William Ward, cow-boy et soldat...



InformationsContact
avatar
Messages : 745
Points : 1593
Date d'inscription : 01/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Cowboy & Gentleman
William Ward
Matricule n°001
Cowboy & Gentleman
Dim 2 Oct - 14:51

William Samuel Ward12/12/1970 (46 ans) Sergent dans le génie, armée américaine Célibataire Hétéro Frt Hpe ft. Aaron Eckhart

Chrono Relations Inventaire Journal Autre ?

Informations générales

Il est ambidextre. Il est du genre calme sauf quand on le chercher, alors la tornade texane démarre sous les chapeau de roues. Il est spécialisé en arme de poing. A gagner de nombreux prix pour dégainer son colt rapidement et faire feu (à quelques centième de secondes du record mondiale.). A fait du rodéo et du football comme maraudeur. Adore son stetson et à l'intérieur une photo de sa famille. Sait très bien danser toutes les danses sociales. Adore jouer de l'harmonica. Est devenu suicidaire et anti-sociale, presque un automate, a la mort de Maureen


_________________
Un vieux soldat sait souffrir et se taire sans murmurer.


Dernière édition par William Ward le Lun 29 Mai - 6:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 745
Points : 1593
Date d'inscription : 01/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Cowboy & Gentleman
William Ward
Matricule n°001
Cowboy & Gentleman
Dim 2 Oct - 14:51

Chronologie RPs en cours : 3
Disponible pour : 1 RP(s)
Texan pur et dur

PERIODE RP


Cowboy et indiens ft. Maureen - Fini
Event ft. Hopital - Fini
Sorage Wars ft. Julia - Fini
Une journée a marquer d'une pierre blanche ft. Maureen - Abandon
Weapon check ft. James - En cours
Americain graffiti ft. Abi - En cours
J'ai faim ft. Bernie - Fini
Fin des verts ft. Jude, Riley - En cours
Destructon punishers ft. Monde - En cours
TITRE DU RP ft. PERSONNAGE - STATUT DU RP
TITRE DU RP ft. PERSONNAGE - STATUT DU RP
TITRE DU RP ft. PERSONNAGE - STATUT DU RP

_________________
Un vieux soldat sait souffrir et se taire sans murmurer.


Dernière édition par William Ward le Lun 29 Mai - 8:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 745
Points : 1593
Date d'inscription : 01/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Cowboy & Gentleman
William Ward
Matricule n°001
Cowboy & Gentleman
Dim 2 Oct - 14:53


Les bons, les brutes et les truands...

Maureen BaxterCoup de foudre

DESCRIPTION ICI

PRENOM NOM ICIRELATION ICI

DESCRIPTION ICI

PRENOM NOM ICIRELATION ICI

DESCRIPTION ICI


PRENOM NOM ICIRELATION ICI

DESCRIPTION ICI

PRENOM NOM ICIRELATION ICI

DESCRIPTION ICI

PRENOM NOM ICIRELATION ICI

DESCRIPTION ICI


PRENOM NOM ICIRELATION ICI

DESCRIPTION ICI

PRENOM NOM ICIRELATION ICI

DESCRIPTION ICI

PRENOM NOM ICIRELATION ICI

DESCRIPTION ICI



_________________
Un vieux soldat sait souffrir et se taire sans murmurer.


Dernière édition par William Ward le Lun 29 Mai - 13:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 745
Points : 1593
Date d'inscription : 01/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Cowboy & Gentleman
William Ward
Matricule n°001
Cowboy & Gentleman
Dim 2 Oct - 14:53

Inventaire Équipement de soldat
Ingénieur du génie

Armes


Véhicules




Tenue et équipement

Sac à dos
Zippo
Uniforme de combat complet
■ Antibiotiques
■ Kit de premiers soins
■ Set de radio



Effets personnels


Nourriture

■ 1 bouteille de Jack Daniel
■ Gourde d'eau 2 litres
■ 3 jours de rations de combat
■ Bonbons et chocolats


_________________
Un vieux soldat sait souffrir et se taire sans murmurer.


Dernière édition par William Ward le Lun 12 Juin - 6:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 745
Points : 1593
Date d'inscription : 01/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Cowboy & Gentleman
William Ward
Matricule n°001
Cowboy & Gentleman
Dim 2 Oct - 14:53

Journal intimeUn cowboy loin de chez lui...

La jeunesse et l'école

William Ward naquit le 18 avril 1970 dans la ville de Chapman au Texas. Ses parents avaient un ranch qui appartenait aux Ward depuis la création de la ville. Très jeune, William apprit le dur métier de cowboy. Il monta à cheval à six ans et aida à nettoyer les boxes à 8 ans. Sa mère accoucha de Brian quand William fêta ses 10 ans. Mais sa véritable passion lui fut révélée quand il approcha de son douzième anniversaire. Un jour un homme à tout faire vint remplacer la clôture de la terre et toute la journée William le suivit comme un petit chien de poche. Il avait toujours aimé le travail manuel, mais construire la clôture lui avait ouvert de nouveaux horizons. Maintenant, les employés du ranch avaient l’habitude de voir le jeune Ward se promener avec des outils et bricoler sans arrêt. À l’école, il était parmi les meilleurs pour les mathématiques et les sciences. Pour ses 14 ans, son père vint le trouver près des bâtiments centraux du ranch avec une boîte en bois. Curieux, William s’en approcha et son père l’ouvrit. À l’intérieur se trouvèrent un vieux colt SAA de couleur argentée ciselée et ornée d’une poignés en bois. Le tout agrémenté d’un joli ceinturon de cuir dépourvu de deux holster. Il lui expliqua que les colts étaient aussi vieux que le titre de propriété du ranch. Ces armes se transmettaient de génération en génération et à sa mort il allait en hériter. Il tendit un pistolet à son fils et lui montra le fonctionnement. Ensuite vint le tir. Comme vous en doutez, les premiers tirs étaient assez imprécis, mais son père lui enseigna tous les trucs qu’il connaissait. Comment dégainer, tirer avec dextérité, tiré avec les deux pistolets et bien sûr la vitesse. Maintenant chaque semaine, après la messe, père et fils se retrouvait au champ de tir improvisé près de la maison et se pratiquait au tir. Alors vint l’université et William choisit le programme d’ingénieur. Il décida de sélectionner l’Université du Texas dans la ville de Tyler. Il fit ce que tous les étudiants font à l’Université. Il fit un peu la fête, dragua les filles et fit partie de l’équipe de football comme joueur de ligne défensif. Mais ses notes étaient plus que suffisantes et il finit son parcours universitaire avec la note très bien.

Service actif

À la fin de sa graduation, fin 1989, un recruteur de l’armée vint le féliciter et lui parla de la United States Army Corps of Engineers (qui est en fait le plus grand regroupement d’ingénieurs dans le monde). C’est un regroupement de civils et de militaires (38 000 personnes) dont la mission du Corps est de fournir des services d'ingénierie publics essentiel en temps de paix et pour renforcer la sécurité de la nation en temps de guerre. William choisit de rejoindre ce groupe en tant que militaire, car il aimait bien l’action. Comme vous le savez, un ingénieur de combat est un militaire spécialiste des techniques de génie militaire et de leur mise en œuvre dans des conditions de combat. Le génie militaire peut donc accomplir une grande variété de tâches dont des fortifications, constructions ou réparations de routes, de ponts, de voies de chemin de fer ou toute infrastructure de transport, pose ou destruction de champs de mines, etc. De manière plus générale, il doit permettre ou faciliter le mouvement ou le soutien aux forces amies et gêner le mouvement des forces ennemies. En plein dans ses cordes à part la portion des explosifs. Donc, il fut incorporé dans la XXe Brigade D’ingénieurs de Combat et il commença son entraînement. Son incorporation se passa plutôt bien. Il fut transféré à Fort Hood au Texas.

Comme chacun le sait le Texas est sillonné, plus souvent qu’à son tour, de tornades de toutes catégories. Comme de raison, les dix dernières années furent essentiellement d’aider les communautés éprouvées en dégageant les détritus, construire des abris temporaires et installer des groupes électrogènes. En restant dans son état d’origine, il resta en contact étroit avec sa famille. La seule expérience de combat qu’il connut fut l’opération Tempête du désert en 1991. Et expérience de combat il faut comprendre la construction de base temporaire pour les unités de combats et à l’occasion désamorcée une bombe artisanale. Pas très glorieux comme expérience de combat. Mais comme on dit toute expérience est bonne à prendre. En 1999 son père mourut des suites d’un cancer de la gorge. Après la mise en terre de la dépouille, la famille se réunit au Ranch pour lecture du testament. Comme il lui avait dit, son père légua à William les armes ancestrales un le tiers du Ranch. Mais comme sa vie était maintenant dans l’armée, il vendit sa part à sa mère et son frère Brian. Il retourna alors rejoindre sa brigade. Le 11 septembre 2001, sa brigade fut de nouveau sollicitée pour une tragédie. Des avions avaient percuté les World Trade Center. Il travailla d’arrache-pied pour dégager des décombres, mais les chances de trouver des survivants étaient des plus minces. Pour confirmer les pronostics, William et son équipe ne purent dégager que des corps ou des membres.

Blessure

Comme tous les Américains, William voulait trouver les responsables de cette tragédie et leur rendre la monnaie de leur pièce. Les autorités trouvèrent le responsable, Al Quaida. Alors, le président déclara la guerre au terrorisme. En 2003, sa bridage fut déployé en Irak et la vie de William fut une série de longues périodes de travail et d’inaction à de brèves altercations avec les forces irakiennes. Sa section était appelée au front pour désamorcer des engins explosifs, réparer des routes, construire des bâtiments, fortifier des lieux stratégiques. À chaque fois qu’il finissait son service en Irak, il rempilait pour un autre tour. Car William avait pris ses habitudes et il avait peur de revenir à la vie civile. Il devait aussi à l’occasion se défendre lors des opérations de sa section. Il tua huit ennemis et il trouva que c’était dur. Il revoit encore ses victimes des fois dans ses rêves. Il resta en service juste au 18 janvier 2011. Alors qu’il travaillait à fortifier un avant-poste, des tirs de mortiers tombèrent sur sa position. Il essaya de trouver un abri, mais une douleur sourde se fit sentir au niveau de sa jambe droite. Sa jambe le trahit et il tomba dans le sable. La douleur fut si intense qu’il perdit connaissance. Il ne vit que certains moments de son évacuation. Un visage d’un infirmier de combat qui lui disait de rester avec lui, les mouvements saccadés du Humvee qui le ramenait vers l’hôpital de campagne. La morphine lui fit perdre la carte et il se réveilla deux jours plus tard. Il descendit sa main vers sa jambe blessée, la peur au ventre de ne rien sentir, mais sa jambe était toujours là. Les médecins avaient réussi à presque enlever tous les shrapnels de sa jambe. Mais il restait un morceau qu’ils n’avaient pas pu enlever, car le shrapnel était logé trop profondément et trop près de l’artère fémorale. William fut rapatrié au pays dans un hôpital militaire du Texas. Une dure rémission de plusieurs mois commença pour William et ce dernier en fut très éprouvé. Il devait réapprendre à marcher et faire du jogging léger. Mais il ne pourrait jamais courir comme avant. William allait boiter légèrement toute sa vie. Aussi il allait avoir aussi des douleurs dans sa jambe quand l’humidité était trop forte. Il croyait que sa carrière militaire était finie.

Début de la fin de l'humanité

Comme tout le monde, William avait vu ce qui se passait en Afghanistan. Des zombies. Choses impossibles et pourtant très vraies. Bientôt l'épidémie putride traversa les frontières des pays et comme une traînée de poudre, les goules furent partout sur le globe. Il était chez lui en train de faire des exercices quand un humvee s’arrêta devant sa porte. Un lieutenant l’informa qu’il devait se préparer pour sa prochaine affectation. Surpris, William s’exécuta, car il était un bon soldat et maintenant on avait encore besoin de lui. Il fit ses bagages et sous le coup d’une impulsion, il plaça la boîte des colts dans son sac de voyage. Il lut l’ordre de transfert pendant que le lieutenant le conduisait vers l’aéroport militaire. Il devait se rendre dans la ville de Chicago, lieu de sa nouvelle habitation pour travaux administratif. Rendu là, il devait rejoindre une unité de militaires qui avait l’ordre de faire un poste de commandement fortifié dans un lieu gardé secret. Au moins, William reprenait du service. Rendu là, il prit la tête d’une petite équipe et il entreprit de faire son travail d’ingénieur. Il avait les ressources qu’il voulait et dans le temps que les officiers lui avaient imparties, son équipe fit une place forte. Des nouvelles de partout dans le monde informèrent les militaires de Central City que les zombies se propageaient comme une traînée de poudre dans le monde. L’escouade d’ingénieur reçut l’ordre de faire des fortifications dans certains quartiers de la ville. Les militaires commencèrent à être nerveux, car on signalait des mouvements de morts-vivants et des émeutes de plus en plus près de Chicago.

William commença à mettre son Stetson et son ceinturon de cowboy. Il croyait que les officiers allaient le réprimander, mais William crut comprendre que chacun devait tenir le coup comme il le pouvait. Une journée pendant des travaux un mort-vivant s’était glissé sur un des chantiers de fortification et agrippa le sergent Ward. Ce dernier surpris essaya de le repousser, mais le mort-vivant le mordit au bras gauche. L’adrénaline courut dans ses veines et il réussit à repousser le zombie. Ce dernier tomba sur le cul et en serrant les dents William dégaina son colt et actionna le chien. Le coup de feu de la puissante arme d’une autre époque résonna et la tête du zombie éclata dans une gerbe de sang. Ses équipiers arrivèrent et furent choqués de voir la scène. Seulement un infirmier de campagne se précipita à ses côtés pour panser la plaie. Plaie inexistante à cause d'un coup de chance épouvantable.

Pendant un an les soldats accueillir des rescapées et une petite ville prit naissance entre les murs fortifiés. William avait essayé de contacter sa famille, mais aucune réponse. Après un certain temps, dans le flot des réfugiés il reconnut un de ses voisins. Ce dernier l’informa que sa famille avait péri. Sous le choc, il sombra dans la dépression. Il sorti alors avec quelques hommes pour une reconnaissance. Reconnaissance qui tourna mal et dont il n'eut que son salut par l'aide de quelques survivants. Voyant que la voie pour rejoindre le lieu sécurisé était maintenant inondé par une marée de morts-vivants, il s'installa avec le groupe. Personne ne l'écouta lorsqu'il parla de défense et de fortification. Alors l’inévitable se produit et le groupe fut dévorer. Maintenant c'est une fuite vers l'avant pour le cow-boy...

Désespoir et pensée suicidaire...

Voilà presque un an que le sergent Ward est devenu membres d'un des bastions de survivants de Détroit. Les connaissances en fortifications, pose de pièges et d'entretien d'édifice fut une bénédiction pour le groupe. Le Texan exténuer trouva un second souffle en compagnie des quelques enfants des lieux. William avait inventer un jeu, une sorte d'école pour leur faire oublier le monde extérieur et la fatalité qui courait les rues.

Mais sans le savoir le cœur du militaire fut saisit par un amour naissant pour une magnifique rouquine. Une jeune femme du nom de Maureen. La connexion entre les deux êtres fut instantanée et presque magique. Un peu de bonheur et d'amour dans ce désespoir était une réjouissance pour ce couple de solitaire.

Mais un accord refuser avec le soi-disant tyran local, que seule Gemma avait connaissance, fut la clef de la descente aux enfers de l’humaniste qui croyait encore en l'être humain. Une nuit un groupe d’assassin tua la chef du groupe et ensuite le reste du groupe. Il n'eut que trois survivants. Une adolescente, un militaire qui avait réussi à se cacher de la rafle et le vétéran choquer et démoli. Dans un dernier acte d'amour, sa flamme d'espoir et d'amour avait chuter sur son corps inconscient pour camoufler la mince lueur de vie du regard océanique du Texan.

De nouveau un groupe accueillit les survivants et maintenant le fier représentant du Texas n'est plus qu'un automate qui n'est que motiver à retrouver la responsable de la mort de sa aimée, une blonde aux taches de rousseur qui par le plus grand des hasard, lui avait sauver la vie en camouflant elle aussi sa présence.


_________________
Un vieux soldat sait souffrir et se taire sans murmurer.


Dernière édition par William Ward le Lun 12 Juin - 6:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Invité
Matricule n°001
Invité
Mar 20 Déc - 0:28

Coucou William Hey

Dis-moi, je réfléchis à un lien avec mon Matthew, pour savoir si ça te tenterait Cute
Et je me demandais, William avait un groupe spécifique avant de se trouver à l'hôpital à Détroit ? Ou il est passé directement de son gorupe à Chicago à l'hôpital ? think
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 745
Points : 1593
Date d'inscription : 01/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Cowboy & Gentleman
William Ward
Matricule n°001
Cowboy & Gentleman
Mer 11 Jan - 6:33

Désolé j'ai louper ta demande de lien. Je peux t'en parler sur skype si tu le désire?

_________________
Un vieux soldat sait souffrir et se taire sans murmurer.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 389
Points : 237
Date d'inscription : 01/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Bernadette Mackenzie
Matricule n°001
I walk a lonely road
Ven 17 Mar - 20:53

Coucou ! J'ai écris ça dans mon journal au sujet de Willou Smile Est-ce que tu es ok avec ce que j'ai écrit ?

William Ward ▬ Connaissance amicale
J'ai rencontré William à mon arrivée à Detroit. C'est quelqu'un de droit que j'apprécie. Il m'a sauvé la vie et j'ai une dette envers lui depuis.

_________________

  Beauty's in everything.

Les crédits vont aux membres de la belle et grande communauté de Tumblr qui
ne cesse de nous offrir du contenu de qualité.

© Joy
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 745
Points : 1593
Date d'inscription : 01/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Cowboy & Gentleman
William Ward
Matricule n°001
Cowboy & Gentleman
Dim 28 Mai - 13:38

Meet you in the stars tonight


La fin d'un rêve...





Les battements de cœur du vétéran ressemblaient à ceux d’un tambour dans une galère d’esclavagiste de la Rome antique. William serra les dents en s’en faire sauter l’émail dessus devant la frustration de l’instant. Oui la peur, la terreur même nouait ses tripes. Mais ce n’était pas sa mort qui l’effrayait, mais bien celles des gens à genoux autour de lui. Des enfants terrorisés par les armes, comme si les rôdeurs n’étaient pas assez pour eux voilà que des chefs de guerre du dimanche s’amusaient à faire la loi du talion. Des gens de biens qui ne demandaient que voir le soleil se relever frissonnaient autant de la froideur du carrelage de la morgue que de la situation catastrophique qui semblait mener dans une seule direction.

Une détonation subite, une odeur de poudre noir et de sang envahis les sens du cowboy agenouiller. Sursauter devant l’écho du coup de feu dans la pièce close, le regard océanique vit alors le corps de Gemma basculer vers l’arrière les bras en croix. Un maelström de colère et d’incrédulité se forma dans les iris habituellement calme de l’ingénieur de combat. Portant son attention vers la blonde crevure qui tenait le fusil qui fumait doucement de son coup de semonce fatal, William cisela les traits de la femme dans le granite de sa mémoire. La dureté de son visage, mélangeant une détermination et dans son regard… une certain panique. Comme si elle devait suivre cet ordre atroce d’enlever la vie à des gens innocents. Mais à cet instant l’homme n’en avait cure. Il allait venger celle qui avait tant fait pour la communauté. Une blonde rachitique semblait déporter le canon mortel de son arme vers les enfants innocents qui venaient d’éclater en pleurs, d’Abigail qui semblait vouloir rejoindre sa mère mourante qui se noyait dans son propre sang.

Sans y songer un instant, n’essayant que faire d’un rempart de son corps les âmes pures des enfants de ce triste tableau, le vétéran blondinet se releva avec difficulté à cause de son genou récalcitrant. Levant les mains en geste universel de reddition et surtout d’apaisement, le cowboy commença à parler.

William- Vous avez eu ce que vous voulez… Laisser les enfants tran…

Une crosse de fusil venait de mettre fin au parole du militaire de rang d’une manière direct et sans appel. Le coup était situer au niveau de la tempe et il tomba au sol comme une masse. Parcouru de spasme des pieds à la tête, les paupières ouvertes dans une tentative pathétique de rester le plus longtemps conscients, il vit sa raison de vivre se relever. Maureen qui essayait de protéger les enfants qu’elle aimait tant. Le tir en crescendo des armes automatique qui venait d’annoncer un chant de mort pour le groupe de survivants. William entendait les sons comme si son corps était submergé. Le corps ensanglanter de la valkyrie à la chevelure de feu tomba devant le regard choqué de celui qui venait de sentir son cœur se faire déchirer par les griffes du désespoir. Il ne voyait que la souffrance dans le regard d’émeraude de l’amour de sa vie. Celle-ci avança une main couverte de sang pour la poser sur la joue du cowboy qui était baigné de larmes de douleur. Un dernier geste d’amour alors que la vie quittait le corps de la rouquine. Avec ses dernières forces, le soldat enserra la main de la mourante comme pour l’implorer de ne pas partir sans lui. Le sang chaud de celle qui allait demander en mariage percuta le corps du vétéran, comme pour le protéger de la mort et camoufler la mince étincelle de vie de son amant. La vie du cowboy venait d’éclater comme un château de verre qui venait de basculer dans le chaos…
H.R.P.:
 


Code by Joy William écrit en #009966



Code:
<link href='http://fonts.googleapis.com/css?family=Spirax|Italianno' rel='stylesheet' type='text/css'><center><div style="border: 0px black none; width: 90%;" ><div style="border-right: 6px #3855A4 solid; border-left: 6px #3855A4 solid; background-color: white;"><div style="border-right: 8px #003D82 solid; border-left: 8px #003D82 solid; "><p style="display: inline-block; font-family: 'Spirax', cursive; font-size: 40px; color: #003D82; padding-top: 20px;">[b]Meet you in the stars tonight[/b]</p>
<p style="display: inline-block; margin-top: -20px; font-family: 'Italianno', cursive; font-size: 25px; color: #3855A4;">La fin d'un rêve...</p>
<img src="http://68.media.tumblr.com/tumblr_ma5qx2FZiw1r431bi.gif" style="border: #003D82 4px solid; border-radius: 50px 50px; -moz-border-radius: 50px 50px; -webkit-border-radius: 50px 50px; -o-border-radius: 50px 50px;" /> <img src="http://rs103.pbsrc.com/albums/m121/CassieArgeneau/Frank7_zpsb85d066c.gif~c200" style="border: #003D82 4px solid; border-radius: 50px 50px; -moz-border-radius: 50px 50px; -webkit-border-radius: 50px 50px; -o-border-radius: 50px 50px;" />
<div style="border: 4px #003D82 solid; width: 210px; margin: 1px;"><iframe width="210" height="30" src="https://www.youtube.com/embed/ScNNfyq3d_w?rel=0&showinfo=0" frameborder="0"></iframe></div>

<blockquote style="border-top: 6px dotted #003D82;"></blockquote>
<blockquote style="color: #003D82; text-align: justify; font-family: 'Trebuchet MS';">Les battements de cœur du vétéran ressemblaient à ceux d’un tambour dans une galère d’esclavagiste de la Rome antique. William serra les dents en s’en faire sauter l’émail dessus devant la frustration de l’instant. Oui la peur, la terreur même nouait ses tripes. Mais ce n’était pas sa mort qui l’effrayait, mais bien celles des gens à genoux autour de lui. Des enfants terrorisés par les armes, comme si les rôdeurs n’étaient pas assez pour eux voilà que des chefs de guerre du dimanche s’amusaient à faire la loi du talion. Des gens de biens qui ne demandaient que voir le soleil se relever frissonnaient autant de la froideur du carrelage de la morgue que de la situation catastrophique qui semblait mener dans une seule direction.

Une détonation subite, une odeur de poudre noir et de sang envahis les sens du cowboy agenouiller. Sursauter devant l’écho du coup de feu dans la pièce close, le regard océanique vit alors le corps de Gemma basculer vers l’arrière les bras en croix. Un maelström de colère et d’incrédulité se forma dans les iris habituellement calme de l’ingénieur de combat. Portant son attention vers la blonde crevure qui tenait le fusil qui fumait doucement de son coup de semonce fatal, William cisela les traits de la femme dans le granite de sa mémoire. La dureté de son visage, mélangeant une détermination et dans son regard… une certain panique. Comme si elle devait suivre cet ordre atroce d’enlever la vie à des gens innocents.  Mais à cet instant l’homme n’en avait cure. Il allait venger celle qui avait tant fait pour la communauté.  Une blonde rachitique semblait déporter le canon mortel de son arme vers les enfants innocents qui venaient d’éclater en pleurs, d’Abigail qui semblait vouloir rejoindre sa mère mourante qui se noyait dans son propre sang.

Sans y songer un instant, n’essayant que faire d’un rempart de son corps les âmes pures des enfants de ce triste tableau, le vétéran blondinet se releva avec difficulté à cause de son genou récalcitrant. Levant les mains en geste universel de reddition et surtout d’apaisement, le cowboy commença à parler.

[color=#009966]William- Vous avez eu ce que vous voulez… Laisser les enfants tran… [/color]

Une crosse de fusil venait de mettre fin au parole du militaire de rang d’une manière direct et sans appel. Le coup était situer au niveau de la tempe et il tomba au sol comme une masse. Parcouru de spasme des pieds à la tête, les paupières ouvertes dans une tentative pathétique de rester le plus longtemps conscients, il vit sa raison de vivre se relever. Maureen qui essayait de protéger les enfants qu’elle aimait tant. Le tir en crescendo des armes automatique qui venait d’annoncer un chant de mort pour le groupe de survivants. William entendait les sons comme si son corps était submergé. Le corps ensanglanter de la valkyrie à la chevelure de feu tomba devant le regard choqué de celui qui venait de sentir son cœur se faire déchirer par les griffes du désespoir. Il ne voyait que la souffrance dans le regard d’émeraude de l’amour de sa vie. Celle-ci avança une main couverte de sang pour la poser sur la joue du cowboy qui était baigné de larmes de douleur. Un dernier geste d’amour alors que la vie quittait le corps de la rouquine.  Avec ses dernières forces, le soldat enserra la main de la mourante comme pour l’implorer de ne pas partir sans lui. Le sang chaud de celle qui allait demander en mariage percuta le corps du vétéran, comme pour le protéger de la mort et camoufler la mince étincelle de vie de son amant. La vie du cowboy venait d’éclater comme un château de verre qui venait de basculer dans le chaos…
[spoiler="H.R.P."]
Riley et Jude, juste à discuter entre vous pour savoir qui va assommer William. Sinon je crois que le carnage est ouvert...[/spoiler]

<br /></blockquote><span style="font: 10px Arial; text-transform: uppercase;">Code by Joy  William écrit en [color=#009966]#009966[/color]</span></div></div></div></center>

_________________
Un vieux soldat sait souffrir et se taire sans murmurer.
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» Baromas, soldat d'Arnor.
» [Scénario] Il faut sauver le soldat Ryan
» ENFANT SOLDAT
» comment est habillé un soldat?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum