Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #35 : Janvier 2019
Chasseur de Primes #1 Inscriptions
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

3eme anniversaire Les animations !
De nombreux postes vacants de l'armée sont encore disponibles. N'hésitez pas à venir jeter un coup d’œil par ici !
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - Chapitre I : New rulers, new rules > A lire ici

In Your Flesh :: Michigan State :: Fort Hope

 I found one of my socks under the telephone

avatar
Messages : 135
Points : 700
Date d'inscription : 27/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: I found one of my socks under the telephone   Ven 19 Oct - 0:15




La sécurité avant tout ! Pourquoi ? Parce que ça permet de faire ce genre de choses, pardi ! Et par genre de choses, j’entends…

Un peu plus tôt ce jour-là cette nuit-là.
Il est grand temps pour moi de me débarrasser des affaires des anciens propriétaires de cette bicoque ! J’entretiens leurs foutoirs, après-tout ! Pas plus tard qu’hier, en cherchant mes boutons de manchette dans un tiroir, j’ai mis la main sur un affreux soutien-gorge bon marché, c’est pour dire ! Je décide de regrouper tous vêtements qui n’est pas à moi et de les placer sur le lit. Je soupire en voyant tout ce mauvais goût condensé sous mon toit. Quelle horreur. Est-ce un slip kangourou ? Zou ! A la benne !

Je fourretout ça dans une espèce de vieux sac à patate qui devait être une robe, si on en croit la coupe qu’elle avait. Bien sûr, j’ai pris soin de faire un nœud à l’une des extrémités pour que tout le contenu ne se vide pas dans ma chambre. Je file dehors avec et cherche la poubelle des yeux. Fichtre ! C’est vrai ! Plus d’éboueurs depuis quelques temps… On ne peut décemment pas laisser quiconque tomber sur des objets aussi dangereux ! Rien qu’à voir les rayures de la chemise, j’ai failli vomir ! Je dispose le tout sur le sol me servant de petit jardin devant ma maison.

Je retourne à l’intérieur et m’avise dans le miroir. Dieu ! Je fais peur ! J’ai oublié mon anti-cerne, hier… Cette histoire de soutien-gorge m’a réellement remué ! Je prends la bouteille de téquila ainsi que mon briquet et rejoint ma pelouse. Je met un peu de téquila sur un des morceau de tissu -on s’entend que cet alcool est tellement ignoble qu’il ne sert qu’à ça, pas vrai ?- et l’enflamme avant de le laisser rejoindre les vêtements. Très vite, un joli brasier se fait voir. Chouette ! C’est comme les souvenirs de colonie de vacances que je n’ai jamais eu car tante Zelda n’avait plus d’argent pour ça. Après tout, il en fallait des paquets de cigarettes bon marché et des verres de mauvaise bière pour entretenir cette mauvaise haleine et dégueulasser sa moustache.

Je reviens donc dans la maisonnette et attrape ma guitare pour une nouvelle fois rejoindre le feu et jouer une musique d’Oasis : Wonderwall. Certes, à un moment donné, je me suis peut-être laissé aller, à jouer un peu trop fort en pleine nuit et inquiéter le voisinage avec mon feu de camp improvisé. Mon visage, quoique déjà pas mal éclairé par les lueurs de la flamme, s’illumine d’avantage lorsqu’un son me fait arrêter de jouer : Le géant de Fort Hope, l’homme-ours, le dernier des mohicans, se tient debout, à m’observer. Sans doute a-t-il dit un truc, mais je n’ai pas entendu car je jouais trop fort. Je lui accorde un de ces sourires dont je détiens le secret tout en lâchant un « Que me vaut l’honneur d’une visite si tardive… » Je lève mon poignet gauche et observe l’heure sur ma montre -je remercies encore le seigneur de m’avoir permis de changer la pile il y a quelques temps- et me corrige « Au temps pour moi, très cher ! Une visite on ne peut plus matinale ! » Passé minuit, c’est plus le même jour, non ?
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6742
Points : 7525
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I found one of my socks under the telephone   Mar 23 Oct - 14:16
De toutes les choses que Logan aurait pu faire ces temps-ci, gérer les délires des survivants de Fort Hope restait ce qui l’excitait le moins. Il n’aimait déjà pas s’en encombrer quand c’était son seul problème, mais en ce moment… Entre les militaires, Joshua, sa femme fraîchement enterrée et son bébé inconsolable, le leader de Fort Hope touchait doucement le fond. Alors, peut-être avait-il eu tort, mais il avait scrupuleusement ignoré chacune des visites de Will lorsque le jeune homme était venu déposer des plaintes “anonymes” concernant son nouveau voisin. D’autant que ça allait du “il est trop bruyant” jusqu’au “Elias refuse de faire l’amour avec moi quand il le voit se balader en peignoire par la fenêtre”, en passant par le légendaire “il m’a parlé deux fois aujourd’hui !”. Au lieu de prendre au sérieux les mises en garde de l’ingénieur, Logan s’était contenté de lui rappeler plusieurs fois qu’il avait ramené Lazare à Fort Hope de son propre chef et qu’il n’avait qu’à y penser avant. Will n’était que très rarement satisfait de cette réponse - d’accord, il ne l’était jamais -, mais ça, Logan n’en avait rien à faire. Que cela plaise ou non au concerné, parler à Will n’était pas encore un crime à Fort Hope. Malgré tout, le barbu regretta quelque peu de ne pas avoir été plus préoccupé par cette question lorsque, après une petite balade loin de la maison pour fuir ses responsabilités de père, il eut le malheur de passer devant le domicile attribué à Lazare pour rentrer chez lui. Il sentit l’odeur oppressante de la fumée bien avant de poser les yeux sur le brasier qui s’élevait fièrement devant la maison et entendit la musique au milieu du crépitement. Et d’accord, il était tard, très tard, mais… Personne n’avait encore remarqué ? Il jeta d’abord un coup d’oeil meurtrier à la tour de garde, si proche de sa position actuelle, où deux personnes auraient dû être en poste pour surveiller le camp et les alentours. N pas avoir vu l’incendie depuis la tour semblait absolument improbable et Logan comptait bien leur dire sa façon de penser dès qu’il en aurait l’occasion. Mais avant ça…

Il lança un dernier regard au petit feu improvisé sur la pelouse et s’empressa de le contourner pour aller planter son imposante carcasse devant le musicien assis derrière. Lazare lui refusant l’honneur de remarquer sa silhouette effrayante, il fut obligé de se racler bruyamment la gorge pour se faire entendre par dessus les notes de guitare. Et quand, enfin, l’homme regarda vers lui, il était totalement enragé et prêt à déverser toute sa colère sur sa pauvre victime. Il le voulait, vraiment. D’ailleurs, il avait même déjà ouvert la bouche, réuni toute sa mauvaise humeur pour que son ton soit bien désagréable, mais Lazare fut le premier à parler et le laissa sans voix. “T’as pris de la drogue ou quoi ?” fut tout ce que Logan parvint à formuler après l’avoir entendu le saluer avec tant de désinvolture. “On est pas en colonie de vacances, ici, mon vieux ! Qu’est-ce qui cloche chez toi à allumer un feu dans la rue en plein milieu de la nuit ?” Il n’avait réellement aucune envie d’être obligé de jouer au leader tyrannique ce soir. Faire la police, maintenir l’ordre… N’aurait-il pas dû avoir droit à une pause maintenant que l’armée était là pour sauver le monde ? Mais aucun des soldats ne se préoccupait de ce qui se passait en ce moment et… Un soupir échappa à Logan, il passa une main dans ses cheveux et lança quelques insultes dans le vent, à l’égard du monde entier.

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
avatar
Messages : 135
Points : 700
Date d'inscription : 27/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I found one of my socks under the telephone   Jeu 25 Oct - 18:41


De la drogue… Sérieusement ? On peut en avoir ici ? Je fais les gros yeux, comme à un enfant à qui l’on parle de cadeau sans qu’il n’y en ait à la clef. Malheureusement non… Pas de drogue à déclarer pour ce bon Lazare, ce qui me vaut d’ailleurs un soupire et un « Hélas, non… » Ce n’était pas une remarque cynique de sa part, j’espère ? Sinon je vais passer pour un droguer. Non pas que ce soit faux ! Mais je suis un peut comme une petite pucelle qui ne couche pas au premier rendez-vous. Je n’aime pas qu’on sache que je me drogue lors de la première rencontre…

Mais le mi-ours, mi-homme et re-mi-ours derrière reprends en me disant qu’on n’est pas en colonie de vacances. Très perspicace ! Ce qui cloche chez moi à allumer un feu ? Je pose la guitare à côté de moi et me lève pour lui désigner le feu « Figure toi que je suis un peu comme le sauveur de Fort Hope. Si certains s’évertuent à écarter tous risques sanitaires, je me charge d’écarter toutes fautes de mauvais goût. » Je me penche pour ramasser la téquila puis lui montre « Et ça me donne une bonne raison pour sortir ça. Non pas que j’en bois, mais je compte bien en offrir à quiconque est décidé à me tenir compagnie ! » Un large sourire fend mes lèvres et je lui tends.

Ding ding ! On a un vainqueur ! Et qui n’est autre que le représentant de la politique local. Un peu comme le patriarche famille royale britannique, mais à une échelle plus apocalyptique et plus américaine : Logan. Certes… Avec beaucoup moins de perles au cou et dépourvu d’un ensemble monochrome de couleur vive. Oh et avec beaucoup moins de rides et un sexe plus masculin aussi. Bref… En fait Logan a beaucoup moins en commun que la reine d’Angleterre. Il doit me prendre pour un fou à faire une telle chose en plein milieu de la nuit. « Donc… Comme ça tu es du genre insomniaque toi aussi ? C’est plutôt sympa de ne pas dormir la nuit sans pour autant le faire parce qu’on court à cause des mort-vivants… Certes, ça manque d’un peu de cocaïne, on ne va pas se mentir mais… On doit apprécier ce qu’on a et faire une croix sur ce qu’il nous manque, n’est-ce-pas ? Un peu comme un camping minable remplis de sosies low-costs de Johnny Cash et d’Elvis Presley… »

Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6742
Points : 7525
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I found one of my socks under the telephone   Jeu 8 Nov - 15:59
Bien trop rapidement, Logan découvrit une chose qu’il ignorait encore totalement au sujet de Lazare Bowman : c’était l’homme le plus déconcertant de tout Détroit, sans aucun doute. Il aurait certainement dû s’en douter, ne serait-ce que parce que l’homme trouvait intelligent de se promener en costume-cravate même après la fin du monde. Mais ils avaient tous leurs petites manies pas très appropriées à l’Apocalypse, n’est-ce pas ? Lui, par exemple, il avait bien deux voitures de collection dans son garage. Il ne pouvait pas les utiliser, mais elles étaient là et il les conservait dans un état impeccable malgré les difficultés et le temps que ça lui faisait perdre. Alors Lazare et ses costards ne l’avaient jamais vraiment choqué. Mais le spectacle auquel il assistait ce soir allait bien au-delà de la simple extravagance. Et malgré la colère que le géant se sentait prêt à déverser très justement sur le pyromane en herbe, il se retrouva bouche bée et muet en quelques secondes à peine. Qu’aurait-il pu dire, de toute façon ? Lazare vivait très clairement dans un autre monde que le sien et quoique Logan ait le sentiment d’avoir toutes les raisons de le lui reprocher - ne serait-ce que pour la sécurité de son camp - il n’y arrivait pas tellement. “T’es sérieux ?” s’entendit-il tout de même demander, ses yeux écarquillés fixés sur l’homme. Il n’attendait aucune réponse à cette question purement rhétorique, mais craignait d’en obtenir une quand même et de se retrouver d’autant plus désemparé. Raison pour laquelle il s’empressa de soupirer d’avance et passa une main sur son visage las.

Après quoi il fit la chose la plus étonnante et la moins logique qu’il n’ait jamais faite et se laissa glisser sur le sol, s’asseyant tranquillement à côté de l’homme. Il lui arracha la bouteille de téquila des mains sans demander l’autorisation et avala une longue rasade d’alcool dans l’espoir que ça l’aide à se détendre un peu. Il était trop tard - ou trop tôt, selon les points de vue - pour qu’il n’ait le courage de se prendre la tête avec les excentricités de ce type. Et puis, ça n’était pas son problème, après tout. Toute une garnison de soldats régnaient désormais sur son royaume et la sécurité du camp leur revenait de plein droit. S’ils ne voulaient pas voir la petite ville finir en cendres, ils n’avaient qu’à faire leur travail correctement. Il releva les yeux vers Lazare après avoir reposé la bouteille à côté de lui dans l’herbe et se surprit à souffler de nouveau avant d’ouvrir la bouche. “Comment t’as fait pour survivre aussi longtemps ? Sans vouloir t’offenser, j’ai un peu de mal à piger. Surtout si tu connais Will depuis un bail… J’aurais tendance à croire qu’il t’aurait jeté aux rôdeurs lui-même depuis bien longtemps… Quoique, tu me diras… Vous avez l’air d’être deux belles dramaqueens, j’imagine que ça crée des liens.” Un petit rire secoua ses épaules fatiguées sans faire le moindre bruit et il s’autorisa enfin à détacher son regard perplexe de Lazare pour le poser sur le feu de camp devant lui. “J’crois que je commence à devenir trop vieux pour ces conneries…” soupira-t-il pour lui-même, en observant la danse incohérente des flammes.

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
avatar
Messages : 135
Points : 700
Date d'inscription : 27/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I found one of my socks under the telephone   Jeu 15 Nov - 16:10


Sérieux ? Toujours, pourquoi ? Je n’ai pas l’air sérieux ? C’est parce que je souris, c’est ça ? « Eh bien vois-tu,… Je peux te tutoyer au fait ? Peu importe. Vois-tu, je crois qu’il est vraiment grand-temps qu’on arrête de se voiler la face. Les gens sont en manque de belles choses ! Mêmes leurs reflets amincis les dégoûtent ! Ils veulent voir de belles choses magnifiques… Comme… Comme de belles voitures, ou encore une belle femme pour les plus hétéro… Un beau bébé. Un joli chien presque pas galeux ? Que sais-je… Ce n’est pas mourir qui leur fait peur, mais bien se voir priver de beauté et de devoir se contenter de survivre dans un monde où tout pue et tout est gris et remplis de sang de cervelle et de pourriture. Donc oui, évidemment que je suis sérieux. On ne dirait pas comme ça, mais ceux qui vivaient là avant étaient de réels terroristes de la mode… Pardon si j’ai sali la mémoire de quelconque personne que tu connaissais mais… Il faut savoir être objectif. J’ai fait une bonne action ce soir… Et rien que pour ça je me sens… Satisfait. » Lâchant un sourire de sérénité, je me replace légèrement en arrière.

Bien entendu, je suis on ne peut plus heureux que ce grand chef daigne s’installer à mes côtés pour boire de la téquila gentiment offerte. Et très vite nous en venons à faire connaissance : on parle surtout de moi. Tout le monde s’étonne de me voir survivre encore aujourd’hui ! Il mérite des explications à ce sujet. Même s’il se fourvoie sur ce jeune Will. Il est d’une gentillesse incomparable et très généreux, bien que le début n’aient pas été tout beau tout rose. « Oh détrompes toi, Will est quelqu’un de merveilleux lorsque l’on sait percer sa carapace. Sous ses airs de gros durs, c’est un précieux au cœur sensible. Si tu veux mon humble avis, je pense même qu’il a un peu de difficulté à s’affirmer. Il m’a envoyé son petit ami l’autre jour pour qu’on fasse connaissance. Mais ce dernier m’a fait une de ces scènes… Je ne te raconte pas ! Mais pour ce qui est de ma survie… »

Je réfléchis à quelques secondes avant de reprendre à un point convenable « Beaucoup pensaient que j’étais un vaurien qui ne mérite aucune corde pour qu’on me pende. Un pilier de tripot qui ne pense qu’à draguer et faire la fête… Mais à vrai dire, je leur laissais gérer la survie et je me contentais de suivre en mettant parfois la main à la patte comme par exemple… Rechercher un lieu convenable pour qu’on puisse s’y installer. Bien sûr je ne le faisais jamais seul ! J’ai une peur bleue de ces… Ces immondices qui se relèvent ! » Je me mets à frissonner rien qu’en disant cela.

Et ce Carter vient à parler de son âge. « Fichtre! Si c’est ce qui t’inquiète, ne t’en fais pas mon chou. Je te prête ma lotion anti-ride sans problème ! ça ne se voyait même pas lorsque je m’autorisais des nuits blanches de débauches ! Mais avec ta stature, l’âge te va plutôt bien… Je dirais même que si tu te raccourcissais les cheveux lorsqu’ils commenceront à grisonner, tu pourrais avoir un charme à la Clooney… » En disant cela, je le regardais, fermant un œil et m’imaginant son look d’ici quelques années. Je m’arrête sur sa barbe et me permet même d’ajouter un « Par contre, ça ne va pas du tout cette toison, mon grand. Il va vraiment falloir faire quelque chose… » Je masque le bas de son visage avant ma main « Oh oui, ce serait beaucoup mieux. »

Des militaires passent et me sortent de mon imagination. Leur regard inquisiteur en dit long « Bonsoir messieurs ! Belle nuit pas vraie ? Je me suis permis d’allumer un feu avec des vieux vêtements… Ils représentaient un risque d’hygiène… Il ne faudrait pas que toute la communauté attrape une diphtérie par la faute des anciens résidents, pas vrai ? J’ai l’autorisation de votre supérieur ! Ne vous en faites pas ! » Un autre large sourire et les militaires, quoique suspicieux, finissent pas s’éloigner. Je regarde à nouveau Logan et souffle doucement « Si tu veux mon humble avis, il va falloir qu’on laisse un peu de téquila à ce fameux supérieur. C’est le seul moyen de le soudoyer que j’ai… Bois en tant que tu le peux encore ! »

Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6742
Points : 7525
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I found one of my socks under the telephone   Mar 20 Nov - 10:54
Un rire incontrôlé échappa à Logan au petit laïus que Lazare lui balança sur Will et son coeur sensible. Il savait qu’une part de vérité se cachait dans ces mots, mais l’image correspondait si mal au jeune homme qu’il connaissait que ça en devenait comique. Enfin, si Elias trouvait quelque chose à ce type, ça n’était sans doute pas pour rien, n’est-ce pas ? Son rire mourut rapidement, cependant et l’explication pourtant cohérente que le pianiste donna sur son expérience de la survie lui redonna tout son sérieux et une affreuse grimace de douleur au passage. S’agissait-il encore d’autodérision ? Que ce soit le cas ou non, il trouvait les propos de l’homme un peu trop dur. D’accord, il n’était pas le survivant le plus… effrayant du coin, mais de là à se considérer comme ça. Logan secoua la tête doucement. “Avoir conscience de ses faiblesses et l’intelligence de laisser d’autres gérer, c’est une bonne façon de s’en sortir aussi.” souffla-t-il sans aucune tentative de se moquer. “T’as survécu quand même, pas vrai ? Que ce soit par l’aide des autres ou pas, tout le monde s’en fout ici.” Il aurait préféré avoir tout une armée à sa disposition, pour des moments difficiles, mais il avait un peu trop l’expérience de Fort Hope pour croire encore honnêtement que ça arriverait un jour. Tout le principe de ce camp reposait précisément sur l’entraide et la mise à disposition des talents de chacun pour aider le plus grand nombre à survivre. Et ils s’en sortaient mieux que bien, malgré les pertes régulières. “On a quelques combattants talentueux par ici, si ça t’intéresse d’apprendre quelques trucs quand même.”

Il haussa les épaules et se perdit un moment dans la contemplation des flammes, laissant échapper une remarque à voix basse qui ne tomba pas dans l’oreille d’un sourd. Aussitôt, ses yeux revinrent survoler Lazare et un autre rire traversa ses lèvres. C’était presque affolant, mais Logan n’avait pas ri de bon coeur comme ça depuis un long moment. “La barbe reste.” grogna-t-il. “Ça fait partie de mon image de marque. C’est grâce à elle que je fais peur à mes ennemis, hors de question que je m’en débarrasse.” Il s’offrit une nouvelle rasade d’alcool après cette déclaration et se tendit tout juste en voyant approcher un groupe de soldats interloqués par leur petit feu de camp. Il soutint leur regard avec une certaine défiance. Ces types faisaient mal leur boulot, clairement et il avait presque hâte de les entendre essayer de les engueuler pour leur petite fête improvisée. Mais le charisme surprenant de Lazare les maintint à distance, au plus grand damn du géant. Il leva la bouteille sous le nez du musicien quand ce dernier l’informa qu’ils devraient en laisser au général pour le soudoyer et avala d’une seule traite une très, très longue gorgée d’alcool. “Tu sais quoi ? Qu’il aille se faire foutre ! C’est moi qui commande ici et j’dis que cette petite fête est légale.” Suite à quoi il tendit simplement la bouteille à Lazare, comme une invitation à se rebeller ensemble.

Ils venaient peut-être de deux mondes complètement opposés et sans aucun doute, ils n’auraient jamais pu être amis dans la vraie vie, mais ce soir, Logan décida que ce type lui plaisait bien. Il parvenait à le faire rire, au moins et même à lui faire oublier une seconde le désespoir constant de sa vie. “Bon alors, hormis me débarrasser de ma barbe, qu’est-ce que me conseillerait monsieur le grand styliste pour améliorer mon style de super héros de l’Apocalypse ? Avec ces crétins en uniforme, j’ai peur qu’on oublie que c’est moi, le grand général des armées de Détroit… Balance, j’suis prêt à faire des concessions, pour ce soir uniquement.” Il se tut une seconde, mais ce ne fut que pour reprendre aussitôt sur un sujet complètement différent. “J’ai cru voir que t’avais une Chevrolet… Années soixantes, si je ne m’abuse… J’peux la voir ?” demanda-t-il. Maintenant qu’il semblait avoir du temps libre, c’était peut-être le bon moment pour renouer avec ses passions d'antan...

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
avatar
Messages : 135
Points : 700
Date d'inscription : 27/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I found one of my socks under the telephone   Jeu 22 Nov - 23:50


Oh ! Ce grand nounours ne me juge pas, mais alors pas du tout ! Au contraire ! Il trouve que ma tactique de survie mérite d’exister puisque ça à fonctionner ! Je dois tout de même me faire force pour ne pas lui offrir une de ces viriles accolades ponctuées d’un baiser sur la joue. Et lorsqu’il me propose des cours du soirs pour le combat, je ne peux qu’avoir un large sourire « Eh bien figure toi qu’à la plus grande surprise de tous, j’ai quelques notions de combats ! Oui oui ! Une survivante m’a appris quelques bases, histoire que je puisse me défendre face aux mécréants qui voudraient attenter à ma vie. Ça ne paraît pas, pas vrai ? C’est parce que je préfère garder ce talent cacher. On ne se méfie jamais assez de l’eau qui dort mais… Eh ! C’est notre petit secret, après tout ! » finis-je dans un large sourire.

Sourire vite balayé par sa remarque sur son âge. Je me permets quelques conseils beauté jusqu’à ce qu’il m’informe que la barbe reste, une histoire d’image de voir. Plus pour moi-même que pour lui, je marmonne « Je vois… Un hipster… Bah… C’est une mode comme une autre après tout ! Manquerait plus qu’on nous juge sur nos goûts et nos couleurs… » Il fallait bien relativiser pour nuancer mes propos. En tout cas, jusqu’à ce que ces militaires daignent débarquer. Je les envois balader comme je l’ai toujours fait, c’est-à-dire pas éternellement : je sais qu’ils vont revenir accompagnés de leurs supérieur, ces bougres ! Et la réaction de mon invité ne se fait pas attendre. Oh j’aime ces ondes de mâles alpha qui se dégage de lui ! C’est tellement… exotique ! On se croirait pour peu dans une tribu. Manquerait plus qu’on porte des pagnes et qu’on invoque la pluie en dansant autour du feu. « Eh bien je suis on ne peut plus heureux de voir que je suis soutenu par le grand Logan pour mon burn-out de vieilleries. Et quand je dis burn-out, je parle bien entendu du feu à l’extérieur ! »

Un rire plus tard, le géant revient à la charge concernant son style. Il veut que je sois son conseiller en stylisme pour asseoir sa superpuissance ? Est-ce une promotion ? Peu importe, je suis preneur. Et très vite il enchaîne sur ma voiture. J’approuve sa requête d’un signe de tête, me levant et lui faisant signe de me suivre jusqu’au semblant de garage que j’avais. Je précise bien semblant, vu le tas de vieillerie encore entreposé dedans… « Je vous en pries, très cher ! Pour ce qui est de ton style, il y aurait un peu plus de mers par ici, je t’aurai proposé de te balader torse nu avec un trident façon Poséidon, mais peut comprendraient la référence… J’opterai plus pour de la chemise à carreau. Je ne sais pas pour toi, mais les chemise à carreaux c’est effrayant. On n’a jamais envie d’emmerder un bucheron canadien. Primo parce qu’on ne comprend rien à leur accent. Secundo, parce qu’ils portent des chemises à carreaux. » J’ouvre la porte du garage, dévoilant plusieurs draps recouvrant ce qu’on devine être une voiture.

J’attrape un des draps tout en continuant le relooking du chef. « Personnellement je trouve que le pantalon cargo est très surfait. On a l’impression que c’est fait pour les gringalets qui veulent masqués l’absence de muscles. Il faut au contraire affirmer ta saillance ! N’hésite pas à taper dans le jean style rancher. Moulant aux cuisses et élargis au mollet. Oh et bien sûr, des rangers, mais à moitié lacées, seulement. Faut qu’on voie que tu es très occupé au point que tu n’as pas le temps de les mettre entièrement, mais que tu es tout de même prêt à écraser du crâne d’immortuae avec ! » La fin de ma phrase correspondant au moment où la voiture est entièrement mise à nue, exposée aux yeux de mon invité, je lâche un petit « Et voici la bête ! Une chevrolet corvette C1 de 62. Modèle rare : entièrement noire et chromée. Très vite, chevrolet a commencé à peindre les ailes en blancs. Ils ont beaucoup perdu dans le style à faire ça. Je t’aurai bien proposé de l’essayer mais… Je suis à sec. »
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6742
Points : 7525
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I found one of my socks under the telephone   Lun 10 Déc - 9:20
Toute pensée tournée vers les vêtements et la mode fut balayée quand Lazare accepta de montrer sa voiture à Logan. Même le début d’incendie et l’optique de devoir s’expliquer auprès de l’armée ne l’inquiétait plus tellement. Il fut le premier à se remettre debout et suivit Lazare comme une ombre jusque dans son garage où, sous des draps vaguement blancs, se cachait la fameuse voiture dont il n’avait eu que quelques aperçus au hasard de ses passages devant la maison du musicien. Il l’avait observé de loin et rêvé vaguement de pouvoir un jour se tenir derrière le volant, sans grand espoir que ça se réalise vraiment. L’essence devenait un peu trop rare pour qu’il puisse se permettre de la gâcher pour un caprice. Lazare avait au moins le goût de la mise en scène, au plus grand désespoir du géant qui resta planté près de la voiture à deux doigts d’arracher le drap lui-même tandis que son hôte continuait ses élucubrations sur les vêtements. “Ok, génial.” lâcha-t-il quand même, impatient, sans avoir la moindre idée de ce que venait de lui dire Lazare. De toute façon, qui s’intéressait réellement à son style vestimentaire de nos jours ? Quoiqu’il ne valait guère mieux à se passionner encore pour les voitures dans un monde dans lequel les conduire ne tenait plus que du fantasme. Cela ne l’empêcha pas de retenir brièvement son souffle lorsque Lazare se décida enfin à mettre fin à cette torture et arracha le drap dans un geste terriblement théâtrale, révélant finalement la merveille cachée en dessous. Elle n’était pas aussi sublime que la Aston Martin précieusement conservée dans le garage de Logan, évidemment, mais ça n’en restait pas moins une très belle bête qui parvint à ravir le coeur du collectionneur. Il lâcha un petit sifflement impressionné et oublia momentanément la situation étrange dans laquelle il se trouvait pour s’approcher de la Corvette jusqu’à pouvoir poser les doigts dessus. Ce qu’il fit sans la moindre gêne, effleurant la carrosserie du bout des doigts tout en faisant le tour du véhicule pour l’inspecter avec soin.

“Elle est magnifique.” souffla-t-il en se penchant un peu plus sur le capot qu’il mourrait d’envie d’ouvrir pour regarder à l’intérieur. Il passa ses doigts sur le bord du capot avant de se redresser un peu brusquement pour se tourner vers le propriétaire. “Le moteur est d’origine ?” demanda-t-il en arquant un sourcil suspicieux vers le musicien. Il peinait à croire qu’on puisse à la fois entretenir une si vive passion pour les vêtements et savoir comment prendre soin d’un moteur aussi fragile et presque impossible à remplacer en cas de problème. Il ne croyait pas non plus que Lazare ait pu voler cette voiture pendant la panique après le début de l’épidémie ou avant de venir s’installer pour de bon à Fort Hope. Mais même en faisant appel à toute son imagination, c’était presque impossible de visualiser l’homme éternellement vêtu d’un costume visiblement taillé sur mesure, les manches retroussées et les mains couvertes d’huile de moteur, à nettoyer son petit bijou avec application. “Combien de chevaux ? Quand est-ce que tu l’as achetée ?” demanda-t-il finalement et bien avant que l’autre homme puisse en placer une, il reprenait déjà avec d’autres questions. “T’avais quelqu’un pour s’en occuper, pas vrai ? Tu l’as conduit quand pour la dernière fois ? Le réservoir est complètement à sec ? Faut que tu la fasses tourner de temps en temps pour que le moteur ne s'abîme pas.” Il abandonna son point d’observation pour recommencer à tourner autour du véhicule comme un prédateur autour de sa proie.

“Je peux m’en occuper de temps en temps, si tu veux. J’étais mécano avant tout ce merdier et j’ai toujours eu un goût particulier pour les modèles de collection. Ça demande un entretien particulier, surtout maintenant qu’on ne peut plus vraiment commander les pièces chez des spécialistes...“ Il se décida quand même à se redresser pour de bon, mettant fin à son inspection presque énamourée de la Corvette pour croiser les bras sur sa poitrine. “J’ai deux petits bijoux cachés dans mon garage, moi aussi. Une Aston Martin DB4 de 63 que j’ai retapé entièrement quand j’ai commencé la mécanique, y a de ça vingt piges. Et une Chevrolet aussi. Une Camaro de 67 que ma femme a trouvé dans un garage l’an dernier. Elle est en ruines, mais je m’occupe de la remettre sur pieds quand j’ai un peu de temps…” Chose qu’il n’avait pas fait depuis des mois, d’ailleurs. À vrai dire, il y avait même à peine touché depuis que Joy la lui avait ramené ici. À croire que s’occuper de Fort Hope, de sa famille et de survivre au quotidien prenait réellement du temps… “Bref, si tu cherches quelqu’un pour prendre soin de cette beauté, j’suis dispo.” offrit-il de nouveau, juste au cas où Lazare envisagerait de ne pas accepter son aide.

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I found one of my socks under the telephone   
 
I found one of my socks under the telephone
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Michigan State :: Fort Hope
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération