Vote au top-site, sauve une licorne !
In Your Flesh
Depuis l'été 2014, l'Apocalypse règne sur le territoire américain. Dans la région de Détroit, les survivants s'organisent seuls depuis des mois pour sauver leurs vies et résister aux rôdeurs. Quand, après trois ans sans nouvelles du gouvernement, l'armée revient à Détroit, un nouvel espoir semble possible pour les survivants. Mais à quel prix ?
Vote au top-site !
Nous sommes en Septembre/Octobre 2017
En ce moment sur IYF :

× [Mission RP]
• Participez à la troisième mission "Chasseurs de Primes" en aidant l'armée à arrêter un criminel.

× [Animations]
• Fête du 4 Juillet à Fort Hope ici !

× [Coup de pouce]
• Consultez les demandes de RP !

× [Autre]
• Venez découvrir Les conseils beauté du Pr. Lazare #5 sur le tumblr du forum !

Intrigue #5 : What lies ahead
Cohabitation

Après plusieurs mois de cohabitation entre civils et militaires, la tension monte au point de menacer la paix précaire autant au sein de Fort Hope qu'avec l'extérieur.

[Lire l'intrigue] [Jouer un soldat]

 Us and them.
In Your Flesh :: Last pub before the end of the world :: Archives :: RPs

InvitéInvité
Anonymous
Carte d'identité

Us and them. Empty
MessageSujet: Us and them.   Us and them. EmptyDim 12 Aoû - 22:37
« Tu sortiras encore, demain ? » Demanda-t-elle d’une voix blanche, se redressant de leur lit improvisé pour le voir apparaitre dans la pénombre de la pièce.

Il était tard. Il avait mis un temps fou à rentrer de son expédition. Effy avait eu l’occasion de s’endormir et de se réveiller par deux fois, pour manger un peu. Olivia, elle, avait le cœur gros depuis la naissance de sa fille. Etrangement… Elle se sentait seule, ne parvenait pas à ressentir cette sécurité dont elle avait besoin pour se remettre. L’accouchement avait été éprouvant, certes, mais ça n’était pas son physique qui pêchait – elle n’avait pas eu tant de mal à retrouver la santé et la ligne, malgré les réserves maigres de la prison. C’était tout le reste, et surtout le moral qui dégringolait à chaque instant.

Heureusement, Nora prenait sur elle pour s’occuper de sa nièce la majorité du temps. Elle faisait de son mieux pour accompagner sa sœur, pour lui tenir compagnie, pour lui changer les idées. Elle désespérait parfois de retrouver cette lueur mutine dans les yeux de sa cadette, en se demandant la majorité du temps ce qu’il se passait. C’était parfois en larmes qu’elle retrouvait Olivia le matin, après le départ de Darren. Les yeux gonflés par les pleurs, et épuisée de ne pas avoir pu encore trouver le sommeil.

« Reste un peu, avec moi, je… » Sa voix s’étrangla à nouveau dans sa gorge. Elle serra les mâchoires, et de cet appel au secours, ne parvint à extirper qu’un maigre sourire : « Non, je comprends… On en a besoin… »

Elle faisait machine arrière, comme à chaque fois. Ses traits tirés par la fatigue ne la rendaient plus aussi belle que lors de leurs rencontres. Ses longs cheveux blonds – qui avaient beaucoup poussé durant sa grossesse – étaient noués en une natte qui se défaisait malgré ses bons soins. Elle tendit les bras vers son homme pour qu’il vienne l’enlacer. Et pour la première nuit depuis la naissance d’Effy et leur installation à la prison, Olivia put dormir pour de bon…

Et se réveiller quelques heures plus tard à cause de leur fille. Ce fut soudain : juste un chouinement dans son lit de fortune, quelques mouvements, et l’impression que le monde lui tombait sur les épaules avant même qu’elle ne commence à vraiment crier. C’était son instinct qui l’empêchait de fermer l’œil. Un instinct qu’elle ne comprenait pas, mais qui l’obligeait à tout faire pour sa fille… Elle se hâta de se redresser, de se pencher au-dessus du berceau pour comprendre ce qu’il se passait. Effy s’agita, mais cessa lorsqu’Olivia passa doucement une main sur son ventre.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » Murmura-t-elle en sentant les larmes lui monter aux yeux. « Pourquoi tu te réveilles, tu… Papa doit dormir, tu le sais… » Chuchota-t-elle alors qu’elle attrapait sa fille pour la blottir tout contre elle.

Ça ne fit cependant pas cesser les pleurs de cette dernière. Ils redoublèrent même. Et bêtement, Olivia n’avait même pas préparé de quoi la nourrir. Ses nerfs craquaient, et sa carapace avec. Elle aussi n’allait pas tarder à se mettre à pleurer.
InvitéInvité
Anonymous
Carte d'identité

Us and them. Empty
MessageSujet: Re: Us and them.   Us and them. EmptyLun 13 Aoû - 0:41
Encore une fois, la journée avait été longue. Dès l'aurore jusqu'au milieu de la nuit. Ou plus tard encore. Darren ne prenait plus le temps de compter ses heures d'expédition. Tout ce qui importait, c'était qu'il ramène suffisamment de ressources à la maison. Malheureusement, ce genre de plan, ça n'aidait pas vraiment à avoir une vie de famille saine et posée. On ne pouvait pas vraiment dire qu'il était un époux présent et encore moins un père proche de sa fille. Quand il rentrait, généralement, il s'écroulait auprès de Liv et s'endormait comme une masse. Et le lendemain, il devait soit organiser des sorties, soit voir avec Abel comment se passerait les prochaines étapes de renforcement de la prison. Le maître chien aurait tout donner pour pouvoir passer du temps seul, dans sa chambre, à roupiller mais le monde lui rappelait que ce n'était pas possible. Surtout quand Effy se mettait à pleurer et quand les morts d'à côté faisaient comprendre qu'ils ne seraient pas contre un petit casse-dalle. Face à son épouse, l'homme vint se frotter les yeux d'épuisement et haussa les épaules à sa question. Malgré la grossesse et l'épuisement, il continuait de la trouver magnifique et regrettait les instants où il n'était en charge de rien et qu'il pouvait passer du temps avec elle. Ses mots interpellèrent le dresseur qui haussa un sourcil pour chercher à comprendre ce que sa moitié tentait de lui faire comprendre. "Liv..." qu'il commençait pour l'inciter à lui dire ce qu'il se passait mais la rétractation et sa demande silencieuse d'une douce étreinte firent qu'il se contenta de la rejoindre pour quelques heures de repos.

En plein rêve, le sommeil de Darren fut déranger. Des bruits se mirent à envahir petit à petit ses songes aux formes indistinctes puis se changèrent en cris. Le mélange des deux mondes se mit à déranger son apaisement pour finalement le forcer à ouvrir les yeux. Doucement, il s'allongea sur le dos et bailla silencieusement alors que la blonde tentait de calmer le poupon. Braver la crise de larmes en se retournant pour dormir, c'est ce que désirait l'homme mais il ne parvenait pas à détacher son regard des deux silhouettes. Il avait le coeur brisé d'entendre le second amour de sa vie au bord de l'agonie. Lentement, le brun se releva et laissa ses pas le porter auprès de sa femme, venant doucement porter la main au creux de son dos, signalant ainsi sa présence. "Elle doit avoir faim... Donne la moi, je m'en occupe pendant que tu lui prépares sa collation, d'accord ?" proposait le père, désormais totalement réveillé. En réalité, il n'attendit pas vraiment l'accord de sa femme pour venir s'emparer du petit paquet. Malgré la pénombre, les yeux noisettes du sudiste vinrent fixer le visage féminin aux traits marqués et choisit de venir l'enlacer longuement contre lui. "Hey... Tu iras dormir ensuite. Je prend le relais." qu'il décidait, encore une fois, sans lui laisser le choix. Un baiser sur le front scella le pacte qu'il venait d'imposer à la femme.

L'homme fit les cents pas dans la cellule qui leur servait de chambre en berçant au mieux sa princesse pour apaiser ses maux, bien qu'il n'y ait pas de changement. "Chuuut... Calme toi, mon amour... On s'occupe de toi..." chuchotait le papa à son petit ange, comme pour la rassurer. Si quelques mois avant il s'imaginait pouvoir gérer les nuits blanches sans problème, il devait avouer qu'il s'agissait presque d'une mission impossible après une journée trop chargée. L'éducateur offrit à son bambin quelques longues caresses et essuyaient par moment ses joues remplient de perles salées en lui promettant qu'elle pourrait bientôt manger. Le biberon préparé, l'homme s'installa sur leur couche de fortune afin de caler au mieux le nourrisson et lui glissa la tétine dans la bouche. Effy se mit à téter allègrement, faisant au passage sourire le survivant.

Au bout d'une poignée de minutes, l'époux revint fixer sa moitié et lui fit signe d'approcher, prenant le risque de se tapoter rapidement la cuisse pour l'inciter à se servir de lui comme coussin, semblablement aux moments passés avant la parentalité. "Comment tu te sens, Olivia ?" demandait-il dans un chuchotement doux. S'il ne tenait pas sa fille, il se serait mit à caresser la chevelure blonde de l'immunisée et quelque part, il sentait que ce simple geste lui manquait. Peut-être bien que ce n'était pas les moments formidables en amoureux mais au moins, pour une fois, ils pouvaient prendre un peu de temps pour discuter. Loin des responsabilités de chacun et surtout des siennes.
InvitéInvité
Anonymous
Carte d'identité

Us and them. Empty
MessageSujet: Re: Us and them.   Us and them. EmptyMer 15 Aoû - 17:25
Raté… Un autre échec supplémentaire. Là où Liv avait voulu faire attention à ce que Darren ne soit pas réveillé par les cris de sa fille, ce fut lui qui vint à son secours alors qu’elle peinait à remettre ses pensées en ordre. Entre la cohérence de ses songes et de ses mouvements, il y avait un monde… Troublée, la blonde céda le petit corps d’Effy quand lui comprit qu’elle avait faim et qu’elle n’avait rien préparé pour elle. Olivia se sentit comme la pire mère de toute, incapable de savoir ce que voulait son propre enfant. Incapable de prévoir surtout que sa fille pourrait avoir faim au milieu de la nuit… Elle s’en voulait terriblement.

Mais elle renonça à pleurer parce qu’il fallait se concentrer sur ce fichu biberon qu’elle n’avait pas pu prévoir avant. La gorge nouée par le ressentiment, la blonde fit le nécessaire pour faire chauffer doucement l’eau, le mélanger au lait maternel, et revenir vers Darren pour le lui fournir. Les cheveux toujours emmêlés, des cernes vilaines sous les yeux, elle n’osa pas croiser le regard de son homme, de peur de fondre en larmes devant son incompétence crasse. Était-ce vraiment les hormones qui lui faisaient ça ? Elle en doutait. En fait, Liv se sentait tout juste comme la pire personne sur terre.

« Comment je me sens ? » Répéta-t-elle d’une voix étouffée, curieuse qu’il puisse lui demander ça. Elle eut envie d’éclater de colère, mais sa gorge se noua et rattrapa les mots durs qu’elle voulait adresser à tout le monde dans son état. « … ça pourrait être pire… » Répondit-elle.

Olivia n’eut pas l’impression de lui mentir car après tout, c’était vrai : ça pourrait être pire. Ils pourraient être dehors avec un enfant en bas âge, incapable de lutter pour leur survie. Ils pourraient être tous morts, et elle seule avec son immunité et une Jordan à peine plus vaillante qu’elle après la perte du club des cinq. A dire vrai, ils s’en sortaient tous bien, finalement…

Tous, sauf elle.

« Et toi… ? Comment… Tu n’es pas trop fatigué ? » Lui demanda-t-elle dans la foulée, pur essayer de détourner le sujet.

Darren n’était cependant pas dupe, et elle le savait au fond d’elle. Fondue dans ce marasme qu’était son corps depuis la naissance d’Effy, dans l’incompréhension que tout ça était, du fait de ne pas réussir à trouver un sens à cette rupture avec son enfant qu’elle ne pouvait plus protéger comme avant, la blonde se sentait tellement désolée…

« Je suis un poids pour vous… » Admit-elle finalement d’une voix blanche. « Je le sais… Une bouche de plus à nourrir, et Effy… » Elle se stoppa, parce qu’Effy n’avait pas encore l’opportunité de se défendre. Mais l’espace d’une minute, Olivia eut l’impression que son enfant s’en sortirait mieux sans sa mère. « Je ne sais pas comment tu fais… Pour ne pas m’avoir balancer dans la horde la plus proche… Je te suis inutile. »
InvitéInvité
Anonymous
Carte d'identité

Us and them. Empty
MessageSujet: Re: Us and them.   Us and them. EmptyMer 22 Aoû - 18:48
"C'est dans ce genre de moments que je suis tenté de te lancer aux charognards." laissait échapper Darren durement à son épouse, regard sombre et sourcils froncés. Il comprenait qu'elle était à bout. Elle qui était une femme si forte habituellement, une femme libre de ses mouvements et du genre à insulter tout ce qui se dressait sur son chemin. Elle n'était ce soir, comme depuis quelques temps, qu'une ombre. Un sorte de fantôme qui cherchait une raison de rester sur le lieu de son dernier souffle. L'éducateur soupira profondément en revenant adoucir ses traits en fixant sa fille avec énormément de tendresse. "Tu te rends compte de ce que tu dis, Liv ?" fit le père à sa moitié. Avait-elle conscience, ne serait-ce qu'un peu, de ce qu'elle sous-entendait ? Pouvait-elle préférée la mort plutôt qu'une vie, certes compliquée, auprès des siens. "Comment peux-tu penser... Comment..." Rien ne parvenait à quitter les lèvres du brun qui fixait amplement Emily qui continuait de téter son biberon avec envie. Bien sûr, il avait entendu parlé du baby blues mais n'avait jamais comprit à quel point c'était puissant. Aujourd'hui, force était de constater que c'était bien plus dangereux qu'une horde parce que chaque survivant finissait par le comprendre. Le mental l'emportait bien souvent sur le physique. Et là, sa blonde adorée, aimée au-delà de tout, laissait tomber chaque parcelle de sa force psychique. Les pupilles noisettes revinrent sur le visage de cette femme qui devait partager théoriquement sa vie. Théoriquement... Cette pensée écrasa fortement le palpitant du sudiste car il essayait de résister à la dure claque de la réalité. Son épouse touchait le fond et il n'avait rien vu jusqu'à présent. Était-il responsable ? Responsable à cause de son aveuglement et ses nouvelles responsabilités ?

Ike détourna une nouvelle fois les yeux d'Olivia en se pinçant les lèvres. Son esprit fonctionnait à vive allure pour essayer de trouver les mots qui apaiseraient ses maux. La petite gazouilla doucement pour signaler qu'elle ne pouvait plus avaler une goutte de lait et son père vint doucement la redresser et la porter à son épaule pour lui tapoter délicatement le dos. Merci Winter pour les conseils. Le rot ne tarda pas à se faire entendre et l'éleveur se releva silencieusement pour se diriger vers la couche de son héritière. Un baiser sur le front et un "Je t'aime" murmuré plus tard, il l'installa. Quelques secondes, il observa la douce bouille de son petit ange. Malgré la pénombre, il pouvait parfaitement distinguer les traits des Castillo offerts par les gênes d'une mère aimante. Une mère aimante qui aujourd'hui perdait pied. Dans son dos, l'homme eut l'impression d'entendre un sanglot et pour s'en assurer, il tourna les talons afin de constater les choses. Lentement, se mit à genoux devant Liv et passe les bras autour d'elle afin de la serrer tout contre sa poitrine. Sa main gauche se glissa lentement dans sa chevelure dorée pour lui octroyer de douces caresses alors que son bras droit la maintenait étroitement contre lui. Délicatement, l'époux parsema le front de son aimée de baisers plus tendre les uns que les autres. L'étreinte dura une bonne dizaine de minutes.

Darren qui avait fermé les yeux, les ouvrit et éloigna Liv pour pouvoir la regarder longuement. Il entrouvrit d'abord les lèvres sans que rien n'en sorte, peu certain de savoir quoi dire, voire pas certain du tout. Finalement, son cerveau se mit à agir de lui-même, laissant entendre un "Tu es fatiguée. Sur tous les fronts, tu es fatiguée. Et je sais qu'au fond de toi, ce que tu dis, tu ne le penses pas." Ce n'était pas très habile et même pas vraiment réconfortant mais pouvait-on s'attendre à autre chose de sa part, sachant qu'il n'était pas vraiment homme de lettres. Et pourtant il tentait. Il voulait tenter, même si ce n'était facile de se faire comprendre. "Tu es utile, mon cœur. Pourquoi tu ne le serais pas ?" fit-il en laissant sa main glisser sur sa nuque pour la gratifier de douces caresses. "Effy et moi, on serait perdus sans toi. Et notre bébé... Si tu n'étais plus là, tu crois qu'elle saurait comment s'en sortir ? Emily a besoin de toi, Liv. Parce que tu es sa mère. Parce que tu l'aimes. Bien plus que tu pourrais m'aimer, je ne suis pas totalement stupide et c'est normal." Le dresseur marqua une pause importante, le temps de s'assurer que sa femme enregistrait petit à petit les phrases qu'il venait de lancer. "Parle moi. Je sais que ce n'est pas le top alors parle moi. Nous sommes une équipe... " poursuivait le mari désormais attristé par la situation. Il se demandait, à vrai dire, s'il pourrait gérer la situation. Il en doutait et l'idée de mal faire et de perdre sa partenaire l'inquiétait. Résultant de cette crainte, il la serra un peu plus contre son cœur.

"Tu ne peux pas penser ce genre de choses, Olivia..." laissait-il tomber dans un murmure supplicateur. "Tu es bien plus forte que ça... Je t'ai connu plus combative... Pourquoi est-ce que tu baisses les bras ?" demandait le brun en fermant à nouveau les yeux, comme si ce geste pourrait le protéger des réponses qu'il obtiendrait par la suite.
InvitéInvité
Anonymous
Carte d'identité

Us and them. Empty
MessageSujet: Re: Us and them.   Us and them. EmptySam 22 Sep - 23:37
« Ce que je dis, c’est… C’est juste la vérité… » Souffla-t-elle d’une voix amère en le regardant droit dans les yeux. C’était ça le problème. Quand ses cils s’embuèrent et retinrent avec peines les larmes qui coulèrent, quand les mots de Darren lui parvinrent finalement, Olivia se sentit encore plus mal qu’au départ. Il n’était pas prêt à entendre sa souffrance. Et pourtant, elle était là, plus vivace que jamais. « Non, tu ne comprends pas Darren… »

C’était ça le problème : si lui ne parvenait pas à entendre à quel point elle souffrait, alors personne ne pourrait le faire. Ça n’était peut-être que passager, mais les visions qu’elle avait d’elle-même était de plus en plus récurrentes et violentes. Et il ne voulait pas voir ça :

« Je le pense, c’est ça le problème. Je le pense et je le ressens dans ma chair depuis qu’Effy est là… Et tu n’imagines pas les images qui me viennent à l’esprit à chaque fois que j’ai le temps d’y penser. » Parfois même lorsqu’elle tenait sa propre fille dans ses bras, qu’elle comptait la nourrir. Etait-ce seulement dû au manque de sommeil ? Ou alors, était-ce plus profond encore ? « Je me sens comme la pire des personnes sur terre, je n’ai pas l’impression de mériter d’être ici, d’être… Je suis une arnaque, Darren, comment tu peux ne pas le voir ? » Questionna-t-elle sincèrement.

Et dès lors, sa vue se troubla. Le monde était flou, le visage de son mari également. Elle savait qu’il s’accrochait pour survivre à ce qu’elle lui disait, mais n’envisageait pas vraiment sérieusement tout le tort qu’elle se causait.

« Comment tu peux réussir à me regarder dans les yeux et à me dire que tu m’aimes ? Tu ne peux pas le faire… » L’aimer, sincèrement. C’était impossible… « Je ne sais pas ce qui m’arrive. Je ne sais pas pourquoi ça m’arrive. C’est peut-être le karma, le contre-coup de tout ça. Finalement le retour de baton que je mérite depuis longtemps… » Souffla-t-elle : « Tu me trouves dure envers moi-même ? Tu n’imagines pas ce que je pense vraiment. Tu es loin du compte Darren. »

Elle prenait le risque conscient qu’il la déteste pour ça. Mais c’était peut-être qu’une épreuve supplémentaire à dépasser : en peu de temps, ils en avaient déjà passé tant ! La boule au ventre, la gorge nouée, Olivia s’obligea à parler. Et peut-être qu’au fond, ça soulageait un peu son fardeau…

« Et je ne sais pas… Je ne sais pas si je pourrais me retenir de faire une bêtise… » Avoua-t-elle. Sa lèvre inférieure trembla, elle se sentait horrifiée par ses propres mots, mais ses pensées étaient pires : « Il faut m’éloigner d’Effy, il le faut vraiment… Parce que je ne veux pas la blesser, mais ça arrivera vraiment. » Ajouta-t-elle sincèrement : « Et c’est peut-être mon dernier vrai moment de lucidité sur moi-même : écoute-moi, fais ce qu’il faut Darren… Je te supplie de faire ce qu’il faut pour que ça n’arrive jamais… »

Une supplique. Une demande. Peu importait le moyen qu’il trouvait pour l’éloigner d’elle, pour l’empêcher de faire la pire des conneries de sa vie :

« Je t’aime. Je t’aime plus que je n’aimerais jamais personne. Et j’aime notre enfant : c’est le plus beau cadeau que tu aurais pu me faire. Mais tout ce bonheur, je ne le mérite pas. » Trancha-t-elle.
InvitéInvité
Anonymous
Carte d'identité

Us and them. Empty
MessageSujet: Re: Us and them.   Us and them. EmptyVen 9 Nov - 4:27
Il devenait difficile d'entendre les propos d'Olivia. Ses confessions brûlaient la chaire de l'homme en profondeur, comme si on lui enfonçait une lame chauffée a blanc. Comme s'il se prenait des balles a bout portant. Sa mâchoire se contractait et son cœur de serrait face a tant de détresse. Darren savait parfaitement qu'il n'était pas évident de s'en sortir quand le moral était au plus bas mais il se sentait totalement démuni face a tout ça. Il est souvenait de l'époque  où lui-même déprimant jour et nuit. Il se souvenait même qu'il n'avait pu sortir la tête hors de l'eau uniquement parce qu'il y avait eu le labo. Parce qu'il y avait eu Gabriel, Jordan et les frangines Castillo. Parce qu'elle, cette blonde qu'il avait épousé, lui avait permis de voir autre chose que le malheur. Par quel moyen devait-il passer alors, pour l'empêcher de se noyer ? D'autant plus que cette situation mettait en danger leur nouveau né...

Délicatement, l'homme vint poser les mains sur les joues de sa moitié et plongea le regard dans le sien pour tenter de déceler la folie de la raison sans y parvenir pour autant. "Je peux te regarder dans les yeux sans sourciller et te dire que je t'aime sincèrement parce que c'est le cas. Je t'aime. Je t'aime comme je n'ai jamais su aimé auparavant." qu'il commençait, d'une voix grave. Ses pouces caressaient lentement les joues baignées de larmes. "Qui décide de ce qu'on mérite ou non, Liv ? Tu crois que tous les types de Fort Hope méritent leur sécurité et leur ration ? Qui dit qu'ils n'ont pas un plus mauvais karma que toi ? T'en sais rien." poursuivait le brun en s'approchant un peu plus de la femme pour venir coller le front au sien avec douceur.

Qui pouvait décider qu'une personne ou une autre devait mériter quoique ce soit dans ce monde hostile, de toute façon ? Il n'y avait plus d'histoire de mérite, très peu de moralité et d'humanité et quand ça arrivait, il fallait toujours se méfier puisque l'Univers se débrouillait toujours pour fiche le dawa dans son conte apocalyptique. Mais là encore, ce n'était pas la question. Doucement les mains du dresseur descendirent le long des bras de son épouse pour venir rencontrer ses poignets puis ses doigts. Son pouce droit vint rencontrer son alliance et cette fois, ce fut un coup de feu directement dans son palpitant. "Fais ce qu'il faut..." murmurait l'éducateur canin comme si cette phase sonnait dans une autre langue qu'il devait décoder. "Qu'est-ce que... Qu'est-ce que tu me demandes de faire, au juste ?" questionnait-il alors que son esprit s'affolait déjà a cause des réponds plus sombres les unes que les autres. La pire étant qu'il devrait ôter la vie a la blonde. Et si c'était ce qu'elle demandait ? Est-ce qu'elle pouvait réellement exiger de lui qu'il détruise sa propre famille ? Est-ce que...

Stop. Il devait se calmer. Il se mit a prendre plusieurs longues respiration et se devait de fermer les yeux pour s'obliger a ne plus avoir de pensées trop difficiles a accepter.

Lorsque ses paupières s'ouvrir, ce fut pour observer Olivia avec une détermination nouvelle. "Fais ton sac. On part. Toi et moi. Tu veux que je te tienne loin de notre fille alors on va le faire. Je vais demander a Jordan et Nora de prendre soin d'elle. On reviendra quand tu auras décidé que tu te sens mieux." décidait Darren en se redressant pour préparer son sac a dos. S'il n'y mettait pas grand chose hormis quelques vêtements et de l'eau, il prit le temps de laisser quelques instructions a Jordan en précisant qu'il ne savait pas combien de jours ils partaient mais qu'ils avaient besoin de souffler pour que Liv se remette d'aplomb. Il demandait bien évidemment de mettre Abel au courant de l'escapade improvisée. Tant pis si le couple partait de nuit. Il était hors de question qu'ils restent là a tourner en rond.

Son sac fait, il passa un haut chaud et se tourna vers la jeune femme pour la fixer longuement. "Allez, prépare toi." qu'il la pressait alors qu'il en était a mettre ses chaussures alors que Teddy se réveillait en grognant face au raffut que faisait son maître bien qu'il tentait d'être discret. Fin prêt, il se redressa et recommençait a observer son aimée avant de soupirer. "Tu as raison, je comprend pas. Je n'arrive pas a comprendre a quel point ton babyblues est fort. Je ne sais même pas si on en est au post-partum... Je ne sais pas ce que je peux faire pour t'aider. Je n'arrive pas non plus a imaginer Emily vivre sans sa mère et je n'arrive pas a imager qu'un jour je puisse te perdre." L'aveu était sincère et tandis qu'il parlait, l'homme prenait le temps de s'équiper d'une seule arme, soit son couteau de chasse tout en observant le poupon dans son berceau, le cœur emplit d'un amour inconditionnel.

"J'aurais aimé qu'elle connaisse toute sa famille. Tes parents. Mon père et ma sœur. Est-ce qu'ils méritaient d'être loin d'elle ? J'en sais rien. Est-ce qu'on mérite un bonheur pareil malgré ce foutoir ? J'en doute. Parce qu'on a fait des choses qui ne sont pas glorieuses. Parce qu'on est humains. Et il n'y a rien de pire au monde que d'être doté de réflexion et d'avoir conscience qu'on peut détruire pour le plaisir de le faire. Mais parce qu'on est humains, on sait aussi que le mérite c'est une connerie pour avoir bonne conscience. Ta fille est pure. Elle, elle mérite des choses. Une vie loin de la mort. Une vie d'amour. Une vie où elle ne sera pas obligée de courir comme nous, pour survivre. Une vie où elle pourra manger a sa faim et qui sait, un jour avoir une famille a son tour."

A mesure que les paroles de Darren s'écoulait, sa voix se nouait et ses yeux s'embuaient tandis qu'il voyait son bébé dormir du sommeil du juste. Encore une fois, il se demandait comment on pouvait aimer a ce point. Comment un si petit être lui donnait une volonté de fer si solide qu'il lui était impossible de ne pas surmonter les épreuves qu'on lui imposait.

Discrètement, le père vint essuyer une goutte d'eau poignet et se tourna vers sa femme pour l'observer longuement,plus sérieusement.

"Olivia, quand je t'ai épousé, c'était pour le meilleur et pour le pire. Cet anneau que je t'ai passé au doigt, ce n'est pas pour faire jolie. Pas uniquement. Alors oui, je ne comprend pas mais je suis prêt a t'emmener au bout du pays pour que tu prennes le temps de te remettre de toutes ces épreuves. Je suis prêt a veiller sur toi pour que tu ne fasses pas de bêtises. Et je suis prêt a attendre autant de temps qu'il faudra pour te ramener auprès de notre fille. Saine et sauve. Tu comprends ça ? Parce que je t'aime et parce que je veux t'aider. " terminait l'homme en revenant emprisonner le visage épuisée de Liv entre ses larges mains. En vérité, il ne voulait pas partir mais il était prêt a le faire pour que sa moitié puisse surmonter petit a petit la dépression qui l'enchaînait.
InvitéInvité
Anonymous
Carte d'identité

Us and them. Empty
MessageSujet: Re: Us and them.   Us and them. EmptyMar 4 Déc - 22:06
Elle ne le savait pas elle-même. Ce qu’elle demandait à Darren, ce qu’elle attendait de lui. Qu’il la sauve de ce désespoir oppressant peut-être ? Qu’il trouve une solution à ce qui la tuait à petit feu, dans son esprit déjà torturé ? Qu’il soit le héros qu’il devait être, parce qu’il l’avait déjà sauvé une fois d’elle-même, parce qu’il l’aimait à un point qu’elle n’imaginait même pas. Les lèvres pincées, Olivia haussa les épaules comme toute réponse. Elle craignait d’avoir à l’admettre à haute voix et pourtant, il le fallait.

Si un jour je vais trop loin… Quand j’irai trop loin… Il faudra que tu me tues, Darren. Sa voix était ferme, étonnement maitrisée malgré ce qu’elle lui disait franchement. C’était sans doute violent ainsi, mais elle ne voyait pas comment elle pourrait faire autrement pour qu’il le comprenne. Elle serait dangereuse, quoi qu’il arrive.

Pour autant, la réaction de l’homme ne fut pas celle qu’elle attendait. Olivia ne savait pas concrètement comment il aurait pu réagir de toute façon, mais lui demander de faire son sac, de partir, la figea sur place en le regardant avec les yeux ronds. De quoi parlait-il ? Pour aller où surtout ? Il la prenait au pied de la lettre – et sans doute à raison. Sans doute se rendait-il compte que ce désespoir qui la dévorait n’était pas du tout à prendre à la légère, qu’Effy n’y survivrait pas s’il ne faisait rien pour elle. Ses yeux s’embuèrent de larmes. A moitié effrayée, à moitié soulagée de voir qu’il réagissait.

Qu’il ne restait pas là, les bras ballants, à se faire écraser par ce qu’il lui tombait sur le crâne. Olivia prit une profonde inspiration, mais resta immobile devant lui. Elle ne sut par quoi commencer sur le coup, s’interrogeant sur le bien fondé de la démarche. Est-ce qu’Emily serait entre de bonnes mains ? Qu’importait… Tant qu’elle était loin d’elle, elle serait forcément à l’abri.

Où est-ce qu’on va ? Demanda-t-elle alors spontanément, comme si c’était désormais la seule évidence qui comptait à ses yeux.

Partir loin de cette prison pour se refaire une santé. Essayer de retrouver cette confiance qu’elle avait laissé loin d’elle durant tout ce temps. Effy n’était encore qu’un poupon, et elle n’aurait aucun souvenir de ce chagrin qui dévorait le cœur de sa mère. Et Olivia voulait tout faire pour qu’aucune séquelle ne retombe sur son enfant, mais si elle se laissait dévorer par ce cauchemar, par cette tumeur, qui grossissait en son sein, alors tout ça ne serait pour rien. Et là-dedans, Darren était de loin son meilleur allié. Il le disait, non ? Il l’avait épousé pour le meilleur et pour le pire. Jamais elle n’avait eu de soutien aussi solide et fiable. Sensible aussi, et sincère.

Je ne te mérite absolument pas. Souffla-t-elle d’une voix pleine de gratitude, elle posa ses mains sur celle de Darren et ferma les yeux pour profiter de cette chaleur. C’était sans doute le geste le plus simple qu’on avait envers elle, mais celui qui avait aussi le plus de poids dans son corps. Là, Olivia se sentait protégée. A l’abri de la douleur qui la faisait souffrir. Une peine sans cicatrice visible, qui nécrosait au fur et à mesure.
Contenu sponsorisé
Carte d'identité

Us and them. Empty
MessageSujet: Re: Us and them.   Us and them. Empty

 Us and them.
In Your Flesh :: Last pub before the end of the world :: Archives :: RPs

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Vous allez poster avec

Outils de modération