Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #33 : Novembre 2018
Animation trimestrielle #1 Once upon a time !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Intrigue #5 Recensement !
De nombreux postes vacants de l'armée sont encore disponibles. N'hésitez pas à venir jeter un coup d’œil par ici !
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - Chapitre I : New rulers, new rules > A lire ici

In Your Flesh :: Michigan State :: Fort Hope

 Never give up [Pv : Willou]

avatar
Messages : 151
Points : 924
Date d'inscription : 10/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Never give up [Pv : Willou]   Ven 7 Sep - 10:46
Encore une… Encore une journée, où je ne suis presque pas sortie de ma chambre. Ce n’est pas bon pour le moral, mais pire encore, ça va finir par paraître suspect. Je ne saurais pas dire à proprement parlé, si je broie du noir véritablement. Mais disons plus, que je me retourne le cerveau continuellement avec des réflexions de tout genre. Je n’ai pas de preuve médicale, qui dise que je sois enceinte. Mais je le sais. Je n’ai pas du tout respecté mes périodes depuis l’accident, pour ainsi dire, je n’ai pas eu mes règles une seule fois. L’anxiété me scie la gorge toute la journée, j’ai un nœud dans l’estomac… Si je ne m’occupe pas, il m’est incapable de penser à autre chose. J’ai constamment envie de vomir mais ça, je ne peux pas l'assimiler à cette grossesse non désirée, c’est simplement le fruit de mon stresse trop présent. Un frisson me glisse le long du dos, tandis que de ma position, j’observe l’extérieur. Le jour décline doucement, je crois qu’Elias et Will sont rentrés, mais en vérité, je n’en sais trop rien. Perdue dans mes pensées, l’extérieur est un peu obsolète pour mon esprit à présent.

Je me rallonge sur mon lit, observant avec douceur l’endroit qu’est ma petite chambre personnelle. Je me sens bien ici. Je suis avec Will et Elias, mon meilleur ami et mon ami, ils ont un petit chat que j’adore sincèrement. Je me demande souvent si je ne suis pas de trop, après tout un couple a besoin de tranquillité, mais finalement à bien y penser, je ne suis pas si bruyante et envahissante que ça, ces derniers temps. Le jour où ils me demanderont de partir, j'essaierai de trouver à m’établir pas très loin, mais pour le moment, je compte rester encore le temps que je pourrais rester. Les avoir avec moi, me rassure à un point qu’ils n’imaginent pas. Je me sens entourée, en parfaite sécurité… La première fois où j’ai vécu dans un groupe, tout comme Will d’ailleurs, ça n’a pas été une réussite mais ici, nous sommes en sécurité. Les murs sont trop solides et trop hauts, avec des sentinelles impliquées et de confiance. On ne risque plus de se faire attaquer par surprise dans notre sommeil pour ainsi dire, les gens d’ici semblent même heureux. Même si beaucoup semblent brisés par les événements, ils semblent apaisés d’être ici et je peux d’ailleurs voir ces évolutions chez Will. Lorsque nous nous sommes retrouvés, il se faisait appeler Aiden et n’avait pas envie de venir ici, s’établir avec Elias. Mais par son courage et quelques mots de ma part lors de nos retrouvailles, il a finalement réussis et a repris des couleurs, je trouve. Les événements récents, l’ont de nouveau mis à mal mais… Will est fort, bien entouré. Même si je n’ai pas encore pu en parler avec lui, j’espère qu’un jour il sera prêt, qu’il est conscient que mon oreille lui ait prêtée.

J’ignore comment je vais gérer l’accident. Un avortement sans risque est encore possible dans notre époque ? Ma tête part vraiment dans tous les sens, mais il va falloir que je commence à faire quelque chose, plutôt que de simplement attendre. J’irais trouver de l’aide à l’infirmerie quand le courage viendra… Soudain, me faisant presque sursauter, quelqu’un frappe à ma porte. Je balaye immédiatement mon air perdu de mon visage et je redeviens… Moi. Je souris doucement et je m’assois en tailleur sur mon lit.

- Oui ? Tu peux entrer.

_________________
Happyness
IN MY HEART

WITH ME, THERE IS NO MORE HURT

Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2344
Points : 2531
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Never give up [Pv : Willou]   Ven 7 Sep - 19:16
Les choses commençaient à rentrer doucement dans l’ordre dans la vie de Will. Il n’était pas encore parfaitement remis de sa captivité, ni parfaitement à l’aise d’être nouveau libre. Il ne sortait presque plus, pourtant, alors qu’il avait passé les premiers jours après son retour à fuir inlassablement Fort Hope et surtout Elias. Mais les choses allaient mieux entre eux aussi. Depuis un peu plus d’un mois seulement, ils étaient officiellement un couple marié et cela aidait pas mal à apaiser les tensions entre eux. Ils vivaient sur leur petit nuage, profitaient pleinement de la deuxième période lune de miel de leur couple et apprenaient à se réapprivoiser petit à petit, presque comme s’ils n’avaient jamais été séparés une seule fois au cours des dix derniers mois. Chaque matin, Will se réveillait avec le sourire aux lèvres dans les bras de l’homme qu’il aimait et chaque soir, s’endormait contre lui sans la moindre inquiétude. À longueur de journée, il s’amusait à faire tourner l’alliance argentée à son doigt comme s’il n’arrivait toujours pas à croire qu’elle soit réelle. Il restait quelques petits soucis, quelques petites craintes, mais dans l’ensemble, sa vie reprenait un sens correct et il était de nouveau heureux.

Il n’y avait qu’une seule chose, à vrai dire, qui ne tournait pas tout à fait rond dans son existence. Une petite chose cachée derrière la porte devant laquelle il se trouvait actuellement, tout au bout du couloir à l’étage de sa maison. Azia. Cela faisait un peu plus d’un mois aussi que la jeune femme avait posé ses valises chez eux. Le jour-même de leur mariage surprise et improvisé, auquel Will ne l’avait pas invité. Il l’avait quand même informé le soir-même et ils avaient passé une bonne soirée tous les trois malgré la légère rancoeur qu’il savait que la jeune femme ressentait à son encontre pour avoir été snobée de la fête. Malgré tout, il ne croyait pas qu’elle lui en veuille au point de lui faire encore la tête un mois plus tard. Et pourtant, depuis cette soirée de célébration, c’était à peine si elle sortait de sa chambre assez longtemps pour qu’ils aient une vraie conversation. Mais peut-être qu’il se trompait, après tout, peut-être qu’elle lui en voulait sérieusement au point de se cacher là pour lui faire passer le message d’une façon passive-agressive que n’importe quel autre homme n’aurait sans doute pas comprise. Will lui avait laissé de l’air, mais à force, il se sentait un peu trop agaçé par ce comportement et sa patience s’effritait sérieusement. Raison pour laquelle il était là actuellement, avec un plateau dans les mains, couvert d’un festin de roi : jus de fruit fabriqué le matin même par les gens de la ferme et pancakes qu’il avait plus ou moins réussi à faire lui-même, dans la ferme intention d’obtenir le pardon de son amie. Il avait même été cueillir une fleur dans le jardin, qui reposait désormais dans un verre vide sur le plateau. Une sorte de pâquerette pas très jolie, mais tout ce qu’il avait trouvé qui pousse encore dehors.

Il eut un peu de mal à ouvrir la porte sans rien renverser quand, après avoir frappé, la jeune femme l’autorisa à entrer, mais y parvint avec une certaine grâce. Il se para d’un grand sourire en allant jusqu’au lit où il déposa le plateau. Il comptait bien la forcer à arrêter de bouder, mais il le ferait en laissant la jeune femme s’en vouloir d’avoir bouder pendant un mois alors qu’elle possédait le meilleur ami du monde, même si ça n’était pas exactement vrai dans les faits. “J’espère que tu as faim !” lança-t-il joyeusement en s'asseyant à côté du plateau. “J’ai préparé les pancakes moi-même, mais rassure-toi, Elias m’a surveillé tout du long et il en a mangé un avant de partir ! Il n’est pas encore mort donc ça devrait être sans danger.” affirma-t-il sur le même ton beaucoup trop léger pour être vrai. “Alors, dis-moi, qu’est-ce que tu fabriques enfermée ici toute la journée ?” Il ne lui donnerait aucune chance de s’en sortir cette fois et la manière dont il souriait et parlait en ce moment le prouvait bien. Si elle voulait se débarrasser de lui, elle n’avait qu’une seule solution : accepter de lui pardonner. Ou bien l’assassiner, mais elle n’oserait pas faire une chose pareille, n’est-ce pas ? D’autant plus qu’Elias finirait par s’en rendre compte et alors… elle le regretterait certainement très longtemps.

_________________
avatar
Messages : 151
Points : 924
Date d'inscription : 10/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Never give up [Pv : Willou]   Sam 8 Sep - 15:43
C’est de toute évidence, très compliqué comme situation. Comment faire pour cacher que ça ne va pas, quand on vit avec d’autres personnes ? Pire encore, lorsque l’une des personnes en question, nous connaît si bien. Will n’est clairement pas homme à être subtile. Et malheureusement, je sens le piège se refermer sur moi à la vue de son jus et de ses pancakes apportés au lit. Il a même pris le temps d’aller quérir une fleur, qui même si elle n’est pas en meilleure forme, me touche évidemment. Avec un petit sourire amusé, j’attrape le verre délicatement et pose la plante sur ma table de nuit. Il devrait au moins survivre jusqu’à demain matin… Du moins je l’espère. Moi qui commence à faire comme les autres et à déprimer pour rien, trouver une tige aux pétales fuyants au réveil, pourrait être considéré comme la chose la plus triste que j’ai jamais rencontrée. Quand on a un problème, le moindre événement négatif vient faire écho à ce dernier, comme si soudainement le monde entier pouvait nous détestait alors qu’une fleur fanée, n’est pas un problème si problématique que ça quand on y réfléchit juste un instant.

Mon attention se verrouille très rapidement sur Will, lorsque je constate encore que mes idées noires arrivent à percer ma coquille. Le voir me fait du bien… Très honnêtement, j’ai envie de lui faire un énorme câlin silencieux, mais je ne suis pas dupe. Ça serait tout aussi flagrant que d’écrire sur mon front « j’ai un problème », alors autant s’abstenir. Je n’ai clairement pas été assez envahissante et joyeuse ces derniers temps et il semblerait que j’ai fini par éveiller ses soupçons. Il vente doucement les vertus de ses pancakes, comme quoi ils ont le pouvoir, de ne pas être mortels. Je ris évidemment à l’avance. Si Elias n’est pas mort, c’est de toute évidence parce qu’il a évité de manger les offrandes de son mari ! C’est surement une plaisanterie que j’aurais trouvé amusante de lancer à Will, mais perdue dans ma tête, ma blague n’est jamais sortie. Je me fais vieille, ou bien je rouille… Je croque dans son pancake et je souris doucement, avalant ma bouchée.

- Honnêtement, je dirais que tu t’améliore. Y a pas d’antigel ou de liquide vaisselle dedans !

Ça n’a pas goût de pancakes, mais au moins il n’a pas interverti le sucre avec le sel, ou la farine avec du bicarbonate… On peut donc affirmer, que ça va ! Restant tranquillement installée près de lui, j’honore son cadeau, tout en l’écoutant.

- Mes journées enfermées ici ? Oh je dirais que je traverse parfois la maison tout de même… Tu exagères !

Je tente un sourire, mais même quelqu’un qui ne me connaît pas aurait remarqué qu’il est faux. Alors Will, qui m’a vu tant de fois sourire sincèrement pour presque rien, doit évidemment se douter, que je mens délibérément. Tenter de noyer le poisson est surement déjà perdu d’avance, mais je suis du genre têtue. J’aime changer de sujet quand j’ai des choses à cacher.

- Tu as besoin d’aide ? On peut aller cuisiner le repas ensemble si tu veux. Tes pancakes m’ont ouvert l’appétit !

Je n’ai pas envie de bouger. Mais si les questions de Will pouvaient s’évanouir pour toujours grâce à mon esquive, j’en serais ravie. Ce n’est pas que je ne veux pas lui parler. C’est plutôt, parce qu’il a d’autres problèmes à gérer. Mais aussi, parce qu’en parler, voudrait dire que j’assume ce qu’il s’est passé et que j’accepte l’existence de tout ça. Et ce n’est pas le cas…

_________________
Happyness
IN MY HEART

WITH ME, THERE IS NO MORE HURT

Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2344
Points : 2531
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Never give up [Pv : Willou]   Mer 12 Sep - 5:04
Un sourire satisfait étira les lèvres de Will aussitôt que la jeune femme eut goûté à ses pancakes et lui eût concédé que ça n’était pas si mal que ça. Non pas qu’il tire la moindre fierté à être parvenu le miracle de cuisiner quelque chose sans que ça ne soit désastreux pour leurs estomacs ou leur maison, simplement… Son plan se mettait en place doucement et Azia tombait dedans avec autant de facilité qu’il ne l’avait espéré. D’ici à ce qu’elle ait entièrement vidé son assiette, elle serait tombée si profondément dans son piège qu’elle ne pourrait humainement plus ressentir la moindre rancoeur envers celui qu’elle aimait à appeler son meilleur ami. Et il parviendrait enfin à la faire sortir de cette chambre et à se débarrasser de la culpabilité qui l’assaillait depuis quelques semaines. Il n’avait pas les meilleures intentions du monde, faisant tout cela davantage pour apaiser sa conscience que pour faire plaisir à son amie, mais il restait Will Burbank… On devait déjà s’estimer heureux qu’il choisisse une technique fourbe, mais douce, plutôt que de confronter Azia en jouant au petit crétin hautain. Hélas, trois fois hélas, son plan fut quelque peu perturbé lorsque la jeune femme proposa si gentiment de l’aider à s’occuper du repas ou de la maison. Quoique lui ne doute pas un seul instant des bonnes intentions de son amie, il n’avait cependant aucune intention de se rendre redevable de quoique ce soit. Ni d’occuper sa journée à des tâches ménagères, quand bien même il n’était guère plus que cela quand on observait les faits avec toute l’objectivité du monde. Il disposait même d’une alliance et d’un nouveau nom de famille pour parfaire son déguisement, désormais !

“Tu plaisantes ?” s’offusqua-t-il, son ton légèrement plus dramatique que nécessaire. “Je vous aime de tout mon coeur, Elias et toi, mais il est hors de question que je me mette à faire le ménage et la cuisine à moins d’y être forcé parce que je veux obtenir quelque chose de mon mari en échange. Et en ce moment, je n’ai vraiment pas besoin de jouer à la parfaite petite femme au foyer pour le convaincre de se déshabiller dès que j’en ai envie, crois-moi.” Il lui fit un clin d’oeil avant de s’emparer du verre de jus de fruit qu’il avait pourtant apporté pour elle et d’en avaler une longue gorgée. “Et puisque tu es mon invitée, il va sans dire que tu n’es pas autorisée à faire les corvées non plus ! T’es là pour m’aider à m’occuper, pas pour m’obliger à faire le ménage.” Tout cela maintenant clair entre eux, le jeune homme se permit un petit instant de silence qu’il passa à observer Azia avec plus d’attention que jamais. Qu’elle soit du genre optimiste et toujours de bonne humeur, à prendre tout avec légèreté et détachement n’avait rien de surprenant en soi, mais pourtant… Il s’étonnait qu’elle soit là depuis un mois et qu’elle ne l’ait pas encore une seule fois forcé à s’asseoir quelque part pour avoir l’une de ces longues conversations à coeur ouvert dont elle avait le secret et qui l’exaspérait si souvent.

“Est-ce que tout va bien, Azia ?” demanda-t-il, fronçant subtilement les sourcils en essayant tant bien que mal de trouver quelque chose sur le visage de la jeune femme qui prouverait qu’il y avait bel et bien de quoi s’inquiéter. La manière douce ne l’aidait pas autant qu’il le croyait alors… Et puis, malgré sa bonne volonté, il parvenait rarement à ne pas être lui-même très longtemps. “Ca fait plus d’un mois que tu es là et tu ne m’as pas encore une seule fois obligé à parler de quoique ce soit de profondément agaçant.” fit-il remarquer, sa voix ne perdant pas de sa douceur pour autant. “Si tu m’en veux encore pour cette histoire de mariage, peut-être qu’on pourrait en parler une bonne fois pour toute ? D’autant que je me suis déjà excusé au moins mille fois ! Mais je suis prêt à faire l’effort de le faire une fois de plus si tu arrêtes ta comédie deux minutes.” Une fois encore, il n’y avait que légèreté et amusement dans sa voix, mais cette fois son regard portait un peu plus de ce petit air supérieur et détestable qu’on lui prêtait généralement. Ce petit côté passif-agressif qu’il maîtrisait à merveille et qui laissait si rarement indifférent. Si avec ça, Azia n’explosait pas au moins un peu, il n’aurait plus le choix, il serait forcé d’attaquer de front et il ne voulait pas ça, ni pour elle, ni pour lui.

_________________
avatar
Messages : 151
Points : 924
Date d'inscription : 10/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Never give up [Pv : Willou]   Ven 21 Sep - 11:18
J’aurais espéré, que ma diversion sur le ménage marcherait. Je me doutais, qu’on n’irait pas faire le ménage ou quoi, on parle là de Will. Je sais que j’aurais pu mieux trouver pour échapper à cette discussion mais je n’ai pas su improviser mieux que ça. Dire à quel point je réfléchis trop à ce que je devrais prendre plus calmement et pas assez à ce qui aurait réellement importance. Comme par exemple, mon improvisation pour sortir de cette pièce avant qu’il ne pose des questions que je ne pourrais plus esquiver... Mais j'espérais que ça nous lance sur un autre sujet, et ça a profondément raté en vérité. Je le lis dans ses yeux, il ne me laissera pas fuir, il est déterminé à savoir où est passé Azia. Mes doigts se serrent doucement sur mes jambes lorsque je me rappelle par flashs, ce qui me pousse à être si étrange. Soudain, je tombe presque sur le coup. Cette histoire de mariage ?

- Tu parles du mariage avec Elias ? Oh… Non, non ce n’est pas ça.

Un léger frisson me parcourt immédiatement. Ce n’est pas ça. Je viens seule de dénoncer qu’en effet, il y a quelque chose. Heureusement, il n’est pas trop tard pour noyer le poisson.

- Je suis sûr que c’était très beau, que vous êtes heureux et je suis très contente de ça. Evidemment, j’aurais espéré être présente, mais je pense que ce n’était pas ce que tu souhaitais, tu voulais de l’intimité et au moins, ça a eu l’effet de surprise que tu espérais !

Je souris tendrement. Oui, j’aurais voulu être là c’est sûr. Mais je ne lui en veux pas, parce que c’est son mariage et pas le mien !

- Je n’ai été vexé qu’un quart de seconde quand vous me l’avez appris. Un mariage en petit comité, ça reste un beau mariage. Je l’idéalise même beaucoup, tu me connais… J’imagine la scène ; c’était dans une belle pièce bien décorée, sous une arche de fleurs aux milles couleurs éclatantes. Vous étiez superbement vêtus, t’avais même des manchettes et c’est Clary qui vous a apporté vos bagues. Et ils vécurent heureux et adoptèrent beaucoup d’enfants !

Je ris doucement, pour une fois sincère. Ca faisait longtemps que je ne l’avais plus embêté avec mes tableaux du réel complètement farfelu et absurde. Un chat qui porte des alliances voyons, qui peut croire ça. Mais mon rire s’étouffe doucement alors que je l’observe droit dans les yeux. Il ne me lâchera pas. Et s’il y a bien une personne à qui je peux normalement en parler, c’est censé être lui.

- Will… T’as vécu des choses compliquées récemment. C’est à moi de te soutenir normalement, de t’aider. Qu’importe ce qui me travail, je suis censée veiller sur toi et t’aider. Tu es entrain de faire des choses très belles et prenantes, je n’ai pas envie que ça soit gâchée par une fille comme moi. Surtout que je n’ai pas à me plaindre, j’habite là depuis un mois et vous me gâtez. Je suis sûr d’avoir grossit à cause de vous.

Doucement, je me caresse le ventre. A cause d’eux, où d’autre chose...

_________________
Happyness
IN MY HEART

WITH ME, THERE IS NO MORE HURT

Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2344
Points : 2531
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Never give up [Pv : Willou]   Mar 25 Sep - 16:05
Le problème ne venait pas du mariage, donc. Quelques instants, Will resta suspicieux face à cette réponse, observant le visage fatigué et triste de la jeune femme avec toute l’attention du monde pour s’assurer qu’elle ne lui mentait pas. Il ne trouva rien et cela l’inquiéta d’autant plus. Bien sûr, personne ne pouvait être toujours au meilleur de sa forme, toujours heureux ou toujours égal et Will le premier se montrait inconstant. Mais Azia… Elle était toujours tellement… Joyeuse et indifférente. Ou du moins savait-elle toujours faire semblant. Pas là. Et lui, il était généralement perspicace. Pas là, non plus. Il la laissa pourtant parler, mentir ou essayer de détourner son attention, sans jamais la quitter des yeux, à la recherche d’un indice. Son visage se para d’une grimace quand, enfin, elle admit qu’il y avait bien quelque chose et qu’elle refusait d’en parler pour la simple et bonne raison qu’il venait lui-même de traverser des moments difficiles et qu’elle était là pour lui. Qu’elle ne voulait pas l’accabler davantage avec d’autres soucis. Ça aurait pu être mignon, gentil même, si ça n’était pas aussi révoltant. Donnait-il réellement l’impression d’aller si mal ? Bien sûr, il y avait eu des moments difficiles et il tremblait encore juste à l’idée de sortir seul de Fort Hope. Parfois, il pensait même encore que ce serait plus simple et moins douloureux de disparaître maintenant, de quitter le camp et de quitter Elias avant qu’un événement quelconque ne les sépare contre leur gré, peut-être définitivement et que la douleur soit encore plus dure à porter. Souvent, il rêvait encore d’Aiden et de Maryse et de toutes les horreurs qui rythmaient sa vie depuis quelques années. Mais chaque matin, il se réveillait dans les bras de l’homme de sa vie et la vie semblait un peu plus belle et l’angoisse un peu plus supportable quand Elias souriait pour la première fois de toute la journée en ouvrant les yeux pour croiser le regard de Will.

“Tu n’as pas besoin de veiller sur moi.” lâcha-t-il, le ton aussi neutre que possible. Il essayait réellement de ne pas être trop dur avec elle, de ne pas la blesser au moment où il cherchait à la faire parler. C’était plus difficile qu’il ne l’aurait cru, mais depuis quelques semaines, depuis Maryse, il se sentait différent. Moins prompt à se montrer égocentrique et blessant envers les gens qui continuaient de l’aimer malgré tout. Un petit effet secondaire à des semaines de torture, qui le perturbait toujours un peu. “Je ne vais pas parfaitement bien, c’est vrai,” concéda-t-il pourtant “mais je n’ai pas besoin qu’on me ménage et qu’on me couve. Seulement de retrouver ma vie comme elle était avant que cette femme n’essaye de tout gâcher. Elle est morte, c’est terminé. Elle n’a plus aucun droit sur moi et certainement pas celui de me prendre ma vie. Je ne veux pas la laisser gagner.” souffla-t-il, un peu moins patient et doux, encore. Penser à Maryse, penser à ce qu’elle avait essayé de lui prendre, le rendait d’autant plus malade et ivre de colère. Comme si, de seulement penser encore à elle, de voir les autres autour de lui le traiter comme une petite chose fragile, offrait réellement à Maryse un genre de victoire. Elle avait essayé de le briser, de lui prendre tout ce qu’il possédait au monde, jusqu’à ses espoirs et son amour. Et il n’avait pas voulu lui donner quand elle le maintenait encore captif dans sa cave, ça n’était certainement pas pour le faire maintenant.

Il se leva du lit, un peu trop brusquement pour cacher sa colère. Il voulait prétendre aller bien, être en mesure d’entendre tout ce qu’Azia pouvait lui cacher sur elle-même, mais il n’allait pas si bien que ça. Il n’était pas tout à fait remis, tout à fait lui. Quelques secondes, il tourna le dos à la jeune femme et laissa une main sur son propre front tandis qu’il cherchait à retrouver le contrôle de ses émotions et de sa respiration avec. Quand il se sentit un peu plus calme, après trois ou quatre secondes, il pivota de nouveau et se planta au pied du lit pour faire face à Azia. “Qu’est-ce qui se passe ?” demanda-t-il, presque comme une exigence du gamin capricieux qu’il était et serait toujours au fond de lui. “Qu’est-ce qui a bien pu t’arriver pour que tu aies l’air aussi mal en point et que tu refuses tellement d’en parler ?” Il aurait pu choisir une autre voie,celle de la douceur et de la gentillesse et elle aurait sans doute fini par craquer, mais il n’était pas ce genre d’homme, ce genre d’ami.

_________________
avatar
Messages : 151
Points : 924
Date d'inscription : 10/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Never give up [Pv : Willou]   Jeu 18 Oct - 8:41
L’ambiance est étrange, très différente de ce à quoi Will et moi avions déjà été habitué ensemble. Mais je suppose qu’il serait difficile d’en faire autrement. D’une part, il y a lui. Fatigué par ses épreuves et visiblement, fatigué que je lui mente. Et de l’autre, il y a moi. Moi qui lutte lamentablement pour faire l’impasse sur mes soucis, au mieux y réfléchir intelligemment, au pire, les ignorer et les laisser grossir en moi.
Finalement, Will reprend la parole. Ses mots sont sincères, réels et froids. En effet, il a raison. Ce qu’il a vécu dehors ne doit pas l’empêcher de retrouver sa vie, ne doit pas l’empêcher de vivre et de penser au futur, avec son parfait amour. Et justement, c’est là que ça coince.

- Will je… C’est délicat, je n’ai pas envie de te blesser. J’ai beaucoup moins de géni à manier mes mots. Je ne veux pas te blesser…

Sans que je ne m’en rende compte, mes doigts se crispent dans les draps. Will a réussis à me pousser au bout de ma résistance. Prête à craquer et à tout avouer en bloc, je me sens coincée. Je sais que je n’y échapperais pas, peut-être que j’en ai sincèrement besoin. Mais un intense frisson me parcours le dos. Je dois choisir mes mots. Will se lève, encore clairement tourmenté par ses épreuves. Il me tourne le dos, m’abandonnant recroquevillée sur mon lit. Lorsqu’enfin, il se retourne vers moi, je me sens sincèrement piégée. Il me domine de par sa position et je n’ai plus d’échappatoire. Une étrange sensation cours le long de mon dos, je ne sais plus quoi faire. Les mots de Will n’ont plus la douceur et la patience qu’il avait au début, je sens que je suis indubitablement coincée. Comme figée, j’aurais pu rester gelé comme ça pendant des heures. Mais une larme coule sur ma joue, silencieuse et incontrôlée, et ça suffit à me faire exploser. Trop tard, mon mur est déjà tombé.

- Je n’ai plus ma place nulle part Will. Je me sens mille fois inutile, je me sens fragile et dépassée par tout ce qui m’entoure, par tout ce qui m’entoure. Fort Hope n’est pas chez moi, cette maison, je me sens enfermée et affolée… Je n’arrive plus à me livrer à toi, à rire avec Elias. J’ai accumulé trop de choses, je suis épuisée.

Ma voix monte en intensité et se brise, mes larmes m’échappent, c’est fini.

- Quand t’as disparu je me suis sentie seule, abandonnée, inquiète. Elias est venu, je n’ai pas su le rassurer, il était affolé et même pas on s’interroge de savoir ce que moi, je pouvais penser. Ce que moi je pouvais éprouver… J’étais morte d’inquiétude pour toi et… Et la vérité c-c’est que je crois prendre Elias pour responsable, et j’ai honte. Je sais que rien n’est de sa faute, mais je cherche un coupable…

Je tremble, et je ne sais pas quoi faire de mes mains. Instinctivement, j’attrape un coussin et l’écrase contre ma poitrine vibrante.

- Je lui ai demandé de venir avec lui, pour mener les recherches. J’aurais pu être utile ! J’aurais voulu, être utile. Mais il avait peur qu’il m’arrive un truc, il a refusé catégoriquement. Et je me sens inutile, de ne pas t’avoir aidé et…

Les mots sont durs. Je crois que je n’ai jamais clairement pensé clairement ce mot, je crois que je ne l’ai jamais prononcé à haute voix… Comme si ne rien dire, c’était oublier que ça m’est arrivé.

- J-je suis sortie pour fouiller, j’en avais marre de rester seule, enfermée à attendre votre retour. Donc j’ai rencontré un type, et je me suis montrée amicale… Comme j’ai toujours fait avec tout le monde… Will il m’a…

Le mot. Ce mot qui me ferait tout admettre… Ma gorge s’est fermée et je ne sais pas si je pourrais continuer. Mais si j’arrête là, Will me tuera, quand d’ici quelques mois, il pourra voir grandir sous mon ventre quelque chose d’imprévu.

- Il m’a violé, et je crois… Non, je suis sûr, d’être tombée enceinte de ce sale type…

Quelqu’un, ne m’a surement jamais vu dans un tel état. Je suis repliée sur mon oreiller, je ne ressemble à rien d’autre qu’à une petite masse accablée. J’ai honte, de ce qui m’est arrivé. J’ai honte, de ne pas lui avoir échappé...


_________________
Happyness
IN MY HEART

WITH ME, THERE IS NO MORE HURT

Administrateur
Will Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 2344
Points : 2531
Date d'inscription : 01/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: Never give up [Pv : Willou]   Jeu 25 Oct - 13:32
Sans doute Azia avait-elle eu raison de vouloir le ménager encore un peu plus longtemps. Juste à la façon dont Will se mettait en colère en ce moment qu’on ose impliquer qu’il soit encore affecté par ce qui lui était arrivé prouvait qu’il n’était pas encore assez stable pour tout supporter. Mais il n’arriverait jamais à le reconnaître. Il allait bien. Il voulait aller bien et sa colère lui semblait parfaitement justifiée. Au point qu’il eut, une seconde, l’audace de se sentir satisfait quand Azia lui fit enfin le plaisir de s’expliquer. Son petit air supérieur habituel se peignit sur ses traits et il croisa les bras sur sa poitrine, se redressant légèrement. Il était assez fort pour tout entendre et offrir une parfaite interprétation du Will froid et calculateur qu’on connaissait. Malheureusement, les mots de la jeune femme ne firent que le blesser encore un peu plus. Qu’elle se sente mal, prise au piège et pas à sa place… Il pouvait comprendre. Et il savait qu’il aurait dû se sentir un peu coupable. Mais ça le révoltait et encore plus de s’imaginer qu’elle soit dans cet état à cause de lui, de ce qu’il avait traversé. Il n’était pas responsable des actes dont elle lui parlait, mais… Sa stupidité avait affecté tout le monde. Et peut-être qu’il se sentait coupable, finalement, mais c’était un sentiment encore étrange pour lui, qu’il apprenait peu à peu à apprivoiser. Pas assez vite pour être en mesure de réagir correctement en ce moment.

“Pourquoi est-ce que tu n’as rien dit ?” demanda-t-il, tandis que ses bras retombaient contre ses hanches et qu’il serrait les poings de toutes ses forces. Elias, maintenant Azia… Il aurait voulu hurler, assez fort pour attirer tous les rôdeurs du coin jusqu’à leur porte. Il aurait voulu, aussi, que tout puisse être effacé d’un revers de la main. Mais comment ? “Ca fait plus d’un mois que t’es là, Azia ! On aurait pu t’aider, faire quelque chose…” Quoi, il ne savait pas du tout et ça ne l’aidait pas à se calmer. Il recula de plusieurs pas, le regard partout sauf sur Azia, jusqu’à buter contre la porte dans son dos. Il s’appuya dessus et cacha son visage dans ses mains, tandis que les informations prenaient place tranquillement. Qu’il réalisait un peu plus durement ce que la jeune femme avait eu à subir en voulant l’aider. L’agression, le traumatisme et maintenant… Il faudrait en plus qu’elle porte l’enfant de ce monstre, qu’elle l’élève peut-être. Et Elias… Quand il saurait… Sans qu’il ne puisse s’en empêcher, des images du cadavre de Maryse s’installèrent derrière ses paupières. Son corps percé de balles, le sang partout. Et Ezra, dans leur salon, replié sur lui-même tandis que le soldat tirait dans sa direction. Il refusait qu’Elias tue une personne de plus. Il refusait que quoique ce soit ne vienne perturber leur vie qui peinait tellement à retrouver un sens.

“Ne dis rien à Elias, je t’en supplie.” lâcha-t-il quand il réalisa brusquement que si lui prenait mal cette histoire, ce serait encore pire pour son mari. Une part de Will, minuscule et trop faible pour se faire entendre, savait parfaitement qu’il faisait erreur en ce moment. Mais il ne désirait vraiment rien de plus au monde que de vior tout rentrer dans l’ordre et cette histoire mettait son projet en péril. “Qu’est-ce que tu vas faire ? T’es sûre qu’il y a… Que t’es enceinte ?” Il ne savait même pas vraiment ce qu’il cherchait avec cette question. À se débarrasser du problème, des preuves ? Son coeur battait trop vite à son goût et des images sanglantes continuaient d’affluer. Il ne s’était jamais senti aussi mal, sans même savoir ce qui posait réellement problème. Il lui fallait de l’air, à tout prix. Raison pour laquelle il se précipita finalement à la fenêtre de la chambre, qu’il ouvrit en grand pour se pencher vers l’extérieur. L’air frais entra dans ses poumons, ça faisait mal, mais doucement, sa tête arrêta de tourner. Il ne savait toujours pas très bien comment faire, mais il voulait absolument arranger les choses. Il s'éloigna de la fenêtre après quelques secondes et se tourna vers Azia. "Je ferais tout ce que je peux pour t'aider, tu dois juste me dire ce que tu veux, mais pitié, laisse-moi l'annoncer à Elias..."

_________________
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Never give up [Pv : Willou]   
 
Never give up [Pv : Willou]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Michigan State :: Fort Hope
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération