Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #32 : Octobre 2018
Animation trimestrielle #1 Once upon a time !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Intrigue #5 Recensement !
Venez mettre vos méninges à l'épreuve dans notre animation de Septembre
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - Chapitre I : New rulers, new rules > A lire ici

In Your Flesh :: Michigan State :: Arène de combat

 All roads lead to Rome feat Declan

avatar
Messages : 207
Points : 863
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: All roads lead to Rome feat Declan    Jeu 2 Aoû - 15:34


Si tu ne connais pas la chanson:
 
C’est Shasha et Dédé,
C’est Dédé et Shasha
L’un est un idiot
L’autre est bien son bro
Deux nazes pathétiques
Pas assez diaboliques
Quels crétins ces deux couillons ion ion ion ion ion ion ion ion ion ion ion

Dans leur tête ils projettent
Dans plans sur leurs stouquettes
Pour partir à la conquête
De toutes les nenettes

C’est Shasha et Dédé,
C’est Dédé et Shasha,
Qui on la bêtise
De croire à leurs sottises
Qu’ils sont des lumières
Pour la terre toute entière
Quels crétins ces deux couillons ion ion ion ion ion ion ion ion ion ion ion

Joshua avait cette chanson en tête depuis des jours et des jours. Une éternité a vrai dire, du moins pour ses nerfs. Declan, ce brave débile de Fort Hope, celui qui avait suivi Nicolae, était vivant. Il avait le même soucis qu’Isha quand il fallait mourir. Quand le Renard avait vu le butor épais qu’il devait appeler fils ramener l’autre prodige de quota d’handicapés mentaux, le Renard avait espéré que son petit chiot allait enfin retrouver ses griffes de chien fous avec la présence de son ancien rival de Fort Hope. Il avait souvenir de s’être bien amusé, à une époque, en attisant le conflit entre les deux imbéciles. D’ailleurs, rien qu’à repenser au môme traversant le camp, la batte à la main, pour aller défoncer la tête de l’archer en croyant qu’il lui avait crevé les pneus de son van, il avait encore un petit sourire attendri. Ceci dit, le sourire mourut rapidement. Même entre les mains de Carter, son chiard était moins mou du gland que ce qu’il devait se coltiner ici. C’était incompréhensible. C’est donc avec un œil plein d’espoirs qu’il avait regardé Declan s’atteler à devenir gladiateur dans l’équipe d’Isha. Les deux étaient trop semblables, en termes d’ego, de gout de femmes, de conneries, et même d’amnésie maintenant, pour que cela ne finisse pas en explosion atomique et en tensions propice à l’éveil de Robin. Mais les rêves du Renard avaient vite tourné court. Contrairement a toutes ses attentes les plus légitimes, Declan et Robin s’étaient entendus, voir plus que ça. A un point où, a certains moments, il s’était même demandé si Joséphine n’allait pas être remplacé. Le Renard n’était pas spécialement homophobe, il détestait tout autant les hétérosexuels et le reste de l’humanité, mais il aurait apprécié ne pas avoir à ajouter cette tare de plus au palmarès de compétition déjà redoutablement long d’un résultat d’un retrait mal calculé. Les deux corniauds s’entrainaient ensembles, riaient comme des gorets des mêmes blagues stupides, trainaient tout le temps l’un avec l’autres et la seule surenchère dont ils étaient capables était dans la conneries humaines. Et que je t’aide à mettre ton armure mon Dédédounet, attends mon Robinou, ta sangle est mal mise, laisse-moi arranger ça, oh et si on faisait trois roulés au lieu de deux a la scène quatre… Joshua n’était pas qu’écœuré par ces scènes indigestes de « fraternité viriles », il était aussi perplexe, chose arrivant rarement. Ils n’étaient pas censés se haïr ces deux-là ? A croire qu’a force de jouer des héros Antiques ils prenaient gout à leurs mœurs. Un jour il leur dirait que patrocle était plus qu’un cousin ou un bon ami pour Achille, on verrait bien, alors, s’ils étaient toujours aussi prompts à faire ce binôme.

Au bout de sa patience, pour ne pas dire plus, le Renard avait décidé de prendre les choses en mains et de donner un petit coup de pouce au destin pour que les choses redeviennent ce qu’elles n’auraient jamais dû cesser d’être. Ce matin, il était resté assis dans les gradins à les regarder s’entrainer joyeusement en se retenant de vomir et en gardant le sourire de façade quand Isha lui faisait des signes. Lui qui pensais avoir réussi à passer au travers des fêtes des écoles et des spectacles inintéressants de ses mômes, à croire que le karma s’acharnait. Il n’avait qu’a attendre. Le gosse et sa petite chienne étaient pires que des lapins en chaleur, ça aussi c’était usant, et il n’était pas rare qu’une a deux fois dans la journée le môme se fasse une pause dès que Joséphine le sifflait. Ce matin il n’avait pas eu trop a attendre que la pseudo doctoresse donne le signale a son Robin de venir a l’infirmerie. Le gosse partie en se faisant charrier par ses camarades. Qui ici ne se doutait pas qu’il n’allait pas voir sa greluche pour lui toucher le bout des doigts? Joshua en profita pour descendre sur la lice et s’approcha de Declan en plein exercice. Pour ça aussi les deux étaient un calvaire avec leur « qui ferait le plus de pompes » ou autres idioties.  C’est avec un sourire aimable et sa prestance de tribun qu'il fut accueilli par les gladiateurs en entrainement. Tous de l’équipe de Robin était là. Une place que le fier Declan aurait déjà du contesté. Il l’aborda tranquillement sans le gêner dans ses efforts. « Bonjour Declan, très beau show hier, tu ne cesses de m’impressionner. On voyait a peine Robin avec toi en Patrocle. Tu as un véritable potentiel de champion, comme je le disais a César. Dis-moi, te plais-tu ici en tant que gladiateur ? »



HRP:
 

_________________
avatar
Messages : 115
Points : 476
Date d'inscription : 21/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: All roads lead to Rome feat Declan    Ven 3 Aoû - 16:43




Après un réveil et un copieux petit déjeuner offert par Robin, je me retrouve dans la salle de repas avec les vestales non loin. Dévisagé par Dariole, je me permets de lui faire un petit coucou avec un large sourire. Pour sûr que cette pâtisserie, je lui donnerai bien de ma crème… Mais trêves de pensées obscènes, Robin veut qu’on s’entraîne aujourd’hui. Je trouve ça un peu inutile car on ne fait que semblant de se taper lorsque l’on est sur scène, mais je ne maîtrise pas trop les épées, donc je ne crache pas dessus. D’ailleurs, j’économise ce que je peux économiser pour les échanger contre une de ces lames. Ça peut foutrement être pratique face aux morts. En attendant, j’ai droit d’en avoir un d’entraînement pour peaufiner mes mouvements.

Je garde une pomme en main, traversant les couloirs de l’arène, et l’écoute débattre encore du fait qu’il n’est pas gay et qu’il a une copine. Je n’oublierai jamais la première image que j’ai eu de lui : habillé en combinaison moulante de cuir et me dire que faire semblant de se taper en jupette, c’est tout un sport. J’avise la pomme et lâche une idée qui me traverse la tête. « Je suis sûr que si je la mets sur la tête de Dariole a plus de 75 mètres, je la touche avec une flèche. Tu crois qu’elle serait d’accord ? » Robin me jette un regard apeuré et je me marre avant de croquer dans le fruit. La bouche pleine, je lance un « T’en fais pas, che veux pas avoir encore des gemmerdes avec Jéchus. Cha m’a chuffit l’autre fois. »

On arrive enfin sur le terrain d’entraînement et j’accompagne Robin prés des armes pour me saisir d’une épée. Il m’enseigne quelques mouvements de façon théorique. Je suis trop occupé à apprécier le goût du fruit. S’en vient le moment de pratiquer. Ça tombe bien, il ne reste qu’un trognon de pomme que je pose sur une table de fortune en me jurant de le récupérer pour le mettre au compost. Mais très vite, sa bonne femme débarque en le sommant de venir. J’hausse les épaules et après une tape sur la sienne, je vais continuer à frapper le mannequin d’entraînement en lui lâchant un « En garde, fils d’unijambiste ! »

Mes comparses autour de moi s’entraînent eux aussi. Mais avant que je ne me demande pourquoi je n’entends plus le bruit des lames qui s’entrechoquent, une voix s’élève. Je me retourne et voit Monsieur Cornwell. « Oh, bonjour m’sieur. » J’écoute ce qu’il a à me dire. Il trouve que je suis bon. Du coup ? Je suis fier et j’ai un large sourire. Puis il me pose une question piège : est-ce-que je me plais en tant que gladiateur. « Euh… Ouai… C’est surtout que je peux être avec ma fille et… je ne connais pas grand monde en dehors de Robin et Malorie donc… Ouai ! Puis c’est assez peinard, et à part… Enfin… J’aime le sport donc c’est sympa de pouvoir le faire à l’abri des morts. » J’ai bien répondu ? J’ai droit à un bonbon ?

Je me souviens que le père de Robin est quelqu’un d’influent. A ce qu’il paraît certains le craignent. Moi je l’aime bien, il a l’air sympa. Je me dois tout de même de lui dire que je n’ai pas totalement volé la vedette à Robin. « Mais votre fils est quand même pas mal doué ! Sans lui, je serais pas mal perdu ici, Monsieur Cornwell. » Je suis sûr que ça va me faire des points bonus, ce genre de phrase.


_________________
True Bromance
avatar
Messages : 207
Points : 863
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: All roads lead to Rome feat Declan    Dim 5 Aoû - 9:37


Le Renard resta à regarder Declan lui parler avec un sourire se voulant chaleureux et bienveillant. Derrière ce masque, ses pensées étaient toutes autres. Il se demandait comment cet homme si irritant et fier avait pu devenir un autre chiot bien dressé tout content de faire le beau devant un maitre pour quémander une cajolerie ou une friandise. Il avait l’impression d’être en face de son fils. Ce qui revenait à être encore plus agaçant que s’il avait été pédant et désagréable. A croire que les coups sur la tête ne privaient pas les hommes que de leur mémoire, mais aussi de leur bite. Le souci c’est qu’avec ce binôme de poissons rouges édentées, sa vengeance envers Carter prenait plus que du retard, elle prenait juste l’eau. A croire qu’il fallait vraiment tous faire seul ici. Il réussit, in extremis, a ne pas lever les yeux au ciel quand le surnommé « Dédé » se mit humblement en arrière pour laisser la vedette a Robin. Au fond de lui, c’était un cri d’agonie qui accueillit cette phrase. Par tous les démons de l’enfer, qu’est ce qu’il avait pu faire de si grave pour mériter d’endurer ça, quelques meurtres affreux ne justifiaient pas ce chemin de croix. Déjà un à supporter, c’était une abomination, mais deux…  Il fit signe a un des esclaves du bas coté de venir avec une boisson fraiche tout en mesurant l’ampleur de la tache qu’il avait s’il voulait relancer les tensions entre ces deux-là. Il attendit que l’esclave serve le gladiateur avant de lui répondre. « Declan, tu es bien trop modeste, c’est dommage. » Le Renard n’eut qu’à lancer un regard pour que les autres membres de l’équipe de son fils comprennent que c’était le moment de faire une pause plus loin. La zone se vida en peu de temps, malgré l’aura chaleureuse du vieux tribun, on savait aussi qu’il valait mieux ne pas le provoquer. Il attendit ce semblant d’intimité pour enchainer : « En fait, César et moi, nous avons vu en toi quelque chose de spéciale, de diffèrent des autres. Tu es quelqu’un qui mérite plus que de rester dans l’ombre d’un gamin, même si c’est le mien, pour exprimer ton réel potentiel. N’as-tu jamais pensé à la possibilité et au privilège d’être toi-même a la tête d’une équipe ?»



HRP:
 

_________________
avatar
Messages : 115
Points : 476
Date d'inscription : 21/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: All roads lead to Rome feat Declan    Lun 6 Aoû - 1:12


Trop mo-quoi ? Merde. C’est bien un mot que je n’ai jamais utilisé ça. J’en connais le sens, mais le fait qu’on l’utilise pour moi me choque. Et je ne peux m’empêcher de lâcher un « Oh vous savez, c’est sans doute Robin qui m’a appris à l’être. Il fait de grande chose, votre fils, sans déconner !... » Je grimace et me dit que je ferai bien de surveiller mon langage en présence de M’sieur Cornwell. « Mais je vous remercies pour les compliments. Je ne pensais pas être aussi doué que ça. » Surtout qu’il en rajoute une couche en m’informant que j’ai été repéré par César en personne. Je devrais être sur le cul, non ?

Oui bon… ça me touche moins que ça ne devrait parce qu’en fait, je cherche surtout à être prés de mon enfant. Mais au fond de moi, je me dis que ce n’est peut-être pas une mauvaise chose qu’on m’ait remarqué en bien. Au moins, ça contraste avec ma première visite ici. Je continue d’écouter ses mots. Je fronce les sourcils quand il qualifie son fils de gamin, mais il se rattrape. Et là, il me parle de songer à gérer une équipe. C’est un piège, non ? Je suis sûr que c’est un piège. « Eh bien… j’en sais rien, M’sieur Cornwell. J’aimerai beaucoup bien sûr mais je fais déjà parti de l’équipe de Robin et je ne veux pas qu’il pense que je l’abandonne si jamais ça arrive un jour. Mais pour sûr que ça serait pas mal d’être à ce rang-là. J’veux dire… Je pourrai enfin proposer à ma fille de déménager ses affaires dans ma chambre et je sais qu’on ne manquera plus de rien donc… »

Ouai, la stratégie de « oui, mais non mais… Je garde une porte ouverte ». C’est le mieux que je puisse faire car je ne vois pas trop où il veut en venir. Je me doute qu’un homme comme M’sieur Cornwell ne ferait pas ça pour embêter son fils. C’est quelqu’un de juste qui sait faire ce qui doit être fait et il en a pas mal bavé avec Robin. Surtout avec ce qu’ils m’ont dit de ce monstre de Fort Hope. Ça m’a glacé le sang d’apprendre que Robin n’avait qu’une petite cave et peu de confort. Je me dis que c’est sans doute aussi bien qu’il en ait perdu la mémoire. Et M’sieur Cornwell est vraiment bienveillant avec lui. Il ne peut pas me vouloir du mal, pas vrai ? Il veut sans doute faire rejaillir de sa bienveillance sur moi ? Je dois l’informer que je garde quand même cette porte ouverte. « Quoiqu’il en soit, ce serait un honneur de progresser si vous me le permettez et je serai fier de vous servir, M’sieur. »


hrp:
 

_________________
True Bromance
avatar
Messages : 207
Points : 863
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: All roads lead to Rome feat Declan    Dim 12 Aoû - 10:10


C’est Shasha et Dédé,
C’est Dédé et Shasha
L’un est un idiot
L’autre est bien son bro
Deux nazes pathétiques


Décidément, impossible de ne plus avoir cette chanson en tête dès que l’un des deux ouvrait le bec pour lâcher son flot de conneries. Ca leur collait tellement bien que le Renard dût se retenir pour ne pas avoir un haut le cœur. Le responsable de General Motors et un pauvre mécano de bas étage, même Shakespeare n’aurait pas osé aller si loin dans ces débilités. Il réussit, avec art et peine, à conserver son visage affable sans montrer a quel point il avait des envies de meurtres à chaque mot qui sortait de la bouche de l’abruti numero 2, qui était bien parti pour devenir numéro 1 dans son top 50 personnel. Ils avaient compris tous les deux le sens du mot compétition ? C’était quoi cette crise de loyauté aigue ? Qu’est ce qui avait bien pu faire qu’à Fort Hope ils ne pouvaient se voir en peinture ? Il avait bien une idée de la réponse mais il n’était pas convaincu qu’aller déterrer le cadavre de la pute tatouée puisse aider a quoique ce soit. Et dans l’états de « câlins attitudes » ou ils étaient, il y avait fort a parier que Declan n’irait même pas reluquer Joey quant à Joey… ca faisait un certain temps qu’il avait compris qu’il ne pouvait pas compter sur cette morue. En vidant les couilles de son fils aussi régulièrement, elle ne faisait qu’aggraver le problème. Ce n’était pas demain qu’il aurait son combat de coq. Heureusement, le Renard était loin de s’avouer vaincu. « Declan, mon cher Declan, tu vois, c’est ça qui fait que tu es au-dessus des autres, toi, tu réfléchis, tu te projettes. Pas comme ces pourceaux qui foncent sans bien maitriser tout ce qui s’offrent à eux. Oui tu as raison, une suite privative avec une partie pour ta fille qui sera « la fille d’un champion » une position de choix. Une position que peu ont le droit et les capacités d’avoir. Il faut des qualités rares pour l’obtenir et je sais que tu les as, à condition que tu ne restes pas un éternelle numéro 2. Au lieu de juste être un myrmidon tu pourrais avoir accès a des rôles plus ambitieux comme Patrocle, Hector, voir même Achille un de ces soirs, après tout, Robin n’a pas l’exclusivité. Ça te donnerait, en plus, l’occasion de plus jouer avec lui. Le publique t’adorerait. Sans compter que Robin ne peut vouloir que le meilleur pour toi, tu es son meilleur ami non ? Et quoi de mieux qu’être son égale sur la lice ? Car oui c’est ce que je te propose, faire de toi mon champion, te faire progresser encore plus loin que tu puisses l’imaginer. J’ai de grands projets pour toi.» Dont celui de réveiller le vrai Robin, de l’aider a tuer Carter et beaucoup d’autres projets tout aussi jouissifs pour un fou, mais ça, il se garda bien de lui dire pendant qu’il parlait, avec emphase et enthousiasme de cet avenir prometteur a la starlette en quêtes de gloire qui devait bien se cacher dans le corps de Declan.





HRP:
 

_________________
avatar
Messages : 115
Points : 476
Date d'inscription : 21/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: All roads lead to Rome feat Declan    Lun 20 Aoû - 15:08


Je ne carre rien à ses histoires de Pétrole Victor et Marmiton, mais tout ce que je sais c’est qu’il dit vrai. Robin n’est pas du genre à m’en vouloir. Il veut le mieux pour moi. Je réfléchis un instant car l’offre est vraiment alléchante. Je me sens un peu coupable de rafler la mise avant tous les autres mais je n’aurai peut-être pas d’autres occasions de grimper en grade. Ainsi, je lui tends la main en disant « Vous dîtes vrai, m’sieur Cornwell. Je crois bien que Robin sera même vraiment heureux d’apprendre qu’on a le même grade. Et ça serait vraiment cool que Jésus arrête de me regarder de travers après ce que j’ai fais à Dariole donc… Je roule ! »

Sans déconner… Champion… ça me fait plus penser à une chaîne de supermarché qu’à un vrai grade, mais ça débloque pas mal de luxe. Et je crois que cracher là-dessus dans ce monde, c’est insulter tout ceux qui n’en ont pas le droit. « Je vais devoir faire autre chose pour ça ? Genre signer un truc ? Me mettre à genoux ? Réciter une poésie, ou un conn… Un truc du genre ? » Même si monsieur Cornwell a l’air d’être un vieux râleur tout droit sorti de sa grotte, il n’empêche qu’il a le cœur sur la main. La main sur le cœur ? Bah… Peu importe. Il est généreux et il pense aussi à ma fille. Ça doit être ce point commun qui l’a poussé à me proposer une telle place.

C’est vrai, quoi, il est père aussi et aime Robin, à n’en pas douter. Alors il doit savoir ce que c’est que de vouloir mettre son fils à l’abri du besoin. Pour sûr que je vais demander à Aube de lui être reconnaissant. « Vous savez ? J’avais un peu peur de vous quand je suis arrivé ici, mais faut clairement pas s’y fier. Vous êtes franchement quelqu’un de bien, m’sieur Cornwell. Je sais que vous vous dîtes que ce n’est pas grand-chose ce que vous faîtes, mais c’est énorme. Je vous serai éternellement redevable à vous et votre fils. C’est pas grand-chose, mais vous pourrez compter sur ma loyauté. »


_________________
True Bromance
avatar
Messages : 207
Points : 863
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: All roads lead to Rome feat Declan    Mar 21 Aoû - 9:35


Le Renard essayait de garder son sourire sans se casser une dent, un challenge personnel au regard, ou plutôt, à l’écoute, de chaque syllabe malmenée dans le geyser a conneries qu’était l’orifice buccale de Declan. Penser à tes petits chats torturés le sauvait à peine de ce déluge de bêtises. La vie d’un psychopathe avait parfois ses mauvais côtés et, clairement, Declan était actuellement en tête de cette liste. Une prouesse si on prenait en compte les épuisantes performances d’Isha « son Bro ». Joshua réussi un nouveau miracle en constatant que les deux étaient bel et bien fait de la même étoffe, enfin, bout de guenille, puisqu’avec tout ce qui se passait dans le monde, cela restait les trivialités féminines qui les perturbaient le plus. Mais qui avait élevé celui-là ? Carter avait il stigmatisé plus d’un enfant en ouvrant une usine a cons ? Joshua était assez loin de ces soucis. S'il voulait se vider les couilles, il n’allait pas s’inquiéter du consentement du réceptacle. Aussi, il avait, beaucoup de mal a suivre leurs pérégrinations pseudo romantiques qui enrobaient la rude vérité: les femmes n’existaient que pour pondre et éviter aux hommes des ampoules aux mains. Il n'y avait bien que les bestiaux pour s'encombrer de délire de parades nuptiales. D’ailleurs, à ce sujet, cela faisait longtemps qu’il n’avait pas visité Maddie et sa bouche à ne pas tomber enceinte. Declan le priva de ces violentes pensées vers la rousse en commençant une liste de propositions, aussi incongrues les unes que les autres, pour valider la vente de son âme.  « Je pense que l’on va s’en tenir à une poignée de main Declan. J’apprécie ton enthousiasme, ta créativité débordante et toutes ces particularités qui font de toi une personne tellement à part, mais nous pouvons rester dans la simplicité entre nous. » Sinon l’un des deux devra mourir et Joshua n’était pas le genre d’homme a être pressé de perdre sa vie ou un de ses jouets. « Toi et Robin êtes si proches. Je te vois presque comme si tu étais un de mes fils. » Cela était dit comme un compliment affectueux d’un vieux monsieur ravi de compter, dans sa famille tant aimée, un autre handicapé mental de plus. Pourtant, si Declan, a cette minute, savait tout ce que Isha inspirait à son père, même lui ne pourrait pas douter de l’insulte. « Tu sais Declan, si tu veux, je peux parler à ta petite Dariole et l’aider à ouvrir les yeux sur l’homme extraordinaire et plein d’avenir que tu es ? » Ouvrir les yeux ou autres choses, Joshua savait très bien manier l’art de la menace avec les Vestales. Sa position d’ami de César était un atout pour obtenir ce qu’il voulait. Autant, lui, était coincé dans personnage, autant Sam était plus libre qu’il n’avait jamais été et pouvait épancher ses tendances violentes sans avoir a se préoccuper de plans subtiles et trop lents. Les vengeances avaient leur prix, mais Joshua savait user de ses relations pour que les gens aient souffre sans révéler sa véritable nature. Le Renard prit un air étonné que l’on puisse avoir peur de lui. Dans les faits, il l’était plutôt que Declan possède une once d’instinct de survie pour instinctivement bien visualiser la situation, c’était très surprenant. Une étincelle de lucidité perdue dans ce fatras de débilités. Mais, comme une allumette grillée en pleine mer, cela ne dura pas trop longtemps. Quelqu’un de bien ? Lui ? C’était la blague du mois. Que la nature humaine était facile a duper. Au moins, le poisson était ferré. « Loyauté » le mot de la plupart des gens qui peuplaient les cimetières ou les rues, maintenant que les morts ne restaient plus à leur place, c’était plus compliquer de les géolocaliser. En résumé : un concept de loser et une grossièreté pathétique pour le Renard. « J’en prends bonne note Declan et tu ne peux pas savoir a quel point cela me touche. Que penses tu de commencer par faire une petite pause, le temps de me parler de toi, avant que je ne règle les formalités pour reprendre en main ton entrainement et faire de toi un champion ? Mon fils m’a dit que tu avais eu un accident et perdu une partie de ta mémoire ?»



HRP:
 

_________________
avatar
Messages : 115
Points : 476
Date d'inscription : 21/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: All roads lead to Rome feat Declan    Lun 3 Sep - 23:20


M’sieur Cornwell, en plus d’être généreux, est vraiment quelqu’un de très modeste et humble. Je respecte de plus en plus cet homme. Surtout quand il me dit qu’il me voit presque comme l’un de ses fils. Je le regarde avec une telle admiration. Difficile de ne pas en retenir des larmes. « Je… Je suis touché, m’sieur Cornwell. Je ne me souviens pas de mon propre père, mais, à mes yeux vous êtes l’image du père idéal. J’aimerai beaucoup en avoir un tel que vous. Robin a sacrément de la chance. J’aimerai beaucoup être le même genre de père pour ma fille. » Chacune de mes syllabes étaient pensées.

Monsieur Cornwell est tellement protecteur avec moi qu’il me propose de s’occuper de Dariole. Je fais non de la tête. « Z’en faites pas, m’sieur. J’peux la gérer. C’est plus qu’elle n’aime pas beaucoup qu’on insinue qu’être remplie de crème, c’est aussi bien sa fonction que son prénom. Mais je vais pas flipper pour une bonne femme, savez ? J’laisse ça à Robin avec Joséphine. Z’ont pas l’air d’être trop heureux ensemble. J’pense que Robin est en manque d’amour et qu’il a besoin de mon amitié pour ça. Et j’crois bien qu’elle ne m’aime pas beaucoup, Joséphine. C’est bête. J’la trouve sympa ! »

Je passe aux aveux et dit qu’il m’impressionnait et me faisait un peu peur, ce qui semble le surprendre. Il finit par reprendre du poil de la bête et me dit qu’il est touché par ma loyauté. Il me propose de parler de moi, ce qui me gène assez. Je suis plutôt du genre à foncer à l’entrainement. Papoter pendant des heures sur moi me gêne. « Oh, savez, y’a plus grand chose à dire, j’suppose. Depuis que j’ai perdu la mémoire, j’ai eu que quelques flashs du passé qui m’ont permis de retrouver ma fille, mais rien de bien passionnant. C’est à peine si je me rappelais son prénom… Pour dire ! Alors… Je me concentre sur ce que je sais faire de mieux : botter des culs ! Ou plutôt faire semblant et être payé en nourriture. Donc ouaip… être un champion va aider. Plus de cul à botter pour plus d’avantages. J’peux vous dire que ça j’aime. Mais pour sûr que votre fils se trompe. Ce n’est pas qu’une partie de la mémoire qu’il me manque. C’est à peu près tout en fait. A part quelques souvenirs de mon ancien travail, de ma fille et d’une femme, j’ai plus grand chose dans la caboche. C’est assez gênant car je ne saurai pas reconnaître mes amis de mes ennemis… »


_________________
True Bromance
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: All roads lead to Rome feat Declan    
 
All roads lead to Rome feat Declan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Michigan State :: Arène de combat
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération