Vote au top-site, sauve une licorne !
In Your Flesh
Depuis l'été 2014, l'Apocalypse règne sur le territoire américain. Dans la région de Détroit, les survivants s'organisent seuls depuis des mois pour sauver leurs vies et résister aux rôdeurs. Quand, après trois ans sans nouvelles du gouvernement, l'armée revient à Détroit, un nouvel espoir semble possible pour les survivants. Mais à quel prix ?
Vote au top-site !
Nous sommes en Novembre/Décembre 2017
En ce moment sur IYF :

× [Intrigue 5.2]
RP commun en cours

× [Animation #10]
La Coupe des 4 Maisons, jeu de course et RP multivers

Intrigue #5 : What lies ahead
Moment de vérité

Après plusieurs mois de cohabitation entre civils et militaires, la tension monte au point de menacer la paix précaire autant au sein de Fort Hope qu'avec l'extérieur.

[Lire l'intrigue] [Jouer un soldat]

 Nothing burns like the cold [Libre]
In Your Flesh :: Last pub before the end of the world :: Archives :: RPs

Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
Logan Carter
Carte d'identité
Occupation actuelle : Leader de Fort Hope
Messages : 6839
Points : 6909
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

Nothing burns like the cold [Libre] Empty
MessageSujet: Nothing burns like the cold [Libre]   Nothing burns like the cold [Libre] EmptySam 23 Jan - 7:44
Nothing burns like the cold
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

When the days are cold
And the cards all fold
And the saints we see
Are all made of gold

On ne sait pas ce que veut dire avoir faim avant d'avoir connu des semaines sur la route sans rien d'autre à se mettre sous la dent que quelques miettes glanées ici et là. Logan l'avait appris en essayant de faire la route entre Addison et Détroit, qui autrefois ne prenait pourtant que dix heures mais qui maintenant lui avait coûté des semaines à errer pour se faire un chemin. Mais ce qu'il avait appris surtout, pire que la faim, pire que la solitude et le danger constant, c'était la douleur de supporter le froid. Ayant toujours vécu dans le nord du pays, l'homme pensait pourtant s'être habitué depuis longtemps aux longues nuits d'hiver et aux journées enneigées. Mais c'était à une époque où il n'était pas difficile de trouver un radiateur et des couvertures bien chaudes. Une époque révolue, malheureusement.

Déjà que parvenir jusqu'à Détroit n'avait pas été chose facile, ce qu'il y avait trouvé n'arrangeait rien. Ayant quitté assez rapidement Burlington, Logan n'avait pas eu l'occasion de souffrir de la surpopulation de rôdeurs dans les grandes villes. Mais s'il se doutait que ce serait chose commune, ça avait été tout de même impressionnant de voir les centaines de rôdeurs aux abords de Détroit lorsqu'il était enfin parvenu jusqu'à la cité. Impressionnant et décourageant, surtout. Impossible d'y mettre les pieds et d'en sortir vivant. Difficile d'abandonner l'idée d'essayer quand même, parce que sa fille, la seule personne pour qui il s’inquiétait vraiment, s'était forcément trouvée là à un moment pendant cette épidémie. Et il ne pouvait pas aller voir si elle y était encore. Si elle vivait toujours ou si elle avait rejoint les rangs des mordeurs...

Et puis le froid le fatiguait, le rendait moins alerte. Alors, l'homme s'était finalement décidé à abandonner sa voiture dans un endroit protégé pour chercher un lieu où se reposer et peut-être même s'installer quelques temps. Tout le reste de l'hiver, peut-être, vu comme c'était parti.... Il n'allait certainement pas partir comme ça, sans avoir fait son maximum pour s'assurer qu'Eulalie serait en sécurité, bien vivante et de préférence à ses côtés.

Alors, résistant encore un peu, l'homme était parvenu jusqu'à une maison vide et s'était emparé de toutes les couvertures qu'il avait trouvé, avant de filer se cacher dans le grenier pour s'enrouler sous les épaisseurs. Le mieux aurait été de dormir un peu, histoire de reprendre des forces et à défaut de pouvoir manger. Mais, son revolver Ruger serré contre sa poitrine, Logan était bien incapable de trouver le sommeil. Aucun grognement ou grattement significatif à l'horizon, mais la peur que cette quiétude ne dure pas, elle, était bien présente. Et le froid qui lui rongeait les os malgré plusieurs épaisseurs de couvertures sur les épaules... Comment allait-il passer l'hiver dans ces circonstances ? C'était une question à laquelle il devrait trouver une réponse dès le lendemain. Mais pour l'heure, la nuit profonde le retenait à l'intérieur et l'obligeait à rester bien sagement caché.

La montre encore fonctionnelle indiquait 2h quand Logan parvint enfin à se laisser doucement glisser dans le sommeil. Il ne s'était même pas rendu compte qu'il s'endormait, ce qui rendit le réveil encore plus fracassant. Ça et le grabuge qu'on entendait en bas. Dans un sursaut, l'homme reprit conscience après quelques heures de repos. Il resserra sa prise sur la crosse de son revolver et tendit l'oreille. Malgré l'absence de grognement, il n'aurait pas juré que les bruits qu'il entendait ne venaient pas d'un rôdeur. Devait-il descendre pour voir ?

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

IYF Awards #3:
 
InvitéInvité
Anonymous
Carte d'identité

Nothing burns like the cold [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Nothing burns like the cold [Libre]   Nothing burns like the cold [Libre] EmptyMar 26 Jan - 4:30
L’hiver, c’était une invention de Satan pour vous faire envier l’Enfer, c’était la seule raison possible. Genre, pourquoi il devait faire aussi froid? Non, être près de l’eau n’était pas une excuse valable ni acceptable, Punta Cana, il y avait de l’eau et c’était chaud! Oui bon d’accord, il n’était pas con, mais il avait froid. Il avait faim et il en avait marre. Le pire, c’est qu’il en avait bien le droit hein! Alors ouais, chercher de la bouffe était une priorité. En ce moment, ça pouvait bien être Poulet, homme, femme qu’il ne ferait pas la fine bouche. Il voulait juste rentrer chez lui, mais pour ça… il n’aurait pas dû manquer d’essence aussi lui.

Je vous entends déjà vous marrez! Mais non, ce n’était pas de sa faute à lui! Il avait dû faire un détour plus long que prévu et un rôdeur c’était sauvagement jeté sous ses roues, du coup il avait abimé la voiture. Genre, tout pour l’énerver. En plus, pourquoi il n’y avait personne de présent pour le réchauffer quand il en avait besoin hein? Bon d’accord… en ce moment, cette dite personne serait surement attaché à un arbre à regarder sa jambe cuire, mais ça… c’était un putain de détail! Non en fait, il aurait surement cuit son bras… comme ça il aurait pu faire marcher la personne en mode frigo ambulant. Ouais, ça aurait été parfait, mais bon. Il n’y avait pas âme qui vive. Les rôdeurs ça comptaient pas, c’était comme les roux, pas d’âme.

Donc ouais, résumons, froid, froid, faim, froid, faim, faim, froid et limite, une sieste ne l’aurait pas tué. Parce qu’il fallait le comprendre, il faisait nuit noir depuis trop longtemps pour qu’il puisse se dire en sécurité et après avoir enfin rencontré des maisons, il espéra tomber sur la bonne. Il n’avait pas envie de se faire charcuter, ni même bouffer et il faisait noir, alors aussi bien chercher une maison calme pour la nuit. Il resserra son manteau pas tout à fait assez chaud à son goût près de sa gorge pour couper le froid, couteau en main pour entrer dans une maison. Déjà, le froid restait, mais un peu moins. Juste un peu. Il voulait se nourrir et se réchauffer, mais la cuisine était désespérante. Non, sérieusement, il n’y avait rien de bien. De la vaisselle sale, laissé à l’abandon, mais pas vraiment de nourriture. Il avait fini par balancer une tasse contre le mur pour passer son mécontentement. Ouais, ouais, il fallait être silencieux, tout ça, mais sur le coup, il avait juste eu envie de briser un truc. Ce n’était pas la mer à boire non plus. Bon, s’il n’arrivait pas à manger, il allait au moins se réchauffer!


Il allait foutre le feu à la baraque, c’était la seule option. Qu’elle maison n’avait aucune couverture à porter! Non, sérieusement, des imbéciles étaient déjà passé et avait tout prit! Il allait tuer quelqu’un, voilà. En fait, plus il en avait marre et plus l’idée de mettre le feu à cette maison et aller dormir dans l’autre semblait une bonne idée. Parce que bon, on est d’accord… une maison qui brûle ça produisait de la chaleur? Bon d’accord, ça attirait des Z, mais… il était désespéré… ou il avait seulement envie de briser des trucs, c’était à voir.
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
Logan Carter
Carte d'identité
Occupation actuelle : Leader de Fort Hope
Messages : 6839
Points : 6909
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

Nothing burns like the cold [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Nothing burns like the cold [Libre]   Nothing burns like the cold [Libre] EmptyJeu 28 Jan - 3:10
Nothing burns like the cold
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Un seul son isolé était déjà surprenant et potentiellement dangereux vu le monde dans lequel ils vivaient. Mais là, c'était bien plus qu'un son isolé. Logan se releva très lentement, abandonnant les couvertures derrière lui. Le froid ambiant lui glaça immédiatement les os et il frissonna littéralement, mais il ne s'en inquiéta pas outre mesure et s'approcha plutôt de la trappe qui menait aux étages inférieurs pour s'agenouiller devant et tendre l'oreille.

A travers le bois, les sons filtraient difficilement, pourtant l'homme parvenait à entendre un lointain raffut. Il haussa les sourcils quand il réalisa que ça ressemblait à de la vaisselle qui se brise. Après être entré dans la maison abandonnée et s'être assuré qu'elle était « propre », Logan avait bien refermé la porte derrière lui. Et il s'était même assuré qu'elle tenait correctement. Il aurait fallu bien plus que de simplement la pousser pour l'ouvrir. Il fallait actionner la poignée, ça il en était certain, mais ça lui semblait peu probable qu'un rôdeur soit capable d'une telle action. Ces bestioles ne pensaient qu'à se nourrir, jamais l'homme n'avait observé un quelconque comportement relevant d'un intellect suffisamment développer pour pousser la poignée d'une porte. Il y avait donc de très grandes chances que ce qui faisait tout ce bazar soit un humain...

Logan se releva le temps d'aller chercher son couteau de chasse resté près du tas de couvertures. Puis, il retourna près de la trappe qu'il ouvrit avec toutes les précautions du monde, essayant de faire le moins de bruit possible. Vivant ou mort, il valait toujours mieux éviter d'attirer l'attention de celui qui venait de prendre ses quartiers au rez-de-chaussé. Une fois la trappe ouverte, il fit glisser lentement l'échelle jusqu'à ce qu'elle touche le sol tout en douceur. Et il descendit les échelons un par un pour retrouver la terre ferme. Logan traversa le couloir du premier étage pour descendre les escaliers. L'une des marches craqua alors qu'il était presque arrivé en bas. Il se stoppa net et attendit quelques secondes, mais l'autre ne semblait pas avoir entendu, toujours occupé à farfouiller et faire tomber des objets un peu partout.

L'homme traversa le couloir en direction des bruits et arriva jusque devant la porte de la cuisine. Et comme il s'y était attendu, la personne à l'intérieur de cette pièce semblait bien vivante. Logan rangea son revolver à sa place habituelle dans sa ceinture. L'homme qui lui tournait le dos n'était pas armé et trop affairé à faire on ne savait quoi pour remarquer la présence de celui qui était derrière lui. Alors le géant, qui n'était décidément pas dans un bon jour, en profita pour avancer de quelques pas dans la pièce et se glisser derrière l'intrus. Quand il fut suffisamment proche, Logan bouscula assez durement l'autre pour le plaquer contre le plan de travail et l'attrapa par la gorge.

« Qu'est-ce que tu fous là ? » demanda-t-il de sa plus belle voix agressive.

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

IYF Awards #3:
 
InvitéInvité
Anonymous
Carte d'identité

Nothing burns like the cold [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Nothing burns like the cold [Libre]   Nothing burns like the cold [Libre] EmptyJeu 28 Jan - 3:49
Ouais, Oliver faisait quand même pas mal de bruit, mais pas assez pour que les Z de l’extérieur l’entendent. Pour le moment, il en avait juste marre de ne rien trouver. Non sérieusement, il ne trouvait absolument rien d’utile et rajouter la fatigue et l’irritabilité naturelle de notre beau gosse et on avait une bombe à retardement dans les mains. Pour sa défense, il était mignon au moins. Il avait peut-être un peu fracassé une tasse, mais sinon tout allait bien! Heureusement pour son humeur, la chance lui avait finalement sourit. Il avait trouvé du jus en poudre. Le sucre, c’était bon pour ses hormones, nah je déconne, mais quand l’eau venait à gouter dégueulasse, la poudre c’était génial et ça ne périssait pas. Il l’avait rangé dans son sac avant de continué de farfouillé au même rythme, de toute façon, il ne pourrait surement pas dormir dans cette maison à moins qu’il arrache les rideaux pour s’en faire des couvertures de fortune, parce que les imbéciles possédaient des rideaux, mais pas de couvertures ou de plaid de surplus. Parce que bon, il était clair que quelqu’un était passé avant lui, mais l’image d’un mec ramassant que des couettes avant de se sauver… c’était bizarre quand même.

Sauf qu’il y eu un pépin. Un gros. Genre… 1m95, 100kg? Qui le saisissait à la gorge. Lui demandant ce qu’il foutait là. Sérieusement? C’était une vraie question? Il avait été plaqué contre le comptoir, ne sentant que le corps et la musculature de l’autre pour émettre ses hypothèses, mais il avait de la chance de savoir ce battre un minimum.

-J’envoie un télégramme chanté tu vois pas?

Genre à question conne, réponse identique. Il n’allait quand même pas… bon peut-être que si. L’autre l’avait saisi à la gorge avec ses mains et non avec un couteau, alors choix un : il n’en avait pas. Choix deux : il n’était pas un tueur, mais Oliver l’était. Alors, rapidement il lui balança un coup de tête, il espérait heurter le nez ou les dents (putain, j’ai imaginé Logan avec une dent en moins, sur le devant, en mode sexy là… ou pas ). Il voulait juste le sonner un peu tout en  serrant son poing droit dans sa main gauche, rabattant avec toute sa force son coude dans le thorax de son nouvel ami. Il ne comptait pas s’en laisser imposer par le mastodonte bien longtemps, alors il avait tenté de saisir un truc sur le comptoir, lui balançant rapidement une jare à biscuit vide par la tête, ne sachant pas si elle allait atteindre sa cible.

-Désolé, t’es mignon, mais… j’aime pas trop l’intimité que tu nous imposes, tout ça. Je ne mange pas de ce pain-là.

Et il cherchait à s’éloigner de la brute épaisse en position défensive. Ouais bon, l’autre allait répliquer plus vite qu’il ne l’aurait cru, mais ça… c’est des choses qui arrivent. Au moins, il l’avait sonné un petit peu, c’était déjà ça de bien.
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
Logan Carter
Carte d'identité
Occupation actuelle : Leader de Fort Hope
Messages : 6839
Points : 6909
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

Nothing burns like the cold [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Nothing burns like the cold [Libre]   Nothing burns like the cold [Libre] EmptyDim 31 Jan - 23:12
Nothing burns like the cold
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Logan resserra son emprise autour de la gorge de sa victime quand celle-ci se décida à lui répondre. Il voulait jouer au petit malin alors ? Logan n'avait pas peur de ce mec minuscule, même s'il savait se battre et se servir d'une arme, face à l'imposante stature de son adversaire, il n'arriverait pas à grand chose.

Il suffit que cette pensée traverse l’esprit du colosse pour qu'il la regrette immédiatement. L'autre venait de lui balancer un coup de tête qui fit reculer Logan de quelques pas et inonda son visage de sang. Il fut suivi par un coup de coude dans la poitrine qui obligea Logan a lâcher définitivement sa prise. Il recula encore, plus violemment cette fois, et vint percuter la table de cuisine derrière lui. Il se redressa en prenant appui sur la table et essuya son visage d'une main, essayant de faire disparaître un peu du sang qui s'écoulait de son nez abîmé.

A peine Logan eut-il le temps de se remettre de ses émotions que l'autre répliquait à nouveau en lui balançant un objet au visage. L'homme l'évita de justesse. Là, ça commençait à bien faire. Il n'était déjà pas de très bon poil en descendant les escaliers, mais si en plus l'autre se décidait à lui prendre le chou... Logan se redressa et parcourut les quelques pas qui le séparaient du jeune homme, abattant son poing en plein milieu de son joli visage d'ange.

Étrangement, cela lui fit un bien fou. Les six mois de frustration et de tensions depuis l'apparition des rôdeurs lui revenaient en pleine face. Ce n'était pas très juste pour l'autre qui, au fond, ne lui avait rien fait ou plutôt ne lui aurait rien fait s'il ne s'était pas jeté sur lui comme ça. Mais tant pis,Logan avait besoin d'évacuer un peu la tension et rien de mieux qu'une bonne bagarre pour ça.

« Et ce pain là, tu le manges ? »

Il gratifia son adversaire de deux coups bien sentis pour remettre les compteurs à zéro et se recula de nouveau pour reprendre son souffle. Il avait bien envie de lui sortir une autre petite réplique bien cinglante, lui aussi, mais son imagination et sa répartie étaient aux abonnés absents pour le moment.  A vrai dire, Logan n'avait jamais vraiment été connu pour ses traits d'esprit. Il voulait seulement frapper un bon coup.

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

IYF Awards #3:
 
InvitéInvité
Anonymous
Carte d'identité

Nothing burns like the cold [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Nothing burns like the cold [Libre]   Nothing burns like the cold [Libre] EmptyLun 15 Fév - 2:56
Oliver était dans la merde, vraiment. Il y avait ce mec baraqué qui tentait un peu de le tuer sans aucune putain de raison. Peut-être qu’il était cannibale lui aussi et qu’il comptait faire d’Oliver son petit-déjeuner du champion. Bref, Oliver n’allait pas se laisser tuer aussi facilement, ce n’était pas le genre de la maison. Alors, il c’était défendu. D’abord, un coup de tête bien senti. Il avait senti la satisfaction gonflé en lui en entendant le craquement de l’os du nez. Dommage pour le colosse. Sauf que déjà, Oliver balançait un coup de coude dans la poitrine de son assaillant, ça va, respirer c’était pour les faibles. Il lui avait ensuite balancé un objet avant de se décider à réattaquer, sauf que l’autre fut plus rapide sur ce coup. Il avait tenté d’esquiver le coup, mais il senti sa mâchoire le réceptionner de plein fouet. L’autre rajoutait une question totalement inutile, Oliver cracha du sang, s’essuyant la lèvre inférieur aux passages, rajoutant avec hargne :

-Je m’en serais passé aussi.

Avant de se remanger deux coups, il avait légèrement reculer pour reprendre son souffle et c’est là qu’Oliver attaqua. D’abord pour le plaquer solidement contre le comptoir, espérant que ce dernier cognerait durement la colonne du colosse. Ensuite, coup de poing dans le ventre, mais le monsieur était musclé du coup… Oliver eu mal surement autant que lui, mais il avait l’habitude. La proximité lui permit un coup de genou bien senti dans la masculinité de ce dernier. Non, il ne jouait pas franc-jeu. Oliver voyait rouge, il comptait bien lui éclater la tête contre un mur jusqu’à sentir sa boite crânienne se déformer sous chaque percussion. Il comptait bien savourer chaque craquement d’os qui se brise, de plaque qui se heurte, mais pour ça, fallait le faire plier. Alors, il le rua de coup, il savait qu’il allait en recevoir tout autant, mais il ne pensait pas à ça. Il voulait juste voir cet abrutit bel et bien mort.

-Je voulais juste de la putain de bouffe, ta faute.

Entre deux coups, une accusation siffla entre ses lèvres. Il n’était pas du genre à se battre. Il était du genre à tirer dans le dos d’une cible, l’assommer, la dépecer vivante. Il était du genre à l’attirer dans un piège, la charmer. Il n’était pas le genre brutal, froid, violent. Pas comme ça. Sauf qu’il fallait souligner une chose importante, sous leurs coups, trop nombreux, la pièce se réchauffait tranquillement. Parce qu’une bonne bagarre, ça générait quand même de la chaleur, heureusement pour nos deux combattants. Le seul problème, c’est qu’Oliver ne réfléchissait plus, alors non, il ne pensait pas aux bruits qu’ils faisaient. Encore moins de se dire que ça pourrait attirer la mort. Parce que la mort, elle attendait déjà l’un des deux aux détours de la finalité de ce combat. Il en était certain. Ce ne serait pas son premier meurtre, serait-ce le cas pour lui?

Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
Logan Carter
Carte d'identité
Occupation actuelle : Leader de Fort Hope
Messages : 6839
Points : 6909
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

Nothing burns like the cold [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Nothing burns like the cold [Libre]   Nothing burns like the cold [Libre] EmptyMer 9 Mar - 17:01
Nothing burns like the cold
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ce mec n'était pas très grand et certainement pas d'une carrure aussi impressionnante que Logan, mais il semblait déterminé à se battre et il avait du répondant. Logan commençait à se dire qu'il avait fait le mauvais choix en s'attaquant ainsi à l'inconnu qui lui rendait coup sur coup. Le sang s'échappait encore de son nez et il avait un mal fou à faire reculer l'autre. La fuite aurait été la meilleure solution, avant qu'ils ne doivent s’entre-tuer pour en finir. Car si l'homme était d'une humeur particulièrement bougonne et qu'il appréciait de taper un peu sur quelqu'un pour se calmer, il ne voulait pas mourir ici et maintenant, pas après tout ce temps à essayer d'atteindre Détroit. Mais la hache de guerre n'était pas prête d'être enterrée.

Logan se battait avec acharnement lui aussi. Il encaissait difficilement certains coups mais s'arrangeait pour toujours rendre la pareil au jeune homme. Quand un genou vint s'écraser entre ses jambes, cependant, il resta sonné un moment, ne pouvant plus se défendre. Ce n'était pas très fair-play de la part de son adversaire d'agir ainsi, mais lui non plus ne l'avait pas été en attaquant par surprise.

Quand le calme fut revenu dans l'esprit de Logan, et malgré les coups qu'il recevait toujours, il s'élança contre l'autre et inversa la situation en le plaquant à son tour contre le lavabo derrière eux. Une main autour de la gorge de l'autre, il serrait, serrait, voyant le rouge monter aux joues de son adversaire. Ça n'aurait pas été difficile de simplement rester comme ça jusqu'à ce que l'autre ne puisse plus du tout respirer. Au contraire, c'était même très facile et très tentant. Et surtout, s'il le laissait filer, rien n'assurait à Logan qu'il pourrait partir d'ici un jour. Oui, il aurait pu le tuer et tout aurait été réglé. Mais Logan n'était pas ce genre de personne et malgré la tentation et l'étrange sentiment de puissance qu'il ressentait en tenant entre ses mains la vie de cet inconnu, il ne pouvait se résoudre à la devenir. Il se contenta d'observer l'homme un moment, dans le silence le plus complet, voyant le souffle de sa victime devenir de plus en plus difficile et il le relâcha finalement.

Il n'avait pas l'intention de s'excuser. Il essuya son visage du revers de la main et tourna les talons, s'éloignant le plus possible de cet homme. Il attrapa un torchon en coton qui pendait à un crochet au mur et essuya tant bien que mal le sang qui maculait ses mains et son visage. Son nez n'était peut-être pas casser, car au final il ne souffrait pas tant que ça, mais la quantité de sang qui s'en échappait restait plutôt impressionnante.

Quand il fut plus ou moins débarbouillé, Logan prit un autre torchon et le lança vers son opposant, sans même lui jeter un regard.

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

IYF Awards #3:
 
InvitéInvité
Anonymous
Carte d'identité

Nothing burns like the cold [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Nothing burns like the cold [Libre]   Nothing burns like the cold [Libre] EmptyJeu 24 Mar - 3:35
Il n’était peut-être pas aussi grand, ni même fort, mais on lui avait appris à mettre K.O. tous les genres de types. Sauf que le problème, c’est que maintenant, ce n’était que les plus forts qui survivaient, du coup… c’était moins simple de tuer. Il était encore possible de tomber sur des chanceux et de leur faire la peau, sinon… fallait rester au sommet de la chaine alimentaire et puis voilà. Alors, Oliver lui répliquait coup pour coup. Il n’était pas du genre à s’arrêter en si bon chemin. Une fois que son genou s’abattit en plein dans l’entre-jambe de monsieur, son sourire se fit mauvais et il avança tranquillement. Il allait lui en faire baver, vraiment. Oliver avait toujours été tout, sauf fair-play, fallait bien l’avouer. Il comptait bien le  mettre chaos, le ruant de coup. Sauf que l’autre n’avait pas dit son dernier mot. Alors, Oliver se fit plaquer contre le lavabo, il avait senti son souffle lui échapper. Le crétin en avait profiter pour le saisir à la gorge, il avait commencé à sentir la pression de son sang dans ses joues, ses yeux, l’incapacité de respirer et lui, tout ce qu’il voulait, c’était arriver à atteindre son couteau qui c’était déplacer durant le combat. Il n’avait pas dit son dernier mot. Il allait lui planter dans la jugulaire et danser dans son sang. Il n’allait pas mourir de façon aussi ridicule. Lorsqu’il arriva finalement à avoir une poigne solide sur son arme… l’autre recula. Il relâcha son arme, la laissant par le fait même dans son fourreau. Pour le moment, l’air était plus important. Respirer de nouveau. C’était un réflexe du corps, c’était beaucoup plus facile de l’écouter que d’y résister. Pendant que sa vision redevenait claire, s’élargissait de nouveau, l’autre se débarbouillait. Genre, maintenant le mec, il se faisait une toilette décente? Sérieusement. Oliver lui balança un regard noir. Non sérieusement… il était vraiment censé passer l’éponge maintenant? Ce n’était pas trop le genre de la maison. Pourtant, Oliver avait saisi le torchon qu’il lui lançait. Se débarbouillant aussi. Il pouvait le tuer? Il en avait envie. Pourtant… il n’avait pas l’impression que le crétin allait se laisser faire. Ce qui était très chiant en soi.

-T'es violents comme ça avec tout le monde ou c’est ma gueule qui ne te revenait pas au fait?

Faire la conversation c’était bien, montrer qu’on passe l’éponge aussi. Comme ça, on se rapproche et on le bouffe. Ouais, Oliver avait faim et il ne se voyait pas pique-niquer dans la cuisine avec le sauvage de service. Il préférait de loin le bouffer sagement et passer à autre chose après. C’était beaucoup plus marrant. Du moins, pour lui, mais au final… c’est tout ce qui comptait non? Son plaisir à lui.
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
Logan Carter
Carte d'identité
Occupation actuelle : Leader de Fort Hope
Messages : 6839
Points : 6909
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

Nothing burns like the cold [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Nothing burns like the cold [Libre]   Nothing burns like the cold [Libre] EmptyDim 27 Mar - 18:54
Nothing burns like the cold
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Cette bagarre avait atteint le point du ridicule. Les choses devenaient bien trop sérieuses et Logan ne voulait pas avoir de sang sur les mains, du moins pas du sang frais, il en avait déjà bien assez avec celui des rôdeurs. Et puis, merde à la fin, on ne frappait pas un homme dans les parties, c'était la règle numéro un des hommes, non ? Ce mec n'était pas un rigolo dont Logan pourrait se débarrasser facilement, il l'avait compris maintenant et il fallait mettre fin à cette histoire avant que ça finisse mal pour l'un ou l'autre, l'issue n'était pas aussi attendue que l'aurait laissé croire l'importante différence de carrure entre les deux hommes.

Depuis son coin de la pièce, Logan essayait d'ignorer l'autre et de faire arrêter le saignement de son nez. Son adversaire en faisait autant de son côté et il finit par prendre la parole, ce qui surprit un peu Logan. Mais qu'auraient-ils pu faire d'autre ? C'était soit se battre jusqu'à la mort, soit trouver une façon d'en sortir. Logan jeta un regard mauvais à l'homme de l'autre côté de la pièce.

« J'aime pas vraiment qu'on me surprenne au milieu de la nuit. » dit-il simplement. Après tout, c'était vrai et c'était l'une des raisons pour lesquelles il s'était jeté sur ce type comme ça. Bon d'accord, sa frustration et sa colère n'aidaient pas à ce qu'il reste calme et ça lui avait fait du bien de se défouler sur quelqu'un. Mais peut-être que rien de tout cela ne serait arrivé si ce mec n'avait pas débarqué en grandes pompes dans sa cachette. Qui sait ? On avait encore le droit de se mentir à soi-même, quand bien même on était en pleine apocalypse et au milieu d'une bagarre !

Logan observa un peu le type, les sourcils toujours froncés et l'air toujours assez peu engageant. Il lui semblait... Insolent, hautain. Le genre de personne qu'il n'aurait jamais apprécié dans sa vie d'avant, mais ça n'était pas tellement surprenant qu'il soit encore ici aujourd'hui. Les bons ne survivaient pas, pas vrai ? Pas tout seul, en tout cas, pas sans un gros coup de pouce du destin. Logan lui-même était parfois étonné d'être toujours en vie, mais il savait que ça n'était pas sans s'être battu, sans l'avoir mérité. Ce type n'était pas un gros tas de muscle, mais Logan pouvait voir pourquoi il ne faisait pas partie du clan des morts-vivants.

« Qu'est-ce que tu cherchais ? » demanda-t-il à son tour. Peut-être que si Logan lui donnait ce qu'il voulait, l'autre accepterait de partir sans faire d'histoire ? Et ils auraient droit à leur happy ending, tout le monde serait heureux et en vie et ils n'auraient plus jamais à se revoir... Allez, on a bien droit de rêver.

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

IYF Awards #3:
 
InvitéInvité
Anonymous
Carte d'identité

Nothing burns like the cold [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Nothing burns like the cold [Libre]   Nothing burns like the cold [Libre] EmptyMar 29 Mar - 3:19
Trop sérieuse? Je vois pas de quoi tu parles, Oliver s’imaginait déjà le tuer, le dépecer et le faire cuire pour manger sagement le restant de la journée. Avec un peu de chance, il arriverait faire fonctionner la baraque assez longtemps pour faire sécher un peu de viande pour plus tard. Parce que bon, ça se faisait aussi au four, même si la méthode amérindienne fonctionnait pas trop mal non plus. Bref, c’était surement la gueule du cannibale qui ne lui revenait pas, mais… aussi bien lui demander! Donc ouais, non. Monsieur n’aimait pas qu’on le surprenne au milieu de la nuit. Eh oh! Qui avait surpris l’autre hein?

-Si tu n’étais pas sorti de ton trou, tu ne me serais pas tombé dessus hein.

Genre, fallait pas le prendre pour un con non plus. Donc bon. Oh et puis merde hein! C’était vachement rare que ce ne soit pas de la faute d’Oliver, qu’il ne l’ait pas cherché un minimum, alors pour une fois… il allait profiter d’avoir été dans son droit de pas apprécier qu’on lui tombe dessus. Il n’avait pas honte de s’être battu et il recommencerait n’importe quand, à la seule différence que là… il sortirait son arme et lui tirerait une balle dans un endroit de son anatomie au choix du moment. Finalement, Oliver se débarbouilla. Il aurait des bleus pendant un moment. C’était chiant. L’autre continua de discuter, demandant ce qu’il cherchait. C’était une excellente question.

-Bouffe et eau en priorité. Ensuite, chaleur, mais ça… ça implique souvent de réparer des truc, ce qui prends un peu de temps. J’avais juste pas prévu que tu débarques de nulle part.

Parce qu’encore là, c’était clairement de la faute de l’autre crétin qui débarquait de nulle part, tout le monde savait ça. Donc, maintenant que c’était dit, fallait appliquer tout ça. Genre, changer de maison pourrait être une idée puisque bon… il avait surement déjà tout pillé.

-Mais je suppose que tu as déjà fait le tour de cette maison. Alors ça sert à rien d’y rester…T’as déjà tout pris.

Genre, poser l’évidence, tout ça. Il était là, aussi bien lui laisser la maison. Il pouvait toujours attendre quelques heures dans la maison voisine et revenir lui faire la peau. Quoi? Il n’aimait pas se faire surprendre dans son sommeil… aussi bien le faire pour de vrai. Aussi bien passer de l’imaginaire à la réalité! Bon d’accord, c’était un peu de la mauvaise foi, mais si peu. Il était encore en train de voir ce qu’il avait réellement envie de faire pour le moment. Une bonne bagarre, c’était toujours un peu marrant, va savoir s’il allait le laisser s’en tirer après ou pas.
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
Logan Carter
Carte d'identité
Occupation actuelle : Leader de Fort Hope
Messages : 6839
Points : 6909
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

Nothing burns like the cold [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Nothing burns like the cold [Libre]   Nothing burns like the cold [Libre] EmptyJeu 7 Avr - 6:56
Nothing burns like the cold
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Bon d'accord, la faute revenait entièrement à Logan, ou presque. Mais ce n'était pas très sympa de la part de l'autre de le lui faire remarquer comme ça ! Le géant essayait de désamorcer la bombe, là, un peu d'aide n'aurait pas été de refus, tout de même. Que ce soit pas toujours les mêmes qui fassent les efforts ! Mais Logan continua de faire un effort et, ignorant la remarque du jeune homme, lui demanda plutôt ce qu'il était venu chercher.

La réponse semblait logique, mais sait-on jamais. Et d'ailleurs, elle fut parfaitement logique, en effet. L'homme avoua qu'il était là pour la nourriture, l'eau et la chaleur. Comme Logan, quoi. Qu'est-ce qu'on pouvait venir chercher d'autre dans une maison abandonnée précipitamment par une famille maintenant zombifiée, en plein milieu de la nuit qui plus est ? Logan n'avait pas vraiment pris le temps de faire le tour des placards de la cuisine, alors il ne savait pas vraiment ce qui se trouvait là en matière de bouffe. Mais de toute façon, s'il ne voulait pas recommencer un combat avec son pote le petit malin, il faudrait partager.

L'autre continuait, disant qu'il était inutile de rester puisque Logan avait déjà vidé la maison. Bon, alors il ignorait encore que ça n'était pas le cas, bon point. Le barbu observait son adversaire de l'autre bout de la pièce, essayant de jauger son caractère et la part de sincérité dans ses paroles. Allait-il réellement partir comme ça ? Sans se retourner ou sans revenir dans une heure pour le prendre par surprise et récupérer les victuailles ? Étrangement, Logan n'y croyait pas une seule seconde. Qu'on le taxe de parano ou qu'il soit seulement de mauvaise foi parce qu'il avait pris ce type en grippe dès le départ, quelque chose dans cet inconnu criait à l'homme de se méfier. Comme s'il y avait quelque chose en lui de dangereux. De vraiment dangereux. Non, il valait mieux jouer la carte de la prudence et y aller au bluff.

« Si j'te file de quoi manger et boire, tu te tires d'ici pour de bon ? Sans revenir. Pas de coup fourré. »

Autant annoncé la couleur directement. Logan ne voulait pas que cet homme traîne dans le coin, pas tant qu'il y était. Il était prêt à faire les efforts nécessaire pour ne plus emmerder l'autre, mais il fallait que ce soit réciproque. Ils pouvaient bien se quitter là en bon terme et reprendre leur vie chacun de leur côté, sans plus jamais pensé à cette nuit. C'était possible, si les deux parties y mettaient du leur.

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

IYF Awards #3:
 
InvitéInvité
Anonymous
Carte d'identité

Nothing burns like the cold [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Nothing burns like the cold [Libre]   Nothing burns like the cold [Libre] EmptyDim 17 Avr - 17:17
Totalement! Toute la faute sur Logan! Genre, Oliver c’était un ange, il était parfait, adorable et tout simplement merveilleux. Sauf que Logan lui, ah non, il n’était absolument pas gentil. Si au moins, c’était du sexe surprise je dis pas, mais là… c’était même pas ça. Genre Logan en vrai, il est frigide. Ah non, on me dit à l’oreillette qu’il n’était pas frigide, juste gentil. C’est limite pire, parce que le mec gentil, il tapait sur Oliver pour rien, voilà. Donc, l’autre il tentait de corriger le tir et il regrettait un peu, sauf que bon… pourquoi Oliver il l’aiderait? Non sérieusement, rien de donnait envie au cannibale d’être sympa.

Donc ouais, ce qu’il était venu chercher. Aussi bien tenter de dire la vérité. Ce n’était pas plus mal. C’était même facile vu que c’était très… banal comme recherche. Donc ouais, eau, bouffe, chaleur, trucs utiles. Qui ne cherchait pas ça en fait? Donc ouais, la mauvaise foi, comme toujours. Donc ouais, l’autre cherchait à l’acheter. Genre, s’il lui filait à boire et à manger, pas de coup fourré. C’était un très bel essai. Sur une échelle de un à je te bouffe, il atteignait au moins le 6. Il en avait de la chance quand même. La question maintenant était simple : il faisait quoi le cannibale? Genre, il avait faim, ouais, mais l’autre voulait lui filer de la bouffe. L’autre n’allait pas rester dans la maison, pas après ça et le tuer maintenant… il aimait la viande fraiche, pas morte. C’était toujours inquiétant quand il découpait un mort pour le bouffer. Genre, avec le virus, tout ça, il n’aimait pas vraiment. Donc…

-Vouloir te tuer, je l’aurais déjà fait. J’ai même pas dégainé encore.

Genre, ouais, c’était vraiment la faute de l’autre dingue. Oli il était limite gentil. Même si maintenant, il avait très envie de le buter l’autre. Parce que bon, l’égo était blessé, tout ça. Il ne l’avouerait peut-être pas ça par contre, bref.

-Mais ça va, pas de coup fourré pour cette fois.

Parce que s’ils se recroisaient, il ne pourrait pas parier qu’il ne lui tirerait pas dans le genou à la première occasion pour le voir se faire dévorer par un rôdeur – ou dix- ouais, le spectacle serait marrant. Malgré qu’il y avait pas mal de viande sur ce machin, mais… l’attaquer, le contrôler assez longtemps pour pouvoir le cuire, ça serait difficile, il s’en rendait bien compte. Aussi bien oublier. Le faire bouffer par des rôdeurs serait la meilleure option du coup.

-Faut juste que tu me croies sur parole maintenant et que j’en fasse de même…

Et c’était dit tranquillement, se terminant sur un sourire amusé. Comme si c’était impossible que les deux mecs se fassent confiance. Ce qui était assez impossible, fallait bien l’avouer. Genre, ils venaient de se taper dessus, ils n’allaient pas se faire la bise et s’entraider. Fallait être con et il ne l’était pas tant que ça.

-Mais ça va, c’est pas moi qui avait l’intention de rester.

Vrai, lui, il comptait se barrer. Au pire, foutre le feu à la maison pour s’amuser. En fait… c’était une idée, l’autre aurait du mal un peu. Ah ouais, pas de coup fourré. En même temps, il n’avait jamais été du genre à tenir une promesse…
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
Logan Carter
Carte d'identité
Occupation actuelle : Leader de Fort Hope
Messages : 6839
Points : 6909
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

Nothing burns like the cold [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Nothing burns like the cold [Libre]   Nothing burns like the cold [Libre] EmptyMar 3 Mai - 0:57
Nothing burns like the cold
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Miraculeusement, les deux hommes semblaient parvenir à une sorte d'accord. Du moins, ils juraient qu'ils la jouerait fair-play, mais c'était une information assez difficile à vérifier avant qu'il ne soit trop tard. Logan n'avait pas l'intention de rester dans le coin pour découvrir si oui ou non il pouvait avoir confiance en l'autre, de toute façon, alors la trahison ne viendrait pas de son côté. Dès que le gamin se serait tiré avec ses réserves, il retournerait dehors, quitte à affronter le froid plutôt que de risquer de se faire égorger. Il n'aurait qu'à emporter quelques couvertures avec lui et dormir dans sa voiture...

Sauf que le problème, c'était que Logan n'avait pas du tout fouillé la cuisine et qu'il ne savait pas du tout s'il trouverait quelque chose. Et puis, il ne voulait pas vraiment que l'autre se rende compte de son ignorance. Ca risquait de se retourner contre lui. Il fallait que Logan la joue fine, d'autant qu'il avait laissé son sac à dos à l'étage et donc il n'avait même pas moyen de tirer dans ses réserves personnelles pour endormir la méfiance de l'autre.

Affichant une fausse assurance, l'homme se releva et fonça droit vers un placard sur sa gauche, l'ouvrant comme s'il était sûr et certain d'y trouver ce qu'il cherchait. Sans sourciller une seule fois. Évitant soigneusement le regard de l'autre homme. Intérieurement, il priait. En entrant dans cette cuisine, il avait surpris le gringalet en train de fouiller de l'autre côté, donc il ne devait pas y avoir grand chose d'intéressant, sinon il aurait déjà tout ce qu'il lui fallait. La porte s'ouvrit sur l'eldorado. Logan ferma les yeux une seconde, retenant un soupir de soulagement et il attrapa deux boites : un paquet de biscuits pas encore entamé et un sachet de céréales à moitié vide. Bon, c'était pas le grand luxe, mais il n'y avait rien d'autre dans le placard, à part du sucre et de la farine et il doutait que son nouveau pote soit du genre à faire des gâteaux au milieu du chaos.

« Tiens, y a pas grand chose ici, t'as qu'à tout prendre, j'irais chercher ailleurs. »

Il avait encore de quoi vivre dans son sac. Pas grand chose, mais bon, ça ferait l'affaire, il le faudrait bien. Il pouvait toujours tuer ce type, sinon. Lui briser la nuque quand il sortirait de là... Personne n'en saurait rien. En dehors de Logan lui-même. Non, il ne pourrait plus jamais dormir s'il en arrivait là. C'était déjà assez difficile comme ça de devoir tuer des gens normalement déjà mort, on allait pas rajouter des vivants à la liste. Pas si on pouvait l'éviter.

Bref, maintenant l'autre avait seulement à décider si ça lui suffirait ou pas. Logan attendait sagement, à une distance respectable de son vis-à-vis, la main tendue pour lui donner les vivres. La décision ne lui appartenait plus.

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

IYF Awards #3:
 
InvitéInvité
Anonymous
Carte d'identité

Nothing burns like the cold [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Nothing burns like the cold [Libre]   Nothing burns like the cold [Libre] EmptyMer 11 Mai - 4:41
Un accord, c’était vite dit quand même. Oliver avait encore mal ici et là et i n’avait pas tout particulièrement envie de jouer plus amplement avec lui. Ils c’était cognés, tout le monde était heureux, la testostérone était retombé, on pouvait aller dodo en paix. Oui bon, il disait ça, mais ce n’était pas exactement ce qui se passait. Il s’amusait bien au final, même si l’autre faisait la gueule. Il était trop mignon pour faire la gueule, ça lui donnait un petit côté tueur en série ou dealer de drogue, les cicatrices au visage, ça ne l’aidait pas, fallait l’avouer. Ouais, bon, fini de mater, fallait avancer tout ça.

Donc, de la bouffe et on n’en parlait plus. Ça pouvait être une idée intéressante quand on y pensait. Du coup, le mec s’avança pour chercher dans des placards. Pourquoi laisser la bouffe dans les placards? Il avait pris tout ce qui était bien? Il l’avait planqué ailleurs? En fait, le mec c’était pointé sans arme…

L’autre avait quand même sorti deux boites, une boite de biscuits et une de céréales. En se rapprochant, il put voir que es céréales étaient ouverte et c’était une sorte qu’il détestait, alors… c’était assez nul comme emplette, mais il n’allait pas se faire chier à tuer le mec, le trainer sur plus d’un kilomètre pour le bouffer. En fait, c’était surtout ça qui ne faisait pas envie, fallait amener la bouffe à l’endroit propice à la cuisson. Sinon, fallait se faire un BBQ dans le jardin et on perdait énormément de bouffe. En plus, un BBQ ça attirait les nuisible donc bon. Il prit quand même tout. Avec de la chance, il troquerait avec quelqu’un d’autre la sorte qu’il n’aimait pas. Genre, il engraisserait un peu sa prochaine proie.

-On fait comme ça alors. Oh et juste pour annoncer la couleur, on tire à vue si on se recroise ou tu comptes respecter une certaine éthique cette fois là?

Parce qu’Oliver n’avait aucun problème à tirer à vue. Il aimait bien ça même. Bon en même temps, tirer un mort et un vivant, c’était du pareil au même, on s’entend. Le truc, c’était de commencer par viser le genou, si ça hurlait, alors c’est que c’était vivant! Si ça ne bronchait pas, c’était mort, on peut l’achevé.

-Les deux me vont, je ne suis pas très difficile comme mec.

Et il se permettait même un petit sourire froid, il avait toujours un petit quelque chose de mauvais dans l’œil, mais ça… c’était l’adrénaline qui coulait dans ses veines. Il n’arrivait pas à cacher sa véritable nature dans ce genre de moment. Encore moins quand il se sentait menacer. Bien sûr, il avait repris le contrôle de la situation – un peu- on pouvait surement parler d’exæquo pour le moment, mais bon.

-Bon allez, c’est pas que tu m’emmerdes, mais j’ai pas que ça à faire.

Il avait haussé les épaules avant de se barrer par la porte de devant, la refermant derrière lui-même! Si ce n’était pas de la gentillesse de la part du cannibale ça! Il faisait toujours aussi froid, il y avait toujours trop de neige, mais il trouverait bien une maison quelque part avec un mobilier à faire flamber. Peut-être même qu’il pourrait faire flamber un quartier, ça pourrait être marrant non? On d’accord, non, il allait rester sage. Sauf que bon… ça aurait pu faire fondre de la neige, mais bon. Sage qu’on a dit.
Contenu sponsorisé
Carte d'identité

Nothing burns like the cold [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Nothing burns like the cold [Libre]   Nothing burns like the cold [Libre] Empty

 Nothing burns like the cold [Libre]
In Your Flesh :: Last pub before the end of the world :: Archives :: RPs

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Vous allez poster avec

Outils de modération