Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #33 : Novembre 2018
Animation trimestrielle #1 Once upon a time !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Intrigue #5 Recensement !
De nombreux postes vacants de l'armée sont encore disponibles. N'hésitez pas à venir jeter un coup d’œil par ici !
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - Chapitre I : New rulers, new rules > A lire ici

In Your Flesh :: Michigan State :: Fort Hope

 No things to make my brain seem scarred - ft Noah

Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 578
Points : 901
Date d'inscription : 09/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: No things to make my brain seem scarred - ft Noah   Sam 1 Sep - 17:34


15 Mars 2017

Le temps s'écoulait plus que lentement. Ezra avait l'impression que ses journées n'en finissaient pas. Il avait parfois des visites, et parfois il restait seul, même si c'était extrêmement rare. A croire que ses amis lisaient dans ses sombres pensées et ne lui faisait pas confiance. Ce qu'il redoutait le plus, c'était les nuit en solitaire, quand Anja et Harvey était de surveillance de nuit. Le simple fait de se retrouver seul dans sa maison l'angoissait. Déjà qu'il dormait peu, ces soirs-là, il lui était impossible de fermer l'oeil et vu qu'il passait ses journées à ne rien faire il avait dû mal à garder un rythme circadien normal.

Il finit pas se lever pour aller respirer l'air frais de la nuit en ouvrant sa fenêtre. Il devait être aux alentours de 3 heures du matin. Autant il passait sa journée cloîtré dans sa chambre, autant quand les autres habitants de Fort Hope dormaient cela ne le dérangeait pas d'observer discrètement le camp par la fenêtre. Il se massa la nuque, elle le faisait atrocement souffrir dernièrement… évidemment cela n'arrangeait en aucun cas ses insomnies.

Les rues étaient totalement déserte, il n'y avait de mouvement que vers les palissades. Il s'assit sur le rebord de la fenêtre, massant encore et encore ses cervicales. Il en avait marre d'avoir mal. Pourquoi cette douleur ne le lâchait pas ... Cela faisait presque 10 jours maintenant ... Son regard coula ensuite vers l'infirmerie, ou les fenêtres éclairées faisait penser à un phare qui guidait les bateaux égarés. Il n'y avait sûrement qu'une seule personne de nuit, cela serait tellement simple d'y aller et de prendre un simple cachet pour pouvoir enfin oublier cette douleur constante...

Et puis merde ! Il en avait trop besoin. Il savait que personne ne lui donnerait quoi que se soi pour le soulager. Personne ne le croirait s'il disait qu'il souffrait à en pleurer. Personne du corps médical évidemment, car s'il disait ça à Harvey ou à Anja, ces derniers s’inquiéteraient pour une chose pour laquelle il ne pouvait rien faire. Et remuerais surement ciel et terre pour lui apporter ce dont il avait besoin. Et il ne voulait pas devenir encore plus encombrant pour eux, qu'il ne l'était déjà.

Il enfila un pantalon et passa un pull, mettant rapidement ses baskets avant de sortir de la maison. Il n'était vraiment pas à l'aise dehors. Mais s'il voulait avoir ses médicaments pour ce soir, il fallait qu'il affronte vaillamment l'extérieur. Heureusement, l'infirmerie était en ligne droite en passant pas l'arrière de sa maison et c'était une bonne nouvelle. S'il était assez discret, personne ne le remarquerait. Surtout que les veilleurs de nuit étaient là pour surveiller l'extérieur, pas l'intérieur du camp.

Il arriva près de la porte d'entrée du dispensaire et se glissa à l'intérieur le plus discrètement possible. La lumière était toujours allumée, mais il ne voyait personne pour le moment. Peut-être que ce dernier dormait quelque part. Ezra se déplaça précautionneusement, allant même jusqu'à retenir sa respiration pour être le plus discret possible. Il savait plus ou moins où était la pharmacie, mais il n'était pas sûr de trouver son bonheur. Il se rappelait vaguement des médicaments qu'on lui donnait à l'époque … mais il n'y en avait qu'un dont il avait retenu le nom : l'Oxycodone. Ce dernier lui avait donné l'occasion d'oublier quelque temps ses cervicales … Avec un peu de chance, celui-ci pourrait l'aider à mettre dernière lui les mauvais souvenirs de Maryse, Will, Elias et sa tentative de suicide ... euh ... non ... c'était son mal au cervical qu'il voulait vaincre, pas ses mauvais souvenir... Ezra était confus, mais gardait son idée en tête ... des anti-douleurs et maintenant.

Il arriva enfin à l'endroit ou été stocké les médocs, et commença à chercher. Il lui fallait quelque chose rapidement, avant qu'on ne se rende compte qu'il était là … Avant qu'il ne tombe encore un peu plus en disgrâce …

Il fouillait toujours, essayant de ne pas penser à ce qu'il était en train de faire. Harvey lui passerait sûrement un savon pour ça … Mais … Dans un sens ce dernier n'était pas non plus sensé être au courant. Alors tout irait bien … Pas de témoin, pas de coupable, pas de crime. Juste une erreur d'inventaire ...

HRP:
 




_________________


And miles to go before I sleep
Noah RichardsonAnd miles to go before I sleep
avatar
Messages : 754
Points : 1243
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: No things to make my brain seem scarred - ft Noah   Sam 1 Sep - 23:05
Il y avait beaucoup de changements ces temps-ci dans la vie de Noah. Bon, ce n’était pas le genre de gros changements qu’on pouvait attendre au niveau d’un camp de survivants. Pas de grosses épidémies, pas d’invasions… En fait, des militaires nettoyaient régulièrement les rues. Même si des gens se demandaient d’où ils venaient et ce qu’ils voulaient faire dans le coin, Noah se disait que moins de marcheurs était de toute façon mieux pour tout le monde, qu’importe pourquoi on les éliminait. Non, les changements étaient plus au niveau… Humain. Déjà, il visitait régulièrement Harvey pour le soigner après ses entraînements musclés. Si ça ne tenait qu’au médecin, il déconseillerait au jeune homme de s’entraîner comme ça. Il revenait souvent avec des bleus, des coupures et parfois même des blessures douloureuses au muscle, résultant de coups ou de mauvais positionnements. Bref, le gamin était quand même dans un sale état, mais Noah se rassurait en se disant qu’au moins il était pris en charge et n’évitait pas l’infirmerie par peur de se faire voir par Elias ou Logan.

Un autre qui l’inquiétait était bien évidemment Ezra. Harvey lui avait raconté où et dans quel état ils l’avaient trouvé. Des détails qu’il avait à peine voulus imaginer quand on lui avait amené le pauvre tatoueur d’habitude si jovial, extraverti et amusant. Au début, il avait semblé reprendre des forces et retrouver son ancienne personnalité, mais depuis quelques temps, on ne le voyait plus, et les rares fois où il l’avait entraperçu, la vision qu’avait eu Noah n’était pas très rassurante. L’expression d’être l’ombre de soi même était incroyablement appropriée pour Ezra. Il ne semblait pas particulièrement heureux d’être revenu et Noah avait entendu dire qu’il y avait eu quelques incidents depuis son retour. Malheureusement, Noah n’avait pas la formation pour gérer ce genre de chose et à chaque arrivée de survivants, il espérait que des psychiatres arrivent… Mais sa prière n’avait pas encore été exaucée et il s’inquiétait de plus en plus de constater qu’Ezra ne sortait toujours pas de chez lui. Noah espérait que la transition ne serait pas trop difficile… Mais le contexte n’aidait pas non plus il fallait avouer.

Installé à un des bureaux à l’étage, Noah remplissait quelques fiches de suivi. Il avait mis en place des fiches pour chaque personne ayant des médicaments, un traitement ou une maladie, pour garder tout au même endroit. Au début, les médecins finissaient par devoir trouver les autres pour confirmer leurs traitements et s’assurer qu’ils ne finissaient pas par donner trop de médicaments ou pas assez. En passant en revue certains dossiers, il fut pris d’un doute. Généralement il se souvenait de l’inventaire par cœur, mais il ne se souvenait plus exactement de certains médicaments plus obscurs, ceux qu’ils avaient récupéré dans des cliniques vétérinaires par exemple.

Il descendit les escaliers et alors qu’il entra dans la pharmacie (ou ce qu’ils appelaient la pharmacie) il se retrouva d’abord agréablement surpris de voir Ezra. « Oh Ezra ! Content de… » dit-il avant de soudainement réaliser ce qui était potentiellement entrain de se passer. Son sourire s’effaça légèrement pour laisser place à une expression d’inquiétude. « Tout va bien Ezra ? Tu as besoin d’aide ? » demanda-t-il. Dans son esprit, le jeune homme avait eu peur de déranger et cherchait un traitement innocemment. Ou alors avait-il développé une phobie sociale ? En tout cas, Noah était sûr que son vieil ami ne volerait pas sous son nez des médicaments…


_________________

    but one soul stays awake at night
    I was listening to the ocean, I saw a face in the sand but when I picked it up, then it vanished away from my hands... I had a dream I was seven, climbing my way in a tree, I saw a piece of heaven, waiting, impatient, for me...+ ms.palmer
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 578
Points : 901
Date d'inscription : 09/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: No things to make my brain seem scarred - ft Noah   Mar 4 Sep - 22:08


Ezra finit par enfin trouver son bonheur : de l’Oxycodone. Il secoua un peu la boîte qui lui paraissait extrêmement légère. Mais en ouvrant cette dernière, il put récupérer les trois dernier comprimé. Il était en train de refermer la boîte vide et de la remettre à sa place quand une voix venant de derrière lui le fit sursauter.
Le tatoueur se retourna, blanc comme un linge, les trois comprimés serrés dans sa main. C’était Noah ... Noah l’avait surpris, mais il n’avait pas l’air de savoir ce qu’il était en train de faire. Son cœur battait à tout rompre tellement qu’Ezra avait peur de ce qu’il pourrait lui arriver si le médecin se rendait compte de son méfait et serrait, de ce fait, encore plus ses comprimés dans sa main. Il serrait tellement que ses phalanges en devenaient blanches et que ses ongles commençaient à entamer sa la paume de sa main.

« Euh … oui … ça va … enfin … non … je … j’ai mal à la tête … je … »

Le tatoueur était perdu, il ne savait pas quoi dire. Il mentait en disant qu’il avait mal à la tête pour ne pas dire que s’était sa nuque qui le faisait souffrir, il ne voulait pas que son ami l’examine pour ça. Il voulait surtout que plus jamais personne ne le touche à cet endroit-là, c’était pour lui une vrai torture. Cela lui rappelait trop de mauvais souvenir et il n’avait plus envie d’y penser. Même si, à bien y réfléchir le simple fait d’en souffrir comme il en souffrait maintenant était finalement peut-être bien pire.

Maintenant qu’il avait commencé à mentir, il ne pouvait que continuer. Il n’allait pas avouer qu’il volait des antidouleurs extra-puissants pour sa petite douleur à la nuque alors que, d’autres survivants en avaient surement plus besoin que lui. Il s’écarta de l’étagère ou était déposé les médicaments, ne remarquant même pas qu'il avait rangé à l’envers la boîte d’Oxycodone.

« Dé … désolé … je voulais pas … te déranger pour juste ça … ça m’empêche juste de dormir … »

Ezra se sentait complètement coincé dans cette petite pièce et même si Noah n’était pas le genre d’homme à vous écraser de son charisme, il était très mal à l’aise. Parce qu’il prenait pleinement conscience de la connerie qu’il avait faite en venant ici et qu’il ne voulait pas affronter le regard de Noah le jugeant sur ça, ni celui d’Harvey quand on lui dirait qu’il avait volé l’infirmerie. C’était débile comme idée, cela lui avait semblé être une bonne chose sur le moment, mais là, il n’assumait plus du tout ce qu’il faisait … comme ce qu'il avait infligé à Will.

Ezra sentait qu’une crise de panique commençait à pointer le bout de son nez, mais il n’essayait même pas de se contrôler, il n’en avait pas la force. Ses inspirations se faisait de plus en plus profonde alors que sa respiration continuait encore et encore de s’accélérait avant qu’il tombe dans une crise d’hyperventilation, totalement incontrôlée.

Mais qu’elle idée de merde d’être sortie de la sécurité de sa chambre pour trois pauvres comprimés. Il les serrait d’ailleurs toujours dans sa main à s’en faire mal, mais il voulait fuir au plus vite et il savait que c’était impossible, Noah ne le laisserait jamais partir d'ici dans cet état.

« Je … ça … va … passer … »

Ezra tourna le dos au médecin dans l’espoir que loin de son regard, il se sente un peu moins coupable et puisse enfin arriver à reprendre le contrôle de sa respiration. Noah ne l’avait encore accusé de rien, mais dès qu'il l'aurait fait, le tatoueur ne saurait même pas quoi répondre. Il était en tort et se comportait de manière totalement égoïste. Et encore une fois, il se dégoûtait lui-même.



_________________


And miles to go before I sleep
Noah RichardsonAnd miles to go before I sleep
avatar
Messages : 754
Points : 1243
Date d'inscription : 08/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: No things to make my brain seem scarred - ft Noah   Ven 2 Nov - 4:59
Le jeune tatoueur d’habitude si bavard et spontané, semblait soudainement avoir avalé sa langue, ses dents et tout le reste avec. Il était hésitant et balbutia rapidement qu’il avait mal à la tête. Malheureusement, à l’infirmerie ils ne traitaient pas les problèmes mineurs. Les maux de ventre, de tête ou les blessures superficielles étaient traités avec des remèdes naturels et des conseils sur l’hygiène de vie. Il y avait des problèmes bien plus graves qui pouvaient être traités avec des médicaments que l’on pensait souvent « classiques » comme l’aspirine par exemple. Il y avait tellement de petits bobos, finalement, qui rendait la vie désagréable mais pas impossible. Et si, dans le passé, les survivants avaient pu simplement aller dans n’importe quelle pharmacie ou supermarché pour trouver des boites de médicaments facilement, leur rareté et le fait qu’ils ne seraient probablement jamais renouvelés les avait contraints à devoir supporter les petits tracas du quotidien.

Le jeune homme s’éloigna du cabinet et du coin de l’œil, Noah remarqua que quelques boites avaient été bougées. Une impression désagréable se faufila dans ses veines et il sentit sa nuque se raidir. Est-ce que Ezra avait pris des médicaments ? Il n’avait pas envie de vérifier, car il avait envie de croire que son ami ne volerait pas dans son dos comme ça. Mais en même temps, il avait sur ses épaules, la vie des survivants de Fort Hope. Ce n’était pas une responsabilité à prendre à la légère et chaque pilule absente du cabinet pouvait se transformer en drame si quelqu’un en avait désespérément besoin. Le genre de situation que Noah devrait gérer certainement. Le malaise grandit alors que le jeune tatoueur tenta de s’expliquer alors que le médecin ne disait rien, observant l’attitude carrément fuyarde de son interlocuteur. Si Ezra était souvent spontané avant sa disparition, il devait certainement avoir gardé un peu de sa personnalité car il avait l’air de mentir assez mal. En tout cas, le mal de tête sonnait de plus en plus faux pour Noah qui était en difficulté. Il n’aimait pas du tout avoir ce genre de conversation, encore moins avec quelqu’un qu’il connaissait et quelqu’un à qui il tenait.

Le malaise était partagé car Ezra semblait de plus en plus inconfortable. Sa respiration semblait s’emballer et avant que Noah ai le temps de se rendre compte de ce qu’il se passait, le jeune homme se mit à hyperventiler. Il tourna, de dos, et dit que ça allait passer… Inspirant doucement, le médecin dit simplement « assieds-toi, il y a une chaise là… » il combattit son réflexe de vouloir poser ses mains sur les épaules frêles du tatoueur et se contenta de simplement désigner la chaise, près de la fenêtre, à côté d’un lit vide. Une fois à la fois. Il n’était pas bon de s’emballer et d’accuser quelqu’un sans être sûr, surtout par rapport à des médicaments dans la situation dans laquelle ils se trouvaient. Là maintenant, il n’avait pas forcément peur pour ses futurs patients mais pour Ezra si les survivants de Fort Hope apprenaient qu’il avait essayé de voler quelque chose. Ça pourrait certainement vite dégénérer… « Respire par le nez et baisse la tête entre tes genoux. » dit-il simplement en s’asseyant sur le lit. Il essayait de garder une voix douce et calme. Si Ezra le sentait sous pression, ça ne ferait qu’empirer sa propre angoisse. « Tu peux me parler de ton mal de tête ? Tu as d’autres douleurs ? » il savait que le jeune homme ne voulait pas être touché et qu’il évitait l’infirmerie, et lui en particulier. Il avait déjà fait quelques diagnostiques en observant simplement des patients, mais il avait avec lui des outils très performants et des collègues pour l’aider… Il allait devoir montrer beaucoup de psychologie sur ce coup là.

_________________

    but one soul stays awake at night
    I was listening to the ocean, I saw a face in the sand but when I picked it up, then it vanished away from my hands... I had a dream I was seven, climbing my way in a tree, I saw a piece of heaven, waiting, impatient, for me...+ ms.palmer
Nudiste professionnel
Ezra YoungNudiste professionnel
avatar
Messages : 578
Points : 901
Date d'inscription : 09/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: No things to make my brain seem scarred - ft Noah   Mar 6 Nov - 22:00


Le tatoueur obéit bêtement à Noah quand ce dernier lui proposa de s’asseoir. Il était tellement paniqué qu’il n’essaya même pas de lutter. Il s’assit sur la dite chaise mais sa crise ne faisait qu’empirer. Il avait l’impression que ses poumons allaient le lâcher s’il continuait comme ça. Puis le Doc, toujours aussi attentionné, lui donna des conseils pour se calmer. Il les connaissait déjà mais il n’arrivait pas à les appliquer, pas ce soir. Tout autour de lui semblait s’éloigner alors qu’il demeurait seul au milieu de ce lieu qu’il détestait tant.

Puis la voix de son ami lui fit un peu refaire surface. Et le tatoué luttait encore et toujours contre lui-même pour ne rien dire à ce dernier concernant ses douleurs.

« Je … je peux pas … »

Mais plus les secondes passaient, plus il lui semblait impossible de continuer plus longtemps à mentir. Il essayait de dissimuler trop de choses. Il ne pouvait pas continuer ainsi. Chaque secret qu’il gardait le rongeait de l’intérieur et continuait à aggraver son état.

Il réussit finalement à respirer plus calmement et bien qu'encore pas tout à fait revenue à la normale, il arrivait à parler un peu mieux.

« J’ai tellement mal … J’en peux plus … »

Ezra essaya de contrôler la bouffée d’angoisse qui le submergea quand il avoua au médecin qu’il souffrait. Il savait que c'était la douleur qui le faisait craquer et il savait d’autant plus que s’il avouait avoir mal, il allait avoir droit à un examen. Et il ne voulait pas qu’on le tripote, pas maintenant . Il avait bien trop mal pour jouer au patient coopératif.

« J’ai … j’ai mal à la nuque … »

Juste après avoir dit ça, il releva les yeux vers le médecin et cacha sa nuque de sa main. Comme un enfant qui ne souhaitait pas que l’on découvre sa bêtise. En plus de sa cicatrice, on pouvait encore deviner les marques qu’avait laissées la corde qu’il avait utilisée pour se lester, lors de sa tentative de suicide dans le lac. Ezra se releva maladroitement. Il serrait toujours aussi fort les pauvres trois comprimés qu’il tenait dans sa main, ils allaient lui permettre de passer une bonne nuit. Enfin c’était ce qu’il s’imaginait, mais c’était aussi fortement improbable. Harvey n’était pas là, Anja dormait déjà et lui avait si mal et si peur de lui-même qu'aucun comprimé au monde ne pourrait le lui faire oublier. Il serait prêt à n’importe quoi pour que cette douleur s’estompe. La preuve, il en était venu à voler des médocs. Alors … de quoi serait-il capable, seul dans cet état chez lui ? Il avait peur de recommencer … et s’il essayait de se tuer une nouvelle fois et que cette fois il réussissait. Il trahirait Harvey, Anja et Will qui avait pris la peine de venir le soutenir. Pourrait-il vraiment leur faire ça ? Simplement pour ne plus avoir mal … ?

Il connaissait la réponse, et c’est bien ça qui le terrorisait. Il resta debout devant Noah, sans trop savoir quoi faire. Il avait besoin d’aide, on lui avait répété un nombre incalculable de fois qu’il devait aller parler à Noah. Mais parler de quoi ? Parler du fait qu’il avait torturé Will ? Parler du fait qu’on l’avait lui aussi malmené durant un nombre incalculable de jour ? Parler de ses faiblesses ? Non, il ne pouvait pas, il n’était pas encore prêt à parler de ça … Il ne s’en sentait vraiment pas capable.

« Je … »

Mais il avait promis à ceux qui l’entouraient qu’il allait aller de l’avant, qu’il allait s’en sortir. C’était peut-être le moment de parler de ça ? Mais, il ne fallait pas oublier qu’il avait toujours les cachets dans sa main et ses derniers lui brûlaient la paume. Il ne pouvait pas faire ça il ne pouvait être si con …

« Je … je m’excuse … »

Il ouvrit sa main meurtri par ses propres ongles devant Noah et lui tendit l’Oxycodone. Ça lui faisait encore plus mal de lui avouer ça, il avait l’impression de continuer à devenir un monstre encore pire que celui qu’il était déjà. Il baissa le regard et commença à sangloter. Pourquoi faisait-il une rechute maintenant, il avait pourtant eut l’impression d’arriver un peu à reprendre le dessus. Mais vu son état de ce soir, ça n’avait vraiment pas l’air d’être le cas.
Il sécha ses larmes d’un revers de la main, mais ne releva pas ses yeux. Il avait trop peur d’affronter le médecin maintenant.

« Ne me met pas dehors s’il te plait … Je peux pas rester seul, pas ce soir … je peux pas … j’y arriverais pas … Laisse-moi rester un peu ici. Jusqu’à ce qu’Harvey rentre … S’il te plait … »

Ezra commençait à trembler de peur. Il ne voulait pas retourner chez lui. Enfin, il désirait plus que tout retrouver la sécurité et le calme de sa chambre, mais il ne pouvait pas rester seul. Il avait un mauvais pressentiment. Il fallait qu'il reste ici pour le moment.




_________________


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: No things to make my brain seem scarred - ft Noah   
 
No things to make my brain seem scarred - ft Noah
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Michigan State :: Fort Hope
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération