l’aurais pas fait, vous vous seriez inquiétés pour rien et vous seriez partis à ma recherche bêtement... » Je parle ou pas de Sid ou Luke qui se font des balades solos ? Et moi donc oui… Hum… « C’était une façon de parler. Je me ferais pas manger promis. »

Même si à choisir entre l’un d’eux et moi… Bref donc. On finit par arriver au dit-lieu et comme je suis pas très maligne, ou comme, en vrai, je suis un peu un troll, je dois en faire un peu trop. Et ça ne leur plaît visiblement pas. Bande de nuls.

« Tu serais sexy avec des cheveux blancs, ça te donnerait un genre, un peu comme Georges Clooney. »

Je lui souris, même si je détaille un peu ceux qui restent. Non pas qu’on puisse faire quoique ce soit s’ils décidaient de tirer, mais à défaut de pouvoir faire la causette… mais on a pas à attendre longtemps, les portes s’ouvrent et laissent apparaître la silhouette du géant barbu. Les miens, de mecs, sont pas petits, mais ils ont pas non plus sa carrure… et ils doivent être un poil plus petits quand même. Mais je l’aime bien. Un sourire vient orner mes lèvres alors qu’il s’avance et papote, comme si tout allait bien, comme pour désamorcer une bombe…. Ce qui est peut-être un peu le cas.

« Je l’avais dit pourtant non ? Faut pas me dire oui, je prends toujours tout au pied de la lettre tu sais. » Je hausse une épaule et me tourne un peu vers Drew. « Drew, je te présente Logan, Logan, je te présente Drew, mon frangin. » Je leur souris. « Je fais ça bien hein ? » Et je hoche la tête, même si je grimace en regardant les gardes.  « Ouais, ça ferait désordre qu’une nana de 40kg foute le bordel avec une batte face à des AK hein ?… Je suis peut-être une super ninja et j’ai pas besoin d’armes si ça se trouve pour ça…  »  Je me mords la lèvre, retenant mon sourire, avant de fixer Logan en haussant les sourcils. Je secoue la tête, soufflant un léger rire. « Comme si t’avais besoin d’armes… T’es chez toi en plus, je suis sûre qu’ils se jetteraient devant toi si besoin… Mais je note le geste symbolique. » Je jette un coup d’œil à Drew, mais comme dit, c’est pas une demande surprenante. Je tends ma batte en alu au garde. « Je la récupère en partant, celle-là, pas une autre, j’ai gravé mon nom dessus. » Oui, je suis hyper sérieuse. Même si j’y ai plus gravé des dessins de méduses et autres gorgones en vérité… Je me tourne à nouveau vers Logan. « Alors comment vont tes ouailles ? »

J’ai pas dit moutons, c’est bien non ? Parce qu’il y en a autour de nous soit, mais c’est à noter quand même.

_________________

Ohana means family, family means nobody gets left behind or forgotten
I walk a lonely road
Drew WangI walk a lonely road
avatar
Messages : 406
Points : 1069
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Et sinon les loyers sont chers ici ?   Ven 4 Mai - 11:10
Fort Hope portait bien son nom. Ce lieu suscitait bien des espoirs, mais je n'osais pas me montrer trop emballé, trop méfiant pour me montrer naïf. Kennedy était davantage enthousiaste, même si mon infernale petite sœur gardait la tête sur les épaules et n'était pas prête à accorder sa confiance directement et à se jeter dans la gueule du loup. J'étais conscient que nous amener à visiter ce lieu n'était pas forcément un gage de bonne foi totale. Nous serions escortés, guidés et nous ne pourrions pas fouiner partout à la recherche de l'arnaque. Peut-être que les gens qui habitaient là n'étaient que de braves types hein. Ils pouvaient avoir les mêmes motivations que nous. Mais ils pouvaient aussi être mal intentionnés et recruter de la main d’œuvre pour faire tourner le truc par exemple. Même si je gardais mes pires théories pour moi, de peur que Kenny ne me taxe de paranoïaque. Je lui lançai cependant un regard alors que sa phrase d'apparence anodine, pointait un défaut chez moi. Chez les autres. Les secrets et les faux semblants. C'était sans doute un reproche déguisé. Je ne relevais pas, lui rappelant plutôt que partie en exploration toute seule n'était pas la meilleure idée du siècle. « Ben justement, puisque c'est dangereux, autant limiter le degrés de danger tu vois. » Je soupirai. Elle était têtue et je n'aurai probablement pas gain de cause sur ce sujet.

Quand nous arrivâmes, nous fûmes mis en joue et je pris conscience que j'avais joué gros en faisant confiance à Kennedy. Je restai le plus calme possible alors que Kenny ne se laissait pas démonter et jouait encore de son bagout incroyable. Elle arriva pourtant à me faire sourire de nouveau avec ses comparaisons stupides. « Ouais, flatteuse va. » Je patientai, jusqu'à ce qu'un homme ne fasse son apparition. Ah oui... Costaud le mec. Imposant. Et elle n'avait pas eu une once de peur en le rencontrant ? Elle avait quand même de sacrés problèmes d'appréhension du danger. Mais il l’accueillit pourtant comme une connaissance, me permettant de me détendre légèrement. L'homme, Logan, me toisa, avant que Kenny ne fasse les présentations naturellement. « Super, surtout alors que la ressemblance entre toi et moi est frappante. » J'esquissai un léger sourire, mais n'expliquai pas davantage la situation entre Kenny et moi. Mon sourire disparut quand il annonça qu'il fallait se débarrasser de nos armes... Évidemment. Kenny y alla de son petit commentaire, disant tout haut ce que je pensais, mais d'une manière différente. Je me délestai de ma propre batte de mauvaise grâce à mon tour, non sans retenir un « si on repart » pessimiste et bougon qui n'aurait probablement pas plu à notre hôte du moment. « Vous vous êtes montré très persuasif avec Kenny concernant cet endroit, votre fort porte bien son nom et vous semblez le vendre à merveille. » Manière courtoise de dire que si Kennedy avait été séduite, j'étais là pour m'assurer que ce n'était pas que du vent et je demeurai sur la défensive concernant tout ceci. Je laissai donc ma sœur faire la conversation, attentif, ne ressentant aucune hostilité ou duperie de la part de cet homme, mais ne pouvait pourtant me départir d'une méfiance bien naturelle pour quelqu'un qui vendait ainsi du rêve aux désespérés.

_________________
Forget what hurt you - but never forget what it taught you
Sometimes being a brother is being a kind of superhero.
   ♛ by wiise
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8062
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Et sinon les loyers sont chers ici ?   Jeu 10 Mai - 9:30
Il avait à peine passé deux minutes avec la jeune femme aux cheveux roses que Logan se surprenait déjà à sourire sincèrement. Rien de particulièrement dingue, mais sa joie de vivre était communicative si tant est qu’on prenait un peu de temps pour se laisser séduire. Elle lui présenta l’homme à ses côtés comme son frère et, malgré lui, Logan ne parvint à retenir un froncement de sourcils à cette déclaration. L’air de famille lui échappait, mais il ne fit pas de commentaire. Après tout, Jade et lui ne se ressemblaient pas tellement non plus. Un hochement de tête pour toute réponse, il s’empressa ensuite de les informer des petites règles concernant l’entrée d’un visiteur inconnu dans Fort Hope. Kennedy semblait prendre la nouvelle avec un peu plus de bonne humeur que l’homme, mais il eut la politesse de ne pas l’exprimer à voix haute. “Ça vaut ce que ça vaut, mais vous avez ma parole : on ne vous fera aucun mal et vous récupérerez tout ça en sortant.” rassura-t-il une fois de plus tandis que ses hommes rangeaient les deux battes dans le casier de fortune installé au pied de la tour de garde. Il leur fit même une fleur et balança un regard noir à l’un des gardes qui s’apprêtait tout naturellement à venir les fouiller comme il l’aurait fait pour n’importe quel autre visiteur. Le type ressera son emprise sur son fusil et hocha la tête, sa désapprobation visible, mais ne dit rien. On ne disait pas non à Logan. Jamais.

D’un geste de la main, il offrit à ses deux invités de le suivre tandis qu’il remontait lentement la rue principale du petit fort. Les conversations restaient encore un peu timide, mais Logan se força à être un peu plus amical et souriant qu’il n’en avait l’habitude. “Tout le monde va bien.” souffla-t-il à la question de Kennedy, laissant un petit sourire s’épanouir au coin de ses lèvres. “Ils suivent toujours aveuglément mes ordres et on est tous heureux.” Il lui fit un clin d’oeil et son air enjoué ne se fana presque pas quand ce fut au tour de son frère de parler. Il n’y avait rien de spécialement étonnant à cela, mais Logan nota tout de même dans un coin de son crâne que ce serait surtout à lui qu’il devrait réserver ses efforts pour faire bonne impression. “J’en sais rien.” Il haussa les épaules en jaugeant l’homme, Drew. “Elle avait plutôt l’air de penser que cet endroit était pas vraiment fait pour elle.” admit-il sans problème. Il n’avait pas spécialement essayé de convaincre Kennedy que cet endroit valait tous les Paradis du monde, mais il l’avait invité comme il l’aurait fait pour n’importe qui d’autre. Comme il l’avait fait chaque fois qu’il avait rencontré un survivant paumé dehors. “Y a pas grand chose à voir, pour être honnête.” reprit-il en s’arrêtant au milieu de la rue qu’ils avaient à peine remontés. De chaque côté, il n’y avait rien d’autres que des maisons de banlieue, vastes mais parfaitement banales. Sur le trottoir de gauche, on pouvait apercevoir quelques mètres plus haut un large espace couvert de panneaux solaires et, au bout de la rue, le petit morceau de pelouse au bord du lac avec l’immense arbre au pied duquel Logan avait planté les deux petites croix blanches qui représentaient les tombes de ses enfants. Poser son regard dessus lui arracha un frisson et il se tourna vers ses deux invités pour cesser d’y penser. .

“On a une petite trentaine de maisons, quelques unes sont encore vides, mais pas tellement. Des panneaux solaires et une pompe pour redistribuer l’eau du lac et l’eau de pluie dans les maisons.” expliqua-t-il assez sobrement. “Notre avantage c’est surtout notre nombre. La main d’oeuvre pour protéger et produire efficacement tout ce qu’il faut pour maintenir la communauté à flots.” Il passa une main dans ses cheveux en regardant autour de lui l’espace finalement assez réduit de Fort Hope. “Kennedy m’a dit que vous étiez dehors depuis le début. Ça va faire deux ans… Je sais que ça fout la trouille de voir un endroit comme ça quand on a connu rien d’autre que la survie pendant tout ce temps. J’dis pas que Fort Hope est un endroit parfait, on a des problèmes parfois j’vais pas mentir, mais on fait de notre mieux.” Il marqua une légère pause avant de reprendre la parole, toujours très sérieux. “On fait pas ça en général, mais si vous voulez, j’vous laisse tous les deux une demie-heure, que vous fassiez le tour du camp, que vous discutiez avec des gens si ça vous tente. Pour être sûr que j’vous dis la vérité, pour prendre votre décision. Sinon, j’ai du thé et de la bière chez moi et je répondrais à vos questions si vous en avez, comme vous préférez.”

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
I walk a lonely road
Kennedy LancasterI walk a lonely road
avatar
Messages : 467
Points : 844
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Et sinon les loyers sont chers ici ?   Jeu 17 Mai - 20:27
Pourquoi semblaient-ils tous s’imaginer que j’étais irresponsable et immature ? C’est fou ça, j’étais toujours entière et en bonne santé, autant que possible - il paraît que je suis pas assez intelligente pour connaître autant que faire se peut -, c’était totalement injustifié. Oui, totalement. Bon, peut-être pas totalement… Mais quand ils sont concernés, je suis hyper prudente. Parce que s’il leur arrivait quelque chose, responsable ou pas, je  me le pardonnerais pas… et je m’en remettrais pas. Je vais pas lancer le débat sur la prudence et tout, et je vais me contenter d’être sage et de limite les degrés de danger donc. Et je sais bien que c’est pas anodin de venir ici, d’accepter de remettre nos armes alors qu’on va entrer dans un lieu qu’on ne connaît pas, avec pour seule protection la promesse d’un inconnu. Mais d’un autre côté, on ne peut pas laisser passer une chance potentielle d’avoir un endroit sécurisé juste parce que ça semble trop beau pour être réel non ?
J’esquisse un nouveau sourire en entendant Drew râler. Ça va, la notion de famille c’est pas juste papa-maman, pas vrai ? c’est bien plus large et plus profond qu’un simple lien du sang, et encore heureux. Je lui jette un coup d’oeil quand il reprend. Ouais, il le vend bien. Me dessiner des moutons et un berger, avec des clôtures et des fouets, c’était parfait. Oh ça va, je plaisante. Même Logan en plaisante ! Mon sourire s’agrandit quand il répond et je hausse les épaules.

« Bienheureux les simples d’esprit comme on dit… Je ne suis toujours pas persuadé qu’il soit fait pour moi, tout parfait qu’il semble être… Mais je suis pas toute seule dans l’histoire… on notera le sacrifice du coup. »

Je regarde autour de nous tout en parlant, essayant de me rappeler si j’ai vécu un jour dans une maison semblable… Avec les parents et Sid oui, je crois… la ferme, c’était différent, et après… Je soupire et mon regard s’arrête sur le lac, me faisant grimacer alors que je repense à notre rencontre, puis sur les croix. Non, ça me regarde pas, et puis, tout le monde a eu des morts non ?… oui, bon, non, mais bref….

« De l’électricité et de l’eau courante… Les maisons ont des douches ? Avec de l’eau chaude ? Sérieusement ?... Le bonheur. » Ouais, on se satisfait de pas grand-chose de nos jours… Quoi que quand j’étais réapparue chez Drew, ça m’avait fait la même… Je le fixe et hausse un sourcil. « Et niveau bouffe, je veux bien que la main d’oeuvre qui t’obéit aveuglément soit efficace, mais… vous avez des potagers, des trucs du genre ? Vous faites des conserves et autres conneries ? Parce qu’autant de gens, en hiver, c’est un peu mission impossible non ? » Je plisse le nez en faisant la moue, jetant un coup d’œil à Drew, haussant faiblement les épaules. Ouais, je lui ai parlé un peu, mais j’ai rien dit de vital ou secret. « Et ça va pas poser problème ? Si on se balade seuls ? Je sais bien que je fais pas vraiment peur, mais on sait jamais… et sinon… une bière fraîche ? Avec des bulles et de la condensation ? Avec des chips ? Les deux me vont. L’espionnage comme la picole. »  

Mais non, j’abuse absolument pas, je me renseigne… Je regarde Drew. C’est lui l’adulte responsable relou, pas moi. C’est lui qui choisit donc. Ouais, je sais, c’est facile. C’est pour ça que je souris d’ailleurs.

_________________

Ohana means family, family means nobody gets left behind or forgotten
I walk a lonely road
Drew WangI walk a lonely road
avatar
Messages : 406
Points : 1069
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Et sinon les loyers sont chers ici ?   Lun 2 Juil - 21:10
Le regard que je lançais à Logan alors qu'il nous donnait sa parole d'honneur était totalement sceptique. Simplement parce que cela faisait un moment que l'honneur n'avait plus vraiment d'importance dans la survie. Que nous avions vu les pires atrocités, les pires comportements humains et que l'honneur était peu de chose quand il s'agissait de survivre. Ou de protéger ceux qu'on aimait, même si Luke et Sid se foutaient de moi au sujet de mon sens de l'honneur un peu trop développé et inutile désormais... Je savais que je n'en aurais plus aucun pour les sauver. Cependant, je fus plus favorablement surpris alors que l'on ne nous fouillait pas. Nous avions remis docilement nos armes, mais Logan fusilla du regard l'homme qui devait sans doute s'assurer que nous ne cachions rien d'autre. Un bon point pour lui, tandis que je hochai la tête simplement en remerciement de cet acte de confiance. Qui pourrait s'avérer dangereux, bien sûr. Mais que pouvions bien nous faire à deux, au sein d'un camp de réfugiés, hum ? Faire péter une bombe ? Ouais à la rigueur, mais dans quel but ?

La visite commença donc. Je restais sur mes gardes et réservé, tandis que j'écoutais Logan parler de sa communauté. Et répondre avec humour à Kennedy, en se faisant passer pour un dictateur. Vue la façon dont c'était dit, c'était probablement une plaisanterie, de l'ironie justement, devançant ce que je pouvais penser de cet endroit. Ou Kenny. Qui ne se fit pas prier pour lui répondre du tac au tac, me faisant sourire. Même si elle ajouta ne pas être certaine d'être faite pour vivre dans une communauté et ne proposer le truc que pour nous. Je l'attirai vers moi d'un bras, avant de lui ébouriffer les cheveux en me moquant gentiment d'elle : « Admirable sens du sacrifice. » Puis, je repris, un peu plus sérieux, pour Logan : « Kenny est fâchée avec l'autorité. Et les règles. »

Avec sincérité et presque embarras, Logan nous avoua qu'il n'y avait pas grand chose à voir. Je regardais autour de moi, les maisons assez préservées. C'était déjà le luxe. Et d'y dormir en sachant qu'il y avait des murs d'enceinte, des gardes, de quoi empêcher toute intrusion indésirée. Pouvoir dormir sur ses deux oreilles avec un fort sentiment de sécurité. Comme avant. C'était déjà un luxe inouï. Je remarquai les panneaux solaires, astucieuse installation pour se fournir en énergie. Et un lac, plus loin, reposant, source d'eau également... J'aperçus les croix, forcément. Tout le monde avait ses morts... Ceux là, au moins, avaient une sépulture décente... Il y avait là une petite ville capable de vivre en totale autonomie. Et je ne pus retenir un sourire amusé : « Dit comme ça, ça fait presque Amish. » Au moins, ceux là, s'ils avaient survécu, devaient être des champions pour vivre dans une ère dépourvue de technologie. Kennedy posait beaucoup de questions d'ordre pratique, pertinentes et je n'ajoutai rien, intéressé par les réponses.

Je lui jetait cependant un regard quand Logan confia ce qu'elle avait pu dire de notre groupe. Puis il nous fit une fleur en nous proposant de nous promener librement. Soit c'était un excellent manipulateur, soit il ne nous voyait vraiment pas comme un danger. Il proposait aussi de discuter autour d'un thé ou une bière, ce qui intéressa évidemment la jeune fille. « S'il le propose, c'est qu'on peut le faire. » Les survivants seraient-ils nerveux en voyant deux nouvelles têtes ? Nous n'étions pas bien impressionnants ni l'un ni l'autre. « Des chips, carrément ? » Je souris en coin avant de m'adresser à Logan : « Ça te va si on fait un petit tour et qu'on se retrouve après pour discuter ? »

_________________
Forget what hurt you - but never forget what it taught you
Sometimes being a brother is being a kind of superhero.
   ♛ by wiise
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8062
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Et sinon les loyers sont chers ici ?   Lun 9 Juil - 2:23
Finalement, peut-être que Logan n’était pas si mauvais que ça pour vendre son petit coin de Paradis, car bien rapidement, un léger malentendu s’installa, lui arrachant un léger rire au passage. “Non, on a pas l’eau chaude. Mais c’est en projet.” réctifia-t-il. Ils avaient déjà plus qu’une vie luxueuse ici, avec l’eau courante et l’électricité et surtout de quoi manger plus ou moins correctement. Mais il restait encore un long chemin à parcourir pour que ce soit parfait. “Amish, c’est le bon mot.” conclut-il en reprenant les mots de l’homme. “On se débrouille bien, compte tenu de la situation, mais c’est loin d’être parfait.” Quoique comparé à ce que devaient supporter ceux encore dehors, ils vivaient comme des rois ici. On devenait facilement moins exigeant dans un monde comme celui-ci. Kennedy continua de poser des questions, s’intéressant maintenant à leurs ressources en nourriture. Pour quelqu’un d’assez peu enclin à vivre avec des règles, elle montrait plus d’intérêt pour le camp que Logan ne l’aurait imaginé. Fort Hope faisait souvent cet effet et il ne lui en tint pas rigueur, se contentant de tenir sa promesse de répondre à toutes leurs questions. “Pour la nourriture, on a tout un parc à côté qu’on a transformé pour les plantations. On cultive tout ce qu’on peut et on fait des conserves effectivement. Tout est rationné pour que tout le monde ait à manger. On distribue un panier à chaque habitant toutes les semaines et y a rarement de rab, pour être honnête. On a trouvé quelques animaux aussi et on a la chance d’avoir un ingénieur en bâtiment avec nous qui a beaucoup aidé pour construire des serres et des enclos corrects.”

Ils avaient de la chance, clairement et Logan en avait bien conscience. Raison pour laquelle, sans doute, il restait humble. Les divers habitants disparaissant régulièrement aidaient aussi à garder les pieds sur Terre. Leur petit Paradis tournait bien, mais ils n’étaient jamais vraiment épargnés pour autant. “On a pas vraiment de concurrence non plus. C’est plus facile de s’approprier les ressources nécessaires quand on a pas à se battre avec d’autres communautés pour ça. Et plus on grandit, plus on a de monde pour faire tourner tout ça et ratisser plus loin pour trouver ce qu’on peut pas fabriquer.” Il conclut ses explications par un vague haussement d’épaules. Kennedy serait loin d’être la seule à ne pas trop apprécier l’autorité et les règles, ici, mais Logan avait découvert que pour une chance de vivre correctement, les gens prennaient un peu plus facilement sur eux de participer.

Il leur proposa finalement d’aller faire le tour pour voir tout ça par eux-même. Ça n’était sans doute pas l’idée du siècle et il se serait pris un léger savon si les autres membres du conseil avaient eu leur mot à dire, mais il ne s’inquiétait pas vraiment. Pas du tout, même. Un sourire discret étira ses lèvres alors que Drew affirmait à sa soeur qu’ils pouvaient aller faire un tour puisque Logan le proposait. Il se souvenait vaguement de ce que la jeune femme lui avait raconté au sujet de son frère lors de leur brève rencontre et elle avait peut-être eu raison de les comparer l’un à l’autre. “Faites-vous plaisir.” confirma-t-il. “Ma maison est la dernière avant le lac. Celle avec la porte verte, vous pourrez pas la manquer. Par contre, désolé, mais y aura pas de chips et j’suis pas sûr que la bière soit excellente. L’équipe de ravitaillement m’en rapporte toujours quand ils sortent, mais avec le temps elle est de moins en moins bonne, malheureusement.” Il hésita un instant à partir aussitôt après ça, mais se décida finalement à les jauger une dernière fois. “On vous laissera pas entrer dans l’armurerie ni dans la réserve, mais vous pouvez visiter le parc, la salle commune, ce que vous voulez. J’vous fais confiance, me le faites pas regretter.” C’était dit sans aucune méchanceté, sans véritable menace non plus, il s’agissait seulement d’un fait. À la moindre alerte, ils le regrettaient plus que lui, très certainement, mais il avait envie de leur faire confiance et il se trompait rarement sur les gens.

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Et sinon les loyers sont chers ici ?   
 
Et sinon les loyers sont chers ici ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Fort Hope Community
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération