Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #29 : Juillet 2018
Recensement Recensement #5 en cours
Animation trimestrielle #1 Changez de sexe !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Cet été sur In Your Flesh, réalisez votre rêve d'enfant et devenez dresseur Pokémon ! Pour les attraper tous, ça se passe ici
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - préambule : Welcome to Detroit > A lire ici

In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Détroit

 Seventy bullets for lose faith in humanity

Give dat Drama'Queen' a candy
Harvey QueenGive dat Drama'Queen' a candy
avatar
Messages : 276
Points : 974
Date d'inscription : 12/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Seventy bullets for lose faith in humanity   Mar 15 Mai - 0:40


Dernière édition par Harvey Queen le Dim 1 Juil - 16:29, édité 1 fois
Seventy bullets
for lose faith in humanity
« Will you take me home? »
Rescue Topic | 11.02.2017

_______________________________________________________________

Le mois de février battait son plein. Et avec lui, des températures toujours aussi extrêmes qui tendaient à stagner dans le négatif. Un temps parfait pour Harvey, qui ne supportait guère les chaleurs croulantes de l'été. Agréablement emmitouflé sous ses épais vêtements à la manière d'un rouleau de printemps, c'est assit sur le toit d'un haut bâtiment qu'il avait escaladé pour l'occasion qu'Harvey observait de son perchoir les rues désertes de Détroit. Une nouvelle sortie qui n’aboutirait sur rien, il le savait. Tous le savaient. Ezra était déjà considéré comme 'mort et enterré' pour la grande majorité des gens. Will quant à lui, n'échappait pas non plus à cette 'mise au placard'. A son tour, jour après jour, il s'effaçait des esprits des habitants de Fort Hope. Sauf de celui d'Elias, dont l'état se dégradait à mesure que la date de disparition de Will s'éloignait. Et pourtant, du malheur de son maître d'arme, Harvey en tirait sa liberté. Une bien triste constatation que celle-ci tant il ne pouvait rien faire pour l'aider. Tous étaient bien trop préoccupés par leurs soucis personnels pour s'occuper de ses besoins d'escapade. Depuis le mois de janvier, Harvey parvenait de plus en plus régulièrement à s'échapper de Fort Hope. Jamais pour très longtemps et jamais sans son talkie-walkie, mais au moins... Il était libre. Libre de déguster cette délicieuse barre chocolatée, subtilisée la veille à Logan.

Assit en haut de sa tour d'ivoire et les pieds dans le vide, il enfonça dans l'une de ses oreilles son écouteur pour laisser 'Blitzkrieg Bop' finir d'éradiquer ses dernières idées sombres. Il méritait bien une pause. La tête remuant énergiquement au rythme de la musique, c'est avec sa maladresse légendaire qu'il ouvrit sa barre chocolatée qui s’effrita instantanément sur le carnet à dessins posé sur ses genoux. Le carnet qu'Ezra avait laissé derrière lui et dans lequel Harvey s'appliquait à essayer de reproduire les dessins de ce dernier. D'un glissement de doigts peu délicat il tenta donc de retirer le morceau de chocolat, pour finalement l'étaler plus qu'autre chose sur l'intégralité de la page. Bon. C'était pas comme si Ezra allait l'engueuler, de toute manière. Rangeant le carnet souillé dans son sac à dos, il le troqua contre sa carte de Détroit bourrée d'annotations en tout genre. Une nouvelle croix au marqueur noir vint d'ailleurs s'ajouter à la longue liste de quartiers passés au peigne fin. Une fois de plus, ils n'étaient pas là. Et qui sait si leur disparition avaient un lien. Will et Ezra n'avaient rien en commun, si ce n'était leur attirance pour les hommes. Alors quoi, existait-il un sérial kidnappeur d'homos qui sévissait à Détroit...? Ça sonnait comme une très mauvaise blague à ses oreilles. Rangeant rapidement la carte dans son sac à dos, Harvey relativisait en se disant qu'au moins, avec la clinique en bas, il pourrait ramener un truc sympa pour Martin.

Et en parlant de la clinique... Son cœur rata un battement. Puis un second. Et encore un, comme un instrument mal réglé qui menaçait de céder à tout instant. Son esprit lui jouait-il des tours, ou était-ce bien Ezra dans cette cour intérieure ? C'était loin, confus, d'autant plus qu'il ne semblait pas être seul. Pas seul... Il n'était pas seul. S'allongeant immédiatement sur le ventre après avoir manqué de perdre l'équilibre. Il ne lui fallut que quelques secondes pour reprendre ses esprits et arracher son écouteur pour se saisir de son talkie-walkie. « Logan... Logan... J-J'ai... Y a Ezra... » eut-il du mal à articuler tant sa phrase semblait tout droit sortie d'une fiction. « Ezra est vivant » répéta-t-il à nouveau, plus posément, comme pour se convaincre lui-même que ce qu'il venait de voir n'était pas qu'une simple hallucination. Non, c'était la réalité, c'était réel... Ezra était là. « Livernois avenue, juste en dessous de la station service Sunoco. Dans une clinique du nom de... Hurley » Aussi précis qu'il le pouvait dans son état d'excitation, le garçon essayait de garder son calme. Pourtant ses mains s'étaient mises à trembler. Son souffle se faire plus court à mesure des secondes passées allongé sur le ventre, précairement à couvert. « Il est pas seul, j'préviens Elias » et sans se faire prier, il coupa la communication pour foncer sur le canal d'Elias. Hors de question de laisser le temps à Logan de lui dire de ne rien faire de stupide. « Elias ? » murmura-t-il avec un empressement évident. « Prends nos gilets en kevlar. Ce soir, on dîne avec Ezra. Il est vivant. Logan arrive. Livernois avenue, clinique Hurley à côté de la station service Sunoco. J'vais faire un repérage rapide des lieux » souffla-t-il dans l'effort en se redressant le plus discrètement possible après avoir attrapé une anse de son sac à dos. « C'est bizarre... On dirait qu'il a intégré un nouveau groupe... J'te laisse. A toute' » bredouilla-t-il toujours aussi distraitement avant de couper totalement la communication sans prendre le temps d'écouter ce que le deuxième adulte avait à lui dire pour tempérer ses excès de zèle. Ce qui devait se résumer à des 'ne fais rien' ou des 'rentre à la maison on s'en occupe'. Deux ordres qu'Harvey allait se faire un vrai plaisir d'ignorer. Il allait juste observer de plus près, rien de plus. Pour pouvoir faire un rapport précis à Logan et Elias quand ils seront là. Le temps qu'Harvey perdait à regrouper des informations, serait du temps gagné pour les autres.

_______________________________________________________________
Made by Neon Demon

_________________

Obession makes everything possible
sweet creature ☽ Forgive me For everything I've done in the past. If I had a single flower for every time I think about you, I could walk forever in my garden.
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8063
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Seventy bullets for lose faith in humanity   Mar 15 Mai - 13:00
Une autre journée difficile s’annonçait pour Logan, lorsqu’un appel sur sa radio l’informa qu’on avait laissé sortir Harvey. Une fois encore… Le barbu ne lui disait pourtant rien, il avait seulement donné l’ordre qu’on le prévienne immédiatement quand le jeune homme exigeait de sortir, qu’on le laisse faire certes, mais qu’il sache. Et après ça, le géant se retrouvait généralement à s’angoisser jusqu’à ce qu’un second appel ne l’informe du retour de l’adolescent. C’était stupide, mais il n’arrivait pas à s’empêcher d’imaginer qu’il perdrait bientôt un autre enfant. Harvey n’était peut-être pas son fils, mais quelle importance ? Fort Hope avait subi assez de pertes et la famille Carter avec. L’idée que l’adolescent ne finisse par n’être rien de plus qu’une autre petite croix blanche au pied du saule devant sa maison rendait Logan physiquement malade.

Pour les deux heures suivantes, il ne fit donc rien de plus que rester assis à son bureau en prétendant se concentrer sur des feuilles de papier étalées devant lui. Personne ne le dérangeait jamais sans une bonne raison de toute façon, du moins plus depuis quelques mois, depuis la disparition d’Isha, celle d’Ezra et maintenant Will et la dépression dans laquelle était plongée Elias. Que d’événements qui rendaient le leader de Fort Hope, désormais sans son meilleur soldat, légèrement… susceptible ? Pour preuve, lorsque son talkie grésilla de nouveau après quelques heures, sa première réaction fut de lancer un regard noir à l’appareil et il ne fit pas un geste pour le récupérer. Du moins, jusqu’à entendre la voix familière quoique quelque peu déformée d’Harvey dans l’appareil.

Le ton inquiet, étrange, du jeune homme raviva considérablement l’angoisse de Logan qui se jeta sur le talkie comme si sa vie en dépendait. C’était peut-être réellement le cas, après tout. “Harvey ?” Il eut tout juste le temps de prononcer son nom que, déjà, l’adolescent soufflait une réponse que le barbu désespérait d’entendre depuis des mois. Ezra. Aussitôt, ses pensées s’envolèrent vers Elias, qui croyait dur comme fer que le tatoueur et son petit-ami étaient retenus captifs par le même groupe. Il fallait absolument éviter que le lieutenant entende parler de ça tant que Logan n’aurait pas décidé d’un plan. Malheureusement, comme s’il lisait dans ses pensées et était bien décidé à lui rendre la vie infernale, Harvey l’informa qu’il allait prévenir Elias et coupa la communication. “Harvey ? Harvey !” essaya-t-il inutilement. “Merde !”

Il se releva d’un bond et coinça l’appareil à sa ceinture avant de ramasser ses armes. Il fallait qu’il se rende là-bas aussi vite que possible et surtout qu’il empêche Elias de faire n’importe quoi. Avant de passer la porte de son bureau qu’il avait ouverte trop violemment, son regard se posa sur l’armoire reposant à côté, fermée à double-tour et dans laquelle il avait rangé les armes du soldat après avoir décidé qu’il n’était plus apte à s’en servir. Il hésita, juste une seconde, avant qu’un nouveau juron ne lui échappe et qu’il ne sorte les clés de sa poche pour déverrouiller l’armoire et y récupérer le fusil d’assaut et le pistolet soigneusement rangés dedans.

Moins de trois minutes plus tard, il arriva, essoufflé, devant la maison d’Elias et n’attendit pas d’y être invité pour ouvrir la porte d’entrée avec la même violence. Juste au moment où le soldat s’apprêtait à sortir lui aussi. Le choc fut quelque peu douloureux, mais Logan referma ses mains sur les épaules de son ami à temps pour leur éviter une mauvaise chute à tous les deux. Il baissa ensuite les yeux vers lui pour croiser son regard et il sut immédiatement qu’il perdrait son temps s’il essayait de le convaincre de rester à Fort Hope. “Je veux que tu obéisses à mes ordres comme si j’étais le putain de colonel de ta garnison, c’est clair ?” souffla-t-il à la place. “On va les sortir de là, mais tu peux venir que si tu me jures que je peux te faire confiance. Quel que soit l’ordre.” Attendant que l’homme ne lui donne sa parole, il crispa ses mains tremblantes sur le fusil d’assaut qu’il retira de son épaule. Il n’était pas certain que ce soit une bonne idée de la rendre à Elias, mais quel choix avait-il d’autre ?

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 3140
Points : 4554
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Seventy bullets for lose faith in humanity   Mar 15 Mai - 13:50
seventy bullets for lose faith in humanity
i'm not a superhero, i'm just a killer without you


11 février 2017, jour trente et un, j’étais enfermé, comme un lion en cage, je ne pouvais plus mettre un doigt sur une arme sans que Logan ne me tombe dessus. J’étais instable en même temps, bien plus encore qu’aujourd’hui, cela faisait un mois qu’il avait disparu. Cela devait faire plusieurs jours que je n’étais pas sortie de mon lit, je n’avais fait que boire au mieux de l’eau, au pire de l’alcool. Un simple mois d’enfer que je n’aurais jamais voulu vivre. Et puis il y avait eu le talkie qui grésillait, me faisant entrer dans un fou-rire presque hystérique tant je n’avais aucune idée de ce que mon cerveau pourrait me faire imaginer. Depuis plusieurs semaines, chaque fois que mes paupières se fermaient, je le voyais lui, revenir, rentrer au prés de moi. Je voyais des scènes que jamais je ne pourrais vivre. Alors quoi, j’allais revivre quel souvenir ? J’allais entendre quelle demande d’un Will imaginaire ? Viens me sauver ? Je suis là ? Je t’aime ? Sauf que non, ce ne fut pas Will, ce fut Harvey. Me calmant presque aussitôt, je me redressait, prenant une fourchette pour la planter dans mon bras histoire de m’assurait que j’étais bien là. On me blessait dans mes rêves, je ne le faisais jamais seule. Et j’avais eu mal. Tendant le bras pour saisir l’appareil, je répondis alors, « Oui ?! », la suite de ses mots m’arracha un sursaut douloureux. Il avait trouvé Ezra ? Il était vivant ? Et Will ? Ou était Will ?  Pourquoi il disait qu’Ezra semblait avoir intégré un nouveau groupe ? Ezra aurait prévenu.

Sortant du lit, j’avais foncé sous la douche une petite minute, le temps de paraitre moins minable avant de m’habiller et descendre. J’avais une sérieuse gueule de bois, je n’allais pas mentir, mais là, plus rien ne comptait. Je n’avais même pas pensé à interdire Harvey de se mettre en danger en repérant les lieux, non, là je savais que j’avais Logan de potentiellement sur le chemin, je devais aller vite, très vite si je ne voulais pas que l’homme me bloque ici. Avançant dans la cuisine, je sortais un couteau de cuisine que j’accrochais là ou j’aurais du avoir un vrai couteau de chasse. Mais ça serait toujours mieux que rien, quand au reste. Je n’avais pas tardé à prendre l’arc de Will, le glissant dans mon dos avec le carquois, j’avais jeté un coup d’oeil sur ma carte, c’était en plein dans la zone présumé et je n’avais rien vu… « Fais chier… », soufflais-je avant de me diriger vers la porte pour l’ouvrir. Mes doigts s’abattirent sur la poignée, mais la porte s’ouvrit seul, me faisant rencontrer Logan de face et manquer de perdre l’équilibre. J’avais pas été assez vite de toute évidence. Et contrairement à lui, je pensais sincèrement pouvoir faire ce genre de mission en jean, t-shirt. Quoi que j’aurais trouvé des vêtements en route si j’avais eu froid. J’allais lui demander de dégager pas de façon très poli je le reconnais, mais il me coupa l’herbe sous le pied en me demandant d’obéir comme si il était un colonel de ma garnison. Mes sourcils se froncèrent presque aussitôt à ses mots. On ? Il me demandait de jurer, il demandait une pleine confiance quelque soit l’ordre et là… Je pense que les restes d’alcool et la colère mélangé au désespoirs ne devait pas aider. « Premièrement, je ne suis plus un soldat depuis longtemps je n’ai aucun ordre à recevoir d’un putain de colonel de garnison.  », je savais que ça ne servirait à rien, mais je ne réfléchissais plus vraiment. Tant que je n’avais pas vraiment la preuve qu’il ne s’agissait pas d’un rêve, rien n’avait vraiment d’importance. « Deuxièmement, je suis le plus qualifié pour gérer ce genre de situation. », pas lui, pas quand on savait tout les deux sa tendance à l’emportement. Quoi que… En toute honnêteté, je n’étais actuellement pas mieux, mais trop aveuglé pour le réaliser.

Je n’avais que Will en tête, même si je ne pouvais m’empêcher de penser que Will était moins facile qu’Ezra et que le risque qu’il se soit fait tuer demeurait grand. « Mais si ton objectif c’est de ramener Ezra vivant et nous avec alors oui, tu peux me faire confiance, quel que soit l’ordre. », si je voulais venir, je ne pouvais pas faire autrement que d’accepter de lui obéir. Saisissant l’arme qu’il avait retiré de son épaule, je reculais de quelques pas pour reposer l’arc sur la table avec les flêches, positionnant le fusil dans mon dos avant d’avancer vers le meubles pour prendre les munitions supplémentaire, je ne me préparais pas uniquement à sauver Ezra, si ils étaient en effet responsable de la disparition de Will… « On a pas une minute à perdre, Harvey a décidé de faire du repérage, faut qu’on le rejoigne avant qu’ils lui tombent dessus. », avançant vers lui, je m’imposais pour sortir avant de reprendre, « On prend ta caisse, j’ai le plan. ». Je voulais juste savoir au final, savoir si tout ça était vrai, avoir une réponse surtout. Je ne dis pas que ça irait mieux en sachant Will mort, mais au moins, je pourrais dérailler pour de bon sans que cela ne coute la vie à l’homme que j’aimais. Car au final il serait déjà mort. On devait y aller.  

_________________




Spoiler:
 
Give dat Drama'Queen' a candy
Harvey QueenGive dat Drama'Queen' a candy
avatar
Messages : 276
Points : 974
Date d'inscription : 12/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Seventy bullets for lose faith in humanity   Ven 22 Juin - 14:10


Dernière édition par Harvey Queen le Dim 1 Juil - 16:29, édité 1 fois
Seventy bullets
for lose faith in humanity
« Will you take me home? »
Rescue Topic | 11.02.2017

_______________________________________________________________

L'information avait été relayée et l’espoir renaissait de ses cendres. Tout allait s’arranger, tout allait enfin pouvoir revenir à la normale. Une fois Ezra à Fort Hope, Elias reprendrait foi. Et qui sait, peut-être même que le tatoué aurait des informations supplémentaires à leur fournir sur la disparition de l’amant de son professeur de tir. Harvey lui, y croyait dur comme fer. Talkie-walkie éteint pour éviter de se faire avoir comme un bleu, il se mit à tourner autour du fameux bâtiment pour tenter d’en déceler tous les secrets. Voir s’il existait des entrées, sorties et postes de surveillance. Mais rien, le lieu semblait désespérément vide. Si Harvey n’avait pas eu la chance insolente de tomber sur deux d’entre eux accompagnés d’Ezra, il n’aurait sans doute jamais suspecté une quelconque activité humaine à l’intérieur de ce bâtiment abandonné. Comme quoi, les apparences étaient… Souvent trompeuses.

Une demi-heure, c’était le temps du trajet en voiture pour arriver sur place en partant de Fort Hope. C’était long, bien trop long. Pourtant Harvey s’en tiendrait au plan préétabli : celui d’attendre les renforts et de ne pas tout faire capoter par son irrésistible envie de rentrer là-dedans pour récupérer Ezra de gré ou de force. Il allait attendre très sagement et observer. De nouveau allongé sur son perchoir royal, il attendit patiemment que de nouvelles bouilles se pointent dans la fameuse cour intérieure. Un quart d’heure plus tard, il ralluma son talkie-walkie pour donner un nouveau point de rendez-vous à Logan afin que le ronronnement de la voiture ne joue pas en leur défaveur. Ils pouvaient bénéficier de l’effet de surprise, autant ne pas gâcher cette chance là.

***

Accroupi à l’angle d’une ruelle, Harvey éteignit pour de bon la radio quand la voiture tant attendue se gara et que les passagers posèrent pied à terre. D’un petit trot contenu, il s’approcha rapidement des deux adultes en cherchant brièvement derrière eux d’autres survivants de Fort Hope qui auraient pu les accompagner. Contre toute attente, ils n’étaient que deux. Alors quoi, ils allaient y aller… A trois ? Deux même, si Logan se décidait à laisser lui sur la touche en mode ‘garde la voiture’. Ce qui n’était même pas concevable pour l’adolescent, qui méritait de se joindre à eux après tous les efforts qu’il avait pu fournir jusque là. Le palpitant s'accélérant dans sa poitrine, il haussa finalement la voix : “Ils sont au moins trois... J’ai pas pu avoir de visuel à l’intérieur du bâtiment. Et j’ai pas vu de postes de surveillance. Ils doivent plutôt jouer la carte de l’absence totale de vie pour éviter de se faire repérer. Je pencherais plus sur des pièges que sur une réelle surveillance armée”. Harvey avait beau s’adresser directement à Logan, chef de l'expédition, son regard inquiet se posa un moment sur Elias avant de retourner se loger dans celui du Fantôme. “Y a une entrée principale qui donne directement sur une ruelle et une autre sur le côté, mais faut passer par une espèce de cour intérieure. Et pour entrer dans cette cour là… Faut escalader” avoua-t-il alors. C’était tout ce qu’il savait et une fois les informations balancées à la va vite, il se rendait compte que tout était plus ou moins basé sur des pronostiques et des suppositions. Rien de très concret pour élaborer un plan solide. Ça sentait le roussi avant même de commencer. “Peut-être qu’on se foire sur toute la ligne, Ezra… Je l’ai vu parler avec deux types et il ne semblait pas… Retenu de force, vraiment pas. Je sais qu’on était tous partis sur l’idée du kidnapping… Mais… Et si en fait, ces gens avaient aidé Ezra alors qu’il était en difficulté ? Et s’ils l’avaient soigné après une chute lors de sa sortie ?” Peut-être qu’il s’était simplement cogné, oui. Qu’il n’avait pas pu revenir à Fort Hope après et que ces personnes là, étaient en réalité ses sauveurs…? Ils ne pouvaient pas entrer là-dedans et jouer bêtement au chat et à la souris, si ? “Qu’est-ce qu’on fait ?” souffla-t-il simplement, n’enviant pas une seule seconde la place de Logan, qui allait devoir prendre une décision. Si Elias lui en laissait le temps. Ce qui était loin d’être sûr au vu de la mine qu’il arborait depuis qu’Harvey avait posé son regard sur lui.

HRP:
 

_______________________________________________________________
Made by Neon Demon

_________________

Obession makes everything possible
sweet creature ☽ Forgive me For everything I've done in the past. If I had a single flower for every time I think about you, I could walk forever in my garden.
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8063
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Seventy bullets for lose faith in humanity   Ven 22 Juin - 14:56
Ce fut à contre-coeur et non sans un regard lourd de sous-entendus et de menaces de mort que Logan consentit à rendre son fusil d’assaut à Elias et à la suivre jusqu’à la voiture qu’il gardait garée devant les portes de Fort Hope. Alliant vitesse et précision, il mit le véhicule en marche presque aussitôt que la portière se referma. En un peu moins d’une demi-heure, les deux hommes étaient sur le lieu du rendez-vous, après une course en voiture passée dans un silence de mort chargé de tension et de regards en coin inquiets de la part de Logan. Harvey les attendait exactement là où il l’avait promis et il n’avait pas attendu les mains dans les poches que les deux hommes ne le rejoignent. Les quelques informations qu’il donna n’eurent pas vraiment de quoi rassurer Logan. Il ne craignait pas de devoir affronter cinq hommes à deux, certainement pas avec un Elias tendu comme jamais et prêt à exploser à la première occasion. Mais quelque chose d’autre le laissa perplexe dans ce que leur raconta Harvey. “Non.” coupa-t-il plus durement qu’il ne l’aurait voulu. “Si Ezra était resté ici de son plein gré, il serait venu nous prévenir. S’il est là, c’est qu’on le retient de force.” Cela sonnait plus comme un ordre que comme une véritable réflexion, mais c’était la seule explication logique, non ? Ezra n’aura pas simplement déserté sans prendre la peine de prévenir les personnes à Fort Hope qui tenaient encore à lui et qui s’inquiétaient depuis des mois de ne pas le voir revenir… Un sentiment désagréable commençait à naître dans sa poitrine. Il ne savait pas ce qu’ils trouveraient entre ces murs, mais il commençait à deviner que ça ne lui plairait pas et que ce serait certainement un job pour le Fantôme.

Tant mieux. L’ombre avide de sang caché quelque part dans un coin de son crâne rêvait de pouvoir sortir librement depuis trop longtemps déjà. Logan observa Elias un instant, les lèvres pincées tandis qu’il essayait de jauger jusqu’à quel point il pouvait faire confiance à son ami. “On va passer par la grande porte.” décida-t-il finalement. Ça n’était pas le plan le plus subtile du monde et il en avait bien conscience. Mais le Fantôme ne se cachait pas. “Harvey, t’as ton flingue avec toi ?” demanda-t-il en attrapant son khukuri à sa ceinture. Il observa la large lame recourbée du couteau un instant, hésitant un peu à se jeter dans la gueule du loup avec rien de plus qu’une lame pour se protéger. Mais il avait Elias avec lui… “Elias et toi, vous allez me couvrir.” Il serra l’arme dans son poing. C’était comme ça qu’il se battait, il n’y avait pas de raison de changer une habitude ayant déjà fait ses preuves. “On est que trois et on sait pas combien ils sont à l’intérieur, alors on prend pas de risques inutiles. Et on négocie pas non plus. Soit ils se rendent immédiatement, soit on les descend. Et on reste groupé. C’est bon pour tout le monde ?” Peut-être n’était-il pas un soldat et il manquait certainement de stratégie militaire, mais rien qu’à sa voix, on sentait l’assurance de quelqu’un habitué à donner des ordres. Ce ton impétueux, n’acceptant pas la discussion ou la négociation et ce regard froid et sérieux prêt à transpercer ceux qu’il commandait. “Harvey, y a une corde dans le coffre. Prends-la et sers t'en pour attacher tous ceux qui acceptent de se rendre.”

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 3140
Points : 4554
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Seventy bullets for lose faith in humanity   Ven 22 Juin - 15:26
seventy bullets for lose faith in humanity
i'm not a superhero, i'm just a killer without you


11 février 2017, jour trente et un, rien de plus à dire, rien de plus à rajouter. J’étais simplement monté dans la voiture, regardant le paysage en sentant l’angoisse me prendre la gorge. Je voulais y trouver Will, c’était simple. Je voulais réussir à le retrouver, je voulais que mes déductions soient bonne, je voulais avoir raison. Je fus incapable de penser à autre chose durant le trajet et lorsque l’on s’arrêta enfin, ce fut pour entendre les indications d’Harvey. Il n’avait pas vu Will, c’était tout ce que je retenais. Le reste, le plan, je m’en fichais pas mal. La seule chose que je fis fut de le suivre. Il passerait par la grande porte. Si c’était bien ces mecs qui s’en était prit à Will, si c’était les mêmes qui avaient manqué de me tuer… La porte s’ouvrit en fracas, délicatesse légendaire de Logan, et derrière les battants exploser un homme que je reconnus bien et qui n’eut pas le temps de lever sa machette que déjà une balle venait se loger entre ses deux yeux. Dépassant Logan, je reconnaissais que l’obscurité ne jouait pas en notre faveur et avant que l’homme ne puisse me demander quoi que ce soit, le deuxième gorille arriva par des escaliers menant au sous sol. Une deuxième balle, il tomba net lui aussi. Mes bras tremblaient, mon coeur battait violemment dans ma poitrine, mais je ne montrais rien. Je ne devais pas. Sortant ma lampe de poche, je laissais le fusil glisser sur mon épaule avant de tendre mon Berretta, lumière contre le canon pour ne pas manquer quelqu’un dans l’obscurité.

Je ne savais pas si d’autres gars était menaçant, j’en avais aucune idée, je savais simplement que je tirerais à vu. J’étais pas là pour épargner des gens, j’étais là pour sortir Ezra d’ici. « Avant de te plaindre… C’est eux qui m’ont forcé à passer une nuit dehors. », Logan connaissait l’histoire, je lui avais dit. On m’était tombé dessus, deux mecs et une femme sois disante en danger, ils avaient tenté de me capturer, puis me tuer, ils m’avaient traqué… « Il y a une femme avec eux, une brune, faut l’abattre aussi, les autres tu les attaches Harvey. », ma voix était blanche, presque inanimé. J’agissais comme n’importe quel soldat sur le front, j’agissais chirurgicalement. J’avais l’impression que l’hypothèse de Logan allait se vérifier, cette femme avait joué avec mes sentiments, avec mon humanité. Il fallait la buter avant qu’elle recommencer. La lumière tremblait sur le mur, signe évident de ma nervosité. J’étais à bout. Si il n’était pas là… Déjà le simple fait que Ezra soit détenu à moins d’une heure du camps me donnait envie de vomir. J’avais passé des semaines à le cherché sans jamais rien trouver. J’étais déjà passé devant ce refuge, mais je n’étais jamais rentré, n’entendant rien. Comment j’avais pu ignorer ce bâtiment ? Si j’avais été moins con, tout ça n’en serait pas là et peut-être que nous ne serions pas obligé d’entrée en aveugle dans un bâtiment sans savoir ce qui nous attendait. J’avais envie d’aller vers la cours, Harvey avait parlé de deux personnes avec Ezra… Il fallait aller vite, que je m’apporte une réponse et ce avant que ces tremblements ne me rendent complètement incapable de tirer, de protéger qui que ce soit.  

_________________




Spoiler:
 
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 468
Points : 484
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Seventy bullets for lose faith in humanity   Lun 25 Juin - 10:03


Une journée comme une autre au sein de la maisonnée de Maryse. Après s’être réveillé d’une nuit très courte, toujours aussi fatigué, Ezra s’était dirigé avec les autres vers un petit déjeuné des plus frugal. Il n’arrivait pas à remonter la pente, ses blessures avaient partiellement cicatrisé, ses ecchymoses s’étaient résorbées, mais la fatigue demeurait. Il dormait très peu et ne se reposait pas le moins du monde il était exténué …

Quant à la nourriture, autre moyen efficace pour reprendre des forces, elle commençait à se faire rare. Ezra savait qu’une expédition se préparait mais il ne connaissait pas son heure et jour de départ. Il savait seulement qu’il n’en ferait pas partie. Il n’avait pas eu le droit de se proposer. Maryse semblait lui faire un peu moins confiance qu’au début. Mais après tout, Ezra ne pouvait lui en vouloir étant donné qu’il jouait un double jeu avec Will. Il espérait juste que ce dernier finirait par craquer pour ne pas se faire tuer.

Le tatoueur savait que la patience de sa bienfaitrice avait des limites et il ne souhaitait pas que ça soit Will qui en fasse les frais. Il déambulait dans le refuge, suivant machinalement ce que les autres hommes lui disaient de faire. Il n’aimait pas les contrarier à eux non plus. Même s’ils étaient moins terribles que Maryse, ils n’en restaient pas moins assez violent. Et Ezra ne supportait plus la violence. Il était d’ailleurs de plus en plus malade à chaque fois qu’il devait rendre visite à Will. Car il n’avait pas le choix, il devait le frapper pour préserver leur sécurité à tous les deux.

Le temps s’écoulait lentement mais sûrement, Ezra se mit donc à chercher sa nouvelle mère pour prendre ses ordres pour la journée. Étant privé de sortie extérieure, il se demandait ce qu’elle allait bien pouvoir lui demander de faire … Peut-être allait-il être préposé au ménage ou allait-il devoir faire l’inventaire des vivres qui leur restait. Tout serait de toute façon mieux que d’aller encore une fois frapper son ami. Alors qu’il était toujours à la recherche de la femme, Ezra regardait ses propres mains avec un air oscillant entre la peur et le dégout. Il ne se reconnaissait plus, et son nouveau lui ne lui convenait pas du tout.

Trainant légèrement les pieds et n’arrivant pas à mettre la main sur Maryse, il se décida à l’appeler timidement, descendant au sous-sol et espérant qu’elle ne lui en voudrait pas de la déranger.

« Maryse ? »

Ezra finit par la trouver, avec Will évidemment, et le tatoueur resta dans l’encadrement de la porte, n’osant pas rentrer dans la pièce ou elle se trouvait avec son ami, n'osant même pas relever les yeux sur lui. Il ressemblait à un enfant qui avait fait une bêtise, accroché au chambranle de la porte, le regard et la tête basse, semblant demander une faveur. Il savait qu'il n'avait rien à faire ici, et pourtant, il y était.

« Les autres vont aller au ravitaillement, tu veux que je fasse … »

Ezra n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’un bruit énorme se fit entendre, suivit d’un premier coup de feu, puis d’un second. Que se passait-il ? On les attaquait ? Qu’est-ce que c’était que ce bordel ? Il se redressa et entra se placer devant Maryse par réflexe avant de la regarder d'un air inquiet. Il devait la protéger, la mettre à l’abri, ils ne pouvaient pas rester là … Ou était les autres ? Merde, il n'était pas armé ... Qu'allait-il faire ? Ezra resta quelques secondes totalement perdu, ne sachant pas quelle décision prendre. Puis n’écoutant que son instinct il claqua la porte de la pièce et la coinça avec le premier truc qui lui passait par la main. Il tremblait comme une feuille, la voix totalement paniquée ...

« On va rester là. Okay ? Ils viendront peut-être pas ici d'accord ? »


Ezra, traina la chaise de Will dans un coin, histoire qu'il ne soir pas en face de la porte en cas de coup de feu intempestif. Et retourna auprès de Maryse, cherchant un peu de réconfort.


I walk a lonely road
Maryse OsbornI walk a lonely road
avatar
Messages : 58
Points : 407
Date d'inscription : 22/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Seventy bullets for lose faith in humanity   Lun 25 Juin - 10:57
seventy bullets for lose faith in humanity
i want to save him... me


Ma douce créature refusait de céder, encore et encore. Pourtant il n’était même plus l’ombre de lui même, il finirait par mourir à refuser ainsi qu’on l’aide. Et je n’étais pas certaine de le vouloir. Je n’avais pas engagée autant de temps, d’énergie et de violence pour rien. Si je n’avais pas cru lui être bénéfique, j’aurais oublié depuis longtemps son existence en le poignardant presque autant de fois qu’il m’avait fait souffrir et à cette simple pensée, je fus prise d’une colère sourde et brutale qui me poussa à le gifler une première fois, puis une seconde, hurlant mon désespoir sur lui alors que je perdais pied, un instant. Et puis son sang tacha à nouveau mes mains immaculés, tremblant légèrement, je le voyais, affaissé sur lui-même, comme bien souvent. Mon coeur se serra très sincèrement alors que j’avançais à nouveau vers lui, douce, les mains tremblant légèrement alors que je m’asseyais sur lui, mes mains et mes bras encerclant sa tête alors que je le prenais contre moi de façon maternelle. Je me mis à le bercer, soufflant à son oreille tout l’amour que je pouvais lui porter, « Je suis désolé mon ange, je vais te sauver. », je restais ainsi plusieurs minutes, envisageant presque de le soulager de sa peine en l’étouffant contre ma peau, mais je n’en fis rien. Retrouvant le sol, je glissais ma main dans la bassine d’eau gelé pour en tirer un linge me servant à le nettoyer à nouveau. Son visage n’était pas tant meurtri par les coup, mais du sang coulait de ses lèvres, la faim et la mort menaçant à tour de rôle de me le prendre. Et puis mon nom raisonna dans l’espace, me retournant pour lancer un regard noir à Ezra, je jetais le linge sur le sol avant de m’approcher de lui, presque prédatrice alors qu’il commençait déjà à briser le silence pour des inepties m’empêchant de profiter de mon prince au cheveux noir.

Mais ma colère s’évapora d’un coup. Levant les yeux vers l’étage supérieur, je reconnus presque le bruit d’une porte s’écrasant vers le sol, tout comme j’aurais pu entendre le bruit lourd de deux corps s’écrasant sur le sol. Et puis cet imbécile inapte claqua la porte pour nous enfermer au moment même ou le silence était devenu pesant. Il nous enferma, repoussant mon échec au bout de la pièce après avoir eu l’hérésie de croire qu’ils ne viendraient pas ici. Il était si crédule, comment avait-il fait pour survivre jusqu’ici ? « Es-tu complètement stupide Ezra ! », soufflais-je les dents serré en m’avançant vers lui, ma main enserrant bientôt sa gorge pour le priver d’oxygène. Si nous avions eu la moindre chance de nous en sortir, il venait de réduire cette réalité en poussière. Plantant mes ongles dans la chaire de sa peau, je le griffait en le poussant contre le mur avant de le lâcher pour finalement reporter mon attention sur la porte. L’on était en train de me briser l’existence, briser mon rêve de sauver ce monde et tout cela à cause de lui.

Levant les yeux vers le plafond, je regardais les dalles pour trouver quoi que ce soit pouvant nous permettre de fuir. Mais rien, aucune aération nous permettant de fuir, rien qui pourrait nous sauver. Sortant mon arme, je pris finalement Ezra dans mes bras, prête à le soulager de toutes ses peines. « Fermes les yeux et laisses moi te sauver… », murmurais-je la lame sur sa gorge, prête à me séparer de lui avant d’abréger les souffrances de cet autre âme qui m’avait jusque là résisté.  
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1997
Points : 2841
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Seventy bullets for lose faith in humanity   Lun 25 Juin - 12:24
Seventy bullets for lose faith in Humanity
I've been searching for a trail to follow again, take me back to the night we met


Aussi vaguement qu’une légère brise caressant sa peau, Will sentait près de lui la présence de Maryse dans la pièce. Il avait cessé de prêter attention à ce qui se passait autour de lui depuis un moment déjà. À quoi bon ? Chaque jour se déroulait exactement comme le précédent et ne lui apportait rien de plus que quelques nouvelles marques sur son corps déjà bien abîmé. Il ne trouvait toujours pas en lui la force d’abandonner pour de bon et de céder aux exigences de sa tortionnaire et à la place, il avait lâché prise d’une toute autre façon : en mourant, ou presque. Il passait la plupart de ses journées, tassé sur sa chaise ou sur son lit, refusait de s’alimenter à moins qu’on ne l’y contraigne par la force et n’adressait plus la parole à qui que ce soit. Même les hurlements de douleur avaient fini par le laisser en paix. Il s’enfermait dans son monde, puissant bouclier mis en place par son esprit pour le défaire de la réalité trop difficile à accepter et y vivait désormais une vie banale et heureuse qui lui convenait très bien.

Aujourd’hui encore, il était assis là et ne bougeait presque pas, ne sentait pas vraiment les coups portés par Maryse et entendait encore moins les mots qu’elle sursurrait à son oreille. Il resta prostré et immobile, serrant seulement dans son poing les plaques qu’Ezra lui avait rapportées depuis quelques semaines, comme il le faisait chaque jour. C’était la dernière chose qui parvienne encore à l’ancrer un tant soit peu au monde réel, quand le métal mordait sa peau et s’y enfonçait jusqu’à faire couler son sang, il parvenait éventuellement à se concentrer davantage sur ce qui arrivait autour de lui si seulement il l’avait voulu. Ça n’était pas le cas. Ni quand quelqu’un d’autre entra précipitamment dans la pièce, ni quand des coups de feux résonnèrent quelque part dans le bâtiment dont il n’avait jamais rien vu d’autre que sa cellule. Il ne réalisa même pas vraiment qu’il s’agissait de coups de feu, qu’il se passait quelque chose. Et il resta immobile et silencieux, fidèle à ce qu’il était devenu sous les bons soins de Maryse : un mort à peine plus virulent que certains des rôdeurs qui arpentaient encore les rues de Détroit.
 

_________________


I just wanna keep calling your name

Until you come back home
Give dat Drama'Queen' a candy
Harvey QueenGive dat Drama'Queen' a candy
avatar
Messages : 276
Points : 974
Date d'inscription : 12/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Seventy bullets for lose faith in humanity   Dim 1 Juil - 16:11
Seventy bullets
for lose faith in humanity
« Will you take me home? »
Rescue Topic | 11.02.2017

_______________________________________________________________

“Si Ezra était resté ici de son plein gré, il serait venu nous prévenir. S’il est là, c’est qu’on le retient de force” - un raisonnement de la part de Logan qui lui arracha un haussement de sourcil discret. Comment pouvait-il délibérément tenir un tel discours alors que le cas d’Isha venait directement contredire ces affirmations ? Il n’avait pas pu l’oublier, si ? “Ouais, comme a pu nous prévenir Isha…” murmura-t-il alors, suffisamment fort pour que Logan puisse l’entendre, mais pas assez pour qu’il prenne ça comme une attaque personnelle à son encontre. Ce n’en était d’ailleurs pas une. C’était simplement une réflexion qu’Harvey se faisait à lui-même, à voix haute, certes.

Le plan était extrêmement simple : il n’y en avait pas. Ils allaient rentrer là-dedans et faire du gros ménage. Deux options s’offriraient aux personnes présentes à l’intérieur de la clinique vétérinaire, à savoir : se mettre à genoux, ou finir allongé sans la moindre once de vitalité. Inutile de préciser qu’assister à une mise à mort sans injonction au préalable l'inquiétait grandement quant à la suite du programme. Mais tout se passerait bien, car il était avec Elias et Logan... Que ces gens étaient sans doute mal intentionnés… Et qu’ils n’avaient pas d’autres choix que d’en venir à cette brutalité, pour sauver Ezra. Acquiesçant d’un signe de tête quand le Fantôme lui demanda s’il possédait son fusil, il passa rapidement derrière la voiture pour y récupérer ladite corde et écouter la suite des instructions d’Elias et Logan confondus. Entrer, couvrir Logan, tirer au besoin, attacher les survivants. Ok… Il pouvait le faire… Rien de bien compliqué jusque là. Il pouvait le faire.

D’un fracas assourdissant, la porte de la clinique céda. A la première détonation qui emporta un parfait inconnu, Harvey en oublia les ordres précédemment donnés. A la seconde détonation et au deuxième corps s’écroulant lourdement au sol, il en oublia la raison de leur venue ici. Combien de temps Harvey avait-il attendu avec impatience ce moment ? Celui de pouvoir accompagner Elias et Logan sur le terrain ? Ce même moment, où il pourrait mettre en pratique tout ce qu’il avait pu apprendre ces huits derniers mois…? Il y était, mais avait l’impression de passer totalement à côté du plus important. Pire encore, il avait l’impression d’être du ‘mauvais côté’. Celui des ‘méchants’. Ceux qui débarquent dans des sanctuaires de survivants, pour les décimer jusqu’aux derniers sans chercher à engager un dialogue. Comme avaient pu le faire à maintes reprises les Punishers des mois auparavant, encore et encore. Alors l’étaient-ils…? Mauvais ? Sa lampe torche figée sur l’un des corps au sol, Harvey semblait ailleurs pendant la justification d’Elias. Une simple constatation tournant en boucle dans son esprit distrait : il était si facile de tuer.

Un silence de mort s’était emparé des lieux après les deux coups de feu d’Elias. De quoi permettre à tous ici présents d’entendre une porte claquer, suivi d’un raclement au sol. “Ça vient d’en bas ?” souffla-t-il à demi-voix en regardant respectivement Logan, Elias puis les escaliers desquels un des hommes venait de sortir. Le couloir qui menait vers la cour intérieure se situait à l’opposé du bruit suspect et semblait particulièrement calme après le brouhaha qu’ils venaient de produire. Leur nouvel objectif était donc tout tracé ? Ils devaient descendre d’un étage et s’enfoncer un peu plus dans les ténèbres de cette clinique...? Harvey se ferait un plaisir de les laisser passer devant. Il n’était pas si mal, derrière. Du moins jusqu’à ce qu’une nouvelle masse imposante se découpe à l’angle dudit couloir tranquille derrière eux, pied de biche à la main et course suffisamment rapide pour être perçue comme menaçante. Bêtement, une question lui brava l’esprit : comment pouvait-on être aussi grand et aussi large à la fois ? C’était à peine si l’individu devait courir en diagonale pour permettre à ses épaules carrées de passer entre les deux murs du couloir. Relevant à son tour le canon de son arme pour le pointer sur le géant, il appuya nerveusement sur la détente mais seul un son de cliqueti retentit, signe terrible que la sécurité de l’arme n’avait pas été enlevée. Négligence ou panique, il était trop tard pour chercher à comprendre d’où venait l’erreur commise par le plus jeune. Depuis qu’ils étaient entrés, tout se jouait à la seconde. Et durant la seconde qui suivit son échec, un pied de la taille d’un demi-boeuf se posa sur son torse afin de le propulser brutalement en arrière, droit dans les escaliers. Dans un nouveau fracas, Harvey vola à côté d’Elias et Logan pour dévaler avec violence les marches jusqu’à s’encastrer dans une montagne de cartons remplis d’objets divers à l’étage inférieur. Harvey ne s’était jamais pris de bus de sa vie, mais même sans ça, la comparaison avec ce qu’il venait d’endurer ne lui semblait pas si exagérée.

HRP:
 

_______________________________________________________________
Made by Neon Demon

_________________

Obession makes everything possible
sweet creature ☽ Forgive me For everything I've done in the past. If I had a single flower for every time I think about you, I could walk forever in my garden.
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8063
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Seventy bullets for lose faith in humanity   Dim 1 Juil - 19:26
La porte céda sans difficulté et derrière elle, les hommes encore inconscients de ce qui les attendait aussi. Logan n’eut même pas le temps de vraiment prendre la mesure de la situation que les premiers ennemis étaient déjà abattus par le soldat, sans aucune chance de rendre les armes. Il lui jeta un regard lourd de sens, couvant les prémisses d’une colère qu’il aurait préféré tourner contre d’autres que son ami. Mais comme s’il avait deviné ses mots juste en le regardant, Elias le rassura immédiatement. Les hommes qu’il avait croisés dehors, ceux l’ayant obligé à passer une nuit entière dans un arbre. La mâchoire du géant se serra et il ne laissa échapper qu’un hochement de tête pour signifier à Elias qu’il avait compris le message. Une première partie de la théorie du militaire se vérifiait déjà, ne restait plus qu’à savoir s’ils trouvaient aussi Will ici comme le soupçonnait l’homme. Le meilleur moyen de le savoir étant de chercher, Logan ressera son arme dans son poing et poursuivit avec le plan. Il avait fait à peine deux pas lorsqu’une porte claqua dans le silence. Il y avait encore d’autres personnes ici et probablement la femme dont Elias parlait. Le regard de Logan se posa sur la cage d’escalier, il n’aimait pas spécialement l’idée, mais quel choix avaient-ils ?

“Allons-y.” souffla-t-il en se mettant en marche lui-même, pressé d’en finir avec cette mission sauvetage qui ne lui disait rien qui vaille. Et la suite des événements confirma qu’ils n’étaient absolument pas assez préparés pour s’en sortir. En un clin d’oeil, un autre homme entrait dans la pièce et Logan armé d’un simple couteau n’eut pas le temps de réagir assez vite. Il sauta sur l’homme dès qu’il vit Harvey vaciller vers l’arrière, dores et déjà paniqué à l’idée que cette mission leur fasse subir des pertes et celle de l’adolescent plus encore. Son corps rencontra brutalement celle de l’autre et sa lame s’enfonça dans l’épaule massive tandis qu’il attrapait sa gorge de sa main libre. Une douleur vrilla rapidement ses côtes, tandis qu’il rencontrait le mur dans son dos contre lequel l’autre venait de le projeter. Il essuya quelques coups et se débattit pour en rendre autant que possible et arracher sa lame de la chaire de l’inconnu. Trop rapidement, ce ne fut plus qu’un enchaînement chaotique de coups de poings, de pieds et d’armes tranchantes au point que les mains de Logan couvertes de sang lui firent perdre son emprise sur son khukuri qu’il laissa tomber au sol. Il glissa par terre une seconde après et profita d’avoir ses deux mains libres pour sortir son revolver, ayant tout juste le temps de retirer la sécurité avant que l’homme ne revienne à la charge. La détonation résonna violemment dans le silence et le poids de sa victime tomba sur le corps de Logan toujours couché au sol.

Il se dégagea tant bien que mal du cadavre et s’agenouilla le temps de retrouver son souffle. Un simple coup d’oeil vers la cage d’escalier l’informa qu’Elias et Harvey n’attendaient plus devant. Il retint un juron et ramassa ses deux armes oubliées dans le bain de sang au sol et se remit debout pour descendre à son tour dans les escaliers. L’obscurité l’empêchait de voir réellement, mais il retrouva assez rapidement la lueur vacillante des deux lampes un peu plus loin, plantés devant une porte ouverte. Il les rejoignit au pas de course et s’arrêta à son tour derrière les deux hommes, alors qu’il posait des yeux écarquillés sur le spectacle de l’autre côté.

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 3140
Points : 4554
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Seventy bullets for lose faith in humanity   Dim 1 Juil - 20:33
seventy bullets for lose faith in humanity
i'm not a superhero, i'm just a killer without you


11 février 2017, jour trente et un,une porte claqué, un objet tiré sur le sol. Il y avait du monde en bas. Des personnes étaient là, il fallait y aller. Je savais que tout pouvait dérapé à tout moment, mais quand je vis l’homme arriver et Harvey rater son coup… J’eus brutalement peur d’en emporter d’autre que moi dans ma descente aux enfers. La chute du gamin dans les escaliers fut brutale, quoi qu’amortie par des carton sans doute. Logan sauta alors sur l’homme, ne me laissant que très peu de temps pour réagir. C’était Logan, j’eus sans doute la faiblesse d’esprit de croire que l’homme s’en sortirait. Je fis alors le tours, descendant les escaliers pour rejoindre Harvey et le redresser. Les mecs qui m’avait presque tué étaient là, je voulais croire qu’il y avait un lien avec tout ça, avec les disparitions d’Ezra et de Will. Je voulais y croire. Prenant le visage d’Harvey dans mes mains, je vérifiais à la faible lueur du jour qu’il n’avait rien de grave avant de reprendre la descente des quelques marches restante, le gosse à mes talons, « Logan va s’en sortir… », soufflais-je pour le rassurer ou pour me convaincre que cela serait vrai. Si l’homme venait à mourir… Non, je ne me trompais pas, Logan s’en sortirait et tout le monde irait bien. Il fallait simplement que l’on trouve d’ou venait le bruit et si jamais il s’agissait de cette femme… Je me ferais un plaisir de lui faire passer toute envie de quoi que ce soit.

Deux portes furent ouverte avant que l’on ne se présente à la dernière, mes mains tremblaient de plus en plus, comme si je craignais à tout moment de découvrir quelque chose de plus violent encore. Frappant la porte avec mon pied, cette dernière s’ouvrit brutalement, révélant cette femme, une lame sous la gorge d’Ezra. Je resserrais ma prise, prêt à la tuer lorsqu’elle le lâcha brutalement, reculant et le faisant entrer lui dans mon champ de vision. Une seconde, c’était tout ce qu’il m’avait fallu pour voir mon monde s’écrouler. Il était là, attaché sur une chaise, le corps complètement marqué. Il était là, assis sur cette chaise, réduit à… Je ne réalisais pas immédiatement qu’une larme avait glissé sur ma joue. Je ne réalisais pas immédiatement que mes bras descendaient, mon arme se figeant vers le sol alors que je le voyais pour la première fois depuis bien trop longtemps. Je n’y avais plus cru, j’étais persuadé qu’il n’était plus là et seul des brides d’espoir avaient encore continué à me maintenir en vie. Des espoirs que j’avais cru ridicule jusqu’à aujourd’hui. Mais il était là. Il était là et plus rien n’avait réellement d’importance en cet instant, il n’y avait que lui. J’en avais oublié Ezra, cette femme, là situation. J’avais tout oublié jusqu’à pourquoi j’étais ici. Non là, je ne voyais que lui, jusqu’à ce qu’il bouge brusquement, jusqu’à ce qu’on le force à le lever avant de glisser quelque chose sous son cou. Mon regard remonta sur cette femme à l’allure sauvage et dont le sourire me rappela de mauvais souvenir. Elle était en train de le menacer… Elle était en train de vouloir me le prendre. Elle voulait me le prendre encore plus qu’elle ne l’avait déjà fait. Elle… Mon arme reprit sa position initiale alors que ma vue se brouillait, alors que je perdais tout sens pratique, tout logique. Mon monde s’écroula un peu plus avant que je n’appuie sur la détente, tirant dans l’épaule du bras tenant l’arme. Je fis un pas de plus en avant alors qu’elle refermait sa prise, « Lâches le… », soufflais-je, étrangement calme, malgré la tempête qui s’éveillait de plus en plus.  

_________________




Spoiler:
 
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 468
Points : 484
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Seventy bullets for lose faith in humanity   Lun 2 Juil - 10:08


Elle était en colère contre lui, Ezra ne savait pas trop pourquoi d’ailleurs, il essayait de faire de son mieux, mais il n’était pas habitué à ce genre de situation. Lui ne protéger pas les autres d’habitude, il fuyait. Mais là il ne voulait pas abandonner ses proches, ni Maryse, ni Will. Il était totalement perdu. Mais bientôt, elle l’accueillit dans ses bras et tout sembla se calmer autour de lui. Tout irait bien maintenant. Même la lame posée sous sa gorge ne l’inquiétait pas plus que cela. Elle savait ce qui était bon pour lui alors il la laissait décider.

Soudain, du bruit dérangea leur tranquillité, comme quelque chose qui dévalait les escaliers, puis il y eut des bruits de luttes et maintenant un bruit lourd de porte qui s’ouvre sous les assauts de quelqu’un … Cette dernière céda rapidement, Ezra aurait pensé qu’elle les protégerait plus longtemps au moins le temps que tout soit réglé. Maryse voulait le tuer et Ezra ne souhaitait pas lutter, s’il devait mourir autant que ça soit de sa main à elle. Elle l’aimait, et elle savait ce qui était bien pour lui.

Mais au lieu d’abréger ses souffrances, elle le repoussa. Ezra lui lança un regard d’incompréhension. Elle avait changé d’avis pour lui ? Que devait-il faire ? Il leva la tête, se demandant ce qu’il allait bien pouvoir faire pour protéger Maryse et Will et là, le choc le frappa de plein fouet.

Elias …

Elias était vivant … Et il venait sauver Will … Ezra n’en revenait tout simplement pas, il restait figé à regarder cet homme qu’il avait pensé mort. Mais avant qu’il ait pu manifester le moindre signe extérieur de joie. Un coup de feu retentit et Ezra sursauta franchement perdant le pauvre sourire que la vision d’Elias vivant avait imprimé sur son visage fatigué et écarquilla les yeux en se retournant dans la direction ou l’ex-soldat venait de tirer. Et là, son moment de féliciter s’effondra.

« MARYSE ! »

Sortant de son profond choc, Ezra se précipita vers la femme qui avait pris soin de lui, à sa façon pendant ses derniers mois. Elle saignait, mais elle menaçait toujours Will … pourquoi ne le lâcherait-elle pas ? Elle devait le laisser, c’était fini maintenant, Elias allait récupérer Will et s’en aller. Et ils pourraient partir, elle et lui, tous les deux dans un endroit plus accueillant. Loin d’ici et des mauvais souvenirs … Ezra se dirigea vers elle de manière assez précipité, puis attrapa par la lame, l’arme de cette dernière avec sa main, afin de protéger la gorge de Will. Il parlait tranquillement, cherchant à raisonner la femme.

« Maryse … arrête … Il va te tuer … S’il te plait. Lâche-le. Laisse-le partir … Elias ne te fera pas plus de mal si tu n’en fais pas a Will … »

Il se moquait de se faire blesser, il se moquait qu’Elias et les autres soit là, il voulait juste que Maryse lâche Will. Il se doutait bien qu’Elias voulait seulement récupérer son amant. Et tout irait pour le mieux si elle se rendait, si elle le rendait.

« Ma … Maryse tu saignes … Arrête … ça va aller … Ne lui fais pas de mal … S'il te plait... »



I walk a lonely road
Maryse OsbornI walk a lonely road
avatar
Messages : 58
Points : 407
Date d'inscription : 22/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Seventy bullets for lose faith in humanity   Lun 2 Juil - 11:05
seventy bullets for lose faith in humanity
i want to save him... me


Une nouvelle lutte, des bruits s’approchant de nous, puis cette porte qui s’ouvrit sur lui. Je reconnaissais ce visage pour l’avoir voulu ici. Le monde était donc si petit que celui qui garda l’homme à flot soit aussi celui que j’avais tenté de faire venir ici ? Je ne doutais pas de ce qu’il voulait, je savais. Lâchant Ezra brutalement, je reculais pour arriver à la chaise ou je déléguais mon jeune Éphèbe pour finalement glisser ma lame sous sa gorge. Si c’était vraiment lui qu’il voulait, je le tuerais. Il se refusait à mon paradis depuis trop longtemps et à présent, il attirait l’enfer. Dès que la lame avait touché le cou de l’homme, une détonation retentit, m’arrachant un gémissement de douleur avant que la chaleur ne se répande le long de mon bras. J’avais connu pire, bien pire, et il n’allait pas me faire perdre. Je ne lâcherais pas l’homme, pas face à l’enfer. Resserrant ma prise malgré la douleur, je vis Ezra se précipiter vers moi, m’empêchant de prendre une vie en m’affirmant que j’allais me faire tuer si je refusais de le laisser partir. « Heureux sont les idiots… », soufflais-je en l’entendant me répéter des inepties. Ça n’irait pas bien, oh non. Un rire grave traversa ma gorge avant que ma tête ne bascule, la folie trouvant de nouveau son chemin dans mes veines. Il était si stupide… « Je t’ai torturé pendant des mois Ezra, et ton esprit m’a cédé mon ange. Cet homme a connu l’enfer pendant de longues journées grâce à toi… Ni toi, ni moi n’y survivront… », soufflais-je à quelques centimètres des lèvres de l’homme, pour que lui seul est conscience de ce fait.

Ma lame appuya sur la peau tendre d’Ezra, me fichant pas mal de le blesser si cela pouvait au moins libérer une âme. « Il doit mourir… Comme nous tous… », murmurais-je une première fois avant de répéter un peu plus fort, pour m’en convaincre et convaincre le monde. Il devait mourir. Il devait mourir. Glissant mon visage vers l’oreille de l’homme encore contraint par des chaines, je lui soufflais acide, « Tu as corrompus mon monde… », prenant mon arme dans ma seule main réellement valide, je glissais le long de sa carotide, « Mais tu avais raison, il va me tuer… Mais tu mourras et en plus d’être devenu un monstre dont le sang noirci les mains et le coeur, tu seras mort… Il va se tuer lui-même et tu seras… l’unique… responsable… », il allait me détruire, cet homme causerait ma perte… Je préférais l’anéantir une dernière fois avant la fin. Relevant les yeux vers l’homme armée, j’appuyais sur le cou de son sa bonne action, laissant quelques gouttes de sang perler avant de lui parler directement, « Tu vas tuer une mère, mes filles vont vivres sans leurs mères à cause de lui ? Il vaut deux orphelines ? », demandais-je légèrement hystérique. Il me tuerait, il le ferait, mais il aurait la tristesses, le désespoirs de mes amours. Et en plus de ça, il perdrait la personne pour laquelle il était venu. Il ne s’en remettrait jamais et la souffrance serait son fardeau pour le reste de sa triste existence. .  
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1997
Points : 2841
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Seventy bullets for lose faith in humanity   Lun 2 Juil - 12:48
Seventy bullets for lose faith in Humanity
I've been searching for a trail to follow again, take me back to the night we met


Le regard de Will se détacha du vide dès le premier coup qui secoua la porte de sa cellule. Il se fichait de ce que Maryse pouvait lui faire, mais même lui savait qu’une telle agitation n’était pas normale. Il observa vaguement sa tortionnaire affairée à menacer Ezra de sa lame, mais un second coup fit trembler la porte et il les oublia bien vite. Le battant céda et le coeur de Will explosa dans sa poitrine, tandis que son visage se tendait imperceptiblement, que ses yeux s’écarquillaient doucement et ses lèvres s’entrouvaient pour y laisser passer à peine un souffle. Au travers de la brume dans son esprit, la silhouette d’Elias se découpait aussi clairement que s’il s’était réellement tenu debout devant lui, son arme à la main et ses yeux écarquillés de surprise. Mais il était mort. Maryse l’avait dit et… Will venait de passer des jours, des semaines, peut-être plus, à repousser cette idée jusqu’à ce qu’elle ne remporte le combat. Elias était mort et personne ne viendrait le sauver. Son esprit lui jouait encore un tour, plus cruel que jamais et il ne voulait plus de ça. Il ne voulait plus de ces visions, de ces fantasmes douloureux et des subterfuges de son cerveau pour le torturer. Sa vision se brouilla à mesure que les larmes emplissaient ses yeux. Il refusait de continuer à vivre avec ça. Alors… De toutes ses forces, il serra le poing autour des plages jusqu’à ce que le fer ne vienne déchirer la paume de sa main. La douleur le réveilla un peu plus, mais tout juste. Mais elle parvenait toujours à le ramener un peu à la réalité quand il le fallait absolument et qu’il perdait le fil entre réalité et fantômes agglutinés dans son crâne. Et aujourd’hui, cette douleur enterrerait pour de bon le spectre d’Elias.

La vision ne se dissipa pas. Le temps que Will réalise qu’aucune douleur ne pourrait jamais l’effacer, Maryse était auprès de lui et l’obligeait à se relever. Son corps affaibli trembla contre celui de la femme qui le maintenait contre comme s’il ne pesait rien. Il sentit vaguement la menace de la lame contre sa gorge, mais ça lui était plus égal que jamais. Elias était toujours là et plus les secondes filaient, moins Will comprenait pourquoi. Maryse parlait, Ezra aussi, sans qu’il ne comprenne le sens de leurs mots. “Elias…” souffla-t-il, probablement trop bas pour que quiconque d’autre que les deux personnes autour de lui ne puisse l’entendre. Sa gorge le brûlait à essayer de parler pour la première fois depuis des jours, mais ça lui était complètement égal, ça aussi. Il releva les yeux vers Ezra. Après tout ce temps, toutes ces souffrances, il avait encore un peu de mal à croire que les choses pourraient se terminer bien pour lui. La lame s’enfonça plus durement dans sa gorge et les mots de Maryse parvinrent enfin à l’atteindre. Des larmes coulèrent de plus belle sur ses joues et, en dépit de tout bon sens, Will s’agita comme s’il croyait vraiment pouvoir échapper à l’emprise ferme de la femme.

La douleur se fit plus forte, l’obligeant à se tenir tranquille. “Lâchez-moi.” Cela sonnait plus comme une supplique qu’autre chose, mais après tout ce qu’il avait traversé ici, il n’avait plus vraiment d’orgueil à blesser. Ses bras remuèrent un instant, mais au moindre mouvement le couteau s’enfonçait davantage dans sa peau. Et pour la première fois depuis ce qui lui semblait une éternité, Will ne voulait pas mourir. Pas maintenant, alors qu’Elias se tenait enfin devant, l’avait enfin retrouvé. Il cessa complètement de bouger et reposa ses yeux sur le soldat. La seule chose qu’il ait encore à perdre se tenait devant lui et sa seule chance de le retrouver un jour demandait de lui faire confiance pour les sortir de là. Malgré tout, les cendres de l’espoir ne se rallumait pas.
 

_________________


I just wanna keep calling your name

Until you come back home
Give dat Drama'Queen' a candy
Harvey QueenGive dat Drama'Queen' a candy
avatar
Messages : 276
Points : 974
Date d'inscription : 12/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Seventy bullets for lose faith in humanity   Jeu 5 Juil - 23:04
Seventy bullets
for lose faith in humanity
« Will you take me home? »
Rescue Topic | 11.02.2017

_______________________________________________________________

On lui avait dit et répété qu’il était doué. On lui avait assuré qu’il était ‘meilleur’ que les autres… Plus intelligent, plus courageux, plus droit, plus juste, plus fort, plus tout… Mais l’était-il réellement ? Toutes ces belles paroles n’étaient-elles pas que pures calomnies ? Allongé au sol, semi-conscient et totalement vulnérable, son fusil à plusieurs mètres de sa position, il ne correspondait pas à la description qu’on faisait habituellement de lui et encore moins, à ce survivant solide qu’il pensait être. Il n’était rien. Rien de plus qu’un adolescent perdu qui tentait vainement de jouer dans la cour des grands. Un gros monsieur l’avait poussé avec son pied et cela avait suffit à le mettre hors d’état de nuire. Il était pathétique et cette triste constatation s’exprima via une larme inconsciente le long de sa joue.

Le visage totalement engourdi et encadré par les deux mains fraîches d’Elias, Harvey s’efforçait de reprendre ses esprits. Sonné comme jamais, une vive douleur dans le crâne, il se laissa manœuvrer sans broncher. Il ne se sentait pas très bien, mais ne dirait rien à ce sujet. Elias ne lui en avait d’ailleurs pas réellement laissé le temps, l’heure était grave et le temps ne jouait pas en leur faveur. Un empressement pour se relever qui rappela à Harvey la situation délicate dans laquelle ils se trouvaient. Après sa chute, il n’y pensait plus, mais les choses lui revenaient peu à peu. Sans un sévère appui sur l’une des épaules d’Elias, le plus jeune n’aurait pourtant pas pu se remettre sur pieds aussi rapidement. Heureusement l’asiatique était là et une fois debout, Harvey se contenta de rester sur ses talons sans même remarquer l’absence de Logan. D’une main sur son front douloureux, il essuya rapidement le sang coulant à profusion d’une de ses arcades gonflées avant de récupérer son arme au sol. Comment est-ce qu’il allait expliquer ça une fois à Fort Hope….? Qu’est-ce qu’il allait bien pouvoir dire à Noah quand ce dernier exigera d’examiner chacun d’entre eux…? ‘Désolé j’suis tombé dans un escalier’ ? Putain… Ça ne pouvait pas être réel… Une phrase qui devait également tourner dans la tête d’Elias alors qu’ils se retrouvaient rapidement confrontés à une image des plus déstabilisantes.

Ezra était là, vivant. Will aussi. Puis cette femme qui les menaçait tour à tour, s’attardant sur Will plus que sur le tatoué qui ne semblait pas vouloir prendre fuite alors que plus aucune chaîne ne le retenait du côté de sa geôlière. Qu’est-ce qui se passait ici…? Et pourquoi sa tête lui faisait-elle aussi mal…? Et d’où lui venait ses nausées…? Puis tous ces échanges, le coup de feu... Harvey n’arrivait plus à suivre, il voyait les gens s’agiter autour de lui sans parvenir à être totalement dedans. Ses oreilles bourdonnaient bien trop. Cette femme parlait bien trop. Elias tirait trop. Harvey avait conscience que la situation était grave… L’enjeu énorme. Les conséquences de chaque acte ou parole, dévastatrices. Il était question de la vie d‘Ezra, de la vie de Will et donc un peu aussi de la santé mentale d’Elias. La moindre erreur pouvait être fatale, Harvey le savait, il l’avait toujours su depuis qu’ils étaient entrés. Ils ne pouvaient pas faire n’importe quoi, pas dire n’importe quoi. Pas sans réfléchir, pas sans un plan. C’est pourquoi Harvey finit par baisser le canon de son propre beretta. Cette femme était déjà tenue en joue par Elias, qui semblait plus tendu que jamais et à juste titre. En rajouter une couche en la menaçant de son arme à feu ne faciliterait pas les choses.

Le discours de cette Maryse était déconstruit, mais même après l’avoir écouté en diagonale, Harvey pouvait facilement en conclure qu’elle n’avait plus toute sa tête. Les tarés, étrangement, il savait les repérer depuis le temps... Si elle tentait d’engager un dialogue par ses accusations salés, elle ne trouverait pas en Elias l’interlocuteur à l’écoute. Il voulait Will. Et si elle ne lui rendait pas… Tous finiraient par le regretter. Plus le ton de la conversation montait et plus l’hystérie de ses paroles résonnaient à travers les parois de la clinique désaffectée. Et quand la lame de son arme blanche s’enfonça un peu plus profondément dans la chair de Will, Harvey prit parole afin de calmer le jeu : “T’es sérieuse là, à nous jouer la carte de la mère de famille dévastée...? Ça sera quoi après ? La femme enceinte ?” - souffla-t-il désagréable au possible, insufflant à ses paroles toute l’insolence dont il était capable sur l’instant. Il fallait juste gagner un peu de temps pour que Logan arrive. “Tu sais….Maryse. On pourra pas parler aux noms de tes filles… Mais… Je peux quand même m’avancer, en connaissance de cause et sans trop craindre de me mouiller, qu’aucun gamin, même dans un monde aussi pourri que celui-ci, n'approuverait ta façon de te comporter. Aucun enfant n’a envie d’avoir une psychopathe comme mère, ou comme père. Puis des orphelins, y a plus que ça de nos jours. On se serre les coudes. Si tu relâches Will et Ezra maintenant… On s’assurera que tes filles puissent se reconstruire dans un environnement sain” lui assura-t-il avec toute la bonne conviction du monde, sans même chercher à déceler le vrai du faux dans ce qu’elle avait pu leur dire un peu plus tôt. Si ses filles étaient importantes, alors elle prendrait la bonne décision pour leur assurer un avenir, non ? “La mère attentionnée que tu es… Priverait ses filles d’une telle opportunité ? Tout ça par quoi ? Pur égoïsme ? Si tu tues Will...C’est toi qui condamne tes filles” Non… Ce n’était pas encore assez clair sans doute. Elle avait délibérément livré l'information qu'elle possédait des enfants. Pensant naïvement que cela jouerait en sa faveur sans doute... Mais l'amour n'était pas une force. C'était une faiblesse. Une faiblesse, qu'il fallait constamment exploiter. “Tue nos amis et c’est tes filles qu’on tuera. Et tu ne pourras t’en prendre qu’à toi-même” affirma-t-il d’une voix parfaitement placide.

HRP:
 

_______________________________________________________________
Made by Neon Demon

_________________

Obession makes everything possible
sweet creature ☽ Forgive me For everything I've done in the past. If I had a single flower for every time I think about you, I could walk forever in my garden.
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8063
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Seventy bullets for lose faith in humanity   Ven 6 Juil - 1:15
Ils étaient là. Après toutes ces semaines de souffrances, de doutes et d’espoir envolé, ils étaient finalement là. Tous les deux en vie, à défaut d’être en bonne santé. Pour Will, tout du moins, car Ezra… Le regard de Logan resta figé sur le tatoueur pendant quelques secondes avant que le coup de feu ne détourne son attention. Tout s’enchaînait à une vitesse incroyable et les informations peinaient à toutes être traitées par l’homme. Il ne comprenait pas pourquoi Ezra semblait vouloir aider cette femme plutôt que de se précipiter vers eux, ni pourquoi on avait laissé l’occasion à cette folle de s’approcher si près de Will. Mais dès que ce fut le cas, dès que le géant constata la lame pressée contre la gorge de l’ingénieur, le temps stoppa stoppa sa course lentement. Il s’inquiéta vaguement pour Will, mais son attention se posa surtout sur Elias. Dans la même situation que le soldat, il savait qu’il n’aurait pas su réagir avec calme. Et après les semaines que son ami venait de passer à se torturer, au point même d’en vouloir à sa propre vie… Il ne pariait pas sur une conclusion heureuse.

La femme proféra quelques menaces et se décida finalement sur la pitié. Cette tentative aurait pu fonctionner si seulement elle ne tenait pas Will entre ses griffes et qu’il n’était pas dans cet état… Lamentable semblait un mot faible pour le décrire actuellement. Harvey fut le plus rapide à réagir, arrachant une grimace à Logan avec ses menaces à peine subtiles. L’homme s’approcha d’un pas à son tour, mais au lieu de tenter quoi que ce soit pour empêcher l’adolescent de parler, il se planta plutôt dans le dos d’Elias et posa une main ferme sur son épaule. Il pouvait sentir ses muscles tendus sous ses doigts et la rage pulser dans son sang. “Elias…” souffla-t-il à voix basse, de sorte que le soldat soit le seul à l’entendre. L’homme avait abattu chaque personne qu’ils avaient croisées en entrant sans la moindre hésitation. Maintenant qu’il tenait en joue la femme menaçant son compagnon… Logan voyait le bain de sang arriver à une vitesse astronomique. “Elias, doucement.” Il avait eu à jouer le rôle de la main vengeresse de la Justice plus d’une fois au cours des derniers mois et il savait ce que ça faisait de vivre avec les fantômes de ses victimes. Ça n’était pas quelque chose qu’il souhaitait à son ami.

Sa main quitta l’épaule du soldat et il se déplaça précautionneusement pour se placer à ses côtés. Il se redressa tranquillement, pour imposer davantage sa taille impressionnante et le sentiment de danger qui venait souvent avec. “Lâche ton arme et laisse-le partir.” ordonna-t-il. “Tous tes hommes sont morts, c’est terminé. Libère Will, c’est ta seule chance de sortir d’ici en vie.” La tension le forçait à jeter sans arrêt quelques regards en coin à Elias. Il entendait le mensonge dans sa propre voix beaucoup trop clairement. Si cette femme passait le pas de la porte un jour, ce serait en tant que cadavre ressuscité par le fléau de leur vie, rien d’autre. Et bien qu’elle donne l’air d’être une vraie folle, il la soupçonnait suffisamment intelligente pour l’avoir compris.

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
We have ashes, fire and hope
Elias KanekiWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 3140
Points : 4554
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Seventy bullets for lose faith in humanity   Ven 6 Juil - 7:22
seventy bullets for lose faith in humanity
i'm not a superhero, i'm just a killer without you


11 février 2017, jour trente et un,Pourquoi Ezra protégeait cette femme ? Pourquoi il lui demandait de lacher ? Pourquoi il se préoccupait de son état ? J’avais un milliard de question en cet instant, mais toutes s’évanouir dans la nature quand elle brisa à nouveau le silence, lorsque ses lèvres glissèrent le long de Will pour lui parler. Puis une demande, une information concernant ses filles innocentes qui seraient amené à vivre sans elle. Je ne fis pas vraiment attention au fait, qu’à cet instant, j’aurais pu tuer les gamines de mes propres mains si cela libéré Will. Et quoi qu’elle dise au final, seule la lame commençant à s’enfoncer sembla trouver un échos en moi. Le regard fixé sur le sang coulant du cou de Will, je n’entendis plus rien, ressenti plus rien aussi pour être tout à fait honnête. Harvey parla mais je ne saisis que des brides de menaces décousu alors que Logan, bien que présent physiquement, ne m’arracha pas plus un sursaut de conscience qu’il ne me rendit Will. Ils voulaient tous qu’elle lâche son arme, mais elle comme moi le savions très bien et le regard qu’elle me lança, se sourire qui me répondit… Elle se pencha à nouveau sur Will pour lui souffler quelque chose avant que la lame ne s’enfonce un peu plus dans sa peau. Mon bras armé se tendit vers Ezra tirant à côté de lui, le frôlant aussi pour que la peur, pour que l’instinct si il lui en restait encore, le fasse reculer. Si il s’interposait encore une fois, il était mort. Et puis le Beretta fut de nouveau dirigeait vers elle.

Il y eu un premier coup de feu dans son coude, puis une deuxième dans son épaule, il y eut autant de tire dans ses articulations que je n’avais de balle dans mon 9mm. Ce dernier échoua d’ailleurs sur le sol lorsqu’il n’eut plus la moindre utilité. Je voulais la faire reculer, l’éloigner de Will et cela fonctionnait plutôt pas mal, les impacts l’ayant repoussé jusqu’à un mur ou elle ne pouvait même plus tenir faute d’articulation viable. Mais au delà d’avoir sauvé Will… J’avais besoin qu’elle souffre et c’était le cas, ses gémissements de douleurs brisé le silence que j’avais imposé et au lieu de supplier, elle riait. Que pouvait-elle espérée de plus en cet instant ? Je n’en savais rien. Tout comme je ne sus pas exactement pourquoi je me retrouvais avec mon fusil dans les mains, ni même pourquoi j’avais continué à tirer après la première balle lui ayant traversé le crâne. J’avais tiré jusqu’à ce que le cliquetis d’un chargeur vide ne se répète en boucle, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien à lui figer dans le crâne.

Le corps de cette femme ne ressemblait plus à rien, j’avais involontairement avancé vers elle et le trou pourtant si précis entre ses deux yeux n’étant plus qu’un champ de bataille ayant était victime de rage si brute que cela en avait perdu son humanité. Le fusil glissa le long de mon corps, le sang parsemant mon visage de quelques éclats alors que le mur était à présent repeint d’une couleur vermeil. Je restais là à observer le carnage, ne ressentant plus rien à cet instant. Ni haine, ni colère, ni dégout, ni peur. Pourtant j’aurais du avoir peur, peur de ce qui venait de se passer. Peur de cette cruauté, de cette perte de contrôle m’ayant poussé à utiliser des dizaines de balles sur un cadavre. J’aurais du avoir peur de ça, mais je n’en ressentais même pas l’existence. J’avais tout simplement mit fin à un orage. Pourtant j’étais tétanisé là, fixant le cadavre sans pour autant oser bouger, sans pour autant rendre tout cela réel. J’aurais voulu pouvoir prendre Will dans mes bras, mais face à ce massacre, quelque chose semblait vouloir me faire rester face à ma réalité, face à cette réalité. Elle était morte, tout simplement.

Finissant par reculer d’un pas, je me tournais lentement vers Will, vers ses chaines. M’abaissant dans son dos, je voulus l’en défaire, mais à peine avais-je posé mes doigts sur ces dernière que déjà mes tremblement puissant m’empêchèrent d’y arriver. Là encore j’échouais à le sauver, là encore je n’arrivais pas à le ramener à la maison. Quand à le toucher… Je savais, j’espérais que tout ça ne soit pas réel, mais je commençais à ressentir la peur, celle qu’il ne soit qu’une nouvelle illusion ayant porté ma colère tant ce que je venais de faire perdait peu-à-peu son sens. J’étais tétanisé n’arrivant à rien comme piéger dans un songe…  

_________________




Spoiler:
 
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 468
Points : 484
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Seventy bullets for lose faith in humanity   Sam 7 Juil - 10:00


Ezra sentait une crise de panique poindre. Il ne comprenait plus rien à ce qu'il se passait, il était perdu. Il avait l'impression que le petit monde qu'il s'était créé avec Maryse volait en éclats.
Pourquoi Maryse le rejetait maintenant ? Il aurait voulu l'aider et la soutenir, mais elle s'en moquait, elle préférait le mettre de côté et l'enfoncer un peu plus dans ses propres ténèbres. Mais Ezra n'arrivait même pas à lui en vouloir. Ses paroles, ses gestes, rien ne lui ferait oublier qu'elle l'avait aider. Il entendait des voix au loin, il les connaissait pour les avoir déjà entendues. Logan, Harvey ... Elias était venu avec d'autres personnes de Fort Hope ? C'était bien. Ainsi, il pourrait récupérer Will assez facilement. Maryse serait assez raisonnable pour ne pas tenir tête à un groupe bien armé. Enfin, c'était ce qu'essayait de se convaincre Ezra. Mais au vu de la situation, cette dernière glissait droit vers un drame, et ils ne pourraient sûrement pas faire demi-tour.

Il restait fixé sur la blessure de cette dernière qui saignait abondement, en écho à l'estafilade qu'elle lui avait infligée dans la paume de sa main. Il regardait le liquide écarlate se rependre et mouiller le pull qu'elle portait, comme hypnotisé de manière malsaine par ce spectacle. Il voulait aller l'aider, mais un nouveau bruit sourd l'arrêta net quand il esquissa un mouvement vers elle. Il tourna un regard terrorisé vers la source du coup de feu ... Elias ... Il venait de lui tirer dessus, il l'avait volontairement manqué, mais cela restait tout de même très impressionnant ... Ezra resta pétrifier, la peur l'empêchait de garder le contrôle de sa respiration irraisonnée, et sa crise se fit plus qu'impressionnante. Il n'entendait plus rien, seulement un léger sifflement pour le moment, sa vue était légèrement brouillée et il ne comprenait pas pourquoi ... Et rien ne s'arrangea quand une autre balle, puis une autre, puis encore une autre et ainsi de suite, allèrent se loger dans Maryse, jusqu'à ce qu'elle ne ressemble plus qu'à un vil tas de viande morte. Ezra n'avait jamais vu quelque chose de ce genre.

Mais, comme par automatisme et sans vraiment s'en rendre compte, il était allé soutenir Will quand Maryse l'avait lâché sous l'action des impacts de balle tirées par Elias.

Le bruit des coups de feu, l'odeur du sang, la vue d'un corps humain déchiqueté par les balles. Ezra était dépassé. Son cerveau enregistrait cette scène alors que lui aurait simplement voulu fermer les yeux et ne rien voir. Mais il n'y arrivait pas. Son regard restait désespérément posé sur le cadavre de Maryse. Malgré lui, son estomac se souleva et il vomit, juste à côté du duo pitoyable qu'il formait avec Will. Il aurait voulu s'excuser, mais aucun son ne sortait de sa bouche. S'en était trop pour lui. Il n'était pas préparé à un tel déchaînement de violence. On venait de tuer Maryse ... Le prochain serait sûrement lui, mais peu importait. Will était vivant, comme Elias d'ailleurs, alors tout irait bien. Ezra avait l'impression de s'étouffer et plus les secondes passaient, plus il avait la sensation qu'il allait s'évanouir, mais sans réellement y parvenir. Et s'était finalement bien pire.

Il tremblait de tous ses membres et il se rendit compte à ce moment-là qu'il soutenait Will. Il était incapable de se souvenir comment il avait atterri là, mais il ne savait pas encore combien de temps il allait pouvoir tenir ainsi. Il espérait que ce dernier n'avait pas été plus blessé durant la rixe, mais de là ou il était, sa blessure à la gorge paraissait superficielle.

Tout ce que voulait Ezra c'était sortir d'ici, vite, très vite. Il voulait oublier ce qu'il venait de se passer et fuir, fuir loin de tous ça. Loin de ce carnage. Sa respiration ne se calmait pas pour autant, il devait sortir d'ici. C'était une question de survie. Mais tant que personne ne prenait le relais, il ne pouvait laisser Will là, à essayer de tenir maladroitement sur ses jambes, affaiblies par le mauvais traitement qu'il avait reçu.



I walk a lonely road
Maryse OsbornI walk a lonely road
avatar
Messages : 58
Points : 407
Date d'inscription : 22/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Seventy bullets for lose faith in humanity   Lun 9 Juil - 9:03
seventy bullets for lose faith in humanity
i want to save him... me


Si l’un me menaça, moi et mes filles, m’arrachant un élan de haine à son égard alors qu’il évoquait la possibilité de me prendre mes princesses, mes amours. Je ne m’étais pas tant battue pour elle, pour leurs survie pour finalement les voir se faire tuer par un gamin à peine plus âgé qu’elles. Il ne récolterait qu’une mort certaine si il ne s’approchait ne serais-ce que d’un millimètre. L’autre tenta une nouvelle fois de me raisonner, sans succès, l’homme qui m’avait déjà tiré dessus ne me lâchait plus, il me gardait dans son champ de tire, il ne me laisserait pas sortir vivante, alors je me penchais à nouveau sur l’homme qui causerait ma perte. Lui soufflant une nouvelle fois qu’il y perdrait toujours plus que moi, « Tu vas voir un monstre se créer devant toi. », le coup de feu me fit sursauter, d’autant qu’il était dirigé vers Ezra. Cet homme oserait tuer quelqu’un qu’il connaissait ? Le fixant un instant, je vis l’arme se diriger vers moi avant qu’un nouveau coup ne parte, puis un second. Il jouait avec moi ? Non il prenait simplement du plaisir à ma torturer et si la douleur n’avait pas été si forte, si violente, j’aurais pu en rire. Il tirait dans chaque articulation, me rendant peu à peu incapable de bouger quoi que ce soit. Coude, épaule, genoux, hanche… Si la fin s'approchait de moi, au moins aurais-je la satisfaction de savoir que je ne partirais pas seule. Ezra serait là, pour guider d'autres vers le droit chemin. Je sentais mon sang s’échapper de chaque pore de ma peau avant qu’il ne tire une dernière fois, du moins celui dont j’eus conscience, l’ultime tire avant que la mort ne m’embrasse. C’était donc cela la fin de mon histoire ? Moi qui avait passé ma vie à donner aux autres, moi qui avait passé mon existence à vouloir faire le bien ? Mes dernières brides de conscience finirent par m’échapper, la douleur devenant lointaines avant que le vide ne m’embrasse pour de bon. La mort m’avait finalement embrassé après m’avoir tant boudé. Après m’avoir prit l’homme que j’avais aimé, après m’avoir prit mes filles, mes princesses. Nous allions être réunit une ultime fois. Nous étions ensemble à présent.
Administrateur
Will BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 1997
Points : 2841
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Seventy bullets for lose faith in humanity   Lun 9 Juil - 15:31
Seventy bullets for lose faith in Humanity
I've been searching for a trail to follow again, take me back to the night we met


Le chaos tout autour était trop difficile à suivre pour Will qui peinait déjà à se concentrer sur la menace imminente dans son dos et sur son cou. Il voyait des mouvements partout et entendait des voix dans tous les sens et plus les secondes s’écoulaient, mieux il réalisait que le retour d’Elias ne signifiait en rien qu’il était sauvé. Il allait mourir ici, maintenant. Après une éternité à attendre ce moment précis, il mourrait en le voyant enfin se réaliser. Qui y avait-il de plus cruel au monde que ça ? S’il en avait eu la force, il aurait voulu rire. Malheureusement, il n’arrivait pas à former autre chose que des sanglots étranglés qui passaient parfois pour des cris de douleur, mais pas le moindre signe d’amusement même lointain.

Un nouveau coup de feu le fit sursauter. La détonation résonna dans tout son corps, jusqu’à ce qu’il comprenne qu’il n’y en avait pas eu qu’un. Que l’écho qu’il entendait venait du canon crachant encore et toujours ses projectiles. La lame cessa de presser contre sa gorge et tomba au sol. Will s’afaissa un peu plus en arrière, maintenant que plus personne ne le retenait. Il revint un peu plus à lui avant de tomber au sol avec Maryse et usa de ses dernières forces pour se propulser en avant. Son corps rencontra celui d’Ezra et, inconsciemment, il s’accrocha à l’homme quelques secondes. Jusqu’à ce que le silence ne retombe, assourdissant. Un sifflement continuait de vriller ses tympans. Il retomba en arrière, sans vraiment savoir s’il avait lâché Ezra ou si c’était le jeune homme qui l’avait finalement repoussé. Il rencontra le sol plus durement que jamais et resta assis là, au milieu de la flaque épaisse formée par le sang de Maryse tout autour de lui. Au milieu du chaos, son esprit se raccrochait encore à cette nouvelle réalité qu’il n’arrivait pas bien à aborder : Elias était ici. Alors, il le chercha des yeux et le trouva presque aussitôt, debout à quelques pas seulement, si près qu’il n’aurait eu qu’à se redresser un peu pour le toucher.

Il était exactement comme Will s’en souvenait. Et complètement différent aussi. Couvert de sang, couvert de haine. Les derniers mots de Maryse continuaient de tourner en boucle dans son crâne tandis qu’il regardait l’homme qu’il aimait, stoïque malgré ce qui venait de se passer. Il trembla un peu plus fort tandis qu’un frisson d’horreur remontait le long de son dos et il décida de ne pas bouger. Du moins jusqu’à ce que l’homme ne s’agenouille près de lui et qu’il sente une certaine tension sur les liens qui retenaient encore ses mains attachées dans son dos. Il secoua les poignets pour se défaire plus vite de leur emprise et quand, enfin, il put bouger librement… Son regard se posa une nouvelle fois sur Elias. Ce qu’il venait de faire aurait glacé le sang de n’importe qui. Mais c’était Elias. Vivant et devant lui. Une seconde passa, puis une autre et Will se jeta sur lui sans plus réfléchir. Ses bras s’enroulèrent naturellement autour de son cou et son corps retrouva la place qu’il aurait voulu ne jamais quitter contre son torse. Et il se cramponna à l’homme de toutes ses forces, toujours tremblant et sanglotant, mais incapable de se calmer. Elias semblait réel sous ses doigts et c’était la sensation la plus incroyable qu’il ait jamais traversé. “T’es là…” Sa voix résonna à peine plus fort qu’un souffle au travers de sa gorge nouée par l’épuisement et les larmes. “T’es vraiment là… J’ai cru que t’étais mort… Elle m’a dit que t’étais mort…” Il continua cette litanie, encore et encore, sans se soucier du reste du monde et des autres personnes dans la pièce, du cadavre à côté d’eux. Sans se détacher une seconde du corps d’Elias, comme s’il craignait qu’on le lui arrache encore une fois, qu’il disparaisse même sous ses doigts.
 

_________________


I just wanna keep calling your name

Until you come back home
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Seventy bullets for lose faith in humanity   
 
Seventy bullets for lose faith in humanity
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Détroit
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération