Vote au top-site, sauve une licorne !
In Your Flesh
Depuis l'été 2014, l'Apocalypse règne sur le territoire américain. Dans la région de Détroit, les survivants s'organisent seuls depuis des mois pour sauver leurs vies et résister aux rôdeurs. Quand, après trois ans sans nouvelles du gouvernement, l'armée revient à Détroit, un nouvel espoir semble possible pour les survivants. Mais à quel prix ?
Vote au top-site !
Nous sommes en Septembre/Octobre 2017
En ce moment sur IYF :

× [Mission RP]
• Participez à la troisième mission "Chasseurs de Primes" en aidant l'armée à arrêter un criminel.

× [Animations]
• Fête du 4 Juillet à Fort Hope ici !

× [Coup de pouce]
• Consultez les demandes de RP !

× [Autre]
• Venez découvrir Les conseils beauté du Pr. Lazare #5 sur le tumblr du forum !

Intrigue #5 : What lies ahead
Cohabitation

Après plusieurs mois de cohabitation entre civils et militaires, la tension monte au point de menacer la paix précaire autant au sein de Fort Hope qu'avec l'extérieur.

[Lire l'intrigue] [Jouer un soldat]

 Life is ours, we live it our way — Bebel
In Your Flesh :: Michigan State :: Zones non-nettoyées :: Eastpoint Highschool

Indépendant
Winter DavidsonIndépendant
Winter Davidson
Carte d'identité
Messages : 201
Points : 947
Date d'inscription : 03/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Life is ours, we live it our way — Bebel Empty
MessageSujet: Life is ours, we live it our way — Bebel   Life is ours, we live it our way — Bebel EmptySam 13 Oct - 15:16


Life is ours, we live it our way.
Abel & Winter
« La grossesse c'est un peu comme une gueule de bois qui dure neuf mois... »
Tout change et rapidement. Nous n’avons plus le droit à l’erreur mais tant que nous sommes tous ensemble tout va bien ! Notre petite troupe est parti vers un endroit plus en sécurité que la prison où nous avions fait escale un certain nombre de temps. Mais l’installation de l’armée ne nous mettez pas du tout en confiance, même Jay qui est un ancien militaire flaire quelque chose de pas nette. On a pris la route pour trouver cet endroit. On s’est installé là avec d’autre personne. Enceinte de presque 6 mois, la route devient de plus en plus pénible. J’ai la chance d’être bien entourer pour continuer en toute sécurité cette aventure.

Noah grandi et se rapproche de son père, il devient un grand garçon grâce à lui. Et je suis terriblement fière de notre grand garçon. Pendant qu’Abel part aider d’autre personnes je reste ici avec les enfants et Jay pour s’occuper du centre de soin et du jardin. Il y a tellement de chose à faire, je ne sais plus où donner de la tête. Je ne vois pas le temps passé du matin jusqu’au soir.

Mon asthme a repris de plus belle avec la grossesse, c’était pareille avec Noah. Alors je suis plus lente dans ce que je fais, j’essaye de me reposer tout en travaillant pour ne pas perdre mon temps, sans me mettre en danger. Ce n’est certainement pas le moment d’accoucher, j’ai bien envie de le charger encore un peu au chaud. Je me pose d’ailleurs de plus en plus de question et le stresse monte … commencer à préparer sa venue, trouver des vêtements, où l’installer, ses pleurs… Tout ça m’inquiète au fur et à mesure que mon ventre s’arrondi et ses petits coups contre moi me montre qu’il est bien en vie.

Le sujet de mon cauchemar, je me réveille en sueur, dans mon lit… essoufflé, il bouge, il remue même bien. Je soupir de soulagement. Et s’il venait à lui arriver quelque chose… et s’il m’arrivait quelque chose ? Nous deviendrions comme ces espèces de monstres. J’ai mal dormi, et j’attaque ma journée de mauvaise humeur, de fine cerne sous mes yeux signe de ma mauvaise nuit. Je prépare le petit déjeuner aux enfants avant de filer dans notre clinique d’appoint pour continuer de ranger et nettoyer l’espace.

Je fais une petite pause, m’asseyant quelque seconde quand j’entends du bruit. Je tourne la tête et vois Abel qui rentre juste. Sans attendre, je me lève de ma chaise pour aller vers lui. « Bonjour mon chéri. » Je le prends dans mes bras, j’avais besoin de ça. Juste de ça. D’être rassurer dans ses bras. Sentir son odeur, d’être contre lui.



_________________




Creepy uncle
Abel JonassonCreepy uncle
Abel Jonasson
Carte d'identité
Messages : 855
Points : 169
Date d'inscription : 20/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Life is ours, we live it our way — Bebel Empty
MessageSujet: Re: Life is ours, we live it our way — Bebel   Life is ours, we live it our way — Bebel EmptyMer 17 Oct - 0:42
Life is ours, we live it our way — Bebel Tumblr_nu9x7z42kJ1u1785ro1_250Life is ours, we live it our way — Bebel Tumblr_nu9x7z42kJ1u1785ro4_250



Passer la journée avec Jayden pour retaper la cloison, quelle joie… Mais on finit par y arriver. Je regrette une chose : les douches froides de la prison. Ou mieux encore : les chaudes du laboratoire. Je me débarbouille, ôtant boue et sueur de mon corps. Je grimace en me redressant. Mon dos est en bouillie. Le travaille devrait être interdit avec la fin de ce monde. Je rentre dans la clinique : je sais que j’y trouverai Winter. Et je sais les enfants en sécurité, sans doute avec Jayden. J’approche de l’endroit où se trouve Winter et m’appuie contre le montant de la porte. Elle m’a vu. Un sourire fend lentement mon visage, surtout à ses mots. Et son câlin. J’aurai pu en profiter ! Mais mon dos me fait grimacer. « Doucement, mon amour… J’ai le dos en… » Je m’arrête et la regarde. Ce n’est pas elle que je dois dire ça. Et dans un rire étouffé je souffle « Excuse-moi, je ne me plains pas, promis. » Je viens l’embrasser, entourant son cou de mes bras.

Je me recule doucement et viens m’installer sur l’une des chaises, attrapant la boite à bonbon et regardant avec regret qu’elle est vide. Cette impression de déjà-vu est énorme. Oui, on est déjà passé par là. Elle, dans son infirmerie, et moi, occupé à veiller à ce que tout se passe bien. Mais il faut vraiment que je mette la main sur des bonbons. Je relâche la boite et attrape sa main pour la tirer doucement vers moi. « Dites, mademoiselle Davidson. Vous avez réfléchi à ce que je vous ai dit hier soir ? » Elle sait bien évidemment de quoi je veux parler. Mais nos vies actuelles nous usent tellement que les confidences sur l’oreiller sont vites avortés par nos ronflements. Nous abordions le sujet de ce mariage : même si à mes yeux elle est déjà ma femme, j’ai évoqué le fait que nous pouvions officialiser ça auprès de nos proches à l’aide d’une petite cérémonie.

Je pense principalement que nos enfants, ainsi que nos proches, ont besoin d’avoir un peu de légèreté dans leur vie. Vivre un moment de joie, un souffle dans ce monde plus qu’étouffant et de plus en plus oppressant. « Jayden pourrait faire office de prêtre ? Alors ? Tu es partante pour qu’on fasse une cérémonie ? » Tout en disant cela, j’avais calé ma tête contre son ventre, écoutant ce qu’il s’y passe.

_________________
Life is ours, we live it our way — Bebel Invest10
Indépendant
Winter DavidsonIndépendant
Winter Davidson
Carte d'identité
Messages : 201
Points : 947
Date d'inscription : 03/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Life is ours, we live it our way — Bebel Empty
MessageSujet: Re: Life is ours, we live it our way — Bebel   Life is ours, we live it our way — Bebel EmptySam 27 Oct - 1:24


Life is ours, we live it our way.
Abel & Winter
« La grossesse c'est un peu comme une gueule de bois qui dure neuf mois... »
Le dos en quoi ? Dit-le Jonasson ?! J’arque un sourcil mais c’est avec humour que je prends ce début de plainte. Je ne suis pas vache non plus, je sais que si Abel ce plaint ce n’est pas pour une broutille et avec tout ce qu’il fait, il a bien le droit d’avoir mal au dos. « Je te masserai le dos avant de dormir si tu veux. » Je viens l’embrasser aussi. Pour tout ce qu’il fait pour nous, je gare mes hormones de côtés et qu’il en profite ce n’est pas tous les jours comme ça. Je profite de ce petit câlin, avant de le laisser m’entrainer.

Je reste debout pendant qu’il s’assoie, mes deux mains viennent se poser sur ses épaules pour un petit massage sans grande prétention, pendant que sa tête est posée sur mon gros ventre. J’espère au moins pouvoir le détendre un peu. « Comme quoi tu rêvais d’un vrai lit ? » Bien entendu je le taquine, je me doute très bien qu’il ne parle pas de ce sujet-ci. Les tensions tombent petit à petit avec Clarice, il faut dire que notre vie de famille s’améliore à quatre et en compagnie de mon frère et mon neveu. Deux femmes pour autant d’hommes, soyons honnêtes nous sommes chouchoutés.

« Bien sûr… et c’est une excellente idée. Mais … as-tu vraiment envie de te marier avec une énorme baleine de mauvaise humeur ? » Non parce qu’on se le dire, j’ai le ventre qi ne cesse de grossir, je suis rayonnante mais de mauvaise humeur à 70% du temps. Marions-nous maintenant ou après la naissance du bébé ? Il n’y aura plus personne pour nous juger ou déclarer un enfant née hors mariage il n’y a plus d’administration… !

Le petit bout, fait savoir que lui aussi est de la partie, venant se coller contre mon ventre, poussant avec ses mains. Je le sens et vois mon ventre se déformer au travers de mes vêtements pour faire bouger la tête d’Abel. Je souris de manière gaga, j’adore cette sensation. Le sentir bouger, vivre, ça me rappelle la grossesse de Noah mais cette fois-ci c’est différent. J’ai un papa aimant et présent avec moi. Qui profite de chaque instant et surtout, qui nous aime. Et quand je regarde tout ça, oui j’ai envie de me marier avec Abel… profité de ces quelques instants de paix dans nos vies, de joie et de bonheur. Profiter de ces moments rare et agréable.

« C’est quand tu veux et où tu veux. » Un peu comme ma libido en ce moment. Autant dire que c’est agréable comme type de mariage, pas de buffet, de déco, de traiteur, de déco… oui par comme mon ancien qui s’est terminé en meurtre à coup de pierre dans une caravane… Passons, de la simplicité et de l’amour c’est niais mais un bien fou pour le stress prè-mariage. Pas de panique, pas de problème, juste la famille et un moment entre nous.



_________________




Creepy uncle
Abel JonassonCreepy uncle
Abel Jonasson
Carte d'identité
Messages : 855
Points : 169
Date d'inscription : 20/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Life is ours, we live it our way — Bebel Empty
MessageSujet: Re: Life is ours, we live it our way — Bebel   Life is ours, we live it our way — Bebel EmptyLun 5 Nov - 23:46


Je me ravisse vite dans ma plainte rien qu’à voir le visage de Winter, mais lorsqu’elle me propose un massage, je souris et lui réponds alors « Je me dévoues pour t’en faire un aussi, si tu veux. » avant de me laisser embrasser. Je m’installe et profite de ce moment de tendresse. Je lui demande si elle sait à quoi j’ai pensé et sa réponse me font lever les yeux vers le ciel avant d’en rire.

Je viens à lui parler du mariage, mais je ne ressens pas son enthousiasme. J’ai droit de trouver son excuse sur son physique comme étant ridicule ? « Eh! Ce n’est pas que ton corps que j’épouse, tu sais ? C’est avant tout la femme que j’aime, la mère de mes enfants, et la seule personne sur cette planète en qui j’ai une confiance aveugle. Et si tu t’inquiètes de la robe, je pense que n’importe quoi de blanc fera l’affaire. Sans rire… On en a vu d’autres. » Un nouveau sourire fends mes lèvres.

Elle conclut par un où je veux et quand je veux. Je la tire un peu plus contre moi, pour qu’elle se retrouve à califourchon sur mes cuisses. Oui, oui, j’ai pensé à accueillir son ventre et notre enfant en me brisant le dos. Mais en comparaison d’une preuve d’affection et d’amour, un mal de dos ce n’est absolument rien. Et puis, avec le régime que la vie nous impose, elle est clairement loin de la baleine qu’elle s’imagine être. Je cale ma tête sur son épaule, gardant Winter contre moi. « Je ferai tout pour nos enfants et toi. Si tu préfères qu’on attende, alors on attendra. Je… Je crois que pour une fois, on peut voir un peu plus loin qu’un simple lendemain avec cet endroit. Je ne me laisserai plus surprendre par ces morts, par mon frère ou ces militaires. Et s’il faut qu’on bouge, alors on le fera. Mais pour le moment, on peut renflouer nos stocks de vivres et se reposer un peu. »

Se reposer ? Vraiment ? Même si chacun d’entre nous ici a une fonction, je suis tout de même conscient de devoir m’absenter régulièrement pour les autres survivants, mais n’est-ce-pas là la preuve d’un avenir radieux ? Lorsque l’on ne ressent plus que son propre besoin mais bien celui d’aider ? Tout garder pour nous serait une preuve d’égoïsme, et en ayant des alliés dans le reste du monde libre, je m’assure que nous n’ayons pas de mauvaises surprises s’il on s’y rend.



_________________
Life is ours, we live it our way — Bebel Invest10
Indépendant
Winter DavidsonIndépendant
Winter Davidson
Carte d'identité
Messages : 201
Points : 947
Date d'inscription : 03/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Life is ours, we live it our way — Bebel Empty
MessageSujet: Re: Life is ours, we live it our way — Bebel   Life is ours, we live it our way — Bebel EmptyDim 9 Déc - 15:38


Life is ours, we live it our way.
Abel & Winter
« La grossesse c'est un peu comme une gueule de bois qui dure neuf mois... »
Oh oui, un petit massage ! Mes lombaires vont apprécier ce délicat petit moment. Un peu de détente, de calme et de sérénité pour mon dos. Car oui ce bébé prend plus de poids que moi. Car oui objectivement, j’étais bien plus grosse lors de la grossesse de Noah. Mais ça n’empêche pas mon ventre d’être bien rond. Il prend sa place et fait sa petite vie bien au chaud. J’ai presque envie qu’il ne sorte jamais, ici il est en sécurité. Mais je sais très bien que c’est moi qui craquerait a la fin … comme avec Noah.

Mais les mots d’Abel me font sourire. Ça fait du bien et plaisir de se sentir aimé qu’importe les épreuves, qu’importe ce qu’il se passe. Alors oui, marions nous, quand il veut, à l’endroit qu’il veut. « Je te suivrais partout Abel Jonasson. » Même en enfer, c’est l’homme de ma vie et sans lui je ne suis rien. On a la chance d’être enfin ensemble, d’être une famille. Bientôt tous les quatre.

Il m’attire et je viens m’assoir sur ses genoux en face de lui. Mon ventre contre lui, je me penche en avant pour l’embrasser, entourant ses joues avec mes mains. Qu’importe, que je me mari avec Abel aujourd’hui, demain ou dans 6 mois ça n’a peu d’importance car pour moi il est déjà mon mari. Face à sa proposition, j’acquise d’un signe de tête. Prenons le temps de nous reposer et de renflouer nos stocks sans panique. « Et puis… je pense que le plus urgent c’est lui… » Dis-je en baissant mes yeux en direction de mon ventre.

Préparer sa venue qui se rapproche, lui trouver des vêtements, et le minimum syndical pour qu’il puisse dormir, manger, vivre… Je sais que ça sera compliqué mais je sais qu’on y arrivera. « Je sais que tu n’as pas envie d’en parler mais… Moi j’en ai besoin. S’il m’arrive quelque chose, sauve-le en priorité. Si ça se passe mal… tire dans ma tête avant que je ne puisse lui faire du mal ou à vous. Oui je sais chéri… ça va bien se passer et je ne dois pas y penser mais je ne peux retenir ces pensées dans mes cauchemars. Promet moi simplement d’être là pour lui et Noah et de les protéger. » Oui, je ne vois pas Abel ne pas s’occuper de nos enfants… mais je ne voudrais pas qu’il en veuille au bébé. Je redresse mes lombaires soudainement « Ouch…. » Le bébé m’a mis un coup au niveau des côtés. Je grimace « Si ce n’est pas un garçon c’est une camionneuse… » Finis-je par dire en souriant malgré a légère douleur.



_________________




Creepy uncle
Abel JonassonCreepy uncle
Abel Jonasson
Carte d'identité
Messages : 855
Points : 169
Date d'inscription : 20/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Life is ours, we live it our way — Bebel Empty
MessageSujet: Re: Life is ours, we live it our way — Bebel   Life is ours, we live it our way — Bebel EmptySam 19 Jan - 17:34


Pour la première fois depuis un moment, je respire réellement le bonheur, déchargé de la noirceur passée ou celle qui nous attend. Je sais maintenant que Ryan n’est plus qu’une formalité. Même si je redoute cet instant et que je n’en connais pas la conclusion, je me sens largement prêt pour ce combat. Dorénavant, j’ai réellement quelqu’un à qui me raccrocher, et pour qui rester en vie. Bien que j’eusse déjà Clarice, la relation qui nous unit cet enfant est moi et différente. Pour elle, je suis prêt à mourir. « Je ferai tout pour lui. Tout comme pour nos deux autres enfants. Et pour toi. Je peux t’assurer que je m’évertuerai à nous fournir un lendemain meilleur. Je crois que ce seront mes vœux, d’ailleurs. » finis d’un sourire en coin, déposant ma main sur son ventre.

Son laïus suivant, en revanche, a le don d’ôter mon sourire sur mon visage. Mes yeux se redressent vers elle. Elle parle… De sa mort ? Mes sourcils se froncent. Pour sûr que je ne veux pas en parler, je ne laisserai jamais lui arriver quelconque mal. Je l’écoute jusqu’au bout avec cette envie de la faire cesser ces propos. Et pourtant je bois ses paroles, me retrouvant petit à petit démuni d’espoir. J’allais l’engueuler, vraiment, jusqu’à ce qu’elle ne fasse part de ses propres peurs. Mon regard se décrispe et je réalise en cet instant que je n’ai été qu’un égoïste.

Je ne sais quoi répondre. Elle… Elle ne parle pas d’une éventualité abstraite mais bel et bien de son accouchement approchant. Je ravale ma salive et sens ma main se mettre à trembler. « T’as surtout intêrét de te battre jusqu’au bout pour eux. Pour moi. Mais… S’il devait t’arriver quelque chose je… Je… » Je me retrouve à nouveau dans un mutisme des plus profond, levant les yeux sur elle lorsqu’elle se redresse et grimace. Ses mots ne parviennent pas jusqu’à mon cerveau embrumé de cette tristesse.

Je viens de me prendre le pire des taquets en plein visage et je ne peux lui en vouloir. Je sais que Jayden sera là pour nous, que je ne serai pas seul mais… Abel sans Winter c’est… Impensable ? Une larme dévale sur ma joue et je parviens à souffler doucement mais difficilement : « Je n’aurai pas la force nécessaire pour eux si tu m’abandonnes. Tu es ma force, Winter… Tu es… Je ne peux pas te le promettre parce que je… Je ne peux pas concevoir ça. » Je me retrouve à craquer littéralement, déversant mes larmes sans les retenir ce coup-ci.



_________________
Life is ours, we live it our way — Bebel Invest10
Indépendant
Winter DavidsonIndépendant
Winter Davidson
Carte d'identité
Messages : 201
Points : 947
Date d'inscription : 03/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Life is ours, we live it our way — Bebel Empty
MessageSujet: Re: Life is ours, we live it our way — Bebel   Life is ours, we live it our way — Bebel EmptyMer 23 Jan - 22:52


Life is ours, we live it our way.
Abel & Winter
« La grossesse c'est un peu comme une gueule de bois qui dure neuf mois... »
Autant dire que je ne m’attendais pas à le retenir contre moi, en larmes. Je ne souhaitais pas ça, juste… partager avec lui mes craintes et mes peurs et visiblement il n’y a pas que moi que cela effraie. Mes bras viennent entourer délicatement les épaules de mon amant, déposant délicatement son visage dans mon cou, mon menton sur son crâne. J’en profite pour déposer un baiser sur le sommet de sa tête.

« Hey … c’est moi qui est des sautes d’hormones normalement, pas toi … » Je dis ça avec un petit sourire pour essayer de lui faire retrouver son sourire. Je viens prendre son visage dans mes mains, relevant celui-ci, posant mon front contre le sien. « Si tu continues de pleurer, tu sais ce qu’il va se passer aussi… je vais pleurer moi aussi alors arrête. » Je serre les larmes qui coulent de ses yeux tout en gardant mon sourire de bienveillance. J’attends quelque secondes, qu’il calme ses pleurs, que ses nerfs se calment doucement. « Je n’aurais pas dû te demander ça… mais, je ne peux pas m’en empêcher… »

L’éternel « Et si… » Et si ça se passe mal, s’il m’arrive quelque chose pendant que je donne la vie. La dernière chose que je voudrais c’est de me réveiller pour dévorer ma famille. Il sait que je suis une battante, j’ai survécu à un mari violent, une apocalypse avec un enfant… « Je me battrai toujours pour vous. Vous êtes ma raison de vivre. Tous. » Dis-je en murmurant, tout en plaçant les cheveux blond d’Abel derrière ses oreilles. Je le regarde silencieusement, avec amour.

Je n’aime pas le voir pleurer, ça me rappelle sa sensibilité, sa faiblesse… moi. C’est à la fois très romantique et une belle preuve d’amour. Il a le poids de toute notre famille sur ses épaules. Je m’en veux de l’avoir fait craquer avec ça… « Ce ne sont que des cauchemars… regarde. » Je prends les mains d’Abel et les dépose sur mon ventre. « On va avoir un beau bébé, avec qui tu vas devoir me partager, qu’on va pouvoir élevé ensemble. Tu verras ses premiers pas, et ses premiers mots. Et on lui apprendra à tuer des morts. » Finissais-je par dire en riant avec légèreté.

Je viens embrasser ses lèvres délicatement. « Je vais aller me laver … tu es le bienvenue. » Oui c’est une invitation. Je suis enceinte, ma libido elle n’est pas sur arrêt, bien au contraire. J’arrive à convaincre mon cher et tendre de me rejoindre, pour passer un petit moment avec lui en amoureux à l’abri des regards.

--- éclipse de plusieurs jours ---

Une bonne journée à aider mon frère à s'occuper du potager dans la cour. Vu comment mon ventre s'arrondi et prend de la place je ne pourrai bientot plus l'aider. Me baisser et porter devient de plus en plus pénible. Les efforts me font revenir mon asthme vitesse grand V.

La nuit est tombée, il doit être 21h30 ou 22h peut-être. Il fait chaud… je n’aime pas l’été, surtout enceinte ! Je me suis allongé dans notre lit, en sous-vêtement. Je me ventile avec ma main, vivement que l’air se lève avec la nuit qui tombe. Abel arrive dans notre chambre, je baisse les yeux dans sa direction. « Tu sais de quoi je rêve là ?! D’une grosse glace à la vanille avec des éclats de caramel… T’aurais pas ça dans tes poches par hasard ? »



_________________




Creepy uncle
Abel JonassonCreepy uncle
Abel Jonasson
Carte d'identité
Messages : 855
Points : 169
Date d'inscription : 20/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Life is ours, we live it our way — Bebel Empty
MessageSujet: Re: Life is ours, we live it our way — Bebel   Life is ours, we live it our way — Bebel EmptyJeu 24 Jan - 23:25


Oh pour sûr qu’elle vient de me rétamer. Pire qu’un K.O. Un uppercut émotionnel. Je peine à confronter son regard tant qu’elle ne m’y oblige pas accompagné de son humour. Je tente un sourire qui finit à nouveau en pleurs. Je réalise que je n’ai même pas pris le temps de pleurer ceux que nous comptons parmi nos disparus depuis le laboratoire. C’est sans doute la première fois. La jarre était pleine, et l’ultime goutte d’eau furent les propos de Winter. Oh elle peut jouer au chantage émotionnel, maintenant ! Le mal est fait ! Fallait y penser avant ! Sale Davidson ! Je ne trouve même pas la force de répondre à ses phrases, trouvant la force de me calmer par son accolade et ma main qu’elle guide jusque sur son ventre. Je l’observe, comme si je voyais notre enfant dedans. « T’as pas intérêt de m’abandonner Davidson. Tu t’es mise dans la merde en m’aimant et revenant dans ma vie. »

Je ne suis parvenu à ne dire que ça, jusqu’à ce qu’elle me proposer d’aller me laver avec elle. Je ne lâche pas sa main, me levant avec elle et parvenant à l’arrêter le temps de prendre son visage entre mes mains et souffler « Je t’aime Winter Davidson. T’as plus le droit de partir maintenant. »

--- éclipse de plusieurs jours ---

Porter des morts, les empiler pour les éloigner de nos grilles et qu’ils n’infectent pas nos récoltent ou que les militaires ne sachent pas qu’on est là. Les foutre sur un terrain vague, les brûler et recommencer. Je supplie le ciel de m’envoyer de l’aide. Je ne peux clairement pas demander ça à Winter. Et Jayden, chaque journée qu’il passe c’est pour nous nourrir. Hygiéniquement parlant, j’ai intérêt à garder ces vêtements, mais… Bordel ce qu’il fait chaud ! Je maudis l’été, je maudis la chaleur, et je maudis ce foutu soleil ! Et je profite jusqu’au dernier rayon pour finir mon œuvre avant de rentrer, d’avaler une carotte crue, tant je n’ai nullement le courage de la cuisiner. Je file jusqu’à une douche pour me décrasser et parviens enfin à rejoindre Winter.

Elle me regarde, me parle de glace. Elle va encore me faire chialer, c’est sûr. Je m’étale sur le lit à côté d’elle, en boxer et je souffle « Je n’ai même pas de poche. Et quand bien même j’aurai une glace, je l’aurai déjà avalé. » répondis-je en riant. Je me tourne vers elle, n’osant me coller réellement à son corps mais saisissant simplement sa main. « Je rêve… Je rêve d’un jour à ne rien glander. Juste… Être là et se reposer sans rien faire. Je rêve juste de ça. » Je tourne mes yeux sur son visage avant de finir sur une note plus légère. « Avec bien sûr une hawaiienne de chaque côté du lit pour nous ventiler avec des feuilles de palmier… Roh ouai ! » Je n’attends même pas sa réaction pour en rire, prenant simplement sa main pour lui réitérer silencieusement mon amour.



_________________
Life is ours, we live it our way — Bebel Invest10
Indépendant
Winter DavidsonIndépendant
Winter Davidson
Carte d'identité
Messages : 201
Points : 947
Date d'inscription : 03/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Life is ours, we live it our way — Bebel Empty
MessageSujet: Re: Life is ours, we live it our way — Bebel   Life is ours, we live it our way — Bebel EmptyLun 29 Avr - 13:34


Life is ours, we live it our way.
Abel & Winter
« La grossesse c'est un peu comme une gueule de bois qui dure neuf mois... »
Et je ne compte pas partir, je n’y ai même jamais une seule seconde.

Mais maintenant me voilà, là, allonger une notre lit, comme une énorme baleine hors de l’eau et dieu sait que je rêve d’une piscine fraiche pour me laisser flotter et me rafraichir. Les chevilles qui gonfles, la chaleur, et l’impression d’exploser de l’intérieur ! Que du bonheur malgré tout ça. Abel vient se poser près de moi en me confirmant que malheureusement qu’il n’avait pas de glace pour moi et qu’il rêve de ne plus rien faire, de simplement se reposer. Je peux le comprendre. Fini cette époque des week-ends tranquille devant la télévision, à commander une pizza en pyjama pour ne pas avoir à se déplacer. Terminé tout ça.

Je tourne la tête vers lui sur l’oreiller, ma main gauche dans la sienne et ma droite sous mon ventre. Pendant que ce petit être que nous avons fait se remue et bouge dans mon ventre. A regarder… c’est comme avoir un extraterrestre à l’intérieur de soi. Heureusement que c’est bien plus mignon ! « Huuum ouais ! Fait moi penser de fabriquer un pagne pour Noah et Anton la prochaine fois. » Je rie, rien que d’imaginer ces deux-là en train de nous faire de l’air ! L’esclavagisme parental de base.

J’avance mon visage de quelques centimètres pour embrasser le bout du nez d’Abel. « Alors, tu as eu des idées ? » Et oui, le grand jour se rapprochait de plus en plus et il fallait bien commencer à se demander comment est-ce qu’on allait appeler ce bébé. Dans mon fond intérieur, j’ai l’impression que s’est une fille… mais j’essaye de ne pas me faire trop d’idée, pour ne pas me mettre cette idée dans la tête et être déçu. Mais cette fois-ci j’ai envie de faire les choses bien avec Abel, il peut enfin avoir la famille qu’il mérite et il peut enfin prendre part pleinement à la vie de cet enfant comme père.



_________________




Creepy uncle
Abel JonassonCreepy uncle
Abel Jonasson
Carte d'identité
Messages : 855
Points : 169
Date d'inscription : 20/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Life is ours, we live it our way — Bebel Empty
MessageSujet: Re: Life is ours, we live it our way — Bebel   Life is ours, we live it our way — Bebel EmptySam 4 Mai - 10:55


Fabrication de pagne ? Mais … Quel est cette idée bizarroïde ? Je rie également, mais rien que de me laisser aller à cette émotion positive, j’ai l’impression de me réchauffer atrocement. Je ferme les yeux, profitant de ce baiser lorsqu’elle me demande si j’ai des idées. J’hausse les épaules et regarde son ventre. « Eh bien… En fait… Je… Je n’en sais rien… J’ai bien des idées mais c’est sans doute nul et… Je te fais bien plus confiance pour ça. » finis-je en souriant.

Ce sourire, qu’on se le dise, il masque là toute la méprise que je lui voue. Cette femme, elle se joue de moi. Elle attend la plus chaude journée qu’il soit pour que mon cerveau soit ramolli et me demander mon avis pour un prénom. Elle est… Diabolique ! C’est le terme. On est en enfer, vu cette foutue chaleur, et elle, c’est le diable. Je grogne ensuite et roule des yeux pour ajouter « Sans déconner… Pourquoi tu me demandes ça alors qu’il fait au moins… Deux millions de degrés à l’ombre ?! Je suis en train de fondre et je… Ah bah voilà ! En voilà une idée ! C’est l’été, non ?! Summer, si c’est une fille. August si c’est un garçon. » Négocié, au revoir. De toute façon, on n’est même pas en août si ça se trouve, donc si c’est un mec, pour sûr qu’il pensera que son prénom est original.

Je caresse le dos de sa main avec mon pouce, me tournant pour rester contre elle. Qui a dit que je devais garder une posture digne d’un chef ? Je souffle alors « Tu crois que se demander si ces futurs copains de classe vont se moquer de notre enfant ou non est une priorité ? Parce qu’on pourrait simplement chercher un qu’on admire ? Genre… Hercule ? Ou… Perséphone ? Je sais, c’est stupide mais… On a au moins plus ce frein, pas vrai ? » C’est avec un peu d’amertume et d’angoisse que je lui jette ce regard. Quelle vie attend notre bébé ? Comment va-t-il grandir ? Je ferme les yeux et cale mon front contre le sien.



_________________
Life is ours, we live it our way — Bebel Invest10
Contenu sponsorisé
Carte d'identité

Life is ours, we live it our way — Bebel Empty
MessageSujet: Re: Life is ours, we live it our way — Bebel   Life is ours, we live it our way — Bebel Empty

 Life is ours, we live it our way — Bebel
In Your Flesh :: Michigan State :: Zones non-nettoyées :: Eastpoint Highschool

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Vous allez poster avec

Outils de modération