Vote au top-site, sauve une licorne !
In Your Flesh
Depuis l'été 2014, l'Apocalypse règne sur le territoire américain. Dans la région de Détroit, les survivants s'organisent seuls depuis des mois pour sauver leurs vies et résister aux rôdeurs. Quand, après trois ans sans nouvelles du gouvernement, l'armée revient à Détroit, un nouvel espoir semble possible pour les survivants. Mais à quel prix ?
Vote au top-site !
Nous sommes en Novembre/Décembre 2017
En ce moment sur IYF :

× [Animation hors RP]
Des votes et des cadeaux #1

× [Intrigue 5.2]
On prépare le dernier RP commun de l'intrigue #5, un peu de patience !

× [Grand Débat]
Rendez-vous dans vos MPs pour tout savoir du Grand Débat en cours !

Intrigue #5 : What lies ahead
Cohabitation

Après plusieurs mois de cohabitation entre civils et militaires, la tension monte au point de menacer la paix précaire autant au sein de Fort Hope qu'avec l'extérieur.

[Lire l'intrigue] [Jouer un soldat]

 Il y a des journées comme ça... - ft Juliet
In Your Flesh :: Michigan State :: Fort Hope

Alexandra H. Collins
Carte d'identité
Messages : 1945
Points : 5226
Date d'inscription : 30/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  Empty
MessageSujet: Il y a des journées comme ça... - ft Juliet    Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  EmptyMar 16 Oct - 16:29
    Il y a vraiment des jours où il faudrait mieux rester au lit. Depuis ce matin, tout ne s’enchaînait pas du tout comme le souhaitait Alex. Elle s'était levée à l'aube, prenant garde à ne pas réveiller la maisonnée. Comme quelques matins par semaine, elle aimait bien courir alors que personne n'était encore levé à Fort Hope. Profiter du silence des lieux était un luxe qu'elle aimait bien s'offrir de temps en temps. Pourtant, quelques militaires s'activaient déjà malgré l'heure bien matinale ce qui l'avait un peu irrité. Tant pis, elle fit tout de même sa petite course, Fort Hope n'étant pas bien grand, elle en avait vite fait le tour. Alex se sentait déjà un peu mieux. En rentrant, elle avait voulu se rendre à l'entrepôt chercher de quoi manger et à ramener à la maison mais là encore, les militaires occupaient les lieux et elle n'avait aucune envie de leur rendre des comptes. C'était bien sa poisse. La matinée se déroula dans une ambiance morose et quand elle se prit la tête avec un habitant de Fort Hope, elle décida de quitter les lieux pour se changer les idées.Alex pris donc sa voiture et sortit de Fort Hope. Ses petites sorties se faisaient de plus en plus fréquentes mais elle en avait besoin. Depuis toujours, Alex était plutôt solitaire. Elle se faisait à cette vie à Fort Hope, à sa cohabitation avec Logan et sa famille, mais l'arrivée des militaires l'avait un peu chamboulé. Elle se sentait observée, plus libre de ses mouvements et clairement, elle n'aimait pas ça. Aussi et même si le règlement l'interdisait, elle aimait sortir seule de la communauté. Après tout, être le bras droit du chef et faire partie du conseil pouvaient bien lui autoriser quelques privilèges non ?  

    La jeune femme se gara à quelques kilomètres de là. Devant elle, quelques maisons abandonnées se dressaient, silencieuses et macabres. Autant tenter de se rendre utile, elle décida de visiter les lieux. Sortant son arme, elle poussa la porte de la première maison, vide, bien entendu. Elle en fit rapidement le tour et ressortit. C'est là qu'elle le vit. Un rôdeur était à seulement quelques mètres d'elle, il se dressait entre elle et sa voiture. Elle resta quelques secondes interdites. Malgré l'état de décomposition avancée, elle aurait juré qu'il s'agissait de Johnny Depp, ou plutôt sa version décomposée dans un des films de pirates qu'elle avait vu au cinéma il y a des années. La jeune femme recula prudemment mais il l'avait déjà repéré. Ne voulant pas utiliser son arme pour ne pas attirer d'avantages de morts vivants. Elle fit demi-tour et rentra dans la maison, prenant soin de laisser la porte ouverte. Le rôdeur la suivit aussitôt. Alex traversa la maison, rentra dans la salle de bain et ferma la porte à clé. Elle ne tarda pas à entendre les grognements du mort-vivant derrière la porte. Alex se tourna alors pour sortir par la fenêtre suivant le plan qu'elle s'était faite. Ce fut là que survint le second problème, la fenêtre ne s'ouvrait pas. Il n'y avait pas de poignets. Qui avait donc pu construire une maison sans que l'on puisse ouvrir la fenêtre de sa salle de bain ? Elle pesta contre sa malchance mais ne se laissa pas démonter. Attrapant un tabouret, elle le lança contre la fenêtre qui se brisa. A l'aide du tabouret, elle enleva le plus gros du verre. La jeune femme enleva son pull et le posa sur les bouts de verre. Tant bien que mal, elle se hissa et passa par la petite fenêtre, tentant d'ignorer les coupures à ses mains provoqués par les éclats de verre que la maigre épaisseur de son pull ne pouvait pas éviter. Alex perdit alors l'équilibre et en tombant elle sentit un morceau de verre rentrer dans la chaire de sa hanche. Elle laissa échapper un gémissement. Ignorant la douleur et sous l'effet de l'adrénaline, elle se redressa tant bien que mal et se dirigea vers sa voiture. Le mort vivant devait encore être dans la maison car elle ne le vit pas.

    Alex rentra dans l'habitacle et s'enferma à clé, son cœur battait à tout rompre. Elle l'avait échappé belle. Dieu seul sait qu'elle avait horreur de ces rôdeurs. Bon à dire vrai, personne ne les aimait vraiment ceux-là. Elle attrapa un chiffon qui traînait et l'appliqua sur sa blessure, prenant soin de ne pas toucher au bout de verre. Elle ne demanda ensuite pas son reste pour démarrer et rentrer directement à Fort Hope. Bye bye Johnny ! Elle conduit vite, voulant retrouver au plus vite la sécurité de la communauté et aviser les dégâts causé par le morceau de verre toujours profondément enfoncé dans sa chaire. Une fois l'entrée passée, elle sortit du véhicule. Un des gardes accourut et lui demanda comment ça allait, elle leva une main ensanglantée pour le rassurer. Alex grimaça. Passés quelques secondes, elle jeta un coup d’œil à sa blessure sanguinolente. Elle n'était pas très belle et vu l'intérieur de sa voiture, elle avait perdu pas du sang. Tant pis, elle était bonne pour un bon nettoyage. C'était un miracle qu'elle soit arrivée jusque là seule, ça lui servira de leçon et lui donnera à réfléchir pour une prochaine sortie seule à l'extérieur. Elle connaissait les risques qu'elle prenait mais jusqu'à présent, elle n'avait pas eu de réels problèmes. L'appel de la solitude avait toujours été plus fort que son coté raisonnable.

    Alex décida donc de se rendre à l'infirmerie, elle ne voulait pas prendre le risque de retirer le morceau de verre seule. La jeune femme connaissait les risques que pouvaient engendrer une telle blessure si elle venait à s'infecter. De nos jours, mieux valait ne pas prendre le moindre risque sous peine de mourir. Malheureusement pour elle, une fois l'adrénaline retombée, elle ressentit alors très vivement la douleur, rendant tout déplacement seule impossible. Ravalant sa fierté, Alex demanda alors de l'aide au garde. Ils se dirigèrent alors vers l'infirmerie. Le chemin lui parut horriblement long et chaque pas lui faisait atrocement mal et lui tirait les larmes aux yeux. A la moitié du chemin, elle dut se résoudre à ce que le garde ne la porte. Heureusement pour lui, elle ne pesait pas bien lourd. "Il y a quelqu'un ?" cria-t-elle faiblement lorsqu'ils rentrèrent. Au moment où une personne rentra dans son champs de vision, Alex sentit un voile noir passé devant ses yeux et elle fut à deux doigts de tomber dans les pommes. "Je... Je crois que j'ai besoin d'aide" lâcha-t-elle alors que le garde l'allongeait sur la table.

    Oh oui, c'était réellement une mauvaise journée et elle aurait mieux fait de ne pas se lever ce matin, ou au moins de rester sagement à la maison.

_________________
Hunt or be hunted..
Administrateur
Juliet I. WhitmanAdministrateur
Juliet I. Whitman
Carte d'identité
Messages : 1753
Points : 4824
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  Empty
MessageSujet: Re: Il y a des journées comme ça... - ft Juliet    Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  EmptyMar 30 Oct - 21:13
Juliet était de bonne humeur. Bien que ça n’était pas spécialement étrange, au fond. Bien sûr, la jeune femme avait eu des hauts et des bas, beaucoup de bas d’ailleurs, comme la plupart des survivants qui partageaient sa vie au camp, mais maintenant, les choses allaient mieux. Elle allait mieux. Et vivre ne représentait plus le même calvaire, bien au contraire. Quoiqu’il en soit, si Juliet était ce matin-là de si bonne humeur, c’était parce que la bonne saison approchait, et qu’elle se faisait une joie de pouvoir de nouveau travailler la terre, et faire des plantations, une activité qui lui faisait un bien inattendu. Durant tout l’hiver, elle s’était occupée des animaux, de l’infirmerie, mais la jeune femme était toujours contente de pouvoir diversifier ses tâches. Pour elle, qui n’allait que très très rarement dehors, chaque façon de pouvoir se rendre utile à Fort Hope était la bienvenue.

C’était ainsi que la jeune femme avait appris à soigner les autres survivants, à faire des points de suture dignes de ce nom, à s’occuper d’un patient malade. Et tout cela, grâce aux bons enseignements d’Alair et de Noah, qui avait fait de la néophyte qu’elle était l’infirmière en herbe qui arpentait ce jour même l’infirmerie. Personne n’avait eu besoin de ses services jusqu’à maintenant, si bien que la jeune femme en profita pour refaire l’inventaire des lieux, dont les stocks avaient été revus à la hausse depuis la venue des militaires. C’était bien la seule chose de positif qu’elle trouvait à leur présence pour l’instant, elle qui ne parvenait toujours à se faire une opinion réelle sur leur présence à Détroit. D’après les rumeurs, ils nettoyaient des rues entières de la ville, et les débarrassaient de tout rôdeur, si bien que les alentours de Fort Hope étaient sûrs à présent, mais quand même…une question ne manquait pas de tarauder la jeune femme : pourquoi maintenant ?

Juliet était dans ce qui leur servait de bureau, à terminer la mise à jour de leurs ressources médicales, quand elle entendit la porte d’entrée s’ouvrir, et des bruits de pas retentir à l’intérieur du bâtiment. D’un bond, elle quitta son bureau, et se dirigea vers l’entrée, où d’un regard, elle embrassa toute la scène devant elle : Alex, dans les bras d’un militaire, le ventre tâché de sang. Juliet s’attacha les cheveux à la va-vite, et se désinfecta les mains aussi rapidement qu’elle le put, tandis que le militaire étendait sa patiente du jour sur leur table d’auscultation. La brune rapprocha le petit charriot contenant divers instruments et produits médicaux, puis enfila une paire de gants. « -Allez chercher Noah Richardson, au n°4, sur Grand Marais Street. Allez, dépêchez-vous ! » Elle lança un regard appuyé au militaire, qui après une brève seconde de plus quitta les lieux sans demander son reste.

Sans hésitation, la jeune femme s’empara d’un ciseau, et découpa le haut de la jeune femme, le tailladant suffisamment pour donner à Juliet une meilleure visibilité de la blessure, et un meilleur accès à celle-ci. « -Ca va aller Alex, d’accord ? Essaye de respirer lentement et profondément, d’accord. Je vais m’occuper de toi, et tout va bien se passer ! » Si la situation avait été différente, peut-être Juliet elle-même s’étonnerait de voir à quel point, elle parvenait à garder son calme, malgré le sang, malgré le morceau de verre qui dépassait des chairs, malgré l’absence d’un vrai médecin. Elle attrapa d’un geste sûr plusieurs compresses, et les appliqua autour de la blessure, prenant bien soin de ne pas faire bouger le morceau de verre. Elle se souvenait des enseignements de Noah : ne pas retirer l’objet de la plaie, pas tant qu’ils n’avaient pas une visibilité des dégâts occasionnés. Elle savait bien qu’en l’absence de scanner, radio, échographie ou autre, ils ne pourraient pas savoir réellement jusqu’où allait le verre, mais elle préféra, avant de faire le moindre geste, attendre l’arrivée du médecin.

Ce qui n’arriva jamais. Le soldat revint vers elle, tout penaud, et surtout, tout seul. Juliet ne pouvait nier qu’à cet instant précis, son cœur s’emballa un peu, avant qu’elle se force à respirer un bon coup. « -Bon, on ne peut pas attendre…Alex, ça va faire mal, mais je vais bien m’occuper de toi, d’accord ? Tenez-là bien ! » Elle adressa ses derniers mots au militaire, qui devenait son second pour l’occasion. Il attrapa donc la blessée par les épaules, la maintenant solidement contre la table, et Jules y vit le top départ qu’elle attendait. Avec milles précautions, elle retira les compresses, et commença les soins. Le morceau de verre ne resta plus très longtemps dans le corps d’Alex, qui s’évanouit dans les secondes qui suivirent. Heureusement, la blessure était finalement moins grave que ce qu’avait pu penser Juliet, et après l’avoir inspecté soigneusement pour éviter d’y laisser le moindre morceau de verre, elle entreprit de la refermer avec attention, soignant son travail. Noah ne tarda pas à arriver, alerté par un garde, et assista la jeune femme sur la fin des soins, estimant qu’elle s’en était bien tiré en son absence. Il la rassura à sa façon, il fallait dire que Jules n’avait pas eu beaucoup d’autres choix que de s’occuper d’Alex.

Noah s’occupa finalement de l’infirmerie le reste de la garde de Juliet, qui, accompagnée d’un livre, prit place au chevet d’Alex. Elle ne craignait pas vraiment que la jeune femme se transforme, et surveillait cela de près, non, Noah avait été clair sur le fait que la demoiselle allait s’en remettre, et c’était tant mieux. La présence de la brune s’expliquait simplement par le fait qu’elle ne voulait pas qu’Alex se réveille brusquement, à se demander ce qui s’était passé, où elle était, et cherche à se redresser, à partir ou à faire dieu seul sait quoi. Il fallait que Jules parvienne à lui faire entendre raison sur le fait qu’elle devait accepter de rester sagement couchée, à se reposer, pour au moins quelques jours. En attendant que sa patiente se réveille, l’infirmière en herbe s’était installée dans un large fauteuil, et lisait, pour passer le temps.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.
Alexandra H. Collins
Carte d'identité
Messages : 1945
Points : 5226
Date d'inscription : 30/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  Empty
MessageSujet: Re: Il y a des journées comme ça... - ft Juliet    Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  EmptyJeu 15 Nov - 15:35
Alex resta sagement allongée sur la table tandis que Juliet s'affairait autour d'elle. La jeune femme envoya le militaire chercher un médecin puis elle découpa le T-shirt d'Alex. Juliet tenta de la rassurer. Cette dernière répondit d'un air optimiste : "ça va aller oui, ce n'est qu'un morceau de verre !" Les circonstances de cette blessure était si ridicule que ça ne pouvait être grave ! Il suffisait juste d'enlever le bout de verre, un ou deux points de suture et basta ! Elle serait comme neuve et pourrait retourner à ses petites affaires. Elle se garda tout de même de jeter un coup d’œil au morceau de verre, vu l'air sérieux que prenait Juliet, apparemment c'était plus sérieux qu'elle ne l'aurait cru. Alex fit comme le lui demandait l'infirmière, elle contrôla sa respiration, mais elle ne put s'empêcher de grimacer lorsque Juliet posa les compresses autour de la plaie. Fichtre, ça faisait un mal de chien ! Et pourtant, Alex n'était pas spécialement douillette. Quelques minutes plus tard, le militaire revint en disant qu'il n'avait trouvé personne. Forcément, c'était le jour de chance d'Alex. Juliet demanda alors au soldat de la tenir pendant qu'elle retirait le morceau de verre. Alex jeta un regard courroucé à l'infirmière et au militaire, comment ça il devait la tenir ? Qu'il pose ses mains sur elle et il verrait de quel bois elle se chauffait ! Non mais... Elle n'allait pas bouger, elle n'était pas stupide... Le soldat la maintint fermement contre la table, ignorant son regard noir. "Hé, bas les pattes, je..." Alex n'alla pas plus loin dans ses pensées et n'eut même pas le temps de contester quoique ce soit puisqu'elle ressentit une très vive douleur au moment où Juliet retira le morceau de verre. Son premier réflexe fut de vouloir se dégager et se redresser pour échapper à la douleur avant de sentir tout tourner autour d'elle. Un voile noir passa devant ses yeux. Elle perdit alors connaissance, devenant aussi molle qu'une poupée de chiffon.

Alex reprit connaissance quelques heures plus tard. Son regard se posa sur le plafond qu'elle ne reconnut pas. Elle n'était pas chez elle apparemment. Puis, la jeune femme aperçut Juliet, assise à côté d'elle, un livre à la main. "Qu'est-ce qu'il s'est passé ?" Elle avait du mal à rassembler ses souvenirs et avait l'impression d'avoir la tête dans un étau. La jeune femme était comme dans un brouillard épais où elle avait du mal à y voir clair. Ses premiers souvenirs remontaient à ce matin à son levé... "Qu'est-ce que je fais là ? Je dois y aller, j'ai des choses à faire.." Elle voulut se redresser mais une vive douleur au ventre lui arracha un gémissement et l'obligea à se recoucher. Les souvenirs remontèrent alors peu à peu à la surface : la sortie à l'extérieur, le rôdeur, le morceau de verre, une journée pourrie quoi. Elle continua ses questions : "Depuis combien de temps est-ce que je suis là ?" Il ne manquerait plus que Juliet lui annonce qu'elle ait dormi une semaine et ce serait le pompon. Alex tenta une nouvelle fois de se redresser. Elle ne supportait pas de rester inactive et allongée. Le bout de verre était retirée, elle allait pouvoir vaquer à ses occupations non ?

_________________
Hunt or be hunted..
Administrateur
Juliet I. WhitmanAdministrateur
Juliet I. Whitman
Carte d'identité
Messages : 1753
Points : 4824
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  Empty
MessageSujet: Re: Il y a des journées comme ça... - ft Juliet    Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  EmptyLun 19 Nov - 21:22
Si elle devait être tout à fait honnête, Juliet était plutôt contente que Noah ai proposé de finir le reste de sa garde à sa place. La brune n’était pas une habituée des urgences médicales, d’ailleurs, c’était même la première qu’elle traitait réellement toute seule, et elle était encore partagée sur ce qu’elle avait ressenti. Elle avait été morte de trouille, bien sûr, mais elle avait essayé de planquer ça au fin fond de sa poitrine, pour éviter de faire peur à sa patiente, ou de la faire douter sur ses compétences, si elle l’avait vu hésiter, ou paniquer. Jules ne niait pas avoir ressenti une énorme poussée d’adrénaline, alors qu’elle laissait tous les éléments appris grâce à son professeur particulier, Noah, remonter à la surface. C’était comme si une partie d’elle-même s’était spontanément mise sur OFF, alors qu’elle laissait ses maigres instincts en matière médicale prendre le dessus, et ses connaissances remonter à la surface. Pourtant, avec le recul, si elle mettait de côté la frousse, et le doute, Juliet avait apprécié ce moment fort en sensations. Du moins…c’était encore sur ce qu’elle avait ressenti exactement qu’elle était en train de débattre avec elle-même quand Alex se réveilla, ayant délaissé depuis un bon moment déjà son livre, sans même s’en apercevoir.

La voix de la brune la tira donc de ses réflexions, alors que Jules déposait le livre à côté d’elle, et s’approchait du lit de sa patiente…qu’elle ne tarda pas à réprimander, posant ses mains sur les épaules de la jeune femme, lui intimant de rester allongée. « -Doucement. Tu t’es blessée lors d’une sortie, mais j’ai retiré le morceau de verre, et fais les points de suture dont tu avais besoin. » Elle laissa son regard parcourir le visage pâle de la survivante, avant de remonter son regard, pas si expert que ça, vers celui tout aussi bleu d’Alex. « -Tu es là depuis quelques heures, il est bientôt vingt et une heures. » Une nouvelle fois, la jeune femme mima l’action de se redresser, poussant Juliet à la toiser d’un regard un peu sévère. Elle n’avait jamais eu à faire à un patient récalcitrant, mais elle se disait qu’elle venait peut-être de toucher le gros lot. « -Alexandra, tu as perdu beaucoup de sang, et Noah prétend que tu as eu de la chance. On n’a malheureusement pas d’anti-douleur, alors il va falloir que tu restes tranquille si tu veux éviter d’avoir mal. » Et même comme ça, Juliet ne garantissait pas que la brune ne souffrirait pas.

L’infirmière en herbe rapprocha le fauteuil du lit, avant d’y prendre place une nouvelle fois, posant cette fois un regard plus doux sur la jeune femme. « -Tu vas devoir rester ici quelques jours, le temps que ça aille mieux. Et ensuite, tu pourras rentrer chez toi, si tu promets de te ménager et d’attendre quelques temps pour les gros efforts physiques. » Elle s’imaginait que ce serait peut-être trop demander à la jeune femme qui semblait avoir du mal à rester en place, mais c’était le prix à payer pour une bonne guérison. Juliet lui adressa un sourire encourageant, avant de poursuivre. « -Je peux aller chez toi chercher des affaires si tu en as besoin, ou envie. Et, de toutes façons, je serai jamais très loin. » Parce qu’elle passait beaucoup de temps à l’infirmerie, certes, et aussi parce que Juliet sentait qu’il allait falloir insister pour qu’Alex accepte de se ménager quelques temps.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.
Alexandra H. Collins
Carte d'identité
Messages : 1945
Points : 5226
Date d'inscription : 30/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  Empty
MessageSujet: Re: Il y a des journées comme ça... - ft Juliet    Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  EmptyMar 27 Nov - 15:36
Alex écouta ce que lui dit Juliet et acquiesça d'un ton reconnaissant : "Super, merci beaucoup Juliet." Quoi ? Déjà 21h ? Et elle avait des tas de choses à faire... Alex se dit qu'elle avait vraiment perdu sa journée. Elle aurait mieux fait de rester sagement à Fort Hope plutôt que de tenter le diable dehors. Pourtant, elle savait pertinemment que cette aventure ne lui servirait pas de leçon. Elle avait un besoin constant d'aventures, d'adrénaline et seules les sorties à l'extérieur pouvait lui procurer ce genre de sensations. Elle détestait rester inactive et passive. Jamais elle n'aurait pu avoir une petite vie bien rangée, même si l'apocalypse n'était jamais survenue. Pourtant, elle enviait souvent ces personnes qui justement pouvaient se coucher le soir en se disant qu'ils avaient réussi leur vie. Avoir des enfants, un mari, un travail régulier et satisfaisant faisaient partie du quotidien du commun des mortels mais Alex n'avait jamais pu se dire que c'était fait pour elle. Non, elle était trop solitaire, trop indépendante. Elle s'était toujours refusée ce genre de vie. Et puis, avant l'épidémie, sa vie était devenue trop compliquée pour espérer se poser un jour. Elle était allée trop loin pour revenir en arrière. Alex était recherchée par la police et elle ne pouvait même pas espérer revoir son fils en toute sécurité. Alors peut être qu'elle était une des rares personnes pour laquelle l'épidémie s'était révélée une réelle chance de repartir à zéro... Et pourtant, elle avait du mal à saisir cette nouvelle chance, refusant de se poser et de commencer une vie tranquille. Après, elle s'était posée à Fort Hope , c'était déjà un bon début...

Juliet la regarda d'un air sévère et lui dit qu'elle allait devoir rester tranquille sous peine d'avoir mal. Alex haussa les épaules et lui répondit : "ça va aller merci. Je suis pas douillette, je devrais survivre." Certes, ça picotait un petit peu mais pas de quoi la forcer à rester au lit... La jeune femme regarda Juliet rapprocher son fauteuil du lit. Elle lui dit qu'elle allait devoir passer quelques jours à l'infirmerie. Alex secoua la tête et lui répondit d'un ton ferme, ne laissant pas de place à la négociation : "Non, ça ne va pas être possible. Je peux me ménager mais je ne peux pas rester ici." Rester allongée dans ce lit pendant quelques jours lui semblait impossible. Non, elle avait trop de choses à faire à Fort Hope. Avec l'arrivée des militaires, elle se devait d'être à son poste. Alex ne pouvait prendre le risque de s’effacer sous peine de les voir s'imposer totalement. Logan était encore très affecté par la mort de sa femme et elle ne pouvait faiblir à son tour. Non, la jeune femme tenait à être fidèle à son poste, à montrer aux soldats qu'ils devaient compter sur les habitants de Fort Hope pour prendre leurs décisions.

Alex fronça alors les sourcils. "Je ne veux pas que tu parles de tout ça à Logan. Il a déjà assez de préoccupations comme cela." Son ton était sans appel. Alex refusait que son ami soit au courant de sa situation. D'un parce qu'il s'inquiéterait et qu'il n'avait pas besoin de cela en ce moment et de deux parce qu'il obligerait Alex à rester ici et ça c'était hors de question. Alex reprit d'une voix plus douce : "Il doit y avoir une autre solution. Je te promets de ne pas forcer, d'y aller doucement mais ne m'oblige pas à rester ici, ce n'est pas possible..." La jeune femme restait persuadée que sa blessure n'était pas grave, elle en ressentait à peine la douleur. Non, l'idée de rester ici quelques jours lui faisait horreur. Elle détestait les hôpitaux, les infirmeries et tout ce qui se rapprochait de près ou de loin à ces endroits.

_________________
Hunt or be hunted..
Administrateur
Juliet I. WhitmanAdministrateur
Juliet I. Whitman
Carte d'identité
Messages : 1753
Points : 4824
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  Empty
MessageSujet: Re: Il y a des journées comme ça... - ft Juliet    Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  EmptyMar 4 Déc - 22:22
Le fauteuil fut installé à quelques pas du lit d’Alex, et Juliet ne tarda pas à s’y enfoncer, avant de s’assoir en tailleur. Elle se retint de lever les yeux au ciel quand sa patiente de la journée lui annonça avec un naturel déconcertant qu’elle n’était pas douillette, et qu’elle allait survivre. Réalisait-elle qu’un morceau de verre s’était enfoncé dans la chair de son ventre, et qu’elle avait perdu une quantité non négligeable de sang ? Que se serait-il passé si elle avait tardé à rentrer, et qu’au lieu de perdre connaissance à l’infirmerie, comme c’était arrivé, elle s’était évanouie en pleine rue ? Jules soupira discrètement, secoua légèrement la tête : « -J’espère bien que tu vas survivre ! Tu es le premier cas sérieux dont je m’occupe toute seule, j’ai besoin que tu vantes mes mérites auprès des habitants qui se méfient de moi ! » Si aucun sourire ne vint étirer les lèvres de la jeune femme, elle n’était pourtant pas tout à fait sérieuse, et était surtout particulièrement rassurée de voir qu’Alex était aussi vive après sa mésaventure. Bien sûr, elle ne doutait pas qu’elle allait s’en remettre, et c’était l’essentiel. Pourtant, elle ne pouvait nier que cela donnerait du grain à moudre à ses détracteurs, qui avaient manifestement du mal à faire confiance à une artiste reconvertie en apprentie infirmière, et qui demandaient souvent l’avis, voire l’intervention, de Noah, le médecin du camp.

Quand Alex reprit la parole, dans ce qui ressemblait étrangement à des négociations, Juliet haussa un sourcil, avant d’ouvrir les mains, paumes vers les cieux, dans un geste d’impuissance. « -Hé ! Je ne fais qu’appliquer les consignes de Noah ! » Et ses mots d’ordre avaient été du repos, du repos, et encore un peu de repos. Juliet consulta sa montre, sentant son ventre se tordre sous la faim, et fronça légèrement les sourcils quand Alex poursuivit, lui demandant de garder son passage par l’infirmerie cachée de Logan. Juliet considéra la jeune femme un moment, se demandant si cette histoire ne finirait pas par parvenir au leader de leur camp quoi qu’elle tente. Mais la brune marquait un point quand elle disait qu’il était suffisamment accablé en ce moment, et même si Jules était relativement peu emballée par l’idée de mentir au barbu, elle se fit la remarque que tant qu’elle lui échappait, et qu’il ne lui posait aucune question, elle ne mentait pas vraiment. « -T’es sûre que c’est pas plutôt parce que s’il le savait, Logan viendrait t’attacher lui-même à ton lit pour te forcer à te rétablir tranquillement ? » Elle resta sérieuse un moment, avant de laisser un léger sourire flotter sur ses lèvres. Elle comprenait le désir d’Alex de ménager Logan, de lui épargner des inquiétudes inutiles, puisqu’elle le partageait.

Pourtant, sa patiente ne semblait pas avoir dit son dernier mot, et après un nouveau silence, la jeune femme reprit son plaidoyer, défendant l’existence d’une autre solution qui échappait totalement à Juliet. Cette dernière réfléchit quelques instants, avant de secouer la tête. « -Je suis désolée Alex, je ne vois pas d’autre possibilité. Passe au moins la nuit ici, et si demain tu te sens bien, je verrai avec Noah s’il accepte que tu sortes. » Elle la couva un instant d’un regard sérieux, avant de relever la jambe contre sa poitrine, l’enserrant de l’un de ses bras. A son tour, Jules resta silencieuse un petit instant, avant de reprendre, laissant son regard se perdre par la fenêtre. « -En plus de ça…je doute que tu sois réellement du genre à te ménager. Encore moins avec ce qu’il se passe en moment. » Elle faisait référence à l’arrivée inattendue des militaires bien sûr, après tant de temps sans aucune nouvelle de leur présence, ou même de leur gouvernement. Les yeux azurs de la jeune femme fixèrent l’extérieur pendant encore quelques secondes, avant que son regard ne se pose une nouvelle fois sur Alex. « -Et puis, il vaut mieux que tu acceptes de te requinquer pendant quelques jours, et pouvoir reprendre tes activités comme avant, plutôt que de te relancer tout de suite dans ton rôle de seconde, et de mettre une éternité à guérir. Fort Hope a besoin que tu sois forte, et au meilleur de ta forme. » Elle ne cherchait pas à la culpabiliser, certainement pas, simplement à lui faire entendre raison. Quelques jours entre ces murs, ce n’était pas la mer à boire, c’était même ce qu’il y avait de mieux d’un point de vue strictement médical. Et rien n’excluait qu’Alex ramène un peu de travail jusqu’à l’infirmerie, pour occuper ses journées.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.
Alexandra H. Collins
Carte d'identité
Messages : 1945
Points : 5226
Date d'inscription : 30/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  Empty
MessageSujet: Re: Il y a des journées comme ça... - ft Juliet    Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  EmptyLun 17 Déc - 15:51
S'il y avait un lieu où Alex ne mettait pas souvent les pieds et dont elle ne s'était jamais particulièrement préoccupé de l'organisation, c'était bien l'infirmerie. Pour elle, tout le monde à Fort Hope avait choisi un rôle au sein de la communauté en fonction de ses capacités et de son précédent métier. Aussi, elle était persuadée que tous ceux qui travaillaient à l'infirmerie étaient soit médecin, soit infirmier ou qu'ils avaient eu une bonne formation en arrivant. De ce fait, elle ne doutait pas des capacités de Juliet et ne voyait pas comment d'autres auraient pu le faire. "Je suis sûre que personne ne remet en doute tes capacités..." Et puis, Alex s'en était sortie, c'était une preuve qu'elle faisait du bon travail...

Juliet lui demanda si elle souhaitait ménager Logan ou plutôt éviter qu'il ne vienne en personne l'attacher au lit pour qu'elle se repose. Elle haussa les épaules. L'infirmière n'avait pas tort, Alex ne doutait pas de la réaction de Logan mais elle ne tenait pas à lui apporter un lot de soucis supplémentaires non plus. Elle lui dirait dans quelques jours, quand elle serait sûre que cette histoire serait derrière elle. La jeune femme espéra juste que personne ne lui en parlerait avant. "Peut être qu'il ferait ça en effet, mais je tiens vraiment à ce qu'il ne se fasse pas encore plus de soucis. Il va assez mal comme ça." Elle la regarda d'un air suppliant, attendant une promesse de sa part. Si Alex avait commis une imprudence en sortie, elle tenait à en payer les conséquences seule, pas à inquiéter d'autres personnes.

Alex comprit qu'elle n'avait pas le choix, du moins, pour cette nuit. "Ok pour une nuit, une seule et demain, je quitte les lieux. Promis, je me tiendrai bien et je ne forcerai pas." Alex se laissa retomber sur son oreiller avec un petit soupir. Bon, une nuit, ça ne devrait pas être si terrible. Il était déjà tard, elle avait juste à se reposer et demain serait un autre jour. Juliet lui dit qu'elle n'était surement pas du genre à se ménager. Non, en effet, mince, c'était si visible que ça ? Alex grommela : "J'éviterais les sorties pendant quelques jours" Elle n'était pas sûre que ça suffise à convaincre Juliet mais c'était déjà ça... A Fort Hope, elle saurait rester plus calme, il lui suffisait de gérer quelques papiers au bureau. Elle avait toujours été une très mauvaise malade, même enfant, refusant de rester au lit et d'être inactive. Adulte c'était pire. Elle se sentait incapable de passer sa journée clouée au lit, à moins d'y être physiquement obligée. Alex ne répondit pas à sa prochaine phrase. Elle était butée et quoique dise Juliet, elle restait persuadée que c'étaient des précautions inutiles. Elle se sentait en forme, capable de marche et pour elle, c'était une preuve qu'elle n'avait pas besoin de rester ici, allongée à contempler le mur. Elle laissa échapper un petit soupir. De toute manière, quoiqu'ils disent, à moins de l'attacher au lit, demain, elle serait sur pieds.

La jeune femme finit par poser son regard sur Juliet. Quitte à passer le temps, autant essayer d'en savoir un peu plus sur elle. Alex était plutôt du genre à restreindre son groupe d'amis et donc à ne pas connaitre vraiment ceux qui l'entourait. La jeune femme était du genre indépendante et solitaire. L'épidémie l'avait conforté dans son idée de ne pas s'attacher aux autres aux risques de les perdre et donc de souffrir. Elle connaissait Juliet de par son passé avec Logan mais pas vraiment personnellement. Elles se croisaient, se côtoyaient mais ça s'arrêtait là... "Comment t'es venue ce soudain intérêt pour la médecine ? Ce n'était pas vraiment ton domaine d'activités avant si ?" D'après son souvenir, Juliet ne travaillait pas dans ce domaine-là.


_________________
Hunt or be hunted..
Administrateur
Juliet I. WhitmanAdministrateur
Juliet I. Whitman
Carte d'identité
Messages : 1753
Points : 4824
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  Empty
MessageSujet: Re: Il y a des journées comme ça... - ft Juliet    Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  EmptyMer 19 Déc - 21:00
Au fond, et même si Juliet n’avait qu’une très vague idée de ce que faisait réellement Alex au sein de leur communauté, elle était persuadée que ce n’était pas toujours de tout repos. Elles ne se parlaient pas vraiment toutes les deux, ou n’échangeaient guère plus que des convenances polies lorsqu’elles se croisaient, et pourtant, il suffisait à Jules de laisser traîner son regard, ou ses oreilles, quand elle vaquait dans le camp, pour comprendre aisément qu’Alex n’était pas du genre à se reposer sur ses lauriers, à dispenser ses ordres, et à attendre que ça se passe. Voilà pourquoi elle l’imaginait mal accepter gentiment, sans rechigner, de rester à l’infirmerie pour quelques jours, le temps de se remettre de sa mésaventure. A croire que la jeune femme craignait que le système de fonctionnement de Fort Hope s’enraye soudainement sans sa présence pour surveiller ou superviser les choses, et que tout parte à volo. Enfin, s’il y avait bien une chose que l’infirmière reconnaissait, et appréciait d’ailleurs à sa juste valeur, c’était l’implication sans faille qu’Alex témoignait pour leur petit groupe de survivants.

Cette dernière semblait d’ailleurs voir comme une abominable fatalité la nécessité de passer la nuit à l’infirmerie. Si Juliet était plus susceptible, elle pourrait s’offusquer, sur le ton de la plaisanterie, de constater que sa patiente rechignait à ce point à passer ces quelques heures en sa compagnie. Non pas que la présence de la brune était absolument nécessaire et indispensable dans les lieux, mais elle avait le sentiment que si personne ne restait dans le coin, Alex aurait tôt fait de ramasser ses affaires, et de prendre la poudre d’escampette. L’artiste ne put d’ailleurs retenir un léger sourire, et pinça ses lèvres l’une contre l’autre fermement, pour éviter qu’un petit rire vienne accompagner la fatalité avec laquelle la survivante lui annonçait qu’elle acceptait de rester pour la nuit, et même de renoncer à sortir pendant quelques jours. Même si elle ne le lui avouerait pas, par crainte que la jeune femme ne change d’avis et fuit les lieux, Juliet partageait son point de vue, et elle aussi aurait eu beaucoup de mal à accepter de rester gentiment dans cette chambre inconnue, plutôt que de passer la nuit dans sa maison, dans un lieu familier, et sans doute plus réconfortant. Mais les occupations des deux demoiselles étaient loin d’être similaires, et si Juliet devait passer quelques jours enfermée chez elle, la gestion du camp n’en serait certainement pas affectée.

Il ne fallut cependant pas longtemps pour que la discussion prenne une autre direction, et change des négociations qu’Alex entreprenait depuis son réveil pour quitter l’infirmerie au plus vite. D’ailleurs, à la question de la jeune femme, Juliet resta silencieuse quelques instants, comme si c’était réellement la première fois qu’elle se posait la question, elle aussi. Ce qui, avec le recul, était sans doute le cas. Elle avait accepté les propositions de leçons, avec Alair tout d’abord, puis Noah ensuite, et les situations d’apprentissage étaient arrivées d’elle-même, Juliet sautant sur chaque occasion d’apprendre le moindre petit truc. Elle haussa une épaule d’un air songeur, avant de reposer son regard sur Alex. « -Ce n’était pas du tout mon domaine d’activité même. Je n’avais rien vu d’autres que les pinceaux, les toiles, et la peinture. Alors le sang, les os, les plaies à recoudre, c’est vrai que c’est nouveau. » Et elle avait beau se creuser les méninges, impossible de se souvenir précisément comme c’était arrivé. C’était sans doute lié à cette sortie qu’elle avait fait en solitaire, où Logan l’avait filé, et s’était fait remarquer en mauvais espion qu’il avait été ce jour-là. Il s’était blessé, et les deux survivants avaient dû trouver refuge dans la maison d’Alair, qui avait recousu la plaie que le barbu s’était fait à la main. A bien y réfléchir, tout partait de là. De là, et puis aussi…« -Et puis honnêtement, j’avais du temps à tuer ici, alors autant l’utiliser pour apprendre des trucs utiles, qui peuvent servir au plus grand nombre. Alors non, c’est vrai, je ne suis pas prête de faire d’opération chirurgicale à cœur ouverte, mais je sais recoudre de vilaines plaies faites par un morceau de verre ! » Et elle adressa un clin d’œil entendu, avant de gigoter dans le fauteuil, et de masser du bout des doigts sa nuque ankylosée.

A bien y réfléchir, Juliet était devenue, ou plutôt était en passe de devenir, ce dont ce nouveau monde avait besoin, ou plutôt exigeait d’elle. La brune ne s’était jamais imaginée infirmière, et pourtant, même si elle n’avait pas été très à l’aise les premiers jours avec les plaies, les chairs à vif, le sang, elle appréciait de plus en plus son travail au sein de l’infirmerie, bien que ses tâches soient restreintes. « -Et toi, alors ? Je te vois toujours fourmiller à droite à gauche, mais je t’avoue que je n’ai jamais prêté attention à ce que tu effectuais réellement au sein de Fort Hope. Enfin…je sais que tu aides Logan, et je suis contente qu’il puisse compter sur toi, il a confiance en toi, mais si on me demandait ce que tu fais dans les détails, je ne saurai pas répondre… » Si Juliet y réfléchissait deux secondes, elle croyait se souvenir qu’Alex s’occupait de gérer leurs relations avec l’extérieur. Mais de là à savoir ce que ça voulait réellement dire, elle n’en était pas bien certaine.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.
Alexandra H. Collins
Carte d'identité
Messages : 1945
Points : 5226
Date d'inscription : 30/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  Empty
MessageSujet: Re: Il y a des journées comme ça... - ft Juliet    Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  EmptyVen 11 Jan - 15:16
Alex hocha la tête en écoutant Juliet. Pour elle aussi, tout ça c'était nouveau. Même si elle avait été une éco-terroriste recherchée, elle n'avait jamais tué ou blessé de personnes avant l'épidémie. La jeune femme se contentait de commettre des actes de vandalisme par exemple pour porter atteinte à de grands groupes menaçant l'équilibre de la planète mais jamais elle ne s'en était prise à un humain directement et physiquement. Ce n'était pas dans ses convictions et dans ses objectifs. Mais depuis l'épidémie, c'était  différent. Il lui suffisait de mettre un pied dehors pour rencontrer un rôdeur en état de décomposition. Si les premiers jours son estomac se contractait à la vue de chaire décomposée, maintenant, elle restait indifférente. Même l'odeur ne la dérangeait plus. Elle exécutait de manière totalement froide et insensible les rôdeurs qu'elle rencontrait. Elle y prenait même un certain plaisir à l'idée de débarrasser le monde de ces pourritures. Elle n'avait absolument aucun soucis avec le fait qu'ils aient été des personnes humaines avant de mourir. Elle avait rapidement compris qu'une fois "ressuscité", il ne restait plus rien de la personne décédée. Il n'y avait qu'à la limite les rôdeurs "enfants" avec qui elle avait un peu de mal... Et puis, à part les rôdeurs, il n'était pas rare de rencontrer des survivants blessés ou morts. Alex elle-même avait dû tuer des personnes cette nuit où ils avaient affronté les Punishers. Elle ne l'avait pas fait de façon froide et insensible cette fois, au contraire, elle en avait souvent fait des cauchemars par la suite. C'était malheureusement ça, leur quotidien. Pour autant, il ne serait jamais venu à l'idée d'Alex d'en faire son métier. Non, recoudre des plaies, soigner, ce n'était pas son truc, elle préférait l'action, défendre et se battre. "Oui c'est vrai que ce genre de métier est utile de nos jours, un des plus utiles en fait." Alex était sincère. Les médecins avaient sauvé beaucoup de vie à Fort Hope et il contribuait à rendre le quotidien des survivants plus agréables en soignant leurs petits maux. Heureusement que certaines personnes comme Juliet choisissait cette voie et d'apprendre les rudiments du métier. Grâce à elle, Alex allait bien maintenant. Elle avait conscience aussi que la médecine avait désormais ses limites et que certaines personnes comme Joy ne pouvaient être sauvées faute de moyens médicaux. Alex s'efforcait donc, comme les habitants de Fort Hope chargés des ravitaillements, de leur procurer tout le matériel médical qu'ils pouvaient trouvé.

Alex laissa passer quelques secondes avant de rebondir sur sa première phrase. "Et, tu continues à peindre parfois ?" Juliet avait évoqué des toiles, de la peinture et des pinceaux, ce devait être une artiste. C'était encore un domaine parfaitement inconnu pour Alex qui n'avait jamais eu la fibre créative. Pourtant, elle aurait bien aimé apprendre à peindre ou à jouer d'un instrument de musique. Désormais c'était impossible. Elle se voyait mal consacrer du temps. Non, son temps libre, elle préférait le passer à d'autres activités comme son footing qu'elle aimait bien faire tôt le matin. ça lui permettait de se défouler et de se libérer l'esprit. Chacun son truc en fait et Fort Hope permettait heureusement à tous de trouver quelque chose à faire : certains jardinaient, d'autres cuisinaient, regardaient un film ou lisaient un livre.

La jeune femme lui demanda ce qu'elle faisait au sein de Fort Hope. Alex haussa les épaules. "Oui, je seconde Logan dans ce qu'il fait, je le remplace à l'occasion. Je fais partie du conseil aussi. Je m'occupe des relations de Fort Hope avec l'extérieur, je fais passer des entretiens aux nouveaux arrivants pour voir s'ils peuvent ou veulent intégrer la communauté. Je donne les autorisations pour les sorties, je participe aux sorties-ravitaillements, je donne des coups de main là où on a besoin. Je m'occupe..." ALex laissa échapper un petit soupir avant de poursuivre "Enfin tout ça c'était avant l'arrivée des militaires, je pense que la plupart de mes fonctions vont m'être retirées maintenant..." Oui, les militaires s'occupaient désormais de rapatrier tous les vagabonds à Fort Hope ou à l'arène. Alex n'avait plus rien à dire maintenant. Elle avait l'impression que peu à peu, toutes ses fonctions lui échappaient. Elle n'arrivait pas à déterminer si l'arrivée des militaires était une bonne ou une mauvaise chose. La jeune femme pouvait passer outre le fait qu'un autre commandement pouvait potentiellement diriger Fort Hope et laisser ses propres pensées et convictions de côté pour le bien du groupe mais elle voulait être sûre que les militaires n'aient pas de mauvaises intentions...

_________________
Hunt or be hunted..
Administrateur
Juliet I. WhitmanAdministrateur
Juliet I. Whitman
Carte d'identité
Messages : 1753
Points : 4824
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  Empty
MessageSujet: Re: Il y a des journées comme ça... - ft Juliet    Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  EmptyMer 6 Fév - 21:18
Juliet n’avait jamais fait grand-chose d’autre de ses dix doigts que de peindre, à peu près tout sujet qui pouvait trouver un minimum d’intérêt à ses yeux. Elle n’était pas douée pour la pâtisserie, elle était même une catastrophe ambulante, n’était pas du genre à se maquiller, ou même à se faire des coiffures extravagantes. Et vraiment, cette vie d’artiste lui avait parfaitement convenue, malgré sa simplicité. Simplement, cette vie-là était désormais derrière elle, derrière eux même, et elle n’avait d’autres choix, pour survivre aux nouvelles difficultés qui se dressaient sur leur chemin, que de s’adapter, et apprendre de nouvelles capacités qui pourraient lui être utiles à elle, bien sûr, mais qu’elle pourrait également mettre au service de la communauté. Et puis, il suffisait de connaître Jules pour savoir qu’elle était ce genre de personnes à toujours prendre beaucoup de plaisir avec un livre en main, à apprendre de nouvelles informations, acquérir de nouveaux savoirs était quelque chose qu’elle avait toujours aimé, et qui n’avait manifestement pas changé avec la fin du monde. Et puis, ces nouvelles connaissances en médecine qu’elle accumulait chaque jour, lentement mais surement, plaisaient beaucoup à Juliet, dont la dextérité trouvait bien sa place dans ce corps de métier. Elle hocha légèrement de la tête pour acquiescer aux paroles d’Alex, qu’elle trouvait on ne peut plus juste. Vu leurs nouvelles conditions de vie, les médecins et les infirmiers étaient vraiment indispensables à leur survie à tous.

La jeune femme se cala dans le fauteuil, et son regard accrocha une nouvelle fois celui d’Alex, qui lui demandait s’il lui arrivait encore de peindre. Juliet soutint son regard quelques secondes, avant qu’un léger sourire contrit, peut-être un brin attristé, ne vienne se poser sur ses lèvres, et qu’elle détourne son visage, poliment. Oui, elle peignait, dessinait, c’était quelque chose auquel elle n’avait jamais pu renoncer, même avec l’arrivée des rôdeurs. C’était son exutoire, ça l’avait toujours été, et pourtant, Juliet avait été à deux doigts d’y renoncer après la mort d’Eulalie, incapable de faire quoi que ce soit des crayons qui passaient entre ses mains. Elle n’avait plus de motivation, plus d’envie même, et n’était plus intéressée. Et puis, avec le deuil, avec le temps qui avait fait son œuvre, le désir de coucher ses idées, ses pensées, ce qu’elle ressentait sur papier, en couleurs ou non, avait refait surface, et ce n’était qu’à cet instant que Juliet s’était rendu compte à quel point cette passion qui était la sienne lui avait manqué, et l’usage qu’elle en faisait dans sa vie quotidienne. « -Oui, ça m’arrive encore, de temps en temps. Ça m’a toujours permis de penser à autre chose, de…m’évader. Et bon, quand on voit ce qu’il se passe dehors… » Elle ne termina pas sa phrase, certaine qu’Alex voyait très bien où elle voulait en venir. Vu les temps qui courraient, il était facile de comprendre qu’on puisse avoir envie, ou besoin, de s’évader pour oublier ce quotidien merdique.

Par intérêt réel plus que par souci d’entretenir la conversation, Juliet avait retourné à la jeune femme sa question, et Alex ne tarda pas à lui expliquer quel était son rôle au sein de Fort Hope, ce qu’elle faisait chaque jour, sans doute dans l’ignorance de la plupart des habitants, qui ne se doutaient sans doute pas des différents rouages de leur camp, et du rôle que chacun jouait. D’ailleurs, Jules elle-même ne se doutait pas de toutes les casquettes que portait Alex au quotidien, et son visage ne tarda pas à exprimer un mélange de surprise, et oui, peut-être un peu d’admiration, qu’elle ne chercha pas à cacher. Elle ignorait bien sûr qu’Alex se donnait autant pour le camp, même si elle lui faisait l’effet d’une petite fourmi toujours en mouvement qui ne s’arrêtait jamais. « -Tu m’as l’air de faire plus que simplement t’occuper… » souffla la brune, non sans laisser échapper un sourire amical à l’attention de la jeune femme.

Pourtant, le ton changea, subtilement certes, mais suffisamment pour que Juliet puisse le percevoir. Elle observa son interlocutrice quelques secondes, avant de croiser doucement les bras sur sa poitrine, ses sourcils se fronçant légèrement. Il était évident à l’air qui crispait le visage d’Alex qu’elle était tout sauf ravie de l’arrivée des militaires à Fort Hope. Ce que la jeune artiste comprenait parfaitement. Elle avait du mal à comprendre comment, après tant d’années d’absence, ils pouvaient simplement se présenter aux portes du camp, pour en réclamer le contrôle, et annoncer que la fin de leur misère était proche. Juliet n’allait pas jusqu’à dire que ça puait l’arnaque, mais quand même, elle trouvait que cela était particulièrement étrange. « -Alex…qu’est-ce que tu penses, réellement, de leur arrivée ? » Jules avait accentué le « réellement » sans même s’en apercevoir, comme si elle voulait faire comprendre à son interlocutrice qu’elle se fichait de la réponse politiquement correcte qu’elle affichait face aux autres, et qu’elle voulait son avis sans fard. Ici, il n’y avait aucune oreille indiscrète, et Alex pouvait parler sans crainte, car tout ce qu’elle dirait resterait sagement confiné entre ces quatre murs.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.
Alexandra H. Collins
Carte d'identité
Messages : 1945
Points : 5226
Date d'inscription : 30/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  Empty
MessageSujet: Re: Il y a des journées comme ça... - ft Juliet    Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  EmptyMer 20 Fév - 11:16
Alex hocha la tête. Oui, elle comprenait parfaitement ce que Juliet voulait dire. "Je cours beaucoup. Ce sont un peu les mêmes sensations :  faire quelque chose de son corps, penser à autre chose et s'évader oui..." C'était peut être curieux de comparer un footing et de la peinture, mais dans ces activités respectives, elles recherchaient toutes deux un moyen de sortir un peu du quotidien. Alex savait que certaines personnes comme Lazare faisait de la musique, d'autres aimaient lire, jardiner... Chacun son truc et heureusement. Si tout le monde avait la même passion et les mêmes envies, ce serait surement un bon bazar. Alex rajouta alors : "Si tu as besoin de quoique ce soit, n'hésite pas : des pinceaux, de la peinture ou autre, n'importe quoi. Parfois on peut tomber dessus en sortie ravitaillement..." Ce n'était pas le genre de ressources prioritaires pour la survie du groupe mais pour autant, si Alex tombait dessus, elle aurait une pensée pour Juliet et les lui ramènerait. C'était la moindre des choses, elle lui avait sauvé la vie après tout. Et ce genre de petites affaires restait essentiel pour le bien des habitants de Fort Hope. Certes, ce n'était pas vital comme de la nourriture mais c'était essentiel pour le bien-être et le confort des personnes.

Juliet lui dit ensuite qu'elle faisait pour Fort Hope plus que simplement s'occuper. "C'est la moindre des choses que je puisse faire pour le camp. Je suis bien incapable de jardiner, de soigner ou de réconforter les gens." lâcha-t-elle amusée. ça lui paraissait tellement naturel de faire ce qu'elle faisait. Elle n'avait pas la main verte, ne savait pas s'occuper du bétail à la ferme, soigner une plaie ou faire des travaux dans une maison. Elle faisait donc le maximum avec ce qu'elle savait faire de mieux. C'était ce que faisait la plupart des gens ici. Tous avaient des capacités différentes et c'est ce qui faisait la richesse de leur groupe. C'était un point sur lequel elle travaillait chaque jour. Assez méfiante, solitaire, depuis qu'elle était à Fort Hope, elle apprenait à travailler en équipe, à faire confiance aux autres et à ne plus compter que sur elle-même. Les premiers temps après l'épidémie, et même avant que ça n'arrive, Alex avait appris à vivre seule, elle était recherchée par la police et avait connu déception et trahison à de nombreuses reprises. Vivre à Fort Hope, côtoyer au quotidien de nouvelles personnes et se confier n'étaient pas forcément simple tous les jours.

Juliet lui demanda ce que pensait réellement la jeune femme des militaires. Alex posa son regard sur la brune en face d'elle. Elle était proche de Logan, elle le savait, et elle n'était pas sûre que son ami apprécie qu'elle confie ses craintes à Juliet. Elle gardait généralement ses craintes pour elle pour ne pas apeurer les autres, les confiant seulement au leadeur de Fort Hope. Pourtant, une petite voix lui soufflait qu'elle pouvait faire confiance à Juliet et qu'elle garderait pour elle cette petite conversation. Alex laissa échapper un petit soupir avant de reposer sa tête sur l'oreiller. "Je ne sais pas. On s'en sortait bien avant, sans eux. Je ne peux pas m'empêcher de trouver leur arrivée soudaine..." Alex réfléchit quelques secondes pour trouver les mots justes "...suspecte. J'ai peur qu'en leur accordant toute notre confiance on tombe de haut si un jour ils dévoilent leur vraies intentions." Alex finit par sourire à Juliet, voulant rendre la conversation moins dramatique : "Je suis peut être juste un peu trop méfiante, c'est dans ma nature." Logan lui disait de leur faire confiance, qu'ils n'avaient pas le choix. Alex restait campée sur ses positions, elle préférait rester telle qu'elle l'était au quotidien : sur ses gardes. Elle pouvait tout de même reconnaître certains avantages à leur arrivée : "Je reconnais bien sûre qu'ils nous ont beaucoup apporté : il n'y a presque plus de rôdeurs qui peuplent les rues de Détroit et ils s'occupent de la sécurité de Fort Hope ce qui nous permet de nous consacrer à d'autres choses, mais j'ai un peu peur qu'à terme, ils ne tiennent seul les rênes du camps et que nous n'ayons plus notre mot à dire... " Serait-ce si dramatique que ça ? Alex elle-même était bien incapable de le dire. Elle pouvait passer outre le fait qu'ils leur prennent toutes responsabilités et commandements si c'était pour le bien de la communauté. Comme toujours, elle n'avait pas confiance en l'avenir. Depuis l'épidémie, elle savait que tout pouvait basculer du jour au lendemain sans prévenir.

_________________
Hunt or be hunted..
Administrateur
Juliet I. WhitmanAdministrateur
Juliet I. Whitman
Carte d'identité
Messages : 1753
Points : 4824
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  Empty
MessageSujet: Re: Il y a des journées comme ça... - ft Juliet    Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  EmptyMar 26 Fév - 17:35
La proposition d’Alex de ramener du matériel de peinture si elle avait la chance de tomber dessus lors d’une expédition, ne tomba pas dans l’oreille d’une sourde, et Juliet esquissa un sourire reconnaissant. Dans les faits, la jeune femme pouvait dessiner avec tout ce qui lui passait sous la main, et il devait lui rester encore un peu de peinture du cadeau que Logan lui avait offert pour son anniversaire l’année précédente, mais la jeune femme n’était jamais contre un peu de ravitaillement coloré. Et puis au pire, elle pourrait toujours partager son matériel avec Octavia, ce qui permettrait d’occuper quelques heures de babysitting lorsque l’artiste se rendait au domicile de Logan pour garder ses filles. Elle remercia malgré tout Alex pour l’intention qu’elle venait d’avoir à son égard.

Leur conversation suivait son cours, et Juliet ne put s’empêcher d’avoir un léger rire quand son interlocutrice lui expliqua qu’elle aidait Logan à la gestion du camp car il semblait que c’était le plus naturel pour elle, au vu de ses compétences, et peut-être, sans doute même, de ce qu’elle faisait dans leur autre vie. « -Oh, tu sais, on attrape vite la main verte ! » répliqua Juliet, amusée, parce que c’était exactement la situation qu’elle-même avait vécu. Elle avait pris un poste dans leur petite ferme, et force était de constater que si elle était très hésitante au début, chaque nouvelle journée la confortait dans ses acquis, et lui permettait d’avoir plus confiance en ses gestes auprès des animaux et des plantations. Il avait déjà fallu que la jeune femme apprivoise sa peur des animaux, dont elle n’était pas vraiment familière, pour vraiment réussir à se lancer dans cette activité. Oh, Juliet avait eu des maladresses, bien sûr, et pas qu’une seule, mais c’était sans doute en faisant des erreurs qu’on apprenait réellement. Et puis, elle n’était pas seule à la ferme, et c’était réconfortant, quelque part, de pouvoir échanger avec d’autres, et de construire cette espèce de savoir-faire tous ensemble.

Et puis, il était clair pour Juliet qu’elle n’aurait jamais pu endosser le rôde d’Alex, elle n’était pas une meneuse, cela ne l’avait jamais d’ailleurs réellement intéressée. Et puis, autant laisser le rôle à ceux qui s’en sortiraient forcément mieux qu’elle ! Elle adressa un nouveau sourire amical à la jeune femme, avant de hausser légèrement une épaule : « -L’essentiel, c’est qu’on ai trouvé une place dans la communauté qui nous corresponde, chacune à notre manière ! » Mais il semblait pourtant clair au vu de leurs fonctions bien différentes que les deux jeunes femmes n’avaient pas le même tempérament du tout.

La question des militaires arriva enfin sur le tapis, et si Alex resta silencieuse pendant quelques secondes concernant le sujet, elle ne tarda pas à se confier, tandis que Juliet hochait doucement la tête. Dire qu’elle partageait le point de vue de la brune était un euphémisme, puisque dans l’esprit de l’infirmière en herbe, c’étaient les mêmes questions qui tournaient en boucle. Pourquoi maintenant ? Où étaient-ils avant ? Que faisaient-ils ? Comment avaient-ils découvert Fort Hope ? Quelles étaient leurs véritables intentions envers eux ? En somme, bien trop de questions, et pas de réponse sous la main. Jules écouta néanmoins les ressentis d’Alex, avant de soupirer légèrement. Elle hocha plus vigoureusement de la tête, et se décida à donner à la jeune femme son avis, bien qu’elle n’ai pas cherché à le connaître. « -Moi aussi je trouve ça étrange qu’ils aient été absents si longtemps, et que d’un coup…pouf, ils apparaissent à la porte du camp. » Elle trouvait la coïncidence vraiment étrange, comme un coup monté qui lui échappait totalement, et qu’elle ne parvenait pas à cerner.

La brune resta silencieuse quelques instants, avant de hausser doucement les épaules, et de poser son menton dans le creux de son épaule. Manifestement, personne, pas même Logan ou Alex, ne semblait savoir quel était le but réel de leur présence dans le coin, s’il était autre que simplement aider la population de Détroit. « -C’est vrai que grâce à eux, nos conditions de vie se sont améliorées, les placards de l’infirmerie n’ont jamais été aussi pleins. Et…certains ont l’air de s’être bien intégrés à notre camp. Mais…je ne sais pas…je n’arrive pas à me faire à leur présence. » Juliet plissa les yeux, tandis que son regard semblait se perdre au lointain, donnant l’impression qu’elle était en train de sonder ses pensées, comme incapable de mettre des mots sur ce qu’elle ressentait, ou pensait réellement à cet instant précis. « -Je ne sais pas, j’ai…j’ai peur que notre vigilance s’endorme un peu plus chaque jour, et que…le jour où une menace réelle arrive, des militaires ou autre à vrai dire, on ne sache plus comment survivre. Qu’on se soit trop ramollis… » Alex avait raison, ils prenaient des tours de garde, assuraient leur sécurité sur les barricades, leur permettant certes de faire d’autres activités, mais les éloignant peut-être progressivement, garde après garde, du danger.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.
Alexandra H. Collins
Carte d'identité
Messages : 1945
Points : 5226
Date d'inscription : 30/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  Empty
MessageSujet: Re: Il y a des journées comme ça... - ft Juliet    Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  EmptyVen 1 Mar - 16:18
Alex secoua la tête. Non, vraiment, elle ne pensait pas pouvoir avoir un jour la main verte. La jeune femme n'avait pas la patience pour prendre soin d'un potager ou d'une simple plante verte. Ce n'était pas une question d'apprendre ou de savoir, c'était juste que toute plante qu'on lui avait confié ou offert avait fini morte sèche et irrécupérable. "Non vraiment, je ne pense pas pouvoir l'attraper un jour ! Je n'ai pas la patience pour ça !" Elle sourit. La jeune femme ne possédait pas la douceur et la patience que semblait avoir Juliet. Elle était trop maladroite, trop impatiente pour s'adonner à des activités comme le jardinage ou autre activité demandant patience et concentration. Heureusement, Fort Hope regroupait tout un tas de personnes avec des capacités et compétences différentes ce qui permettait de pouvoir faire vivre le camp en faisant ce dont on était capable et pas à s'obliger à apprendre de nouvelles choses contraire à nos qualités.

Juliet avait parfaitement raison. Si les militaires s'occupaient de tout et qu'une autre menace leur tombait dessus comme celle de l'épidémie il y a 3 ans, comment réagiraient-ils ? Ils risquaient fort de s'être ramollis. Si en prime, les militaires disparaissaient à nouveau à ce moment-là, ils seraient de nouveau seuls. Déjà depuis leur arrivée, leur rôle au sein des tours de garde avait sérieusement diminué, certains habitants de Fort Hope avaient délaissé leur rôle à ce niveau pour se consacrer à autre chose. Ils ne devaient pas trop baisser leur garde, mais c'était difficile de faire le contraire. Elle-même, depuis l'arrivée des militaires, avait soufflé un peu, elle devait le reconnaître. C'était une multitude de petites questions, de petits doutes qui s'insinuaient chaque jour un peu plus dans l'esprit de la jeune femme et qui la poussait à avoir de sérieux problèmes avec les militaires. Alex avait peut être également un sérieux problème avec l'autorité. Avant l'épidémie, elle était une éco-terroriste et suite à quelques actes illégaux, elle avait été recherchée par la police. Ils n'avaient eu de cesse de la rechercher, lui rendant toute vie impossible. Elle avait même dû abandonner son propre bébé à ses parents pour ne pas lui imposer une vie instable dans la peur et la fuite. Alex n'avait donc peut-être pas les idées très claires à propos des soldats. "De toute façon, nous n'avons pas vraiment le choix. Il faudrait juste que chacun reste sur ses gardes et ne se ramollissent pas trop. Il ne faut pas considérer comme acquis leur présence ici et que s'ils en viennent à partir un jour, nous ne nous retrouvions pas en difficulté." Alex laissa échapper un petit soupir avant de poursuivre : "Je sais que c'est plus facile à dire qu'à faire malheureusement et on ne peut pas obliger tout le monde à se poser des questions et à rester vigilants..." Tout le monde ne pensait pas du mal des militaires à Fort Hope. Certains ne se posaient pas de questions et les accueillaient à bras ouverts.

Alex laissa échapper un nouveau petit soupir et grimaça en tentant de se redresser. Elle allait trouver le temps long dans cette infirmerie. Pour autant, elle ne voyait pas que faire. Elle n'avait pas envie de lire. La seule chose dont elle avait envie c'était de sortir d'ici et de vaguer à ses occupations quotidienne. Cependant, elle avait fait une promesse à Juliet alors elle se garderait de bouger de ce lit au moins jusqu'au lendemain. Demain par contre, même si le médecin lui donnait un avis défavorable, il était hors de question qu'elle reste là une journée de plus. Elle en avait connu d'autres des blessures, et ce ne serait surement pas la dernière. Bien sure qu'elle aurait pu profiter de ce temps pour souffler un peu mais non la frustration était telle qu'elle n'arrivait pas à se détendre. Elle jeta un coup d'oeil par la fenêtre avant de se retourner vers Juliet. "Je suis désolée, tu as hérité de la pire patiente de Fort Hope, mais je te promets que je me tiendrai sage au moins juqu'à demain matin..."


_________________
Hunt or be hunted..
Administrateur
Juliet I. WhitmanAdministrateur
Juliet I. Whitman
Carte d'identité
Messages : 1753
Points : 4824
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  Empty
MessageSujet: Re: Il y a des journées comme ça... - ft Juliet    Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  EmptyMer 6 Mar - 16:53
Il suffisait de mettre un pied dans les rues de Fort Hope, en dehors de l’infirmerie, pour remarquer que contrairement à Alex ou Juliet, certains habitants ne voyaient aucun inconvénient à la présence militaire dans leur camp. Mieux, certains s’en étaient même fait, à défaut d’amis, des connaissances, et passaient volontiers du temps avec eux. Force était de constater que les soldats s’étaient très bien intégrés au camp, à son fonctionnement, à ses survivants, à ses différents postes, à sa vie, tout simplement. Pour un observateur extérieur, il aurait été facile de supposer que les militaires étaient là depuis de longs mois déjà tant ils étaient présents dans les lieux. Mais pourtant, et Jules rejoignait tout à fait les mots que venait de prononcer Alex, même si l’arrivée de l’armée à laquelle ils ne croyaient plus leur avait apporté beaucoup, la jeune infirmière craignait aussi qu’elle ne leur prenne également beaucoup de choses, à commencer par leur prudence. Enfin, elle n’était pas aveugle. Vivre à Fort Hope, derrière des barricades surveillées nuit et jour était déjà un moyen efficace, certes lent et sans doute non voulu, de s’embourber dans une espèce de routine, de s’encroûter, au point d’oublier qu’à quelques kilomètres de là, des rôdeurs erraient encore dans le but de pouvoir arracher un bout de chair. Mais depuis que l’armée était arrivée, ceux qui avaient su résister à ce doux phénomène d’acclimatation risquaient de finir par se faire avoir, eux aussi, jusqu’à oublier le danger dehors, et voir leurs réflexes de survie s’amenuiser, peu à peu. L’artiste hocha la tête d’un air lugubre aux paroles de sa patiente, espérant vraiment que leur vigilance survivrait à ces uniformes qui les avaient envahis. « -Tu crois que les militaires le prendrait mal, si on faisait du porte à porte pour rappeler aux habitants que le danger existe toujours ? » Elle adressa un sourire amusé à Alex, même si son regard, lui, était tout à fait sérieux. Parfois, il était nécessaire de parler, de discuter, et surtout, de remettre les points sur les i avant tout incident. Et Juliet était prête à aider, s’il le fallait, pour rappeler à ses voisins et voisines le besoin de rester toujours sur le qui-vive.

Malgré le sérieux de leur conversation, Juliet parvenait à voir avec assez de facilité à quel point rester clouée dans ce lit semblait apparenté à une torture pour Alex, cette dernière ne cessant de gigoter, ou, comme à l’instant, de regarder par la fenêtre. Et quand elle annonça à la brune qu’elle n’était sans doute pas sa patiente la plus conciliante, Jules laissa échapper un léger rire. « -Ne t’en fais pas…tant que tu ne tentes pas une sortie en douce en pleine nuit, ça devrait aller ! » Juliet lui adressa un large sourire, et quitta son fauteuil pour aller ouvrir les rideaux de la fenêtre, afin qu’Alex ai une meilleure vue sur les rues du camp. « -Je pense que le camp devrait survivre une nuit sans que tu t’en fasses. » Elle resta là, quelques secondes, à observer ce qui se passait en contrebas, avant de se tourner, les mains sur les hanches vers sa patiente du jour. « -Est-ce que tu as besoin de quelque chose ? Un verre d’eau, quelque chose dans ton bureau peut-être ou chez toi ? N’importe quoi qui puisse te convaincre de te reposer un peu ? » Une fois encore, c’était dit d’un ton léger, presque amusé, et le regard de Jules pétillait de malice face à l’impatience contrainte qu’elle percevait chez Alex. Mais elle devait comprendre, et sans doute s’en rendait-elle compte, que Juliet ne cherchait pas à l’ennuyer, simplement à faire en sorte qu’elle se remette au mieux de sa blessure.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.
Alexandra H. Collins
Carte d'identité
Messages : 1945
Points : 5226
Date d'inscription : 30/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  Empty
MessageSujet: Re: Il y a des journées comme ça... - ft Juliet    Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  EmptyVen 8 Mar - 10:27
Alex écouta ce que lui dit Juliet par rapport au fait de frapper chez les habitants pour leur dire de ne pas baisser leur vigilance : "Oui, je suppose que les militaires le prendraient assez mal et ça risque de réveiller leurs soupçons et d'envenimer les relations avec Fort Hope. Certains habitants se sont vraiment liés à eux, je ne sais plus vraiment à qui on peut faire confiance du coup." C'était vrai, certains habitants avaient créé de bons liens avec les militaires et Alex doutait que ce genre d'actions restent longtemps cachées des soldats. La jeune femme s'arrêta quelques secondes avant de reprendre, un sourire amusé aux lèvres : "Mais le pire ça sera la réaction de Logan. S'il sait que tu prends de tels risques, il risque de t'enfermer chez toi à double tours..." Alex eut un petit rire en songeant à la réaction de son meilleur ami qui pouvait se révéler plus que protecteur. Puis, elle reprit d'une voix plus sérieuses. "J'ai beau retourner la situation dans tous les sens, je ne trouve pas de solution. Nous sommes coincés." L'idée de Juliet était loin d'être mauvaise, mais elle ne savait plus à qui ils pouvaient réellement faire confiance, par contre, elle lui donna une idée. "Mais tu as peut être raison sur un point, on peut peut être toujours donner des cours d'auto-défense ou de survie sous un autre prétexte." Oui, ils pouvaient toujours organiser des cours collectifs pour éviter que les habitants ne se ramollissent trop ? C'était une idée à étudier... Elle se promit de s'y pencher dessus. C'est vrai que ça créerait des occupations à Fort Hope. Ils pourraient proprosé des cours de défense, de survie mais aussi de médecine, de jardinage... Et ça permettrait de faire d'une pierre deux coups.

Juliet lui dit qu'elle ne devait pas tenter une sortie en douce en pleine nuit. Alex se renfrogna et grommela : "Non, je te l'ai promis, je resterai ici toute la nuit." Elle était honnête et ne lançait pas des promesses en l'air. Elle resterait ici toute la nuit comme elle le lui avait promis mais par contre, elle ne garantissait pas être encore là demain matin. Aux premières heures, elle comptait bien reprendre sa petite routine. Bien sure que le camp pouvait s'en tirer sans elle, mais c'était plus Alex qui était à la torture. Elle détestait être coincée quelque part. C'était probablement dû à son passé d'éco-terroriste. Elle devait sans cesse fuir la police et ne restait jamais bien longtemps au même endroit, privilégiant les endroits d'où elle pouvait rapidement s'échapper. Les vieilles habitudes sont tenaces... Elle se détendit quand Juliet alla ouvrir les rideaux. Elle avait un peu moins l'impression d'être coincée ici... La jeune infirmière lui demanda si elle avait besoin de quelque chose. Alex leva les yeux au ciel et dit d'une voix amusée : "Hormis sortir d'ici ? Non merci ça devrait aller." Elle reprit d'un ton plus sérieux : "Mais merci beaucoup Juliet, pour tout." Elle lui avait sauvé la vie et savait se montrer reconnaissante.


_________________
Hunt or be hunted..
Administrateur
Juliet I. WhitmanAdministrateur
Juliet I. Whitman
Carte d'identité
Messages : 1753
Points : 4824
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  Empty
MessageSujet: Re: Il y a des journées comme ça... - ft Juliet    Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  EmptyMar 12 Mar - 22:02
Juliet couva un instant Alex du regard sans même s’en apercevoir, tandis qu’elle réfléchissait aux paroles de cette dernière. Elle disait entièrement vrai, beaucoup d’habitants de Fort Hope voyaient en l’arrivée de l’armée une aide providentielle, potentiellement synonyme de meilleurs jours, et indéniablement, d’espoir. Et vraiment, après l’enfer qu’ils avaient vécu, tous, pour en arriver là, et survivre jusqu’à ce jour, comment les en blâmer ? L’armée avait un côté rassurant, tranquillisant même, et son arrivée, avec ce contingent de soldats armés jusqu’aux dents, et renflouant leurs stocks de ressources ressemblait enfin à la porte de sortie de cet enfer. Si bien que Jules pouvait parfaitement comprendre que des survivants éprouvés par les épreuves, fatigués par leur survie, aient pu se lier si facilement à ces hommes en uniforme. Elle, pour sa part, devait admettre qu’elle se montrait bien trop suspicieuse pour accepter de faire confiance aussi facilement. Mais peut-être le temps lui prouverait-il à quel point elle avait tort.

Quoiqu’il en soit, et même si la brune avait dit cela sur le ton de l’humour, Juliet était aussi certaine que sa patiente sur le fait que l’armée prendrait sans doute assez mal le fait que certains habitants de Fort Hope en incitent d’autres à continuer à se montrer prudents et sur leurs gardes. Cela risquait d’induire un climat de paranoïa qui ne ferait de bien à personne, et certainement pas à leur communauté. L’idée de voir un Logan en colère tenter de la maintenir enfermée chez elle contre sa volonté amusa Jules, qui répondit à la remarque de la jeune femme par un large sourire. Elle était têtue, peut-être même trop pour son propre bien, et s’il existait encore sur cette planète une personne au courant de ce léger détail sur le caractère de Juliet, c’était bien Logan. Et puis…il pouvait bien essayer de fermer la porte à clé, la brune était tout à fait capable de tenter une sortie par la fenêtre.

Juliet fronça doucement les sourcils quand Alex annonça qu’ils étaient coincés, et après être restée songeuse quelques instants, elle finit par poser un sourire sur son visage. « -Peut-être qu’on s’en fait un peu trop, et qu’au final, tout se passera bien ! Et comme on ne peut rien faire d’autre…autant attendre, et rester vigilantes ! » Et même si elle était un peu trop pessimiste pour croire qu’un merveilleux avenir dépourvu de nouvelles épreuves les attendait, Juliet se disait aussi que s’inquiéter plus que de raison, et craindre chaque nouveau jour, n’était pas la meilleure façon de vivre pour autant. Il fallait sans doute simplement trouver un juste milieu, aussi compliqué cela pouvait-il paraître. En revanche, la brune hocha vigoureusement la tête quand Alex parla de cours d’auto-défense. Lïnko lui avait appris quelques rudiments avant son départ, et si Jules n’était plus cette jeune femme empotée qu’on voyait en elle lors de son arrivée à Fort Hope, elle ne se sentait pourtant pas encore assez débrouillarde, et voulait en apprendre plus. Toujours plus. « -N’oublie pas de mettre mon prénom tout en haut de la liste de tes élèves ! » dit-elle avec un clin d’œil entendu, non sans se départir de son sourire.

Une fois encore, Juliet avait demandé à la jeune femme si elle avait besoin de quoi que ce soit pour rendre son séjour à l’infirmerie plus agréable, ce qui semblait malheureusement impossible du point de vue d’Alex, qui ne demandait qu’à sortir vivre sa vie de survivante. Mais elle l’avait promis, elle se tiendrait tranquille au moins toute cette nuit, et ensuite, c’était Noah qui aurait à débattre avec la brune sur son état de santé, et sa capacité à sortir, ou non, de son lit, et de l’infirmerie. Puisque sa patiente n’avait besoin de rien, Juliet se rapprocha de la porte de la chambre, avant de s’arrêter une nouvelle fois quand Alex reprit la parole, pour la remercier. Elle lui adressa un franc sourire, avant de hausser une épaule : « -Tu rigoles ? Merci à toi d’avoir survécu à mes soins, j’aurai pas voulu que Logan me tombe dessus si j’avais pas réussi à t’aider ! » Elle posa sa main sur la clenche, et ouvrit de moitié la porte. « -Je te laisse te reposer. Si tu as besoin de quoi que ce soit, n’hésite pas à appeler, je serai en bas. » Elle ponctua sa phrase d’un dernier sourire, puis quitta la chambre dont elle referma doucement la porte derrière elle. Juliet regagna ensuite le rez de chaussée, et poussa un léger soupir en voyant l’état de la pièce dans laquelle elle avait soigné Alex, le sang au sol, les compresses qu’elle avait jetées négligemment, le matériel de suture qui se trouvait encore proche de la table de soins. Et tandis qu’elle remontait ses manches pour tout nettoyer, et remettre à sa place, Jules ne put empêcher le discret sourire qui étira ses lèvres. Aujourd’hui, elle avait pu aider réellement un survivant, et il semblait qu’elle soit sur le point de trouver enfin sa place dans la communauté, ce qui ne manquait pas de la ravir.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.
Contenu sponsorisé
Carte d'identité

Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  Empty
MessageSujet: Re: Il y a des journées comme ça... - ft Juliet    Il y a des journées comme ça... - ft Juliet  Empty

 Il y a des journées comme ça... - ft Juliet
In Your Flesh :: Michigan State :: Fort Hope

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Vous allez poster avec

Outils de modération