Bobby Smith



InformationsContact
avatar
Messages : 1461
Points : 1833
Date d'inscription : 23/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 25 Jan - 9:25

Robert (Bobby) Smith 23/01/1982 (34 ans) Mineur, Bucheron, portier et niveau de scolarité très bas... célibataire Hétéro I'm a lonesome cowboy ft. John DeSantis

Chrono Relations Inventaire Journal Autre ?

Informations générales

2 mètre 10 pour 135 kilos 33 ans* Apparence de cauchemars mais cœur d'or * Fais ce qu'on lui dit de faire le plus rapidement possible * N'a peur que de perdre un autre être chère, quitte à mourir pour la sauver * Il a l'air idiot mais surprend à force de lui parler et de le faire sortir de sa coquille. * Gêner en présence des femmes car il a toujours rejeter par celles-ci * Plusieurs cicatrices sur son corps, ses bras et ses mains causé par ses combats de portier et des types qui ne voulaient qu'avoir la joie d'être celui qui allait battre Frankenstein.* Chante et/ou sifflote du country lorsqu'il travaille. *Très belle voix profonde et chaude lorsqu'il chante.



Dernière édition par Robert Smith le Dim 28 Mai - 13:47, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1461
Points : 1833
Date d'inscription : 23/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 25 Jan - 9:30

Chronologie RPs en cours : 3
Disponible pour : 1 RP(s)
AUTRE INFO

En cours


In a breath Hallelujah is heard ft. Heaven Coeur
Country roads ft. Billie Coeur
Petit renard dans le zombilailler ft. Karine
TITRE DU RP ft. PERSONNAGE -
TITRE DU RP ft. PERSONNAGE -
TITRE DU RP ft. PERSONNAGE -
TITRE DU RP ft. PERSONNAGE -


Fini


On stranger ties ft. Emma
On mercy of the living ft. Emma et Shane
Un plan pour les plans ft. Mj
Let it snow ft. Groupe
Il n'y a pas que les chiens qui peuvent mordre ft. Elsa
You stike me down but i won't fall ft. Kelly
Prendre la tangente ft. Charlee
Paradise circus ft. Charlee et Chris
Set off fire alarm ft. Solitaire
In the line of fire ft. Caserne
I know you, we've been here before ft. Kelly
’Cause I fight like a girl. ft. Elsa
It happened last night ft.Event 3
Last stand ft. Logan
ASL ft. Ruth
Accouchement ft. Les Bleus
Guns and rose ft. Les Bleus
Let's go to Cotsco ft. Mathilde & Santana
All men must work ft. Elsa
Besoin de peinture pour ma mystery machine ft. Bernadette
This isn't a democracy anymore ft. Bernadette & Riley
Welcome home ft. Bernadette
Cérémonie des morts ft. Plein de gens
TITRE DU RP ft. PERSONNAGE -
TITRE DU RP ft. PERSONNAGE -
TITRE DU RP ft. PERSONNAGE -
TITRE DU RP ft. PERSONNAGE -
TITRE DU RP ft. PERSONNAGE -



Abandon


Le retour du revenant ft. Les bleus
4 legs ft. Gabriel
Runnin ft. Ava
Un chant dans la nuit ft. Maurenn
Angel Step ft. Megan
In the arm of the angel ft. Alyana
chagrin inuhaim ft. Vert
Piste fraiche ft. Joy
Main tendu ou poussé dans le dos ft. ???
TITRE DU RP ft. PERSONNAGE -


Dernière édition par Robert Smith le Dim 28 Mai - 13:48, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1461
Points : 1833
Date d'inscription : 23/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 30 Jan - 16:32

Inventaire Force et endurance hors du commun
Équipement anti-morsure et anti-coupure

Armes


Véhicules

■ Moto Harley Dadvison avec sacoches


Tenue et équipement


Effets personnels


Nourriture

Nourriture militaire ( 4 jours)
Gourde eau
Bouteille monnshine maison
■ 4 bouteilles d'alcool divers
■ 4 gros tas de bonbons et de chocolat
■ 4 colliers
■ item


_________________

Perdre les gens qu'on aime vous affecte en profondeur. La douleur est ensevelie dans votre corps, votre âme et votre cœur. Et en résulte alors un énorme gouffre de souffrance et de douleur. Ce gouffre peut transformer un être de lumière en ténèbres...


Badges qui font chaud au coeur:
 


Dernière édition par Robert Smith le Dim 28 Mai - 13:49, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1461
Points : 1833
Date d'inscription : 23/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 6 Avr - 8:26

Journal intimePour m'aider à me souvenir...

Quand j'étais tout petit...

Robert naquit il y a 33 ans de cela dans une salle sombre et lugubre du petit hôpital de Whiteville, Kentucky. Déjà disproportionné à la naissance, Robert fut très tôt la risée de son école. D'une taille et d'un poids supérieur à la normale, il était rejeté par ses compagnons de jeu et déjà plusieurs surnoms d'une méchanceté toute enfantine lui furent attribués. Le monstre, Frankenstein, la chose, le laid et une multitude d'autres qualificatifs lui furent adressé et des fois ils furent repris par les adultes. Les seules doses d'affections qu'il reçut de cette période des plus éprouvantes furent celle de sa mère Abby. Son père, après avoir mis de nouveau enceinte la pauvre mère de famille, décida de lever les voiles. Un nouveau rayon de soleil du nom de Rosalie arriva dans la vie tumultueuse de Robert et le jeune gaillard fit tout en son pouvoir pour les protéger et les aider à la hauteur de ses maigres ressources. Les années scolaires se bousculèrent et les mauvais résultats aussi. Le jeune homme, doté déjà d'une force physique effrayante, n'assimilait aucunement les cours théoriques. Il développa un retard chronique et avec sa mère qui éprouvait des misères à rejoindre les deux bouts, Robert décida de laisser les cours. Il venait d'atteindre 13 ans à l'époque, mais sa stature colossale lui permettait aisément de mentir sur son âge véritable. Mais les normes du travail de l'État du Kentucky flairèrent vite la grossière usurpation et le colosse dû poursuivre ses études pendant deux an avant de pouvoir travailler une vingtaine d'heures par semaines. À ses 17 ans, il put enfin laisser les bancs d'étude derrière lui pour se concentrer sur sn avenir dans le domaine des labeurs rémunérés. Il engendra deux emplois pendant les six prochaines années. Un travail dans la construction et l'autre dans l'industrie forestière. Ces fonctions ne demandant guère de scolarité, Robert apprit ces durs labeurs en étant jumeler avec des vétérans de la profession.

Ben... avant que la merde arrive...

Le jeune homme semblait être né pour travailler de ses mains. Dès qu'il apprenait à faire une manœuvre, une tâche ou un travail, le colosse pouvait le recommencer et il ne se trompait pas. Il fit donc de l'électricité, de la charpenterie, de la maçonnerie, un peu de métallurgie, des différences entre les arbres, la nature et même de petites astuces pour trouver des plantes comestibles et médicinales. Mais comme de raison son bagage de surnom et de quolibets traînaient à sa cheville comme un boulet de prisonnier. Il essaya de se bâtir une carapace, une armure pour le protéger des railleries des gens et tout doucement l'idée qu'il fut un monstre s'installa dans son esprit et le géant fut persuadé d'être une créature honni de tous. Les seuls piliers qu'il pouvait se fier étaient sa mère et sa petite sœur. Dans leur regard, l'imposant homme pouvait ressentir un amour et surtout qu'il était humain à leur yeux. Donc il continua à serrer les dents, à rester inerte devant les moqueries et de continuer à travailler. Mais un jour un oncle, un ingénieur à la mine de charbon de Vicco, demanda au colosse de changer de branche. Il pouvait devenir mineur et tripler son salaire. L'oncle en question lui proposa de laisser à la petite famille l'usage d'une maisonnette. Cet homme bon voulait aider les Smith en leur offrant une vie meilleure et Robert sourit alors pour une des premières fois avec une telle ardeur que les spectateurs de la scène ne virent que ce sourire et non l'apparence grotesque du colosse.

Robert se démena donc dans ce monde obscur qui lui convenait tellement. Sa sœur se maria et elle accoucha à son tour d'une petite princesse du nom de Sandra. Le couple déménagea dans une ville près de Détroit et le colosse resta avec sa mère au Kentucky. Comme de raison, il apprit un peu de géologie, l'utilisation de la machinerie lourde, de la mécanique et l'usage d'explosifs. Robert accomplissait n'importe quelle tâche avec le sourire, se sentant pour la première fois de sa vie dans un milieu que les gens appréciaient sa force et laissaient de côté son physique ingrat. Même qu’avec ce physique des plus monstrueux, le colosse trouva un second travail pour permettre d'arrondir les fins de mois. Robert fut portier pendant plusieurs années dans un bar des environs. Comme il avait dû apprendre à se défendre très tôt dans sa vie, il put faire face aux clients émécher et au chercheurs de troubles en tout genre. Il récolta plusieurs cicatrices de par ce passé de violence inutile, mais l'imposant homme continua de le faire pour aider les employés de l'établissement qui l'avait un peu adopter. Grâce au chef des portiers, Robert appris plusieurs techniques de combat et un peu de krav. Mais comme de raison, le hasard est un salaud perfide et il semble qu'il déteste de voir le colosse avoir un semblant de bonheur.

Tout perdre

Le colosse avait bien entendu parlé de cette nouvelle « maladie » et de tout ce qui se passait, mais il n'en avait cure. Ça ne se pouvait pas se passer ce genre de phénomène. Sa mère adorée était morte il y a deux mois de ça et il s'ennuyait énormément d'elle. L'imposant mineur avait bien visité sa sœur à Hobart depuis, mais il était rendu un électron libre sans aucun atome pour se rattacher. Le personnel du bar était préoccupé par l’arrivé de la chasse qui allaient attirer du tourisme dans la région et les collègues de Robert à la mine planifiaient leur vacances pour leurs familles. Robert savait que Rosalie et Sandra, sa petite sœur bien aimée et sa nièce qu'il pourrait transporter des montagnes pour elle, étaient en sécurité avec Paul. L'homme qui avait épousé sa sœur était un flic dont il va savoir les protéger en cas de problème. Donc plus que le temps avançait et que l'imposant mineur se retrouva seul, avec sa tristesse et sa mélancolie, au fond de la mine à frapper a coup redoubler sur le front de salie avec une ardeur tout a fait mécanique. Un jour, pâle reflet de ceux passés dans un passé autrefois serein, le colosse décida de rejoindre le parc National pour cueillir des ingrédients pour faire son alcool de contrebande. Dans le même souffle, il pourrait loger chez sa famille à Grosse Pointe. Il avait deux jours avec Sandra et ensuite le colosse s’était aventurer dans la montagne pour y passer trois jours. Mais au milieu de la nuit de la seconde journée de communion avec la nature, le mastodonte fut réveillé abruptement par un appel sur son cellulaire.

Tout à fait réveiller par la peur retransmit par l’appareil, le cœur du monstre de foire se remplit d’effroi et il laissa sa tente et la majorité de son équipement sur place pour s’habiller et courir vers son véhicule. Il s’en voulait d’avoir quitté sa famille pour aller se perdre dans la nature.

Le trajet entre le parc National et Grosse Pointe n’était que de deux heure. Mais le regard bleuté du mastodonte se posèrent plus souvent qu'à son tour sur des scènes d'horreurs qu'il ne pourrait que voir dans des films de série B. Des voitures emboutis avec des gens ensanglantés qui erraient sans but autour, des patrouilles de milices populaires qui se pratiquaient au tir à la cible sur tous ce qui semblaient anormales. Et au grand dam de Robert, certain tireurs semblaient trouver des cibles des plus intéressantes des gens de couleurs que les gens qui semblaient malades. Des maisons en feu sans qu'aucun camion de pompiers arrivent sirènes hurlantes. Des meutes de gens qui ressemblaient à des bêtes paniqués qui couraient vers des magasins et ayant des intentions des plus hostiles et chaotiques. Le gaillard ne comprenait pas pourquoi quelques rues dans les villages sur la route semblaient épargner. L'esprit lent comprit alors que c'était surtout des secteurs marchands ou industrielles qui étaient visiter par des émeutes et dont les forces de l'ordre faiblissaient à vue d'œil. Plusieurs étaient armées d'armes de fortunes, mais une grande majorité avaient aussi en mains des fusils et autres monstruosités dévastatrices. Le mineur n'avait aucune arme à feu, juste ses outils de constructions et de forage. Mais c'était mieux ainsi, car le massif homme n'avait aucun talent dans le maniement des armes à poudres noires. Mais l’esprit lent du géant ne comprenait pas ce que le monde pouvaient avoir changer à ce point en deux jours. Il dû s'arrêter acheter de l'essence à une station service et c'est lors de ce ravitaillement que le mineur dû tuer son premier charognard. Le propriétaire, ayant été zombifié par un client mécontent de son service des plus molasses et ce dernier ne s'était pas gêner pour le mordre profondément dans l'avant-bras gauche, attaqua Robert et ce dernier bloqua le râtelier de la goule à quelques centimètres de sa jugulaire. Repoussant sans peine la pathétique créature, Bob essaya de la raisonner. Mais les remarques d'un acteur dans un vieux film surgissent alors dans l'esprit encombré du massif châtain. L'homme de la salle des nouvelles pouvait affirmer que les gens infectées n'étaient plus conscients de ce qui se passait et le seul moyen de se prémunir d'eaux, à part les enfermer à double tour, était de leur faire sauter la tête ou bien de leur casser le cou. L'imposant mineur, se fiant à cette source des plus douteuse au début, car la peur dictait ses actes du moment. Prenant sa pioche dans son haillon de voiture, le musculeux géant planta le pic métallique dans le front de la chose demi-morte. Une peur viscérale et primaire fit en sorte que Robert, les yeux agrandis par l'adrénaline de l'escarmouche, frappa de nombreuses reprises la dépouille au sol pour transformer la tête en une œuvre d'art postmoderne sanglante et complètement éclater. Évitant de son mieux les embûches, à savoir les embouteillages et les barricades de fortunes dans certaines zone de la ville de Rosalie et Sandra, Bob arriva enfin en vue du lieu de résidence de la famille de Robert. Son regard bleuté, le cœur débordant d'espoir et aussi de doutes, se porta sur la rue de la résidence de sa sœur et sa nièce. Mais le désespoir fit faiblir les genoux quand une silhouette clopinant se heurta sans relâche sur la façade d’une maison qui semblait fortifier. Une rue pouvait s'avérer calme, d'autres des gens rouaient de coups un individu ou bien un homme se faisait agresser par des gens qui semblaient à des ivrognes. Après avoir passer des quarter qui ressemblait à ce qu’il pouvait voir dans des reportages téléviser, des scènes filmés à des milliers de kilomètres de chez lui, le colosse arriva en vue de la maison de ses anges. Déglutinant avec peine, l'imposant homme alla chercher son équipement de construction dans la voiture qu'il abandonna ensuite dans la rue. De son pas lent mais déterminé, il se dirigea vers les rues mortellement calmes de la ville. Robert se devait de savoir que le peu d'être chers qui restaient dans sa vie allait bien.

Le sang du colosse se figea quand il arriva devant la résidence qu’il l’avait toujours su le charmer autrefois. Parti la petite résidence modèle avec la clôture blanche à l’entrée. Bonjour la porte entrevoute avec du sang coagulé sur la poignée et la façade de pierre grise barbouillé de peinture organique. Le cœur immense du mineur s’apprêta alors à recevoir une nouvelle cicatrice des plus douloureuses. Car à l’intérieur tout était paisible. Hésitant, son lourd poids faisant craquer le plancher de manière presque sinistre, il entra dans la maison. Appelant d’une voix faible Rosalie et Sandra, il découvrit le carnage dans le salon. Les trois corps partiellement dévoré gisaient pêle-mêle au milieu des meubles brisés qui désignait une bagarre féroce. La tête des gens que le monstre de foire tenait le plus au monde avait été explosé par surement des balles de pistolets et une tristesse à faire fendre les pierres s’empara alors de Robert. Il se laissa tomber à genoux et des cristaux liquides de rage et de peine inondèrent alors son faciès monstrueux. Après quelques temps, sa peine se communia en dévotion et en instinct de préservation. Le colosse devait rendre une sépulture décente à ses êtres chers et ensuite se cacher de la vue des gens et des êtres bizarre qui essaient de le mordre. Avec sa monstrueuse apparence, les gens pourraient le confondre avec les méchants se dit-il en prenant une pelle et en creuser dans le jardin familiale pour donner le dernier repos à ceux qui voyaient l’humain derrière le monstre. Athée, il ne put que parler aux esprits de Sandra et de Rosalie, leur promettant de les rejoindre bientôt car il était perdu sans eux. Prenant un peu d’équipement ici et là dans la maison aux milles douleurs, ne jetant pas un coup d'œil à la place vacante de son véhicule volée, le colosse s’enfonça dans les bois environnant en écoutant la radio cracher des avertissements d’évacuation vers Seattle et de prudence. Soulevant ses épaules massives, le colosse se dit que les militaires avaient agis trop lentement pour empêcher à sa sœur et sa nièce de mourir, alors il n’irait pas se cacher avec eux. L’esprit lent pensa alors que c’était la saison de la chasse, mais les cervidés devraient être tranquille ces temps-ci, les humains étant devenu la proie d’un étrange mal.

Un répit...

TOUT CE QUE TU VEUX RACONTER, TU LE METS LA !

De retour dans le chaos

TOUT CE QUE TU VEUX RACONTER, TU LE METS LA !




_________________

Perdre les gens qu'on aime vous affecte en profondeur. La douleur est ensevelie dans votre corps, votre âme et votre cœur. Et en résulte alors un énorme gouffre de souffrance et de douleur. Ce gouffre peut transformer un être de lumière en ténèbres...


Badges qui font chaud au coeur:
 


Dernière édition par Robert Smith le Dim 28 Mai - 13:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Invité
Matricule n°001
Invité
Ven 3 Juin - 12:24

Coucou Bobby Calin

Maintenant que tu es un solitaire endurci (aucune allusion perverse là dedans Tongue ) j'me suis dis qu'on pouvait se faire un p'tit lien et pourquoi pas un petit RP aussi tant qu'on y est gha

Par contre, j'ai absolument aucune idée de où, comment, et pourquoi think Mais bon, ça, on peut toujours en discuter par MP bigeye2
Ah si, je voyais plutôt du positif ! Parce que bon, comment ne pas aimer Bobby ? Comment ne pas aimer Kazan ? what Je vois bien un truc un peu "déjanté / bizarre" voyant un peu le genre décalé de nos persos Hihi

Voilà voilà Lala
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1461
Points : 1833
Date d'inscription : 23/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 5 Juin - 14:28


Des visages connus

Elsa BlackwellAnge deu savoir

Celle que Robert appelle l'ange du savoir. À ce jour elle occupe une place à part dans le cœur du colosse balafré. Elle a toujours été gentille avec lui, oubliant son apparence atroce. Mais la question est : Manipulation ou bien réelle amitié? Car plus qu'une fois le géant s'est fait jouer le tour avec sa naïveté... Mais des papillons ont commencer à grandir son estomac en la voyant. Il ne sait pas c'est quoi être amoureux et il sait qu'une femme aussi belle, intelligente et gentille comme lui ne voudra pas d'une erreur de la nature comme lui.

Ruth HorowithzAnge des bleus

Une lueur d'humanité dans la grisaille de sa vie. Ils partageaient un savoir rare, le langage des signes. Robert la considérait comme une amie, une soeur même. Mais il a perdu de vue l'être divin et son poupon de vue lors de l'attaque des Punishers...

Charlie CavendarAmie

Charlie est l’ange de la douceur pour le colosse. Elle a, grâce à son intervention lors de leur première rencontre, apaiser le monstre de foire en lui promettant de sauver son chiot Rocky. Elle est d’une douceur et d’une gentillesse avec le géant au cœur d’or. Il pourra se sacrifier pour empêcher le couple que forme Santana et Charlie de souffrir.


Kelly SteeleAmie

L'ange à la chevelure de feu, le phénix guerrier dans l'esprit lent de la chose. La belle et la bête ont combattu plus qu'une fois ensemble pour leur survie. C'était la première fois qu'un militaire voulait vraiment aider le colosse balafré. Il aimerait la revoir à l'hôpital, mais ce lieu lui fait vivre de mauvais souvenir...

Logan CarterEnnemi ou connaissance

DESCRIPTION ICI

Bernadette Mackenzieange de la miséricorde

DESCRIPTION ICI


santana Carpenterconfidente (disparue)

Santana est l’ange hispanique pour la créature simpliste qu’est Robert. Pour lui, la pompière n’a que des qualités et aucuns défauts. Elle est courageuse, combative, gentille, apaisante et ayant toute la confiance de Robert. Elle lui a donné une raison de se battre, des gens à aimer à protéger et le golem de chair sera éternellement reconnaissant envers elle. Si elle lui demanderait de sauter, le colosse balafré demandera de quelle hauteur. Il pourra la suivre au-delà des portes de l’enfer et la ramener en sacrifiant son âme pour la préservé du mal. Qui ose lui faire mal subira le châtiment de la main de ce protecteur monstrueux et dévoué.

Billie DrakeRELATION ICI

DESCRIPTION ICI

Heaven LockwoodAnge de pureté

DESCRIPTION ICI


PRENOM NOM ICIRELATION ICI

DESCRIPTION ICI

PRENOM NOM ICIRELATION ICI

DESCRIPTION ICI

PRENOM NOM ICIRELATION ICI

DESCRIPTION ICI



_________________

Perdre les gens qu'on aime vous affecte en profondeur. La douleur est ensevelie dans votre corps, votre âme et votre cœur. Et en résulte alors un énorme gouffre de souffrance et de douleur. Ce gouffre peut transformer un être de lumière en ténèbres...


Badges qui font chaud au coeur:
 


Dernière édition par Robert Smith le Dim 28 Mai - 13:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 385
Points : 369
Date d'inscription : 01/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Bernadette Mackenzie
Matricule n°001
I walk a lonely road
Ven 17 Mar - 20:55

Hoy ! C'est encore moi Smile Voici ce qu'il en est pour Bobby. Si ça te convient c'est parfait Smile J'ajouterai quelques lignes quand notre second RP sera plus entamé Smile


Robert Smith ▬ Ami
J'ai rencontré Robert par hasard. C'est un idiot, mais il est incroyablement gentil et je me sens en confiance avec lui. On essaie de se croiser le plus souvent possible, j'apprécie sa compagnie.

_________________

  Beauty's in everything.

Les crédits vont aux membres de la belle et grande communauté de Tumblr qui
ne cesse de nous offrir du contenu de qualité.

© Joy
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1461
Points : 1833
Date d'inscription : 23/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 16 Mai - 8:47

Robert (Bobby) Smith 23/01/1982 (34 ans) Mineur, Bucheron, portier et niveau de scolarité très bas... célibataire Hétéro  I'm a lonesome cowboy ft. John DeSantis

    Chrono Relations Inventaire Journal Autre ?

   
Informations générales

   
2 mètre 10 pour 135 kilos 33 ans* Apparence de cauchemars mais cœur d'or * Fais ce qu'on lui dit de faire le plus rapidement possible * N'a peur que de perdre un autre être chère, quitte à mourir pour la sauver * Il a l'air idiot mais surprend à force de lui parler et de le faire sortir de sa coquille. * Gêner en présence des femmes car il a toujours rejeter par celles-ci * Plusieurs cicatrices sur son corps, ses bras et ses mains causé par ses combats de portier et des types qui ne voulaient qu'avoir la joie d'être celui qui allait battre Frankenstein.* Chante et/ou sifflote du country lorsqu'il travaille. *Très belle voix profonde et chaude lorsqu'il chante.

   

_________________

Perdre les gens qu'on aime vous affecte en profondeur. La douleur est ensevelie dans votre corps, votre âme et votre cœur. Et en résulte alors un énorme gouffre de souffrance et de douleur. Ce gouffre peut transformer un être de lumière en ténèbres...


Badges qui font chaud au coeur:
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1461
Points : 1833
Date d'inscription : 23/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 16 Mai - 8:52

Chronologie RPs en cours : 3
Disponible pour : 1 RP(s)
AUTRE INFO

En cours


In a breath Hallelujah is heard ft. Heaven  Coeur  
Country roads ft. Billie Coeur
Petit renard dans le zombilailler ft. Karine
TITRE DU RP ft. PERSONNAGE -
TITRE DU RP ft. PERSONNAGE -
TITRE DU RP ft. PERSONNAGE -
TITRE DU RP ft. PERSONNAGE -


Fini


On stranger ties ft. Emma  
On mercy of the living ft. Emma et Shane
Un plan pour les plans ft. Mj
Let it snow ft. Groupe
Il n'y a pas que les chiens qui peuvent mordre ft. Elsa
You stike me down but i won't fall ft. Kelly
Prendre la tangente ft. Charlee
Paradise circus ft. Charlee et Chris
Set off fire alarm ft. Solitaire
In the line of fire ft. Caserne
I know you, we've been here before ft. Kelly
’Cause I fight like a girl. ft. Elsa
It happened last night ft.Event 3
Last stand ft. Logan
ASL ft. Ruth
Accouchement ft. Les Bleus
Guns and rose ft. Les Bleus
Let's go to Cotsco ft. Mathilde & Santana
All men must work ft. Elsa
Besoin de peinture pour ma mystery machine ft. Bernadette
This isn't a democracy anymore ft. Bernadette & Riley
Welcome home ft. Bernadette
Cérémonie des morts ft. Plein de gens
TITRE DU RP ft. PERSONNAGE -
TITRE DU RP ft. PERSONNAGE -
TITRE DU RP ft. PERSONNAGE -
TITRE DU RP ft. PERSONNAGE -
TITRE DU RP ft. PERSONNAGE -



Abandon

   

Le retour du revenant ft. Les bleus
4 legs ft. Gabriel
Runnin ft. Ava
Un chant dans la nuit ft. Maurenn
Angel Step ft. Megan
In the arm of the angel ft. Alyana
chagrin inuhaim ft. Vert
Piste fraiche ft. Joy
Main tendu ou poussé dans le dos ft. ???
TITRE DU RP ft. PERSONNAGE -

_________________

Perdre les gens qu'on aime vous affecte en profondeur. La douleur est ensevelie dans votre corps, votre âme et votre cœur. Et en résulte alors un énorme gouffre de souffrance et de douleur. Ce gouffre peut transformer un être de lumière en ténèbres...


Badges qui font chaud au coeur:
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1461
Points : 1833
Date d'inscription : 23/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 22 Mai - 6:34


Des visages connus

Elsa BlackwellAnge deu savoir

Celle que Robert appelle l'ange du savoir. À ce jour elle occupe une place à part dans le cœur du colosse balafré. Elle a toujours été gentille avec lui, oubliant son apparence atroce. Mais la question est : Manipulation ou bien réelle amitié? Car plus qu'une fois le géant s'est fait jouer le tour avec sa naïveté... Mais des papillons ont commencer à grandir son estomac en la voyant. Il ne sait pas c'est quoi être amoureux et il sait qu'une femme aussi belle, intelligente et gentille comme lui ne voudra pas d'une erreur de la nature comme lui.

Ruth HorowithzAnge des bleus

Une lueur d'humanité dans la grisaille de sa vie. Ils partageaient un savoir rare, le langage des signes. Robert la considérait comme une amie, une soeur même. Mais il a perdu de vue l'être divin et son poupon de vue lors de l'attaque des Punishers...

Charlie CavendarAmie

Charlie est l’ange de la douceur pour le colosse. Elle a, grâce à son intervention lors de leur première rencontre, apaiser le monstre de foire en lui promettant de sauver son chiot Rocky. Elle est d’une douceur et d’une gentillesse avec le géant au cœur d’or. Il pourra se sacrifier pour empêcher le couple que forme Santana et Charlie de souffrir.


Kelly SteeleAmie

L'ange à la chevelure de feu, le phénix guerrier dans l'esprit lent de la chose. La belle et la bête ont combattu plus qu'une fois ensemble pour leur survie. C'était la première fois qu'un militaire voulait vraiment aider le colosse balafré. Il aimerait la revoir à l'hôpital, mais ce lieu lui fait vivre de mauvais souvenir...

Logan CarterEnnemi ou connaissance

DESCRIPTION ICI

Bernadette Mackenzieange de la miséricorde

DESCRIPTION ICI


santana Carpenterconfidente (disparue)

Santana est l’ange hispanique pour la créature simpliste qu’est Robert. Pour lui, la pompière n’a que des qualités et aucuns défauts. Elle est courageuse, combative, gentille, apaisante et ayant toute la confiance de Robert. Elle lui a donné une raison de se battre, des gens à aimer à protéger et le golem de chair sera éternellement reconnaissant envers elle. Si elle lui demanderait de sauter, le colosse balafré demandera de quelle hauteur. Il pourra la suivre au-delà des portes de l’enfer et la ramener en sacrifiant son âme pour la préservé du mal. Qui ose lui faire mal subira le châtiment de la main de ce protecteur monstrueux et dévoué.

Billie DrakeRELATION ICI

DESCRIPTION ICI

Heaven LockwoodAnge de pureté

DESCRIPTION ICI


PRENOM NOM ICIRELATION ICI

DESCRIPTION ICI

PRENOM NOM ICIRELATION ICI

DESCRIPTION ICI

PRENOM NOM ICIRELATION ICI

DESCRIPTION ICI



_________________

Perdre les gens qu'on aime vous affecte en profondeur. La douleur est ensevelie dans votre corps, votre âme et votre cœur. Et en résulte alors un énorme gouffre de souffrance et de douleur. Ce gouffre peut transformer un être de lumière en ténèbres...


Badges qui font chaud au coeur:
 


Dernière édition par Robert Smith le Mar 23 Mai - 13:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1461
Points : 1833
Date d'inscription : 23/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Mai - 13:47

Inventaire Force et endurance hors du commun
Équipement anti-morsure et anti-coupure

Armes


Véhicules

■ Moto Harley Dadvison avec sacoches


Tenue et équipement


Effets personnels


Nourriture

Nourriture militaire ( 4 jours)
Gourde eau
Bouteille monnshine maison
■ 4 bouteilles d'alcool divers
■ 4 gros tas de bonbons et de chocolat
■ 4 colliers
■ item


_________________

Perdre les gens qu'on aime vous affecte en profondeur. La douleur est ensevelie dans votre corps, votre âme et votre cœur. Et en résulte alors un énorme gouffre de souffrance et de douleur. Ce gouffre peut transformer un être de lumière en ténèbres...


Badges qui font chaud au coeur:
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1461
Points : 1833
Date d'inscription : 23/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Mai - 14:04

Journal intimePour m'aider à me souvenir...

Quand j'étais tout petit...

Robert naquit il y a 33 ans de cela dans une salle sombre et lugubre du petit hôpital de Whiteville, Kentucky.  Déjà disproportionné à la naissance, Robert fut très tôt la risée de son école. D'une taille et d'un poids supérieur à la normale, il était rejeté par ses compagnons de jeu et déjà plusieurs surnoms d'une méchanceté toute enfantine lui furent attribués. Le monstre, Frankenstein,  la chose, le laid et une multitude d'autres qualificatifs lui furent adressé et des fois ils furent repris par les adultes. Les seules doses d'affections qu'il reçut de cette période des plus éprouvantes furent celle de sa mère Abby.  Son père, après avoir mis de nouveau enceinte la pauvre mère de famille, décida de lever les voiles. Un nouveau rayon de soleil du nom de Rosalie arriva dans la vie tumultueuse de Robert et le jeune gaillard fit tout en son pouvoir pour les protéger et les aider à la hauteur de ses maigres ressources. Les années scolaires se bousculèrent et les mauvais résultats aussi. Le jeune homme, doté déjà d'une force physique effrayante, n'assimilait aucunement les cours théoriques. Il développa un retard chronique et avec sa mère qui éprouvait des misères à rejoindre les deux bouts, Robert décida de laisser les cours. Il venait d'atteindre 13 ans à l'époque, mais sa stature colossale lui permettait aisément de mentir sur son âge véritable. Mais les normes du travail de l'État du Kentucky flairèrent vite la grossière usurpation et le colosse dû poursuivre ses études pendant deux an avant de pouvoir travailler une vingtaine d'heures par semaines. À ses 17 ans, il put enfin laisser les bancs d'étude derrière lui pour se concentrer sur sn avenir dans le domaine des labeurs rémunérés. Il engendra deux emplois pendant les six prochaines années. Un travail dans la construction et l'autre dans l'industrie forestière. Ces fonctions ne demandant guère de scolarité, Robert apprit ces durs labeurs en étant jumeler avec des vétérans de la profession.

Ben... avant que la merde arrive...

Le jeune homme semblait être né pour travailler de ses mains. Dès qu'il apprenait à faire une manœuvre, une tâche ou un travail, le colosse pouvait le recommencer et il ne se trompait pas. Il fit donc de l'électricité, de la charpenterie, de la maçonnerie, un peu de métallurgie, des différences entre les arbres, la nature et même de petites astuces pour trouver des plantes comestibles et médicinales. Mais comme de raison son bagage de surnom et de quolibets traînaient à sa cheville comme un boulet de prisonnier. Il essaya de se bâtir une carapace, une armure pour le protéger des railleries des gens et tout doucement l'idée qu'il fut un monstre s'installa dans son esprit et le géant fut persuadé d'être une créature honni de tous. Les seuls piliers qu'il pouvait se fier étaient sa mère et sa petite sœur. Dans leur regard, l'imposant homme pouvait ressentir un amour et surtout qu'il était  humain à leur yeux.  Donc il continua à serrer les dents, à rester inerte devant les moqueries et de continuer à travailler. Mais un jour un oncle, un ingénieur à la mine de charbon de Vicco, demanda au colosse de changer de branche. Il pouvait devenir mineur et tripler son salaire. L'oncle en question lui proposa de laisser à la petite famille l'usage d'une maisonnette. Cet homme bon voulait aider les Smith en leur offrant une vie meilleure et Robert sourit alors pour une des premières fois avec une telle ardeur que les spectateurs de la scène ne virent que ce sourire et non l'apparence grotesque du colosse.  

Robert se démena donc dans ce monde obscur qui lui convenait tellement. Sa sœur se maria et elle accoucha à son tour d'une petite princesse du nom de Sandra. Le couple déménagea dans une ville près de Détroit et le colosse resta avec sa mère au Kentucky. Comme de raison, il apprit un peu de géologie, l'utilisation de la machinerie lourde, de la mécanique et l'usage d'explosifs. Robert accomplissait n'importe quelle tâche avec le sourire, se sentant pour la première fois de sa vie dans un milieu que les gens appréciaient sa force et laissaient de côté son physique ingrat. Même qu’avec ce physique des plus monstrueux, le colosse trouva un second travail pour permettre d'arrondir les fins de mois. Robert fut portier pendant plusieurs années dans un bar des environs. Comme il avait dû apprendre à se défendre très tôt dans sa vie, il put faire face aux clients émécher et au chercheurs de troubles en tout genre. Il récolta plusieurs cicatrices de par ce passé de violence inutile, mais l'imposant homme continua de le faire pour aider les employés de l'établissement qui l'avait un peu adopter. Grâce au chef des portiers, Robert appris plusieurs techniques de combat et un peu de krav. Mais comme de raison, le hasard est un salaud perfide et il semble qu'il déteste de voir le colosse avoir un semblant de bonheur.

Tout perdre

Le colosse avait bien entendu parlé de cette nouvelle « maladie » et de tout ce qui se passait, mais il n'en avait cure. Ça ne se pouvait pas se passer ce genre de phénomène. Sa mère adorée était morte il y a deux mois de ça et il s'ennuyait énormément d'elle. L'imposant mineur avait bien visité sa sœur à Hobart depuis, mais il était rendu un électron libre sans aucun atome pour se rattacher. Le personnel du bar était préoccupé par l’arrivé de la chasse  qui allaient attirer du tourisme dans la région et les collègues de Robert à la mine planifiaient leur vacances pour leurs familles. Robert savait que Rosalie et Sandra, sa petite sœur bien aimée et sa nièce qu'il pourrait transporter des montagnes pour elle, étaient en sécurité avec Paul. L'homme qui avait épousé sa sœur était un flic dont il va savoir les protéger en cas de problème. Donc plus que le temps avançait et que l'imposant mineur se retrouva seul, avec sa tristesse et sa mélancolie, au fond de la mine à frapper a coup redoubler sur le front de salie avec une ardeur tout a fait mécanique.  Un jour, pâle reflet de ceux passés dans un passé autrefois serein, le colosse décida de rejoindre le parc National pour cueillir des ingrédients pour faire son alcool de contrebande.  Dans le même souffle, il pourrait loger chez sa famille à Grosse Pointe.  Il avait deux jours avec Sandra et ensuite le colosse s’était aventurer dans la montagne pour y passer trois jours. Mais au milieu de la nuit de la seconde journée de communion avec la nature, le mastodonte fut réveillé abruptement par un appel sur son cellulaire.

Tout à fait réveiller par la peur retransmit par l’appareil, le cœur du monstre de foire se remplit d’effroi et il laissa sa tente et la majorité de son équipement sur place pour s’habiller et courir vers son véhicule. Il s’en voulait d’avoir quitté sa famille pour aller se perdre dans la nature.

Le trajet entre le parc National et Grosse Pointe n’était que de deux heure. Mais le regard bleuté du mastodonte se posèrent plus souvent qu'à son tour sur des scènes d'horreurs qu'il ne pourrait que voir dans des films de série B. Des voitures emboutis avec des gens ensanglantés qui erraient sans but autour, des patrouilles de milices populaires qui se pratiquaient au tir à la cible sur tous ce  qui semblaient anormales. Et au grand dam de Robert, certain tireurs semblaient trouver des cibles des plus intéressantes des gens de couleurs que les gens qui semblaient malades. Des maisons en feu sans qu'aucun camion de pompiers arrivent sirènes hurlantes. Des meutes de gens qui ressemblaient à des bêtes paniqués qui couraient vers des magasins et ayant des intentions des plus hostiles et chaotiques. Le gaillard ne comprenait pas pourquoi quelques rues dans les villages sur la route semblaient épargner. L'esprit lent comprit alors que c'était surtout des secteurs marchands ou industrielles qui étaient visiter par des émeutes et dont les forces de l'ordre faiblissaient à vue d'œil.  Plusieurs étaient armées d'armes de fortunes, mais une grande majorité avaient aussi en mains des fusils et autres monstruosités dévastatrices. Le mineur n'avait aucune arme à feu, juste ses outils de constructions et de forage. Mais c'était mieux ainsi, car le massif homme n'avait aucun talent dans le maniement des armes à poudres noires.  Mais l’esprit lent du géant ne comprenait pas ce que le monde pouvaient avoir changer à ce point en deux jours. Il dû s'arrêter acheter de l'essence à une station service et c'est lors de ce ravitaillement que le mineur dû tuer son premier charognard. Le propriétaire, ayant été zombifié par un client mécontent de son service des plus molasses et ce dernier ne s'était pas gêner pour le mordre profondément dans l'avant-bras gauche, attaqua Robert et ce dernier bloqua le râtelier de la goule à quelques centimètres de sa jugulaire. Repoussant sans peine la pathétique créature, Bob essaya de la raisonner. Mais les remarques d'un acteur dans un vieux film surgissent alors dans l'esprit encombré du massif châtain. L'homme de la salle des nouvelles  pouvait affirmer que les gens infectées n'étaient plus conscients de ce qui se passait et le seul moyen de se prémunir d'eaux, à part les enfermer à double tour, était de leur faire sauter la tête ou bien de leur casser le cou. L'imposant mineur, se fiant à cette source des plus douteuse au début, car la peur dictait ses actes du moment. Prenant sa pioche dans son haillon de voiture, le musculeux géant planta le pic métallique dans le front de la chose demi-morte. Une peur viscérale et primaire fit en sorte que Robert, les yeux agrandis par l'adrénaline de l'escarmouche, frappa  de nombreuses reprises la dépouille au sol pour transformer la tête en une œuvre d'art postmoderne sanglante et complètement éclater.  Évitant de son mieux les embûches, à savoir les embouteillages et les barricades de fortunes dans certaines zone de la ville de Rosalie et Sandra, Bob arriva enfin en vue du lieu de résidence de la famille de Robert. Son regard bleuté, le cœur débordant d'espoir et aussi de doutes, se porta sur la rue de la résidence de sa sœur et sa nièce. Mais le désespoir fit faiblir les genoux quand une silhouette clopinant se heurta sans relâche sur la façade d’une maison qui semblait fortifier. Une rue pouvait s'avérer calme, d'autres des gens rouaient de coups un individu ou bien un homme se faisait agresser par des gens qui semblaient à des ivrognes.  Après avoir passer des quarter qui ressemblait à ce qu’il pouvait voir dans des reportages téléviser, des scènes filmés à des milliers de kilomètres de chez lui, le colosse arriva en vue de la maison de ses anges. Déglutinant avec peine, l'imposant homme alla chercher son équipement de construction dans la voiture qu'il abandonna ensuite dans la rue. De son pas lent mais déterminé, il se dirigea vers les rues mortellement calmes de la ville. Robert se devait de savoir que le peu d'être chers qui restaient dans sa vie allait bien.  

Le sang du colosse se figea quand il arriva devant la résidence qu’il l’avait toujours su le charmer autrefois. Parti la petite résidence modèle avec la clôture blanche à l’entrée. Bonjour la porte entrevoute avec du sang coagulé sur la poignée et  la façade de pierre grise barbouillé de peinture organique.  Le cœur immense  du mineur s’apprêta alors à recevoir une nouvelle cicatrice des plus douloureuses. Car à l’intérieur tout était paisible. Hésitant, son lourd poids faisant craquer le plancher de manière presque sinistre, il entra dans la maison. Appelant d’une voix faible Rosalie et Sandra, il découvrit le carnage dans le salon. Les trois corps partiellement dévoré gisaient pêle-mêle au milieu des meubles brisés qui désignait une bagarre féroce.  La tête des gens que le monstre de foire tenait le plus au monde avait été explosé par surement des balles de pistolets et une tristesse à faire fendre les pierres s’empara alors de Robert. Il se laissa tomber à genoux et  des cristaux liquides de rage et de peine inondèrent alors son faciès monstrueux.  Après quelques temps, sa peine se communia en dévotion et en instinct de préservation. Le colosse devait rendre une sépulture décente à ses êtres chers et ensuite se cacher de la vue des gens et des êtres bizarre qui essaient de le mordre. Avec sa monstrueuse apparence, les gens pourraient le confondre avec les méchants se dit-il en prenant une pelle et en creuser dans le jardin familiale pour donner le dernier repos à ceux qui voyaient l’humain derrière le monstre.  Athée, il ne put que parler aux esprits de Sandra et de Rosalie,  leur promettant de les rejoindre bientôt car il était perdu sans eux. Prenant un peu d’équipement ici et là dans la maison aux milles douleurs, ne jetant pas un coup d'œil à la place vacante de son véhicule volée, le colosse s’enfonça dans les bois environnant en écoutant la radio cracher des avertissements d’évacuation vers Seattle et de prudence.  Soulevant ses épaules massives, le colosse se dit que les militaires avaient agis trop lentement pour empêcher à sa sœur et sa nièce de mourir, alors il n’irait pas se cacher avec eux. L’esprit lent pensa alors que c’était la saison de la chasse, mais les cervidés devraient être tranquille ces temps-ci, les humains étant devenu la proie d’un étrange mal.

Un répit...

TOUT CE QUE TU VEUX RACONTER, TU LE METS LA !

De retour dans le chaos

TOUT CE QUE TU VEUX RACONTER, TU LE METS LA !




_________________

Perdre les gens qu'on aime vous affecte en profondeur. La douleur est ensevelie dans votre corps, votre âme et votre cœur. Et en résulte alors un énorme gouffre de souffrance et de douleur. Ce gouffre peut transformer un être de lumière en ténèbres...


Badges qui font chaud au coeur:
 
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

Bobby SmithPage 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bobby Ryan
» Willow Smith {OK}
» Iceberg [...ou les chroniques de Bobby Drake] (Fiche terminée)
» Wade Barrett et C-A vs Bobby Lashley et Christian
» [Gryfffondor] Hayden Smith

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum