[-18] Visite nocture. ]




Aller à la page : 1, 2  Suivant
InformationsContact
avatar
Messages : 1501
Points : 423
Date d'inscription : 23/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Lyuba Kreskin
Matricule n°001
I walk a lonely road
Mer 12 Avr - 0:51

Voilà un moment que j’avais fait la mercenaire pour une lieutenante des punisher. Et après j’en avais surement décimé quelques un avec Maddie. Encore que je n’étais pas trop certaine qu’il soit du même groupe. M’en fout. De toute façon t’es avec moi ou neutre ou t’es contre moi. Et si t’es contre ben tumeurs. Tu meurs. Mouarf t’as pigé le jeu de mots ? Bon ok ça va j’arrête avec mes conneries. En dehors de ça la blonde me devait encore une partie de payement. Je dois dire que j’ai repoussé l’échéance. Pas qu’elle soit pas à mon gout c’est pas vrai. Disons surtout que j’ai pas de piaule. Et je me vois mal allez dans un magasin de camping prendre une tente et planter celle-ci au milieu d’ !un parc pour chopper la fin de mon payement. On va avoir les miches qui vont congeler oui. Et puis de toute façon faut que je me trouve un coin. La discussion avec King m’avait poussée a me lance avec Skywalker dans une chasse au train. Mais King avait raison et on a bien vécu mais s’était mort de chez mort pour la version ferroviaire.

Finalement c’est dans un hôtel que je me suis trouver une petite piaule bien sympa. En fait c’est même carrément une suite. Par contre l’accès est complexe. Le hall est envahi de marcheur silencieux. Les étages un et deux se sont complètement effondré Un incendie a même probablement eu lieu ravagent les cuisines et une partie de l’aile droite du bâtiment. Y a pas vraiment de façon de monter la haut en fait. Hormis une méthode des plus casse-cou. Elle consiste à grimper sur une vieille échelle de pompier d’un camion crashé un peu plus loin. Celle-ci bouge à chaque fois qu’on l’emprunte et manque de choir au sol. Le tout pour attraper la gouttière pour se hisser a un étage. Et la faut encore faire des acrobaties dans la cage d’ascenseur pour atteindre l’étage valide avant de monter les escaliers pour monter a l’étage de ma suite.

Sa fait maintenant quelque jour que je me suis installée là. Pour la bouffe j’ai mon réchaud. Je me suis vraiment bien installée le lit le sommier est mort mais j’ai trainé deux matelas pour me faire un lit valide. Le reste de la suite est resté pratiquement en état. C’est ça le plus classe. C’est comme dans ce putain de rêve ou j’ai cru voir un ange sous la douche avec moi. Je suis pourtant certaine de n’avoir rien prit. Mais j’ai peut-être manqué de sucre et halluciner. C’est vrai que je m’étais réveillée avec mal de crane et tout. Enfin soit ici c’est cool et c’est vraiment une bonne chose. Pour le moment j’ai pas besoin de plus.

Je suis en culotte et t-shirt vautrée sur le canapé de la suite à faire le point sur ce que je vais faire dans l’avenir. Ma planque ce que King va faire. Je note et griffonne des trucs sur des papiers, de vielle note de service que j’ai trouvée ci et là. Je repense à mes nouveaux contacts et au groupe que j’ai rencontré. Maddie. Elle était seule et ma laisser à mon ancienne planque. Avec ses airs de nunuche, si ce soir-là, elle n’avait pas été là, je serai crevée. Me demande si elle a retrouvé sa copine. Ou si elle a grossit les rangs des morts. Puis y a Blondin et skywalker. Je me retourne dans le fauteuil et regarde par la fenêtre. C’est deux-là ont quelque chose j’adore les sortie avec eux. Barry est très pro sky plus pétée, mais tellement cool. Par contre leur groupe va tellement se faire allumer. C’est con, mais a part eux deux je vois que le vieux massif qui se la joue pour eventuellement sortir son épingle du jeu. Quoique … La blondasse du genre Xena la guerriere est plutôt baleze avec sa musculature et plutôt rapide et agile du peu que j’en ait vu et vu comme elle s’agrippe au vieux toubib elle le laissera pas tomber quitte a se faire tuée. A propos de nan musclée. Y avait la petite Riley.

Mmmh ouais  … Riley.

La blonde est tout sauf un papillon perdue dans un brasier. Elle n’a pas froid aux yeux. Elle est allumée. Et elle a de super jouet. Le C4 de l’autre fois m’a juste fait tressaillir de plaisir.
Je me redresse dans le canapé. Mais c’est vrai qu’elle me doit encore une partie de payement la vilaine. Et j’ai envie d’autre chose que de passé ma nuit en solo. Je me lève et vais voir ce qui me reste comme bouffe. Y a de quoi faire j’ai fait un travail qui m’a ramener de quoi me faire un repas pas dégueulasse. J’ai des œufs du lait quelque légume et de la viande séchée. Une super omelette en perspective. Et pour le lendemain j’ai trouvé un paquet de céréale dans une des chambres. J’aurais bien buter un chat ou un chien errant mais je sais pas dépecer et couper les morceaux de viande. Demander a King ? Plutôt crevé. Ce mec me fait froid dans le dos. Bon allez je vais inviter la blonde pour une soirée gonzesse. Sa sera ma première.

Je quitte mon local de vie. C’est vrai que j’ai pas d’eau chaude. Sauf si je la chauffe sur le réchaud. J’ai pas de chauffage non plus j’ai juste crée des braseros un peu partout et c’est suffisant. Et pour l’électricité, ben c’est pareil. J’ai pas. Mais les braseros amènent la lumière suffisante.

Je vais en vile déposer si et la mes messages pour la blonde. Je pense que c’est assez visible comme message. Je prends des corps ou des morceaux de corps sur lequel je grave le message suivant.

Citation :
Riley. Il est l’heure de payer ta dette. RDV 20h MotorCity casino Hotel suite 612. Tenue correct exigée. Ton employeur t’attend. K

Je place les morceaux de corps et les corps, qui font office de message, de façon apparente et assez claire pour que ça ne passe absolument pas inaperçut. Pour que le message face plus stupide et en soit compréhensible que par elle je grave d’autre message. Mais c’est le seul qui est commun à toutes les « pancartes ».

Puis je rentre. Je me marre a la pensée de la dernière phrase. « ton employeur t’attend » tss je lui ait coller ue baigne pour ça. Mais j’ai accepté du coup pour cette fois je suis son employeur


Dernière édition par Lyuba Kreskin le Jeu 13 Avr - 15:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 399
Points : 793
Date d'inscription : 17/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Soldat de fortune
Riley Hayden
Matricule n°001
Soldat de fortune
Jeu 13 Avr - 6:50



Après sa petite escapade dans les rues de Carleton, les choses avaient déboulé très vite pour la téméraire jeune femme. On lui avait donné le titre de lieutenant, au grand dam de toutes ces raclures et ces petites frappes qui aspiraient à devenir autre chose que de simples sbires. Elle avait maintenant une douzaine d'hommes et de femmes à sa charge. Si au départ elle avait craint de ne pas avoir ce qu'il faut pour mener, elle s'était rapidement découvert un talent naturel de leadership, grandement inspirée par un de ses supérieurs dans l'armée, un certain McCarthy qui imposait le respect non pas par la terreur mais grâce à sa détermination et son engagement. Son but ultime était de former un hit squad efficace au sein des Punishers, responsable de régler les situations les plus épineuses. Durant les derniers jours, Riley avait passé de nombreuses heures à entraîner ses hommes. Toutefois, transformer ces chiens sauvages en machines de guerre disciplinées ne serait pas chose facile. Pour le moment, on lui avait surtout confié des missions d'approvisionnement et de collecte, ce qui l'ennuyait au plus au point. Elle avait bien eu l'occasion de tabasser quelques réticents mais son boulot se résumait généralement à faire la navette entre les différentes communautés et de jouer les putains de camionneurs.

Malgré toute la commotion des derniers jours, la blonde pensait fréquemment à sa rencontre avec la mercenaire russe, cette femme qui lui avait indéniablement permis de progresser dans la hiérarchie. Riley avait beau être une salope froide et calculatrice, elle n'était pas du genre à cracher sur les gens qui l'avaient aidée... elle avait conclu un marché avec Kirasir et elle comptait bien payer son dut. Un bref passage à Carleton lui avait remémoré les souvenirs encore tièdes de leur attaque-éclair, mais aucune trace de la belle diablesse qui avait déserté son refuge pour une raison ou une autre. Consciente qu'elle percevait davantage ses retrouvailles avec la moscovite comme une occasion de prendre son pied que d'acquitter une dette, elle avait poursuivi ses recherches, allant même jusqu'à interroger quelques personnes, sans résultat. Elle qui avait toujours renié les médias sociaux aurait bien aimé pouvoir prendre contact d'un seul clic... quoi qu'elle doutait fort que l'ex-mafieuse ait déjà possédé un compte facebook. Pour le moment, elle avait dû mettre ses envies de côté, sachant très bien qu'elle finirait par croiser la mercenaire d'une façon ou d'une autre.

Peu de temps après, lors d'une mission d'approvisionnement, cette occasion s'était présentée à elle sous la forme d'un message morbide signé Kirasir. Trois cadavres de rôdeurs, mutilés et accrochés à l'enseigne d'un commerce à l'aide de fils barbelés. Les lignes gravées dans la chair des charognards n'avaient pour la plupart aucun sens, sauf une qui avait bien fait sourire Riley. La dulcinée aux tatouages lui donnait rendez-vous dans un hôtel du centre-ville de Detroit. Elle n'en avait pas fait de cas devant ses hommes, prenant mentalement note de l'adresse. Dès le lendemain, elle avait donné congé à son équipe et prit la route en solo, bien déterminé à rendre visite à sa chère employeuse.

Riley avait fait la plus grosse partie du trajet sur sa moto, préférant continuer à pied à quelques blocs du fameux hôtel-casino qui dépassait tous les buildings des environs de plusieurs étages. L'ancienne métropole était si calme et silencieuse, animée seulement par le sifflement du vent qui s'insinuait entre les bâtiments abandonnés, soulevant de brèves rafales de neige sur son passage. Une fois débarquée de sa monture, la jeune femme s'assura de couper l'alimentation en carburant grâce à une valve qu'elle avait installée quelques jours plus tôt, s'évitant ainsi une mauvaise surprise à son retour... Pour plus de précaution, elle dissimula sa bécane entre deux voitures carbonisées. Avec sa peinture écaillée et son look grossier, la vieille Husqvarna se fondait parfaitement dans le décor et n'attirait pas du tout l'attention. En raison du froid de canard qui planait sur la région, la blonde avait troqué son perfecto pour son parka de l'armée. Ce vieux manteau avait certainement vu de meilleurs jours mais son épaisse doublure et sa capuche était toujours aussi efficace contre la froidure hivernale. Côté armement, Riley avait emporté sa dernière acquisition, un rudimentaire mais robuste kalashnikov qu'elle laissait pendre au bas de son dos. Elle trainait également sa fidèle hache ainsi que son MP5K dans son sac à dos.

Voilà maintenant une heure qu'elle tournait autour du tant convoité hôtel-casino, essayant de trouver une brèche dans ses défenses. Le hall grouillait de charognards, impossible de passer par là sans se faire croquer. Le stationnement souterrain était condamné par l'effondrement des étages supérieurs et l'aile ouest du bâtiment avait été dévastée par un incendie. La seule entrée possible était via une échelle de pompier déployée sur la façade de l'immeuble. Après une bonne rassade de whisky pour se donner du courage, elle avait donc entrepris de gravir les échelons de cet échafaudage qui semblait vouloir s'effondrer à chacun de ses mouvements. Riley n'avait pas peur des hauteurs mais là, n'importe qui de sain d'esprit aurait fini par abandonner le projet. Il fallait réellement être en manque de cul pour faire quelque chose d'aussi con. Une chose est sûre, la mercenaire avait bien choisi sa planque, personne ne viendrait la faire chier ici. Une fois arrivée au somment de cette échelle qui semblait s'étendre jusqu'à la stratosphère, la blonde s'agrippa à une gouttière et se hissa jusqu'à la fenêtre la plus proche. Le soulagement fut total lorsque ses pieds se posèrent enfin sur une surface stable. Son regard se dirigea sur la chambre la plus proche qui affichait le numéro 506... La suite se trouvait un étage plus haut. Les escaliers de service étaient condamnés par une solide barricade, impossible de passer par là à moins d'être équipé d'un paquet d'explosifs ou d'un putain de bulldozer.

Elle avait l'impression de participer à une chasse au trésor, une chasse au trésor avec comme récompense un joli cul d'Europe de l'est. Naturellement, son regard se tourna vers l'ascenseur. Les portes entrouvertes de l'élévateur laissaient entrevoir la cabine, figée à mi-chemin entre le cinquième et le sixième étage. La petite blonde prêta une attention particulière à d'éventuel pièges, consciente des habitudes de la ruskov, mais n'en trouva aucun. Elle se hissa dans la cabine sans trop de misère. Le petit espace était sombre et baigné d'une odeur de moisissure. Au plafond, une trappe de service était visible malgré la pénombre. L'accès était peut-être piégé... il n'y avait qu'une façon de le savoir. Utilisant ses meilleurs talents d'acrobates, Riley poussa la trappa et se souleva dans l'ouverture étroite. La cage d'ascenseur était traversée par un courant d'air glacial et éclairée par la lueur timide d'une lumière de sécurité qui, étrangement, fonctionnait toujours. À l'aide de sa hache, Riley força les portes et s'insinua dans l'ouverture, débouchant finalement sur le sixième étage. Suivant les numéros de chambres, elle trouva rapidement la porte 612. Elle posa son oreille sur la porte à l'affût du moindre bruit et ressentit aussitôt une chaleur contrastant avec la température ambiante, elle était à la bonne adresse. Riley avait simplement envie d'entrée et de surprendre la mercenaire, cela dit, elle n'était pas trop friande à l'idée de se prendre une volée de plombs en pleine gueule. Elle se contenta de frapper à la porte... Ça se faisait toujours? Frapper à une porte et attendre qu'on vous réponde comme le ferait quelqu'un de civiliser?

Le tambourinement avait résonné avec une force surprenante dans le silence total du couloir. Riley posa sa bouille bien en évidence devant le judas. Ses blessures avaient complètement cicatrisé... hormis les cernes de fatigue, son visage avait regagné ses allures angéliques. Pour cette occasion particulière, elle avait même pris la peine de souligner ses yeux avec un trait de mascara. Finalement, pour être certaine de faire bonne impression, elle récupéra la bouteille de whisky dans son sac et la hissa à la hauteur de son visage, secouant celle-ci pour agiter le liquide ambré qu'elle contenait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1501
Points : 423
Date d'inscription : 23/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Lyuba Kreskin
Matricule n°001
I walk a lonely road
Jeu 13 Avr - 18:55

Je ne sais pas quand elle viendra. Mes messages sont très visibles. Masi elle c’est peut etre déjà fait butter. Qui sait. Faut dire que d’être parmi le groupe de crétin qui joue les gros bras et attaque sans vraiment chercher a préserver plus d’intérêt que de terra former la face des gens qu’ils attaquent. Un jour ou l’autre on tombe sur plus puissant. Soit mieux armé et plus préparer, soit sur plus nombreux et plus déterminer.
Et vu les guignols avec qui elle se balade, cfr le groupe de l’autre fois, suffit de voir comment il réagissait. En même temps je m’en fous mai j’ai pour idée qu’elle vaut bien mieux que ça. Elle aurait pu être efficace dans une organisation comme la nôtre, la bratva. Bien plus utile qu’avec de tel trou duc. Enfin soit. Si elle ne vient pas ce soir, comme je l’ai indiqué sur mes messages, c’est qu’elle est morte. En fouillant les autres chambres j’ai trouvé des fringues  superbes. Des trucs pour une nana qui n’est pas moi. Ou du moins dans une autre vie.  

Les autres chambres sont presque toutes intactes aussi. Dans l’une a l’étage du dessous j’avais même retrouver deux survivant. Bon maintenant ils le sont moins c’est devenu des rampant qui garde l’étage. En même temps, deux cadavres, pour se balader dans un étage complet de cet hôtel casino, ce n’est pas très efficace. Mais sa dissuade lorsqu’on tombe sur l’un d’eux.

Je me balade dans ma suite. J’hésite pour ma soirée. Franchement je ne me fais pas trop d’illusion. Rien ne prouve, si elle est vivante, qu’elle viendra. C’est quand même faire la pute ce qu’elle va devoir faire. Et si elle est morte mo soirée je pourrais la passer à me toucher. J’aurais dut demander a Barry. Ou a Leïa. Après le coup des douches la brunette m’a clairement laissée un agréable souvenir. Mais non j’ai laissé le message pour Riley. En même temps sa sera un test. Pour savoir si elle vit toujours, mais aussi si elle est fidèle à sa parole.  Je regarde amusé la robe que j’ai trouvée dans une chambre et les cuissardes. Je souris. Bah c’est l’occasion de porter un truc que je ne mettrais jamais. Et si ça me va et qu’elle débarque sa sera a la fois étrange, amusant et agréable. Et ça fera test pour un jour avec Barry ou Leïa. Voir peut être avec les trois … J’éclate de rire a cette idée. Bon ok allez je teste.

Après avoir passé quelque minute à m’imaginé avec ça je vire ce qui me reste sur le corps pour mettre ce truc. La robe me va mais c’est pas super avec le soutif en dessous. Faut que je le vire ? Mouais bon pourquoi pas. Je teste. C’est mieux, plus joli. Mais avec les tatouages c’est spécial. Mais bon c’est classe. J’enfile les cuissardes. Hey c’est classe. Et suis à l’aise en plus avec. Tranquille en plus je pourrais facilement y planquer une lame de bonne taille. Je passe dans une chambre à côté. Il y a encore un miroir de grande taille. Il est cassé mais au moins ça me donnera une idée. Ah ouais la vache. Si je n’avais pas été dans la bratva. J’aurais été mignonne sans mes tatouages. Je me mords la lèvre. Je me ferai presque de l’effet. Avec le collier et le bracelet que j’ai récupéré avec Leïa dans l’ancienne villa je vais passé une soirée super classe. Seule ou peut être avec Riley qui sait.
Je retourne dans ma chambre et met le collier et le bracelet C’est super classe. J’ai l’impression d’être une nana de la haute comme ça. Le bracelet est en or ou du moi en donne l’impression. Et vu là où je l’ai pris, il est clairement de faction a avoir une grande valeur.  De même que le collier. Le bracelet représente un serpent qui s’enroule autour de mon poignet. Ses yeux sont des petites pierres d’émeraude. Le collier lui est plus simple une sorte de plaque arrondie terminée dans le cou par une chainette dorée. Classe aussi. Bon je vais m’installer dans le fauteuil et attendre l’heure. Je commence à avoir un peu froid. Faut dire qu’outre cette robe je n’ai rien du tout.  Je vais remettre du bois dans les braseros de fortune. Lorsque j’ai fini j’entends qu’on frappe à la porte. J’attrape mon colt. Mais une seule personne est attendue aujourd’hui, Riley. Si c’est pas elle celui qui passe la porte est mort. Je planque le flingue dasn mon dos et fait face a la porte.

Da…

Dans la pièce j’ai facilement accès à mes armes, les deux Skorpion VZ61 que Barry m’a filer, les deux grenade, le fusil à  pompe, et le fusil de chasse, de meme que mon couteau de combat.

HRP
La robe que porte Lyuba => http://fashion-day.fr/1591-large/robe-de-soiree-pas-cher-sexy-fendue-dos-nu-et-decolte-profond.jpg
Les cuissardes => http://i.ebayimg.com/00/s/MTYwMFgxNjAw/z/7~oAAOxygPtSqcld/$_35.JPG
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 399
Points : 793
Date d'inscription : 17/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Soldat de fortune
Riley Hayden
Matricule n°001
Soldat de fortune
Ven 14 Avr - 2:30



Du mouvement, de l'autre côté de la porte. Riley avait abaissé sa bouteille et ne faisait plus un bruit, même sa respiration semblait s'être arrêtée... Et si c'était un piège? Et si quelqu'un avait butté Kirasir ou l'avait payé pour éliminer la nouvelle lieutenante des Punishers? Après tout cette nana était mercenaire et Riley avait eu le temps de se faire tout un tas d'ennemis parmi les communautés du coin. D'un geste feutré et parfaitement calculé, la blonde referma ses doigts sur la poignée de son fusil d'assaut et orienta le canon en direction de la porte. La personne de l'autre côté l'observait probablement par le judas mais il ne pouvait distinguer le bas de son corps. Le visage de la blonde resta de marbre, elle joua le jeu jusqu'à pousser un faux soupire d'impatience. Non... C'était complètement con, elle avait l'impression de devenir parano. Si quelqu'un auvait voulu lui tendre un piège il l'aurait fait dans l'ascenseur ou au sommet de l'échelle de pompier, là où elle était le plus vulnérable.

" Da... "

La voix si familière de la ruskov avait résonné de l'autre côté de la porte, assourdie par la barrière qui les séparait. Riley baissa son arme, confiante que son esprit lui jouait parfois des tours. En fait elle ne pouvait pas vraiment s'en vouloir d'être aussi méfiante... Le nouveau monde avait cette fâcheuse habitude d'anéantir votre confiance envers les autres et avec raison. Les derniers rayons d'un soleil mourrant éclairaient le couloir de sa lueur écarlate... Par chance Riley n'était pas arrivé trente minutes plus tard autrement elle aurait été complètement incapable de se diriger dans ce bâtiment déjà sombre. Elle devait vraiment se dégoter une lampe torche un de ces quatre. Au bout de dix secondes de silence, elle lui répondit.

" C'est moi, Riley... Je vais entrer, ne m'explose pas la tronche d'accords? "

La blonde fit passer sa kalash dans son dos question de se montrer la plus inoffensive possible, consciente du tempérament volcanique de la mafieuse. La serrure magnétique de la porte avait été bousillée mais le verrou devait toujours être en place de l'autre côté, son hôte l'avait probablement ouvert pour la laisser entrer. Riley tourna la poignée et poussa la porte pour se retrouver devant la jeune femme... était-ce vraiment Lyuba? Elle portait une robe de soirée qui mettait ses multiples tatouages en évidence, et ce vaste décolleté n'avait rien de banal. Riley réalisait soudainement que cette personne pouvait être beaucoup plus femme qu'elle ne le laissait entrevoir. Comment avait-elle fait pour savoir qu'elle allait cogner à sa porte ce soir? L'avait-elle vue arriver depuis la fenêtre de la suite ou portait-elle ces habits en permanence? Peu importe, Riley était subjugé devant le look de la jeune femme. Elle resta plantée là à l'admirer de la tête aux pieds, le sourire grimpé jusqu'aux oreilles.

" Foutre dieu... T'est magnifique! "

L'accoutrement irréprochable de sa partenaire d'un soir força bien évidemment Riley à inspecter ses propres vêtements... Elle n'était certainement pas dans ses plus beaux habits. Bien qu'elle aurait aimé porter quelque chose de plus féminin elle se serait difficilement vue crapahuter jusqu'ici avec une robe cocktail sur le dos. De toute façon, peu importe ce qu'elle portait elle finirait à poil pensa-t-elle... Merde, c'est qu'elle était vraiment devenue un garçon manqué à force de se tenir avec des mecs. La blonde avait tout de même une surprise pour la moscovite. Elle avait enfilé de jolis sous-vêtements noirs en dentelle qu'elle avait récupérés lors d'une sortie avec son groupe et qu'elle gardait pour cette occasion bien précise... Pas très confo pour la baston mais tout de même très sexy.

" J'ai reçu ton message, très original je dois dire. C'était pas du gâteau de venir jusqu'ici mais me voilà... prête à payer ma dette. "

La blonde arborait un air aguicheur et légèrement amusé. Bien décidée à passer une soirée inoubliable, elle souleva sa bouteille d'alcool pour la mettre en évidence.

" Alors, tu me laisse entrer? Je t'offre un verre? "

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1501
Points : 423
Date d'inscription : 23/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Lyuba Kreskin
Matricule n°001
I walk a lonely road
Lun 17 Avr - 15:46

Elle entre. Riley putain je n’étais pas sûr qu’elle débarque. Elle reste sur le pas de la porte a me mater et a balancer un « foutre dieux… T’es magnifique ». Je ne sais pas trop quoi dire en fait. C’est la première fois que je porte ce genre de vêtements. Rougir non c’est pas vraiment mi j’ai jamais rougit et je rougis pas vraiment non plus. Juste, je hausse les épaules. Et lui sors un pathétique :

Merci… Au fait, je pensais avoir dit tenue correct exigée

Je la détail a mon tour et me marre. Puis je lui fait un clin d’œil complice. C’est vrai que je m’attendais pas a la voir en robe non plus ou en costard mais sa aurait été délire qu’elle se pointe avec des fringue qu’elle aurait enfilé juste avant de frapper. Là je crois que sa aurait épique. Enfin moi dans cette tenue c’est déjà épique. Moi qui suis du genre jean tshirt.

Ouais entre tu vas pas rester dehors a me reluquer. Déjà qu’il faut taper souvent du bois dans les braseros si en plus tu laisses s’échapper la chaleur. Faudra plus que ton p’tit cul pour me rechauffer ensuite

Je la laisse entré et pose le 357Mag sur la table je prends une clope et l’allume. Elle a amené a boire te du Whisky en plus. Je vais pas me faire prier. Mes suis pas faite belle pour que dalle. J’attends qu’elle fasse plus que de se mettre a quatre pattes et cul nu. J’veux plus j’veux qu’elle rentre dans mon délire de soirée gonzesse. J’ai jamais fait ça en plus du coup j’veux découvrir et m’amuser un peu avant de passer a sa dette.

S’était le but je ne vais pas m’installée dans un self non plus. Et puis contente que t’ai su lire la date je savais pas si tu savais lire le cyrillique. Suis rassurée tu sais visiblement J’ai fait exprès pour pas que tes lèche-pompes te chambre

Je me retourne vers elle un regard un peu furibond mais surtout dépité lorsqu’elle parle de payer sa dette.

Ecoute krasota (beauté) J’aurais pu refuser. Je ne veux pas que tu commences à jouer les putes. Quand je t’ai collé une baigne j’ai cru que t’avais pigé t’aurais proposé une boite de munitions sa aurait été valide de la bouffe aussi. Si j’ai accepté ton offre c’est surtout parce que tu me plais, t’es mignonne t’as un truc. Et puis franchement je pense que …

Je m’arrête fait un tour sur moi-même les bars écarter pour montrer la suite mais aussi moi-même dasn cet état.

… C’est mieux que de te taper la queue de ton machin de dirigeant. Ou de te faire sauter par un connard lambda. Et puis j’avais envie de passer une soirée tranquille avec une nana qui a pas froid aux yeux, et qui me plait. Après si tu préfères te casser maintenant vas-y t’es libre je considère que t’as payer la fin.

Je m’assied a table ma main a coter de mon flingue l’autre pour jouer avec ma clope. Une idée con me traverse l’esprit le genre d’idée débile que j’ai comme ça et qui peut être totalement foireuse ou totalement génial.

Je soupire puis lui souris. Autant arrêter là le délire pétage de câble suite a cette idée de prostitution. Je me lève m’avance vers elle et pose un baiser sur ses lèvre en guise de signe de paix. Puis je retourne a la table a l’arrière ou se trouve mon réchaud et ce que j’ai prévu pour ce soir. Sa sera une simple omelette mais au moins le repas sera pas dégueu c’est l’une des seules choses que je sache véritablement faire en cuisine.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 399
Points : 793
Date d'inscription : 17/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Soldat de fortune
Riley Hayden
Matricule n°001
Soldat de fortune
Mar 18 Avr - 17:37



Elle se tenait là dans sa robe de soirée... tout ça avait quelque chose de surréaliste, comme si un truc aussi banal que de se mettre sur son 31 était devenu impossible avec la contagion. Elle l'avait fait marché en lui reprochant de ne pas respecter le code vestimentaire. Riley devait avoir six ans la dernière fois qu'elle avait porté une robe et bien franchement, elle n'avait pas l'intention de le faire à nouveau même si sa vie en dépendait... bon peut-être pas à ce point.

Son hôte l'invita à entrer, permettant à la blonde d'avoir une vue d'ensemble de la majestueuse suite où elle prévoyait bien passer la nuit. C'était le genre de chambre à plusieurs milliers de dollars la nuit, la grande classe. La déco et les meubles avaient été épargnés par le chaos de la pandémie. Si elle oubliait les foyers de fortune montés par son occupante et leur éclairage incendiaire, Riley se serait presque cru de retour avant la contagion.

" Trop la classe la nouvelle planque! "

Elle avait déposé son AK, sa hache et son sac contre le mur et retirait maintenant son lourd parka tout en continuant de mater son environnement. La chaleur éphémère des braseros était si invitante qu'elle retira également son chandail en laine, dévoilant le t-shirt quel portant en dessous qui affichait l'emblématique bouche à la langue tirée des Rolling Stones. Elle se sentait étrangement légère, libérée de tous ces kilos qu'elle avait l'habitude de traîner à longueur de journée.

Elle s'approcha du minibar et ramassa deux verres propres qu'elle ne tarda pas à remplir d'une bonne portion d'alcool, sans glace bien évidemment... du coup elle regrettait de ne pas avoir ramassé quelques glaçons en arrivant ici. La simple vue du liquide cuivré éveillait quelque chose chez Riley. Sa relation avec l'alcool avait toujours été particulière... Elle pouvait s'en passer pendant plusieurs semaines mais dès qu'elle ouvrait une bouteille, elle se faisait un devoir de la terminer, quitte à tomber dans un profond coma.

La blonde alla porter son verre à Lyuba et trinquât avant de prendre une généreuse goulée du breuvage. Elle entama alors une petite tournée de la suite, examinant les tableaux accrocher aux murs avec un air des plus intrigués. La moscovite semblait irritée par l'approche de Riley sur toute cette affaire de dette. La mafieuse était une femme de principes et ça elle l'avait bien compris et elle n'avait pas du tout envie de s'engueuler avec elle. Son plus simple souhait était de passer du bon temps. Pourquoi s'acharnait-elle à vouloir lui faire la morale? C'était sa façon à elle de lui dire qu'elle lui plaisait... refuser le fait qu'une personne comme elle puisse jouer les putes.

" J'avais de bonnes raisons de le faire c'est certain, j'avais besoin de ton aide.... mais si je t'est fait cette offre c'est surtout parce que je te trouvais de mon goût. Je suis pas du genre à m'envoyer en l'air avec le premier quidam pour une bouchée de pain ne t'en fais pas... Bordel, j'ai escaladé une putain d'échelle de pompier pour venir te voir tu crois vraiment que c'était juste pour payer une dette? "

Elle lui disait tout ça de façon très calme et franche, sans aucune agressivité. Lorsqu'elle voulut s'approcher pour embrasser la fougueuse jeune femme, cette dernière la devança et vint poser ses lèvres sur les siennes. Un simple baiser, bref mais lourd de sens. Un baiser qui parvenait à faire l'impossible, réanimer le cadavre intérieur de Riley.

" Je ne vais nulle-part... "

Tout lui semblait maintenant plus élémentaire, moins ambigu. Sa partenaire s'en alla devant son réchaud et commença à préparer un petit plat. Riley était incroyablement amusé par ce spectacle... L'impitoyable mercenaire se transformait soudainement en petite cuisinière. Si la blonde avait des doutes quant aux qualités culinaires de son hôte, elle les garda pour elle. Adossée contre le mur, elle contemplât la ruskov tout en sirotant son verre, s'allumant une clope avec la ferme intention d'étancher sa soif de nicotine.

" Et ben... quand je t'ai rencontré j'aurai jamais cru te voir faire la popote. " Tout ça l'amusait au plus haut point c'est vrai mais elle restait tout de même intriguée par ce que la jeune femme allait leur concocter comme repas. Un truc en particulier l'intriguait encore plus, Lyuba elle-même. Sans trop réfléchir et par simple curiosité, elle lui lança tout bonnement " Alors tu faisais parti de la mafia russe... la Bratva c'est ça? Comment t'est arrivé ici? " Elle fit rougeoyer sa cigarette, masquant momentanément son visage dans un nuage de fumée. Une autre gorgée acheva définitivement son verre... Elle alla s'en verser un autre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1501
Points : 423
Date d'inscription : 23/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Lyuba Kreskin
Matricule n°001
I walk a lonely road
Mar 18 Avr - 21:01

Les réponses de Riley me plaisaient. Surtout quand elle balança que je lui plaisais. Tant mieux, alors mon petit discours ne servait pas a grand-chose du coup. Mais je préférais lui dire avant qu’elle ne se retrouve a engager quelqu’un d’autre en lui proposant la même chose ou si le dit mercenaire se fait payer comme ça. C’est un principe et c’est tout. Je prends son verre un whisky avec un excellent arome. J’en bois une bonne lampée. C’est pas parce que je suis bien habillée et que c’est du bon que j’ai perdu mes habitudes de concours de boisson avec les autres de mon équipe. J’ai la fâcheuse tendance a prendre de grosse gorgée.

Pendant que je prépare l’omelette elle s’installe grillant une clope. Je sens son regard m’observer faire. J’ai l’impression d’être une potiche et d’être ultra gauche dans ces vêtements. En fait même si je me trouve bandante avec je ne suis absolument pas à mon aise avec c’est la première fois que je porte ce genre de truc. Quant au mouvement je suis tout sauf une nana raffinée. Et ça ce voie. Bon ben plus qu’a cuire tranquillement. Mais la je veux ma clope aussi et profiter un peu de l’apéro. Donc je laisse le truc et je lance pas la cuisson. Je vais juste m’installer sur l’autre siège en face delle.

Rolling Stone. Je n’ai jamais été une grande fan de la musique rock anglaise des années 1970-1980. Mais faut reconnaitre que le tshirt lui va bien surtout avec cette bouche à auteur de la poitrine. On dirait presque une invitation à lui embrasser les seins.

Ouais bratva moscovite avant de venir ici a détroit pour mettre en place l’hydre dans la ville. C’est le cheminement classique. Lorsque sa a été mis en place ici et qu’il a fallu des officiers je me suis proposée pour renforcer les liens Moscou-Détroit. Et pour la popotte comme tu dis c’est surement l’unique chose que je sache faire … une omelette

Ouais bon c’est ultra résumer en ce qui concerne ce que je fout ici. Et dit de façon tellement « entreprise légale ». Que j’en ai l’impression de ne pas être crédible. Après elle a pas demander mon palmarès, ni mon cursus. Même si vu le monde d’aujourd’hui mon passé ne me donne que de l’expérience dans la saloperie rien d’autre. Et puis si elle sait lire le langage des tatouages elle va vite se rendre compte de qui je suis. Je termine mon verre et la voie s’en remplir un second. Je lui tend mon verre pour une seconde fournée de liquide ambré.

Et toi tu fais quoi ici ? Ou plutôt tu faisais quoi avant ? T’as un maintien presque militaire un sang-froid assez proche des mercenaires.

Je termine ma clope et la balance dans le brasero autant garder ma planque la plus correct possible plutôt que de cramer les tapis et autres. On est partis dans le jeu des questions réponses. et j'ai pas l'intention de mentir occulter peut être certaine chose en fonction de la question et du sujet. Mais mon passé est aussi ce qui fait de moi une mercenaire efficace et sur quand on me paye. du coup autant etre franche sa pourrait mener a d'autre partenariat possible.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 399
Points : 793
Date d'inscription : 17/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Soldat de fortune
Riley Hayden
Matricule n°001
Soldat de fortune
Sam 22 Avr - 5:43



Sa réponse fut brève mais directe. D'un autre côté, Riley ne s'attendait pas vraiment à ce qu'elle lui raconte l'intégrale de sa vie. Elle était donc arrivée sur la terre de l'oncle Sam avant la contagion pour y implanter une branche outre-mer du réseau criminel. Toute cette histoire ne la surprenait pas du tout... pour elle, Lyuba avait tout à fait la tête de l'emploi. Sans être experte en la matière, la blonde en connaissait suffisamment pour savoir que chaque tatouage qu'arborait la moscovite avait une signification bien précise dans le monde interlope.

Riley fit couler deux autres verres et alla s'asseoir en face de sa partenaire de boisson. Sa dernière consommation, avalée en un temps record, commençait déjà à faire son petit effet mais elle ne comptait certainement pas s'arrêter là... et visiblement la mafieuse non plus.

" Forces Irlandaises de Défense... J'ai fait ce que j'avais à faire pendant la contagion. Le commandement est tombé après trois semaines seulement, puis les choses ont pris une sale tournure. J'ai foutu l'camp lorsque les chiens ont commencé à s'entredévorer... " Elle fit une courte pause pour s'envoyer une généreuse rassade de whisky. " Putain t'aurais dû voir ça... On a traversé l'Atlantique sur ce chalutier merdique, secoué par des vagues de 30 mètres! J'étais certaine de crever... un des mecs avec nous n'a pas du tout supporté au point de se coller une balle en pleine tête. " Elle racontait son histoire avec beaucoup d'humour et un brin de nostalgie, heureuse de s'en être tiré vivante après tout. " Une chose est sûre, plus jamais je remets les pieds sur un putain de bateau! "

Étrangement, tout ça lui rappelait de bons souvenirs, comme ces moments passés avec Lisa... La première personne pour qui elle avait réellement eu de l'affection. Elle n'avait jamais vraiment eu l'occasion de parler de son passé avec quelqu'un, sauf peut-être avec Robin. Le social était loin de compter parmi ses besoins primaires mais pour une raison ou une autre, en ce moment, elle appréciait grandement de pouvoir discuter de façon relativement normale avec quelqu'un d'autre. Son passage dans l'armée, ses expériences passées et son insomnie chronique avaient fait d'elle une sorte de robot insensible. Malgré tout, elle savourait chaque moment passé en dehors de son rôle comme une journée de printemps après un hiver particulièrement rude.

La belle russe la fixait de ses azurs hypnotiques et elle avait presque l'impression de sentir une sorte de connexion. Kirasir n'était pas comme les autres... c'était une tigresse, une bête sauvage que nulle ne pouvait dompter et c'est ce que Riley aimait le plus chez elle. Elle lui sourit bêtement, puis termina son verre d'un trait avant de s'en servir un autre et d'égaliser celui de son interlocutrice. La femme en face d'elle était littéralement tatouée jusqu'au cou. Certains dessins étaient bien visibles, d'autres laissaient deviner leur présence sous ses vêtements, n'attendant qu'à être découverts... Riley avait eu un bref aperçu de certains d'entre eux lors de leur dernière rencontre, après s'être pris un poing dans la gueule. Maintenant, elle aurait bien aimé les voir à nouveau.

" J'imagine qu'il t'est arrivé des trucs plutôt dingues... Tous ces tatouages veulent dire quelque chose... ils racontent ta vie en quelque sorte. La croix celtique sous ta gorge, ce symbole est bien connu dans mon pays... J'imagine que ça doit avoir une tout autre signification pour toi? " les tatouages étaient quelque chose qui l'avait toujours fasciné, tout particulièrement ceux que portaient certains gars des forces spéciales. Elle avait bien failli passer sous l’aiguille elle-même mais n'avait jamais vraiment eu d'idée... Tant qu'à se dessiner des trucs sur le corps simplement pour faire beau, autant ne rien faire se disait-elle. Maintenant, avec tout ce qu'elle avait vécu, elle avait bien quelques idées... Peut-être qu'un des gars du groupe pourrait lui rendre ce service.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1501
Points : 423
Date d'inscription : 23/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Lyuba Kreskin
Matricule n°001
I walk a lonely road
Sam 22 Avr - 16:46

Irlandaise donc. Je comprends mieux certaine chose. On a déjà fait du trafic d’arme avec les irlandais. Moi pas directement mais d’autre du groupe oui. Les seuls contacts que j’ai eue c’est à l’expédition des colis et s’était juste les noms sur les papiers des dockers. Ou alors directement ici avec certain putain de flic. Mais parait c’est des teignes. Du coup je comprends un peu plus le coté revanchard, froid dans l’action, et pourtant passionné, de la blonde.

Je choppe le verre qu’elle me tant le vide de moitié à nouveau. L’alcool aide à la désinhibition et ça fait un moment que je n’ai pas picoler véritablement. Ça fait du bien de se boire un bon coup. Le coup du navire me donne une idée. C’est vrai que cette planque est pas mal. Mais une planque sur l’eau me permettrait d’être mobile. Sa serait vraiment classe. Elle vient de me filer une superbe idée. Faut que je vois si c’est réalisable par contre et si sa tombe un train ou un camion serait pas mal non plus. Je pense que dans les contacts de mes supérieur ici je dois avoir le nom d’un mec qui gere ce genre de chose. Je regarderai à l’occasion. Je souris a la fois intéressée par ce qu’elle m’apprends sur elle et l’idée qu’elle vient de faire germer dans ma caboche foireuse.

Ne jamais dire jamais.

Je lui fait un clin d’œil amusé. C’est vrai que c’est le genre de phrase à ne pas employer surtout avec moi suis capable de l’envoyer se balader sur un ferry en mode délire pour voir si on est vivante. Juste un concours de « max kill » Irlande vs Russie sur un ferry bourrer de rampant sur une mer déchainée sa serai un truc ultra épic à finir à la dynamite. Ca y est je pars en délire. Allez nouvelle rasade pour revenir à la soirée.

Tien une question sur mes tatouages. Je les attendais après je ne les cache pas vraiment. Et à mon avis vu le projet nocturne je doute que les questions du genre ne fusent pas lors de nos futurs ébats. La crois sur ma gorge l’intrigue. C’est vrai qu’étant irlandais une simple croix celte a une signification plus culturelle pour elle que pour moi. Pourtant la décoration de « ruban » qui va avec pour en faire un pendentif devrait l’orienté. Sur le type de décoration. Mais elle a peut-être pas oser y faire référence. Les symboles nazi ne sont pas des plus apprécier à travers le monde et ce malgré le chaos de nos jours.

En effet, je doute que la signification soit la même. Faut dire qu’ici c’est plus la représentation que les Wafen SS en ont fait qui est représenté sur ma personne. Mais je ne suis pas fasho pour autant. Disons que dans mon organisation. Enfin qu’avant les évènements, dans la bratva, ce genre de décoration avait une signification autre. Les nazis étaient réputé pour ne pas divulguer d’information lorsqu’ils étaient fait prisonnier par les allier ou les soviets. Ici c’est ça que ça représente. Le fait que je ferme ma gueule sur mes employeurs aujourd’hui, et à l’époque sur mon organisation. Que je préfère crever que de parler en d’autre terme. Cette croix je l’ai mérité et sa ma valut quelque souffrance pour ça. Le FSB n’était pas réputé pour être composé d’anges.

Je termine mon verre et la laisse faire le service. Après tout c’est sa bouteille. Je sais qu’elle n’a pas de tatouage. Pour l’avoir vue à poil l’autre fois c’est étrange d’ailleurs. Dans mon imaginaire j’ai toujours cru que les membres d’unitié militaire se faisaient tatouer leur insigne d’escadrille ou autre.

Et toi, pas le moindre motif sur toi hormis les quelque balafre de combat que j’ai pu voir l’autre soir. Jamais tentée ou jamais eu l’occasion. A moins que tu ne sois pas du genre très active à l’époque pour quoi décide d’immortaliser tes actes sur toi…

Ma dernière phrase était clairement une pique moqueuse et ironique. Je l’ai vue a l’œuvre une seule fois et elle aurait mérite certains symbole a nous. Du coup je rajoute rapidement la suite.

… A moins que tu n’attendais que moi pour prouver qui tu es pour que je l’inscrive sur ta peau.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 399
Points : 793
Date d'inscription : 17/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Soldat de fortune
Riley Hayden
Matricule n°001
Soldat de fortune
Mar 25 Avr - 4:53



La blonde écoutait attentivement l'ex-mafieuse lui expliquer l'histoire derrière son tatouage. Cette croix n'était qu'un petit élément sur une grande toile et Riley ne pouvait que s'imaginer ce que le reste du chef-d’œuvre pouvait signifier. Ce qu'elle lui disait confirmait ce qu'elle savait déjà... Kirasir était une femme qui accordait beaucoup d'importance à l'honneur et à la loyauté, une denrée rare de nos jours. Elle était exactement ce que recherchait les punishers... elle avait le caractère, l'expérience et les compétences. Dommage qu'elle s'obstine à vouloir opérer en solo. Riley n'essayerait pas de la convaincre autrement, la persuasion n'était pas sa plus grande force et elle s'amusait beaucoup trop en ce moment pour discuter politique.

Une énième gorgée dévala le long de son œsophage. La blondasse commençait à avoir l'air légèrement affectée... Ses paupières avachies et son large sourire en était la preuve. Sa posture militaire était altérée par l'ivresse et elle se retrouvait maintenant bien calée sur sa chaise. Tout cet alcool lui faisait un millier de promesses de souffrance pour le lendemain mais pour le moment, elle s'en foutait royalement. Elle observait sa partenaire d'un regard amorphe alors que cette dernière lui causait, jouant inconsciemment avec la clope qu'elle s’apprêtait à coincer entre ses lèvres. Ses souvenirs de leur assaut sur le bloc appartement à Carleton et l'explosion qui l'avait précédé étaient encore vifs dans son esprit. Riley avait toujours apprécié ces moments de pure adrénaline, ils la faisaient se sentir vivante. Peut-être aurait-elle à nouveau l'occasion de se battre au côté de la moscovite.

La ruskov était intrigué par le fait que Riley n'arbore aucun tatouage. Ce qu'elle dit en dernier raviva fortement l'intérêt de la jeune femme. Pouvait-elle vraiment lui faire un tatouage, là, tout de suite? Elle haussa un sourcil, intrigué, prenant la parole alors qu'elle versait une autre tournée, délestant la bouteille déjà à moitié vide.

" J'ai toujours voulu des tatouages... l'occasion s'est jamais vraiment présentée. Quand j'étais dans l'armée les parachutistes et les gars des forces spéciales se faisaient systématiquement tatoués... Moi j'étais dans les forces régulières. " Elle étira son bras devant ses yeux, visualisant les contours d'une illustration imaginaire. " Je verrai bien une énorme croix celtique sur mon avant-bras... Pas celle des nazis par contre... Pour symboliser mes origines. " Son bras quitta son champ de vision et s'étira pour attraper son verre, portant ce dernier jusqu'à ses lèvres. " Et pourquoi pas une ancre de bateau sur la nuque... Je suis pas marin mais avec ma traversé de l'Atlantique c'est tout comme! " Le rire alcoolique qui s'ensuivit résonna dans toute la pièce. " T'a ce qu'il faut pour tatouer ici? Ce serait top! " Au fond, Riley n'y croyait pas vraiment... La ruskov la faisait probablement marcher. Impossible de faire fonctionner une machine traditionnelle sans électricité. Elle avait peut-être un de ces trucs de fortune que fabriquaient les détenus à partir de brosse-à-dent électrique ou autre bidule du genre... Sinon, il y avait toujours moyen d'utiliser une aiguille et de l'encre.

Le regard tantôt morne de la blonde était soudainement animé par un feu intense. Peu importe la méthode, elle était totalement prête à passer à l'acte et à immortaliser ce moment épique. La cigarette rejoignit finalement sa bouche avant d'être prestement allumée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1501
Points : 423
Date d'inscription : 23/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Lyuba Kreskin
Matricule n°001
I walk a lonely road
Mar 25 Avr - 10:32

La blonde me balance que si elle aurait bien aimé mais a pas trouver le temps ou l’occasion de le faire. Merde me dit pas que t’es greluche au point de pas allez voir un tatoueur sur un coup de tête au moment d’une permission. Même moi je sais que beaucoup l’on fait. Par contre le Whisky commence doucement a faire effet. Riley a les yeux qui pétillent d’une lueur enivrée et un bête sourire. Bon je ne dois pas être mieux avec le rouge sur les yeux et les même bulles de pétillant dans les yeux.

Puis elle annonce ce qu’elle voudrait. Sa pourrais donner un truc terrible en effet. Mais sa veut rien dire sauf pour elle. Après les tatouages c’est un code. Un code pour ceux qui savent les déchiffré. Les miens c’est pour ceux de ma communauté qu’ils veulent dire quelque chose voir pour certain keuf. Pour les autre pas vraiment… Bon je termine mon verre et me lève a nouveau. Oula trop vite je fais un léger pas de cote pour pas me vautrée. Et rit comme une conne de mon manque d’équilibre. Ok whisky ça faisait trop longtemps. Je m’approche d’elle. Glisse ma main sous son visage et lui lève la tête vers moi.

Désolée beauté je ne sais absolument pas dessiner. Surtout a main levé et sans modèle. Du coup a moins que tu souhaite que ta croix ressemble a n’importe quoi sauf une croix je veux bien de plus j’ai pas d’encre ni autre chose que la lame de mon couteau.

Je pose une baiser légèrement enivrée sur ses lèvres. Puis je vais allumer le réchaud et lancer la cuisson de l’omelette. J’en ai fait beaucoup. J’ai la dalle et pour une fois que j’avais de quoi en faire une belle et avec des produits frais. Vive le mercenariat. Je me rallume une cigarette. En attendant la cuisson je la regarde. Et reprends

De toute façon ma belle, faut bien te dire que les tatouages que je fais ou fais faire ne sont que des tatouages que j’offre suite à des faits d’armes ou une période de travail. Hors tu ne travailles pas pour moi

Je termine ma clope. Je prends l’omelette et la pose sur la table et ramène le reste, de la viande séchée, des galettes de riz que j’ai trouvé et les couverts, et de l’eau. Je me rassieds devant elle. Et commence a manger.

Sauf si tu veux changer de bord et te joindre a moi bien sur. Mais pour ton soucis de tatouage, je peux rien faire j’ai pas ce qu’il faut comme je t’ai dit et celle qui tatouais s’était Natalya ou Yuriy. Après je sais comment faire. J'en ai déjà fait mais pas souvent. Et j’ai absolument rien pour et je sais pas dessiner. Me faudra le modele 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 399
Points : 793
Date d'inscription : 17/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Soldat de fortune
Riley Hayden
Matricule n°001
Soldat de fortune
Mer 26 Avr - 8:59



Au dire de sa partenaire, ce n'était clairement pas ce soir que Riley allait se faire faire son premier tatouage. La jeune femme se laissa tomber dans sa chaise, quelque peu débinée. C'était tout de même dommage... avec cette soirée déjà bien arrosée, une petite séance de tatouage aurait été carrément délirant. Pas grave, Riley trouverait bien quelqu'un de son groupe avec de quoi tatouer et le talent pour le faire. Elle était simplement déçue que ce ne soit pas Lyuba qui lui marque la peau... bon, à l'entendre parler de ses talents en dessin s'était peut-être mieux ainsi, Riley ne voulait pas non plus se retrouver avec un truc que ressemblait davantage à une bite qu'une croix sur l'avant-bras. De plus, le baiser ivre qu'elle posa sur ses lèvres eut tôt fait de lui faire oublier sa déception.

La criminelle s'en retourna préparer le souper et Riley ne put s'empêcher de reluquer ce derrière dont les formes étaient accentuées par la robe moulante qu'elle portait. La vue de ces courbes réanimait une sorte de feu dans son ventre et plus que jamais lui donnait envie de sauter sur la belle russe et de la dévorer toute crue. La blonde était si obnubilée par le corps de sa partenaire qu'elle ne prêta qu'à moitié attention à ce qu'elle lui disait. L'odeur de cuisson emplissait la suite et Riley avait maintenant une deuxième raison d'avoir l'eau à la bouche. Elle préparait une omelette, un repas plutôt simple mais grandement apprécié selon les circonstances.

" Bon bon bon... Alors si je comprends bien, tu as travaillé pour moi donc je peux te tatouer un truc? T'en fait pas hein je fait de supers dessins! Un joli papillon sur la hanche ça t'irait bien je trouve! " Elle rigola un bon coup. Merde, si ça se trouve le papillon avait une symbolique pour les mafieux russe... Ceux qui le portaient avaient peut-être butté un mec ou un truc du genre. Cette réflexion la fit sourire. Le repas était finalement prêt et Riley se délecta devant la gigantesque omelette encore fumante.

" Merci pour la bouffe! Faudra que tu passes à GM un de ces quatre, les gars ont ramené des cochons l'autre jour, je pourrais tenter une recette de côtes levées à la bière. "

Elle se servit en entama aussitôt son assiette, engouffrant sa portion avec appétit. Avant la contagion, elle avait l'habitude de répandre une bonne couche de sauce piquante sur tout ce qu'elle bouffait. Avec le temps, son palais s'était habitué au goût banal des aliments. Si on se fiait aux trucs avariés et carrément dégueux qu'elle s'était envoyé pour survivre, Riley n'était certainement pas ce que l'ont pourrait qualifier de fine bouche. Au milieu du repas, son hôte sembla lui faire une étrange proposition... La blonde fut surprise au point d'avaler de travers sa dernière bouchée. Une gorgée de whisky fit passer le morceau.

" Ton offre me touche, vraiment, mais je peux pas quitter mon groupe, pas après tout ce que j'ai fait pour en arriver là... J'ai des hommes sous mon commandement maintenant, le boss compte sur moi... " Elle retourna à son assiette, pensive, avant d'ajouter " J'ai prêté serment. " L'idée de devenir mercenaire aux côtés de la ruskov ne lui déplaisait pas du tout. Cette offre à elle seule était une sorte de compliment aux yeux de Riley... Il y a quelques semaines, elle aurait accepté sans hésiter mais maintenant elle avait intégré une famille qui lui rappelait vivement son passage dans l'armée. D'une certaine façon, elle et Lyuba avaient quelque chose en commun, jamais elles ne trahiraient leur employeur.

La blonde continua de dévorer son omelette, reprenant un air décontracté et rigolard. " Dommage qu'on ne se soit pas rencontré plus tôt... T'imagine le nombre de cul qu'on pourrait botter toutes les deux? " Elle le pensait vraiment. De toutes les gonzesses qu'elle avait pu rencontrer dans l'armée, aucune d'entre elles n'auraient eu les couilles de faire ce qu'elle avait fait à Carleton... s'exposer ainsi devant l'ennemi et jouer le jeu, c'était véritablement du grand art. Encore une fois, Riley regrettait que Lyuba ne compte pas dans les rangs de son groupe. Ensemble, elles auraient pu faire des miracles. Entre deux bouchées, la jeune femme termina son verre et servit une autre tournée. Sans trop savoir pourquoi, la blonde était soudainement habitée d'un léger sentiment de nostalgie. Une question venait de surgir des profondeurs de son esprit, une question qu'elle s'était toujours posée sans jamais pouvoir y répondre. " Si un jour tout redevient comme avant... Tu comptes faire quoi? "

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1501
Points : 423
Date d'inscription : 23/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Lyuba Kreskin
Matricule n°001
I walk a lonely road
Mer 26 Avr - 14:44

Un papillon sur la hanche. Ben voyons. Pourquoi pas une licorne sur la fesse avec la corne en direction de mon cul tant qu’elle y est. Je ne préfère pas lui répondre que sa marche pas comme ça. Ce n’est pas parce que j’ai bossé avec elle ou pour elle qu’elle a droit de me tatouer faut plus que ça. Et pour commencer être dans la même organisation. J’ai déjà bossé pour des cartels.

Je me serre der bouffe à la suite de la blonde. Et je commence à manger. Après avoir engloutit quelque bouchée elle manque de s’étrangler suite à ce que j’ai dit. Ben quoi entre lécher le cul de quelqu’un autant que ça soit le mien. Surtout qu’en plus. Mon idée si elle accepte c’est de rester comme a l’époque un groupe, si j’en recrute d’autre, un conseil dirigeant avec un chef ok mais chacun des membres serai libre d’avoir son propre axe et de faire ce qu’il veut. Une hydre comme la bratva quoi mais en plus libre. Enfin je pense. Mais sa réponse coupe mes fantasmes de direction de groupe.

Dommage. Mais bon si tu changes d’avis l’idée d’offre est valide et existe toujours. Et puis tant qu’a lécher le cul de quelqu’un, je préfèrerai que tu fasses le mien.

Ok. Ca c’est fait. Mais j’imagine très bien le duo de fouteuse de merde que sa aurait donné a nous deux. Pas grave, de toute façon elle a l’offre sur la table elle en fait ce qu’elle veut. Je suis pas du genre a la forcée et je ne suis pas assez machiavélique pour exposer les avantage sans les inconvénients. Je ne suis pas Nevosenov.
Je remarque le grand sourire sur son visage lors de ma dernière boutade. Masi je n’en rajoute pas plus. La question que Riley balança alors que je finissais de manger me laisse un peu sur le cul. Je me laisse retombée dans ma chaise. Je fais mine de réfléchir. Mais en vérité j’ai pas vraiment besoin de le faire.

Je ne sais pas. Je recommencerais ce que j’ai toujours fait. Réintégré la bratva ou ouvrir ma branche ici. Et me faire buter un soir dans une guerre comme mon grand-père. Ou finir mes jours en taule. Pourquoi cette question ?

Veut elle se joindre a moi et que je l’intègre ? Elle aura jamais acces a un conseil mais au pire elle pourrait avoir ses galons sans avoir les étoiles sur la poitrine. Mais les autres … Je prends le verre de Whisky et pose mes pieds sur la table. La robe redescend sur mes cuisses délivrant les cuissardes.
Je bois une gorgée du breuvage ambré. Puis je lui renvoie sa question

De toute façon vu le bordel que ce sera si les morts redeviennent de simple cadavre. Il n’y aura plus d’adversaire pour faire en sorte que les prédateur se battent entre eux, et n’écrase les autre. Et franchement c’est la que des gens qui ont l’habitude de géré un groupe et n’hésite pas comme la bratva, ou autre, seront plus efficace. Franchement ce jour ton chien fou de patron va se trouver face a d’autre brute du genre. Puis les ours sortirons et installerons leur règles ou au contraire ne feront rien juste qu’il faudra faire avec eux et va chercher un ours de la taïga. Mais je vais pas te mentir je préfère retourner parmi les ours ou devenir moi-même l’une d’entre eux. Mais franchement ma belle je doute qu’on se retrouve dans un monde comme à l’époque.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 399
Points : 793
Date d'inscription : 17/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Soldat de fortune
Riley Hayden
Matricule n°001
Soldat de fortune
Jeu 27 Avr - 3:54



Elle avait fini son repas depuis deux bonnes minutes... sa portion n'avait pas fait long feu, elle l'avait littéralement engouffrée. Ce geste dénotait un grand appétit, pas seulement pour la nourriture, ainsi qu'une impatience quant à la suite des choses. Sa charmante interlocutrice avait répondu à sa question avec une bonne dose de cynisme, ce qui ne manqua pas de faire sourire Riley. En même temps, elle ne s'attendait pas à ce qu'elle lui dise qu'elle finirait paisiblement ses jours sur le bord d'un lac. Il s'agissait d'une question toute banale, sans réelle importance, mais Lyuba s'interrogeait tout de même de sa raison d'être.

" Je sais pas... C'était juste une question comme ça. "

Le regard de la blonde était quelque peu indifférent alors qu'elle faisait glisser son doigt sur le contour de son verre, le menton posé au creux de son autre main qui lui servait de pilier. Au fond, elle ne croyait aucunement que le monde redeviendrait comme avant, elle était bien trop réaliste pour ça. Cela dit, rien n'empêchait de prétendre pour quelques minutes, ne serait-ce que pour s'imaginer dans un monde où les charognards étaient choses du passé. Pour sa part, elle n'avait aucune idée de ce qu'elle pourrait bien faire dans une telle situation... Peut-être rejoindrait-elle l'armée, à condition qu'il y ait toujours une armée, ou un gouvernement tout court, après l'effondrement de la civilisation.

Lyuba lui exprimait sa vision des choses lorsqu'elle mit ses pieds sur la table. Sa robe glissa le long de ses cuisses, dévoilant au grand plaisir de Riley une chose qu'elle ignorait jusqu'ici. La jeune femme ne portait pas de sous-vêtements. En apercevant son intimité, la blonde eut soudainement l'impression que la température venait de grimper de plusieurs degrés. Elle n'avait soudainement plus envie de discuter, ni même de boire, elle n'avait plus qu'une chose en tête. Une dernière lampée traversa sa gorge, puis elle déposa son verre. Lorsqu'elle se leva, son sourire était devenu enjôleur, ses azurs plus intenses que jamais. Elle s'approcha de Lyuba et déposa un tendre baiser sur ses lèvres chaudes et humides. Sa bouche se détacha le temps d'un regard affamé.

" Assez discuté... "

Elle l'embrassa à nouveau, cette fois avec plus d'ardeur et de passion. Leurs langues se mirent à valser comme deux aigles en plein ciel, et ce ciel s'embrasait à chaque battement d'ailes. Sans même quitter sa bouche, la petite blonde se retrouva carrément assise sur sa partenaire. Elle lui caressait passionnément les cheveux, le visage, puis ses mains descendirent le long de sa gorge jusqu'à ses seins, palpant ces délicieuses courbes avec vigueur. Elle était animée par un désir qu'elle contenait depuis bien trop longtemps, un incendie qui voulait tout consumer. Elle retira son chandail puis s'empressa de retourner à la bouche de la belle russe. L'échange dura pendant de longues et torrides secondes, avant que la blonde affamée ne décide qu'elle en voulait plus...

Elle avait quitté son perchoir pour se tailler une place entre les cuissardes de sa partenaire, embrasant son cou et sa poitrine au passage. Le sourire carnassier qu'elle affichait en disait long sur ses intentions. Elle souleva doucement sa robe pour dévoiler l'intimité de sa partenaire et resta tout bonnement plantée là, admirant la vue pendant quelques secondes. Il y avait cette paire d'yeux qui la fixait, tatoués au niveau des hanches. Riley se dit qu'il s'agissait probablement d'un symbole à connotation sexuelle vu leur emplacement.

Tout commença avec quelques caresses, suivit d'un léger baiser en guise d'introduction. Du bout de sa langue, elle se mit à lécher doucement les pétales de cette fleur charnelle, puis les léchettes devinrent de plus en plus amples et gourmandes. Rapidement, son index et son majeur vinrent se joindre à la fête, sondant la chaleur de l'entre de Vénus. Elle augmenta tranquillement la cadence, accélérant les mouvements de va-et-vient avec ses doigts tout en continuant d'agiter sa langue. Elle s'ajustait aux réactions de sa partenaire, auscultait chacun de ses mouvements pour lui procurer un maximum de plaisir. Ce plaisir, Riley le ressentait aussi... elle réalisa que sans même s'en rendre compte, elle avait déboutonné son jean et se caressait l'entrejambe.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1501
Points : 423
Date d'inscription : 23/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Lyuba Kreskin
Matricule n°001
I walk a lonely road
Jeu 27 Avr - 16:29

Je ne me suis même pas rendue compte que je venais d’offrir a la blonde la vision de mon tresor intime. La réaction de Riley ne se fut pas attendre. Ce qui me fit un effet étrange. Elle parlait d’un sujet banal et sérieux et d’un coup elle se lève avec le regard le plus lubrique possible. Mais rapidement les choses tournèrent vers le but de sa visite. Et de mon envie aussi. Elle m’embrasse avec une ardeur et une passion que je ne m’attendais pas a trouver chez elle. Elle m’avait proposé de payer en nature c’est vrai mais je ne la pensais pas de ce bord-là. En même temps dans ce monde actuel on a tendance à relâcher les pressions et le sexe est une des meilleures méthodes. Et du coup si le partenaire est une partenaire même si ce n’est pas la came des protagonistes sa fait du bien quand même. Sauf que moi c’est mon truc. Elle en revanche. Mais visiblement sa lui pâlit vu qu’elle prend l’initiative. Je repose mes jambe au sol et l’attire a moi pour l’assure sur mes genoux. Ses baiser son ardent et me brule d’un désir si intense qu’on en ferait fondre un iceberg en pleine tempête de neige au pôle sibérien.  J’enroule mes bras autour de ses hanches.

Elle se fit entreprenante, exploratrice, et décisionnaire glissant ses mains sous ma robe pour attraper mes seins. Vu le tissus que j’ai c’est rapide pour les libéré et les offrir a sa vue. Masi moi aussi je veux un peu plus. Lorsqu’elle retire son chandail je suis bien contente mais y a encore trop. Je veux voir et sentir plus. Masi elle ne me laisse pas le temps. Qu’elle replonge m’embrasser. Riley se montrait très intense. A croire qu’elle n’avait plus baisé depuis une éternité. Ses baisers sont brulants de passion. Puis elle me quitte pour se glisser entre mes cuisses. Je laisse faire la regardant descendre s’installer avec un regard gourmand glissant ma langue sur mes lèvres pour récupérer chaque parcelle de chaleur des siennes.  Ses légères caresses ont le don de faire monter le feu qui me brulait déjà de l’intérieur en un brasier ardant réclamant son offrande. Sa langue vint rapidement embrasser le fruit défendu Je me raidit sous le premier coup de langue attendant celui-ci avec impatience, m’envoyant voler dans les cieux. Les suivant me dépose sur un nuage de bonheur grimpant doucement les flanc humide des montagnes du plaisir. Ma main vient glisser dans sa tignasse et lui caresse le cuir chevelu lui indiquant mes envies. Je ne peux réprimer un petit gémissement lorsque ses doigts se frayent un chemin en moi remontant la cavité moite d’une source chaude de nectar féminin. Je commence a me laissée bercée par les délicates intentions a mon égard de sa langue et par le fouille inquisitrice de ses doigts. Poussant de léger gémissement qui bientôt rythme ses assauts de plus en plus précis. Jusqu’à ce que je n’en puisse plus.

J’ai la tête basculée en arrière et reposer une de mes jambes sur la table. Je reprends tant bien que mal une certaine présence et force de réaction. Cette putain de robe m’emmerde. Et elle, bien que j’adore ça, qu’on s’occupe de moi, j’ai aussi envie d’elle. Je reviens voir l’etat de la blonde. Elle est toujours affairée a son ouvrage. Mais sa main droite a disparu de sur ma cuisse. Je souris en me mordant la lèvre. Je rabats ma jambe par terre et lui attrape les cheveux pour la tirer en arrière.

Sympa ta mise en place des tactiques buccales, soldat. Mais j’ai aussi envie de t’échauffer la couenne comme tu l’e fait en ce moment avec moi.  

Et aller je me la joue dominatrice. C’est pas mon truc pourtant. Juste un peu de sauvagerie parfois. Je me penche et l’embrasse vorace que je suis-je veux gouter au reste de ce qu’elle a puisez de moi tout en renvoyant le phénix danser dans les cieux pour bouter le feu à mon tour dans son esprit. Je la relève ses doigts non pas bougé. Je souris alors que nous nous embrassons toujours la vilaine elle me tient et joue avec ça plaquant la paume de sa main sur mon bouton de rose durcit par le feu qui boue en moi. Sans quitter ses lèvre des mienne je tente de la déshabiller et elle se prend au jeu nous décollant à chaque fois que besoin pour retirer ses fringue. Ma robe elle a glissé rapidement par terre me retrouvant nue mais en cuissarde. Je la colle a moi son corps chaud contre le mien glissant ma jambe entre les sien je peux découvrir ainsi qu’elle n’est pas en reste de la situation. Je voudrais y gouter moi aussi a cet abricot si mur qu’il laisse un peu de jus humidifier ma cuisse. Masi elle joue avec moi m’empêchant de pénétré dans les sillons de ses monts intimes alors qu’elle, elle est bien implanter dans son jardin secret. Son sourire narquois et espiègle en dit long Elle ne lâchera pas et je le comprends d’autant plus lorsqu’elle recommence à faire jouer son index. Je l’embrasse lui mordant la lèvre. Je la pousse sur la table. Ses fesse repose sur celle-ci et appuie de mon poids sur elle pour la faire basculer elle est obligée de lâchée prise. Mais elle réussit à m’extirper un petit gémissement au moment où elle se retire.

J’emprisonne ses poignets dans mes mains au-dessus de sa tête. Ca a l’air de l’amuser. Elle me défie. Je l’embrasse a nouveau.et me laisse glisser a lui embrasser la nuque Elle continue de jouer les dirigeante réussissant à planter sa cuisse entre les mienne pour la frotter contre mon fruit gorgé de jus. Je m’empresse de la faire attendre du coup jouant avec sa délicieuse poitrine j’aspire a la faire se languir. Je veux qu’elle me supplie de la délivré et de lui offrir ce qu’elle m’a offert un peu avant. Sa ne tarde pas a venir lorsqu’elle enroule ses jambe autour de ma taille je relâche ses poignet pour lui caresser la poitrine puis les flancs, les fesses les cuisses pour m’accroupir ensuite devant son antre de venus. Je me fais alors ogresse et gobe les pétales de sa fleur les pinçant entre mes levres pour commencer a les caresser avec ma langue. Mes baiser gourmand alterne avec les bord du fruit défendu et le corail pointant au sommet du mont écarlate tel le phare illumine sur la mer tumultueuse de son plaisir. Je limite alors glissant mes doigts en elle. Ma main libre va a la rencontre de la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 399
Points : 793
Date d'inscription : 17/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Soldat de fortune
Riley Hayden
Matricule n°001
Soldat de fortune
Mer 3 Mai - 3:35



La blonde ne montrait toujours aucun signe de fatigue dans son assaut buccal. Bien au contraire, celui-ci devenait de plus en plus intense et passionné, rythmé par le plaisir qu'elle se donnait un peu plus bas... Sa main avait complètement disparu dans sa petite culotte et s’agitait sans répit, rendant chaque coup de langue plus acharné que le précédent. Elle se délectait du nectar de la belle russe qui savourait pleinement le moment, caressant la tignasse dorée de sa servante. Sans jamais détacher sa bouche et ses doigts de son amuse-gueule, elle leva les yeux pour constater l'extase de sa partenaire. La moscovite n'en pouvait plus, sa poigne se resserra sur la chevelure de la petite blonde, repoussant celle-ci de l'objet de ses désirs. Après s'être appliqué avec tant de dévotions, le visage angélique de l'irlandaise était transformé... le mascara sous ses yeux s'était mis à fondre, ses lèvres et son menton étaient barbouillés d'un mélange de nectar et de salive, son expression était celle d'une esclave soumise.

Ce qu'elle lui dit lui plaisait au plus haut point, mais elle ne comptait pas se séparer de son fruit préféré si facilement... Lorsqu'elle l'apporta vers elle pour l'embrasse férocement, Riley ne lâcha pas son emprise sur l'intimité de sa maîtresse, tirant profit de la situation en caressant sa friandise du creux de sa main. Leurs langues croisèrent le fer une fois de plus, se quittant seulement pour retirer ces foutus morceaux de vêtements qui les séparaient du plaisir absolu. Le soutif de la blonde fut le premier en s'envoler, dévoilant sa modeste poitrine, bien ferme et réceptive... Le jean décampa en un éclair, suivi de près par la petite culotte en dentelle dont le taux d'humidité avait grimpé en flèche dans les dernières minutes. La robe de la fougueuse jeune femme eut tôt fait de dégringoler à ses pieds, offrant à Riley le paysage de ses magnifiques courbes marquées d'une multitude de tatouages... Elle voulait dévorer ses seins en entier, les lécher sous toutes leurs coutures, mais ne pouvait se résoudre à quitter la chaleur de cette jolie bouche. À défaut de goutter, elle toucha, caressant la voluptueuse poitrine de sa main libre.

Lorsqu'elle sentit sa jambe se frayer un chemin entre ses gambettes, elle la laissa volontiers percer ses défenses. Sa petite fleur chargée en rosée rencontra la peau de sa partenaire et elle resserra sa bouche sur la sienne, poussant un léger soupir étouffé. Sa main lâcha son sein pour venir se poser dans sa crinière, labourant cette dernière avec vigueur. D'un léger mouvement de bassin, elle frotta son blason sur sa cuisse tout en poussant un autre soupir animé. La blonde se laissait désirer, faisant de son mieux pour repousser le moment tant attendu où la ruskov ferait un tout autre usage de sa langue. Elle se détourna finalement de sa bouche pour goutter à sa poitrine, affichant un sourire malicieux au passage. Sa langue se frotta d'abord à la croix entre ses seins, parcourant celle-ci de bas en haut, avant de s'attaquer au plat de résistance. Tout en s'affairant à lui dévorer les seins, ses doigts qui n'avaient toujours pas lâché prise sur la cavité de la jeune femme se remirent au travail, ne serait-ce que pour la rappeler de leur présence.

Ce qui suivit, Riley s'y attendait tôt ou tard... La belle russe, bien déterminée à prendre contrôle de la situation une fois pour toutes, la repoussa sur la table, obligeant ses doigts à quitter la chaleur réconfortante de son intimité. Dominatrice, elle s'empara de ses poignets pour la séquestrer. La blonde se laissa prendre au jeu sans pour autant rendre les armes, bien déterminer à faire durer l'intrigue. Elle se mit à l'embraser de plus belle, s'attardant cette fois à son cou... Sachant très bien où elle se dirigeait, la blonde redressa sa jambe pour la plaquer sur la rose de son assaillante, repoussant ses attaques en frottant sa cuisse sur sa fleur encore humide. Faute d'obtenir ce qu'elle voulait, la russe se rabattit sur sa poitrine. Riley se laissa savourer, allant même jusqu'à se caresser question de pousser le bouchon un peu plus loin... En fait, elle n'en pouvait plus. Elle allait finalement céder, les murs de sa forteresse ne pourraient pas tenir plus longtemps sous les assauts répétés de ses envahisseurs. Le jeu avait assez duré.

Elle dénoua finalement ses jambes pour les enserrer autour du corps de la jeune femme penchée sur elle, tel un boa refermant son étreinte mortelle sur sa proie... Ce faisant, elle lui laissa savoir que son jardin secret était fin prêt à ouvrir ses portes. Les caresses de la belle tatouée se portèrent d'abord de ses seins, puis sur son ventre jusqu'à ses fesses. Devant l'arrivée imminente de la reine sur son château sans défense, la blonde senti un frisson de bonheur lui parcourir l'échine. Le contact de sa langue avec sa personne lui tira un long soupir de soulagement et elle s’affaissa de plus belle sur la table. Doucement, la blonde passa sa main dans la ténébreuse chevelure de son assaillante. En sentant ses doigts entrer en elle, Riley ne put s'empêcher de lâcher un gémissement euphorique, suivit d'un "Fuck!" bien placé. Elle agrippa sa main, en totale extase devant les prouesses de sa partenaire, jamais quelqu'un ne s'était aussi bien occupé d'elle. Son fruit gorgé de nectar bavait un peu plus à chaque coup de langue, à chaque baiser, à chaque mouvement de ses doigts farfouillant sa chaleur intime. Elle allait jouir... c'est pourquoi elle repoussa la belle russe le temps de poser un langoureux baiser sur ses lèvres, savourant le goût mielleux de son propre fruit défendu.

Riley n'avait nullement l'intention d'atteindre l'orgasme maintenant. Elle repoussa sa partenaire tout en continuant de l'embraser et de s'agripper à sa main. Son cul quitta la table encore reluisante du jus d'amour qui avait échappé aux bons soins de la ruskov. Elle se retrouva debout devant elle, collé à sa peau. Sa langue sondait chaque recoin de sa bouche alors qu'elle l'entraînait subtilement jusqu'aux deux matelas qui lui servaient de couchette. Le visage marqué d'un rictus lourd en intentions perverses, elle poussa sa victime sur le lit avant de se placer au-dessus d'elle pour l'embrasser de plus belle, plaquant son entrejambe sur son nombril. La blonde se redressa seulement pour retirer l’élastique qui retenait sa queue-de-cheval, libérant ainsi ses longs cheveux. Lorsqu'elle se pencha à nouveau sur sa proie, sa chevelure créa une sorte de cage emprisonnant leurs deux visages. Elle déposa une série de baisers sur ses lèvres charnues avant de s'y installer pour de bon. Sans abandonner sa bouche, elle finit tout de même par quitter sa position dominatrice pour s'installer à ses côtés, dirigeant aussitôt sa main sur la rose encore mouilleuse de sa compagne. Ses doigts eurent tôt fait de retrouver la chaleur réconfortante qu'ils connaissaient si bien. Sa partenaire ne tarda pas à imiter son geste... Elles se donnaient mutuellement du plaisir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1501
Points : 423
Date d'inscription : 23/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Lyuba Kreskin
Matricule n°001
I walk a lonely road
Mer 3 Mai - 13:49

Le jeu est enivrant. Et pas que par les effluves et les saveurs qui en découle mais aussi par le jeu mental que nous nous faisons. Ce désirs de dominer l’autre et de laisser pourtant son adversaire parvenir a ses fins sous notre propre contrôle et non le sien. C’est plus une partie de lutte saphique sauvage qu’un jeu de domination et soumission de l’une puis de l’autre. En tout cas ni elle ni moi ne voulons céder a l’autre en premier. Pourtant je nous sens l’une comme l’autre sur les abords d’une falaise. Abords qui nous feraient faire une chute vertigineuse vers les abimes d’un plaisir désiré ardemment La tension entre nous est a celle qui poussera l’autre au bas de celle-ci avant qu’elle n’entraine la seconde. Ou a qui plongera d’elle-même la première. Mais pour le moment ni elle ni moi ne voulons rendre les armes.

Toute fois un répit nous est allouer lorsqu’elle me retire le droit de lui faire faire le faux pas qui aurait pu l’envoyer basculer au fond. Mais non Riley avait envie d’être plus a son aise. Et moi aussi. Debout l’une face a l’autre nos langues s’affronte a nouveau. Mais de quelque mouvement rapide je la dépouille de tout vêtement encore sur elle et fait de même avec les mien. Avant d’être jetée sur le lit. Je la regarde un large sourire au lèvre. Ma langue glisse lentement sur la commissure de ma bouche l’invitant a reprendre place mais elle préfère glisser a mes cote après avoir libéré sa longue toison blonde comme l’or que je convoitais a une époque. Mais aujourd’hui, en ce moment, ce n’est pas l’or que je convoite. Mais un tout autre trésor. Un trésor qu’elle est bien décidée de partager. Ce en échangeant avec le mien.

Venant se glisser a mes coté sa main retrouve rapidement sa place et ses doigt aussi . Vautrée sur le dos et elle a mes coté je ne peux que l’imiter un instant. Haletante des sévices désirés qu’elle m’inflige. Je souris laissant échapper de multiple gémissement de plaisir. Ma main gauche a rejoint sa propre fleur remplie de rosée. Je me retourne légèrement pour lui faire bien face. Je suis au bord du gouffre et lui laisse voir qu’elle a gagné. Ce qui n’est pas totalement faut. Mais au poker il faut savoir abattre ses carte comme il faut et quand on a une Et la j’abat mon jeu dévoilant une flush. Elle a gagné. Pendant un moment c’est ce que je lui fais sentir et comprendre me tendant sous ses caresses et me mordant presque a sang pour ne pas crier. Puis je l’embrasse goulument avant de me détacher d’elle.

T’as perdu Riley….

Je la voie surprise. Mais intriguée et aussi curieuse de comprendre. C’est vrai que d’apparence j’ai perdu mais je me redresse et lui relève la jambe le plus possible avant de plonger a nouveau pour dévorer son fruit défendu. Elle a compris. Ses gémissements et ses cris reprennent de plus belle et plus intensément ses doigts en moi on cesser de bouger mais sont bien la. Je les sens encore et lui laisse le moyen de continuer de toute façon j’en crève d’envie. Mes ma langue est plus prompte qu’elle pour répondre et mes doigts se fiche a nouveau en elle. Explorant et caressant chaque millimètre des parois humides de nectar de la belle blonde. Je la laisse se faire à a ses caresse avant de devenir plus insistante et de permettre a ma langue de se failler un chemin un peu plus loin entre ses fesses. Je lui mord soudain le globe fessier avant de venir lubrifié de rapide coup de langue sa rosace arrière. J’y plonge le bout de ma langue quand elle s’ouvre doucement sous mes assauts. Mes doigts non pas quitter le sillon trempé de son intimité ma main libre vient claquer son fessier pour venir rejoindre ma langue et s’immiscer dans le second repère intime de ma partenaire. Ouverte ainsi mes assaut bucaux vont et vienne de part et d’autre jouant avec son entre jambe devenu brulant de désir et sensible a souhait.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 399
Points : 793
Date d'inscription : 17/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Soldat de fortune
Riley Hayden
Matricule n°001
Soldat de fortune
Jeu 4 Mai - 3:48



La vision était tout à fait ravissante, deux jeunes femmes se donnant mutuellement du plaisir, leurs corps nus éclairés par la lueur rougeoyante des braseros. C'était la rencontre de deux amantes dans une luxueuse chambre d'hôtel, seulement qu'ici il s'agissait de la version post-apocalypse de cette histoire romantique. Pour Riley, le reste du monde n'existait plus, il n'y avait plus qu'elle et Lyuba... Lyuba et sa bouche chaude et agréable, Lyuba et ses doigts agiles, entrepreneurs. Se laissant bercer par les caresses internes de sa compagne, la blonde posa sa main libre sur son visage avant de la faire glisser un peu plus loin pour lui flatter doucement la nuque. Elle savourait sa langue avec autant de passion qu'elle lui renvoyait chacun de ses jeux de doigts. À chaque mouvement, elle sentait l'euphorie monter en elle mais refusait de suivre les ordres de son corps, ces ordres qui lui dictaient de crier de bonheur... Riley refusait d'être la première à succomber, elle refusait d'abdiquer. Les mouvements de sa partenaire et son corps tendu lui laissaient croire qu'elle était proche du but... celle-ci ne tarderait pas à capituler.

Après un énième baiser plantureux, la russe lui affirma qu'elle avait perdu, semant la confusion chez la blondinette. Elle se releva, agrippant sa jambe pour ouvrir le chemin à son attaque finale.  Riley était à sa merci, fin prête à abandonner toute forme de résistance. Sa compagne se mit à lui dévorer la chatte avec engouement, au point où la blonde ne fut plus en mesure de retenir ses lamentations d'extase. L'ivresse charnelle qui s'emparait de tout son corps était telle qu'elle en oublia ses doigts, toujours plantés dans l'intimité de sa partenaire. Cette dernière s'attaquait maintenant au point faible de la petite blonde, sondant des terrains jusque-là inexplorés. La rencontre de sa langue avec sa rosette la fit crier de bonheur... la claque qu'elle étampa sur son fessier lui fit pousser un rire enivré. Bien vite, elle sentit un doigt s'initier dans sa deuxième cavité. Alors que la belle russe l'assaillait de toutes parts, la supposée perdante de ce petit jeu enivrant laissait libre cours à ses émotions, criant de joie, mais elle n'avait pas dit son dernier mot.

" Si je dois perdre, je vais t'emporter avec moi! "

Son adversaire avait fini par la pousser dans le gouffre mais en tombant, elle comptait bien s'agripper et la traîner avec elle dans sa chute. Trouvant la force d'échapper à la paralysie lubrique qui s'était emparée d'elle, la blonde retourna sa partenaire sur le dos sans toutefois lui faire lâcher prise. Elle se retrouva ainsi perchée au-dessus de son jardin secret, prête à lâcher son dévolue sur elle. Alors que la russe s'affairait toujours à percer ses défenses, la blonde en fit de même. Les premiers coups langue sur son bouton de rose furent soutenus d'un engagement solennel de son index et de son majeur, accompagné cette fois de leur frère d'armes, l'annulaire. La main droite de la jeune femme eut tôt fait d’encercler l'autre cuisse de sa partenaire pour prendre d'assaut sa porte arrière. Pompant les deux cavités de la mercenaire telle une foreuse à pétrole, elle lécha sa framboise avec énergie, animée par toute l'attention qu'elle recevait de l'autre côté. Sa partenaire ne tarda pas à se raidir et à geindre de bonheur comme Riley le faisait. La blonde criait si fort qu'elle avait l'impression d'attirer tous les marcheurs du quartier. Elle frémissait, tremblait sous les impulsions d'extase, sans pour autant se détourner de l'attention qu'elle portait à sa partenaire, tâchant de faire durer le moment pour elle aussi. Leur corps ne faisait plus qu'un... tels deux bombes dont les minuteurs étaient synchronisés, elles finirent par exploser... Une explosion orgasmique, bien bruyante et dévastatrice.

Lorsqu'elle s’affaissa sur le lit, Riley était littéralement vidée d'avoir tant joui. Elle se sentait incroyablement légère et ne pouvait s'empêcher de sourire comme une conne. Lorsqu'elle agrippa le visage de Lyuba pour l'embrasser, elle ne put s'empêcher de lâcher un rire qui voulait tout dire... Le même genre de rire qu'un junky lâche à son pote après s'être fait un shoot. Bien entendue, elle ne put s'empêcher de résister au plus vieux cliché du monde, s'allumer une cigarette après une incroyable baise. Pour se faire, elle dut quitter la couchette pour récupérer son paquet et son briquet sur la table à manger. Au passage, elle attrapa également la bouteille de whisky déjà bien entamée. Elle s'empressa de retourner au côté de sa compagne dans la chaleur encore très présente de leurs ébats. Riley alluma deux cigarettes avant de lui en refiler une.

" Ce fut un plaisir de faire affaire avec vous, madame K... " Dit elle avec un regard vicieux et légèrement amusé. Elle s'envoya une bonne goulée du liquide ambrée avant de passer la bouteille à sa partenaire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1501
Points : 423
Date d'inscription : 23/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Lyuba Kreskin
Matricule n°001
I walk a lonely road
Jeu 11 Mai - 15:46

Foutre dieu, elle avait réussis à me prendre à mon propre jeu. Et je n’ai pas tardé à la rejoindre au fond de l’abime, pour mon plus grand bonheur. Elle se lève et va chercher clope et whisky enfin ce qu’il en reste avant de me filer une des deux cigarettes qu’elle a allumé. Je la prends et tire une profonde bouffée dessus. Je souris à peine à sa remarque. Pour moi aussi se fut un plaisir. Mais je ne suis déjà plus à ça. J’ai pris mon pied et c’est bon. Maintenant je vais me laisser allez a sombrer a pioncer. Si encore j’arrive a trouver le sommeil. Je constate qu’elle son regard est vicieux tout comme son sourire. Le genre qui vous dit qu’elle en reveut mais pas de suite. Sa tombe bien, moi j’ai plus envie. Même si j’ai adoré ça. Maintenant c’est la fin de notre relation de commerce. Elle a fini son payement.

Je me lève et ouvre la fenêtre. Je pose ma clope sur le rebord et attrape de la neige. Je m’en frictionne la tête comme pour me réveiller. Ça fait du bien. Le reste de mon corps est couvert de transpiration et l’air froid qui s’engouffre depuis la fenêtre me fait frissonner. Je reprends la cigarette et me retourne vers elle fumant tranquillement. Je suis perdue dans mes pensées et ne prends pas attention à la bouteille tendue dans ma direction. A vrai dire ce n’est que lorsqu’elle l’agite a nouveau comme pour m’y invité que je réalise qu’elle m’offre une goulée d’alcool. Je m’approche et prends donc l’invitation a la lettre. Portant le goulot a ma bouche je lui réitère ma proposition sérieusement

N’oublie pas ma proposition Riley. J’ai pas l’intention de restée à ne rien foutre sinon a compter des point entre les différents groupes. Le mercenariat a plus d’avenir que les groupes. Et vu la merde que ton supérieur a foutu dans la ville un jour ou l’autre ça va vous retombé dessus.

Je laisse le liquide ambré glisser sur les parois intérieures de ma bouche encore gorgée de son nectar. Je me racle la gorge avec et lui rends la bouteille avant de replongé dans le plumard. Je balance ma clope dans un des braseros. Je prends les dessins de plan de véhicule-maison. Un projet que j’ai en tête depuis un moment et qui serait plus intéressant que ce vieil hôtel qui risque d’être pris d’assaut un jour ou l’autre. Je la sais a côté de moi. Mais ce n’est pas grave. Avant que je n’obtienne ce que je veux va déjà falloir que je sache si c’est réalisable


Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 399
Points : 793
Date d'inscription : 17/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Soldat de fortune
Riley Hayden
Matricule n°001
Soldat de fortune
Ven 12 Mai - 7:05


La russe avait quitté la couchette pour trouver un peu de fraîcheur sur le bord de la fenêtre. Riley ne l'avait pas lâché des yeux, continuant de contempler son corps nu et couvert de sueur. Le mur de froid qui s'insinua par l'ouverture eut tôt fait d'agresser la petite blonde, symbolisant avec austérité son retour inexorable dans le monde réel auquel elle venait d'échapper le temps d'une formidable baise. Du coup, elle réalisait aussi à quel point elle était saoule. Devant le refus de sa compagne de s'attaquer à la bouteille, elle en prit une autre gorgée avant de réitérer son offre, se voulant légèrement plus insistante. Cette fois, la russe se laissa convaincre. Riley n'allait tout de même pas terminer cette bouteille à elle seule.

Entre deux gorgées, elle remit sa proposition sur la table, insistant sur le fait que les Punishers allaient finir par se faire exterminer. La réponse de Riley se fit attendre le temps d'une bouffée de cigarette.

" Qu'ils s'amènent, ces connards... Ce serait tout de même marrant une bonne vieille guerre en règle. J'en ai marre moi, de taxer des bouseux et de passer mon temps à charrier du matériel."

L'alcool dictait visiblement les paroles de la jeune femme qui en temps normal, aurait répondu quelque chose de plus posé et intelligent... du moins, elle aurait fait un effort pour ne pas exposer ce côté d'elle totalement nihiliste et destructeur. La réalité était là, au plus profond de son être, Riley s'en fichait de mourir au combat... elle vivait pour la guerre, les déflagrations et le sang. Un type lui avait déjà dit " Tant qu'à mourir, je préfère mourir en faisant ce que j'aime " et ce type avait totalement raison. D'une certaine façon, elle souhaitait réellement que tous ces groupes se soulèvent. Elle serait la première à les accueillir, le sourire aux lèvres. Si son monde devait brûler, qu'il en soit ainsi.

" La vie de mercenaire, ça m'attire vraiment... mais je peux pas tout plaquer comme ça. Le boss m'a sorti de la merde quand j'en avais besoin et maintenant, je lui en dois une. "

Riley avait l'impression de se répéter mais bon, c'était la vérité. Peut-être accordait-elle plus d'importance pour l'honneur et la loyauté qu'elle le croyait.

" Toi, si quelqu'un était venu te voir quand t'était de la mafia et t'avait offert de travailler comme indépendante, tu lui aurais dit quoi? "

Elle finit de griller son bâton goudronné au moment où Lyuba retournait s'enfoncer sur la couette. La blonde, en ayant assez d'être nue comme un ver, se leva et jeta son mégot au passage dans un des foyers. Dans la pile de vêtements où avaient démarré leurs ébats, elle récupéra sa petite culotte et son t-shirt qu'elle enfila maladroitement, avant de retourner s'écraser dans le lit, passant près de se péter la tête sur la table de chevet. Durant tout ce temps, jamais la bouteille de whisky n'avait quitté sa main.

" C'est quoi ce truc? "

La russe tenait dans ses mains une sorte de plan griffonné sur un bout de papier. Curieuse, la petite blonde avait rampé sur le grand matelas pour s'installer tout près de la mercenaire, posant sa tête à quelques centimètres de la sienne. Au loin, l'écho d'une série de coups de feu résonna dans le paysage urbain, suivit d'une brève explosion. Ces bruits distants leurs confirmaient que dehors, la vie chaotique suivait son cours.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1501
Points : 423
Date d'inscription : 23/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Lyuba Kreskin
Matricule n°001
I walk a lonely road
Dim 14 Mai - 18:31

Elle est ivre. Ou alors c’est l’extase du sexe mélangé à l’inhibition du Whisky qui la fait parler. En tout cas c’est loin d’être inintéressant ce qu’elle dit. Certes elle se répète. Mais elle en dit plus. Et ce qu’elle dit fait teinter en moi comme une note de respect pour la blonde. Son honneur. Une sorte de code personnel. Comme pour moi et mon honneur de fille de la bratva. Ma parole n’a pas de frontière et je fais ce que je dis. Mais a se retrouver avec un tel crétin comme chef, elle risque de se retrouver avec dans les rangs adverse moi. Et là sa sera a qui tir la première. En même temps j’ai jamais cru que je mourrai de vieillesse. Je vais canner d’une balle. C’est inscrit dans mes gènes. Mais ce serai plus agréable pour moi d’être buter par elle, par une nana qui a de l’honneur, plutôt que par un connard lambda qui n’en a aucun. Mais je n’entends pas crever tout de suite. Sa question sur ce qui se serait passé si on m’avais proposer de bosser dans le priver alors que j’étais dans la bratva me fait éclater de rire.

Je lui aurais fait bouffer ses couilles. Le privé ou le public même combat tu as un salaire de merde pour un travail de merde. J’avais autant de pognon que je voulais, ce que je voulais, quand je voulais, et comme je voulais. Tu fais chier a réfléchir Riley. Picole et retourne entre mes cuisse sa t’évitera de dire des conneries.

Finalement elle vient se vautrée a côté de moi et observe les plans que j’ai en main. Enfin plans … C’est des gribouillages d’enfants je ne sais pas dessiner. Par contre décalquer ça je sais faire suivre des trait précis c’est faisable mais la j’avais pas de quoi décalquer pas de dessin de base donc je dessine a main lever ce qui est pitoyable faut le reconnaitre. Parce que même moi je ne parviens pas à trouver ces dessin valide. Heureusement qu’il y a mes annotation a cotés. J’espère juste que celui a qui je vais montrer ça saura lire le russe et comprendre mes gribouillages. D’ailleurs Elle me demande ce que c’est. C’est que je dessine vraiment comme une quiche.

[color=#9999ffCa chérie c’est mon billet de sortie. Ma liberté et ma safezone. Je sais pas encore ce que je vais chopper des trois mais c’est mon idée.[/color]

J’étale devant elle des papiers divers et varié. Un dessin représentant un bateau. Avec des annotations en cyrillique et d’autre papier s’y rapportant avec des noms d’arme et de munition. Ce qu’elle doit surement reconnaitre au vu de son passif militaire. D’autre papier se rapporte a un dessin grossier de camion transformé en un truc version Mad Max. De nouveau plein de papier avec des notations en cyrillique avec des noms d’armes. Et pareil pour le dernier qui arbore un dessin en forme de train. En y regardant de plus près j’aurais jamais du dessiner. Putain que c’est ridicule. Mais je ne sais pas pourquoi j’ai de putain d’appréhension au sujet de ce projet.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 399
Points : 793
Date d'inscription : 17/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Soldat de fortune
Riley Hayden
Matricule n°001
Soldat de fortune
Mer 17 Mai - 1:01


Le commentaire de l'ex-mafieuse la fit s'esclaffer de rire... un rire stupide et engourdi par l'état d'ivresse, une perle rare dans la gamme très limitée des expressions faciales de l'apathique Irlandaise. Ce qu'elle lui dit toutefois avant de lui transmettre cette alléchante invitation lui permit de s'imaginer, pendant quelques secondes, ce que devait être la vie dans le crime organisé... Le risque oui, mais le pognon, tout un tas de pognons et des centaines de larbins prêts à vous lécher pompes à toutes heures du jour ou de la nuit. Dans le monde d'avant, Kirasir était une reine et maintenant, elle était tombée au rang de chien sauvage, au même titre que toutes les créatures en ce bas monde. La chute avait certainement été violente, mais cette nana était une battante, une véritable survivante... Sa simple présence ici, en ce moment, en était la preuve.

" Tu sais, faut pas me donner des idées comme ça... Moi, j'ai l'habitude de suivre les ordres à la lettre, c'est dans ma nature. "

Sans trop s'en rendre compte, par une sorte d'automatisme physiologique, la blonde s'était rapprochée de son interlocutrice pour poser un baiser bien mouilleux sur sa joue, profitant aussi de sa position avantageuse pour lui caresser subtilement le buste. Alors qu'elle profitait allègrement de ce corps de femme exposé aux éléments, elle l'écoutait parler, jetant de temps à autre un regard au bout de papier qu'elle tenait être ses doigts marqués d'une multitude de croix aux significations ambiguës. Elle lui expliquait ce projet qui devait mijoter dans sa caboche depuis un bon moment déjà... Ses croquis révélaient les détails d'une sorte de péniche de combat, d'un camion blindé et d'un train converti en forteresse mobile. Elle pouvait également lire de nombreuses annotations en russe... ses connaissances de la langue soviétique n'étaient pas très avancées mais elle pouvait tout de même comprendre l'essentiel. Pour le véritable garçon manqué qu'était Riley, ces ébauches étaient incroyablement captivantes.

" Hummm... Si je devais choisir (et tu sais ce que je pense des bateaux) j'opterais pour la forteresse sur rails. " Comme si elle perdait soudain tout intérêt sexuel au dépends d'un sujet qui la captivait totalement, la blonde lâcha son emprise sur la poitrine de sa compagne pour saisir le plan qu'elle tenait et l'analyser de plus près. " Tu sais, remettre sur pied une locomotive, c'est pas si difficile que ça... La plupart de ces trucs fonctionne au diesel, et du diesel il en reste beaucoup. " La blonde plissa les yeux, comme pour tenter de visualiser pleinement la chose qui prenait forme dans son esprit. " Comme moteur c'est assez gourmand, mais si tu te limites à un wagon que tu transformes en logement, c'est gérable... et puis, pas besoin d'une tonne de matériel pour renforcer le tout, ces machins sont déjà blindés. Les chemins de fer peuvent t'emmener partout à travers le pays, suffit de faire attention aux trucs qui pourraient bloquer la route... Je m'y connais un peu en mécanique, je peux te filer un coup de main si tu as besoin d'aide. " Le regard animé qu'elle lançait à la jeune femme en disait long sur son intérêt pour ce genre de projet. L'Irlandaise s'envoya une autre rasade de whisky avant de passer la bouteille à sa comparse et lui remettre son plan par la même occasion. Dans l'état où Riley se trouvait, le liquide alcoolisé avait le même goût que de l'eau. Les mains à présent libres de la jeune femme ne tardèrent pas à retourner se balader sur le corps étendu à ses côtés, alors que la discussion suivait son cours.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1501
Points : 423
Date d'inscription : 23/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Lyuba Kreskin
Matricule n°001
I walk a lonely road
Mer 17 Mai - 15:28

Je relève un œil vers elle quand elle s’esclaffe et me balance qu’elle est faite pour obéir au doigt et à l’œil. Attend toi, tu veux dire que t’es du genre soumise ? T’en a pas l’air pourtant. Mais je garde en tête. Qui sait ça peut être utile un jour ou l’autre. Je lui souris amusée et défiante pour le coup

C’est bon a savoir ça. Et ce n’est pas tombé dans l’oreille d’une sourde. Fait attention que je n’en joue.

Son baiser me conforte dans l’idée qu’elle est ivre et en situation de bien être complet. Elle vient alors se blottir contre moi et regarde les « plans » que j’ai placé devant elle. Je lui pique la bouteille de whisky déjà bien vide. J’en bois une rasade tout en écoutant attentivement ce qu’elle me dit. J’ai aucune notion dans les trains. J’en ai conduit un une fois enfin conduit tout é est relatif. Je l’ai juste lancé à pleine vitesse sur un barrage militaire au abord d’une ex base soviétique en démantèlement militaire. Donc je connais quelques élément après comme elle dit ça va tout seul sur les rails sa avance droit. Faut juste pas que sa déraille. Elle en connait un bout sur les trains visiblement et savoir qu’elle est mécano est une bonne chose. Avec King comme ingénieur y a un potentiel de transformation et d’armement non négligeable. Par contre le fait qu’elle soit avec ce groupe de crétin m’ennuie. Autant lui laisser le doute. Car si il lui prend l’envie de venir m’attaquer avec d’autre de son groupe autant qu’elle sache que je l’attendrais de pied ferme. En plus comme ça elle a trois possibilités. Deux de se faire baisée, une de me tomber dessus. De toute façon, je ne sais pas moi-même quel élément je vais prendre. Mais je vais probablement allez taper un œil du côté de la gare. Avec les info qu’elle m’a filé un train sa pourrait être vraiment classe oui.

Elle a repris ses caresses du bout des doigts sur ma personne. Ca a le don de faire cogité mon esprit. Et de faire le lien entre ce qu’elle a dit a propos du train et son obéissance aux ordres. Du coup je ne peux m’empêcher de répondre a sa remarque a propos d’avoir un seul wagon et la loco. Je suis toujours occupée avec mes annotations quand je lui lance ma réplique

Mmmm un seul Wagon ça va être compliquer surtout si on s’en transforme une en donjon pour que je m’occupe de toi.

Je craque et éclate de rire en l’imaginant avec un joli collier de chien et une laisse. Mais ça lui irait bien vu qu’elle obéi au ordre sans discuter une vrai chienne de guerre. Sur tous les fronts, prête à obéir aux ordres. Je suis en train de rire aux l’éclat. Je finis par lui repiquer la bouteille et sortir du pieu pour filer vers la porte en riant. Je bois une nouvelle rasade

C’est clair qu’un collier de chien sa t’irai bien.

Je me marre a nouveau attendant qu’elle réagisse, prête a fuir dans le reste de l’hôtel vide pour lui échapper. Comme une ado jouant avec une copine lors d’une soirée pyjama un peu trop arrosée et portée sur les propositions a tendance scabreuse.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 399
Points : 793
Date d'inscription : 17/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Soldat de fortune
Riley Hayden
Matricule n°001
Soldat de fortune
Dim 21 Mai - 9:00


La "bonne vibe" continuait de flotter dans la suite 612 du MotorCity Casino Hotel et pour une seconde fois, Riley appréciait réellement la compagnie d'une autre personne... Ce n'était pas de l'amour, loin de là. Elle voyait en Kirasir une sorte d'alter ego paradoxal, une personne en qui elle avait confiance malgré le fait qu'elle pouvait lui coller une balle à tout moment. La blonde avait beau être insouciante, elle n'était pas naïve pour autant... Sa nouvelle copine était une mercenaire prête à tuer quelqu'un si l'offre était alléchante, et ce quelqu'un pouvait très bien être Riley. Amis aujourd'hui et si le vent tournait, ennemis demain. Mais enfin... le moment présent était bien trop agréable pour se soucier de tous ces vulgaires détails.

Plus ou moins consciemment, sa main avait quitté les collines de ses seins pour fouler la plaine de son ventre et lentement, se frayer un chemin jusqu'à la vallée de son entrejambe. Elle frôlait sa peau du bout de ses doigts, un peu comme on joue avec un bidule sans trop s'en rendre compte. Le commentaire qu'elle lui lança par la suite la laissa amusement choqué. Au moment où Riley s’apprêtait à exacerber ses caresses jusque-là nonchalantes, la russe abandonna son plumard pour s'en aller vers la porte, emportant avec elle les restes de la bouteille de combustible... Cette aguicheuse avait même le culot de lui lancer qu'un collier à chien lui irait bien.

" Toi, tu perds rien pour attendre! "

La blonde s’élança, seulement pour s'enchevêtrer dans le couvre-lit et s'échouer partiellement au sol... Rien de vilain comme chute, juste assez pour lui râper le genou. En une fraction de seconde, elle était de retour sur ses pieds, déterminée à faire payer son adversaire, comme un gamin voulant se venger de son petit frère qui venait de lui faire un mauvais coup. Malheureusement pour elle, la ruskov s'était déjà sauvée dans les couloirs... Sans hésiter, Riley s'engagea dans l'ouverture. Même les bases températures qui régnaient à l'extérieur de la suite ne semblèrent pas freiner ses intentions.

" Tu vas y goutter! "

Malgré ses efforts, sa compagne lui avaient échappé... Le couloir devant elle était vide... les portes de plusieurs suites étaient ouvertes mais impossible de savoir si sa proie s'était engagée dans l'une d'elles. Contrairement à elle, Lyuba connaissait bien cet endroit et ses nombreuses cachettes... Riley ne pouvait que se mettre en mode prédatrice et naviguer hasardeusement dans cet environnement à la recherche de son prochain goutté.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1501
Points : 423
Date d'inscription : 23/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Lyuba Kreskin
Matricule n°001
I walk a lonely road
Jeu 25 Mai - 2:49

Je ne suis pas douée pour ce qui est de la discrétion quand il s’agit de donner une charge ou un assaut. Par contre pour me casser, ou fuir un assaillant, je suis plutôt douée. Faut dire, être une mafieuse de la bratva et avoir la chance de n’avoir jamais été arrêtée sa relève de la chance c’est vrai mais aussi d’une dose de savoir-faire. Et si en plus je connais les lieux … J’entends Riley qui me course dans le couloir sombre et froid. Mais déjà j’ai disparut a sa vue. Je rentre dans une chambre fermée. La porte a été condamnée à l’époque par de grosse planche. Si j’ai pu entrer c’est en passant par la garde-robe de la chambre adjacente un trou dans le mur et un trou dans le fond de l’armoire crée un passage secret efficace. Les crevé de la pièce ou je me trouve sont disparut depuis bien longtemps. y a un trou béant dans le sol qui donne dans la chambre en bas elle-même trouée au niveau du sol. En fait cette pièce est un piège mortel à elle seule. Je me vide une nouvelle lampée de whisky.

L’ivresse fait son effet chez moi aussi. Je dois avoir un stupide sourire sur le visage. J’entends son pas derrière la porte barricadé. Et je souris toujours. En l’entendant s’éloigner, je tire la langue fière de ma réussite. Mais je trébuche et lâche la bouteille qui tombe au sol. Elle éclate avant d’aller s’écraser ensuite dans les étages plus bas. Merde ça je suis certaine elle l’a entendu. Elle ne tardera pas a me retrouver faut que je parte. Je sors de la pièce et me casse la gueule en trébuchant en sortant de l’armoire. Je me planque contre le mur près de la porte. Je l’entends qui arrive. Lorsqu’elle passe la porte pour aller voir près de l’armoire je lui claque la fesse et fou le camp a nouveau dans le couloir sombre et glaciale en riant comme une damnée. Barry m’a surnommée la succube. J’ai surement hérité de la damnation de cette dernière à travers mon rire.

Par contre j’ai fait l’idiote a lui claquer le fessier parce que maintenant elle me court après et ne me lâchera pas. Et elle court vite. Je n’ai pas son endurance et sa vivacité. Faut que je trouve autre chose. Pas envie d’être la souris entre les pattes du chat. Je préfère être l’ours qui joue avec la chienne. De toute façon l’ours fuit toujours face au chien dans une chasse mais lorsqu’il se retourne enfin le chien n’est plus le prédateur mais la proie. En tout cas je m’amuse comme une folle ce soir.

J’ai trouvé. Quand elle commence a me rattraper je me jette dans une coursive utilisée par les employée pour l’entretien de l’hôtel a l’époque. L’escalier c’est effondre en certain endroit ou la rampe n’existe plus mais surtout il n’y a plus de lumière. Je commence à dévaler les marche qui reste puis je me pose sur la rampe et me laisse glisser plus bas pour finir par atteindre deux étage plus bas. J’ai enfin un peu de repris et reprends mon souffle a grande inspiration marchant dans les couloirs. Je suis soudain surprise par un bruit. Un bruit qui ne vient pas de derrière moi comme ça aurait pu être le cas si s’était Riley. Non ça vient d’en face. De la zone où l’on arrive lorsqu’on passe l’échelle du camion de pompier pour atteindre cet étage et entrer dans l’immeuble. Donc parvenir à moi. Et y a des lumières de lampe torche. Du monde arrivent. Et je suis en partie ivre nue et sans arme. Ajoutons à cela que Riley ne va pas tarder à me tomber dessus. Je me remets à courir droit vers la section par ou je suis arrivée. Il n’y a que cette façon ou par l’a cage d’ascenseur qu’on peut remonter. Je vais probablement me heurter a Riley mais pas le choix faut soit remonté si on a le temps soit les affronter à main nue et à poil avec ce qu’on a sous la main. Mais j’ai le souffle court je me suis trop dépensée ces dernière heure, le sexe, puis cette course poursuite entre nous et l’alcool. Je me planque pour reprendre mon souffle. Va falloir les affronter.

- (Marlon) T’es sur que c’est là ?
- (Mikey) Mais oui. J’te dit cette conne a pas repérée Francis quand elle est partie.
- (Marlon)Ouais mais bon c’est quand meme pas ultra simple d’acces et qu’est ce qu’elle a été foutre la ?
- (Chris) Arrête de jouer les pleureuse Marlon. Et on s’en tape de ce qu’elle est venue faire ici. Si elle est pas seule tant pis pour les autres.
- (Francis) Je suis d’accord avec Mikey. Je n’apprécie pas que cette blondasse joue les chefs alors qu’elle a à peine débarqué y a quelque mois.
- (Chris) Elle a peut-être son petit groupe. Mais on a rien a voir avec eux. Faut qu’elle arrête de nous prendre pour ses moutons sous prétexte que le boss l’a a la bonne
- (Mikey) En plus si elle se fait butter ce soir personne soupçonnera que c’est nous on est censé être à l’opposer de la ville pour le boulot.
- (Francis) Oui pour ça faut dire qu’on a eu du pot que Carlos ait pas eu besoin de nous
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Visite au musée archéologique du Val d''Oise.
» visite chez le gynéco
» salle de visite médicale n°3 infirmière Noeliana
» Que pensez-vous de la visite du President Iranien à Columbia
» le forum de claude ! une visite s'impose les ami(e)s! merci

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum