Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Ce mois-ci, venez relever des défis et trouver la gloire dans un petit jeu plein de surprises. C'est par ici
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Event #5) Run or Die

In Your Flesh :: The Surrounding Wasteland :: Etat du Michigan

 The War of the Roses
Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
Messages : 805
Points : 1501
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: The War of the Roses   Dim 4 Mar - 15:57
Comme d’habitude Jésus, ma « nounou » taillée en armoire a glace, est devant a conduire, comme d’habitude il n’a pas voulu me laisser le volant, comme d’habitude il ne se marre pas a mes blagues… bref, une journée qui ressemble a tant d’autre. Cette routine commence a devenir fort ennuyeuse. Lorsque l’on a déménagé de Pittsburgh on m’avait vendu du rêve, de l’aventures… et finalement j’avais l’impression d’être un fonctionnaire du showbiz. Boulot, spectacle, dodo…

Il ne se passe jamais rien et Sam me laisse jamais rien faire. Bon ok, avant l’apocalypse, c’est possible que j’ai un poil merdé et qu’effectivement j’ai eu un comportement propice a susciter de le doute quant a ma capacité de me gérer seul. Mais c’est le passé !!! Et c’est pas parce que je me souviens plus des prénoms des enfants que j’ai adoptés avec mon ex ex ex ex femme dont je me souviens plus, non plus, du nombre de divorce, que je suis une personne immature et superficielle.

Je suis grand maintenant !! Je veux dire je ne devrais pas a avoir a demander la permission a mon frère pour sortir et encore moins a me trimballer Jésus qui est aussi agréable qu’une armée de MST.

C’est donc un peu boudeur que nous sommes partis en quête d’un nouveaux club de golf. Je trompe mon amertume en chantant dans la voiture de tout mon cœur et de toute mon âme.

« Je t'aime, je t'aime
Comme un fou, comme un soldat
Comme une star de cinéma
Je t'aime, je t'aime
Comme un loup, comme un roi
Comme un homme que je ne suis pas
Tu vois, je t'aime comme ça… »


Avec le nombre de jeux télé que j’ai gagné avec la danse et le chant quand j’étais petit, j’imagine que Jésus doit se sentir flatté de ce mini concert privé. Soudain, je distingue par la fenêtre un homme qui a l’air en difficultés, en équilibre sur une voiture, avec moult zombies qui essayent de lui attraper les mollets.

« Diantre Jésus !! Arrête cette voiture et allons sauver ce malheureux !!! »

Jésus essaye de protester, mais j’ai déjà sauté en route de la voiture, tel le bon cascadeur que j’ai toujours été, pour venir défier les morts qui essayaient de manger l’homme. Parfois j’oublie que la vraie vie n’est pas un film… comme je peux oublier mon arme sur la banquette arrière de la voiture que je viens de quitter. Crotte.

Pour le coup mon sauvetage est moins glamour, mais il prend définitivement l’eau quand Jésus bondit hors de la voiture et canarde les morts comme le vivant. Double crotte. Alors, bonne nouvelle, au moins il ne finira pas bouffer, mais la mauvaise... il a tellement été troué que crois qu’on peut affirmer qu’il a été fini tout court. Pour la forme j’essaye de prendre son pouls de ce qui lui reste de bras mais a sa façon dégoutante de se détacher de la purée sanguinolente de ce qui reste de corps je m’éloigne avant d’être sali.


« Mais heu !! Jésus !!! Tu ne pouvais pas viser ?!!
- J’ai visé Monsieur, vous êtes en vie.
- Ouai je dis pas ça pour ça… mais lui là, fallait pas le tuer !!!
- J’ai mes ordres Monsieur, je dois vous protéger de toutes menaces, mortes ou vivantes. »


Pour le coup je me sens encore moins jouasse qu’avant. D’un pas de diva froissé après un « humf » qui résume très bien mon état d’esprit, je pars loin de ce malotru qui ne comprends rien a l’héroïsme avant de revenir sur mes pas prendre mon arme. C’est con de l’oublier deux fois de suite. Et voila comment je pars, avec mon orgueil froissé vers la boutique de golfs la plus proche sans me douter que je vais bientôt faire une rencontre qui va pas plaire a Sam.

_________________
Dean Caulfied
   
❝Do you like movies about Gladiators?❞
  (c)Allison
The princess of the Arena
Phoebe WarnerThe princess of the Arena
avatar
Messages : 77
Points : 202
Date d'inscription : 28/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The War of the Roses   Dim 4 Mar - 22:17

Tout un art

Marcher, c’est ennuyant, être seul, c’est barbant. Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? Je veux dire...Je suis la meilleure dans tous les domaines ! La préférée de tout le monde alors comment j’ai fait pour être seule plus d’une semaine dans ma vie ? Je n’aurais jamais avoir pu atteindre un tel record. Je me suis surprise à parler toute seule tout à l’heure ! Rien ne va plus je n'ai pas envie de devenir comme les fous qu’on voit dans les séries à l’Asile ! Même s'il y aurait pas beaucoup de personne pour me garder. Bon après, être nourris, logé gratuitement pour les plus grands cas toute sa vie c’est...pas trop mal ? Je suis persuadé que si j’étais arrivé dans ce genre d’établissement ce qui aurait pu arriver vu mes anciennes activités, j’aurais eu une suite pour moi toute seule. Tiens parlons de la literie, comment faisait les gens pour faire du camping ? Sous une tente c’est petit, il fait chaud, ça gratte et pourtant les gens aiment faire ça ! Ils aiment être dans l’inconfort ?! Je rêve juste d’un lit en ce moment-même et accessoirement de quelque Majordome à mon service. Mais cette époque est déjà loin...Alors il faut positiver et ne pas se laisser aller dans la dépression. Vous voulez un avantage à ce monde ? Plus aucune obligations, une totale liberté ? Tu as envie de faire sauter une tour ? Très bien vas-y personne t’en empêchera à part ces gens qui se prennent pour les Juges et les Policiers. Une idée de Club sélecte pour Survivants me trotte dans la tête depuis déjà quelque temps. Plus aucune limite ! Personne pour te ramener à l’ordre le paradis pour les fêtards. Mais ce n'est pas dans ma situation digne d’un scénario d’une séries horreur de seconde-zone qui va m’aider à mettre en place cette idée ! Mais l’amusement n’a pas de limite.

C’est donc dans cette optique que je me suis aventuré près d’un club de golf, laissé à l’abandon, j’arrive facilement à deviner qu’il était mal fréquenté. Il devait y avoir des habitués qui se prenaient pour ce qu’ils n’étaient pas et qu’ils souillaient par leurs jeux la pelouse si bien entretenue ! Non-non non ! Le Golf c’est tout un art . Un art qui s’étend dans cette situation ! Les nouvelles règles sont très simples ! Tiré dans des bagnoles, le premier qui en fait sonner une à gagné. Bien sûr je suis toute seule et pas encore schizophrène... Enfin, je crois. Je ne dois pas me sentir en danger avec eux... Ils sont si lents, pires que ma Grand-mère qui étaient en fauteuil roulant. Je ne sais pas qui est la cause de tout ça, mais il aurait pu avoir un peu plus de goût ! Des vrais monstre pas des cadavres qui bouge tout seul et qui ont pour seul compagnon les charognards et les mouches ! Non il aurait fallu des montres rapide, intelligent, discret pas des stupides moutons qui ont une sorte de rage !

A l’intérieur, je choisis un long driver noir effilé et un seau remplis de balle. Pour l’instant aucune odeur, ou bruit, c’est bon signe si un mouton enragé me saute dessus, je ne serais pas dans la merde ! Un coup de feu retentit, je me retourne vivement et dans mon geste je fais renverser le seau plusieurs balles se répande partout dans l’entrée en grommelant, je me suis dans la position du «Chien» ou à quatre... Sans avoir pensé qu’il y a avait d’autre seau tout autant remplis ici.
avatar
Messages : 805
Points : 1501
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The War of the Roses   Lun 5 Mar - 11:16
J’avance d’un bon pas vers la boutique en question. Situé pers de l’ancien green, visiblement peu entretenu au regard du déboisement a faire pour savoir profiter de cet ancien espace de détente, je crois ralentir quelque peu le pas en distinguant le sinistre silhouette du club house se dresser au loin tel un manoir de film d’horreur. Sans que je ne sache pourquoi, je puis vous assurer que je ne mettrais pas les pieds dans cet endroit pour rien au monde. Ah mais si je sais pourquoi, parce que j’ai déjà joué dans des teen movies et personnellement, j’ai toujours reproché aux scénaristes certaines invraisemblance tel que pourquoi des jeunes qui partent en vacances resterait dans la cabane branlante d’un serial killer ou d’autres vacanciers ont disparu au lieu de rebrousser chemin ? Et pourquoi aussi, ils iraient se baigner dans le lac interdit a coté de l’usine chimique mystérieuse ou on déplore, aussi et toujours, d’autres disparitions ? Alors ensuite s’introduire dans le manoir hanté du coin la nuit, parce que le jour ça le ferait moins et se diviser en autant de groupe de un qu’il y a de victimes potentielles… Franchement, vous ne trouvez pas ca aberrant vous ?

Bref, je tourne le dos a cette silhouette de masure qui annonce vraiment toutes les atrocités possibles dans la catégorie scénaristes dérangés pour aller vers la boutique de clubs de golf plus a l’ouest et dans un espace civilisé. Du moins, sans jungle et avec d’autre bâtisse et des restes de bitume et de trottoir. Jésus n’est pas loin derrière et je boude encore plus quand il tue d’une balle chaque mort qui pourrait m’offrir un peu d’action et de distraction. J’en ai besoin après le bide de tantôt pour sauver celui qui fait une imitation de passoir prêt de la voiture. Meme avec son silencieux, j’entends les « gongs » sourd qui me font penser a la machine a lancer les balles de tennis. Ennuyeux et désespérant.

C’est donc presque les mains dans les poches que je m'approche de la boutique et me fige en croyant voir une hallucination. Ce n’est pas une femme que le vois, ni même La femme, c’est la mienne, enfin ca l’a été plus d’une 10 aines de fois je crois. Je ne sais pas trop ou en était la procédure de divorce avant que tout parte en vrille. Miss Warner ou Mme Caulfield est toujours aussi jolie malgré le décoiffage évident et le besoin de douche qui fait que je préfère garder une certaine distance. Surcout que je ne me souviens plus vraiment de notre dernière brouille mais je crois qu’elle avait failli m’étrangler et menacer d’empoissonner les enfants… oups… les enfants ? C’est vrai ça… ils sont ou les petiots ? Un détail, on verra ca plus tard.

Je m’approche tout en commentant, comme a la grande époque :

« C’est alors que notre magnifique héro posa ses yeux sur la plus belle des créatures au swing si parfait, alors, tel un voleur au pas de velours et hypnotisé par les souvenirs du passé, il s’approcha de celle qui avait été sa femme… plusieurs fois et la salua tout en espérant qu’il n’allait pas se prendre un coup de club de golf dans le joli minois qui l’avait tant fait craquer. »

Je lui souris avec cette façon si Caucase qui la faisait autant rire que lever les yeux au ciel avant de lancer.

« Salut belle gosse, vous vivez toujours chez vos parents ? »

_________________
Dean Caulfied
   
❝Do you like movies about Gladiators?❞
  (c)Allison
The princess of the Arena
Phoebe WarnerThe princess of the Arena
avatar
Messages : 77
Points : 202
Date d'inscription : 28/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The War of the Roses   Lun 5 Mar - 21:51
J’entends la porte du magasin coulissé, figée par effroi je n’ose plus bouger. Jusqu’à me retourner avec peur et voit, L’AMOUR DE MA VIE. Oh merde, et moi comme une femme de ménage en manque d’argent je suis à quatre pattes par terre ! Bon dieu ce que ça doit être ridiculisant ! En un éclair je m’époussette avec vivacité. J’ai horreur de la poussière sur mes vêtements ! En plus il est là ! Je le laisse terminer son monologue amusé et enchaîne le dévisageant avec ardeur.

-La pauvre princesse en manque d’amusement, se révéla maladroitement contemplant son prince charmant. Il se pourrait peut-être qu’elle le corrige d’une certaine façon pour l’avoir laissé toute seule avec les moutons enragés ? Sur un ton amusé.

Je me rapproche de lui tel un félin, et sourit au éclat quand il me sert son plus beau sourire qu’il a du sortir avec un nombre incalculable de fois. Mais honnêtement je m’en contrefiche. Il est mien jusqu’à sa mort disons que j’ai posé mon empreinte au fers rouge sur sa personne...

-Il se pourrait que mes parents souffre de légère photosensibilité. Ils sont devenus soudain très pâle ! On aurait dit des mannequins des Pays Nordique. Riais-je sadique. Dit moi toi aussi, tu es pâle, tu ne serais pas devenu vieux par hasard ? Toujours aussi amusé par la situation

C’est comme si j’avais au loto ! Une chance sur un million de le trouver dans cette ville et je l’ai eu ! Si seulement j’avais eu cette chance pour autre chose j’aurais pu avoir des *** encore plus en or qu’elle ne l’était déjà. Avec un haussement de sourcil je remarque qu’il se tient à quelques mètres de moi. Comme révulsé par moi il aurait dû me sauter dessus et me câliner jusqu’à que nous attirions les moutons ! Bon, je sais que je dois pas non plus sentir la rose avec mon crop et mon jean déchiré et que j’ai gardé 1 semaine de suite ! Vous vous rendez compte ?! MAIS ce n’est quand même pas une raison je dois sentir convenablement quand même. Je n'ai pas l’odeur qui reste sur toi après une soirée bien trop arrosé j’espère.

-Merci ça me fait plaisir que tu aimes bien mon nouveau parfum. Avec un air de furie serrant les poings


Mais qu’elle manque de respect quand même ! Je l’aime, il beau gosse et amusant, mais comment j’arrive à avoir encore des sentiments avec lui après tout ce qu’il m’a fait ?! Il se peut que je sois fautive un peu, que j’ai menacé de le ruiner et de jeter par-dessus bord la petite cambodgienne qu’on avait adopté mais c’est pas une raison pour divorcé pour la dixième fois !! J’ai peut-être des sautes d’humeur, mais ce charmeur professionnel aussi. Il va regretter d’avoir revu sa chère et tendre bien-aimé ! Ha ha. Je l’attrape vigoureusement par le col sans qu’il ne puisse réagir. Je le dévisage intensément et avec un sourire d’ange je lui susurre à l’oreille :

-La prochaine-fois Chérie que tu me snobes comme ça je me ferais un plaisir d’imprégner tes vêtements de bouse de vache suis-je bien clair ? Demandais-je tout sourire

Je crois voir une silhouette dans le fond à l'extérieur

-Depuis quand tu as besoin d'un garde du corps le valeureux gladiateur ? Mais surtout qu'est-ce que tu fais dans ce trou paumé ? Tu prends des vacances auprès de la racaille morte ? Continuais-je de lui murmurer

HRP:
 
avatar
Messages : 805
Points : 1501
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The War of the Roses   Mar 6 Mar - 18:56
De la voir aussi abandonnée me fend le cœur. Elle qui a toujours brillé de classe et de sophistication semble tomber bien bas. C’est assez tétanisé que je la vois se rapprocher de moi, visiblement parfaitement consciente de son état de crasse avancée. Je commence à me souvenir d’un des motifs récurrents de divorce. Sous couvert d’une « divergence de point de vue », intitulé officiel de nos portes paroles respectifs, se cachait une autre vérité plus abrupte que j’avais tendance a trop vite oublier : c’est une garce sournoise de la pire espèce. Si elle décide de vous enquiquiner, gare à vous, elle ne vous lâchera pas et trouvera les pires moyens pour arriver à ses fins. Comme cette invasion de mon espace d’hygiène.

Après, elle est tellement mignonne que c’est difficile de lui en vouloir longtemps. C’est ma faiblesse. A chaque je me dis que c’est passé et j’oublie ses petits travers et on est reparti pour un tour avec un cycle encore plus constant que ceux de l’économie. Reprise expansion crise récession. A nous deux on vous illustre tout le système économique mondiale. J’essaye de ne pas avoir de geste brusque conscient que Jésus m’a déjà prouvé qu’il avait la gâchette facile. Ça serait affreux qu’il me fasse potentiellement veuf avant que je ne sois sur qu’on est bien divorcé.

J’essaye de retenir la grimace de dégout que m’inspire son odeur et je la prends aussi romantiquement possible pas les épaules pour la maintenir à une distance plus acceptable pour mon odorat raffiné et mon estomac sensible. Au cas où cette situation ne dégénère, je tiens a rappeler qu’un dieu de la perfection tel que moi ne s’abaisse pas a vomir. Il offre une partie de lui-même au monde tout au plus. Il en va de même pour le popo en admettant que je sache faire autre chose que des paillettes par l’orifice concerné. Je me promets de bruler mes vêtements et tremper mes mains dans l’eau de javel en rentrant.

J’essaye de lui sourire et continu sur le même ton du narrateur de film romantique qui nous faisant tout pouffer de rires moqueurs quand nous étions plus jeunes (en même temps, nous le sommes encore) et plus propres (enfin surtout pour elle).

« C'est alors que notre héros, confiant de retrouver son ex ex ex ex ex ex et encore ex s’il ne s’abuse, mie, l’interrogea quand a ses conditions de vie dans ce triste monde sauvage. Mais, sans attendre de réponse, alerté par le fait que son ancienne moitié sente moins n 5 de Channel que la poubelle, il quérit sans tarder son humble palefrenier pour sceller la chariote et ramener la belle égarée a son noble logis. Il savait que là-bas, elle trouverait baquet d’eau chaude et savon parfumé pour s’étriller avant de pouvoir se restaurer. »

Difficile à croire mais oui ,j’ai déjà fait du théâtre dramatique et j’ai gardé de bon reste. En fait,  je crois que nous avons tous, nous les acteurs, la crème de la population, avons dû nous taper du Shakespeare et de la tragédie classique pour faire nos armes avant de pouvoir monter sur les planches pour de bon.  C’est, néanmoins, avec un grand sourire que je lui dis :

« Je suis content de te retrouver, même dans cet état. Et j’ose espérer que tu ne penseras même pas à te défiler de mon invitation à diner. Sam va être ravi de te voir aussi. »


Ce qui, si je prenais le temps d’y réfléchir, n’était pas si sûr que ça. Mais, parti dans mon élan je suis déjà en train de donner mes directives a Jésus sans me préoccuper que je le boudais, pardon, que je lui montrais mon désaccord en observant un silence viril.

« Va chercher la voiture, nous avons une inviter ! »

_________________
Dean Caulfied
   
❝Do you like movies about Gladiators?❞
  (c)Allison
The princess of the Arena
Phoebe WarnerThe princess of the Arena
avatar
Messages : 77
Points : 202
Date d'inscription : 28/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The War of the Roses   Mer 7 Mar - 16:55
Je hausse à nouveau quand il me refait le coup du Narrateur Romantique sur les bords qui m’a fait tant craquer auparavant même s'il aurait mieux que je ne me laisse pas trop entraîner dedans. Néanmoins, avide d’actions et encore plus je le laisser jouer sa comédie et continue en posant ma main sur ma poitrine affichant un air de chien battu

-Il est vrai que la Formidable princesse revenant tout juste d’une longue quête à la recherche de son mari aurait besoin de certaines potions miracle entre autre afin de laver son corps des duretés qu’elle a enduré.


Je mime le fait que je pleure, autant essayer d’avoir le maximum avec lui. Il ne résiste pas à mon charme de toute façon. Je suis persuadé qu’il s’il avait pu m’acheter tout Hollywood il l’aurait fait !! Je balance le club dans la vitrine où sont exposé les coupes. Le verre se casse avec fracas.

-Oups...Dis-je avec défis. Je crois que le propriétaire de la Boutique ne va pas être très content.

J’ai l’impression de l’entendre dans les couloirs du bâtiments. Peut-être juste le vent.

-Oh si tu savais. Levant théâtralement le main vers le plafond. Sans toi, le monde est plus gris, les couleurs sont atténuées. Tu es comme le Soleil après la nuit, la lampe-torche dans la pénombre...

Je hausse à nouveau quand il me refait le coup du Narrateur Romantique sur les bords qui m’a fait tant craquer auparavant même s'il aurait mieux que je ne me laisse pas trop entraîner dedans. Je suis sûr que j’aurais eu une carrière triomphante remontant cet art d’ancêtres et de Mamie qui passait leur après-midi à tricoter au goût du jour.

-Oh tu es avec Sam ? M’exclamais-je surprise. Oui je suis certaine qu’il sera ravit de me revoir...

Sam, ce n'est pas son frère gonflé à la testostérone-là ? Dans le genre à casser des bras. J’aurais bien aimé avoir une garde du corps comme ça. Ça m’aurait éviter bien des soucis. Mais là n’est pas le souci, vu comment j’ai influé Dean dans sa quête de la Gloire et comment je l’ai initié aux coutumes de la Jeunesse dorée Américaine. Ses parents ont eu disons quelque léger différent avec moi et ma Famille. Trop jaloux pour supporter mon œuvre j’ai essayé d’éloigner autant que je pouvais mon Amour de ces ordures qui devait même surpasser ma Mère. C’est un échec donc, mais je suppose que son Frère doit être moins furieux contre moi que sa chère Mère enfin j’espère. Sinon je sens que le gros baraqué à l’extérieur viendra me voir plus rapidement que je ne l’aurais voulu.

-Pour ce qui est de ce dîner. Dis-je en le rattrapant manquant de tomber dans ma course à cause des haut tallons que j’ai chaussé ce matin. J’aimerais qu’il soit plutôt spécial pour nos retrouvailles...hm..une baie vitré avec une vue sur toute la ville serait idéal mais je crains de n’avoir pas remarqué que nous sommes dans ce qui s’apparente dans un trou paumé au États-Unis ce qui est exceptionnel en soit tu ne trouves pas ? Ah oui et si tu me déçois Chérie, j’irais chercher nos avocats, moutons enragés ou pas pour rendre officiel ce fameux texte.

Une voiture ? Intéressant j’espère que j’aurais assez de place pour me relaxer. Bon sang que je déteste ces berlines familial ou ces citadines elles sont d’un inconfort, j’ai l’impression de sortir d’un entraînement intensif avec mon coach quand je m’assois dedans. Il faudrait peut-être aussi que je songe à en acquérir une, de façon totalement légale. Puisque maintenant le vol et une routine je me trompe ?

-J’espère que tu as toujours aussi bon goût pour les voitures mon cher...

Soudain j’entends un râle derrière je me retourne avec effroi, essayant de me redonner une contenance.

-Tiens, tiens voilà le directeur du Magasin qui vient réclamer des réparations...Commentais-je en m’effaçant à reculons derrière Dean. Je te laisse le pourfendre mon preux chevalier ! Dis-je à moitié rassuré..

Prions pour que cette tête brûlée qui m’a servit de mari à penser à prendre une arme avant de faire une escapade en terrain hostile.
avatar
Messages : 805
Points : 1501
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The War of the Roses   Dim 11 Mar - 16:24
Je grimace pour les voitures, pour le coup, je sens que Phoebe risque de ne pas être déçue. Sam a refusé mes idées de limousine et, j’avoue, depuis que j’ai une impala dans ma vie, j’ai revu un peu ma vision du parc automobile parfait. Cette antiquité est un petit bijou qui me compte plus qu’aucune femme ne l’a jamais fait.  Fiable, fidèle, pas prise de tête (elle ne ronchonne pas si je ne l’écoute pas), moins gourmande (si vous voyez les pensions alimentaires que je verse a Phoebe, vous conviendrez que c’est difficile de faire plus gourmande. Je pense qu’il y a une proportionnalité inversée entre le poids de la demoiselle et son appétit pour l’argent.) Bref, la partenaire de vie idéale si on a des partenaires de sauteries partant pour tester la banquette arrière.

Sam préfère les voitures plus « familiales » qui consomment moins d’essence. Bref pour lui l’apparence et le confort ne comptent pas. Je ne sais pas pourquoi mais je sens que ça va pas plaire a Miss Phoebe. En fait maintenant que j’y pense, entre elle et Sam ça a souvent été tendu. Mais bon, il va faire un effort, je ne peux pas laisser la mère de mes enfants à la rue et vêtue comme une cendrillon sans marraine.

Je souris quand elle évoque notre dernier mariage. En fait, elle est comme toutes les quatre, folle de moi et accro. Quand on a gouté au Dean, on ne sait plus s’en passer. Je lui offre un petit air taquin de serial lover pour lui annoncer :

« Je suis touché que tu veuilles déjà te remarier avec moi, mais il mes semble qu’aux dernières nouvelles, nous étions divorcés ? »


Je n’ai pas le temps de lui rappeler le montant exorbitant de sa dernière réévaluation de pension alimentaire, qui me condamnait a me faire encore moult saisons d’Ultranatural, que nous sommes interrompu par un mort assez impoli. Ca ne se fait pas de gâcher des retrouvailles de la sorte. Plutôt contrarié je m’avance vers lui pour le défoncer comme il se doit. C’est vrai qu’à force de travailler avec ces choses-là, et de ne les côtoyer que sur des lices sans danger, j’ai appris a ne plus les craindre. Certainement une grosse erreur mais tant pis. Je ne fais semblant que quand j’y ai un intérêt. Bref, je vais au-devant de cette chose tel un héros de film avant de me rendre compte d’un léger détail.

« Chérie ? Tu as pas vu mon arme ? »

Je regarde partout donc pendant que le mort titube vers moi en grognant.

« C’est fou ça je l’avais avec moi il y a deux minutes… »

Je regarde dans mon dos dans ma ceinture alors que le directeur arrive presque au contact avec son odeur putride. J’évite la blague sur le fait qu’il doit avoir le même parfumeur que mon ex moitié de crainte qu’elle ne me fasse une de ses mémorables colères. Mais flute, ou est mon arme. Je continue de la chercher avec un flegme presque british au regard de la proximité de la chose avec nous.

« Phoebe, mon cœur en sucre, tu m’as vu avec un club de golf quand je suis arrivé ? J’ai dû le pos…. »

Je n’ai as le temps de finir ma phrase que le mort explose littéralement sur les tirs de Jésus, en me salissant grandement au passage. Je reste un peu hagard le temps de comprendre que ma nounou m’a privé de la joie de passer pour un héros et aussi de me faire manger, très certainement, mais ça, je ne suis pas certain de savoir l’intégrer pour l’heure. Un être tel que moi bénéficie forcement d’un charisme a l’épreuve des dents non ? Je ne vais pas me dire que je me sens immortel mais si quand même un peu. Je reste a faire les gros yeux a Jésus. Un peu sarcastique je lui lance :

« Je croyais que Sam t’avais dit de ne pas me laisser me salir les mains.
-Vos mains sont propres, Monsieur. »


Je grogne du fait qu’il a raison. Mais j’aurais aimé pouvoir parler de la propreté de tout mon être, ma chemise est foutue quand a mes chaussures… de la croute de daims sauvages sur mesure. Tristesse.

« Monsieur, Mademoiselle, sans vouloir être pressant, d’autres morts arrivent. Prenez ce qu’il vous faut et allons a la voiture. »

Contrarié mais essayant de faire bonne figure, je me retourne vers Phoebe.

« Je crois qu’il a peut être raison, au moins sur ce point-là. Qu’en penses-tu ? »

_________________
Dean Caulfied
   
❝Do you like movies about Gladiators?❞
  (c)Allison
The princess of the Arena
Phoebe WarnerThe princess of the Arena
avatar
Messages : 77
Points : 202
Date d'inscription : 28/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The War of the Roses   Mar 13 Mar - 6:57
Je regarde mon preux chevalier, regarder avec détermination le mouton devant nous. Enfin quelqu’un qui pourra me protéger ! Je peux cocher cette journée, comme une des plus chanceuses de ma courte vie. En plus le chevalier, à boule de testostérone en guise de garde du corps. J’ai jamais pu supporter les gardes comme ça, ils font...mauvaise figure devant notre silhouette effilé et gracile. Un bon garde du corps est un quelqu’un qui sait se défendre, mais qui est bien habillé et raffiné. J’en parierais ma fortune, oups...je n’ai plus de fortune..Il se retourne vers moi et me demande où pourrait être passé son arme, j’adopte une posture indifférente et lui réponds :
-Comment voudrais-tu que je sache où elle peut bien être ?! Jusqu’à preuve du contraire je m’amuse pas à relooker tes armes.

Certaines personnes pourraient me juger pour mon flegme, mais notre ennemi est un pourris, les premiers infectés américain quoi. Ils sont terriblement lents ceux-là, il nous suffira de nous enfuir par derrière et filé en vitesse avant que ses copains arrive c’est aussi simple que ça. Si quelqu’un lit dans mes pensées, tu crois vraiment que j’ai survécu en me tournant les pouces et par chance ? J’admets que c’est en partie vrai...Je me recule sans bruit, pendant que mon mari ce démène à retrouver son arme fantôme. Qu’elle inconscient.

-Non j’en sais rien. Dis-je amusé. Dean chérie tu aurais déjà Alzheimer ? Il faudrait peut-être penser à consulter parce que à ton vieil âge, c’est alarmant

La créature approche de plus en plus de Dean, quand soudain elle se fait fauché par un éclair, le coup de feu me fait sursauter. Bon sang j’avais oublié, le bruit de ces foutues armes. Je suis une ferme partisans, du corps-à-corps même si je n’en ai jamais fais. Tirer, c’est...se faciliter la vie et être lâche je trouve. Faut montrer qui en est un peu !! Avant de se réfugier derrière, un pistolet . J’en ai un sur moi, mais je ne l’utilise, qu’en danger de mort. Sinon la nature et la désolation autour de moi est mon meilleur allié contre eux. A cause du tir, Dean est éclaboussé du sang putride du mouton, je le regarde au bord d’exploser de rire, regarder d’un air dégoûté c’est vêtements. Le karma ça ! Ça lui apprendra à juger une femme par son parfum naturel ! Je ne peux m’empêcher de rigoler à la réplique de son chien de garde. Ce «Jésus» vient de considérablement remonter dans mon estime, et c’est rare ! S'il peut changer l’eau en alcool fort, il deviendra mon Dieu !

Je prends un air éreinté et lui réponds

-Je suis parfaitement d’accord. J’espère que ta nouvelle maison est à la hauteur de la précédente.

C’est-à-dire, une immense villa avec tout les nouveaux équipements et tout le confort inimaginable. Bon elle a dû être squatté, pillé, vandalisé depuis longtemps mais le souvenir reste au moins. Je m’avance dans la rue, mon sac à main sur mon épaule. Je plisse légèrement les yeux quand le soleil m’aveugle. C’est une de ces dernières belles journées avant l’hiver. Je prends mes lunettes de soleil et les mets puis me retourne vers Dean

-Tu sais ce qui est le plus drôle mon cher ? C’est que tu sens encore moins bon que moi, tu t’es roulé dans une tombe ? Dis-je hilare, explosant de rire tout seule
avatar
Messages : 805
Points : 1501
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The War of the Roses   Mar 20 Mar - 20:50
Hum. Bon on va dire un partout pour le coup, in point partout. Je l’ai trouvé dans une position fâcheuse, il est probable que le destin a décidé de faire en sorte que les choses deviennent un plus équitables. C’est donc avec tout le flegme d’un assimilé british que je lui rétorque, avec un grand sourire :

« Je m’en serais voulu que tu ne te sentes pas à l’aise en ma présence. C’est bien toi qui t’était plainte que je me comportais comme un mec hautain et inaccessible ? »

Je me montre du pied en cape avec triomphe tout en faisant un « taaallaaaa » triomphale digne d’une animatrice de la roue de la fortune.

« Et voilà la preuve que tu en rajoutais, encore, devant le médiateur de couple lors de notre 8e divorce. Tu vois que je sais m’abaisser a ton niveau, même si j’avoue avoir du mal a me sentir à l’aise, voir tout cours, avec ta nouvelle fragrance. Ça ne te dirait pas plutôt que ça soit toi qui fasse un effort pour t’élever ? »

Je tends également la main tel un chevalier servant voulant escorter une princesse vers le carrosse qui risque de lui déplaire. Je plains a l’avance Jésus de devoir nous supporter dans la voiture car pour le coup, ca va être la fête aux effluves, pire qu’un métro en sortie de concert de groupe underground peu porté sur le déodorant. Mais peu importante, Phoebe n’est pas une simple femme, c’est mon ex-femme et en tant que telle, je ne peux décemment la laisser dans cet état au nom du nettoyage des fauteuils de cuir de la Ford familiale de Jésus ou du respect de son odorat.

Je l’aide a grimper dans la voiture et me fait un devoir d’entrainer un semblant de conversation cordiale durant le trajet. Chose que nous n’avons jamais réussi à faire durant les mois de vie pseudo commune. Semaines par semaines peut-être avons-nous réussi a attendre un an de mariage, je n’en sais plus rien, sans mon avocat je suis un peu perdu a vrai dire. Mais voilà, nous sommes là, couvert d’immondismes pour moi et de crasse pour elle, dans le silence oppressant qui dure depuis au moins 30 secondes (oui je déteste les silences) sans que je ne sache lancer un sujet de conversation approprié et propice a lui prouver que je ne suis pas un idiot incapable de parler sans qu’un type lui écrive ses textes. Mais avec tous les tabous que nous avons réussis a accumulés, pas simple. Et pas la peine de dire que je ne peux absolument pas compter sur notre chauffeur pour se lancer dans les trivialités.

« Et sinon, les enfants ? tu as des nouvelles ? Connor, ou Trevor, a moins que ca ne soit James, il a été pris a son concours de son … truc là, en Suisse ou en France, le machin pour lequel j’ai déboursé 750 000 dollars d’inscription ? D’ailleurs, tu sais ou son nos enfants ? Leurs nounous sont avec eux?»

En fait je les avais vu le jour ou Phoebe les avait choisis un tour du monde shopping d’enfants, et le temps des photos de presse, ensuite, au noël de mars qu’elle organisait, parce qu’entre mes tournages et son coté anti conventionnelle, il était impensable de faire ca en décembre. On s’est battu pour la garde, elle a perdu et a donc dû prendre les gosses, mais, mauvaise perdante, elle m’a demandé une pension alimentaire en contrepartie. Peut-être que le sujet n’était pas si bien choisi.

_________________
Dean Caulfied
   
❝Do you like movies about Gladiators?❞
  (c)Allison
The princess of the Arena
Phoebe WarnerThe princess of the Arena
avatar
Messages : 77
Points : 202
Date d'inscription : 28/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The War of the Roses   Mer 21 Mar - 7:20
M’abaisser à son niveau ! Mais il aime bien ressortir les histoires du passée en plus !! Très bien, ok notre 8ème divorce à été provoqué parce qu'il a eu un oscar de plus que moi, celui que je convoitais aussi. C’est complètement injuste il le méritait pas ! J’aurais peut-être dû moyenner argent envers les juges. C’est ce qu’à sûrement mon vil ex-mari. Tout le monde l’a déjà fait, c’est comme un rite de passage pour être dans la crème des acteurs. Mais moi comme une cruche j’ai été honnête n’importe quoi ! En plus ça sert à quoi d’être honnête à part blesser l’autre et se mettre dans une situation aussi inconfortable que de se retrouver dans un Mac Donald bourré de...Personnes bien enveloppées, qui sentirait l’huile de friture comme s'ils se baignaient dedans. Je prends avec contrecœur sa main servile. S’il pense que je vais laisser passer cela comme ça ! Il peut se voiler la face. J’affiche un air méprisant ne prenant même la peine de répondre à sa seconde remarque. De plus ce médiateur était un sacré idiot ! Pire que ma psychologue celui-là.
Je suis sûr qu’il aurait dû mal même avec les moutons pour les droits sur les cadavres frai.
Installé sur la banquette arrière, les ressorts qui supportent le cuir grincent pitoyablement. Sinon, la voiture dépasse de loin les voitures banales. J’avoue avoir une très grosse différence pour les Mercedes et les limousines. Mais pour nous conduire c’est suffisant. Je pousse le siège devant moi en avant, afin d’avoir plus de place sinon j’ai l’impression d’être dans une familial. Vous êtes déjà rentré dans ce genre de voiture ? Expérience horrible, que j’espère oublié bientôt ! Collé les uns au autre pendant plus de 2 heures. Les gens qui sue, la climatisation mise à fond, mais malgré ça sent le fauve. Insupportable.Personnes bien enveloppées, qui sentirait l’huile de friture comme s'ils se baignaient dedans. Depuis tout à l’heure je l’écoute d’une oreille distraite, il à l’air de vouloir trouver un sujet de conversation rien d’intéressant donc. Pas digne de mon attention, mais ça. Les enfants si, qu’elle histoire ! Déjà qu’on s’engueulait pour savoir qui les garderait. Je n’ose pas les imaginer à l’héritage si tout ça c’était pas produit. En soit-il avait eu de la chance qu’on les adopte parmi la multitude d’enfants asiatique trouvé dans ces orphelinats. Comme si là-bas c’était une habitude de mourir précocement ! Et depuis quand il s’intéresse à eux ? Moi j’ai été obligé de me les coltiner, bon le seul avantage c’était pour les photos et tout ce qu’il avait autour sinon j’avais l’impression d’être ma Mère ! Non, ça jamais j’ai donc embauché une dizaine de baby-sitter qualifié et trier sur le volet. 24h/24h, comme ça Maman peut se prélasser sur son hamac !

-On va dire qu’il a bien profité de son statut en Suisse pour ses fêtes. J’avoue être assez fier de lui, enfin quelqu’un qui sait vivre sa vie ! Oh et, je suis sûr que les autres savent très bien se débrouiller. Sifflais-je. Je pense même qu’il n’avait pas besoin d’une présence maternelle avec eux. Je suis curieuse mon cher, depuis quand tu te soucies de nos progénitures ?

Je le laisse digérer ma pique, et passe à un autre sujet. Il vaut mieux laisser mijoter le sujet quelque temps. Histoire de le préparer au mieux. Avocat ou non, nous avons des comptes à nous rendre ! C’est une question d’honneur même pendant l’apocalypse.

-Tu étais passé où quand les horribles sont arrivé à Los Angeles ? Dans un bar de plaisir, je parie ? Roucoulais-je

Oh, je sais et il sait qu’on se trompe mutuellement, mais resté sur la même relation pendant cinquante ans, c’est plus drôle. Faut voir de nouveaux horizons tel un explorateur.

-Tu as survécu avec ton Frère Badass, c’est ça ?
avatar
Messages : 805
Points : 1501
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The War of the Roses   Ven 23 Mar - 10:16
Mais c’est pas vrai ça !!! Ca fait moins de 30 minutes qu’on s’est retrouvé et les hostilités sont déjà reparties. Au moins cette fois on aura pas attendu d’avoir la gueule de bois le lendemain d’un énième mariage à Las Vegas pour déterrer la hache de guerre, enfin, la verve de guerre dans son cas. Diantre que cette femme sait être agaçante !

«Je m’en soucis depuis que tu me demandes une pension alimentaire infamante pour ta collection d’enfants du monde. Si j’avais bien compris ton petit jeu quand on s’est lancé dans ce tour du monde des orphelinats pour trouver ceux qui étaient le plus photogéniques, je ne suis pas sûr que j’aurais accepté de signer les papiers d’adoption. »

C’est vrai quoi, on avait amassé une tribu comme on collectionne les peluches, sauf que c’est simple a refourguer quand on en a marre des peluche, et puis ca fait moins de bruit et ca n’a pas besoin d’une armée de nounous rien que pour faire popo.

« Et puis arrête avec tes reproches !!! Je te fais remarquer que tu avais invoquer une injonction d’éloignement a mon avocat parce que tu te sentais heurter par mon ego !! Ou un truc du genre, je ne sais plus ce que mon assistant à lu dans closer sur tes déclarations comme quoi j’étais un drogué alcoolisé et misogyne. Tu as même été dire que je te frappais verbalement !!! »


Avec une petite larme savamment orchestrée devant un jury, c’est la seule femme au monde qui a chaque divorce réussi a revoir a l’augmentation des pensions alimentaires pour non childtoys.

« Alors ou j’étais ?!! Moi je vais te le dire ou j’étais… j’étais en train de me prostituer sur le tournage d’une série pour adolescent boutonneux incapables de e rendre compte que cela faisait 10 saisons que les scénaristes recyclaient le même scenario. J’ai dû pervertir mon art, mon âme et mon essence de vie pour que tu puisses nourrir les petits. »

Et ca mange bien les enfants, a plus de 150 000 dollars le mois, je ne sais pas ce qu’elle leur donnait mais ils avaient intérêt a bien grandir. Au moins, grâce a mon armée d’avocat qui m’avait couté l’autre couille, j’avais échappé au droit de visite. Cela restait une maigre victoire. Je croise le regard dans le rétroviseur de Jésus. C’est vrai que je me mets rarement en colère mais Phoebe a ce don de savoir faire ressortir le pire de moi-même. Je lui fais un regard noir jusqu’à ce qu’il regarde a nouveau la route.
C’est un peu boudeur que j’ajoute :

« Et oui, Sam est venu me sauver sur le tournage…. Mais ne va pas en faire des conclusions hâtives, je suis un survivant aguerri, accompli et utile moi. D’ailleurs, et toi, qu’est ce que tu as fait de concret depuis notre dernière confrontation ? »

_________________
Dean Caulfied
   
❝Do you like movies about Gladiators?❞
  (c)Allison
The princess of the Arena
Phoebe WarnerThe princess of the Arena
avatar
Messages : 77
Points : 202
Date d'inscription : 28/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The War of the Roses   Dim 25 Mar - 12:49
Je roule des yeux après son sermon, il recommençait toujours dans le déni et il veut jamais admettre. Oui j’ai demandé une mesure d’éloignement pour être tranquille quelque temps et alors ? Il va me le reprocher jusqu’à ma mort ? Nos tombes cette mesure est toujours là ? Et oui j’avais raison en disant qu’il était mysogigne ! Encore à s’énerver et à monter sur ces grands chevaux ! Ça me heurte quand il fait ça en plus ! Il aurait fallu le prévoir qu’on se tire les cheveux mutuellement un jour mais aussi tôt ! Non non non, il doit y avoir un truc qui cloche ! Il m’en veut d’avoir utilisé sa fortune pour nourrir une tribu qui me servait juste d’écran publicitaire ? Certaines personnes mal intentionnées qui on causé quelques problèmes chez les Caulfield et Warner, il était jaloux c’est compréhensible mais j’espère qu’il pourrisse à l’air libre maintenant après ce qu’il on fait. Et non je n’ai pas détourné l’argent des pensions pour moi ! Car son argent était miens au moins 6 mois par an, s'il n’y a pas divorce avant à quoi ça m’aurait servit. Mais cette petite crise avait des bons points il est beaucoup plus beau quand ses traits sont plus dur. Je pourrais lui sauter dessus tout de suite mais avec l’armoire à glace sortit d’un mauvais film de mafia russe devant nous impossible. Je m’enfonce dans mon siège et évite de le regarder. Je suis certaine que cela lui passera, je suis saoulé de ces disputes pour l’instant. Je rêve juste d’un lit et de produit de beauté. Il est temps de couper court à ses reproches une bonne fois pour toute, parce que si les rôles s’inverse ça va pas aller. Je suis la chieuse dans ce couple.

-C’est du passé, tu veux bien arrêter ? Je ne pense pas que ta fortune t’a servis à survivre je me trompe ? Bien maintenant si on ressort les fantômes on va s’en sortir d’accord.Tu as dû te contorsionner en quatre pour nous d’accord. Mais n’oublie pas que moi aussi je ramenais l’argent. Sam t’a sauvé ok, tu es devenu un survivant aguerri très bien ( même si je doute de ça vu la scène de tout à l’heure ). Maintenant tu veux passer à autre chose parce qu’à ce rythme je vais être obligé de ramener un juge enragés et tout ses compagnons. Les enfants je sais pas où ils sont et honnêtement je m’en fous. Il n’était pas de mon sang.

La fameuse loi du sang, le seul truc que mes parents on réussi à m’inculquer. Si la personne n’est pas de mon sang, ça ne sert à rien de venir à son secours si c’est pour risquer sa vie.
C’est un énorme demi-tour que je prends, je lui offre l’opportunité de faire pâte blanche. J’avoue l’avoir un peu trop secoué pour des retrouvailles. Je tâcherais de moins être moi-même hein ! Toute cet histoire aura eu le temps de me donner mal à la tête.
Je tends ma main presque machinalement, ayant l’habitude de le faire avant

-On fait la paix, chérie ? Je lui affiche mon plus beau sourire celui qui le fait toujours fondre et craqué. Et pour info, j’ai pas apparu ici comme par magie , pour info j’ai fait à pied la moitié du pays en compagnie de mon Majordome et de mes fans alors j’aimerais bien faire mon deuil tranquille aussi !

Bon, un deuil rapide quand même ! Je ne sais pas trop ce qu’il doit penser en ce moment, je viens complètement de changer d’attitude, j’espère qu’il en fera de même.
avatar
Messages : 805
Points : 1501
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The War of the Roses   Mar 27 Mar - 22:13
Je bougonne a ces réponses. Ca valait bien le coup de me faire louper le spa et me faire risque le tétanos, le palus et je ne sais qu’elle autre maladie de pauvre pas propre pour ramassé sa collection de petits pas toujours assez orphelin légalement pour ne pas me couter un bras pour quoi ? Pour que finalement elle ne sache pas ou elle les a rangés. C’est tout elle ça !! Et je vais éviter de m’énerver en lui demandant l’état de nos propriétés et si elle sait ou est sa collection de sac de créateurs Français a prix du PIB d’un pays du tiers monde.

C’est mesquin mais je ne peux pas retenir un :

« Toi ? A pieds ? Tu veux dire en chaise porteuse te connaissant. Si je me souviens bien les seuls endroits où tu trouvais ça socialement acceptable de transpirer c’est dans une salle de sport privative. Tu prenais ton segway même pour traverser ton dressing… alors va pas me faire croire que tu as réussi à te débrouiller seule. D’ailleurs, ou sont tes gardiens ? »


En même temps que je parle je vois que nous quittons l’endroit un peu trop campagnard, pour ne pas dire luxuriant du quartier du golf pour repartir dans les dédales du centre-ville. Avec les immondisme que j’ai sur moi, j’ai grande hâte de pouvoir me laver. D’ailleurs, autant pour la voiture j’étais peu confiant, que pour l’arène je me sens le kiki tout dur de fierté. Elle va en prendre plein ses mirettes et elle verra a quel point son ex il gère. Enfin, son ex beau-frère plutôt, mais c’est pas grave, tant que ca reste dans la famille c’est un peu comme si c’était moi non ? Dans tous les cas j’attends que Madame Warner reconnaisse enfin mes mérites et me respecte comme toutes ex femmes qui se respectent.
Je respire mieux quand les fortifications de l’arène se profilent.

« Eh bien, Chérie, il faut croire que ton futur palais est en train de poindre a l’horizon. Par contre, avant que tu puisses renouer avec les joies de l’eau chaude et du savon, il y a peut-être un ou deux points qu’il va falloir aborder… »

Je prends des pincettes parce que je ne sais pas comment lui annoncer deux des pires trucs que je puisse lui dire maintenant que les magasins de luxes sont fermés. Quelques soient nos grief ma cruauté a ses limites. Et je sais que sans ses divine petites oreilles le mot travail sonnera aussi mal que celui marquage. J’essaye donc de ruser comme je l’ai fait pour garder la villa en Floride.

« Dis-moi, si je me souviens bien, tu as toujours excellé dans l’art de la prestation classe et raffinée ? Te sentirais peut être d’avoir un rôle dans ce palace à la mesure de tes capacités innées de femme a suivre plutôt que de rester comme une femme sans envergure dans ta chambre en attendant un miracle. Au passage, tu penses quoi des tatouages… et hum… de la scarification… »

_________________
Dean Caulfied
   
❝Do you like movies about Gladiators?❞
  (c)Allison
The princess of the Arena
Phoebe WarnerThe princess of the Arena
avatar
Messages : 77
Points : 202
Date d'inscription : 28/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The War of the Roses   Sam 31 Mar - 8:33
Ne surtout pas chercher le conflit, garder son calme. Inspire, expire profondément ça te passera ! Comme la déjà dit notre conseiller matrimonial, ils font prendre pour soi des fois. Même si il vient d’insulter mon amour propre et ma dignité. Il faut réagir tranquillement et sans le heurter ce qui est compliqué avec un homme qui a un tel ego.

-Les temps change et il suffit d’une bonne paire de chaussures. Confortable pour marcher figure toi c’est pas compliqué. Et pour ta gouverne JE faisais du sport tout les jours et non le segway n’était pas devenu mon seul moyen de locomotion. Dis-je en levant les yeux au ciel
, il est vrai qu’un temps j’avais tellement la flemme que je l’utilisais tout le temps. Mais c’est terminé.

-C’était juste pendant une petite et sombre période compris ? Répliquais-je

Le paysage change radicalement et je vois pointer le bout de tête putréfiés dans les vitres à chaque bout de rue. Je préférais radicalement le Club de Golf. Ici je me sens épier, comme si les fantômes des gangsters qui habitait là avant voulait voler mon précieux sac Hermès.

-Ils ont sûrement radicalement changé de nature mes chers gardes si tu veux savoir.

A travers les hauts immeubles, j’aperçois un bâtiment métallique qui déteint beaucoup sur les autres. Illuminé tel une lampe à disco même sans obscurité. Je vois les routes être de plus en plus déblayé et propre. Eh bien j’avoue être étonné. Dean l’a construit avec ses deux petites mains parfaites ?

Je le regarde longuement, deux petits détails eh bien comme d’habitude, il va me sortir son baratin pour accepter son truc et moi pour lui faire plaisir j’accepterais comme si j’étais naïve et que je n’avais pas grandis dans une famille où on se donne des coups de couteau dans le dos même dans le sommeil.

-Tu as totalement raison, c’est bien pour ça que des petits cons se sont amusé à me nommer «Femme la plus attirante d’Hollywood ». Tu ne t’en souviens pas ?

Je sais ce qu’il veut dire par rôle. Il pense vraiment que je suis bonne à me pavaner et à énerver les autres ! Il va bien voir ce petit égocentrique !

-Oui, oui, de toute façon, je n’allais pas quand même ne pas en profiter en restant dans un espace confiné non ?


La scarification ?! C’est pratique barbare qui consiste à marquer au fer rouge quelqu’un à vie pour des conneries ? C’est pas beau en plus, et ça détruit ta peau après. Mais qu’elle idée farfelu a-t-il encore eu ?

-Je te préviens, si je dois avoir un fer-à-cheval cuisant apposé sur ma peau presque parfaite et que le résultat déteint trop sur celle-ci. Tu le sentiras passé.

La douleur, ne m’inquiète que très peu. Mais le résultat oui. Nous nous approchons de l’endroit. J’ai déjà entendu parlé de ce stade et de ses débordements titanesque. J’espère que l’intérieur est plus somptueux que l’extérieur. Des gardes posté sur des petits miradors donne l’ordre d’ouvrir leurs défenses dès que notre voiture avance. Qu’elle organisation ! Dean n’a pas pu faire ça tout seul. Même avec son Frère il doit avoir des soutiens c’est sûr.

Mais une question me taraudait pourquoi un Stade en pleine ville à la merci des moutons ? Je sais que Dean à un côté magistral, il l’a montré dans sa série de péplums tous se copiant plus les uns que les autres. Mais pourquoi cet endroit ?

-Pourrais-tu m’expliquer ce que vous faites ici avant d’entrer ? Des matches de foot tant que vous y êtes non ?
avatar
Messages : 805
Points : 1501
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The War of the Roses   Sam 31 Mar - 10:23
Ce qui est bien de retrouver une personne comme Phoebe, c’est que l’on se connait bien, peut être trop et que l’on est pas surpris pas certains travers. D’ailleurs comment le serais-je alors qu’au final, elle n’a pas changé. Moi, si Jésus venait a disparaitre dans de tragique circonstance, incluant une transformation, je puis vous jure que je feindrais a peine la tristesse qui sera mienne. Si en plus on arrive pas a récupérer son lui mort pour le show, la, ça sera de vraies larmes de crocodile 100% naturelle.

Phoebe est l’incarnation même des déesses d’Hollowood descendante directe des divinités en place sur le mont de la célébrité depuis des générations, du moins une. De ce fait elle n’a pas la même conscience du petit peuple des fan qui s’agite de loin et dont on ne fait qu’imiter la vie. Bref, des outils, des d’orateur, une foule aux visages anonymes et donc seul le fanatisme a de l’importance pour nous garder sur le piédestal de notre divinité.

Moi ? Moi ce n’est pas tout à fait pareil. Déjà, je ne suis pas né avec une cuillère d’or dans le petit orifice qui me sers d’anus (oui même moi j’ai un anus, mais comme toute star que je suis-je ne fais pas d’excrément, quoiqu’en dise la critique sur buldozerman, il fallait bien que je trouve une occupation a cette chose, d’où mon mariage avec Gary entre 2 divorces avec Phoebe). Ensuite, lors que j’ai été déchu et condamné a jouer dans des séries comme Ultranatural, ça a été un bon rappel a l’ordre de la lois universel. Sans nos fans on était rien. D’ailleurs c’est toujours un peu ca pour moi, a la différence que c’est plus, sans mon frère, c’est la merde.

Elle accepte de travailler !! Un gros soulagement ce peint dans mon palace intérieur. Sam a des lubies et s’il peut faire l’impasse sur celle-là, je doute fort qu’il soit magnanime avec son ex ex ex ex et plein de fois ex belle-sœur. Combien de fois il m’a dit qu’elle était toxique pour moi au point de refuser de venir a nos derniers mariages. Je ne suis pas sûr que l’accueil soit des plus chaleureux.

Par contre, pas de bonne surprise coté scarification. Elle ne va pas être déçue pour le coup. Je décide de ne pas remettre une couche sur ce point avant de lui avoir montrer le confort suprême de l’arène. Et oui, ca fait mal et j’ai déjà donné. On a tous donné. C’est un point auquel Sam ne veut aucune exception. Même moi j’ai ma maque qu’il a lui-même faite sur mon dos autrefois parfait. Un maigre prix a payé pour faire partie de l’arène si on y pense.

« Ma chère, je te présente le temple du loisir post apocalyptique : l’arène de César. Les gens donnent des fortunes de nourriture, arme, ou boisson pour venir assister a des prestations tel que combats entre gladiateur, épreuve contre zombie ou diverse prestation sportive ou juste ludique. Je m’occupe de la partie des combats chorégraphier et de l’ensemble de tout ce qui fait le show. Nous avons aussi un groupe d’accorte demoiselles, les vestales, de véritable petite prêtresse de l’amusement qui font tout ce qui leur chante, du moment de respecter le règlement de César. Leur présence suffit a apporter la garce et la magie au lieu. Je me disais qu’avec toi pour les chapeauté, on pourrait certainement leur apporter encore plus de glamour, de présence et voir ce qu’on pourrait faire en termes de chaux a nos trublions en jupon de la bonne humeur. En contrepartie tu auras un logement certe modeste, il n’y a rien de plus de 30 m2, mais on s’y fait, doté de tout le confort moderne tel que l’électricité, l’eau chaude des draps propres, des robes de princesses antiques et des fan en cohorte chaque soir. Qu’en penses tu ? »

_________________
Dean Caulfied
   
❝Do you like movies about Gladiators?❞
  (c)Allison
The princess of the Arena
Phoebe WarnerThe princess of the Arena
avatar
Messages : 77
Points : 202
Date d'inscription : 28/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The War of the Roses   Mer 4 Avr - 7:07
Cette grandiloquence ! Le temple ! Nous sommes à l’époque grecque ou romaine ? Sinon je ne supporterais pas de voir en tunique romaine, le torse huilé en se pavanant devant une foule en délire. Ne me dite pas que Dean à eu les scénarios de ses péplums qui lui sont monté à la tête. Sinon je ne supporterais pas de voir en tunique romaine, le torse huilé en se pavanant devant une foule en délire. SANS MOI.

Chorégraphe et metteur en scène c’est tout lui ! Au lieu d’être au premier-plan il aurait voulu être aux derniers dans ce métier ingrat de réalisateur où personne ne retient ton nom, où tu es obligés de te coltiner des star comme moi toute la journée. Le rêve en somme. Il m’exaspérait des fois avec ces comportements bien faisant et de bien-séance. Nous sommes à l’époque grecque ou romaine ? N’importe quoi ! Il était même pire que moi. Moi au moins je leur adressait des coucous et je leur parlais !

Hm, intéressant ces vestales. Ça sera comme quand je dirigeais les Vixers de LA, au lycée. Je pense qu’il embellit un peu la chose, le vil. Mais pas question d’être des femmes à argent prête à tout pour de l’argent même à vendre son corps. Non ! Nous profitons des gens et eux ils profiteront de nous, c’est gagnant-gagnant ça au moins ! Son offre commence à m’intéresser de plus en plus. Mais là vint la mauvaise partie du contrat. Celle qui va te faire douiller pour ton impertinence. QUE 30m carré ! Je suis sûr que je vais pouvoir relever les empotées que doivent être ces Vestales , et leur montrer ce qu’est une vraie femme, et de quoi elle doit user pour arriver à ses fins. J’espère qu’il y a au moins la fée électrique et de l’eau sinon il pourra se fourrer dans son divine *** les Vestales et sa marque. Sois disant parce qu’il venait du bas et qu’il les comprenait. Des cohortes de fan comme si il y avait 1000 spectateurs tous les soirs. Cela se saurait si, il y a avait autant de gens dans ce trou paumé !

Mais c’étaient les dimensions de mes toilettes et ma douche comment des gens peuvent vivre dans des espaces aussi confinés.

-A seulement trois conditions mon chèrej’ai une servante pour moi, une vue sur la ville ET un animal de compagnie exotique. Genre un tigre. C’est mignon et sa aime les caresse un tigre. Si ton endroit est si fabuleux que tu le prétends prouve-le moi avec ceci.

Il faut savoir être dur en affaire, montrer qui tient la laisse. Pour le moment je la tiens et je la serre très fort

HRP:
 
avatar
Messages : 805
Points : 1501
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The War of the Roses   Ven 6 Avr - 23:33
Je sais bien que je lui en demande beaucoup question luxe et confort, mais au regard de son état, il me semble que ma proposition d’hébergement reste des plus correctes. Surtout quand on voit l’état du marché immobilier de nos jours. Il faut aimer les ruines très aérées et l’industriel. Là je lui propose quand même un endroit sûr, plutôt agréables et surtout bien équipé. Sam et moi n’avons pas compter à la dépense pour faire de l’arène « the place to be » question petits plaisirs encore possibles.

Je lève les yeux au ciel dès qu’elle commence a me présenter la liste de ses conditions. J’ai beau savoir que c’est sa façon de marquer le territoire, c’est aussi agaçant que si elle faisait pipi partout. Et encore, le pipi ça se nettoie, les caprices c’est plus compliqué. Et puis merde, c’est moi la diva capricieuse ici !! J’ai bien peur qu’elle me vole la vedette.

C’est quand même moi ou je ne suis pas en train de négocier avec elle pour la sauver ? ça devient aussi étrange que si une personne blessée demandait de l’argent pour être soigné. Je ne suis pas trop au fait des us et coutumes, c’était mes assistants qui géraient, mais je crois que ce n’était pas tout a fait comme ça que ça se gérait.

« Alors là, je t’arrête tout de suite. Le tigre il est sur ma liste a moi et puis, si c’est comme les gamins… je ne vais pas me casser les fesses a t’en trouver de toutes les couleurs pour que tu les paumes des qu’il y aura un caca a ramasser ou un bras a lui décoincer des dents. Je te connais depuis le temps. »

Non mais !! Me piquer mon idée du tigre. Elle n’a vraiment pas changé.

« Bon a la rigueur, je peux te trouver une poule ou une chèvre. Les gens nous payent avec ça. Ensuite si tu es raisonnable, enfin si tu découvres le sens de ce mot, je veux bien faire retourner Detroit pour essayer de trouver une chose plus exotique mais par pitié par un chien ou un chat ni un autre enfant perdu ! »

J’essaye de me radoucir en me souvenant des bons moments passés ensemble, toujours avant mariage, et du fait qu’elle peut être incroyablement buté quand elle boude.

« Pour la servante on verra si tu es sage. Ce ne sont pas le gens qui manquent tu n’auras qu’a prendre une esclave, mais je te préviens, c’est pas un jouet, ça implique des responsabilités ce genre de chose. »

_________________
Dean Caulfied
   
❝Do you like movies about Gladiators?❞
  (c)Allison
The princess of the Arena
Phoebe WarnerThe princess of the Arena
avatar
Messages : 77
Points : 202
Date d'inscription : 28/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The War of the Roses   Lun 9 Avr - 23:16
Non, mais si je veux mon tigre je l’aurais et c’est sûrement pas lui et sa jalousie naturel qui va m’en empêcher ! Qu’il faut que j’aille au zoo de Washington pour ! J’irais et puis ces enfants j’en voulais pas trop aussi, c’était juste pour le coup de pub. Nan mais franchement moi être comme ma Mère. Vous rêvez légèrement. Qu’elle rôle embêtant être Mère quand même devoir s’occuper de mioche 24h/7 sans jamais avoir un moment de repos. Ou pour profiter des plaisirs de la vie, comme les fêtes. Horrible, vraiment horrible.

-Je te fais dire qu’un tigre ce n'est pas pareil ! C’est un animal en voie de disparition comme nous ! Il faut en prendre soin comme on prend soin à soi-même. Et ce n’est pas un instrument de média car il n’y en a plus. Je suis sûr que tu vas l’attacher à une chaîne avec tes penchants impérialiste américain

De toute façon, ils sont tous pareils les hommes au USA , ils veulent tous montrer qui a la plus grosse avec des choses de plus en plus grosses. COMME UNE ARENE POST-APOCALYPTIQUE ou bien un tigre qui n’en prendront même pas soin.

-Et toi, tu t’es jamais soucié d’eux je te rappelle !

Une poule, ou une chèvre. Il se moque de moi ?!

-Tu crois que j’ai envie d’une foutue basse-cour ,entre une poule à la con et un beau et fort tigre y a une différence. Tu m’aurais comme ça et je suis sûr que tu vas me ramener un singe en me prouvant que c’est exotique !

Je fais une moue, prenant un air boudeur. Il va craquer un jour ou l’autre à force de l’ignorer j’y arriverais.

Non, non il ne faut pas faire ça ! Me dit une petite voix angélique dans ma tête. Je réfléchis quelque instant et une idée lumineuse. Encore plus lumineuse que quand les Frères Lumières on inventé le cinéma.

-Et si....On se le partageait ce fameux tigre ?

Pourvu qu’il accepte cette offre. J’ai vraiment l’impression d’être une grande femme d’affaires en ce moment.

Si je suis sage ?! Il me prend pour une gamine pré-pubère ! Là c’est trop, je veux bien faire des concession, mais son arrogance atteint des sommets.

-Oh oui bien sûr tu as des instincts maternels maintenant ! Et tu penses avoir la jugeote pour me conseiller. Je te rappelle que je suis presque aussi âgé que toi le vieux sage Caulfield.

Je soupire, et colle mon front contre la vitre froide de l’Impala.

-Si seulement, on redevenait plus jeune. Comment on a fait pour en être arrivé là Dean ? Dis-je saoulé par cette tension qui cimente et détruit notre relation.
avatar
Messages : 805
Points : 1501
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The War of the Roses   Lun 16 Avr - 19:18
C’et vraiment dur de communiquer avec cette bourrique entêtée a la tête tellement dur que l’on devrait s’en servir de bélier pour forcer des portes blindées. Outre le fait que je ne vois pas pourquoi elle, elle aurait un tigre, alors que moi, j’ai pas le droit d’en avoir. Et mince comment elle a deviné pour le singe ! Elle lit dans mes pensées ? Non pour ca il faudrait qu’elle s’intéresse a quelqu’un d’autre qu’elle.

Je lâche un rictus cynique quand elle évoque l’idée de partager le tigre. Vu comment elle a procédé pour le partage de notre patrimoine, autant dire que je ne garderais que les moustaches, et encore.

« Tu sais bien que l’on a jamais été doué pour partager quoique ce soit, même un lit plus d’une nuit, ca c’est toujours mal fini. »

Ce qui était un euphémisme. Nous avons été les bêtes noirs des palaces tant nos disputes de couple pouvaient être destructrices pour le mobilier et volubiles pour les oreilles même derrière plusieurs cloisons. Et ensuite elle se demandait ou la presse prenait ses informations sur nos crises de couple.

Je me crispe quand elle sous-entend un manque de jugeote de ma part. Quant a l’instinct maternel je préfère ne pas relever. Croyez-le ou non, il n’est pas impossible que je ne supporte pas d’être critiqué et encore moins sur le fait que je ne puisse être stupide. On ne sait pas être une star comme moi si on l’est ? non ? Je note un coup d’œil énigmatique de Jésus dans le retro et pour la première fois depuis que je le connais, je crois discerner l’ébauche d’un sourire au coin de ses lèvres.

« Je te fais remarquer que je suis le conseiller officiel de l’Arene. Alors excuse moi si je peux considérer que je suis plus sage que toi puisque cela fait deux ans que j’use de mes meringues, ou méninge, a moins que ca ne soit ménage, bref, que j’use de mon magique cerveau pour rendre le monde plus beau. »

Bon il est encore loin d’être a mon image, mais j’y travaille.  Je sens la voiture s’arrêter quand j’entends celle qui fut fréquemment ma femme partir dans une nostalgie qui ne lui ressemble pas. Ca question est pertinente et a beaucoup de réponse. Je soupire mais au fond, Phoebe et moi, même si nous nous sommes détruits et avons gâché le semblant de couple que nous avions envie d’être, sommes unies pas une certaine forme d’affection privilégié. Il faut juste gratter une peu la couche de rancœur et passer outre nos coqs.

Je lui pose une main sur les l’épaules avant de répondre plus doucement :

« Je ne sais pas comment on a fait, peut être n’étions nous pas fait pour vivre ensemble comme un couple. Peut être sommes-nous trop parfait tous les deux pour ne pas se sentir en rivalité avec l’autre. Écoute Phoebe, le principal c’est que nous nous soyons retrouvés. Ca va aller mieux tu verras. Avec un peu de repos, je suis sûr que tu considéreras qu’un serpent ou un singe, c’est presque aussi bien qu’un tigre et qu’une petite scarification n’est pas grand-chose a payer pour avoir un semblant de confort. »

A ce moment Jésus nous ouvre la porte pour nous faire sortir vers ce que j’espère être son nouveau chez elle.

_________________
Dean Caulfied
   
❝Do you like movies about Gladiators?❞
  (c)Allison
The princess of the Arena
Phoebe WarnerThe princess of the Arena
avatar
Messages : 77
Points : 202
Date d'inscription : 28/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The War of the Roses   Ven 20 Avr - 11:43
Je m’attendris au fur et à mesure qu’il me parle peut-être que je me suis bien trompé ? Peut-être qu’au final il a réellement changé. Je me rapproche un peu plus de lui encore plus naïve que je ne l’étais quand j’étais petite et j’hésite même à l’embrassé quand soudain à la fin de son discours il me parle encore de ses stupides animaux exotiques ! MAIS C’EST PAS POSSIBLE il faut toujours qu’il ramène tout à ses petits caprices de bébé. Je lui lance un regard de braise, rageuse je sors de la voiture comme une furie claquant la porte derrière moi. Les gens se retourne directement vers moi comme des insectes. Je me plante au milieu de la route, croise les bras et crie dans une semestrielle crise de diva.

-Tu sais quoi DEAN, je m’en contrefous d’être scarifié ! Mais franchement t’es vraiment....Hmpf vaut mieux pas que je le dise devant tout tes hommes. Et je l’aurais ce foutu tigre même sans ton aide ! C’est un caprice que j’ai moi aussi, t’en a alors moi aussi. Je suis même très pressé d’aller me faire brûler comme au Moyen-Âge. Comme ça tu pourras dire que tu as une Vestale Esclave Diva, ça serait super dans ton tableau de chasse non ?


Jésus me dépasse en courant et nous ouvres la porte tel un portier, qu’elle élégance dans un corps de brute.Nous rentrons à l’intérieur du stade.
Je savais qu’il en avait un tableau de ses conquêtes. Une face aussi belle, ça reste pas en mauvaise compagnie longtemps et ça en trouve facilement aussi. Je pars en direction de l’Arène comme une furie du haut de mes talons escarpins. Dans ma colère je m’aperçois trop tard, que je vais heurter une caisse. J’arrive in extremis à poser mes mains dessus, sautant en même temps. Je pousse de toute ma force à mes mains me propulsant en l’air. Mes jambes passant d’un côté à l’autre verticalement comme si je faisais la roue. De l’autre côté mes pieds pourfende l’air et j’arrive à me atterrir sur mes deux pieds légèrement sonné l’espace d’un instant.

Je vois les gens autour me regarder hilare, et quelqu’un en train d’avoir un fou rire. Il me faut une cible pour me sortir de cette mauvaise passe et on vient de me la servir sur un plateau d’argent.

-Tu rigole pourquoi toi ?! Tu crois que quand t’a mère à accouché d’une bête pour toi j’ai rigolé ?Espèce de débile ! Je me demande bien comment t’a pu survivre jusque là sans ta maman pour te mettre des couches car t’a des fuites urinaire.

Je me rapproche de plus en plus de lui, faisant claquer mes talons sur le carrelage. Et me positionne devant lui.

-On va voir si tu vas rigoler encore après...

Il doit bien faire 20 centimètres de plus que moi et 2 fois mon poids. Mais je n’ai pas peur de ces enc** de première qui profite de leur physique pour maltraiter les femmes. Je le décoche une baffe cinglante. Il ne s’y attendait aucunement et chancelle le souffle court.
Ma main à fait un trace sur sa joue.
J’inspire et j’expire avec frénésie, peu capable de calmer ma colère. Dean m’a déjà vu être comme ça et il vaut mieux pas qu’il se mette en travers de ma route.
avatar
Messages : 805
Points : 1501
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The War of the Roses   Lun 23 Avr - 22:12
Pendant quelques minutes j’y crois, mais vraiment. Je revois cette jeune fille douce et tendre que j’avais cru apercevoir avant presque tous nos mariages (oui même sans alcool je vous jure que la Phoebe drôle et gentille existe… enfin…. Je crois). Sauf que cette image fugace disparait aussi vite qu’elle est venue et sans que je ne comprenne pourquoi me voilà à nouveau avec Phoebe la tornade.

Mais qu’elle mouche l’a piquée ??? Je sens que ça va partir en vrille si elle tombe sur Sam dans cet état. Déjà que c’était un peu tendu au point qu’il n’est même pas venu à notre 11e mariage.  Ni aux autres d’ailleurs. Je sors aussi vite que je peux pour lui emboiter le pas me souvenant des mémorables scènes de Melle Warner qui faisaient les premières pages de la presse people. Autant dire que je viens de lâcher une bouteille de nitroglycérine sur un tapis vibrant régler au maximum.

Pas manquer, le temps que je la rattrape, elle est en train de foutre une baffe a un des gladiateurs qui fait plusieurs fois son gabarit. Le choc passer je le vois armer son bras. C’est vrai que Phoebe est un tantinet crasseuse et loin d’être estampillée Vestale. Bref, pour eux c’est juste une pouilleuse ou une esclave et elle risque de prendre cher. Mon frère ne sait pas ce qu’est un recrutement sélectif et j’ai l’impression qu’il privilégie le muscle au cerveau.

Je hâte le pas et arrive a temps pour faire un "teuteu" dissuasif du doigt. Marcel, ou Maurice, ou Bernard, je ne sais plus, se fige a l’instant ou il me voit et semble enfin brancher les neurones.

« Elle est avec vous boss?!!!
- Oui c’est mon ex femme… et je crois que c’est la mauvaise période.
- Pardooooooooonn !!! Pardon Madame !! Boss je savais pas…. »


Je me doute bien, parce que s’il me disait qu’il allait frapper une Vestale, qui plus est mon ex femme, c’est possible que j’aille chouiner dans les caleçons de Sam. Sentant que cette conversation est en train de relancer l’ouragan blond. Je prends sur moi d’attraper la malodorante, de toute façon au point où j’en suis, et de la prendre comme je peux pour éviter qu’elle ne reparte a la charge.

C’est qu’elle est vigoureuse quand elle veut… sous les rires je l’embarque presque en sac a patate vers mes appartements. Jésus a compris l’idée et a pris les devants pour tirer. Avec autant de délicatesse que je peux au regard de la vivacité de mon ex femme je la mets dans le baquet en espérant que l’eau va apaiser son esprit qui me parait bien échauffé.

«Ralalalalala tu as fait comment pour survivre aussi longtemps en giflant des montagnes de muscles. Tu veux du savon ? »

_________________
Dean Caulfied
   
❝Do you like movies about Gladiators?❞
  (c)Allison
The princess of the Arena
Phoebe WarnerThe princess of the Arena
avatar
Messages : 77
Points : 202
Date d'inscription : 28/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The War of the Roses   Mer 25 Avr - 10:58
-Tu vois, je vais faire de ta tête la même bouillie que quand j’avais écrasé celle d’un mouton enragé ? Hm. J’ai pris mon talon escarpin et je le lui ai enfoncé dans les yeux, puis dans les autres partie du crâne que même ses compères ne voulait pas de lui. Il ressemblait à rien après, on aurait dit qu’un scientifique fou c’était servit de lui. Ou que quelque chose l’avait brouillé et que des vers l’avait rongé. Lui soufflais-je à son attention.

Bon bien sûr, je n’ai jamais fait ça, je ne suis absolument pas une barbare. Mais quelques menaces ça peut calmer un homme pas vrai ? Sauf que je le vois lever son bras, je déglutis difficilement. Peut-être que je suis allé trop loin et d’un coup je fais moins la fier, mais heureusement pour moi et ma jolie face. Dean arrive à mon secours et use de son immense pouvoir pour calmer la testostérone de l’homme.

-Ouais c’est ça excuse-toi pédale ! Lançais-je-à-la volée en me retournant alors que Dean m’amène à l’intérieur

Et voilà qu’il me prend encore pour une bébée. Je suis une adulte responsable ( enfin, ça, cela reste à voir ). Je n’ai pas besoin qu’on m’accompagne. Je m’arrache à la force de ses bras. Et continue de marcher, affichant mon meilleur déhanché. Autant adopté les habitudes de Vestales maintenant. Le premier qui viendra pour me faire chier. Je vous jure que j’userais de mes fameux talons escarpins. Bon sang que la vie était bien plus facile quand j’étais plus jeune. L’amour véritable, les nuits déchaînées, les bêtises, les scandales. J’avais ce dont tout le monde rêvait. Je pense que je ne me rendais pas compte de ma putain de chance. Mais regardons où j’en suis rendu maintenant ? Eh bien je vais faire la put* pour des gars qui ont toujours eu plus de matière grasse que de grise. Je n’ai jamais considéré Dean comme cultivé de toute façon. Vu le milieu dont il vient il n’a pas eu l’éducation que devrait avoir un acteur. Même si à l’époque j’ai considéré ça comme chiant, long, ennuyeux à mourir et sans intérêt. Je considère ça maintenant comme une marque de «Noblesse». Je peux déclamer du Shakespeare à ses hommes sans qu’ils n’y comprennent rien, si ce n’est pas beau ça.


Arrivé dans ce qui pourrait ressembler à une salle de bain du siècle dernier. Je lui demande, un peu plus calmée

-Tu n’aurais pas du shampoing et du gel douche ? Lui demandais-je en souriant plus timidement

-Et aussi, dire à ta montagne de muscle et toi de partir d’ici. Tu m’a déjà vu nu, mais ce n'est pas une raison pour me contempler. Dis-je malicieuse ma colère s’apaisant peu à peu.

« En direct de Météo Phoebe, ils sembleraient que la Tornade de Niveau 5 qui aurait touché les côtes de l’Arène se soit affaiblie et que la situation revienne à son cours normal avec néanmoins quelque vent plus ou moins violent »
avatar
Messages : 805
Points : 1501
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The War of the Roses   Jeu 26 Avr - 7:23
Ma tempétueuse ex ex ex épouse semble reprendre un semblant de contrôle à la vue de ce bain chaud préparé pour elle. Je me doute qu’elle doit être impressionnée d’un tel confort. Mon agent et ma mère ne voulaient pas que je m’appesantisse sur le sujet, mais mon rêve, à moi, était d’être électricien, comme papa. Personne ne pourra mesurer la joie simple d’être avec lui lorsqu’il travaillait sur les chantiers avec son bleu de travail.

C’était un des rares moments où il n’était plus question de faire semblant, de paraitre ou de se soucier des caméras. Une vie plus modeste a laquelle ma mere m’a arrachée pour me sacrifier sur l’autel de ma perfection. Impossible d’être beau et talentueux si cela était pour le garder que pour moi me répétait elle en me faisant courir les castings. Ca aurait été péché par égoïsme que de rester sur les traces de mon père plutôt que de suivre le chemin réserver aux gens comme moi.

Parfois je repense avec nostalgie a ce qu’aurait pu être ma vie si j’avais, moi aussi, embrassé le bleu de travail, pour une durée plus longue qu’un film érotique petit budget que m’a mère a fait force de retirer de ma filmographie officielle. Est-ce que Phoebe m’aurait alors regardé et épousé autant de fois ? J’aime a me dire que oui. Elle a toujours été des plus charmées par mon côté authentique et manuel. D’ailleurs c’est grâce a cela que qu’elle peut avoir, aujourd’hui, de la lumière et de l’eau chaude. J’imagine que cela contribue a ma demi divinité d’etre aussi parfait et habile de mes doigts.

Lorsqu’elle demande des accessoires d’hygiène, je claque dans les doigts et Jésus apporte le nécessaire. Je suis loin de me douter que ma nounou tout en muscle et au supplice de se dire que deux comme moi ici, ca va le rendre fou. Je n’ai pas un mot a ajouter pour qu’il installe le paravent asiatique « emprunté » au muséum d’histoire de Detroit. Une pièce unique et ancestrale venant du Japon féodale. Je ne me lasse pas de la finesse des détails quand je suis dans mon bain, avec mon bonnet de douche rose et mon copain le coincoin a devoir écouter des rapports de personnes trop prudes pour me les faire sans le paravent. D’ailleurs, depuis quand elle est pudique elle ?

« Ma chère je t’ai connu moins prude. Le shampoing est bio fait par Jésus. Il a réussi a faire le miracle de cacher l’odeur du jaune d’œuf et du vinaigre de framboise de Pittsburgh avec des plantes aromatiques. Un bonheur et une douceur de cheveux. Tu as remarqué les reflets que ca me fait ? »


Je continu de lui parler tout en allant fouiner dans ma garde de robe festive et trouver une tenue propre digne d’elle.

« Des que tu seras présentable, je te ferais une visite des lieux. Je ne me souviens plus, tu es toujours fâchée avec le saumon irisé ? Je reste sur des coquilles d’œuf vanillées pour ta sélection de robes ? »

Qu’elle soit là va me faire le plus grand bien. Elle est la seule personne qui peut rivaliser avec moi en matière de bon gout et d’élégance. Je pense que l’arène ne se portera que mieux avec elle pour s’assurer que les Vestales soient de parfaite ambassadrice du raffinement.

« Après ton marquage, tu voudras faire la visite des lieux ? Tu préfères te reposer ? »


Moi-même je quitte mes vêtements sale et prend un baquet d’eau pour procéder a des ablutions afin d’être plus présentable.

« Je te proposerais bien de boire avant mais a part quelques verres de vin, Sam ne me laisse pas accéder aux alcools forts. Il a peur que je rechute… »

_________________
Dean Caulfied
   
❝Do you like movies about Gladiators?❞
  (c)Allison
The princess of the Arena
Phoebe WarnerThe princess of the Arena
avatar
Messages : 77
Points : 202
Date d'inscription : 28/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The War of the Roses   Dim 29 Avr - 10:33
Il installe un beau paravent qui ne devait pas être en vente après cette merde. Au moins, messieurs ont du goût. Je ne pourrais pas leur retirer ça.

-Eh bien, il va falloir t'y faire Chérie, à partir de maintenant je serais la femme la plus pudique que le monde ait connu. Dis-je amusée

Quoi ?! Du shampoing bio ? Mais quelle est cette monstruosité !!! Nous ne sommes pas au Moyen-âge que je sache et je doute sincèrement des talents de parfumeur et de chimiste de la montagne de muscle à côté de nous. L'air un peu dans le vague, tracassé par quelque chose. Peut-être par mon arrivée et qu'il aimerait que tout soit parfait.

-J'espère que c'est aussi vrai que tu le dis. Mais je ne suis pas trop en confiance vu l'état de tes cheveux Dean.

Je m'enfonce dans le bain profitant de l'eau chaude avec plaisir.

-Si tu veux...

Je me relève aussitôt quand il parle de robe.

-Tu tu tu, ça c'est mon job. Et si jamais je vois une seule robe saumon irisé, je te fais des choses qu'il vaudrait mieux que tu n'expérimentes pas.

J'ai envie de renouveau. Synonyme d'une nouvelle ère glorieuse pour ma personne. Il me faut une couleur fétiche. Comme une marque que je porterais avec moi pour que les gens me reconnaissent.

-Tu sais quoi Dean ? Je veux des robes d'un noir de nuit. Comme symbole de mon deuil envers l'ancien monde et notre couple

Je le connais Dean, il va encore me sortir des robes plus extravagantes les unes que les autres. Que je pourrais me croire dans un mauvais film de science-fiction en m'informant que c'est la mode en ce moment. Classique, technique de vendeur utilisé par beaucoup d'entre-eux tous plus mauvais les uns que les autres. Après avoir écumé les magasins toute ma vie, je m'y connais en comportementale. J'aurais pu être psychologue quand j'y pense. Mais écouté les problèmes des gens que c'est ennuyant.

-Bien sûr. La soirée ne fait que commencer

Et elle va être mémorable pour deux personnes moi et lui.

-Quoi ? Mais c'est une attente aux droit de l'homme. Il te prive de ton premier droit, mais qu'elle honte ?! Bon, tu sais quoi Dean ? Un sotch anglais ça ne fait de mal à personne et si tu rechutes, je te botterais le cul.

Je sors du bain et m'essuie avec la serviette à côté lentement.

-J'irais les chercher ces fameux alcool. Je te propose un rosé pour la visite pour on enchaîne par autre chose. Après tout, il faut fêter mon retour non ? Dis-je en « miaulant » tel un chat

( Miaulé = genre sur un ton complice et envoûtant )
avatar
Messages : 805
Points : 1501
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The War of the Roses   Mer 2 Mai - 11:26
« Ma pupuce, es tu sure que le noir soit le plus approprier pour porter le deuil ? C’est d’un commun presque indigne que toi. As-tu pensé a de la coquille d’œuf vanillé pour partir sur un deuil asiatique avec une petite touche d’originalité ? »

Phoebe méritait plus qu’un uniforme décolleté et court sur cuisse de pleurnicheuse en noir. C’était trop sobre pour elle. Beaucoup trop.

« Ici la mode est dans l’ostentatoire antique, alors je refuse que mon ex ex ex ex ex ex et encore ex il me semble, épouse, paraisse fade et sans envergure, surtout avec ta personnalité volcanique. Il nous faut une tenue impériale pour que tu sois au-dessus de la masse des reines qui vivent ici et que tu vas chapeauter. »

Je finis par réfléchir, c’est vrai qu’avec le marquage, il vaut mieux rester dans les couleurs sombres. Ca évitera des taches.

« Ceci dit, on peut faire simple le temps du marquage, comme si tu venais humblement recevoir ton titre avant de renaitre tel un Phoenix. Qu’en pense tu ? Ca pourrait faire théâtrale façon art dramatique ?»


Ca me fait un bien fou de la retrouver et de pouvoir parler de choses profondes et fondamentales telles que les fringues avec quelqu’un qui a suffisamment de gout et d’intelligence pour savoir me répondre. Jésus et Moise sont, sur ce point, navrant, Sam est hermétique et quelques soient les efforts des Vestales, aucune n’arrive a la cheville de l’ambassadrice de la mode qui est dans ma baignoire. Je ne dis pas qu’elle était mauvaise actrice, mais juste que, pour moi, elle aurait pu être facilement styliste tant elle excelle dans l’art d’impressionner avec ses tenues.

Je la vois sortir en serviette avec un air choqué pour les règles de Sam. A vrai dire moi aussi je le suis souvent. Mais j’écoute mon frère et il ne me viendrait pas a l’idée de le contredire. S’il m’a dit, plus de beuverie, je ne ferais plus de beuverie. Mais bon, un petit verre de rosé… c’est pas vraiment une beuverie non ?

Je la regarde avec un sourire en coin, en essayant de ne pas être choqué par le fait qu’elle soit vraiment devenue pudique en vieillissant. Moi-même je suis devenu sobre, comme quoi l’apocalypse nous fait tous changer.

« Tu sais que tu es une vilaine tentatrice… »

Je me tourne vers la porte avec le mégaphone et l’entrouvre en criant.

« Jésus !!! Deux verres et une bouteille de Cahors 2012 ! »

Je vous Jésus juste devant moi les mains sur les oreilles. Oups, le mégaphone était peut être en trop en fait… tant pis je referme la porte.

« Bon étudions cette tenue. Je ne veux pas être méchant darling, mais il va falloir de remplumer un peu avant d’opter sur un fuseau moulant. »

Je la conduis vers le lit ou j’ai posé ma sélection de robe quand Jésus revient, le regard noir avec les verres, la bouteille et le tison ardant dans le tisonnier fumant.

« Darling? tu veux boire avant ou on se débarrasse du penible tout de suite ? »

_________________
Dean Caulfied
   
❝Do you like movies about Gladiators?❞
  (c)Allison
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: The War of the Roses   
 
The War of the Roses
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: The Surrounding Wasteland :: Etat du Michigan
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération