Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #30 : Août 2018
Animation trimestrielle #1 Changez de sexe !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Intrigue #5 Signalez vos RPs ici !
Cet été sur In Your Flesh, réalisez votre rêve d'enfant et devenez dresseur Pokémon ! Pour les attraper tous, ça se passe ici
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - préambule : Welcome to Detroit > A lire ici

In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Détroit

 Run to you [Mr & Mrs Gerrish]

Administrateur
Annalise ObsonAdministrateur
avatar
Messages : 128
Points : 854
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Run to you [Mr & Mrs Gerrish]   Lun 26 Fév - 13:02
C'était une idée stupide. Complètement ridicule et absolument stupide. Et Anna aurait pu continuer comme ça pendant des heures, faire un étalage impressionnant de son vocabulaire en divaguant infiniment sur les qualificatifs et les superlatifs. Elle aurait pu, mais elle s'évita cette peine et se concentra plutôt sur ce qui se passait derrière la porte contre laquelle elle s'était collée. Le Desert Eagle que lui avait laissé Leroy se tendait près de son visage, ses doigts fermement accrochés contre la crosse, prête à tirer et elle tendait l'oreille en appuyant sa tête contre le battant de bois. Les grognements de l'autre côté résonnaient dans son crâne autant que les insultes qu'elle tournait à la fois contre elle-même et contre les créatures enfermées dans la cuisine. Au moins avait-elle réussi à toutes les attirer dans la même pièce. Malheureusement, leurs doigts commençaient déjà à frapper contre le bois et ils étaient plus nombreux qu'elle. Cinq, en fait. Comment cinq personnes pouvaient même avoir vécu ici ? Du temps où elle occupait cet appartement avec Arthur, ils trouvaient déjà le moyen de se sentir à l'étroit en étant seulement deux... Enfin, sans doute que de devoir se cacher pour échapper aux flammes du napalm et à la fin du monde aidait à remettre les choses en perspective. Et ça n'était pas tellement le problème pour le moment.

Anna regrettait tout de même d'avoir eu cette idée stupide. Tout ça à cause de cette femme. Juliet. Leur conversation avait été trop... ouverte. Confidence après confidence, la graine du doute avait poussé dans l'esprit d'Anna. Et après avoir perdu Leroy, après avoir perdu la dernière personne qui comptait encore un peu à ses yeux, se retrouver soudainement seule avec ses pensées toutes tournées vers le passé... Et pendant un court instant, elle avait eu envie de venir ici. Pourquoi ? Bonne question. Ils ne vivaient plus dans cet appartement depuis tellement longtemps qu'elle aurait du se douter que jamais Arthur ne reviendrait ici, si tant est qu'il soit encore en vie. Alors qu'est-ce qu'elle fichait là, hein ? Maintenant que cinq cadavres ambulants secouaient la porte dans son dos, elle se posait sincèrement la question.

Mais y répondre maintenant n'était définitivement pas possible. Seulement 5... Si elle s'y prenait bien, elle pouvait s'en sortir. Elle ouvrit le chargeur du pistolet pour vérifier le nombre de balles restant. Douze. Elle aurait même de quoi se louper un peu. Ça allait le faire, aller... Inspirant profondément, la jeune femme décolla son dos de la porte et referma ses doigts autour de la poignée, tendant le pistolet devant elle. Elle inspira de nouveau, cherchant un peu de courage avant d'ouvrir la porte, reculant brusquement en arrière pour éviter une main qui tenta immédiatement de l'attraper. Les coups de feu fusèrent rapidement. L'un après l'autre. Un, deux, trois, quatre. Elle n'avait abattu que deux cadavres. Son dos rencontra le mur du couloir, la faisant sursauter légèrement et même lâcher un juron, à voix haute cette fois. Pas le temps de s'en faire plus que ça. Ses mains tremblaient légèrement, mais elle ignora ce signe pour ouvrir le feu de nouveau. Un autre cadavre échoua au sol, la rotule éclatée, emportant ses deux autres amis dans sa chute. Elle allait s'en sortir. Même s'ils rampaient beaucoup trop près d'elle. La porte d'entrée s'ouvrit brusquement, déconcentrant la jeune femme un instant, juste assez long pour que l'un des cadavres encore en vie ne saisisse sa cheville. Putain.

_________________

Caught in a landslide, no escape from reality
We have ashes, fire and hope
Arthur GerrishWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 38
Points : 768
Date d'inscription : 07/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Run to you [Mr & Mrs Gerrish]   Mar 3 Avr - 16:46
Yeux sur le plafond de sa chambre, Arthur se posait un milliard de questions sans avoir la possibilité d'y répondre. Il se demandait ce qu'aurait été son présent s'il avait prit des décisions différentes. Ce que serait le futur, quand le renouveau viendrait. Est-ce qu'il y aurait un renouveau, même ? Depuis son arrivée à Fort Hope, il se sentait en paix avec lui-même, mieux que lorsqu'il était chez les Gardiens. Il se sentait intégré, enfin sauvé, quelque part. Ce n'était pas toujours évident, à vrai dire. Il était encore timide et même si ça s'améliorait de jour en jour, il peinait encore à savoir comment s'y prendre. Aussi, il trimait comme il pouvait pour montrer qu'il voulait vraiment faire parti de la famille. Il croisait Alix et passait un peu de temps avec elle, il profitait de la vie avec Michael qui était quand même un coloc plutôt attentionné... Il tentait de bien s'entendre avec chaque coéquipier qu'il avait sur chacun de ses postes et ça allait. Malheureusement... Il avait prit tellement gout à la solitude du monde extérieur qu'il lui arrivait de partir seul, à l'aventure.

Et cette fois ne ferait pas exception. Quelque chose le taraudait et ne savait pas ce que c'était. Aussi, il prit la peine de se préparer pour une expédition. Enfin, c'était surtout pour réfléchir mais c'était le même prétexte, encore et toujours. Sur son vélo, le trentenaire prit la peine de s'en aller rapidement. Le vent jouait dans ses cheveux et caressait son visage. Bon sang, qu'il aimait cette sensation de pleine liberté. Sans mentir, il ne savait absolument pas où il allait, laissant à son cerveau le plaisir de se perdre dans une tonne de pensées virevoltantes pendant que son corps se mettait en mode automatique. Jusqu'à ce qu'il se réveille et se mette à ralentir pour finalement s'arrêter et poser un pied à terre en reconnaissant l'endroit où il se trouvait. Depuis longtemps déjà, il avait cessé de penser à ce lieu, depuis longtemps déjà il avait essayé de tout effacer. Les bonheurs comme les peines, les doutes, les rires et les larmes. Le rouquin sentit son cœur se serrer et sa gorge se nouer alors que sa mâchoire se serrait d'elle-même. L'espace d'un instant, l'homme sentit même sa main trembler et serra le poing pour se reprendre tout en cherchant à maîtriser sa respiration.

Arthur reconnaissait son quartier et surtout, plus bas, le bâtiment où il avait eu sa première vie, avec son premier amour. Le roux se pinça les lèvres en se demandant pourquoi il traînait par là. Depuis le temps qu'ils avaient quitté l'endroit, c'était stupide de revenir ici... Qu'est-ce qu'il espérait y trouver, au final ? Prudemment, l'européen s'avançait, se stoppait au pied de l'immeuble et s'apprêtait à partir, pour éviter la remontée de souvenir jusqu'à ce qu'un premier coup de feu résonne. Eh merde ! Instinctivement, il abandonna son vélo pour pénétrer le hall, se laissant guider par les détonations. Un instant, il se figea quand il comprit que ça venait de son ancien chez lui. Sérieux... Le Destin, t'aurais pas pu t'amuser autrement ? qu'il se disait en venant enfoncer son ancienne porte d'entrée, tout en dégainant son arme. D'un coup d'oeil, il vit les morts et tira même s'il savait parfaitement qu'il finirait ses dernières balles. Trois balles pour éclater un crâne et trouer un corps sans que ce soit utile. Merde ! L'écossais vint mettre un coup de pied dans un des cadavres pour le repousser sans se préoccuper de la femme à ses côtés qui ferait sans doute le nécessaire pour survivre.

A la fin de cette petite bataille, l'ancien guide posa la main sur la crosse de son arme, au cas où il aurait en face de lui une personne mal intentionnée. Et là, il se figea, une nouvelle fois. Ses lèvres s'entrouvrirent et ses yeux s'agrandirent en fixant la femme qui se tenait devant lui. "A... Anna... ?" qu'il tentait comme s'il venait de voir un fantôme. Arthur aurait voulu s'avancer, la serrer dans ses bras à cause du soulagement. Une personne de plus de son passée qui vivait, c'était une chance. Malheureusement, il ne parvenait pas à faire un seul mouvement. Sans doute qu'il avait l'air con mais là, on ne pouvait pas lui en vouloir de bug devant son ex femme....
Administrateur
Annalise ObsonAdministrateur
avatar
Messages : 128
Points : 854
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Run to you [Mr & Mrs Gerrish]   Mer 11 Avr - 16:53
Aussitôt qu’elle sentit les doigts se refermer sur sa cheville comme les serres d’un vautour, Anna détourna les yeux de la porte pour les poser sur le cadavre à ses pieds. L’intru devait être encore en vie pour avoir pu tourner la poignée, alors, dans l’immédiat, c’était un danger bien moins pressant. Elle releva son arme après avoir secoué la tête pour se concentrer et tira avant de réfléchir. D’autres coups de feu lui répondirent et le cadavre qui s’accrochait à sa cheville comme un boulet finit par perdre de ses forces, sa main tombant mollement sur le parquet. Pendant quelques secondes, ce fut un chaos complet de coups de feu, de grognements et de respirations saccadées. Jusqu’à que les cinq rôdeurs se retrouvent inanimés, morts pour de bon, morts jusqu’à la prochaine malédiction qui frapperait le monde et déciderait de réveiller encore les cadavres d’une façon ou d’une autre. Annalise priait pour ne plus être de ce monde si ce jour devait arriver.

Elle n’avait pas vraiment bougé au cours du petit affrontement, pourtant, elle se retrouva essoufflée lorsque le calme revint et se laissa retomber contre le mur pour qu’il supporte le poids de son corps à sa place. Le bras tenant le Desert Eagle retomba mollement contre sa hanche, sa main libre passant sur son visage jusque dans ses cheveux pour y essuyer les gouttes de sueur qui coulaient sur sa peau. Elle respirait fort et tâchait de calmer les battements affolés de son coeur. Elle y était même presque parvenue quand elle entendit son nom résonner dans le silence. Un frisson la traversa, remontant le long de sa colonne vertébrale et elle rouvrit les yeux immédiatement, réalisant seulement qu’elle les avait fermé en premier lieu.

Arthur. Quelques mètres à peine les séparaient l’un de l’autre. Un vertige gagna la jeune femme et elle s’appuya davantage contre le mur. Elle se sentait soudainement malade, nauséeuse. Mais il était là et il semblait… réel. En deux ans, jamais la jeune femme n’avait imaginé le revoir un jour. Pourtant, elle y avait pensé, plusieurs fois, ce matin-même. “Arthur ?” Sa voix n’était qu’un souffle, mais elle ressemblait plus à un hurlement aux oreilles de la jeune femme. Ils ne s’étaient pas vu depuis… Depuis le divorce ? Depuis des années, tellement d’années. “Qu’est-ce que…” Sa gorge s’était nouée à une vitesse impressionnante. Elle ne savait même pas quoi dire et sa tête tournait à une vitesse impressionnante, rendant les choses encore plus difficiles. “Qu’est-ce que tu fais là ?” Ils ne s’étaient pas croisés depuis si longtemps et aujourd’hui… Comme ça… ça semblait tellement aléatoire que c’en était effrayant. Presque inconsciemment, la jeune femme se redressa, se décollant enfin du mur, et osa faire quelques pas en avant pour s’approcher de son ex-mari. Elle laissa une distance respectable entre eux, comme si elle était soudainement incapable d’avancer davantage quand il ne resta plus que trois pas à franchir pour qu’elle soit assez proche pour le toucher. Ses yeux étaient écarquillés, son teint incroyablement pâle et son coeur battait à lui en faire mal. Et malgré tout cela, elle était complètement paralysée, comme morte à son tour et figé dans le marbre.

_________________

Caught in a landslide, no escape from reality
We have ashes, fire and hope
Arthur GerrishWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 38
Points : 768
Date d'inscription : 07/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Run to you [Mr & Mrs Gerrish]   Mar 12 Juin - 20:55
L'univers se moquait du monde. C'était comme ça qu'il occupait son temps, c'était pas possible. Pas possible d'être si sadique. Quel était le pourcentage pour que ça arrive ? Annalise se trouvait devant lui. Sa voix avait tout de réel et son corps se rapprochant aussi. Arthur eut envie de reculer, comme s'il cherchait à fuir un mirage mais ses membres ne lui obéissaient plus, le laissant planter là, droit comme un i. Il fixait intensément son ex-femme, gorge nouée. Divers émotions passaient à travers son coeur, le retournant au passage. Surprise, nostalgie, tristesse, joie, excitation. Sur l'instant, tout le déstabilisait plus qu'il ne voulait bien se l'admettre. Quand la brune se stoppa enfin, le rouquin se remit à respirer, laissant ses poumons se remplir allègrement, autant que possible. Comment est-ce que ça pouvait être réel ? Eux, dans leur appartement. Là où il y avait un début, un changement et une fin. Et s'il rêvait ? L'homme resserra ses doigts autour de la crosse de son arme, serrant si fort que ses phalanges se mirent à blanchir. Non, il ne dormait... Lentement, il remit son flingue dans son holster en tremblant légèrement. Il était totalement perturbé et ce n'était pas à moitié. A son esprit revint les jeunes années qu'ils avaient partagés, la tendresse et tout l'amour qu'ils s'étaient offert. Il ne savait même plus combien de temps cela avait duré mais il gardait le seul souvenir de ces jours révolus. Son alliance qui se trouvait quelque part dans le fond de son sac. Un des rares symboles de sa vie passée, d'une vie avant Julian, une vie avant les morts-vivants.

Légèrement, Arthur s'humecta les lèvres et vint lentement porter un main à la joue de celle qui portait son nom. Qui, aux dernières nouvelles, le portait toujours. La pulpe de ses doigts s'écartèrent après avoir effleuré la joue de cette femme, comme si sa peau était brûlante. C'était elle. Elle avait changé mais restait identique aux souvenirs qu'il avait. Les yeux clairs de l'écossais vinrent la dévisager puis ce fut à son tour de s'approcher d'elle, étouffant les quelques centimètres qui les séparaient. Désormais ils étaient si proche que chacun pouvait sentir le souffle de l'autre. Le prêteur sur gage pouvait ramener à sa mémoire l'ancien parfum de son ex-compagne, il pouvait se souvenir des premières fois où ils s'étaient tenus face à face et qu'ils pouvaient s'embrasser pour se prouver les sentiments qu'ils avaient, pouvait se rappeler le meilleur qu'ils avaient pu s'apporter. "C'est bien toi..." laissait-il échapper avant de se pincer les lèvres, fronçant légèrement les sourcils à la recherche d'une quelconque réponse. Quel était le pourcentage de chance que ça arrive ? Tellement peu. Détroit était grand et même si aujourd'hui les vivants restaient rares... Là... C'était... Wow... "Je comprend pas..." poursuivait-il sans pouvoir s'en empêcher. Non, il ne comprenait pas que ce soit possible, ne comprenait pas comment se sortir de cette situation si particulière. Sur le coup, il souhaitait pouvoir remonter le temps et ne pas diriger ses pas vers ici car ce n'était pas que le bon qui revenait. Son palpitant se brisait en rependant à sa vie suite au divorce. C'était clair qu'il avait tenu a cette femme, tant et si bien qu'il avait cessé de vivre un moment.

A nouveau, son corps se mit à ignorer sa volonté. Il se retrouvait à enlacer Anna, presque à l'en étouffer tant il la tenait fermement contre sa poitrine, profond soupir de soulagement. "Putain..." Son menton se mit à trembler alors que la pression retombait et que les larmes montaient peu à peu à ses yeux. Mine de rien, Arthur devait avouer qu'il se sentait soulager de savoir qu'une de ses connaissances combattait encore la Faucheuse et qu'il n'avait pas à pleurer un départ. Quelque part, il ne pouvait douter du fait qu'elle s'en serait sortit. On parlait d'Anna, d'une femme forte, à fort caractère, qui avait toujours su surmonté un tas d'épreuves. De ce qu'il pouvait se remémorer, du moins. Ou peut-être qu'il se basait sur les fausses couches... Il ne savait plus. En tout cas, il se doutait qu'il n'y avait qu'elle pour survivre à la fin du monde. D'ailleurs, ce fait fit reculer le roux qui se mit à fixer la jeune femme. "Tu n'as rien ? Pas blessée ? Pas mordue ?" demandait-il en laissant transparaître son léger accent européen en cherchant le moindre signe de blessure sur ce corps couvert qu'il connaissait pourtant si bien.

Suite à l'inspection rapide, il s'écarta un instant pour voir les alentours par la fenêtre. Le grabuge qu'ils avaient fait en tirant devait probablement rameuter tous les mordeurs du coin aussi, il leur faudrait partir rapidement s'ils ne voulaient pas rester bloqués. Néanmoins, il se replanta devant la femme et se gratta légèrement la nuque en l'observant longuement. "Qu'est-ce que tu fais là ?" marmonnait-il en oubliant totalement qu'elle lui avait demandé en premier.
Administrateur
Annalise ObsonAdministrateur
avatar
Messages : 128
Points : 854
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Run to you [Mr & Mrs Gerrish]   Mer 20 Juin - 12:07
Un long moment, l’adrénaline permit à Annalise d’ignorer les suppliques de son corps à bout de force. Elle resta plantée là, interdite, à observer le visage amaigri de l’homme qu’elle avait un jour épousé puis laissé derrière elle. Il lui semblait presque irréel, comme le simple fruit de son imagination. Du moins jusqu’à ce qu’elle ne sente ses bras se refermer autour d’elle, lui arrachant un frisson glacial au passage. Elle cessa de respirer tout à coup et, avant de réaliser ce qu’elle faisait, elle enlaça Arthur à son tour. Il avait un peu changé, mais leurs corps pressés l’un contre l’autre lui donnait un sentiment de familiarité qu’elle croyait ne jamais retrouver. Elle serra de toutes ses forces, sans parvenir à réaliser vraiment qu’elle ne rêvait pas, que tout ceci était réel. Elle sentit les larmes couler sur ses joues, de loin, comme si ça n’était pas vraiment ses larmes, pas vraiment elle. Il s’éloigna finalement et la surprise laissa la place à l’inquiétude sur ses traits quand il lui demanda si elle n’avait rien. Un instant, Anna resta un peu perdue, mais elle se força à secouer la tête pour chasser ses pensées incohérentes et retrouver un peu pied avec la réalité. “Je n’ai rien.” souffla-t-elle faiblement. Ça n’était pas totalement vrai. On ne l’avait pas mordue, elle n’était pas blessée, mais elle se sentait faible et nauséeuse et tremblante. Elle mangeait peu, elle dormait peu, la vie à l’extérieur ne lui allait pas bien et ça se voyait, mais elle n’était pas assez concentrée sur son état, trop occupée à observer Arthur comme si elle ne l’avait jamais vu avant.

“Je…” Elle donnait encore l’air d’être un peu choquée et elle l’était. Tout ce temps qu’elle avait passé seule, persuadée que plus personne ne viendrait pour elle… “Je ne sais pas trop.” souffla-t-elle finalement, plus sincère qu’elle ne l’aurait voulu. Ses doigts se refermèrent sur le bras de l’homme et elle le regarda avec plus d’attention qu’elle ne l’avait jamais fait. Elle se souvenait encore de l’adolescent qu’il avait été, mais aussi de l’homme brisé qui lui avait tourné le dos sans qu’elle ne cherche à le retenir. De la joie et de la peine qu’ils avaient partagé. Les larmes continuaient de couler librement sur ses joues. Elle craquait. Après avoir erré seule pendant des semaines, après avoir cru que tous les gens qu’elle connaissait étaient morts et avoir dû tirer une balle dans le crâne de Leroy… Elle craquait enfin.

“Je pensais que t’étais mort.” souffla-t-elle sans parvenir à se retenir. Elle se fichait finalement de savoir pourquoi il était là, elle aurait peut-être dû lui demander encore, lui poser d’autres questions, mais elle n’y arrivait pas, pas plus qu’elle ne parvenait à réfléchir correctement. Elle avança de nouveau et passa ses bras autour de son cou, se serrant contre lui sans chercher plus loin. Elle ne savait pas si elle avait le droit de faire ça, mais ça lui était complètement égal en ce moment. Elle resta simplement là, à laisser couler les larmes qu’elle retenait depuis des semaines, des mois.


_________________

Caught in a landslide, no escape from reality
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Run to you [Mr & Mrs Gerrish]   
 
Run to you [Mr & Mrs Gerrish]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Détroit
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération