Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #30 : Août 2018
Animation trimestrielle #1 Changez de sexe !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Intrigue #5 Signalez vos RPs ici !
Cet été sur In Your Flesh, réalisez votre rêve d'enfant et devenez dresseur Pokémon ! Pour les attraper tous, ça se passe ici
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - préambule : Welcome to Detroit > A lire ici

In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Grosse Pointe :: Grosse Pointe Park

 We just need a shelter

I walk a lonely road
Jake JohnsonI walk a lonely road
avatar
Messages : 60
Points : 471
Date d'inscription : 15/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: We just need a shelter   Lun 16 Avr - 15:17

Jake roulait sans vraiment faire attention à la direction qu'il empruntait. La seule chose qu'il voulait, c'était mettre un maximum de distance entre lui et cette pseudo horde qui avait déboulé de ce sous-sol. Bon sang, combien de fois leur avait-il dit de ne pas se précipiter ?
Sur sa droite, Elie faisait semblant de fixer la route tout en scrutant discretement de temps à autre le visage de son père en train de se décomposer.
« Je vais bien », lâcha-t-il en direction de sa fille alors que celle-ci affichait une mine inquiète.
« J'ai rien dit. » se défendit-elle simplement.
Comme pour contredire ses mots, Jake apposa alors sa main droite sur son épaule gauche, ne tenant plus le volant que d'une seule main tremblante. Il perdait trop de sang. Tout ça à cause d'une flèche perdue ! Il n'avait même pas pris la peine de la retirer ou de la briser. De ce fait, chaque fois que celle-ci appuyait contre le siège, la douleur lui décrochait une grimace qu'il tentait à grand peine de contenir.
Au bout d'une dizaine de minutes, la Mercedes grise commença à ne plus rouler très droit.
« Papa, on peut peut-être s'arrêter maintenant. Ils sont loin. »
Elie savait que si elle proposait à son père de s'arrêter parce qu'il risquait de tomber dans les pommes il ne l'écouterait pas.
« Il faut que je fasse pipi. »
Jake regarda un instant Elie dans les yeux. Depuis le temps qu'ils survivaient l'un grace à l'autre, ils n'avaient plus vraiment besoin de se parler pour se comprendre. Même si sa fille commençait à mentir aussi bien que lui, il n'était pas dupe. Mais face à son inquiétude, il ne put que rendre les armes.
Sans rien dire, il commença à chercher du regard un endroit sûr où il pourrait garer la voiture sans risquer de voir débouler un mort d'un talu. À force de rouler il avait fini par atteindre un coin de la ville qui avait dû être charmant et animé autrefois. Aujourd'hui ce n'était plus qu'un bout de ville fantôme parmis tant d'autres.
Rapidement il repéra une maison suffisamment dégagée pour pouvoir voir venir le danger de loin. Il immobilisa la voiture et ferma les yeux quelques instants, histoire de refouler la douleur qui commençait à le submerger. Son épaule était poisseuse de sang et celui-ci avait dégouliné jusque dans le bas de son dos, imbibant ses vêtements ainsi que le siège conducteur.
Elie était déjà sortie, scrutant les environs avec la vivacité d'un faucon puis, rapidement, elle vint aider son père à s'extirper du véhicule. Ils frappèrent trois coups puissant à la porte de la maison et, aucun mort ne semblant se manifester, ils se mirent à l'abris à l'intérieur.
La nuit ne tarderait plus à tomber et cette maison ferait un refuge provisoire parfait. Et puis peut-être y avait-il encore de quoi manger dans les placards.
Mais avant toute chose, Jake devait se débarasser de cette flèche. Elie sur les talons, il grimpa à l'étage et trouva la salle de bain. Inutile de fouiller les placards, ceux-ci étaient grands ouverts et avaient déjà été dévalisés. Seuls restaient quelques flacons et boites vides ainsi que du parfum et autres cosmétiques. Rien qui lui permettrait de s'assurer de se rétablir.
« Fait chier. » lâcha-t-il.
Dans son dos il sentit Elie se crisper puis dégainer son couteau. Dans un reflexe douloureux il s'empara de son Mateba et le pointa face à ce qu'il pensait être un mordeur un peu à la traine. Mais il ne s'agissait pas d'un mort. Le type en face de lui était bel et bien vivant et lui-même n'était pas vraiment en état de se battre.
Alors que pas un bruit ne venait perturber cette confrontation immobile, Jake, qui se demandait s'il y avait la moindre chance pour que ce type soit seul et amical, vacilla. Il s'appuya contre le linteau de la porte de son bras blessé, ce qui lui arracha une nouvelle grimace, son arme toujours pointée vers l'inconnu.
Administrateur
James QueenAdministrateur
avatar
Messages : 88
Points : 437
Date d'inscription : 03/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: We just need a shelter   Lun 16 Avr - 16:48
L’habitude de vivre dehors sans doute me fit me faire surprendre par la nuit, j’étais censé être avec un groupe, ils allaient me chercher. Le temps que je retrouve mon chemin, je pourrais me faire piéger n’import ou, alors autant finir avec ce que j’avais à faire ici, je rentrerais le lendemain. Mes filles n’étaient pas seule, Ashe était encore à l’infirmerie et il y aurait bien Fern pour Esther. Ca irait. Je n’avais pas à m’inquiéter. Croyant ou non à ce que je disais, il faisait nuit noir quand je sortie de la maison mal sécurisé pour en trouver une autre qui ne se révéla pas vide. Suivant les bruits de pas, je fus surprit de croiser le chemin d’une jeune fille et d’un homme. Ma lampe torche devant les aveugler, je baissais cette dernière avant de deviner l’homme blesser. Levant alors les bras en l’air pour leurs signifier qu’ils ne risquaient rien je dis, « Je ne vous veux aucun mal. », même si j’avais mon fusil de chasse dans la main gauche et une lampe dans la droite, je n’étais pas venu ici pour les tuer. « J’ai été surprit par la nuit, je suis rentré ici par hasard, je vous l’assure. », m’abaissant alors, je posais mon arme sur le sol, gardant la même attitude. Il était évident qu’ils ne devaient pas vraiment comprendre pourquoi la personne avec l’arme se sentait menacé, mais c’était davantage pour les rassurer que pour démontrer quoi que ce soit d’autre.

Désignant son épaule avec ma lumière, je l’orientais bien rapidement vers le sol pour n’aveugler personne avant de reprendre, « Je suis infirmier, du moins j’étais… Vous acceptez que je jette un coup d’oeil ? », infirmier scolaire, certes, mais infirmier quand même. Tant que mes filles n’était pas là, j’étais plus détendu. Il n’y avait personne à blesser hors mit moi, ce n’était plus exactement les mêmes enjeux, je le reconnaissais. Dans une autre situation, ou quelques mois plutôt, nous serions partie au premier craquement sur le bois. Je n’avais rien sur moi pour le soigner, mais j’allais bien trouver un linge, le ballon d’eau chaude devait bien permettre l’arrivé d’un peu d’eau et ca suffirait le temps de trouver quelque chose dans cette baraque ou ailleurs. Quoi que le plus urgent était clairement de limiter la perte de sang. La cicatrisation devant sans doute se faire d’elle même sauf si je trouvais des aiguilles et un fil. J’allais devoir improviser, et si ils s’avéraient hostile, j’étais un peu plus dans la merde. Je pense que Fort Hope m’avait redonné de l’espoir en l’humanité, il était temps de savoir si j’avais eu raison d’y croire.

_________________
I walk a lonely road
Jake JohnsonI walk a lonely road
avatar
Messages : 60
Points : 471
Date d'inscription : 15/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: We just need a shelter   Lun 16 Avr - 20:29
Alors que Jake commençait à réflechir à une façon de se sortir de cette situation épineuse, l'autre type prit les devants et, levant les mains en signe de non agression, il annonça clairement qu'il ne leur voulait aucun mal. D'un côté, c'était inespéré, mais d'un autre côté, cela pouvait tout aussi bien être un piège. Ce gars là était peut-être juste envoyé en tant qu'éclaireur pour que Jake et sa fille baissent leur garde. Puis, lorsqu'ils s'y attendraient le moins, d'autres débarqueraient de nul part.
Comme Jake ne baissait toujours pas son Mateba, l'autre finit par poser son fusil au sol. Belle manœuvre mais toujours insuffisant pour vraiment rassurer le père et sa fille. Puis, de sa lampe il désigna la blessure toujours sanglante de Jake.
Un infirmier ? Vraiment ? Si c'était vrai, soit Jake était l'homme le plus chanceux du monde, soit il y avait anguille sous roche.
Hésitant un instant, ne baissant toujours pas son arme, il essayait de déceler dans le regard du type un quelconque signe de mensonge. Mais il fallait se rendre à l'évidence ; ce gars était l'honnêteté incarnée. Ce genre de personne existait donc encore ? Un type prêt à venir en aide à un parfait inconnu ? Sans même savoir s'il ne se ferait pas tuer en retour ?
Lentement, Jake abaissa son bras qui tenait le Mateba. Du coin de l'oeil, Elie attendait le moindre signe pour agir. Elle savait que son père était le roi des bluffeurs et pouvait très bien baisser sa garde pour mieux attaquer. Mais pas cette fois. Finalement, elle rengaina aussi sa lame. Sans même adresser un regard à l'inconnu elle glissa un mot à l'oreille de son père.
« Je vais chercher nos affaires. Si j’aperçois quoi que ce soit... »
Jake et Elie avaient développé une sorte de code entre eux, comme des signaux qui leur permettaient de connaître l'état d'une situation lorsqu'ils étaient séparés. Des sifflements ou des bruits frappés, assénés tel du morse simplifié leur permettait de prévenir l'autre d'un danger ou qu'au contraire tout allait bien.
Jake n'avait pas lâché l'inconnu du regard. Il se contenta de hocher la tête et Elie se faufila telle une ombre au bas des escliers puis jusqu'à l'extérieur, laissant les deux hommes seuls.
Après avoir rengainé son pistolet, Jake posa une main sur son épaule meurtrie. La douleur commençait à l'empécher de réflechir correctement. Peut-être faisait-il une erreur en décidant de faire confiance à ce prétendu infirmier. Mais quel autre choix avait-il ? D'ici une heure, sans doute moins, il se serait vidé de tout son sang. Ce dernier produisait d'ailleurs un doux métronome en gouttant sur le carrelage.
« Un infirmier hein ? Vraiment ? » Jake se mit à rire doucement.
« Si c'est pas une putain de coïncidence ça... »
Il voulu faire un pas en avant mais sa vision se brouilla soudainement et il dû se rattraper au mur pour ne pas tomber. Il était vraiment urgent de stopper ce foutu saignement. Mais avant ça, il faudrait extraire la flèche toujours fichée dans son épaule.
« Je vous en prie, laissa-t-il échapper les dents serrées pour répondre à la dernière question de l'infirmier, si vous voulez faire mumuse avec mon épaule ne vous gênez surtout pas. »
Administrateur
James QueenAdministrateur
avatar
Messages : 88
Points : 437
Date d'inscription : 03/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: We just need a shelter   Mer 18 Avr - 10:43
Il sembla hésiter longtemps, ce qui était normal, faire confiance aux autres n'étaient plus envisageable entre nous. C'était devenu un luxe même. Je ne pouvais donc pas leurs en vouloir, pas les juger de garder les armes hautes. Pourtant, après quelques minutes, la petite finit par baisser les armes après avoir consulter son père pour descendre au rez de chaussée. J'aurais pu me méfier de ça, mais je n'en fis rien. Au pire, ce qui devait arriver arrivera, rien de plus. L'homme quand à lui s'étonna de cette coïncidence m'ayant mit sur sa route. Si il savait que j'avais passé plus de temps à mettre un pansement bon l'éponge sur une griffure qu'à soigner une plaie ouverte, il n'aurait pas été si détendu. « Ne vous réjouissez pas trop vite non plus… », modérais-je avant d'avoir l'autorisation de m'occuper de lui. Avançant prudemment, je l'invitais à s'asseoir sur la baignoire avant de poser la lampe sur un meuble haut pour éclairer tout la pièce. M'approchant alors à nouveau je voyais enfin l'étendue des dégâts. Il saignait beaucoup, vraiment beaucoup trop. Fouillant alors la salle de bain, je trouvais deux serviettes, de l'eau de Cologne, une paire de ciseau et du scotch. Bon ce n'était pas fameux mais ça ferait l'affaire. Coupant un bout de serviette avec les ciseaux, je l'imbibais d'eau de Cologne avant de nettoyer les ciseaux pour revenir vers lui. « Ça va être tout sauf agréable. », enfonçant la paire de ciseaux dans la plaie, je ressorti un bout de fer qui était logé au loin, le posant sur l'évier avant de vérifier qu'il n'y ait rien de plus avant de prendre l'eau de Cologne et une serviette. « Ça va être encore moins agréable. », versant le liquide sur la plaie, j'évitais de penser à la forte odeur pour me concentrer uniquement sur la plaie.

Plus j'étais précis, moins il aurait mal. Cessant rapidement, j'épongeais le tout avec de nettoyer en profondeur de de faire un poing de compression. Il fallait que je trouve comment maintenir la plaie fermé. L'idée d'utiliser des bandes de cire me traversa l'esprit, mais je me voyais mal lui proposer de suite. « Vous vous êtes fait ça comment ? », finissais-je par dire pour gagner un peu de temps. Comment avait-il pu se blesser à ce point ? « Votre fille n'a rien ? Aucune blessure même légère pouvant s'infecter ? Enfin j'ai dit fille, mais la gamine avec vous. », il pouvait aussi l'avoir trouver. J'envisageais peut-être les pires scénarios, j'en avais conscience, mais avec Ashe au bord de la mort pendant des jours, je ne considérais plus quoi que ce soit comme bénin. Si Noah n'avait pas été là, je pense que ma vision du monde se serait très clairement assombrit.

_________________
I walk a lonely road
Jake JohnsonI walk a lonely road
avatar
Messages : 60
Points : 471
Date d'inscription : 15/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: We just need a shelter   Mer 18 Avr - 12:32
Alors que l'infirmier lui intimait de prendre place sur le bord de la baignoire, Jake obtempéra avec une docilité peu habituelle. Il avait tellement mal qu'il était prêt à tout pour que ce calvaire cesse enfin. Le temps que l'autre farfouille dans la salle de bain pour trouver de quoi le soigner, Jake prit enfin le temps de contempler pour la première fois sa blessure sous la lumière crue de la lampe de poche. Tourner la tête de la sorte lui arracha une nouvelle grimace de douleur mais il voulait voir.
La flèche semblait profondemment enfoncée mais cela aurait pu être bien pire. Elle aurait par exemple pu se retrouver fichée dans son dos, perçant au passage un ou deux organes vitaux. Finalement, dans son malheur, il ne s'en sortait pas si mal.
Rapidement, l'autre s' attela à le soigner, l'avertissant que ça ne serait pas une partie de plaisir.
« Faites ce qu'il faut, pour les détails on verra plus tard. »
À peine eut-il finit sa phrase qu'il dû serrer les dents pour ne pas hurler, laissant toutefois échapper un gémissement gutural. Il eut l'impression de s'être pris une seconde flèche lorsque les ciseaux vinrent meurtrir sa chair déjà à vif. Pas agréable... c'était un euphémisme !
D'une main tremblante, Jake s'appuya contre le mur pour ne pas risquer de basculer dans la baignoire. Si l'enfoiré qui avait décoché cette flèche n'était pas déjà mort dévoré, il aurait sans doute passé un sale quart d'heure. Jake était furieux, et pas seulement contre cette bande de pillards impotents qui l'avaient mis dans cette situation. Il était en colère contre lui-même. Il était de plus en plus imprudent ces derniers temps et, là encore, il venait de remettre sa vie et celle de sa fille entre les mains d'un inconnu. Il n'avait aucune certitude, rien que des hypothèses et des conclusions basées sur un instinct dont il commençait à fortement douter.
Après la douleur vive et froide du métal, la brûlure mordante de l'alcool. Cette fois-ci, il parvint à réprimer les sons qui menaçaient de sortir de sa gorge. Les dents et les paupières serrées, il respirait par de grandes et longues inspirations, se concentrant sur l'air qui entrait et sortait de sa poitrine.

Jake n'entendit qu'à moitié la première question de l'infirmier. La seconde en revanche fit naître en lui un panel d'émotions violentes. La simple idée qu'Elie aurait pu se prendre cette flèche le mettait hors de lui ! Il s'apprétait à répondre lorsque la voix de la gamine retentit à l'entrée de la salle de bain.
« Non je n'ai rien. »
Elle avait dû déposer leur sac dans une autre pièce car elle n'avait rien sur elle hormis Loki, son chaton noir qui se débattait doucement pour tenter d'échaper à son étreinte tout en jouant avec les cordons de son sweat.
« Vous avez besoin de quelque chose pour soigner mon père ? La baraque a déjà été pillée mais on sait jamais, dites-moi. »
Le regard qu'Elie posa sur l'inconnu était dur et froid. Pas le regard que l'on s'attend à trouver sur le visage d'une fillette de 13 ans.
Administrateur
James QueenAdministrateur
avatar
Messages : 88
Points : 437
Date d'inscription : 03/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: We just need a shelter   Lun 23 Avr - 13:31
Le moins que l’on puisse dire c’était que ce mec avait du cran, il me laissa lui retourner la chaire avec une paire de ciseau et plus encore sans réellement broncher. Bien d’autres m’aurait insulté, lui se contentait de serrer les dents et de laisser les choses se faire. C’était tout à son honneur, et je n’allais pas m’en plaindre. En fait, je n’étais pas certain d’avoir déjà soigné quelqu’un depuis l’apocalypse, du moins pas quand j’étais dehors. L’instinct de survie étant malheureusement trop important et la vie de mes filles trop précieuse pour que je ne fasse quoi que ce soit de dangereux, de risqué. Si il y avait eu Ashe et Esther, aucun doute que j’aurais fermé les yeux, ignorant volontairement ce qui aurait pu arriver à l’homme pour ne pas exposer qui que ce soit. C’était elles avant les autres, avant moi. Je l’interrogeais sur l’état de sa fille quand cette dernière apparu dans mon dos pour m’assurer qu’elle n’avait rien avant de me demander si j’avais besoin de quoi que ce soit pour soigner son père. J’aurais eu besoin de quelque chose de moins archaïque, regardant autour de moi, je vis le meuble sous l’évier et avant de la faire chercher et de risquer qu’elle tombe sur quelque chose de désagréable. « Tu peux tenir ce linge sur l’épaule de ton père ? », demandais-je, attendant qu’elle s’approche pour le lâcher et fouiller sous l’évier jusqu’à faire tomber un cylindre qui fit un bruit étrange, violent qui me fit sursauter avant que je ne me penche pour prendre la boite en acier. L’ouvrant, je fis glisser l’objet dans mes mains avant de réaliser qu’il s’agissait d’un… Me redressant d’un coup avant de jeter le sextoy très réaliste, beaucoup trop réaliste dans le placard et de refermer, laissant le silence se faire perturber par les vibration de l’objet avant de fixer la petite.

Elle n’avait rien vu ? Dites moi qu’elle n’avait rien vu ? Reouvrant le placard en constatant que le bruit rendait les choses beaucoup plus gênantes, je repris l’objet de plaisir pour l’éteindre et constater qu’il n’y avait rien de plus pour l’aider. Merde. « Bon, ça va pas être jolie. Dis ma grande, tu peux voir si tu trouve du scotch ? Ou mieux une aiguille et du fil ? », pour aider son père, pour avoir plus de chose à lui donner, « Ca va pas être beau. », affirmais-je avant de reprendre la main sur sa blessure. Même si rien n’était beau ici, là, ça risquait d’être vraiment très moche. Quand à sa fille, j’espérais qu’elle ne serait pas vexé par ma familiarité.

_________________
I walk a lonely road
Jake JohnsonI walk a lonely road
avatar
Messages : 60
Points : 471
Date d'inscription : 15/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: We just need a shelter   Mer 25 Avr - 10:45
Alors qu'il serrait encore les dents, de douleur et de rage, Jake vit sa fille déposer son chaton dans la baignoire d'où il ne risquait pas de sortir tant ses petites pattes étaient encore malhabiles, puis se saisir du tissu et appuyer sur son épaule. Il s'accorda quelques instants pour fermer les yeux et essayer de ne pas s'évanouir. Il sentait son esprit vaciller et faisait tout pour rester lucide. Ce n'était qu'une putain de flèche dans l'épaule ! Il avait déjà vécu pire et ce n'était sans doute pas le dernier mauvais moment qu'il passerait sur cette fichue Terre.
Le bruit que l'objet fit en tombant sur le sol lui fit rouvrir les yeux. Il tourna instinctivement la tête vers la source mais la douleur se rappela à lui et Elie lui fit la morale.
« Arrête de bouger ou ça ne s'arrêtera jamais de saigner ! »
C'était bien la seule personne au monde qui pouvait prendre ce ton là avec lui sans risquer de s'en manger une, surtout lorsqu'il était dans un tel état de colère.
La jeune fille tourna alors la tête à son tour vers la source de cette étrange vibration, les sourcils froncés en signe d'incompréhension. Elle aperçut brièvement l'objet en question sans parvenir à déterminer de quoi il s'agissait. Elle avait beau vivre en pleine apocalypse, ces choses là lui étaient inconnues. Et grand bien lui en fasse.
Jake, par contre, avait très bien compris ce que c'était, juste à l'oreille. Il se mit à ricanner.
« Si tu comptes m'administrer des soins avec ça tu peux oublier tout de suite. »
Rire lui provoquait des soubresauts qui mettait à mal son épaule meurtrie mais c'était plus fort que lui. Il fallait qu'il évacue toutes ces émotions d'une manière ou d'une autre et un rire nerveux c'était mieux que de se mettre à frapper bêtement dans le mur carrelé. Ce n'était pas le moment qu'il se brise en plus quelques phalanges !
Elie, ne comprenant pas de quoi son père parlait, se contenta de continuer à appuyer fortement sur son épaule.
Dans la baignoire, le chaton tentait de jouer la grande escapade, en vain, ponctuant ses essais infructueux de minuscules miaulements piteux. C'était la seule raison pour laquelle Jake avait accordé à sa fille le droit de garder cette boule de poil. Il ne miaulait presque jamais et, lorsqu'il le faisait, c'était ridicule tellement c'était inaudible.

L'inconnu demanda alors à Elie d'aller faire quelques emplettes dans la maison. Tant mieux, elle n'avait pas besoin d'en voir plus.
« Du scotch ? Demanda-t-elle alors. L'alcool ou la bande adhésive ? »
Mais la réponse coulait de source. Personne n'aurait laissé une bouteille d'alcool dans la baraque après un pillage.
« Je vais voir ce que je trouve. » Conclut-elle simplement avant de quitter la pièce.

Jake commençait à avoir des crampes dans les cuisses à force d'être assis sur le rebord de la baignoire. Sans consulter son nouveau médecin attitré, il se laissa glisser juste sur le sol où il put enfin s'appuyer pleinement contre la baignoire.
« Pourquoi vous faites ça ? » demanda-t-il simplement au type.
Lui-même ne serait jamais venu en aide à un inconnu rencontré au hasard, surtout s'il était blessé de la sorte. Au contraire, l'occasion aurait été trop belle de le piller et de le regarder agoniser.
Administrateur
James QueenAdministrateur
avatar
Messages : 88
Points : 437
Date d'inscription : 03/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: We just need a shelter   Lun 14 Mai - 11:28
Non je n’allais certainement pas le soigner avec ça, déjà car sauf pour boucher un trou, je ne voyais pas trop quoi en faire. Reportant plutôt mon attention sur sa fille, je lui demandais deux trois petites choses avant que son père ne se laisse glisser le long de la baignoire. Il était mal, mais pas assez pour faire confiance, ce qui était compréhensible. Pourquoi faire ça ? Posant un regard sur la porte que sa fille avait prise pour partir, je reportais finalement mon attention sur lui pour répondre sans faux semblant. « J’avais trois filles… », commençais-je en retirant le ligne imbibé de sang que sa fille avant tenu. Il perdait beaucoup trop de sang, si il continuait comme ça il ne passerait pas la nuit. « J’en ai perdu une au début de l’épidémie et j’ai été tellement affaibli par la faim que ma dernière est dans un état inquiétant et la plus grande a perdu connaissance. », je le laissais assimiler l’information avant de lui retirer ce qui restait dans la plaie avec le plus de soin que je pus, mais sans grand succès au vu de la situation. Disons que souffrir serait toujours mieux que mourir non ?

« Elles sont forte, mais elles ont besoin de leur père. Alors c’est pour elle que je vous aide, pas pour votre sympathie évidente. », il était sur ses gardes, comme je l’aurais été, il n’y avait pas vraiment de jugement de valeur, c’était normal. Simplement, si il avait été seul, je ne l’aurais pas aidé. J’aurais sans doute tourné les talons et continué ma route sans me préoccuper de ce qui aurait pu lui arriver. J’en avais ignoré des dizaines, j’en avais condamné d’autres. Je n’en étais pas fier, j’avais toujours était serviable de mon vivant, simplement la fin du monde avait pas mal changé les personnes, moi le premier. Alors oui, je l’aurais sans doute ignoré si il n’avait pas eu une fille. « Et je suis infirmier scolaire, ne vous réjouissez globalement pas trop vite. », déclarais-je avec une pointe d’humour qui pouvait faire paniquer n’importe qui quand on savait qu’il était question de sauver une vie, mais qui s’avérait une vérité. Je ne pourrais pas faire de miracle et si j’avais légèrement élargie mon domaine de compétence, je restais toujours plus doué pour prendre la température et appeler les parents. Après, je pense qu’il n’avait pas spécialement le choix d’être difficile. J’étais sans doute ce qui se rapprochait le plus d’un toubib dans les parages et je doute qu’il laisse sa fille seule, alors il allait devoir faire avec.

_________________
I walk a lonely road
Jake JohnsonI walk a lonely road
avatar
Messages : 60
Points : 471
Date d'inscription : 15/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: We just need a shelter   Ven 18 Mai - 13:17
C'était donc un sentimental ? Il avait déjà perdu l'une de ses filles, que faisait-il là au lieu d'être avec les deux autres ? Mais Jake n'eut pas le temps de s’intéresser plus à l'histoire de son providentiel sauveur que celui-ci recommençait à jouer avec sa plaie, provoquant de nouvelles grimaces sur le visage en sueur de Jake.
Il l'aidait pour ses filles ? Ça n'avait aucun sens.
« C'est complètement idiot ce que tu me dis là. » Parvint à articuler Jake, les dents serrées et des sueurs froides commençant à lui faire voir trouble.
Dans son état, la douleur altérant son esprit, il n'avait pas compris ce que voulait dire l'infirmier. Il n'avait pas compris que c'était uniquement à cause de sa propre fille que cet inconnu était en train de lui tendre la main, ce dernier étant suffisamment empathique pour se projeter et se mettre à la place de Jake.
« Tu ferais mieux d'aller auprès de tes filles tant que tu le peux encore. »
La vision de plus en plus trouble, Jake n'était plus certain du fil de la conversation. De quoi étaient-ils entrain de parler déjà ?
« On aurait mieux fait... on aurait dû... »
S'ils avaient rejoint l'arène, tout ceci ne serait sans doute pas arrivé. Non, c'était certain, rien de tout ça ne serait arrivé. Se prendre une flèche perdue, qu'elle ironie. Lui qui avait survécu à tellement de choses, il allait crever à cause d'un malheureux morceau de bois fiché dans son épaule.
« Elie ? Où est Elie ?» murmura-t-il avant de sombrer dans une sorte de semi inconscience, s'écroulant complètement sur le carrelage froid de la salle de bain.
Quelques instants plus tard, la jeune fille revenait dans la pièce avec dans les mains une bassine contenant du scotch ainsi que des serviettes d'une blancheur impeccables. Elles risquaient de ne pas le rester longtemps cependant.
Lorsqu'elle vit son père étendu, les yeux fermés et marmonnant des choses incompréhensibles, elle sentit tout son courage la quitter. Elle déposa la bassine auprès de l'infirmier et s'agenouilla auprès du blessé. Il avait le visage blême et Elie réprima des larmes qui n'auraient fait que la gêner.
Elie ne pouvait rien faire de plus que regarder l'inconnu se charger de son père à présent, restant à sa disposition si jamais il avait besoin qu'elle l'assiste.
Administrateur
James QueenAdministrateur
avatar
Messages : 88
Points : 437
Date d'inscription : 03/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: We just need a shelter   Jeu 31 Mai - 14:52
Idiot ? Non, je ne pense pas, si il venait à mourrir, il y aurait une orpheline de plus dans les rues, une orpheline sans défense. Ce qui était stupide c’était de croire qu’on était invincible car ce n’était le cas de personne sur cette terre. Je ferais en effet mieux de rejoindre mes filles, mais elles étaient en sécurité, elles ne risquaient rien de réellement grave. Il y avait des gens comme Harvey qui sauraient les protéger et je n’allais pas laisser cet homme mourir ici faute de soin et car j’avais besoin de rejoindre mes filles. Elles étaient toutes ma vie, réellement toute ma vie, je ne pouvais pas les laisser filer, ni les laisser mourir. Je ne le permettrais pas, mais ici, pour le moment, il n’y avait aucun danger immédiat. « Je suis pas sur que votre fille trouve ça idiot. », et j’en eu la preuve, il commençait à dérailler, à perdre connaissance et je ne pouvais rien faire contre ça. Je pus simplement le voir sombrer sous le regard paniqué de sa fille venant de revenir. Soupirant, je m’approchais de l’homme, regardant la gamine avant de me faire le plus rassurant au monde, « Ca va aller. », je n’étais pas sur de ça, mais je mentais tellement à mes filles à présent que c’était presque devenu une habitude. « On va trouver une chambre ou l’allonger et je vais finir de le soigner. Il a juste besoin de repos. », et de quelqu’un sachant ce qu’il faisait. Passant donc de l’autre côté de son père, je fis de mon mieux pour le porter, évitant d’agrandir la blessure au passage.

J’avais déposé l’homme sur le premier lit dégageait que j’avais trouvé, reprenant les soin que j’avais commencé avant de bander au mieux sa blessure. C’était tellement primaire qu’un mouvement pourrait tout envoyer balader. Il n’y avait plus qu’à attendre à présent et c’était sans doute la parti la plus longue. « Tu as faim ? », demandais-je finalement à l’enfant. Je m’étais assis non loin de son père et j’étais en train de tirer de mon sac un morceau de pain comme on en avait à Fort Hope, du pain frais, pas toujours très aéré, mais du pain qui changé de ce qu’on pouvait manger pour survivre, comme des biscottes ou du pain rassis. Toujours plus appétissant aussi. Quand au reste, je me voyais mal l’interroger, elle devait déjà être perdu sans son père, lui poser des questions sur l’origine de tout ça ne l’aiderait pas à garder confiance.

_________________
I walk a lonely road
Jake JohnsonI walk a lonely road
avatar
Messages : 60
Points : 471
Date d'inscription : 15/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: We just need a shelter   Sam 9 Juin - 17:31
Ça va aller...
Ce n'était peut-être pas grand chose, mais ces simples paroles eurent le pouvoir de calmer les appréhensions grandissantes de la gamine. Elle ne chercha même pas à déceler le moindre signe de mensonge, trop heureuse d'avoir un espoir auquel s’accrocher, qu'il soit fondé ou non. Le type semblait savoir ce qu'il faisait et semblait prêt à les aider malgré le caractère de son père. Tout irait bien.
L'infirmier transporta alors le corps inerte de Jake sous le regard impuissant de sa fille. Elle les suivit jusque dans la chambre la plus proche et se tint dans un coin, silencieuse et attentive, le temps que leur sauveur fasse ce qu'il avait à faire.
Lorsqu'il eut fini, il lui demanda si elle avait faim. Bien sûr qu'elle avait faim. Qui, aujourd'hui, pouvait prétendre être repu ? Pourtant, elle fit non de la tête, conservant le silence, debout et immobile non loin du lit ou gisait son père désormais totalement inconscient.
Mais lorsqu'elle vit ce que l'infirmier sortit de son sac, son estomac se contracta comme en protestation. Du pain ! Il avait du pain ! Et cela n'avait pas l'air d'être un vieux croûton rassit d'avant guerre, il avait l'air de sortir du four ! D'où venait ce type pour se trimbaler avec une pareille denrée ? S'approchant d'un pas, elle hésita devant la main tendue du gars qui tenait un morceau de pain vers elle. Puis, attrapant délicatement la précieuse nourriture, elle le gratifia de son premier sourire et d'un discret « merci » avant de croquer à pleine dents dans la mie moelleuse et au parfum qu'elle avait presque oublié. C'était un pur régal et elle ferma les yeux quelques secondes en savourant cet instant magique.
Cependant, même une chose aussi magnifique qu'un morceau de pain presque frais ne pouvait balayer de son esprit la peur qui la rongeait. Son regard se posa sur son père. Il avait arrêté de saigner grâce aux soin de l'infirmier. Mais sans antibiotique, il risquait de faire une infection. Son père était solide et il en fallait pour le terrasser. Pourtant, même le type le plus costaud du monde ne pouvait rien contre de microscopiques bactéries si celles-ci se montraient trop virulentes.

Finalement, Elie vint s'asseoir auprès de l'infirmier, tout contre son père. Elle mangea en silence, se demandant ce qu'elle pouvait bien dire à l'inconnu sans risquer de divulguer quelque chose que son père n'aurait pas voulu qu'elle lui dise. Une fois son pain fini, elle se décida, se disant que leurs noms serait une information sans importance, et l'occasion d'ouvrir le dialogue.
« Je m'appelle Elie. Et mon père s'appelle Jake. Il ne vous le dira jamais à son réveil alors, merci pour ce que vous faites. Il n'y a plus beaucoup de personnes... comme vous, aujourd'hui. »
Son père était un véritable requin et le groupe de pillard qu'ils avaient rejoint n'avaient rien d'enfants de cœur non plus. Elle évoluait depuis si longtemps entourée de personnes sauvages et agressives qu'elle avait fini par se dire que tout le monde était comme ça désormais. Mais il fallait croire que non. Et elle était ravie de savoir que l'apocalypse n'avait pas transformé tout le monde en monstre, que ce soit les revenants ou les vivants. Il existait encore des âmes charitables, des personnes prêtes à tendre la main à des inconnus, sans aucune garantie. Bien sur, son père n'avait pas attendu la fin du monde pour être implacable. Il avait toujours été enclin à la violence, hormis avec elle, et il n'était pas près de changer. Comment agirait-il à son réveil ? S'il se réveillait...
Administrateur
James QueenAdministrateur
avatar
Messages : 88
Points : 437
Date d'inscription : 03/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: We just need a shelter   Mar 19 Juin - 11:00
Je ne pouvais pas en vouloir à la gamine de tenir ainsi ses distances. Si sa vie avait été semblable à celles de mes filles, elle ne devait pas en avoir de très bon souvenirs, au contraire. Ce monde n’était pas fait pour des enfants. Il n’était pas fait pour des êtres si fragile et si blessé par la vie. On ne leurs ferait jamais de cadeau, personne ne les épargnerait, pas même la vie. Alors il fallait accepter le fait qu’elle ne serait pas facilement influençable. Toutefois, un peu de nourriture fini par la faire venir. Je n’avais que du pain, je n’avais rien prévu d’autres choses, pas prévu de rencontrer des survivants dont l’état serait aussi préoccupant. Je n’avais pas prévu tout ça. Elle me remercia, timidement avant de finit par s’installer près de moi, contre son père. Elle était silencieuse, comme mes filles. Elle avait du trop en voir. Sans doute avait-elle eu la chance de ne voir personne mourrir en face, mais j’en doutais sérieusement.

Après un long silence, elle finit par se présenter. Elle s’appelait Elie et son père Jake. Elle semblait assez connaitre son père pour m’assurer qu’il ne le dirait jamais, mais elle me remercia pour ce que je faisais, soulignant le fait que plus beaucoup de personne était comme moi aujourd’hui. Les choses n’aurait pas été les même si j’avais été confronté à la faim, si je n’avais pas trouvé Fort Hope. Mais ici, c’était différent, et rien ne changerait ça. Mes filles étaient à l’abris, il n’était pas une menace, je pouvais les aider. « Je m’appelle James. », soufflais-je en guise de réponse à ses propres présentations. « J’ai la chance d’avoir mit mes filles en sécurité, si ça n’avait pas été le cas, je n’aurais certainement pas agis de la même façon. », je n’aurais pas été menaçant loin de là, je n’étais pas ce genre de mec, mais je n’aurais pas été non plus les aider. Si quelqu’un avait pu blesser l’homme, il y avait un risque pour qu’on me tombe dessus aussi et personne ne menaçait mes filles. « Ce qui est important maintenant c’est qu’on le sauve. », le reste importait peu, c’était vraiment ça qui comptait, pas le reste. J’avais pas envie que son père meurt ici et que je sois incapable d’y faire quoi que ce soit. Je ne laisserais pas la gamine seule, c’est un fait, mais échoué, la laisser le voir mourir, c’était pas au programme.

_________________
I walk a lonely road
Jake JohnsonI walk a lonely road
avatar
Messages : 60
Points : 471
Date d'inscription : 15/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: We just need a shelter   Dim 24 Juin - 19:14
Il s'appellait James. Elie lui adressa un sourire timide. Elle n'avait pas l'habitude de cotoyer des gens amicaux et avait un peu perdu en pratique. Et puis, l'attitude de son père d'ordinaire n'aidait pas vraiment à établir des liens amicaux avec le premier venu. Le fait qu'il soit inconscient avait à la fois quelque chose de terrifiant et de rassurant dans la mesure où, son père ainsi sans volonté, Elie avait tout loisir de profiter de la bienveillance de James. S'il était resté éveillé, son père n'aurait pas manqué d'être désagréable au possible, quitte à faire changer le gentil infirmier d'avis.
« Vous pensez vraiment qu'il va s'en sortir ? » hasarda la gamine, posant un regard inquiet sur son père étendu.
D'habitude, elle n'était pas du genre à avoir besoin d'être rassurée, mais la situation leur avait totalement échapé et, si elle devait se retrouver seule, jamais elle ne survivrait plus de quelques jours, voire quelques heures...

Finalement, aux premières heures de la nuit, Jake emmergea enfin. Bien évidement, le premier mot qui lui vint à la bouche fut le nom de sa fille. D'abord en un murmure inaudible, puis d'une voix faible mais suffisamment claire pour être perçue de la fillette qui n'avait pas bougé du lit et qui s'empressa de rassurer le blessé.
« Je suis là papa. Comment est-ce que tu te sens ? »
Les paupières de Jake s'ouvraient à moitié pour se refermer et se rouvrir à nouveau, ses yeux s'agitant alors qu'il essayait de faire le point sur ce qui l'entourait. Une chambre plongée dans une semi obscurité lui apparut puis le visage de sa fille penchée sur lui, la mine rassurée avec toutefois une pointe d'inquiétude persistant dans son regard. Cette vision parvint à lui décrocher un demi sourire. Au moins, elle n'avait rien.
Peu à peu, les évènements lui revinrent alors que tout semblait se rebrancher dans son cerveau. L'attaque de la horde, la flèche perdue prise dans l'épaule, la fuite, puis l'infirmier qui avait tenté de le soigner. Il avait dû réussir puisqu'il était toujours en vie. D'ailleurs, il ne tarda pas à l'appercevoir dans la pièce. Encore une personne à qui il devrait quelque chose. Il détestait être redevable, surtout envers des inconnus.
Se gardant bien de le remercier, ce genre de propos ayant tendance à lui écorcher la langue, il le toisa avec agacement. Jake ne supportait pas qu'on lui sauve la vie. Il n'était pas le genre de personne faible qui avait besoin d'être secourue. Non, lui il était le requin de ces eaux qui dévorait tout cru les poissons égarés ou blessés. Mais que se serait-il passé s'il n'était pas intervenu ? Jake se serait vidé de son sang et Elie se serait retrouvée toute seule... Non, il aurait trouvé une solution, il en était certain. Il aurait parfaitement pu se débrouiller seul. Ce type n'avait rien fait de plus qu'Elie n'aurait pu faire.
Convaincu par ce raisonnement, pourtant absurde, mais qui avait le mérite de garder sa fierté sauve, Jake tenta de se redresser sur un coude, celui dont l'épaule était intacte. C'était une mauvaise idée car aussitôt la pièce se mit à tourner violemment autour de lui. Cependant il n'en montra rien et se maintint dans cette position, affichant une détermination inébranlable.
« Qu'est-ce que j'ai manqué ? » demanda-t-il simplement, comme s'il s'était juste assoupi devant un match de boxe à la télé.
Son épaule meurtrie le faisait souffrir et Jake songea qu'il lui faudrait un moment avant de pouvoir à nouveau se servir de son bras convenablement.
Administrateur
James QueenAdministrateur
avatar
Messages : 88
Points : 437
Date d'inscription : 03/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: We just need a shelter   Mar 26 Juin - 16:50
Les enfants avaient des questions auxquelles personne ne pouvaient répondre dans le fond. Je ne pouvais pas lui assurer que son père s’en sortirait et si c’était le cas, je ne saurais pas dans quel état, je n’étais pas suffisamment bon dans mon domaine pour prédire un miracle. « Je ne sais sincèrement pas. Mais j’espère. », l’espoir, elle pourrait s’en faire une couverture, mais rien de plus. Le silence retomba finalement alors que je la laissais près de son père, je préférais prendre mes distances et m’intéresser à ce qui se passait dehors. Si un bruit venait à se faire entendre, je saurais quoi faire, comment réagir. J’étais là pour la protéger non ? Du moins je pouvais essayer. Je n’aurais su dire combien de temps passa avant qu’il ne semble réveiller, visiblement encore trop faible pour réaliser ce qu’il se passait autour de lui. Je ne fis aucun mouvement, le laissant appréhender le fait que sa fille aillait bien, qu’il était encore de ce monde aussi. Il reprenait conscience de son univers jusqu’à ce rappeler de ma présence. Il tenta alors de se relever ce qui serait sans nul doute une très, très mauvaise idée qui sembla se solder par un échec.

Il demanda alors ce qu’il avait manqué et hors mit sa propre éducation il n’y avait pas grand chose à signaler, pas grand chose à dire de plus. « Vous êtes tombé dans les pommes, j’ai donné un bout de pain à votre fille et on a attendu votre réveil. », il me restait de quoi lui donner à manger, j’avais surtout du sucre sur moi, réflexe de ses moment ou je m’étais retrouvé en bout de course et que j’avais eu besoin d’un peu d’énergie pour continuer, pour protéger mes filles. Sortant donc de mon sac un petit sachet contenant une substance blanche qui, contre toute attente ne le ferait pas planer, je m’avançais pour le déposer non loin de Elie, elle pourrait en profiter aussi, ca ne lui ferait pas non plus de mal. « Prenez ça pour pas tomber à nouveau dans les pommes. », regardant la petite, je lui souris avant de désigner le sac de la tête pour l’inviter à en profiter avant d’y joindre les mots, « Tu peux aussi. », je n’étais pas exactement comme son père, voir absolument pas, mais nos intérêts étaient davantage en commun qu’il ne le voudrait bien. « Je vais avoir besoin de changer votre bandage aussi. », ajoutais-je en remarquant que ce dernier semblait bien rouge, mais presque sec. Il était peut-être possible de le recoudre si la plaie n’était plus aussi à vif.

_________________
I walk a lonely road
Jake JohnsonI walk a lonely road
avatar
Messages : 60
Points : 471
Date d'inscription : 15/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: We just need a shelter   Mar 3 Juil - 21:04
Il était tombé dans les pommes, oui bien sûr, il s'en serait douté. Il ne fallait pas être un génie pour le comprendre. Cela ne lui disait pas combien de temps s'était écoulé ni s'il y avait eu du grabuge pendant ce temps là. Mais de toute évidence, rien de catastrophique n'avait dû se produire car Elie semblait en bonne santé et aussi sereine qu'elle pouvait l'être après avoir vu son père perdre connaissance.
L'infirmier lui tendit alors un drôle de petit sachet. Sérieusement ? Comme si c'était le moment de s'adonner à ce genre de connerie ? Mais Jake comprit rapidement qu'il ne s'agissait d'aucune drogue dure, c'était juste du sucre. Qui donc se baladait avec du sucre en poudre dans son sac ? Ce type était décidément bien étrange. Et qu'avait-il dit ? Il avait donné du pain à Elie ? Dans la mesure où plus aucune boulangerie n'officiait, ce type devait appartenir à un groupe bien organisé. Assez bien organisé pour se permettre de faire cuire leur propre pain.
Avec tous ces éléments en main, il aurait été judicieux de lui demander si de la place était libre pour les accueillir mais Jake avait d'autres projets en tête. L'arène lui offrirait une place de choix. Mais c'était peut-être de là que ce type venait ? Le plus simple serait encore de lui poser la question mais s'il n'avait jamais entendu parler de cet endroit, inutile de l'en informer.
Il se contenta donc de remercier son sauveur d'un signe de tête vague en acceptant le sucre en poudre qu'il confia ensuite à Elie.
Lorsque l'infirmier annonça qu'il fallait changer les bandages, Jake serra les dents d'instinct. Il aurait préféré ne pas avoir à toucher à sa plaie avant un moment, histoire de la laisser se reposer. Mais il était sans doute plus sage de faire le nécessaire.
Alors que le silence planait dans la chambre, un bruit étrange émana de la salle de bain.
« Oh non, j'ai oublié Loki ! » s'exclama Elie avant de se précipiter dans la salle de bain pour aller récupérer le petit chaton qui, à bout de patience, s'était mit à pousser de pitoyables et faibles  miaulements dans l'espoir que quelqu'un vienne le délivrer de sa prison aux bords infranchissables.
« Bon, déclara alors Jake pendant que sa fille avait quitté la pièce, je suis prêt pour une nouvelle séance de torture. »
Il parvint à afficher une mine résolue, presque souriant, mais au fond de lui, il sentait que ses forces, et sa capacité à endurer la douleur, n'étaient pas loin de l'épuisement. Avec difficulté, il se redressa un peu plus sur ses coudes et finit par se mettre assis. La pièce recommença à tourner autour de lui et il crut être assis sur un manège à haute sensation. Il avait dû perdre plus de sang qu'il ne l'imaginait. Il tenta de ne rien laisser paraître mais l'infirmier ne serait certainement pas dupe.
Elie était revenue dans la chambre et elle prit soin de refermer la porte derrière elle avant de lâcher le fauve sur le sol. Enfin libre de ses mouvements, le petit félin se précipita sous le lit et commença à jouer avec ce qu'il y trouva.
« Vous voulez que j'essaye de vous trouver encore autre chose ? » demanda alors Elie à James. Elle était prête à tout pour être certaine que son père s'en sortirait.
Administrateur
James QueenAdministrateur
avatar
Messages : 88
Points : 437
Date d'inscription : 03/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: We just need a shelter   Mer 11 Juil - 11:59
Après ce qui me sembla être une éternité, il accepta le sac, prenant ce qu’il avait besoin avant de le confier à sa fille. Cette dernière se rappela d’ailleurs avoir oublié son chat et elle disparu presque aussi vite sous mes yeux. Reportant mon attention sur l’homme, il reprit la parole, parlant de torture alors qu’il se redressait difficilement. Si ça ne tenait qu’à moi je ne m’amuserais pas à le torturer ainsi justement, mais je n’avais pas le choix, il devait être soigné, et si je ne voulais pas qu’il meurt d’une infection rapidement, c’était la seule chose à faire. Souriant plus par dépit qu’autre chose, je m’avançais vers lui, lui servant au passage une banalité sans nom, « Si je pouvais, je ne le ferais pas, croyez moi. », la petite reviens sur ses entre fait, le chat dans les mains qu’elle lâcha au sol pour finalement demander ce qu’elle pouvait trouver. Souriant pour la remercier, je ne pouvais pas lui retirer sa serviabilité. « Tu pourrais prendre des draps dans le placard ? ». Revenant à l’homme, je commençais à retirer le bandage avec précaution.



Cela dura une dizaine de minutes entre le retrait et la remise en place, et après cela fait, je jetais par la fenêtre le linge sale, histoire de ne créer aucune odeur difficile à tenir. Je m’essuyais les mains sur un linge quand je me décidais à parler. « Je vis dans un camp pas très loin d’ici, il est protégé, il y a d’autres enfants aussi. », j’avais eu confiance assez rapidement, pourtant, concernant mes filles, j’étais souvent craintif, méfiant, mais ils savaient les soigner et je savais que je pouvais m’éloigner sans craintes, ils défendrait les enfants, elles n’auraient rien. « Il y a des lits, du chauffage, de la nourriture, des médecins, il faut travailler bien évidemment, mais on est en sécurité. », je ne disais pas qu’il s’occupait mal de sa fille, mais il était blessé, et les accidents pouvaient arriver plus rapidement. À Fort Hope, il pourrait être en convalescence et ne pas avoir peur pour la vie de sa fille, pas comme ici. Et ce genre d’attaque n’aurait plus lieux, il ne sortirait pas seul ou rarement, et elle n’aurait plus peur de le voir revenir mort. Je pouvais aussi comprendre qu’il veuille rester dehors. Le monde ne nous avait laissé aucune chance de prendre confiance et l’espoir n’était plus vraiment permis.    

_________________
I walk a lonely road
Jake JohnsonI walk a lonely road
avatar
Messages : 60
Points : 471
Date d'inscription : 15/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: We just need a shelter   Lun 23 Juil - 22:17
Elie s'executa lorsque James lui réclama des draps dans le placard. Dans sa précipitation, elle faillit même marcher sur Loki qui essayait de se manger le bout de la queue, roulé en boule sur le sol.
L'infirmier refit le bandage de Jake qui lutta pour ne pas grimacer, et qui lutta plus encore pour ne pas pousser d'exclamation chaque fois qu'un pic de douleur se faisait sentir.
Alors, James s'ouvrit. Il avoua faire partie d'un camps et leur proposa même de le rejoindre. Dans d'autres circonstances, cette proposition aurait pu être très alléchante mais il se trouvait que d'autres l'avaient précédé. Il semblait plus qu'évident que le camp dont il parlait ne pouvait pas être l'arène. Or, c'était là que Jake avait prévu de se rendre. C'était là qu'il serait déjà si cette fichue flèche n'était pas venue se ficher dans son épaule !
Ce n'était qu'un malheureux contre temps, mais il n'avait pas l'intention d'en modifier ses projets.
« C'est très gentil de ta part. Vraiment. Mais on a d'autres choses en vue ma fille et moi. »
Elie, qui avait semblé ravie par la proposition, parue choquée que son père la refuse aussi vite. La fillette avait attrapé son chat et était en train de le caresser. Elle s'approcha du lit et lui souffla entre ses dents ;
« Papa ! On pourrait au moins y réfléchir non ? »
« C'est tout réfléchit. » répondit Jake, le regard dur.
« Mais... »
Jake venait de froncer les sourcils et son visage s'était fait encore plus dur. Elie savait que ce n'était pas la peine d'insister. Pourtant, elle se fit bien droite pour paraître plus grande, son chat entre les bras, et appuya le regard terrifiant de son père.
« On n'est même pas sûrs d'être acceptés dans cette fichue arène, si tant est qu'on l'atteigne en vie ! James nous propose gentiment une alternative. On est pas obligés d'y rester pour toujours. Mais au moins le temps que tu ailles mieux. On pourrais... »
« J'ai dit non ! »
Jake venait de frapper du point sur la table de chevet dont la petite lampe tressauta avant de tomber à la renverse sur le sol.
Cet accès de colère lui coûta très cher car déjà, une multitude de petits points noir s'étaient mit à papillonner devant ses yeux. Il se redressa un peu plus et se pinça l'arrête du nez, fermant les yeux en faisant mine de réfléchir alors qu'il espérait juste que ce fourmillement et ce tourbillonnement lui foutent enfin la paix. Il détestait se sentir aussi faible et impuissant. C'était parfaitement humiliant.
D'une certaine manière, il savait que sa fille était la voix de la raison. S'il se présentait dans cet état à l'arène, au mieux on se moquerait de lui, au pire on l'embarquerait comme esclave. Mais il y avait un point que sa fille ne prenait pas en considération. S'il acceptait la proposition de James et qu'il prenait le temps de se remettre de sa blessure et que le grand César lui demandait pourquoi il s'était écoulé tant de temps entre le moment où Malorie lui avait parlé de l'arène et le moment où il s'y était présenté, jamais il ne serait prit au sérieux s'il avouait avoir pris un petit temps de repos bien mérité. Ce serait même pire que s'il tentait le tout pour le tout.
De toute façon, il savait qu'il tiendrait le coup. Il était assez fort pour ça. Il lui fallait juste une bonne nuit de repos, peut-être deux, et il serait d'attaque. Il n'en doutait pas un instant.
« Écoute, ajouta-t-il sur un ton moins rude, je ne peux pas me le permettre. Je t'expliquerai plus tard. J'ai mes raisons. Je voudrais juste que tu me fasse confiance. Tu peux faire ça ? »
Elie baissa la tête vers Loki qui commençait à somnoler entre ses bras. Elle aurait tant voulu rejoindre le groupe de ce gentil infirmier. Si elle avait été adulte, elle l'aurait sans doute suivi envers et contre tout. Mais elle n'était qu'une enfant, incapable de survivre toute seule et dont certaines choses subtiles lui échappaient encore. Aussi, elle n'eut d'autre choix que d’acquiescer d'un rapide mouvement de tête, faisant néanmoins une moue qui en disait long sur ce qu'elle pensait.
Jake soupira et s'adossa comme il pu contre l'oreiller. Il se tourna alors vers James.
« Ce n'est pas contre toi mais je compte rallier l'arène. J'ai des amis là bas que je ne peux pas faire attendre. Et nul doute que j'y serai plus à ma place que dans ta petite famille. »
Il n'en dit pas plus, décidant que l'infirmier n'avait pas besoin d'en savoir plus. Peut-être même qu'il n'avait jamais entendu parlé de l'arène. Ou peut-être que si. A vrai dire, Jake s'en moquait.
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: We just need a shelter   
 
We just need a shelter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Grosse Pointe :: Grosse Pointe Park
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération