Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #33 : Novembre 2018
Animation trimestrielle #1 Once upon a time !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Intrigue #5 Recensement !
De nombreux postes vacants de l'armée sont encore disponibles. N'hésitez pas à venir jeter un coup d’œil par ici !
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - Chapitre I : New rulers, new rules > A lire ici

In Your Flesh :: Michigan State :: Zones non-nettoyées :: Eastpoint Highschool

 Tu connais l'histoire du gars qui fouille dans les poubelles ?

avatar
Messages : 312
Points : 1008
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Tu connais l'histoire du gars qui fouille dans les poubelles ?    Mer 14 Mar 2018 - 14:30
Je fronce les sourcils alors que je regarde le bout de tôle, pas franchement convaincu. « C’est de la merde ce truc… » Et je le balance derrière moi, avant de continuer à fouiner, pestant tout seul alors que je trouve pas ce que je veux. Va falloir que je découpe un morceau moi-même à ce train-là et autant dire qu’on a pas le matos pour ça. Et vu que ça se passe pas comme je veux, c’est en train de m’énerver. Je me laisse tomber dans le tas de… trucs, fronçant les sourcils de plus belle en me demandant si je vais finir par trouver ce que je veux ou pas. Je me passe une main dans les cheveux, pensif, sans même me rendre compte que je viens de me foutre du cambouis ou de l’huile un truc tout aussi dégueu tellement je suis plongé dans mes pensées.

Du coup, je remarque pas que Drew est là avant que je n’entende qu’on toussote derrière moi. Je sursaute et je me retourne brusquement, un tuyau dans la main avant de soupirer de soulagement. « T’es devenu un ninja maintenant ? Je t’ai pas entendu venir. Ou alors j’étais vraiment trop concentré dans mon truc, c’est ça ? » Je lance le tuyau sur le tas de métal qui au final, ne me sert à rien et je me relève, frottant mes mains sur mon jeans, la mine dépitée. « Y a rien d’intéressant là-dedans. Si je trouve pas le morceau qu’il me faut, je vais mettre des plombes à remonter l’éolienne, ça va être chiant… » Ça fait combien de temps qu’on a trouvé cette école ? Un mois ? Deux ? A dire vrai, je commence à perdre un peu la notion du temps qui passe. Faut dire que ça a plus vraiment de sens maintenant, pas comme si les dimanches étaient différents des autres jours. Mais on essaie de tenir le compte, plus ou moins, histoire de se rappeler qu’il y a des trucs à fêter de temps en temps.

Genre Noël bientôt. Et j’aimerais bien arriver à retaper ce truc pour qu’on ait un peu d’électricité pour ce soir-là. Je bats des cils, fixant le vide un instant avant de réaliser que ça va faire deux mois que Kenny et moi on… enfin je suis pas sûr que dire qu’on est ensemble soit vraiment le bon terme. Peut-être que si, je sais pas trop. Enfin ça fait deux mois que je l’ai embrassée pour la première fois en tout cas. Ça doit se fêter ce genre de trucs je suppose non ? Elle serait contente si je lui ramène un cadeau ou elle va faire la gueule ? En vrai, j’en ai pas la moindre idée. C’est quand même dingue que ce soit à la fois autant évident et compliqué avec elle. Je sais tellement pas où je vais que ça me rend totalement dingue. Et puis, il suffit que je puisse la prendre dans mes bras deux minutes, ça me fait tout oublier. Je soupire avant de reporter mon attention sur Drew. « Y a des trucs intéressants à l’intérieur ? Des trucs qui pourraient plaire aux filles ? » Je suis tellement subtil tiens. Enfin, remarquez, on esquive super bien le sujet Sidney soit dit en passant. Des semaines qu’il fait ses trucs de combat là, sans que je pige bien le pourquoi du comment. Pour nous ramener de la bouffe soit disant. Mon cul oui. On galère, c’est sûr, surtout avec l’hiver, mais on aurait très bien pu se démerder sans. Y a pas un jour où je me demande quand il va se décider pour de bon et ne jamais revenir en réalité. Et on a jamais reparlé depuis. Enfin les politesses habituelles ouais, mais j’ai toujours fait en sorte de pas me retrouver en tête avec lui. Vu qu’il a pas insisté, je me suis dit que ça l’arrangeait bien. Et puis, y a eu Kenny. J’avoue que ça m’a un peu accaparé l’esprit. Au moins un truc positif. Pas simple. Mais positif. Du coup, sans pouvoir m’en empêcher, j’ai un large sourire en direction de Drew. « Personne a essayé de te bouffer au moins ? » Cette baraque est à deux pâtés de maison à peine de l’école. Donc on risque pas grand-chose. Je crois. Mais on sait jamais.

_________________
I'm still breathing
Find your tribe, love them hard...©️ by anaëlle.
avatar
Messages : 434
Points : 1280
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Tu connais l'histoire du gars qui fouille dans les poubelles ?    Lun 2 Avr 2018 - 20:45
Les semaines passaient et rien ne semblait vouloir changer. Du moins en apparence. Parce que nous avions tous changé et nous avions tous été terriblement ébranlés par les révélations qui avaient découlé d'un bête incident dans un arbre. C'était que cela devait sortir. Je ne pouvais que me montrer un peu philosophe à ce sujet. Parce que les circonstances n'étaient pas vraiment idéales pour des confidences et du coup, elles avaient explosé au lieu d'être tranquillement avouées... Et aucun de nous n'en était ressorti indemne. Sid, comme à son habitude, faisait admirablement bien l'autruche et jouait au mec balèze et intouchable en allant risquer sa vie dans des combats pour nous permettre de vivre mieux. C'était une formidable aubaine pour lui. Il se rendait utile et se voilait la face ainsi, évacuant sa violence naturelle et fuyant un peu la famille. C'était parfait. On aurait pu croire que c'était Sidney le plus courageux de nous trois, mais sa vie n'était qu'une fuite en avant. Et s'il n'avait aucune problème à affronter des zombies, s'affronter lui-même était autrement plus difficile.

Luke était peut-être, paradoxalement, le moins affecté de nous trois. Il se pensait le plus fragile, mais il était honnête avec lui-même et ses sentiments, ce qui lui permettait de savoir à peu près ou il en était et le rendre plus stable que nous. Et mois, je naviguais entre les deux. Mais cette politesse tendue entre nous ne pouvait plus vraiment durer. Et il était plus aisé de discuter avec Luke qu'avec Sidney alors mon choix fut vite fait alors que je décidais de retrouver mon frère et que je l'observais en train de crapahuter dans un tas d'ordures. Et il ne faisait absolument pas attention à son environnement. Je soupirai intérieurement... Ce manque de vigilance pouvait lui être fatal. Mais je n'allais quand même pas commencer la discussion en lui faisant la morale. Luke était suffisamment susceptible comme ça.

Je toussotai donc, ce qui le fit se retourner rapidement avec une arme improvisée alors que je souriais en coin à son commentaire. « Ce cliché quoi... Parce que je suis bridé, je suis un ninja. Ben bravo. » Ma foi, les plaisanteries concernant mon origine ethnique ou celle d'Axel étaient monnaie courante entre nous. « Remarque, je préfère l'hypothèse d'être silencieux que celle que tu sois distrait. » La première portait moins à conséquence que la seconde. Je tressaillis alors que le tuyau résonnait sur le métal, mais m'intéressai très vite à Luke qui me confiait son problème avec l'éolienne. Et ouais, notre petit Luke, le benêt du groupe, était on ne peut plus apte à reconstruire et faire fonctionner une éolienne. Et j'étais incroyablement fier de lui. J'espérais aussi que cela allait l'aider à reconstruire son estime de lui-même, pas mal effritée.

Je haussai les épaules à sa question concernant mes trouvailles dans la maison. « Ça dépend... j'ai trouvé un petit poney avec les cheveux arc en ciel. » Je ricanai en songeant que cela pourrait plaire à Kenny en fait. « Mais les trucs utiles ont déjà été pillés. » Je secouai négativement la tête à sa question. Rien de vivant ou de mort qui ai tenté de m'attraper et me croquer. Tant mieux, je n'étais pas le meilleur combattant des trois. Ou même des 6 en fait. Les filles en avaient sous le capot mine de rien et elles avaient vite appris à se défendre et à être utiles et autonomes, même si on avait du mal à les lâcher. « T'as besoin d'un morceau comment ? Y'a peut-être moyen de trouver ça sur le toit d'un vieux garage ou dans un jardin... » Son regard balaya les alentours, songeur. Et puis finalement : « Luke... On n'a pas eu l'occasion de vraiment reparler depuis... la dernière fois. Comment tu te sens ? » Ce n'était pas subtile, mais je ne voyais absolument pas comment l'être à ce sujet, alors autant y aller franco. Au delà du problème avec Sidney, il y avait aussi sa relation avec Kenny... Parce qu'ils nous prenaient pour des idiots s'ils pensaient qu'on ne s'était pas aperçus du rapprochement hein. On avait que ça à faire de s'observer les uns les autres.

_________________
Forget what hurt you - but never forget what it taught you
Sometimes being a brother is being a kind of superhero.
   ♛ by wiise
avatar
Messages : 312
Points : 1008
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Tu connais l'histoire du gars qui fouille dans les poubelles ?    Mar 3 Avr 2018 - 15:13
L’épisode avec Sidney m’a vachement remis en question ces dernières semaines. D’un côté, je me dis que sans lui, jamais j’aurais osé faire le premier pas en direction de Kennedy. Donc, je devrais lui en être reconnaissant d’une certaine façon. Mais la colère qui grimpe à chaque fois que je pense à lui est pas vraiment le sentiment le plus sain du monde. Dire que je lui en veux est un doux euphémisme. Alors, j’essaie de penser à lui le moins possible. Ca marche pas trop mal, d’autant qu’on a un milliard de trucs à gérer et qu’il a décidé d’aller cogner des mecs dans une arène. Comme si on avait besoin de ces rations qu’il rapporte. Mais ça, évidemment, nous en parler c’est surfait. Enfin, je me doute que si je lui en parle, il serait capable de dire que je suis trop faible pour comprendre quoi que ce soit ou un truc du genre. Que lui, il veille sur la famille, pas comme moi.

Bref… voilà pourquoi j’évite de penser à lui. Et de lui parler, en dehors des politesses d’usage quoi. Ca rend l’ambiance un peu tendue mais pas tant que ça au final, vu qu’il est de moins en moins souvent là. Et que ouais, avoir notre petit coin à nous, où on peut se poser, fait un bien fou. Y a encore du boulot mais ça aussi c’est des saines occupations. Et je suis content d’avoir à farfouiller pour trouver une plaque de métal en fait, ça m’évite de penser à tous ces types qu’on a butés parce qu’ils étaient plus vraiment vivants mais pas totalement morts non plus. Parce que je me demande souvent ce qui se passera si Rajesh finit par trouver un vaccin et qu’on peut les soigner. Comment on se sentira en pensant à tous ces gens qu’on a tués parce que, sur le coup, c’était la seule option viable ? Je secoue la tête pour chasser ces pensées, louchant sur un énième morceau de métal alors que Drew finit par me rejoindre. Et j’ai un ricanement à sa répartie. « On en parle des blagues sur les blonds ou pas ? Si je voulais faire dans le cliché, je continuerais de t’appeler Jackie Chan. Mais je peux m’y remettre stu veux. » Et je grimace au petit sermon qu’il place l’air de rien, essayant vaguement de prendre une mine contrite. « Oh mais je sais que tu veilles sur mes arrières. T’aurais fait yahaaa et yahaaaa si un truc était venu m’attaquer. Mais bon, ça reste super calme quand même. »

Et j’ai un sourire quand il parle de ce qu’il a trouvé. « Arrête, ça plairait grave à Kenny ce truc. Tu l’as pris ? M’étonne pas trop que ça ait déjà été pillé en fait, mais on pouvait toujours rêver. » Je me demande encore ce que je pourrais lui trouver en fait. Un truc qui fasse pas trop sérieux quand même, pour pas la faire flipper. Mais qui montre qu’elle est importante. Je relève la tête vers Drew quand il me demande quel morceau il faudrait et je commence à souffler, d’un ton presque rêveur. « C’est pour réparer une des pales en fait. Faudrait un truc plat, assez souple et grand comme ça. » Je mime un carré tout en parlant, sans même m’en rendre compte. « Et l’autre souci que j’ai, c’est que l’armoire de couplage a été totalement démontée. Et j’ai pas spécialement envie de laisser des fils électriques à nu. Du coup, soit on trouve un boitier pour mettre par-dessus, une espèce de coffre, soit une grande plaque qu’on pourra replier pour poser dessus. Tu vois le genre ? » Je fronce les sourcils, pensif, me demandant si on peut pas arracher un boitier électrique en fait.

Je me fige d’un coup, quand il change de sujet et me sort un peu brusquement de mes idées sur l’éolienne. Et je laisse filer un instant de silence avant de hausser une épaule. « … j’en sais rien. Ca le fait comme réponse ? J’ai l’impression qu’on a totalement perdu Sid’ et qu’on arrivera jamais à le récupérer. En vrai, je sais même pas si on l’a retrouvé depuis le début de ce merdier. Et y a tellement de trucs qui se bousculent dans tous les sens que je sais même pas comment gérer. » J’ai une grimace avant de jeter un regard dans sa direction. « … et toi ? Ca t’a secoué toutes ces conneries un peu non ? T’es pas obligé de jouer au grand frère protecteur tout le temps tu sais. T’as le droit de dire ce que t’as sur le cœur aussi. » Tant qu’à faire dans la subtilité, autant l’imiter non ?

_________________
I'm still breathing
Find your tribe, love them hard...©️ by anaëlle.
avatar
Messages : 434
Points : 1280
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Tu connais l'histoire du gars qui fouille dans les poubelles ?    Mer 4 Avr 2018 - 13:04
Je souris à la réplique de Luke, prenant un air totalement innocent. « Qui ose faire ce genre de blagues franchement ? » Avant de renchérir tandis qu'il propose de m'appeler Jackie Chan : « Bah, je te dirai qu'il vaut mieux être balèze en arts martiaux que complètement stupide à ce train là. » Tant qu'à faire dans les clichés hein... Je préférais être un ninja qu'un écervelé. Notons quand même que pour le coup, Luke n'était pas loin de coller à cette étiquette alors qu'il ne m'avait même pas entendu approcher. C'était quand même dangereux d'être distrait et je le lui signalais l'air de rien, sans chercher davantage à enfoncer le clou. Pas la peine, il a très bien saisi le sous entendu. « Ta confiance m'honore. » Est-ce que c'était seulement vrai ? Luke était-il vraiment en totale confiance avec moi au point de baisser sa garde ? C'était une grave erreur, parce qu'il était alors bien plus sûr de moi que je ne l'étais moi-même. En cas de bagarre, Sidney était plus apte que moi. La preuve, il gagnait sa vie de cette façon désormais. J'aurais presque pu pousser ma pensée au point de dire qu'il était plus fiable, mais... Je n'en étais pas si sûr. Sidney avait un côté impétueux et imprévisible qui le rendaient un peu dangereux. Oh, il risquerait sa vie pour sauver l'un de nous, c'était certain, mais sa manière de penser parfois était... étrange.

La question de Luke me tira de mes pensées alors que je glissais ne rien avoir trouvé de bien folichon. Un petit poney quoi... Et je me fendis d'un sourire alors que je faisais glisser mon sac à dos devant moi et exhibais mon trophée, qui avait bien besoin d'être lavé et coiffé, le faisant rouler entre mes doigts pour le montrer à Luke. « Ouais elle va adorer, ou me le balancer à la tête en me disant que je la prend pour une gamine. » Pas facile de savoir comment allaient réagir les filles. Surtout Kennedy qui était la plus susceptible et versatile en fait. Axel était difficile à vexer et raisonnait souvent comme un mec. Et Robin... Elle était bien trop silencieuse, si bien qu'on ne savait vraiment bien ce qu'elle pensait. « Il y a sûrement des endroits qui n'ont pas encore été visités. Ou mal visités. » Ou bien la visite interrompue par quelque chose de mort qui était revenu à la vie aussi. Mais je tus cette pensée alors que je cherchais à aider Luke à trouver son morceau de métal. « Je vois. » Mon truc, c'était plus la chimie. Je n'étais pas spécialement un grand manuel, mais je comprenais quand même relativement vite les choses. Pour le coup, si Luke avait besoin d'aide pour remonter l'éolienne, je me fierai totalement à ses consignes et ne ferai qu'exécuter ses ordres.

Et parce que l'occasion était trop belle alors que nous étions tous les deux, je mis les pieds dans le plat en lui demandant comment il allait. Il eut au moins l'honnêteté d'avouer ne pas savoir alors que je hochais la tête à son hésitation. « Je crois que nous n'avons perdu depuis plus longtemps que ça... » Mon regard se perdit dans le vide alors que je songeais à la prison. Quand ils avaient renoncé à leur liberté pour moi. Ils en étaient sortis changés. Sid, bien plus profondément que Luke finalement. A mon avis, c'était là qu'il avait basculé et que nous l'avions perdu. Je croisai son regard quand il me renvoya la question. « Ce serait un mensonge que de dire que tout ça me passe au dessus. Évidemment que ça m'a secoué et que ça a fait naître beaucoup de questions. Et de regrets. » Ou des remords. Je souris à la suite, haussant une épaule : « Peut-être qu'être le grand frère protecteur, c'est aussi ce qui me permet de tenir. » Très probablement même. Cela me donnait un but, une raison de me battre et de ne pas laisser la dépression s'installer. Et dieu savait qu'elle était proche... « Comment va Kenny vis à vis de ça ? » Ils passaient énormément de temps ensemble. Et elle ne devait pas adorer de savoir son frère en train de se battre comme un chien pour ramener des trucs. Et c'était aussi un moyen d'aborder le sujet... Je retins donc un petit sourire en coin en posant la question, demeurant imperturbable mais surveillant Luke avec attention.

_________________
Forget what hurt you - but never forget what it taught you
Sometimes being a brother is being a kind of superhero.
   ♛ by wiise
avatar
Messages : 312
Points : 1008
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Tu connais l'histoire du gars qui fouille dans les poubelles ?    Mer 11 Avr 2018 - 11:22
Je le toise un instant, arquant un sourcil avant de faire genre je suis vexé. Je fais ça super bien, si, si je vous jure. Enfin, je sais pertinemment que je suis à peu près aussi crédible que lui de toute façon. « Ce serait tellement pas votre genre hein… mais y en a des pas mal, je veux bien le reconnaitre. » Je ricane carrément quand il continue avant de le fixer, sceptique. « Ouais alors ça c’est un peu facile. Mais t’as qu’à t’y mettre, je te trouverais un nunchaku pour Noël et tu pourras joyeusement te péter le nez en essayant de faire le beau. Ca marche ? » Il a quand même droit à mon plus sourire alors que je reprends, d’un ton amusé. « Je préfère que tu dises ça plutôt que « ta stupidité m’effraie ». Donc ça me va. Et oui, je te fais confiance, je devrais pas ? »

Qu’il ait rien trouvé me surprend pas tant que ça. La baraque était grande ouverte quand on est arrivés, c’était évident qu’elle avait déjà été pillée. Mais on sait jamais, ça aurait pu être cool, même si on a bien pigé que pour survivre, on va devoir compter que sur nos propres ressources. Sauf pour les conneries. Du genre le poney. « Oh elle fera probablement les deux. Froncer les sourcils, te dire que c’est pas une gamine avant de le prendre quand même. » Je me frotte la nuque, pensif, non sans jeter un énième regard sceptique au tas de ferrailles que j’ai sous les yeux. « On va quand même commencer à avoir fait le tour. Mais tant qu’on arrive à se débrouiller pour trouver de quoi bouffer, c’est pas trop gênant. Et on va même pouvoir penser à se faire un petit potager. Quand je pense que je rêve de légumes frais, le monde tourne vraiment plus rond. » Et du coup, je lui explique pour mes problèmes techniques, sans vraiment chercher à savoir s’il pige ou pas, tout perdu dans mes pensées que je suis. « … en bref, y a rien ici qui m’intéresse. Enfin j’irais voir le coffrage de leur compteur électrique, sait-on jamais, sur un malentendu tout ça. »

Et voilà qu’il met un peu les pieds dans le plat. Pas trop non plus, il me laisse quand même un porte de sortie pour faire mine de pas avoir pigé de quoi il parle. Mais je saisis quand même la perche, grimaçant avant de souffler, un peu à contrecœur. « Il s’est perdu tout seul. Il… on dirait qu’il essaie de se convaincre de certains trucs. Comme si on avait besoin qu’il aille se castagner pour qu’on ait à bouffer. On s’en sort très bien sans ça. C’est pas la joie tous les jours, je dis pas, mais on crève pas de faim, loin de là. Je pige pas ce qu’il veut faire en fait. Des fois je me demande s’il nous considère pas plus comme un poids qu’autre chose. » Et je soupire longuement avant de le fixer, fronçant légèrement les sourcils. « Je crois que c’est la première fois que t’admets un truc pareil dis donc. Et… quel genre de questions ? Ou de regrets ? » Je peux quand même pas m’empêcher de sourire avant de continuer, d’un ton plus léger. « On est tous engoncés dans nos rôles, je sais même pas ce que je ferais si on m’en sortait perso. » Sourire qui se fait bien évidemment plus large, sans que j’arrive à m’en empêcher, quand il parle de Kenny. Même si le sujet s’y prête pas, le simple fait de penser à elle, de parler d’elle, bah ça me réchauffe le cœur. J’irais pas jusqu’à faire dans la guimauve et à parler d’une nuée de foutus papillons mais, j’avoue, j’en suis pas non plus très loin. Je hausse pourtant une épaule, comme si de rien était et je souffle, non sans une nouvelle grimace. « Tu la connais. Elle fronce les sourcils quand j’évoque le sujet et prend sa mine butée. Mais je pense qu’elle a vraiment mal. Je sais qu’elle évite de se retrouver toute seule avec lui pour pas trop l’envoyer chier, probablement parce qu’elle a peur, comme moi, qu’il se tire pour de bon si on fait ça. » Je lève les yeux vers Drew et, à son sourire, je plisse des yeux. « … c’est quoi l’arnaque ? » Il sait ou quoi ? Je dis pas que c’est impossible hein, mais s’il sait, concrètement, il est au courant de quoi ? Oui, je me prends probablement beaucoup trop la tête, je sais.

_________________
I'm still breathing
Find your tribe, love them hard...©️ by anaëlle.
avatar
Messages : 434
Points : 1280
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Tu connais l'histoire du gars qui fouille dans les poubelles ?    Ven 4 Mai 2018 - 10:51
« Franchement, ton peu de foi en mes talents de ninja me blesse, sache-le. » Cela faisait du bien de raconter un peu n'importe quoi aussi. Il y avait suffisamment de sujets de déprime pour pouvoir se laisser aller à un peu d'insouciance de temps en temps. Même si la dernière fois où j'en avais fait preuve remontait à une bonne décennie et m'avait convaincu que c'était une mauvaise idée d'agir sans songer aux conséquences. Mais là, il y avait quelque chose de risible à imaginer la scène, comme dans les vidéos débiles de bêtisier qu'on pouvait voir avant, avec les idiots qui jouaient les karatekas et se frappaient tout seul par maladresse. Cependant, je ne répondis pas quand il m'assura qu'il me faisait confiance. J'espérais juste que cette confiance qu'ils avaient tous en moi n'était pas mal placée et que je saurais m'en montrer digne. Je ne voulais décevoir personne. Surtout alors qu'une défaillance pouvait engendrer une catastrophe désormais.

Mais la conversation dévia sur la fouilles et je dus avouer être revenu bredouille. Hormis un petit poney qui me faisait fortement penser à elle et qui risquait de m'attirer ses foudres, autant qu'un oooooh mignon de la part de Kennedy. « Je pense que ça vaut le coup de tenter, non ? Faudra juste éviter le sourire quand elle le fera, où elle va bouder. » J'essayais de me montrer optimiste concernant le manque de ressources. Les mois passaient et les survivants faisaient tous la même chose : piller. C'était un miracle d'arriver quelque part et d'être les premiers à se servir au fil du temps. Avoir un potager était une merveilleuse alternative. Mais il fallait du temps, de la stabilité. Et beaucoup de légumes pour un groupe de six. L'élevage était également à envisager, mais c'était encore plus délicat, car il fallait nourrir les animaux. La reconstruction de l'éolienne offrait de nouvelles perspectives après ces mois d'errance, comme le fait de s'installer quelque part. Et j'étais impressionné des connaissances de Luke à ce sujet. Comme quoi, le simplet avait plus d'un tour dans sa manche.

Cependant, je ne pus m'empêcher de parler de Sidney... Il hantait nos relations depuis un bout de temps déjà et l'occasion était trop belle pour la laisser s'échapper. Luke était aussi sceptique que moi. Pourtant, il était plus proche de Sid que moi. Les conneries, ils les faisaient souvent tous les deux plus proches en âge et en caractère que moi. « Je sais pas trop... Cela n'a pas vraiment l'air d'être une corvée pour lui... Plutôt un exutoire. » Ainsi pouvait-il laisser libre cours à sa violence sans aucune conséquence. C'était ce qu'on lui demandait et il devait y mettre tout son cœur et toute sa rage. Il vibrait toujours de rage contenue. Depuis longtemps. Il en avait laissé un aperçu la dernière fois. Je souris légèrement quand Luke me souffla que c'était rare que j'admette que quelque chose me touchait. « Ne t'y habitue pas trop. » Quant aux questions et aux regrets... Je haussai une épaule. « Des trucs inutiles à base de et si ? » Et si les choses s'étaient passées différemment ? Et si je n'avais pas pris le volant ivre ? Et si j'avais assumé ? Et si je m'étais davantage préoccupé de mes frères, n'aurais-je pas vu les fragilités de Sidney ? Et si j'avais été plus attentif à mes sœurs, n'aurais-je pas pu éviter à Kenny de fuguer ? Beaucoup de questions inutiles. « Mais tu es en train d'en sortir en te montrant capable de réparer une éolienne. Tu le vis bien ? »

Je profitai de cette discussion pour parler de Kenny. De manière à peu près subtile d'abord, mais son sourire ne trompait pas. Sourire fugace alors qu'il jouait le blasé. « Ouais et du coup, on prend tous des gants et on ne dit rien mais on n'en pense pas moins. Une situation parfaite. » Et Luke se douta que j'avais quelque chose derrière la tête alors qu'il me demandait quelle était l'arnaque. Je pris une mine angélique : « Quelle arnaque ? » Puis, je repris avec un regard plus inquisiteur : «  Tu me caches quelque chose ? »

_________________
Forget what hurt you - but never forget what it taught you
Sometimes being a brother is being a kind of superhero.
   ♛ by wiise
avatar
Messages : 312
Points : 1008
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Tu connais l'histoire du gars qui fouille dans les poubelles ?    Lun 14 Mai 2018 - 10:14
J’ai un ricanement aux propos de Drew avant de le toiser un instant, essayant en vain de l’imaginer en mode ninja. « Toi, blessé ? La montagne imperturbable ? Laisse-moi rire. Mais sinon, fais-moi une roulade sur le côté là, maintenant, et je pourrais envisager de revoir mon opinion. » Un large sourire innocent qui accompagne ma proposition, évidemment, alors que je l’observe, curieux. Ca fait longtemps que je l’ai pas vu sourire comme ça, prendre un ton léger. Et en fait, à la réflexion, ça fait un bien fou, surtout avec tout ce qui nous tombe sur le coin du nez. Je me rends bien compte qu’on doit lui mettre la pression, comme toujours ou presque. Mais difficile de se défaire d’années de mauvaises habitudes hein…

J’arque un sourcil quand il reprend, essayant d’imaginer la scène quand il parle de Kenny. « Alors, tu lui donnes, moi je me planque. Parce que c’est probablement moi qu’elle cognera si elle voit qu’on se marre. Mais elle est mignonne quand elle boude. » Pas que, d’accord. Mais je vais éviter de m’embarquer tout seul sur ce terrain glissant, dangereux et je sais pas quoi. Surtout qu’on discute un peu sérieusement du manque de ressources qui fait qu’aller en empirant au fil du temps. Je laisse filer un silence pensif avant de souffler, d’une voix douce. « On s’en sort, c’est tout ce qui compte. Tant pis si on mange plus jamais de Big Mac. Tant qu’on a des idées et qu’on s’en donne les moyens, on s’en tirera. » Et des idées, j’en ai des tas. Entre l’éolienne, la remise en route de l’eau, trouver un récupérateur d’eau de pluie et j’en passe. Ca fourmille comme jamais dans mon petit crâne maintenant que je me dis que je peux être utile à quelque chose.

Sauf que parler de Sid’ me bloque un peu. Et me fait toujours aussi mal. « … mouais, j’en sais trop rien. Et il se passera quoi le jour où il peut pas tabasser des inconnus pour se défouler ? Si une des filles est face à lui et qu’il pète un câble ? » J’aime pas dire ça à haute voix, ça rend qu’un peu plus réel cette sensation que Sid’ est en train de vriller totalement. Mais je peux pas m’empêcher de lever les yeux vers mon frère au reste de ses propos, un peu étonné. « Pourquoi pas ? T’as le droit aussi non ? Et tes trucs inutiles là… les réponses te plaisent pas, c’est ça ? Pas besoin de te dire que les et si n’ont jamais servi à rien… à part à déprimer un peu plus en voyant à quel point on a pu se foirer parois. D’autant qu’on aurait pu faire pire. Non ? » Et je hausse une épaule, esquissant un sourire un peu timide. Je suis un peu gêné en vrai et je tapote nerveusement sur un bout de métal que j’ai ramassé sans même m’en rendre compte. « … oh t’inquiète, je ferais une connerie demain pour compenser. Manquerait plus qu’on se mette à compter sur moi pour de vrai. » J’écarquille les yeux à cette pensée avant de piquer du nez de plus belle.

Parce que parler d’elle a toujours le même effet sur moi. Rien qu’y penser en vrai. Une espèce de rayon de soleil dans la grisaille. Je dis pas que j’étais pas heureux avec les autres et tout, vu les conditions dans lesquelles on vit, je me dis même que j’étais un sacré veinard en vrai. Mais avec Kenny, c’est différent. Et j’ai du mal à poser des mots dessus. J’ai une grimace quand il me répond, laissant filer un silence. « Tu crois que ça irait mieux si ça pète ? Qu’on perdrait pas Sid’ pour de bon ? J’ai retourné la situation dans tous les sens, je vois pas de bonne solution en fait… » Je soupire avant de me rendre compte que son sourire, il est louche. Et, à sa question, je me rappelle à quel point je sais pas mentir en vrai. Du coup, je me balance d’un pied sur l’autre, hésitant, comme un gamin pris en faute avant de hausser les épaules. « … je sais pas ? C’est… enfin c’est pas vraiment cacher un truc c’est… le protéger. C’est… compliqué. Un peu. Mais du compliqué cool alors … » Je me gratte l’arrière de la tête avant de grimacer. « … j’suis pas clair hein… » Si peu.

_________________
I'm still breathing
Find your tribe, love them hard...©️ by anaëlle.
avatar
Messages : 434
Points : 1280
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Tu connais l'histoire du gars qui fouille dans les poubelles ?    Lun 2 Juil 2018 - 21:09
La montagne imperturbable... On dirait que malgré les récents événements, j'arrive encore à bien donner le change si Luke y croit encore. Pourtant, il a vu mes failles. Il a assisté à l'étalage de mes reproches et de mes doutes. De mes angoisses. Comme j'ai assisté aux siennes. Mais soit il a mis cela sur un découragement temporaire, soit il a l'élégance de ne pas y prêter attention. A l'évocation de la roulade, je jetai un regard dubitatif autour de moi, avant de hausser une épaule et de me prendre au jeu. Pour une fois, faire quelque chose de totalement gratuit et inutile, comme avant, quand mes frères me chambraient parce que j'étais beaucoup trop sérieux et que j'essayais de me montrer un peu plus léger. Alors je fis ma petite roulade avec un YAAHAAA convaincu, avant de me redresser et de me mettre en position de combat très exagéré. Comme dans les mangas ou animés de notre enfance. Je me tins sur une jambe, l'autre étant relevée, tandis que j'avais les bras en l'air. « Alors, convaincu maintenant ? Crains ma colèèèère. » Avant de lâcher la pose et de rire un peu, non sans me faire la réflexion que j'étais un brin rouillé et que j'avais besoin de faire un peu plus d'exercice. Ce n'était plus de mon âge ces conneries.

Et après cette petite récréation, nous parlâmes de nos trouvailles et notamment d'un jouet arc en ciel pour Kenny, nous demandant s'il serait judicieux, ou non, de le lui offrir. Parce qu'elle allait sûrement adorer, autant qu'elle allait nous insulter de lui ramener un petit poney flamboyant. « Que veux-tu, tu as une tête à claques. » Et surtout, Kenny était beaucoup moins tolérante avec Luke qu'avec Sid ou moi. Cela dit, j'aurais préféré trouver des médicaments ou de la nourriture. Parce que même si on ne mourrait pas de faim, ce n'était pas l'opulence non plus et je vivais sans cesse dans la crainte que nous ne trouvions plus rien. De voir les autres périr de malnutrition ou de maladie. C'était l'un de mes pires cauchemars. Avec la morsure de mort vivant, évidemment. J'allais objecter que la bonne volonté ne suffisait pas, mais face à l'optimisme de Luke, je n'eus pas à cœur de jouer les oiseaux de mauvais augure et me contentai d'acquiescer. « Et on a un petit génie de la bricole. » Luke allait se révéler précieux mine de rien. Si j'étais un intellectuel, il était un manuel et en ces temps d'apocalypse, on avait bien besoin de quelqu'un qui savait se servir de ses 10 doigts.

La discussion prit un cours moins agréable quand Sid vint sur le tapis. Mais il nous fallait bien en parler. Il avait décidé de se jeter dans l'arène pour nous ramener de quoi subsister, se sacrifiant ainsi pour nous dans un climat de violence quotidienne, et en même temps, je me disais que ce n'était pas tant un sacrifice que cela, parce qu'il pouvait ainsi cogner en toutes libertés. Je frissonnai pourtant quand il émit l'hypothèse que Sid pouvait être dangereux pour nous. Pour les filles. « Malgré tout, je ne le pense pas capable de s'en prendre à elles. Je le vois plus à se détourner et frapper dans un mur, que lever la main sur elles. » Vraiment. Etais-je aveuglé ? Trop optimiste pour une fois ? Naïf ? Ou Luke voyait-ils les choses plus noires qu'elles n'étaient ? Mais la conversation dévia sur moi et je le regrettai déjà, alors que je coupais court. « Nous n'avons pas tant foiré que ça depuis le début de cette calamité, c'est vrai. » Je précisai, parce qu'avant... Cela avait été un festival de conneries. Je déviai sur lui et ses capacités, me moquant alors des responsabilités qui devenaient sienne. « Ouais, ce serait le monde à l'envers. » Et pourtant, je ne doutais pas de ses capacités s'il fallait en arriver là.

Je remarquai l'éclat dans ses yeux quand nous parlâmes de Kenny. Je l'avais amené plus ou moins subtilement, mais voilà, c'était fait. Je passai par le comportement de Sid et la répercussion sur sa sœur. « Il n'y a probablement aucune bonne solution. Et peut-être que Sid partirait vraiment, mais au moins, nous ne serions plus dans cette incertitude... Moi ça me ronge. » Et enfin, nous arrivâmes sur son attachement à Kenny, alors que je l'interrogeais, jubilant intérieurement de le voir mal à l'aise et tenter de noyer le poisson. « Le protéger de qui ? De nous ? » Nous étions donc si intrusif qu'ils ne voulaient pas nous parler de leur relation qui n'était plus fraternelle ? Bon c'était un peu bizarre, c'était vrai. Ils avaient grandi comme frère et sœur et voilà qu'ils se considéraient comme des individus sexués et se désirant. Cela changeait pas mal de choses. J'espérais juste que c'était sincère et pas faussé par le climat catastrophique dans lequel nous vivions et le besoin de se réconforter. Se seraient-ils considérés ainsi si la vie avait suivi son cours ? Que Luke avait été assailli par une bande de midinettes qui fondaient devant son sourire et Kenny par des garçons attirés par son joli minois ? « Mais est-ce que c'est clair pour toi déjà ? »

_________________
Forget what hurt you - but never forget what it taught you
Sometimes being a brother is being a kind of superhero.
   ♛ by wiise
avatar
Messages : 312
Points : 1008
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Tu connais l'histoire du gars qui fouille dans les poubelles ?    Jeu 5 Juil 2018 - 15:57
Alors, j’avoue, celle-là je m’y attendais pas, mais alors pas du tout. J’arque un sourcil, passablement surpris alors qu’il fait donc une roulade. Avant d’éclater de rire en secouant la tête. « Mais c’est n’importe quoi. Je refuse de revoir mon jugement quand même pour la peine. Même si t’es pas si rouillé que ça au final, chuis impressionné. » Et puis, le voir se marrer comme ça, c’est carrément cool en vrai. Du coup, je lui adresse mon plus beau sourire, même si le reste de la discussion dérive rapidement.

Et ouais, la réaction de Kenny m’amuse, on va pas se mentir. Je lève mon majeur dans sa direction avant de rétorquer à ses propos. « Tu sais ce qu’elle te dit la tête à claques ? » Non mais oh. Je vous jure, y a plus de respect de nos jours. Mais je vois bien dans ses yeux qu’il y a un truc qui continue le hanter, en plus de tous ces secrets qu’il garde que pour lui. J’ai envie, l’espace d’une seconde, de lui dire de tout déballer, qu’après, ça ira mieux. Sauf que j’en ai pas la moindre garantie. Ca pourrait même être pire pour ce que j’en sais. Alors, je me contente d’esquisser un sourire au reste de ses propos, un brin mal à l’aise. « Ouais un petit génie. A défaut d’avoir un cerveau, faut bien que je compense quelque part hein… » J’aime pas trop mettre ça en avant, que je sais bien bricoler. Même si j’adore ça, j’ai du mal à accepter que je fais pas ça juste pour passer le temps, que ça peut être vraiment utile. Par peur de tout foirer probablement. J’ai un regard en coin en direction de Drew, le seul qui sait vraiment que j’ai un diplôme et tout.

Avant qu’on se mette à parler de Sid’. Evidemment, je me crispe, comme à chaque fois ces derniers temps. Y a un truc de cassé entre nous, c’est clair, mais je sais pas si j’ai envie de le réparer, s’il m’énerve, s’il m’inquiète ou je sais pas quoi d’autre. Probablement un combo de tout ça en vrai. Et je souffle au reste de ses propos, la mine butée. « De toute façon, s’il les touche, je le défonce. » Ouais, je sais, il est plus fort que moi, carrément plus même. Mais hors de question qu’il lève la main sur elles. Je laisse filer un silence avant de fixer Drew longuement sans rien dire. « La culpabilité ça sert à rien frérot. Ca fait qu’accentuer les trucs contre lesquels on peut pas lutter. Il falloir que tu l’acceptes un jour tu sais. Parce qu’on est un peu moins cons qu’on en a l’air. Et qu’on voit les choses. » Tout comme eux aussi ils voient ce qui se passent.  J’ai une ombre de sourire au reste de ses propos avant que mon regard ne se perde un peu dans le vide à l’évocation de Kenny.

Mais je grimace à sa conclusion. « Je sais pas. Des fois c’est mieux de pas savoir. Au moins, y a de l’espoir encore que ça s’arrange. Si on passe le point de non-retour, on fera comment après ? » Le reste est plus compliqué à gérer, à expliquer. J’en ai besoin pourtant, surtout que j’ai une totale confiance en lui. J’arrive pourtant pas à mettre des mots et je me contente de souffler, un peu indécis. « C’est… enfin c’est pas contre vous. Mais on a déjà tellement plus rien à nous… on s’assoit sur notre intimité depuis deux ans. T’as pas envie toi des fois, d’avoir un truc que tu protèges ? Que t’as rien que pour toi ? Que tu veux pas partager parce que c’est rien qu’à toi ? » Et au reste de ses propos, je lève un regard vers lui avant de laisser filer un rire. « Drew… ça fait cinq ans que je suis amoureux d’elle… je crois que c’est assez clair pour moi oui. » Voilà, voilà. Ça, c’est fait.

_________________
I'm still breathing
Find your tribe, love them hard...©️ by anaëlle.
avatar
Messages : 434
Points : 1280
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Tu connais l'histoire du gars qui fouille dans les poubelles ?    Mar 31 Juil 2018 - 14:14
Rien que pour pouvoir entendre un membre de ma famille rire, je pouvais sortir de mon rôle de mec trop sérieux et ennuyé pour faire le pitre. Cela était tellement rare que ça n'en était que plus surprenant, non ? « Et oui, il en a encore dans le ventre le vieux. » Même si je n'étais pas beaucoup plus âgé que Luke et Sidney. Trois ans. Trois petites années. Même si Luke faisait quand même gamin très souvent. Moins avec la barbe. Mais il suffisait qu'il la rase pour avoir l'air d'avoir la petite vingtaine. Et à ça, il me répondrait que je trichais, parce que les asiatiques ne faisaient jamais leur âge et paraissaient tout le temps jeunes. Je n'étais pas forcément d'accord avec ça et c'était même limite raciste, mais venant de lui, ça passait plutôt bien. Il se fendait surtout de ce genre de commentaires avec Axel, les deux s'envoyant régulièrement des piques à la figure. Tant qu'ils le faisaient, c'était que tout allait bien. « Je crois avoir une petite idée et c'est pas très joli. » C'était dommage qu'il ne soit pas vraiment permis de rester détendus et discuter de choses futiles. Et c'était tout aussi dommage que Luke minimise ainsi ses qualités. « Suis pas sûr qu'avoir un cerveau soit très utile maintenant. » Enfin, si, un minimum quand même. Mais Luke n'était pas non plus un attardé. Et mes diplômes ne me servaient pas à grand chose maintenant, alors que les connaissances de Luke en mécanique, si. Comme quoi. « Tu comptes leur dire un jour que t'as un diplôme ou tu vas continuer à faire genre que tu tâtonnes et que t'as juste du bol ? Ou que t'es naturellement doué. La seconde option est classe, remarque. » Je n'ai jamais vraiment compris pourquoi tant de mystères. Hormis parce qu'il n'avait pas confiance en lui.

La discussion dériva cependant sur Sidney et son comportement plus qu'étrange. Notre sortie à trois et l'incident de l'arbre semblait lui avoir fait péter les plombs, ou réaliser quelque chose, au point de devoir fuir sa famille. Les filles ne comprenaient naturellement pas, ne sachant pas ce qu'il s'était passé, pas dans les détails du moins. Luke était plutôt remonté contre lui. Moi, j'étais... résigné. Et je n'étais pas du tout sûr qu'un jour Sidney puisse en arriver à frapper l'un de nous. Pas les filles en tous cas. « Oui, naturellement. » Et moi ? Est-ce que je frapperais mon frère pour défendre mes sœurs ? Je n'étais pas un bagarreur. J'étais même carrément mauvais pour ça. Je serais juste ridicule. Et je n'aimais pas la violence. Luke serait plus efficace que moi, alors même que Sidney lui mettrait une pâtée si jamais ils en arrivaient à se battre. Moi, je calmerai probablement le jeu, malgré la colère. Je n'étais pas un sanguin. « Je sais. Mais je n'y parviens pas. Tu ne te sens coupable de rien ? Il n'y a rien que tu traînes et dont tu n'arrives pas à te défaire ? » Je soupirai. « J'aimerai que cela soit aussi simple. » Je claquai des doigts tout en parlant. Comme si on pouvait chasser ce sentiment comme ça, par magie. Pouf.

Nous n'étions pas d'accord sur la nécessité de percer l'abcès. La possibilité de perdre définitivement Sid était énorme. Et le point de vue de Luke, totalement légitime. « J'espère. J'espère vraiment que cela va s'arranger. » Je ne répondais pas vraiment à sa question concernant le point de non retour, parce que j'ignorais vraiment comment cela pourrait se passer. La relation entre Luke et Kenny était beaucoup plus simple à gérer finalement. A aborder. C'était mignon et une note d'espoir, même si j'étais passablement perplexe. Surtout quand il disait ne pas l'afficher pour préserver leur relation. Je réfléchis vraiment à sa question... Un truc que je protège, rien qu'à moi ? Je ne me suis pas posé la question depuis... longtemps. J'ai pris l'habitude de ne plus avoir d'intimité... « Je crois que j'ai fait une croix sur quoique ce soit de personnel depuis un moment... » Et que je ne pensais pas à ce que moi je voulais, mais à ce qu'il convenait de faire pour eux. Pour nous. Je pensais en tant que groupe, pas en tant qu'individu. « Cinq ans ? » Je n'en revenais pas. Vraiment. Il avait bien caché ses émotions. Et Kennedy ? « Et elle ? Et... comment tu t'en es rendu compte ? C'est quand même fou cette histoire. Si j'avais du parier sur quelqu'un, j'aurais dit Axel, vous avez vécu ensemble et tout. » Ouais et moi, j'avais eu Kenny à la maison pendant un moment et il n'y avait jamais rien eu d'autre que l'affection fraternelle entre nous. Je ne pouvais me résoudre à la considérer autrement que comme ma petite sœur. Comme Robin. Comme Axel... Sauf que... Pour Axel, c'était différent, je le savais maintenant, et je ne savais toujours pas quoi faire avec ça.

_________________
Forget what hurt you - but never forget what it taught you
Sometimes being a brother is being a kind of superhero.
   ♛ by wiise
avatar
Messages : 312
Points : 1008
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Tu connais l'histoire du gars qui fouille dans les poubelles ?    Jeu 2 Aoû 2018 - 18:45
Je continue de secouer la tête, franchement amusé, avant de souffler, mon rire continuant de résonner dans ma voix. « Je vois ça vieillard. Tu as mon plus profond respect, ou un truc du genre, ça te va ? » Je me fous de lui, évidemment, mais putain, ça fait du bien de le voir faire des conneries. Déjà qu’avant tout ça, je le trouvais beaucoup trop sérieux, c’est pas allé en s’arrangeant avec la fin du monde. Après, je peux le comprendre et je sais qu’on est tous devenus trop sérieux. Mais Drew, c’est pire. Alors des moments, comme ceux-là, c’est précieux. Et je lui décoche mon plus beau sourire quand il imagine ce que je peux penser là, de suite et que ça doit pas être très joli. Il a pas tort, même si je finis par grimacer quand il reprend. « Tu déconnes ? Ce sera super utile quand on devra faire une super bombe. Ou retrouver comment on fait des déos. Tu es l’avenir du monde mec, ne l’oublie pas. Moi je me contente de mettre un bout de scotch en espérant que ça tiendra un peu plus longtemps. Toi, tu le fabriques. Tu vois la nuance ? Et... » Je hausse une épaules, pas très à l’aise. « … jamais c’est une option ? Si je leur dis que j’ai un diplôme, elles vont demander quand j’ai fait ça. Et je peux pas leur parler de ça sans évoquer le reste. Donc imaginer que je suis naturellement doué me va bien. Quand ce sera le moment, je leur dirais. D’accord ? » C’est idiot, j’en ai parfaitement conscience mais ça se saurait si j’étais vraiment malin.

Parler de Sidney, ça me plait pas des masses, mais faut bien passer par là visiblement. Même si je suis content qu’il insiste pas trop. J’ai pas envie de traiter mon frère de connard, même si j’en pense pas moins. Et à sa question, je laisse filer un silence pensif avant de secouer la tête. « J’ai honte de certains trucs, de ce que j’ai pu être parfois. Je me suis senti coupable rapport à Kenny pendant des années, mais on a réglé le truc. Enfin, on essaie. Donc… en fait non. Je pense qu’on a assez payé ces dernières années et quand on était mômes. Qu’on a le droit d’être heureux ou d’essayer, malgré tout le bordel ambiant. » Je me frotte la tête, avant d’ajouter. « Pour que ce soit simple, faudrait accepter d’en parler. Non ? » Enfin, je sais que c’est carrément plus facile à dire qu’à faire, on va pas se mentir. Mais on sait jamais, sur un malentendu, tout ça.

Finalement, je hoche la tête quand il me dit espérer que ça s’arrangera avec Sid’. Peut-être que je suis résigné à ce que ça finisse mal, je sais pas trop. Ou que je veux pas trop espérer. Et puis, je suis occupé à essayer d’expliquer ma relation avec Kenny, sans trop en dire. Finalement, j’abandonne l’idée de faire du mystère ou un truc du genre, parce que j’ai besoin d’en parler en fait. Je m’en rends compte à mesure que je discute avec Drew. Peut-être pour rendre ça réel, j’en sais trop rien. Mais j’ai du mal à ne pas sourire quand je parle d’elle. Je me frotte la tête, un rien décontenancé par le reste de ses propos avant de souffler, à mi-voix. « Pourquoi ? Et depuis quand t’as fait une croix ? » Et j’ai un rire à sa tête. « Cinq ans ouais. Quand… quand je suis allé les voir avec Robin. Elle est descendue des escaliers, elle m’a souri et … j’sais pas, c’était une évidence d’un coup. Sauf que je me suis juste dit que j’avais un pet au casque à flasher sur une gamine de 16 ans que je traitais comme ma sœur jusque-là et ça m’a fait flipper de ressentir un truc aussi fort. Il a fallu des années et une putain de fin du monde pour que j’assume. Et... » Je secoue la tête avec un rire. « Y a jamais rien eu entre Axel et moi. On est frère et sœur, rien de plus. Ca m’a jamais traversé l’esprit. T’as bien vécu avec Kenny toi, je pourrais te poser la question. » Je le regarde un instant avant de soupirer. « Pour elle… je crois qu’elle apprend à moins me détester d’avoir merdé y a cinq ans et les années qui ont suivi. Et… on est bien ensemble. Je pourrais jamais la rendre heureuse comme j’aurais pu le faire si on vivait dans un monde normal. Mais si j’arrive à lui faire passer de chouettes moments, si j’arrive à la faire rire, je me dis que ça en vaut carrément la peine, non ? » Je me sens un peu gamin, un peu idiot. Et pourtant, c’est tout ce que je demande au final. La rendre un peu heureuse. Et nous fabriquer des beaux souvenirs dans toute cette obscurité.

_________________
I'm still breathing
Find your tribe, love them hard...©️ by anaëlle.
avatar
Messages : 434
Points : 1280
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Tu connais l'histoire du gars qui fouille dans les poubelles ?    Dim 19 Aoû 2018 - 18:01
« Parfait. » Cette petite interlude dans notre quotidien fait de tension et de peur était salvatrice. Je quittai mon sérieux, l'espace de quelques minutes, me rappelant que cela m'arrivait, parfois, de m'amuser. Pas souvent, malheureusement. Et cela ne dura pas, la discussion n'avait rien d'amusante ou de légère. Je confiai mon propre sentiment d'inutilité maintenant que mes diplômes ne me servaient plus à intégrer de prestigieuses entreprises, même si Luke ne le voyait pas de cet œil là. « Ouais, mais pour faire ça, faut des composants et c'est un peu difficile à trouver. » Parce que c'était bien beau de connaître la théorie, mais je n'étais pas Mac Gyver, je ne pouvais pas faire une bombe avec un cure dent et un briquet quoi. « Je pense que tu as tort de penser ainsi. Tes bouts de scotch nous permettent de survivre chaque jour. Alors c'est bien beau d'être l'avenir, mais faut bien un présent pour l'envisager. » Je regrettais que Luke amoindrisse ainsi ses connaissances et son utilité. Et je me demandais quand il avouerait aux autres qu'il savait ce qu'il faisait et qu'il ne tâtonnait pas dans ses réparations. Je soupirai à sa réponse. « D'accord. » C'était sa décision, pas la mienne. Il le dirait quand il se sentirait prêt. Peut-être jamais. Comme je n'avouerai peut-être jamais ma part de responsabilité dans l'envoi en prison de Sidney et Luke. Le jour où cette gigantesque escroquerie ce saura... Notre groupe explosera.

A propos de Sidney, nous nous inquiétions tous les deux concernant son évolution et son caractère instable et bagarreur. C'était un sujet difficile pour Luke, plus proche de Sid que je ne l'étais. Et le sujet dévia sur moi, sans que je ne sache trop comment, alors que je n'aimais pas parler de moi. J'interrogeai Luke qui essayait de se montrer de bon conseil, sur ses propres faiblesses et ses regrets. Et sa réponse était teintée d'un optimisme qui me surprit. Je le dévisageais, l'observant attentivement. Avions-nous réellement le droit d'être heureux ? Avais-je le droit de l'être alors que je portais sur les mains le sang d'une innocente et que je n'avais pas payé ma dette ? Quoique... même la prison n'aurait pas permis de me racheter. Mais cela aurait été un début. « Probablement. Mais je vous en ai déjà parlé. Cela ne sert à rien de revenir dessus. » Surtout alors qu'ils ne comprenaient pas mon état d'esprit et ce poids dans ma poitrine qui m'empêchait d'avancer.

Parler de Sid, de nous, nous amena à parler de Luke et Kennedy, de leur relation naissante, mais existante depuis des années finalement, qui me choquait malgré tout, bien que je tâchais de faire preuve d'ouverture d'esprit. « Franchement, Luke, comment envisager quoique ce soit d'intime étant donné nos conditions de vie ? J'ai pas la tête à rencontrer qui que ce soit et je ne vois aucun avenir à construire avec. » C'était terriblement pessimiste et rabat joie. Mais... S'attacher à quelqu'un de plus, la pleurer si elle venait à mourir ? Et pas question d'avoir des enfants, pas dans cette vie. Non, décidément, je n'envisageais rien de personnel me concernant. « J'ai suffisamment à faire à veiller sur vous. » J'esquissai un sourire, un peu pâle et factice. Et il me conta alors la découverte de ses sentiments pour Robin. Et cela faisait un drôle d'écho avec ce qu'il se passait avec Axel... un pet au casque ouais. C'était ça. « Avec Kenny ? » Je grimaçai. « Non, rien que de l'imaginer, ça me paraît de l'inceste. » Je regrettai aussitôt mes paroles, conscient qu'il pouvait avoir l'impression que je le jugeais. « Enfin... Je la considère trop comme une sœur. » Je penchai la tête à la suite : « Mais peut-être que s'il n'y avait pas eu cette apocalypse, jamais tu n'aurais ouvert les yeux et elle n'aurait pas été plus heureuse... » Ouais, voilà que je le rassurais, alors que je trouvais ça encore bizarre. Normal. « Et c'est à quel moment que je te dis que je te défonce la gueule si jamais tu lui fais du mal, en bon frère protecteur que je suis, hum ? »

_________________
Forget what hurt you - but never forget what it taught you
Sometimes being a brother is being a kind of superhero.
   ♛ by wiise
avatar
Messages : 312
Points : 1008
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Tu connais l'histoire du gars qui fouille dans les poubelles ?    Mer 22 Aoû 2018 - 13:33
J’ai un sourire amusé à sa réplique, avant que la discussion ne se fasse de nouveau plus sérieuse, comme toujours. De toute façon, le monde est devenu beaucoup trop sérieux, c’est chiant, mais c’est comme ça. Je peux comprendre pourquoi il se sent inutile, c’est un peu le cas de plein de monde j’imagine mais je peux difficilement laisser passer. J’ai une grimace quand il reprend, avant de souffler, pensif. « Ouais enfin c’est pas comme si les gens s’étaient jetés sur tes composants-là. Faut juste savoir où chercher et tu devrais trouver ton bonheur sans trop de soucis. Tu crois pas ? » Moi si, vu que les gens ont eu tendance à piquer des trucs plus pratiques, pour une survie immédiate. Mais ce serait pas con de chercher des labos ou des trucs du genre. Et je me contente de hausser les épaules au reste de ses propos. « Pour le moment ouais. Mais on finira bien par avoir de nouveau un avenir et ce sera à toi de jouer. Moi je pourrais prendre ma retraite. » Je me rends bien compte qu’il est pas convaincu par ce que je lui dis, pourquoi je dis ça. Et je finis par reprendre, d’une voix plus douce. « C’est toi la tête du groupe, c’est genre acté depuis toujours. Que ce soit Axel ou Kenny, elles ont jamais fait d’études et me prennent pour un simplet. Et si on est habitués à ce que toi tu sois pas con, c’est pas mon cas. Si elles savent… je veux pas qu’elles changent d’attitude à cause de ça. Ou qu’elles se sentent idiotes. Tu vois ? » Je suis pas sûr d’être bien plus clair et je soupire longuement avant que le sujet ne se fasse encore plus sérieux.

Et là, je laisse filer un silence, le regard un peu perdu dans le vide. « T’en as pas vraiment parlé. A part pointer le truc du doigt. Ca bloque quelque part, je suis pas si con que ça tu sais. Et… » Je finis par lever les yeux vers lui et par le fixer longuement. « Tu t’es jamais dit qu’on devrait tout leur balancer ? Peut-être qu’elles comprendraient vachement plus de trucs d’un coup, que ça ferait disparaitre cette impression qu’on a depuis des années qu’il y a une couille quelque part et qu’on sait pas d’où elle vient. » Parce que bon, c’est là, on va pas se mentir.

Sauf qu’on parle de Kenny. Et que rien qu’à l’évoquer, je me sens déjà mieux. C’est con, je sais bien, mais je peux pas m’en empêcher. J’ai un sourire absent avant de me focaliser de nouveau sur lui et je grimacer. « J’sais pas… c’est … tu l’as dit toi-même, faut un présent pour envisager l’avenir. Et se construire un présent qui soit pas constamment peuplé de morts, de boites de haricots dégueu et de savoir quand on pourra prendre une vraie douche, avoir des vrais draps propres… c’est une si mauvaise chose ? J’parle même pas d’intimité comme on pourrait en parler avant tout ça hein… je parle juste de… ouais un peu de douceur. Des moments de complicité. Des jolis trucs. » Et si j’ai une ombre de sourire quand il parle de veiller sur nous, je me renfrogne quand il parle d’inceste. Ouais la vérité qui blesse, une connerie du genre. Mais j’ai assez réfléchi sur le sujet pour finir par accepter de laisser ça de côté. Je crois. Pourtant, que ça vienne de lui, ça fait mal. Et je souffle, piquant du nez. « Et tu penses que c’est ça ? Kenny et moi ? Qu’on devrait pas ? » Je me sens un peu sur la défensive et je repense à Kenny qui voulait pas en parler. Je peux comprendre pourquoi en fait maintenant. « Ouais enfin, à supposer que je la rende vraiment heureuse… mais j’essaie en tout cas. » J’arrive quand même à tousser un rire quand il reprend avant de relever la tête et de le fixer dans les yeux, brusquement plus sérieux que je l’ai jamais été. « Je lui ferais jamais de mal. Elle est trop importante pour ça. »

_________________
I'm still breathing
Find your tribe, love them hard...©️ by anaëlle.
avatar
Messages : 434
Points : 1280
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Tu connais l'histoire du gars qui fouille dans les poubelles ?    Mer 29 Aoû 2018 - 11:28
« Peut-être. » J'y réfléchis sérieusement. Autant tous les survivants s'étaient jetés sur la nourriture, les médicaments, le matériel de premier secours, autant les choses un peu plus spécifiques... Il suffisait de savoir où chercher. Je pourrais toujours tenter une petite expédition un de ces quatre, histoire de trouver. Pour ce qui étaient des composants chimiques, j'allais devoir m'adapter. Je n'aurais jamais rien d'aussi pur qu'en laboratoire, mais... Il y avait moyen oui. Je haussai les épaules à la suite, regrettant que Luke déprécie autant son travail. Même s'il ne faisait que réparer, cela serait toujours très utile, que ce soit maintenant ou plus tard. Je doutais sérieusement que la vie redevienne un jour comme avant. Pas de notre vivant. Donc, le bricolage, c'était une capacité vraiment pratique et utile, n'en déplaise à Luke. Et puis... il pouvait sans doute créer lui aussi. Avec de la pratique et de l'expérience. Il n'était pas idiot. Je n'insistai pourtant pas. Je n'étais pas convaincu et lui non plus. Il se crut donc obligé de préciser un détail qui pouvait m'échapper : le sentiment des autres vis à vis de tout ça. Que j'ai fait des études et ai eu des facilités à apprendre était un fait établi. Que Luke ai pu apprendre quelque chose d'utile et ne soit pas juste un champion de moto cross, en revanche... Cela risquait de les faire se sentir... inférieures ? J'écarquillai les yeux de surprise face à ce point de vue qui ne m'avait jamais effleuré. « Sérieusement ? Mais... Enfin, ce n'est pas le niveau d'études qui détermine l'intelligence... Axel et Kenny sont des débrouillardes, astucieuses. Il n'y a vraiment pas à se sentir idiotes... » Je tombais vraiment des nues face à ce raisonnement. Encore, Kenny pouvait peut-être avoir ce sentiment, mais Axel ? Elle s'en fichait totalement de tout ça, non ?

Et combien y avait-il d'autres sujets dont j'ignorais l'existence ? Il y en avait, un en revanche, que je connaissais bien et que j'évitais d'aborder. Je l'avais fait la dernière fois et cela n'avait mené nulle part. Je leur avais fait part de mon sentiment de culpabilité, d'injustice les concernant. Rapidement, certes, mais à quoi bon s'étaler au juste ? Ils ne comprenaient pas. Et c'était probablement égoïste de ma part de me plaindre de ça alors qu'ils m'avaient évité la prison. Ils s'étaient sacrifiés pour que j'ai un avenir et voilà que je me montrais ingrat ? Comment pourrais-je vraiment me plaindre auprès d'eux ? « Ce n'était pas vraiment le moment d'ouvrir le bureau des pleurs, Luke. » La situation était déjà suffisamment compliquée comme cela ce jour là. Je n'ajoutai rien, mon visage perdant toute couleur quand il proposa de tout balancer aux filles, une bonne fois pour toutes. Oui, ce serait probablement l'idéal. « Il faudrait. Mais dans ce cas, assurons-nous qu'elles sont en sécurité, entourées. Parce que ce secret là, une fois dévoilé, fera de sacrés dégâts... » Ma voix mourut. Si je devais leur avouer que j'avais tué une enfant, que j'étais ivre et que j'avais laissé mes deux frères cadets payer pour moi... Autant les laisser sous la surveillance de quelqu'un d'autre et partir. De toutes façons, elles ne voudraient plus m'adresser la parole, alors...

Toute cette famille était un véritable sac de nœuds. En plus des secrets lourds, il y en avait d'autres, plus légers, mais dérangeants. Comme l'amour entre Luke et Kenny par exemple. Quelque part, je décelais de la naïveté dans le discours de Luke. Ou de l'espoir plutôt. La recherche de quelque chose d'autre, d'une petite bulle de douceur avec Kenny dans l'horreur. Pouvais-je trouver cela idiot et puéril ? Non. Il avait de la chance de pouvoir penser ainsi et que ne piétinerais sans doute pas sa vision des choses. Même si je me montrai maladroit ensuite en associant cela à de l'inceste et que je sentis Luke prêt à se braquer et se fermer comme une huître. Merde. Je soupirai face à ma propre stupidité. Qu'importait ce que je pensais ou ma vision des choses. Je ne détenais pas la vérité absolue. « Non. J'ai juste des réflexions de vieux con coincé. Vous avez aucun lien de sang. Elle a un vrai frère et tu as une vraie sœur. » C'était là que la situation était bizarre pour moi. Axel avait été ma petite sœur pendant longtemps. Nous avions été tous les deux. Même si nous n'avions pas les mêmes parents... je l'avais connue vraiment gamine. Et je l'avais vue devenir femme. Je ne voyais pas Robin ou Kennedy comme des objets de désir, mais cela n'aurait pas été déconnant que ce soit le cas, car elles étaient de jolies femmes. Simplement, elles n'éveillaient absolument rien d'ambigu en moi. « Désolé, j'ai parlé sans réfléchir. C'était maladroit et malvenu. » Et je tentai de me rattraper ensuite, en acceptant plus facilement cette relation. « Elle l'est. Il y a des petits signes qui ne trompent pas. » Puis, je le menaçai, comme tout bon grand frère qui se respecte. « J'aimerai autant que ce ne soit pas elle qui t'en fasse, je ne frappe pas les filles. » Je lui adressai un clin d'oeil, avant de lui ébouriffer les cheveux.

_________________
Forget what hurt you - but never forget what it taught you
Sometimes being a brother is being a kind of superhero.
   ♛ by wiise
avatar
Messages : 312
Points : 1008
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Tu connais l'histoire du gars qui fouille dans les poubelles ?    Mer 5 Sep 2018 - 12:43
Je fronce légèrement les sourcils, pensif, avant de reprendre, plus sérieux que d’habitude. « Ce serait pas con, qu’on ait des mini-explosifs ou des trucs du genre. A nous deux, on pourrait peut-être trouver de quoi faire quelque chose d’intéressant. Que ce soit pour avoir une arme de secours ou pour troquer si on est dans la merde. A un moment, les choses vont finir par se tasser un peu, faudra qu’on sorte du lot d’une façon ou d’une autre. Ou alors on sera tous morts, ça règlera le problème. » J’ai une grimace avant de secouer la tête et de balancer un truc que je pensais évident. Mais en fait, c’est pas le cas. Je me mords l’intérieur de la bouche, me rendant compte que j’ai possiblement un peu merdé, avant de me dire que, foutu pour foutu, autant continuer. « … Drew, pourquoi tu penses qu’Axel est venue chez moi et pas chez toi ? Pourquoi je voulais pas te pourrir la vie quand je suis sorti de prison ? On a pas eu des vies vraiment exemplaires. Ca a toujours été le cas. Mais toi, t’étais malin. Tu l’es toujours d’ailleurs, sauf pour les évidences donc. Alors ouais, possible qu’à l’époque on se soit sentis un peu trop cons pour être fréquentables. Et je suis pas sûr que ça ait totalement changé pour Axel… ou pour Kenny. »

Et pourtant, il est loin d’être parfait, j’en ai tout à fait conscience. Mais difficile de défaire des années d’habitudes, même si tout a changé. Je laisse filer un temps avant de reprendre, à mi-voix. « J’suis pas sûr qu’il y ait un bon moment pour ouvrir le bureau des pleurs. Des pires que d’autres, peut-être. Mais si tu continues de tout garder pour toi, tu vas exploser. Et ce sera encore pire. Alors si t’as pas envie de me parler à moi, c’est pas grave, mais tu dois le faire Drew… pour toi comme pour nous. » Et je soupire avant de hausser une épaule. « Si tu le dis. Mais tsais, elles sont pas si connes, elles ont bien dû voir qu’il y avait un truc qui clochait. Je suis pas sûr que ça fera tant de dégâts que ça. Elles nous en voudront plus d’avoir gardé le secret aussi longtemps que le secret en lui-même. » Je lui jette un regard avant d’ajouter, plus hésitant. « Elles t’aimeront toujours autant tu sais. »

En parlant de secret, je finis par tout balancer sur Kenny. Je suis pas sûr que ce soit le truc le plus intelligent à faire, surtout vu sa réaction. Et je suis à deux doigts de l’envoyer péter quand il parle d’inceste, les mâchoires contractées alors que je lui lance un regard pas aussi amène que d’habitude. « … vieux con coincé ? Carrément ? Et ça change quoi le fait d’avoir un vrai frère ou une vraie sœur ? On est des adultes, on a aucun lien du sang et y a des choses qui se commandent pas. Déjà que c’est carrément la merde là, dehors, si on peut au moins se sentir bien, un peu, je vois pas en quoi ça serait bizarre ou malvenu. » Je parle pour moi ou je prêche pour la paroisse d’Axel ? Difficile à dire. Mais elle va en chier si un jour elle ose sauter le pas. Je me contente de hausser les épaules quand il reprend. « T’as dit ce qui t’est venu naturellement. Malvenu ou pas, tu le penses d’une certaine façon. Mais c’est pas mon cas. Elle me plait comme une fille plait à un garçon depuis des années. Et ça a rien à voir avec le manque, l’absence de filles ou quoi. » Vu que de toute façon, c’est même encore pire maintenant d’une certaine façon. Je pourrais parler en long et en large de la frustration, ça je maitrise à mort. Et je souffle, à mi-voix. «Elle mérite d’être heureuse. De se sentir bien avec quelqu’un. Même si c’est… compliqué. » J’ai un sourire contrit quand il m’ébouriffe les cheveux avant de continuer, d’un ton plus léger. « Gaffe, elle cogne fort. »

_________________
I'm still breathing
Find your tribe, love them hard...©️ by anaëlle.
avatar
Messages : 434
Points : 1280
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Tu connais l'histoire du gars qui fouille dans les poubelles ?    Jeu 20 Sep 2018 - 16:51
"Ah ne commence pas à jouer le pessimiste, Luke. Chacun son rôle et ce n'est pas le tien." Je lui fis un sourire derrière le reproche, tandis que j'étudiais sa proposition. "Tu as raison. Mieux vaudrait développer et adapter ce qu'on sait faire à la vie que nous menons. Outre les explosifs, il y a les fumigènes, cela peut s'avérer pratique et au moins, c'est silencieux." Il y avait bien des façons d'adapter mes connaissances en chimie, au delà des molécules médicamenteuses. Je m'étais spécialisé sur le tard mais, plus jeune, j'avais su faire des trucs beaucoup plus fun, qui avaient ravi mes frères. Le petit génie de la famille... Je n'avais pas pris conscience à quel point ils en étaient persuadés, alors même qu'ils se sentaient tous nuls à côté de moi. Du moins, c'était ce qu'affirmait Luke, tandis qu'il m'évoquait les raisons de son silence concernant son diplôme. Et je demeurai coi alors qu'il me demandait pourquoi Axel était venu chez lui et pas chez moi. C'était bien une question à laquelle je n'avais jamais eu de réponses. Pas davantage que le fait que mes frères ne soient pas venus davantage vers moi à leur sortie de prison. Ou que Kenny ai mis si longtemps à venir me trouver. "Je croyais... Que vous m'en vouliez pour tout ça... Malgré tout." Je grimaçai. "Oui, on dirait que je suis doué pour ne pas voir les évidences." Et je ne faisais pas allusion qu'à ça. "Je regrette. Que vous ayez tous eu ce sentiment. Il n'était pas justifié. J'espère ne pas m'être comporté trop souvent de façon à vous faire ressentir cela. Si c'est le cas, c'était totalement involontaire... Mais je comprends mieux cette... distance, entre vous et moi..." Une distance que j'avais accepté parce que j'étais l'aîné de tous, le plus posé, comme un évidence. Peut-être n'aurais-je pas du le faire si facilement et n'avais-je fait que m'enfermer dans ce rôle.

"Kenny a vécu avec moi. J'espère bien qu'elle a compris que ce n'était pas le cas. Qu'elle était la bienvenue dans ma vie, malgré les disputes. Vous étiez tous les bienvenus." Et pourtant, malgré mes paroles, il y avait des choses dont je ne pouvais leur parler. Je n'avais jamais évoqué l'accident avec Kenny. Ni avec Axel et Robin. J'avais recueilli leurs pleurs quand leurs frères avaient été enfermés, condamnés. Leur colère. Comme le pire des hypocrites. Et chaque parole que je proférais pour les rassurer n'était qu'un mensonge de plus, un poids qui me tirait vers le bas. Etais-je seulement capable de leur avouer la vérité après tout ce temps, sans qu'elles ne se sentent trahies, prises pour des idiotes, manipulées et humiliées ? Luke semblait saisir mes tourments, mais je n'étais pas certain que son raisonnement soit le bon. "Qui a été là quand Sid et toi avez été emprisonné, Luke ? Qui a du les consoler, les rassurer, les soutenir, leurs dire d'aller de l'avant, que tout irait bien ? Davantage encore que vous, je leur ai menti. Encore et encore. Vous faisant endosser une responsabilité qui n'était pas la votre. Je me suis haï. Je me hais encore. Et rien ne pourra m'absoudre. Une enfant est morte. Deux innocents sont allés en prison. Et le coupable a eu la vie qu'il voulait. En restant impuni..." J'avais murmuré. Voilà pourquoi je ne voulais pas leur en parler. Je ne voulais pas qu'ils pensent que leur sacrifice avait été vain, que j'étais un ingrat. J'avais fait ce qu'ils voulaient : j'étais devenu quelqu'un. Mais il aurait été préférable que je paie. J'affichai un sourire désabusé : "Mais c'est peut-être ça ma punition : la culpabilité." Jusqu'à ma fin, très probablement. "Comment pourraient-elles continuer à m'aimer quand je me méprise si fort, Luke ?"

Alors comment pouvais-je me permettre de juger ce que ressentaient Luke et Kenny l'un envers l'autre ? Ils avaient le droit d'être heureux. Je pouvais bien me draper dans la moralité... C'était d'une hypocrisie... Et je m'en rendis rapidement compte. J'acceptai la colère de Luke, je la méritai. Et j'avais commis une erreur en parlant de vrai frère et sœur. Parce que je considérais Axel comme tel. Et qu'elle était amoureuse de moi. Mais c'était comme cautionner une relation entre Luke et Robin. Quand bien même nous n'avions aucun lien de sang. "J'ai eu un peu trop tendance à les couver. J'ai le tort de les voir encore comme des gamines à protéger, même si je travaille là dessus depuis le début de ce bordel." Je hochai la tête à son murmure. "Oui." Je le savais mieux que personne. j'avais recueilli Kenny après sa longue errance dehors... Elle ne l'avait jamais dit clairement mais... Elle avait du subir des trucs qui me soulevaient l'estomac. Alors oui, elle méritait un mec gentil qui prenne soin d'elle et l'aime pour ce qu'elle était. Même si je plaisantais sur le fait de le tabasser s'il la faisait souffrir. Ou de devoir corriger Kenny si elle faisait souffrir mon petit frère. Les hommes n'avaient pas le monopole à ce sujet. "Plus fort que toi ?"

_________________
Forget what hurt you - but never forget what it taught you
Sometimes being a brother is being a kind of superhero.
   ♛ by wiise
avatar
Messages : 312
Points : 1008
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Tu connais l'histoire du gars qui fouille dans les poubelles ?    Jeu 4 Oct 2018 - 12:31
J’ai un sourire en coin à sa répartie, arquant un sourcil avant de souffler, l’air de rien. « Et c’est quoi mon rôle ? D’éviter de remarquer que tu changes de sujet avec la subtilité d’un éléphant dans un magasin de porcelaines ? » Mais j’insiste pas plus que ça, je crois qu’il a pigé l’idée de toute façon. Et je hoche la tête quand il reprend. « Pas con les fumigènes. Tu vois quand tu veux ! » Il a évidemment droit à un large sourire avant que, d’un coup, la conversation ne prenne un tournant autrement plus sérieux. Auquel je m’attendais pas vraiment j’avoue. Je bats des cils à ses propos avant de souffler un « Quoi ? » pas super loquace. « Putain mais t’es con Drew, encore plus que nous en fait. On s’est plantés pendant toutes ces années. On voulait le meilleur pour toi. Tous. Et j’avoue que je gardais quand même espoir que tu gagnes suffisamment de fric pour nous payer une baraque de rêve au bout d’un moment, c’était pas totalement désintéressé hein. » Je saurais pas dire si ça vient de lui, qui revenait de plus en plus sérieux de la fac et qui semblait se détacher de nous pour vivre dans un autre monde, ou de nous, de plus en plus cons. Ce qui compte, c’est le résultat final non ? Qui a pas été super glorieux pour personne de toute façon.

J’ai une grimace quand il me rappelle que Kenny est venue vivre chez lui. « C’est là que je me suis dit qu’elle me détestait vraiment, quand elle est pas venue frapper chez moi. Je pensais que… » Je fronce les sourcils avant de reprendre, à mi-voix. « Peu importe. Elle est allée voir celui qui veillerait le mieux sur elle de toute façon, c’est le plus important. » Et voilà qu’il s’enlise dans toute cette connerie qui le bouffe lui, bien plus que nous, depuis toutes ces années. Je le fixe longuement, sans rien dire, avant de reprendre, d’un ton sérieux. « Justement… ni Sid ni moi n’en aurions été capables si ça avait été toi d’enfermé. T’y as pensé à ça ? On était des sales cons infréquentables. Toi t’as tenu la baraque, autant que possible, avec les éléments qu’on t’avait laissés. Autant dire pas grand-chose. Je sais pas comment j’aurais géré si j’avais dû les trainer en taule pour te voir et franchement, c’est sacrément égoïste mais j’aurais pas aimé avoir à le faire. » J’inspire longuement avant de continuer, toujours sur le même ton. « Et on était pas innocents Drew. Tu conduisais peut-être mais on était là, dans la voiture. On t’a pas dissuadé de prendre le volant alors qu’on savait que t’étais torché, on a été cons, tous les trois. Ca aurait pu être n’importe lequel de nous qui conduisait, c’était pareil. » Je finis par poser une main sur son épaule et je souffle, d’une voix plus douce. « Tu crois pas que t’as assez été puni pour ça ? Tu comptes continuer longtemps ? » J’avoue, ça me serre le cœur de le voir comme ça, mais j’esquisse quand même un sourire. « Comme elles font pour m’aimer alors que je me méprise aussi. Comme on fait pour les aimer, alors qu’elles ont pas vraiment une haute estime d’elles. On est une famille, c’est comme ça que ça marche. »

Et parler de Kenny, avec tout ça, c’est autant un plaisir qu’une torture. Parce que je vois bien qu’il me juge un peu, malgré tout et malgré lui. Je suis à deux doigts de me renfermer mais il se rattrape aux branches et vu que j’ai pas envie de l’envoyer chier, j’accepte tout ce qu’il dit sans broncher. « Y a longtemps qu’elles ont plus besoin d’être couvées tu sais. Elles sont devenues adultes avant nous, toutes les trois. » Et je pique du nez avant de reprendre, murmurant à mon tour. « J’ai beau me dire que les mecs qui lui ont fait du mal sont probablement morts, ça me suffit même pas. Ils paieront jamais assez pour ça. » Tout comme je sais que rien de ce que je ferais pour elle ne sera suffisant. Mais si j’arrive à faire disparaitre ce voile dans ses yeux, même un peu, ce serait pas si mal non ? Mon sourire se fait plus large alors que j’ajoute, haussant une épaule. « Personne cogne aussi fort que moi voyons, tu crois quoi. »

_________________
I'm still breathing
Find your tribe, love them hard...©️ by anaëlle.
avatar
Messages : 434
Points : 1280
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Tu connais l'histoire du gars qui fouille dans les poubelles ?    Jeu 25 Oct 2018 - 17:47
Je marquai un temps d'arrêt alors que Luke n'était absolument pas dupe de la manœuvre. "Par exemple oui." J'étais un peu sur la défensive en répondant, dérangé qu'il se soit montré si perspicace. Je perdais la main apparemment. Jusqu'à maintenant, j'avais plutôt bien réussi à cacher mes émotions et mes pensées, mais depuis quelques temps... Tout semblait se fissurer. Heureusement, Luke était aussi assez malin pour ne pas pousser le bouchon trop loin et accepter de changer de sujet. Celui de nos compétences était un peu plus aisé. Même si je regrettais qu'il minimise autant sa propre importance. Et je compris brutalement qu'ils avaient tous un peu ce ressenti. Qu'ils avaient tous agi en ce sens. Voilà que bien des interrogations trouvaient des réponses sous cet éclairage nouveau... Je trouvais d'ailleurs totalement stupide leur ressenti à ce sujet. Je ne les avais considéré comme idiots. Ce n'était pas le niveau d'étude qui déterminait l'intelligence et j'étais bien désolé si je leur avais donné cette impression. C'était possible... Je m'étais possiblement montré arrogant un peu plus jeune, sûr de mon intelligence, grisé par ma réussite. Je fus piqué au vif à la réflexion de Luke. Il croyait que j'avais la capacité de lire dans les pensées pour deviner tout ça peut-être ? "Ouais... J'aurais aussi aimé pouvoir gagner autant et vous rendre la pareille... Vous permettre à tous de vivre mieux et plus sereinement..." Je soupirai. "Je ne suis même pas sûr que vous auriez vraiment accepté ce genre de cadeaux de ma part avec vos foutues fiertés..." Je ne parlais pas forcément de Luke.

En attendant, je savais maintenant pourquoi Axel était allée vivre avec Luke et pas avec moi. Pourquoi Kennedy avait mis autant de temps à venir frapper à ma porte, endurant... des choses innommables avant de trouver le courage. "Elle ne t'a jamais détesté..." Je l'observais alors qu'il semblait en proie aux souvenirs, douloureux, de cette époque. Je savais ce qu'il ressentait pour le coup. Mais avais-je été celui qui pouvait le mieux la protéger ? Je n'en étais pas certain. Pour autant, il était des choses qu'elle avait laissé échapper, des confessions, qu'elle n'avait dites à personne d'autre. Luke n'aurait probablement pas pu les entendre sans péter un plomb. Et immanquablement, le sujet dérive sur l'accident, sur ma culpabilité, pour tout, le sentiment d'être un menteur, un usurpateur. Il essayait vraiment de me faire envisager les choses sous un autre angle. "Tu crois vraiment que c'est pire de devoir gérer trois filles tristes et en colère de voir leurs frères enfermés, que de subir les sévices en taule ?" J'étais choqué. Sid et Luke ne parlaient jamais de ce qu'ils avaient vécu en prison, mais au vu de leur dispute la dernière fois... ils en avaient bavé. Et on ne pouvait décemment pas comparer ces deux cas de figure !

"Cela aurait pu, mais ce n'était pas le cas." Je tressaillis quand je sentis sa main sur mon épaule. "Je pense que je n'aurais pas assez d'une vie pour expier." C'était probablement mélodramatique, mais c'était mon sentiment. "Je suis désolé. Je ne devrais pas parler ainsi, me montrer ingrat envers Sid et toi alors que vous vous êtes sacrifiés pour que j'arrive à faire quelque chose de ma vie. Quoique nous ayons décidé cette nuit là, j'aurais ressenti le même sentiment de culpabilité. Je regrette que le monde soit devenu fou et invivable, parce que je ne pourrais jamais m'acquitter de ma dette en vous offrant une sublime villa avec piscine et des magnifiques voitures de sport." Je préférais terminer sur une note d'humour, même si je le dis d'un air sombre. "Je voudrais vraiment que tu ai raison Luke..." Que malgré les mensonges, le mépris que nous avions de nous, nous pouvions tout pardonner et nous aimer...

Je faillis commettre une bourde irréparable en parlant avant de réfléchir, en venant piétiner les sentiments de Luke pour Kenny en jugeant cela dérangeant, quand c'était seulement naturel et pur pour eux deux. "Avant Sid et toi, c'est indéniable." Mais oui, elles savaient se débrouiller. Même si Kenny avait connu le pire, ou presque. Et Luke en avait conscience. D'ailleurs, à quel point Kenny en gardait-elle des stigmates ? Je ne posais pas la question, alors que ce n'étaient pas mes affaires. "Ah oui, t'es sûr de ça ?" Même si je n'étais pas bagarreur, j'avais une bonne droite, mais je n'avais jamais testé contre mes frères, évidemment. En fait, je ne m'étais battu que depuis ce bordel, pour ma survie. Pour la leur.

_________________
Forget what hurt you - but never forget what it taught you
Sometimes being a brother is being a kind of superhero.
   ♛ by wiise
avatar
Messages : 312
Points : 1008
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Tu connais l'histoire du gars qui fouille dans les poubelles ?    Mar 6 Nov 2018 - 12:27
Parait que je suis moins con que j’en ai l’air. Quand je m’en donne la peine quoi ce qui, on va pas se mentir, arrive pas très souvent. J’ai plutôt tendance à décrocher au bout de cinq minutes et à ne plus écouter ce qu’on me raconte la plupart du temps. Mais là, je me focalise bien sur Drew et je découvre des trucs que je soupçonnais à peine. Et, à sa répartie un peu sèche, je me contente de sourire avant de hausser une épaule. Je laisse filer un silence quand il me répond avant de soupirer longuement. « C’est pas ta faute si t’as pas pu faire tout ça. Même si techniquement, ce serait carrément plus simple maintenant de trouver une super baraque et des bagnoles. Je dis ça… et puis, quelque part, ça nous a préparé un peu à tout ce merdier de pas tout avoir servi sur un plateau d’argent, c’est peut-être pas plus mal. » Je me frotte la nuque, songeur, avant d’esquisser un sourire. « J’ai pas de fierté moi. Tu peux toujours me faire des cadeaux. » Même si je sais qu’il parle pas vraiment de moi. Mais de Kenny. Et d’Axel probablement. Je parle même pas de Sid, c’est encore un cran au-dessus niveau fierté.

Je pique un peu du nez quand Drew me dit que la punkette aux cheveux roses m’a jamais détesté. J’aimerais bien le croire, je vous jure. Mais quand elle se crispe ou qu’elle me regarde en fronçant les sourcils, j’avoue que j’ai du mal à m’en convaincre totalement. « … et comment tu sais ça hein ? J’ai pas été là pour elle quand elle en avait besoin, je l’ai abandonnée et, quand on l’a retrouvée, je l’ai évitée comme la peste. N’importe qui m’aurait détesté à sa place. Je pige même pas qu’elle nous laisse une chance en vrai. » Je fixe le vide, les yeux un peu trop écarquillés avant de soupirer et de le fixer un instant, non sans esquisser un sourire. « Je crois pas, j’en suis persuadé. Elles ont toujours été la seule chose qui en valait la peine, la seule raison qu’on avait tous de tenir le coup, de pas trop merder. Alors ouais, quelque part, c’était plus simple de subir ce que j’ai subi que d’avoir la pression de les gérer toutes les trois sans qu’on soit là. » Je me doute qu’il va pas être d’accord et qu’on le sera probablement jamais sur ce sujet. Mais c’est pas comme s’il avait vraiment le choix de toute façon.

Et je le fixe longuement, grimaçant à sa réponse. « Je savais que t’allais dire ça. Et tu crois pas que … tout ça… » Je désigne les alentours et même nous deux. « … ça suffit pas pour expier ? Tu crois pas qu’on galère suffisamment pour te rajouter cette culpabilité qui n’a plus lieu d’être ? » Je lui assène une bourrade dans l’épaule avant de reprendre. « Et sois pas désolé. T’aurais surtout dû en parler plus tôt, ça t’éviterait de ressasser comme un con dans ton coin. Ta dette, si on peut dire que t’en as une, tu peux toujours la payer. En nous maintenant en vie, en nous aidant à passer toute cette merde jusqu’à ce que ça se tasse un jour. Ca vaut toutes les bagnoles de luxe du monde non ? » J’ai une ombre de sourire et je continue, d’un ton toujours aussi tranquille. « J’ai raison. Tu m’aimes comme je suis non ? Pourquoi ce serait pas leur cas ? Et t’es obligé de dire oui, sinon tu pètes tout mon argumentaire et je vais devoir te balancer mes bouts de tôle dans la gueule en représailles. »

Bon, je suis quand même vachement moins serein et calme quand on parle de Kenny. Parce qu’elle compte tellement, à un point que j’avais même pas réalisé jusqu’à présent. Même s’il me fout le doute, j’arrive pas à me dire que je pourrais revenir en arrière et ne pas l’avoir pour moi. Pour le principe, il a le droit à un majeur savamment levé à sa répartie, même si mon regard reste voilé. Et je souffle, à mi-voix. « Tu sais, j’ai conscience que ça va pas être simple. Qu’on sera ptet jamais un couple à proprement parler. Mais elle est tellement jolie quand elle sourit. Elle a le regard qui pétille. Et ça arrive jamais assez à mon goût. Alors si je peux être celui qui la fait sourire, moi, ça me va. » Et paradoxalement, ça me suffit ouais. Même si j’aurais jamais pensé que ça m’arriverait un jour, de me contenter de ça. « Elle est super fourbe et vise où ça fait mal, donc ouais, je suis sûr de mon coup. Mais tu peux tester, fais-toi plaisir. Ca me ferait marrer de la voir t’aligner une droite. » J’arrive à lui décocher un clin d’œil amusé, même si ouais, le sujet reste sacrément sensible.

_________________
I'm still breathing
Find your tribe, love them hard...©️ by anaëlle.
avatar
Messages : 434
Points : 1280
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Tu connais l'histoire du gars qui fouille dans les poubelles ?    Aujourd'hui à 16:13
"Des baraques sans confort. Des bagnoles sans essence. Peu d'intérêt." J'étais sans doute pessimiste, mais il n'y avait pas vraiment d'intérêt à vivre comme ça alors que nous n'avions pas les ressources pour les entretenir. Ma vie était faite de pas mal de regrets. Mais c'était sans doute le cas de tous. Luke était mignon à vouloir me réconforter, me dédouaner de tout ça, mais cela ne fonctionnait pas très bien, malheureusement. Ce n'était pas sa faute, vraiment. Il n'était juste pas de taille contre la culpabilité. Contre des années à ressasser ces événements. Pourtant, il essayait de positiver en disant que la prison les avait un peu préparé à cet univers hostile et dangereux. Ouais, tu parles d'une consolation... Je ne voulais pas être désagréable ou ingrat, mais je n'avais pas à cœur d'accepter son pardon. Cela dit, je n'étais pas le seul à me faire des fausses idées. Luke semblait réellement convaincu que Kenny le détestait. "J'ai vécu avec elle je te rappelle. Et pendant tout ce temps, on n'a pas fait que cohabiter sans se parler tu sais." Nous avions parlé. Beaucoup. En taisant certaines choses, mais en en confiant d'autres. Cela avait pris du temps pour que Kenny laisse voir ses blessures. Et je savais qu'elle m'avait ménagé concernant ces mois dans la rue. "Le pouvoir de l'amour ? Ou un truc dans ce goût là." Je l'avais dit sur le ton de l'humour, mais c'était probablement vrai.

Mais la discussion ne se prêtait pas vraiment à la légèreté. Pas alors que nous parlions du secret que nous dissimulions aux filles et qui nous rongeait, chacun à notre manière. Pas alors que j'aurais préféré aller en prison que de continuer à faire comme si de rien n'était pendant que mes frères subissaient dieu seul sait quoi. Et malgré tout, Luke s'entêtait et persistait à penser et dire que c'était moi qui avait eu le plus dur à gérer. Et que j'étais le seul à en être capable. Comment arrivait-il encore à me donner le sentiment d'être quelqu'un de solide et bien quand je me sentais juste misérable ? C'était un mystère. Je préférai ne pas argumenter sur ce sujet. Luke était têtu et sûr de ce qu'il avançait, comme j'étais certain de ma propre opinion. Et ce n'était pas un concours de qui avait le plus souffert non plus. Cela dit, cette discussion avait ouvert quelques vannes apparemment, alors que je me retrouvais à lui confier le poids qui m'étouffait petit à petit. Ce sentiment de ne pas avoir payé ma peine. Luke m'opposait des arguments rationnels bien sûr. "On galère tous. Pas moi en particulier." Mon regard se perdit dans le lointain alors qu'il me répondait que j'aurais du m'ouvrir avant concernant tout ça. "Probablement. Mais faire en sorte que vous restiez tous en vie n'est pas une question de dette à payer. C'est juste... normal." Parce qu'ils étaient ma famille. Ce n'était même pas une question de devoir, même si cela s'y apparentait. Bien sûr que je me sentais responsable d'eux tous. Que je voulais le mieux pour eux. "Ah bah sous la menace alors... Oui tu as raison." Une ombre de sourire, mais pas de réelle gaieté.

J'étais presque soulagé que la conversation dévie enfin de moi pour se porter sur le couple que formait Luke et Kenny. Je ne m'y étais pas encore habitué et j'étais pétri d'idées préconçues qui risquaient de vexer Luke et de l'amener à ne plus jamais rien me confier. Je fis de mon mieux pour taire mon jugement, trop sévère, alors que mon esprit était sans doute trop étriqué. Je n'avais pas à le juger et quelque part, il avait raison. Il n'avait aucun lien de sang avec Kenny, il n'y avait rien de sale ou de déviant dans leurs sentiments. Même si je me demandais où tout cela allait les mener. "Ouais, t'es vraiment amoureux toi." C'était évident à ces paroles d'abnégation concernant la jeune femme. Au fait de se contenter de peu, tant qu'elle, elle était heureuse. J'espérais juste qu'ils n'allaient pas droit dans le mur. Sans compter que si ça dégénérait, l’atmosphère risquait de devenir invivable... C'était le risque quand une amitié devenait relation amoureuse. Et là, nous étions tous au delà de l'amitié. Je plaisantais sur le fait de devoir défendre ma sœur s'il la blessait ou vice versa pour alléger la discussion et il renchérit, me faisant sourire. "Ma fierté ne s'en remettrait pas. Je vais éviter de tester." Je soupirai. "On devrait se remettre au travail. On n'était pas là pour une séance de confessions intimes au départ."

_________________
Forget what hurt you - but never forget what it taught you
Sometimes being a brother is being a kind of superhero.
   ♛ by wiise
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Tu connais l'histoire du gars qui fouille dans les poubelles ?    
 
Tu connais l'histoire du gars qui fouille dans les poubelles ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Michigan State :: Zones non-nettoyées :: Eastpoint Highschool
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération