Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #29 : Juillet 2018
Recensement Recensement #5 en cours
Animation trimestrielle #1 Changez de sexe !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Cet été sur In Your Flesh, réalisez votre rêve d'enfant et devenez dresseur Pokémon ! Pour les attraper tous, ça se passe ici
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - préambule : Welcome to Detroit > A lire ici

In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Détroit

 A new sofa for Golden Fish

avatar
Messages : 4516
Points : 3022
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: A new sofa for Golden Fish   Mar 22 Mai - 23:13


   
10 janvier 2017



   


L’anniversaire de Joséphine arrive plus vite que les gnons d’un superviseur et, soyons honnête, je n’ai aucune idée de cadeau pour elle. Du moins rien qui ne soit à la hauteur de celui que j’ai reçu. Et je le sens moyen si je me ramène tout nu avec juste un ruban en lui disant que c’est moi le cadeau… vu que c’est un peu ce que je lui donne tous les jours.

Bref, vous savez que normalement je dois éviter de sortir ? Ca stress mon père et puis avec Carter qui rode, il aurait des cheveux blancs, enfin, s’il avait des cheveux, en apprenant que je suis en train de faire le mur avec la fébrilité d’une pucelle le soir de ses noces. Non je déconne, je n’aime pas sortir, ca me fait flipper de laisser Joséphine seule a l’arène. En plus je ne suis sortie que 3 fois et on ne peut pas dire que ca m’ait donné envie de retenter une 4e.

Sauf que pour ma jolie brune je suis prêt a tout. C’est donc le plus discernement du monde, dans un manteau sombre « emprunté » dans la garde de robe de la reine des divas de l’arène (non je ne parle pas de Miss Phoebe mais bien de Dean) que je me suis faufilé vers le parking ajouter à la liste de mes « emprunt » une voiture. J’adore découvrir ce que je sais ou ne sais pas faire et depuis que j’ai découvert que je suis capable de démarrer une caisse sans clés, je crois que je ne me sens plus bander.

J’ai pris mon glaive et mon armure. Je roule en regardant l’horreur de la ville loin du faste de l’arène. Ce lui de jeu et de folie qui apporte tout ce qui manque aux de Detroit, tristes et ternes. Je vois des vivants trainer dans les rues avec encore moins de but et de conviction que les morts. Ils sont tout aussi sales et maigre, je pense avoir vu des moisies lors des combats qui avaient meilleures mines qu’eux.

Je finis par me garer devant une vitrine crasseuse qui me donne des idées : un magasin de déguisement !!! Mais oui ! Moi tout nu, c’est naze, mais avec un emballage cadeau spécial… ca fera tout de suite plus festif ! Je fini entrer dans la boutiques sombre et par m’engouffrer dans les rayons poussiéreux le glaive à la main. Il n’y a que deux moisis qui ont la chance de découvrir en quoi je suis un champion d’arène. Une fois « ce ménage fait » je peux enfin faire mes emplettes. Je ne peux étouffer un fou rire en découvrant le rayon de déguisement « Rome Antique ». C’est quoi ces horreurs ? C’est pas ca une armure de gladiateur !!! Hey mais c’est une épée en mousse ? Plus loin je trouve des trucs vraiment zarbe, genre des déguisements de licornes ou de cochon d’inde Qui a envie d’’être un Hamsterzilla ?

Je déniche des trucs improbables comme une jupe écossaise pour homme du genre que porte le forgeron de l’arène ou une tenue de pompier un peu trop ouverte. Incapable de comprendre cette histoire de taille, je me déshabille pour me livrer aux essayages d’une sélection pour le moins éclectique. Ca manque de musique mais tant pis, au moins, je m’amuse en imitant Dean.

_________________
❝I'm a survivor ❞
    Isha Cornwell


Spoiler:
 
I walk a lonely road
Declan TraegerI walk a lonely road
avatar
Messages : 55
Points : 363
Date d'inscription : 21/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A new sofa for Golden Fish   Mer 23 Mai - 18:02

La capuche rabattue sur les oreilles, je veille sur cette ville. Je scrute. Je n’ai qu’un objectif en tête : retrouver ma fille. On m’a parlé d’une arène, mais je peine à croire la véracité des paroles de mon ami au costume trop propre et à la bagnole trop brillante. Son air de violeur pédophile ne m’a pas spécialement plu. Accroupi à l’angle d’un immeuble, j’analyse les dangers d’une rue. Le froid ne saisit pas que les vivants, mais bien les morts aussi. Ils sont plus lents. C’est le seul avantage que l’hiver offre.

Je vois une voiture bouger et s’arrêter devant un magasin de je ne sais quoi. Je ne vois qu’une vitrine. Un homme, seul, sort du véhicule pour rentrer dans la boutique. Ma chance d’en savoir plus ? Sans doute. Il vient de la direction indiquée par le violeur pédophile. Au pire, j’ai un arc et une vingtaine de flèches à lui planter dans le crâne, s’il est menaçant. Quelque soit le contenu de cette boutique, la tapisserie sera composée de paillettes de cervelles.

Je me lève et voit les escaliers de secours sur le côté, donnant sur le flanc de l’immeuble. J’inspire et me jette dans le vide, agrippant l’échelle à la dernière minute. C’est rude pour mon épaule mais qu’importe, mon corps a l’air d’être habitué à ce genre d’effort. L’échelle se décroche et descends pour me ralentir jusqu’à m’arrêter complétement à trois mètres du sol. Je me laisse tomber et j’atterris dans une roulade.

Je saisis mon arc et encoche une flèche, m’approchant à pas de félin du magasin qui s’avère être un destiné pour les fêtes. Sans doute des farces et attrapes. Je me baisse pour rester hors du champ de vision de l’homme et parvient à atteindre l’entrée. Je me faufile à l’intérieur et le voit, dos à moi, observant des costumes. Je saisis au passage un fumigène. Je l’allume et attends qu’il commence son œuvre pour le balancer à ses pieds. Je me dépêche d’aller dans un rayon pour le contourner, profitant de l’effet de surprise, je me glisse derrière lui et l’agrippe fermement avec mon arc au niveau du cou pour le paralyser.

« Aussi étonnant soit-il, je ne te veux pas de mal, ok ? Même si je t’attaque. Mais… Je me méfie. Donc maintenant que tu sais que je suis capable de te faire du mal, tu vas juste rester tranquille et répondre à mes questions. Je cherche une arène. En fait, je m’en fous de l’arène. Je cherche une petite fille qui y est. Donc je vais te relâcher et on va discuter, ok ? » Je relâche ma prise et le pousse pour qu’il s’éloigne de moi et qu’il voit que je me tiens déjà prêt à lui faire du mal s’il tente quoique ce soit. « Donc, ça te parle l’arène ? Réponds-moi honnêtement ! Si tu me mens… » OK, je lui ai déjà fait assez mal comme ça. Je ne suis pas de ceux qui frappent des innocents, mais avec ceux que j’ai pu croiser…
avatar
Messages : 4516
Points : 3022
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A new sofa for Golden Fish   Mer 23 Mai - 23:47
J’essaye un costume de chat noir d’après l’étiquette. C’est quoi Lady bug ? En même temps, pourquoi je me pose la question alors que je n’ai aucun souvenir de quoique ce soit de la vie d’avant… mis à part les films de Dean. Sans déconner ? C’est pour homme ça ? J’ai plus l’impression d’être Catwoman que le mec bond sur l’image, et plutôt crever que de mettre les oreilles qui vont avec.

J’ai pas le temps de faire la grimace sur un truc informe couleur barbe a papa que j’entends un bruit métallique moins sympas qu’une fourchette qui tombe au sol. En fait je repère comme une grosse baballe allumée que l’on vient d’envoyer a mes pieds… c’est parce que je suis habiller en chat qu’on me fait ça ? Si je coince le débile qui aurait au moins pu trouver une pelote de laine pour être raccord, je lui pète les genoux ! Malgré mes pensées de grand sage philosophe J’ai le réflexe de sauter sur le côté avant le « pfffff » annonciateur de saloperie. J’oserais dire avec toute la grâce féline qu’il m’est possible de faire dans ce costume moulant ?

Malheureusement, ma tentative d’échapper a l’espèce de fumée puante et piquante qui remplis la pièce se termine dans les bras du grand responsable du problème. Ha ouai, c’est possible que je ne suis pas une flèche et que je ne me suis pas poser de questions quant la source de cette merde. Bon dans les bras, c’est pas trop le terme, en fait il me fout un truc sous le cou et me colle pour me maintenir.

Mauvais plan… très mauvais plan…. Je ne supporte pas, mais alors pas du tout, qu’on me touche. Certainement a cause de cette histoire de viol dont mon corps ce souvient mieux que moi.  J’écoute sans trop biter ce qu’il me dit sur l’arène, trop occupé a me débattre avec la crise de panique qui manque de me submerger avec ce contact non désiré.

J’essaye de me souvenir des entrainements fait quotidiennement et des gestes de lutteur imprimé en moi. Sans prévenir je balance ma tête en arrière et en profite pour donner un coup vicieux dans la tronche du mec qui ne me veut pas de mal en parole mais pas en geste. Ouai j’aurai peut-être pu attendre gentiment qui me lâche mais dans le toute. Et puis crotte, plaie d’orgueil entraine des baffes.

Dès que je me suis dégagé je saute sur mon arme et lui fait face, glaive en main. Mais c’est quoi ce type, et surtout c’est quoi son problème ? I vient de rivaux de l’arène ? C’est un taré qui veux faire des hunger game….

Je vois son arc et manque un ricanement. On est obligé de se taper la filmographie complète de Dean et Phoebe.

« Tu te prends pour quoi mec ? Katness Neverdeen dans Burger Game ? Déjà tu ne me touche plus jamais, ensuite tu range ton joujou et… mais putain de bordel de merde, tu sais pas demander juste les choses sans sauter sur la gueule des gens. J’aurais pu te tuer… »


Et c’est pas encore complétement exclu au programme s’il continu de m’agresser. Le fait qu’il cherche une gosse me donne suffisamment de maitrise pour oublier le ridicule de ma tenue et ne pas juste vouloir lui peter sa gueule. Ces marrant, le coté irritant du type et pas logique me semble familier...

« Alors déjà, tu viens d’où pour ne pas savoir ou est la seule arène du coin ? »



suprise:
 

_________________
❝I'm a survivor ❞
    Isha Cornwell


Spoiler:
 
I walk a lonely road
Declan TraegerI walk a lonely road
avatar
Messages : 55
Points : 363
Date d'inscription : 21/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A new sofa for Golden Fish   Sam 26 Mai - 18:16
Il se débat, le jeune chat. Je maintiens l’emprise sur lui mais il a bien failli m’assommer avec son coup de tête en arrière. Heureusement que j’ai eu le réflexe de le relâcher à ce moment et d’éviter l’impact, mais je le tiens aussitôt en joug avec mon arc. Je lui explique que je ne lui veux pas de mal, et déjà il me fait sa crise. Je peux comprendre, on m’aurait fait pareil, je serai dans le même état. Mais je ne pouvais pas lui laisser une chance de me refroidir avant d’avoir eu le temps de parler. Je regarde son glaive. Et écoute d’une oreille discrète ses mots. Burger Games ? On dirait un titre de film mélangeant un Western-Spaghetti et un peplum moderne. Le genre de parodie ratée qui ne fait rire personne. Etrangement, j’ai des souvenirs de toute une saga d’œuvre du genre : les Scary movie.

Il me demande d’où je viens. J’ai l’air d’un extra-terrestre, à ses yeux. « Ecoute, j’suis pas du coin, ok ? Et si je l’ai été… J’ai juste oublié. Je vais ranger mon arme et on va se calmer, d’accord ? Je veux juste discuter. Désolé pour l’entrée en matière mais… Je me méfie bien plus des vivants que des morts. » Je range ma flèche dans mon carquois et y accroche mon arc, levant légèrement les mains pour qu’il voit que je ne lui veut aucun mal.

« Je me suis réveillé à Belle Isle, et j’ai dû fuir direction plein nord. Je me suis retrouvé vers le Nord de la ville. J’ai croisé un type qui m’a dit que ce que je recherche se trouve à l’arène. Ce n’est pas comme si j’avais pu consulter un guide local pour la trouver, pas vrai ? Ne me demande pas ce qu’il s’est passé avant Belle Isle, j’en sais strictement rien. » Je baisse les mains. J’espère qu’il a compris le message. Je ne veux pas me battre avec lui.

Des cris de corbeau se font entendre dans la rue. Je lâche un « Reap… » Je me dirige vers la porte, passant à côté de Cat-Man. Je jette un coup d’œil dans les allées de la ville et voit un début de horde se former au bout. « Putain… Prends tes affaires, faut qu’on décampe. Y’a des morts qui approchent… » J’attrape mon arc et encoche une flèche au cas où ça dégénérerait. Je lui jette un regard « J’suis peut-être nul pour les présentations, mais crois moi, je me débrouille avec ça. Et je pense que si tu veux survivre à ça, il vaut mieux me garder avec toi. »
Challenge, bro!:
 
avatar
Messages : 4516
Points : 3022
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A new sofa for Golden Fish   Dim 27 Mai - 10:03
Je fronce les sourcils quand il m’explique que lui aussi a perdu la mémoire. C’est pas cool mais ca me fait autant plaisir que cela me surprend de ne pas être le seul à vivre avec peu de souvenirs. Je crois que j’ai pas mal de questions à lui poser parce que justement, lui pourra peut être comprendre mieux que personne le gros dilemme qui m’agite à savoir : essayé de retrouver mon passé au risque de me rendre compte que j’étais un connard qui a fait et vécu de la merde ou me contenter de ma vie actuelle qui me convient plus que tout.

Je sursaute plus a sa réaction que le cris d’un piaf en le voyant se précipiter a la porte pour m’annoncer qu’on va avoir de la visite et me dire qu’il sait se servir de son arme. Encore heureux. Je suis bien d’accord sur le fait qu’à deux on a plus de chance de s’en sortir. Je chope mes affaires pour le rejoindre et estimer la situation. On va avoir un rassemblement au bout de la rue. Il semble décider a fuir… c’est une idée. Sauf qu’a force de jouer avec ces machins dans L’arène, je sais comment ca fonction. Ils ne sont pas tres activité de groupe sauf quand c’est pour aller au banquet gratuit. Je ne doute pas que nous n’avons pas été discrets sauf qu’ils sont trop loin pour que cela soit pour nous. Autant dire qu’il y a quelqu’un ou quelque chose qui est mal, mais ce n’est pas nous.
Je retiens le type avant qu’il ne sorte.

« Attends, si on sort on va se coller une cible sur la tronche et les avoir au cul. Ce rassemblement n’est pas pour nous et vu le nombre on risque de se retrouver acculés avec eux au basque. »


Oui je suis champion, ca veut dire chef d’équipe aussi et maitre de stratégie lorsqu’il s’agit d’épreuves de groupe. Pour le moment mon instinct ne m’a jamais trompé. Je crois ce mec quand il me dit qu’il sait se battre. Y’a qu’a voir comment il m’a piégé tantôt.

« On va rester discrètement ici et se préparer a se faire un barbier d’Abram Lincohm. »

Mon manque de culture générale ne me permet pas de savoir que le nom de cette technique, apprise phonétiquement, fait référence a l’effort de guerre menée par l’ancien président dans le but d’unifier le pays et à un machine a couper les arbres nommée « le barbier de Sibérie ». Pour moi c’est juste la référence au travail d’équipe façon boucherie lorsqu’il faut faire front contre les morts.

« J’espère que tu sais vraiment te servir de ton jouet. Je vais me poster prêt de la porte. Toi essaye de te trouver un endroit discret. S’ils nous repèrent et essayent de rentrer je serais en première ligne avec mon glaive en te laissant une ouverture. Un sur deux. J’ouvre la danse. Si on garde le rythme ça va passer tout seul. Ça va aller ? Ah et au passage, si tu hésites encore pour la coopération, je viens de l’arène, je suis champion là-bas, alors si tu veux on cause de la gamine que tu cherche voir je t’y fasse entrer, il y a moyen… »


Je n’ai pas le temps de finir ma phrase que je vois deux personnes passer en courant devant la vitrine. Eux sont dans la merde. Je reconnais avoir envie de les aider, mais je musèle rapidement cette idée suicidaire en me planquant sur le coté de la porte close mais vitrée. Normalement ils ne vont pas nous voir et au pire on aura que les retardataires. Je jette un coup d’œil a l’autre poisson rouge en espérant qu’il ne va pas faire un truc con.  


Je ne sais pas pourquoi mais il y a un truc étrange de me retrouver avec ce type a devoir gérer une situation d’urgence dans une tenue improbable. Un petit arrière-gout de « déjà vu » assez déstabilisant. Mais je mets vite cette impression de côté.

Bro Challenge:
 

_________________
❝I'm a survivor ❞
    Isha Cornwell


Spoiler:
 
I walk a lonely road
Declan TraegerI walk a lonely road
avatar
Messages : 55
Points : 363
Date d'inscription : 21/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A new sofa for Golden Fish   Dim 27 Mai - 22:29
Le type que je venais de relâcher semblait certes enclin au combat. Mais lorsque Reap se fait entendre et que je l’ignore complétement pour aller voir ce que le corbeau a vu, il se calme et sait où se trouve son intérêt. Son idée de ne pas sortir est bonne. Je ne sais pas y faire avec les morts. En tout cas je ne sais plus. Je reviens en arrière face à lui, écoutant son plan. Il est cohérent. Ça me semble être une bien meilleure solution. Trouver un endroit discret, tirer dans ce qui franchit la porte -tant qu’ils ne sont pas plus de vingts, ça me va, après je vais devoir leur balancer des trucs à la tête et pas sûr que ça serve-, et garder le rythme. Il me demande si ça va aller. J’enregistre le plan en secouant la tête pour lui assurer que ça aille lorsqu’il me dit qu’il vient de l’arène. Bonne pioche. Mais il est coupé par deux silhouettes qui passent en courant. Merde. Ils les attirent ici… Tout en me cherchant un poste de tir, je lui réponds simplement « On en reparle après, de l’arène. Pour l’instant on a une urgence : survivre. Sois prudent, surtout. Je ne tiens. » Je me place derrière le comptoir et m’apprête à encocher une flèche lorsque soudainement, une main agrippe ma cheville.

Je sursaute et voit un rampant, les jambes en moins et les boyaux à l’air. Je grimace et donne un coup de pied en plein crâne à ce mort sorti de nulle part à la David Copperfield. Je ne sais pas trop qui c’est si ce n’est que les apparitions et disparition me font penser à ce nom. De là où je suis, j’ai vu sur l’arrière-boutique. Notamment sur la porte qui mène à la ruelle à l’arrière. Cette dernière tremble et a une bonne ouverture en bas qui a permis au rampant de passer.

Je crois que ça perturbe nos plans ça. « Euh… L’homme-chat? Je crois qu’on a un autre souci sur les bras… La porte, elle… » Pas le temps de finir qu’elle cède et se retrouve sur le sol, me laissant cinq mètres pour réagir et avec du rien pour les bloquer. Je vois une grande étagère vitrée à côté de moi, qui sert à exposer des figurines et autres items à deux balles. Je la pousse pour qu’elle entrave l’allée. Je bondis par-dessus le comptoir et me place à côté de lui. « Hey, p’tit génie. Je crois qu’on est vraiment dans la merde… »
Bro challenge:
 
avatar
Messages : 4516
Points : 3022
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A new sofa for Golden Fish   Lun 28 Mai - 21:34
Je reste a mâter l’espèce de cacatoès dans lequel nous sommes. Parce que, bien évidemment, pour moi un cacatoès, c’est un caca dans une autre langue, la joie de pas avoir fini le primaire et de ne se souvenir de rien peut être une excuse merveilleuse pour user de mots inadéquats en étant persuadé que c’est les bons. Vous comprendrez après cela pourquoi pour draguer je suis condamné à limiter les conversations

Je sais bien que c’est pas de la faute des deux personnes qui tentent de sauver leur vie avec leurs jambes, mais pas de bol qu’ils passe devant notre vitrine. Il n’y a plus qu’à espérer que la crasse des vitres, notre immobilité et le silence fasse que la marée morte passe devant nous sans s’attarder. Je me rends compte que j’ai peut-être été des plus « légers » de ne pas vérifier s’il y avait d’autres sorties ou un accès aux étages. Je paie mon manque de pratiques des sorties hors arènes et me jure d’être plus prudent la prochaine fois. Enfin s’il y a une prochaine fois.

Naturellement mon esprit balaye la possibilité d’un foirage. On est quand même capable de se faire petit le temps que la horde que l’on entendant gronder au loin, tel un orage qui arrive droit sur nous, passe. On va y arriver…  ou pas. Je me retourne vivement en entendant le vacarme que fait mon camarade de galère, prêt à lui demander ce qui cloche chez lui, a part sa façon de se présenter, quand il m’indique qu’il y a une couille dans le potage. Enfin, une deuxième avec certainement tout l’outillage qui va avec.

Je regarde horrifié la porte de l’arrière-boutique prête a vomir son flot de moisis sur nos gueules. Je sais que c’est pas flatteur pour moi, mais je reconnais bien volontiers que mon père a raison quand il répète que je n’ai pas inventé l’eau chaude et que j’ai bien capter que Dean pense même que j’ai une défaillance mentale. Je ne me souviens pas de mon parcours scolaire mais je doute fort d’avoir été une flèche. Sauf que la nature a quand bien voulu équilibrer les choses en me donnant un instinct de survivant assez développé. Et croyez-moi, de nos jours, ça sert plus que de savoir réciter des poèmes ou d’étaler sa culture générale.

Le mec réagit comme il faut et comme il peut en faisant tout pour éviter qu’ils entrent, mais peine perdu, a part légèrement les ralentir et faire du baroufle, ses efforts ne donne rien. Je n’attends même pas qu’il ait fini sa phrase pour soupeser le merdié avec plus de rapidité que de faire un calcul mental. Ce qui n’est pas trop compliqué vu que je mets trois plombes sans papier et crayon. Bref, l’issus est simple. Soit on règle le problèmes sonores et mouvementé de nos invités indésirables avant que les gréviste casseur mort passent devant la boutique, soit on se trouve une autre issue au risque de se faire coincer autre part. A défaut, on finira en sandwich de la façon la moins agréable qui soit pour des êtres vivants. Si seulement mon vieux ou Dean savaient lire dans ma tête quand ca veut bien tourner vite.

J’attrape un portant de fringues. Vous savez, les machins à roulettes, long, avec des tiges de fers pour mettre les cintres. Poussant ce bélier de fortune, je fonce, tel un taureau de Camargue qui charge, en admettant que je sache où est la Camargue, sur la porte ou le premier affamé est en train de sortir. Ca s’enfonce dans la chair morte mieux qu’un couteau dans du beurre. Du moins au début, assez rapidement, je rencontre de la résistance et, même si j’ai réussi a bloquer la porte avec le portant bélier, ça commence a poussé de l’autre côté. Putain, ils sont combien ? Mon idée est pas mal, mais il y a un autre hic ed poids : les roulettes. Ca va dans un sens comme dans un autre. Et de l’autre côté, ça s’agglutine, ça veut passer, bref, ça pousse contre moi.

Je me sens en sueur dans ma tenue de latex pas du tout faite pour ça et je regarde avec effroi vers la vitrine craignant à tout moment de voir des faces mortes se pointer. Impossible qu’ils nous ratent dans cette situation. Et impossible de mettre en place un Abraham Lincoln. On va être submergé si on ne règle pas le problème et vite.

Je galère pour ne pas céder du terrain et que le portant de déguisements ne laisse suffisamment de place pour que les trucs morts. Je regarde le gugusse qui est avec moi en mesurant aussi que je viens de me mettre en position de faiblesse. J’ai, certes, un entrainement quotidien rigoureux dans l’art du combat, le hic, c’est que j’ai l’habitude de me battre avec des gens qui sont « dans mon équipe » et qui ne vont pas me la faire a l’envers. Ça ne serait pas dans leur intérêts. Sauf que lui, même si j’ai joué la carte de « je peux t’aider », ne risque t-il pas de réévaluer ma valeur au regard de sa vie. Genre me sacrifier pour essayer de se barrer ou je ne sais quoi que j’ai pu louper. De toute façon, maintenant je n’ai plus le choix que de devoir miser sur lui.

« Regardes s’il y a pas un étage a moins que tu saches zigouiller tous ces rigolos avant que leurs potes ne viennent jeter un coup d’œil et se sentent inviter au banquet ! »


Bro Challenge:
 

_________________
❝I'm a survivor ❞
    Isha Cornwell


Spoiler:
 
I walk a lonely road
Declan TraegerI walk a lonely road
avatar
Messages : 55
Points : 363
Date d'inscription : 21/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A new sofa for Golden Fish   Jeu 31 Mai - 23:23
Une merde noire… Pire que ça encore. Je suis sûr que s’il existe une couleur plus sombre que le noir, on va mettre le doigt dessus d’une seconde à l’autre. Les cramés vont nous cramer et on va se faire prendre en étau. Pas genre une prise sexuelle ou autre. Ils vont juste nous bouffer. Et mon immunité ne servira pas à grand-chose à une pauvre carcasse. Je réfléchis à une solution quand je le vois foncer avec un porte-manteau.

Je pense sincèrement que ce chouchou dandy devrait réévaluer ses priorités. Ce n’est pas le moment de réorganiser sa penderie. Mais je comprends son plan en le voyant faire. Je viens l’aider tout en cherchant une solution. Il demande de regarder s’il y a un étage, mais je n’ai pas très envie de me la jouer à la Stephane Plaza de l’apocalypse, en admettant que Plaza signifie la place et que ça a un rapport avec l’immobilier.

Derrière nous se tiennent les comptoirs dont l’un d’eux est équipé d’une caisse enregistreuse. J’avise surtout l’un d’entre eux, un mètre quatre-vingts de longueur. Large d’un mètre vingt. Une séparation entre eux. Je crois que je tiens un début de solution. Je l’attrape par le col et le tire en arrière pour le jeter presque dans le rayon du bas. « C’est tout ce que j’ai trouvé ! Alors serre les fesses, les dents, ou tout ce que tu veux et pries ! » Je ne le laisse pas se barrer que je tire le grand comptoir en me glissant dans l’emplacement du rayon du haut.

Le comptoir se referme sur nous, nous offrant protection, tandis que la horde se bagarre encore avec le porte manteau. Un jour dans l’étagère me permet de voir un coin de son visage. J’espère qu’il distingue le mien et j’imite le silence en posant mon index sur mes lèvres avant de murmurer « J’espère que la horde dehors va attirer leur attention et qu’ils vont se tirer… En attendant… Faut être patient… »

Je tente d’apercevoir la horde au travers de la vitrine crasseuse qui me protège. Si je les vois mal, ce doit-être pareil pour eux. Je tente de me rassurer en me disant que ce n’est pas hermétique et qu’un filet d’air passe afin qu’on y meure pas.

Je tourne de nouveau le visage vers le jeune homme et reprends presque silencieusement « Au fait… Tu t’appelles comment, Chat-boy ? Moi c’est Declan. Je crois… »
Bro challenge:
 
avatar
Messages : 4516
Points : 3022
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A new sofa for Golden Fish   Mar 5 Juin - 6:31
Dans cette situation de stresse intense, je ne capte pas pourquoi mon comparse ne choisi pas l’option A, trouver une issue, ou l’option B, voir si on sait faire du tartare de mort avant l’ouverture des festivités.  En fait je pense que c’est le mec a qui on demande de dire oui ou non et il va vous dire bleu.  Bref, du coup je le vois commencer à faire le déménageur texan, la mitraillette en moins.

Pour être honnête, quand il m’a dit de serrer le cul avant de nous basculer en arrière, je manque de lui en coller plus qu’une façon pucelle outrée. Je ne suis pas ce genre de chat facile à accepter de me faire prendre en lasagnes par le premier venu. Sans rire, reste d’un ou plusieurs violes qui, même sans que je me souvienne, m’ont traumatisé, j’ai du mal avec cette situation. Le déséquilibre et la situation faisant, je n’avoue ne pas avoir le temps et d’autres préoccupations.

Je reconnais que j’ai du mal a biter son plan mais je suis bel et bien forcé de suivre le mouvement faute de mieux. C’est comme cela que l’on se retrouve a faire les planqués dans un abris de fortune avec une probabilité d’autant plus hasardeuse de s’en sortir vivant que je ne sais pas me servir de mes muscles.  Bah ouai un plan réfléchi sans massacre en règle, ce n’est pas mon truc.

On est dans une sale position et j’ai beau me tortiller dans tous les sens j’ai du mal à voir ce qui se passe dehors. Je reste à le regarder nerveusement quand il m’explique, enfin, sa stratégie : poireauter à deux dans un endroit confiné, sans espace pour nous battre si ca vire au vinaigre, autant dire qu’un plat de lasagne sous une feuille d’aluminium est mieux protéger que nous.

Je le regarde avec un air choqué quand il me dit de rester silencieux. Mais il croit quoi lui ? Que j’ai envie de crever ? Bien sûr que je ne comptais pas faire un karaoké version petit vieux en panne de pile pour son sonotone. Je le vois essayer de regarder vers l’extérieur, et instinctivement j’en fait de même. Malgré les grognements de ceux qui se démènent avec le portant, on entend parfaitement le rugissement peu mélodieux des dizaines de gorges et certainement moins que le double de mains, faut pas déconner, dans leur état de décrépitude, il y a souvent des manchots voire pires.

On est dans la merde et je suis sous tension… ce qui veut dire que je risque à tout moment de lâcher une de ses blagues de merde que je n’assume pas toujours. Fais chier putain. Le type brise rapidement le vœu de silence qui était le nôtre, après avoir tenu vaillamment 2 minutes, pour se présenter. Je pèses rapidement le pour et le contre avant de reconnaitre qu’attendre c’est déjà chiant et qu’en prime si on ne sait pas parler…. Et puis merde, si on crève tantôt, autant savoir avec qui non ?

« Moi je crois que c’est "Robin", mais y’a des gens qui m’appelle "Isha" parfois et assez souvent c’est "gros lourd" ou "petit con" qui revient… »

Et merde, je me sens comme un mec bloqué dans un ascenseur quelques heures après avoir bouffé un cassoulet. Il savait les risques, il savait qu’il devait serrer le cul, et pourtant… c’est sortie tout seul. Triste malédiction que cette de Bozo le clown.

« J’ai eu un accident et j’ai "un peu" perdu tous mes souvenirs. »

Je ne pensais pas lui faire cet aveu mais, faute de mieux pour faire diversion je n’ai pas eu le choix. Les moisies coincés derrières la porte et les tortues mortes qui ne sont toujours pas devant la vitrine ne m’ont pas aidé sur ce coup-là. D’ailleurs, malgré la tension, on est toujours dans « le calme avant la tempête ». Parfois, on oublie a quel point c’est lent et chiant un mort. Et c’est pire quand ils sont plusieurs.

« Toi il t’es arrivé quoi pour que tu zappes des trucs ? »



Bro Challenge:
 

_________________
❝I'm a survivor ❞
    Isha Cornwell


Spoiler:
 
I walk a lonely road
Declan TraegerI walk a lonely road
avatar
Messages : 55
Points : 363
Date d'inscription : 21/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A new sofa for Golden Fish   Sam 23 Juin - 23:29
Il a l’air tendu, ce type en costume de chat. A tel point qu’il me regarde nerveusement. J’ai l’impression d’être dans un caveau avec lui. On doit se calmer et se centrer sur autre chose. Notre tension va nous faire faire des conneries, et on va au-devant d’emmerdes. Et même si notre cachette ressemble à un piège du professeur Heinz contre l’inspecteur ornithorynque de la série Phinéas et Ferb, c’est notre seule chance de survie. Un peu comme ces poissons qui limitent les mouvements pour éviter d’attirer les prédateurs marins et qui se laissent aller dans l’onde des vagues pour passer inaperçu. Autant savoir aux côtés de qui je vais mourir. Je lui donne mon prénom et attends le sien en retour. Et sans que nous nous en rendions compte, les morts nous contournent déjà pour sortir par la devanture de la boutique et rejoindre la horde. Robin ou Isha ? Hm. Je comprends mieux lorsqu’il me dit avoir perdus ses souvenirs. Mais il me demande pourquoi j’ai perdu les miens.

« Je… J’en sais rien. Je crois que je suis tombé d’un pont envahi par une horde. Jusqu’ici je n’ai eu que des flashbacks de ma vie d’avant et ce que j’y ai vu… J’ai peur de découvrir qui j’étais vraiment. » Je m’arrête lorsque certains zombies viennent heurter notre planque sans le vouloir pour nous contourner. J’espère ne pas avoir murmuré trop fort. Je ravale ma salive et glisse à nouveau un œil. C’est un flot continue de cadavres ambulants qui débarque.

« Je pense que d’ici deux minutes on pourra filer par la porte arrière. Il y en a de moins en moins… Et toi ? T’as perdu tes souvenirs comment, Robisha ? » Ouaip, dans ma tête j’ai déjà imaginé un mélange de ces deux prénoms. Je me recentre sur lui en parvenant à encocher une flèche au cas où l’on doive agir dans l’urgence et fuir.

Cette planque tourne un peu comme une réunion d’alcoolique anonyme. Sauf que nous ne sommes pas alcooliques, et que si nous sommes anonymes, c’est surtout dû à nos amnésies respectives. Je réalise que ce n’est peut-être pas aussi simple pour lui. Il peut avoir perdu beaucoup trop de souvenirs. Je lui rajoute un peu plus de contenus pour qu’il comprenne ma question sur l’arène. « En espérant que tu t’en souviennes… Dans mon cas, ça va faire six mois que je cours après mon propre fantôme. La seule piste que j’ai c’est une petite fille. En fait… Je crois que c’est ma fille. » Je lui aurai bien montré la photo que j’ai gardé de l’enfant, mais vu l’obscurité ambiante sous se meubles, ça ne servirait pas à grand-chose.

Bro Challenge:
 
avatar
Messages : 4516
Points : 3022
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A new sofa for Golden Fish   Dim 24 Juin - 22:48
Je sais que c’est con et dégueulasse mais, même si je reste a le regarder avec des yeux globuleux de poisson hors de l’eau, ca me fait un truc que ce mec soit… ben comme moi en fait. Sans mémoire et plein de questions. J’ai beau dire a qui veut l’entendre que c’est pas plus mal de ne pas avoir de passé, de ne pas vivre comme ces dépressifs pleurnichards qui ne savent que chouiner sur ce qu’ils ont paumé, il y a aussi un coté flippant a avoir cet espèce de rideau noir au milieu de votre histoire.

J’imagine que certain se battent pour savoir ce qui se cache derrière, moi je suis lâche, le peu de flashs que j’ai m’empêchent déjà de dormir, alors je préfère laisser le reste du film dans la boite de Pandore, ou Pandora, enfin je me souviens plus de l’histoire de la boite, un truc avec un chat mort et des bracelets je crois. Bref, c’est sur que parfois je me demande combien de personne, mortes ou vivantes, j’ai zappées de ma vie et peut être, du coup, abandonnées. C’est tristement amusant de me rendre compte que nous avons le même souci dans toute son entièreté. J’hoche la tete pour lui signifier que je comprends quand il dit flipper sur qui il était vraiment.

Visiblement lui a une fille, ou une gamine a charge… enfin ou avait… je comprends mieux sont manque de courtoisie dans sa façon de demander les choses et je n’ose pas lui dire que 6 mois livrée a elle-même, ca risque d’etre chaud. Pas la peine de lui tuer l’espoir qui doit le pousser a se battre dans une situation d’autant plus merdique qu’on va pas être trop de deux pour s’en sortir.

Autant se focaliser sur le positif. Du moins essayer. C’est avec un début de sourire qui ne doit pas se voir des masses dans la pénombre que je lui lance :

« Robisha… putain… déjà Isha ca fait nom de gonzesse mais Robisha ca fait travelot qui s’assume pas… si on restait sur Robin ? Pour un premier rencard on laisse les noms doux de coté ?»

Ouai je suis un des rares a encore réussir a faire de l’humour même quand c’est la merde autour. Parce que c’est loin d’être gagné et son idée, qui est certainement la plus viable que l’on ait, elle reste aussi limpide et sure que de la sauce soja de 30 ans d’age. Mais a-t-on le choix ?

De toute façon ca va être une question de timing et là, la porte de derrière a pas fini de vomir ce qu’elle contenait de moisis. J’en ai marre des gens qui on fait des réunions de groupe pour crever en même temps. C’est vrai quoi, quite a faire ça a plusieurs, autant calencher chacun a son tours, histoire qu’ils se bouffent assez pour que ceux qui passent après aient en ai qu’un a gérer. Pff aucun respect ces morts.

« Y’a un type, Carter de Fort Hope, je sais pas si tu connais, Il m’a juste roulé dessus avant de me laisser agoniser sous une benne a ordures. Pas de bol pour lui, je suis dur a crever…. et mon père m’a retrouver quelques jours plus tard pour me sauver. Si on s’en sort, je t’embarque a l’arène. Avec le passage qu’il y a là-bas, il y aura forcément quelqu’un qui saura quelque chose.»

En espérant que le quelque chose ne soit pas lié a un destin glauque qu’un père n’a pas envie d’entendre. Bon avant d’en arrivé là on a le micro détail de notre survie a gérer. Et la voix commence a se libérer et je serre mon glaive prêt a suivre mon compagnon d’amnésie dans un mini sprint sportif.  J’ai juste une question avant de nous lancer :

« T’es sûr que la porte de derrière donne sur une issue ? »

Bro Challenge:
 

_________________
❝I'm a survivor ❞
    Isha Cornwell


Spoiler:
 
I walk a lonely road
Declan TraegerI walk a lonely road
avatar
Messages : 55
Points : 363
Date d'inscription : 21/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A new sofa for Golden Fish   Lun 2 Juil - 17:55
Le jeune chat rejette mon idée de surnom. Ce n’est pas étonnant. Même en le prononçant, j’ai ressenti un certain dégoût. Autant Robin et Isha sont des prénoms pas trop merdiques, autant les mélanger, c’est comme avoir une tartine de beurre de cacahuète avec de la confiture et recouvert de bacon. Je ne sais pas pourquoi, mais ces goûts me disent quelques choses. « Ok, va pour Robin. Et laisse tomber l’idée d’un rencard… Je suis désolé de te décevoir, mais je suis presque sûr que je n’étais déjà pas de ce bord-là dans ma vie d’avant… » Quoi ? Peut-être que lui, oui. Mais je me dois de le rassurer, en espérant ne pas avoir heurté sa sensibilité. « Mais je n’ai rien contre, bien sûr ! Je respecte, crois-moi. »

On en vient à parler de nos histoires. J’écoute la sienne. Il me demande si je connais un nom. Comme si c’était possible après avoir eu un plantage/formatage de cerveau… Mais lorsqu’il m’explique ce qu’il s’est passé, je grimace. Roulé dessus. Benne à ordure. Le pauvre. « Merde… Tu as de la chance de ne pas avoir plus de séquelles que ça… Et merci pour l’arène. C’est… C’est la seule piste que j’ai. » Alors que je lui dis que la voie se libère, il enchaîne sur une question intéressante : pourrons nous sortir ? « Je… J’crois bien que les murs ne sont pas un problème pour mon corps. Si on voit le ciel, je peux l’atteindre. C’est tout ce que je peux te dire. Ne me demande pas comment… J’suis un genre de… d’homme araignée. Dés que je lève l’étagère, tu dégage le passage et je couvre nos arrières. Et on fonce. Prêt ? »

J’attends qu’il le soit et redresse l’armoire, repoussant les zombies derrière nous, et plantant ma flèche dés qu’une tête se montre. Certains ont le crâne tellement défoncé, qu’on dirait des Playmobils sans perruque. « Dis-moi que c’est bon ! » Je jette un coup d’œil derrière. Ça en a tout l’air. Je me recule d’un bond en arrière et le rejoint jusqu’à être dans l’allée. Je referme la porte derrière nous et ordonne une nouvelle fois. « Tiens bon ! J’ai une idée ! » J’attrape une grosse benne que je tire et place devant la porte pour la bloquer. « Oh putain… J’aime ça ! »
Bro Challenge:
 
avatar
Messages : 4516
Points : 3022
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A new sofa for Golden Fish   Ven 6 Juil - 22:27
Je sais pas pourquoi mais j’ai un bon feeling avec ce type. Je suis sûr que si on s’était rencontré même avant nos accidents, on aurait forcement été pote. Il pense comme moi, ce qui n’est peut être pas, pour lui, un compliment. Mais le coté droit au but, c’est tout ce que je demande a ce monde de merde ou tout le monde semble obligé de se triturer le nœud pour dire juste oui on non, ou personne ne sait faire simple et ou si on verbalise pas 107 ans pour dire un truc ca le fait pas. Et après on s’étonne que je sois paumé. Un non ca marche aussi bien qu’un roman qui veut dire la même chose. Je veux dire on n’est pas obligé de discuter non plus trois plombes de l’appétit des moisis, de la fin du monde ou de la relation étrange entre Pikachu et le ketchup. C’est des faits, ce n’est là point barre.

Bref, en attendant, d’un signe de tête je fais comprendre a mon frère d’arme que j’ai compris son idée et que je suis prêt. Et, a la différence de tellement de monde, ça lui suffit. Bordel, je kiffe ce mec !

En osmose, nous repoussons l’armoire sur les moisies qui font une belle imitation de crêpe bretonne. Je le vois décocher une flèche avec une vitesse hallucinante et je ne compte pas rester en arrière. Alors qu’il me demande si c’est bon, j’ai sortie mon épée et donner une plus grande ouverture d’esprit a un mort trop près de nous. Je lui souris ce qui, sans le costume, pourrait avoir l’air d’un signe de fraternité viril, mais avec … j’espère qu’il y aura pas de malentendu. Moi aussi je crois que j’ai rien contre les gens qui ont rien contre les homosexuels, mais par contre les « ramoneurs d’anus » je crois que je suis moins confiants quant à mes sentiments.

Assez sportivement, je le suis dans l’allée et avec cette même osmose de combattants sachant œuvrer intelligemment de concert, nous refermons la porte, pendant que je la maintiens il la bloque avec la benne.  Il a l’air fier de lui et je crois que moi aussi, malgré la situation, je sens la bonne humeur me gagner.

« je crois que je pourrais y prendre gout… si tu sais pas quoi faire dans Detroit et que tu as besoin d’un endroit, sache que ca me dirait bien de t’avoir comme partenaire d’arène dans mon équipe. T’en as pas l’air comme ça, mais t’es plus que doué. »


Je suis sincère. Avec son arc j’ai trop kiffé.

« On se trouve un endroit pour que je vire ce costume, histoire de ne pas griller ma copine pour son cadeau d’anniv’ et je te conduis à l’arène ok ? Compte sur moi pour essayer de retrouver la gosse. »


Je lui tends la main pour sceller cet accord. Vous pouvez penser que je connais a peine ce gus et que je suis fou de lui faire confiance après avoir si peu parler avec lui ? Bah non, en faite plus que du blabla c’est dans l’action qu’on voit a quel genre de mec on a affaire et je pense que je le connais mieux que si j’avais passé ma soirée a discuter avec lui.

« Faudrait aussi que tu me décrives ce que tu te souviens d’elle… »


Bro Challenge:
 

_________________
❝I'm a survivor ❞
    Isha Cornwell


Spoiler:
 
I walk a lonely road
Declan TraegerI walk a lonely road
avatar
Messages : 55
Points : 363
Date d'inscription : 21/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A new sofa for Golden Fish   Sam 7 Juil - 12:40
On se retrouve dans l’allée, en sécurité. En tout cas, pour le moment. Robin me dit qu’il croit qu’il pourrait y prendre goût accompagné d’une proposition pour me joindre avec lui à l’arène. C’est exactement là où je veux aller. Et combattre… Je crois bien que ça m’a plu dans une ancienne vie. J’aime ressentir cette adrénaline. « Merci pour le compliment. Je crois que je dois ça à mon ancienne vie… Tu penses… Cupidon a merdé en me rendant amoureux de son arc… » dis-je en désignant l’arme. Il annonce un plan pour qu’il retire ce truc. Ainsi, c’est pour sa copine ? Bonne nouvelle. Même en pleine apocalypse, traîner avec un drag queen qui se prend pour Catwoman, ça n’est pas fifou. Il me tend une main, comme pour sceller un pacte, une promesse indéfectible. Je la saisis sans hésiter une seule seconde. « Crois moi, je ferai tout pour retrouver ma fille. Et tant qu’à faire, autant avoir un camarade comme toi à mes côtés. Je te suis. » Il me dit qu’il a besoin d’une description. Je réfléchis un instant.

Je tente de me concentrer sur son visage. Ma fille. Dans mes derniers souvenirs, elle n’était pas très grande, accompagnée d’un chien. Elle voulait me fuir. Brune. Et… Oh non… Je sens un de ces flash me revenir.

Je me tiens dans un entrepôt, habité il y a encore peu, au vu du matériel que j’y trouve. Le chien de ma fille est là, à me regarder avec de grands yeux. Un bruit vient de derrière. Je me retourne et la voit. Son petit visage, durcis par ces années de survie. Elle a grandi. Et… Il lui manque une main ?!

Je reprends mon souffle, m’appuyant sur le mur, comme étourdis, tenant ma tête dans ma main libre. « Je… Viens d’avoir un souvenir… Elle est… Brune… Elle doit avoir l’âge de l’adolescence. Elle a un chien assez jeune. Un genre de husky, je crois ? Et… Une main en moins. Elle a l’air dure, comme dans une rage perpétuelle… » La migraine est passée peu à peu pendant que je lui ai énuméré ce que je viens de voir. Me concentrer pour me rappeler use toutes mes forces et je ne peux rien voir de très précis.

Mais pas le temps de se reposer que le poids des morts derrière la porte commence à peser sur la benne qui se décale petit à petit. Je me retourne et lâche au camarade « Faut qu’on bouge… Les toits. C’est notre chance. Suis-moi. » J’avise l’escalier de secours sur le flanc du bâtiment. L’échelle est tombée, mais si j’arrive à grimper dessus, je pourrais le hisser à mes côtés. Je fonce vers l’emplacement de l’ancienne échelle, bondissant sur une poubelle pour m’en servir me donner un peu de hauteur grâce à lui et j’attrape le bord de la plateforme métallique. Je parviens à me hisser dessus et, je me place pour être allongé sur le ventre, lui tendant une main. « Attrape ma main, Robin ! » lui dis-je, attendant qu’il le fasse.
Bro Challenge:
 
avatar
Messages : 4516
Points : 3022
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A new sofa for Golden Fish   Lun 9 Juil - 19:48
Bon je l’écoute me décrire la gosse. En fait elle est plus vielle que je ne le pensais a la base, c’est pas plus mal. Sans déconner, je vois mal un mioche s’en sortir tout seul dans ce monde de merde. Par contre…. Un ado… je ne sais pas d’où me vient cette image monstrueuse de l’âge ou tout bourgeonne beaucoup trop pour que cela soit humain. Toujours est-il que je vois plus le monde trembler devant un ado que l’inverse. La vraie apocalypse, c’est eux !

Après, j’ose pas trop lui dire mais bon, sa description correspond, à une main et 5 doigts pres, a une ado lambda.  Comme j’ai mot d’ordre de ne rien regarder qui ressemble de près ou de loin a une nana, j’ai pu facilement passer a côté. Mais bon, je ne suis pas sûr que Dean aurait accepté une Vestale Manchot, du coup faudra zieuter plus coté combattant ou esclave. Ça risque de ne pas plaire a mon nouveau pote si ca fille est plus un ramasse poussière qu’autre chose.

Enfin, c’est vrai que c’est une ado, alors j’imagine que si on lui avait confier des taches ménagères, toute l’arène aurait été au courant de l’explosion de Calimero version Super Sayan. De toute facon, ca sert a rien de trop perdre son temps a réfléchir, y’a que l’action de vrai !

Les moisis sont incroyablement pas polis, se foutant de ce moment de partage entre mecs vivants, les voilà qu’ils commencent a s’ajouter comme un doigts de lépreux dans la soupe en essayant de défoncer notre porte blinder de fortune. Tsss….

Mon premier réflexe aurait été de proposer un poutrage dans les règles, mais le Spiderman du moment a une autre idée derrière la tête et commence à grimper genre assassin’s creed. C’est un peu con, certainement la suite d’un mauvais rêve dans un multivers, mais je suis content qu’il passe devant pour garder un peu de dignité avec mon cul aussi moulé dans du latex.

Quand il me tend la main, je le regarde avec un sourire en coin avant de m’élancer à mon tour et faire ce que mon orgueil m’oblige a qualifier d’au moins aussi bien que lui.

« Bah alors Spiderman, y’a pas que toi qui a le monopole de la grimpette ! »


Dis comme ça, ca fait zarbe, mais je m’en fou. Je me sens vivant avec cette hauteur et étrangement griser d’user de ce « super pouvoir » découvert il y a peu. C’est aussi ça la joie d’être amnésique, c’est se rendre compte, souvent au pied du mur, des trucs qu’on sait faire et du reste. Par exemple, les armes a feu, pas mon truc. La dernière fois, j’ai vidé le chargeur partout sauf dans le moisi que je visais. Ouai, j’ai dit que c’était pour l’étourdir, mais dans les faits j’étais carrément vexé. Même pas une balle dans le bide, rien…

Je finis de sauter/grimper avec bonheur jusqu’en haut du bâtiment. Declan n’a aucun mal a me suivre et c’est presque marrant de faire ça a deux. On a une chouette vue d’ici et je n’ai aucun mal a distinguer la haute patinoire de notre perchoir.

« L’arène est par là. Tu me laisses 5 minutes ? »

5 minutes… je crois que j’ai vu court pour me sortir dec boyau de plastique qui me colle plus qu’un cuniculture… heu… cumulus… ou cuniculolingus… enfin, bref qu’un cuni de blob gélatineux. Après pas mal de grognements, un après combat et des hésitations pour demander de l’aide, je triomphe enfin, avec quelques plaies a l’orgueil, du costume que je roule dans mon sac.  Je laisse ma cote de maille avec. Je pense que c’est pas la peine de s’alourdir si on passe par en haut. On a plus de risque de tomber que de se faire mordre.

« Bon, j’espère que ma meuf sera patiente, pas sur que je saurais me dessaper rapidou avec c’te merde. »

J’aurais dû prendre le costume de pompier putain. Avec ma poisse elle déteste les chats. Bref, c’est pas le moment de penser a son birthday qui risque d’être chaste pour le coup.  C’est avec un sourire de provo que je l’invite a me suivre.

« Je te propose pas de faire la course. »


Et nous voilà parti de toits en toits avec quelques émotions mais dans l’ensemble, on gère, certes pas pareil, mais on gère (c’est ma grosse épée qui me gène pour les roulées boulées ! ). L’arène n’est pas loin et nous finissons par arriver près du bâtiment.

« On va passer au sol maintenant. Les mecs nettoyant fréquemment la zone et ça serait con de se faire plomber parce qu’on tombe sur un nerveux qui s’imagine pas des gens venant des toits. »

En dehors des horaires de show, c’est plutôt calme autour de l’ancienne patinoire. Les types qui montent la garde me voient tranquillement venir et ne semble pas s’alarmer de la présence de Declan.

« Alors Robin, on revient de balade et tu t’es trouvé une nouvelle copine ?
- Va te faire foutre du con, même si je crève Joséphine voudra jamais de toi avec ta sale gueule de connard. »


Échanges habituels et cordiaux. Le pire c’est que ça nous fait marrer. Je suis connu pour pas être aimable, ils sont connus pour reluquer ma femme. On ne se ratent donc jamais.

« Sans rire, il est avec moi, il cherche sa gamine…
- C’est tes oignons et s’il y a une merde je serais en première loge pour voir Sam te dérouiller et consoler ta femme. »


Ouai je sais on a un humour de merde surtout qu’on est capable de se foutre dessus même en rigolant. En fait je me marre mais je serre les points en me demandant si je vais pas quand même lui péter les dents. On peut rire de tout sauf de ma femme. Heureusement pour lui, il ouvre la porte pour nous laisser entrer. A cette heure-ci, on est loin de l’effervescence du soir. A part les entrainements, c’est « relativement calme » dans le sens ou une riche arrive a l’être. Je laisse Declan un temps s’adapter au lieu qui a été pensé et aménager pour croiser un casino avec un zénith.  

« Bon, tu veux te poser ou on commence a chercher direct ? »


Bro Challenge:
 

_________________
❝I'm a survivor ❞
    Isha Cornwell


Spoiler:
 
I walk a lonely road
Declan TraegerI walk a lonely road
avatar
Messages : 55
Points : 363
Date d'inscription : 21/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A new sofa for Golden Fish   Lun 9 Juil - 21:55
Catboy me rejoint assez facilement sur mon perchoir. J’aime ça. Je ne vais pas avoir besoin de veiller sur ses miches pendant qu’on se tire d’ici, au moins. Je rabats la capuche sur mon visage, lui évitant le spectacle d’un sourire lorsqu’il me lance une vanne. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, on se retrouve en haut. Il me demande de lui laisser cinq minutes. Il aurait dû viser le double. Je le regarde se battre avec son costume moulant pour retrouver des vêtements normaux. Merde… Quelle idée d’enfiler un truc aussi… Proche du corps. Ma veste en cuir à capuche me va très bien. Quoiqu’il fasse un peu trop frais en ce moment même. Il revient à mes côtés en m’annonçant que sa copine a intérêt d’être patiente. « A un certain niveau, c’est plus de la patience qu’il va lui falloir, tu sais ? Bon… On bouge ? » Et il propose une course. Le pauvre. Je le suis sans difficulté, le regardant se battre régulièrement avec son épée. Surtout pour les amortis en roulade. Lorsque l’on arrive prés d’une ancienne patinoire, il me dit qu’on doit passer au sol pour pas se faire plomber. « Ils sont aussi cons que ça, par ici ? Pardon… Je ne voulais pas manquer de respect… C’est juste que des types qui tirent sans réfléchir ne méritent pas d’avoir un fusil dans les mains. »

Je le suis au sol et j’assiste à un échange abscons d’insultes. Je ne carre rien. Ils se détestent ou ils plaisantent ? En tout cas, je m’impatiente, croisant les bras sur mon torse et soupirant quelques peu. Robin parvient à nous faire entrer. Je le suis calmement, gardant toute l’ombre que la capuche m’offre pour masquer mon visage dés que l’on croise quelqu’un. C’est mignon ici, mais ils ont l’air de ne pas se sentir pisser, ces types. Il me propose de me poser ou de chercher directement. « Si ma fille est là, je la trouverai bien. A part de coller aux basques, je ne sais pas vraiment quoi foutre donc… Ok pour se poser. J’ai bien besoin d’avaler un morceau de toute manière. »

Parfait timing. Mon ventre fait entendre son gargouillis. « Rien bouffé d’puis trois jours… » dis-je dans un grognement. Le fait que l’on soit entouré de monde ne me rassure pas. Et quand des types passent prés de nous en rigolant, main sur le pommeau de leur armure, je reste sur mes gardes. Heureusement que mon air paranoïaque est bien planqué sous ma capuche, parce que bordel, on dirait une proie entourée de prédateur. Je m’interroge soudainement quant au lieu. « Bordel mais vous faîtes quoi ici ? On se croirait dans Pompéi chez les morts-vivants ! Vous jouez à Spartacus ? Rassure moi… Vous ne faîtes pas vos grecs à vous… Tu sais bien… Vous faire du bien mutuellement sous les douches ? » Je me rends compte que je suis peut-être un tantinet violent avec le coin. Surtout que j’ai vu l’homme habillé en combinaison de chaton il y a encore peu…

« Pardon… C’est juste qu’une Gay Pride en plein milieu de la fin du monde… Dirons-nous que je ne m’y attendais pas. C’est… Atypique ! » Sérieusement ? Y’en a un qui vient de passer en petite jupette ? Merde alors… C’est vraiment la Gay Pride ? « J’en ai trop vu. Allons bouffer. J’dois avoir de quoi faire dans mon sac. J’ai croisé un chien qui a voulu m’attaquer ce matin. Il ne fera plus chier personne. Et j’ai pris soin d’emballer la viande. Avec ce froid et un bon feu, c’est mangeable. »
Bro Challenge:
 
avatar
Messages : 4516
Points : 3022
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A new sofa for Golden Fish   Mar 10 Juil - 18:03
« Tu sais, ils ne mettent pas les meilleurs pour garder la porte. En fait, il faudrait être vraiment con pour vouloir attaquer un endroit qui regorge de combattants comme ici mais bon… avec les temps qui courent. En tout cas je me méfie toujours avec ces abrutis. »

Il a pas besoin de me dire qu’il a rien mangé depuis des jours : son ventre le trahis avec un grognement pire qu’un moisi en charge. Bon, bah ca sera sur ma note. De toute façon, si la gamine est là, elle ne va pas s’envoler le temps qu’on mange non ? J’hésite à lui proposer une douche aussi. Je vois bien les regards en coin qu’on nous lance et c’est vrai qu’il ne sent pas la rose. Ici, on a un maniaque de l’hygiène aux commandes. Puer peut-être un motif de renvoi si on a pas l’excuse d’être mort. Deux douches obligatoires par jour et hors de question d’approcher Dean si on ressemble a un pouilleux crapouille. Mais bon, pour le moment, pas de signe des patrons… alors… on va dire que je vais pas l’insulter de suite.

Il commence a me parler hyper vite pendant que je le conduits dans les dédales de couloir vers ce qui nous sert de cantine. Je pourrais le faire manger dans ma piaule, mais j’ai peur que Joséphine prenne mal et le fait que je me sois barré sans rien dire ce matin et celui de ramener un invité sans prévenir aussi… Je ne bite rien a son histoire de douche. Bah ouai on peut niquer dedans et même si on pouvait pas, c’est déjà tres largement baptisé par ma brune et moi quand on avait pas de piaule pour ça. Vu ce que j’entends on doit pas être les seuls… mais il est ou le soucis et.. c’est qui Pompéi ou Spartacus. Putain je connais pas ces gars ou ces jeux, j’espère que c’est pas des potes a lui parce que sinon il va etre déçu, je suis sur qu’il ne sont pas ici. Mais que vient faire la Gay Pride ici ? C’est moi ou ce mec fait une fixette sur les Homo ?

« Ici c’est pas la Gay Pride, c’est juste une arène de gladiateurs, fais gaffe quand même, y’en a des susceptibles qui assument toujours pas le port de la toge… »

Je reste a me demander s’il déconne ou pas quand il me parle de chien et je bénies l’absence de ma sœur quand il me prouve qu’il est sérieux. Bordel de merde !! C’est vrai que je n’ai aucune notion de la difficulté de la vie dehors et de ce que ça soit être de crever la dalle. Ici, c’est plutôt gastronomique a côté de son menu… au moins je sais ce qui pue comme ça.

« Bordel… t’es sérieux là. Mais range-moi ça avant que les nanas le voient et t’accusent d’être un monstre. Non, on va pas manger ça, c’est trop … dégueulasse. Tu préfères pas de la vraie bouffe ? Laits, omelettes, salades, fruits frais et viande séchée… je sais pas moi, des trucs qui se mangent quoi? Allez, viens suis moi, je t’invite… mais planque-moi cette horreur gerbante. »

On croise plusieurs personnes qui me saluent toutes avant de loucher sur Declan. Faut dire que le statut de champion a quelques avantages dont celui qu’on m’emmerde pas et qu’on est poli avec moi. J’ai pas fini de faire mon équipe et pas mal seraient prêt à toutes les courbettes pour jouir des privilèges qui vont avec le titre de membre d’équipe de champion. Des Vestales curieuses viennent aussi aux nouvelles et ne se gênent pas pour regarder mon invité comme un morceau de viande.

« Ne fais pas attention a elles, ici les Vestales ont tous les droits et elles adorent papillonner pour foutre la merde.
-Dis-moi Robin, c’est qui le petit nouveau… il est mignon… il put mais il a un beau cul tu nous le présente ? Je lui frotterais bien pas que le dos…  »


Je m’arrête même pas. Genre d’où qu’elle se permet de critiquer Declan elle ? La solidarité masculine fait que je réponds au tac o tac illustrant mon don pour la poésie fine:

« - Va sentir ta chatte putain si tu veux un truc qui put ! Et  si t’allait te faire foutre pour commencer Laura, on verra après pour les présentations !
- moi c’est Lori !!!
-ouai si tu le dis… dégages maintenant !»

Je ne la regarde même pas la morue se barrer. J’aime pas les Vestales, pas seulement parce qu’elles m’ont bien pourri la vie avant que je ne sois sacré champion mais aussi parce que ma femme me tuerait si je les aimais autant que Dean les aime.

« Je te préviens, ici elles sont pires que des moustiques, si elles sucent, c’est que ca finira forcement par être désagréable a un moment ou un autre. Mais bon, c’est les princesses du boss, elles font parties du show… et gare a celui qui fera même mime de leur lever la main dessus. »


Même si j’ai du mal a comprendre a quoi ça sert des « trublions de la joie et de la légèreté ». Ce n’est même pas des nanas qui couchent, Dean les gâtent juste pour être belles et joyeuses. Perte de ressources a mon sens, mais bon… c’est lui le chef.

Nous arrivons dans la salle de réfectoire. Les regards se levent rapidement sur nous et immédiatement, la table que je préfère se libère pendant que les types nous tirent presque les chaises pour qu’on pose notre cul. J’avance sans me préoccuper des lèches bottes vers MA place.

« Hey qui pour nous apporter a bouffer ? »

J’ai même pas fini ma phrase que la table est garnie, on a même une bière maison fraiche… depuis qu’on a un artisan qui est tout sauf un sabrenas, y’a pas a chier, on boit aussi bien qu’on bouffe… du moins, quand on a le statut qui nous permet ce luxe.  Y’en a deux qui ont failli se foutre une mandale pour nous apporter des assiettes. De toute façon, si Declan dit vrai et qu’il a rien bouffé depuis 3 jours, ca va pas être de trop. Je me sens quand même obligé de lui expliquer la situation.

« Ici on a un système ou les champions de l'arene peuvent se composer des équipes de combat pour se battre ensemble. J’ai pas encore choisi la mienne et comme tu vois, il y a des volontaires. Bref bon app mon ami. Ensuite on ira chercher ou faire chercher ta fille. D’ailleurs, tu sais ce que tu veux faire après ? Je veux dire quand tu l’auras retrouvée. T’as un camp…. Des projets… ? »

Ouai je tâte le terrain. J’ai vu ce qu’il valait et je le sens bien en combat voir tout court, enfin, je parle pas de l’odeur hein, je veux dire plus j’ai un bon feeling. Apres je ne force pas les gens non plus. Mais je me dis qu’il serait certainement mieux là qu’a bouffer des chiens dehors.

Bro Challenge:
 

_________________
❝I'm a survivor ❞
    Isha Cornwell


Spoiler:
 
I walk a lonely road
Declan TraegerI walk a lonely road
avatar
Messages : 55
Points : 363
Date d'inscription : 21/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A new sofa for Golden Fish   Mar 10 Juil - 22:15
Il me dit que ce n’est pas la gay pride. J’émets des réserves mentalement. Mais je me fais engueuler quand je sors mon steak de chien. Il me dit de m’en débarrasser en me citant des plats dont je ne me souviens pas avoir goûté un jour. J’attends que des genres de gardes passent et le glisse dans la capuche de l’un d’eux discrètement. En me retournant, je vois une femme après que Robin m’ait parlé des Vestales. Je reste bouche bée. Une femme. Et bien féminine en plus. « Ouai, présente nous, Robin ! » Mais non. Il dit qu’il ne faut pas après qu’il l’ait rembarré violemment. Je me fais un torticolis alors qu’on continue notre route, profitant de la vue. « Je retire ce que j’ai dis. Vous n’êtes pas gay, par ici. Mais t’es sûr que je ne peux pas genre… Tu sais ? Non laisse tomber. Si ça se trouve, je suis marié et je n’en sais rien. Je ne veux pas tenter l’infidélité. » Ouai, un souvenir m’a montré que j’ai été marié, un jour, dans une autre vie. Ne faudrait pas que je commence à être infidèle si ça n’est pas déjà le cas. Puis vu le portrait qu’il me dresse d’elles… ça pue la maladie sexuellement transmissible.

Mais lorsque l’on arrive dans une pièce qui semble être un réfectoire, j’assiste à une iconolâtrie de premier ordre. Ils semblent admirer le jeune homme bien au-delà de ce qu’il vaut réellement. Est-ce ma faute si je l’ai vu en cat boy ? On s’installe à table et il me parle de tout un tas de truc. Je remets en question ce qu’a dit la jeune femme plus tôt, ne l’écoutant qu’à moitié. « Dis… Je pue ? Pardon… Euh… Non, pas d’projet. Genre… J’vis dehors et je tente de savoir qui je suis donc… J’en sais fichtre rien… Mais je préfère chercher ma fille moi-même… Tout ce luxe c’est… Je n’en sais rien… ça ne me plaît pas. C’est too much pour moi. » Mais dés que la bouffe arrive, je ne suis plus le même.

Je veux une assiette de pillons de poulets se poser sous mes yeux, accompagnés de purée. J’attrape des pillons avec les mains et en arrache la chair avec les dents. Pas le temps de parlementer. Je dévore comme jamais, me gavant de purée lorsqu’il n’est plus qu’un tas d’os du poulet. « Oublies c’que j’ai dis pour le pou… Attends… C’est quoi le truc marron c’est… D’la merde ? ça y ressemble. » Je vois un genre de mousse de merde sous mes yeux. Je touche le truc. C’est suspect. Ça en a la texture. Je goûte du petit doigt. Non. Ce n’est pas de la merde. De la mousse au truc-trop-bon ! Je vire la cuillère et mange ça avec les doigts, m’en mettant sur le visage et veillant à ce que personne ne me le pique. Et lorsque j’ai fini, je reprends de cette boisson acide à base de citron et de sucre. Et lorsque même ça c’est fini, je déboucle ma ceinture et me laisse tomber en arrière sur ma chaise. « Je n’ai jamais autant mangé… »

Tous les regards rivés sur moi, je devine que ma façon de me baffrer n’a pas dû plaire. Je lâche un « Quoi ? Mon dernier repas c’était un écureuil, bordel ! Et ça commence à remonter. »
Bro Challenge:
 
avatar
Messages : 4516
Points : 3022
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A new sofa for Golden Fish   Mer 11 Juil - 7:01
Je le regarde manger avec un petit sourire. Je me rends bien compte de la chance que j’ai d’être ici. On est pas égaux face aux écuelles a l’arène, mais au-dessus des champion, y’a que les tribuns et les boss. Du coup… c’est vrai que ca doit paraitre luxueux a coté de repas de chien. Je crois que je ne sais pas retenir une petite grimace quand il me parle d’écureuil. Est-ce que moi aussi j’ai fait ca avant ? Je mangeais comment quand j’étais pas dans l’arène ?

Son histoire de femme me parle. Sans ma mémoire j’étais sur que j’étais marié et avec un gosse. Même si je ne sais pas me plaindre de la finalité, car je crois que Joséphine est la meilleure chose au monde qui pouvait m’arriver, je me suis torturé en me demandant si une femme me cherchait, ou pas, si elle était vivante, ou pas…

Il me fait rire avec sa merde. Le pire c’est que ca a l’air de le dégouter mais qu’il tente quand même. Bordel, si on chiait ce genre de chose je pense qu’on aurait plus besoin de chiote.

« C’est de la mousse au chocolat Declan, le truc le plus grave bon du coin même s’il ne le fond qu’avec des boite de chocolat en poudre retrouvée en ville. Autant dire que c’est un met réserver aux champions…. Et leur équipe…. »


Il parait que le vrai était meilleur. Mais, une nouvelle fois, avantage de l’amnésie, je risque pas de me perdre en nostalgie de qui était mieux que quoi. Visiblement Declan partage ma vision des choses et ne se pose pas de question. Putain, j’ai trop grave envie qu’il reste ici et qu’il fasse partie de ma team.

« Pourquoi tu ne resterais pas ici avec ta gosse quand on l’aura retrouvé ? Sans deconner, je t’ai vu a l’œuvre, avec un peu d’entrainement et un cadre tu pourrais faire des merveilles, voir même devenir champion a terme. Je pourrais t’aider a ca si tu en as envie et toi et ta petite vous ne manqueriez de rien, lit, eau chaude, savon, fringue, matos, bouffe et… bah… ouai alors, si t’es pas sur pour ta femme, j’ai envie de dire, fait comme s’il y en avait pas. Perso, j’avais un doute et on m’a appris que je dormais sur la béquille pour rien. Apres, je peux te présenter des Vestales moins prise de tête que cette Lydia et ses copines. Regarde, Là-bas la petiote blonde, c’est Dariole et a coté, la brune, April. Elles sont cools, enfin, pour des Vestales. Mais rappelles toi, ici c’est elles qui décident… sinon tu sais prendre une esclave. C’est comme ça que j’ai rencontré ma femme. »


Dit comme ça, ca fait pas glorieux, surtout que j’ai bien un doute de qui a été l’escale de qui des le depart. Mais bref, le principal c’est que j’ai payé sa liberté, qu’elle soit médecin en chef ici et que j’ai envie de sourire comme un benêt juste en pensant a elle.

Bro Challenge:
 

_________________
❝I'm a survivor ❞
    Isha Cornwell


Spoiler:
 
I walk a lonely road
Declan TraegerI walk a lonely road
avatar
Messages : 55
Points : 363
Date d'inscription : 21/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A new sofa for Golden Fish   Mer 11 Juil - 19:10
De savoir son nom me plaît. Mousse au chocolat. Chocolat en poudre. Oh alors… On en trouve à l’état sauvage ? Est-ce une viande, le chocolat ? ça vient de quel animal ? Est-ce exotique ? Je m’interroge mais cet aliment ne me dit rien. Même le goût ne me dit rien. Je n’ai pas l’impression d’avoir connu ça dans mon ancienne vie. Mais vu que j’avais l’air sportif, peut-être que je n’en mangeais pas. Mais pas le temps de digérer qu’il prend un ton sérieux. Il me propose de rester ici avec ma fille. Je l’écoute attentivement. Quoi ? Rester ici pour combattre ? Mais… Je n’aime pas vraiment ça, me battre. Je le fais par nécessité. Pas par plaisir.

Il tente de me vendre cette vie. Sa vie. Il tente de me convaincre que c’est le mieux à faire. Il me présente même les vestales. Il me dit que l’une d’elle se fait appeler Dariole. Je me retiens de rire jusqu’à ce qu’il finisse et là, je lâche mes larmes de fou rire. « Sérieux ?! Dariole ?! Ne déconne pas !! » dis-je en m’exclamant fortement. Même elle a entendu et s’est tourné vers nous. « Une Dariole ? Genre… La patisserie fourrée à la crème ? Pour un pu… Pardon… Une vestale, elle est pas mal, celle-là ! » La femme se lève, traverse l’espace entre nous et me gifle. « Roh allez ! Revient, Dariole ! J’te fais un bisou magique ! » Cela ne parvient pas à calmer mes larmes, mais déjà des types armés se ramène. Je me crispe et glisse ma main sur mon arc, lançant un regard noir. A la place, il éloigne la jeune femme. Je fronce les sourcils. Je dis beaucoup plus sérieusement, sur la défensive « Sérieusement ? Alors c’est ça votre vie ? Je me fous de l’une d’entre vous, et c’est elle qui est en tords pour s’être défendu ? Tu veux que je cautionne ça, peut-être ? Je savais bien que tout ça cachait bien quelque chose… Je ne peux pas accepter, Robin. »

Je me lève et place mon arc autour de mon buste. « Je ne peux pas permettre que ce genre de choses arrivent à ma fille, si tant est que ça soit bien mon enfant… Et puis… Merde… J’ai une vie quelque part. Je dois m’assurer que cette vie soit morte avant d’en entreprendre une nouvelle et… Je te remercie pour tout, mais je ne suis vraiment pas certains de me plaire ici. Tout ça… C’est déconnecté de la réalité. Vous avez les moyens et les ressources pour aider ces gens dehors, seuls, qui meurent un à un de faim et de froid. Au lieu de ça, vous jouez à vous taper dessus… Je… Je préfère clairement la voie de l’humble pêcheur. Je ne peux pas vivre dans la luxure quand d’autres meurent à ma place. »
avatar
Messages : 4516
Points : 3022
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A new sofa for Golden Fish   Jeu 12 Juil - 21:20
Oulalalalala je le vois partir dans une tentative de drague qui me fait passer pour un Don Juan expérimenté. La pauvre Dariole, si gentille, le prend visiblement super mal et vient lui en coller une. Immédiatement les mecs de Dean interviennent pour la conduire chez les boss… oh putain ca puir… la faut pas rester là. Declan me devance et se redresse pour me déclamer un truc que je suis pas bien sur de biter. En fait, soit je capte rien a ce qu’il me dit, soit c’est lui qui a rien compris a ce qui se passait ici. J’ai pas du être bien clair quand je lui ai dit que c’était les Vestales les maitres des lieux.

« Mais qu’est ce que tu racontes ? Ici les Vestales sont INTOUCHABLES. L’un des Big Boss du coin les adules. S’il y en a une qui a soucis, ca remonte directe et ca redescend aussi sec. Et là, vu qu’elle t’a giflé elle a gagné le droit d’aller expliquer a Dean Caulfield pourquoi on a fait chier une Vestale... et si en plus ma femme l’apprend… oh bordel... tu viens de lâcher un pet de papillon je ne sais pas où mais pas au bon endroit. Viens... on va se planquer au douche le temps que ça se tasse. Crois-moi, si ta gosse est une Vestale, c’est elle qui règne ici. »

En voyant Jésus, le sbire de Dean, débouler je décanille plutôt vite en prenant Declan avec moi. Pas la peine de se prendre la soufflante de suite et on est déjà à la porte de derrière quand je l’entends rugir mon nom. Bordel je lui avais pas dit que les Vestales avaient un peu trop l’habitude d’être respecté au point de s’agacer pour un rien.

Au moins il va pouvoir se laver. C’est déjà ca de gagner. Même si je ne suis pas sur de survivre a cette journée.

« Et t’as aussi tout faut pour les combats tant que j’y suis. En fait ici, t’a surtout deux façons de faire. Une ou tu vas contre des zombies pour la bouffe ou des broles, ça s’appelle les Hunger Game. C’est pas la panacée et c’est souvent d’entrée de show. Et d’autre ou c’est entre combattant mais orchestré avec des combats prévus a l’avance. On vit de ça. Y’a des types dehors qui trocs leur collecte pour venir voir ça, et aussi parier, consommer, vendre… Les patrons appellent ça « les divertissements post apocalyptiques ».

Je lui montre les douches te vérifie qu’il y a du savon.

« Attends que je sois barré pour sortir ta gigabit ! Bon je te laisse te savonner, fais gaffe, l’eau chaude vient vite et elle est genre, vraiment trop chaude si tu mets au max. Tu veux que j’essaye de te trouver des fringues propres en attendant ? »

Bro Challenge:
 

_________________
❝I'm a survivor ❞
    Isha Cornwell


Spoiler:
 
I walk a lonely road
Declan TraegerI walk a lonely road
avatar
Messages : 55
Points : 363
Date d'inscription : 21/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A new sofa for Golden Fish   Mer 18 Juil - 16:25
Et là il me claque que les vestales sont intouchables. Quoi ? Genre… C’est quoi cette merde ?! Quoi ?! Aux douches ? Et ces pu… Femmes règnent ici ? Donc… Le pouvoir du sexe. Encore pire que ce que je pensais. Une bande de pervers qui vénèrent le vagin. Je fronce les sourcils et le suis, rabattant ma capuche sur mon crâne. « Eh t’es gentil mon mignon, on va aux douches mais… J’ai toujours pas vu ta fameuse femme, moi. Et je t’ai un peu vu habillé en tenue très… Trop moulante aujourd’hui. Je ne veux pas que tu te fasses de faux espoirs mais… je ne suis pas de ce bo…Oooh ! » Il me tire derrière une porte. J’ai droit de crier au viol ?

Ah non. Il semble fuir un truc. Et on hurle son prénom de l’autre côté de la porte. Il me parle des combats. Je fronce une nouvelle fois les sourcils. « Oh alors, c’est du flanc tout ça ? Mais… Donc le seul truc vraiment intéressant c’est le moins important ? » Battre des Z, je l’ai assez fait et on m’a pas donné de bouffe pour autant… Peut-être que je peux tout réclamer ? Mais la mise en scène… « Mouai… Je trouve ma gamine et on se tire… Pas b’soin de rester plus longtemps dans cet asile de malades mental. » Quoi ? Ils sont complétement ravagés du ciboulot ces types.

Ils vénèrent des prostituées et simulent la bagarre pour avoir de quoi bouffer. Ils sont tellement loin de la réalité. Ils s’adonneraient à l’horticulture, là, je les admirerai. Bordel, je donnerai cher pour une soupe de légume… « Si je comprends bien, j’ai mis tes acteurs en état d’ébullition pour avoir taquiné une jeune femme qui sert de vide… Pardon… Qui est une vestale ? Et ils vont me faire quoi ? Faire semblant de me taper ? J’aimerai voir ça tiens… » Je manque de me marrer tant la situation est risible.

Il reprend sa route et me montre les douches. Il doit chercher à m’assurer qu’il n’est pas gay car il demande que je sois sorti pour que je sorte mon engin. Je lève les yeux au ciel. « Laisse tomber les fringues. Les miens font l’affaire. C’est du cuir mec. Ça ne se salit pas vraiment et ça ne prend pas réellement l’odeur donc… » J’attends qu’il sorte et retire ma veste que je nettoies, ensuite le pantalon. Je me déshabille entièrement et me douche enfin. Oh le pied. Une douche chaude. Trop chaude… Il m’a prévenu le bougre. Je ferme les yeux et vois tout ces morts devant moi. Je les rouvre illico. Comment apprécier ces moments volés hors du temps lorsque l’on a vu ce carnage dehors ? Je crois que ces acteurs ont un don : ils se mentent plus à eux-mêmes qu’à autrui. Je décrasse m’assure que mon t-shirt et mon caleçon soit presque secs en les frottant avec une serviette avant de les enfiler. Je remets également mes vêtements avant de sortir de la salle des douches. Je tombe nez à nez avec Robin.

« Bon… Ma fille, c’en est où? On la retrouve ou tu veux encore que j’insulte quelqu’un et que je me mette l’Arène Comedy Club sur le dos ? »
Bro Challenge:
 
avatar
Messages : 4516
Points : 3022
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A new sofa for Golden Fish   Jeu 19 Juil - 16:40
J’ai quand même l’impression que ce type est une pépinière de bêtises a lui tout seul. Si des Vestales l’entendent les traiter de putes, ca va encore partir en pugilat, ca, c’est sûr.

« Alors déjà, ma femme, soit pas trop pressé de la rencontrer, c’est un peu elle le médecin en chef ici, donc c’est rarement bon signe quand on va la voir sans être son mari ensuite, mais en fait t’a rien bité pour les Vestales. Ces nanas c’est pas des putes, ca serait plus simple a mon avis. Dis toi que c’est juste des nanas mais qu’on leur doit le respect et tout le tralala et que quand elle sont vexées parce qu’on s’est mal comporter avec elle, généralement, on en entend rapidement parler, si tu vois ce que je veux dire et ou je veux en venir… »

Je le laisse aller ce laver et me marre de mon coté en entendant le « ouche » du type qui s’est fait avoir par l’eau chaude. On a beau se passer l’info, on s’est tous fait avoir la première fois. Par contre son histoire de cuir… je ne sais pas comment je sais ça, mais je suis carrément sur qu’au contraire, on macère dedans et qu’il faut l’entretenir et le nettoyer… bordel c’est inquiétant cette réminiscence. A moins que j’ai été Batman dans une autre vie, la perspective que je sois habituer a porter du cuir me fait un peu flipper.

Je lui laisse son intimité et va l’attendre dans le couloir. Je croise deux ou trois bonnes âmes qui me signalent que Jésus me cherche, que Dean veut me voir et pire encore que l’autre brioche au nom de raviole est avec ma femme a se plaindre de mon comportement. J’en connais un qui va prendre cher, ou plutôt qui ne va rien prendre du tout.

Quand il ressort il fait moins mal au nez, c’est déjà ça.

« Bah écoute, quitte a choisir, je dirais bien, allons chercher ta fille. Viens, vers les gradins on a une meilleure vue de la lice…. »


Je le conduis avec méfiance vers le centre du bâtiment. A peine sommes nous en vue des gradins que je vois Joséphine les bras croisés et l’air pas jouasse du tout, m’attendre.

« Heu… bah tu voulais voir ma femme… la voila… »


Je me ratatine un peu en voyant à son œil noir que ça va être ma fête mais pas comme je l’aime.

« Les gradins sont par la, je règle le problème et je te rejoins. »

Puis, tel le condamné qui essaye de rester digne en allant a la potence, je vais vers Joséphine en espérant qu’elle saura compréhensive.

_________________
❝I'm a survivor ❞
    Isha Cornwell


Spoiler:
 
I walk a lonely road
Declan TraegerI walk a lonely road
avatar
Messages : 55
Points : 363
Date d'inscription : 21/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A new sofa for Golden Fish   Ven 20 Juil - 13:49
Oh, Môssieur est marié à une médecin ! Il s’invente une vie, ce type, ce n’est pas possible… Je soupire et croise mes bras sur ma poitrine. Ouai j’ai du respect pour les femmes en général… Mais elle s’appelait Dariole quoi… Je n’y peux rien ! Je suis heureux de pouvoir enfin prendre une douche et je nettoie mon cuir comme je peux. Même si je sais bien que ce n’est pas le top, je ne compte pas laisser des affaires ici trop longtemps. Pas le temps pour un séchage.

Je ressors et il me propose qu’on aille chercher ma fille. J’acquièse. S’il pense qu’on peut la trouver dans les gradins, ça me va. Je le suis. On est pas arrivé qu’il me montre une femme « Eh beh… On dirait que tu as fait un truc que tu ne devais pas. Félicitation, tu as une vraie femme et en colère à souhait on dirait… » Il me dit où sont les gradins pour que j’y aille seul, me disant qu’il va me rejoindre. Ai-je droit d’en douter ?

Je me pose dans les tribunes et regarde l’endroit. Je me demande ce qu’il vient de se passer exactement. Je suis dans un autre monde. Un genre de traversée vers Narnia, les portes de cette arène. Encore faille-t-il que je me rappelle ce qu’est Narnia.

Je profite d’être un peu tranquille, poser un peu mes idées à plat. Je replace ma capuche sur mon oreille et tire un petit livre de ma veste. La route de Cormac McCarthy. Je l’ouvre et en lis les quelques mots. Ces quelques mots me décrivent parfaitement : « On oublie ce qu’on a besoin de se rappeler et on se souvient de ce qu’il faut oublier ». J’aime cette citation. A vrai dire, j’aime ce livre. Il résonne tellement avec ce monde. Je range le bouquin lorsque je vois une brute se pencher vers moi. Je le regarde depuis le bas. « Si tu viens pour Dariole, sache que je connais pas votre manège ici. Je suis juste là pour chercher ma fille. Dés que j’ai des réponses, je file sans faire d’histoires… » Mais sans dire un mot, le type glisse sa main dans la poche intérieure de ma veste et en tire le livre. Heureusement qu’il a fait vite. Brute ou pas, j’ai failli lui péter le bras. Mais son intérêt pour le chef d’œuvre qui me passionne tant me donne l’impression d’exister un peu plus. Comme si j’étais vu un peu pour ce que j’aime. « Tu le veux ? Je te le donne… Après tout… Je l’ai lu une bonne dizaine de fois ces six derniers mois. Peut-être plus dans ma vie d’avant… » Le visage du mastodonte s’illumine et d’un sourire, il disparaît comme il est venu.
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: A new sofa for Golden Fish   
 
A new sofa for Golden Fish
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Détroit
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération