Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #33 : Novembre 2018
Animation trimestrielle #1 Once upon a time !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Intrigue #5 Recensement !
De nombreux postes vacants de l'armée sont encore disponibles. N'hésitez pas à venir jeter un coup d’œil par ici !
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - Chapitre I : New rulers, new rules > A lire ici

In Your Flesh :: Michigan State :: Zones non-nettoyées :: Eastpoint Highschool

 The man with the gun and a dog

avatar
Messages : 86
Points : 157
Date d'inscription : 16/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: The man with the gun and a dog   Mar 30 Oct - 11:15

     



The man with the gun and a dog






Après ses petit déboires impromptus dans une cave sombre et humide, aux prises avec un fou furieux, des loups, un gros félin et un crevé, après avoir réussi à récupérer son équipement et après avoir taillé la route de son côté, John se retrouvait avec lui-même. L’autre gros con avait même gardé Wyatt, et bien qu’un peu amaigri, le chien était en bonne santé. Il irait vite mieux, après avoir chassé quelque chose.

Il avait décidé de s’éloigner un peu du centre, et remontait vers le Nord, en se gardant à distance des rives du lac. Il avait observé quelques groupes de Geignards massés près de l’eau, et il préférait éviter les environs. Pour autant, le lac restait une ressource importante, il fallait rester proche.
Grosse Pointe Shores était derrière eux, et ils continuaient de progresser de rue en rue. Droit devant, un haut poteau surmonté d’un panneau indiquait une concession Cadillac. C’était un bon point de repère, visible de loin. Placée sur East 9 Mile, la concession pouvait aussi receler quelques choses intéressantes, même si John savait que ce genre d’endroits devait avoir été pillé depuis bien longtemps.

Il y aurait fait un détour, si le temps ne pressait pas. L’après-midi touchait à sa fin, et il leur fallait trouver un abri avant la nuit. Wyatt ouvrait la marche en trottinant, couvrant l’horizon de son regard vigilant. John suivait, s’occupant de l’arrière garde.
Bientôt, Kelly Road s’ouvrit devant eux. Une grande et large ligne droite semée de carrés verts d’herbes hautes et d’arbres touffus. Beaucoup de véhicules à l’abandon barraient le passage, ce qui la rendait impraticable en voiture, mais qui ne posait pas de problème à deux piétons. Pas de problème autre que celui de se concentrer davantage, au cas où un cadavre sortirait du couvert offert par une épave.
Pour éviter des désagréments, John siffla Wyatt et lui désigna Norton Avenue, qui était plus dégagée. Un choix finalement aussi prudent que judicieux, puisqu’ils marchèrent un moment sans croiser âme qui vive ou n’ait autrefois vécu.

C’est devant Shamrock Park qu’ils trouvèrent leur premier mort debout. John voulait tenter d’entrer dans l’église qui se dressait face au parc. En vérité, le bâtiment n’avait d’église que le nom qui s’affichait sur sa façade. « Saint Basile le Grand ». C’était une maison sans étage, mais qui devait être posée sur sous-sol. La présence d’un garage était aussi intéressante, et John se disait que s’ils arrivaient à entrer pour passer la nuit, ils fouilleraient l’endroit le lendemain matin avant de repartir.

Mais surgissant du conifère planté devant, un cadavre arriva, sans doute réveillé par les couinements de Wyatt, qui l’avait senti de loin. C’était le prêtre. Veste noire et col romain, il avançait d’un pas chancelant vers le chien, qui se rabattait vers John. Ce dernier empoigna sa hachette et mit un terme à l’après-vie de celui qui avait dû prêcher ce principe toute son existence. Ironique. Passer sa vie à parler de résurrection et finir en mort qui marche.

Pas le temps de s’amuser de la situation, John s’intéressa à l’église. La porte était solide, et les nombreux coups de hache qui la garnissaient elle et le bois proche de la poignée indiquaient qu’il n’avait pas été le seul à s’y attaquer. Il valait mieux laisser tomber. Cet endroit demanderait trop de temps, d’efforts et de bruit pour être forcé, et ils n’avaient le luxe de se payer aucun des trois.
Ils reprirent donc leur chemin.

Sur Semrau Avenue, quelque chose attira l’attention de John. Une marque à la peinture sur le mur d’une maison. Une épée, simpliste, mais parfaitement identifiable. John s’interrogea sur sa signification, car il savait que certains survivants laissaient des indices sur leur territoire, pour permettre de les trouver, ou au contraire pour berner les intrus et les éloigner.
Sans y prêter d’importance, il continua son chemin.
Il remarqua une nouvelle épée, sur un autre mur, et finalement, John s’aperçut qu’il en avait déjà vu plusieurs autres dans ce secteur. Il devait être proche d’une communauté. Ce qui pouvait représenter une bonne chose, comme un danger, selon sur qui il tombait. Mais comme il n’avait encore jamais traîné dans ce coin, il ne savait pas qui vivait dans les environs.

Il s’arrêta un instant pour réfléchir. Chercher un abri pouvait prendre un moment, mais s’il trouvait où menaient ces signes, il pouvait peut-être s’épargner du mal. Il pouvait aussi prendre un risque, mais en étant prudent, et avec l’aide de Wyatt, il pouvait s’en tirer. C’était peut-être un coup à tenter.
Restait à savoir par où aller.
« Tu en dis quoi, mon grand ? »
Wyatt renifla en l’air, au sol, tourna sur lui-même, eut l’air de chercher des yeux un indice, et finalement s’engagea dans une direction.
La décision du chien sembla tout aussi valable que n’importe quel choix arbitraire, aussi John le suivit-il sans réfléchir.







_________________

John's Theme

Creepy uncle
Abel JonassonCreepy uncle
avatar
Messages : 814
Points : 53
Date d'inscription : 20/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The man with the gun and a dog   Lun 5 Nov - 23:45


J’ouvre la sacoche placée sur l’arrière de ma moto et y place les deux barres aux céréales, la bouteille d’eau et le vieux paquet de chips que j’ai trouvé en fouillant cette maison. Mes nouvelles victuailles prennent placent au côté de la boite de haricots solitaire. Je tire mon carnet de ma poche et raye la maison sur le plan de la rue que j’avais griffonné. Je lève les yeux pour repérer où se situe le soleil dans le ciel. Il va bientôt être l’heure. Aujourd’hui, c’est au tour de l’église. Je doute y trouver un survivant, je ne sais pas s’ils ont pigé le parcours que je leur impose, mais je ne veux pas prendre plus de risque que ce que je n’en prends déjà. Sauver des vies, d’accord, menacer ma famille, non, clairement pas pour moi.

Je me place sur ma bécane, calant le bout de mon épée contre ma cheville pour qu’elle ne touche pas le sol. Après un rapide coup d’œil sur la jauge, je me sens rassuré. Si je n’ai pas trouvé de carburant aujourd’hui, j’en ai bien assez pour faire quelques kilomètres de plus et rentrer. Le vrombissement du moteur résonne contre les parois des maisons et me revient. D’ici à ce que j’attire des morts, je serais déjà loin. Ces morts que j’ai décidé d’épargner. Ce n’est pas nécessaire d’attester de l’activité humaine auprès de ces trouffions et de leurs fusils. Laisser le moins de preuves possibles, c’est ma façon d’agir.

Quelques kilomètres de slaloms plus tard, je dans une ruelle avec ma bécane, étouffant au maximum le bruit de mon moteur pour devenir invisible sur le radar de ces bouffeurs de chair humaine. Je me stationne au bout et traverse le dernier pâté de maison à pied. Accroché à un poteau éléctrique : un vieux tissu imbibé de sang de morts et de tripes incrusté dedans. Je le place sur moi. Il est tellement pourri que personne ne soupçonnerait ce torchon d’être un vêtement de camouflage. Ce dernier recouvre mon armure anti-émeute dans son ensemble, ainsi que mes armes. Je rabats la capuche de mon sweat sur mon crâne et évolue ainsi parmi une horde, imitant leur démarche.

Très vite ils entendront un bruit. Je pourrai alors reprendre en solitaire. Comment le sais-je ? Il me suffit de passer à proximité d’une maison. Une clochette, avec un crin de pêche me permets de l’actionner au rez-de-chaussée, attirant mes compagnons décédés à leurs activités. Je m’approche de l’église. Très peu le savent, mais Détroit à un large éventail de réseaux souterrains à proximités de lieux historiques : merci la prohibition et la contrebande pour la guerre d’indépendance. Qui irait fouiller les fondations d’un monument de dieu ?

Je passe sur le côté et arrive dans le cimetière. J’ouvre une crypte et rentre dedans. Un passage secret derrière une plaque commémorative pour Antoine de Lamothe Cadillac. Merci le fondateur de cette ville de m’offrir la sécurité d’un passage. Je progresse de quelques mètres et me retrouve bien assez-vite dans un entrepôt clandestin. Je ressors par une plaque située dans le clocher. Une porte plus tard et me voici prés de l’autel. Je me planque dans l’obscurité, sortant une nouvelle fois mon carnet pour y noter mon pseudo rapport. Je m’accorde quinze minutes d’attentes avant de faire demi-tour. Pas plus.

_________________

creepy uncle
avatar
Messages : 86
Points : 157
Date d'inscription : 16/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The man with the gun and a dog   Mer 7 Nov - 20:41










Wyatt était parti un peu en avant, histoire de servir d’éclaireur, mais restait visible, comme il en avait l’habitude. Mais il adoptait un comportement étrange. Il trottait d’un côté et de l’autre, reniflant l’air ambiant, tendant l’oreille, puis répétait le tout inlassablement. Il s’arrêta complètement même, et ne semblait pas vouloir avancer mais allait de droite et de gauche. D’instinct, John tira sa hachette. Wyatt était plutôt bon limier, et il parvenait à renifler tout intrus à bonne distance, mais cette fois il semblait douter.
John arriva bientôt à sa hauteur, et le chien ne se calmait pas. Il couinait même un peu, ce que John n’avait pas entendu avant, le vent portant les sons dans la direction opposée.

Le vent. C’était ça, le problème. Les deux compagnons étaient au vent, et Wyatt ne pouvait pas entendre ni flairer avec efficacité. Il avait peut-être perçu un son ou une odeur, ce qui avait pu l’alerter, mais il n’avait manifestement plus une trace de quoi que ce soit, et il cherchait.

Au bout de la rue, un mort apparut. Aussitôt, il tourna la tête vers eux, puis se dirigea dans leur direction. Ces trucs devaient avoir un odorat plus efficace que les vivants, et le vent leur servait certainement bien.
Mais ce mort n’était pas seul. Un autre le suivait de près, et un autre encore. John changea sa hachette de main pour saisir son revolver. Simple précaution. Elle ne serait pas forcément utile, sauf si…

Les trois cadavres avançaient lentement, comme toujours. Mais ils s’étaient rapprochés d’une vingtaine de mètres que d’autres firent leur apparition. Cette fois, c’était une douzaine d’un seul coup, aussitôt suivis par d’autres encore. John commença à reculer. Wyatt, lui, prit de l’avance sur le repli. Quand John perdit le fil des comptes, il savait déjà qu’il ne pourrait pas combattre. Il tourna donc les talons et suivit Wyatt, déjà à une cinquantaine de mètres.
En petite foulée, l’homme et le chien mettaient un peu de distance entre eux et la horde. Mais elle ne les lâcherait jamais, pas tant qu’autre chose ne viendrait pas détourner leur attention. Il fallait s’abriter, sortir de leur champs de vision, disparaître. Immédiatement, il pensa à l’église.

Retrouvant le bâtiment, John délaissa la porte d’entrée, qui s’annonçait trop résistante. Il contourna l’édifice pour trouver les fenêtres. Celles sur la façade Est ne s’ouvraient pas, et il faudrait casser une vitre pour entrer. John préférait continuer à chercher. Celles orientées Sud pouvaient être actionnées, mais chaque essai donna une conclusion nette : elles étaient fermées de l’intérieur. Il allait falloir en forcer une. John essaya de juger de l’état du bois des cadres, cherchant celui qui serait le plus fragile. Tous étaient semblables. Heureusement, c’étaient des fenêtres à guillotine, et l’on pouvait en voir la poignée, pile au milieu du bord inférieur. Peut-être qu’en usant de la hachette de façon appropriée…

Il fit signe au chien de monter la garde, regarda à l’intérieur s’il voyait du mouvement et il s’attaqua à son travail de sape. En quelques coups, de beaux morceaux de bois furent arrachés du bâti. La hachette se montrait efficace à cette tâche, et il ne fallut pas longtemps pour voir un moyen de forcer l’ouverture. Retournant son arme, John utilisa la pointe du talon pour accrocher le pêne et le faire bouger. Ce ne fut pas aisé, mais l’ouverture céda, et John pouvait lever le cadre mobile.
Il aida Wyatt à entrer, se glissa à son tour à l’intérieur et ferma derrière lui. Aussitôt, le chien commença son inspection de routine, mais John avait déjà repéré l’odeur pestilentielle commune à tous les cadavres. Il y en avait au moins un ici. Il faudrait être prudent.

Doucement, ils se mirent à visiter l’église.









_________________

John's Theme

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: The man with the gun and a dog   
 
The man with the gun and a dog
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Michigan State :: Zones non-nettoyées :: Eastpoint Highschool
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération