Vote au top-site, sauve une licorne !
In Your Flesh
Depuis l'été 2014, l'Apocalypse règne sur le territoire américain. Dans la région de Détroit, les survivants s'organisent seuls depuis des mois pour sauver leurs vies et résister aux rôdeurs. Quand, après trois ans sans nouvelles du gouvernement, l'armée revient à Détroit, un nouvel espoir semble possible pour les survivants. Mais à quel prix ?
Vote au top-site !
Nous sommes en Novembre/Décembre 2017
En ce moment sur IYF :

× [Intrigue 5.2]
RP commun en cours

× [Animation #10]
La Coupe des 4 Maisons, jeu de course et RP multivers

Intrigue #5 : What lies ahead
Moment de vérité

Après plusieurs mois de cohabitation entre civils et militaires, la tension monte au point de menacer la paix précaire autant au sein de Fort Hope qu'avec l'extérieur.

[Lire l'intrigue] [Jouer un soldat]

 All Those Years Ago [Juliet]
In Your Flesh :: Last pub before the end of the world :: Archives :: RPs

Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
Logan Carter
Carte d'identité
Occupation actuelle : Leader de Fort Hope
Messages : 6839
Points : 6909
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

All Those Years Ago [Juliet] Empty
MessageSujet: All Those Years Ago [Juliet]   All Those Years Ago [Juliet] EmptySam 13 Aoû - 19:25
All Those Years Ago
Logan & Juliet, 23 Mai 2015


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Pour la millième fois au moins au cours de la dernière heure, Logan retint un soupir en laissant glisser sa main de la hanche de Joy. La jeune femme était endormie contre lui, comme toutes les nuits depuis presque toujours et en général, l'homme s'y faisait assez bien. Mais il n'y avait vraiment pas assez de place dans ce lit prévu pour un seul pompier assigné à résidence à la caserne pour un homme de la carrure de Logan et une jeune femme en plus. Toutes les nuits, ils étaient obligés de rester blottis l'un contre l'autre pour espérer passer une nuit correcte. D'habitude, ça allait, il finissait par s'endormir et après des mois à ce régime, il n'y faisait plus vraiment attention. Mais là, il n'y arrivait pas.

A vrai dire, il avait passé la plus grande partie de la nuit à vouloir se tourner dans tous les sens dans son lit sans y arriver puisqu'il ne voulait pas réveiller la jeune femme. Le ciel nocturne qu'il voyait par la fenêtre commençait à s'éclaircir de plus en plus, témoignant que la nuit prendrait bientôt fin et c'était plus ou moins une bonne nouvelle. Plus parce qu'il aurait une raison un peu plus valable de sortir du lit, moins parce que... Parce qu'on était le 23 Mai. Et c'était d'ailleurs la raison précise pour laquelle il était à ce point agacé ce matin et pour laquelle il avait passé l'une des pires nuits de sa vie depuis longtemps.

C'était la première fois que l'homme se trouvait loin du Vermont à cette date. Loin de la ville d'Addison où il avait grandi, loin du cimetière derrière l'Eglise de la ville. Loin de la tombe de sa mère, sur laquelle il se rendait inlassablement le 23 Mai de chaque année depuis l'âge de quatorze ans. Ce changement soudain dans ses habitudes le perturbait. Pourtant, il aurait du s'y attendre, l'apocalypse ne venait pas de leur tomber dessus, ça faisait presque un an maintenant qu'ils vivaient dans ce monde dévasté et à aucun moment Logan ne s'était dit que cette année, il ne pourrait pas continuer son petit rituel. Il avait réalisé la veille seulement, en allant se coucher sans vraiment prendre la peine de dire bonne nuit à qui que ce soit, particulièrement morose. Il n'avait pas été très plaisant avec Joy non plus, lui lâchant à peine quelques mots avant de fermer les yeux et de se plonger pour de bon dans son mutisme.

C'était sa journée à lui, il avait toujours affronté ça seul, n'hésitant pas à marcher pendant une heure quand il était encore un adolescent et que son père trop ivre et trop désintéressé ne voulait pas faire le déplacement avec  lui, à rouler aussi longtemps depuis Burlington après une longue journée de travail les années suivantes, même s'il s'était juré de ne plus jamais remettre les pieds à Addison. Il n'y retournait qu'une seule fois par an, n'y passait que quelques heures, sans jamais prendre la peine de passer voir son père ou sa sœur, faisant même tout son possible pour éviter de passer devant la maison de son enfance. Seul, toujours seul. Enfin... Juliet l'avait accompagné pendant quatre ans, mais à part elle, personne n'avait jamais été invité à se joindre à lui et personne ne devait même être au courant. Pendant une seconde, Logan avait envisagé de partager cette information avec Joy, se disant que peut-être ça l'aiderait à mieux traverser cette journée puisqu'il ne pouvait pas faire ce dont il avait envie, mais... finalement, il n'avait rien dit. Il s'ouvrait de mieux en mieux, pourtant, mais sa famille restait un point sensible qu'il n'arrivait pas à partager avec elle. Ça avait pris des mois avant qu'il n'ose en parler à Juliet et elle était la seule personne encore en vie à connaître cette part de sa vie, la seule même à avoir rencontré brièvement sa famille. Et très franchement, ça allait très bien à Logan comme ça. Maintenant qu'ils étaient tous morts, il s’accommodait beaucoup plus facilement de faire comme s'ils n'avaient jamais existé.

Sauf sa mère. Elle, il ne pourrait jamais se faire à l'idée de ne plus jamais la voir, même si elle était morte depuis bientôt vingt-deux ans maintenant. Et il était affreusement frustré de ne pas être auprès d'elle aujourd'hui, le jour de son anniversaire. Finalement, abandonnant l'idée de se montrer encore un peu patient, Logan s'extirpa du petit lit en prenant soin de ne pas réveiller la jeune femme encore endormie dans ses bras. C'était profondément injuste et stupide, mais il voulait être seul aujourd'hui, qu'elle ne vienne surtout pas lui remonter le moral avec sa joie de vivre à toute épreuve. Aussi silencieusement que possible, il contourna le lit pour aller jusqu'au bureau, ramasser le paquet de cigarettes et le briquet qui reposaient dessus, ainsi que la bouteille de bière vide qui lui servait de cendrier, enfiler son jeans et il fit demi-tour, quittant leur chambre en prenant soin de refermer la porte aussi doucement que possible derrière lui.

La caserne était encore endormie, plongée dans le noir, le seul son venant briser le silence de cette nuit finissante étant le ronronnement régulier du générateur dans le garage. Toujours aussi calmement, Logan s'éloigna de la chambre, longeant le couloir pour aller se terrer dans l'ancienne salle de réunion des pompiers, s'installant sur l'une des nombreuses chaises autour de l'immense table après avoir ouvert la fenêtre. Il s'alluma une clope qu'il fuma dans le silence et dans la pénombre, réfléchissant patiemment à ce qu'il allait faire. L'idée même de ne pas marquer le coup, de faire comme s'il s'agissait d'une journée comme une autre lui était impossible. Il se devait de faire quelque chose, autant pour elle que pour lui. Mais c'était devenu plus compliqué, désormais. Il ne pouvait clairement pas monter dans sa Aston et se rendre jusqu'à Addison juste comme ça, sur un coup de tête. C'était un voyage de dix heures en temps normal, il n'avait pas assez d'essence et il y aurait trop de problèmes en route, ça lui prendre bien plus que dix heures pour atteindre son but et il serait trop tard.

Pourtant, l'idée de tailler la route lui plaisait bien. Monter dans sa voiture et conduire droit devant lui sans réfléchir, jusqu'à trouver un endroit qui lui plairait et où il aurait envie de rester un petit moment pour se retrouver en tête à tête avec ses pensées. En terminant sa clope, il était décidé sur ce projet. Ce n'était pas parfait, mais mieux que rien. Alors il quitta la salle de réunion et retourna dans sa chambre, prenant toujours soin d'être aussi silencieux qu'une ombre. Il farfouilla un petit moment dans la chambre, récupérant ses affaires, un t-shirt propre et griffonnant un mot à Joy pour la prévenir qu'il s'absentait pour la journée, mais que tout allait bien. Son sac à dos rempli, son t-shirt enfilé, le mot laissé bien en vue pour que la jeune femme le trouve en ouvrant les yeux, il était prêt à partir et il sortit de nouveau de la chambre pour rejoindre le garage. Il n'avait pas conduit la Aston depuis un mois, maintenant et même si la journée ne s'annonçait pas spécialement géniale, Logan était quand même un tout petit peu excité à l'idée de se retrouver sur la route avec sa belle. C'était déjà ça de gagné.  
Made by Neon Demon

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

IYF Awards #3:
 
InvitéInvité
Anonymous
Carte d'identité

All Those Years Ago [Juliet] Empty
MessageSujet: Re: All Those Years Ago [Juliet]   All Those Years Ago [Juliet] EmptyMar 16 Aoû - 15:05


Juliet ouvre brusquement les yeux. Derrière les rideaux du dortoir, le soleil commençait à montrer gentiment le bout de son nez. Elle sent le corps de Kelly contre le sien. Les deux jeunes femmes ont rapproché deux lits afin de pouvoir dormir ensemble. La pièce est immense et Eulalie occupe un lit situé à son extrémité. Lentement, pour ne pas réveiller sa compagne et sa fille, Juliet ramène son bras à elle et entreprends de se lever. Un détail lui en revenu à l'esprit et c'est certainement cela qui l'a tirée du sommeil. Aujourd'hui, c'est le 23 mai. Aujourd'hui, Logan sera au mieux taciturne, au pire d'une humeur massacrante. Avant, quand ils étaient encore ensemble, Juliet l'accompagnait jusqu'au cimetière d'Addison. Elle allait jusqu'à poser une journée de congé et à sécher les cours pour ne pas le laisser tout seul cette journée là. Enfin, cela avait pris du temps avant qu'il accepte de lui révéler la signification de ce jour. L'anniversaire de sa mère. Au fil des années, ce jour est devenu le leur. Ils ne se quittaient pas la journée, ils la passaient ensemble. Il y a bien longtemps que cette tradition est morte mais là, Juliet ne compte pas le lâcher d'une semelle. Avec les monstres qui traînent dehors et lui qui va remuer ses idées noires, il est hors de question qu'elle le laisse seul.

Pourtant, Juliet n'a cessé de l'éviter depuis son retour. Pour plusieurs raisons, dont certaines complètement stupides. Elle a promis de faire des efforts et c'est bien ce qu'elle fait : elle ne repart pas. Sa propre humeur s'est adoucie depuis l'arrivée de Kelly à la caserne et Juliet tente peu à peu de tourner la page. Alors, elle a un moment d'hésitation. Ce n'est pas à elle d'accompagner Logan tout au long de cette journée, c'est à la rouquine de le faire. C'est à elle de lui apporter soutien et réconfort. Et puis, Juliet sait que cela sera très mauvais de faire un bond de quinze ans en arrière. Très mauvais pour son moral, très mauvais pour la relation qu'elle essaie de construire avec la militaire. Mais, alors que cela va à l'encontre de ses bonnes résolutions, elle se lève et enfile sa salopette. Il a fallu plus d'un an à Logan pour lui expliquer la signification de ce jour alors il y a très peu de chances qu'il en ait parlé à Joy. Et puis, égoïstement, elle espère qu'il ne lui a rien dit.

Elle déchire une page d'un magasine abandonné là et griffonne un mot à l'attention de Kelly. Elle lui dit simplement qu'elle passe la journée à l'extérieur, de ne pas s’inquiéter et de veiller sur Eulalie. Après tout, Logan est sa famille. Donc, même si cela doit l'écorcher un peu plus, elle passera la journée avec lui comme ils avaient coutume de le faire. Si elle veut un jour réussir à avancer, les souvenirs partagés avec lui ne doivent plus la blesser. Et puis, ce qu'elle ressent n'est pas important. Pas aujourd'hui, pas alors qu'il va pleurer sa mère. Juliet attrape ses affaires, son piolet et son lance pierre. Il est très peu probable qu'ils aillent jusque dans le Vermont mais sait on jamais. Doucement, après un dernier coup d’œil dans le dortoir, Juliet ferme la porte derrière elle et part à la recherche de Logan. Tout ce qu'elle espère, c'est qu'il n'est pas encore parti.

Elle commence par se diriger dans le garage, elle est quasiment sûre qu'il se trouvera là. Parce que c'est là qu'il y a son Aston Martin. Sa voiture bien aimée, vestige d'une vie antérieure où les zombies appartenaient aux livres de contes. Juliet connaît Logan sur le bout des doigts et elle est sûre que c'est là qu'elle le trouvera. Quand elle ouvre la porte, aussi silencieusement que possible, un raie de lumière pénètre dans la pénombre du hangar. Elle trouve Logan, prêt à monter dans sa voiture. Un peu plus et elle le loupait. Elle referme la porte et accélère le pas pour arriver à sa hauteur.

« Envoyer un bouquet de fleurs me semble compliqué alors, où que tu ailles aujourd'hui, je viens avec toi. »

Lorsqu'ils se sont retrouvés il y a neuf ans, Juliet avait pris l'habitude de faire envoyer des fleurs sur la tombe de la mère de Logan. Toujours le même bouquet avec une carte simplement signée de la lettre « J ». Tout ceci pour lui montrer que, même si elle ne pouvait pas être présente, elle n'a pas oublié. Juliet n'a jamais pu oublier, elle savait qu'à des centaines de kilomètres il n'allait pas bien et cela influait sur son propre moral. Peut être qu'en ce moment cela n'est pas tout rose entre eux mais il est grand temps qu'ils renouent un peu, qu'ils retrouvent leur complicité d'antan. Alors aujourd'hui, Juliet a décidé de lui apporter tout son soutien. Comme une famille est sensée le faire.
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
Logan Carter
Carte d'identité
Occupation actuelle : Leader de Fort Hope
Messages : 6839
Points : 6909
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

All Those Years Ago [Juliet] Empty
MessageSujet: Re: All Those Years Ago [Juliet]   All Those Years Ago [Juliet] EmptyMar 16 Aoû - 17:24
All Those Years Ago
Logan & Juliet, 23 Mai 2015


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Bien qu'il aurait voulu prétendre le contraire, Logan savait parfaitement qu'il n'aurait pas du faire ça. Rien que de sortir la voiture du garage allait poser rapidement problème si jamais des rôdeurs traînaient de l'autre côté. Et il n'avait vraiment aucune envie de mettre le reste du groupe en danger pour un petit caprice, parce que ça n'était rien de plus que ça, pas vrai ? Mais même s'il désapprouvait ses propres actes d'un point de vue purement objectif, il ne changea pas d'avis pour autant, s'engouffrant dans le garage où la lumière filtrait à peine des hautes fenêtres. Ils vivaient tous ici depuis tellement longtemps, sans arrêt les uns avec les autres, sans arrêt inquiets et prudents. Et même si l'homme avait appris à aimer ou à supporter sans trop de mal les autres survivants du groupe, il avait encore besoin parfois de se retrouver seul. Qui allait le lui reprocher ? Ils étaient tous un peu comme ça, ici. Un groupe composé entièrement de solitaires, assez original, pas vrai ?

Sans avoir besoin d'y voir vraiment quelque chose, l'homme marcha tout droit jusqu'à la Aston, abandonnée à son sort depuis trop longtemps. Dire qu'à une époque, il la conduisait presque tous les jours. Désormais, elle ne servait plus qu'à lui rappeler que la vie qu'il s'était construit et qu'il aimait n'était plus qu'un vieux souvenir. Lointain, inaccessible. Mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui, il voulait faire une pause dans tout ça et faire semblant ne serait-ce que quelques heures que tout irait bien pour lui et pour tous les autres. Alors il ouvrit la portière et laissa l'odeur du cuir l'emplir, soulagé.

Un bruit dans son dos le fit sursauter et se retourner presque immédiatement. Juliet. Ils avaient tous les deux convenus de faire des efforts maintenant que la jeune femme était de retour à la caserne, mais en réalité, ce devait bien être la première fois depuis son retour qu'ils se retrouvaient seuls dans la même pièce. Repartir de zéro, ça n'avait rien de facile, comme l'avait appris Logan tout au long de ce mois. Ignorer que la femme que vous aviez aimé toute votre vie était tout à coup avec une autre, les voir tous les jours, savoir chaque nuit qu'elles dormaient ensemble juste au-dessus de votre tête... Il ne ressentait aucune jalousie, aucune véritable douleur à ce sujet, mais... ça restait difficile à vivre, tout de même. Étrange, un peu gênant. La meilleure solution, pourtant. Se reconstruire de son côté, sans plus se déchirer tous les deux jours.

Gardant le silence, Logan observa la jeune femme un instant alors qu'elle s'approchait, qu'elle lui annonçait tout naturellement son intention de passer la journée avec lui, faisant mention des fleurs qu'elle avait continué d'envoyer chaque année sur la tombe de sa mère, même s'ils ne partageaient plus leur vie, même s'ils ne vivaient plus dans le même état. Quelque part, l'homme sut qu'il devait refuser. Lui répondre qu'il voulait rester seul, s'éloigner un moment et qu'il rentrerait avant la nuit en pleine forme et prêt à reprendre le cours de leur vie. Mais il n'en fit rien. Il n'arrivait pas à savoir quoi répondre, en fait. Même si ce n'était pas une présence physique, elle avait toujours été là, toutes ces années. C'était une habitude, une sorte de coutume. Et c'était exactement ce qu'il cherchait, non ? Un retour en arrière, une petite escapade tranquille dans le passé, vers ce qu'il avait été avant la mort, avant la fin. Et puis elle se souvenait, malgré tout, elle n'avait pas oublié que cette journée serait importante pour lui et ça faisait du bien d'avoir quelqu'un qui sache sans avoir besoin d'expliquer.

« Tu sors la voiture ? La clé est dans le pare-soleil. Je vais ouvrir la porte. » demanda-t-il en s'éloignant lentement de la Aston, d'elle, pour se diriger vers l'entrée du garage et les immenses portes qui leur permettraient de s'échapper un instant de la caserne. Ça suffisait largement, comme consentement, non ? Il n'avait rien à ajouter, pas vraiment d'humeur à parler pour l'instant. Que Juliet l'accompagne ne le dérangeait pas, en fait c'était peut-être même une bonne chose, mais il lui faudrait un tout petit plus de temps pour se mettre d'humeur à la discussion, se sentir un peu plus léger. Il ne le réalisait même pas, mais ça devait être l'une des premières fois où il autorisait quelqu'un d'autre à se mettre au volant de sa voiture, encore plus sans qu'il ne soit à côté pour tout vérifier. Enfin, qu'importe. Il ouvrit quand même la porte du garage, assez pour laisser la place à la Aston, mais pas trop pour qu'ils se retrouvent tout à coup cernés si une horde décidait de les prendre d'assaut. Rien derrière, aucun comité d'accueil sur la pelouse devant la caserne. Parfait. Il resta quand même en place, attendant patiemment que Juliet ne démarre et fasse sortir la voiture de là, refermant derrière elle quand ce fut chose faite. Il retourna ensuite vers le véhicule, ouvrant la porte côté conducteur, pour inviter la jeune femme à lui laisser la place. Il voulait seulement se mettre en route, partir d'ici avant que quelqu'un d'autre ne remarque leur absence et qu'on vienne les interrompre à nouveau. Partager ce moment avec Juliet, pourquoi pas, mais Logan doutait de pouvoir supporter plus d'invités à sa fête.
Made by Neon Demon
InvitéInvité
Anonymous
Carte d'identité

All Those Years Ago [Juliet] Empty
MessageSujet: Re: All Those Years Ago [Juliet]   All Those Years Ago [Juliet] EmptyJeu 18 Aoû - 15:04


A l'instant même où Logan se tourne vers elle, Juliet comprends qu'elle ne devrait pas être là. Malgré toutes ses bonnes intentions, malgré avoir promis de faire des efforts. Cette journée sera bien plus qu'un effort. Elle va les replonger tous les deux dans leur passé commun, quand ils étaient encore heureux et éperdument amoureux. Sa raison lui hurle de faire demi tour, de s'excuser pour le dérangement et de retourner se coucher auprès de Kelly. C'est ce qu'il y aurait de mieux, pour tout le monde. Surtout qu'ils n'ont pas passé de temps ensemble depuis le retour de Juliet à la caserne. Entre eux, depuis quelques semaines, cela se résume à des banalités et des sourires gênés. La plupart du temps, la jeune femme fuit la présence de son ex. Surtout quand celui ci est accompagné de Joy. Pas qu'elle soit jalouse, non. Elle a juste l'impression d'être de trop. Alors elle préfère s'éclipser. Si bien que, depuis son retour, ils n'ont pas eu l'occasion de se retrouver seuls tous les deux. Mais quelque part, Juliet doute que cela soit une bonne idée. Leur dernière engueulade est encore trop présente, trop envahissante. Et quoi qu'elle en dise, elle a encore du mal à digérer le fait qu'il en aime une autre à présent.

Mais, quand il lui demande le plus simplement du monde de bien vouloir sortir la voiture, Juliet s'exécute. Un pas après l'autre, elle s'approche de l'Aston en ignorant le fait que cela soit l'idée la plus stupide qu'elle ait eu depuis sa fuite au Coast Guard. Ils vont être installés l'un à côté de l'autre, roulant dans l'espoir de rattraper un passé perdu à jamais. Dans certains cas, il est important de laisser les souvenirs là où ils sont. Et Juliet fait partie de ces cas là. Elle sait que cette journée va réduire à néant tout ce qu'elle a entrepris pour essayer de passer à autre chose. Elle avance vers lui pourtant, comme si c'était la chose la plus importante qu'elle ait à faire. Et c'est la chose la plus importante qu'elle ait à faire : ne pas le laisser seul durant cette journée si particulièrement douloureuse pour lui. Alors elle fait taire sa satanée bonne conscience et acquiesce avec un sourire. Elle va sortir l'Aston du garage.

Arrivée à hauteur de la voiture, Juliet se glisse côté conducteur et baisse le pare soleil. Les clés tombent dans sa main et elle entreprends de mettre le contact. Ce simple geste suffit à la faire sourire. A l'époque où ils partaient en balade presque tous les dimanches, Juliet n'a jamais eu le droit de conduire l'Aston. Si peut être une fois. Mais Logan s'est montré tellement directif qu'elle lui a redonné le volant au bout de quelques kilomètres et a terminé le trajet en boudant dans son coin. Une fois la porte du garage ouverte, elle se dépêche de sortir la voiture. Elle ne veut pas réveiller qui que ce soit avec le bruit du moteur et encore moins permettre à des rôdeurs de s'introduire dans leur refuge. Elle stationne la voiture juste derrière la porte, enjambe le levier de vitesses pour s'asseoir sur le siège passager et laisser sa place à Logan.

Les premiers kilomètres se déroulent dans le silence le plus complet. Quelque part, cela n'a pas changé. Ni l'un, ni l'autre n'est réellement bavard et ils ont toujours préféré les silences éloquents aux mots vides de sens. Juliet se contente de regarder le paysage qui défile derrière la fenêtre bien qu'il n'ait rien d'engageant. Le monde tel qu'ils l'ont connu n'existe plus désormais. Au loin, elle distingue des rôdeurs probablement attirés par le bruit du moteur alors elle détourne le regard. Elle le pose sur Logan, le regardant un instant conduire. Il fut un temps où l'habitacle de l'Aston était presque leur deuxième maison tant ils y passaient du temps. Maintenant, cette simple virée pourrait leur être fatale si jamais ils venaient à tomber en panne sèche au milieu de nulle part.

« Où va-t-on ? »

Au fond, Juliet se fiche de leur destination et elle se doute bien qu'ils n'auront jamais assez de carburant pour se rendre jusqu'à Addison. Et puis, dans l'ancien monde, il fallait presque dix heures pour s'y rendre depuis Détroit. Actuellement, il leur faudrait plusieurs jours. C'est simplement que le silence est devenu un peu trop pesant, même pour elle. Alors elle a posé la première question qui lui est passée par la tête en espérant qu'il lui réponde autre chose qu'un haussement d'épaules.
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
Logan Carter
Carte d'identité
Occupation actuelle : Leader de Fort Hope
Messages : 6839
Points : 6909
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

All Those Years Ago [Juliet] Empty
MessageSujet: Re: All Those Years Ago [Juliet]   All Those Years Ago [Juliet] EmptyDim 21 Aoû - 19:23
All Those Years Ago
Logan & Juliet, 23 Mai 2015


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Juliet. De toutes les personnes qui auraient pu franchir ces portes, il fallait que ce soit elle. Pour quelqu'un d'autre, Logan n'aurait eu aucun mal à continuer sa route, monter au volant de la voiture et partir sans ajouter un mot. Il se serait peut-être donné la peine d'inventer un mensonge pour justifier son départ aussi matinal et parfaitement imprévu, mais il était parfaitement inutile de mentir à la mère de sa fille sur ce qu'il comptait faire. Elle venait de le mentionner, elle se souvenait de la date et de l'occasion alors à quoi bon ?

Aussi, l'homme se contenta de l'inclure dans son plan le plus naturellement du monde, presque comme s'ils avaient prévu ce départ ensemble depuis le début, lui demandant simplement de sortir la voiture pendant qu'il s'occupait des portes. En quelques minutes, l'Aston se retrouvait à l'extérieur, retrouvant enfin l'air frais du monde après des semaines à prendre la poussière dans le garage. Sans un mot de plus, Logan rouvrit la portière et prit sa place sur le siège de cuir après que Juliet se soit poussée de l'autre côté et tout aussi silencieusement, il prit la route vers l'est, laissant la caserne dans leur dos pour filer vers une destination à laquelle il n'avait pas encore vraiment réfléchi.

Pourtant, il continua d'avancer droit devant lui à une vitesse beaucoup trop lente pour être vraiment agréable, mais qui avait au moins le mérite de lui laisser le temps de changer d'itinéraire quand un obstacle se dressait devant eux. Il ne trouvait rien à dire, n'en avait même pas envie et de toute évidence, Juliet n'y voyait pas d'inconvénient non plus puisqu'elle ne chercha pas à briser le silence non plus. Ils ne perdaient peut-être pas leurs bonnes habitudes, mais ce silence semblait tout de même assez peu naturel à Logan. Plus perdu dans ses pensées et concentré sur la route qu'autre chose, il ne parvenait pourtant pas à s'empêcher de se sentir un peu ma à l'aise. Car même s'il avait voulu parler, il n'aurait pas su quoi dire à la jeune femme. Quelque chose s'était réellement brisé entre eux et ça semblait définitif, cette fois. Son départ en Avril, Kelly et Joy, leur dispute au Coast Guard... Tout ça avait été de trop, la petite goutte qui faisait finalement déborder le vase qui menaçait de s'écrouler depuis des années. Logan avait beau avoir vraiment envie de repartir sur de bonnes bases avec elle, redonner une chance à leur histoire de finir bien, il n'était plus certain d'y arriver et tout au long du mois de Mai, ça avait été bien plus simple d'éviter Juliet que d'échouer à se retrouver.

Mais après quelques kilomètres sans rien dire, la jeune femme reprit enfin la parole, demandant à Logan où ils allaient. Question à laquelle il ne connaissait même pas la réponse, à vrai dire. Il n'y avait aucun endroit à Grosse Pointe où il aurait aimé se retrouver aujourd'hui. Dans le Vermont, ça n'aurait pas été compliqué, il suffisait de rouler quelques kilomètres en dehors de la ville pour se retrouver tout à coup en pleine nature, avec la montagne ou la plage au choix, les deux si on savait où aller. Logan aurait pu conduire jusqu'à ce qu'il n'y ait plus d'essence et peu importe où il se serait arrêté, ça aurait été parfait. Mais ici ? Des kilomètres de villes grisonnantes et de petits quartiers résidentiels et aucun grand espace quand on avait envie de respirer pour de bon.

Il continuait pourtant de longer le lac, dépassant sans vraiment le voir l'hôtel où il avait pris l'habitude de venir avec Joy quand la caserne manquait un peu trop d'intimité à son goût, se rapprochant tranquillement des limites de la ville et toujours rien pour attirer son regard. « Je sais pas trop. On verra quand on y sera. » répondit-il quand même à Juliet en regardant autour de lui. Rien ne l'inspirait vraiment, alors pour le moment, il continua son avancée sans y penser plus que ça. Ils s'arrêteraient quand ils n'auraient plus le choix, voilà tout, ou quand Logan en aurait envie.

Ils roulaient depuis une bonne vingtaine de minutes quand l'homme se décida enfin à s'arrêter, s'engageant avec sa voiture dans Lake Front Park, non loin du Coast Guard où la jeune femme avait trouvé refuge le mois précédant. Il n'avait rien dit pendant tout ce temps et il continua ainsi jusqu'à les arrêter pour de bon aux abords du lac. N'ayant pas été entretenu depuis des mois, le parc dans leur dos pouvait presque donner l'impression d'être en pleine nature et c'était exactement ce dont l'homme avait besoin en ce moment. Il coupa donc le moteur et se cala dans le fond de son siège, observant un instant l'étendue d'eau au travers du pare-brise.

« Je pensais pas que tu t'en souviendrais. »
dit-il enfin, sans oser regarder Juliet. Ça faisait des mois et puis.. C'était assez compliqué de tenir le compte des jours, maintenant. Logan essayait tant bien que mal, ayant eu l'occasion de trouver un calendrier dans le bureau qui lui faisait office de chambre, mais ça le surprenait un peu que la jeune femme arrive à s'y retrouver aussi.

« Quelqu'un sait que tu es là ? »
Made by Neon Demon
InvitéInvité
Anonymous
Carte d'identité

All Those Years Ago [Juliet] Empty
MessageSujet: Re: All Those Years Ago [Juliet]   All Those Years Ago [Juliet] EmptyMar 23 Aoû - 21:54
Le silence a toujours été leur ami. Entre eux, les choses ont toujours été ainsi et Juliet aimait ça. Quelque part, c'était rassurant de savoir qu'il y avait une personne qui la comprenait sans qu'elle ait à expliquer. Quelqu'un qui la connaissait si bien que, d'un seul regard, arrivait à lire en elle comme dans un livre. Mais voilà, tout cela a pris fin le jour où elle a fui avec leur bébé à naître. Elle doute réussir un jour à retrouver la complicité qui les unissait jadis. Maintenant, même leur silence est cassé. Lui qui fut si rassurant est devenu extrêmement gênant. Elle a l'impression de ne rien avoir à faire dans cette voiture. Ce n'est pas sa place, ce n'est plus à elle de prendre soin de lui et de le réconforter. Il a une petite amie. Et elle aussi, elle en a une. Elle devrait être auprès de Kelly plutôt que de jouer les Bonnie and Clyde avec Logan. Pourtant, elle est là et elle n'a hésité qu'une demi seconde avant de le rejoindre. Parce qu'elle a promis de faire des efforts et qu'elle supporte mal le fait qu'ils s'évitent comme le font depuis son retour. Ils s'évitent parce que c'est plus simple que de mettre les choses à plat pour tout recommencer de zéro. Et ce comportement est l'exact opposé de toutes les belles promesses faites lors de leur dispute au Coast Guard. Ils avaient promis de se comporter comme une famille et ils sont bien loin du compte.

La réponse de Logan n'a rien de très engageant mais au moins, il a ouvert la bouche. Juliet se contente d'un sourire poli et se tasse dans son siège, retournant à la contemplation des environs. Ils sont déprimants, les rues sont vides de toute vie et dévastées. Les boutiques sont pillées, les maisons encore habitées par quelques survivants sont barricadées et les autres sont ouvertes aux quatre vents. Elle reconnaît l'endroit dans lequel il engage l'Aston. Ce n'est pas très loin du Coast Guard et l'hospitalité qui lui a été offerte par Oliver et Maxine. Par moment, ces deux là lui manquent. Ils sont un peu étranges mais elle se rends compte qu'elle s'est attachée à leur bizarrerie. La vie était beaucoup plus simple là bas. Non, elle n'a pas le droit de penser un truc pareil. Pas après avoir promis de faire des efforts pour arranger la connerie qu'elle a faite. Parce que partir fut une connerie, n'ayons pas peur des mots.

La voiture s'arrête aux abords du lac et un instant, Juliet s'imagine prendre son sac de plage sur la banquette arrière pour aller piquer une tête. Mais qui sait ce qu'il doit grouiller dans les eaux profondes qui s'étendent devant eux. Alors elle reste immobile, jusqu'à ce que Logan prenne la parole et la fasse grincer des dents. Non, elle n'a pas oublié. Elle n'oubliera jamais ce jour si spécial.

« Je ne pensais pas que tu m'imaginais capable d'oublier. »

Les mots sortent avant qu'elle ne puisse les retenir et ce n'est pas exactement ce qu'elle comptait répondre. Mais, même si le temps est devenu abstrait dans leur monde, Juliet s'efforce à faire le décompte des jours et des mois. Depuis le début de tout ça, tout les matins, elle note sur un calepin la date du jour. Un moyen pour elle de ne pas devenir complètement timbrée, de garder un semblant d'ancrage dans un monde dans lequel les mois et les jours avaient encore une signification.

« Je sais ce que ce jour représente. On l'a toujours passé ensemble et même si c'est compliqué en ce moment, je tenais à être avec toi. Bien que ce n'est plus à moi d'être là. »

Non, ce n'est plus son rôle mais elle n'a pas pensé une seule seconde qu'il puisse en avoir parlé à Joy. Cela ne lui a pas effleuré l'esprit parce qu'elle savait qu'il ne l'aurait pas fait. Logan n'est pas du genre à déballer sa vie au premier venu et il lui a fallu batailler pour qu'il accepte de lui en parler. Et égoïstement, elle adore le fait de partager quelque chose avec lui. Juste avec lui, comme un secret entre eux. C'est peut être bête mais cela lui met du baume au cœur. Cela lui fait penser que tout n'est pas complètement mort entre eux, qu'il subsiste encore un peu de ce qu'ils étaient auparavant. Et la dernière question de Logan la surprends, ne l'aidant pas à penser différemment.

« Non, le mot que j'ai laissé à Kelly dit simplement que je dois m'absenter pour la journée. Pourquoi ?»

Elle se tourne vers lui, faisant un quart de tour pour lui faire face. C'est la première fois depuis son retour qu'ils se retrouvent en tête à tête et elle n'a pas envie que cela tourne en dispute. Ce n'est pas le jour et ce n'est pas l'endroit. Ils sont à une dizaine de kilomètres de la caserne et collaborer leur sera salvateur s'ils devaient être attaqués.

« Tu n'as jamais parlé de cette journée à qui que ce soit alors j'ai fais de même. Si cela te chagrine que personne ne soit au courant que je suis avec toi, on peut rentrer tu sais. »

Un sourire un peu triste se dessine sur ses lèvres et il n'y a aucune forme d'animosité dans sa voix. Elle ne tient pas forcément à rentrer mais elle ne tient pas non plus à ce qu'il ait des problèmes avec la rouquine.
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
Logan Carter
Carte d'identité
Occupation actuelle : Leader de Fort Hope
Messages : 6839
Points : 6909
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

All Those Years Ago [Juliet] Empty
MessageSujet: Re: All Those Years Ago [Juliet]   All Those Years Ago [Juliet] EmptyJeu 25 Aoû - 2:32
All Those Years Ago
Logan & Juliet, 23 Mai 2015


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Ce n'était pas absolument parfait, mais Logan avait fini par s'arrêter quand même, trouvant refuge dans ce qui semblait être autrefois un parc et qui flirtait désormais avec la forêt vierge. Les grands espaces du Vermont continueraient de lui manquer jusqu'au jour béni où il aurait la chance de les revoir, sans doute. Et encore, qui pouvait savoir si ce jour viendrai ? Certainement pas lui, en tout cas et il était même de ceux qui croyaient fermement ne jamais voir la fin de cette épidémie.

Enfin, peu importe aujourd'hui l'avenir et le Vermont, il était coincé dans le Michigan jusqu'à preuve du contraire et il n'aurait pas d'autre choix que de se faire à cette idée et se débrouiller pour composer avec les moyens du bord. Au moins, la présence de Juliet, même si elle ne le mettait pas totalement à l'aise, apportait un semblant de normalité à cette journée et c'était important pour l'homme. Le jour continuait de se lever tranquillement, apportant des nuances particulières au ciel et à l'eau du lac devant eux et toujours prostré dans son silence gêné, Logan s'autorisa à observer le paysage encore un instant avant de reprendre la parole.

Il avait dit la première chose lui venant à l'esprit, sans vraiment chercher plus loin, sans vraiment réfléchir aux implications de ses paroles. Il ne pensait pas à mal, pourtant, et l'idée de vexer la jeune femme ne l'avait même pas effleuré. C'était seulement logique. S'il mettait un point d'honneur à garder certaines de ses vieilles habitudes pour se donner l'impression que tout n'était pas perdu, ça ne signifiait pas pour autant que les autres en faisaient de même. Qui gardait encore le compte des jours, des heures ? Lui et Juliet aussi, visiblement. Sa remarque lâchée un peu au hasard fit réagir la jeune femme presque trop rapidement, obligeant Logan à relever enfin les yeux vers elle pour observer son profil une seconde. Il ne répondit pas, pourtant, accusant les paroles de Juliet, ce que signifiaient ses mots. Et combien elle avait effectivement raison : elle n'avait rien à faire là, quand bien même ils avaient pris cette habitude pendant quelques années, quand bien même elle avait continué d'être présente de manière plus discrète après leur rupture. Il aurait du en parler à Joy, c'était à elle maintenant de le soutenir dans ce moment difficile et pas à son ex. Pourtant, il s'était obstinément refusé à dire quoi que ce soit à la rouquine, gardant son secret jalousement alors même qu'il savait pertinemment qu'elle l'aurait accompagné avec plaisir et qu'elle aurait fait de son mieux pour rendre cette journée plus supportable.

Pas certain de ce qu'il était censé penser de tout ça, Logan détourna une nouvelle fois le regard, baissant les yeux vers ses deux mains posées sur le volant, avant de changer un peu précipitamment de sujet pour demander à Juliet si quelqu'un savait qu'elle était avec lui. Encore une erreur, certainement. Décidément, il n'y arrivait vraiment pas, aujourd'hui. Communiquer avec elle devenait pratiquement impossible et il n'aimait pas tellement ça. Enfin, même s'il prenait des gants et évitait soigneusement de prononcer le nom de Kelly, Juliet savait parfaitement de qui il parlait en disant « quelqu'un » et la jeune militaire s'imposa naturellement dans sa réponse. Mais encore une fois, elle s'était fourvoyée sur les intentions de l'homme et encore une fois, il releva les yeux vers elle rapidement, mal à l'aise et un peu surpris qu'elle comprenne aussi mal. Autrefois, ils n'avaient même pas besoin de parler pour se comprendre. Maintenant, chaque mot qu'il prononçait semblait ne servir à rien de plus qu'amplifier le malaise entre eux.

« C'est pas ce que j'voulais dire. » répondit-il enfin. « C'est juste... J'en sais rien, j'ai pas envie de poser un problème dans ton couple. » Se faire à la cohabitation et aux nouvelles relations qu'ils entretenaient chacun de leur côté n'était pas facile, ni pour l'un, ni pour l'autre. Ils y étaient bien obligés, pourtant et la dernière chose dont Logan avait envie en ce moment, c'était de se relancer dans des histoires de cœur inutiles qui lui prenaient trop d'énergie et de temps. Ils avaient tous mieux à faire, alors autant essayer de vivre dans la bonne entente, même s'il faudrait repasser pour la franche camaraderie. Et puis, même s'il avait encore du mal à se l'avouer, à force de côtoyer Kelly, il commençait à se prendre vraiment d'affection pour elle. Une personne de plus qui risquait d'être blessée par des actes ou des mots mal interprétés, non merci.

« J'suis désolé, c'est pas trop ma journée. » lâcha-t-il en reportant son attention sur le lac. Il était morose, ça se voyait aisément. C'était toujours le cas à cette date, mais peut-être un peu plus cette année alors qu'il se trouvait si loin de chez lui. Et malheureusement pour elle, Juliet avait décidé de passer la journée avec lui et elle serait bien obligée de supporter sa mauvaise humeur un moment. Enfin, il pouvait quand même faire un effort pour rendre ce moment plus agréable pour eux deux, après tout, il cherchait avant tout à honorer la mémoire de sa mère, pas à la pleurer une nouvelle fois. « Tu crois qu'il est trop tôt pour boire un verre ? » D'accord, il était prêt à faire des efforts, mais c'était quand même assez difficile de savoir par où commencer, quoi dire pour détendre l'atmosphère. L'alcoo, c'était toujours une excellente solution pour ça, non ? A cela près qu'il n'était même pas encore sept heures du matin, bien sûr... 
Made by Neon Demon
InvitéInvité
Anonymous
Carte d'identité

All Those Years Ago [Juliet] Empty
MessageSujet: Re: All Those Years Ago [Juliet]   All Those Years Ago [Juliet] EmptyLun 29 Aoû - 15:16

Communiquer avec Logan est devenu une tâche ardue. Juliet a sans cesse l'impression de marcher sur des œufs avec lui. Depuis son retour, elle a constamment peur de dire ou de faire quelque chose qui pourrait le blesser ou bien déboucher sur une dispute. Elle est fatiguée de se battre avec lui et elle sait qu'au moindre nouveau faux pas, elle le perdra à jamais. Elle lui en a fait endurer bien plus qu'un être humain normalement constitué peut en supporter. C'est déjà un miracle qu'il accepte encore de lui adresser la parole. Alors, elle ne peut s'empêcher de grimacer quand il lui fait comprendre qu'elle a mal interprété sa question. Et surtout, elle fronce les sourcils quand il prononce le mot « couple », l'amenant elle aussi à considérer cette éventualité. En réalité, elle ne s'est jamais réellement posé la question et cela ne lui est pas venu à l'esprit que les habitants de la caserne la voit comme la petite amie de Kelly. Ou plutôt, qu'ils voient comme sa petite amie à elle.

Elle s'en veut un peu de s'être fourvoyée à ce point et elle reste un instant muette, assimilant elle aussi le fait d'être avec quelqu'un. En réalité, depuis Logan, elle n'a jamais réellement envisagé former de nouveau un couple. Elle s'est toujours vue comme la mère d'Eulalie ou comme son ex à lui. Elle prends douloureusement conscience que toute sa vie sentimentale tourne autour de lui et commence à comprendre la nécessité de tourner la page. Il faut vraiment qu'elle passe à autre chose. Elle ne peut plus vivre comme ça, à idéaliser une histoire vieille d'une décennie maintenant. Alors, elle balaye l'inquiétude de Logan d'un revers de la main.

« Ne t'en fais pas pour ça. C'est mon problème si elle me fait une scène en rentrant, pas le tien. »

Kelly est tombée amoureuse d'une femme au passé amoureux lourd et tumultueux, à elle de l'accepter maintenant. Si Juliet va tout faire pour que cela fonctionne entre elles, elle ne compte pas renier ce qu'il s'est passé avec Logan. Bien que cela ne soit pas évident en ce moment, ils sont restés plutôt proches et Juliet ne changera ça pour personne. De toute façon, la jeune femme n'est vraiment pas du genre à justifier ses faits et gestes, ni même à demander pardon à qui que ce soit. Et ce n'est pas aujourd'hui qu'elle va commencer. Et puis, Juliet a une fâcheuse tendance à contourner les problèmes plutôt que de les affronter. Si d'aventures Kelly venait à lui crier dessus, ce qui peu probable, Juliet se contentera de tourner les talons et de la laisser s'énerver toute seule.

Elle sait que ce n'est pas une bonne journée pour Logan, c'est pour cela qu'elle se contente de répondre à ses questions et qu'elle n'engage pas la conversation. Avec le temps, elle a apprit à le laisser venir selon son bon vouloir en ce triste jour. Juliet a tenu à l'accompagner pour ne pas le laisser seul et aussi pour essayer d'arrondir les angles. Elle en a marre qu'ils passent leur temps à s'éviter et à détourner le regard comme deux idiots. Elle sourit à sa dernière question. Oui, il est un peu tôt pour boire un verre mais peut être que l'alcool déridera l'atmosphère.

« Il fut un temps où on laissait toujours des gobelets dans la boite à gants, tu te souviens ? Je pense qu'il doit y en avoir encore. »

Sans se douter une seule seconde de ce qui l'attends, Juliet ouvre la trappe et commence à farfouiller parmi les affaires de Logan. Avant, quand cette voiture leur servait de deuxième maison, ils pouvaient tenir un siège avec tout ce qu'ils entreposaient la dedans. Ses doigts poussent le bazar, ses mains sortent frénétiquement tout ce qui ne leur sera pas utile. Puis, un écrin roule et tombe à ses pieds. Il est d'un joli bleu roi et Juliet cesse sa fouille. Lentement, elle se baisse pour le ramasser puis elle l'ouvre. Une bague apparaît alors sous ses yeux, un magnifique anneau en argent avec une pierre en son milieu, pierre cernée par des plus petites de chaque côté. Alors qu'elle le fixe silencieusement, les paroles de Logan tournent en boucle : une putain de bague de fiançailles. Cette bague aurait du être la sienne, elle devrait orner son doigt depuis une dizaine d'année. Juliet ne pensait jamais la voir mais il l'a gardée. Tout ce temps, il l'a conservée et quand il a du fuir, c'est une des choses qu'il a emportée avec lui. Juliet aimerait savoir s'il comptait la lui offrir avant de devenir un rôdeur ou bien la revendre, histoire d'avoir un peu de liquidité. A vue d’œil, elle comprends que ce bijou a dû lui coûter un bras.

« Elle est magnifique. La femme à qui elle est destinée sera comblée avec une bague pareille. »

Sa voix n'est un murmure et elle referme l'écrin avant que ses émotions ne prennent le dessus. Ce n'est pas le moment, il est déjà assez chamboulé avec l'anniversaire de sa mère. Il n'a pas besoin qu'elle le bombarde de question au sujet d'une bague de fiançailles qui aurait potentiellement pu être la sienne. Et puis, rien ne lui dit qu'elle lui était destinée. Elle ne voit pas d'autres raisons pour laquelle Logan aurait pu se ruiner pour une bague mais bon, elle n'a vu son nom nulle part. Pourtant, bien qu'elle ait refermé le boîtier, elle ne peut se résoudre à le lâcher. Elle le serre dans sa main comme s'il venait de la demander en mariage et préfère ne pas imaginer qu'il puisse offrir cette bague à une autre. Même si cela à de grandes chances de se produire un jour.

« Bon alors, on le boit ce verre ? »

Juliet aurait bien besoin de prendre l'air mais sortir de la voiture serait s'exposer aux rôdeurs. Elle pourrait ouvrir une vitre mais le danger serait le même. Alors, boire est une bonne alternative. Boire pour oublier qu'elle vient de faire trois pas en arrière et que ses sentiments pour lui sont toujours là, comme un volcan endormi prêt à exploser à n'importe quel moment. Pour commencer, elle remet la bague là où elle l'a trouvée. Puis elle la recouvre de tout ce qu'elle a fait tomber sur le sol alors qu'elle recherchait innocemment des gobelets. Il va lui falloir du temps pour oublier ce qu'elle vient de trouver et ne pas se demander pour quelle raison Logan n'a pas revendu cette bague il y a dix ans, alors qu'il venait de trouver Kelly en petite tenue dans son appartement. On dit que l'espoir fait vivre mais ce n'est pas toujours vrai, dans son cas il est plutôt destructeur.
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
Logan Carter
Carte d'identité
Occupation actuelle : Leader de Fort Hope
Messages : 6839
Points : 6909
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

All Those Years Ago [Juliet] Empty
MessageSujet: Re: All Those Years Ago [Juliet]   All Those Years Ago [Juliet] EmptyMar 30 Aoû - 1:42
All Those Years Ago
Logan & Juliet, 23 Mai 2015


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Aussi surprenant que cela puisse paraître, Logan arrivait à imaginer sans mal que Kelly puisse ne pas apprécier de savoir Juliet avec lui, mais il n'avait pas pensé à l'éventualité que Joy se mette en colère elle aussi avant que son ex ne parle de scène. Et même maintenant que cette idée désagréable lui venait à l'esprit, il n'avait aucune intention de faire demi-tour pour retourner auprès de Joy. Cet endroit n'était peut-être pas parfait à ses yeux, mais la caserne ne serait guère mieux et avec un peu de chance, il parviendrait à prendre suffisamment l'air en passant un peu de temps ici. Les conséquences qui en découleraient, il n'aurait pas d'autre choix que de les assumer, de toute manière.

Toujours est-il qu'une fois la question posée et plus ou moins réglée, le silence retomba sans que l'atmosphère ne se détende pour autant, obligeant Logan à reprendre la parole. Il réalisait parfaitement qu'il était beaucoup trop tôt pour commencer à boire, pourtant, l'image de la bouteille de rhum rangée dans son sac ne quittait plus son esprit. Après tout, qu'est-ce que ça pouvait faire maintenant ? Il n'y avait aucune raison valable d'attendre une heure totalement arbitraire pour consommer de l'alcool, il ne possédait même pas de montrer pour pouvoir fixer cette heure de toute manière.

Juliet semblait être de son avis et sans même prendre la peine de le contre-dire, elle mentionna une autre de leurs vieilles habitudes et ouvrit la boite à gant pour y chercher les gobelets en plastique qu'il avait sans doute laissé là sans y prendre garde bien longtemps auparavant, quand ça avait encore un semblant d'utilité. Et sans vraiment s'inquiéter des gestes de la jeune femme, lui se tourna plutôt pour attraper son sac à dos sur le siège arrière qu'il posa sur ses genoux ensuite et d'où il tira la bouteille de rhum encore bien pleine qu'il conservait là depuis quelques jours, ainsi que les deux dernières canettes de Guinness qu'il conservait dans son sac depuis des semaines, attendant le moment idéal pour les consommer. Si ce moment n'était pas aujourd'hui, alors ce ne serait sans doute jamais... Il ne se préoccupait même plus de Juliet, jusqu'à ce qu'il entende quelque chose tomber alors qu'elle fouillait dans la boite à gant et qu'il pose enfin les yeux sur elle, juste à temps pour la voir ouvrir l'écrin.

Comme l'idiot qu'il était clairement, Logan resta là sans bouger, une bière dans chaque main, les yeux rivés sur la bague dont les diamants lui donnent l'impression de briller de mille feux à la lumière du jour et il ne trouva rien à dire, ne parvint même pas à ordonner à la jeune femme de fermer l'écrin immédiatement et de le remettre où elle l'avait trouvé. Pourtant, la dernière fois qu'ils s'étaient retrouvés dans cette voiture, il lui avait parlé de la bague et il se souvenait même de la pointe d'angoisse qu'il avait ressenti en imaginant un instant qu'elle pourrait tomber dessus par accident. Et maintenant que cela arrivait enfin, il n'avait aucune idée de comment réagir.

Heureusement, Juliet elle, n'était pas plongée dans cette espèce de coma qui retenait Logan depuis son réveil et avant qu'il n'ait le temps de reconnecter tous ses neurones, elle referma l'écrin et le remit à sa place, lâchant un commentaire qui arracha une grimace à l'homme. Pourquoi est-ce qu'il fallait que tout soit aussi compliqué entre eux, sans arrêt ? Il avait envie de lui passer un savon pour avoir osé dire ça, comme s'il aurait pu offrir cette bague à quelqu'un d'autre. Il l'avait acheté pour elle et même si l'occasion ne s'était jamais présentée de la lui offrir, il ne comptait aucunement la recycler pour une autre. Quand bien même il n'aurait plus jamais assez d'argent pour payer une bague à la prochaine fille qu'il aurait envie d'épouser, ça n'avait pas la moindre importance. Il n'avait même pas réussi à la revendre alors la donner à quelqu'un d'autre ? De toute manière, étant donné qu'il avait raté non pas une mais deux occasions de demander sa main à Juliet avec cette bague, ce serait visiblement une très mauvaise idée d'essayer avec quelqu'un d'autre. Elle devait porter malheur, sans aucun doute.

Pour toute réponse, Logan se contenta de tendre l'une des canettes à Juliet et d'ouvrir la sienne pour en avaler une longue gorgée. Le goût amère de la bière eut au moins l'effet de lui redonner un peu de courage, lui rappelant avec un peu moins de tristesse l'époque lointaine où il était heureux. Plus que maintenant, en tout cas. « Elle n'est plus destinée à personne » dit-il finalement, même si le long silence qu'il avait laissé s'installer donnait l'impression que le sujet serait clos. Il avait beau essayer de repousser au loin les remarques désagréables de son ex, elles continuaient de tourner dans son esprit, comme s'il devait tout à coup se sentir coupable d'essayer de tourner la page sans jamais avoir vraiment essayé de faire fonctionner les choses avec elle. « Tu peux la garder si tu veux, c'est un peu tard pour la ramener au magasin de toute façon. » Bon, sa vie risquait de devenir un peu plus difficile si son ex se mettait tout à coup à parader à la caserne avec une bague de fiançailles au doigt, mais il ne la demandait pas en mariage non plus, simplement il n'avait plus rien à faire de cet objet et de toute façon, elle lui avait toujours été destinée. A vrai dire, il n'était certainement pas en état de réfléchir sérieusement à ses paroles pour le moment, le ton morose sur lequel il prononçait chacun de ses mots depuis le début de ce petit voyage représentait assez bien son état d'esprit de la matinée et il agissait comme il se sentait : comme si plus rien ne s'arrangerait jamais, quel que soit le sujet.

Et de nouveau, Logan se contentait de regarder le lac devant lui sans plus dire un mot, portant quelques fois la canette à ses lèvres pour avaler une gorgée. Peu à peu, il réalisait enfin l'image qu'il devait donner, comme ça, imaginant sans peine la déception dans les yeux de sa mère si elle l'avait vu, buvant de l'alcool au petit matin, accompagné de la mère de son unique enfant avec qui il avait réussi à tout gâcher des centaines de fois. Tout ça ne l'aidait vraiment pas à remonter un peu son moral au plus bas, mais c'était pourtant la vérité. Le monde était en train de mourir à petit feu et il n'avait pas l'impression d'avoir réussi quoi que ce soit, d'avoir accompli quoi que ce soit qui ait de l'importance, au moins pour lui. L'alcool ne montait même pas assez vite pour qu'il parvienne à se détendre vraiment. Mais il fallait bien essayer, pas vrai ?  Poussant un soupir, il se força à abandonner sa contemplation inutile du lac pour reposer le regard sur Juliet.

« J'agis vraiment comme un con aujourd'hui... Excuse-moi. »

Made by Neon Demon
InvitéInvité
Anonymous
Carte d'identité

All Those Years Ago [Juliet] Empty
MessageSujet: Re: All Those Years Ago [Juliet]   All Those Years Ago [Juliet] EmptyMar 30 Aoû - 15:08


Juliet ne sait pas comment elle doit se sentir. Le silence est retombé dans la voiture, un peu plus alourdi par la découverte de la bague. Elle ne sait pas quoi penser du fait qu'il l'ait conservée tout ce temps. Avait il réellement l'idée de lui demander sa main un jour ? Même après tout ce qu'il s'est passé entre eux, est-ce qu'il a gardé cet espoir un peu fou de tout voir s'arranger ? Elle ne préfère pas le savoir. Cela fait quinze ans qu'elle s’évertue à tout gâcher et de voir ce bijou scintiller sous ses yeux n'a fait que rouvrir un peu plus une blessure qui peine à cicatriser. Elle pensait qu'elle était en bonne voie avec Kelly et voilà que ses erreurs passées lui explosent au visage une nouvelle fois. Ne pas avoir essayer de faire fonctionner son histoire avec Logan restera son plus grand regret. Avec un sourire timide, elle attrape la canette qu'il lui tends. Une Guinness. Juliet n'a jamais réellement aimé ça, cette bière est amère et épaisse comme de la soupe. Mais bon, par les temps qui courent, il vaut mieux de pas faire la difficile. Et aussi, elle n'a pas le cœur à refuser. C'est de l'alcool et elle en a bien besoin après ce qu'elle vient de découvrir.

Elle lâche un long soupir, regrettant ses paroles lorsqu'il avoue que la bague n'est plus destinée à personne. Elle s'en veut d'avoir pensé qu'il pourrait la recycler pour quelqu'un d'autre. Elle aurait du se douter que, s'il n'a pas eu le cœur à la revendre, ce n'est pas pour l'offrir à une autre. Égoïstement, elle apprécie le fait qu'il ne l'offrira à personne d'autre qu'elle. Elle est ravie du fait que quelque chose appartenant à Logan lui soit exclusivement réservée. Même si, dans ce cas précis, il y a de grandes chances que cette bague reste infiniment dans son écrin cachée de tous dans le vide poche de cette voiture. La proposition de Logan lui arrache une grimace si bien qu'elle doit se retenir pour ne pas lui répondre de manière acerbe et assurément méchante. Un effort de sa part, il y a quelques semaines elle n'aurait pas pris autant de gants avec lui. Elle ne veut plus qu'ils se disputent à propos de ce qu'il s'est passé entre eux. Arrêter de ressasser reste le moyen le plus sur pour tourner la page.

« Merci mais je vais la laisser là où elle est. Si tu dois m'offrir cette bague un jour, je préfère que ça soit pour l'occasion pour laquelle tu l'as achetée. Pas parce que je suis tombée dessus par hasard en fouillant dans tes affaires. »

Juliet avale une gorgée de bière. Le liquide coule dans sa gorge mais peine à masquer le goût amer laissé par ses dernières paroles. Il n'y aura jamais de demande en mariage. Le mariage est de toute façon devenue une notion bien abstraite dans ce monde pourrissant. Et puis, cela vraiment étrange qu'elle se balade avec cette bague au doigt alors qu'il dort à l'étage du dessous avec une autre qu'elle. Elle n'est pas sûre que cela soit une bonne chose. Cela va l'encontre des promesses et des bonnes résolutions qu'elle a prises en revenant vivre à la caserne. Elle allait ouvrir la bouche pour justifier un peu plus que nécessaire son refus de prendre le bijou quand Logan la devance, s'excusant de son comportement.

Elle est surprise mais elle comprends. Ce n'est pas son jour, ça elle le sait. Alors, elle glisse doucement le long de la banquette pour s'approcher de lui. Elle aurait aimé passer un bras autour de ses épaules et le prendre contre elle, lui assurant que tout irait pour le mieux. Mais non, elle n'en fit rien. Leur situation est trop compliquée, son esprit est obnubilé par la bague qui se trouve à quelques centimètres d'elle et qui a réveillé tout ce qu'elle essaie de faire taire. Trouvant un terrain d'entente entre ce qu'elle désire et ce qu'elle peut faire, elle pose simplement une main sur celle de Logan. Peut être qu'il retirera la sienne mais ça, elle n'a pas envie d'y penser maintenant.

« Ce n'est pas grave. Cela fait quinze ans que j'agis comme une abrutie avec toi, je peux bien t'excuser pour cette journée. »

Avec tout ce chambardement, Juliet en a presque oublié la raison pour laquelle ils se trouvent là tout les deux. Avant tout cette journée est l'anniversaire de la maman de Logan, décédée il y a longtemps maintenant. Elle en vient à penser que la pauvre femme est certainement mieux là où elle est. Où qu'elle puisse se trouver, rien ne peut être pire que leur réalité. Ils devaient faire peine à voir tout les deux, même avec l'excuse des zombies, avec leurs bières en guise de petit déjeuner. A essayer de communiquer sans s'engueuler une énième fois. Elle ignore ce que Mme Carter aurait pensé de tout ceci et elle comprends que cela bouleverse Logan. Elle même en vient à se demander si ses propres parents ont survécu à l'apocalypse. Il faut dire que leurs relations se sont dégradées quand elle a décidé qu'il était grand temps que Logan revienne dans sa vie. Elle n'a jamais été douée pour les mots mais elle sent qu'elle doit dire quelque chose, n'importe quoi. Un truc pour détendre l'atmosphère mais rien ne franchit ses lèvres. Alors, ses doigts se referment doucement sur la main de Logan, dans une tentative désespérée de lui remonter le moral.

« Je suis certaine qu'elle comprends. »

Juliet n'est pas convaincue que parler ainsi d'une femme qu'elle n'a pas connu réussisse à rassurer l'homme assis à côté d'elle. Mais elle fait comme elle peut, avec l'infime sens de communication dont elle est dotée.
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
Logan Carter
Carte d'identité
Occupation actuelle : Leader de Fort Hope
Messages : 6839
Points : 6909
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

All Those Years Ago [Juliet] Empty
MessageSujet: Re: All Those Years Ago [Juliet]   All Those Years Ago [Juliet] EmptyMar 30 Aoû - 17:09
All Those Years Ago
Logan & Juliet, 23 Mai 2015


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Comme il s'y attendait et comme il le valait mieux sans doute, Juliet refusa la bague et Logan s'efforça d'ignorer la réponse qu'elle lui donna pour justifier ce refus. La conversation sur le mariage, ils l'avaient déjà eu des semaines plus tôt et elle ne s'était pas très bien terminée, puisque la jeune femme avait finalement pris la fuite au petit matin, alors que l'homme envisageait pour la troisième fois de retenter sa chance avec elle. Ce sujet était désormais clos, chaque fois que Logan s'était imaginé un instant capable de lui donner tout, quelque chose s'était mal passé et il refusait que ça arrive de nouveau, encore moins aujourd'hui. Alors sans rien rajouter, il se contenta d'avaler sa bière et osa finalement lui présenter des excuses. Il allait mal, elle le savait, mais ça n'était pas une raison suffisante pour risquer encore une fois de la blesser et de la voir partir. Même s'ils ne parvenaient plus à former un couple, même s'ils pouvaient à peine se dire quelques mots sans que ça ne tourne mal, l'avoir auprès de lui le rassurait plus que de raison. Après tout, il n'avait rien désiré de plus pendant toute sa vie d'adulte et peut-être que le résultat restait bien loin de ses espérances passées, mais au moins elle était là, maintenant.

Du coin de l’œil, il l'observa se rapprocher et glisser une main dans la sienne, sans qu'il ne fasse le moindre geste pour l'en empêcher. Ce n'était sans doute pas correct, pas sage, mais là tout de suite, il se sentait presque mieux. Une Guinness dans une main, Juliet à ses côtés, la Aston pour les protéger. C'était presque comme autrefois et il n'y avait rien au monde qu'il désirait plus pour cette journée, à part peut-être d'être à Addison auprès de sa mère. Autrement dit, rien n'aurait pu être mieux dans ces circonstances. Pourtant, les pensées de l'homme vagabondaient douloureusement vers des sujets plus tristes et la gêne qui subsistait entre eux ne faisait qu'ajouter à ses idées noires. Ils auraient pu partager ce moment comme une famille, comme un couple uni, ce qu'ils avaient fait plusieurs fois par le passé, mais parmi les nombreuses erreurs que Logan avait commise, détruire sa relation avec Juliet était en bonne place sur la liste.

Pourtant, la jeune femme ne se laissait pas abattre par tout ça et lorsqu'il sentit ses doigts se glisser un peu plus dans sa mains et s'entrelacer aux siens, il pressa la main de Juliet en l'observant un peu plus franchement. Elle reprit finalement la parole, lâchant une phrase qu'elle voulait sans doute rassurante et qui eut au moins l'effet de dérider enfin Logan. Ce n'était encore qu'un sourire timide et un peu triste, mais un sourire quand même. Et elle avait raison, sa mère lui aurait pardonné sans mal de reproduire en ce moment le comportement détestable de son alcoolique de père en consommant de l'alcool à une heure aussi matinale. Elle aurait parfaitement compris la douleur qu'il ressentait en ce moment, dans un monde brisé, sans elle. Mais elle lui aurait sans doute aussi donné une belle gifle sans se laisser impressionner par sa silhouette imposante en voyant qu'il n'avait rien retenu de ce qu'elle avait passé toute une vie à lui enseigner.

« Sûrement, ouais. Mais elle me passerait un sacré savon si elle nous voyait tous les deux. » répondit-il dans un petit rire, avant de replonger son regard dans le vague devant lui, souriant un peu plus franchement en imaginant cette femme minuscule le réprimander comme s'il n'était encore qu'un petit garçon pris en faute. « Elle avait bien plus de courage que moi... » Elle était restée jusqu'à la fin aux côtés de son mari, quand bien même il ne l'avait jamais traité comme elle le méritait. Et chaque fois que Logan avait osé lui demander pourquoi, sans cacher le mépris qu'il ressentait pour cet homme, elle lui expliquait avec la plus grande douceur du monde, sans jamais élever la voix, que rien au monde n'était plus important que sa famille et que Dieu ne nous imposait jamais des épreuves que nous n'étions capables de supporter. Il avait toujours été impressionné par la droiture dont elle faisait preuve, la bonté qui l'habitait, ça l'avait agacé parfois, révolté, mais il s'était pourtant affairé à la prendre comme modèle. Sans succès, visiblement.

« Enfin... Au moins elle n'a pas eu à voir tout ça. » lâcha-t-il finalement, un peu vague, sans savoir vraiment s'il parlait des rôdeurs et de ce qu'était devenu le monde ou tout simplement des nombreuses erreurs qu'il avait commise au cours des années. Puis, il reporta la canette à ses lèvres, la vidant pour de bon cette fois, avant de reprendre, avec plus de précautions :

« Est-ce que... Je peux te prendre dans mes bras ? Juste une seconde. »

Il se sentait un peu ridicule de poser la question, mais de faire simplement le geste sans avoir son autorisation avant était encore plus impossible.

Made by Neon Demon
InvitéInvité
Anonymous
Carte d'identité

All Those Years Ago [Juliet] Empty
MessageSujet: Re: All Those Years Ago [Juliet]   All Those Years Ago [Juliet] EmptyJeu 1 Sep - 9:54


Logan ne rebondit pas sur sa réponse concernant la bague et c'est certainement mieux ainsi. Ils se sont assez blessés comme ça à ce sujet. Ce n'est pas le moment, il n'est pas au meilleur de sa forme et Juliet n'a plus le cœur à se disputer avec lui. Ni aujourd'hui, ni jamais. Elle aimerait vraiment que les choses s'arrangent entre eux et, même s'ils n'arrivent plus à former un couple, elle voudrait qu'ils puissent être dans la même pièce sans ressentir aucune gêne. Elle est fatiguée de devoir le fuir, de détourner le regard et de se contenter d'un sourire timide. Malgré tout ce qu'il a pu se passer entre eux les dernières années, il est la personne qui compte le plus pour elle. Il est le père de sa fille unique, le seul qu'elle a réellement aimé. Et ça, quoi qu'il puisse se passer, cela ne changera jamais.

Juliet ne peut s'empêcher de se sentir rassurée par le fait qu'il ne retire pas sa main de dessous la sienne. Elle l'aurait certainement très mal vécu et son humeur s'en serait fortement ressentie. Il y a assez de lui pour être au fond du gouffre en cette journée du mois de mai. Juliet est là pour le rassurer, le réconforter et aussi garder la tête froide en cas d'attaque de rôdeurs. Son sang froid a été considérablement mis à mal par la découverte de la bague mais il aurait très certainement implosé si Logan s'était dérobé à son contact. Mais au lieu de tout ça, Logan serre un peu plus ses doigts et pivote pour la regarder. Elle réponds à son sourire, soutenant sans mal son regard. Il y a longtemps qu'ils n'ont pas partagé un moment tout simple comme celui ci. Juste eux deux, une bière et la sécurité de l'habitacle de la voiture. Par le passé, ces moments faisaient légion et Juliet se rappelle à quel point elle les adorait. Ils faisaient partie intégrante de leur vie de couple, leur petite bulle à eux.

Il prends la parole, arguant que sa mère lui aurait passé un savon en les découvrant ainsi. Elle ne peut pas le contredire, Juliet n'a jamais connu la femme à laquelle cette journée est dédiée. Mais, quand elle regarde Logan, elle est convaincue qu'elle devait être une bonne mère. Même par les temps qui courent, il reste droit dans ses bottes et ne déroge jamais aux principes auxquels il croit. C'est une qualité qu'elle apprécie chez lui bien qu'elle aurait adoré qu'il y fasse une entorse quelques semaines plus tôt dans cette même voiture. Cela aurait encore un peu plus compliqué les choses entre eux mais il paraît qu'il n'y a pas de mal à se faire du bien.

« Avoir un coup au moral n'a rien aucun rapport avec le courage. Je suis sûre que, là où elle se trouve, elle est très fière de toi. »

Juliet n'est pas quelqu'un de très courageux. Elle fuit les problèmes comme une anguille qui se faufile entre les pierres d'un ruisseau, elle préfère prendre la fuite à la moindre de difficulté. Peut être que s'ils avaient eu cette femme à leurs côtés, leur vie aurait été différente. Elle aurait fait tampon entre eux et Charles, elle aurait rassuré Juliet et elle lui aurait probablement dit que devenir mère est un véritable cadeau du ciel. Elle ne la connaîtra jamais mais il est certain qu'elle l'aurait aimé comme sa propre mère.

Alors, ils en sont là. Elle ignore si la requête de Logan la touche ou la blesse. Certainement un peu des deux. Elle n'aurait jamais imaginé qu'un jour, il lui demanderait l'autorisation avant de l'enlacer. Pour simple réponse, elle cale sa cannette de bière sur le sol, réduit encore un peu l'écart entre eux et enroule ses bras autour du corps massif de son ex. C'est inconvenant, ce n'est pas sage. Juliet sait qu'il est encore trop tôt pour elle de s'adonner à de telles familiarités avec lui. Entre eux, la limite entre ce qu'il reste de leur couple et leur début d'amitié est encore très fine et instable. Elle n'est pas sûre de réussir à s'arrêter et elle doit se faire violence pour ne pas enfouir son visage dans son cou ou bien passer ses doigts dans ses cheveux. Pourtant, elle prends sur elle en s'efforçant d'enfermer tous ses sentiments à double tour dans un coin de sa tête. C'est pour lui qu'elle est là, c'est de lui dont il s'agit aujourd'hui. Le reste, tout ce qui découlera de cette étreinte, c'est son problème à elle.

« Et si on allait à Addison ? »

Collée contre lui, sa voix n'est qu'un murmure. Il faudrait être fou pour parcourir autant de kilomètres dans ce monde infesté de monstres mais elle sait aussi qu'en ce jour, il n'y a pas d'autres endroits où il voudrait être.
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
Logan Carter
Carte d'identité
Occupation actuelle : Leader de Fort Hope
Messages : 6839
Points : 6909
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

All Those Years Ago [Juliet] Empty
MessageSujet: Re: All Those Years Ago [Juliet]   All Those Years Ago [Juliet] EmptyJeu 1 Sep - 18:39
All Those Years Ago
Logan & Juliet, 23 Mai 2015


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Une fois encore, Logan resta silencieux face à la réponse de Juliet, se contentant d'un petit rire triste. Elle ne comprenait pas vraiment ce qu'il avait essayé de dire et il ne pouvait pas le lui reprocher de toute manière, elle n'était pas dans sa tête, elle n'avait même jamais connu Milie, comment pourrait-elle deviner les pensées ridicules qui traversaient l'esprit de son ex ou ce qui aurait fait la joie de cette femme dont il parlait si peu ? Il aurait pu lui expliquer, bien sûr, lui dire que non, sa déprime soit-disant passagère n'avait rien à voir avec son courage, mais qu'il en avait totalement manqué en ne faisant jamais assez d'effort pour que cela fonctionne entre eux et qu'il le regrettait, au moins autant que l'aurait déploré sa mère. Qu'est-ce que ça changerait maintenant, de toute façon ? Il ne parviendrait qu'à rendre le moment encore plus déprimant et il n'en avait aucune envie.

Sans le savoir, Juliet parvenait au moins à lui mettre un peu de baume au cœur. Il continuait de rester perplexe, ne croyant pas tout à fait que sa mère aurait été fière de lui, mais ça lui faisait du bien de l'entendre et il appréciait l'effort de la jeune femme. Malgré tout ce qu'ils avaient traversé, malgré l'immense fossé qui s'étendait désormais entre eux, elle était toujours l'une des personnes les plus importantes de sa vie et elle arrivait encore à le réconforter, tant bien que mal.

Ce n'était pas encore ça, mais il se sentait suffisamment mieux pour oser demander, hésitant, à la prendre dans ses bras. Demander, oui, aussi étrange que cela pouvait sembler, car même s'ils s'efforçaient tous deux de tourner la page, Logan avait l'impression que dans le fond, les sentiments qu'ils avaient autrefois éprouvés ne disparaîtraient jamais vraiment et des moments comme celui qu'ils partageaient actuellement n'aidait pas vraiment à aller dans ce sens. Les siens en tout cas étaient toujours là, même s'il arrivait à les ignorer assez pour continuer de vivre sa vie. Et comment pouvait-il savoir où elle en était, elle ? Ils n'en parlaient plus, il s'y refusait tout simplement, décidé à ne pas compliquer encore les choses. Alors même si demander pouvait sembler à la fois ridicule et un peu vexant, il le fit quand même, laissant une chance à la jeune femme de refuser si c'était encore trop tôt pour elle, trop compliqué.

Mais pour toute réponse, elle s'éloigna le temps de se débarrasser de sa canette avant de revenir se glisser contre lui. Il l'entoura de ses bras, plongeant son visage dans ses cheveux et resta silencieux, profitant simplement du réconfort que lui offrait cette étreinte. Peu à peu, la gêne s'envolait et il parvenait à se sentir un peu plus à sa place. Il n'avait demandé qu'une seconde, ne comptait même pas y passer plus de temps et pourtant, ils restaient là collés l'un à l'autre sans qu'aucun ne fasse le moindre geste pour s'éloigner et bien qu'il n'aurait pas du, Logan se sentait bien.

Jusqu'à ce que Juliet reprenne la parole, du moins. Sa question n'était qu'un murmure, mais elle fit l'effet d'un coup de poing dans le ventre à Logan qui se crispa un instant. Aller à Addison... Oh il y pensait depuis un long moment, depuis qu'il s'était réveillé en pleine nuit, ou plutôt qu'il avait abandonné pour de bon l'idée de dormir, mais... C'était une idée totalement stupide et dangereuse. Ils n'arriveraient jamais à parcourir les dix heures de routes que nécessitait ce voyage dans la journée, il le savait pertinemment. Cela leur prendrait des jours, sans aucun doute, rien que pour faire l'aller. Pourtant le refus simple et logique qu'attendait la question peinait à traverser les lèvres de l'homme. Il n'avait aucun mal à s'imaginer retourner à la caserne pour récupérer Eulalie et prendre la route tous les trois, filer vers le Vermont, vers sa maison, son chez lui. Toute sa vie, il avait entretenu le rêve de quitter cette région sans jamais le faire et maintenant qu'il n'y était plus, rien au monde n'aurait pu lui faire plus plaisir que d'y retourner. C'était tentant, vraiment tentant, peut-être même trop et il osait à peine imaginer les problèmes qu'ils créeraient encore en prenant cette décision totalement égoïste.

Doucement, Logan se redressa pour regarder la jeune femme, sans cesser de l'enlacer pour autant, l'observant un instant sans rien dire. Il ne pouvait rien répondre d'autre que non, il le savait, alors pourquoi restait-il silencieux ? « Ça nous prendrait des jours rien que pour y aller, on ne peut pas laisser notre fille seule aussi longtemps. » fut tout ce qu'il trouva à répondre après de longues secondes, sans détourner le regard, sans que les traits de son visage ne se détendent. De tous les arguments qu'il pouvait opposer à cette idée, il avait choisi le pire et il le savait, sans parvenir à s'expliquer pourquoi. Juliet lui répondrait exactement ce à quoi il avait pensé lui-même : il n'y avait qu'à l'emmener avec eux, c'était simple comme bonjour. Égoïstement sans doute, il comptait sur elle pour se montrer responsable à ce sujet, être sa bonne conscience le seul jour où il n'arrivait pas à en avoir une par lui-même.

Made by Neon Demon

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

IYF Awards #3:
 
InvitéInvité
Anonymous
Carte d'identité

All Those Years Ago [Juliet] Empty
MessageSujet: Re: All Those Years Ago [Juliet]   All Those Years Ago [Juliet] EmptyJeu 1 Sep - 22:18
Juliet n'est pas prête à se tenir aussi prêt de lui. D'ailleurs, après leur dernière dispute, elle ne pensait pas avoir le droit de l'enlacer avant un bon moment. Il semblait vraiment avoir envie de passer à autre chose, lui donnant par l'occasion une réelle raison de le faire à son tour. A quoi bon l'attendre puisqu'il lui a bien fait comprendre qu'il était en train de refaire sa vie de son côte ? La vie est bien trop courte. C'est dans cette optique qu'elle a été rechercher Kelly à l'hôpital, qu'elle l'a presque supplié de venir habiter à la caserne. Elle sait qu'il lui faudra du temps pour que les sentiments pour Logan s'estompent et se transforment en autre chose. Elle sait qu'elle n'est pas prête de dire « je t'aime » à quelqu'un d'autre, ni même de lui jurer amour et fidélité. Ces choses là ont toujours été exclusivement réservées au père de sa fille. Et ce n'est pas ce qu'il se passe en ce moment entre eux qui va faire changer cet état de fait.

Elle resserre un peu plus son étreinte lorsque Logan glisse son visage dans ses cheveux, posant sa joue contre son crâne. Lentement, la seconde demandée devient une minute, puis deux, puis trois. Elle ne devrait pas mais elle se sent bien, la tension ambiante s'évanouissant peu à peu comme si ce câlin était la réponse à tous leurs maux. Elle sait que ce qu'ils sont en train de faire ne va être bénéfique pour personne. Ni pour eux, ni pour Kelly et Joy. Cela va compliquer leur situation plus que de raison, rajoutant une gêne supplémentaire quand ils se croiseront dans les couloirs de la caserne. En rentrant, Juliet va devoir composer avec le fait qu'il couche avec une autre. Que les étreintes, les baisers et les mots doux ne lui seront pas adressés à elle. Tout cela alors que, manifestement, les sentiments qu'ils se portaient autrefois ne sont pas bien loin. Enfin, cela est vrai pour elle. Elle ignore s'il en est de même pour lui et elle n'a pas envie de poser la question. De un, cela ne se fait pas. De deux, elle n'est pas sûre de vouloir entendre la réponse. De trois, elle n'a pas envie qu'ils se disputent encore à propos de leur histoire partie en fumée. Elle s'en veux de ne pas avoir cru en lui quand c'était réellement important. De ne pas avoir été la compagne qu'elle aurait du être pour lui et qu'il méritait. Elle espère au moins, que l'espace de cette journée, elle sera une amie à la hauteur.

Il s'éloigne et l'espace d'un instant, elle pense qu'il va mettre fin à leur étreinte. Pourtant, il ne la lâche pas et elle soutient son regard. Sa réponse lui arrache un demi sourire. Il y a tant de contre-argument qu'elle pourrait lui opposer. Il leur suffirait simplement de retourner la chercher, de siphonner le reste des réservoirs des camions pompiers et en avant. Ils pourraient être à Addison avant la fin de la semaine. La gamine serait même ravie de retrouver ses parents, de former la famille à laquelle elle n'a jamais eu droit. Mais voilà, Eulalie n'est pas la vraie raison de son refus. Elle le sait et au fond d'elle, elle ne peut qu'être d'accord. Ce choix sera égoïste et cela mettrait à mal l'équilibre du groupe. Sans compter les couples qu'ils forment à présent, chacun de leur côté.

« Eulalie n'est pas la raison de ce refus mais... Je suis d'accord, cela ne serait pas raisonnable. On ferait du mal autour de nous si on partait de cette manière. »

Elle ne s'étend pas sur la question, elle sait qu'il comprendra à qui elle fait allusion. Pourtant, en cet instant, Juliet se fiche pas mal des dégâts qu'ils pourraient occasionner en prenant la route pour Addison. Elle a beau être rentrée dans le Michigan depuis une dizaine d'années, elle s'est toujours sentie chez elle dans le Vermont. Par moment, elle aimerait vraiment y retourner et elle prends conscience que cette région lui manque. Elle ne dit rien pour autant, ne voulant pas le rendre plus triste qu'il ne l'est déjà.

« On a qu'à simplement fermer les yeux et imaginer qu'on y est. »

Elle s'exécute et ferme les paupières. Juliet revoit le cimetière d'Addison, son immense pelouse verte et l'odeur de l'herbe fraîchement coupée. Elle se revoit aux côtés de Logan, lui donnant la main pour le soutenir. Elle revoit défiler le paysage derrière les vitres de l'Aston et elle pourrait presque ressentir le sentiment de plénitude qui l'habitait à cette époque. Alors, elle rouvre les yeux et lève le regard vers Logan. Non, ce n'était pas une très bonne idée de plonger comme ça dans des souvenirs vieux de quinze ans, pas alors qu'elle est en pleine de tentative pour tourner la page.

Un bruit venant de derrière eux la force à se retourner. Un rôdeur est appuyé contre le coffre de la voiture, ses bras pourris tendus devant lui dans l'espoir vain de les attraper. Pourtant elle n'esquisse pas le moindre mouvement. Elle sait que du temps qu'ils resteront enfermés dans le véhicule, ils n'auront rien à craindre. Juliet tends simplement le bras pour verrouiller les portes depuis l'intérieur, il ne faudrait pas prendre trop de risque non plus.

« Quand je vois ce qui nous entoure, je me demande de quoi sera fait le futur de notre fille. »

Juliet s'est promis de lui remonter le moral en cette sombre journée mais la simple vue de ce zombie a tout balayé sur son passage. Sa voix est basse et presque mélancolique. Elle a eu une enfance heureuse, choyée et chérie par ses parents. Eulalie n'a le droit qu'à un monde froid et hostile. Elle s'approche encore un peu et passe ses jambes par dessus celles de Logan, posant sa joue contre son torse. Elle ne comptait pas rester contre lui aussi longtemps mais, bien que cela ne soit pas convenable, elle se sent terriblement bien.
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
Logan Carter
Carte d'identité
Occupation actuelle : Leader de Fort Hope
Messages : 6839
Points : 6909
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

All Those Years Ago [Juliet] Empty
MessageSujet: Re: All Those Years Ago [Juliet]   All Those Years Ago [Juliet] EmptyJeu 1 Sep - 23:39
All Those Years Ago
Logan & Juliet, 23 Mai 2015


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Par chance, Juliet semblait avoir entendu sa supplication muette et au lieu d'enfoncer la porte ouverte qu'il lui montrait, elle se contenta d'accepter son refus sans rien ajouter que la simple évidence. Ce serait facile de tourner les talons, tellement facile et même si le Vermont lui manquait plus qu'il ne l'aurait jamais imaginé, Logan savait qu'il finirait par regretter d'avoir pris une décision aussi ridicule. Il se sentait profondément déprimé et lâche, aujourd'hui, mais blesser Joy ne faisait pas partie de ses projets et même si l'envie de prendre le large devenait pressante, il ne pouvait pas se le permettre. Le passé avait quelque chose de réconfortant, puisque tout y était plus simple, mais s'y accrocher n'était pas sain et il le savait. Même s'il avait du mal à se défaire de son ex, même s'il traversait un moment difficile et qu'il avait encore du mal à s'ouvrir à Joy, il tenait à elle et n'avait aucune envie de lui faire du mal sur un coup de tête.

Il fut pourtant assez surpris de la réponse de Juliet, agréablement, mais surpris tout de même. C'était sa chance et elle ne la saisissait pas, préférant agir correctement cette fois. L'espace d'une seconde, il revoyait la femme qu'il avait aimé et qu'il croyait disparue lorsqu'elle avait pris la décision de partir, quelques semaines plus tôt, envers et contre toute logique et toute responsabilité. Il tâchait de ne pas le montrer, mais au fond, Logan se sentait soulagé de la réponse de la jeune femme, sachant parfaitement que dans son état, il n'aurait sans doute pas opposer de résistance très longtemps. Au moins, il pouvait compter sur elle aujourd'hui, à un moment où il en avait vraiment besoin et cela suffisait à le faire se détendre un peu plus. Qu'importe si leur ébauche d'amitié ne tenait pas plus longtemps qu'aujourd'hui, c'était déjà assez. Il n'avait donc rien à répondre, aucune raison d'expliciter un peu plus ce qu'ils savaient tous les deux ou de continuer sur cette pente glissante.

Pourtant, s'il avait pu, Logan aurait tout donné pour mettre ce projet à exécution. Pas forcément s'enfuir en laissant derrière lui les personnes qui comptaient désormais dans sa vie, en laissant Joy, mais simplement rentrer chez lui. Quitte à devoir mourir dans ce monde pourri, il aurait aimé le faire dans un endroit où il se serait senti à sa place et Détroit ne l'était clairement pas. Fermer les yeux et simplement imaginer y être comme le proposait Juliet pouvait être réconfortant aujourd'hui, mais ça ne durerait pas et ce besoin de retourner chez lui commençait à peser sur Logan depuis un moment déjà, même s'il ne l'avait pas envisagé sérieusement avant ce jour. Il ne ferma pas les yeux pour autant, il n'avait pas besoin de ça pour revoir à la perfection les images qui avaient bercées sa vie, les rues de Burlington, celles d'Addison et même le petit cimetière derrière l'Eglise qui abritait la dépouille de sa mère. Tout ça était encore frais dans son esprit et il doutait que ça ne change un jour. Alors il garda simplement le silence en repensant à tout cela, attendant seulement que quelque chose d'autre lui vienne pour le briser, si cela arrive un jour.

Et finalement, Juliet releva les yeux vers lui, sans rien dire. La tension semblait remonter d'un coup, mais loin de l'apprécier, l'homme commençait à ressentir un certain malaise. C'était trop tôt pour qu'ils se retrouvent seuls, trop tôt pour qu'ils partagent une intimité sans ambiguïté et pendant un instant, il se mit à craindre que ce regard ne se transforme en une tentative de la jeune femme de se rapprocher. Il devait y mettre fin avant que ça ne tourne mal, même si ce simple geste risquait déjà de dégrader la situation. Comment avait-il pu penser un seul instant qu'un mois suffirait à tout effacer ? Il s'était précipité sans vraiment se préoccuper de ce que Juliet pouvait ressentir et il allait le payer, forcément. Mais avant qu'il n'ait le temps d'agir, un coup à l'arrière les fit se retourner tous les deux pour apercevoir un unique rôdeur à l'autre bout de la voiture, tentant inutilement et désespérément de les atteindre au travers du pare-brise arrière.

Il était peut-être seul pour l'instant, mais son incapacité à atteindre son repas risquait de le rendre bruyant et d'en attirer d'autres. Et bien qu'ils semblaient parfaitement en sécurité à l'intérieur de la voiture, plus encore maintenant que Juliet avait verrouillé les portes, Logan continuait de garder un œil sceptique sur la créature. Est-ce qu'elle parviendrait à briser la vitre à force de taper dessus ? Parce que trouver des pièces d'Aston Martin, ce n'était déjà pas une mince affaire avant l'apocalypse, mais maintenant, autant dire que ce serait absolument impossible. Si quoi que ce soit se cassait dans cette voiture, ce serait définitif, il fallait en avoir conscience. Et Logan n'était pas très enclin à perdre son petit trésor, même si on le trouvait ridicule pour ça.

Il resta quand même en place, reportant son attention sur Juliet lorsqu'elle reprit la parole, toujours un peu distrait par le rôdeur à l'extérieur. Il tenta tout de même de se concentrer sur ce qu'elle disait et qui n'avait rien de très réconfortant. Elle était en train de perdre ses bonnes habitudes, là, mais elle n'avait pas tort sur ce point. Leur fille grandissait dans un monde horrible, déjà que le leur n'était pas idéal, la pauvre enfant aurait à traverser l'Enfer. Et malgré toute leur bonne volonté, ses parents ne pourraient rien y faire. Même en tuant chaque rôdeur qui se présentaient sur leur route, il continuerait d'y en avoir d'autre, encore et encore, jusqu'à ce qu'un miracle se produise. Si le monde entier se trouvait dans la même situation qu'eux, que partout il ne restait plus que quelques dizaines de survivants privés du minimum de confort et abandonnés à leur sort, qui pourrait changer les choses ?

« Elle s'en sortira. » répondit tout de même Logan, faisant montre d'un optimiste qu'il ne ressentait même pas. « J'ferais tout ce qu'il faut pour ça. » Il ne pouvait peut-être pas sauver tout le monde, mais sa fille, ses filles puisqu'il en aurait bientôt une autre même si c'était encore un secret qu'il conservait précieusement, elles survivraient le temps qu'il faudrait. Sans rien dire, il laissa la jeune femme se déplacer, rendre leur étreinte encore plus compromettante, peut-être, se contentant simplement de déplacer ses bras autour d'elle pour maintenir son emprise. Le son du rôdeur chutant sans arrêt contre la carrosserie de l'Aston le rendait nerveux, mais il essaya de l'ignorer encore un peu, reprenant la parole quand Juliet fut installée. « D'ailleurs si tu es d'accord, j'aimerais commencer à lui apprendre à se défendre bientôt. » Eulalie allait avoir dix ans et malheureusement pour elle, le moment semblait largement venu qu'elle sache se débrouiller face aux rôdeurs. Tout pouvait arriver, même s'ils parvenaient peu à peu à faire de la caserne un endroit sécurisé et tranquille, ils n'étaient pas à l'abri d'un problème. Le coup de l'alarme le mois précédent l'avait prouvé, il fallait que la fillette puisse réagir, qu'elle devienne une survivante exemplaire quand le moment serait venu pour elle de participer un peu plus activement dans le groupe, ce qui finirait bien par arriver aussi. C'était une triste réalité, mais c'était la leur : à un moment ou à un autre, leur fille devrait troquer ses jouets contre une arme.

Enfin, cette idée n'enchantait guère le père et au lieu d'y penser plus longtemps, il poussa un soupir en jetant un autre regard en arrière, avant de reporter son attention vers l'avant, louchant sur son sac à dos qui avait glissé au sol pour laisser à Juliet la place sur ses genoux. « Rhum ? » demanda-t-il, las et bien conscient que noyer ses soucis dans l'alcool ne servirait à rien. Mais c'était une bonne façon de les oublier au moins pour la journée ou du moins jusqu'à ce qu'ils soient obligés de rentrer à la caserne.

Made by Neon Demon

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

IYF Awards #3:
 
InvitéInvité
Anonymous
Carte d'identité

All Those Years Ago [Juliet] Empty
MessageSujet: Re: All Those Years Ago [Juliet]   All Those Years Ago [Juliet] EmptyVen 9 Sep - 15:44
Juliet sait qu’elle vient de laisser passer sa chance de reconstituer leur famille. Il lui aurait suffit d’argumenter, de lui dire qu’Eulalie n’était pas un problème. Il leur suffisait d’aller la chercher et de filer vers le Vermont. Là bas, ils auraient juste eu à trouver un refuge sûr et ils auraient pu élever leur fille. Vivre la vie dont ils rêvaient autrefois, juste eux trois contre le reste du monde. Au final, il ne leur en fallait pas plus pour être heureux. Ils étaient à même d’assurer leur survie et plus les jours passaient, moins les zombies l’effrayaient. Pourtant, malgré le fait qu’il lui tendait une perche grosse comme un baobab, elle a refusé. Il n’aurait pas été compliqué de le convaincre mais elle sait   qu’une fois la déprime engendrée par cette journée passée, il aurait regretté. Elle refuse qu’il plaque tout pour partir avec elle pour de mauvaises raisons. Et si il ne doit plus jamais avoir de bonnes raisons, alors tant pis. Elle pense pouvoir arriver à se faire à cet état de fait : elle a laissé passer sa chance même si elle le regrettera toute sa vie. Et puis, quoi qu’elle en dise, elle aussi elle ne peut pas partir comme une voleuse. Elle ne peut plus du moins. Elle l’a fait plus d’une fois et cela ne lui a rien apporté de bon.  Quoi qu’elle en dise, elle tient énormément à Kelly. Avant d’être son amante, la jeune femme est sa plus vieille amie. Elles se connaissent depuis l’enfance et elle ne peut pas lui faire un coup pareil. Pour une fois dans sa vie, Juliet fait passer les autres avant elle. Ca change et ce n’est pas si désagréable que cela.

Le rôdeur qui se cogne avec insistance contre le coffre va pas tarder à ameuter toutes les hordes des environs mais Juliet n’a pas le coeur à demander à Logan de rentrer. Où même de déplacer la voiture. De toute façon, le bruit du moteur qui se met en route risque également d’attirer tout les monstres du coin. Cela aurait été une bonne diversion puisque lorsqu’elle a rouvert les yeux, la tension est montée d’un cran dans l’habitacle. Le moment est devenu gênant et la dernière fois que cela s’est passé de cette manière, Juliet a fini par l’embrasser et lui par lui dire je t’aime. Sauf que là, cela ne peut se reproduire. Il semble attaché à la rouquine et elle ne peut résolument pas faire ça à Kelly. Même si elle a envisagé le contraire quelques minutes auparavant, elle sait qu’elle n’en sera pas capable. Surtout qu’ils ne sont pas là pour ça, ils sont là pour honorer la mémoire de la mère de Logan, pas pour tromper leurs petites amies respectives. Alors elle a changé de conversation, demandant avec justesse comment Eulalie allait s’en sortir dans ce monde de fou. Elle a parlé aussi pour que Logan se focalise moins sur le rôdeur essayant vainement de les transformer en cheeseburger.

« Il faudra bien qu’elle s’en sorte. On ne sera peut être pas toujours là pour la défendre. »

Par moment, Juliet devrait apprendre à se taire. Ce n’est peut être pas le bon moment pour parler de cela pourtant c’est une éventualité à envisager. Elle fronce les sourcils lors de la proposition de Logan et décide de se remettre assise correctement. Elle n’est pas prête à avoir une conversation sur l’avenir de leur enfant tout en étant assise sur ses genoux. C’est encore un peu trop tôt. Elle récupère sa bière et la termine presque d’une traite.

« Elle est encore un peu petite pour se battre, non ? On peut pas plutôt lui interdire de sortir de la caserne sans nous ? J’ai pas envie d’apprendre ce genre de choses à notre fille. Elle a seulement eu dix ans... »

Elle à dix ans, elle prenait des cours de peinture et elle faisait du vélo dans l’allée de garage. Elle était sévèrement réprimandée en cas de bagarre et cela lui était formellement interdit. Le monde a peut être changé mais elle n’est pas prête à ce que son petit bébé devienne une machine de guerre. Juliet a toujours l’image d’Eulalie qui a peur du noir et qui la forçait à ouvrir tout les placards pour lui prouver qu’il n’y avait pas de monstres. Sauf que désormais, les monstres sont sortis des livres de contes pour enfant et envahissent les rues.

Il lui propose du rhum et, bien que cela l’enchante autant qu’une Guinness, elle prit la bouteille qu’elle déboucha d’un air assuré. Cette boisson est peut être un tord boyau mais au moins, cela la saoulera et elle oubliera le temps la journée la merde dans laquelle ils vivent. Juliet allait boire une lampée de rhum mais elle suspends soudainement son geste, fixant Logan du regard.

« On trinque à quoi ? »
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
Logan Carter
Carte d'identité
Occupation actuelle : Leader de Fort Hope
Messages : 6839
Points : 6909
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

All Those Years Ago [Juliet] Empty
MessageSujet: Re: All Those Years Ago [Juliet]   All Those Years Ago [Juliet] EmptySam 10 Sep - 3:07
All Those Years Ago
Logan & Juliet, 23 Mai 2015


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]C'était presque agréable, finalement. Logan ne se sentait pas encore tout à fait bien, tout à fait détendu, ses idées noires continuaient de le torturer quelque peu, mais il suffisait d'arroser un peu tout ça et il arriverait à tenir le reste de la journée. Et le lendemain, tout serait revenu dans l'ordre, il n'y aurait plus de problème. Le bonheur quoi... Si on oubliait les rôdeurs et le monde en ruine. Et en ce moment, il avait un peu de mal à oublier les rôdeurs, puisque l'un d'eux tapait sur le coffre de sa Aston depuis quelques minutes déjà, le rendant totalement dingue. Voilà pourquoi il évitait de la sortir du garage. Ça et le fait que bien que ce soit une petite merveille, elle consommait trop d'essence pour ce foutu monde.

Le problème, c'est que la morosité de Logan était en train d'atteindre Juliet et au lieu de se montrer positive pour le soutenir un peu, elle s'était mise à parler de leur fille, du monde horrible dans lequel elle allait grandir. Bref, le sujet idéal à aborder quand on était parent, quoi. L'homme baissa les yeux un instant, puis il s'efforça d'être celui qui voyait le bon côté des choses pendant quelques minutes, assurant à la jeune femme que leur fille irait très bien. Elle était encore jeune, mais elle avait toute la vie devant elle pour devenir la parfaite petite survivante. D'ici dix ans, elle régnerait sur le monde. En tout cas, c'est ce dont il essayait de se convaincre pour se rassurer. Ainsi, il aborda un sujet dont il faudrait bien parler un jour : le moment était venu de préparer Eulalie à survivre par elle-même, tant que ses parents étaient encore là pour s'en charger.

Il lui proposa aussi du rhum au passage, surtout par politesse parce qu'il en voulait, lui et qu'il se voyait mal se servir tranquillement sans demander à la jeune femme si elle en voulait aussi. Il ne put retenir un sourire à la réaction de la mère. Elle s'était éloignée de lui, elle n'était pas tellement ravie et bien sûr, elle arguait que leur fille était encore trop jeune pour ça.

« Elle est jeune, c'est sûr, mais préfère être trop prudent que pas assez. »

C'était mieux, au moins à ses yeux, de confronter Eulalie à la réalité du monde maintenant que de l'enfermer dans une bulle encore quelques années et qu'il soit trop tard ensuite. Il pouvait arriver n'importe quoi, ils pouvaient se faire attaquer ou commettre une erreur quelconque, même aujourd'hui. Et qui s'occuperait de leur fille, alors ? Joy, sans doute, mais mieux valait mettre toutes les chances de leur côté maintenant.

Juliet avait finalement récupéré la bouteille d'alcool et s'apprêtait à en avaler une gorgée avant de se raviser, lui demandant à quoi ils devaient trinquer. Très bonne question, à vrai dire. De quoi pouvaient-ils encore se réjouir ? Logan prit quelques secondes de réflexion et, avec un sourire il répondit :

« Au génie qui a inventé l'alcool et qui va nous permettre aujourd'hui d'oublier cette vie de merde pendant quelques heures. »

Il était déjà bien assez déprimé comme ça pour en rajouter une couche avec quelque chose de trop sérieux et de trop profond. Il ne voulait trinquer ni à l'avenir, ni au passé. L'un ne reviendrait jamais et l'autre ne serait probablement rien de plus que décevant, alors à quoi bon ? Il voulait seulement être heureux maintenant, passer le reste de la journée dans le brouillard avant de reprendre le train en marche. Et toutes ces fichues discussions qu'ils avaient depuis le début ne l'aidaient pas vraiment.

« Et si on faisait un jeu ? » demanda-t-il, essayant de garder un semblant de bonne humeur. Les jeux à boire, il n'y avait rien de tel pour détendre l'atmosphère et s'alcooliser rapidement. Il prit la bouteille des mains de la jeune femme une fois qu'elle eut avalé une gorgée et en fit de même, reprenant ensuite : « Un petit 'Je n'ai jamais' comme des étudiants paumés, ça te tente ? » Après tout, ils avaient passé bien des années l'un sans l'autre et Logan ne s'était pas ennuyé pendant tout ce temps alors il supposait que Juliet aussi avait eu son lot d'expériences foireuses ou mémorables. « Mais si tu permets avant ça, j'vais nous débarrasser de l'autre. »

Et sur ces mots, il lui confia la bouteille, s'empara de son couteau et sortit de la voiture pour régler son compte à ce fichu rôdeur qui commençait sérieusement à lui échauffer l'esprit. L'affaire de quelques minutes et le cadavre reposait au sol, tandis que Logan reprenait sa place derrière le volant, prêt à s'enivrer pour de bon.
Made by Neon Demon

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

IYF Awards #3:
 
InvitéInvité
Anonymous
Carte d'identité

All Those Years Ago [Juliet] Empty
MessageSujet: Re: All Those Years Ago [Juliet]   All Those Years Ago [Juliet] EmptyMer 21 Sep - 15:24
Logan a raison. Dans leur monde, il valait mieux être trop prudent que pas assez. Sur ce coup là, il est la voix de la raison. Mais enseigner l’art de la bagarre à Eulalie n’est pas sans risque non plus. A un moment donné, ils seront obligés de sortir pour qu’elle puisse s’entraîner contre des rôdeurs et là, cela deviendra réellement dangereux. La petite famille va devoir sortir et s’exposer à la menace qui hante leurs rues. Ils vont potentiellement être blessés ou bien pire encore. Juliet n’est pas certaine d’être capable de supporter cela. Ils ont encore le temps et pour le moment, Eulalie reste bien sagement dans la caserne. Et s’il leur arrive malheur, elle sait que Kelly sera là pour prendre soin de l’enfant. Kelly, ses qualités de militaire et de médecin. Elle a la seule personne au monde à qui Juliet accepterait de confier son enfant. Alors s’il devait lui arriver malheur, ça sera elle et personne d’autre qui élèvera Eulalie.

« Tu as raison mais je n’aime pas cette idée. J’ai besoin d’y réfléchir. »

Juliet sait qu’elle sera obligée d’accepter tôt ou tard. Leur fille ne peut pas dépendre de quelqu’un toute sa vie. Il va bien falloir un jour qu’elle sache comment survivre et comment se défendre. Elle aussi a commencé à s’y mettre, avec le grand renfort d’Oliver. Mais elle n’a pas envie de donner une quelconque réponse tout de suite. Ils auront tout le temps d’en rediscuter à tête reposée une fois rentrés à la caserne. Ils y seront au calme, en sécurité et surtout, ils pourront inclure la principale intéressée dans la discussion. C’est pour cela qu’elle a préféré y mettre un terme à ce moment, d’autant qu’il vient de sortir une bouteille de rhum.

Aussitôt sortie, aussitôt chipée par Juliet qui lui demande à quoi trinquer. Elle s’attendait à toutes les réponses sauf celle qu’il lui a donnée. Trinquer à l’inventeur de l’alcool, pourquoi pas. Elle avait plutôt pensé lever sa bouteille à la guérison du monde ou même encore à leur réconciliation, puisque celle-ci est en bonne voie. Quoi que, là encore, il n’avait pas trop tord. L’ambiance est déjà bien assez pesante pour trinquer à quelque chose d’aussi sérieux et qui risque de refroidir encore un peu plus l’atmosphère. Elle lève donc la bouteille au dessus de sa tête, faisant bien attention à ne pas en renverser partout. L’alcool se faisait rare et même si elle n’aimait pas particulièrement le rhum, il ferait bien l’affaire pour l’enivrer.

« Ok… Alors à toi qui a inventé l’alcool, toi ce génie de l’ivresse. »

Elle porte le goulot à ses lèvres et avale une gorgée de rhum. Le liquide ambré coule dans son œsophage, brûlant tout sur son passage. Sa langue s’engourdit et elle a l’impression que ses boyaux sont en train de fondre. Ce truc n’est vraiment pas bon et vu la grimace qu’elle affiche, il lui sera difficile de mentir à Logan. Elle le laisse reprendre la bouteille et le regarde en avaler son contenu sans broncher. Puis, elle fronce les sourcils à sa proposition. Les jeux à boire. Elle n’a jamais été fan et pour être honnête, il serait plus sage qu’elle refuse. Mais avant qu’elle ne puisse en placer une, il sort de la voiture pour aller régler son compte au rôdeur qui continuait de tambouriner contre le coffre.

Seule dans l’habitacle, sans pour autant lâcher Logan du regard, Juliet pèse les pour et les contre d’un tel jeu. Pour, ça va leur faire oublier leur quotidien l’espace d’une journée et ça, c’est vraiment bien. Contre, ils vont être alcoolisés et il peut se passer n’importe quoi. Vraiment n’importe quoi. Tout à l’heure, elle a été assez lucide pour ne pas s’engouffrer dans la brèche qu’il a ouverte en évoquant un possible départ. Avec un coup dans le nez, elle aurait plongé dedans la tête la première. Elle n’a pas encore pris une décision que Logan est déjà de retour, assis sur le siège à côté d’elle et fin prêt à commencer.

« Va falloir que tu m’expliques comment jouer à ton truc. Lorsque j’étais étudiante, je préférais laisser un beau mécanicien me dévergonder plutôt que de traîner avec mes camarades de promo. »

Après un sourire entendu, elle lui tends la bouteille pour qu’il lui explique le fonctionnement de son jeu. Certes, Juliet était encore jeune quand ils se sont séparés mais elle a dû élever leur fille et cela n’est pas compatible avec les jeux d’alcools.

« Vas-y commence et je ferai comme toi. »
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
Logan Carter
Carte d'identité
Occupation actuelle : Leader de Fort Hope
Messages : 6839
Points : 6909
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

All Those Years Ago [Juliet] Empty
MessageSujet: Re: All Those Years Ago [Juliet]   All Those Years Ago [Juliet] EmptyLun 26 Sep - 16:17
All Those Years Ago
Logan & Juliet, 23 Mai 2015


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Il n'y avait vraiment pas de quoi être fier, mais armé de sa bouteille de rhum, Logan était bien décidé à traverser cette journée sans redevenir sobre trop longtemps. C'était censé être l'anniversaire de sa mère, pourtant, une journée où il aurait du lui rendre honneur et faire en sorte de se montrer digne d'elle et pourtant, il choisissait d'affronter sa douleur en la noyant sous l'alcool, comme le faisait son alcoolique de père. Mais fallait-il vraiment s'en étonner ? Après tout, la pomme ne tombe jamais très loin de l'arbre, pas vrai ?

Il avait bien conscience de tout ça, mais aucune autre idée pour affronter ses démons et continuer d'avancer. La vie n'était déjà pas facile avant l'apocalypse, mais maintenant, c'était une horreur pour tout le monde. Alors qu'importe si ça n'était pas très intelligent de trinquer à l'alcool en affirmant haut et fort qu'il serait ivre dans peu de temps et de faire tout ça en compagnie de son ex au lieu d'agir comme un adulte. Il agissait déjà de la bonne manière, il faisait déjà tout ce qu'on attendait de lui tous les jours de sa vie. Aujourd'hui, c'était son jour de congés, voilà.

Alors après s'être débarrassé de cet insupportable rôdeur qui ne savait vraiment pas ce qui l'attendait en venant chercher des poux à Logan aujourd'hui, il était retourné s'asseoir près de Juliet qui acceptait finalement de se lancer dans le petit jeu à boire qu'il venait de proposer, prétextant qu'elle ne saurait pas comment faire, elle, toute occupée qu'elle avait été à se faire dévergonder par un mécano au lieu de profiter de sa jeunesse. Il répondit à son sourire de la même manière. C'est vrai que lui non plus n'était pas tellement ce genre de mec, quand il en avait encore l'âge. Peut-être que de ne pas avoir été à la fac l'avait tenu éloigné de ce genre de pratiques, mais il s'était bien rattrapé au cours des dix dernières années et quelques charmantes étudiantes de passage l'avaient initiés aux plaisirs de trouver des prétextes pour s'alcooliser. Il garda tout de même cette information pour lui, récupérant simplement la bouteille pour réfléchir à comment commencer la partie. L'idée étant qu'il s'enivre, il avait dans l'intention de ne pas trop faire d'efforts pour gagner.

« Ok, alors... » Il fallait commencer facile, cela dit, histoire que Juliet puisse comprendre facilement le but, même si le but était de faire boire les autres et pas soi-même au départ, tout en découvrant des secrets, ce qui l'intéressait quand même pas mal aussi. « On va commencer par un facile. Je n'ai jamais bu d'alcool. Si l'un de nous l'a déjà fait, il boit. » Joignant le geste à la parole, Logan avala une nouvelle gorgée de rhum et tendit la bouteille à la jeune femme, ajoutant au passage : « Bon d'accord, celui-là était nul, mais tu comprends l'idée ? A toi maintenant, et t'as intérêt de me saouler, femme. »

Elle était là pour l'aider à mieux supporter cette journée, non ? Alors il comptait sur elle pour y mettre de la bonne volonté et ne pas lui proposer que des choses qu'il n'aurait jamais fait. Sinon, c'était bien simple, il allait récupérer la bouteille et la finir tout seul, voilà.
Made by Neon Demon

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

IYF Awards #3:
 
Contenu sponsorisé
Carte d'identité

All Those Years Ago [Juliet] Empty
MessageSujet: Re: All Those Years Ago [Juliet]   All Those Years Ago [Juliet] Empty

 All Those Years Ago [Juliet]
In Your Flesh :: Last pub before the end of the world :: Archives :: RPs

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Vous allez poster avec

Outils de modération