Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #33 : Novembre 2018
Animation trimestrielle #1 Once upon a time !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Intrigue #5 Recensement !
De nombreux postes vacants de l'armée sont encore disponibles. N'hésitez pas à venir jeter un coup d’œil par ici !
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - Chapitre I : New rulers, new rules > A lire ici

In Your Flesh :: Michigan State :: Fort Hope

 Lake placid
Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
Messages : 957
Points : 2093
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Lake placid   Lun 25 Juin - 23:08
Faire la cour a mademoiselle Carter n’est pas chose aisé, mais je compte bien lui organiser une surprise qui va lui en mettre plein les yeux. Un diner aux chandelles dans un cadre champêtre et bucolique.  Et après hésitation et repérage de terrain, il me semble que je doive trancher entre le champ avec les cheveux ou les abords du lac de Fort Hope si je ne veux pas certaines nuisances tel des piques assiettes morts qui sont plus intéressés par ceux qui sont devant les assiettes que ce qu’il y’a dedans.

Mais le doute m’habite, a défaut d’autre chose, est ce que les effluves du crottin de cheval ou de la vasière ne pourrait pas gâcher ce moment de séduction en agressant nos nez délicats… enfin, surtout le mien parce que lorsque j’avais trouvé cette chère Alix, on ne peut pas dire qu’elle sentait la rose et ca n’avait pas l’air de l’incommoder plus que ça.  Par contre moi je ne pourrais pas être aussi parfait que je me le dois si le cadre n’est pas à la hauteur.

Bon il a fallu quelques tractations, a priori, a Fort Hope on n’entre pas comme dans un moulin. Après avoir vérifier que j’avais les bonnes chaussures, pas de morsure et refuser de s’assurer que je n’avais pas de bazooka dans l’anus, j’ai enfin pu pénétrer le camp armé des meilleures intentions qui soient et poursuivit par le médecin de garde qui ne voulait pas que je reste nu pour mon inspection. Étrange… Je pense que Fort Hope n’est pas encore prêt a admirer ma personne dans son plus simple appareil.

Je pars donc en inspection des lieu, sautillant presque joyeusement de ce moment sans mes nounous tout en fredonnant ma chanson mantra philosophique presque religieuse, libéré délivré ! Bon, le champ… c’est bien hein… mais du coup dans la catégorie champêtre, c’est peut etre trop. En plis je vais être tenté de m’occuper d’eux plus que d’elle et ca, c’est comme de parler plus a un décolleté qu’a une jeune demoiselle lors d’un rencards : c’est fatale.

Je fini donc, l’écharpe au vent, lunette de soleil sur le net et costume en lin crème impeccable avec mes chaussures lit de vin sur les arbore du lac, tant troublé par la vue que par une un siroi (le mal de la sirène) qui semble parler aux flots et dansé avec l'écume. J’ose a peine m’approcher du jeune homme de peur d’interrompre ce rituel des plus mystérieux. Pourtant il faut bien que je me signale, sinon ca serait incorrecte…

« Bien le bonjour a vous habitant de Fort Hope »

Oui je fais dans la simplicité pour une fois.

« Ne vous gênez pas pour moi, je ne fais qu’admirer… »

_________________


Dean Caulfield Arene
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 578
Points : 901
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Lake placid   Mer 27 Juin - 15:52



Ezra n’avait jamais été un homme à déprimer, il avait toujours su garder le morale en toute circonstance, même quand il avait failli se retrouver en fauteuil roulant, il n’avait jamais baissé les bras et n’avait jamais renoncé. Mais là … rien n’allait depuis qu’il était revenu de chez Maryse. Son morale restait désespérément dans ses chaussettes et rien au monde n’arrivait à lui faire remonter la pente pour le moment, ni les discutions avec les autres survivants, ni les activités qu’on lui proposait, il passait d’ailleurs le plus clair de son temps seul, évitant tout contact avec les autres. Il choisissait des endroits peu fréquenté pendant l’hiver comme la ferme ou aujourd’hui le lac. Personne ne viendrait l’embêter au lac. Déjà que le fond de l’air était froid, près de l’eau c’était l'horreur.

Le tatoueur s’installa au bord de l’eau et commença par faire des ricochet et laissa son regard se perdre sur l’étendu calme de ce dernier. C’était reposant en quelques sortes puis, au bout de longues minutes à contempler le vide devant lui et sentant une vague d’angoisse monter en lui, il décida de changer d’activité. Il vira ses chaussures et commença à tremper ses pieds dans l’eau plus que gelée du lac. Il s’en moquait de tomber malade, peut-être même que s’il mourrait là au bord de l’eau personne ne s’en rendrait compte. Alors qu’il jouait avec ses orteils, faisant de petit clapotis près de la rive, il laissait l’eau remonter par capillarité sur son pantalon. Ezra se mit ensuite à chantonner une chanson Disney, "Sous l’océan" de la Petite Sirène. Après tout un lac de cette taille et la mer c’était kif-kif non ?

Malheureusement il entendit quelqu’un s'approcher et le saluer d’une manière curieuse. Ezra lui répondit sans vraiment l’envie de lui parler et observa son compagnon du moment. Mais c’était quoi cette tenue et c’était légal de porter des chaussures de cette couleur ?

« ‘Jour … »

Puis il tiqua à sa deuxième réplique, ne lâchant pas du regard son visage. Il le connaissait ce type ... Pourtant il ne lui semblait pas l’avoir déjà vu à Fort Hope ? Et puis admirer le lac ? Lui venait ici pour s’isoler, pas pour la vue ... Alors que venait faire ce mec à s’introduire dans son îlot de solitude improvisé ?

« Admirer le lac ? Ou mes orteils dénudés ? »

Bon, il n’arrivait décidément pas à remettre cet homme et abandonna pour le moment. Pourtant il le connaissait, il en était sûr …

Le tatoueur n’avait vraiment pas envie de bouger alors, autant essayer de faire fuir son squatter de plage privée. Ezra planta son regard dans celui du mec qui venait de le déranger et lui lança de la manière la plus sérieuse du monde :

« Tu veux que je te fasse un porno d’orteils ? Une partouse à dix ça peut être intéressant, non ? »

Ezra commença à faire se frotter les orteils et poussa de petits gémissement suraigu. Peut-être qu’en se faisant passer pour fou, l’homme le laisserait tranquille et irait admirer la vue ailleurs.



avatar
Messages : 957
Points : 2093
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Lake placid   Mer 27 Juin - 16:10
Quel singulier personnage et quelle ravissante façon de me saluer. Moi qui aime l’originalité, je dois avouer être servi. Qui plus est, j'adore ses gouts musicaux. Je me penche quand même pour voir ses doigts de pieds avant de répliquer. J’ai déjà fait des bourdes par le passé.

Vous avez certainement entendu parler de ma participation a ce spectacle diffusé en direct pour les enfants handicapés? Le télétruc je sais plus quoi. Un moment de liesses et de reprises de vieux tubes facile a chanter, même pour des handicapés. J’étais a fond dans mon interprétation de  "Show must go on", le publique était chaud et là… la boulette… j’ai sorti « tout le monde debout!!!!! »… dans une sale où il y avait plus de 70% de personnes dans des fauteuils roulants. Le GROS MALAISE. Et je n’étais même pas défoncé. Juste l’ivresse du moment.

Bref, a priori, ce jeune homme a tous ses doigts de pieds et ne souffre pas d’handicape visible nécessitant un traitement verbale particulier ou des excuses médiatiques a n’en plus finir sur toutes les chaines…. Sans parler des dons. Je réponds donc avec mon sourire de charmeur qui m’a valu d’être élu sur 5 années consécutive homme romantique préféré des ménagères de 30 à 50 ans

« Ma fois, on m’a fait beaucoup de propositions dans ma vie, mais je crois qu’une touze pédestre… ca doit bien être la première fois qu’on me la propose. »


Par contre sa prestation d’orgasme laisse a désirer. Je pense qu’au casting de film porno pour acteur qui jouent comme un pied, il a peut être ses chances. Je rigolerais bien a ma propre blague mais je sens intuitivement que le masturbateur d’orteil n’a pas l’air de joyeuse humeur. J’imagine que je devrais peut être songer a le laisser seul, enfin, si j’arrivais a avoir cette empathie moins nombriliste peut être. Mais non, je déconne, je suis parfait, je fais donc forcement ce qu’il faut et s’il voulait que je parte il ne m’aurait pas invité a rester non ?

« Par contre j’ai peur d’être novice et de me sentir trop intimidé pour ma première fois mais ca n’a pas l’air désagréable de patauger pour des orteils dans le coin. »

Un nouveau sourire de pub de dentifrice et un regard style « tu es le seul au monde qui compte », vieux réflexe des que je croise une personne agréable au regard.

« Je m’appelle Dean, et si tu me le permets, j’aimerais bien essayer au moins le bain de pieds pour commencer… histoire de prendre la température....»


je lui offre un petit clin d’œil pour souligner mon trait d'humour.

_________________


Dean Caulfield Arene
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 578
Points : 901
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Lake placid   Ven 29 Juin - 17:43


Non ... Mais non ... Ce n'était pas le résultat escompté que de se retrouver avec un mec voulant participer à une partouse d'orteil ... Mais c'était qui ce cinglé ... ? Enfin ... Ezra n'arriverait pas à s'en débarrasser aussi facilement que prévu. Peut-être en tentant de le décourager en lui faisant remarqué subtilement que se mouiller les pieds en plein mois de février n'était pas une bonne idée. Mais sa verve autant que sa bonne humeur semblait l'avoir abandonnées à tout jamais.

" L'eau est gelée ... "

Loin de se décourager, l'homme continuer à persister dans son envie de rester à côté d'Ezra. Le tatoueur fit un petit geste de la main désignant la place à côté de lui.

" On est dans un pays libre ... Et dans un espace public, je suppose... Si tu veux te poser là ... tu peux. Mais tu vas abîmer ton joli costume ... à t'asseoir par terre. "

Le sourire de tombeur passait encore, mais le clin d'oeil désarçonna Ezra ... Oula il se passait quoi là ? Le tatoué le regarda légèrement inquiet, il n'avait pas l'habitude de se retrouver dans ce rôle-là. C'était lui qui se pavanait et souriait à tout le monde normalement, balançant parfois des clins d'oeil à certain pour les faire réagir positivement ou négativement.

Il secoua sa tête pour se remettre l'esprit à l'endroit et bafouilla comme une pucelle en se présentant au dénommé Dean.

" Je ... je m'a ... m'appelle Ezra. "

Ezra détourna un peu la tête honteux du trouble que l'homme lui avait provoqué chez lui, seulement avec un sourire et un clin d'oeil. D'habitude c'était lui se comportait comme cela. Enfin, c'était son ancien lui, le nouveau ne savait juste que tirer la gueule et déprimer. Il essaya de se reprendre, reportant son regard sur son compagnon et déploya énormément d'énergie pour engager une conversation un peu plus sympathique avec le visiteur. Il allait finir par avoir des remontrances à être si sec et dur avec tout le monde dans le camp.

" Je t'ai jamais vu sur Fort Hope avant, t'es nouveau ? "

Le tatoueur observait toujours l'homme qui venait de perturber sa tranquillité. Ce Dean paraissait bizarre, pourquoi ne l'avait-il pas laissé seul ? Il n'avait pas parut assez dérangé mentalement pour en devenir effrayant ? Ezra devrait donc bosser encore un peu plus pour simuler son instabilité mentale. Il soupira et retourna faire de petit clapotis dans l'eau glacée, sentant ses orteils s'engourdir au fur et à mesure que les minutes passaient.

Puis son regard retourna sur Dean et il fronça les sourcils, n'arrivant décidément toujours pas à le remettre :

" Désolé de te demander ça, mais on se connaît ? J'ai l'impression de t'avoir déjà vu quelque part. "

Ezra pensait vraiment l'avoir déjà rencontrer et vu le nombre d'amants qu'il avait eut quelques années plus tôt, il se disait que c'était peut-être tout à fait probable. Mais ce dernier ne lui avait pas laissé un souvenir impérissable apparemment.



avatar
Messages : 957
Points : 2093
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Lake placid   Sam 30 Juin - 15:19
Ce jeune homme était des plus charmant et je pense que, naturellement, je lui souris de plus belle en notant son trouble. Non pas de façon moqueuse, mais plutôt de façon rassurante. Privilège d’être un spécialiste des films romantiques, on sait parfaitement gérer ce genre de tensions lorsque les partenaires de scènes sont quelques peu intimidés avant une scène de baiser ou de nu avec moi. Mais bon, comment leur en vouloir, mon aura de perfection a ses mauvais côtés et c’est a moi de veiller de rester la main tendu et disponible pour aider les gens moins parfaits diront nous, a se sentir à l’aide devant moi.

Je ne peux que trouver Ezra encore plus merveilleux quand il semble s’inquiéter de mon costume. Enfin quelqu’un de bien et de civilisé dans ce monde de brute. Une personne qui a saisi qu’on peut etre un survivant et soigneux dans ses affaires. C’est si délicat et attentionné de sa part. Je balaye d’une phrase et d’un regard intense son objection quant à la participation à une activité clapotis.

« Je pense que je suis près a faire courir le risque de ruiner mon costume et de m’enrhumer pour passer un peu de temps avec quelqu’un d’aussi intéressant et hors norme que toi. »

Il aurait fait plus chaud j’aurais opté pour une autre solution, mais visiblement, ici, ils ne sont pas portés sur la nudité. Alors comme le dit souvent mon frère avant de balancer son poing dans la tête des gens peu civilisés «  a Rome on fait comme les Romains ». Il ne faut pas longtemps pour que mes chaussures de marques et mes chaussettes en laine Ecossaise faites sur mesure soient retirer et que j’aille m’assoir a côté de cet attirant compagnon. Ma petite licorne tatouée sur ma cheville, qui avait tant fait hurler ma mère, se retrouve vite a barboter dans les eaux froides du lac.

Il dit qu’il pense m’avoir déjà vu… décidément, j’ai le sourire facile en sa présence. Au moins il ne me reconnait pas, et ça c’est rafraichissant. Vous n’imaginez pas comme, parfois, ca peut être oppressant d’être le visage d’un film que vous avez aimez au détriment de l’homme que je suis vraiment.

« Ezra… c’est très mignon comme prénom. Ca te va bien. Je ne suis que de passage a Fort Hope, mais si on m’avait dit qu’il y avait d’aussi beau jeunes hommes que toi, je serais certainement venu avec mes valises. »

Suis-je en train de tromper Alix en flirtant avec Ezra ? Bien sur que non, les garçons, ca ne compte pas. Ca fait parti de l’équilibre d’un couple que d’avoir des petits moment privilégiés entre hommes. Au moins, entre personnes viriles, on se comprend. Et puis, je ne suis pas sur qu’elle soit porté sur un couple exclusif. C’est vrai que nous n’en avons jamais parler et que je continue a profiter des charmes qui m’entourent, ce qui, ceci dit au passage, m’aide a être plus détendu et plus patient lors de nos chastes rendez-vous. Et puis, ma mère le disait toujours, l’écoute d’un homme dépend du niveau de remplissage de ses bourses, si elles sont vides, il a plus de place pour le reste. Ma chère maman, une philosophe partie trop tot. Paix a son âme.

« C’est fort possible que tu m’aies déjà vu, mais je préfère te laisser deviner où, un peu de mystère ne fait de mal a personne. Et puis, comme ça, je ne suis pas que le blondinet qui vient envahir ton espace.»


Je lui lance un nouveau clin d’œil pour ponctuer ce petit défis.  C’est vrai que l’eau est vraiment pas chaude. Mais rien vaut l’eau froide pour vivifier la peau. Enfin… je ne tiendrais pas trop longtemps non plus.

Je sais que la presse et les jaloux ont osé prétendre que j’étais… imbu de ma personne ? Mégalomaniaque et narcissique ? Des ouïes dire absurdes, il n’y a pas plus empathique et tourner vers autres que moi. Certainement encore une cabale de Phoebe mon ex ex ex ex ex ex et peut être encore ex femme. Toujours est il qu’il n’y a pas besoin d’etre un savant psychologue pour ressentir toute la nostalgie émanant de mon compagnon solitaire.

J’adore. Je pense que j’aurais voulu jouer cette scène de douleur muette, j’aurais fait EXACTEMENT pareil. Magnifique. Comment ca je suis en train de tout ramener a moi ? Mais non même pas vrai. C’est Pheobe qui vous a dit ça ? Bref, quels que soient mes tourments mentaux, tout mon paraitre n’est concentré que sur Ezra et toute la poésie mélancolique qu’il chante dans chacune de ses mimiques. C’est avec une pointe d’humour que j’aborde le sujet en repensant a sa chanson.

« Tu sais, quand je ne vais pas bien, moi, c’est plus partir là-bas que je chante. Imagine ce que ca donne avec une cuillère de glace a la vanille dans la bouche… autant dire que ca va rarement mieux après. »


J’aimerais vous dire que cette anecdote est fausse, malheureusement, non, elle est vrai. A chaque divorce avec Phoebe cela me coutait presque aussi cher d’avocat que de pressing et de glace a la vanille 0%. Je reprends plus sérieusement.

« En tout cas tu as une très jolie voix, du coup, cela m’amène une question, qu’est-ce qu’un garçon qui me semble aussi passionnant que toi fait ici tout seul ? Et e me dis pas que je suis le seul à avoir remarqué à quel point tu es remarquable.»

_________________


Dean Caulfield Arene
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 578
Points : 901
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Lake placid   Jeu 5 Juil - 14:17


Bon, l’ironie ne devait pas être le fort de ce fameux Dean ou alors ce dernier jouait très bien la comédie ... Par contre, il paraissait être à l’aise dans l’exercice de la drague. Ezra se rendait compte de ce que devait ressentir les personnes à qui il sortait ce genre de discours quelques mois auparavant. C'était un sentiment se situant entre un malaise et au contraire la fierté que quelqu’un s’intéresse à soi.

Secouant la tête au dernier compliment en date, il préféra garder le silence. Ezra reporta son regard vers les eux froides du lac. Il commençait à geler sur place, mais il s’en moquait. Il avait l’impression que des milliers d’aiguilles lui transperçaient la peau des pieds mais cette douleur lui rappelait qu’il était encore vivant. Il n’avait pas encore décidé si c’était quelque chose de positif ou pas, mais le fait était là. Il était vivant.

Mais, malheureusement pour Dean, le tatoueur n’était vraiment pas d’humeur à se laisser avoir par son petit jeu. Il n’était peut-être pas le genre d’Ezra, mais il avait beaucoup de charme et surtout il était tout de même très beau. Le tatoueur continuait obstinément de rester silencieux pour ne pas l'encourager, mais, il ne put retenir un petit pouffement de rire quand ce dernier lui lança un énième compliment. Comme si la seule chose qui pouvait attirer vers Fort Hope était la présence de personne esthétiquement intéressante …

« Putain, quand tu dragues tu n’y va pas avec le dos de la cuillère. »

La conversation suivait son cours tranquillement. Le regard d'Ezra regardait avec intérêt la licorne qui ornait la cheville de son compagnon indésirable. Elle était mignonne...

La licorne, pas la cheville. Une cheville est une cheville, on ne dit pas d’une cheville qu’elle est mignonne. On peut dire ça de la personne en entier qu'elle l'est, c’est même plutôt logique … mais ça serait bizarre de dire à quelqu’un "Hey tes chevilles son vachement sexy" sauf peut-être au 18ème siècle …

Enfin … Finissant par décoller ses yeux du petit tatouage très bien réalisé, il remonta vers les yeux de l’homme qui ne cessait de lui parler, mais qui ne répondait pas à la question qu'il avait posé. Où diable l'avait-il croisé ... Était-ce un piège ? Ce gars le connaissait ? Ezra essaya de réfléchir un peu plus … mais vraiment pas moyen de se rappeler de lui.

« On aurait pas déjà couché ensemble ? J’ai passé quelques année à côté de Philadelphie quand j’étais plus jeune, tu n’étais pas vers là-bas ? Ou alors … Ne me dit pas que tu es de Pumpkintown … ? Là, ça serait vraiment une histoire de fou … Et désolé si on a eu une aventure mais que je ne me souviens pas de toi … J’ai eu une vie assez dissolue avant … l’apocalypse. »

Alors qu’Ezra allait finalement se laisser tenter par un peu de conversation, ce dernier lui fit remarquer qu’il ne paraissait pas au meilleur de sa forme, en prenant pour preuve le fait qu’il chantonne seul dans son coin. Ezra sentit ses nerf se tendre instantanément … Déjà que ce mec venait le déranger, il n’allait pas non plus lui demander de parler de chose désagréable ?

« Qu’est-ce qu’il te dit que je vais mal ? »

Le ton d’Ezra était agressif, franchement agressif. Mais c’était seulement un pur réflexe de défense. Il se sentait soudain pris au piège par cet homme, ici, seul devant ce lac. Puis le tatoueur rappela qu’il était à Fort Hope et que normalement il n’avait rien à craindre ici.

Mais, pour lui, c’était encore chose à prouver. Il s’excusa tout de même auprès de Dean qui ne semblait vraiment pas lui vouloir du mal …

« Excuse-moi … »

Ezra soupira, essayant d’afficher un sourire maladroit à Dean, après s’être passé les mains sur son visage.

« Je ne suis pas remarquable, absolument pas même … Je … Je n’aime juste pas trop être avec les autres en ce moment. Les autres ne veulent pas non plus être avec moi de toute façon … et puis personne ici n’est fan de "La petite sirène", c'est désolant ... »




_________________


avatar
Messages : 957
Points : 2093
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Lake placid   Ven 6 Juil - 23:27
Je ne peux que sourire à sa remarque sur le fait que je manquais quelque peu de « mesure ». Je crois que je n’ai jamais été homme à faire autrement que dans la démesure, voir haut, être grand et faire encore mieux, une devise de maman.

Je reste tranquillement à l’écouter, a la fois amusé et fasciné par sa façon d’être et de penser. Je ne crois pas que l’on oublie quand on a coucher avec moi. J’aimerais vous dire que c’est parce que je suis exceptionnel au lit, et vu que je suis parfait, il doit forcement y avoir de ça, mais la vérité serait peut être plus mon degrés de célébrité. Dès que je m’éloignais des arcanes people pour prendre du bon temps, cela ressortait tres souvent dans la presse a scandale, sans parler du fait que même des gens avec qui je n’avais pas couché se souvenaient de nos parties de jambes en l’air. Si ça c’est pas une preuve que je suis inoubliable !!??,Sans les tests ADN je ne vous raconte pas le nombre d’enfants que j’aurais eu avec des gens avec qui je n’avais pas couchés.

Je le trouve mignon dans ses réactions, mignon mais triste. Du coup, je ne m’offusque pas quand il semble piqué au vif à la suite de mon évocation de son mal être. Dans mon jardon j’appelle ça « toucher un nerf ». Je n’ai peut-être pas été assez délicat pour insinuer qu’il n’allait pas bien ou été présomptueux en imaginant qu’il apprécierait qu’un illustre inconnu lui dise une vérité alors que… bah oui il est avec des gens de son camp, peut être sa famille… pourquoi ils le laissent seuls ? Au moins je suis fixé, mon instinct avait vu juste sur le fait que ça n’allait pas.

Il se ressaisit et s’excuse sans que je ne voie l’utilité à la chose. Après tout, je n’avais qu’a me taire voir de passer mon chemin si je n’étais pas prêt à écouter tout ce qu’il pouvait avoir a dire. Et puis, avec ce que je me suis pris dans la tronche avec les trolls, la presse… je pense qu’il en fait plus qu’un haussement de ton pour que je me sente agressé. Je me contente d’hocher la tête avec un sourire qui se veut rassurant dans la catégorie « y’a pas de mal » mais pas trop marqué, la situation ne se prête pas, a l’immédiat, a des effusions de joie. Tel un artiste sachant mélanger ses couleurs à la nuance prêt, moi je sans composé mon visage d’émotions à la perfection.

Il arrive néanmoins à me faire, très légèrement hein, arqué les sourcils, lorsqu’il s’obstine à me dire qu’il est banal. Si lui est banal, moi je suis aussi fade et triste que le président du fan club de Jason Momoa. Mais qu’est ce qu’il ne faut pas entendre comme bêtise !! Au moins il commence a effleuré ce qui peut être la raison de son isolement. Je me revois aussi tout seul dans ma chambre quand j’étais enfant et que les autres se moquaient de moi qui n’arrivait pas à apprendre à lire à dire à mon frère que j’étais là parce que je le voulais, alors que non, du tout, moi je voulais juste des copains et m’amuser comme tout le monde.

« Déjà, je suis pratiquement sûr que tu ne m’aurais pas oublié si on avait couché ensemble, comme je suis certain que moi je me serais souvenu d’un mec comme toi. »

Sauf si c’était pendant une touze, que j’étais imbibé au point de devoir prendre des medocs pour bander ou que la drogue était passée par là. Mais bon, hein, détails que tout ça. Et vu comment mes « gestionnaires de vie » n’étaient pas fan de tatouage, je me doute qu’ils ne m’auraient pas laisser m’acoquiner avec une personne aussi tatouée. Je rajoute avec un grand sourire et une pointe d’humour :

« Du coup je ne sais même pas te proposer un round 2 pour rattraper le coup et, sache qu’il n’y a pas que pour le flirt ou je ne fais pas les choses a demi- mesure. »

Je lui sors un clin d’œil mais, même si c’est sous le ton de l’humour, entre les frais de resto, de yatch, d’hélico, d’hôtel privatisé… si on oublie le sexe en lui-même, oui mes rencarts ou toujours été a mon image : « démesuré de perfection ».

« Ezra, tu as le droit d’avoir des coups de nerfs et des coups de mou comme tout le monde non ? A ce que je sache, tu n’es pas un Dieu infaillible mais juste un homme… »

Pas comme moi qui subit une pression inouïe sur mon image. J’ai toujours envié les gens simples a qui ont pardonnait plus facilement les écarts de conduite alors que moi, un petit pétage de câble pendant une remise d’oscar et on est dans « l’inadmissible » a vie.

« S’il y a des idiots qui te font penser le contraire, envoies les chier. Et puis, tu sais que tu viens de me confirmer que tu es plus que remarquable en quelques minutes ? Je ne sais pas trop ce qui se passe ici, mais je sais que les gens un peu « hors normes » sont souvent mis a part par ceux qui sont…. »


Je cherche mes mots en pensant a Fort Hope. A ce petit quartier de cadre a la vie bien rangée. Avec ses allées entretenues, ses maisons de série de ménagères désespérée et cette volonté rare de vivre dans la nostalgie d’un passé révolue. En fait je crois que je les vois comme les Amish de notre époque a fuir le changement et a faire comme si rien n’avait changé hors de leur camps. A l’Arène, les morts font partie du show, on les « invite » dans nos murs et Sam a su prendre le virage de l’évolution et l’adaptation a notre monde. Ici ils sont plus …

« On va dire coincés ? Ou conventionnelles…. Enfin, pas remarquables et incapables d’accepter la petite d’excentricité qui fait que les autres sont différents d’eux. »

Pour le coup je sais que quoi je parle. Même à l’arène, je sens bien que mon côté artistique et parfait coince souvent. Tous des jaloux, je ne vois que cela.

« Et puis, tu as raison de prendre tes distances de personnes qui ne savent pas apprécier la petite sirène… en admettant que cela soit possible. »

Je commence a vraiment ne plus sentir mes pieds. Mais comment fait-il pour ténor aussi longtemps.

« Ca te dit qu’on continue cette conversation les pieds plus au sec ? J’ai bien envie de savoir ce que tu faisais avant l’apocalypse et ce que tu fais maintenant ici a Fort Hope ? »

_________________


Dean Caulfield Arene
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 578
Points : 901
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Lake placid   Mar 10 Juil - 10:15


Ce mec ne se dégonflait pas. Et Ezra adorait ça. S’il avait été un peu plus lui-même, il se serait éclaté de discuter et de passer du temps avec lui. Mais là, malheureusement, ce n’était pas le cas, et même si le tatoueur essayait de donner le change comme il le pouvait, il n’était pas très convainquant dans son propre rôle.

« Je ne suis peut-être pas un bon coup après tout ? Alors pourquoi tu te rappellerais de moi ? Quant à moi j’ai tellement baisé avec des inconnus que franchement, ne te vexe pas si je ne me souviens pas de toi … »

Ezra esquissa un très léger rictus, qui se devait d’essayer de ressembler à un sourire, mais ce n’était visiblement pas encore ça. Essayant de retrouver son bagou et sa confiance en lui habituelle, il enchaîna comme il pouvait, alors que l'homme en face de lui se vantait de ne jamais faire les choses à moitié.

« Ah … je n’évalue que les chose que je vois. Donc même si je te crois, permet-moi d’en douter un peu. Mais j'avoue que pour l’instant ta technique de rentre-dedans fonctionne pas trop mal ... Vu que tu as réussi me ferrer et que tu remontes lentement la ligne à toi … »

Mais, alors que cette conversation prenait un chemin un peu plus agréable, et que Dean allait finalement réussir à tirer un sourire franc de la part du tatoueur, que tout s’écroula d’un coup. Pourquoi insistait-il sur ça ? Il n'allait pas bien ... et alors ... Il n'avait pas envie de parler de ça ... Il voulait oublier ... Le tatoueur avait l’impression qu’on s’entêtait à appuyer sur une de ses blessures et qu’on s’amusait à y glisser les doigts à l’intérieur pour jouer avec ses chairs à vif. Il n’aimait pas ça et tel un animal acculé, il se défendit assez violemment, crachant d’un ton rude ce qu’il disait.

« Dean, arrête avec ça. Tu veux savoir pourquoi je me mets de côté ? Pourquoi personne ne veux parler avec moi ? Après tout vu que tu n’es qu’un visiteur ici, je peux tout te dire. Tu n’iras pas cafter aux autres non ? »

L’intonation de sa voix devenait de plus en plus agressive au fur et à mesure qu’il avançait dans son discours. Son visage était figé dans une expression mi-rageuse, mi-désespérée.

« J’ai fait du mal à quelqu’un, physiquement du mal. Ce quelqu’un était le compagnon d’un de mes amis ici. Alors je me mets de côté pour éviter que les autres le découvrent et me lapide. Parce que les mecs qui en torture d’autre c’est pas trop le tripe du coin tu vois ? Et que je me doute bien que le jour où je serais passé de la case du "tatoué gay aux tendances nudiste" à la case "gros enculé qui torture ses amis" je n’aurais plus ma place ici … Pour faire plus clair, toi t’es le Prince Eric et ici c’est le royaume du Roi Triton et moi je suis Flotsam ou Jetsam, un des deux, peu importe … Ouais … je pense que je ferais une bonne et servile murène. Et Ursula c’est … c’était … »

Ezra était incapable de prononcer son nom, alors que l’image du cadavre de Maryse était encore si fraîche dans son esprit. Il en avait la nausée rien que d’y penser. Et, c'est les larmes aux yeux et son ton toujours aussi agressif qu’il s’adressa à son interlocuteur.

« T’as toujours envie … d’en apprendre plus sur moi ? Parce que je suis un monstre en vrai, donc pas si exceptionnel que ça … ou si exceptionnellement infâme ... Peut-être même que tu devrais pas trainer avec moi trop longtemps … mon mauvais karma risquerait t’entacher ton aura … »

Ezra se redressa précipitamment. Il ne se sentait pas à l’aise d’avoir un type qui le dominer de toute sa hauteur alors que lui demeurait assis. Surement un reliquat de ses longues journées attaché sur une chaise à se faire frapper ...

Mais, le tatoué n’avait pas pris en compte que le froid et sa position immobile lui avait endormi les jambes et aussitôt debout, qu'il perdit l'équilibre et se retrouva allongé dans l’eau. Ses jambes s’étaient dérobées sous lui et il avait fini les fesses et le reste dans le lac. Il ne put retenir un hoquet de surprise quand il heurta l’eau glacée.

« Putain, fais chier … »

Ezra se releva rapidement, trempé comme une soupe. Un courant d’air passant sur lui le fit frissonner. Et il sentit plus clairement la morsure du froid dans sa peau. Il essora son pull, commençant à grelotter franchement.

Il évita à tout prix le regard de Dean, il était la première personne à qui il parlait de ce qu’il avait fait chez Maryse. Il ne savait pas pourquoi il lui avait parlé à lui … mais il l’avait fait … Ce mec au comportement singulier lui avait donné envie de s’ouvrir un peu alors qu’il refusait obstinément d’en parler à qui que ce soit pour le moment.

Il ramassa ses chaussures dans une main, et commença à s’éloigner de Dean, rouge de honte, autant par ses aveux que par le fait de s’être étalé dans l’eau si lamentablement.

« Tu veux venir te réchauffer chez moi ? … euh … j’ai du thé … »

Ezra fronça les sourcils à sa propre phrase puis haussa les épaules, c’était peut-être à double sens … Mais il s’en moquait totalement. Il finit par lancer un coup d’œil à Dean, l’invitant d’un geste à le suivre.



avatar
Messages : 957
Points : 2093
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Lake placid   Mar 10 Juil - 18:23
Je ne suis pas peu fier de moi en découvrant un sourire, certes un peu timide et peut être un peu forcé sur le visage de mon compagnon de trempette de pieds, mais c’est déjà un bon pas. C’est moi ou il est encore plus craquant quand il sourit ? Je ne peux que m’amuser quand il suggère qu’il pourrait ne pas être un bon coup. Est-ce une invitation à essayer pour juger ? C’est très tentant.

Ma bonne humeur continue quand il précise qu’il a baisé beaucoup d’inconnus dont il ne se souvient pas. Je suis tranquille, car je suis tout sauf un inconnu, je suis Dean Caulfield, aussi je ne peux que paraitre confiant et sur de moi a cette remarque. Je suis prêt à parier mes chaussures préférées que si nous avions pratiquer ensemble des joutes sexuelles, il ne m’aurait pas oublié de sitôt.

J’ai l’impression qu’il me suggère une ouverture en insinuant que je serais en train de faire plus que flirter avec lui et que ça lui ferait de l’effet. Est-ce que c’est ce que je suis en train de faire ? Possible. Ce garçon me plait, et même si je me suis engagé dans une conquête de l’affection de Miss Carter, comme je le disais tantôt, il n’y a aucune clause d’exclusivité pour moi comme j’estime que les moments d’intimité entre homme ne peuvent être considéré comme des trahisons. Bien au contraire, c’est un moment privilégié pour partager une intimité virile et se faire plaisir comme aucune femme ne saura jamais nous le faire. Il leur manque trop de chose pour ça.

Malheureusement, cette petite flamme de gaité se meurt vite, étouffée par ce qui le maintien ici, loin des autres. En tant que grand spécialiste en titre de l’âme humaine, des drames en plus d’être un fervent pratiquant des psys, je sais qu’il faut se libérer de ce genre de poids. En temps normal, avant des confessions pesantes, j’aurais demandé à une doublure ou à Jésus de prendre ma place pour ne revenir qu’a la scène d’émotion galvanisante après un bref résumé des grandes lignes. Mais j’ai envie de faire un effort pour lui, je ne sais pas trop pourquoi d’ailleurs, et donc de l’écouter personnellement avec une oreille attentive, un visage concerné et une attitude empathique réconfortante. Oui, je gère mon corps comme un peintre avec son nuancier de couleurs et je sais composer à merveille les bonnes attitudes et mimiques au bon moment.

Étonnement, je n’ai pas à me forcer pour me sentir concerné et triste de sa vision des choses. C’est vrai que les simples mortels, aussi beaux soient-ils, n’ont pas la sagesse que des gens aussi parfaits que moi disposent. Bon il a fait du mal à un de ces amis et craint une sentence collective. En d’autre moment je lui parlerais bien de mon frère Sam, qui ne se prend pas autant la tête avec le fait de faire du mal à autrui… seulement je sais reconnaitre une âme sensible d’artiste quand j’en vois une. Il est plus comme moi que comme mon frère.

Son exemple des murènes et de la pieuvre obèse sur-maquillée sont criants de détresse et cela me touche plus que des photos de bébés phoques abandonnés sur la banquise (oui j’adore les bébé phoque, j’étais dans de nombreuse association pour les délivrer de je ne sais plus quoi et leur payer un voyage a Bali… vu le climat de merde dans les pôles, ils risquaient des carences en vitamine D… ralalala tout ca est bien loin). Tout a mon trouble, je n’arrive pas à le rattraper quand il tombe. Je crois que ce n’est pas sa journée et il n’y a pas besoin d’être un acteur pour reconnaitre les signes de la gêne et la honte. Heureusement que je me sens l’âme d’une fée bleue aujourd’hui.

Je reste interdit quand je le vois partir devant moi mais mon sourire renait quand il m’invite de la façon la plus charmante et originale qui soit. J’ôte mon manteau, une redingote, triple doublure ultra isolante bien chaude fait sur mesure par mon ami Karl avec un intérieur tout doux en peau de je ne sais plus quoi. « Bibi le foc » m’avait il dit je crois que je lui avais demandé. Mais les Français on un accent affreux. Bref, sans prévenir, je fais un pas rapide vers Ezra et lui attrape le bras pour l’attirer vers moi.

Le vent comme s’il avait été activé par un bon responsable fx, en profita pur glisser souplement dans nos cheveux et caresser la surface du lac donnant un coté presque théâtrale a la scène. Moins que le mariage qie j'ai joué dans Pirates des Balkans avec la jolie Elisabetta Duck sur un bateau en proie avec des tourbillons. Je reste quelques secondes, les yeux plongés dans les siens avant de lui passer ma redingote sur les épaules et lui souffler :

« Tu vas prendre froid… »

Avec une petite musique intense, cela aurait été parfait. Je profite d’ajuster le vêtement sur ses épaules pour me rapprocher encore plus de lui et l’enlacer, comme pour le réchauffer. C’est toujours mon regard noyé dans le sien que je lui dis :

« Ezra… Flotsam, Jetsam ou les monstres n’ont pas de conscience et se fichent du mal qu’ils ont fait. Ce n’est pas ton cas. Celui que tu tortue le plus ici c’est toi. Quelle que soient les raisons de ton acte, je suis sûr qu’elles sont bonnes. Ton ami et toi êtes vivants, c’est tout ce qui compte et si un jour des crétins ne le comprennent pas, tu pourras toujours venir toquer à ma porte d’accord ? Fort Hope n’est pas le seul camp de Detroit et puis… le prince Éric emmené bien Ariel dans son château non ? »

Sans prévenir, je me penche et dépose un baiser sur ses lèvres glacées.  Avant qu’il ne puisse réagir je le relâche doucement et c’est avec un petit sourire faussement timide que je lui dis :

« Et oui, j’ai très envie de me réchauffer avec toi, d’en apprendre plus aussi sur toi et pourquoi pas prendre un thé après tout ça ? »

Je lui fais un clin d’œil pour marquer la petite pointe d’humour si anglaise qui est la mienne.

« Je te suis Ariel, guide moi dans ton royaume… »

_________________


Dean Caulfield Arene
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 578
Points : 901
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Lake placid   Ven 13 Juil - 9:23


L’eau glacée avait-elle fait disjoncter le peu de neurone qui lui restait ? Ezra n’en savait rien et restait totalement passif dans les bras de son trouble-paix. Profitant seulement de ce moment, malgré la surprise plus qu’évidente qui animait ces traits.

« Me … merci … »

Il en restait sans voix, et avait même envie de se blottir un peu plus dans ses bras, mais il n’eut pas le temps de le faire, car son interlocuteur venait de repartir sur un petit discours pour lui prouver qu’il n’était pas un monstre. L’énervement d’Ezra allait reprendre le dessus et il commençait à bouillir intérieurement. Qui était-il pour soutenir qu’il le connaissait mieux que lui-même ? Il était un monstre, un point c'est tout ! Il allait le repousser pour lui cracher à la gueule des méchancetés et mettre un terme à leur conversation, mais ce qu’il se passa le pris de court.

« Je ne suis … »

*pas Ariel*

Ezra n’avait pas eu le temps de finir sa phrase qu’il sentit des lèvres chaudes réchauffer les siennes. Wow wow wow wow wow, il se passait quoi là ? Le tatoueur éprouvait trop d’émotions contradictoires pour arriver à faire le tri et à réfléchir correctement. Qu’est-ce que cet homme venait de faire. Oui ... il venait de l’embrasser, ça, Ezra pouvait bien le comprendre malgré son désappointement, mais pourquoi ce dernier avait fait ça ? Il n’y avait strictement aucune logique à cet acte … tendre ?

Le tatoueur fronça les sourcils et le regarda de manière suspicieuse pour voir si cela l’aidait dans la compréhension de ce baiser. Dès que Dean l’eut relâché, le tatoueur détourna le regard, ignorant sa phrase et son clin d’œil. Il n’était plus un adolescent timide, mais pourtant, il ne put dissimuler la légère teinte rosé que ses joues prirent juste après.
Il ne sait toujours pas pourquoi, mais il attrapa doucement la main de Dean et le guida vers chez lui. Resserrant les pans de la veste de ce dernier autour de lui.

« Viens … »

L’esprit d’Ezra fonctionnait à 200 km/h, qui été ce type pour venir avec sa confiance en lui, le faire parler et l’embrasser, tout ça pour que lui-même lui prenne la main et le guide chez lui ? Il avait ramené un nombre de gars incalculable chez lui, dans son ancienne vie, les prenant et les jetant comme des objets à usages uniques. Il regrettait le comportement qu’il avait eut, mais n’était-il pas en train de faire la même chose ? Cet homme n’était pas de Fort Hope, il avait donc très peu de chance de le revoir alors pourquoi ne pas se laisser tenter ? Si ce dernier voulait s’amuser avec lui, autant le laisser faire ? Non ? Autant se noyer dans un autre gars, qui plus est agréable à regarder et qui était disposé à se taper un type dans son genre : un mec facile, complètement paumé et au bord du suicide …

S’accrochant à la main de Dean, il le remorqua jusqu’à chez lui et le fit entrer dans la maison qu’il partageait avec Anja. Le tatoueur n’osait toujours pas croiser son regard et continuait obstinément de regarder tout le reste sauf lui.

« Voilà mon royaume, installe-toi. Le canapé et par là, [Ezra lui indique la direction du salon d’un geste de la main] je vais mettre de l’eau à chauffer pour le thé. Tu as faim ? »

Ezra retira le manteau qu’il posa devant le chauffage et, fila sans un mot ni un regard de plus vers la cuisine. Après avoir rempli la casserole d’eau et avoir allumé le feu pour la mettre à bouillir, il en profita pour se débarrasser de ses fringues détrempées. Il enleva son pull élimé, son pantalon rapiécé, avant de retirer, pour finir, son boxer lui aussi totalement trempé. Il s’était déshabillé de façon sommes toute naturel, n’éprouvant jamais aucun gêne à paraître nu devant autrui. Il frissonnait toujours un peu, mais l’air réchauffé de la maison commençait doucement à s’infiltrer dans ses veines pour lui éviter l’hypothermie …

*Ça ne serait pas pour aujourd’hui …*

Le tatoué se racla la gorge, et installa un peu mieux le lourd manteau de son compagnon devant la source de chaleur dans l’espoir de pouvoir le lui rendre sec dans peu de temps.

« Ton manteau est trempé … je suis désolé ... »

Ezra évitait encore et toujours son regard et pour couper court à cette situation, il décida d’aller enfiler quelques choses sur ses épaules. Dans une société normale, ce n’était pas convenable de rester nu devant son invité.


« Je vais aller me changer ... »




avatar
Messages : 957
Points : 2093
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Lake placid   Ven 13 Juil - 16:56
C’est donc main dans la main que ma petite Sirène me guide dans son royaume, pardon, selon du rois triton. Fort Hope devient tout de suite plus attrayante avec cette perspective aquatique. Malgré tout le camp reste tristement figée dans cette vision que j’ai d’une banlieue dépriment ou des femmes désespérées réglaient leur compte entre elle alors que leur mari se faisaient chier dans un travail routinier et ennuyeux. Heureusement qu’ils avaient mes films pour égayer leur morne existence. Malgré tout j’ai le sourire aux lèvres et pressent que cette journée s’annonce aussi surprenante qu’agréable.

C’est moi ou il n’arrive pas a me regarder dans les yeux ? Ralalala je l’intimide… la malédiction des gens comme moi. Quand on est des semi divinité de perfection, les autres ont tendance a être mal a l’aise devant nous. C’est vrai qu’avoir comme inviter Dean Caulfield dans heu… sa petite bicoque si … heu… trivialement bucolique. Je ne sais pas comment il fait pour vivre dans un tel endroit, c’est … banal et exiguë. Je reste à regarder le canapé pendant qu’il annonce qu’il va chercher de l’eau chaude. Hum… il préfère commencer par le thé, je ne le sens pas vraiment détendu…

Je reste debout et regarde mon charmant camarade se dévêtir le plus simplement du monde. Ca me rassure. Moi aussi, je n’aime pas les vêtements. Et puis, c’est un régale pour les yeux que de découvrir son corps divinement sculpté et dessiné. Finalement… on va peut être pas commencer par le thé. Je l’écoute s’excuser pour mon manteau et m’annoncer qu’il compte se changer.

«Ne t’inquiètes pas pour le manteau, s’il t’a empêché de prendre froid, c’est peu cher payé et… es tu sur de vouloir te changer ? J’aime beaucoup ton actuelle tenue et si tu as froid il parait que je suis formidable dans le rôle de bouillotte »


Je pense que mon regard traduit plus que mes mots le plaisir que j’ai a poser mes yeux sur un tel spectacle. Par contre je sens bien qu’il y a un souci, peut être parce que son regard a lui reste fuyant comme si j’étais le soleil éblouissant dans cette maison, ce qui est un peu le cas.

Je m’avance doucement vers lui pour le reprendre dans mes bras. D’une main je lui soulève le visage pour qu’il me regarde enfin. C’est doucement que le dis :

« Ezra… détends toi, je ne suis pas la pour te brusquer ou te mettre mal a l’aise tu sais ? Tu me plais mais je vais peut-être trop vite. On peut juste boire du thé et discuter si c’est ça qui te fait plaisir, d’accord ? C’est toi qui me dit ce que tu as envie et qui decide ?»


Je ne bouge pas de cette position sans pour autant le bloquer s’il veut se dégager.

_________________


Dean Caulfield Arene
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 578
Points : 901
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Lake placid   Sam 14 Juil - 20:58


Pendant que l'eau chauffait, et qu'il remettait pour la énième le manteau de son invité en place, il ne put retenir un petit sursaut de surprise quand ce dernier lui annonça que sa nudité ne le dérangeait pas. C'était bien un des seuls qui lui avait dit ça de manière aussi décontractée. Et Ezra sourit même de façon un peu plus naturelle que précédemment, à son histoire de bouillotte. Cela faisait tellement longtemps qu'un homme ne lui avait pas servi de bouillotte ... Voulait-il de ça aujourd'hui ? Avec lui ?

" Non, j'ai pas froid ... Je pensais que ma nudité pouvait te déranger mais si c'est pas le cas, je vais rester comme ça le temps que mes fringues sèchent ... Le spectacle te plaît au moins ? J'ai perdu un peu trop de gras et de muscle, mais j'espère être toujours agréable à regarder ... "

Puis son invité s'avança vers lui et le prit dans ses bras, remontant doucement son visage pour qu'Ezra le regarde dans les yeux. Le tatoueur planta donc son regard bleu dans celui de Dean, pas impressionné pour autant de se retrouver nu contre ce quasi-inconnu. Il s'approcha des lèvres de ce dernier, restant à quelques millimètres seulement et lui susurra :

" Je suis pas une petite chose fragile Dean ... Je sais qu'on dirait pas, mais c'est la vérité. Je suis juste un peu perdu et j'ai plus l'habitude de ça ... "

Puis, loin de repousser la légère étreinte de son interlocuteur il se colla à lui, gardant son regard rivé dans les yeux de ce dernier. Il était vraiment pas mal sexy cet homme, mais il n'arrivait vraiment, mais alors vraiment pas à le remettre. Enfin, ce n'était pas le moment de réfléchir à ça alors que ses parties frottaient contre le pantalon de son invité.

À une époque, il serait déjà en train de le déshabiller, ne perdant pas son temps en discussion inutile ou autres questions pour rendre les choses peut-être plus romantiques et essayer de faire passer pour autre chose ce qu'ils allaient hypothétiquement faire.

Mais, il ne fallait pas trop pousser le tatoueur et même si ses gestes et son comportement ne transparaissait pas forcement ce qu'il ressentait au fond de lui, il préférait mettre les choses au clair.

" Tu veux baiser avec moi ? J'vais être franc, t'es sexy mais je n'ai strictement aucune idée de si j'ai envie ou non ... Ma libido à fichu le camp, je crois ... Et le pire c'est que j'arrive même pas à en flipper ... Et puis quitte à mettre les choses à plat, si on couche ensemble ... on n'est engagé en rien tous les deux, juste du cul et pas de sentiment ? Ça te va ? ... "

Ezra rit d'un ton léger, mais au fond de son regard on pouvait voir qu'il était vraiment complètement paumé et que la tristesse qui l'animait restait ancré sur ses traits alors qu'il essayait de faire de son mieux et de paraître si ce n'est heureux au moins joyeux.

" J'suis pas sûr qu'Ariel ai demandé ça comme ça au Prince Eric. Mais bon, je ne suis pas une fille, alors j'ai sûrement le droit de dire ça comme ça, non ? "



avatar
Messages : 957
Points : 2093
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Lake placid   Mar 17 Juil - 19:24
J’ai un peu de mal à suivre Ezra. Il a l’air tenté mais non ou si. Personnellement, je ne dirais pas non pour avoir un peu d’aide et démêlée ce qui se passe sous ses jolis yeux. Sauf qu’il va peut-être falloir que je me fie à mon instinct, forcément très sûr, pour démêler ce qui est de la fausse timidité du reste.

D’un coté j’ai l’impression qu’il prend plaisir a être dans mes bras, en même temps, qui ne se sentirait pas bien et flatté contre moi alors qu’il est l’objet de toute mon attention. Il n’est peut etre pas une petite chose fragile mais il est bel et bien une petite chose blessée ou je ne suis plus Dean Caulfield.

Je ne suis pas choqué par son coté franc et j’ai le reflexe de ne pas lui demander combien quand il me demande, façon escort boy, si je veux coucher. Je suis un peu étonné qu’il pense que ce n’est que de la baise ou du cul avec moi. Non, c’est forcément bien mieux qu’un simple coup de bite avec moi. Mais je ne peux retenir un sourire quand il ne me dit pas de sentiment. C’est avec un amusement propre a faire descendre cette tension pas assez sexuelle que je lui réponds :

« Il n’y a que dans les Disney que l’on tombe amoureux a la première valse. Et va savoir quels ont été les premiers d’Ariel a Eric quand elle a récupéré sa voix. Leur fille ne s’est pas faite toute seule tu sais ? »

Je lui vole un dernier baiser et va vers la cuisine m’occuper de l’eau qui frémis pour faire le thé. Je largue au passage mes vêtements avec pour seul justification :

« Je serais plus à l’aise comme ça. »

Avec des gestes surs et en fouinant un peu, j’arrive à préparer nos boissons chaudes. J’avoue qu’après 4 mois de formation sur l’art du thé au Japon, cela reste assez simpliste et bref comme confection mais bon, on fait avec ce que l’on a.

« Vu que ta libido doit être au même endroit que ma vertu, perdu on ne sait où, et que je n’ai pas envie de te forcer, on va peut être devoir trouver un plan B a la place du plan Q?  Oui j’avoue, j’ai envie de toi, mais, même si je tiens a préciser que je ne pratique pas la baise vite faite, le sexe doit rester un art, je t’avoue que je n’avais pas prévu te demander en mariage dans la foulée, je pensais plus a un deuxième couvert si le service t’avais convenu. »

Je reviens avec les tasses et les installes sur la table basse si cadre moyen avant de poser mon popotin parfait sur ce canapé indigne de le recevoir et lui faire signe de venir.

« J’ai une proposition a te faire petite sirène, déjà on se boit ce thé, ensuite, on avise de ce que tu as envie ou non. Je suis un homme ouvert et patient, si tu me dis que tu veux une une partie de monopoly et que dans un mois tu me sautes dessus, je validerais ce programme. Tu peux aussi te rendre compte que je ne suis pas que sexy avant d'avoir fini ton thé et me sauter dessus sans attendre un mois, bien entendu. »


Je lui offre un grand sourire taquin, même si, s'il veut jouer au monopoly pour de bon, ca sera la fin du monde, ne sachant pas lire, je suis incapable de jouer a ce genre de jeu.

_________________


Dean Caulfield Arene
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 578
Points : 901
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Lake placid   Dim 22 Juil - 11:27


Ezra observait l'homme en face de lui avec curiosité. Mais d'où pouvait-il bien sortir celui-là ? Il avait retiré ses vêtements de manière nonchalante, comme le tatoueur aurait pu le faire. Et ce dernier continuait de faire comme si de rien n'était. Ezra l'observait en train de préparer le thé, sa curiosité piquée au vif. Ça lui faisait bizarre d'être là, nu comme un ver à côté de cet homme, lui aussi en tenue d'Adam, le tout sans aucune gêne et dans une situation que l'on aurait put catégoriser de classique si on oubliait leur absence de vêtement. L'esprit ailleurs, Ezra se retrouva à sourire rêveusement devant cette scène. C'était ça qu'il avait toujours voulu, un homme qui le comprenne et avec qui il aurait voulu partager ce genre de chose des plus classique : le ménage, la vaisselle, sortir les poubelles et discuter tranquillement de chose et d'autres sans aucune gêne.

Puis retour à la réalité.

" Content que l'on soit sur la même longueur d'onde ... Je regrette simplement que l'on ne se soit pas rencontré y'a 4 mois de ça. On ne serait pas encore en train de discuter devant une casserole d'eau bouillante, mais déjà dans ma chambre en train de découvrir nos corps respectifs. "

Ezra le suivit quand ce dernier retourna avec les tasses au salon, il s'installa à côté de lui, gardant tout de même une certaine distance de sécurité entre eux deux. Il ne savait pas pourquoi il faisait ça, mais Ezra avait du mal à être familier et tactile avec l'homme. Peut-être que les coups qu'il avait reçus l'avaient encore plus profondément changé qu'il ne le pensait.

" Okay ton programme me va, profitons de ce thé et on avise après. "

Ezra récupéra sa tasse et trempa ses lèvres dans le liquide brûlant. Alors que le thé descendait le long de son œsophage, Ezra sentit le mauvais souvenir de sa chute dans l'eau glacée du lac s'éloigner. Il n'avait finalement plus si froid que ça. Et dans un élan de son ancien lui il essaya d'entamer poliment la conversation, comme si leur nudité n'était qu'un détail insignifiant.

" Euh ... Qu'est-ce que tu viens faire à Fort Hope ? Tu connais quelqu'un ici ? "

Le tatoueur soupira et se passa une main dans ses cheveux.

" Je suis désolé ... Je ... J'étais un meilleur hôte avant. Mais j'avoue que tu dois être la personne avec qui j'ai le plus discuter ses derniers jours. "

Il se risqua à sourire maladroitement en guise d'excuse, et donna un léger coup de coude à Dean. Il essayait de paraître le plus amical possible mais alors qu'il ne s'y attendait le moins une voile noir passa dans son regard et tout lui revient en pleine face : Maryse, Will, la violence, les coups ... Il n'avait pas le droit à ce petit moment de bonheur ... Il ne méritait pas qu'un homme aussi parfait que Dean s'intéresse à lui et lui propose de coucher avec lui comme ça, sans autre arrière pensée que leur plaisir à tout les deux. Il sentit son cœur se serrer, comme si quelqu'un le lui arrachait de la poitrine.

" J'ai froid ... mon beau Prince ... J'ai tellement froid ... "

Ezra baissa les yeux, sa voix étant devenue soudainement morne et triste, et se blottit un peu plus contre son interlocuteur, reposant sa tasse de thé fumante sur la table basse en face d'eux.

Il avait froid, mais plus physiquement, c'était à l'intérieur de lui que cette sensation le rongeait, et il se doutait bien que rien n'arriverait à le réchauffer. Son mal-être devenait de plus en plus insupportable, si bien qu'il ne commençait à voir qu'une seul solution pour s'échapper de ça.

Mais pour l'instant, il était nu, de plus à côté d'un homme des plus sexy et visiblement pas farouche pour deux sous. Alors pourquoi ne pas se perdre dans ses bras pour les quelques minutes à venir ? Il pouvait bien profiter de ce Dean et de son corps ? Ce n'était pas si grave si ? Et puis ce dernier avait clairement dit qu'il avait envie de lui, alors autant lui faire plaisir ? Qu'il n'est pas dépensé autant d'énergie pour rien.

Alors qu'il réfléchissait, une de ses mains caressait doucement le ventre de Dean, descendant lentement mais sans hésitation vers ce qui faisait de lui un homme. Ezra regardait d'un air distrait le chemin que tracer sa main et ses doigts sur la peau de son invité, essayant désespérément d'allumer une flamme en lui qui lui permettrait de revivre un peu, puis soudain il releva le regard vers son interlocuteur.

" Je peux te sucer ? "

Ezra venait de percuter que c'était peut-être la dernière fois qu'il avait l'occasion de toucher un autre homme. Alors, finalement, il se disait qu'il ferait bien d'en profiter surtout qu'il n'avait pas un mec de second choix en face de lui. C'était peut-être le Diable qui l'avait mis sur sa route ? Comme un ultime cadeau avant qu'il le rejoigne en Enfer. Et un cadeau, ça ne se refusait pas.



avatar
Messages : 957
Points : 2093
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Lake placid   Lun 23 Juil - 17:57
Je n’ai pas vraiment le temps ni l’envie de répondre à ses questions. Déjà parce que j’ai envie de beaucoup d’autre choses, mais ça, mon corps parle de lui-même. Ensuite, parce qu’il y a quelque chose de triste en Ezra qui me touche, certes moins que ce que je voudrais, mais quand même. Je trouve ca a la fois beau et triste que je sois la à l’écouter, alors que, d’habitude, je ne suis pas forcement la meilleur oreille du monde. Pourtant j’ai véritablement envie de lui apporter plus que ça et une boisson chaude. Je reste donc silencieux a

Je crois que finalement, que ca soit le thé ou la perspective d’un Monopoly, Ezra finit par remettre le doigt sur sa libido, enfin, je dis le doigt… pour ne pas dire qu’il a bien en main la situation. Et je suis plus que partant pour qu’il l’a plus qu’en main. Je le laisse faire, j’ai l’habitude que mon corps soit un objet de désir et comment rester de glace a cette demande de rapprochement pour se réchauffer ?

Néanmoins je ne peux m’empêcher de m’esclaffer quand il demande l’autorisation de me sucer. C’est demander a un aveugle s’il veut voir. C’est mignon, touchant même… Je lui caresse le visage avec possessivité tout en lui lançant un regard qui en dis long sur ce que je compte faire avec lui, sans lui demander verbalement quoique ce soit :

« Je ne suis pas le genre d’homme a qu’il faut demander l’autorisation… »

Je l’embrasse avec passion avant de le guider plus bas et sonner l’ouverture d’une autre forme de joute. Je dois dire que je ne suis absolument pas déçu de mon instinct. Il y a quelque chose de désespéré et d’assoiffé dans la façon de faire de ce jeune homme, et  ça me plait beaucoup. N’étant pas du genre à faire l’étoile de mer, j’avoue que notre étreinte est des plus intéressantes. Enfin, je devrais plutôt dire nos. Pour quelqu’un qui avait peur de ne plus avoir de libido, je le trouve insatiable, et, une fois de plus, c’est loin de me déplaire de voir avec quelle aisance nous savons relancer la machine. Pas besoin de mots, quelques regards et caresses suffisent pour que nous reprenions les explorations de nos corps. J’avais bien fait de garder une capote sur moi.

C’est donc tout essoufflés dans une pagaille a la hauteur de nos ébats que nous ne finissons par rouler au sol l’un contre l’autre. C’est avec un petit sourire taquin et en lui volant un dernier baiser que je lui dis

« Et bien… dis moi… qu’est ce que ca aurait été si tu avais retrouvé ta libido ? »


Oui, en plus d’être beau, spirituel, magnifique, intelligent, agréable a regarder, superbe, je suis aussi drôle. Quand je vous dis que je suis parfait.

« J’espère que ma petite sirène est parfaitement réchauffée et que si, d’aventure elle a froid, elle pensera a venir prévenir le prince Éric. »

_________________


Dean Caulfield Arene
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 578
Points : 901
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Lake placid   Jeu 26 Juil - 12:17


Dean l'embrassa une nouvelle fois, mais cette fois, cela se fit avec beaucoup plus de passion. Ezra le laissa s'imposer gentiment et lui rendit son baiser du mieux qu'il le pouvait. Cela faisait un moment qu'il n'avait pas fait ce genre de chose. Et il espérait ne pas avoir oublié comment ça fonctionnait. Trois années d'abstinence ça vous faisait redevenir vierge, non ? Mais, tout en réfléchissant à ses bêtises, le tatoueur se laissait guider par son partenaire pour lui donner du plaisir.

Ezra se laissa submergé par les sensations agréables que lui procurait son amant. Et pour la première fois en plusieurs jours, il oubliait tout. Il oubliait la douleur, la détresse et la honte qu'il ressentait, la laissant être remplacé par le plaisir et l'excitation de leur étreinte. Il n'entendait plus que leur gémissement de plaisir, ne ressentait plus que la chaleur de leur peau en contact, et l'odeur de leur sueur mêlé. Il avait oublié comme cela pouvait être bon de coucher avec un homme. Il se laissa posséder par Dean autant de fois que ce dernier le voulait. Ezra n'avait plus envie que cela s'arrête. S'il avait su que faire l'amour le soulagerait à ce point il aurait passé une petite annonce sur le tableau de Fort Hope ...

Puis finalement, tout s'arrêta. Ce n'était pas faute d'avoir relancé plusieurs fois les hostilités, mais il y a bien un moment ou le corps demande grâce. Pour une remise en selle s'était déjà beaucoup. Ezra sourit à Dean alors que ce dernier lui volait un dernier baiser. Le tatoueur n'était peut-être pas heureux, loin de là, mais au moins, il était soulagé pour le moment. Il se sentait plus serein, mais il se doutait bien que le shoot d'endorphine qu'il venait de recevoir y est pour quelques choses.

Il rit légèrement à la remarque de Dean sur sa libido. En effet, il se demandait comment cela aurait pu être si elle avait était là ? Peut-être quelque chose de moins désespéré, d'encore plus sexy ? Il avait couché avec lui parce qu'il pensait que c'était sûrement la dernière fois qu'il pourrait toucher un homme, mais si sa raison aurait été autre chose, comme une réelle envie ... Leurs ébats, auraient-ils été différents ? De toute façon, Ezra s'en moquait totalement, il était bien dans les bras réconfortant de cet homme et ne regrettait pas pour le moment son choix.

" Merci Prince Eric ... C'était bien plus que je ne l'espérais ... C'était parfait. "

Ezra se rapprocha encore un peu de lui pour l'embrasser encore une fois, puis, le poussant doucement au niveau du torse, il cherchait à l'allonger dos contre le sol, avant de grimper à califourchon sur lui. Ils avaient tous les deux était un peu pressé, à tel point que le tatoueur percutait seulement maintenant qu'il se trouvait encore dans le salon. Il le caressait doucement, laissant ses doigts courir sur le tatouage de serpent de son bras et sur ce qui ressemblait à un aigle marqué au fer chaud dans la peau de son épaule.

" Heureusement que ma coloc n'est pas entrée, elle aurait eu une drôle de surprise ... Quoique ... c'est peut-être un fantasme féminin de voir deux hommes faire l'amour, non ? "

Ezra effleura une dernière fois les tétons de Dean avant de se relever et de s'asseoir sur le canapé. Il allait devoir aller prendre une douche ... il collait bien trop ...

" J'aime bien tes tatouages, ils sont simples mais harmonieux, j'adore ta licorne surtout ! Mais ... c'est quoi cette marque sur l'épaule ? Qui t'as fait ça ? Tu as dû avoir mal ? "

Le tatoueur continuait de détailler le corps de Dean du regard, il voulait le graver au fond de son esprit comme son dernier coup d'un soir ... Car il savait très bien qu'après lui il n'y aurait plus rien ... Il le regardait toujours alors que son regard chargé de désir se transformait peu à peu en regard mélancolique. Pour une dernière fois, c'était une fabuleuse dernière fois ...



avatar
Messages : 957
Points : 2093
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Lake placid   Dim 29 Juil - 9:00
Je le laisse allègrement profiter de moi, quand on est acteur, Dieu merci, le regard des autres est plus grisant qu’intimidant. J’ai toujours été très fier du physiquement généreusement donnée par mère nature et peut être un tout petit peu entretenu avec régime, musculation, hygiène de vie. Mais juste un peu, je suis naturellement parfait! Bref, je suis beau et je le vaux bien.

Je dois avouer que mon partenaire pourrait presque me faire de l’ombre, presque hein… faut pas pousser. Il a su enjoliver son corps au point d’en faire une œuvre d’art. Doucement je fais courir mes doigts sur les traits fin des dessins encré sur sa peau. J’imagine qu’ils ont tous une histoire et représente un morceau de sa vie, tatoué a jamais dans sa chair. Une jolie métaphore pour ma petite sirène perdue dans son propre royaume.

Je souris quand il parle de sa colloc. Peut être que si je savais de qui il parlait je sourirais beaucoup moins, quoique, elle était marrante cette petite fliquette qui voulait me menotter tout en me demandant si j’avais pris de la drogue, bien évidement que j’avais toujours de la drogue sur moi. En fait je ne suis pas sûr que cette rencontre aura été aussi traumatisante pour moi qu’elle a dut l’être pour elle. C’est pas de ma faute si j’ai cru que son partenaire prenait mon cul pour le sac de Mary Popins. Il y avait juste un petit malentendu. Maintenant un mec qui me menotte alors que je suis a poil pour me coller au capot de ma voiture, je pense que tout le monde aurait pensé la même chose que moi. Heureusement que Maryse, ma psy préférée était là pour m’aider a sortir de cette mauvaise farce. Parfois, d’ailleurs, je me demande ce qu’elle est devenue. Dire qu’elle était censée être la a tous les moments compliqués de ma vie et qu’elle m’a fait faux bon pour l’apocalypse et le retour de mon ex ex ex ex ex ex et peut être ex femme. On ne sait plus faire confiance n’a personne de nos jours, c’est vraiment malheureux.

Néanmoins je m’éloigne de ces pensées noires. Je viens de passer un très agréable moment en charmante compagnie et j’ai un sourire sincère aux lèvres tout en continuant de découvrir les motifs magnifiant Ezra. Rien a voir avec les pauvres tatouages solitaires qui ornent mon corps, qui reste quand même parfait ;

« Ne me remercie pas ma sirène, ce fut un grand plaisir de découvrir les profondeurs de ton royaume en ta compagnie. Je dois avouer que je serais des plus tentés de te proposer de passer, a l’occasion, découvrir le mien, si le corps t’en dit. Quant a ta colloc, je pense qu’elle loupe quelque chose… »

Je lui fais un clin d’œil en me redressant pour lui voler un dernier baiser avant de continuer. Je n’aime pas cette lueur de mélancolie que je pensais avoir chasser de son regard.  

« Deux beaux mâles comme nous dans son salon, avoue qu’il y a pire comme découverte… »


On aurait pu être gros, moche et velu. Enfin non, pas « on », nous on est juste splendides… je parlais de d’autres que nous.

« Et puis, ca nous donnerait une excuse pour remettre ça, plus on est de fou, plus on baise non ? »

Sauf que là j’ai un petit doute sur le fait que cela pourrait peut-être heurter Alix si une autre femme entre dans l’équation, vues ses questions sur mon ex, je la sens pas partageuse avec d’autres femmes. Enfin, si les touzes étaient trompées pour de bon, ca se saurait non ? Et puis une chance que je ne sois fermé a aucune pratique sexuelle ou partenaire de plaisir, tant qu’ils sont agréables. Du coup si elle ne préfère avoir que des hommes avec nous ca ne sera pas un gros soucis pour moi. C’est vrai que je n’ai pas discuter avec elle pour savoir si elle avait une limite de partenaires dans une nuit. Il faudra que je pense a lui demander.

« Quant au fer rouge… je ne vais pas te mentir, ca n’a pas été une partie de plaisir. C’est une lubie de mon frère, un peu comme un signe de ralliement. Si tu es de son camp, tu es marqué. Je vais être honnête, quand il m’a parlé de son truc, j’ai cru a une mauvaise blague… et puis… il l’a fait. »

Je fais une petite grimace résumant parfaitement le côté « douloureux » et « je n’étais pas prêts a sentir de cochon grillé » de la situation. Mais, une fois de plus, je n’ai pas envie de gâcher le moment.

« Ma carrière a limité mes possibilité de tatouages, et maintenant que je n’ai plus cette limite, c'est la fin du monde a limité l’existence des tatoueurs… une mauvaise blague de la vie, comme toutes les autres. Mais je vois que toi, tu as eu la chance d’en profiter et d’avoir un bon artiste sous la main… ou ailleurs. »


Je me lève pour aller, dans le plus simple appareil et comme si j’étais chez moi, réchauffer le thé.

« Est ce que tous ont une signification spéciale pour toi ou est-ce l’œuvre en générale qu’il faut considérer ? »

_________________


Dean Caulfield Arene
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 578
Points : 901
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Lake placid   Mar 31 Juil - 17:38


Ezra soupira d'aise quand Dean l'embrassa encore une fois. Cela lui faisait du bien et il ne pouvait pas le nier ... Le sexe avait toujours été pour lui, dans un premier temps une échappatoire pour oublier Caleb puis ensuite un moyen de se rassurer sur le fait que tout le monde ne le rejetait pas et le prenait pour ce qu'il était. Cela le valorisait de coucher avec qui il voulait quand il voulait sans risquer de s'attacher à l'un de ces gars à usage unique. Une sécurité non négligeable pour un coeur brisé.

Et, à bien y réfléchir, il continuait de faire pareille encore aujourd'hui, prétextant l'idée que c'était sa dernière fois, pour se vautrer un peu plus dans le stupre et la luxure.

" J'avoue que si moi j'étais tombé sur deux gars en train de copuler dans mon salon, je me serais bien rincé l'oeil ... ou ... j'aurais demandé à les rejoindre. Suivant mon humeur. "

Ezra fronça les sourcils quand Dean évoqua sa brûlure et la personne qui lui avait faite. Il trouvait ça débile et allait le lui dire, mais il se rappela ce qu'il avait fait pour Maryse, pour appartenir à son camp ... et finalement, il aurait cent fois mieux préféré une telle marque sur sa peau que la plaie purulente qu'il avait dans son esprit et qui ne cicatriserait jamais.

" Tu vis avec ton frère, c'est cool. Enfin, ce serait surement plus cool s'il mutilait pas les gens de son camp, mais ça doit être sympa de vivre avec quelqu'un de sa famille par les temps qui cours. "

Puis son interlocuteur glissa rapidement sur le sujet de prédilection d'Ezra, en évoquant au passage sa fameuse (et inconnue) carrière.

" Ta carrière ... Tu bossais dans quoi exactement ? "

Car effectivement, il ne semblait pas que ce dernier lui ai appris son métier du long de leur très courte discussion, mais après tout lui non plus ... Et de toute façon, Dean était restait assez vaseux sur son passé n'ayant pas voulu dire à Ezra où ils avaient bien pu se rencontrer. Puis ce dernier se lança sur le sujet intarissable des tatouages. Sujet pour lequel le tatoueur se faisait généralement un plaisir de parler sans discontinuité, mais aujourd'hui, il restait assez neutre, même s'il ne pouvait ravaler un petit sourire en repensant à cette période de sa vie.

" J'ai eu la chance de faire de bonne rencontre pour mes tatouages. Mais je n'ai jamais couché avec l'un d'entre eux. C'est du sérieux les tatouages, mon cher. Je ne couchais pas non plus avec mes clients. Je préférais me concentrer uniquement sur le dessin. "

C'était une des premières fois depuis son retour qu'il évoquait son ancien métier, celui qui l'avait poussé à tout quitter et à se dépasser. Cette passion qui l'avait fait vivre et survivre. Il se rappelait chacun des tatouages qu'il avait fait, chaque croquis qu'il avait travaillé, tout cela formait sa vie, son existence toute entière. Mais maintenant, il ne lui restait plus rien. Même son désir de dessiner s'était envolé.

Chassant tant bien que mal ses idées noires pour le moment, il porta son regard sur l'homme qui venait de se lever et partait vers la cuisine. Ezra ne se gênait pas pour admirer son fessier parfait, mais finalement il ne sortait pas plus émoustillé de cette vision et cela le désola encore plus. Il avait un mec canon, sympathique et pas farouche avec lui et il n'arrivait pas à lui offrir plus que ce qu'ils avaient déjà fait, alors que franchement, ils pourraient encore être en train de s'amuser.

Sans quitter le canapé, il s'adressa à Dean en haussant un peu la voix pour bien se faire entendre.

" Cela dépend. Certains ont une signification, d'autre non et son juste là parce que je les trouvais beaux. Mais mis les uns à côté des autres, ça me forme moi. C'est difficile à expliquer ... mais sans moi ils n'existeraient pas et sans eux je ne serais pas moi. C'est peut-être un peu débile non ? "

Ezra finit par se lever et retourna enlacer Dean, restant dans son dos alors qu'il réchauffait le thé. Il savait que la prochaine nuit en solitaire qu'il passerait serait assez difficile. Alors que là, il avait tout ce qu'il désirait depuis plusieurs mois. De la compagnie sympathique et une oreille attentive, ainsi que la chaleur d'un autre homme à ses côtés. Puis il reprit la conversation, se décollant de son amant d'un soir, lui montrant son bras gauche et les oiseaux s'envolant d'une forêt qu'il y avait encré dessus.

" Celui-là s'est pour célébrer mon départ de chez mes parents, pour une nouvelle vie. Mais ce n'est pas le premier que j'ai fais. J'ai eu besoin de quelques temps pour savoir si j'avais envie de graver ça dans ma peau. Je sais que le coup des oiseaux c'est banal pour représenter le liberté, mais je l'aime bien ce tatouage. "

Puis il ouvrit un placard et sortit une boite en fer avec quelques petits gâteaux secs à l'intérieur.

" Tiens, sers toi si tu as faim. On me les a donné mais ... enfin ... te gêne pas pour les manger. "



avatar
Messages : 957
Points : 2093
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Lake placid   Sam 4 Aoû - 9:21
Je ris de bon cœur lorsque qu’il me donne ses réactions potentielles s’il avait trouvé des hommes dans son salon en train de se donner du plaisir comme nous l’avons fait. Je pense qu’il minore le coté sublime des deux hommes en question. Mais je suis on ne peut plus d’accord avec lui. Que faire d’autre devant un spectacle aussi beau et naturelle qu’une intimité virile en pleine action ?

Je maintiens mon sourire mais le cœur n’y est plus vraiment quand il suggère que mon frère mutile les gens de son camp, certes, c’est un peu ce que j’ai dit et ce qui se passe, mais je n’aime pas qu’on dise du mal, que ca soit vrai ou non, de mon frère. C’est un grand homme qui a toujours été la pour moi.

Heureusement, Ezra change immédiatement de sujet pour repartir vers le mystère de ma carrière. J’adore. Il ne m’a toujours pas reconnu !! Oui parce que c’est évident qu’il finira par le faire, je suis Dean Caulfield après tout, LA start mondialement connue et adulée avant quelque couac dans sa carrière qui ont été ma première fin du monde. Je reste sur un sourire mystérieux et un geste signifiant que c’est à lui de deviner.

Il repart avec passion sur ses tatouages. C’est assez nouveau pour moi d’écouter les gens, surtout après avoir fait l’amour, mais je dois qu’avec lui, l’exercice est plutôt plaisant, et e dois avouer m’y plier avec un certain plaisir. Surtout que ses étreintes rendent la chose d’autant plus agreable.

« J’aime beaucoup tes oiseaux, et non ca ne fait pas cliché. Je crois que moi j’aurais mis la reine des neiges pour fêter ma liberté »

Je ris doucement a cette affirmation sauf que c’est très vrai. Quand je pense liberté, je pense Elsa. Je refuse poliment les gâteaux secs. Non seulement ils m’ont l’air de manquer de tout ici mais en plus j’ai une alimentation stricte si je ne veux pas risquer de détériorer ce merveilleux corps que m’a donné dame nature.

« Il faudra que tu passes me voir a l’arène Ezra, que ca soit en simple visite amicale ou pare que tu as besoin de souffler un peu sans aller te geler les pieds dans le lac… »

Je l’enlace doucement pour enchainer plus sérieusement :

« Et si les gens sont assez bêtes pour ne plus vouloir de toi ici, j’exige que tu viennes me voir d’accord ? »

Oui je suis un peu inquiet après ce qu’il m’a dit. Si ca se trouve il est avec des idiots d’homophobes ou d’anti-tatouages ici. Quoique non, Logan en avait. Bref peu importe, il n’y a pas que la porte de mes fesses qui lui est ouverte. J’enchaine avec plus de malice pour détendre ce moment grave.

« Qui sait, je te laisserais peut être tatouer ma peau d’un souvenir d’une petite sirène ? »

Je dépose un baiser dans son coup avant d’ajouter :

« Donc tu n’as toujours pas deviné ma carrière… je te rappelle les indices, tu m’as déjà vu du fait de mon travail, et a cause de lui je ne pouvais pas me faire tatouer comme bon me semblait… je t’en donne un autre, tu n’es pas le seul ici a m’avoir déjà vu avant l’apocalypse. Attention,  mauvaises réponses et c'est la fessée assurée.»

_________________


Dean Caulfield Arene
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 578
Points : 901
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Lake placid   Mar 7 Aoû - 22:15


Après que Dean ait refusé ses biscuits, Ezra les range en haussant les épaules. Ils allaient vraiment finir par périr et la pauvre Anja n'avait pas fini de finir encore et encore tout les vivres qu'il avait en surplus. Il faudrait qu'il aille demander au ravitaillement d'arrêter d’essayer de l'engraisser. Il n'avait tellement pas envie de manger de toute façon, ce n'était pas le moment de gâcher de la nourriture pour lui.

Puis, alors que son amant du soir l'invitait dans son lieu de vie et l’enlaçait, Ezra se sentit soudain assez mal à l'aise.

" Oui je viendrais te voir, un de ces jours ... je ... enfin ... quand je pourrais ressortir de Fort Hope sans me taper une crise d'angoisse. Et ne t'inquiètes pas, les gens sont cool avec moi ... c'est moi qui ai du mal avec eux ... Je me sens plus chez moi ici, mais bon, ça fait que deux semaines que je suis revenue donc je pense que c'est normal. "

Ezra ne réagit pas non plus a sa proposition de tatouage. Il était incapable de faire le moindre travail artistique pour le moment, alors qu'il aurait sauté sur l'occasion quelques semaines auparavant. Puis, heureusement, après un bisou dans le cou et un petit jeu lancé pour deviner l'ancienne carrière de Dean, l'atmosphère se détendit de manière perceptible.

Le tatoueur affiche son petit sourire malicieux et se colla un peu plus a son partenaire, le provoquant en frottant son bassin contre lui et lui murmura à l'oreille :

" Bon vu que tu n'es pas décidé à cracher le morceau ... "

Puis, il reprit ses distances et grimpa sur le plan de travail de la cuisine, comme si de rien n'était. Regardant toujours Dean préparer le thé. Il le scruta un bon moment, s'attardant du regard sur ses fesses et remontant le long de sa colonne, en énumérant les métiers qui n'aimait pas forcement les tatouages.

" Un mannequin ou un politicien peut-être ... un gars de la télé ? Ah oui ! Monsieur Météo ? "

Ezra éclata de rire, d'un rire éclatant et doux. C'était plaisant de l'entendre car cela faisait plusieurs mois qu'aucun son de ce genre n'avait franchi la gorge du tatoueur. D'ailleurs ce dernier ne se moquait du métier de présentateur météo, mais il riait plutôt parce qu'il voyait mal l'homme en face de lui annoncer les températures du jour et expliquant de manière plus que sérieuse l'influence de l'anticyclone qui s'installait sur tel ou tel état.

Puis reprenant son sérieux, il descendit de son perchoir et s'approcha un peu plus de son vis-à-vis, scrutant son visage, s'attardant sur tout ce qui pourrait l'aider à le reconnaître ... puis Ezra s'intéressa uniquement à son regard. Hormis de lui donner des frissons dans le bas-ventre, c'était bien ça qu'Ezra avait reconnu en lui. Puis d'un coup, il lui attrapa le visage dans ses mains et écarquilla les yeux, n'en revenant tout simplement pas.

" Non .... Putain de bordel de Merde ! Mais tu es Bobby de ChildWolf ? Dean ... Caufield, l'acteur . "

Ezra lâcha une petit cri de fanboy, avant de l'embrasser à nouveau sous le coup de la joie.

" J'ai couché avec mon héros d'enfance ... J'avais dans les 7 ans quand je te regardais à la télé, j'étais en admiration devant Bobby. Ça rendait dingue mes vieux. J'avais des posters de toi dans ma chambre ! "

L'humeur d'Ezra s'était éclairée d'un coup, avec ce simple souvenir d'enfance. Il ne pensait plus à Maryse, à ce qu'il avait vécu là-bas, aux sévices qu'il avait fait à Will, à son avenir, tout ça s'était envolé pour le moment. Il se revoyait après l'école, sur le canapé avec sa grand-mère à regarder cette série qu'il appréciait tant.



avatar
Messages : 957
Points : 2093
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Lake placid   Ven 10 Aoû - 14:57
« Tu sais, je peux aussi t’envoyer un chauffeur si tu as des appréhensions à sortir seul de ce camp ? Et puis quoi de mieux qu’un spectacle de gladiateurs pour se changer les idées.»

C’est vrai que le contraste avec Wisteria Lane et le reste du monde, plus sortir d’un film de Madness Maxou est intense. Je le reconnais que si on est fan de banlieue bourgeoise sans âmes et suffisamment ennuyeuse pour que la vie de ses voisins soit la seule distraction attrayante du moment, Fort Hope doit avoir son charme. Personnellement, je préfère largement le décorum antique de l’arène et les décors dignes de studio de prestige que nous offre cette nouvelle vie. C’est possible aussi, que pour le moment, l’extérieur, pour moi, n’offre qu’un parfum d’aventure et de liberté ou la chose la plus épouvantable qui me soit arrivé c’est d’avoir du satisfaire des besoins naturels, non assumées, dans des conditions sanitaires improbables ou retrouver mon ex ex ex ex ex ex et peut être ex femme en vie.

Je souris quand Ezra se prête au jeu de quelle était ma profession. Mannequin, oui je l’ai été dans les publicités, politicien, dans castle of cards je l’ai été aussi. C’est assez amusant de le voir se creuser les méninges. Monsieur météo, c’est fou que maman n’ait jamais pensé à ça pour moi. Ça aurait pu être amusant. Je mime la pose d’une potiche ne sachant plus trop quel état est ou et s’il y aura du soleil ou de la pluie, mais a qui on pardonne parce qu’elle est trop mignonne.

Je le vois perdre son regard dans le mien avant de sentir ses mains sur mon visage. Je rigole doucement a sa réaction. Je crois qu’il m’a reconnu. C’est même assez amusant que de toute ma filmographie, cela soit cette série qui m’a fait connaitre du grand publique qu’il ait retenue.

Je lui enlace la taille et lui dépose un nouveau baiser.

« Dommage que tu n’aies pas conservé tes posters, sinon je t’aurais fait une dédicace. Bon en même temps, je suis sûr qu’en chair et en os, je suis mieux qu’en poster. Et je te rassure toute de suite, je ne me transforme pas en pompon velu couvert de latexe les nuits de pleine lune. »

Je lui fais un petit clin d’œil. Autant cette série était très bien faite a son époque, autant la revoir maintenant pique les yeux. Je lui dis maintenant que mon frère m’a aidé a refaire ma vidéothèque et qu’on a de quoi regarder des films à l’arène ? Non je suppose que les fesses sont bien suffisantes pour lui donner envie de venir.

« Est-ce que tu penses que contre un autographe ou tu le souhaites, il y aurait moyen de négocier un tatouage ou il faudra que je fasse monter un peu plus les enchères ? »

_________________


Dean Caulfield Arene
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 578
Points : 901
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Lake placid   Jeu 16 Aoû - 9:35


Dean était un homme prévoyant, lui proposant même de lui envoyer un chauffeur pour le ramener chez lui. C'était assez inattendu, même si finalement c'était un geste des plus gentil. Si ce n'avait été que ça le souci avec l'extérieur, mais malheureusement, il n'y avait pas que le trajet qui pouvait poser problème pour le tatoueur. Mais il enchaîna, comme si cette solution était la bonne. Il n'avait pas envie de vexer cet homme.

« Et ils sont comment tes gladiateurs ? Aussi sexy que toi ? Je pourrais essayer de me convaincre de venir te dire bonjour … un de ses jours. Mais je ne promets rien, donc t'emballe pas. »

Puis un énième geste tendre de ce cher Caufield, lui fit une nouvelle fois baisser toutes ses barrières. Ezra tenait peut-être un concept : soigner par le sexe. Il ne pouvait nier qu'il se sentait un peu mieux maintenant. Alors s'il faisait un tel traitement tous les jours, il serait guéri ? Chassant cette idée saugrenue de sa tête, il répondit à son amant.

« Surtout que mes posters date de l'époque de ChildWolf ...Tu n'avais pas tout à fait le même physique. »

Et c'était peu dire, Ezra, alors qu'il était un grand fan de Dean avait mis son temps à le reconnaître. Surtout qu'il ne se serait jamais imaginé de coucher avec un type dans son genre. Les acteurs connus ne faisaient pas partie de son tableau de chasse habituel. Il avait fauté avec un nombre incalculable de mecs différents, et leurs métiers, quand il le connaissait, était la plupart du temps assez banal. Mais là, il pourrait dire qu'il avait couché avec une star hollywoodienne.

« Tu es beaucoup mieux en adulte … Beaucoup plus en accord avec mes goûts d'aujourd'hui. Même si mes goûts se résument plus à : "hommes adultes gays" tellement cela faisait longtemps que je n'avais pas couché avec quelqu'un. »

Ezra rit de bon cœur, et descendit ses mains de manière conquérante pour lui palper le derrière. Il ne savait pas comment, mais s’être noyé dans le stupre et la luxure pour un moment avec cet inconnu, lui avait permis de ne penser à rien. De lui donner un peu de répits dans cette mélancolie qui le tirait vers le fond depuis plusieurs jours. Il profitait des baisers, des caresses de cet homme et lui y répondait toujours positivement.

Mais il pensa soudain à Elias, qui lui avait dit qu'il finirait bien par tomber sur un mâle pas farouche avec qui il pourrait se soulager. Si la vie d'Ezra n'avait pas pris un autre tournant chez Maryse, il se serait empressé d'aller parler à ce dernier de sa nouvelle conquête sexuelle. Surtout qu'il y avait de quoi raconter … Mais il ne pouvait plus aller discuter de ça … Il n'était plus ami de toute façon, autant se faire une raison.

Alors que ses idées noires revenaient envahir petit à petit son esprit, la demande, pourtant si anodine de Dean, fut pour lui comme un coup-de-poing. Un tatouage … il n'arrivait déjà plus a tenir un crayon alors de là à manier un dermographe, c'était impossible. Il se glissa en dehors des bras de son amant du jour et prit un peu ses distances, lui avouant une vérité qui le faisait encore plus souffrir que le reste.

« Je … je tatoue plus. »

Puis sans lui laisser le temps de réagir, il enchaîna sur tout autre chose, pour changer la conversation et éviter les sujets qui fâchaient.

« Et sinon, tu venais rendre visite à qui ? Je sais que la prochaine fois tu viendras pour moi … mais cette fois-ci ? Surtout que tu étais bien équipé … et je parle pas de ta bite ! Ça fait quelques années que je ne me trimballe plus avec une capote sur moi. »



avatar
Messages : 957
Points : 2093
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Lake placid   Lun 20 Aoû - 13:31
Je ne peux que rire quand il évoque les gladiateurs, effectivement, j’essaye de trier ceux qui pourront s’élever des autres et, sauf des gringalets du genre de Robin, il faut bien des erreurs de casting même dans les meilleurs films, je peux avouer que je ne suis pas peu fier de cette ranger de petits culs fermes quand ils s’entrainent. Les gens ne payent pas pour voir des loques, ils veulent du premier choix, de la qualité.

« Si tu aimes les muscles saillants, les fesses fermes et une conversation limitée, crois-moi, c’est mieux qu’Amazon pour faire ses achats. »


Oui j’aime rappeler au commun des mortels que je suis proche d’eux et que je connais les endroits simples ou les gens normaux faisait leurs courses. Certes, je dois y avoir été qu’une fois puisque, faute de savoir lire, c’est quasiment impossible de faire quoique ce soit sur internet... et si vous me le demandez, oui j’ai essayé les logiciels de reconnaissance vocale, sauf que, lorsque j’ai demandé si je pouvais payer par chèque, le site n’a pas arrêté de me monter des jeux d’echecs. Je ne vois toujours pas le rapport d’ailleurs. Et faute de déchiffrer ce qui était écrit et de savoir demander de l’aide, j’ai laissé tomber. Mais ça, je ne suis pas obligé de le raconter.

Je me laisse toucher sans complexe, le privilège des gens parfaits en tout lieu et en tout heure, sans rester les mains dans les poches que je n’ai pas. Moi aussi j’aime avoir les mains baladeuses et ne pas rester en retrait. C’est moi ou il y a une ombre qui passe dans le regard d’Ezra ? Dans le fabuleux monde du cinéma, on aurait une voix off qui expliquerait les choses, ou un flashback en fondu pour expliquer ce qui lui passe par la tête, par ailleurs j’ai été vérifié, a part moi, il n’y avait personne. Sans cette magie je ne dois me fier qu’a mon fabuleux instinct de limier pour deviner ce qui se trame. Je suis très bon a ce jeu-là.

En fait… la réponse me parait évidente : il est triste parce qu’il a pas le matériel pour faire des tatouage.

« Tu sais, si c’est les outils qui te manquent, je peux te les faire chercher si ca te redonne ne sourire, en plus, depuis tantôt, je meurs d’envie d’une sirène en tatouage, et je vois difficilement a qui d’autre je pourrais demander cela… »

Ma mère doit se retourner dans sa tombe, si tant est qu’elle y était toujours. Avec le botox, je me demande ce que les zombies peuvent donner. Je me mets d’autorité dans son dos, oui je sais être autoritaire en plus d’être ferme, et commence a lui masser les épaules.

« Saches que j’ai toujours des capotes sur moi, la vie serait trop ennuyeuse sans cela. A la base je venais juste en repérage pour inviter Alix Carter a diner, je pense que tu la connais, une jolie petite blonde ? »


D’autres pourraient peut être être embarrassé par cet aveu, mais pas moi. La fidélité est un concept qui m’est complétement étranger. La perfection, comme le plaisir, ne vaut que si elle est partagée par tous, et je crois que je tiens a cet adage qui fait que je sais profiter du quotidien.

« Et toi ? Mignon comme tu es, tu as certainement quelqu’un dans ta vie ou dans le viseur ? »

_________________


Dean Caulfield Arene
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 578
Points : 901
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Lake placid   Jeu 23 Aoû - 11:19


Ezra ne put retenir son sourire quand il parla des gladiateurs. Et franchement si l'un d'entre eux était intéressé par les gars, Ezra voudrait bien tester de faire ça avec une fille une fois. Mais ce petit moment d'allégresse fut vite chassé quand l'homme, bien que très attentionné, lui proposa de lui ramener du matériel. Et le tatoueur ne put retenir la phrase qui lui échappa de la bouche, peut-être un peu trop brusquement.

« Dean arrête s'il te plaît … J'ai juste … j'ai juste plus envie de dessiner ou tatouer d'accord ? N'insiste pas … »

Le regard d'Ezra se figea un instant, alors qu'il sentait une crise d'angoisse commencer à poindre le bout de son nez. Non, non, non, non, non … Pas maintenant, ce n'était pas le moment de craquer alors qu'il était en bonne compagnie. Il avait réussi à poser son cerveau quelques instants pour profiter de cette pause dans ses tourments et il voulait en profiter jusqu'au bout. Le tatoueur se tendait de plus en plus à mesure que Dean le massait, mais essaya tout de même de se détendre.

Il réagit à son commentaire suivant, autant pour la discussion que pour se redonner un peu de contenance. Il courtisait donc une fille … en se tapant des mecs à côté … C'était original comme technique. Mais ce n'est pas lui qui allait s'en plaindre.

« Oh … une fille alors ? Et une Carter en plus. Je la connais de vue mais je ne lui ai jamais parlé. Si tu comptes qu'elle vienne dîner avec toi, ne lui raconte pas ce que tu as fait avec moi dans une maison voisine. Je suis pas sûr qu'elle kiff ça. Mais bon, après, moi j'y connais rien en meuf. La seule que je côtoyais vraiment c'était ma mère … et maintenant, depuis tout ce merdier, elles sont toutes chelou les filles ... »

Le tatoueur finit par se soustraire aux massages de Dean pour aller récupérer sa tasse de thé. Son appétit n'était toujours pas revenu, mais il ne se laissait pas mourir de soif non plus. Il sourit quand Dean lui demanda s'il avait quelqu'un dans le viseur. Le tatoué aurait aimé trouver l'amour, être en couple, vivre heureux, mais il semblait qu'on ne lui avait pas donné cette option à la naissance. Lui n'avait droit qu'au histoire de cul sans lendemain et s'en contentait très bien. Même si derrière son masque de mec blasé il espérait trouver son Prince Charmant un jour.

« L'amour et toute ses conneries c'est pas fait pour moi … et les seuls gays du coin sont déjà en couple et me détestent. T'es le premier mec avec qui je couche depuis … le début de la catastrophe. D'ailleurs … »

Ezra s'approcha de lui et lui embrassa langoureusement un de ses tétons avant de lui offrir un regard provoquant.

« … Si tu veux prendre une douche, et que l'eau froide ne t'effraie pas, ne te gêne pas. Je sais pas si chez toi ils ont l'eau courante, mais profites-en ici... Parce que … si tu comptes draguer avec cette odeur de sexe sur toi … je pense que c'est mort... »

Ezra se décolla de son amant du jour, lui claqua les fesses et retourna siroter son thé un sourire mutin plaqué sur son visage. C'était fou comme c'était facile de mentir sur son état d'esprit, quand on pouvait jouer allègrement avec les choses du sexe. C'était bête à dire mais c'était la seule chose, avec le dessin, qu'il avait toujours à 100% maîtrisé et cela avait pour ainsi dire un effet rassurant. Même si cela le faisait passer pour un pervers, il s'en moquait. Il se sentait au moins en pleine possession de lui pendant quelques instants. En aillant couché avec Dean, il avait l'impression de contrôler à nouveaux son existence et cela n'avait pas de prix.



avatar
Messages : 957
Points : 2093
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Lake placid   Lun 27 Aoû - 22:42
Je sens que le dessin est vraiment un sujet « touche un nerf » du coup, je préfère ne pas gâcher l’instant en insistant, on est pas marié non plus. Et puis, il faut respecter le mystère des autres, c’est important.

J’ai du mal a comprendre le soucis avec Alix et le fait que je viens de me faire plaisir avec lui. Je pense qu’un arc de sourcil passablement disgracieux et traduisant parfaitement mon « tu es sur » s’affiche son mon visage parfait. J’ai du mal à voir ou est le souci. Il ne manquerait plus que je ne sache plus offrir ma perfection aux autres. Ca commencerait pas les hommes de son camps puis, tant qu’on y est, j’aurais même plus le droit aux orgies avec les Vestales… Ezra ne doit pas avoir l’expérience de vouloir un couple solide, baser sur l’amour et toutes les fioritures qui vont autour, comme le respect des besoins de l’autres et tout le tralala.

« Tu sais, les filles, les garçons, au final c’est presque la même chose, avec un avantage pour les garçons tout de même. On se comprend mieux entre nous. Mais ne t’inquiète pas pour Alix, nous sommes en train d’essayer de construire un couple solide basé sur le respect, l’amour et la fidélité. Du coup, je ne vois pas comment elle pourrait me reprocher de m’être fait du bien si elle m’aime et d’être resté fidèle a moi-même. »

Je lui fais un grand sourire qui pourrait laisser penser que je blague, sauf que non, je suis sérieux. Pour moi la trahison et l’irrespect seraient, de ne pas lui dire la vérité si on en parle. Enfin… je crois… je devrais en parler à Robin peut être. Même si mon Love coach est neuneu, c’est quand même le seul exemple de personne ayant trouver un vrai sens au mot amour dans mes proches.

Je le laisse me taquiner une nouvelle fois avant qu’il me dise qu’il avait aussi leur exemple d’amoureux ici aussi.

« A ce que je vois, l’amour est comme la mauvaise herbe, ça survie a tout, même a la fin du monde et c’est toujours dans le jardin d’a côté que ça pousse. »

Avec du béton armé couvert de pelouse synthétique de haute qualité, mon jardin était à mon image : parfait. Du coup, aucune pâquerette, pas un pissenlit… C’est peut être ca le soucis avec moi, je suis trop parfait pour avoir eu la chance de trouver l’âme sœur. Il faudra peut être que je fasse attention de l’être un peu moins avec l’heureuse élue de Fort Hope.

« Personnellement j’ai vraiment envie de savoir ce que ca fait d’être amoureux, tu verrais le couple que nous avons a l’arène, c’est a la fois inquiétant et ravissant. Ils se mangent des yeux dès qu’ils sont à plus d’un mettre l’un de l’autre, j’ai dû faire déménager leurs voisins de chambre pour éviter des tensions pour nuisances sonores, même après presque un an, s’il y en a un qui est en difficultés, l’autre accoure sans se préoccuper des conséquences… par exemple, il y en a un qui a sauté dans une fosse à zombies sans arme pour sauver l’autre. »

Je lâche un gros soupire d'envie. Certes, j’ai bien mon frère qui viendrait me sauver a l’autre bout du monde sans réfléchir mais, voilà, j’aimerais bien avoir un(e) partenaire qui aurait, aussi, envie de faire pareil et pour qui je ferais n’importe quoi. J’ai beaucoup d’espoir en Alix pour être celle qui me prouvera que, même un être aussi parfait que moi, à le droit à l’amour.

« De toute façon, maintenant, tu as l’adresse d’un mec ouvert qui fait mieux que ne pas te détester. »

Je lui fais un petit clin d’œil en me disant qu’il a forcément compris l’invitation. Je finis tranquillement mon thé avant de me lever.

« Même si l’eau froide est très bonne pour la peau, je crois avoir pris gout a l’eau chaude, mais je vais suivre ton conseil et rentrer à l’Arène me laver sans passer voir Alix. Si elle a un odorat sensible, autant ne pas l’agresser. Ce fut un réel plaisir Ezra et j’espère qu’il y aura un acte deux et que cette fois si on saura parler dessin. D'ailleurs il faudra que je te présente Miss Malou, une artiste qui te redonnera peut être gout à ton art. »

Je vais vers la porte dans mon plus simple appareil en me souvenant qu’ici, ils sont un peu prudes. Avec un « oups » je retourne chercher mes vêtements, que j’enfile moins vite qu’une capote, vole un baiser a mon amant avant de prendre la route qui me mène vers la sortie et mon chauffeur.


HRP:
 

_________________


Dean Caulfield Arene
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Lake placid   
 
Lake placid
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Michigan State :: Fort Hope
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération