Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #35 : Janvier 2019
Chasseur de Primes #1 Inscriptions
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

3eme anniversaire Les animations !
De nombreux postes vacants de l'armée sont encore disponibles. N'hésitez pas à venir jeter un coup d’œil par ici !
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - Chapitre I : New rulers, new rules > A lire ici

In Your Flesh :: Michigan State :: Fort Hope

 Broken [ ft. Elias Kaneki-Burbank]

Militaire
Ariel YoungMilitaire
avatar
Messages : 50
Points : 353
Date d'inscription : 08/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Broken [ ft. Elias Kaneki-Burbank]   Ven 19 Oct - 10:46


Dernière édition par Ariel Young le Dim 21 Oct - 21:06, édité 1 fois


Cela faisait seulement quelques jours qu’Ariel était entré à Fort Hope et quelle ne fut pas sa mauvaise surprise de découvrir que ce camp abritait son frère. Ezra avait quittait leur maison familiale dix ans auparavant et il fallait qu'il traverse la moitié des USA pour retomber par hasard sur lui ... Et le militaire était loin, très loin d’avoir envie de le revoir. Mais malheureusement, c’était sans compter sur Ezra qui semblait, contrairement à lui, ravie de le revoir. Ce dernier essayait de lui parler tous les jours depuis une semaine, et pour Ariel c'était à la limite de passer pour du harcèlement.  Mais son supérieur, en ayant marre de voir encore une fois le tatoué venir s’enquérir de la présence d’Ariel ou pas avait ordonnait à son soldat d’aller parler avec lui et de régler ce problème, rapidement.

Et c’est ainsi qu’Ariel se retrouva à suivre son tatoué de frère, qu'il reconnaissait à peine tellement ce dernier avait changé depuis qu’il l’avait vu la dernière fois. Il ressemblait maintenant à un de ses mannequins pour magazine de tatouage, couvert de la tête aux pieds d’encre.

« Ezra j’ai pas envie de te parler … Pourquoi tu me traînes ici … »

« J’aimerais juste qu’on discute tranquillement. Mais en privé si possible … Loin de tes collègues … et des autres habitants. »

« J’ai pas envie de te parler … Cela fait déjà quelques années que je n’ai plus rien à te dire. »

« S’il te plait Ari … On a même pas eu le temps de parler cinq minutes depuis que tu es arrivé … Fait un effort … »

« C’est à moi de faire un effort ? Putain mais j’en crois pas mes oreilles. »

« Ariel … Je veux juste qu’on s’éloigne encore des maisons… Tout Fort Hope n’a pas besoin de profiter de notre discussion. »

Le ton de leur discutions montait peu à peu et Ariel était de toute façon très en rogne contre son frère. Et lui, cela l’énervait encore plus de le voir être si doux, si attentionné alors que plusieurs années auparavant il était parti sans un mot et n’avait plus jamais donné de nouvelle. Plus il pensait à ça, plus sa colère le faisait bouillir intérieurement et il explosa littéralement quand Ezra lui adressa un geste des plus anodin.

Trouvant sûrement que son jeune frère se traînait, le tatoué lui attrapa gentiment le bras pour le presser un peu, le tirant légèrement vers l'avant. Le soldat, arracha son bras à la faible prise de son grand frère avec violence et lui décocha un crochet du droit en plein dans le nez, lui hurlant dessus.

« Je t’ai dit de ne pas me toucher sale pédé. Lâche-moi ! »

Le tatoueur resta dans l’incompréhension totale, une main tremblante sous son nez qui pissait, au sens propre de terme, le sang. Il baissa les yeux et s’en alla sans un mot, prennant rapidement la direction de chez lui.

« Ezra … »

Ariel regarda son frère partir et soupira jetant un regard son poing qui venait de s’écraser sur le visage de son frère. C’était encore et toujours la faute à Ezra s’il l’avait frappé. Pourquoi insistait-il autant alors qu’Ariel lui avait bien dit de ne pas l’embêter ? Il ne comprenait pas Ezra et ne le comprendrait jamais. C’était peine perdue que d’essayer de discuter calmement avec lui. Ariel n'avait tout simplement pas envie de renouer avec Ezra, il avait une croix sur lui. Il ne voulait plus rien avoir à faire avec lui.

Son niveau d’énervement, bien loin de baisser restait encore et toujours au plus haut et Ariel shoota dans un caillou qui alla frapper dans la fenêtre d’une maison derrière laquelle il se trouvait. La vitre ne se brisa pas, mais elle était bel et bien légèrement fendillée.

*Oups*

Ariel s’approcha de la maison en question, et regarda l’air un peu effaré ce qu’il venait de faire. Voilà … Si Ezra ne l’avait pas énervé comme ça, cela ne serait jamais arrivé. Vu que la vitre n’était pas cassée, le soldat haussa les épaules et décida de faire demi-tour pour aller reprendre son travail du jour.

Indication:
 



Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 4161
Points : 3434
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Broken [ ft. Elias Kaneki-Burbank]   Ven 19 Oct - 12:28
Cette angoisse, cette sensation d’étouffer et de pouvoir tout perdre à tout moment, je la ressentais chaque jour. Je voulais bien faire illusion, mais j’en étais incapable. Le nécéssaire avait été fait, mais je ne pouvais plus traverser Fort Hope sans sentir une épée de Damoclès couper ma nuque, chercher à m’abattre. À tout moment tout pouvais basculer et je pourrais tout perdre, je pourrais le perdre lui. Alors bien souvent, je profitais des absences de Will pour chercher des solutions si tout venait à basculer, si on me prenait tout. Si on me prenait Will… J’étais paranoïaque, très clairement et ça ne cesserait pas aujourd’hui, ca ne cesserait jamais, ça tournerait encore et encore dans mon esprit. J’étais en train de faire les cents pas dans la salle de bain quand une phrase lancé à dans la rue attira mon attention. Un jugement que je n’aurais jamais relevé si je n’avais pas rencontré Will. Mais là… Regardant par la fenêtre, je vis Ezra se faire violemment frapper par un militaire, ne cherchant pas plus loin je sortais de la pièce pour dévaler les escalier avant qu’un bruit ne me fasse ralentir. C’était moi où on venait de lancer un truc dans ma fenêtre ? Ne m’arrêtant pas, j’ouvris ma porte à la volé avant d’aviser l’homme sans Ezra et de le saisir par le col de son t-shirt. Il y avait sans doute d’autre entrée en matière, mais pour le coup, ce mec venait de frapper Ezra et Ezra… Même après ce qu’il avait fait à Will, ça n’était pas un danger. Le plaquant contre le bois du perron, je l’y maintenais sans la moindre douceur, me fichant à présent parfaitement du fait qu’il était militaire.

« Tu te crois tout permis uniquement car on vous laisse tenter quelque chose ici. Mais aucun habitant du coin n’est ton jouet et si je te revois encore une fois lever la main sur qui que ce soit je peux t’assurer qu’aucun de tes copains ne pourra retrouver ton cadavre. », la menace était clair, elle avait été soufflé avec un calme et une tension dans la voix qui aurait suffit à m’arracher des frissons. Mais Ezra ne méritait pas ça, il en avait assez bavé et de tels ennuies avec des militaires ne ferait sans doute que raviver ma propre violence dans son esprit. Il en avait assez vu pour plusieurs mois. « Nom prénom grade et état de service. » demandais-je sans relâcher la moindre pression. Ce gosse devait être à peine majeur quand tout avait commencé, mais cela ne lui donnait pas tout les droits. Bien au contraire, il était encore tellement loin de la vérité, de ce qu’il pourrait et devrait avoir le droit de faire. Il n’était pas en terre conquise, pas plus que cela lui donnait le droit de porter de tel jugement.

Relâchant la pression, je reprenais, « Don’t ask, don’t telle ça te dit rien ? 1993, les militaires homosexuels peuvent servir leur pays si ils ne font pas étalages de leurs préférence, 2010, si ton Major et ton Sous Lieutenant veulent coucher et réveiller tout le camps pendant leur temps libre tu fermes ta gueule et tu t’écrases. Tous manquement aux droits civiques et aux droits de l’homme durant l’exercice de tes fonctions et dans ta vie personnelles pouvant conduire à des poursuites judiciaires te feront passer devant un tribunal militaire. Avant de t’engager et de prêter serment t’as lu ce que ça impliqué ou t’es juste sortie de ta campagne en voulant tirer avec des flingues et te taper des meufs ? », j’étais en colère, car ces mecs venait ici, ils foutaient la merde, ils nous manquaient de respect et là ils s’en prenait à la communauté. Je fréquentais sans doute beaucoup trop Will et je prenais sans doute beaucoup trop de chose de lui pour le nier à cet instant, mais ce mec allait totalement à l’encontre de ce qui commençait à me définir et avec toute la bonne volonté du monde, je ne pouvais pas passer à côté, même si j’aurais du. Ce gosse était à côté de ses pompes et jamais je n’aurais laissé passé ça.


_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Militaire
Ariel YoungMilitaire
avatar
Messages : 50
Points : 353
Date d'inscription : 08/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Broken [ ft. Elias Kaneki-Burbank]   Dim 21 Oct - 21:05


Alors qu'il quittait la scène de ses méfaits, Ariel, sans avoir le temps de réagir, se retrouva violemment plaqué contre le bois du perron. Il était maintenu par le col de son t-shirt par un mec, qui venait de sortir comme une furie de la maison devant laquelle il venait de se disputer avec Ezra. Ariel essaya de se dégager, mais ne se montra pas non plus violent avec l'hystérique qui venait de lui sauter dessus. S'il frappait un habitant de Fort Hope, à tous les coups son chef lui prendrait la tête avec ça, même s'il n'était pas à cent pour cent responsable pour celui-là. Et il n'avait pas envie d'avoir d'ennui, sa réputation de soldat "soupe au lait" était déjà assez lourde à trainer.

« Mais tu te calmes papy ! C'est qu'une fenêtre … Et l'autre … Si j'ai envie de lui en coller une, je le fais et je recommencerais ! »

Ce mec paraissait être en colère, vraiment en colère. Mais contrairement à la colère que lui-même éprouvait contre son frère, celle-ci était un peu plus froide, ce qui la rendait bien plus terrifiante. Il devait au moins connaître Ezra pour réagir ainsi. Et c'était un peu embêtant. Autant il savait que son frère ne cafterait rien, autant vu le comportement de ce gars, il était sûr que tout remonterait à ses supérieurs et ça le faisait chier. Vraiment chier.

« Young Ariel, soldat spécialiste. État de service … le merdier derrière les palissades, ça te va ? À qui ai-je l'honneur ? T'es un des coups d'un soir de mon frère c'est ça ? Ou alors sa pute officielle peut-être ? »

Et puis, repartant pour un tour, l'homme lui récita tout ce qui avait rapport avec les homosexuels et leurs droits dans l'armée. Ariel connaissait tout cela, et ça ne lui posait pas de problème. L'homosexualité chez les autres il s'en moquait. Par contre, devoir avoir l'un d'entre eux dans sa famille, ça c'était un souci.

« Lâche-moi pauvre con ! Qu'est-ce que tu me prends la tête avec le statue des gays dans l'armée ? J'ai le droit de penser ce que je veux … On est toujours dans un pays libre ? Non ? Je n'ai en aucun cas manqué aux droits civiques ou aux droits de l’homme de cette pauvre tâche. Alors arrête de me saouler. »

Cette fois-ci, Ariel se dégagea de l'emprise de l'homme en lui collant un coup-de-poing dans les côtes. Assez fort pour le faire lâcher mais pas non plus jusqu'à aller le blesser. Le soldat s'arrangea ensuite ses vêtements, sa colère n'ayant encore une fois qu'augmentée un peu plus. Mais c'était quoi ce camp de merde ? Tout c'était toujours bien passé ailleurs et là entre la présence de son frère et ce genre de désagréable rencontre, il commençait à doucement haïr Fort Hope.

« Qui est-ce qui te permet d'agresser les gens ainsi ? T'es malade ou quoi ? »

Même s'il ne souhaitait pas le montrer Ariel avait eut peur. Dans le camp il était désarmé et il l'était d'autant plus que son esprit n'était pas très alerte en ce moment. Beaucoup trop occupé à penser à Ezra et à comment agir avec lui. Si le mec qu'il avait en face de lui avait eu un couteau il serait mort. Mort à cause de sa pédale de frère, et bien sûr cela l’énerva encore un peu plus. Ce qui le fit aller vers son vis-à-vis pour le repousser en arrière.

« Si t'as envie de te battre, je suis ton homme ! Alors arrête de te cacher derrière tes décrets et tes lois et vient m'expliquer ta façon de penser en face ! Et surtout pourquoi tu as envie de défendre Ezra. »

Ariel n'était d'ordinaire pas aussi agressif. Il ne savait même pas pourquoi il était si énervé contre cet homme. Il était plutôt d'un naturel patient, calme. Là, heureusement qu'on ne lui mettait pas une bombe entre les mains sinon il la désamorcerait à coup de poing. Il ne se reconnaissait pas, mais la rage qu'il éprouvait contre Ezra le transformait en un autre lui, un mec vraiment pas cool, aux nerfs à fleur de peau. Et il n'aimait pas ça.



Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 4161
Points : 3434
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Broken [ ft. Elias Kaneki-Burbank]   Lun 22 Oct - 10:36
Il recommencerait ? On en était donc là, à ce niveau d’irrespect ? Serrant les deux pour ne pas lui en mettre une, je lui demandais son grade et lorsque le couperet tomba, je fus un moment déstabilisé. C’était un membre de la famille d’Ezra ? Il n’y avait plus un milliard de Young dans le monde et ce petit con frappait son frère ? Petit con qui plus est n’ayant jamais réellement servit. Et puis il me confirma qu’il était bien le petit frère avant de se mettre à faire des hypothèses sur qui j’étais, avant de me traiter de pute. Il n’y avait jamais rien eu avec Ezra, mais le fait qu’on me traite de pute uniquement car je pouvais être moi aussi gay… L’acide me monta à la gorge et sans réellement pouvoir m’en empêcher, je lui fis état du statut homosexuel dans l’armée, et il n’en avait tout simplement rien à foutre. Il avait le droit de penser ce qu’il voulait oui, mais pas de l’exprimer si cela rentré en conflit avec la liberté des autres et pour lui il n’avait rien fait… J’allais l’encastrer, mais avant ça, il frappa, pas assez violemment pour me faire mal, mais suffisamment pour le faire lâcher et reculer. Je n’étais pas le plus à l’aise lorsque cela s’approchait des poumons, les blessures de l’hôpital ayant fini par se résorber, mais la faiblesse étant là, quoi qu’on en dise. Ce gosse n’avait aucune idée de l’instabilité dont je pouvais faire preuve et j’avais très sincèrement envie de le tabasser à mort, de lui faire ravaler tout ce qui me dégoutait en cet instant. Son frère était en vie, il aurait du être heureux de le retrouver, pas faire clairement étalage de son homophobie. « Qu’est-ce que tu vas me faire si en effet je suis la pute de ton frère, si ma passion c’est de sucer des mecs ? », demandais-je avec une froideur extrême, « Ça te fait quoi dans ton petit coeur de bouffons d’imaginer que ton frère peut me prendre et que j’aime ça ? Qu’une queue puisse me faire jouir ? ». Je m’étais à nouveau rapproché, sans la moindre humanité, sans la moindre compassion, je voulais le démonter, le défoncer. Je le haïssais sans en savoir plus.

« T’es qu’un gamin immature, un petit chien de l’armée répondant aux ordres et rentrant à la niche dès qu’on le siffle. T’as connu que ça justement, une survie déstructuré ou tu pouvais t’éclater à buter des être à peine vivant. Pouvoir vider des chargeur sans le moindre remord, pouvoir te défouler sans problème et t’aimes ça, tu te crois supérieur et puissant uniquement car t’es dans l’armée ? Mais tu restes qu’un putain de gosse irrespectueux et stupide qui se croit au dessus de son frère uniquement car tu baises des femmes. Spoiler Alerte, t’es qu’une merde. », je tremblais légèrement et je n’aimais pas ça, d’autant que ce n’était qu’un gosse, qu’un gosse ayant vu l’horreur, il n’était pas fondamentalement mauvais, sans doute. Ce n’était qu’un gosse. Mais un gosse qui venait de s’en prendre à ce que j’étais, ce que j’avais accepté, ce qui m’épanouissait, un gosse qui de par sa présence m’étouffé, même involontairement. « C’est pas ton camps ici. C’est pas ta campagne ou ton régiment. Ici, être gay c’est un droit et on a toutes les liberté du monde, comme tout le monde. Si on a envie de se sucer, on se suce, rassures toi, sauf si tu regardes par la fenêtre tu nous verras jamais niquer, mais on a le droit d’être gay, mais on a pas le droit d’un truc et tu veux savoir c’est quoi ? », je m’étais à nouveau approché de lui, lentement, comme un prédateur, « Tu viens de frapper Ezra, un membre de notre communauté, et tu viens de me frapper moi, chef de la sécurité, si Ezra serait capable de te défendre, c’est pas mon cas et ici c’est interdit. » et je n’allais rien cacher.

Souriant sans la moindre joie, au contraire, je repris, « Alors on va faire simple, on va aller voir ton frère et tu vas t’excuser… Gamin. », sinon il passerait très certainement l’arme à gauche. Le soucis dans ce plan était bien que j’étais tellement nerveux que je risquais fort de me bruler les ailes au passage. Je ne pouvais pas faire étalage de ma violence ici, mais j’en avais envie et c’était le problème. J’étais nerveux, agressif et sur la défensive, je ne laisserais rien passer, c’était certain, pas quand ça me touchait moi. Pas quand il aurait pu prendre Will pour cible, même si je me doutais que le fait qu’ils soient de la même famille jouait, il n’en restait pas moins qu’il avait un problème avec la sexualité de son frère, donc celle de Will et la mienne. Dans un sens, il était préférable pour lui que ce soit que Ezra et pas Will, sinon je n’aurais pas su garder ma place et les interdictions n’auraient pas eu beaucoup d’importance. Quoi que j’avais déjà suffisamment envie de l’éclater pour que ca n’explose à tout moment.
   

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Militaire
Ariel YoungMilitaire
avatar
Messages : 50
Points : 353
Date d'inscription : 08/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Broken [ ft. Elias Kaneki-Burbank]   Mar 23 Oct - 15:50


Ariel n’était pas du genre colérique, ni bagarreur d’ailleurs. À comparer les deux frères, Ezra était même beaucoup plus bagarreur que lui. Mais là, à cet instant, il avait envie de fracasser ce mec qui réagissait comme un monsieur je sais tout. Qu’est-ce que ça pouvait bien lui faire qu’il frappe son frère ? Et puis pourquoi l’agresser pour ça de cette manière. Le soldat sentait son sang bouillir dans ses veines, alors que le mec parlait de sucer et de prendre en autre mec. Ariel avait la nausée rien que de penser à son frère dans l’équation.

« Merci pour l’image de mon frère en train de te sodomiser … Je crois que ce soir j’vais pas pouvoir manger, ni dormir d’ailleurs. Toi ça te fait peut-être bander, moi ça me colle la gerbe de penser à ça … »

Puis le civil s’approcha encore un peu plus de lui. Si quelqu’un observait la scène, on aurait dit deux mâles au bord d’un combat de territoire. Si cela continuait ainsi, dans deux minutes il se retrouverait à se hurler dessus à quelques millimètres l’un de l’autre. Ce mec énervait tout autant Ariel qu’Ezra. Mais pourquoi il ne le lâchait pas ? Ça le jeune soldat ne le comprenait pas. Et quand ce dernier repartie sur un énième discours sur lui et son comportement, finissant même par le traiter de merde, Ariel disjoncta totalement, le pointant du doigt et accentuant chaque fin de phrase en lui tapant le sternum de son index accusateur.

« Arrête de parler de ma vie, tu me connais pas. J’suis peut-être qu’un gamin, qu’un con de militaire et effectivement je débute, j’ai pas fait l’Afghanistan, ni l’Irak, j’ai pas vécu de vraie guerre … Mais c’est peut-être pire de devoir intervenir dans son propre pays et voir ses concitoyens souffrir alors que l’on a pas le droit d’intervenir … Mais j’ai jamais pris mon pied à buter des rôdeurs … Si je fais ce taf c’est pour aider les gens pas pour tuer quoi que ce soit … J’ai pas choisi ce métier pour me sentir plus virile avec une arme, j’ai jamais eu ce genre de problème. Je suis seulement un démineur … Et je ne suis pas supérieur à vous parce que je baise des filles, je trouve juste pas ça normal que mon frère se tape des mecs. Toi tu fais ce que tu veux avec qui tu veux, je m’en moque totalement, mais je veux pas d’une pédale comme frère, j'accepterais jamais ça. Tu pourrais au moins comprendre ça non ? »

Pourquoi c’était à lui de se justifier. C’était bien Ezra qui déconnait. Alors pourquoi c’était encore à lui d’essuyer les pots cassés ? Dès qu’il avait revu son frère il savait que ça se passerait mal ici. S’il le pouvait il demanderait à être muté ailleurs, mais c'était évidemment impossible. Car même en faisait des efforts il ne pourrait pas lui pardonnait d’avoir disparu ainsi pendant plus de dix ans.

« Mais je ne conteste pas le droit de qui que ce soit à aller sucer qui il veut. Juste pas mon frère. »

Mais il se prenait pour son père ou quoi celui-là ? Ariel n’avait aucun souci avec l’autorité mais là … s’en été beaucoup trop. Pourquoi allait-il s’excuser pour faire plaisir à cet inconnu ? De plus, il n’était pas du genre à s’excuser surtout quand ce qu’il avait dit ou fait à son frère était, pour lui, totalement mérité.

« Moi je dirais plutôt qu’on va aller voir mon supérieur parce qu’il est hors de question que je m’excuse. Je t’ai frappé, j’assume les conséquences Monsieur le chef de la sécurité ! Mais si tu te mêlais de tes affaires ça ne serait jamais arrivé. J'dis ça j'dis rien ... Je suis peut-être un militaire la majorité du temps, mais j’en ai collé une à Ezra sur mon temps libre et d’un point de vue totalement personnel. Et il est strictement hors de question que je m’excuse. Je le déteste et je ne suis pas heureux de le revoir. Je pense que ça se voit sur ma troche non ? »

Ariel fit enfin un pas en arrière, bien décidé à tout simplement s’en aller et laisser cet hystérique planté là devant sa maison. Mais avant de faire demi-tour, il demanda une nouvelle fois l’identité de son preneur de tête :

« Par contre, excuse-moi, mais je n’ai pas entendu ton nom, vieillard ? Il faut que je puisse avertir mon supérieur de qui j'ai molesté. »



Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 4161
Points : 3434
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Broken [ ft. Elias Kaneki-Burbank]   Jeu 25 Oct - 11:11
Soyons honnête, l'image d'Ezra en train de coucher avec moi était pas non plus l'image que je voulais avoir et le frisson que je venais d'avoir était tout sauf de plaisir. Chassant cette image de mon esprit je reprenais, le jugeant, partant du principe qu'il s'était engagé pour les mauvaises raison et qu'aujourd'hui il se défoulait comme il pouvait. Sauf que non, visiblement de ce côté là il semblait un peu moins con, un peu plus droit que je ne l'aurais pensé. Il était démineur, pas tireur et il ne se sentait pas supérieur car il sortait avec des filles, simplement il ne voulait pas de gay dans sa famille. Si son discours sur ses véritables motivation avait su me calmer un instant, l'entendre insulter à nouveau son frère me rendit dingue. Je pouvais comprendre qu'on ne soit pas à l'aise, Logan en était la preuve, mais il ne me jugeait pas, du moins pas en face et il ne me blessait donc pas. « Je comprends pas que tu ne saisisses pas la chance que tu as d'avoir encore un membre de ta famille vivant surtout. », l'apocalypse était le temps du pardon pourtant. Le temps d'accepter les chances que l'on pouvait avoir. Ce mec était un connard et il n'y avait rien qui me ferait changer d'avis, pas même son avis sommes toute acceptable sur la guerre. Alors, il était temps d'aller présenter des excuses, ce qu'il refusa, préférant se reporter à son supérieur pour assumer les conséquences de ses actes. Il préférait se faire punir que dire pardon ? Et il estimait que si il avait frappé son frère sur son temps libre c'était mieux ? C'était acceptable ? D’où il sortait lui ? Mâchoire serré, je le vis faire un pas en arrière, devant me retenir moi-même de faire le moindre geste regrettable. « Je te laisse pas le choix entre nous. Ton supérieur j'en ai rien à battre, le mien en revanche risque d'être de mon avis. », l'armée était là et il était hors de question qu'ils fassent ce qu'ils voulaient.

Il me redemanda à nouveau mon nom et après un léger sourire, je pus répondre sans mentir, « Elias Burbank. Et si ça peut te rassurer, je ne baise pas ton frère, mais uniquement mon mari. », autant le remettre dans le droit chemin, d'autant que Will serait sans doute beaucoup plus virulent que moi. Faisant un nouveau pas vers lui pour ne pas céder le moindre terrain je repris, « On t'as fait croire sans doute beaucoup de chose en arrivant ici, mais on a nos règles et tu veux de taper deux membres de notre communauté, crois moi on va pas te laisser t'en sortir avec une claque sur le museau soldat. », je savais aussi qu'on ne pourrait pas le remettre dehors, ça serait parfaitement contre productif et créer un drame diplomatique ne m’intéressait pas non plus, pas en sachant la vérité. Je me cachais, je ne voulais plus faire partie de cette vision déformé de l'armée et tout pouvait basculer. Il suffirait de croiser une seule et unique personne me connaissant et tout s'écroulerait. Mais je m'en sortais encore bien, sauf depuis que ce connard était dans mes pattes.

« Ça t'arracherait à ce point la gueule de devoir présenter des excuses à ton frère ? T'as quand même conscience que tu ne le changeras pas et que tu vas juste perdre une occasion de le retrouver ? Tu sais combien de personne tuerait ici pour retrouver un proche, quelque soit la haine qu'il avait envers lui ? », je ne supportais pas mes parents et je suis presque sûr qu'ils m'auraient détesté si ils savaient pour Will, mais j'aurais tué pour avoir une chance de les revoir, même si les concernant, c'était clairement impossible. Avoir un membre de sa famille était un luxe de nos jours et il semblait l'ignorer. C'était une connerie, d'autant qu'il ne semblait pas, dans ses réellement réflexion, dénué d’intelligence. Il devait sans doute être aveuglé.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Militaire
Ariel YoungMilitaire
avatar
Messages : 50
Points : 353
Date d'inscription : 08/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Broken [ ft. Elias Kaneki-Burbank]   Ven 26 Oct - 20:47


Ariel en avait déjà marre de cette conversation. Et il n'avait plus envie de lui répondre, s'il avait frappé Ezra c'était pour ne pas avoir à lui parler et voilà que cet homme s'entêtait à lui tirer les vers du nez. Il lâcha seulement un gros soupire quand ce dernier lui avouait être gay. Voilà qui expliquait tout ...

« Super ... »

Voila pourquoi ce mec, cet Elias lui prenait la tête avec les droits des homosexuels depuis plusieurs minutes. Lui aussi était de la jaquette. Et de plus, il était marié à un autre gars. C'était pour cela qu'il était aussi chatouilleux sur ce sujet. Bon au moins il n'avait rien à voir avec Ezra. Et c'était plutôt un point positif pour Ariel. Il pouvait être gay, il s'en foutait du moment qu'il n'était pas son beau-frère, cela irait. Par contre, il ne pouvait pas s'empêcher d'insister sur le respect de ce putain de règlement du camps. Il avait déjà testé plusieurs camps différent mais là, il était tombé sur le pompon.

Elias s'approcha d'ailleurs d'Ariel, comme pour l'acculer un peu plus. Le soldat fronça les sourcils, il venait de prouver sa bonne foi en se reculant pour désamorcer la situation mais son sanguin vis-à-vis ne paraissait pas de cet avis. Alors Ariel se redressa et s'avança d'un demi-pas, il était plus petit que ce Burbank, mais ce n'était pas pour ça qu'il allait lui faire peur. Il était hors de question que ce mec croit dominer la conversation.

« Comme je te l'ai dit. Je suis prêt à assumer les conséquences de mes actes. Les règlements sont là pour être respecté. Mais vous pourriez admettre que parfois, ça arrive de les enfreindre sans faire exprès. Ça ne t'ai jamais arrivé de frapper quelqu'un ici ? Ou je sais pas de sortir sans autorisation ou un truc du genre ? Ou tu es vraiment monsieur parfait, hein Burbank ? Tu vas oser me dire que tu n'as jamais enfreint ce putain de règlement ? »

Le militaire lui adressa un petit sourire en coin. Il était persuadé que ce dernier avait dû faire au moins une connerie du genre de celle qu'il venait de faire. On ne pouvait pas être irréprochable à longueur de temps. Alors, pour le soldat, oser lui prendre la tête pour deux malheureux petits coup de poing, c'était vraiment trop. On aurait dit qu'il avait assassiné une famille de petit chat de sang-froid.

Il soupira bruyamment, quand encore une fois, Elias lui demanda de s'excuser auprès d'Ezra. Qu'est-ce que cet homme pouvait être emmerdant.

« Oui, ça m'arracherais la gueule. Tu ne connais pas Ezra. Tu ne sais pas le mal qu'il a fait à notre famille. En étant ce qu'il est, en disparaissant, en nous ignorant. En m'ignorant moi, son frère. Alors que merde … Putain on était comme les deux doigt de la main avant. Mais il a préféré nous mentir ... puis nous avouer être gay et aller se faire défoncer le cul plutôt que de rester avec moi, avec nous ... Je peux pas lui pardonner. Alors ne m'oblige pas à aller m'excuser. »

Ariel lançait un regard dur à l'homme en face de lui, il serrait ses poings avec force, tremblant d’énervement. Il lui en avait déjà collé une et il ne devait pas recommencer, pas après tout ce que venait de lui dire Elias. Il n'était pas aussi con que ça.

« Si tu veux je te le donne. T'as qu'à en faire un membre de ta famille. Si tu l'aimes tant que ça. Moi je ne veux plus rien avoir à faire avec lui. Je peux plus … lui faire confiance. Il n'est plus mon frère. »



Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 4161
Points : 3434
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Broken [ ft. Elias Kaneki-Burbank]   Lun 29 Oct - 15:11
Si il savait... Il pensait me provoquer, viser quelque part, mais je n'avais frappé personne, enfin si son frère, mais je lui avais surtout tiré dessus. Quand je perdais pied, quand je pétais les plomb, je ne le faisais pas aussi simplement que lui, tout comme je ne faisais pas ça dans la rue, ni en publique. Souriant de façon mauvaise, je n'allais pas lui faire ce plaisir, vraiment pas, « Je suis censé représenter l'ordre ici, tu crois sincèrement que je vais prendre le risque de frapper quelqu'un ? », il y avait bien d'autre façon de faire regretter quelque chose à quelqu'un et j'allais lui faire découvrir si il ne redescendait pas. Il irait donc s'excuser, qu'il le veuille ou non, qu'il l'assume ou pas. Il ne se laisserait toutefois pas faire, car pour lui Ezra avait fait du mal en étant gay. Il l'avait abandonné alors qu'ils étaient proche et tout ça était à son sens à cause de l'homosexualité de son frère qu'il s'était retrouvé seul, sans lui. Il était sérieusement en train de reprocher ça à son frère ? « A aucun moment tu t'es dit qu'il pouvait ne pas se sentir à sa place et que toi et tes parents aviez pu faire du mal à ne pas accepter ? », soufflais-je plus sèchement que je ne l'aurais voulu. « A aucun moment tu t'es dit que vu que vous étiez proche, le soutenir aurait pu le faire rester ? », ne pas le faire fuir du moins, mais vu comment il parlait de son frère je doutais qu'il puisse ne serais-ce que ressentir des émotions positive envers lui.

« Si il avait été gay et qu'il était resté là ça aurait changé quelque chose pour toi ? » demandais-je plus calmement que je ne l'aurais cru, conscient d'être dans une situation bien plus complexe qu'une simple crise d'homophobie. Je ne connaissais pas vraiment Ezra et je savais de quoi il était capable maintenant, mais il n'en restait pas moins qu'il s'agissait d'Ezra et sauf contrainte... Je ne le voyais définitivement pas porter préjudice à qui que ce soit sans raison. Pour moi, il s'était étouffé dans cette situation, il n'avait pas pu être lui, il avait du mentir et ça avait fini par être trop, même pour lui. Il avait arrêté d'encaisser, arrêté de se battre contre lui-même et il avait prit le large. « Et avoir ton frère avec toi aujourd'hui alors que le monde part en couille et même si ça implique des moment gênant n'est pas possible donc ? » demandais-je simplement. N'était-il pas prêt à ça pour lui, pour se retrouver et pour retrouver son frère ? « Tu as une chance extraordinaire, celle de repartir à zéro avec lui, veux-tu la saisir ou non ? ». Malheureusement, vu qu'il voulait déjà me le refiler, je doutais qu'il soit prêt au moindre effort.

Soupirant, ce mec était con, définitivement, « Alors si il n'est plus ton frère, considère le au moins comme un humain et respectes le ! » et ça c'était pas compliqué non ? Tant que je ne me tapais pas son frère j'avais le droit d'être gay et visiblement il ne considérait plus son frère comme tel. Il fallait absolument qu'il prenne sur lui, qu'il arrête de vouloir le briser. Ils étaient vivant, tout le monde n'avait pas cette chance et c'était suffisamment rare pour être protéger.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Militaire
Ariel YoungMilitaire
avatar
Messages : 50
Points : 353
Date d'inscription : 08/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Broken [ ft. Elias Kaneki-Burbank]   Mer 31 Oct - 13:49


Ariel n’en pouvait littéralement plus de cette conversation. Lui d’ordinaire si patient devenait quasiment fou dès lors que l’on parlait de son frère. Dans sa famille "Ezra le dégénéré" était devenu un sujet tabou. Et on faisait à la maison comme s’il n’avait jamais existé. Mais Ariel n'avait jamais pu oublier son frère, il n'avait jamais pu faire une croix sur les si belles années qu’il avait passées avec lui. Mais par contre, au fur et à mesure des années, cette tristesse, cette frustration et cette incompréhension c’était peu à peu transformé en une haine sournoise.

« Il m’a menti pendant des années, il m’a caché ça … Pour du jour au lendemain remettre en cause tout ce que je savais sur lui. Et me faire découvrir une autre personne, un autre Ezra que je ne connaissais plus. Je l’ai détesté pour ça, et je le déteste encore d’avoir tout gâché. »

Est-ce que si Ezra était resté, est-ce que leur relation serait meilleure ? Ariel réfléchit un peu, mais au fond de lui il en était persuadé. Si son frère avait pris le temps de lui expliquer, de s’excuser, peut-être que tout serait redevenu comme avant et que tout irait maintenant pour le mieux. Peut-être que leur amitié aurait été gardé intacte et que leur complicité les unirait toujours comme quand il était jeune. Mais, rien de tout ça n’a été possible. Et malheureusement rien ne redeviendrait comme avant. Surtout pas maintenant.

« Je pense que ça aurait tout changé … j’aurais pu m’y habituer peut-être … ou le faire redevenir comme il était avant … Juste mon grand frère. Pas cette chose … »

Il soupira bruyamment et reprit ses distances avec son vis-à-vis. Pourquoi avait-il fallu qu’il ait ce geste malheureux devant cette maison. Personne d'autre, autre que l'abruti qu'il avait en face de lui, ne serait intervenu, mais évidemment il était tombé sur Monsieur le Parfait chef de la sécurité. Celui-là même qui aimait se mêler des affaires des autres. Et qui insistait lourdement pour qu’Ariel adhère à son point de vue.

« Je n’ai pas envie de faire d’effort. Et d’ailleurs, pourquoi ça serrait à moi de faire un effort ? Pourquoi c’est toujours moi qui ai le mauvais rôle. Parce que je l’ai frappé ? Parce que je le déteste ? Alors que lui reste le mignon petit agneau maltraité et moi le gros méchant militaire … ? »

Ariel croisa les bras en soupirant. Il ne voyait pas comment cet inconnu, cet Elias, pouvait oser lui faire la morale. À croire que vu qu’il était gay il comprenait et connaissait mieux Ezra que lui. C’était n’importe quoi. Il était son frère, il était de son sang. Ils avaient assez vécu ensemble pour qu’Ariel sache s’il pouvait lui pardonnait ou non. Et quoi qu’il se passe, il savait qu’il n’arriverait jamais à renouer avec son frère.

« J’en ai marre de cette conversation. J’en ai aussi marre de voir ta gueule de monsieur parfait. Alors dis-moi ce que tu veux que je fasse et je le ferais. Mais sache que si tu m’obliges à m’excuser à Ezra, ça ne viendra absolument pas du cœur. Okay ? »

Ariel afficha un air de surprise quand Elias lui demanda d’au moins traiter son frère comme un humain. Parce qu’il ne le traitait pas comme tel ? S’il n’avait pas était un humain, Ariel lui aurait déjà tirer une balle entre les deux yeux. D’ailleurs, en y songeant, si Ezra se faisait un jour infecter, il se ferait un plaisir de se débarrasser de son ex-frère. Peut-être qu’enfin il arriverait à lui pardonner ce qu’il était. Et puis même posthume un pardon restait un pardon, non ?

« Je pense que lui-même ne se considère pas comme un humain. Il n’a jamais respecté son corps et je parle pas de ses tatouages là. Il a rampé devant ce Caleb et ensuite devant tout les mecs qui voulait bien de lui. Tout le monde se moquait de lui et lui il continuait à faire ça, à se faire baiser par d’autres gamins justes comme ça. Et le connaissant il n'a pas dû s’arrêter là, la moitié des États-Unis à dû lui passer dessus. Comment tu voudrais que je le respecte ? Comment toi tu fais pour le respecter ? Je déteste les gens comme lui … Trop gentil, trop excentrique, semblant vivre dans un autre monde … et surtout dépravé. Je trouve ça écœurant. Et je serais obligé de l'aimer parce qu'il est mon frère ? »

Ariel faisait les cents pas. Il mourrait d’envie de simplement se barrer et laisser Elias planté là. Mais, il aurait certainement encore plus d’ennui. Alors il prenait son mal en patience. Et continuait de s’énerver contre l'homme qu'il avait en face de lui.



Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 4161
Points : 3434
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Broken [ ft. Elias Kaneki-Burbank]   Mer 7 Nov - 10:02
Ezra pouvait-être parfois un peu difficile à suivre, voir même souvent et le fait que peut-être il n’ai pas eu le meilleur tact du monde ou la meilleur façon d’amorcer les choses n’était pas impossible, mais si l’un c’était braqué, l’autre ne pouvait en effet plus rien faire. Mais il reconnaissait qu’en parler aurait pu changer les choses et si je n’étais pas d’accord sur la façon dont il traitait la sexualité de son frère, au moins y avait-il un effort de fait. La suite ne fut qu’une succession de déclaration me forçant à devoir garder mon calme. Ezra n’était pas sans défense pas plus qu’il était un petit agneau, il avait apprit à être un loup, même si il en doutait à présent , il devait le savoir. Quant aux excuses, je savais qu’elles ne serait pas sincère, mais si il acceptait de parler, peut-être que les choses iraient mieux non ? J’étais sans doute utopiste, mais ce mec ne pouvait pas continuer comme ça éternellement, il y aurait un moment ou je perdrais forcément mon calme. Quant à ce que Ezra faisait de son corps… Ok, il était très très expressif et il ne se respectait pas vraiment en effet, mais si sa vie était bordé de personne comme son frère qui le faisait passer pour un monstre, il n’y avait rien d’étonnant à ce qu’il soit facile en plus d’être expressif. Simplement, il ne méritait pas un tel traitement, sinon il ne changerait jamais.

« Je suis pas sûr qu’Ezra accepte que je parle de ça, mais tu dois savoir quelque chose. », déclarais-je bien trop calmement avec de reculer d’un pas pour m’offrir enfin de l’espace. Il m’en faudrait, comme tout le calme du monde pour ne pas le défoncer lui. « En fin d’année ton frère a disparu pendant une expédition. On l’a cherché pendant des jours et des jours sans jamais rien trouver. Il avait disparu de la surface de la terre. On a cru qu’il était mort, mais même là, pas moyen de mettre la main sur son cadavre. Et puis au début d’année, c’est mon mari qui a disparu, aucune trace, rien, juste volatilisé. », et j’avais tellement maudit le monde à cet instant que j’avais craqué, j’avais fait ce que jamais je n’aurais fait avant ça. « Et puis un gamin l’a vu dans une court et on est intervenu. Ton frère et mon mari avaient été kidnappé et ton frère a été torturé pendant des jours et des jours. Il a été brulé, saigné, frappé et détruit psychologiquement au point qu’il est devenu réellement un petit chien au service d’une connasse. », il n’était plus lui même, « Ton frère a torturé mon mari pour survivre et quand on l’a ramené ici, je lui ai tourné le dos et j’ai fait d’autre chose que je n’aurais jamais du faire ni dire à un ami. Ton frère a voulu se tuer et j’ai rien vu. », je voulais qu’il comprenne que son frère avait traversé l’enfer, même si cela pouvait aussi le conforter dans l’idée qu’il ne méritait pas son attention.

« Si tu répètes à une personne qu’elle ne vaux rien et que c’est un monstre tout les jours, elle finira par le croire et par se traiter comme ça, j’en ai eu la preuve et ton frère ne laisserait peut-être pas la moitié des mecs du pays lui passer dessus si on lui avait pas dit de telle chose. », Ezra était trop facilement manipulable pour s’en sortir indemne. « Alors non, finalement je veux pas que tu t’excuses, je veux que vous vous parliez, de toute évidence t’as autant besoin de retrouver ton frère que lui et ça vous ferez pas de mal de poser les choses, sans s’énerver éventuellement. ». J’avais horreur de parler de ce qui s’était passé, mais que pouvais-je faire d’autre ? Ce mec avait besoin de comprenne ce qu’il se passait et il ne fallait pas qu’il se braque pour autant, « Laissez-vous une nouvelle chance avant d’agir comme un connard arriéré. », il y avait un peu plus de colère dans la voix, car il avait une chance que je n’aurais sans doute jamais. Celle de pouvoir parler, celle de pouvoir dire les choses. Il devait arrêter d’agir comme un con et voir qu’il n’était pas le seul d’en souffrir.


_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Militaire
Ariel YoungMilitaire
avatar
Messages : 50
Points : 353
Date d'inscription : 08/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Broken [ ft. Elias Kaneki-Burbank]   Jeu 8 Nov - 15:57


Ariel laissa Elias s’exprimer tranquillement. Il ne le coupa pas, mais tout ce qu’il lui disait semblait le traverser sans l’atteindre. Il comprenait ce qui était arrivé à son frère mais cela ne le rendait même pas triste. Mais le discours d’Elias le fit tout de même un peu réfléchir. Il se rendit compte que leur relation fraternelle était tellement abîmée qu’il n’arrivait même pas à se sentir inquiet pour Ezra. Et cela le perturba un peu. Il avait tellement fait une croix sur ce frère qui l’avait abandonné que même maintenant il n’arrivait pas à éprouver la moindre empathie envers lui. Il était encore bien trop fâché pour ressentir quelque chose.

Une fois qu’Elias eu terminé de tout lui raconter. Et après avoir balancé qu’Ezra avait voulu se suicider, il haussa les épaules, fixant son interlocuteur.

« Et ? »

Voilà tout ce que lui inspiraient les malheurs de son grand frère.

« Tout le monde en a chié pendant cette apocalypse. Et je devrais le plaindre lui plus que les autres ? Que je sache, d’après ton histoire, ton mari en a aussi bavé et il sait pas suicidé pour autant ? Et tu prends la défense d'Ezra alors qu’il a torturé ton mec ? Tu penses franchement qu’il le mérite ? »

Plus le temps passait, et moins il reconnaissait son frère. Déjà le jour où il avait avoué son homosexualité, Ariel avait eu l’impression de découvrir un inconnu. Puis il était partie et avait oublié sa vie à Pumpkin Town. Et quand, un dizaine d'année plus tard, il était apparu devant le militaire, il ne le reconnaissait même plus physiquement. Et voilà que maintenant, pour en rajouter une couche, on lui disait que son frère était devenu un monstre. Depuis quand Ezra était capable de torturer une personne ? La seule forme de torture que connaissait ce type c’était un coke ring gardé un peu trop longtemps autour de sa si chère queue.

« Il a vécu un truc pas cool. Okay. Mais je suis sûr qu’un nombre incalculable de personne aussi. Et il fait sa drama queen en essayant de se suicider ? Et le pire, c’est qu’il n’a même pas réussi à faire ça ? Ou plutôt, a-t-il vraiment voulu le faire ? Il a sûrement dû faire ça pour se faire remarquer, c’est tout. Il n’aime pas se fondre dans la masse, il demandait juste un peu d’attention et je suis sûr qu’il a eu ce qu’il voulait. La preuve … tu me prends la tête avec ça. »

Ariel ricana légèrement puis reprit la conversation quand Elias l’accusa d’être en partie responsable de son comportement. Non mais sans blague … Est-il aussi responsable des soirées de coucherie qu’il avait fait à Camden quand il étudiait encore le tatouage ? Il était peut être un connard fini mais il n'allait pas porter la responsabilité de toute les connerie de son frère.

« C’est lui qui a disjoncté tout seul ! Je l’ai pas poussé à aller se faire des mecs. Tu crois que ça m’a enchanté de trouver des inconnus dans son lit ? Et de l’entendre gémir toute la nuit ? Le vrai Enfer c’est d’avoir une chambre mitoyenne à la sienne ! J’ai jamais demandé à être témoin ou à vivre ça … pas plus que de voir mon père lui hurler dessus et ma mère pleurer parce qu’elle ne reconnaissait plus son fils chéri. J’avais rien demandé moi … J’ai autant souffert que lui. Alors, n’ose pas me répéter une nouvelle fois que mes paroles ou celle de mes parents l’on pousser à agir comme il le fait. »

Ariel souffla un bon coup avant de recommencer à monter trop haut dans les tours et de s’énerver pour de bon. Il ne devait pas en venir à nouveau aux mains avec Elias. Pas maintenant sinon il allait vraiment avoir des soucis.

« J’ai rien à lui dire. Surtout sans m’énerver ... Je suis peut-être un connard arriéré mais lui n’est pas mieux que moi. Je me contre fou de sa vie, je me contre fou de son avenir, et je me contre fou de son passé. Je veux juste qu’il m’oublie. Mais je suppose, Monsieur le p’tit père moralisateur, que j’ai pas le choix ? Il faudra que j’aille parler à l’autre tarlouze pour que tu me laisses tranquille ? Non ? »

Ariel se passa les mains sur son visage. Il en avait vraiment marre de cette conversation. Ce mec se faisait abuser par Ezra, il en était sûr. Comment pouvait-on apprécier cet énergumène tatoué et pédéraste ? Personne de sa connaissance ne l’avait pu. Et à ce qu’il savait il n’était même pas en couple. Donc, c’était bien une preuve que quand on le connaissait, on n’avait pas envie de rester avec lui.



Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 4161
Points : 3434
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Broken [ ft. Elias Kaneki-Burbank]   Mar 13 Nov - 11:23
Plus il parlait et plus l’envie de lui coller une balle entre les deux yeux se faisait sentir. Je n’avais d’ailleurs qu’une seule et unique envie à cet instant, partir en mission avec lui, l’éloigner, le siffler et lui laisser voir la mort arriver. Moi. Il avait été trop loin, chaque mots, chaque phrase et quand il eut finit, il me fallut très clairement plusieurs minutes pour ne pas prendre de décision regrettable. C’était sans doute la première fois que je prenais autant sur moi, la première fois que je refusais de me laisser aller à mes instincts les plus primaire et le fait qu’il soit le frère d’Ezra jouait sans doute plus que le fait qu’il soit militaire. Ce mec avait une vision horrible de son frère, il le pensait si monstrueux que ça en devenait sans doute vexant, difficile à accepter, même pour moi. L’on ne traitait pas un être humain comme ça, surtout un membre de sa famille. Ce gamin ne connaissait son frère qu’à travers un filtre et si j’étais d’accords sur l’idée qu’Ezra n’était pas le seul à avoir souffert, j’avais prit suffisamment de temps pour accepter les choses et savoir que tout le monde n’avait pas été torturé comme lui. Alors en sachant tout ça, je ne pouvais décider que d’une chose, ne pas laisser ce mec, ce soldat de mes deux s’en sortir indemne.

Un sourire mauvais étira un instant mes lèvres avant que les menaces ne tombent, « En fait non, je t’interdis de t’approcher d’Ezra dès aujourd’hui. Tu ne veux pas de lui dans ta famille, moi si, alors inutile de te forcer. », commençais-je sur un ton qui était tout sauf rassurant, « Et ne te retrouves jamais seul avec moi hors de ces murs, car je peux t’assurer que je t’abattrais à la première occasion et crois moi, je suis pas trop mauvais avec un flingue. », vraiment loin de l’être, il pourrait mourrir sans même le réaliser et personne n’aurait réellement de preuve pour m’accuser moi. « Tu va crever car tu es la plus grosse merde que j’ai jamais croisé et ça je peux t’en faire la promesse. », Ezra serait bien mieux sans lui de toute façon et ce mec avait réussi à épuiser ma patience. J’aurais pu attendre, j’aurais pu laisser les choses continuer ainsi, mais je ne pouvais pas. Si ce gars avait des bon côté, il agissait malheureusement trop comme un connard pour que je ne le laisse ne serait-ce que tranquille à l’avenir. Il avait franchit une limite et je n’allais pas revenir en arrière.

« Alors je te conseille de réfléchir et de murir, parce qu’au moindre faux pas, tu payeras un prix bien trop élevé même pour un connard comme toi. », moins je le verrais mieux j’irais et sa survie ne dépendrait que de lui en fait. De ce qu’il pourrait être amené à faire, de ce qu’il saurait faire pour me convaincre. Quoi qu’il faudrait que je le vois pour ça, « Va pleurer dans les jupes de ton supérieur maintenant. », car si il restait, il ne ferait clairement pas de vieux os avec moi. J’en avais eu assez tout simplement.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Militaire
Ariel YoungMilitaire
avatar
Messages : 50
Points : 353
Date d'inscription : 08/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Broken [ ft. Elias Kaneki-Burbank]   Jeu 15 Nov - 16:29


Alors que son vis-à-vis lui offrait un sourire des plus déstabilisant, Ariel soupira. Ce mec ne lâcherait définitivement pas l’affaire. Pourquoi continuait-il d’insister sur le sujet d’Ezra alors qu’on ne pouvait pas ignorer le fait que le militaire ne changerait pas d’avis. Du moins pas grâce à une attaque aussi directe. Plus on essayerait de lui prouver qu’il avait tord, plus il se braquerait jusqu’à exploser de colère à la fin. Et là, même si sa colère avait peu à peu été remplacé par de la lassitude, les paroles qui suivirent le refirent basculer du côté sanguin de sa personnalité. Côté qui ne se manifestait qu’uniquement quand le sujet d’Ezra était abordé.

« Moi ça me va de ne pas m’approcher de lui. Mais il faudrait qu’il en face autant de son côté et il est plutôt du genre collant. Moi je fais tout pour l’éviter déjà. Donc c'est avec lui que tu devrais discuter. »

Et c’est vrai que ce n’était pas manque d’essayer de l’éviter. Ariel s’escrimer à faire ça chaque jour, mais le tatoueur faisait tout pour forcer son frère à passer du temps avec lui. Et s'il avait disjoncté aujourd'hui, c’était que son frère avait été trop envahissant, ce qu’Ariel n’avait pas supporté. Il fallait qu’Ezra lui laisse le temps. Il fallait qu'Ariel se fasse à l’idée de retrouver son frère. Il fallait qu’il lutte contre lui-même et qu’il essaie de dépasser tout son ressentiment envers le tatoué pour peut-être essayer de lui donner une seconde chance. Mais c’était très compliqué pour lui. Extrêmement compliqué même.

Il essayait de garder la même assurance et le même regard à demi blasé.

« Alors pour toi je suis qu'une merde qui mérite la mort juste parce que je déteste mon frère ? Sympa … »

Elias, continua sur sa lancée et après des menaces de mort, il conclut leur conversation en traitant Ariel de petit chien qui rapportait à son chef. Et s'il y avait une chose au monde que le démineur n’aimait pas, c’était se faire voler le mot de la fin. Alors, cette fois-ci, c’est lui qui relança leur discussion.

« C’est mal me connaître si tu penses que je vais aller me plaindre à mon supérieur. »

Puis Ariel s’approcha à nouveau d’Elias et le menaça d’un index planté sur son sternum, le poussant légèrement en arrière. Mais cette fois, sa voix était complètement calme, il dissimulait tout son énervement dans ce geste. Mais tout le reste de sa personne transpirait la sérénité.

« Tu sais Burbank, c’est pas contre toi, mais tu devrais pas te mêler de la vie des autres. J’ai compris que tu étais pote avec mon frère et que, quoi qu’il se passe tu le défendrais. Franchement c’est cool pour lui. Il n'a jamais su s’entourer des bonnes personnes mais je vois qu’au moins il a su se munir de Cerbère tel que toi. Par contre ne me demande pas de renouer avec lui en faisant une croix sur le passé. Il a disparu dix ans. Dix putains d’années où je ne savais même pas ce qu’il devenait. Il n’a même pas essayé de prendre de mes nouvelles. Parce que si moi je ne savais pas où il était, lui savait très bien ou je créchais. Alors ne remets pas toute la faute sur moi. »

Puis le militaire soupira de rage, continuant d’acculer l’ange gardien d’Ezra de son index. C’était ça ou il allait le prendre par les épaules et le secouer jusqu’à ce qu’il intègre qu’il ne redeviendrait pas le gentil petit frère d’Ezra du jour au lendemain.

« J’veux bien passer pour le méchant. Mais y'a des limites et là, tu me saoules. C’est surtout pas en me menaçant de mort que je vais … comment tu as dit déjà ? Mûrir ? Et si tu veux qu’on discute de manière approfondis et qu’on décide qui de nous deux à la plus grosse, on se fait ça quand tu veux. Mais en dehors des murs et à mains nues. Ça serait con de mourir pour Ezra. Quoi qu’il serait sûrement flatter que deux mâles se battent pour lui. »

Ariel ricana. Oui il imaginait bien son frère en fanboy devant un combat de gladiateurs.


« Donc j’peux me casser ou tu comptes me les briser encore un looooooooooog moment ? »



Administrateur
Elias Kaneki-BurbankAdministrateur
avatar
Messages : 4161
Points : 3434
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Broken [ ft. Elias Kaneki-Burbank]   Mar 20 Nov - 10:37
Ce mec jouait très clairement avec le feu et si il semblait ne pas me prendre au sérieux, c'était son problème, mais il ne pourra pas faire éternellement le con avec son frère sans que cela ne soit préjudiciable pour lui. J'étais peut-être un Cerbère, mais j'avais toutes les raisons du monde, à l'exception peut-être de la violence dont j'aurais pu me passer, mais je n'avais plus de demi mesure depuis longtemps alors qui allait s'en plaindre ? Beaucoup de gens, Will le premier, mais là il était question d'un connard, d'un homme que je n'aimais réellement pas et qui méritait sans aucun doute la mort. Il était con. Il n'était pas du tout légitime dans cette histoire. Il était le mec qui prenait le risque de perdre sa famille, celui qui ne saisissait pas sa chance. Comment j'étais censé ne pas ressentir des sentiments aussi négatif à son égard ? Je n'en avais aucune idée. Ce mec ne méritait même pas de vivre et je m'en fichais si cela faisait de moi le connard, les ressentiments que j'avais pour lui dépassé le reste. Alors non, je ne lui ferais aucun plaisir, ni même celui de me battre à la loyale avec lui. A quoi bon de toute façon, il n'était pas foutu de le faire avec son propre frère, alors inutile de lui faire ce plaisir. Souriant en l'entendant rire, je me promettais très sincèrement que si l'occasion se présentait et que Ezra et lui n'était toujours pas redevenu une famille, il ne s'en sortirait pas. Je n'avais jamais abandonné personne, je n'avais jamais tué de personne simplement car je ne les aimais pas. Oh bien sûr j'avais tué des innocents, j'avais suivi des ordre, mais je n'avais jamais rien fait de préjudiciable de mon propre chef. Ce mec serait le premier. Quoi que pour certain Maryse et les autres avaient été des victimes, mais lui... Il n'avait rien fait de mal, il avait juste subit une situation et il avait prit la mauvaise décision.

Alors oui, il pouvait se casser, car la seule chose que je briserais serait sa vie. « Vas-y casses-toi. », déclarais-je avant de lui tourner le dos et de rentrer à la maison. Je devrais très certainement me calmer avant le retour de Will, sinon comment lui expliquer que j'avais encore une fois menacé quelqu'un de mort ? Il me supportait déjà tant bien que mal et ma violence et ma cruauté ne devait pas déteindre sur lui ou sur notre mariage . Je l'aimais, c'était le plus important et ce qu'il adviendrait à ce mec... Disons que moins il y avait de témoin, mieux cela serait. Il mourrait seul sans personne pour le pleurer, juste une victime de plus, juste un disparue. Il mourrait, j'en faisais la promesse.

_________________
i love you
It's the best thing that I'll ever do, I get to love you. It's a promise I'm making to you : whatever may come your heart I will choose, forever I'm yours, forever i do.



Spoiler:
 
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Broken [ ft. Elias Kaneki-Burbank]   
 
Broken [ ft. Elias Kaneki-Burbank]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Michigan State :: Fort Hope
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération