Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #33 : Novembre 2018
Animation trimestrielle #1 Once upon a time !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Intrigue #5 Recensement !
De nombreux postes vacants de l'armée sont encore disponibles. N'hésitez pas à venir jeter un coup d’œil par ici !
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - Chapitre I : New rulers, new rules > A lire ici

In Your Flesh :: Michigan State :: Fort Hope

 Il y a des journées comme ça... - ft Juliet

avatar
Messages : 393
Points : 1360
Date d'inscription : 30/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Il y a des journées comme ça... - ft Juliet    Mar 16 Oct - 16:29
    Il y a vraiment des jours où il faudrait mieux rester au lit. Depuis ce matin, tout ne s’enchaînait pas du tout comme le souhaitait Alex. Elle s'était levée à l'aube, prenant garde à ne pas réveiller la maisonnée. Comme quelques matins par semaine, elle aimait bien courir alors que personne n'était encore levé à Fort Hope. Profiter du silence des lieux était un luxe qu'elle aimait bien s'offrir de temps en temps. Pourtant, quelques militaires s'activaient déjà malgré l'heure bien matinale ce qui l'avait un peu irrité. Tant pis, elle fit tout de même sa petite course, Fort Hope n'étant pas bien grand, elle en avait vite fait le tour. Alex se sentait déjà un peu mieux. En rentrant, elle avait voulu se rendre à l'entrepôt chercher de quoi manger et à ramener à la maison mais là encore, les militaires occupaient les lieux et elle n'avait aucune envie de leur rendre des comptes. C'était bien sa poisse. La matinée se déroula dans une ambiance morose et quand elle se prit la tête avec un habitant de Fort Hope, elle décida de quitter les lieux pour se changer les idées.Alex pris donc sa voiture et sortit de Fort Hope. Ses petites sorties se faisaient de plus en plus fréquentes mais elle en avait besoin. Depuis toujours, Alex était plutôt solitaire. Elle se faisait à cette vie à Fort Hope, à sa cohabitation avec Logan et sa famille, mais l'arrivée des militaires l'avait un peu chamboulé. Elle se sentait observée, plus libre de ses mouvements et clairement, elle n'aimait pas ça. Aussi et même si le règlement l'interdisait, elle aimait sortir seule de la communauté. Après tout, être le bras droit du chef et faire partie du conseil pouvaient bien lui autoriser quelques privilèges non ?  

    La jeune femme se gara à quelques kilomètres de là. Devant elle, quelques maisons abandonnées se dressaient, silencieuses et macabres. Autant tenter de se rendre utile, elle décida de visiter les lieux. Sortant son arme, elle poussa la porte de la première maison, vide, bien entendu. Elle en fit rapidement le tour et ressortit. C'est là qu'elle le vit. Un rôdeur était à seulement quelques mètres d'elle, il se dressait entre elle et sa voiture. Elle resta quelques secondes interdites. Malgré l'état de décomposition avancée, elle aurait juré qu'il s'agissait de Johnny Depp, ou plutôt sa version décomposée dans un des films de pirates qu'elle avait vu au cinéma il y a des années. La jeune femme recula prudemment mais il l'avait déjà repéré. Ne voulant pas utiliser son arme pour ne pas attirer d'avantages de morts vivants. Elle fit demi-tour et rentra dans la maison, prenant soin de laisser la porte ouverte. Le rôdeur la suivit aussitôt. Alex traversa la maison, rentra dans la salle de bain et ferma la porte à clé. Elle ne tarda pas à entendre les grognements du mort-vivant derrière la porte. Alex se tourna alors pour sortir par la fenêtre suivant le plan qu'elle s'était faite. Ce fut là que survint le second problème, la fenêtre ne s'ouvrait pas. Il n'y avait pas de poignets. Qui avait donc pu construire une maison sans que l'on puisse ouvrir la fenêtre de sa salle de bain ? Elle pesta contre sa malchance mais ne se laissa pas démonter. Attrapant un tabouret, elle le lança contre la fenêtre qui se brisa. A l'aide du tabouret, elle enleva le plus gros du verre. La jeune femme enleva son pull et le posa sur les bouts de verre. Tant bien que mal, elle se hissa et passa par la petite fenêtre, tentant d'ignorer les coupures à ses mains provoqués par les éclats de verre que la maigre épaisseur de son pull ne pouvait pas éviter. Alex perdit alors l'équilibre et en tombant elle sentit un morceau de verre rentrer dans la chaire de sa hanche. Elle laissa échapper un gémissement. Ignorant la douleur et sous l'effet de l'adrénaline, elle se redressa tant bien que mal et se dirigea vers sa voiture. Le mort vivant devait encore être dans la maison car elle ne le vit pas.

    Alex rentra dans l'habitacle et s'enferma à clé, son cœur battait à tout rompre. Elle l'avait échappé belle. Dieu seul sait qu'elle avait horreur de ces rôdeurs. Bon à dire vrai, personne ne les aimait vraiment ceux-là. Elle attrapa un chiffon qui traînait et l'appliqua sur sa blessure, prenant soin de ne pas toucher au bout de verre. Elle ne demanda ensuite pas son reste pour démarrer et rentrer directement à Fort Hope. Bye bye Johnny ! Elle conduit vite, voulant retrouver au plus vite la sécurité de la communauté et aviser les dégâts causé par le morceau de verre toujours profondément enfoncé dans sa chaire. Une fois l'entrée passée, elle sortit du véhicule. Un des gardes accourut et lui demanda comment ça allait, elle leva une main ensanglantée pour le rassurer. Alex grimaça. Passés quelques secondes, elle jeta un coup d’œil à sa blessure sanguinolente. Elle n'était pas très belle et vu l'intérieur de sa voiture, elle avait perdu pas du sang. Tant pis, elle était bonne pour un bon nettoyage. C'était un miracle qu'elle soit arrivée jusque là seule, ça lui servira de leçon et lui donnera à réfléchir pour une prochaine sortie seule à l'extérieur. Elle connaissait les risques qu'elle prenait mais jusqu'à présent, elle n'avait pas eu de réels problèmes. L'appel de la solitude avait toujours été plus fort que son coté raisonnable.

    Alex décida donc de se rendre à l'infirmerie, elle ne voulait pas prendre le risque de retirer le morceau de verre seule. La jeune femme connaissait les risques que pouvaient engendrer une telle blessure si elle venait à s'infecter. De nos jours, mieux valait ne pas prendre le moindre risque sous peine de mourir. Malheureusement pour elle, une fois l'adrénaline retombée, elle ressentit alors très vivement la douleur, rendant tout déplacement seule impossible. Ravalant sa fierté, Alex demanda alors de l'aide au garde. Ils se dirigèrent alors vers l'infirmerie. Le chemin lui parut horriblement long et chaque pas lui faisait atrocement mal et lui tirait les larmes aux yeux. A la moitié du chemin, elle dut se résoudre à ce que le garde ne la porte. Heureusement pour lui, elle ne pesait pas bien lourd. "Il y a quelqu'un ?" cria-t-elle faiblement lorsqu'ils rentrèrent. Au moment où une personne rentra dans son champs de vision, Alex sentit un voile noir passé devant ses yeux et elle fut à deux doigts de tomber dans les pommes. "Je... Je crois que j'ai besoin d'aide" lâcha-t-elle alors que le garde l'allongeait sur la table.

    Oh oui, c'était réellement une mauvaise journée et elle aurait mieux fait de ne pas se lever ce matin, ou au moins de rester sagement à la maison.

_________________
Hunt or be hunted..
Administrateur
Juliet I. WhitmanAdministrateur
avatar
Messages : 1534
Points : 4532
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Il y a des journées comme ça... - ft Juliet    Mar 30 Oct - 21:13
Juliet était de bonne humeur. Bien que ça n’était pas spécialement étrange, au fond. Bien sûr, la jeune femme avait eu des hauts et des bas, beaucoup de bas d’ailleurs, comme la plupart des survivants qui partageaient sa vie au camp, mais maintenant, les choses allaient mieux. Elle allait mieux. Et vivre ne représentait plus le même calvaire, bien au contraire. Quoiqu’il en soit, si Juliet était ce matin-là de si bonne humeur, c’était parce que la bonne saison approchait, et qu’elle se faisait une joie de pouvoir de nouveau travailler la terre, et faire des plantations, une activité qui lui faisait un bien inattendu. Durant tout l’hiver, elle s’était occupée des animaux, de l’infirmerie, mais la jeune femme était toujours contente de pouvoir diversifier ses tâches. Pour elle, qui n’allait que très très rarement dehors, chaque façon de pouvoir se rendre utile à Fort Hope était la bienvenue.

C’était ainsi que la jeune femme avait appris à soigner les autres survivants, à faire des points de suture dignes de ce nom, à s’occuper d’un patient malade. Et tout cela, grâce aux bons enseignements d’Alair et de Noah, qui avait fait de la néophyte qu’elle était l’infirmière en herbe qui arpentait ce jour même l’infirmerie. Personne n’avait eu besoin de ses services jusqu’à maintenant, si bien que la jeune femme en profita pour refaire l’inventaire des lieux, dont les stocks avaient été revus à la hausse depuis la venue des militaires. C’était bien la seule chose de positif qu’elle trouvait à leur présence pour l’instant, elle qui ne parvenait toujours à se faire une opinion réelle sur leur présence à Détroit. D’après les rumeurs, ils nettoyaient des rues entières de la ville, et les débarrassaient de tout rôdeur, si bien que les alentours de Fort Hope étaient sûrs à présent, mais quand même…une question ne manquait pas de tarauder la jeune femme : pourquoi maintenant ?

Juliet était dans ce qui leur servait de bureau, à terminer la mise à jour de leurs ressources médicales, quand elle entendit la porte d’entrée s’ouvrir, et des bruits de pas retentir à l’intérieur du bâtiment. D’un bond, elle quitta son bureau, et se dirigea vers l’entrée, où d’un regard, elle embrassa toute la scène devant elle : Alex, dans les bras d’un militaire, le ventre tâché de sang. Juliet s’attacha les cheveux à la va-vite, et se désinfecta les mains aussi rapidement qu’elle le put, tandis que le militaire étendait sa patiente du jour sur leur table d’auscultation. La brune rapprocha le petit charriot contenant divers instruments et produits médicaux, puis enfila une paire de gants. « -Allez chercher Noah Richardson, au n°4, sur Grand Marais Street. Allez, dépêchez-vous ! » Elle lança un regard appuyé au militaire, qui après une brève seconde de plus quitta les lieux sans demander son reste.

Sans hésitation, la jeune femme s’empara d’un ciseau, et découpa le haut de la jeune femme, le tailladant suffisamment pour donner à Juliet une meilleure visibilité de la blessure, et un meilleur accès à celle-ci. « -Ca va aller Alex, d’accord ? Essaye de respirer lentement et profondément, d’accord. Je vais m’occuper de toi, et tout va bien se passer ! » Si la situation avait été différente, peut-être Juliet elle-même s’étonnerait de voir à quel point, elle parvenait à garder son calme, malgré le sang, malgré le morceau de verre qui dépassait des chairs, malgré l’absence d’un vrai médecin. Elle attrapa d’un geste sûr plusieurs compresses, et les appliqua autour de la blessure, prenant bien soin de ne pas faire bouger le morceau de verre. Elle se souvenait des enseignements de Noah : ne pas retirer l’objet de la plaie, pas tant qu’ils n’avaient pas une visibilité des dégâts occasionnés. Elle savait bien qu’en l’absence de scanner, radio, échographie ou autre, ils ne pourraient pas savoir réellement jusqu’où allait le verre, mais elle préféra, avant de faire le moindre geste, attendre l’arrivée du médecin.

Ce qui n’arriva jamais. Le soldat revint vers elle, tout penaud, et surtout, tout seul. Juliet ne pouvait nier qu’à cet instant précis, son cœur s’emballa un peu, avant qu’elle se force à respirer un bon coup. « -Bon, on ne peut pas attendre…Alex, ça va faire mal, mais je vais bien m’occuper de toi, d’accord ? Tenez-là bien ! » Elle adressa ses derniers mots au militaire, qui devenait son second pour l’occasion. Il attrapa donc la blessée par les épaules, la maintenant solidement contre la table, et Jules y vit le top départ qu’elle attendait. Avec milles précautions, elle retira les compresses, et commença les soins. Le morceau de verre ne resta plus très longtemps dans le corps d’Alex, qui s’évanouit dans les secondes qui suivirent. Heureusement, la blessure était finalement moins grave que ce qu’avait pu penser Juliet, et après l’avoir inspecté soigneusement pour éviter d’y laisser le moindre morceau de verre, elle entreprit de la refermer avec attention, soignant son travail. Noah ne tarda pas à arriver, alerté par un garde, et assista la jeune femme sur la fin des soins, estimant qu’elle s’en était bien tiré en son absence. Il la rassura à sa façon, il fallait dire que Jules n’avait pas eu beaucoup d’autres choix que de s’occuper d’Alex.

Noah s’occupa finalement de l’infirmerie le reste de la garde de Juliet, qui, accompagnée d’un livre, prit place au chevet d’Alex. Elle ne craignait pas vraiment que la jeune femme se transforme, et surveillait cela de près, non, Noah avait été clair sur le fait que la demoiselle allait s’en remettre, et c’était tant mieux. La présence de la brune s’expliquait simplement par le fait qu’elle ne voulait pas qu’Alex se réveille brusquement, à se demander ce qui s’était passé, où elle était, et cherche à se redresser, à partir ou à faire dieu seul sait quoi. Il fallait que Jules parvienne à lui faire entendre raison sur le fait qu’elle devait accepter de rester sagement couchée, à se reposer, pour au moins quelques jours. En attendant que sa patiente se réveille, l’infirmière en herbe s’était installée dans un large fauteuil, et lisait, pour passer le temps.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.

avatar
Messages : 393
Points : 1360
Date d'inscription : 30/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Il y a des journées comme ça... - ft Juliet    Jeu 15 Nov - 15:35
Alex resta sagement allongée sur la table tandis que Juliet s'affairait autour d'elle. La jeune femme envoya le militaire chercher un médecin puis elle découpa le T-shirt d'Alex. Juliet tenta de la rassurer. Cette dernière répondit d'un air optimiste : "ça va aller oui, ce n'est qu'un morceau de verre !" Les circonstances de cette blessure était si ridicule que ça ne pouvait être grave ! Il suffisait juste d'enlever le bout de verre, un ou deux points de suture et basta ! Elle serait comme neuve et pourrait retourner à ses petites affaires. Elle se garda tout de même de jeter un coup d’œil au morceau de verre, vu l'air sérieux que prenait Juliet, apparemment c'était plus sérieux qu'elle ne l'aurait cru. Alex fit comme le lui demandait l'infirmière, elle contrôla sa respiration, mais elle ne put s'empêcher de grimacer lorsque Juliet posa les compresses autour de la plaie. Fichtre, ça faisait un mal de chien ! Et pourtant, Alex n'était pas spécialement douillette. Quelques minutes plus tard, le militaire revint en disant qu'il n'avait trouvé personne. Forcément, c'était le jour de chance d'Alex. Juliet demanda alors au soldat de la tenir pendant qu'elle retirait le morceau de verre. Alex jeta un regard courroucé à l'infirmière et au militaire, comment ça il devait la tenir ? Qu'il pose ses mains sur elle et il verrait de quel bois elle se chauffait ! Non mais... Elle n'allait pas bouger, elle n'était pas stupide... Le soldat la maintint fermement contre la table, ignorant son regard noir. "Hé, bas les pattes, je..." Alex n'alla pas plus loin dans ses pensées et n'eut même pas le temps de contester quoique ce soit puisqu'elle ressentit une très vive douleur au moment où Juliet retira le morceau de verre. Son premier réflexe fut de vouloir se dégager et se redresser pour échapper à la douleur avant de sentir tout tourner autour d'elle. Un voile noir passa devant ses yeux. Elle perdit alors connaissance, devenant aussi molle qu'une poupée de chiffon.

Alex reprit connaissance quelques heures plus tard. Son regard se posa sur le plafond qu'elle ne reconnut pas. Elle n'était pas chez elle apparemment. Puis, la jeune femme aperçut Juliet, assise à côté d'elle, un livre à la main. "Qu'est-ce qu'il s'est passé ?" Elle avait du mal à rassembler ses souvenirs et avait l'impression d'avoir la tête dans un étau. La jeune femme était comme dans un brouillard épais où elle avait du mal à y voir clair. Ses premiers souvenirs remontaient à ce matin à son levé... "Qu'est-ce que je fais là ? Je dois y aller, j'ai des choses à faire.." Elle voulut se redresser mais une vive douleur au ventre lui arracha un gémissement et l'obligea à se recoucher. Les souvenirs remontèrent alors peu à peu à la surface : la sortie à l'extérieur, le rôdeur, le morceau de verre, une journée pourrie quoi. Elle continua ses questions : "Depuis combien de temps est-ce que je suis là ?" Il ne manquerait plus que Juliet lui annonce qu'elle ait dormi une semaine et ce serait le pompon. Alex tenta une nouvelle fois de se redresser. Elle ne supportait pas de rester inactive et allongée. Le bout de verre était retirée, elle allait pouvoir vaquer à ses occupations non ?

_________________
Hunt or be hunted..
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Il y a des journées comme ça... - ft Juliet    
 
Il y a des journées comme ça... - ft Juliet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Michigan State :: Fort Hope
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération