Vote au top-site, sauve une licorne !
In Your Flesh
Depuis l'été 2014, l'Apocalypse règne sur le territoire américain. Dans la région de Détroit, les survivants s'organisent seuls depuis des mois pour sauver leurs vies et résister aux rôdeurs. Quand, après trois ans sans nouvelles du gouvernement, l'armée revient à Détroit, un nouvel espoir semble possible pour les survivants. Mais à quel prix ?
Vote au top-site !
Nous sommes en Septembre/Octobre 2017
En ce moment sur IYF :

× [Mission RP]
• Participez à la troisième mission "Chasseurs de Primes" en aidant l'armée à arrêter un criminel.

× [Animations]
• Fête du 4 Juillet à Fort Hope ici !

× [Coup de pouce]
• Consultez les demandes de RP !

× [Autre]
• Venez découvrir Les conseils beauté du Pr. Lazare #5 sur le tumblr du forum !

Intrigue #5 : What lies ahead
Cohabitation

Après plusieurs mois de cohabitation entre civils et militaires, la tension monte au point de menacer la paix précaire autant au sein de Fort Hope qu'avec l'extérieur.

[Lire l'intrigue] [Jouer un soldat]

 Je suis... Papa?!
In Your Flesh :: Last pub before the end of the world :: Archives :: RPs

Charlie Milton
Carte d'identité
Messages : 68
Points : 108
Date d'inscription : 23/11/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Je suis... Papa?!   Mar 27 Nov - 17:11
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Capo c’est mon nom et râle c’est ce que je fais de mieux. Du coup quand j’entends la bleusaille courir dans le camp de Fort Hope en criant « Capo Râle » sur tous les toits, j’ai envie de le suivre en hurlant « Alerte au spoiler ! » Bah quoi… Ils le sauront bien assez tôt que je râle… Mais sauf que pour suivre quelqu’un qui se dirige vers moi, ce n’est franchement pas évident. Du coup j’abandonne l’idée. Le seconde classe s’arrête vers moi et reprend son souffle en me disant qu’un supérieur veut me voir dans la rue principale. Je fais un signe de tête en lâchant « Très bien… Finissez ma ronde, soldat ! Je pars en mission prioritaire ! » Je tapote son épaule et m’avance d’un bon pas vers le point de rencontre.

J’arrive au niveau du sergent et me mets au garde-à-vous « Au rapport Sergent ! - Marston, vous tombez bien ! Tenez ! Vous êtes papa ! » dit-il en me plaçant un bébé dans les bras, me forçant à laisser mon fusil pendouiller au bout de la sangle. J’avise le bébé sans prêter attention la femme à la capuche verte à côté. « Euh… Sauf votre respect, mon sergent, mais je ne crois pas que ça soit possible… ça fait au moins cinq ans que je n’ai pas touché à une… - Si je vous dis que vous êtes papa, c’est que vous l’êtes ! Et je n’ai pas besoin de dire que vous êtes une buse pour que ça soit le cas. » C’est toujours ça de gagné : au moins lui, il est d’accord pour dire que je ne suis pas une buse… Puis p’tete bien qu’il a raison… J’avais cinq doigts à chaque mains, moi aussi, quand j’étais petit. Oh… Mon enfant… On a tant d’année à rattraper ensemble ! Bienvenue dans la famille, Clarence Junior !

« … Marston, vous êtes pas assez stupide pour croire que vous êtes vraiment papa, si ?! » Son regard en dit long. De toute évidence, je n’ai pas capté l’ironie qu’il a utilisé… Eh ! S’il fait du second degré, comment veut-il que je le sache ?! J’suis pas un foutu thermomètre ! « Cette gentille demoiselle est rentrée dans le camp et l’incapable qui s’est occupé de l’entrée n’a pas été foutu de respecter le protocole de base. J’ai accepté de tenir son enfant pour lui soulager un peu les bras, mais vous allez vous rattraper ! Et vous allez lui demander les informations de base tout en lui témoignant tout le respect qu’on lui doit et illico ! - Euh… Sergent ? Quand vous dites ça, c’est encore de l’ironie ? Non parce que si c’est le cas, j’ai pas vraiment envie de tabasser une civile… - Ce n’était pas de l’ironie, triple andouille de bon à rien ! Rah… Occupez-vous d’elle ! Je dois filer faire un rapport à mon supérieur ! Et pas de débordements, sinon je le saurais vite, Marston ! »

Avant que je n’aie le temps de dire quoique ce soit, le sergent s’en va comme un courant d’air, me laissant seule avec Robin des bois doublé de Pocahontas et son chiard. « Euh… Donc du coup bonjour. Je suis le Caporal Marston, chargé de vous autoriser à entrer dans le camp de Fort Hope et… Ouai désolé, vous êtes déjà entrée techniquement mais c’est le protocole, j’y peux rien… Donc… Veuillez décliner votre identité, âge, sexe, numéro de sécurité sociale et vos men… Euh… Pardon… ça c’était une blague d’un collègue. »
Deena Cornwell
Carte d'identité
Messages : 140
Points : 472
Date d'inscription : 31/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Je suis... Papa?!   Mer 28 Nov - 22:37

Deena avait de plus en plus de mal a rester dans son personnage tant elle était agacée. Elle pensait en avoir fini avec ses bêtises d’interrogatoires ridicules. Elle avait épuisé tous ceux qui avaient essayé de lui parler garce aux techniques apprise auprès de Declan. C’était un peu grâce à lui, d’une certaine façon, qu’elle avait réussi à leur couper l’envie de l’importuner avec leur compagnie. Du moins, c’est ce qu’elle pensait jusqu’à ce moment où, par bêtise, par excès de zèle ou pas envie de se servir d’elle pour bizuter des bleus, le nouveau chefaillon du coin semblait décidé à remettre le couvert avec la criminelle. Devoir, à nouveau, faire face à de belle brochette de gagnants en treillis radotant leur question ne lui donnait absolument pas envie de garder le sourire de Debby la Débile. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pu tuer et ses nerfs étaient prêts a craquer. Sans savoir qu’elle partageait ce petit travers avec son père, elle se mit a penser très fort a des petits chats morts pour réussir a ne pas égorger l’homme qui, sous une galanterie qui n’avait aucune valeur à ses yeux, lui demandait de lui confier Nayati. A part son père, les personnes en qui elle faisait le moins confiance était bel et bien les forces de l’ordre. Et encore, le Renard, lui, assumait de faire du mal aux gens, ce qui n’était pas le cas de l’homme qui lui pris l’enfant comme si c’était un ballot de linge sale pour aller fanfaronner devant un de ses collègues. Ce sosie miniature de son petit frère était devenu la prunelle de ses yeux et elle se rendait compte qu’elle avait un instinct de tigresse dès qu’elle le sentait menacé. Ces idiots n’avaient pas l’envergue de faire sciemment du mal a tout petit bébé, ils étaient trop loyal con pour cela, mais elle sentait tellement bien le « oups, il est tombé » poindre. Autant dire que de les voir se refiler son bébé comme si c’était un jouet l’obligeait a se mordre la joue pour ne pas leur sauter à la gorge. Le brun qui le regardait comme si c’était le sien l’inquiétait encore plus que le plus vieux qui venait de partir en les laissant seuls. Une envie de tuer la titillait et elle ne quittait pas des yeux le bambin, angoissant de ne pas le récupérer entier.

Elle écoutât le type lui débiter un discours de fin de soirée pintes a petit prix dans l’unique pub d’un bled paumé. Elle n’y avait jamais été mais elle eut une image du trou cul du monde de la Belgique où ce type se serait senti comme un poisson dans l’eau avec tous les gros lourds avinés du coin. Ses questions étaient d’autant plus idiotes qu’elle était déjà dans Fort Hope, qu’elle avait plus l’impression qu’ils kidnappaient les gens avant qu’ils n’aient envie de venir et que la plupart avaient des réponses évidentes. Elle prit une discrète respiration pour répondre avec un enthousiasme débordant surjouée : « Mince je pensais que j’étais déjà admise » et avoir déjà épuisé tous les militaires présents. Elle soupira « J’ai l’impression que ça va être comme à mon BEPC, on m’a dit que je l’avais mais en fait c’était une blague et j’aurai pris le temps de lire j’aurais vu qu’en fait non. » Elle était sur que celui-ci n’allait pas faire long feu, mais avant elle avait besoin de récupéré Nayati. « Je peux reprendre mon bébé ?» Elle était partie pour le Debby Show et c’est presque d’une traite avec le ton d’une commère aussi intelligente qu’une huitre cuite qu’elle débuta sa tirade inspirée d’un archer incapable de se taire : « Il a la courante depuis ce matin, c’est une vraie bombe odorante si vous voyez ce que je veux dire. Sans couche en plus, c’est risqué de le garder. Ce matin il a déjà repeint une tente, enfin quand je dis tente, je me comprends, ici j’ai l’impression que tous les hommes sont plus femmes que des femmes. C’est étranges vous ne pensez pas ? Si mon mari était encore en vie il serait outré. Moi ca m’amuse plus qu’autre chose. Vous n’êtes pas homosuellophobes au moins ? Suis-je bête, l’hymne de l’armée c’est bien « in the Navy » que l’on chante aussi dans les manifestations gaies ? Celles avec les arcs en ciel partout ! Dites-moi ca a un rapport avec YMCA l’armée ? Vous avez des indiens dedans ? Ca m’a toujours fascinée les indiens. Et les cowboys aussi. On vous a déjà dit que vous ressemblez à un cowboy, je vous aurais bien vu dans un film de far ouest ! Je suis sûre que vous portez très bien le chapeau ? Je me trompe ? Au fait, je m’appelle Debbie et vous ? c’est grave si j’ai oublié mon numéro de sécurité sociale ? J’utilisais plus celui de mon téléphone et lui non plus je l’ai jamais retenue sans pense bête. Pour vous répondre, je crois que depuis l’accouchement je n’ai plus aucun doute d’être une femme. » Elle ria d’elle-même en se forçant a faire un rire gras et rauque de cagole en chasse. Elle ne lui laissa pas le temps d’en placer une. « J’ai oublié les autres questions, vous savez, avec le bébé, les nuits sont courtes. Toute seule ce n’est pas facile. Vous avez des enfants Monsieur Caporal ? Avec votre humour et votre charme, je suis sûr que vous avez égrainer a tous les coins de rue ! D’ailleurs, je ne me souviens plus trop pourquoi je suis ici ? Je peux y aller ?»


HRP:
 

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
These guys are my goldenfishs
Charlie Milton
Carte d'identité
Messages : 68
Points : 108
Date d'inscription : 23/11/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Je suis... Papa?!   Jeu 29 Nov - 22:31


Euh… Un BEPC ? Elle veut dire un bec ? Comme les oiseaux ? Je me penche pour le côté pour vérifier qu’elle n’ait pas de plumes cachées derrière elle, lorsqu’elle me demande son enfant. Je regarde le bébé dans mes bras. Mon cœur se déchire : je m’y suis attaché à ce petit bout. « Il est si… Mignon… J’aurai droit de venir le voir de temps en temps ? » dis-je en lui rendant à contre-cœur. Mais elle me donne toutes les raisons de croire que j’ai bien fait de lui rendre : le gamin a une bombe dedans lui ! Je fais les gros yeux et dit « Merde ! C’est de naissance ? Qui serait assez fou pour lui mettre une bombe dedans un bébé aussi mignon ?! Et… Il peut exploser plusieurs fois ? Mon Dieu ! Mais c’est horrible ! Je… Je vais faire venir le démineur si vous voulez ! » dis-je déjà à l’affut d’Ariel, ignorant le restant de son discours que je n’écoute que d’une oreille.

Elle revient sur les questions ce qui m’aide à me recentrer sur ma mission du moment, même si elle semble vouloir s’attarder sur mon charme naturel « Vous savez, m’dame, on a pas le temps pour ça, dans l’armée ! Je suis avant-tout marié à mon devoir… Mais je suis désolé, je me dois de vous retenir. Savez c’que c’est, pas vrai ? Vous n’en faites pas, vous êtes bien admise. De toute façon on déporte… Euh… On déplace tous les civils soit ici, soit dans une arène à la gnocchis… Il paraît qu’ils ont un archer vert qui se prend pour Robin des Buissons ! Quelle bande de pécore… » Je me racle la gorge et tire un petit carnet de ma poche.

« Vous en faîtes pas, ça ne sera pas long. On tient juste à recenser les gens vivants ici parce que… je n’en sais rien, mais c’est la procédure. Et du coup, en cas de décès, c’est quand même beaucoup plus pratique pour savoir quoi mettre sur la tombe. Donc on va reprendre en douceur, d’accord ? Euh… Venez, suivez-moi, on va s’installer à l’abri du vent… Faudrait pas que ce mignon petit bébé attrape froid ! » Dis-je en faisant des guilis sur le ventre du petit bout.

Je fais signe à la jeune femme de la direction à suivre : le lieu de vie commune c’est parfait ! En prime, il y a des chaises là-haut. « Sans rire, le lieutenant m’a foutu un sacré frousse tout à l’heure… J’ai cru que mon ex m’avait retrouvait et voulait me réclamer les pensions en retard. Ce n’est pas que ça me fasse, mais depuis la fin du monde, on touche plus grand-chose en solde chaque mois. » l’informais-je tout en m’avançant vers notre objectif.


_________________



It's hell to where you go

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Charlie


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Deena Cornwell
Carte d'identité
Messages : 140
Points : 472
Date d'inscription : 31/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Je suis... Papa?!   Mar 18 Déc - 20:52
Deena se croyait, des plus naïvement, rodée à la bêtise humaine avec son époux. Declan était beau, c’était indéniable, et peut être que sans le son, elle se serait laisser aller à prendre un peu de bon temps avec celui qui la prenait pour sa légitime épouse. Hélas pour lui, sa bouche était plus prolifique qu’un geyser quand il s’agissait de lâcher des conneries. Elle pensait qu’il était le maitre dans sa catégorie, et pourtant, en l’espace de quelques minutes, cet homme brun lui avait permis de découvrir que Declan avait été détrôné. Pire, elle commençait à relativiser sa bêtise au regard de ce militaire. Mais pourquoi ne fuyait il pas ? Avec effarement, Deena comprit, un peu tard, que sa supercherie était en train de se retourner violement contre elle quand il lui proposa, non pas de la laisser en plan pour aller à son cours de tricot sur poney piscine, mais plutôt de l’inviter a poursuivre cette conversation dans un endroit plus approprier. Elle eut toutes les peines du monde à garder son sourire tout au long de ces palabres tant elle ne savait plus sur quel pied danser. Sans le savoir, elle était aussi perplexe que son père devant Dean en se demandant si l’homme était un génie qui se jouait d’elle ou un crétin irrécupérable. Il n’y avait rien de pire que cette incertitude. Dans le doute elle essaya de rire en espérant que c’était bien de l’humour concernant sa crainte d’avoir une pension alimentaire. « Cela fait longtemps que vous avez vu votre ex? Vous avez des raisons de penser que vous pourriez être papa? Si vous me déportez ici, ne pensez vous pas que le travail est déjà fait? Après je veux bien aller voir Robin des Buissons à l’arène aussi. » Une fois de plus, a cette phrase, elle s’étonna de penser à Declan et sa mémoire de poisson rouge qui ne serait même pas capable de comprendre l'allusion au héro des livres pour enfants. C’était déjà assez agaçant d’avoir un mari mais si, en plus, elle devait tout le temps pensez a lui, cela allait devenir très incommodant. Elle prit un souffle avant de reprendre sa tirade de Debby : « Vous trouvez qu’il fait si frais dehors ? moi je trouve qu’il fait beau pour la saison, même si, depuis la fin du monde, il n’y a plus vraiment de saison. Quelque part sans calendrier, c’est souvent compliquer de savoir s’il fait vraiment le temps qu’il devrait faire pour la date. Vous ne trouvez pas, d’ailleurs, que l’on parle beaucoup de météo en ce moment ? A croire que c’est l’angoisse du temps qui passe qui nous fait tant parler du temps qu’il fait. En attentant, de quoi avez-vous besoin pour finir votre recensement ? Ça ne risque pas de fausser vos chiffres si je suis recensée plusieurs fois ? »

HRP:
 

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
These guys are my goldenfishs
Contenu sponsorisé
Carte d'identité

MessageSujet: Re: Je suis... Papa?!   

 Je suis... Papa?!
In Your Flesh :: Last pub before the end of the world :: Archives :: RPs

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Vous allez poster avec

Outils de modération