Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #32 : Octobre 2018
Animation trimestrielle #1 Once upon a time !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Intrigue #5 Recensement !
Venez mettre vos méninges à l'épreuve dans notre animation de Septembre
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - Chapitre I : New rulers, new rules > A lire ici

In Your Flesh :: Michigan State :: Arène de combat

 Modern Family

avatar
Messages : 954
Points : 2066
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Modern Family   Lun 23 Juil - 9:56
Quand Robin m’a annoncé que Logan Carter de Fort Hope, mon futur beau-frère, bien évidemment, allait venir à l’arène, j’avoue avoir naïvement imaginé que c’était pour que nous planifions l’avenir pour Alix et moi-même voir pour pérenniser une alliance entre nos camps. C’est donc très possible que j’ai été plus que déçu, dans un premier temps, de ne pas être sous les feu de la rampe; Puis, quand j’ai compris qu’il avait un lien de famille, certes, obscure, avec les deux Cornwell de chez nous, j’ai reconsidéré ma position. Cela reste un hasard formidable et un signe du destin pour une alliance forte entre nos deux groupes de savoir qu’en plus de mon union, pour l’instant balbutiante, entre moi et sa sœur, un tribun et un champion étaient liés à lui.

Comme quoi le hasard fait bien les choses parfois. J’ai donc pris sur moins d’organiser ce repas de famille de la façon la plus intime mes dignes qui soit. Loge VIP avec vue sur la lice, un soir de saturnales ou il y a le plus d’ambiance et les plus beaux combats, j’ai fait préparer les mets les plus frais de notre jardin et demander à tuer une poule pour que ce repas soit à la hauteur de notre inviter de marque. Des agapes de premier choix depuis la fin du monde ou la faim du monde. Dieu que je suis cocasse, je m’en ferais rire tout seul avec mes petits jeux d’esprits.

Dans tous les cas, je vais profiter de ce petit intermède familial pour faire une petite page de pub et donner envie a mon futur beau-frère de revenir plus souvent nous voir. En plus il vient avec son escorte personnelle… encore plus de personne a séduire avec nos shows. Joshua n’a pas eu l’air très chaud a l’idée de lui faire lui-même une visite VIP, quant à Robin… il se débrouille déjà bien pour une personne handicapée, je pense que je peux difficilement lui demander plus que de se battre. C’est possible que j’y ai pensé quand même faute de mieux, mais dès que j’ai su que sa Joséphine était indisposée, j’ai compris que ca ne serait pas la peine de lui demander quoique ce soit. Il est monomaniaque parfois, c’est usant. Il suffit qu’elle éternue pour qu’il envoie chier tout le reste comme si la fin du monde du spectacle était annoncée. Heureusement que c’est Miss Malou qui le canalise, je ne suis pas sûr que j’aurais réussi a dressé cette tête dure.  

J’ai mis mon plus élégant costume couleur safre, je ne trouvais plus celui Cæruleum, pour attendre le pieds ferme les représentant de Fort Hope, avec Jesus et Moise sur les talons. Hors de question qu’ils fassent la queue ou soit pris dans le tumulte des visiteurs lambdas. Les gardes ont été briffé mais, sait-on jamais. A peine vois je le sosie de Jason Momo en plus sexy arriver que je vais l’accueillir comme il se doit, avec une franche accolade.

« Logan, mon ami, bienvenue a toi et aux tiens à l’Arene ! »

Je me détache pour lui ouvrir la marche.

« Si tu veux bien me suivre, je vais te conduire au lieu du repas, je me suis permis de réserver la loge d’a coté pour ton escorte. Normalement les armes ne sont pas acceptées, mais en signe de confiance et en gage de ces liens fort qui ne feront que croitre entre nos camps, je ferais une exception. Si toutefois vous pouviez avoir la gentillesse et la délicatesse de ne pas en user à l’intérieur du bâtiment. Bon, ceci étant dit, Logan tu m’as caché que tu étais de la famille de notre Robin !! Si j’avais su ! Tu dois être sacrement fier de lui ! Qu’il ne combatte pas ce soir pour etre avec toi va faire des déçus. Oh, j’oubliais, sa femme se sentait mal, elle ne pourra pas se joindre a votre repas, j’espère que tu ne seras pas trop déçu ? Tu as déjà rencontré Joséphine ?  »

_________________


Dean Caulfield Arene
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6695
Points : 7850
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Modern Family   Mar 24 Juil - 19:30
Dire que cette rencontre n’enchantait pas Logan serait probablement l’euphémisme de l’année. Depuis la veille jusqu’au moment où lui et les personnes qu’il avait choisi d’emmener entrèrent dans l'arène, il se demandait même encore ce qui lui avait pris d’accepter cette invitation. Venir à l’arène, bien sûr, pouvait trouver une justification dans le fait qu’il soit plus ou moins une personne importante dans ce qu’il restait de Détroit. En tant que leader de Fort Hope, il se devait d’entretenir quelques relations diplomatique avec les autres groupes de la ville. Mais rencontrer Joshua dans cet endroit, où il mettait les pieds pour la première fois et où, visiblement, tout le monde le prenait pour un vieux papy inoffensif… Il n’arrivait pas encore très bien à se l’expliquer. Sans doute le désespoir de retrouver un jour son fils pesait-il grandement dans la balance de ses mauvaises décisions. Car il s’agissait bien d’une mauvaise décision. Il en fut convaincu à l’instant où Dean Caulfield vint les accueillir à l’entrée. “Dean.” fut le seul salut plus ou moins - surtout moins que plus - chaleureux auquel eut droit l’ancien acteur. Malgré tout, Logan le suivit dans le dédale des couloirs de l’arène, non sans zyeuter allégrement les lieux au passage. Quitte à passer une mauvaise journée, autant qu’il en tire quelque chose à la fin, n’est-ce pas ?

Dean était un bavard. Du genre vraiment bavard. Et à vrai dire, Logan ne l’écouta pas vraiment. Il y avait beaucoup trop de choses à suivre et il n’était pas certain d’être passionné pour autant. Il ne reporta son attention sur l’acteur que lorsque celui-ci se décida à se taire. Et peut-être, aussi, après qu’Alex lui ait donné un coup de coude dans les côtés pour attirer son attention. La jeune femme feignit une toux pour répéter à son meilleur ami quelle question lui avait été posée en dernier. “Oui…” souffla-t-il avant de se racler la gorge à son tour. “Oui, je connais Joséphine. Où sont Isha et Joshua ?” s’enquit-il sans réelle politesse. Il n’était pas vraiment venu ici pour faire la conversation avec ce type, après tout. Un autre coup dans le ventre lui fit remarquer son erreur. “Je veux dire Robin. Où sont Robin et Joshua ? On est censé passer la soirée avec eux, non ?” Peut-être qu’il aurait dû être plus attentif à ce que racontait Dean depuis cinq minutes, en fait. Enfin, pas la faute de Logan si ce type lui sortait par les yeux. Il aurait vraiment voulu l’apprécier, mais… Eh bien, n’importe qui essayant de se taper sa soeur terminait forcément au rang de parasite. Il ne voyait rien de mal à ça.

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
avatar
Messages : 954
Points : 2066
Date d'inscription : 28/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Modern Family   Mer 25 Juil - 12:22
Fermeté, minimalisme verbale, tout dans l’attitude, Je reste admiratif devant son futur beau-frère. Ca a quelque chose de classe avec cette escorte un peu comme le type de Game of Bones, celui qui se baladait à cheval presque a poils, pour booster l’audimat, pendant toute une saison, avant qu’il ne meurt comme un étron de dromadaire atteint de gastro, mais ca c’est un détail. En y réfléchissant bien, on a tous fait beaucoup de truc a poils dans cette série. A croire que les prix des locations de costumes avaient drastiquement augmentés. Pour exemple, mon personnage, a part coucher avec son frère, a quand même, en tenu d’Eve ou d’Adam, enfin, tout nu quoi, essayé de tuer un enfant et augmenté au passage le nombre de fan paraplégiques pour cette série, fait un régicide, tuer des gens et sauver une femme déguisée en homme (elle, elle était trop moche pour avoir le droit de quitter l’amure.) les fans ont dû être déçus de la fin prématurée de cette série a rallonge pour cause d’apocalypse. Mais bref, je ne me laisse par déstabiliser par le manque de parole de mon invité. J’imagine qu’il est plus dans l’émottions de ses retrouvailles avec les siens qu’a autre chose.

Je confirme, droit au but. Au lit ça doit pas duré dix ans avec lui et les préliminaire doivent être en option. Ça le rend quand même sexy ce petit coté rustre. C’est fou comme il ne ressemble pas a Alix qui elle, aime bien prendre son temps et discuter de tout. A choisir, je reste sur la sœur Carter.

« J’ai fait envoyer des gens pour les chercher dès que tu es arrivé. J’espère juste que Robin va réussir a se décoller de sa Joséphine. Au moins il est facile à trouver quand il ne combat pas c’est qu’il est avec elle. Si vous parlez de mariage pendant le repas, je compte sur toi pour leur rappeler que je serais très vexé qu’ils l’organisent sans moi. »

Après tout, je suis quand même un showrunner et puis, j’ai tellement joué de rôle de marié, de prête, de pasteur et j’en passe que ça serait un comble que je ne sois pas dans la confidence et dans la préparation. Mais bon, revenons a nos moutons. J’avance d’un bon pas, saluant ceux que nous croisons et faisant des gestes rassurant aux Vestales intriguées par cette délégation un poil martial.

« J’ai fait préparer la loge VIP pour vous trois, vous aurez une vue imprenable sur la lice, ce soir on refait la chute de Troie, un classique. J’espère que Tobby ne faisait pas partie des gens que tu voulais voir, je ne pouvais pas priver le publique des deux en même temps. D’ailleurs est ce que ça te ferait plaisir après de rencontrer son coach, Miss Malou ? C’est grâce a elle qu’il a ce niveau aujourd’hui. »

J’ai quand même du mal à comprendre ce sosie de Jason dans son attitude. J’ai qu’a moitié l’impression qu’il ne m’écoute pas. On dirait Robin en fait.

« D’ailleurs, je n’ai pas bien compris quel était ton lien de parenté avec Robin, mais je crois que vous ne pouvez pas vous reniez tous les deux, c’est fou comme j’ai l’impression de lui parler quand je suis avec toi. Tu serais plus jeune je vous penserais frère. »

En espérant que Logan n’ait pas les mêmes soucis de déficience mentale que le petit Cornwell. Je suis quand même bien curieux de connaitre l’ascendance exacte de Logan avec mon champion.  Nous arrivons dans les hauteurs des gradins sans avoir eu à traverser le publique déjà captivé par l’ouverture des jeux. Il faut vraiment que l’on fasse construire une spina et que l’on trouve des chevaux. J’ai adoré jouer dans Benne l’urne. Une course de char pourrait donner du renouveau et du punch au show.

Je sens quand même mes invités, enfin, ceux des Cornwell, un peu intrigués par la découverte du lieu lors des saturnales.  Jésus ouvre avec cérémonie les porte de la loge Vip, exquisement préparées pour ses retrouvailles familiales, puis celle adjacente que nous gardons pour nos clients privilégiés lors des transactions commerciales. Elle est plus spacieuse, mais moins centrée et moi cosy.

« J’ai demandé a ce que l’on vu prépare des agapes et des rafraîchissements, même si nous ne sommes pas dans une visite diplomatique officielle, je pense qu’il faut marquer le coup. »

Je les vois se regarder mais suis interrompu par un des garçons de course.

« Boss ! Boss ! Y’a Martin qui dit qu’il veut pas faire Achille. »

Je m’excuse auprès de mes invités un peu agacés par cette interruption.

« Et pourquoi là, a quelques minutes du show il ne veut plus faire Achille ?
-Il dit que c’est trop naze comme rôle. »

Je me passe la main sur le visage et prends le temps de respirer. Les nouvelles recrues auront ma peau et seront responsables de mes cheveux blancs !!! Faire remplacer Robin est un pari que je sens de moins en moins. C’est avec patience que je lui demande :

« Tu lui as expliqué l’histoire ?
-Heu ben non… mais il dit que mourir avec une flèche dans le pied c’est pourri et il voit pas pourquoi Achille il boude pendant les combats. »


Je sens que mes stages de gestion de la colère sont d’un grand secours.

« Et bien explique lui qu’Achille est le héros, alors il boude s’il veut, lui, et que la chute de Troie, c’est une tragédie, alors les héros meurs. Précise-lui, aussi et précises qu’il y a bien pire comme sortie qu’une flèche dans le pied. Demande a Miss Malou de prendre les choses en main si cela ne suffit pas. Mais surtout ne va pas déranger Sam pour ça ? D’accord…  »

Le temps que je regarde partir le messager, les discutions se sont achever au sein de la team Fort Hope et visiblement Logan est entrée dans la loge VIP avec une charmante compagne. Ai-je la chance de découvrir un petit secret de mon beau-frère ? D'un geste, j'envoie Moise préparer un couvert supplémentaire.

Avec galanterie, j’aide la dame à s’assoir avant de prendre sa main pour y faire un baise main dans les règles de l’art.

« Pardonnez mon incorrection Madame, si j’avais su que j’étais en présence de Madame Carter, je ne me serais pas montré aussi grossier lors de votre accueil. Voudriez-vous du vin en attendant votre famille ?»

_________________


Dean Caulfield Arene
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6695
Points : 7850
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Modern Family   Ven 27 Juil - 10:57
Parler de mariage ?? Logan lança un regard perplexe à l’acteur qui vivait définitivement dans un monde différent du sien. Ou peut-être que cette nouvelle version de Robin n’avait plus grand chose à voir avec celle des Punishers, qui sait ? Une chose était cependant certaine, Logan ne voulait pas le savoir. Il voulait retrouver Isha, son fils, pas une version quelconque de Robin. Il se permit tout de même de rester lui-même et de ne pas aller au-delà d’un regard pour répondre à l’acteur. Déjà qu’il avait réussi à l’écouter jusqu’au bout, cette fois, il ne fallait pas pousser ! Et malgré sa bonne résolution d’économiser ses mots comme s’ils étaient une denrée rare, Dean parvint encore le miracle de lui en arracher quelques uns, presque contre son gré. “Alexandra reste avec moi.” Ce n’était ni une question, ni une demande, ni tout à fait un ordre, mais seulement une sorte de fait immuable et ça n’était certainement pas l’acteur qui parviendrait à changer cela. D’ailleurs, quoique les autres accompagnateurs de Logan se plièrent sans mal en rejoignant la seconde loge, la jeune femme elle s’engouffra avec lui dans la loge VIP. Le regard de Logan s’égara un moment sur le stade qui s’étalait sous ses yeux et une fois encore, il ne sut pas comment agir autrement qu’en étant totalement perplexe. Il ne comprenait pas bien l’intérêt d’un tel endroit, ni pourquoi les gens semblaient apprécier et encore moins comment Dean pouvait s’en sortir avec une pareille idée. Peut-être que l’homme était plus intelligent qu’il ne le laissait croire, finalement… Son attention fut de nouveau tournée vers l’acteur qui lui proposait de rencontrer la coach d’Isha et ses sourcils se froncèrent immédiatement. “Pourquoi pas, on verra comment se déroule la rencontre, déjà.” Il ne jurait pas qu’il pourrait sortir d’ici en un seul morceau après avoir passé ne serait-ce que cinq minutes enfermé dans la même pièce que Joshua. Ni qu’il ait réellement envie d’en savoir plus sur cet endroit et la vie qu’y menait Isha. “J’suis juste… un ami de la famille.” grogna-t-il à la question qui suivit. Ça lui arrachait un peu la bouche de minimiser ainsi son rôle dans la vie du gosse, mais que pouvait-il faire d’autre ? Certains secrets se devaient de rester dans la famille et le fait que Dean tente de se taper sa soeur ne faisait pas de lui un membre du clan Carter. Ou du moins Logan s’efforçait-il d’agir comme si ça ne suffisait pas pour le moment.

Il reporta son regard sur le stade et essaya encore de comprendre, se détachant totalement de la conversation qui avait lieu dans son dos. Un autre type était entré dans la loge, mais Logan n’écoutait pas vraiment ce qui se disait entre l’inconnu et son chef, bien trop passionné par l’incroyable installation qui avait été faite de cet endroit. Il observa les gradins se remplir un peu, assez étonné de voir le public se presser réellement pour voir des gens faire semblant de se battre entre eux. Il regarda les acteurs en costume s’affairer en bas pour préparer leur petite représentation. Il n’arrivait pas à comprendre, vraiment pas. “Je ne suis pas Madame Carter.” La douce voix glaciale d’Alexandra le ramena à la réalité et il se retourna pour la regarder toiser Dean d’un air sombre. Un sourire lui échappa malgré lui au ton offusqué de sa meilleure amie. “T’es pas obligé de dire ça comme si c’était le truc le plus dégueu qu’on t’ait jamais dit…” souffla-t-il, amusé. “J’crois me souvenir que t’étais moins prompte à me renier, à une époque.” La jeune femme leva son regard noir vers lui et il se força à ravaler son sourire immédiatement et à se détourner plus vite encore. “On va se contenter de l’eau qu’on a pris avec nous, merci. On ne voudrait pas abuser de vos ressources.” lâcha-t-il à Dean en mettant autant de conviction et de gentillesse possible dans sa voix. “Et on va attendre sagement Joshua et Robin ici, tu peux aller… régler les problèmes de tes acteurs, t’en fais pas pour nous.”

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
avatar
Messages : 5194
Points : 6382
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Modern Family   Dim 29 Juil - 14:57
Putain, je suis plus nerveux que si j’allais à un combat mal préparé devant plein de monde et avec une armure minimaliste. Ouai j’aurais pu dire comme si j’allais à un rencard, sauf que je n’ai aucune idée du stress d’un rencard car si j’en ai déjà eu, je m’en souviens plus. Et je suis pas sur que ma méthode de drague de Joséphine en la faisant passer par la case esclave compte vraiment.

J’étais pas bien après avoir rencontrer Logan, mais dans le genre vraiment pas bien. Pourquoi ? C’est une excellente question. Le trop plein d’infos, d’émotions et j’en sais foutrement rien en fait. Tout ce que je sais c’est que j’ai pas été bien et qu’en rentrant je me suis mal comporté vis-à-vis de ma femme. J’ai freiné avant de la brutaliser, heureusement, mais cette situation me fait peur, presque autant que ce virage que j’ai moi-même provoquer. J’ai besoin de Joséphine. Dans ce bordel c’est a elle que j’ai choisi de m’accrocher et c’est la seule qui arrive a me rassurer.

Je sais que je vis dans un mensonge. Sauf que je sens aussi que ce qu’il y a derrière me ronge déjà et j’ai peur d’être anéanti devant la vérité brute. Ce soir c’est tout autant une confrontation que l’espoir d’un happy end a une tragédie Grecque. Je sais pas si vous vous en êtes déjà cognée, mais y’a rien a faire, les Grecs s’étaient pas des marrants, c’est l’hécatombe a chaque fois a la fin, et souvent pour des raisons vraiment connes. Genre, t'aime pas ton frangin, mais style te le déteste, ton oncle dit que si on l'enterre on se fait crever... alors pourquoi la gonzesse, cette avec le nom a la con, anticalcaire ou antidrone, pourquoi qu'elle est allé l'enterrer? Je veux dire, elle avait un mec, elle encaissait pas son connard de frère. Alors c'est debile de crever pour ça? Et me faites pas votre Dean en me disant que c'etait qu'elle voulait mourir, ca a aucun sens, elle pouvait se butter autrement sans faire chier tout le monde là. Et je cite cette tragédie là parce que c'est la derniere qu'on nous a fait lire, mais je vous jure que dans la série, y'en a pas une de leur histoire qui est moins illogique que les autres.

Je m’égare. Je suis tellement nerveux depuis hier. En fait non, depuis que je suis rentré mais c’est pire depuis hier. Déjà je peux avouer que d’annoncer l’invitation a mon vieux, ça ma donner la diarrhée. Si on oublie son malaise et sa crise de panique, on peut dire que ça s’est bien passé. A peut prêt. Des fois je ne sais pas si c’est moi qui délire à avoir peur de lui ou si Logan Carter a raison et que ca risque de me peter au nez n’importe quand. Je continue quand même a espérer que ce soir on va tous tout mettre a plat et que ca va aller mieux.

Depuis ce matin, ceux qui se sont entrainés avec moi ont pris cher et j’ai jamais eu autant besoin de me défouler. Par contre, ce soir, coup de théâtre. A peine avant qu’on me dise que Logan était en train d’arriver et que je devais aller chercher mon daron, on ajoute que Joséphine ne se sent pas bien et qu’elle ne saura pas là. Oulalalala oulalal oulalala. Outre le fait que je le sens pas d’y aller sans elle, l’idée qu’elle soit malade, peut être gravement, fait que je ne pars pas dans le bon sens. Ouai je suis un mec zen qui ne pars pas en vrille des qu’il peut potentiellement arriver un truc a ma femme.

Je m’en fous de l’autre qui braille d’aller a loge VIP, c’est quoi déjà son nom, Jacky ? Je prend même pas le temps de lui montrer mon majeur, je cours presque a l’infirmerie pour tomber… bah nez a nez avec Joséphine qui semble aller très bien et même être prête pour le diner.  C’est quand même très inquiet que je vais vers elle et pose ma main sur son front, parfaitement tiède comme il faut.

« Comment tu te sens ? On vient de me dire que tu étais souffrante… et Logan est là… je… ca va ? »

Une façon condensée de lui dire que je l’aime, que je suis inquiet pour elle et que j’ai trop besoin qu’elle soit la ce soir, mais a ma façon. Heureusement qu’elle me comprend depuis le temps. Là j’ai quand même l’impression d’être un gosse de 10 ans le jour de la rentrée. Je peux faire le fier, je me sens tout petit et je flippe d’y aller tout seul. Je reste a lui sourire genre « c’est pas grave si tu as plus envie d’y aller » sauf que c’est pas tout a fait ce que je pense. Depuis qu’elle est entrée dans ma vie, c’est devenu plus qu’une bouée de sauvetage, c’est le piller sur lequel tout ce que je suis ou presque repose, et sans elle, j’ai vraiment peur de me viander.

Avant qu’elle ne réponde y’a Jacky et son pote qui se ramènent essoufflés.

« Bordel Robin !!! Le boss a dit tu viens maintenant, alors qu’est ce que tu foues !
-Je passe chercher ma femme, d’ailleurs, je sais pas d’où que vous tirer vos conneries comme quoi elle est malade ! Pour le coup, je ne vous pas merci Jacky et Michel ! »

Les deux lèvent les yeux au ciel. C’est bien Michel le pote de Jacky ou c’est Robert… j’ai un vieux doute. Et puis merde, on s’en fout. Je passe ma main dans celle de Joséphine et l’interroge du regard pour savoir si elle est prête.

_________________
❝I'm a survivor ❞
    Isha Cornwell


Spoiler:
 
avatar
Messages : 207
Points : 863
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Modern Family   Mar 31 Juil - 15:28
Le Renard avait dû refreiner sa colère lorsque le chiard lui avait confirmé avoir vu Carter dans son dos, malgré tout ce qu’il avait pu lui dire et ses ordres. Il avait eu du mal a contenir son envie de le punir comme il se devait pour ce qu’il voyait comme une bravade proche de la rébellion. La rage qui bouillait au font de son ventre était acide et aigre et ne demandait qu’a se rependre sur d’innocentes victimes, si tant est que des innocents puissent encore exister de nos jours. Il avait réussi à être juste froid avec celui qui aurait mérité d’être noyé dans sa connerie tant elle était épaisse et grasse. Faisant passer cela pour des inquiétudes tout à fait légitimes d’un père aimant, il avait réussi a maintenir le masque d’un gentil papa juste terrifié à l’idée qu’il puisse arriver quelque chose a son fils adoré. Car là était toute la force du Renard, bien qu’il n’éprouvât guère de sentiment d’empathie positif vis-à-vis d’autrui, il savait parfaitement les singer et utiliser ceux des autres. Il avait mis peu de temps à comprendre les moteurs du corniaud qui partageait son sang : besoin d’amour paternel, de reconnaissance, de famille rassurante et toutes ces idioties diablement ennuyeuses et écœurantes. A partir de là, il était aisé de manipuler le gosse, enfin, dans une certaine limite puisque sa bêtise et son incapacité à obéir perduraient depuis la grossesse de sa mère, ou déjà, il avait eu le mauvais gout de s’accrocher malgré les consommations de drogue et d’alcool d’Isi. Déjà, donc, passablement énervé d’apprendre cette rencontre, il n’était pas au bout de ses peines. Isha avait réussi à mettre la barre de la stupidité encore un cran au-dessus. Non content d’avoir été voir l’autre furieux à barbe, il c’était dit que cela serait chouette de l’inviter à diner et, pour couronner tout, Carter, qui en tient une couche aussi épaisse que le gosse s’etait, visiblement, dit « trop chouette j’arrive ». Cette fois ci, Joshua avait dû simuler un malaise pour ne pas juste crever les yeux de son fils avant de lui enfoncer dans la gorge. Il savait qu’il était con, d’ailleurs, ce n’était un secret pour personne ici, mais a ce point-là. Logan qui massacre sa famille, les traque, le torture… détails de l’histoire visiblement pour ce balourds niaiseux et fini à la pisse d’âne qu’il était obligé de supporter. La trêve était donc sur le point de se finir et Carter pensait mener la danse en venant sur SON territoire a lui. Joshua s’offusquait de cette provocation et des idées affreuses ne cessaient de germer dans son crane sur le meilleur moyen de faire payer cet affront. Le Bémol était qu’il avait besoin de Robin, la version made in Punishers, et pas de Isha le chiot enamouré. Pour le moment, il aurait donné cher pour pouvoir torturer Bruce et découvrir comment il avait réussi à obtenir Robin. Même s’il avait compris que Joséphine, comme Avalohn avant elle, avait un rôle à jouer, il avait un gros doute quant à comment l’utiliser.

Néanmoins sa colère finit par s’estomper au fils des jours. Après tous, les meilleurs joueurs de poker étaient ceux qui arrivaient à s’adapter et à faire des imprévus une force. Finalement, cette rencontre pouvait être une très bonne chose. A cette pensée il ne pouvait jamais contenir d’un rire mauvais en envisageant la multitude de possibilités qui s’offraient à lui, toutes plus séduisantes les unes que les autres. Par ailleurs, le Renard était un joueur dans l’âme, il n’allait pas se soustraire à une partie qui s’annonçait intéressante. Cela ne l’empêcha pas de prendre des précautions. Il avait simulé a la perfection un état de santé fébrile, depuis le choc de la nouvelle, prenant plaisir à faire culpabiliser Cornichon. Il avait soigneusement négocié avec les sbires de Sam un œil attentif au cas ou Carter se montrerait encore plus abruti qu’à l’accoutumé, sa matraque avait été habilement travestie dans une canne de vieillesse et il s’était assuré que Joséphine ne soit pas dans ses pattes ce soir. Un peu de laxatif dans son dernier repas devrait lui assurer une paix relative. Il la tenait en laisse mais il était persuadé qu’elle avait eu un rôle dans ses retrouvailles indésirables entre Carter et Cornichon. Peut-être devrait il découper un autre morceau d’Aaron pour lui couper l’envie de recommencer. Elle n’avait pas été la seule à faire les frais du laxatif, qu’il avait eu du mal a trouver et surtout a doser pour l’autre gaillards, Martin. Au moins, il était sûr de pouvoir se débarrasser d’Isha en cours de route. C’est donc en claudiquant avec toute l’attitude d’un modeste vieux monsieur affaibli et apeuré qu’il alla vers la loge VIP quand on lui fit savoir que la délégation de Carter était présente. Il ne savait pas trop s’il devait être flatté que Logan ait déplacé tout son petit troupeau armé ou agacé que Dean n’est pas jugé bon de les désarmer. Il n’y en avait pas un pour remonter l’autre ici. Sam aurait de l’abandonner son frère pour le bien de tous. Il repéra tout de suite la maman de Peter dans la pièce et sentit le tête à tête « franc et sincère » avec Carter compromis. Dean était avec eux, Robin en retard, pour changer…  Il frappa humblement a la porte ouverte pour signaler sa présence. « Bonsoir jeunes gens, je vais peut être attendre mon fils a la porte pour ne pas vous déranger. » Il ravala son vomi devant cette entrée gentillette avec un sourire un peu effrayé d’un vieux intimidé. Il n’eut pas besoin d’écouter Dean pour comprendre que le fardeau de Sam était en train de se tâter pour rester avec eux. Le Renard se pensait être un saint de patience pour endurer ce supplice sans concrétiser son fantasme de tout leur arracher lentement le visage a coup de quenouille. Il garda son calme angélique d’homme tranquille et n’hésita pas sur les mots a employer pour s’assurer un peu de tranquillité sans la starlette blonde : « Au fait Dean, je viens de croiser Declan, a priori, si Robin ne vient pas faire la bataille d’Achille avec lui il refuse de faire Hector. » Joshua eut le plaisir de voir Dean blêmir et hésiter. « Tu devrais y aller, je suis sur qu'ici tout va bien se passer en attendant Robin, nous sommes entre gens de bonne intelligence, Monsieur Carter et ses amis, comme moi-même, ne feront rien pour mettre a mal la bonne entente entre nos camps. N’est ce pas Monsieur Carter ? » Bonne intelligence, ce n’était pas sur, mais ce qu’il l’était c’est que même un type comme Carter devait se douter que de le tuer ici ne serait pas sans conséquence. Et connaissant monsieur sauveur de l’univers, il ne prendrait pas le risque de faire tuer ses toutous pour un coup de tête. Au moins cela fonctionna pour que Dean parte a bon pas gérer les coulisses de la guerre de Troie. Le Renard reporta son attention sur le barbu, cela fait un certain temps qu'ils n'avaient pas eu de face a face. Il resta en mode intimidé, du moins en façade, comme s'il n'osait pas déranger ou prendre place.



HRP:
 

_________________
Administrateur
Joey DesrosiersAdministrateur
avatar
Messages : 827
Points : 2098
Date d'inscription : 18/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Modern Family   Mar 31 Juil - 21:48
Assise, jambes croisées sur son bureau, Joséphine essayait de s’y retrouver dans toutes les notes qu’elle avait prises, depuis que Dean avait eu la bonne idée de faire d’elle l’infirmière de l’arène. Ce n’était sans doute pas la priorité de la journée, mais en l’absence de patients à soigner, il fallait bien qu’elle s’occupe pour éloigner ses pensées du sujet qui revenait toujours en boucle dans son esprit : le repas du soir. La jeune femme avait eu beau retourner ça dans sa tête des centaines de fois, elle ne parvenait toujours pas à voir en quoi une rencontre entre Logan et Joshua, et Isha au milieu, pourrait être une bonne chose, et elle voyait sans peine les tas de trucs qui pourraient mal se passer pendant le dîner. Et connaissant les protagonistes, dans toutes les versions qui germaient dans l’esprit de Joey, cela se finissait en bain de sang. La brune avait beau essayer d’éloigner ces images sordides de son esprit, ou de penser à autre chose, elle ne pouvait ignorer la boule qui nouait son estomac, au point qu’elle n’avait rien réussi à avaler de la journée. Le plat apporté des heures plus tôt avait trainé, intact, sur sa table d’auscultation pendant un bon moment, et puisqu’elle se refusait au moindre gâchis, elle avait fini par l’offrir à un gladiateur venu se faire soigner un peu plus tôt dans la journée.

Depuis cette visite, qui avait été la dernière de la journée, elle avait plongé le nez dans ses papiers, espérant tromper son esprit. Dans des pseudo-dossiers qui ne ressemblaient pas à grand-chose, elle tâchait de répertorier les noms des gladiateurs qui vivaient ici, et les quelques détails médicaux dont ils se souvenaient, ou qu’elle avait pu constater par elle-même. C’était dire, vraiment, vraiment peu d’informations. Son index était en train de parcourir les lignes de l’une de ses feuilles quand la porte s’ouvrit sur un Isha manifestement…inquiet. Joey l’observa se rapprocher d’elle sans un mot, non sans pouvoir empêcher ses sourcils, légèrement froncés, de se froncer davantage quand il posa sa main sur son front, à la recherche d’une fièvre totalement imaginaire. Elle ignorait qui lui avait dit qu’elle était souffrante, mais il semblait inutile de préciser que les informations étaient exagérées, puisque la jeune femme se sentait parfaitement bien. Elle attrapa d’ailleurs la main du brun, toujours sur son front, pour la rabaisser, et lui répondre d’un haussement d’épaules vague. Elle ne quitta pas ses yeux pendant quelques secondes, y cherchant ce que le jeune homme ne lui disait manifestement pas. Et elle devina sans peine qu’une certaine forme de stress devait s’être emparée de lui. Joey lui adressa donc un sourire rassurant, au moment-même où deux sbires de l’arène entraient précipitamment dans l’infirmerie, alors que les traits de la jeune femme se durcissait. « -Sortez de mon infirmerie ! » Ils semblèrent hésitants, puis finirent par rappeler à Isha ses obligations, alors qu’il leur répondait déjà du tac au tac.

La main du jeune gladiateur se retrouva dans celle de Joséphine, alors qu’en prenant une petite inspiration, elle descendit de son bureau, et quitta, bien à contrecœur, l’infirmerie. Elle ralentit volontairement l’allure, trainant le pas, parce que la perspective de passer la soirée avec les deux pères d’Isha, le père de cœur, et celui qui ne faisait que partager son sang avec le brun, ne l’enchantait pas vraiment. A vrai dire, si elle était là ce soir, c’était simplement parce qu’il le lui avait demandé, avec cet air suppliant qu’il adoptait parfois, et qu’elle ne s’était pas sentie de lui dire non, pas après l’état dans lequel il lui était revenu après sa précédente rencontre avec Logan. Mais au fond, elle n’en menait pas large, et redoutait même peut-être un peu cette soirée, sans même savoir précisément pourquoi. Un vieux ressenti inexplicable, qui ne la quittait plus depuis qu’Isha lui avait demandé de l’accompagner, et qui s’était accentué au fil des jours.

La brune eut beau traîner autant que possible, ils ne tardèrent pas à arriver à destination, alors que Dean venait dans leur sens, puis leur expliquait qu’il devait aller gérer elle ne savait quel problème de show, qui lui passait bien au-dessus de la tête. Elle le salua malgré tout, et ils poursuivirent leur chemin, pour tomber sur un Joshua au top de son art, voûté sur une canne, qui devait aider le prétendu vieillard à bout de forces qu’il était à tenir debout. Joséphine lui lança un regard dégoûté, le sentiment qu’il lui inspirait le plus, avant de détourner la tête en passant à ses côtés. Elle entra la première dans la loge, Isha sur les talons, son regard noisette observant les lieux, et se posant bientôt sur la silhouette massive de Logan. Elle lui adressa un léger signe de tête, avant de poser son regard sur la jeune femme qui l’accompagnait. « -Bonsoir. » lâcha-t-elle simplement, pas certaine de ce qu’elle devait dire, ou même faire. A vrai dire, Joey était persuadée qu’elle ne parlerait pas beaucoup au cours de la soirée. Elle se contenterait sans doute d’observer, et de soutenir Isha, mais sans faire beaucoup plus. D’ailleurs, elle ne tarda pas à se tourner vers son compagnon, lui indiquant les chaises d’un signe du menton. Et inutile de préciser qu’elle préférait éviter de se retrouver à côté de Cornwell senior.

_________________
Heart sees what's invisible to the eye
She doesn't say "I love you" like a normal person. Instead, she'll laugh, shake her head, give you a little smile, and say, "you're an idiot." If she tells you you're an idiot, you're a lucky man. ♛ by endlesslove.
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6695
Points : 7850
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Modern Family   Mar 7 Aoû - 9:53
Quelques trop longues minutes encore, Logan et Alexandra eurent à supporter les babillages de Dean dans la même dynamique qui les caractérisaient si bien : Logan regardait ailleurs et n’écoutait rien tandis qu’Alex faisait la conversation en lançant des regards meurtriers à son ami. Il paierait cher de l’avoir laissé gérer l’acteur toute seule quand ils rentreraient, mais il était plus que prêt à supporter sa punition si cela lui évitait d’avoir à faire la conversation avec son “beau-frère”. Toute son attention revint tout de même lorsque la porte de la loge s’ouvrit sur un Joshua presque inchangé. À l’exception de la canne qui l’aidait à soutenir son poids, l’air humble sur ses traits et sa voix hésitante de grand-père malade. Les yeux de Logan s’écarquillèrent aussitôt que cette parfaite représentation lui tomba dessus. Il pouvait mépriser Cornwell autant que possible, il devait lui reconnaître un indéniable talent dans l’art de faire semblant. Talent qu’il ne partageait malheureusement pas… Il eut un mal de chien à ne pas s’agacer d’emblée et plus encore à offrir un sourire convaincant à Dean qui hésitait à les laisser seuls à la demande du vieux. “Bien sûr, oui… On se tiendra bien.” parvint-il à souffler sans violence malgré l’envie de plus en plus forte qu’il avait de foncer droit sur son ennemi pour l’égorger. Dean pouvait ressembler à un idiot, même lui aurait du mal à comprendre le geste de Logan si une telle chose arrivait. Et se faire de nouveaux ennemis n’étaient pas dans les projets de Fort Hope pour le moment. Surtout pas avec l’arrivée des militaires à Détroit. S’il avait besoin d’alliés d’ici quelques semaines, mieux valait éviter un incident diplomatique de taille.

Aussi Logan attendit-il sagement que Dean ne quitte la pièce. Un silence gênant s’installa et pendant un court instant, le barbu fut profondément soulagé de voir que Cornwell préférait rester dehors en attendant le reste des invités. Cela laissait cependant deviner que le moment qu’ils allaient passer serait plus désagréable que Logan ne l’avait envisagé. Il aurait peut-être préféré pouvoir faire un scandale et égorger Joshua, en fait. Il fut d’autant plus soulagé quand Joey et Isha arrivèrent enfin, quoi qu’aucun mot ne parvint à sortir de sa gorge nouée et qu’il se contenta d’un signe de tête pour les saluer. Après quoi il parvint admirablement à s’installer sur une chaise à côté d’Alex sans créer d’incident. Et le silence fut de nouveau là, lourd et inconfortable. Ses deux mains posées devant lui sur la table, l’homme pressait ses doigts les uns contre les autres en observant durement le vieil homme au top de son art. Comment était-il censé engager la conversation et prendre sa part dans cette mascarade, exactement ? C’était une chose à laquelle il regrettait de ne pas avoir pensé avant. Au moment d’accepter cette invitation, par exemple. Ou ne serait-ce qu’avant de se présenter…

“Alors…” souffla-t-il avec précautions, détachant difficilement les yeux de Joshua pour les poser sur son fils. “J’imagine que t’as raconté à ton pauvre vieux papa ce qu’on s’est dit la dernière fois ?” s’enquit-il et, malgré ses efforts, peut-être y avait-il encore un peu trop de ressentiment dans sa voix. Mais au moins luttait-il sérieusement pour rester à sa place et pour ne pas laisser échapper la moindre menace directe. Il fallait prendre cela pour une victoire…

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
avatar
Messages : 5194
Points : 6382
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Modern Family   Mer 8 Aoû - 23:19
Tout est super. Une chanson Lego hyper chiante qui avait le don de rester dans la tête et de sous-entendre que c’était le caca a mes oreilles. Parce que là, je peux vous jurer que tout n’est pas super. Loin de là. Franchement, a poils dans des douches collectives avec une toute équipe de mecs qui préfèreraient mon cul à ma gueule alors que ma savonnette viendrait de tomber serait une situation zen a coté de la chappe de tension qui est sur nous. Je saluts convenablement Logan et la fille qui est avec lui sans trop savoir qui elle est, avant d’aider mon père a s’assoir. Pour le moment j’aurais une courgette dans le cul, je pense que je serais plus détendu.

Le pire c’est que c’est autant mon instinct que des faits réels et explicables qui me rendent comme ça. Heureusement Joséphine est là et, je confesse, le peu que je lui lâche la main, c’est pour mieux la reprendre quelques secondes plus tard. Au moins, grâce a elle, je me sens presque a l’abris de ces putains de crises de paniques que je me bouffe à chaque rencontre avec Logan Carter. Ouai je sais, pour la première impression c’est mort. Après s’il me connait vraiment d’avant, j’imagine que j’étais déjà comme ça.

Je fais attention a Joséphine et m’assois là où elle me dit sans me poser de question. Bon, bah avec de la bouffe j’espère qu’on va se détendre un peu. Surtout que si j’ai bien bité, on va avoir un repas « plus plus » vu que Logan c’est le big boss d’un autre camp et que mon vieux c’est un tribun. J’ai à peine le temps de me rencarder sur le menu auprès d’un Jésus qui me regarde comme le petit arriviste que je suis à une table de resto où il n’a rien à foutre que Logan lance direct les hostilités.

Je me redresse comme un chien de prairie qui vient de voir un danger roder en regardant Logan comme s’il venait de me balancer un moisi pas fini dans la tronche. Oula. Oulalalalala que non je ne lui ai pas tout dis à mon vieux. Il m’a fait un malaise avant la fin et de toute façon, et puis je ne sentais pas trop de tout raconter. Autant ne pas le braquer avant l’heure. La main de Joséphine qui sur la mienne me calme et m’aide a me reprendre. Apres tout, mentir, je sais faire et on a pas besoin d’entrer dans les détails non ?

« Oui, je lui ai expliqué qu’il y avait visiblement un gros malentendu entre vous deux et du coup nous trois. »

Je me tourne vers mon père qui me parait presque plus vieux que d’habitude. C’est a cause de moi ça ?

« Père, Logan dit ne jamais avoir voulu me tuer et je le crois. En plus même si je me souviens de quasiment rien, je suis assez sur que je devais pas être un cadeau, du coup… c’est quand même la personne qui s’est occupée de moi a un moment donné non ? Alors je pense qu’il y a eu un gros souci de communication et d’interprétation qui a donné des allures atroces a des accidents malheureux. »


Je trouve que je ne m’en sors pas trop mal vu que parler ce n’est clairement pas mon truc. Ok, c’est possible que j’ai répété mon texte depuis des jours. Et puis, la présence de Joséphine m’aide beaucoup. Je regarde Logan de la même façon que j’ai regardé Joshua.

« Logan, je sais que tu as l’impression que mon père a voulu te faire du mal, mais je pense que tu peux convenir comme moi qu’il n’a pas le profil non ? C’est pas impossible que tu aies confondu avec ue autre personne ? Du coup je trouve que ça serait pas mal de mettre les choses a plat et discuter, je veux dire, y’a pas de raison a être tendus comme on est…»

Je me trouve clair, classe, pas de bafouillis rien… et puis… comme d’hab’, c’est le drame.

« Et puis franchement, même si l’un d’entre vous a essayé de me tuer, vu que je suis toujours là, on peut dire qu’il y a pas mort d’homme… »

Et merde… encore un coup de Bozo le clown. Même moi j’ai le besoin de me couvrir le visage de la paume de la main quelques secondes me sentant trop naze de cette putain de sortie de merde. J’en ai marre de cette putain de malédiction dès que je suis tendu.  Ca aussi j’espère que je le faisais avant sinon je crois que je vais essaye de me suicider dans les entrées qu’on vient de nous servir. J’ose même pas regarder les autres.

_________________
❝I'm a survivor ❞
    Isha Cornwell


Spoiler:
 
avatar
Messages : 207
Points : 863
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Modern Family   Jeu 9 Aoû - 12:23
Rien de tel qu’une bonne soupe a la grimace pour mettre le Renard en appétit. La scène était juste magnifique. Carter qui semblait porter un string trop petit en papier ponce, la mère de Peter qui s’imaginait qu’elle servirait à quelque chose si ça dégénérerait, le chiard qui suintait la culpabilité de tous les pores de sa peau… il aurait fallu un photographe pour immortaliser cela. Il n’y avait qu’un ingrédient imprévu a cette recette d’un diner presque parfait : Joey. «Heureux de voir que tu vas mieux chère belle fille. On te disait au plus mal. J’étais très inquiet comme tu t’en doute.» Il savait très bien qu’elle savait parfaitement tout le mal qu’il pensait d’elle. Elle aurait dû être en train de vider dans les latrines les plus proches au lieu de se donner des grands airs de princesse intouchable. Un jour, il faudra vraiment qu’il la tue cette petite chienne. Le fait que cela soit elle qui tienne la laisse du môme lui laissait penser qu’elle avait plus d’importance qu’elle n’en avait dans l’équation. Pour le moment, certes, elle avait quelques avantages, dont celui d’être certainement la clé au retour du vrai Robin et d’un aiguillage du débile droit vers Fort Hope quand il serait prêt a mordre, mais la question du « comment » restait à creuser.  Ce soir les pensées du Renard étaient plus tournées vers la date de péremption des laxatifs. S’ils ne faisaient plus effet, il ne fallait plus escompter sur une diversion « merdique » de ce cher Martin et cela augurait une soirée plus ennuyeuse qu’il ne l’avait espérée. Cela serait dommage de louper son petit tête a tête avec Carter. Depuis le temps, la moindre des choses aurait été de respecter leur besoin d’intimité.



Heureusement, le Renard avait confiance en ses capacités pour improviser et gagner, comme toujours, à la fin. Il prit tout son temps pour s’installer à table, allant même jusqu’à demander de l’aide à son brave toutou de rejetons. Une façon de montrer à Carter a qui allait la servilité du couillon. Il comptait bien mettre à mal les nerfs de celui qui n’avait jamais, jusqu’à maintenant, brillé ni par sa patience ni par son intelligence. Même si Joshua était coincé dans son rôle pour le reste de la soirée, il saurait bien trouver quelques plaisirs non partagés a cette rencontre si formelle. Carter, comme a son habitude, se lança, sans attendre, dans le cœur du sujet. S’il était comme ça avec sa truie, elle ne devait pas se marrer tous les jours au pieu. Sa façon de le regarder fixement était amusante, on sentait l’ours en cage, un ours dangereux, certes, mais coincé dans sa cage. Joshua resta imperturbable dans son rôle, ne prêtant guerre attention au môme. Il n’avait pas besoin de le connaitre pour savoir qu’il ne lui avait pas tout dit. Isha avait beau être un bon menteur, du moins, en règles générale, il n’arrivait pas la cheville de son maitre. Sa sortie pathétique et formalisée comme si des ovaires lui avaient poussé dans la nuit révulsait le Renard. Comme, d’ailleurs, ce besoin de toujours être avec sa petite trainée ou le fait que, lui-même, soit tenu de garder ce sourire presque attendrie a toutes les conneries qu’il était capable de sortir à la minute. Et dans le genre prolifique, Isha était une véritable carrière. Il se força donc à rire a sa sortie malheureuse en s’imaginant tuer des petits chats pour tenir le coup. « Qu’il est drôle, je ne me lasse pas, et avec son ami Declan c’est un florilège de bonne humeur a toute heure et tous les jours. » Malgré le regard empli de fausse fierté, la bile lui remontait a la gorge rien que de penser à cet affreux bizone de crétins qu’il devait subir. Il se retourna, le plus aimablement du monde, vers le barbu, se demandant si, en fin de compte, il ne devait pas abréger ses propres souffrances en lui rendant le duo dans la minute. « Pour ma part, j’ai confiance dans mon fils, après tout, il est toute ma vie et je ferais n’importe quoi pour lui. J’imagine comme tout bon père se le doit. Se sacrifier et savoir rester à sa place pour le bienêtre de ses enfants, c'est ça d'être un père aimant non? Êtes vous père Monsieur Carter ? » Chaque syllabe avait été articulée avec soin et ses yeux s’étaient perdus dans ceux de l’homme qu’il haïssait le plus au monde. « Si vous l’êtes, vous comprendrez, néanmoins, mon inquiétude, toute légitime, pour mon enfant, il se passe tellement d’horreurs de nos jours, a croire qu’un mot de trop pourrait lui couter tellement de souffrance. Ca me rend peut être paranoïaque. Qu’en pensez-vous de votre côté, MÔnsieur Carter, croyez-vous que nous arriverons à mettre fin à nos querelles dans l’intérêt de tous ? » Tout avait été dit avec le sourire, calmement, comme un petit vieux qui s’inquiétait bel et bien pour son fils, et non un fou dangereux qui menaçait clairement l’imbécile heureux et sa femme. Pourtant il y avait une lueur malsaine qui brillait au fond de ses yeux, celle du fou qu'il avait toujours été.




HRP:
 

_________________
Administrateur
Joey DesrosiersAdministrateur
avatar
Messages : 827
Points : 2098
Date d'inscription : 18/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Modern Family   Ven 17 Aoû - 23:06
Il n’était pas aisé pour Joey de rester totalement stoïque face à ce spectacle ridicule qu’elle avait sous les yeux, du pauvre petit paternel Cornwell, rongé par le temps et rabougri. Elle se mordit l’intérieur de la joue en le voyant quémander l’aide d’Isha pour s’installer, et aussitôt cela fut il fait que le brun s’empara une nouvelle fois de la main de la jeune femme, pour la serrer dans la sienne, source de réconfort. Elle gratifia d’un regard mauvais celui qui avait le culot de l’appeler belle-fille, et de prétendre s’inquiéter de sa santé, alors même qu’il ne manquait jamais une occasion de lui promettre une mort particulièrement lente et douloureuse au moindre faux pas. Ils n’étaient pas assis depuis plus de quelques minutes, que Logan lançait déjà les hostilités. Au moins, elle pouvait lui reconnaître qu’il n’était pas du genre à tourner autour du pot, et c’était là une attitude qu’elle appréciait. Il allait droit au but, et ce n’était pas plus mal. Elle avait un mauvais pressentiment concernant cette soirée, mais cela pouvait tout aussi bien s’expliquer par la simple présence de Joshua, qui la révulsait.

Pourtant, Joséphine prenait sur elle, gardant le silence alors que le gladiateur qui partageait sa vie s’adressait tour à tour à celui qui clamait haut et fort être un père aimant ne voulant que le bonheur et la protection de son fils, et celui qui s’était assuré de son éducation, et avait offert une présence à Isha ces dernières années. Il n’y avait aucun malentendu dans toute cette situation, et la jeune femme ne comprenait toujours pas pourquoi son compagnon se bornait à refuser la situation, et la vérité, telles qu’elles étaient réellement. Joshua était un sociopathe, et l’instinct d’Isha le lui avait soufflé plus d’une fois, même s’il refusait toujours de l’admettre. Elle ne voyait pas comment on pouvait mal interpréter le fait qu’un type accélère dans sa voiture, jusqu’à percuter une autre personne, et la laisser pour morte dans une rue où n’importe quel rôdeur aurait pu passer par là pour achever le travail. Joséphine, elle, voyait bien toutes les raisons du monde d’être tendue, malgré ce qu’affirmait le brun à ses côtés, et elle du se mordre le bout de la langue pour s’empêcher de se mettre toutes à les énumérer une par une.

Elle n’avait toujours pas pris la parole, et il lui était particulièrement difficile de garder son calme face à cette situation. La brune était toujours parfaitement consciente des menaces que Joshua faisait peser sur elle, sur eux même, et puisqu’elle était quasiment certaine qu’Isha ne rentrerait pas à Fort Hope ce soir, et qu’un mot de trop de sa part les exposerait à de sévères représailles. Joshua, lui, restait, si bien que Joey préféra prendre sur elle, bien que cela lui en coûtait énormément, la main du jeune mécanicien qu’elle serrait fort dans la sienne en faisant les frais. Quand ce fut au tour de Joshua de prendre la parole, les doigts de la jeune femme se crispèrent encore davantage sur ceux de son compagnon, alors que chacun des mots prononcés par cette vipère l’écœurait au plus au point. Elle laissa échapper un rictus cynique malgré elle, car elle savait que tout ce qui sortait de sa bouche ingrate n’était que mensonge. Il ne tenait pas à Isha, elle doutait même qu’il ai pu tenir à lui un jour, il ne voyait en son fils qu’un objet, un outil, un moyen de parvenir à ses fins. Et quand il serait devenu trop encombrant, ou qu’il poserait trop de questions, Joséphine ne se faisait aucune illusion sur le sort qui lui serait réservé. Elle espérait simplement que le survivant qui partageait sa vie ouvrirait les yeux avant cette fin funeste, et qu’ils auraient quitté l’arène à ce moment-là.

Malgré elle, Joey releva brusquement la tête vers Joshua quand il eut le culot de demander à Logan s’il avait des enfants, alors que ses dents se serraient les unes contre les autres avec force. Il était bien placé pour le savoir, puisqu’il avait essayé de tuer les deux, avec plus ou moins de succès. Elle n’avait pas demandé de détails à Isha, mais elle se souvenait très bien de ce qu’il avait partagé avec elle lors d’une nuit qu’ils avaient passé ensemble à Fort Hope des mois plus tôt, lui expliquant que le vieux fou s’en était pris à la gamine qu’était Octavia. Le regard envieux de la jeune femme glissa sur le couteau qui se tenait juste à côté de son assiette, alors qu’elle se voyait s’en saisir, et le planter dans l’œil de Joshua. Elle n’avait tué qu’une seule fois, et n’était pas encore bien certaine de s’en être remise, mais elle savait qu’elle pourrait accomplir cette sombre besogne sur Cornwell senior, sans même une hésitation. Mais elle ne pouvait pas. Elle ne le pourrait sans doute jamais, d’ailleurs. Elle n’était pas une meurtrière, et Isha ne lui pardonnerait jamais de tuer celui qu’il s’imagine être le père de l’année. Elle ne se rendit même pas compte que ses doigts se mirent à frôler le manche en métal du couteau, alors même que Joshua renouvelait ses menaces, à peine voilées : marcher dans le rang, ou les conséquences sur Isha seraient terribles. Malgré cela, malgré l’image qui s’imprimait sur sa rétine d’elle, qui bondissait sur son prétendu beau-père pour le poignarder, Joséphine resta parfaitement immobile. Pourtant, l’attaquer serait sans doute le meilleur moyen de faire tomber les masques, et de montrer aux yeux de tous, et surtout de son fils, qu’il était loin d’être un vieillard sans défense. Ses doigts firent peu à peu marche arrière, alors qu’au prix d’un effort incroyable, sa main retrouvait sa place sur l’accoudoir de sa chaise, où elle se trouvait quelques instants plus tôt. Son regard noisette se posa alors sur Logan, celui qui avait été pris à parti par Joshua, et dont elle attendait la réponse avec un certain intérêt.

_________________
Heart sees what's invisible to the eye
She doesn't say "I love you" like a normal person. Instead, she'll laugh, shake her head, give you a little smile, and say, "you're an idiot." If she tells you you're an idiot, you're a lucky man. ♛ by endlesslove.
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6695
Points : 7850
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Modern Family   Jeu 23 Aoû - 9:22
Un gros malentendu, ouais. Logan eut un mal de chien à conserver un air impassible face aux déclarations du gosse. Il savait qu’Isha n’était pas dans son état normal ces temps-ci, mais sérieusement… ça devenait très compliqué de rester calme et ils n’étaient là que depuis quelques minutes. Sans Alex à ses côtés, l’homme aurait certainement dores et déjà explosé. Il s’acharna à se mordre l’intérieur des joues pour ne pas balancer le moindre mot, y compris lorsque le gamin s’adressa directement à lui pour le prendre à partie et lui demander de confirmer que Joshua ne ressemblait en rien à un psychopathe avide de sang. Sérieusement ?? Il dut se tendre un peu trop visiblement, car il sentit presque immédiatement la main d’Alex sur sa jambe, bien à l’abri sous la table pour que personne ne remarque et il s’efforça de se calmer. “C’est bien le même homme que j’ai connu.” lâcha-t-il très sobrement et en serrant les dents, de peur que le moindre mot de trop ne brise complètement ses efforts de conserver la paix dans cet entretien. Il ne savait même pas comment il allait s’en sortir, là et il réalisait tout à coup que d’accepter cette rencontre n’était peut-être pas très malin finalement. Il ne savait pas vraiment ce qu’il avait attendu de toute cette mascarade, mais ça n’incluait certainement pas de devoir sagement discuter avec Joshua comme si de rien était.

Et pourtant, ce fut exactement ce que décida de faire ce vieux taré, prenant la parole pour commenter la blague complètement limite d’Isha avec l’air attendri d’un père. Un vrai père. Logan fronça les sourcils, son regard passant de l’un à l’autre des invités. “Declan est ici ?” s’étonna-t-il, un peu plus tendu encore. Il avait une désagréable impression de déjà-vu, tout à coup, qui le ramenait des mois en arrière à l’époque où tous les survivants de l’hôpital désertaient peu à peu les rangs du Colonel Toledo pour venir trouver refuge auprès de lui. Était-il devenu un tyran à son tour et tout Fort Hope finirait par débarquer ici ? Le moment n’était peut-être pas bien choisi pour discuter de ça et Joshua continua sa comédie en enchaînant avec quelques mots qui eurent au moins le mérite d’attirer immédiatement l’attention de Logan. Il n’avait pas besoin d’être un grand génie pour comprendre la menace dans les mots du père Cornwell. Il le fixa intensément une longue seconde avant de lâcher très lentement : “Je suis père, oui.”

Les menaces déguisées se poursuivirent et Logan regretta plus que jamais de ne pas être aussi talentueux pour manier les mots que ne l’était l’homme assis face à lui. Il réalisa plus durement encore qu’il n’aurait jamais dû être là, qu’il ne saurait jamais joué à ce petit jeu. Il n’était ni subtile, ni patient. Et maintenant ? Tout le monde le regardait en attendant qu’il trouve quelque chose à répondre et la seule chose dont il avait envie était de se jeter à la gorge de Joshua et mettre fin à cette situation pour de bon. “Nous comprenons parfaitement que vous soyez inquiet, monsieur Cornwell. C’est tout naturel.” La voix étrangement douce - quoique froide - d’Alexandra tira Logan de sa rêverie et il tourna brusquement les yeux vers le visage de la jeune femme, parée d’un sourire poli à donner froid dans le dos. “Logan l’est tout autant que vous, à vrai dire. Il y a visiblement eu méprise sur vos intentions, mais vous comprendrez que ça l’a mis dans une situation délicate d’apprendre que l’enfant que les services sociaux lui ont confié des années plus tôt se trouvait avec le père dont l’Etat a jugé bon de lui retirer sa garde. Et même si cet endroit m’a l’air très… intéressant, est-ce réellement un environnement sain pour un jeune homme aussi perturbé que peut l’être Robin ?” demanda-t-elle avec le même ton mielleux qui ne lui allait pas du tout. Logan la regarda en clignant des yeux plusieurs fois et remercia silencieusement le Ciel d’avoir mis cette femme sur sa route. “Nous sommes tous ici avec le désir de faire passer le bien-être de Robin avant tout, n’est-ce pas ? Je suis certaine qu’on peut trouver un arrangement qui conviendra à tout le monde.”

Tout ceci commençait à ressembler sérieusement à une médiation entre deux parents divorcés pour la garde de leur rejeton. Et cela mettait Logan sérieusement mal à l’aise. “Bien sûr, Robin,” elle tourna le regard vers le jeune homme et lui adressa un grand sourire qui arracha une grimace au barbu, “tu n’es plus un enfant maintenant et c’est à toi de décider ce que tu veux faire.” Un regard légèrement accusateur échappa à Logan, mais il se contenta de serrer les dents une fois de plus et de regarder le jeune homme avec l’espoir fou qu’il voudrait tout à coup rentrer à Fort Hope avec eux. Aucune chance, pas vrai ?

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
avatar
Messages : 5194
Points : 6382
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Modern Family   Jeu 23 Aoû - 15:48
J’essaye de sourire à Logan quand il parle de Declan et je m’apprête a lui demander s’il le connait mais c’est sans compter sur le vieux qui aime s'écouter parler et ne supporte pas d’être interrompu. Et je ne suis pas le genre a risquer de braver le père Cornwell pour juste quelques mots. Je demanderais a Logan après s’il connait mon Dédé.

L’ambiance, qui était pas festive de base, rappelons-le, devient hyper lourde, du coup c’est évident que je vais pas tarder a sortir blague de merde une plus grosse que Jésus. Putain c’est moi ou mon vieux est en train menacer Logan en se servant de moi ? Je reste a essayer de pas trop fixer les gens et a pas trop tiquer pour que ca ne soit pas écrit sur ma gueule ce que je pense.

Mon côté rationnel me fait remarquer que je ne comprends jamais rien, que je suis absolument nulle pour tout ce qui se passe en dehors d’un combat ou de mon lit, alors je me fais forcement des films. Mon instinct, lui, me dit tout autre chose. Ce qui devait être un repas tranquille et apaisé ressemble plus à un plongeon dans une fosse a lapins tueurs. Ouai j’avais hésité a penser croco, mais je crois que lapin ca résume plus la flippe que je ressens là.

Ca pourrait être marrant dans un autre contexte, mais, cacher ce que je pense pour survivre me semble tellement familier que j’ai l’impression que ca devait être une routine. Sauf que cette routine, elle était où ? Chez Logan ou chez le vieux ? Alors a ceux qui se foutent de ma gueule parce que la réponse leur parait évidente, je vous rappelle que je n’ai plus mes souvenirs, que je suis paumé et que quand on a peur, on a toujours plus tendance a se raccrocher a ce qu’on connait qu’a sauter dans l’inconnu.

Je serre un peu plus la main de Joséphine qui m’a l’air pale et tendue. D’ailleurs ca fait quelques jours qu’elle est pas en super forme. J’aurais pas dû autant la forcer a venir. Surtout avec les rumeurs qu’elle était malade tantôt. Je passe mon bras autour de sa taille, ouai je m’en branle des convenances, pour la soutenir. Je lui chuchote juste :

« Ca va aller… »

Comme si j'en savais quelque chose de comment ca va aller. Depuis les bouts de souvenirs que je me suis pris dans la gueule, j'ai du mal a voir comment ca peut aller.

C’est moi ou Carter n’est pas loin de l’implosion. Ouai, même moi je le vois. Au poker il doit être facile a plumer. Putain mais comment je peux penser a ça dans un moment pareil. Franchement c’est quoi mon problème ? De la même façon que c’est Joséphine qui me retient souvent, je vois que la nana de Carter pose la main sur son genou. Nombre de fois ou ma femme fait ça pour moi. C’est qu’elle parle bien de la bouche en plus. Sauf que là… j’aime pas trop ce qu’il en sort. Même si la tournure y est, j’ai l’impression d’être un gamin dans un service sociale. P’etre une réminiscence, encore. En fait je crois que j’aimerais bien parler a Logan, mais pas comme ça devant cette table. Là j’ai le sentiment que si je lâche une caisse de travers, tout va exploser. D’ailleurs je ne suis pas trop sur de savoir comment interpréter ses mots « C’est bien le même homme que j’ai connu. »

Je regarde plus vers la fenêtre qui donne sur la lice tout en écoutant vaguement les grands causer. Heu… il se passe quoi en bas ??? Je me redresse pour mieux voir inquiet. Dédé regarde vers nous sans arrêter et là, il est plus dans la chorée, il improvise clairement. D’ailleurs il est pas le seul. C’est quoi ce foutoir ? Je cherche a comprendre ce qui se passe avant que Joséphine me serre la main. Ah… ils attendent une réponse….

« A vrai dire ca me dirait bien d’aller un peu a Fort Hope mais je crois qu’il y a problème en bas tout de suite maintenant. Dédé est dans la merde là…. »


Je montre du doigt la vitre sans savoir que, de un, c’est pas Dédé qui est dans la merde, mais Martin, et de deux, je ne suis pas sur que pour des gens ne connaissant pas la spectacle ca crève les yeux. Jésus vient se coller a la vitre et grogne avant de partir en courant. Je regarde les autres comme si je devais leur expliquer.

« Je sais que je suis pas une flèche en histoire, mais là, la Grèce se fait maraver la gueule dès le début par Troie. Je sais pas ce qu’ils foutent, Achille est déjà a terre. Marcel, ou Machin, enfin, truc là, il fait de la merde là ! »


Si je savais la vérité sur ce que Martin fait actuellement pour de vrai, je pense que ma phrase me ferait marrer.

_________________
❝I'm a survivor ❞
    Isha Cornwell


Spoiler:
 
avatar
Messages : 207
Points : 863
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Modern Family   Ven 24 Aoû - 23:56
Le Renard sourit un peu plus en voyant la mine déconfite de son rival, dans sa tête il comptait les points et, comme toujours, c’est lui qui menait. Mais le butor fut sauvé par son accompagnatrice, la maman de l’handicapé. Elle était parfaite dans son rôle et cela redonna un peu d’espoir à Joshua que cette soirée ne soit pas aussi plate et convenue qu’elle était partie pour l’être. C’est donc avec un intérêt loin d’être fin qu’il prêtera attention a tout le joli discours hypocrite de la femme. Joshua n’était pas un misogyne dans le sens même de la définition, il méprisait tout autant les femmes que les hommes. Au moins, avec les femelles, il pouvait trouver des usages supplémentaires satisfaisants que des hommes ne pouvaient fournir. « Madame Collins, vous me surprenez. Dire que j’allais faire le reproche à Monsieur Carter de ne pas avoir emmener, à votre place, ma bonne amie Maddie Purple. Je reconnais que vous êtes une surprise des plus intéressantes. » Il la regarda avec cet éclat froid dans la pupille, contrastant avec reste de son masque chaleureux. Un prédateur prêt à égorger sa proie ne devait pas avoir un autre regard. « Tout d’abord, je tiens à maintenir qu’il y a eu méprise lorsque les services sociaux sont venus me voler mes fils, alors que j’étais sous le choc et en deuil de mon ainé. Par la suite c’est la pauvreté qui a fait durer cette situation plus que nécessaire. Il ne faut pas confondre pauvreté et cruauté Madame Collins. » Il laissa planer une petite minute de silence, ignorant complétement le comportement de son abruti de fils, plus intéressé par ses copains de bac à sables jouant à la guerre que par la joute plus ou moins subtile des « grands ». « J’imagine que pour me faire la leçon sur le bien-être des enfants, vous devez, vous-même, être une mère attentive à celui de votre fils et prête a tout pour lui. Ça doit être angoissant pour une maman de s’inquiéter jour et nuit pour son enfant depuis sa naissance dans un monde aussi affreux ? Je pense qu’à coté d’un tel modèle de parentalité, les pères, que Monsieur Carter et moi-même sommes, ne peuvent que s’incliner humblement. Quand j’étais séparé de mon Robin, je pense que j’aurais fait n’importe quoi pour qu’un bon samaritain me dise où retrouver mon enfant. » Une fois de plus, le ton était doux, les mots en surface aimables, mais qui connaissait la situation du petit Peter ne pouvait que comprendre tout le mépris du Renard. Il jaugeait le coté sanguin de la jeune femme. « Mais vous avez raison sur une chose, Robin a toujours été particulièrement brillant pour prendre les meilleures décisions pour son propre bien-être. Il n’y a qu’à voir où cela l’a conduit jusqu’à maintenant.» Cette fois, il regarda Carter dans les yeux, après tous, la liste des idées stupides, des choix illogiques, et des actions autodestructrices d’Isha dépassait l’entendement. « Robin, mon petit, que souhaites tu ? »

Le silence tomba sans que le principal intéressé ne semble réagir à autre chose que ce qui se déroulait en bas. Le Renard risqua un œil avant d’entendre la réponse désolante du môme. Finalement les laxatifs faisaient effet et c’était une heureuse diversion a son pathétique « je veux aller a Fort Hope ». Il allait peut-être avoir le droit a son petit tête à tête avec Carter. Au lieu de suivre les évènements qui firent détaler Jésus, il resta confortablement assis, les yeux plongés dans ceux du barbu, avec un sourire malsain aux lèvres. Il mit sa main au bord de la table, de façon a ce que le sauvage puisse la voir mais pas le chiard, puis il commença un décompte muet avec ses doigts. Il connaissait l’arène et ses rouages. Le show était le socle de toute cette petite organisation. Dean ferait tout pour sauver son précieux spectacle. Avec un synchronisme parfait avec son compte a rebours silencieux, la porte s’ouvrit presque à la volée et un des assistants de Dean arriva, tout essoufflé. Le Renard savait déjà ce qu’il allait dire : « Robin, Joséphine, Martin a la chiasse de sa vie ! Ils ont besoin de vous de suite. Joséphine, on te l’amène a l’infirmerie et toi Robin, bouge, il faut mettre son armure tout de suite ! Miss Malou est avec Dean. Ils t'attendent, ca urge » « – un conseil fils, prends plutôt une autre armure ou rince la bien si tu dois reprendre celle de Martin. » A force de rester à écouter les bêtises des deux idiots, il fallait croire que cela avait déteint sur lui. Si dans un premier temps le gosse, bien conditionné a obéir sans réfléchir se leva, il eut l’agaçant reflexe d’hésiter et de regarder un peu trop longuement l’homme a barbe. Le Renard n’était pas un singe à qui on apprenait à faire la grimace. Isha pouvait se penser plus malin, Joshua avait flairé les prémices d’un changement de sens du vent depuis des jours. « Robin, qu’attends-tu, ce n’est pas que l’ordre de ton tribun. Tu ne veux quand même pas que César soit contrarié par ta faute ? Si c’est pour Joséphine que tu t’inquiètes, je suis sûr que Madame Collins se fera une joie de l’accompagner. Après tout, c’est une telle tigresse pour défendre les siens et elle a un tel souci pour ton bien-être, qu’elle veillera sur ta femme autant que sur son propre fils, j’en suis sur. Monsieur Carter et moi même, nous allons rester gentiment à te regarder d’ici. Dépêches toi donc et rends moi fier. » Le gamin n’eut pas le luxe d’hésiter trop longtemps, avec la pression du sous fifre de Dean, et dût partir vite. Joshua n’en pouvait plus de ses conflits intérieurs interminables et ennuyeux de grenade ennuyeuse. Le Renard se doutait bien que le problème d’Isha était un à autre niveau que la sécurité de son vide couille. Même si les règlements de compte arrivaient, la politique de la terreur de Sam, l’importance d’avoir une personne sachant soigner ici et les capacités a Isha d’être monstrueux quand il n’était pas content, faisaient que la petite pute hautaine était difficile à mettre en péril. Mais il fallait bien une excuse pour que cette réunion de « papas » se fasse sans intrus. C’est donc directement à Carter qu’il s’adressa. « Qu’en pensez vous ? Madame Collins pourrait-elle accompagner Joséphine a l’infirmerie ? ». Certes, cela était insultant pour la mère Collins de ne pas etre consultée directement, mais ce détail n’était qu’un cadeau bonus pour Joshua. Outre le fait que le Renard ne faisait pas trop de cas d’elle, l’invitation à poursuivre en tête à tête n’était que pour Carter. Le chef de Fort Hope avait il prit ses couilles avec lui ce soir ou les avait-il oubliées en quittant son camp ?



HRP:
 

_________________
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6695
Points : 7850
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Modern Family   Dim 2 Sep - 12:53
Un bref instant, Logan laissa un sourire presque victorieux étirer le coin de ses lèvres, alors qu’Isha admettait vouloir aller à Fort Hope. La victoire pleine et totale était encore loin, mais s’il avait le gamin auprès de lui sans l’influence néfaste et constante du père Cornwell, peut-être aurait-il un peu plus de succès pour lui remettre les idées en place ? Ce doux rêve fut, hélas, chassé trop rapidement ou du moins relégué au second plan quand Joshua se décida à s’interposer. Sa petite comédie aurait certainement mérité un Oscar. Quiconque prenait Dean Caulfield pour un grand acteur ne comprenait vraiment rien à ce qu’était le véritable talent. De nouveau, le barbu serra les dents et posa son regard assassin sur l’homme assis face à lui. Il sentit Alexandra se tendre à côté de lui et pouvait presque deviner la rage sur le visage de la jeune femme à la mention de son fils. De tous les coups bas du monde, Joshua venait sans doute de trouver le jackpot et de faire fermer leur clapet aux deux représentants de Fort Hope. Et tandis que cet enfoiré de première continuait son petit laïus savamment étudié, Logan resta immobile à l’observer, stupéfait de l’étendu de sa perversité. Il admettait depuis longtemps - et non sans douleur - que Cornwell était plus malin que lui, mais à ce point… ça le laissait complètement décontenancé. Et bien trop proche de l’explosion pour parvenir à seulement essayer d’imiter son ennemi.

Raison pour laquelle ce fut presque un soulagement quand un type paniqué s’invita à leur petite réunion de famille pour exiger qu’Isha et Joey viennent aider en bas. S’il ne devait plus y avoir que Joshua et Alex avec lui, au moins aurait-il l’occasion de jouer un autre rôle que celui de la plante verte et être enfin lui-même sans que ça ne cause un incident diplomatique de grande envergure. D’un léger signe de tête, il essaya de rassurer Isha qui semblait hésiter à les laisser seuls. Mais bien trop vite, Joshua lança l’idée qu’Alex parte avec eux. Il ne fallut pas énormément de points de Q.I à Logan pour deviner que toute cette histoire n’était probablement rien d’autre qu’un coup monté par cet homme décidément plus perfide qu’il n’aurait pu l’imaginer. Il hésita de longues secondes, mais il savait que sa seule chance de pouvoir s’exprimer librement lui filerait sous le nez s’il n’y mettait pas un peu du sien et, ignorant superbement Joshua, tourna son attention sur son amie. ”Vas-y.” souffla-t-il à voix basse pour elle seule. “Mais ne laisse personne te prendre ton arme.” Il aimait à croire que Joshua ne serait pas stupide au point de mettre en péril les liens entre les deux groupes, mais avec lui, il fallait s’attendre à tout, n’est-ce pas ? Un accident pourrait arriver si vite… Et qui pourrait accuser l’Arène d’avoir délibérément agressé Fort Hope dans ce cas ? Quelques secondes s’écoulèrent encore avant qu’Alexandra ne consente à se lever de sa chaise et suivre les autres à l’extérieur, non sans lancer des regards appuyés aux deux hommes avant de fermer la porte derrière elle.

Logan n’attendit pas très longtemps après que la porte se soit refermée. “Qu’est-ce que tu veux ?” demanda-t-il sèchement. Maintenant que les témoins et les enfants étaient loins, il ne continuerait pas de jouer le rôle de l’abruti muet plus longtemps. “On sait tous les deux que t’en as jamais rien eu à foutre du gosse, alors dis-moi. Qu’est-ce que tu veux en échange ?” Pendant des mois, Logan s’était interdit d’envisager la négociation avec Joshua. Il ne voyait cette histoire se terminer que d’une seule façon : l’un ou l’autre mourrait et l’autre l’emporterait. Il comprenait toujours assez mal ce que Joshua espérait retirer de tout cela, à vrai dire, mais il savait avec certitude que ça n’incluait pas l’affection de son fils. Il y avait autre chose, mais quoi ? Le moment était venu pour lui de faire la lumière sur les motivations de Joshua Cornwell.

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
avatar
Messages : 207
Points : 863
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Modern Family   Mer 5 Sep - 10:29

Le Renard quitta immédiatement son attitude humble et effacée dès que le môme sortit de la pièce. Il fixa Carter avec un air narquois mais il eut la courtoisie de le laisser entamé les hostilités : il était bon gagnant. « Maintenant que les enfants ne sont plus là, les adultes vont pouvoir parler. » Le ton était faussement cordial et son regard était aussi mauvais que la rage qu’il éprouvait pour cet homme se croyant meilleur que les autres. Ne pouvait-il pas les laisser tranquille ? Car dans sa vision des choses, Joshua le voyait ainsi : c’était Logan qui venait perturber sa tranquillité, c’était lui le monstre. Il se leva avec aisance et sans sa canne, pour aller à la vitre de la loge, tournant le dos à Carter tout en regardant en bas la débâcle dans l’attente de Robin. Il y avait du progrès, à croire que le butor avait pris quelques mois de réflexion pour penser à négocier. Sa lenteur était inquiétante mais tout n’était pas perdu pour le barbu finalement. La liste de ce que le Renard pouvait vouloir était plus longue et épaisse que la connerie cumulée du chiard et de son acolyte bromantique, comme ils aimaient se qualifier. Il ne put retenir un rire, presque joyeux, à l’évocation du fait qu’il n’avait rien à foutre du chiard. Ce n’était pas tout à faire vrai comme ce n’était pas tout à fait faux, comme pour tout le reste avec le Renard, les choses étaient beaucoup plus ambiguës qu’elles ne le semblaient. Une personne moyenne essayerait d’y voir de la possessivité et une forme d’attachement que même des éleveurs de chiens de combats peuvent ressentir vis-à-vis de leurs bestiaux. Une personne intelligente comprendrait que la logique tortueuse de Joshua n’appartenait qu’à lui et qu’il serait une perte de temps qu’essayer de trouver des explications rationnelles dans cette soupe chaotique changeante.

Pour le psychopathe cet empressement à entrer dans les négociations sonnait comme un aveu de défaite fort agréable a ses oreilles. Il se retourna légèrement pour observer Carter et profiter de l’instant pour jubiler. « Avant d’entrer dans le vif du sujet Carter, je voudrais savoir ce que cela te fait de constater que ta soi-disant affection condescendante et toutes tes conneries paternalistes hypocrites ont rendu MON fils dépressif, suicidaire, ont fait de lui une loque paumée qui a failli épouser une petite salope qui le torturait pour mieux en baiser un autre ? D’ailleurs, c’est assez ironique de voir que l’autre en question est ici et copain comme cochon avec lui. Tu peux te mentir autant que tu le veux Carter mais peux-tu me regarder dans les yeux et m’assurer que le gamin était heureux et épanoui avec toi, que tu étais là pour lui quand la pute tatouée lui enfonçait un peu plus la tête dans le trou en lui demandant d’aller massacrer des gens, quand les gens de chez toi le prenaient pour un petit baudet servile en jouant du fait qu’au fond, le gosse était certain qu’au moindre faux pas, tu le jetterais dehors ?» Joshua aimait reprendre ce ton moraliste qu’il n’avait toujours pas digéré lors de leur première rencontre à Burlington. Avoir une bonne mémoire avait ses bons et ses mauvais côtés. « Alors que, viens voir ! Viens ! Et surtout laisse moi finir.» Il lui fit signe de venir à la fenêtre qui donnait sur le stade lorsque les voix du publique s’élevèrent pour saluer l’entrée d’un des champions non prévus initialement. Isha remplissait parfaitement son rôle et alla même sortir sa petite phrase en latin pour saluer César. Le Renard ne détacha pas les yeux du chiard, était-il fier ? Attendri ? Ou juste content qu’il illustre parfaitement les mots censés faire le plus de mal au barbu ? Le chiard était joyeux comme un jeune chiot partant en promenade sur la lice, après une accolade, censément virile, avec l’autre abruti de Declan, la bataille de Troie pouvait reprendre. Il était visible qu’il était plus qu’à l’aise au sein d’une mêlée : il aimait ces joutes violentes. « Tu as vu ? Regardes bien, parce que je pense que cela doit être assez nouveau pour toi de le voir aussi heureux et aussi bien dans sa peau. Une vraie petite brute, comme quand il était enfant avec ses frères.» Il resta une petite seconde voire le môme faire tomber sans ménagement un gladiateur d’un coup de bouclier avant de reporter son attention sur le soi-disant père de l’année. « D’où ma véritable question, pourquoi tu es là Carter ? Pourquoi veux tu, à tout prix, le récupérer ? Tes filles ne te suffisent pas ? Tu t’ennuies dans ta vie trop tranquille au point de t’immiscer comme un poil de cul dans ma soupe aux risques de relancer les hostilités avec moi ? Depuis qu’il est là, MON FILS n’a pas essayé de se foutre en l’air une seule fois, il est heureux de vivre, tout content d’être avec son papounet d’amour, sa régulière qui s’applique à lui faire penser qu’il est le plus beau et le plus aimer de tous et ces crétins qui le félicitent pour aller cogner d’autres abrutis… alors je voudrais savoir ce que son pseudo tuteur à la noix viens foutre ici, a part mettre le bordel dans sa vie et sa tête ? ». Le doute, le plus terrible de tous les poison qui puisse exister. Joshua essayait par tous les moyens d'en tartiner Logan pour que, jusqu'à la fin de ses jours, il soit hanté par des questions sans réponse. Il avait un petit air narquois et suffisant en débitant ces mots et parodiait avec application l’attitude qu’il avait estimé condescendante quand Carter, des années plus tôt, avait pensé le virer de la vie du troufion qui jouait à la guéguerre en bas. Un juste retour de karma selon lui. Il ne pensait pas que cela pouvait être aussi jouissif de donner des leçons de vie et aimait bien singer ces mimiques, presque scandalisées, de personne dans son bon droit. « J’ai vraiment imaginé, pendant une minute, que tu tenais au gamin pour de vrai, comme quoi, tu es bon acteur toi aussi. Au moins, maintenant, on sait tous les deux que tu es juste un enfoiré d’égoïste qui en a rien à foutre de lui mais qui n’assume pas.» Il jouait avec le feu, il en était conscient, mais si le chef en titre de Fort Hope venait à le frapper, Sam serait obligé de répliquer, en admettant que la petite délégation de bisounours, même armés, puissent quitter le camp. Sans compter qu’il donnerait encore plus de crédibilité, aux yeux d’Isha, aux mensonges du Renard. « Alors, tu veux toujours négocier Isha ou on en reste là ? A moins que tu ne veuille aussi le faire pour ce brave Peter. » Il resta a fixer sa Némésis, attendant sa réponse, avec un air supérieur très loin du vieux père Cornwell qui était entré tout à l’heure dans la pièce.




HRP:
 

_________________
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6695
Points : 7850
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Modern Family   Ven 7 Sep - 18:57
Bien sûr, si Logan aurait dû retenir quelque chose des mois qu’il venait de passer à affronter Joshua était bien celle-là : cet homme n’allait jamais droit au but. Il prenait plus de plaisir à bouger ses pions sur l’échiquier qu’à prononcer enfin “échet et mat”. Et cette partie-là ne serait pas différente des autres, n’est-ce pas ? Aussitôt que l’homme lui fit l’honneur de prendre la parole, c’était la porte ouverte au pire moment que Logan passerait jamais. Il refusa pourtant de se laisser abattre aussi facilement et s’interdit de se lever quand Joshua l’y invita pour venir voir le spectacle joué dans le stade. Il refusait aussi de croire qu’Isha ait eu une si mauvaise vie avec lui. Tout ce qui était arrivé après l’Apocalypse, peut-être, mais avant que le monde ne s’en mêle, Isha était heureux à Burlington, pas vrai ? Il avait tout ce dont il avait besoin et surtout quelqu’un ayant à coeur ses intérêts. Tout le reste, Bruce, Ava et toute cette période de leur vie… Logan n’y était pour rien. Il ne devait surtout pas laisser le poison de Joshua s’insinuer dans ses veines ou il perdait d’office.

Il essayait en tout cas, mais Joshua était doué, bien plus qu’il ne le laissait paraître. “Il se souvient pas de tout ce que tu lui as fait bouffer pendant seize ans.” grogna le géant aux accusations qu’il supportait avec autant de calme que possible. “S’il savait qui tu es vraiment, il serait pas là à jouer le parfait petit fifils à papa et tu le sais très bien. P’t’être bien qu’il était pas si bien avec moi, mais avec toi non plus. J’m’en fous qu’il veuille pas rentrer avec moi, mais contrairement à toi j’pense qu’il mérite de connaître la vérité et de faire son propre choix.” La vérité… Il essaya de se forcer encore une fois à ne pas laisser les paroles de Joshua de s’insinuer trop profondément. Peut-être qu’il n’était pas si bon pour Isha, mais il était le seul à ne pas mentir et à ne pas jouer un rôle. Et si Joshua était tellement convaincu que le gosse préférerait sa vie à l’Arène, pourquoi l’y garder sous de faux prétextes ?

Logan tenait un bon argumentaire, il suffisait juste qu’il s’accroche aux faits et qu’il ne craque pas. Rien de très compliqué, n’est-ce pas ? Il aurait pu s’en sortir, jusqu’à ce que le nom de Peter ne soit prononcé, du moins. Aussitôt, le barbu se leva enfin, si brusquement que sa chaise se renversa et rencontra le sol dans un bruit sourd. Il se tourna enfin vers son interlocuteur et lui lança un regard mortel qui n’eut pas, hélas, le pouvoir de l’en débarrasser d’un seul coup. “Alors quoi, tu vas me demander de choisir entre l’un ou l’autre ?” demanda-t-il, sa voix laissant hélas deviner un peu trop aisément la colère qui bouillonnait dores et déjà dans son sang. “T’as pas encore compris que j’ai pas envie de jouer à tes petits jeux à la con ? Tu crois que j’en ai quelque chose à foutre de conserver de bonnes relations avec cet endroit ? J’suis venu ici pour te laisser une dernière chance de m’dire ce que tu veux réellement et éventuellement l’obtenir. Moi tu sais déjà ce que j’veux alors parle ou j’t’assure que la prochaine fois que tu me verras, ce sera aussi la dernière fois que tu verras quoique ce soit. J’ai éradiqué les Punishers en une seule nuit, les gens d’ici ne me font pas peur, personne ne te protégera. Alors parle ou c’est terminé.” Ces techniques plus brutales n’avaient jamais fonctionné non plus, mais il n’avait plus du tout envie de jouer. Pas quand la vie de son gosse était dans la balance, en tout cas. Et s’il fallait qu’il renonce à Isha, il était parfaitement prêt à le faire, là. N’importe quoi du moment qu’ils se débarrassait du Père Cornwell. Quant à Peter… Il gardait cette carte-là pour lui jusqu’à la fin du jeu.

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
avatar
Messages : 207
Points : 863
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Modern Family   Mer 12 Sep - 8:25

Une des choses qui agaçait autant qu’elle ravissait le Renard était de constater à quel point Carter et le petit con se ressemblaient. Des balourds faciles à blesser et qui ne savaient que répondre en mordant avant de chouiner, dans leur coin, comme des ours dépressifs devant un pot de miel vide. Quand le poilu grogna, Joshua sourit, même si cela n’était pas aussi explosif qu’il l’avait espéré, il avait envie de dire « touché ». Il ne doutait pas qu’il avait au moins entaillé son adversaire et cela lui suffisait grandement pour le moment. Comme le laxatif pour Martin, tôt ou tard, cela aurait son petit effet pour engendrer « un paquet de merde ». Il n’eut pas à attendre aussi longtemps que pour le gladiateur. C’est la chaise qui tomba et le regard noir du barbu qui lui annoncèrent que le masque de la patience se fissurait déjà.  Il garda son faciès amusé même si, cette nouvelle leçon de morale du butor avait le même effet que la première sur lui. « Je ne te connaitrais pas, je dirais que tu essayes de te rassurer comme tu peux. Tu sais bien que moi, j’ai fait d’Isha un survivant, alors que toi, tu l’as transformé en une victime. A Fort Hope il était déprimé, pour ne pas dire suicidaire. Ici, délivré de tes jugements, de ta pseudo moralité et de ta façon bien à toi de lui rappeler qu’il n’est qu’une merde indigne du grand Logan Carter. Regarde encore cette petite brute toute heureuse de pouvoir cogner et d’être applaudi pour ça, il peut enfin être lui-même. Tu pourras lui rogner les ongles autant que tu le veux et lui mettre une muselière, un chien enragé reste un chien enragé. Même Bruce a été dépassé par sa violence quand il est en crise.» Il fit un temps de pause, le temps que le pli de sa bouche dessine un peu plus la joie cruelle qu’il ressentait. « Il y a un point ou je ne te suis plus très bien. Tu penses qu’il est bien ici parce qu’il a oublié son passé et tu veux, malgré ça, qu’il sache la vérité. Pire, il le mérite d’après toi. Magnifique. J’ai ma réponse, tu es ici parce que tu as des comptes à régler avec lui, que tu veux qu’il souffre. Tu as enfin appris ce qu’il avait fait chez les Punishers et qu’il a continué de faire par la suite ? Ca reste cruel comme châtiment, même moi je n’ai pas osé lui faire ça. L’autre gourdasse qui le suce, elle a voulu jouer à la plus maligne, a priori sa tentative s’est finie par une crise de démence visiblement très douloureuse. Mais j’imagine que c’est ton but. Je te découvre sous un autre jour Carter. » Rien que d’y repenser, cela amusait le Renard qui avait envie, plus que tout, d’accompagner lui-même le chef de Fort Hope devant le môme. « Promets moi juste que si tu le fais, je pourrais être là, j’ai toujours été passionné par les drames humains. » Joshua retourna à sa place à table et se servi un verre d’eau maugréant intérieurement que tout le monde ait refusé du vin. C’est avec une fausse douceur, celle qu’utilise les parents, pour expliquer une chose simplisme a un enfant retors que Joshua s’adressa à Carter. « Je ne doute absolument pas que tu es assez stupide pour ne pas réfléchir aux conséquences d’un conflit entre l’Arène et Fort Hope. Tu l’es assez pour vouloir reprendre un gosse malade et violent avec toi. Tu n’es plus a un acte illogique et irréfléchi prés, j’imagine. C’est sûr qu’entre un camp qui oppressait tout Detroit et n’avait que des ennemis, et un qui a réussi a se faire une place en étant apprécié et comprenant majoritairement des combattants, c’est tout a fait la même chose. Dis-moi, Fort Hopalamo est devenu une base militaire depuis que je suis parti ? Ton ex et ton engrossée ont appris à se servir d’une arme ainsi que tous les autres inutiles qui s’accrochent à leur petit fantôme pour assurer leur misérable existence d’insecte ? Et ta sœur ? Elle ne risque pas de faire quelque chose d’encore plus stupide si son frangin adoré est vilain avec son grand amour de star du cinéma ? » Il énonçait simplement les faits de la même façon qu'il aurait pu poser ses cartes sur le tapis. Carter était peut être un sanguin pas futé, il n'en restait pas moins qu'il se sentait anormalement concerné par le sort de son troupeau de parasites. Cela confortait Joshua dans l'assurance que cet entretien ne serait pas douloureux physiquement parlant.

Il avait l'impression de jouer une partie d’échec et d'aller vers un échec et mat tonitruant. Néanmoins, faiblesse de tout bon méchant, il se sentait d'humeur à la confidence et a avoir pitié de son adversaire, qui ne devait pas avoir reçu les règles du jeu avant la partie. « Assieds-toi donc au lieu de t’énerver comme ça. Les parties de poker avec toi doivent être d’un ennui. Rassure-toi, je ne te demanderais pas de choisir, Peter n’a aucun intérêt à mes yeux maintenant que j’ai Isha. Et ça serait restrictif de dire qu’il s’agit d’un de mes petits jeux à la con. Même si ça me navre, c’est bel et bien une partie dans laquelle nous ne sommes pas les seuls joueurs ni les maitres du jeu. J’aimerais bien te demander Maddie contre lui, cette salope est un sacrés vide couille, mais le fait est, qu’actuellement, ce n’est ni toi, ni moi qui tenons la laisse du gamin. » C’était le grand sujet de déplaisir du moment du Renard. Il avait bien encore quelques cartes dans sa poche, pour retourner la partie, si cela venait à lui être trop défavorable, mais il lui fallait jouer finement pour gagner contre les autres adversaires. Le pire était qu’il doutait encore de savoir si c’était la pute ou le débile qui avait le contrôle sur celui qui était, censément, son arme ultime, et pas un bande mou émotif le torturant avec ses besoins d’affections écœurants. Si Carter ne n'avait pas voulu de cet idiot, le Renard lui aurait déjà rendu, et avec le "package Bro" insupportable. « Sincèrement, j’ai tellement confiance en toi pour lui ruiner sa vie et en lui pour exploser a Fort Hope et faire un massacre, que j’aurais presque envie de te dire, prends Declan avec et bon courage pour la suite. Mais les choses ne peuvent pas se passer comme ça. Ça serait trop simple. » Il reprit une gorgé d’eau, comme s’il était juste en pleine discussion sur les mauvais résultats scolaire de son fils avec un autre parent concerné. Un petit désagrément tout au plus. « Tu n’aurais pas dû dire non à quelque chose de plus fort que de l’eau. Ce n'est pas tous les jours que l'on peut se parler en tête a tête.» Il reposa son verre et, avec une gravité soudaine plutôt atypique pour le Renard, il regarda droit dans les yeux Carter. Sa voix pouvait tout autant trahir une inquiétude surprise qu'un doute amusé : « Une dernière petite question, que veux-tu, je suis curieux de nature. Rassure moi, tu es au courant pour les soucis du gosse ? Il t’a parlé des voix et du fait qu’il n’est pas tout seul dans son crane ? Tu as bien découvert que son alter égo faisait passer Bruce pour un petit joueur ? » Joshua se doutait parfaitement de la réponse du butor, sinon, il ne serait pas la à vouloir récupérer une bombe a retardement, mais il aimait soigner ses effets. Passer du moralisateur au confident inquiet était aussi une parfaite méthode de déstabilisation.



HRP:
 

_________________
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6695
Points : 7850
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Modern Family   Mer 19 Sep - 10:31
Un long moment alors que Joshua cherchait à le farcir d’autres mensonge et d’un nouveau poison, Logan resta immobile, le corps tout entier crispé dans un effort inutile de retenir sa rage. Il savait bien à quel petit jeu jouait Joshua, mais ce crétin avait le talent étrange de savoir semer les graines du doute avec n’importe quoi. Alors, même e devinant d’avance les mensonges ou les vérités tordues à son avantage, Logan ressentait de plus en plus de mal à ignorer les paroles assassines de Cornwell et la colère déjà brûlante ne faisait que s’envoler davantage à chaque mot. Peut-être que Logan n’était pas le père idéal et plutôt tout le contraire. Il avait du mal à ne pas le croire en voyant Isha. Mais Joshua ne serait jamais mieux que lui. Ou au moins voulait-il s’en convaincre. Avant qu’il ne réalise pleinement ce qu’il faisait, il se laissa retomber sur la chaise qu’avait occupée Alex en regardant dans le vide devant lui, tandis que ces histoires de petites voix et de la violence sous-jacente d’Isha. Même s’il n’avait pas envie d’y croire, ça n’était pas une vraie nouvelle pour lui. Il savait depuis longtemps que quelque chose n’allait pas avec Isha et qu’il faudrait plus qu’un tuteur zélé pour régler ce problème-là. Il parvint tout de même à ne pas trop laisser transparaître ses doutes et quand il releva les yeux vers Joshua, il n’y avait définitivement plus que de la haine dans son regard.

“Je suis là parce qu’il est temps que tu payes pour ce que tu as fait.” admit-il froidement. Il ne ressentait aucune honte à cela, quand bien même il savait déjà que Joshua trouverait une autre façon perverse de le retourner contre lui. Sans doute parviendrait-il même à faire en sorte qu’Isha l’apprenne de la mauvaise manière et ne perde encore un peu plus de son estime déjà vacillante pour Logan. Mais quelle importance, après tout ? Du moment qu’il finissait par être libéré de l’influence néfaste de cet homme, Logan était prêt à de nombreux sacrifices. Ce que lui ne comprenait toujours pas, en revanche, c’était pourquoi ils se trouvaient tous les deux ici. Et il n’avait toujours ni envie de rire ni envie de jouer aux petits jeux pervers de Joshua. Mais parler avec lui, négocier avec lui, ça ne fonctionnerait jamais. Cet homme tirait plaisir à faire du mal autour de lui, il ne voulait même sans doute rien d’autre que ça.

Ça n’avait rien de surprenant ni de nouveau et pourtant, la réalisation frappa Logan comme une soudaine illumination. Il perdait son temps ici avec cet homme et plus il s’agaçait, plus il donnait ce qu’il voulait à Joshua. Raison pour laquelle il se releva, un peu moins brusquement que la première fois et vint se planter devant l’autre homme, sans jamais perdre son masque de haine. “Tu refuses de me dire ce que tu veux, alors très bien.” lança-t-il, aussi calmement que possible. “J’te laisse une dernière chance. J’ferais tout ce que je peux pour nous débarrasser de toi pour de bon et j’y arriverai, même si ça doit me prendre des années.” continua-t-il, son ton gagnant en haine à chaque mot. Il n’arriverait probablement jamais à se montrer froid et serein face à cet homme, mais il n’en avait finalement pas besoin. “Tires-toi d’ici, tout seul, tant que tu le peux encore ou attends sagement de crever. C’est toi qui choisis. Et t’imagines pas que si t’essayes de te tirer avec le gosse, j’vous laisserais faire. C’est ma dernière offre, fin de la conversation.” Il toisa Joshua une dernière fois, regard et grimace menaçants venant appuyer ses propos et lui tourna le dos une fois certain que son message serait passer. Il se trouvait encore trop gentil de laisser une chance à ce monstre de s’en sortir en vie, mais il doutait sérieusement que Joshua aurait l’intelligence de saisir cette chance. Et il trouverait un moyen pour mettre ses menaces à exécution. Il claqua la porte en la refermant derrière lui quand il quitta la pièce pour remonter le couloir vide.

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
avatar
Messages : 207
Points : 863
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Modern Family   Lun 1 Oct - 11:17

Le Renard s’esclaffa quand Carter affirma, tel un acteur convaincu avec sa punchline à placer, qu’il était là parce qu’il était temps qu’il paye pour ses actes. C’était d’un drôle. Oui, certainement qu’un jour viendrait où il aurait des comptes à rendre, ou pas, que cela soit bientôt ou dans des années, mais que cela soit la couille molle qui pensait être investi de la mission de le tuer était à la fois si prévisible et si pathétique. Ce repas, qui s’était annoncé quelque peu ennuyeux, prit encore plus de saveur pendant que Carter s’agaçait, provoquant toujours plus d’amusement chez Joshua. Le chef de Fort Hope était un divertissement à lui tout seul. A croire qu’il ne découvrait qu’aujourd’hui que la solution la plus acceptable était d’essayer de le tuer. « Tu sais très bien ce que je veux et je suis sur que tu vas me gâter. » Peut être que le Renard présumait un peu de la présence d’esprit de celui qui venait confirmer son rôle de Némésis. Il voulait sa vengeance, quelle qu’en soit le prix. La seule fin possible serait écrite dans le sang, de l’un ou de l’autre. Joshua n’envisageait aucun autre épilogue à leur relation. Le gamin n’était qu’un outil, comme tout le reste, dans cette espèce de guerre sournoise que le Renard livrait au Butor de Fort Hope. Il y avait quelque chose de si dramatique dans son entêtement a récupérer le gamin que le Renard préféra rester spectateur muet du Carter show. Il se contenta de regarder le barbu s’énerver tout seul avec un air égayé, ponctué de ricanements malvenus jusqu’à ce que le barbu ne parte en claquant la porte. La crise de fou rire ne tarda pas. C’est idiot n’avait donc rien compris et comme Isha, quand il ne saisissait plus rien, il se raccrochait au plan initial. Tant pis on venait de lui démontrer qu’il était aussi pourri que les dents des plus vieux zombies. Après tout, l’arène n’était-elle pas le théâtre de tragédies inévitables et de démonstrations que les hommes n’étaient rien face à leur destin ? Des gens qui luttaient, souffraient et récoltaient toujours plus de tourments pour aller vers une mort inévitable ? Le plus risible dans cette histoire était de penser que dans la pièce de "Carter et Cornichon", qui était en train de se jouer, le Renard avait quand même essayé de prévenir le protagoniste principal du drame inévitable que susciterait son entêtement. Il ne mentait pas en disant que le chiard était fou et dangereux. C’était peut-être latent par moment, mais il était un des rares, encore vivants, à l’avoir vu à l’œuvre chez les Punishers et à savoir que le fils était pire que le pseudo père à la batte. A ce moment précis, il réalisa que quelque soit la suite, il avait gagné. Il aurait sa vengeance, de son vivant ou après sa mort. Cela ne fit qu’ajouter a son plaisir.

Après un dernier regard a la vitre, avisant qu’Achille était mort sur la lice, il prit un petit livre de poche sur lequel il se basait pour entrainer le deuxième idiot : "L’Iliade d’Homer". Il ne doutait pas que Carter n’avait jamais dû lire ce livre, en espérant qu’il sache lire. Il écorna avec soin les chants relatifs à la colère du héros des athéniens et à la mort de Patrocle. Puis, il griffonna dans les premières pages, avec une écriture élégante, empruntée a une de ses victimes anonyme et oubliée : « Carter, Puisque tu t’entêtes à ne pas vouloir comprendre, je te souhaite le plus sincèrement du monde que vous soyez réunis tous les deux. Je t’invite à lire avec attention les pages écornées. Il s’agit du passage de la colère d’Achille. Le personnage le plus souvent donné à Robin. Un combattant violent et orgueilleux, qui ne vivait que pour la guerre. Sa brutalité en a fait un élément décisif dans le combat des Athéniens contre les Troyens. Fâché pour une femme il a boudé le combat, mais c’est a la mort de son grand amour qu’il est devenu fou de vengeance. A croire que l’on en revient toujours au même problème. C’est les petits bobos au cœur qui font les pires monstres. Je te laisse méditer ces bonnes pensées, ce n’est pas Bruce qui a fait de lui un tueur impitoyable et sans limite, c’est la garce tatouée. La nouvelle vaut à peine plus chère, elle est peut-être plus subtile, mais tôt au tard, quoi que nous fassions, elle nous fera revenir le vrai Robin. Je te souhaite bien du plaisir et passe mes amitiés a Maddie.» Il fit appeler de l’aide et reprit les traits du vieil homme malmenée par la vie et épuisé. Entre quelques gémissements de douleurs, il demanda qu’on aille chercher, au plus vite son fils, prétextant un malaise. Il ajouta, aussi, qu’il souhaitait que l’on apporte ce livre en cadeau de l’arène au chef de Fort Hope avant son départ. Il insista sur le fait que cela devait être présenté comme un gage de respect et d’amitié dans l’espoir d’une nouvelle rencontre prompte et qu’il espérait que ce modeste cadeau soit d’une aide précieuse pour l’avenir. Il se doutait que, même dans toute sa colère, Carter devrait penser aux bonnes relations entre l’Arène et sa bourgade. Et s’il ne le faisait pas, et bien, il n’en rirait que plus le jour venu.



HRP:
 

_________________
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Modern Family   
 
Modern Family
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Michigan State :: Arène de combat
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération