Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #31 : Septembre 2018
Animation trimestrielle #1 Changez de sexe !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Intrigue #5 Recensement !
Venez mettre vos méninges à l'épreuve dans notre animation de Septembre
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - Chapitre I : New rulers, new rules > A lire ici

In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Fort Hope Community

 "raise your voice" ezrouille
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3582
Points : 3876
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: "raise your voice" ezrouille   Mar 13 Mar - 9:24
Le soleil peinait encore à se lever lorsque je sortie de la maison sous les grognements de contrariété de Will. Je devais partir en mission, je n’avais pas le choix et c’était à la limite la seule raison pour laquelle il n’avait pas encore décidé de me retenir dans le lit. Ce n’était pas parce que je ne dormais pas, mais uniquement car j’étais obligé, mais une fois arrivé sur place, les choses ne furent pas exactement les même. Visiblement la zone n’était pas accessible, trop de rôdeur pour le butin, trop de risque de mort aussi. Mission annulé. J’aurais pu retourner me coucher, mais j’avais d’autre idée en tête, et pour cela… Je n’avais pas envie de faire quoi que ce soit dans le dos. Alors j’étais rentrée, expliquant que j’allais profiter de l’abandon de la mission pour voir Ezra. Si les injonctions que j’avais eu revenait à me demander de rester ici, le souvenir de comment ça avait pu se passer un peu plus tôt dans le mois suffisait à justifier ma décision. Il avait demandé de l’aide, je n’allais pas le laisser sans rien. Retrouvant donc l’extérieur, j’avais marché jusqu’à chez lui, il était encore tôt, il devait peut-être dormir. J’allais sans doute le réveiller, et si c’était le cas je reviendrais plus tard, je retrouverais Will à la maison, et il pourrait arrêter d’en vouloir à la terre entière de ruiner son travail pour me garder avec lui. À cette pensée, je ne pus avoir qu’un léger sourire avant que mon poing ne s’abatte sur la surface plane de la porte. Attendant quelques minutes, j’entendis du mouvement derrière cette dernière, quelqu’un était debout, à savoir si il s’agissait de lui ou de quelqu’un qui vivait avec lui.

Je savais uniquement ce que l’homme avait bien voulu me dire, à savoir pas grand chose, ce qui était triste au final. Non pas que les gens ne m’intéressait pas, mais j’avais toujours l’impression que si je les connaissais, si je les considérais autrement, je risquais d’en payer le prix. Et je n’avais pas l’impression d’avoir les reins assez solide pour tenir une nouvelle fois le coup. Déjà que Will suffirait à me faire basculer si il arrivait quelque chose, je ne pouvais pas donner ma vie pour d’autre. Les protéger, oui, mais les voir mourir… Je préférais en savoir le moins possible sur eux. Éviter de les voir comme une famille, éviter de les perdre. C’était mieux comme ça. Juste Will et moi, juste lui en fait, la seule famille que j’aurais jamais, la seule famille qui valait le coup que je me batte. Certes il y avait Logan, mais je ne voyais pas Logan s’écroule, alors que Will… Braquer une arme sur lui suffisait à lui faire tomber un masque, Logan non. Je ne devais protéger que Will, c’était lui et personne d’autre. Alors oui, cela impliquait que toute les personnes que je croise devaient apprendre à se défendre, si ils étaient tous en mesure de le faire, je n’aurais plus à m’investir autant. Je protégerais les autres, mais pas comme je pourrais protéger Will. Oui, c’était le bon plan, ne pas les connaitre plus que ça, savoir ce qu’il y a à savoir et c’est tout. Je n’avais pas besoin de savoir leurs faire des cadeau pour leurs apprendre à tirer. Pourquoi je cherchais à justifier le fait que je ne les connaissais pas ? Pourquoi j'avais besoin de me trouver une raison ? Je culpabilisais toujours à son sujet, c'était ça la vérité, et lui retirer de l'importance me faisait croire que l'avoir fait pleurer était moins cruel. Mais ça ne l'était pas. « C’est Elias, j’ai du temps aujourd’hui, je voulais savoir si tu voulais toujours apprendre à tirer. », soufflais-je à travers la porte comme pour justifier que je puisse éventuellement le réveiller aussitôt.  

_________________




Spoiler:
 
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 540
Points : 699
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "raise your voice" ezrouille   Jeu 15 Mar - 21:49


Dernière édition par Ezra Young le Mar 27 Mar - 14:04, édité 1 fois
Ezra avait encore une fois passé la nuit à dessiner. Cela devenait de plus en plus commun ces derniers temps. Peut-être réfléchissait-il trop en ce moment ? Et pour lui, le seul moyen de se vider la tête était de se concentrer sur les traits qui sortaient de son crayon. Il griffonnait inlassablement les pages de son petit carnet, les couvrant parfois de dessins réaliste, mais surtout de dessins fantaisistes.

Mais cela ne lui suffisait pas, ce qui lui aurait vraiment changé les idées et ce qui lui manquait le plus, était le tatouage. Le bruit du dermographe, la sensation des gants à latex sur ses mains, l'élasticité de la peau de son modèle et la sensation irremplaçable de voir son dessin prendre vie dans l'encre qu'il injectait sous la peau de son client. Mais, pour l'instant, il n'avait pas tout le matériel nécessaire pour pouvoir reprendre une activité. Et donc il se contentait de son crayon de papier et des pages de son carnet.

Il était tard, ou plutôt tôt. Le soleil c'était déjà lever et Ezra décida d'aller retrouver Morphée. Il débarrassa rapidement la table basse sur laquelle il travaillait et monta dans sa chambre. Il fallait qu'il dorme au moins quelques heures avant de devoir s'atteler à ses tâches quotidiennes, sinon, il ne serait vraiment bon à rien pour le reste de la journée. Il se déshabilla rapidement et se jeta sur son lit, s'enroulant dans ses draps et sentant enfin son esprit totalement calme et vide. Le sommeil le gagnait petit à petit.

***

Le tatoueur se réveilla en sursaut. Par la fenêtre le Soleil ne paraissait pas aussi haut qu'il aurait dû l'être si son sommeil avait duré plusieurs heures comme il l’espérait. Qu'est-ce qui avait bien pu le réveiller ? Alors qu'il essayait d'allumer son cerveau, ce dernier lui insinua l'idée que quelqu'un venait de frapper à la porte. Ah ! Oui c'était donc ça ... Il jura, encore tout ensommeillé et se leva en enfilant son boxer qui trainait dans un coin.

Il descendit au ralenti les marches de sa maison et se prit les pieds dans un truc qui traînait au sol. Il jura une seconde fois, mais cette fois si avec beaucoup plus de véhémence. Il arriva enfin à la porte d'entrée et alors qu'il était en train de poser sa main sur la poignée de cette dernière, il entendit la voix d'Elias derrière celle-ci.

Alors qu'il l'ouvrait, il offrit un spectacle assez particulier à son professeur : le tatoueur était en boxer, des cernes immenses sous ses yeux pas encore tout a fait réveillé, ses cheveux ayant pris un pli assez artistique à cause de son oreiller. Il se passa les mains sur son visage, dans l'idée de se réveiller plus rapidement. A bien y regarder cela ne faisait pas plus de deux heures qu'il dormait. Ce grattant une de ses fesses a travers le tissu de son sous-vêtement, il salua son visiteur.

" Hey ! Salut Elias ça va ? Évidemment que oui je suis toujours okay ! "

Ezra s'écarta pour le laisser rentrer dans sa maison, le temps qu'il finisse de se préparer.

" Euh ... tu me sors un peu du lit là, alors ... j'ai besoin de 5 minutes pour me changer. Mais je suis de la partie, hein ! Installes-toi, mets-toi à l'aise et j'arrive ! "

Il lui désigna d'un geste le canapé et récupéra son sweat sur le dossier de ce dernier, avant de remonter rapidement dans sa chambre. Il enfila le reste de ses vêtements et se passa un coup d'eau sur le visage, utilisant ses mains humides pour donner un peu d'ordre a ses cheveux. Puis à peu près opérationnel, il redescendit.

" Pas aussi confortable que le tien, mais il est très accueillant pour une petite sieste malgré son ressort fou. "

Toujours aussi cerné, il arriva devant Elias et lui sourit de manière très avenante et franchement heureux de le voir.

"Alors y'a quoi au programme professeur ? "



Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3582
Points : 3876
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "raise your voice" ezrouille   Mar 20 Mar - 11:21
Je savais Ezra sans complexe, mais j'avouais assez facilement ne pas m'être attendu à ça. Le voyant ouvrir en boxer, mon regard tomba naturellement sur son torse, s'attardant sans doute un peu trop sur ses tatouages avant de descendre sur son boxer légèrement mit à mal par ce qu'il était en train de faire. J'étais pas censé ressentir un truc, comme une gêne face à un mec à moitié nu ? Ou face au fait que je venais très clairement de le détailler ? Comme avoir honte ? Sauf que nous, la seul conclusion qui m'était venu à l'esprit c'était que même si Ezra devait sans doute être bien fait et faire tourner quelques têtes, il n'avait rien de fou. C'était juste un mec tatouer, mais son corps ne me donnait pas spécialement envie d'en voir plus, là ou si Will m'avait ouvert dans cette tenu... Il n'aurait déjà plus de boxer et la première surface qui se serait opposé à nous nous auraient servit de support à une suite bien plus chaude. Là. Clairement, même sur un malentendu il n'y avait rien, Will n'avait définitivement aucun soucis à ce faire, c'était bien lui et son corps les seuls à pouvoir me faire perdre les pédales. Remontant à ses yeux, je rentrais dans la maison alors qu'il me demandait comment j'allais, « Ca va, ca va. », regardant ce qui faisait sa maison, je la trouvais assez vide au final, les décorations de Will étant devenu trop habituelle. Il sortait du lit, il avait besoin de cinq minutes pour se changer et il serait prêt. Le regardant repartir presque aussi vite, je fixais le canapé avant de sentir enfin une gêne monter en moi, non pas du à ce qui venait de se passer, mais pour ce qu'il y avait eu avant. Pour la façon dont on c'était quitté. Il avait été éprouvé, malmené, mais il ne semblait pas rancunière, pas du tout même, je réalisais peu-à-peu combien ce mec était gentil, voir naïf aussi. Ca lui jouerait des tours hors de Fort Hope, si il était seul, et même ici, la gentillesse n'était pas toujours félicité.

Le regardant revenir bien rapidement, il reparlait de son canapé, le jugeant bien assez confortable pour une sieste, malgré le ressort fou. « Ca doit pouvoir se réparer je pense. », affirmais-je sans savoir, mais il devait bien y avoir quelque chose à faire. Secouant légèrement la tête à la suite, je posais enfin mon regard sur lui, reconnaissant intérieurement qu'il était plus simple de lui parler en étant habillé qu'à moitié nu, je lui rendu son sourire. « Tu vas commencé par tenir une arme, et on va te faire tirer sur des canettes pour le recul et gérer les tremblements. », on n'utiliserait aucune arme automatique ici, qu'on soit d'accord sur l'idée. Je n'avais pas envie de mourir car le recul l'aura fait tomber, ou autre. Même là, on allait déjà devoir gérer sa gestion du stresse, sa façon d'accuser le coup. On serait dans un endroit calme, ou nettoyer au choix, il n'aurait rien à craindre. « Tu te sens capable de tenir une arme dès maintenant ? », j'aurais bien aimé régler le vrais problème, sa façon de gérer les choses, mais je n'étais pas certain qu'il soit très à l'aise avec ça. Je n'étais même pas certain d'avoir envie de me relancer la dedans. J'allais devoir prendre sur moi pour lui faire confiance, et abandonner la psychologie.    

_________________




Spoiler:
 
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 540
Points : 699
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "raise your voice" ezrouille   Mer 21 Mar - 14:42
Écoutant Elias avec attention, il rangea rapidement ses quelques affaires qui traînaient pour ne pas se faire crier dessus par sa coloc quand il rentrerait plus tard. Il n’était pas bordélique, mais le rangement n’était pas quelque chose qu’il appréciait. Il aimait éparpiller ses effets personnels, il avait vécu trop longtemps avec seulement un sac comme maison et cela lui avait manqué de pouvoir s’installer. Il posa soigneusement ses crayons et son carnet sur une étagère et se retourna vers son interlocuteur.

« On peut pas commencer par de la théorie, style les parties de l’arme et par quel bout il faut tirer ? »

Ezra lui lança un petit regard en biais, faussement inquiet, puis éclata de rire.

« Je plaisante ! Est-ce que je me sens capable, on va être franc, non. Mais je suis là pour apprendre et me connaissant, si je ne me jette pas à l’eau, je ne m’y mettrais jamais. »

Il lui fit un clin d’œil et s’étira pour finir de réveiller ses muscles. Son pull remonta et il exposa une fois de plus ventre à Elias sans vraiment s’en rendre compte. Le seul point positif à cette fatigue, c’est qu’il n’avait même pas la force de vraiment être anxieux pour sa première leçon. Il abordait cette dernière avec finalement assez de calme contrairement à l’état pitoyable dans lequel il était lors de sa demande de formation.

« Euh, rassure-moi, on est que tous les deux ? Je suis pas encore prêt à faire ça en public tu vois ? »

Ezra n’était pas timide, mais il allait avoir besoin de calme et de concentration pour faire ce que lui demanderais Elias. S’il y avait une troisième personne avec eux, il ne pourrait s’empêcher de faire le clown et cela nuirait franchement à l’enseignement du soldat.

Tout en disant cela, il se dirigea vers la porte d’entrée et l’ouvrit, faisant une révérence à Elias dans un geste théâtrale, il l’invita à aller dehors.

« Je te suis ! Je suis tout à toi pour la matinée. »

Il se frotta les yeux à la lumière du jour, bien plus forte qu’il ne s’y été attendu et afficha son indétrônable sourire.

Si son père savait ce qu’il allait faire aujourd’hui il serait sûrement fier de lui. Peut-être pour la première fois de sa vie, mais fier quand même. Le tatoueur eut un petit pincement au cœur et une légère ombre passa sur son visage, qu’il chassa rapidement par un petit rire léger. Il avait quitté cette famille qu'il haïssait tant ... mais regrettait tellement maintenant de ne pas avoir de leur nouvelle.

« Au fait, tu as reçu mon dessin ? Tu sais celui de toi et de Will ? »




Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3582
Points : 3876
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "raise your voice" ezrouille   Jeu 22 Mar - 10:45
J'eus un moment de doute, commencer par la théorie car... Il ne savait pas par quel bout tirer ? Euh... Il avait peur des armes, mais il avait déjà touché une arme ? Non ? Enfin... Il n'y avait qu'un sens pour... J'avais douté, jusqu'à ce qu'il m'affirme plaisanter, avouant au passage ne pas se sentir capable, mais il devait apprendre sinon il ne le ferait jamais. C'était une bonne chose qu'il reste motivé, une bonne chose qu'il n'abandonne pas. Souriant un peu plus franchement lorsqu'il fut question d'être seul, je reculais de quelques pas vers sa porte avant de répondre, « Pas de public, même si je sais que tu rêves de voir Will débarquer. », j'étais un peu désolé toujours, mais j'essayais de tourner ça en dérision. Sortant donc de la maison je levais légèrement les yeux au ciel lorsqu'il fut question de son dévouement pour la journée. Être à moi. Si il était déjà attentif ça serait pas mal non ? Je n'allais pas en demander plus pour aujourd'hui. Et je n'allais de toute façon rien demander du tout. C'était déjà pas mal de l’entraîner non ? « Ecoute et fais ce que je dis, ca m'ira. », ce n'était pas trop demandait et je doutais qu'il n'en fasse qu'à sa tête.

Commençant donc à avancer je m’arrêtais lorsqu'il fut question de dessin... Oui, le dessin... « Heureusement que c'est pas toi qui nous a surprit en pleine action contre un mur sinon le dessin aurait été bien plus troublant. », heureusement en quelque sorte que cela ait été vu par Joy uniquement. Passant une main dans ma nuque, j'étais un peu nerveux, simplement car il avait une bonne mémoire et encore j'étais gentil, « T'es doué, mais ca t'arrives souvent de dessiner un couple en train de s'embrasser ? », même si c'était gentil de sa part et que le dessin n'avait pas fini à la poubelle. Il trônait encore sur un meuble, comme pour nous rappeler qu'on était pas bien sur de ce qu'on voulait en faire. Lui faisant signe de me suivre, je repris ma marche en silence, dépassant les portes avant de finalement demander, toujours aussi géner, « Ca fait longtemps que t'as pas... Avec un mec ? », je pouvais parler, avant Will je n'avais plus eu de rapport depuis des années et maintenant, les journées sans s'envoyer en l'air devenaient rare. J'avais l'impression de plus souvent partir chercher des capotes un peu partout que des médicaments ou quoi que ce soit d'autre. Un jour il faudrait bien se décider à... Changer certaines choses. Mais nous ne n'y étions pas. Je ne savais même pas pourquoi j'avais lancé ce sujet. Avec Harvey c'était simple, sans problème, mais avec lui. Ce mec n'était pas sans expérience, j'avais rien à lui apprendre. Pas besoin de le rassurer sur le fait que profiter de la vie c'était cool, et hormis Will, Lui et moi, je ne connaissais pas d'autre personne bi ou gay, alors l'aider c'était difficile.

_________________




Spoiler:
 
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 540
Points : 699
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "raise your voice" ezrouille   Jeu 22 Mar - 17:47
Ezra suivit Elias, qui entama d'ailleurs de lui-même la conversation. Le tatoueur, quant à lui gardait un sourire sympathique accroché aux lèvres, alors qu'il se retenait d'éclater de rire.

« Toutes les nuits je rêve de lui, Elias … Je suis désolé pour toi, mais je vais aller lui déclarer ma flamme ! Ça ne peut plus durer ! J’ai bien senti qu’on avait eu une connexion tous les deux. »

Son regard était toujours taquin, évidemment il plaisantait mais il n’allait pas bouder la tentative d’Elias de dédramatiser sa dernière rencontre avec Will. Il l’en remerciait silencieusement, même si finalement il n’était pas non plus des plus traumatisé de cette dernière.

Puis, la conversation dériva sur son dessin. Parlant d’abord d’un voyeur qui les avait surpris en plein ébat, il enchaîna  ensuite sur le baiser en question. Bon, ils l’avaient reçu mais au comportement d’Elias, il remarqué bien que ce cadeau particulier l’avait un peu perturbé. Après tout, lui-même avait été perturbé par sa création. Mais il ne pouvait pas laisser passer cet élan de passion qu’il avait eu pour ses sujets.

« Putain oui, heureusement que je ne vous ai pas vu. Votre baiser m’a déréglé le cerveau alors ça, j’imagine même pas. Après, les dessins pornos c’est pas mon truc, mais ça m’aurait fait marrer de vous dessiner en action. Et pour ta seconde question, non, je dessine rarement du réel. Mais Will et toi vous êtes trop mignon. J’ai pas pu résister et vous étiez imprimé sur ma rétine les gars, j’avais pas le choix. D’ailleurs, Harvey à cru que j’étais amoureux de toi. Mais je te rassure, ce n’est pas le cas. »

Le jeune homme qui lui avait rendu visite au milieu de la nuit l’avait surpris en pleine réalisation. Et c’était inquiété de l’existence du gribouillage d'Ezra et des sentiments qu'il pouvait avoir pour Elias. A croire que tout le monde le pensait tellement en manque qu'il sauterait sur n'importe quel homme gay, en couple ou non.

Puis, contre toute attente, Elias lui demanda si il avait eut des rapports récemment. Ezra ne put s'empêcher de marquer un petit temps d'arrêt devant la question, mais se mit rapidement à rire légèrement.

« Je ne sais même plus à quoi ressemble une bite Elias ! Enfin ... la mienne je la connais bien trop ... si tu vois ce que je veux dire. Depuis le début de ce merdier et même un peu avant, à cause de l’ouverture de ma boutique, mon activité sexuelle est tombée au ras des pâquerettes. Et quand je dis au ras des pâquerettes j’entends par là que j’ai pas baisé une seule fois en 3 ans. Enfin, ça me dérange pas. J’étais un coureur de caleçon avant alors j’ai de l’avance. »

Son rire devint plus franc puis, il se tourna vers son professeur, profitant du moment pour lui demander comment il avait rencontré son amoureux. C'était apparemment un instant confidence alors autant en profiter pour se renseigner sur le petit couple parfait que le tatoueur trouvait si mignon.

« Vous vous êtes rencontré comment avec le beau brun ? Il est pas de Fort Hope à ce que j’ai cru comprendre. »




Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3582
Points : 3876
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "raise your voice" ezrouille   Ven 23 Mar - 10:49
Oui j'avais ri, quoi d'autre, il venait de prétendre avoir une connexion entre lui et Will. Je n'étais pas certain, mais je n'étais vraiment pas sur qu'il y ait quoi que ce soit à construire entre eux deux. Préférant ne pas répondre, je laissais le dessin s'imposer dans la discussion. Il était doué, mais j'étais bien content qu'il n'est pas vu plus. Notre baiser ayant déjà réussit à s'imprimer dans son esprit, si il avait vu plus... Secouant légèrement la tête lorsqu'il fut question de Will et moi, je haussais légèrement les sourcils lorsqu'il parla de Harvey. « Ah, tu fréquentes Harvey ? », pas fréquenté comme Will et moi, juste que la dernière fois que je les avais vu à deux, Harvey avait quelque peu paniqué. Et entendre son nom m'avait sans doute fait oublié rapidement le reste. Un dessin par rapport à la vie social de Harvey, il n'y avait pas de comparaison. Ce gamin méritait de retrouver des alliés, réellement.

Marchant donc hors du camps, je me laissais aller à une question sans doute un peu personnelle et sa réponse me fit rire. Il ne savait plus à quoi ça rassemblait, enfin si, mais la sienne il la connaissait trop. Au final ça faisait 3 ans qu'il n'avait rien fait et il n'était pas dérangé. « J'ai tenu 5 ans, mais je peux t'assurer que là, je saurais pas m'arrêter de nouveau 5 ans… », Will était beaucoup trop... Doué ? Je n'en savais rien, mais j'étais bien avec lui, j'étais bien dans beaucoup trop de situation. « Si commence à en avoir marre de voir la tienne, envisages quand même de trouver un mec pour reprendre la main. », surtout si il avait ressenti le besoin de... J'avais évité tout contacte jusqu'à ce que Will me repousse contre un mur et essaie. J'avais su me contenir, ce qui n'était pas le cas d'Ezra. Et puis une question, comment on s'est rencontré. Souriant un peu plus franchement, je glissais mes mains dans mes poches avant de répondre, « Non en effet, il vient dormir ici de temps en temps, mais il a un spot dehors. », dormir de temps en temps ? C'était plutôt ressortir dehors qui était de temps en temps, mais je n'allais pas profiter de l'absence de l'homme pour l'accabler d'une vérité, quel qu’elle soit. « C'était en juillet, je me suis réfugié dans un bâtiment pendant un orage, il y était et il a réussit à me faire douter sur ma sexualité en un regard... », regard appuyait certes, mais regards quand même. Il avait su me faire reculer, me faire perdre mes moyens, il avait su faire de moi quelqu'un d'un peu moins mécanique. « J'étais pas comme ça avant lui, j'étais plus distant, froid, pas très bavard, dès la première heure il m'avait déjà fait parler beaucoup trop, et j'avais perdu mon sang froid. », le plaquer contre un mur car une main avait été baladeuse en étant la preuve. Souriant comme un con à ce souvenir, j'avais beau me rappeler du stresse que j'avais ressenti, au final, je ne regrettais pas d'être rentré dans ce bâtiment. « Je pensais pas pouvoir trouver quelqu'un comme lui, je pensais encore moins pouvoir aimer une personne à ce point. », mais Will, il me ferait tout abandonner si il le voulait. Comme quoi, même dans l'horreur il pouvait y avoir de la joie.

_________________




Spoiler:
 
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 540
Points : 699
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "raise your voice" ezrouille   Ven 23 Mar - 16:34
Le tatoueur continuait de suivre Elias en discutant tranquillement. Il repensa à sa soirée avec Harvey, il l'avait beaucoup apprécié cette dernière. Même si ce dernier était apparu de manière assez impromptu, la porte d'Ezra resterait toujours ouverte pour qui voulait discuter un peu.

" Le petit est venu chez moi y'a quelques nuits. On a discuté. Il est mignon comme tout. "

Alors qu'ils s'éloignaient de Fort Hope, Ezra se sentit un peu perturbé, il n'aimait pas trop sortir dernièrement. Mais avec Elias il ne risquait pas grand chose, il lui faisait confiance et s'il devait faire une liste de personne du camp avec qui il se sentirait en sécurité dehors, Elias en ferait partie sans aucun doute. La conversation suivait son cours, malgré la tournure plus qu'intime que cette dernière avait prise.

" Tu connais des mecs qui veulent s'amuser ici ? Enfin pas ici, ici mais a Fort Hope. J'ai pas tellement envie de m'engager. L'amour c'est pas pour moi. "

Ezra rit un bon coup, puis quand Elias lui raconta sa rencontre avec son homme ainsi que tout ce que cela avait représenté pour lui, le tatoueur ne put s'empêcher d'avouer ce qu'il pensait des deux garçons et de leur couple.

" C'est rapide dit donc, mais vu le contexte, c'était votre destin franchement, vous étiez destiné à vous rencontrer. Je vous trouve tellement mignon tout les deux. Genre votre amour, il est ... magique. J'suis peut-être un grand romantique, mais je trouve que ça redonne espoir de voir des choses comme ça de nos jours. Les Morts marchent, mais l'Amour existe encore ... "

Puis profitant de ce moment, il s'ouvra un peu à son interlocuteur. Après tout, ce dernier lui avait aussi confié des choses assez personnelles et lui aussi avait envie de faire pareil.

" J'ai déjà aimé une personne un jour ... mais ça c'est pas passé comme pour Will et toi. C'était absolument pas réciproque malheureusement pour moi. Mais je crois que ça m'a servie de leçon, l'amour c'est bien chez les autres. "

Aussi romantique que pouvait être Ezra pour les autres, il ne croyait plus du tout à l'Amour pour son propre compte. Pour lui, les relations sexuelles c'était seulement quelques choses de physique, les sentiments n'avait rien à faire là-dedans.

Se frottant la nuque, par réflexe, il changea de sujet, retrouvant son sourire sympathique.

" On va aller jusqu'à où ? "




Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3582
Points : 3876
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "raise your voice" ezrouille   Ven 23 Mar - 17:15
Le petit ? Ca lui allait bien au gamin, souriant à sa description du garçon, il avait la version agréable d'Harvey, malheureusement le gosse avait eu un passage à vide, il avait été au fin fond du gouffre et il commençaient seulement à s'en sortir. « Harvey à besoin d'alliés, de gars qui pensent à lui comme quelqu'un de capable, il a besoin de faire ses preuves. », et un mec comme Ezra n'était pas un frein à ça. Il fallait simplement qu'ils évitent de se monter dessus pour savoir qui parlait le plus et le plus vite. Quittant donc Fort Hope, la discussion devient personnel, et presque aussitôt il me demandait si je connaissais des mecs qui veuillent s'amuser à Fort Hope, car il ne voulait aucun engagement. Soupirant en entendant qu'il ne jugeait pas être fait pour l'amour, j'évitais de relever ça tout de suite, me contentant de dire, « Heureusement que l'apocalypse est tombé à un moment ou les gens sont libéré sexuellement et que plus de la moitié de la population se disait prête à vivre une expérience homosexuelle. Il doit bien y avoir un mec qui sera bien content de coucher avec toi à Fort Hope. », je ne savais pas qui, mais il devait y avoir.

Nous concernant, je lui racontais le début de mon histoire avec Will et le moins que l'on puisse dire, c'était bien qu'on avait été rapide. Je pense qu'on ne s'était pas posé la question. Ca matché sexuellement, et je l'aimais, j'avais pas besoin d'en savoir plus pour me lancer. Ok j'avais peur de le perdre, j'avais peur d'un million de truc en fait, mais c'était pas suffisant pour me faire reculer. Souriant à sa description de notre couple, je ne pouvais que remarquer la différence notable entre la vision du romantisme par Ezra et celle de Will. Sans avoir eu l'occasion de répondre, Ezra se confia sur son expérience, il avait aimé quelqu'un, sans que ça soit réciproque et depuis, il avait retenu la leçon, jugeant l'amour incompatible le concernant. J'avais levé les yeux au ciel, très clairement. C'était qui pour affirmer ce genre de chose ? Il se prenait un râteau et c'était la fin du monde ? « Merci. », répondis-je dans un premier temps, deux fois qu'il nous jugeait mignon on pouvait pas dire non. « J'ai connu un crétin, il a jamais été foutu d'aimer, ou de dire je t'aime de sa vie. C'était pas pour lui, une perte de temps, il connaissait pas, bref, il avait jamais rien ouvert à personne. L'amour c'était pas fait pour lui, et quand il est tombé sur le mec parfait, celui qu'il lui fallait, il a rejeté l'idée. C'était qu'une histoire de cul après tout, le but c'était de se faire prendre, les discussion, les considérations, c'était pas possible... », la description était pas folle, il fallait le reconnaître, « Et puis il a souffert, car il rejeté l'idée, il a même été renvoyé chez lui après avoir pété un plomb, et le mec est revenu, il l'a rejetté, encore, l'autre a insisté, et finalement... C'était inutile de nier. Ce mec est né, à grandi et à vieilli en étant sur que l'amour c'était pas pour lui. Aujourd'hui parle lui de vivre une journée sans sentir son coeur battre pour l'autre et il te dira impossible. », marchant vaguement devant moi, je reconnaissais avoir un peu perdu mon itinéraire, mais je me retrouverais vite, « Tant que t'as pas trouvé la personne, ca sert à rien de courir après l'amour. Ca sert à rien aussi de se convaincre que c'est pas fait pour nous. Et ça sert à rien de se dire romantique quand tu dis juste avant que tu veux juste te faire prendre, ou prendre au choix. », m'arrêtant alors je le fixais avec un léger sourire, « Will est devenu mon univers Ezra, genre c'est parfaitement niais, mais il m'a sauvé, moi, le mec le moins sentimentale au monde. Le mec qui croyait le moins en l'amour. Je te dis pas que tu trouveras quelqu'un, la personne, mais te ferme pas... Rentrer chez toi et retrouver la personne que tu aimes assise sur le canapé, même si tu te prends un ressort dans le cul, ça vaut le coup.  », se réveiller chaque matin avec lui dans le lit aussi. Quand à ou on allait, j'eus besoin de regarder autour de moi pour modifier ma direction. « Un petit square avec plein de canette à exploser. », lui répondis-je, conscient que j'avais pu créer un malaise. Le soucis ? Depuis Will je ne voyais plus les choses de la même façon. Tout le monde pouvait vivre ça, surtout si moi j'y étais arrivé.    

_________________




Spoiler:
 
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 540
Points : 699
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "raise your voice" ezrouille   Ven 23 Mar - 22:55



Elias avait l'air de prendre à coeur ce qui arrivait dans la vie de Harvey. Mais après tout, ce jeunot était tellement mignon, comment pouvait-on ne pas s'inquiéter pour lui ? C'était impossible.

" On s'est pas vu souvent, mais il sait qu'il peut venir me déranger quand il veut. La dernière fois il était 2 ou 3 heures du mat'. Je crois qu'il arrivait pas à dormir le pauvre, enfin point positif il a réussi à s'endormir sur mon super canapé pas confortable ! Il devait être mort de fatigue ... "

Il souriait en repensant à cette soirée. C'était pour ce genre de chose qu'Ezra était heureux d'avoir atterri à Fort Hope. Puis la conversation tourna sur les potentiel futur partenaire de Ezra :

" Je partirais bientôt en chasse alors, je trouverais peut-être mon bonheur. "

Puis Elias lui raconta une histoire. Une histoire à la fois proche et éloigner de celle d'Ezra. Il comprenait ce que ce dernier essayait de lui faire passer comme message. Mais le soldat n'avait pas tout les informations le concernant et concernant ce souci en particulier. Alors, prenant énormément sur lui, le tatoueur décida de s'ouvrir. Et ce qui était assez rare se livra entièrement à son professeur.

" Je ne cours pas après l'amour. Mais s'il arrive je ne le rejetterais pas non plus. Par contre j'avoue que je n'ai peut-être pas laissé assez de possibilités à un gars de me courtiser. J'ai bien réussi à me protéger, la petite muraille autour du coeur, c'est efficace ! Et le pourquoi j'avais besoin de cette barrière, c'est pas super compliqué. Et même assez banal dans le fond ... Je me suis pas juste fais jeté, une seule petite fois ... Au lycée j'étais amoureux d'un gars, style raide dingue. C'était le capitaine de l'équipe de football dans laquelle je jouais. Mais j'en étais arrivé à parfois avoir du mal à suivre ses directives sur le terrain. Mon cerveau n'en faisait qu'à sa tête et je ne pouvais pas le raisonner. J'étais vraiment atteint, j'avais les papillons dans le ventre et tout et tout ! C'était l'émotion la plus intense que je n'avais jamais ressenti. Enfin bref, un jour je décide d'aller le voir avant le match pour lui déclarer ma flamme. Mais j'ai fait ça à ma manière ... Imagine, je suis pas un mec très fin maintenant alors conceptualise bien le Ezra ado avec les hormones en ébullition. Je lui ai roulé une pelle ... Sans plus d'explication. Il a pas tellement apprécié comme tu pouvais t'en douter. Puis, durant le match ... il a réglé ses comptes ... lors d'une action il a réussi à me foutre en l'air ... J'ai cogné le sol tête la première et crac ma nuque ... Le temps que les secours arrivaient sur le terrain il m'a bien fait comprendre que ... "

Il reprit son souffle quelques secondes ... C'était assez éprouvant pour lui d'évoquer cette période de sa vie. Il en parlait rarement, c'était sûrement ça qui expliqué le tremblement léger de ses mains, ainsi que son incontrôlable débit de parole, mais ne se dégonflant pas, il reprenait.

" ... qu'il ne m'aimait pas et qu'il ne m'aimerait jamais, que je le dégoûtais et cætera et cætera. Enfin tu vois le genre ... Un bon petit con homophobe de 17 ans, alors que moi j'étais au sol, en panique parce que je ne pouvais plus rien bouger. Mais je l'aimais ce petit con et mine de rien j'ai ruminé ses paroles durant les 6 mois d'hôpital qui on suivit. Je n'avais plus d'amis ... Je n'avais plus d'avenir ... Et je risquais la paralysie si je faisais l'andouille en rééducation. J'étais pas au top durant cette période et j'avoue que ça m'a bien marqué. Et pourtant je l'aimais toujours malgré tout, et ça faisait horriblement mal ... Je crois que mon esprit s'est reprogrammé à cette période pour ne plus jamais avoir à aimer. "

Le tatoueur en avait bavé, il avait eu très peur et son monde c'était entièrement écroulé en l'espace d'une seule petite soirée. Pourtant, le monde qui s'était ouvert à lui ensuite était finalement au-delà de ses rêves. Il n'aurait jamais imaginé un jour échapper à sa carrière de footballeur ainsi qu'à sa vie à l'exploitation et exercer sa passion du tatouage pour en vivre.

" Enfin, j'm'en suis sortie et j'ai eu et j'ai toujours une vie mega géniale. Même si je ne suis plus tombé amoureux depuis. Et je m'en porte pas plus mal. Enfin, l'avenir me verra peut-être marié avec un type aussi génial que moi et père de famille ! Qui sait ! De toute façon en couple ou pas j'aimerais avoir des enfants ... D'ou la nécessité pour moi d'apprendre à me défendre. "

C'était après ça que le jeune homme avait développer son enthousiasme sans borne et sa bonne humeur intâchable. Il était heureux de vivre et encore plus d'être encore sur ses deux jambes.

Ezra tapa dans ses mains comme pour se donner du punch et enchaîna, un air guilleret sur le visage, à l’opposé total de son air solennel qui arborait quelques minutes plus tôt.

" Alors elles sont où tes canettes ! Je suis prêt à te les dégommer en un tour de main ! "

Puis il rit, d'un rire clair et plein de gaieté.



Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3582
Points : 3876
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "raise your voice" ezrouille   Lun 26 Mar - 9:42
Il pouvait s'être vu souvent que cela ne m'aurait pas déranger, Ezra était un chic type, peut-être un peu trop expressif, un peu trop excité par moment, mais ca ne ferait aucun mal à Harvey. Le simple fait déjà que le jeune homme ait prit le pli de rejoindre Ezra chez lui et même d'y dormir était une bonne chose, il se faisait des amis, des alliés. Ce n'était pas négligeable. « Surtout, quel homme saurait s'endormir avec toi dans la même pièce… », déclarais-je avec humour avant d'avancer le fait qu'il devrait sans doute y avoir un peu plus que trois gay à Fort Hope, ou trois personne étant susceptible d'avoir des relations homosexuelles. Il devait bien y en avoir d'autre. Ce sur quoi, il finit par concéder, avançant qu'il partirait rapidement en chasse pour trouver son bonheur, ce que je lui souhaitais de tout coeur. D'autant plus qu'il semblait se retenir d'aimer, ce qui me fit presque aussitôt faire un monologue sans doute un peu trop engagé qui l'obligea à me confier quelque chose d'important. Il avait été fou amoureux d'un homme, le genre à en perdre toute logique et à lui faire prendre la décision de se révéler, de le dire, un peu brusquement peut-être au près d'un mec qui n'était pas du tout tenté par l'expérience et qui avait manqué de le tuer. 6 mois d’hôpital, le risque de mourir ou de finir paralysé à chaque connerie. Il était passé par une belle porte et moi, je ne savais plus quoi dire, quoi faire. Je restais là, comme un con, silencieux. Après une expérience comme ça comment il pouvait encore tenir ? J'avais aussi été violent avec Will quand j'avais comprit que ça me plaisait beaucoup trop, mais... Jamais je n'aurais fait ça. Je m'en voulais déjà suffisamment d'avoir fait appelle à la force pour le repousser, je m'en voulais déjà suffisamment d'avoir été violent avec Will. Alors comment on pouvait être comme ça ? Comment on pouvait être aussi proche de tuer quelqu'un juste par dégoût.

J'avais gardé le silence, même lorsqu'il parla de vouloir avoir des enfants. Il devait bien y avoir des gamins sans famille, sans parents. Il trouverait. Marchant la tête baissé, je sursautais lorsqu'il tapa dans ses mains avant de demander ou était les canettes qu'il était prêt à dégommer. Levant la main vers un bosquet, je repris, « Derrière ça, à 500, 600 mètres. », vers le square qui avait perdu de sa superbe. Continuant donc ma route, je posais alors une question, « Tes parents ont pas porté plainte après ça ? Je veux dire, t'as failli y rester à cause d'un mec qui pouvait pas te repousser gentiment... Encore si il te parlait plus, si ils te sortaient de l'équipe, faisait les cons, mais là... », je n'approuvais aucune violence gratuite. Aujourd'hui, on devait tuer pour survivre, mais faire souffrir, se défouler, ça n'avait aucune utilité. Alors certes, parfois, quand j'étais tendu je snipais tout les morts que je voyais, même ceux qui ne représentait pas un danger immédiat, mais tabasser quelqu'un à mort... Dépassant les arbres, l'on arriva sur mon champs de tire improvisé. M'avançant pour mettre des canettes déjà bien troué droite, je revenais alors vers lui. « Prends ça et vises, ce que tu veux pour le moment. Tu dois juste me dire ce que tu vises. », pour savoir si ça tombait au bon endroit. Lui tendant finalement mon arme, je restais préoccupé par ce qu'il m'avait dit, sur comment il avait vécu son premier amour. Après si c'était à sens unique, ca n'avait sans doute pas le même sens. Pas la même puissance.

_________________




Spoiler:
 
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 540
Points : 699
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "raise your voice" ezrouille   Mar 27 Mar - 18:46
Ezra éclata de rire à la remarque d'Elias concernant le fait de dormir chez lui. Il rit de bon coeur, n'arrivant même pas à imaginer le pauvre petit Harvey penser à ça. Il était bien trop innocent, c'est sûrement pour cela que cette idée ne lui avait même pas traversé la tête et qu'il avait dormi si paisiblement. Il se calma, c'est vrai que c'était le seul de ses connaissances à avoir passé la nuit avec lui. En toute amitié bien sûr, mais cela était tout de même assez cocasse.
Il hocha la tête à l'annonce de la distance qui leur resté à parcourir, il était bientôt l'heure de s'y mettre. Et à chaque mètre parcouru en direction du square, le cœur d'Ezra accélérait encore et encore.

Puis, il répondit à Elias à sa question concernant son accident, sans vraiment le regarder.

« Ben c’était assez flou ... Vu qu’on été de la même équipe, y’a pas tellement eu de mesure prise contre lui. C’était seulement un accident. Et puis ça arrive parfois en jeu donc voilà … Personne ne savait vraiment ce qu’il se passait réellement entre nous, il ne voyait pas la haine qu'il avait contre moi et même moi j’en viens à en douter parfois. Après tout j’avais reçu un sacré coup à la tête. Excuse-moi d'avoir parlé de tout ça ... Je ne devrais pas t'embêter avec ses vielles histoires. »

En y réfléchissant bien, même si ces parents avaient su la raison de l'agression, auraient-il porté plainte ? Le tatoueur en doutait fortement, et soupira en regardant Elias ramasser les canettes pour son exercice du jour. Pensait-il vraiment qu'il allait en toucher une aujourd'hui ?

Puis, quand ce dernier lui tendit son arme et qu'il la prit, Ezra ne cacha pas sa surprise. Elle était lourde malgré sa petite taille. Le fusil de chasse de son père était proportionnellement plus léger d'après ses vagues souvenirs.

« Putain … c’est lourd ce truc … Bon, attends, je me concentre … Le … Celle du milieu … la canette de Coca, d’accord ? Tu restes à côté de moi, hein ? Me laisse pas seul .. Non ... euh mets toi derrière ... que je te blesse pas ... En faite, je sais pas ... Mets-toi ou tu veux ... d'accord ? »

Sa nervosité sautait littéralement aux yeux, mais contrairement aux apparences, sa poigne restait ferme. Il mit du temps à se décider à appuyer sur la gâchette. Beaucoup de temps. Puis finalement il le fit, sursautant à la détonation mais essayant d'encaisser comme il le pouvait le recul. Il resta hagard quelques secondes, puis baissa son arme vers le sol.

« C’est … waah … J’en reste sans mot … Je … Enfin … »

Ezra reprit sa respiration qu'il avait bloquée par réflexe lors du tir et regarda Elias ses pupilles totalement dilatées. Il commença à parler très rapidement et sans pause, complètement shooté par l'adrenaline.

«  Hey, je t’entends d’ici dire que tu vas me faire tirer plus souvent pour me faire taire ! Enfin j’ai rien contre tirer un coup d'ailleurs mais il me faudrais un autre type de calibre … Putain je … Désolé … L’adrénaline … J’hésite entre le "j’vais me pisser dessus"  et le "c’est génial" … Nom de Dieu … J’tremble comme un gamin là … J'arrive pas à m'arrêter ... »

Ezra avait les mains qui tremblaient, et pas que, tout son corps était secoué de tremblements. C’est tout juste s’il arrivait encore à tenir l’arme dans ses mains. Sa respiration s’était un peu accélérée sous le coup de la décharge d’hormones qu’il avait reçu, mais la plus le temps passait plus elle devenait rapide et courte. Il s’accroupit toujours accrocher à son pistolet, se concentrant pour se calmer. Il réussit temps bien que mal à articuler.

« T'inquiètes, j'ai l'habitude ... ça va passer ... »



Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3582
Points : 3876
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "raise your voice" ezrouille   Mer 28 Mar - 15:00
Comment pouvait-on croire à un accident ? Surtout avec ce degrés de blessures ? Secouant la tête lorsqu'il s'excusa, je brisais enfin le silence pour répondre, « Tu m'embêtes pas, c'est juste incroyable, comment ils ont pu laisser passer ça... », les jeux violents n'étaient pas sanctionné par la ligue ? Si non ? Ne m'attardant pas sur le sujet, je lui passais l'arme après lui avoir exposé ce que j'attendais de lui. Sa réaction ne se fit pas attendre, il était survolté et excité. Me désignant donc la canette de Coca, il se mit en position avant d'appuyer sur la gâchette, de sursauter et de lutter contre le recul. Souriant face à l'homme qui ne savait pas contenir ses émotions, il baissa finalement les armes avant de souffler, visiblement un peu secouer, qu'il n'avait pas les mots. Et puis il les retrouva bien rapidement, parlant de le faire taire en tirant avant de parler de calibre en faisant clairement référence au sexe, puis en cherchant à se justifier. J'avais rarement des réactions aussi... Positive ? Pour une première fois. Si je ne savais pas ce que je savais j'aurais pu le trouver légèrement sociopathe. « Tu parles plus et t'as l'air flippant. », déclarais-je dans un nouveau sourire avant de le regarder s'affaisser sans doute pour retrouver son calme. Bien sur que ça allait passer, je ne m'inquiétais pas trop entre nous. « Souffles, ca va aller. Et si tu trembles c'est aussi la détonation qui a fait vibrer les muscles. », un choc violent et précis pouvaient suffir à faire trembler un bras pendant quelques minutes et encore, ce n'était qu'un Berretta, il aurait pu tomber sur bien pire, comme un glock.

Relevant les yeux, je regardais ce qu'il avait visé avant de m'en approcher, rien, même sur le coté et à bien y regarder, il avait touché un arbre à plusieurs mètres de sa cible. Revenant vers lui, je déclarais calmement, « En tout cas félicitation... », commençais-je avec un peu de suspense avant de reprendre, « Tu as tuer un arbre. », mais pas la canette. Lui faisant alors signe de se lever, je l'aidais même à se remettre sur pied avant de lui faire face. « Avec une bonne position ca serait pas mal déjà. ». Touchant son bras, je le relevais avant de glisser ma mains sur sa seconde main pour verrouiller sa prise. La main droite sur la gâchette, la main gauche soutenant l'ensemble. Passant derrière lui, je touchais ses épaules pour le forcer à se détendre un peu avant de glisser une jambes entre les siennes pour les écarter d'une quarantaine de centimètre. Il était déjà plus équilibré comme ça. Reprenant donc mes distances, j'avançais vers l'arbre pour lui montrer le point d'impact. « T'as visé un mètre plus haut, ça veut donc dire que le recul te fait lever les bras. Je te laisse adapter ton tire pour toucher les canettes. T'as juste besoin de réfléchir à comment tu a reculé. », déclarais-je en m'éloignant pour m'éviter une balle perdu. Je ne m'arrêtais pas sur le fait que je l'avais touché, c'était loin d'être ce que j'avais fait avec Will, étant donné que mon bassin était resté bien loin et que je ne m'étais pas attardé sur quoi que ce soit. Un placement, rien de plus. Sans violence certes, mais juste un placement.

_________________




Spoiler:
 
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 540
Points : 699
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "raise your voice" ezrouille   Jeu 29 Mar - 19:11


Alors qu’Elias l’aidait à se relever, Ezra arriva plus ou moins à calmer sa respiration. Il avait tellement fais ce genre de crise depuis qu’il errait sur les routes qu’il était devenu un pro dans le fait de reprendre le contrôle le plus rapidement possible. Plus le temps passait, moins il en faisait, il avait sûrement dû assez s'endurcir pour que les choses affreuses qui le faisaient mourir de peur avant deviennent des choses classique maintenant. Ezra apprenait simplement à vivre avec, l'hyperventilation faisait partie de sa vie tout comme sa douleur quasi-chronique à la nuque.

« Je fais des crises comme ça quand je flippe … Depuis toujours je crois … Donc j’ai l’habitude d’avoir une respiration déglinguée. Mais tu es sûr que c’est la détonation et pas la trouille qui me fait trembler. Parce que … Si c’est juste la détonation … tu fais comment pour enchaîner plusieurs tirs d’affiler ? Parce que franchement, je vois pas comment je pourrais faire ... »

Alors qu’Elias lui donnait des conseils de position, Ezra se laissait entièrement guider. D’abord les bras, puis les mains, les épaules, les jambes il suivait le mouvement. Il avait l'impression d'être un patin ou un bout de pâte à modelé à qui ont aidé à prendre le bon pli. Mais même en y mettant toute la bonne volonté qu'il pouvait, il avait du mal à se détendre et restait raide. Il essayait de garder la position en mémoire et restait immobile comme une statue.

«  Tu as appris à beaucoup de monde à tirer ? A part à Harvey je veux dire. J’ai pas envie de faire baisser ton taux de réussite. Ça ferait mauvais genre non ? Enfin … Allé je m'y mets ... Il faut que je réfléchisse à comment gérer le recule … et que je me concentre c’est ça ? … Bon … Okay … Je vise la canette de Coca … Encore … »

Ezra finit par se taire, et se concentra, essayant de garder la position qu’Elias venait de lui montrer. Il prit un long moment pour se décider à tirer. On aurait presque cru qu’il savait exactement ce qu’il faisait. Mais, quand le coup partie, la canette ne tomba toujours pas. Ezra avait peut-être un peu mieux géré le recul, mais ce n'était pas encore ça. Même s'il avait anticipé ce dernier que quand la détonation retentit il poussa un petit cri qui été tout sauf viril. Cette fois-ci sa respiration ne s’emballa pas, mais il tremblait toujours, ses mains ne semblaient pas vouloir du tout s’arrêter de bouger.

« Bon … Alors … Sur une échelle de un à dix, dix étant "je suis un Dieu du tir au pistolet", je suis à moins deux ou moins trois ? J’ai tué quoi cette fois-ci ? »

Le tatoueur baissa la tête, il n'était pas fier du tout de ne pas arriver à se servir correctement de cette satanée arme alors qu'Elias prenait du temps pour lui, alors qu'il perdait son temps pour lui. Oui, ils avaient commencé il y a très peu de temps, mais Ezra était un impatient et il était frustré de ne pas arriver faire ce qu'on lui demandait correctement.

Il secoua la tête et souffla un bon coup, il fallait rester calme et ne pas abandonner. Il était persévérant d'habitude qu'est-ce qu'il lui arrivé en ce moment de baisser les bras comme ça, aussi facilement ?

« Excuse-moi … Je pense que je suis un peu trop nerveux, mes nerfs lâchent bien trop facilement, ça me fait chier ! Mais je prends tes cours au sérieux. Ne te fis pas à ce que je dis … Je raconte tout le temps de la merde quand je suis stressé. C'est pour évacuer la pression … C'est débile mais j'ai été fabriqué comme ça … La nervosité fait que j'ai du mal à m’arrêter de parler. Un vrai moulin à paroles, tu vois ? Ou plutôt une mitraillette à mot, ça serait plus de ton avec notre activité. Pitié Elias dit moi de me taire… Je me fatigue moi-même ... »




Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3582
Points : 3876
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "raise your voice" ezrouille   Mer 4 Avr - 12:00
Je voulais bien le croire, mais ses crises étaient quand même… Assez importante non ? C’était assez impressionnant même. Quand à ce qui pouvait réellement le faire trembler… Souriant légèrement, il avait beau être épuisant, il avait quelque chose d’apaisant, comme si son excitation et sa proportion à faire une montagne de tous pouvait tourner la fin du monde en dérision. « La détonations avec les bras tendu ça fait trembler des muscles et du coup, l’onde de choc, les rends pas super fiable, après les tremblement t’auras des fourmis. Mais ton stresse de base doit pas aider. », m’avançant vers lui, je dus contenir mon rire avant de reprendre, « Quand tu te fais plaisir le soir, fais le avec ton bras d’appuie et essaie d’avoir des mouvements plus amples, ça va te muscler un peu plus et ça sera moins brutale… Et oui, depuis que j’ai Will dans mon lit j’ai de nouveau des fourmis dans les bras… », déclarais-je dans un clin d’oeil avant de le mettre en position. Parler de cul l’aider de ce que j’avais pu comprendre et même si il était faut que Will m’ait fait perdre en masse musculaire, je préférais le laisser imaginer d’autre chose, pour l’aider à se calmer en terme de flingue. Il me demanda alors si j’avais appris à beaucoup de monde à tirer hors mis Harvey, craignant rapidement qu’il soit en train de baisser mes stats avant de se reconcentrer, brièvement. « J’apprends à tout ceux qui viennent me voir, et beaucoup lâche une fois la balle partie avant de courir partout sous la peur. Alors t’es dans la moyenne, rassures-toi. », n’en disant pas plus, je le voyais se préparer avant de finalement tirer.

Le petit cri qu’il avait poussé ne pu que me faire rire alors que j’avançais pour trouver la balle, il avait visé trop bas et 40 centimètre trop à gauche. Il y avait au moins un peu d’amélioration. « Tu as tué un pneu. », tout était une question d’équilibre dans la vie, il allait devoir le trouver. Me relevant alors, je posais mon regard sur lui avant de répondre avec un sourire, « T’es à un. Vu que je suis un dix et que personne dans ce camps ne saurait atteindre mon niveau avec un sniper, estimes toi heureux d’être encore en positif. », arrogant ? Oui, complètement, mais à ma décharge, avec un sniper dans les mains, j’étais réellement dieu, je dis pas avec autre chose, je pouvais être moins précis, mais dans le genre létale et économique, j’étais loin d’être mauvais. Bon, j’étais pas le meilleur au monde, mais vu ce qu’il restait du monde, je devais pas être loin. Et puis là, il sembla péter un plombs, allant dans tout les sens au point qu’il réussit à me fatiguer d’un coup. Il était fort, vraiment, mais c’était compréhensible, réellement. Montant sur le capot d’une voiture, je m’assis sur le toit avant de taper cette dernière pour l’inviter à monter. Attendant qu’il s’exécute, je finis par briser le silence. « Tais-toi. », il l’avait demandé, pour une fois que je pouvais le dire sans passer pour un monstre. « T’as de la chance, en vrai ça me dérange pas, même si tu me pompes parfois mon âme. », souvent, mais j’avais pas envie de me tirer une balle, c’était cohérent avec lui. « Si t’as besoin de faire des monologues, vas-y, si tu fonctionnes qu’en faisant des allusions de cul vas-y, on est grand, j’ai déjà vu un pénis autre que le mien et toi aussi, alors tu vas pas me choquer, et j’ai déjà paniqué aussi, au point de demander si un tapis c’était considéré comme un meuble, un objet ou du linge de maison… Alors relax. », et j’avais prit mon pied quelque jours plus tard sans savoir si c’était un meuble, mais passons. Il devait se détendre, on était un peu là pour ça. Piquer une crise avec un flingue à la main ne m’intéressait pas.

_________________




Spoiler:
 
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 540
Points : 699
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "raise your voice" ezrouille   Jeu 5 Avr - 17:00


Ezra écarquilla les yeux quand Elias, après lui avoir donné une explication quant à ses tremblements, lui conseilla de se masturber pour se muscler les avant-bras. Pour une fois, le tatoueur resta sans voix. Il était surpris, mais dans le bon sens. Il n’aurait jamais pensé que son interlocuteur lui annonce ça comme ça. Le tatoueur le pensait plus coincer qu’il ne l’était réellement. Il rit lui aussi puis se reconcentra sur ce qu’il faisait.

« D’accord Elias, je penserais à toi la prochaine fois que je m’amuserais tout seul. Enfin … pas à toi à toi … mais à ce que tu m’as dit, le bras d’appui, tout ça tout ça … Parce que tu es peut-être beau gosse, mais tu ne hantes pas mes nuits. »

Une fois le coup partit, le même phénomène gênant repris. Il n’arrivait pas à maîtriser ses satanés tremblements. Mais bon il devait s’y habituer si c’était une question de musculation, ça irait mieux avec le temps. Enfin il l’espérait.

Ezra sourit à l’annonce de son score, il était content de ne pas être en négatif et même si l’envie de partir en courant le tiraillait, il restait là, devant son professeur, près à enchaîner un autre tir.

Mais Elias, au lieu de revenir près de lui, alla s’installer sur le toit d’une voiture alors qu’Ezra, en pleine logorrhée, le regardait d’un air interrogatif. Puis il alla le rejoindre, encouragé par la tape que son professeur fit sur la carrosserie. D’ailleurs, Ezra fit cela en silence, Elias lui ayant enfin demandé de se taire. Le tatoueur fut soulagé de ne plus entendre le son de sa propre voix. Parfois, et c'était le cas aujourd'hui, il s’épuisait lui-même à force de parler.

Il n’était pas monté sur le toit d’une voiture depuis son enfance, quand il s’amusait avec son frère sur l’exploitation familiale. Cela le détendit quasiment instantanément de se rappeler de ses bons moments avec nostalgie.

« Je suis peut-être pas un bon tireur, mais j’ai un super pouvoir ! Aspirer l’âme des gens en leur parlant, c’est pas donné à tout le monde. J’vais me trouver une paire de collants, mettre mon slip par-dessus et partir saouler les gens de parole dans tout Fort Hope ! »

Puis reprenant son sérieux, il écouta Elias le rassurer sur son comportement. Il était heureux d’être tombé sur quelqu’un d’assez compréhensif et patient comme lui. Le tatoueur savait très bien que sa conduite en exaspérait plus d’un, et lui n’avait aucune intention de changer pour leur faire. Alors, quand il rencontrait des gens qui le prenaient comme il était, il ne pouvait qu’en être des plus heureux.

Ezra se pencha en avant se prenant la tête dans les mains et sans regarder son interlocuteur reprit la conversation.

« Je … J’ai tellement peur Elias … Depuis que tout à commencer … J’ai pas réussi un seul jour à ne pas avoir peur … Au début c’était la peur de l’inconnu, de ses Morts qui marchaient, puis ça était la peur de ne pas avoir à manger, de ne pas pouvoir dormir en sécurité. Maintenant c’est la peur de me servir de ce truc … Je trouve toujours une excuse pour justifier le fait que je suis mort de peur à longueur de temps. Les armes ne sont qu'une chose parmi d'autres ... En fait, je crois que le cul c’est le seul truc qui m’a jamais fait peur … C’est sûrement pour ça que j’en parle tout le temps. C’est rassurant. Enfin … je te remercierais jamais assez de prendre le temps de me former, surtout si à cause de ça tu dois perdre ton âme. »

Le tatoueur relava la tête en riant légèrement et adressa un sourire tendre à Elias.

« Et pour cette histoire de tapis, tu en es arrivé à quelle conclusion finalement ? »

Le tatoueur rigola de manière plus franche puis s’étira, tendant ses bras vers l’avant pour vérifier leur état.

« Je crois que j’ai arrêté de trembler … On reprend ? Enfin si tu as le temps et si on a assez de balle. J’aimerais ajouter autre chose qu’un pauvre arbre et un pneu à mon tableau de chasse. Style … une canette de coca … »

HRP:
 


Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3582
Points : 3876
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "raise your voice" ezrouille   Ven 6 Avr - 10:07
« Mince, j’aurais aimé savoir que tout les soir, c’était moi qui t’aider à muscler ton bras… », soufflais-je doucement avant de rire, « Mais en effet c’est mieux que tu penses pas à moi pour ça, mon mec partage pas. », le laissant finalement tirer, j’eus une petite crise d’arrogance avant de lui expliquer certaines choses après l’avoir invité à monter sur la voiture. Il prenait tout avec dérision, c’était cool quand on était soi-même près à entendre tout ça. En revanche, sans Will pour me détendre et me rendre plus sociable - ce qui notons le était suffisamment étrange au vu de son inaptitude à se faire des amis dans la court de récré - je n’aurais pas été aussi réceptif. Rapidement toutefois, le masque tomba. Se cachant dans mes mains, il avoua avoir peur depuis que tout avait commencé. Il n’avait pas réussit à passer un jour sans avoir peur, et si il avait su en dépasser certaine, il n’en restait pas moins prisonnier d’une autre si bien que si il se cachait dans le cul, c’était uniquement car il n’en avait jamais eu peur. J’avais décroché mon regard de cette cicatrice, finissant par poser une main rassurante sur son épaule. Souriant de nouveau lorsqu’il relança sur le tapis avant de vouloir reprendre. Il fuyait encore. « Ezra, j’en ai pas l’air, mais je suis aussi flippé que toi. », lui donnant une tape rassurante sur l’épaule, j’essayais de lui faire comprendre que c’était normal d’avoir peur, « J’ai peur de pas savoir vous protéger, de perdre une nouvelle fois un camps. J’ai peur de pas réussir à vous donner les bonnes clés pour vivre, pour survivre. J’ai peur de perdre Will, de n’importe quel façon. J’ai peur de survivre seul, de perdre tout ce que j’ai construit. J’ai même peur de perdre notre chat pour te dire. Mais j’ai pas peur des morts, j’ai pas peur de ce qu’il représente, j’ai pas peur des armes, j’ai pas peur de la fin du monde.  », deux personnes savaient seulement que j’avais déjà échoué à protéger un camps, Ezra était le troisième. Mais je jouais carte sur table. « Et en moins dramatique, j’ai eu peur de sucer Will la première fois, j’ai eu peur quand il a glissé une main dans mon boxer la première fois, j’ai aussi eu peur quand on a couché la première fois, d’ailleurs c’était catastrophique, et j’ai eu peur de lui demander si je pouvais lui faire l’amour pour tout te dire. On a tous peur, parfois c’est rationnel, parfois ça l’est pas. Mais au final, c’est humain Ezra. Alors si t’as besoin de parler de cul pour te sentir mieux, parles de cul. Moi j’ai besoin de boire, de tirer, d’embrasser mon mec ou de faire des monologues. », secouant légèrement la tête, je repris, « Et j’avoue parler de cul ça fonctionne aussi. ».

Prenant une grande inspiration, je m’étirais à mon tour avant de sauter de la voiture pour répondre à une de ses questions, « Et pour le tapis, je saurais pas te dire, en revanche, je peux te répondre sur un point, être gay c’est parfait, j’ai mené la danse et putain, c’est l’éclate de sentir un mec se tendre sous ton bassin.  », bon j’en disais sans doute beaucoup trop à Ezra, mais j’avais envie de le confronter à quelque chose. Mais avant, je nous réglais un petit problème qui se présentait au loin. Tirant, j’abandonnais ma cible lorsqu’elle s’écroula pour de bon avant de reporter mon attention sur lui. « Tu vas tirer des canettes jusqu’à en toucher une et après j’aimerais bien te voir tirer sur des morts. Je veux juste que tu vois qu’à l’unité ils sont inoffensifs, que tu as le temps de t’occuper d'eux. », ca le ferait stresser, mais en toute franchise, ces trucs ne bougeaient pas vraiment vite. Désignant les canettes, je l’intimais de reprendre, même si la suite pouvait le faire flipper.


_________________




Spoiler:
 
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 540
Points : 699
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "raise your voice" ezrouille   Ven 6 Avr - 19:27


Elias ne laissa pas à Ezra le temps de se mettre à panique et lui toucha l'épaule pour le rassurer. Il se redressa à ce contacte et l'écouta attentivement. Lui aussi avait souvent peur, pour des raisons différentes des siennes, mais il éprouvait lui aussi cette peur constante. Ezra devinait aussi que son interlocuteur ne devait pas en avoir parlé à beaucoup de personne et cela lui donna chaud au coeur de sentir qu'il devait lui faire au moins un peu confiance pour lui parler ça. Il n'insista sur aucun des points que son professeur avait évoqué, Elias ne cherchait surement pas à avoir quelqu'un qui ne le connaissait pas lui en parler, Ezra ne pouvait pas savoir ce que c'était d'avoir peur de ne pas assurer dans son rôle de protecteur, d'avoir peur de perdre la personne qu'on aimait ... Il n'était pas le mieux placé pour parler de ça de toute façon.

" Mais vous tous ... vous avez l'air si fort. Au moins, je sais maintenant que je ne suis pas le seul à flipper. C'est rassurant on va dire. Enfin moi ça me rassure. Surtout, si c'est un type courageux, fiable et droit dans ton genre qui me dit ça. "

Puis, semblant imiter Ezra qui passait d'un sujet sérieux au sexe, Elias parla de chose plus intime.

" Moi je suis admiratif de voir que tu gères plutôt bien la chose concernant ton amour pour un homme. Je connais des gays de toujours qui s'assument moins que toi. Et pour te rassurer ma première fois n'était pas une grande réussite, ni la seconde d'ailleurs. Bon j'étais très jeune et très inexpérimenté, mais franchement c'était pourave."

Le tatoueur rit, il n'en fallait déjà pas beaucoup pour qu'il laisse vagabonder ses paroles sur des sujets limites alors si on l'encourageait pour qu'il se sente mieux, il ne se le ferait pas dire deux fois.

" Et bien je ne me gênerais pas pour parler de cul avec toi, et si tu as besoin d'un copain de beuverie, je suis toujours disponible, l'alccol c'est cool ! Ensuite, la dernière chose qui me fait du bien ... Non ... Je t'entends penser d'ici, c'est pas le sexe ... enfin pas en ce moment. C'est le dessin, et ça, ça vaut mieux que toutes les thérapies du monde. "

Elias descendit de la voiture et à sa remarque sur le fait de faire l'amour à un homme Ezra éclata de rire, il ne pouvait pas dire mieux.

" Vu que je me suis jamais tapé de fille, je ne pourrais pas te dire si les mecs c'est mieux. Mais de mon point de vu il n'y a rien de plus excitant, de plus sensuel, de plus exquis que de faire l'amour à un homme, ou de se faire faire l'amour par un homme d'ailleurs, rien de mieux que de tenir dans ses mains une belle paire de fesses bien ferme et de remonter ses mains le long du corps de son amant en passant par la courbe de ses hanches et en soulignant d'une caresse chaque muscle de son dos jusqu'à sa nuque, pour finir par laisser courir ses doigts en descendant le long de sa colonne jusqu'à son ... Stooooooop ... On va arrêter ici sinon j'vais me mettre à bander. Et je préfère garder ça dans un coin de ma tête, je décortiquerais ça dans mon esprit ce soir. Pour mettre en pratique tes conseils de musculation."

Ezra se laissa glisser le long de la voiture et atterrit sur ses deux pieds. Il reprit son arme en main et retourna à la place qu'il occupait les fois précédentes pour reprendre sa position. Alors qu'il s'installait, Elias tira sur un rôdeur au loin qu'Ezra n'avait même pas remarqué. Puis, comme si de rien n'était son professeur enchaîna, devant un Ezra aux yeux écarquiller devant tant de précision. Elias lui dit qu'ils allaient continuer jusqu'à ce qu'il touche une canette et surtout ensuite ils iraient tester ça sur quelque chose de beaucoup plus réel.

" Putain Elias si tu tires aussi bien au lit qu'au pistolet, Will doit être le mec le plus heureux du monde. Bon sinon, tu es vraiment sûr pour aujourd'hui ? Tu penses que je vais vraiment arriver à toucher une canette aujourd'hui ? "

N'attendant pas de réponse, il repensa à tout ce que lui avait dit Elias, il écarta légèrement ses jambes pour être plus stable, essayant de reproduire exactement la même position que celle qu'Elias lui avait montré quelques minutes plus tôt et essaya surtout de se détendre. Il tira une première fois, mais aucune canette ne bougea, le tatoueur ne savait même pas ou la balle était partie, et avant qu'Elias ne bouge, il l'interpella.

" Ne bouge pas, je réessaie de suite. J'vais bien finir par l'avoir ... "

Sans perdre plus de temps, restant concentré, il tira une nouvelle fois, en bloquant sa respiration pour ne plus bouger d'un poils. Cette fois, la balle tapa dans la rambarde sur laquelle était posé les dites canettes. Ne retenant plus sa fougue, il sauta en l'air en poussant un petit cri de joie et alla faire une accolade enthousiaste à Elias. Il se recula rapidement.

" Excuses-moi ... Mais ... Tu as vu ? J'y étais presque ! Bordel ! "



Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3582
Points : 3876
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "raise your voice" ezrouille   Jeu 12 Avr - 10:55
« On a l’air, mais c’est juste une illusion. », et on était très bon pour faire semblant. Déviant sur le sexe histoire de le détendre un peu, je lui révélais certaines chose qu’il ne laissa pas passer. Pour lui je gérais plutôt bien, il en connaissait des moins assurés que moi. Dans la même veine, il était aussi certain que ses premiers fois n’étaient pas glorieuses, souriant un peu plus, je repris, « Je pense que vu l’état du monde, faire tout un cinéma pour une histoire de pénis c’est un peu con. », commençais-je avant de lui confier certaines choses, « Mais je t’avoue que la première que Will m’a… Enfin c’était vraiment loin d’être agréable, j’étais tendu comme pas possible et limite, je voyais pas ce qu’il y avait de plaisant, si il avait pas une gueule d’ange et qu’il n’était pas si doué en fellation clairement je n’aurais pas donné suite. », mais le problème c’était qu’il y avait un peu d’intérêt dans tout ça et forcement, ça donnait pas l’envie d’arrêter. « Et après j’étais genre flippé quand j’ai essayé, j’avais l’impression que j’allais lui faire mal, c’était ridicule, je vérifiais toutes les deux secondes si c’était ok. », ca avait du être plus frustrant pour Will que pour moi d’ailleurs, mais en même temps, je ne voulais pas lui faire mal, briser le moment. Bref, je donnais sans doute beaucoup trop de détail sur ma vie sexuel, mais je ne pouvais pas en parler à Logan et je n’allais pas non plus parler de ce que Will savait déjà avec lui. Il ne me restait donc que lui. Il ne se priverait pas de parler de cul avec moi dans tout les cas, mais il devait reconnaitre que le dessin restait aussi quelque chose de salvateur. Ce que je pouvais entièrement comprendre. Et c’était sans doute plus sain de parler de ça.

Descendant de la voiture, j’haussais les sourcils lorsqu’il finit par s’enflammer, retraçant un peu trop ce qui pouvait se passer au lit avant de sourire quand il s’arrêta lui-même, affirmant qu’il verrait ça le soir même. « Faut que tu te trouves un mec, ou un cul, enfin quelque chose à prendre, ça devient urgent. ». M’occupant d’un rodeur en retournant à ma place, Ezra se laisse un peu partir, affirmant que si je tirais aussi bien au lit qu’avec une arme, Will ne devait pas être malheureux. « On verra ce qu’il en est pour la canette, pars pas défaitiste. », soufflais-je pour répondre à la vrai question. « Et Will n’a en effet pas l’air de s’en plaindre. ». Il se mit alors en position avant de tiré, ce qui n’était donc pas une réussite, mais avant que je le signale, il me demanda de ne pas bouger, il voulait recommencer. Cette fois-ci ce fut une rambarde qui reçu là balle, ce qui aurait pu au passage nous tuer si la balle nous revenait dessus, mais je préférais ne rien souligner. Préférant m’étonner de ses réactions toujours plus disproportionné, mais terriblement naturelle. « J’ai vu, du coup recommence tant que t’es chaud ! », histoire de voir si il avait comprit comment viser ou si c’était un coup de chance. Il allait l’avoir, je ne m’inquiétais pas. Sauf si il était vraiment nul, c’était impossible de tout louper.

_________________




Spoiler:
 
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 540
Points : 699
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "raise your voice" ezrouille   Lun 16 Avr - 9:19


Le rouge monta aux oreilles du tatoueur et il lança un regard complice à son professeur. Il ne savait pas ce qu'il s'était passé entre le début de leur conversation et maintenant, mais ils en étaient arrivés à un point ou cette dernière était devenue assez intime. Cela ne dérangeait aucunement Ezra, ainsi il était moins focalisé sur le fait qu'il tenait dans ses mains une arme à feu et cela lui permettait ainsi de ne pas refaire de crise d'hyperventilation à chaque tir.

Puis il tira, deux coups de feu assez rapprochés, un peu moins catastrophique que les deux précédente d'ailleurs. N'arrivant pas à dissimuler sa joie, il fut rapidement encouragé par Elias à recommencer.

" Je suis toujours chaud mon mignon ! "

Ezra agrémenta sa réplique d'un clin d'oeil provocateur et se prépara à tirer à nouveau. Encore une fois il vérifia tout, sa position, son souffle, l'état de ses tremblements. Il n'aurait jamais imaginé que cela aurait pu être aussi compliqué de viser une simple canette, pas si éloignée de lui et qui ne bougeait pas. Comment pourrait-il un jour tirer sur des trucs en mouvement alors que là, il en était proprement incapable de viser cette chose inerte.

Il secoua la tête essayant de se concentrer à nouveau. Mais au lieu de ça, une des intervention précédente d'Elias revient tourner dans son cerveau. Et baissant légèrement l'arme, il sortit ce qu'il avait en tête, histoire de bien pouvoir penser à autre chose après. L'exemple même d'avoir un esprit qui papillonnait à droite et à gauche alors qu'on lui demandait simplement de se focaliser sur une action simple. Mais Ezra n'arrivait à rien faire simplement.

" J'y pense maintenant, mais la première fois que j'ai pris quelqu'un ... Je n'avais pas très envie et ça c'est vraiment pas super bien passé. En plus mon partenaire n'était pas très expérimenté et il ne pouvait pas me guider pour que ça se passe mieux. Ça à été inconfortable pour tous les deux et on ne sais pas amusé du tout. Je crois que j'ai mis entre un et deux ans à réessayer après ça. Donc quand ont stress trop, qu'on se crispe, ça ne se passe jamais bien. Mais vous, vous avez énormément de chance, vos sentiments doivent décupler vos sensations, vous pouvez vous abandonner en toute confiance parce que vous vous aimez. Je n'ai jamais testé ça, mais je suis sur que c'est bien plus puissant que tout. "

Sans vraiment y penser, et continuant inlassablement de papoter, il redressa très légèrement son arme et sans quitter la canette des yeux tira dessus.

" Tu sais Elias ... Si tu as besoin de parler de ça ... enfin de sexe entre hommes de façon sérieuse avec moi, ne te gêne pas. Je me doute bien que tu dois parfaitement de démerder mais si tu as des questions, des angoisses que tu ne veux pas exposer à Will, je peux te partager mon expérience et mon ressenti. Vu que tu m'apprends à tirer, je peux bien, en retour jouer les sexothérapeutes non ? "

Alors qu'il allait rire de son propre commentaire, il pencha la tête sur le côté, se demandant s'il avait effectivement bien fait ce qu'il venait de faire. Alors qu'il parlait avec Elias, et qu'il avait tiré sans faire attention, il avait réussi à toucher la canette. Le tatoueur ne s'était rendu compte de rien. Complètement perdu dans son discours, il en avait oublié ce qu'il faisait. Et c'est totalement détendu et la tête vide qu'il avait tiré.

" Oh ... Elle ... elle ... elle est tombée ? Non ? "

Il rapatria son regard interrogatif de la rambarde a Elias. Ezra lui demandait franchement une confirmation car il n'en était lui-même pas sur.

" J'ai réussi ? "

Son air interrogateur se transforma bientôt en un air purement joyeux. Il souriait bêtement et se retenait de ressauter au cou d'Elias. Il n'était peut-être, finalement, pas si empoté que cela.





Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3582
Points : 3876
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "raise your voice" ezrouille   Lun 16 Avr - 16:43
Ezra se mettait en position, mais il ne tirait pas. Il se contentait de parler, m’expliquant que la première fois qu’il avait prit quelqu’un, il n’en avait pas eu envie et du coup ça s’était mal passé. Il avait du coup mit quelques années avant de retenter l’expérience. Stresser c’était pas le bon plan, mais pour nous. Il estimait que nous avions de la chance, nos sentiments devant sans doute décupler tout ça , nous permettant de nous abandonner, de ne pas lutter. Il n’avait jamais testé, mais il se doutait bien que c’était plus puissant que tout. Il n’avait pas idée… Et puis il se proposa pour parler de sexe, de façon sérieuse du moins. Ça ne le gênait pas. Et si il se doutait bien que ca devait aller pour moi, si j’avais des questions, des angoisses que je ne voulais pas exposer à Will, je pouvais lui parler. C’était donnant donnant, je lui apprenais à tirer il me servait de thérapeute. Souriant légèrement, j’arquais un sourcil quand le coup de feu partie et que la canette tomba. Ok, donc… Il fallait le distraire. Bien. Hochant la tête à l’affirmative, j’avançais vers lui pour donner une tape amicale sur l’épaule avant de lui dire, « Bravo, tu viens de perdre ton pucelage ! », lui faisant signe de me suivre, je commençais à marcher dans une direction que je connaissais assez bien, « Tu me fais confiance pour la suite ? », car il allait tirer sur des morts, du moins un.

« C’est gentil de proposer, c’est plus pour parler cul en fait, c’est vrai qu’avant j’avais des potes pour ça, on se charié et tout, mais là… », je me voyais mal en parler à Logan pour le fait d’en parler. « Mes questions, mes angoisses, je préfère en parler à Will, c’est lui qui m’a tout apprit et c’est lui qui a désamorcé toutes les bombes, ça serait injuste de pas lui parler d’un truc. Et puis je veux rien lui cacher. », mais parler en soit me dérangeait pas. Simplement je ne voulais pas qu’il y ai un intermédiaire entre Will et moi. Je préférais être franc avec lui. Quand à ce que les sentiments pouvaient faire dans une relation… « Genre coucher c’est bien, je vais pas dire le contraire. Mais je faire avec quelqu’un que tu aimes… », c’était vraiment pas pareil. « La première fois j’ai cru que j’allais pas tenir. J’ai 32 ans, ok j’avais rien fait depuis vraiment longtemps, mais genre on avait fait des trucs avec Will avant, ça change rien au fait que dès qu’on a arrêter de faire semblant, c’était… Sérieux ton corps il se tend complètement pour l’autre, tu sais plus retenir tes gémissement, le moindre contact met le feu au poudre, t’es capable de perdre ton souffle en une seconde, embrasser l’autre devient vitale… », et c’était loin d’être simplement coucher, c’était vraiment nouveau, vitale. « J’ai pas envie d’un après Will, mais je me dis comment j’ai pu un jour coucher sans sentiments. Ok c’est facile, mais c’est genre tellement loin… D’être bien ? », souriant, je secouais légèrement la tête, « Bon après je couchais avec des femmes, tu vas me dire que le fait que je sois peut-être gay et refoulé pouvait jouer, mais on va pas rentrer dans les détailles. », et j’avais su avec du désir pour les femmes, et je pense que si Ezra m’avait abordé, ça n’aurait pas été la même chose. Donc c’était Will et rien d’autre.

_________________




Spoiler:
 
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 540
Points : 699
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "raise your voice" ezrouille   Mar 17 Avr - 11:23


Bien que toujours un peu tremblant, Ezra éclata de rire. Il n'était finalement pas si nul et inutile que ça. Il n'allait pas encore se prendre pour Billy the Kid, mais il avait peut-être réussi à vaincre son blocage concernant les armes à feu. Il en avait une entre les mains, avait réussi à contrôler son stress et n'avait fait de mal à personne. Une grande réussite pour le moment.

" Il était temps ! Mieux vaut tard que jamais. L'autre je l'ai perdu vers mes 14 ans ... alors ça commençait à faire un bail ... "

Puis, à l'invitation de son si gentil professeur, il le suivit. Il savait déjà ce qui l'attendait et son stress remonta de quelques crans. Il n'en revenait pas d'arriver nerveusement à tenir en effectuant des yo-yos émotionnels toutes les cinq minutes. Après cette leçon, il serait sûrement vidé de toute énergie.

" Oui je te fais confiance ... Je sais que je ne risque rien avec toi de toute façon. "

Puis ils reprirent leur conversation et Elias lui expliqua qu'il préférait parler des choses qui le tracassait au niveau sexe avec Will. Le tatoueur hocha gentiment la tête. Il comprenait très bien cela, Elias devait faire confiance à son amoureux plus qu'à n'importe qui d'autre et le fais que ce soit lui son premier homme devait renforcer cet attachement et cette confiance. Encore une fois, Ezra éprouva une pointe de jalousie au fond de son coeur. C'était tellement beau de voir comment leur couple fonctionnait, de voir combien il s'aimait et à travers les paroles d'Elias, Ezra prenait toute la mesure de cet amour.

" Je comprends, tu as raison de toute façon et puis vu ton mec ... t'as pas intérêt à lui cacher un truc je crois. Mais si jamais un jour tu as besoin de moi, concernant n'importe quoi par rapport à ça, n'hésites pas. Je suis là. "

Puis ils dérivèrent sur la première fois d'Elias avec Will et sur toutes les sensations qu'il avait éprouvé. Ezra l'écoutait attentivement, un petit sourire mutin sur le visage. Elias ne pouvait pas cacher qu'il était vraiment accro à son mec.

" N'y penses pas trop fort ou ton soldat va se mettre au garde-à-vous.
[Il rit, puis redevint un peu plus sérieux] Tu sais je couche ... enfin couchait avec des hommes. J'étais un quetard, un vrai de vrai. J'ai collectionné les mecs dès que je suis partie de chez mes parents. Je ne m'attachais jamais, on tirait un coup voir deux et c'est tout. Franchement, je me suis bien amuser, c'était vraiment cool. Mais j'ai toujours su qu'il manquait quelque chose. Je ne pouvais pas m'empêcher de penser à Caleb ... À ce que ça aurait été de coucher avec lui. Mais enfin ... je ne le saurais jamais. Et je m'en suis fait une raison. J'ai appris à vivre sans, mais ce que tu me dis confirme ce que je pensais. Faire l'amour à quelqu'un qu'on aime, c'est quelque chose de merveilleux et d'inégalable par autre chose. "

Le tatoueur réfléchit quelques instants à la dernière phrase d'Elias. Puis, le regardant, il lui exposa sa pensée.

" Si tu n'as jamais été attiré par un mec avant, on ne peut pas dire que tu es gay. Bi tout au plus. Voir même sans étiquette, tu aimes juste la personne qui te plaît ... Et si tu couchais avec des femmes sans les aimer, c'est normale que ça ne soit pas quelque chose de très folichon, elle t'excitait seulement, c'était purement sexuel. Tu étais dans le même cas que moi. Sauf que moi aucune femme n'a jamais réussi à me la faire lever. "

Ezra lui donna une bourrade amical dans le dos et releva la tête pour regarder alentours. Il savait qu'il n'était pas très éloigné de Fort Hope, mais il ne savait pas exactement où ils étaient. Puis encore une fois, la pression remonta et Ezra baissa un peu la tête, regardant ses pieds pour se calmer. Il ne pensait pas que lors de sa première leçon il aurait déjà à tirer sur quelque chose d'autre que des objets.

" Donc là ... Tu vas me faire tirer sur un mort c'est ça ? C'est ce que tu m'as dit tout à l'heure. Mais ... euh ... tu restes à côté ... Si je panique ... je ... risque de pas y arriver ... et s'il me faut encore 5 balles pour l'abattre ça risque de devenir dangereux ... et il faudrait pas la recharger ? Ça possède combien de balle en tout ce truc là ? "




_________________

Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3582
Points : 3876
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "raise your voice" ezrouille   Mar 17 Avr - 14:19
Riant volontiers lorsqu'il fut question de ne rien cacher à Will, je me rappelais encore très bien de l'engueulade que nous avions eu au sujet d'Aiden et de ce que je ne lui avais pas dit. Je n'étais donc pas prêt de recommencer, qui plus est je n'avais rien à lui cacher, il me connaissait par coeur. Mais je gardais en mémoire, j'irais le trouver si je voulais lui parler d'un truc quelconque. Lui parlant donc de ce que ça faisait de coucher avec quelqu'un qu'on aime, je souris à sa première remarque, oui il était préférable que je n'y pense pas trop fort. Reprenant toutefois mon sérieux, surtout à l'évocation de l'autre con, je me doutais qu'il devait être passé à côté de quelque chose, mais ce n'était pas encore perdu, il pouvait toujours trouver quelqu'un, rien n'était perdu, j'en étais la preuve. « Désespères pas. », soufflais-je avant qu'il ne m'affirme que si je n'avais jamais été attiré par des hommes jusque là, je pouvais être bi, voir sans étiquette, j'aimais juste la personne qui me plaisait. C'était purement sexuel. Basculant légèrement en avant à son geste, je secouais la tête avant de reprendre, « Je pense surtout que c'est Will, genre j'étais troublé en un regard… », et je n'avais plus su me le sortir de la tête. Reprenant ma marche, il avait finit par poser une question en rapport avec le sujet.

Pardon.

Beaucoup de question. Visiblement il avait peur de se retrouver dans une situation ou il n'arriverait pas à l’abattre et ou il serrait en danger. Ce qui n'arriverait pas entre nous, je veillais au grain, à ne pas qu'il soit blessé. Il ne lui arriverait rien. « Si tu te loupes tu recules et tu recommences. Rassures-toi il ne t'arrivera rien. ». Dans tout les cas il fallait prendre son temps, il n'avait pas besoin de s'inquiéter, il devait simplement se laisser guider. « Et t'occupes pas des balles, moi je sais, et c'est pas la leçon d'aujourd'hui. Occupes toi que de la cible, rien de plus. », qu'il ne laisse pas son esprit se faire parasiter et en parlant de parasite, il fallait peut-être qu'on monte sur sur voiture au vu de se qui se traînait devant nous. Ils étaient cinq, dont deux à portée de tire. M'assurant donc qu'il était bien à côté de moi, je désignais dans les deux devants moi, « Tu vois le geek et la vieille ? », attendant qu'il les repère, je repris, « Le geek va marcher lentement, il a une rotule cassé, et mamie, je pense que la hanche à du se luxer, ils seront lent, tu as tout ton temps, prend juste en compte que leur démarche est plus bancale. », et que donc ils bougeaient plus. Après, au vu de la vitesse, il ne risquait rien et j'avais bien mon fusil dans les mains, prêt à agir en cas de soucis. La situation était sous contrôle et même si il attirait du monde, ca ne serait sans doute pas assez. On savait la route pour venir ici sur, on ne risquait donc rien à fuir par là.

_________________




Spoiler:
 
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 540
Points : 699
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "raise your voice" ezrouille   Jeu 19 Avr - 11:00


Le tatoueur lança un regard complice à son professeur à sa dernière réplique concernant Will.

" T'es grave amoureux mon beau ... Veinard ! "

Ezra sourit et regarda ses pieds. Il les trouvait de plus en plus mignon au fur et à mesure qu'il en apprenait plus sur eux. Il avait eu des amis à lui en couple, mais il n'avait jamais était confronté à une relation aussi fusionnelle. Et tout ce qu'il pouvait retenir de ça, c'était que l'Amour était le plus beau des sentiments que pouvait éprouver l'être humain.

Puis revenant sur un sujet beaucoup plus sérieux et beaucoup moins romantique, les voilà en train de parler de rôdeurs et sur comment s'en débarrasser avec une arme à feu. Pour Ezra, ce n'était pas dans son habitude de se confronter de face aux Morts. Il les tuait par surprise ou s'en débarrassait quand il n'avait pas d'autres solutions au corps à corps. Mais c'était la première fois pour lui qu'il s'y confrontait de son plein gré.

" Je dois ... viser la tête c'est bien ça ? Je ... Ça bouge beaucoup. "

Ezra tremblait de tout son corps, il fixait d'un air effrayé les deux Morts que lui avait montré Elias. Une vielle dame et un jeune qu'il désignait sous l’appellation geek. Ezra mit quelques secondes à identifier celui qui été le plus rapide des deux et il verrouilla donc le geek. Il essayait de faire comme devant les canettes, de prendre en compte sa position et tout les autres paramètres qui pouvait influencer son tir. Mais ce qui restait problématique, c'était ses tremblements de peur qui l'empêcher de viser correctement. Déjà que cela n'était pas brillant quand il allait bien, alors là qu'il était plus que nerveux, c'était, pour lui, insurmontable.

" Putain Elias je suis mort de trouille. Je ... on se demande franchement comment je peux utiliser un couteau. Alors que là je me pisse dessus ... avec ce flingue ... Je suis désolé franchement ... Mais je te jure que je vais devenir ... un meilleur élève. Dès que j'aurais arrêté de flipper ! "

Ezra recula d'un pas, toujours pas calmé de sa frayeur. Mais il devait gérer ça. C'était entre lui et son cerveau.

" Ils avancent vachement vite, non ? Je dois tirer hein ? Viser la tête ? ... J'l'ai déjà demandé, non ? Putain ... concentre-toi Ez ... "

Le tatoueur tremblait toujours autant. Il n'arrivait pas à se concentrer, il sentait la panique commencer à l'envahir, son visage perdit quelques teintes de couleur mais il tenait bon. Il gardait le contrôle de sa respiration.

" Allé Ezra tire ! J'lai déjà fais contre les canettes, ça doit pas être plus compliqué ! "

Il ferma les yeux quelques secondes, pour se recentrer. Il fallait qu'il arrête de trembler, il fallait qu'il se calme. Il ne devait pas paniquer comme ça. Il ne pouvait pas paniquer comme ça. Il cherchait un truc qui le calmait par-dessus tout. Et la ... éclair de génie. Il devait se comporter comme avec son dermographe. Rester calme, zen, imperturbable pour ne pas faire de la merde ...

Quand il rouvrit les yeux, les tremblements avaient stoppé et il tira. Bon, le tir était loupé, on n'allait pas lui donner la récompense de sniper de l'année. Mais il avait réussi a tirer.

" Je recommence ... "

Puis il enchaîna, encore une balle à côté. Mais contrairement à la première celle-la avait touché le bras du pauvre rôdeur qui continuait à avancer insensible à la douleur.

" Elias, je vais pas y arriver ... "

Mais, bien loin d'abandonner, il se remit encore une fois en position et il réitéra son tir. Et là, il fit mouche, en pleine tête. Le rôdeur fit encore un pas et s'écrasa ensuite au sol en un tas informe de barbaque en putréfaction.

" Tu crois qu'il est mort ... mort ... ou il va encore se relever ... ? "



Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 3582
Points : 3876
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "raise your voice" ezrouille   Jeu 26 Avr - 9:36
Oui j'étais grave amoureux comme il disait, mais nous n'étions pas ici pour ça en fait, mais bien pour exploser du rodeur non ? Hochant la tête pour lui confirmer qu'il était bien question de la tête, je le regardais se mettre en position avant de comprendre qu'il n'y arriverait pas. Il était mort de peur, il tentait de se raisonner, il tentait, mais il fini par paniquer et sans vraiment me laisser le temps de répondre, il recula, se reconcentrant seul, du moins essayant. « Du calme Ezra... », soufflais-je avant qu'il ne se donne du courage, semblant trouver quelque chose qui fonctionne pas mal avant de tirer et de louper. Normal jusque là. Sa motivation en revanche, elle m'arracha un sourire alors qu'il tirait à nouveau, touchant le bras d'un d'entre eux. « Tu l'as touché, me fait pas croire que tu vas pas y arriver. », car je n'y croyais absolument pas. Il se remit en position et là... En pleine tête. Souriant alors bien plus franchement, je me tournais vers lui alors qu'il doutait encore qu'il puisse avoir échoué. « A ne pas reproduire à la maison... », déclarais-je en sautant de la voiture pour rejoindre le sol et avancer vers la vieille. Prenant la crosse de mon arme, je lui donnais un violent coup dans la tête, la faisant basculer avant de lui éclater la tête d'un coup de pied. C'était... Dégoûtant, j'aurais peut-être du réfléchir avant de lui exploser la boite crânienne à cette vieille, mais tant pis, le mal était fait et il y en avait partout. J'étais bon pour tout laver, mais passons. Ignorant ce qui continuaient à avancer dans mon dos, je lui dis, « Ils sont tout les deux morts, toi c'est juste plus propre, mais c'est bien mort. ». Il ne devait pas paniquer, il devait comprendre que les morts n'étaient dangereux que lorsqu'ils étaient entassé, dans un espace clos. En temps normal, comme là, ils étaient lents.

« Faut pas que t'ai peur de ton arme... », commençais-je à lui dire avant de sourire. Revenant vers lui en essuyant mon pied sur le sol et la tête pour retirer le sang noir, je repris en montant sur la voiture. « T'as déjà vu Captain Tsubasa ? », demandais-je en réalisant que le nom Japonais ne devait sans doute pas l'aider. « Olive et Tom ? Ça doit plus te parler non ? Et bien le ballon c'est ton ami et même si tu frappes ton meilleur ami et que la morale et donc bancale, ton arme de destruction d'équipe poussin d'une ligue de foot c'est un ballon. Alors dis-toi que ton arme à feu et ta meilleure amie, même si cela revient à la faire imploser régulièrement, elle te fera gagner la ligue de la vie et ca fera un peu de toi une légende dans le milieu. », bon ca n'avait pas trop de sens, mais l'idée c'était qu'à moins de la mettre à l'envers, il ne pouvait pas se blesser, mais je n'étais pas sur d'être très compréhensible du coup. Mauvaise comparaison je pense. « J'ai aucune comparaison avec ton pénis, car je doute que t'es déjà eu peur de ton service trois pièces... », j'allais devoir rester sur l'animé, pas le choix.

_________________




Spoiler:
 
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: "raise your voice" ezrouille   
 
"raise your voice" ezrouille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Fort Hope Community
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération