Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Ce mois-ci, venez relever des défis et trouver la gloire dans un petit jeu plein de surprises. C'est par ici
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Event #5) Run or Die

In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Grosse Pointe

 Changer le passé, ne plus le comprendre [Pv : Joey & Isha]

We have ashes, fire and hope
Aaron BlynkWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 199
Points : 1292
Date d'inscription : 13/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Changer le passé, ne plus le comprendre [Pv : Joey & Isha]   Jeu 10 Mai - 23:23
Le stress. C’est l’implacable stress qui me vrille sans conteste l’estomac en ce moment, depuis plusieurs jours que j’ai lu ce message… J’ai trouvé ce fameux message près des ruines du laboratoire il y a peu. Elle me cherche… Joey est vivante et elle me cherche. Je ne peux m’empêcher d’avoir peur, pour elle comme pour moi en vérité. Joshua connaît mon nom. Il pourrait très bien avoir écrit ce message et pourtant, je suis presque sûr que c’est elle et pas lui. Il serait illogique que ça soit ce tortionnaire d’ailleurs, car aucun lieu de rendez-vous n’était précisé, ce qui est finalement logique puisque elle comme moi, savons où nous devons nous retrouver en cas de séparation. C’est pourtant à n’y rien comprendre, pourquoi m’avoir laissé ce message au final ? Voilà plusieurs temps que je viens ici, déposant une fleur sur le meuble de la pièce principale pour noter mon passage, la remplaçant à chaque nouveau passage de ma part en ces lieux. Joey n’a peut-être pas encore eu l’occasion de venir jusqu’ici… Voilà pourquoi j’ai décidé de dormir là hier et sûrement ce soir encore, si elle ne daigne toujours pas se montrer. J’ai pu quitter Fort Hope pour venir ici, j’ai emporté de quoi manger pour plusieurs jours, au total trois. J’ai avec moi Shadow et Bandit évidemment, une si longue sortie ne pouvait que quérir leur présence, surtout celle de Bandit lorsqu’il s’agit de Joey. A presque cent pour cent, pourtant, la peur me détruit malgré tout le cœur de ne pas être sûr qu’elle va bien, qu’elle viendra aujourd’hui. Il s’agit surement d’un jour, un nouveau simple jour sans lequel je ne pourrais la retrouver.

Je suis tendu, tellement tendu. Je fais les cent pas, sans m’arrêter, ne me freinant que lorsque ma tête commence à tourner à force de marcher en rond dans un si petit endroit. Mes muscles sont tendus et bandés, comme si je m’apprêtais à me battre avec quelqu’un. Je suis vraiment tendu, peut-être beaucoup trop. Je m’y reprends à de nombreuses fois, mais je me défoule comme je peux. Me suspendant sur le bord d’un meuble, je fais quelques tractions. J’enchaîne avec quelques pompes, quelques abdos, histoire de m’essouffler un peu. Mais rien n’y fait, j’ai beau commencer à sentir certains muscles trop sollicités devenir endoloris, le stress et l’impatience ne me quittent pas. Le calme de Shadow, m’indique avec dégoût que personne n’approche. La solitude, le silence, l’attente et l’insouciance…

Plusieurs secondes, minutes, heures passent, sans qu’aucun signe de vie extérieur ne survienne. Pourtant, Shadow qui c’était installée sur le canapé se redresse subitement et saute du canapé. Elle ne grogne pas et lorsque la porte s’ouvre, elle s’assoit sur son postérieur, secouant doucement la queue. Joey entre, je n’ai d’yeux que pour elle. Presque aussitôt, à l’aide de grandes enjambées, je la rejoins. Je l’attrape et la serre avec force contre mon torse, l’étouffant presque c’est certain. Finalement, je me détache d’elle, gardant mes mains plaquées contre ses joues.

- T’étais où bordel ?! Joey bordel !! J’étais mort d’inquiétude ! Arrête de disparaître, arrête de mentir, arrête de me filer mal au cœur comme ça tout le temps !!

Je suis dur, c’est clair. Mais elle n’a pas idée de l’angoisse qu’elle m’a fait endurer ces derniers temps. J’ai le droit d’être un poil énervé. Surtout quand on sait, qu’elle devait être avec son Don juan. Je finis par la lâcher, pour me frotter doucement le front, les yeux embués de larmes.

- Excuse-moi. Mais je suis totalement perdu depuis l’incendie, j’ai plus mes repères. Ne pas savoir où tu es, si tu vivais c’était… Joey, pourquoi tu boites ?

Je fronce les sourcils avec gravité, tandis que mon regard glisse sur le fameux, le seul, l’unique. J’étais tant absorbée par Joey que je n’avais pas vu, qu’elle était venue accompagnée....

_________________
Run boy run
Run and run again, far away, escape... After the end of the world, ou can't be happy. Remember that, for the rest of your life.(c)lazare.
avatar
Messages : 4280
Points : 2349
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Changer le passé, ne plus le comprendre [Pv : Joey & Isha]   Jeu 17 Mai - 18:46
Dire que j’ai espéré ce qui est en train de se passer est un sacré raccourci. D’un côté, je veux le bonheur de ma femme, au point d’avoir pris des risques inimaginables pour retrouver son ami, mais de l’autre, j’avoue avoir redouté cet instant. Après tant de semaines d’angoisses, d’attentes, d’espoirs et de découragements, nous y voila enfin ou déjà, je n’arrive pas a le dire. Il est dans cette même maison ou j’avais retrouvé ma Joséphine blessée et ou j’avais cru que nous allions être séparé n’a jamais.

A vrai dire je dois prendre sur moi et il a de la chance que je le reconnaisse quand il fonce sur Joséphine pour la prendre dans ses bras. Je suis du genre protecteur et un type qui la charge de cette façon, j’ai tendance a cogner. Je serre les dents en le regardant faire un câlin que ma jalousie qualifie « d’inapproprié » a ma femme, sous mon nez. La petite voix qui ne me quitte plus se moque de moi d’avoir tout fait pour que cet instant arrive et me suggère mille et une joyeusetés pour que ce type ne reste pas trop longtemps dans nos pattes.

J’essaye de reculer dans l’ombre autant pour ne pas gâcher leur instant que pour être sur que je n’ai pas un mauvais réflexe. J’ai du mal à reconnaitre le mec souriant et joyeux des photos et histoires de mon petit soleil. Celui qui est là semble plus sombre et plus abrupte. Je note avec cette rapidité du combattant qu’il ne semble pas dénutri et sale. Une information intéressante qui me confirme qu’il a dû trouver plus qu’un refuge après l’incendie. Perfidement, je m’estime plus musclé que lui, ouai ok, c’est petit, mais vu que ca sent le combat de bites a plein nez, autant y aller a fond.

Il n’y a pas que ma mâchoire qui se crispe quand je l’entends lui parler rudement en même temps qu’il lui tripote le visage. Mais putain, vas-y mec, ne te gêne pas pour moi ? Tu veux lui peloter les seins aussi tant que tu y es ? J’écoute vaguement son enchainement tellement je dois prendre sur moi pour ne pas juste le défoncer. J’ai beau me dire que c’est « qu’un ami » je le trouve vachement trop proche physiquement et pas agréable au regard de tous les efforts qu’elle a fait pour lui. Dire que ça devait être monsieur Joyeux !  Je crois que je n’accepte pas les reproches qui lui faits. C’est pire que s’il la rabaissait et dénaturait tous ce qu’elle a fait pour lui. Ca n’arrange rien a mon été de colère.

Son instinct de survie lui fait certainement remarquer la menace qui pèse et il finit par lever la tête et croiser mon regard, qui, je l’avoue, doit bien résumer ce que je pense de la situation. Je reste sur place, conscient que si je bouge, ca va faire un drame. C’est d’une voix froide et tranchante que je le ramène au monde réel avant que Joséphine en sache répondre.

« Elle peut te retourner le compliment, toi aussi tu lui a fait peur alors a ta place j’essayerai d’etre plus aimable vu que c’est pour retrouver ton petit cul qu’elle a été blessée. Et au passage, on avait laissé des mots pour que tu saches qu’elle était vivante, si tu l’avais un peu cherchée, tu les aurais certainement vus. »

Bim dans ta face la limace !!!! Ouai je sais, je suis pas monsieur aimable. Mais en même temps, je l’ai toujours pas frappé, preuve que je fais des supers efforts. Bon pas sur que Joséphine voit les choses sous cet angle, pourtant je suis au max en la voyant se faire rabrouée et coller par ce type.

_________________

Born to be forsaken
Administrateur
Joey DesrosiersAdministrateur
avatar
Messages : 632
Points : 1482
Date d'inscription : 18/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Changer le passé, ne plus le comprendre [Pv : Joey & Isha]   Lun 21 Mai - 21:43
Dire que je suis nerveuse est un euphémisme. Il faut dire que ma dernière sortie ne s’est pas vraiment bien passée, bien au contraire, et que j’en ai payé pendant un long moment les conséquences. Enfin…si on considère le fait que je boitille encore, j’imagine qu’on peut dire que je les paye encore. Mais cette fois-ci, on est dehors en ayant parfaitement le droit d’être là, et même si ça ne fait pas disparaître pour autant toutes les autres merdes qui pourraient nous tomber dessus, au moins on est certains que personne ne nous attendra de pied-ferme en rentrant, pour balancer Isha au trou.

Je marque un temps d’arrêt quand on arrive devant la maison où Aaron et moi nous étions donnés rendez-vous en cas de séparation, celle jusqu’où je n’avais pas réussi à aller la dernière fois que j’ai quitté l’arène. J’ai tellement peur de la trouver vide, elle aussi, que pendant quelques secondes, j’ai du mal à avancer. Je ne suis pas certaine d’accepter aussi facilement que les fois précédentes un nouvel échec. Pourtant, Isha m’entraîne, et je ravale mon angoisse en lui emboîtant le pas, jusqu’à la porte d’entrée de la maison. Mes yeux noisette se posent sur lui un instant, alors que d’un léger signe de tête, il m’encourage à ouvrir la porte, et à rentrer dans ladite maison. Je prends mon courage à deux mains, et clenche la porte pour pouvoir y entrer, en passant devant le brun. Je n’ai pas fait plus de trois pas que mon regard tombe sur un chien, un chien qui m’est étonnamment familier. « -Shadow… » que je murmure bêtement, alors que mon cerveau peine manifestement à comprendre ce que la présence de la bête signifie. Tout comme il semble encore avoir du mal à réagir à la présence, belle et bien réelle, de Bandit, en train de sauter autour de moi, de me faire la fête comme jamais. Je crois que je dois avoir l'air de débarquer de nulle part, avec ma tête d'ahurie dont les neurones semblent peiner à se connecter, pour me faire comprendre ce que j'ai sous le nez. Et quand Aaron débarque à son tour, ce n'est pas pour arranger les choses. Je reste clouée sur place, incapable d’avoir le moindre geste, de faire le moindre pas pour m’approcher de lui.

Ce n’est que lorsque ses bras se referment sur moi que mes neurones acceptent enfin de faire leur taff, et que je comprends qu’il est là, vraiment là. Putain, Aaron est là ! Mes bras se referment sur lui à leur tour, alors que je l’étreins de toutes mes forces, sentant quelques petites larmes monter à mes yeux, trahissant tout le bien que ça me fait de le retrouver. Je me laisse faire quand il finit par se détacher, et par poser ses yeux sur moi, tandis qu’il m’engueule comme seule Naya savait le faire quand je dépassais les limites. J’ai beau ne pas le trouver vraiment juste avec ses reproches, je ne moufte pas, et ne me vexe même pas, trop heureuse, réellement heureuse, de le retrouver, enfin. Je vois ses yeux brillants, qui font sans doute écho aux miens, ce qui me serre le cœur, et me donne encore moins envie d’être rude envers lui. « -Pardon…je suis tellement, tellement désolée… » J’essuie pudiquement la larme qui dévale désormais ma joue, alors que j’esquisse finalement quelques pas pour me rapprocher de lui, alors qu’il reprend déjà la parole, pour s’excuser des mots durs qu’il vient d’avoir.

Pourquoi je boîte ? Ah ça…c’est une question épineuse, le connaissant. Mais je n’ai pas le temps de formuler la moindre réponse, que j’entends la voix froide d’Isha retentir dans mon dos, me faisant écarquiller les yeux, et hausser les sourcils, alors que je tourne finalement le visage vers lui, secouant légèrement la tête de droite à gauche, comme pour lui demander ce qui lui prend. En matière de présentations, on a déjà sans doute fait mieux. « -La jambe c’est rien, juste une égratignure… » J’ai l’impression de parler dans le vent, et pendant quelques secondes, je ne peux que les observer se jauger du regard en silence. Merde…je n’avais jamais réellement pensé à ce jour où ils se rencontreraient tous les deux. Est-ce que je suis censée faire quelque chose en particulier, ou dire quelque chose ? Je crois bien que c’est la première fois que je suis sur le point de présenter un homme à mon meilleur ami, un homme qui compte réellement, et pour le coup, je ne connais pas le mode d’emploi pour ce genre de présentations. « -Aaron, voici Isha…Isha, Aaron, mon meilleur ami… » Ca sonne tellement formel que pendant quelques instants, même moi je me rends compte du ridicule de mes propos. Isha sait parfaitement qui est Aaron, puisque je lui ai parlé de lui à des tas et des tas de reprises, et Aaron connait l’existence d’Isha, puisque j’ai fini par lui faire des révélations qui ont mis du temps à quitter mes lèvres.

Je me racle la gorge, comme pour essayer de casser cette ambiance pesante qui commence lentement à s’installer, et me tourne de nouveau vers Aaron, sans parvenir à ordonner réellement le flux de questions qui se pressent soudainement dans ma tête. « -Tu vas bien ? Tu étais passé où ? Et il s’est passé quoi avec le labo ? Et ils sont où tous les autres ? Daemon va bien ? » Des tas de questions restées sans réponse jusqu’à maintenant, et qui n’ont pas manqué de me torturer, et de me harceler sans répit. Je glisse un coup d’œil sur sa silhouette, avant de l’attraper par la main, et de l’entraîner vers le canapé, quelques mètres plus loin, prenant bien soin de me tourner vers Isha pour l’inviter à nous rejoindre d’un coup de tête. Les chiens nous emboîtent le pas, et Bandit se retrouve à quémander des caresses dès que je m'assois, et c'est avec un sourire sur les lèvres, réellement heureuse de le retrouver, de les retrouver tous les trois, que je gratte l'arrière de ses oreilles.

_________________
Heart sees what's invisible to the eye
She doesn't say "I love you" like a normal person. Instead, she'll laugh, shake her head, give you a little smile, and say, "you're an idiot." If she tells you you're an idiot, you're a lucky man. ♛ by endlesslove.
We have ashes, fire and hope
Aaron BlynkWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 199
Points : 1292
Date d'inscription : 13/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Changer le passé, ne plus le comprendre [Pv : Joey & Isha]   Mar 29 Mai - 22:20
Avant que Joey ne puisse vraiment me répondre, je remarque l’arrivée, on ne peut mieux annoncée, par Isha. Lui, ce cher compagnon dont elle a eu tant de mal à me parler, parce qu’elle savait que je n’aimerais pas ses manières, que je n’aimerais pas sa personne. Tel un bouclier, comme si je venais de l’insulter milles morts, il se permet de la défendre, de m’assurer que si j’avais cherché, je l’aurais trouvé… Cet abrutit ignore les endroits où j’ai pu me retrouver à de multiples reprises pour trouver une trace de son passage, de sa détention, de sa possible survie. Joey, les larmes aux yeux, semble avoir beaucoup de mal à engager la discussion, à me parler. Je suis ému de la retrouver, comme elle semble d’ailleurs l’être aussi… Ca semblait sincèrement inespéré. Je ne sais pas quoi dire réellement, si ce n’est avouer que je suis énervé contre lui évidemment, mais aussi un peu contre elle. Je préfère pourtant m’abstenir. Isha semble être un sanguin et même si je suis d’un naturel assez joueur et doux avec elle, je suis aujourd’hui fatigué et surtout stressé. Etonnement, même si j’ai fini par la retrouver, j’ai encore un stresse sincère qui bat dans mon torse. Je ne peux que me rassurer, en me disant que ça va passer à mesure que nous pourrons discuter, nous retrouver… Mais pour l’instant, l’ambiance est tendue. Elle risque d’ailleurs de l’être tant que moi ou Isha, serons tendus. Je sais qu’il en va du bonheur de Joey, mais pour l’instant je crains qu’on ne soit vraiment prêt à jouer les chiens grogneurs...

Finalement, Joey dans un souci de calme surement, nous invite à nous diriger vers le canapé, à même nous y asseoir. Bandit semble tout fou de retrouver sa maîtresse aussi, nous allons nous installer, Joey entre nous deux, surement installée là de façon stratégique, pour éviter qu’on ne se saute dessus comme des animaux. La belle vient à vite se renseigner.

- Alors… Pour répondre un peu à tout en même temps… Je vais bien. Le laboratoire a pris feu, les survivants se sont dispersés, on n’a pas d’explication concernant l’incendie d’ailleurs… J’ai trouvé refuge à Fort Hope, je t’expliquerais un peu cette folle histoire plus tard … Daemon va bien, je suppose… il a décidé de partir explorer les alentours, même si je ne me fais pas d’inquiétude pour lui et … voilà.

Je n’ai pas de meilleures nouvelles à lui apprendre je le crains. En revanche, j’en ai un tas de choses à lui raconter. Mais évitons de nous étaler devant Isha. Le pauvre gars m’aime pas, je l’aime pas, et on va devoir se supporter un certain temps. Autant continuer sur autre chose, quelque chose qui créera moins de tensions, si j’arrive à ne pas être maladroit…

- Et toi. Et vous ? Où tu es, comment tu vas, pourquoi tu es partie… Est-ce que tu rentres avec moi ? Ou même vous deux… Je ne veux plus te perdre Joey. Deux fois, c’est déjà trop. Tu comprends ça ?

Mon regard se fait tendre, mais profondément désolé. Hors de question de l’avouer devant l’autre type, mais je me sens presque coupable. C’est moi qui ai fait une connerie encore ? Ou il y a des choses que j’ignore encore...


_________________
Run boy run
Run and run again, far away, escape... After the end of the world, ou can't be happy. Remember that, for the rest of your life.(c)lazare.
avatar
Messages : 4280
Points : 2349
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Changer le passé, ne plus le comprendre [Pv : Joey & Isha]   Mer 30 Mai - 7:19
J’ai beau me souvenir de nos conversations, j’ai beau savoir qu’elle m’aime et que c’est juste la joie de le retrouver lui, un témoin de son passé qui a partagé plus de choses que moi dans sa vie, les affres de la jalousie et du doute sont bel et bien là a me déchirer les entrailles et me donner une poussée de colère et de haine comme jamais. Par amour pour elle, je contiens tout le fiel qui me pique la gorge et me brule la langue.

Je ne prends même pas la peine de grogner quand elle me présente sous le nom d’Isha et me contente de rajouter, non a elle, mais a lui :

« Pour toi ca sera Robin »

Mais autant dire que ni mon œil noir ni ma voix froide en semble intéresser qui que ce soit. C’est certainement mieux comme ça mais j’ai vraiment l’impression d’être un petit garçon qui fait un caprice, ou une colère, pour un truc anodin et que les grands on décidé de snober tant qu’il ne sera pas calme quand, les présentations finies, Joséphine lui prends la main pour l’entrainer vers le canapé en me laissant quelque peu en plan.

Je reste de marbre, du moins en apparence, par qu’a l’intérieur c’est une armée de volcan, à la regarder le conduire sur le canapé et capte a peine ce que je pense être le seul chien présent, certainement celui du type. Ca me donne envie de retourner trouver le nôtre, qui était censé y être au dernières nouvelle, à l’arène. Parfois je perds le fil et bordel que ça me saoule ; mais bref, je n’ai pas envie de me prendre la tête avec ça, j’ai suffisamment de contrariétés a gérer pour le moment pour me concentrer sur un détail canin. Je suis déjà tendu comme je ne l’ai jamais été, il faut dire que se retenir de taper est un peu une première pour moi, quand le type fait le pire truc qu’il pourrait faire.

Je ne sais pas ce qui se passe dans sa tête, mais il me regarde a peine avant de me mépriser lamentable en me calculant même pas… je reste comme un con debout a les regarder tout content se tripoter sur le canapé. Mais ils veulent quoi ? Que je tienne la chandelle ? Il faut que je sorte rapidement, sinon je vais exploser. J’ai mal de cette situation, peur aussi malgré nos paroles échanger, rien n’est écrit sur le marbre et pas sur que ce type accepte de venir vivre a l’arène avec nous.

Je sais bien que Joséphine a promis ne pas me quitter et qu’elle a aucune raison de préférer son pote a moi, j’ai quand même un vieux doute qui vient me narguer. Je reste à les regarder en me demandant ce que je fous là. Ils ne font pas attention à moi, je me sens clairement de trop. Je lève les yeux au ciel quand il sort son baratin a la mord-moi-le-nœud à la « ne nous quittons plus ». En fait je crois qu’il est temps pour moi de partir pour de bon. Déjà pour ne pas lui en coller une, parce que ca me titille ce manque de respect, et aussi parce que je veux que Joséphine décide ce qu’elle veut sans se sentir obligée de me rendre des comptes ou pas libre de parler.

Je ne peux pas étouffer un rictus de cynique quand il dit qu’il vit a Fort Hope. Le fief de Carter… comme le monde est petit. Un point négatif en plus contre cet Aaron de mes deux. Je pense que c’est le signal qu’il faut que je parte. Je me redresse et vais vers la porte. Avant de sortir je lance un regard ou doit se lire l’espèce de melting pot de sentiment qui me ravagent la tête.

« J’imagine que vous avez plein de choses a vous dire et j’aime pas tenir la chandelle. J’attends en bas mais si on veut le faire rentrer chez nous officiellement il faudrait peut être envisager votre tête directement à la maison… »

Ca va être génial. Je serais dans l’arène pendant qu’ils seront seul a seul dans les quartiers vip. Je ne préfère pas y penser et part sans attendre de réponse vers la voiture. J’ai juste envie de chialer en me disant que je ne contrôle plus rien et que c’est injuste parce que je n’envisage pas la vie sans elle. Maintenant je l’aime assez pour respecter ses choix.

Je vois un moisi qui marche mollement vers moi dans la rue d’en face. Ça, ca va me faire du bien. Au lieu d’aller a la voiture, je vais vers lui, le glaive a la main et l’explose avant de voir que ses copinons arrivent tout aussi sportivement. J’imagine la tête d’Aaron sur chacun et commence cette séance improvisée de défoulement.

HRP:
 

_________________

Born to be forsaken
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Changer le passé, ne plus le comprendre [Pv : Joey & Isha]   
 
Changer le passé, ne plus le comprendre [Pv : Joey & Isha]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Grosse Pointe
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération