Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Ce mois-ci, venez relever des défis et trouver la gloire dans un petit jeu plein de surprises. C'est par ici
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Event #5) Run or Die

In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Fort Hope Community

 Knock knock! Who's there? - PV Ezra

Give dat Drama'Queen' a candy
Harvey QueenGive dat Drama'Queen' a candy
avatar
Messages : 236
Points : 767
Date d'inscription : 12/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Knock knock! Who's there? - PV Ezra   Dim 25 Fév - 0:29
Knock knock! Who's there?
«Dear mind, please stop thinking so much at night »
Fort Hope | 02 November 2016

_______________________________________________________________

Voilà bien quatre heures consécutives qu’Harvey fixait silencieusement le plafond de sa chambre baignée dans l’obscurité. Son esprit prisonnier de nombreux songes, n’arrivait tout simplement plus à se déconnecter de la réalité pour trouver un semblant de quiétude à travers un bref repos salvateur. Ces insomnies chroniques avaient commencé à se manifester à la suite d’une dispute des plus fulgurantes avec Astoria. Trois semaines, qu’il n’avait pas passé une seule nuit complète dans les bras de Morphée. Cela commençait d’ailleurs à se faire grandement ressentir sur sa façon d’être et d’agir. Sans parler du creux d’énergie qu’il ressentait en milieu de journée. Peut-être que l’altercation avec Astoria avait été le ‘coup de trop’, il n’en savait rien. Le fait est : Harvey n’arrivait plus à rien ces derniers temps. Peut-être devrait-il en parler à Noah, voir s’il pouvait lui conseiller quelque chose… N’importe quoi, pour l’aider à s’endormir. Les journées se succédaient les unes aux autres sans se démarquer des précédentes. Un cercle infini, dans lequel il n’évoluait plus, tant mentalement que physiquement. Même lors de ses entraînements avec Elias, Lyana ou Alix, il se sentait stagner. Si ça continuait comme ça, il finirait même par régresser… D’un soupire débordant de lassitude, il se redressa difficilement de son lit pour attraper une montre et inspecter l’heure. Trois heure du matin. C’était l’heure de la petite balade nocturne. Qui sait, peut-être arriverait-il à prendre un tour de garde cette fois-ci…

***

“Retourne dormir, Harvey” répétaient-ils tous en voyant le brun débarquer au poste de garde les yeux plus cernés qu’à l’accoutumée. Mais il n’y arrivait pas. Une nouvelle fois chassé par ses compères de la sécurité, il se mit à déambuler dans les allées désertes de Fort Hope, un nuage de condensation s’échappant discrètement de ses lèvres à chaque nouvelle expiration qu’il opérait. Ce n’est qu’après une bonne demi heure de marche hasardeuse que ses pas le portèrent jusque devant une bâtisse qui n’était pas la sienne. Pourquoi avait-il atterri ici ? Il n’en savait rien… L’inconscient, sans doute. Car il s’agissait de la maison qui avait été attribuée à Ezra et Anja. Hésitant, il finit par toquer timidement de ses phalanges le bois peint de la porte d’entrée. Une lumière à l’intérieur de la maisonnée avait attiré son attention, ce qui signifiait peut-être qu’une autre personne n’arrivait pas à trouver le sommeil. Tout ce qu’Harvey espérait, c’était qu’il s’agissait bien d’Ezra et non d’Anja. Quand la porte s’ouvrit finalement, le brun ne put pas s'empêcher de se mordre nerveusement la lèvre inférieure. Il n’aurait jamais dû faire irruption à une heure aussi tardive.

“Hey, salut...” dit-il d’une voix fraîchement tracassée, trahissant d’une certaine culpabilité. Quelle idée saugrenue que de se présenter ici, alors qu’ils ne se connaissaient que depuis peu. “J’ai vu de la lumière. Alors je me suis dit… Enfin tu m’avais dit, que je pouvais passer si… Ça allait pas. Ou même si ça allait bien...” précisa-t-il d’une voix tout aussi faible que la précédente, comme s’il ne désirait pas réveiller le reste de la maison par sa visite surprise. Plus les secondes s’écoulaient et plus il prenait conscience de la stupidité de sa venue. C’était déplacé. Certes, ils vivaient en temps d’apocalypse, mais ils cohabitaient tous dans une même communauté. Il y avait des règles à respecter. L’une d’entre elles devait forcément concerner le bon sommeil des habitants de Fort Hope. “Je… Repasserai plus tard. Désolé du dérangement” affirma-t-il soudainement avec une conviction non feinte, détournant ses talons du seuil de la porte d’Ezra.

_______________________________________________________________
Made by Neon Demon

_________________
The heart was made to be broken
I'm so tired I never want to wake up again. But I've figured out now that it was never them that made me feel that way. It was just me, all along. But now it's too late. So I'll just say goodbye. Be blessed. ☽ Everything passes, but nothing entirely goes away
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 334
Points : 889
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Knock knock! Who's there? - PV Ezra   Lun 26 Fév - 23:04
Cela faisait un petit moment qu'Ezra n'avait pas eu d'insomnie, mais cela ne l'inquiéta pas plus que cela. Même avant la fin du monde, il avait souvent des nuits perturbées. Son cerveau débordait d'image qu'il devait coucher sur le papier pour s'en débarrasser. Et en ce soir de début novembre, alors que le froid commençait à entrer dans les maisons, Ezra éprouvé une irrésistible envie de dessiner.

Il avait déjà produit quelques motifs pour des tatouages, qu'il ne réaliserait sûrement jamais, mais qui étaient consignés soigneusement dans son carnet. Mais là, il était en train de dessiner tout autre chose.

Il lui arrivait rarement de faire des portraits et encore moins un portrait de personnes qu'il connaissait et encore, encore moins un portrait de personne en train de se rouler une pelle. Enfin, ne réfléchissant pas à la normalité ou non de dessiner ça, il ne pensait qu'au fait que cela l'occupait. Et, plus le dessin devenait précis et plus son esprit se calmait.

D'ailleurs, il glisserait peut-être son oeuvre dans la boîte aux lettres des figurants, cela leur ferait peut être plaisir. Ou pas. En fait, il s'en fichait, mais il ne comptait pas conserver ce dessin avec lui trop longtemps. Cela pourrait être mal interprété.

Ezra sursauta quand il entendit quelqu'un frappé à la porte. Il se tourna vers la porte en question, avait-il bien entendu ? Le son était faible, mais il s'était bien produit ? Où commençait-il a rêvé tout éveillé. Il se leva et alla ouvrir. Et là, quelle ne fut pas sa surprise de voir Harvey devant sa porte. Il avait rencontré ce garçon fort sympathique lors de la soirée d'Halloween, quelques jours plus tôt. Mais, il ne s'attendait pas à une visite de sa part aussi tardive. Loin de marquer une quelconque marque de désapprobation, c'est plutôt un air inquiet qui barra son front.

" Bonsoir Harvey ..."

Le tatoueur ne pouvait s'empêchait de trouver ce jeune homme mignon à être aussi gêné de le déranger comme ça.

" Oui évidemment ! Ma porte est toujours ouverte. Et comme tu le vois, j'ai parfois des horaires un peu fantasque ! "

Il riait légèrement et allait inviter Harvey a entrer, quand ce dernier s'excusa et fit demi-tour pour continuer sa balade nocturne. Ezra l'attrapa délicatement par le bras et le traîna à l'intérieur de sa maison.

" Hep, hep, hep, on ne me sort pas de mes dessins à trois heures du mat pour repartir sans rien dire de plus. Entre, installes-toi sur le canapé, prend une couverture. Tu dois être mort de froid, et on va discuter un peu. Tu veux une bière ? "

Il guida le jeune homme, en le tenant pas les épaules, jusqu'au canapé en question. Ezra se disait que s'il ne lui forçait pas un peu la main ce dernier partirait les jambes à son cou pour éviter de le déranger plus longtemps. Il lui désigna le canapé, assez vieux, ainsi qu'un coussin tout aussi âgé et une couverture roulée en boule à la place, encore chaude, que devait occuper Ezra quelques minutes plus tôt.

Son carnet de dessin était posé en évidence sur la banquette, ouvert à la page du portrait d'Elias et Will s'embrassant. Ezra quant à lui s'installa sur la table basse et sourit gentiment à son visiteur nocturne.

" Alors qu'est-ce qui t'as fait échouer chez moi ? Bon, j'en déduis que si tu es réveillé aussi tard, c'est que tu as des soucis... Ou que tu es follement amoureux de moi et que je hante tes nuits ! Bon j'arrête de plaisanter, raconte-moi ce qu'il t'arrive ? "



Give dat Drama'Queen' a candy
Harvey QueenGive dat Drama'Queen' a candy
avatar
Messages : 236
Points : 767
Date d'inscription : 12/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Knock knock! Who's there? - PV Ezra   Jeu 1 Mar - 21:07
Knock knock! Who's there?
«Dear mind, please stop thinking so much at night »
Fort Hope | 02 November 2016

_______________________________________________________________

L’être humain pouvait être fascinant quand il était pris sous sa forme la plus raffinée. Et cet homme, qui se tenait fièrement dans l’encadrement de sa porte juste en face de lui, était une véritable perle. Il faisait honneur à cette humanité perdue qu’Harvey avait jadis possédé et qu’il jalousait aujourd’hui. Légèrement déboussolé par son excès de bienveillance, le brun resta un moment bras ballants sans réagir, si ce n’était qu’exécuter un coup d’oeil rapide des environs. Comme s’il se demandait réellement si Ezra s’adressait à lui, ou si une tierce personne s’était glissée dans son dos sans qu’il ne s’en aperçoive. Même en plein milieu de la nuit, le tatoué arrivait encore à déborder d'énergie. Lui arrivait-il seulement d’être fatigué ? Triste ? Harvey ne savait pas à quoi il tournait exactement, mais ça avait l'air sacrément efficace... Pantois, il fallut bien attendre un silence de la part d’Ezra pour entrevoir une réaction sur le visage d’Harvey, un maigre sourire aux coins de ses lèvres gercées. Discret, voire même invisible, si l’on n’y prêtait pas bien attention. Ce n’était pas tant sa réplique qui lui avait arraché cette esquisse de jovialité, mais bien la situation en elle-même. La manière dont les choses se déroulaient. Il ne s’attendait pas à provoquer un tel engouement en se pointant chez lui à pas d’heure. Pas plus qu’il n’avait prévu qu’Ezra l’attrape par le bras pour l’attirer à l'intérieur de sa maison. D’instinct, il opposa une légère résistance. Jusqu’à ce qu’il manque de perdre l'équilibre dans les premières marches qu’il avait commencé à descendre. Après tout, pourquoi refuser l’invitation, alors qu’il était venu jusqu’ici ? Harvey aurait très bien pu se contenter d’un sourire d’Ezra pour illuminer sa morne soirée, mais il fallait croire qu’il n’était pas au bout de ses surprises.

Pris au piège dans le petit hall, la visite s’enchaina rapidement tandis qu’il se faisait guider par les épaules. La nouveauté des lieux l’empêchait de s’attarder sur les contacts physiques réguliers que portait son hôte sur lui. C'était toujours étrange de débarquer dans l'habitat d'un autre survivant. C’était peut-être stupide, mais Harvey s’était imaginé autre chose, peut-être car il pensait Ezra comme quelqu’un qui personnaliserait son intérieur avec ses dessins. Peut-être que cela était un peu trop présomptueux, finalement… Une fois au centre du salon, il fut invité à prendre place sur le canapé où se trouvait déjà une couverture en boule. Ce qu’il fit, sans broncher, après avoir distraitement dé-zippé la fermeture éclair de sa veste en cuir pour passer de sa tenue d’extérieur à une tenue plus décontractée… Le tout, en conservant bien évidemment sa veste sur le dos. L’ouvrir suffisait à lui faire adopter un style plus détendu et moins strict. Le nez toujours en l’air à observer la pièce, il ne remarqua pas immédiatement le carnet d’Ezra ouvert et à sa portée. « Je me laisserais plus tenter par quelque chose de chaud. Si tu as. » confia-t-il d'une expiration avant de venir se frotter les yeux à la manière d'un automatisme. Bien qu’il ne parvenait pas à trouver le sommeil, la fatigue elle, était bien réelle. « Si tu tiens à trinquer on peut toujours. Même si je préfèrerais être frais pour demain matin. » par là, il voulait lui faire comprendre que s’il désirait boire quelque chose de plus fort même que la bière - qu’il n’appréciait pas particulièrement - ils pouvaient. Qu’il ne se sente pas mal de déboucher le whisky sous son nez alors que la grand-mère Queen désirait dans un premier temps siroter sa camomille du soir.

Durant toute son enfance, on lui avait collé l'étiquette du petit plaisantin. Aujourd'hui, avec du recul, il se rendait bien compte que sa présence n'était peut-être pas des plus appréciables... Ses réactions étaient moindres, tout comme ses mots. Personne ne cherchait vraiment à partager du temps avec lui. Peut-être car il se montrait trop fermé ou constamment indisponible avec ses nouveaux principes et ses nouvelles ambitions. Oui, c’était sans doute ça, Harvey fuyait les autres. La plupart des gens qu’il côtoyait se révélait être ses instructeurs et des moteurs asthmatiques. Rien de bien folichon. Mais les choses avaient changé, il ne désirait plus être apprécié pour sa jovialité, mais bien pour son efficacité. Un état d'esprit qu'il cultivait depuis le mois de Juillet et qui commençait petit à petit à faire ses preuves notamment grâce à Elias et Logan. Perdu dans ses pensées, c’est à la voix d’Ezra s’adressant une nouvelle fois à lui qu’il reprit conscience de l’environnement dans lequel il se trouvait. La déconnexion avait été fulgurante. « Je vais bien » assura-t-il en se surprenant lui même d’être, comme il venait de l’affirmer ‘bien’. Mais là, tout de suite, Harvey se sentait étrangement dans son élément. En petit comité, il se sentait davantage en sûreté. La foule l’oppressait, les endroits clos l’angoissait... « J'avais juste besoin de prendre l'air. Toi par contre... » dit-il en laissant volontairement traîner la fin de sa phrase, une expression presque taquine illuminant peu à peu son visage creusé par la fatigue : « On dirait que tu es ‘follement amoureux’ de quelqu'un et que cette personne t'accapare l’esprit, ou hante tes insomnies, comme tu préfères. » dit-il en attrapant doucement le carnet d’Ezra où se trouvait un croquis d’Elias et Will, de toute évidence dans un moment intime. Mais pas trop intime non plus, Dieu merci ! A la fois gêné, intrigué et sur la défensive, il plissa progressivement les paupières pour reporter son regard inquisiteur sur Ezra. Encore une fois, il ne le connaissait pas suffisamment pour savoir quel était son intention derrière un tel dessin, mais cela soulevait des questions. « Tu veux pas plutôt... Qu'on parle de ça ? Une tendance au voyeurisme peut-être ? » Supposa-t-il innocemment à la suite d’un haussement de sourcils. C’était peut-être culotté de sa part de s’inviter chez lui pour ensuite lui faire passer un interrogatoire, mais il ne lui avait pas réellement laissé le choix. Se souvenant de la couette qu’il lui avait gentiment proposé en arrivant, il reposa le carnet sur la table basse pour délier la dite couette et la passer par dessus ses épaules à la manière d’un châle. Et ce, sans réaliser qu’au vu de sa mine continuellement torturée, il passait plus pour une victime prise en charge par les pompiers qu’un survivant en proie à la fraîcheur des nuits de novembre. « Même s’il faut reconnaître que l’exécution est de qualité, le contenu en lui-même reste… Intriguant » souffla-t-il d’une voix légèrement enrouée avant de s’enfoncer un peu plus dans le canapé, curieux d’entendre ce qu’il avait à dire sur le sujet. « J'ai entendu dire que tu étais la nouvelle recrue d'Elias. Ça se passe bien ? » demanda-t-il calmement comme pour introduire le nom de son maître d’arme dans la conversion. Ezra aurait-il un fantasme sur l’asiatique ?

_______________________________________________________________
Made by Neon Demon

_________________
The heart was made to be broken
I'm so tired I never want to wake up again. But I've figured out now that it was never them that made me feel that way. It was just me, all along. But now it's too late. So I'll just say goodbye. Be blessed. ☽ Everything passes, but nothing entirely goes away
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 334
Points : 889
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Knock knock! Who's there? - PV Ezra   Lun 5 Mar - 22:28


Ezra réfléchit à ce qui devait traîner dans ses placards. Il se rappelait surtout de la bière, car c'était un bien assez intéressant gustativement pour lui, pour qu'il s'en souvienne. Mais quant au reste, il devait bien avouer qu'il était le genre de personne qui ne petit-déjeuner pas le pas le matin, alors tout les produit affilié à cette période de la journée : thé, café, ou autre, n'avait, pour lui, pas grande importance.

" Euh ... oui j'ai des tisanes ... Enfin des herbes à faire tremper dans de l'eau, je t'apporte ça. Je ne vais pas te saouler si tu ne le souhaites pas, et je ne suis pas ce genre de garçon ! D'ailleurs, pour faire bonne impression, je vais prendre la même chose que toi. "

Il lui adressa un petit clin d'oeil. Le fait de recevoir de la visite l'avait sortie de sa transe artistique et il venait de se rendre compte que la température n'était pas aussi élevait qu'il le pensait. Frissonnant légèrement, il se dit que c'était peut-être le moment de boire lui aussi un truc de chaud. Puis, contre toute attente, le jeune homme commença à l'interroger sur le pourquoi du comment de l'origine du dessin sur lequel il travaillait. Comme à son habitude, Ezra décida dans un premier temps de détourner l'attention, avant de répondre plus franchement et sincèrement à la question posée.

" Et donc, toi tu prends l'air en venant toquer chez moi ? C'est un concept ... Tu m'accuses même d'être un pervers, sous mon propre toit ! ... "

Le tatoueur surjoua un air choqué, écarquillant ses yeux à outrance et mettant une main devant sa bouche en forme de ''O''. Son sourire, quant à lui, n'exprimait que sa bonne humeur qui ne semblait jamais l'abandonner.

" ... Mais je ne peux pas te laisser sans explication, tu en deviendrais dingue à imaginer le magnifique plan à trois que je pourrais faire avec ses deux là ... Donc pour tout te dire, je ne suis pas follement amoureux de quelqu'un en ce moment et ce cas de voyeurisme là (Ezra montra le dessin du doigt) C'est le copain d'Elias qui me l'a imposé. Je n'avais rien demandé, moi. Alors je décline toute responsabilité quant à ce que j'ai dessiné. Et de plus, mon cher Sherlock, si cela t'intéresse, tu peux regarder le reste de mon carnet, j'ai pas mal dessiné ce soir, j'étais inspiré. Mais c'est la seule illustration du petit couple que j'ai réalisé. Promis ! "

Pendant qu'il répondait calmement au jeune curieux, qui s'installait un peu mieux sur le canapé, couette à l'appuie, Ezra gardait son sourire amical. Il était sincèrement content qu'Harvey lui ait rendu visite. Et il se moquait totalement de l'heure incongrue de cette dernière. Puis ce fut à son tour de hausser un sourcil.

" Cela t'intrigue que j'ai dessiné ces deux-là ou un couple d'hommes en générale ? "

Il lui fit un clin d'oeil et reprit plus sérieusement.

" Tu sais, je trouve qu'Elias et Will forment un très beau couple, dans tous les sens du terme. Il dégouline d'un amour mielleux à engluer une lectrice de romans à l'eau de rose dans ses pages et ils sont vraiment très canon tous les deux ce qui rajoute une belle dimension a leur tableau. Ils incarnent pour moi la Beauté au sens artistique du terme ... alors j'ai eu envie de les dessiner. Aucune arrière-pensée la dessous, juste l'envie de me rappeler que si l'Amour et la Beauté existe encore dans ce monde, tout n'est pas encore perdu pour nous ! "

Ezra souriait bêtement, il avait parfois son petit côté artiste qui ressortait de manière inattendu. Puis, le tatoueur perdit un petit peu de sa joie en évoquant les cours avec Elias. La conversation qu'il avait eut avec lui et son copain était sûrement encore trop fraîche pour lui. Il n'aimait vraiment pas s'ouvrir comme il l'avait fait et assumait mal le fait que ses deux-là connaisse tout de lui et de ses problèmes.

" On va dire ça se passe. J'ai pas encore commencé les cours à proprement parlé. Mais effectivement je suis sa recrue. Toi aussi c'est ça ? Tu as commencé il y a longtemps ? Tu t'en sors bien ? "

Au ton de sa voix, on pouvait deviner qu'il n'avait pas tellement envie de s'étendre sur le sujet. Ezra reporta son attention sur son invité et parut s'inquiéter un peu.

" Tu es malade ? Tu m'as l'air fatigué mon chou ? Oh merde ! J'ai oublié d'aller préparer le thé ! Excuse-moi ! "

Ezra se leva comme une furie et alla s'affairer à la cuisine pour préparer le breuvage, s'excusant de la pièce d'à côté à son visiteur nocturne.



Give dat Drama'Queen' a candy
Harvey QueenGive dat Drama'Queen' a candy
avatar
Messages : 236
Points : 767
Date d'inscription : 12/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Knock knock! Who's there? - PV Ezra   Sam 31 Mar - 18:23
Knock knock! Who's there?
«Dear mind, please stop thinking so much at night »
Fort Hope | 02 November 2016

_______________________________________________________________

“Une tisane ça sera parfait” lui répondit-il placidement, de son timbre de voix absent qui lui était propre aujourd’hui. Quand le tatoué revint sur sa proposition de boire un coup, ses traits habituellement fermés se mirent à exprimer progressivement un timide amusement. Il ne voulait soi-disant pas le saouler s’il ne le désirait pas, mieux encore, il allait prendre la même chose que lui, juste pour faire bonne impression. “Ce n’est pas à l’invité de faire bonne impression, normalement ?” le questionna-t-il tout naturellement, n’ayant peut-être pas saisit toute la plaisanterie cachée derrière ces propos. Ou peut-être qu’Harvey aussi, avait tenté un brin d’humour. Nul ne pourrait le savoir, car dès qu’un clin d’oeil lui fut adressé, le jeune mécano se braqua instantanément.

Carnet en main et plaid chaud sur les épaules, Harvey tentait malgré tout d’élucider certains mystères. Comme celui du dessin d’Elias et Will, en train de s’embrasser. Pourquoi eux, spécifiquement ? Étaient-ils si démonstratifs que ça en public ? Harvey n’y avait jamais vraiment prêté attention. Ça ne le regardait pas après tout. Plutôt que de répondre directement à ses interrogations, Ezra fit remarquer que ‘prendre l’air’ et ‘toquer chez les gens’ était quelque chose d’assez contradictoire. Et pour le coup, il marquait un point. Se sentant soudainement bien stupide d’avoir fait irruption ici en pleine nuit, il décrocha un moment son regard de celui d’Ezra, comme pour chercher de quoi se justifier. “J’habite juste la maison d’à côté. Je rentrais, mais la lumière m’a attiré” dit-il le plus simplement possible, sans se confondre en excuse. “Tel un insecte” surenchéri-t-il, d’un ton fermé pour une phrase pourtant si appuyée. Une imitation d’insect n’aurait pas été de trop, mais sérieux qu’il était en ce jour, Harvey se contenta de reporter son attention sur le carnet à dessins posé sur ses cuisses. Ce qui, par la même occasion, lui avait permis de cacher sa surprise et sa gêne quand Ezra lui parla de plans à trois. Déjà que concevoir une relation avec une seule personne lui semblait hors de portée, s’imaginer entouré d’une tierce personne… Impossible.

Extirpé de ses songes par le doigt d’Ezra désignant le dessin des deux amoureux, Harvey cligna nerveusement des paupières afin de reprendre contenance. A cause de son léger égarement, il avait raté un bout du discours d’Ezra. Mais pour autant, il semblait en comprendre le dénouement final. Ce n’était qu’un dessin comme les autres. Tournant alors distraitement les pages du fameux carnet, il haussa difficilement la voix quand Ezra lui demanda ce qui le dérangeait réellement dans ce dernier croquis. Le fait de connaître les modèles, ou le fait qu’il s’agisse de deux hommes. Ce à quoi, le plus jeune répondit distinctement : “Simplement eux”. Harvey avait bien des défauts à cacher, mais l’homophobie n’en faisait pas encore partie. Après tout, il pensait bien avoir ressenti des sentiments amoureux envers son ancien ami Franklin. Pouvait-on être attiré par les hommes, tout en étant homophobe...? Il n’en savait rien. Toutes ces choses là étaient bien trop compliquées pour lui. Rien ne servait de s’en préoccuper pour le moment. Il avait mieux à faire, comme s’entraîner, réparer, dormir, rendre fier Logan et Elias. “Oui. Ils ont l’air heureux. C’est le plus important. Pourvu que ça dure” ajouta-t-il à son tour après qu’Ezra se soit exprimé sur la beauté qui se dégageait d’un couple comme celui que formait les deux hommes de Fort Hope. Être heureux, c’était tout ce qu’il pouvait souhaiter à Elias à ce moment précis. Il le méritait tant.

Si Harvey avait l’habitude d’arborer une façade glaciale, voir Ezra perdre son sourire lui provoqua une drôle de sensation. Comme si sa propre morosité était devenue communicative, ce qu’il ne désirait absolument pas. En abordant le sujet des cours de tir, il n’avait pas voulu le mettre mal à l’aise ou l'attrister. En fait, il était même surpris de la manière dont Ezra s’exprimait vis à vis de ses débuts. Pour le plus jeune, ces cours avaient été son moyen de garder la tête hors de l’eau à la mort d’Isha. Naïvement, il pensait que cela aurait été aussi agréable pour lui que pour les autres. Il fallait croire qu’il se trompait. Ezra ne semblait définitivement pas porter dans son cœur les cours d’Elias comme Harvey les chérissait. Refermant doucement le carnet, il laissa son regard courir sur le tatoué. “Il n’y a pas de raison que ça se passe mal. Elias est un bon prof, un peu pipelette, mais ça viendra vite. Je te le souhaite du moins” essaya-t-il de le rassurer, sans réellement exceller dans ce domaine. “J’ai commencé mi-juillet, dans ces eaux là. On peut dire que je me débrouille plutôt bien aujourd’hui, oui. Disons que, je ne fais plus trop honte à Elias” oui, c’était plutôt ça. Loin d’être devenu le nouveau Lucky Luke de Fort Hope, Harvey avait appris les règles et s’efforçait aujourd’hui de les appliquer au mieux. Voyant bien qu’Ezra ne souhaitait pas trop s’éterniser sur le sujet, il reprit comme pour clôturer la parenthèse : “C’était pas gagné au début. Mais si j’ai réussi, tout le monde peut y parvenir”. Et ça, c’était même une évidence.

Soudainement, la tisane revint au centre de la conversation. Il fallait bien l’avouer, Harvey aussi n’y pensait plus. Le visage creusé par la fatigue suivant la progression d’Ezra en direction de la cuisine, il sentit son coeur s’emballer une nouvelle fois dans sa poitrine alors qu’on venait de lui attribuer un nouveau surnom pour le moins dérangeant. Mon chou. Sans qu’il n’y prête garde, ses pensées s’étaient directement orientées vers les préparatif d’Halloween, durant lesquels Harvey s’était éclipsé durant un très long moment. A la suite des clins d’oeil d’Ezra, de ses surnoms, de ses contacts physiques. Une même détresse, qu’il ressentait sur l’instant, se demandant s’il devait lui fausser compagnie maintenant ou non. “Je vais bien” assura-t-il simplement, quand son hôte lui demanda s’il était malade. Non, il s’agissait juste de sa tête habituelle. Harvey ne s’en formalisa pas pour autant, il n’était pas le premier à sous-entendre qu’il avait mauvaise mine.

Hésitant un instant, il se leva malgré tout du canapé peu confortable - ou un ressort mal placé n’avait de cesse de l’embêter - pour rejoindre l’autre homme. “Je peux aider ?” murmura-t-il de manière très formelle, le carnet à dessins encore sous le coude, debout dans l’encart de la porte de la cuisine alors qu’il observait Ezra s’agiter dans la cuisine.

_______________________________________________________________
Made by Neon Demon

_________________
The heart was made to be broken
I'm so tired I never want to wake up again. But I've figured out now that it was never them that made me feel that way. It was just me, all along. But now it's too late. So I'll just say goodbye. Be blessed. ☽ Everything passes, but nothing entirely goes away
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 334
Points : 889
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Knock knock! Who's there? - PV Ezra   Lun 2 Avr - 15:07


Ezra éclata de rire à sa tentative d'explication pour sa visite nocturne. La maison d'à côté ? Vraiment ? Bon si cela le rassurait de se dire ça, Ezra n'insisterait pas. Mais il était bel et bien venu parce qu'il avait besoin de parler à la base, non ? C'est ce qu'il lui avait dit. Alors il ne le laisserait pas s'en sortir si facilement.

" Tel un insecte ? Alors je vais laisser la lumière allumée plus souvent si c'est pour attirer d'aussi jolis papillons que toi entre ses murs. "

Il écouta attentivement toutes ses réponses, on ne pouvait pas dire que le jeune homme était un grand bavard, ce n'était pas grave, Ezra pouvait parler pour deux ou trois de toute façon. Puis après avoir répondu à ses questions concernant ses cours de tir, il reprit son sourire quand son interlocuteur lui dit que tout le monde pouvait y arriver. Il n'avait pas tord. S'il y mettait du sien, il y arriverait sûrement lui aussi. C'était juste une question de volonté et de persévérance.

" Tu as quel âge Harvey ? Tu parles comme un sage tu sais ? C'est surprenant. "
Alors qu'il était dans la cuisine, Ezra versait un peu d'eau dans une casserole qu'il mettait sur le feu, pour enfin préparer cette fameuse tisane. Il reprit la conversation concernant son entraînement. Le jeune homme paraissait tellement sur de lui, contrairement au tatoueur qui n'était toujours pas convaincu à 100% que son idée d'apprendre à se servir d'une arme à feu était une bonne idée.

" Je suis sûr que tu dois être un très bon tireur, je ne me fais pas de soucis concernant ce point. Tu m'a l'air d'être un bon combattant. J'aimerais bien te voir me faire une démonstration un de ces jours. Ça me donnerait peut-être le déclic. Mais moi ... enfin ... la conversation avec Elias et Will à était compliquée ... très compliquée. Enfin, on verra quand j'aurais ce truc dans les mains comment je m'en sors. "

Ezra se retourna vers lui en entendant Harvey proposer son aide. Le tatoueur avait vraiment l'impression que le jeune homme allait s'écrouler de fatigue. Mais, il fit comme si de rien n'était. Après tout il venait de lui dire qu'il allait bien ? Alors pourquoi insister lourdement ?

" J'ai du miel dans le placard là-bas. Les papillons ça aime le sucre non ? [Ezra lui fit un clin d'oeil] Si ce n'est pas le cas, moi j'aime ça, tu peux prendre le pot avec toi ? Il y a des cuillères dans un des tiroirs. Je sais pas lequel, c'est pas moi qui range ici ... "

Alors qu'il reporta une fois de plus son regard sur l'eau qui ne frémissait pas encore, le tatoueur en profita pour sortir les petits sachets de thé ainsi que deux tasses, aussi ridicules l'une que l'autre, mais qui remplirait à merveille leur mission de contenir l'eau chaude quand cette dernière serait prête. Ezra jeta un nouveau coup d'oeil au garçon qui lui tenait compagnie. Et quoi qu'il pouvait bien en dire, le tatoueur ne pouvait croire que tout allait bien pour Harvey. Personne n'allait bien depuis le début de ce merdier, mais il avait l'impression que ce garçon traînait autre chose de bien plus lourd et que cela commençait à vraiment trop lui peser au vu de son état de fatigue.

Il se retourna pour lui faire face franchement, et s'appuya contre le plan de travail, plongeant un regard calme dans celui de Harvey. Ces histoires de papillon lui avaient rappelé une histoire qu'il avait lue dans un bouquin sur le symbolisme. Son formateur l'avait obligé à l'apprendre quasiment par cœur pour pouvoir conseiller ses futurs clients. Il ne pensait pas qu'un jour cela lui servirait dans une situation comme celle-ci...

Bon, il se plantait peut-être sur le pourquoi du comment de l'état du beau jeune homme, mais s'il tombait à côté de la plaque, il passerait juste pour un vieux qui radote un peu.

" Tiens d'ailleurs, joli papillon, tu connais l'histoire de Psyché ? C'était une fille super canon. Tellement canon que personne ne voulait l'épouser, mais elle était vénéré comme une déesse. Aphrodite, jalouse de se faire détrôner par une mortelle demanda à son fils Éros de lui trouver le mari le plus moche possible. Mais Éros tomba amoureux d'elle. Bon pour résumer la suite rapidement, après maintes aventures dignes d'un péplum hollywoodien, Éros réussi à la faire devenir déesse et à l'épouser. Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants ... Tu vois le genre ! [Ezra rit, puis se calma rapidement] C'était une déesse aux ailes de papillons si tu te demandes le rapport avec notre conversation et malgré toutes les épreuves qu'elle a traversé, elle n'a pas abandonné et a réussit à obtenir le changement radical qui lui permettait de vivre son bonheur grâce à ses efforts et à sa patience. Donc quoi qui t'empêche de dormir ... si tu persévères et que tu es patient, tout finira par s'arranger. "

Heureusement, comme pour les sauver d'un trop long silence pesant après son petit discours, l'eau commençait à bouillir, faisant de grosse bulle dans la casserole. Le tatoueur se retourna vivement vers cette dernière, secouant sa tête et se passant une main sur la cicatrice de sa nuque. Il n'en revenait pas d'avoir dit ça à son visiteur.

" Oh l'eau est chaude ! "

Il versa celle-ci dans les tasses qu'il avait préparées, tout en réfléchissant. Pourquoi avait-il pensé que c'était une bonne idée de parler de cette histoire au gars en face de lui. Il regrettait déjà sa maladresse, mais continuait comme si de rien n'était.

" On retourne au salon ? Et continuons notre conversation sur quelque chose de plus fun. Tu ne t'ennuies pas ici à Fort Hope ? J'ai pas l'impression qu'il y ai beaucoup d'activité autre que la survie. Je sais pas moi, des matchs de football, de soccer ou de baseball ça ferait du bien à tout le monde non ? Dommage qu'on n'ai pas de biscuit pour agrémenter notre boisson ... j'ai un petit creux ... "


Comme à chaque fois, qu'il était nerveux, le tatoueur se transformait en moulin à parole.



Give dat Drama'Queen' a candy
Harvey QueenGive dat Drama'Queen' a candy
avatar
Messages : 236
Points : 767
Date d'inscription : 12/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Knock knock! Who's there? - PV Ezra   Mer 11 Avr - 1:05
Knock knock! Who's there?
«Dear mind, please stop thinking so much at night »
Fort Hope | 02 November 2016

_______________________________________________________________

S’il y avait bien une chose à laquelle Harvey ne s'attendait pas, c’était de voir son compagnon d’insomnie rire de bon coeur à la suite de ses explications sur la raison de sa présence ici. Soit Harvey était plus drôle qu’il ne le pensait, soit Ezra était bon public. Esquissant en retour de ce rire franc un simple et timide sourire, il décrocha son regard Erza pour observer ses propres mains avec lesquelles il s’était mis à jouer nerveusement. Contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord, le tatoué était difficile à cerner. Bien plus qu’Harvey pouvait l’être. Mis à part quelques mensonges sur son âge, ou la raison de son acharnement lors de ses entraînements, le plus jeune restait relativement transparent sur ses émotions. Il n’en avait plus. Mais pour le coup, il ne jouait pas la comédie. Ezra… C’était compliqué. Harvey en était arrivé à un point où il ne parvenait plus à déceler l’humour du sérieux à travers ses paroles. Le pensait-il réellement, quand il lui disait qu’il était ‘joli’, ‘joli papillon’ ? Ou était-ce juste une nouvelle formulation taquine pour rebondir sur sa propre tentative d’humour. Perdu, le jeune mécano préféra s’en tenir au silence avant qu’une nouvelle question ne l’oblige à hausser la voix. Une question sur son âge. “Vingt-trois ans” - dit-il simplement, avant de se rappeler qu’il avait peut-être donné un âge différent à un autre habitant de Fort Hope, à commencer par Logan ou Elias. Même si ces derniers ne semblaient pas avoir avalé la pilule aussi aisément… A tous les coups Isha avait dû en toucher deux mots à Logan. Le défunt, ayant été le seul à connaître son véritable âge. “Ou peut-être vingt-quatre. J’ai arrêté de compter...” ajouta-t-il doucement, comme pour se laisser une ouverture en cas de problème. Au moins avec ça, il avait un éventail assez large. Avançant un peu plus dans la cuisine pour se tenir de manière tout aussi rigide, il pencha légèrement la tête sur le côté : “Et toi...? Tu sembles particulièrement... Jeune.” Et à nouveau, il tenta le trait d’humour, un sourire cette fois-ci parfaitement insolent et supérieur fendant son visage d’une oreille à l’autre. C’était à croire que le tatoué et ses longs monologues douteux parvenait à lui délier la langue autre qu’à coup de bières. Faisant resurgir en lui, par instant, cet adolescent irrespectueux des règles qu’il avait été un beau jour. Dans cette cuisine, Harvey se sentait presque normal, une sensation vraiment plaisante.

Repartir sur un sujet tel que les leçons de tir, permettait au jeune mecano de discuter d’un sujet qu’il maîtrisait totalement. Depuis le mois le mois de juillet, il ne vivait plus que pour ça, si bien que ses d’entraînements étaient devenus le seul sujet de conversation sur lequel il ne semblait jamais à court d’idées. Avoir le retour d’Ezra quant à l’image qu’il projetait aujourd’hui, lui permettait également de constater ses propres progrès. Les propos du jeune tatoué étaient clairs : il avait l’air d’être un bon combattant, un bon tireur. C’était tout ce qu’il souhaitait, ‘ressembler’ à une personne sur qui on pouvait compter en cas de problème. Passer pour une personne forte en présence de qui, on pouvait se sentir légèrement plus en sécurité. Si c’était bien ce qu’Ezra voyait en lui, alors il avait réussi. Et c’était là le plus beau compliment qu’on aurait pu lui faire. Harvey se démenait pour paraître plus solide qu’il ne l’était vraiment. Voir que ses efforts portaient doucement leurs fruits lui embaumait le cœur d’une douce chaleur. “Merci” - finit-il par souffler, un sourire sincère sur les lèvres alors que son regard restait bloqué dans celui d’Ezra. Se pinçant légèrement les lèvres entre elles pour faire disparaître ce sourire tirant peu à peu sur quelque chose de mielleux, il reprit : “Mes entraînements s’apparentent plus à de la maltraitance sur survivant en difficulté, mais si tu y tiens vraiment… Tu pourrais toujours venir lors d’un de mes cours de boxe, avec Alix ? Elle se ferait un plaisir de… T’initier. Si tu le souhaites” en d’autres termes, le cogner en bonne et due forme. Tout comme elle pouvait le retourner lui. Alix était peut-être la coach la plus violente qu’il avait eu jusque là - si on faisait abstraction de Logan. De quoi faire voir rouge au docteur Richardson qui n’avait de cesse de le voir débarquer dans son infirmerie en quête d’un brin de rafistolage.

Quand il lui confia qu’une de ses conversations avec Elias et Will ne s’étaient pas très bien passée, ses bras se croisèrent machinalement sur son torse. Un sourcil arqué, les paupières plissés, il tentait de comprendre ce qu’il voulait sous-entendre par là. De toute évidence, Ezra ne voulait pas s'étendre sur le sujet et c’était son droit. Harvey se contenterait juste d’une simple précision qui lui paraissait importante, d’autant plus que cette discussion avec des deux amoureux semblait le travailler. “Discuter avec les gens, c’est compliqué” confia-t-il d’abord, en connaissance de cause, à la manière d’une fatalité. Les gens avaient tous vécu des choses difficiles depuis le début de l’épidémie, ce qui rendait parfois le dialogue tendu. Une maladresse était si vite arrivée. “Agir, l’est beaucoup moins” une vision que son interlocuteur ne partageait peut-être pas, mais dans laquelle Harvey se retrouvait. Blablater ou faire ses preuves, son choix serait très vite fait. Harvey avait le goût du travail bien fait, raison pour laquelle il se trouvait constamment dans les starting-blocks, prêt à agir. “Ça se passera bien une fois en situation réelle. Dis-toi que le plus dur est derrière toi” tenta-t-il de le rassurer sans trop savoir pourquoi il se souciait autant d’une personne qui ne faisait pas partie de sa ‘nouvelle famille’. Hormis Noah, les autres survivants de Fort Hope n’avaient droit qu’à son désintérêt le plus total. Alors pourquoi le tatoué échappait-il à ce traitement ? Légèrement perturbé par cette prise de conscience, il décroisa ses bras pour passer une main dans ses cheveux déjà en bataille : “Pas la peine de t'inquiéter avant que ça fasse mal. Avoir ce genre de raisonnement, c’est accepter de souffrir deux fois”. Ou bien, d’être simplement quelqu’un de prévoyant, ce qu’Harvey n’était de toute évidence plus. Préférant vivre au jour le jour. Un état d’esprit qui lui avait appris à lâcher prise pour se concentrer sur l’instant présent et sur ses entraînements.

L’eau continuait tranquillement de chauffer quand Ezra lui confia la mission de se procurer le pot de miel, caché quelque part, dans l’un des placards de sa cuisine. Une tâche sans grande importance, qu’il comptait pourtant remplir avec brio. Même s’il ne s’agissait que de trouver de quoi sucrer leur thé, Harvey prenait cette charge très au sérieux, peut-être même trop alors que sa mine habituelle chassa l’air détendu qu’il arborait depuis plusieurs minutes. Le visage empreint d’un sérieux à toute épreuve, il se mit à ouvrir au hasard un des placards en quête du fameux pot. “J’adore le miel” répondit-il simplement, faisant abstraction d’un de ses fameux clins d’oeil qui avaient tendance à le mettre mal à l’aise. “Tu habites avec quelqu’un ? J’espère que tu n’auras pas de problèmes à recevoir à une heure aussi tardive.” Si tel était le cas, Harvey repasserait dans la matinée pour s'excuser auprès de son ou sa colocataire pour la gêne occasionnée. A défaut d’être parfaitement aimable, il connaissait sur le bout des doigts les règles de bienséance qui régissaient Fort Hope. Le miel finalement trouvé, il le déposa doucement sur le plan de travail avant de remarquer qu’Ezra le fixait. Depuis combien de temps exactement ? Il ne saurait répondre à cette question, mais le silence qui s’était installé entre eux le rendit immédiatement nerveux. Si bien, qu’il en venait à se demander s’il n’avait pas commis en erreur. Genre s'être emparé du mauvais miel. Il avait beau regarder l’étiquette une nouvelle fois, tout semblait pourtant en ordre. Mais non, d’un seul coup, Ezra pris parole. Ok, cette fois-ci, Harvey ne l’avait pas vu venir. Les lèvres scellées et le visage exprimant sa surprise, il écouta sans interrompre une fois l’histoire que lui contait Ezra sur cette fameuse ‘Psyché’. S’il avait du mal à comprendre où il voulait en venir, ce n’est qu’à la suite de ses précisions et du lien avec le surnom qu’il s'évertuait de lui donner qu’il réussit à connecter tout ça. Plus ou moins. Laissant quelques secondes supplémentaires s’écouler après son long monologue - comme pour se laisser le temps de retrouver son âme aspirée par les paroles du tatoué - il cligna fermement des paupières. “Tu sous-entends que je suis Psyché, c’est ça...?” souffla-il d’une petite voix, de peur de dire une ânerie, mais ayant besoin d’une confirmation avant de trop s’avancer sur la suite. “Et que je suis tellement beau que personne voudrait m’épouser ? C’est paradoxal. Merci…?” Devait-il le remercier pour ce compliment sur sa beauté fatale inexistante, ou lui en vouloir pour le fait qu’il venait clairement de lui dire qu’il ne se marierait jamais. Après tout, ce n’était pas dans son programme, mais tout de même, ça faisait mal. La vérité était toujours blessante. “Pour mon sommeil… J’y travaille. Tout s’arrangera bientôt, quand j’aurai réglé un problème” lui assura-t-il d’une voix impassible. Personne n’avait à s'inquiéter pour lui, Harvey gérait totalement la situation et ce, malgré sa mine fatigué et ses ecchymoses nombreuses. Une fois Joshua mort, il pourra à nouveau dormir sur ses deux oreilles.

Cette fois-ci, l’eau était prête. Harvey n’y croyait plus. Accompagnant silencieusement Ezra jusqu’au salon, ce dernier se remit à parler. C’était maintenant une évidence, il ne s’arrêtait jamais. Tasse en main, plaid toujours sur les épaules, il reprit place sur ce canapé au ressort fou et écouta le jeune homme d’une oreille légèrement distraite. “Je n’ai pas le temps de m’ennuyer” murmura-t-il faiblement pendant son nouveau flot de paroles, sans chercher à l'interrompre de par un niveau sonore extrêmement bas. Saisissant une petite cuillère pour se servir un peu de miel, il reporta son regard noisette sur Ezra. Une discussion anodine, qui n’aurait dû porter aucun tort et pourtant… Quand il évoqua la possibilité d’organiser des activités ‘autres que de l’ordre de la survie’, quand le mot ‘Baseball’ brava ses lèvres, son regard autrefois doux devenu plus tranchant. A la manière d’une statue de marbre, Harvey s’immobilisa, tasse à la main. Il n’avait suffi que d’un simple mot, pour faire remonter en lui de nombreux et douloureux souvenirs enfouis. Pourquoi on lui parlait de ça ? Quel était le but de cette démarche ? Elias lui avait raconté quelque chose ? Logan ? Il ne savait pas qui était réellement le coupable. Si c’était pour le tester, ou s’il s’agissait d’une simple coïncidence. Une chose était sûre, Harvey s’était refermé comme une huître après un jet de citron. “Il serait très malvenu, de débuter une partie de... Baseball, au sein de Fort Hope après ce qui s’est produit avec les Punishers. Certains… Ont vu leur groupe se faire décimer par le Fossoyeur et ses hommes. Tu n’es pas sans savoir, j’imagine, que la batte était son arme de prédilection” et qu’Harvey ressentait une profonde détresse à la vue d’une de ces armes. S’il ne comptait pas s’inclure dans l'équation en parlant des survivants du camp pouvant aujourd’hui avoir des séquelles à cause des Punishers, il était évident qu’Harvey en faisait partie pour avoir survécu durant de nombreux mois dans ce groupe. Le baseball était autrefois son sport favori. Il aurait dû avoir une bourse pour l’aider à payer sa fac de langues. C’est le baseball lui-même qui l’avait traîné jusqu'à Détroit pour une compétition avant le début de l’épidémie avec toute son équipe, tous ses amis. Mais toutes ces choses… N’avaient plus de place dans son cœur. Pas après avoir vu Bruce s’en servir contre des gens innocents. Pas après avoir vu Isha -ou plutôt Robin- briser des crânes pour faire plaisir son “père”. Tenir une batte relevait aujourd’hui de l’impossible. Il ne pouvait pas, il ne pouvait plus. Ce qui était jadis son plus grand loisir était aujourd’hui l’un de ses plus violents cauchemars.

Déposant sa tasse sur la table basse, il reporta son regard plus que distant vers Ezra, l’homme qui l’avait gracieusement accueilli chez lui alors qu’il n’était qu’une âme perdue, errant dans la nuit : “De plus, je ne pense pas que se dépenser ‘uniquement pour le loisir’ soit une bonne idée. Les rations sont déjà suffisamment restreintes par habitant pour qu’on se permette de gâcher la moindre énergie. Il existe des loisirs utiles à la survie. Et la survie est primordiale” cracha-t-il de ce même ton sans appel. Les mots claquant contre son palais à la manière d’une cravache s'abattant contre la chair. Par ces loisirs, il sous-entendait bien évidemment le tir et son homologue le tir à l’arc, les sports de combats, mais aussi le jardinage, la cuisine, l’ébénisterie pour les plus manuels qui voudraient contribuer à la conception de pièges et à la fortification du camp... “Il serait stupide, de les laisser de côté au détriment d’activités qui ne serviraient à rien d’autre que se détendre. Un luxe, qui n’est plus d’actualité”. Une vision très ‘brut de décoffrage’ qui ne devait pas être absolue pour beaucoup de survivants. Après tout, Fort Hope était aussi là dans le but de préserver les sensibles du monde extérieur. Harvey pouvait comprendre que certains voulaient retrouver un semblant de normalité dans leur vie, mais ce n’était pas son cas à lui. Parce qu’à ses yeux, se complaire à nouveau dans une sécurité précaire reviendrait à régresser. Harvey voulait progresser, évoluer. “Ce n’est que mon point de vue” trancha-t-il froidement sans faire attention au ton particulièrement sec avec lequel il s’adressait encore au tatoué.

C’est après quelques secondes d’un silence pesant qu’il réalisa que ses mots avaient peut-être dépassés ses pensées. S’il était profondément persuadé de tout ce qu’il venait de dire, il devait exister un moyen plus doux de faire passer le message. Harvey n’avait pas pris de pincettes, oubliant qu’il ne s’adressait pas à quelqu’un comme Logan ou encore Elias. Deux gabarits plus que solides, qui avaient aujourd’hui l'habitude d’encaisser ces propos cinglants et durs. Que disait-il un peu plus tôt ? Parler avec les gens était quelque chose de compliqué ? Oui... En effet. “La tisane est bonne...” souffla-t-il alors, évitant de croiser malgré tout son regard. Avant qu’il ne lui réponde aussi froidement, Ezra lui avait fait savoir qu’il aurait aimé accompagner sa boisson chaude d’un biscuit, peut-être parviendrait-il à se faire pardonner en y mettant du sien. “Je dois avoir un paquet dans un des placards de ma cuisine. Je peux aller le chercher, ce n’est qu’à une maison d’ici” d’un murmure désolé, il laissa le plaid retomber de ses épaules sur le canapé, avant de se masser nerveusement ses paupières chargées de fatigue, mais aussi de culpabilité.

_______________________________________________________________
Made by Neon Demon

_________________
The heart was made to be broken
I'm so tired I never want to wake up again. But I've figured out now that it was never them that made me feel that way. It was just me, all along. But now it's too late. So I'll just say goodbye. Be blessed. ☽ Everything passes, but nothing entirely goes away
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 334
Points : 889
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Knock knock! Who's there? - PV Ezra   Ven 13 Avr - 19:21


Au fur et à mesure qu'Harvey répondait à ses questions, il en posait de nouvelle à Ezra. Même si son visiteur n'avait pas l'air d'être quelqu'un de très loquace, il faisait un effort pour discuter tranquillement avec le tatoueur. Il commença par lui donner son âge. Ezra fut un peut surpris par ce que lui dit le jeune homme, il l'aurait imaginé un peu plus jeune. Mais, le tatoueur oublia bien vite cette observation, il n'avait jamais été très doué pour déterminer l'âge des gens, donc, il ne fit aucune remarque et avoua à son tour son âge.

" C'est cool on a presque le même âge ! J'ai vingt-six ans, même si je ne suis plus si jeune que ça, j'ai encore de la ressource. "

Puis en évoquant à nouveau ses cours de tir avec Elias et en complimentant le jeune homme sur son assurance, il vit un sourire des plus magnifique étiré les lèvres du garçon. Ezra l'avait rarement vu sourire et il était ravi d'assister à cet événement. Le visage du tatoueur devint encore plus rayonnant de bonheur. Et c'est sur le ton de la plaisanterie qu'il évoqua les cours d'une certaine Alix ou Harvey apprenait à se battre au corps à corps.

" Pourquoi quand tu me dis qu'elle se ferait un plaisir de m'initier j'ai l'impression qu'elle va me tabasser ? "

Ezra éclata de rire. Mais il réussit à l'étouffer rapidement de peur de réveiller sa colocataire.

" En petit bonhomme fragile, je refuserais l'initiation, mais je viendrais te voir, si elle est d'accord. J'ai pas trop envie de la fâcher cette demoiselle. "

Encore une fois, l'intervention d'Harvey concernant sa conversation avec Will et Elias fut très juste. Tout ce que disait ce garçon était exactement ce qu'avait besoin d'entendre Ezra pour avancer. Il verrait bien comment ça se passerait une fois dans le feu de l'action avec Elias et quant à Will, il irait s'excuser pour enterrer comme il le fallait cet épisode pas très sympa de leur relation.

Puis ils repartirent tout les deux sur un sujet beaucoup plus léger :

" Oui j'habite avec Anja. Mais elle est cool et est habituée à mes horaires et comportement un peu fantasque. "

La conversation continuant son cours, Ezra fut ravie de la réaction d'Harvey à son intervention sur Psyché. Mais le tatoueur, pour ôter tout doute, lui donna quelques explications de plus pour l'aider à mieux saisir son message.

" Oui joli papillon, tu as tout compris, mais j'ai plus sous-entendu que tu te marierais avec une divinité et pas avec le ou la première plouc du coin. Quant à ton minois ... même s'il est particulièrement mal traité, le bleu-violocé n'est pas ta couleur mon chou ... On voit que tu es beau, et ce sourire ... nom de Dieu ... il est bien trop rare ... mais putain c'qu'il est craquant ! Et tu peux croire un mec qui aime les mecs ! J'suis presque un spécialiste, non, je suis un spécialiste ! Je dis pas ça pour te mettre mal à l'aise ... Au contraire ! [Ezra lui offrit un sourire rassurant] Et j'espère bien pour toi que ce problème de sommeil s'arrangera, mais si tu as besoin d'aide, pour quoi que ce soit concernant ce souci, ne t'imagine pas tout seul et demande de l'aide. "

Puis Ezra enchaîna sur l'idée qu'il avait eut de proposer des activités sportives aux habitants de Fort Hope, mais, à l'expression de Harvey, il devina qu'il avait dû dire une bêtise. Il ne voyait pas ce qui avait bien put perturber le jeune homme. Il avait déjà évoqué le sujet de créer une équipe de quelque chose avec le docteur du camp et il n'avait pas eu ce genre de réaction. Il écouta donc Harvey, un air contrit sur son propre visage. Il n'aimait pas blesser les gens, les faire rager gentiment ou les choquer par son impudeur ne le déranger pas, bien au contraire, mais leur faire du mal à cause de ses paroles, Ezra ne le supportait pas.

" Je n'étais pas au courant pour les Punishers ... Excuse-moi ... J'ai entendu qu'il y avait eu des soucis au camp, avant mon arrivée ... mais je ... enfin ... Je ne connaissais pas les détails ... Excuse-moi encore, j'aurais dû mieux me renseigner avant de dire ça. "

Plus le discours de Harvey avançait, plus le tatoueur regrettait ses paroles. Si le gamin réagissait comme ça, c'est qu'il avait dû particulièrement souffrir pendant cet épisode. Alors Ezra se maudissait d'avoir fait remonter ses mauvais souvenir lors d'une remarque anodine.
Puis le jeune homme exprima son avis quant à l'inutilité de faire un loisir qui ne servirait à rien à la communauté. Ezra rebondit sur ça pour essayer de s'éloigner au plus vite la conversation concernant le Baseball.

" Je comprends ton point de vue Harvey, sans soucis même. Mais je pense que justement faire des activités autres que celle lié à la survie aiderais les gens à se changer vraiment les idées. Le morale fait beaucoup quand il est question de survie ... Moi, si je ne pouvais plus dessiner, je pense que je me laisserais dépérir ... "

Puis le silence s'installa. Et Ezra n'aimait pas du tout les silences, alors il réfléchissait à toute allure pour trouver quelque chose de sympa à dire et qui ne provoquerait aucune réaction négative de la part du jeune homme. Après tout, le tatoueur aimait bien trop faire sourire les gens pour rester sur l'expression froide et triste d'Harvey. Mais contre toute attente, ce fut lui qui brisa ce lourd silence et un sourit ravie refit rapidement son apparition sur le visage d'Ezra.

" Oh non, pas la peine pour les gâteaux, j'ai dit ça comme ça ! Et puis, il me semble que tu vis avec des enfants ? Laisse-leur le plaisir de grignoter ça. Je n'aurais pas envie de les priver. J'adore les enfants en plus ! "

Mais une mine inquiète barra les traits du tatoueur quand Harvey commença à se frotter les yeux. Était-ce seulement la fatigue ? Où était-il malade ? De la fièvre peut-être ? Qui s'occupait de lui s'il était le plus âgé de sa maisonnée ? Ezra se leva d'un bond, et dans un élan tout paternel, alla plaquer sa main sur le front du garçon.

" Tu as mal aux yeux ? Remets ce plaid sur tes épaules ... Il fait froid aujourd'hui ... Et je n'ai pas envie que tu tombes malade ... Tu sais, ça me fait tellement plaisir que tu sois venue ce soir. Je n'aimerais pas qu'il t'arrive une merde parce que tu as passé la soirée en ma compagnie. "



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Knock knock! Who's there? - PV Ezra   
 
Knock knock! Who's there? - PV Ezra
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Fort Hope Community
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération