Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #29 : Juillet 2018
Recensement Recensement #5 en cours
Animation trimestrielle #1 Changez de sexe !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Cet été sur In Your Flesh, réalisez votre rêve d'enfant et devenez dresseur Pokémon ! Pour les attraper tous, ça se passe ici
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - préambule : Welcome to Detroit > A lire ici

In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Détroit

 we've come a long way from where we began

avatar
Messages : 387
Points : 964
Date d'inscription : 29/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: we've come a long way from where we began   Mer 13 Juin - 22:41

We've come a long way
from where we began

Aaron & Jordan


La jeune femme s’était pensée à l’abri. Elle et ses proches d’ailleurs. Et par là, elle entendait surtout Olivia. La militaire avait pris pour acquis le toit qui trônait au-dessus de leurs têtes et tout s’était effondré en l’espace de quelques secondes. Enfin plutôt tout était partie en fumée. Parce que la catastrophe était bien là : c’est un incendie qui a ravagé le labo. Il n’en a fait qu’une bouchée, laissant ses anciens occupants complètement désemparés et à la rue. C’était le cas de son petit groupe. Ils avaient erré quelques jours, avaient regoûté à l’insécurité et à la crainte avant de finalement tomber par chance sur Abel qui s’était établis à la prison. Le blond avait offert au club des 5 –comme ils aimaient les appeler- un endroit où s’établir et surtout se reposer. Enfin, ça c’était surtout Olivia et Darren qui en avait besoin. Même si le destin semblait les malmener, celui-ci avait tout de même attendu qu’ils trouvent un endroit sûr pour qu’Olivia mette au monde son enfant. Une fille, comme elle l’avait prévu. Cette naissance était un petit rayon de soleil dans leur quotidien morose. Effy apportait un peu de joie et de baume au cœur à Jordan. Mais même si cette petite bouille l’émerveillait, les nuits à l’entendre pleurer et les problèmes liés à la prison étaient trop présents et trop importants pour que cela suffise à lui redonner confiance en l’avenir. Un avenir qui personne ne verrait s’ils ne trouvaient pas de solutions pour tous s’alimenter correctement. Une ombre avait rapidement assombri le joli tableau que représentait la naissance de la petite. Cela leur rappelait la difficulté de leurs nouvelles vies dans leur nouvel environnement. La seule solution qu’ils avaient était de sortir. Souvent. Très souvent. Au point que la fatigue se joigne à la faim. Et l’hiver n’était pas encore fini.

C’est pour cette raison que dès le lever du jour, la militaire avait pris ses affaires et avait rejoint la ville. Elle n’avait pas pris la Jeep de Nora pour appuyer ses dires : elle n’irait pas très loin. C’était la seule solution pour que Darren ne l’accompagne pas. Les deux compères avaient pris l’habitude de s’éclipser, parfois quelques jours dans le but de trouver de quoi les aider à tenir quelques semaines de plus. Lui n’avait pas trop le choix, il portait sur ses épaules tous les membres du club des 5. Il devait assumer, les aider et les protéger. Jordan, elle, n’était forcé en rien mais bizarrement c’était elle qui était venue se placer en tant que second aux côtés de Darren à la place de Thomas.  Ce dernier s’était effacé ces derniers mois et moins elle le voyait, mieux elle se portait.

La jeune aurait été incapable de dire depuis combien de temps elle marchait. En tout cas, elle avait rejoint des quartiers qu’elle n’avait pas l’habitude de fréquenter du temps où le labo était encore debout. C’était plus loin, mais toujours assez proche de la prison pour qu’elle puisse rentrer avant la nuit. C’était ça l’important : qu’elle ne dorme pas dehors. D’abord parce que c’était plus dangereux, surtout là où elle ne connaissait pas les lieux et en ensuite car elle était sûre qu’Olivia et Darren lui tomberont dessus si elle ne revenait pas d’ici à ce soir pour la gronder comme une ado qui avait fait le mur. Même s’ils étaient une famille et qu’elle leur était reconnaissante, elle avait besoin d’air. C’était aussi ça qui l’avait motivé à sortir seule. Elle n’oubliait pas ses objectifs : trouver de quoi les nourrir pendant plusieurs jours, mais l’air frais de l’hiver et la solitude lui faisait réellement du bien.

Après une longue marche, elle arriva dans un quartier qui semblait avoir plutôt bien tenu depuis ces dernières années. Rien annonçait qu’il était fréquenté et après avoir fait le tour deux fois de suite du pâté de maisons elle pénétra à l’intérieur d’un immeuble presque entier, qui semblait vide. Prenant encore d'autres précaution pour être sûr de ne croiser aucun autre être humain, elle gravit petit à petit les étages, fouillant soigneusement et le plus silencieusement possible chaque étage, chaque appartement. Cela ne l'empêcha pas de tomber sur quelques-unes de ces créatures, mais peu importe. Confinée de la sorte, elle s'en débarrassa assez rapidement. Lorsque le soleil entama le début de sa descente dans le ciel, elle en déduit que midi était passé. Elle avait trouvé pas mal de conserve, pas de truc forcément très intéressant, mais en tout cas ça leur remplirait le ventre le temps de quelques jours. Jordan s’était installée dans le canapé d’un des appartements situés dans les hauteurs du bâtiment. Elle n’était pas allé plus haut à cause des débris et puis son sac à dos était à présent rempli de denrées pour leur survie. Ca ne servait à rien d’en chercher plus si elle ne pouvait pas les porter.

La blonde était avachi en train de grignoter un morceau d’une barre de céréales qu’elle venait de trouver quand elle entendit des pas dans les escaliers. Par précaution, elle avait laissé toutes les portes ouvertes pour guetter le moindre bruit anormal et elle se félicita d’y avoir pensé. C'était un pas lent, mais pas assez pour la rassurer sur la nature de l’intrus. Le plus silencieusement possible, elle récupéra son arme à feu et se releva avec précaution. Le bruit de pas s’arrêta sur le seuil de l’appartement. Arme levé, elle avança prudemment le doigt sur la détente vers l’entrée. Son souffle se coupa et son cœur bondit dans sa poitrine quand elle reconnut l’homme qui se tenait à quelques mètres d’elle. — Aaron ?

_________________


I'm never gonna let you close to me even though you mean the most to me. 'Cause every time I open up, it hurts. So I'm never gonna get too close to you even when I mean the most to you. I'm way too good at goodbyes.

*:
 
We have ashes, fire and hope
Aaron BlynkWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 210
Points : 1366
Date d'inscription : 13/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: we've come a long way from where we began   Dim 24 Juin - 23:34
Je souris finement, respirant avec lenteur l’air qui s’anime autour de moi. Je frissonne, lorsque je me rends compte qu’encore une fois et malgré les épreuves, je suis retombé sur mes pattes et que tout semble aller correctement. J’ai encore des plaies ouvertes, mentales ou physiques, mais aujourd’hui je ne suis plus seul. Il faut savoir que, Fort Hope, est une communauté encore assez vague pour moi. Je n’ai pas encore mon rôle au sein de cet endroit, mais je ne chôme pas. Même si la douane me sermonner parce que je sors un peu trop souvent sans autorisation réelle, ils me laissent généralement parce que je ramène des trucs qui peuvent être intéressantes à qui les veux dans le camp. Il faudra un jour que je me trouve une place précise mais pour le moment, j’admets être encore un peu volatile, un peu instable dans mes idées et mes envies. Revoir Anja, est quelque chose de très bizarre. Savoir que Joey va bien, est un réel soulagement. Savoir que mon frère est loin m’inquiète, mais après tout, il s’est éloigné du centre de détroit, à la recherche d’endroits vierges de tous problèmes de maladies mortelles. Je suis sûr qu’il est déjà dans un encore sauvage et plein de promesses… Pour ma part, je tente de me reconstruire un but. Je cherche simplement une raison, pour ne pas rester inactif. De toute façon, la boule d’énergie qu’est Shadow, ne me permet pas de rester bien longtemps à ne rien faire. Je n’ai pas pris mon cheval, auquel un jour il me faudrait trouver un nom d’ailleurs, mais fais le chemin à pied.

J’avance simplement, grimpant sur les débris avec précaution, tendant l’oreille, jetant loin mon regard, pour m’assurer qu’aucun danger n’est encouru. J’admets, que les gens du laboratoire me manquent. Je pense qu’inconsciemment je les cherche, que c’est pour ça que je viens si souvent dans Détroit même lorsque je fais mes petites excursions. J’ai l’espoir de trouver l’un d’eux, pourquoi pas un petit groupe qui s’est réunis et de leur dire ‘’ Hey, venez avec moi. Fort Hope est une communauté pacifique et même si ce n’est pas vraiment le laboratoire, au moins vous seriez à l’abri’’... Je sais que ce n’est pas si simple. Certains survivants étaient au laboratoire comme chez eux. Il y a peut-être eu des morts dans l’incendie, peut-être des disparus… Je suis conscient qu’on ne peut pas faire confiance à une autre tribu aussi facilement. Soudain, mon regard est attiré par du mouvement, m'extirpant de toute rêverie possible. J’indique aussitôt à Shadow le bâtiment et en effet, cette dernière avance vite et avec enthousiasme, reniflant le sol en remontant la piste que je lui ai indiqué. Je suis sûr, d’avoir vu passer quelqu’un. Une silhouette que je commence à pouvoir reconnaître entre milles. Shadow avance, tandis que je la suis. Rapidement, elle monte les escaliers, en montant surement trop à mon goût. Finalement, Shadow bloque à un étage précis. Nous nous y aventurons, curieux, lorsque soudain, mes doutes furent certifiés. Jordan, un flingue pointé sur moi, est là. Le silence règne, quelques instants, sans que nous n’ayons rien à nous dire. Elle prononce mon nom, comme si elle n’y croyait pas.

- J’ai déjà eu meilleur accueil. Un taré, un incendie m’ont pas tué. Fais attention avec ton jouet, ça peut blesser…

Fidèle à moi-même, je ne pouvais pas résister à l’envie de faire une blague. Mais trêve d’idioties. Cette fois, je me fiche pas mal de savoir si, je me prendrais un coup de poing. Si ça va la vexer. Si ça va l’énerver… Je parcours lentement les quelques mètres qui me séparent, venant l’étreindre avec douceur et force à la fois.

- Tu m’as manqué, Tigresse...

_________________
Run boy run
Run and run again, far away, escape... After the end of the world, ou can't be happy. Remember that, for the rest of your life.(c)lazare.
avatar
Messages : 387
Points : 964
Date d'inscription : 29/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: we've come a long way from where we began   Lun 9 Juil - 19:18

We've come a long way
from where we began

Aaron & Jordan


La journée avait été calme. A part quelques-unes des créatures qui rodaient dans la ville, la jeune femme n’avait croisé personne. Ces quelques heures de silence étaient à la fois un bonheur mais aussi une source d’angoisse. Vivre entouré de mondes et surtout d’un jeune bébé était épuisant, c’est vrai. Mais entendre les gens rire ou râler avait quelque chose de rassurant. C’était le signe que la vie continuait. C’est un signe d’espoir pour la militaire. Ce long silence, était donc quelque chose dont elle n’avait plus l’habitude et c’était assez perturbant que chaque petit son anormal accélérait les battements de son coeur. C’est pourquoi, malgré le bruit assourdissant des céréales qui craquaient dans sa bouche, Jordan n’eut aucun mal à distinguer les bruits de pas qui avaient commencé à résonner dans la cage d’escalier de l’immeuble. Paralysée sur place, elle eut un léger moment de flottement où elle ne savait pas quoi faire. Déjà, il lui fallait connaître l’origine du son. Cela ne fut pas le plus difficile, c’était forcément un humain. L’avancée était bien trop délicate et bien trop réfléchis pour que ça soit l’un de ces morts. Quand elle comprit ce qui s’apprêtait à la coincer dans l’appartement, son coeur ne cessait d’accélérer. Ses pensées se dirigèrent immédiatement vers ceux qu’elle considérait maintenant comme ça famille et l’idée ne pas voir grandir la petite lui comprima le coeur. Elle comprit qu’il lui fallait agir. Vite mais précautionneusement.

Sans plus attendre, elle se releva aussi vite et silencieusement qu’elle le put. Ses doigts se referment en peu de temps sur la crosse de l’arme qu’elle avait à la ceinture. Elle ôta la sécurité et leva le bras, ferme, devant elle. Si elle voulait avoir la surprise de son côté, elle devait agir la première et surprendre son adversaire. Elle n’avait plus le temps d’attendre. Sauf que quand elle sortit de sa cachette pour faire face à l’entrée, elle se figea sur place. Aucune pensée ne traversa son esprit tellement elle fut sous le choc de la personne qui se trouvait sous ses yeux. Les lèvres entrouvertes de la jeune femme ne laissaient même plus passer l’air, le temps de quelques secondes. Quand finalement elle fut capable de respirer à nouveau, la seule chose qui lui échappa fut le prénom de l’intéressé. Le bras armé se baissant déjà, juste avant la blague de son ancien acolyte. Toujours incapable de bouger, elle le laisse parcourir les derniers mètres entre eux et le prend dans ses bras fermement.

La militaire avait du mal à y croire et reste silencieuse entre les bras de son ami. Cela fait des mois qu’elle n’a pas vu son visage, ni même entendu sa voix et d’un coup tout ce qui s’est passé lui revient en mémoire. L’incendie au laboratoire et l'errance qui en a suivi. Même si elle est retournée sur les lieux plusieurs fois avant de réellement se poser à la prison, Jordan n’avait croisé personne qu’elle avait côtoyée à cette époque-là, ne sachant pas qui avait survécu et qui avait perdu la vie. Aaron faisait des personnes qu’elle appréciait, mais avec qui elle avait été froide et parfois dure. C’était d’ailleurs un échange de la sorte qu’ils avaient eu la dernière fois qu’ils s'étaient retrouvés tous les deux. Songeant à cela elle resserra sa prise sur lui, respirant l’odeur familière et même réconfortante qu’il dégageait. — T’es vivant…, murmura-t-elle doucement. Ce moment semblait irréaliste. Doucement elle se détacha de lui, pour venir lui faire face et pouvoir l’observer. Elle n’avait aucune idée de ce qui s’était passé dans sa vie depuis des mois maintenant. La dernière fois, il semblait abattu mais aujourd’hui son regard était différent ce qui la rassura immédiatement. — Ça va ? Qu’est-ce que tu fais ici ?, demanda-t-elle dans un premier temps, toujours sous le coup de la surprise. — Tu me suis encore ?, dit-elle avec un large sourire.

_________________


I'm never gonna let you close to me even though you mean the most to me. 'Cause every time I open up, it hurts. So I'm never gonna get too close to you even when I mean the most to you. I'm way too good at goodbyes.

*:
 
We have ashes, fire and hope
Aaron BlynkWe have ashes, fire and hope
avatar
Messages : 210
Points : 1366
Date d'inscription : 13/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: we've come a long way from where we began   Dim 15 Juil - 23:14
La surprise. Ce ne fut cette vieille amie qui visiblement, s’empara de Jordan à peine nos regards se sont-ils croisés. Je n’ai pas attendu son feu vert, je n’ai pas attendu sa réponse. Je me suis contenté de l’attraper et de la serrer dans mes bras, avec toute la force et la tendresse qui me sont aujourd’hui disponibles et dieu sait que pour elle que je savais disparue, j’en avais. Une éternité me semble s'être écoulée alors que je la relâche enfin. Je suis sûr de ne pas avoir rêvé, mais la douce sauvageonne semble elle aussi m’avoir prise dans ses bras. Mon fin sourire joueur et charmeur s’étire sur mes lèvres alors que je la regarde dans les yeux. Son inquiétude me fend le cœur et d’autant plus quand je sais, que j’avais la même à son sujet. Mais les récents événements ont fait, que je me suis bien vite refusé à penser à sa plausible mort, trop vite absorbé dans un tourbillon de tristesse, j’avais simplement refoulé mes pensées à son sujet. Trop de personnes ont quitté ma vie ces derniers temps, trop de changements violents et imprévus ont fait surface et c’est pour moi trop douloureux de penser aux douleurs des autres. Jordan, avait évidemment traversée par plusieurs fois mes pensées. Mais justement, je la connais bien à force. Je sais que ce n’est pas l’incendie du labo, aussi douloureux a-t-il pu être, qui pourrait mettre à terre Jordan.

- Vivant. Et en bonne santé.

Je souffle ces quelques mots pour lui répondre, la rassurer. Mais je pense que ça doit se voir su mon visage que je vais bien. La dernière fois que l’on s’est vu, le stricte opposé bercé mon coeur et mon âme. Mais aujourd’hui, je parviens à me relever, un peu plus chaque jour. La voir aujourd’hui saine et sauve, me rajoute d’ailleurs un peu de baume au coeur. Les prochaines questions finissent par arriver, celles que j’avais évidemment vu venir, dans la suite logique des choses.

- Je vais bien et je me balade. Et évidemment que je te suis, pour changer !

Je l’attrape par les épaules et sans attendre, je l’entraine vers le canapé, la poussant dedans avant même qu’elle ne puisse résister. Shadow, traîtresse en puissance, vient d’ailleurs vite nous rejoindre, poussant la main de Jordan de son museau froid. Elle sait la reconnaître à force.

- Je veillerais toujours sur mes amis proches même si on se sépare. Surtout s’ils me croient morts c’est la meilleure des façons de revenir ! Il faut plus qu’un petit incendie pour m’achever beauté.

Mon sourire s’agrandit évidemment, sans que je ne cherche à le réprimer. C’est sincèrement confortable pour moi de la retrouver là, une assurance certaine s'empare de moi, franchement à l’aise. Une joie certaine me berce, alors que je savoure d’avoir retrouvé quelqu’un comme Jordan. Ma voix se brise légèrement, mon regard trahit un instant ma tristesse. Je la fixe droit dans les yeux, me frottant doucement le front pour cacher mon regard. Toutes mes inquiétudes refoulées remontent en flèche, avant de doucement s’évanouir dans la nature…

- J’étais tellement inquiet de te voir disparaître à jamais toi aussi...

_________________
Run boy run
Run and run again, far away, escape... After the end of the world, ou can't be happy. Remember that, for the rest of your life.(c)lazare.
avatar
Messages : 387
Points : 964
Date d'inscription : 29/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: we've come a long way from where we began   Jeu 19 Juil - 18:39

We've come a long way
from where we began

Aaron & Jordan


Les prunelles bleues de la jeune femme scrutaient soigneusement celles de l’homme en face d’elle. Oui, il était vivant et en bonne santé comme il s’amusa de la dire. Il semblait heureux même. Bien plus que la dernière fois qu’elle l’avait vu. Un léger sourire étira les lèvres de la militaire tandis qu’elle commençait seulement à réaliser qui se trouvait réellement devant elle. Non ce n’était pas un rêve et encore moins un délire de sa part. Le manque de nourriture ne lui avait pas encore fait perdre la tête. Jordan ne devenait pas folle, pas encore. Il était bien là, elle pouvait l’entendre et le sentir sous ses doigts. Elle se met même à rire quand il avoue la suivre. La militaire sait bien que ce n'est pas vrai mais ça lui fait du bien de s’imaginer que c'est le cas. Comme avant, comme à l’époque du laboratoire. Cela allège l’atmosphère, allège son humeur et lui réchauffe le cœur.

Jordan n’a pas le temps de répondre quoi que ce soit qu’il enroule son bras autour de ses épaules pour l’entraîner vers le canapé qu’elle occupait quelques secondes plus tôt avant qu’il ne l’interrompre en lui donnant presque un arrêt cardiaque. Son maigre repas y traîne encore d’ailleurs et elle le récupère rapidement avant qu’il ne la pousse dans le sofa avec lui. Elle s’écroule à moitié avachi, toujours sous le coup de la surprise. Si elle s’attendait à le voir aujourd'hui ! Et même Shadow qui vient frotter son museau froid contre les doigts de la jeune femme. Elle tend alors la main pour venir faire une caresse à l’animal qui semble elle aussi très heureuse de ses retrouvailles. La jeune femme se redresse pour mieux pouvoir offrir les papouilles qu’elle lui réclame. Elle finit même par lui lécher les doigts ce qui laisse penser à Jordan qu’elle s’intéresse finalement plus à son casse croûte qu’à elle. Résignée, voir amusée elle décide de lui donner le dernier petit goût de sa barre de céréales. De toute façon ce n'est pas ça qui allait lui caler le ventre et l’animal méritait bien un petite récompense.

— Je ne t’ai jamais pensé mort… ,commence d'une petite voix la militaire. C'était la vérité. Elle avait des craintes, des doutes mais jamais aucune certitude. Si ce n’est que ça vie ne sera plus jamais comme avant. Plus comme au laboratoire. Même si Jordan était habitué à n’avoir aucun point fixe dans sa vie, que ça soit dans son métier ou dans ce nouveau monde, elle avait grandement apprécié la stabilité que lui avait offert l’établissement. C'est ce qui l’avait sauvé. Ca et Liv. — Je suis juste soulagée que ça ne soit pas le cas. finit-elle avec un nouveau regard en biais et un sourire. Aaron était quelqu’un de bien. Parfois un peu trop naïf au yeux de la jeune femme mais c’était son caractère. Elle préférait voir la vie comme elle était. Dure, froide et sans pitié. Cela ne voulait pas dire qu’elle ne se sentait pas heureuse parfois ou qu’elle trouvait que la vie ne valait pas la peine d’être vécu. Bien au contraire. Seulement la militaire avait appris à voir le verre à moitié vide et pas à moitié plein.

Jordan sent le regard de son ami sur elle et lui offre un nouveau sourire. Ceux-là sont rares, mais aujourd’hui elle pouvait dire que c’était un cadeau d’être tombé sur lui. Sauf que l’attitude enjouée du jeune homme s’effrite en une fraction de seconde. Cela suffit pour inquiéter la jeune femme dont les sourcils barrent déjà le front. Bien des choses se sont passées depuis le début de l’hiver et elle ne connaît rien de ce qu’il a vécu jusque-là. La sincérité de ses propos la touche profondément. Surprise, une fois encore, elle n’arrive pas à prononcer le moindre mot. Baissant les yeux, elle joue nerveusement avec ses doigts. — Je suis increvable, tu sais bien. dit-elle en faisant référence à son ancienne morsure avec un léger rire. — Je ne vais pas disparaître. Il n’en était pas question. Même si elle était épuisée, elle était loin d’en avoir fini avec la vie. Ce n’est plus ce virus qui lui poserait des problèmes, elle n’avait rien à craindre contrairement à lui. — Tu risques bien plus que moi à l’extérieur… Où est-ce que tu vis ? demanda-t-elle pour s’assurer qu’il avait un endroit sûr où s’abriter. Sinon, elle était décidée à le ramener avec elle à la Prison.

_________________


I'm never gonna let you close to me even though you mean the most to me. 'Cause every time I open up, it hurts. So I'm never gonna get too close to you even when I mean the most to you. I'm way too good at goodbyes.

*:
 
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: we've come a long way from where we began   
 
we've come a long way from where we began
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Détroit
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération