Be our Guest




Aller à la page : 1, 2  Suivant
InformationsContact
avatar
Messages : 360
Points : 625
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Ven 12 Mai - 16:33






le 3 janvier 2016



Maddie avait dû mal à s’intégrer à Fort Hope et à trouver sa place. Les gens étaient gentils, souriants, mais on les sentait tous un peu ailleurs, comme si les drames qu’ils avaient rencontrés les muraient dans un petit monde où elle n’arrivait pas à avoir ses entrées.

A part Juliet et parfois Logan, quand il n’était pas à sauver l’univers, elle ne parlait pas à grand monde. Qui plus est, son affectation à l’armurerie était aussi aliénante que rébarbative. Elle s’ennuyait ferme et avait l’impression de s’étioler.  Pour une personne aussi « débordante » d’énergie, d’enthousiasme, et de trop d’autres choses, c’était un supplice d’être aussi seule, aussi peu sollicitée, aussi… inutile ?

Sans Juliet et Logan elle aurait peut-être déjà quittée ce petit havre de paix en quête d’une existence moins vaine. Sauf qu’il lui était insupportable de partir loin d’eux. Aussi, elle s’accrochait, faisait malheur bon cœur en essayant de trouver des solutions par elle, car il était hors de question de se plaindre ou de solliciter de l’aide à ses amis.

Elle avait repris les écritures et démarrer une nouvelle saga qui ne saurait probablement jamais publier : « le Grizzly de l’apocalypse ».  Elle était bien inspirée. Elle avait, aussi, essayé de prendre quelques initiatives dans son travail mais ses réflexions avaient été fraichement accueillies. Elle n’y pouvait rien si elle ressemblait à une écervelée supêrficielle. On l’avait vaguement écoutée avant de l’éconduire poliment comme on l’aurait fait avec une petite fille capricieuse.

A côté de ça, elle voyait Logan et Juliet aller mal sans savoir y faire quoique ce soit. Elle savait bien que les mots ne pouvaient rien pour eux. Elle faisait de son mieux pour avoir l’air enjouée et être à leur disposition s’ils avaient envie de parler tout en évitant de les accabler avec sa propre peine ou ses dérisoires petits soucis du quotidien. Autant elle arrivait à parler avec Juliet, autant il était vraiment difficile de « coincer » gros nounours.

Aussi, avec tout ce qui faisait que Maddie était Maddie, elle avait débuté un petit jeu à son attention. Un petit trait d’humour, une façon bien à elle à l’obliger à sortir la tête de ses soucis et peut être même une invitation à discuter autrement qu’entre deux urgences gravissimes tout en se rebellant contre le formalisme imposé par gros nounours. Bref, un peu de légèreté dans ce monde de mort en somme.

Elle sortait très régulièrement du camp, se pliant aux règles de Loganland, notamment pour le registre. Et la créativité de la rouquine s’était exprimée dans l’attente que le regard d’acier de Logan daigne décrypter ses petits messages.

*Partie voir ailleurs si j’y suis*
*C’est bientôt les soldes, repérage à faire*
*Partie voir aux objets trouvés s’ils ont ma vertu*
*Partie vérifier si l’herbe est plus verte sous la neige du jardin d’à côté*
*Partie faire un footing en vue de garder un popotin musclé et ferme pour la fessée à venir*


Il y en avait une flopé d’autres petites invitations. Elle ne doutait pas que Logan allait forcement débouler tôt ou tard et, même si il y avait peu de chance qu’elle ait le droit à sa fessée elle avait déjà prévu lui sortir la tête de son quotidien.


Dernière édition par Maddie Purple le Sam 13 Mai - 7:47, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 4776
Points : 4351
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 12 Mai - 17:06

Vous savez ce qu'était le pire boulot du monde ? Être chef d'un clan en pleine apocalypse. Non, sérieusement... Plus d'un devait penser que Logan avait une place de choix dans la petite communauté qu'ils s'étaient construit à Fort Hope, mais souvent, lui n'avait qu'une envie : démissionner. Leur dire à tous d'aller se faire voir et rentrer chez lui. Dommage, ça n'était pas son genre. À la place, il faisait ce qu'on attendait de lui en fermant sa gueule, en accusant les regards de pitié qu'on lui lançait et en essuyant les désaccords avec les membres de son groupe qui le trouvait un poil trop strict. Pour autant, pas un ne s'était encore tiré, à part Kelly, mais ça n'avait vraiment rien à voir avec la façon dont Logan tenait les rennes de sa communauté.

Aujourd'hui, au moins, il n'y avait pas grand chose à faire. C'était surtout le problème avec l'organisation qu'il avait mis en place. Ses petits travers de commandant-chef avaient au moins le mérite de faire du groupe un endroit organisé et bien protégé. Aussi, certains jours étaient chiants à mourir, autant le dire. Et puisqu'il n'avait vraiment aucune raison de repasser une millième fois à l'armurerie pour s'assurer que tous les flingues étaient alignés à la perfection, il s'était plutôt rendu jusqu'à la tour de garde à l'entrée pour récupérer le registre et jeter un coup d’œil. Il était retourné presque aussi vite jusque chez lui et s'était planqué dans ce qui lui servait plus ou moins de bureau dans sa grande maison vide et il s'était penché sur le cahier.

Entre les lignes illisibles et celles carrément vides, il avait trouvé plusieurs explications, comment dire... bancales ? Non, c'était clairement du foutage de gueule, ne tournons pas autour du pot. Évidemment, face à chacune de ces lignes, il retrouvait le même nom : Maddie Purple. Logan leva les yeux au ciel en poussant un soupir amusé au bout de la cinquième occurrence concernant la jeune femme. Mademoiselle semblait avoir un certain mal à se plier au règlement. Elle ne faisait pas de vague, mais elle avait trouvé un moyen de le contourner d'une manière assez inventive, il l'admettait. « Cette gonzesse va me rendre dingue... » lâcha-t-il en secouant la tête, tournant une page pour tomber sur le même genre de bêtises, encore et toujours. Elle faisait ça tous les jours ou quoi ? Probablement, la connaissant... Bon, c'était certes amusant, mais il allait être obligé de lui en toucher deux mots, ça ne le faisait pas trop de laisser des passe-droits à ses amis... Et puis, il n'avait vraiment rien de mieux à faire que de payer une petite visite à la jeune femme, de toutes manières.

C'est donc exactement ce qu'il fit, prenant soin d'emporter le registre avec lui alors qu'il rejoignait la maison de la rouquine un peu plus loin dans la rue. On aurait presque dit qu'elle attendait sa visite de pied ferme tant elle fut rapide à venir lui ouvrir la porte. « Salut, Maddie... » Elle l'attendait réellement, non ? Parce qu'elle lui laissa tout juste le temps d'en placer une avant de le faire entrer. Il ne parvint à retenir un petit soupir las, mais la suivie en gardant le sourire. Et il se retrouva tout à coup au beau milieu de l'antre de Maddie Purple. Du sol au plafond, ça n'avait plus rien à voir avec la maison qu'ils avaient laissé à la jeune femme, mais à... chez elle, on ne pouvait pas dire ça autrement. Il regardait tout ça avec une certaine perplexité, jusqu'à ce que son regard se pose sur une photo bien en vue au milieu du salon, représentant la rouquine entourée de Juliet et Eulalie, toutes les trois déguisées en princesses. Elles souriaient, elles semblaient heureuse, mais ça ne fit rien de plus qu'un pincement au cœur à l'homme, qui détourna précipitamment les yeux pour s'intéresser à la jeune femme. « J'ai jeté un coup d’œil au registre, aujourd'hui. » commença-t-il, la voix pleine d'innocence, comme s'il lui racontait une histoire profondément intéressante mais sans aucune arrière pensée. « Tu devineras jamais ce que j'ai trouvé dedans ! Je suis sûr que ça va te plaire, attends. » Il se tut une seconde, le temps d'ouvrir le petit carnet et de chercher l'une des lignes remplies par Maddie. « Tiens, écoute ça. 29 Décembre : C'est bientôt les soldes, repérage à faire. Oh, attends, y en a une autre pas mal juste en-dessous. 30 Décembre : Partie voir aux objets trouvés s'ils ont ma vertu. Je crois que la petite maligne qui a écrit ça a du rentrer bredouille, la pauvre... » Il releva les yeux vers elle, lui adressant un grand sourire. Il n'était pas énervé, en fait il s'amusait même beaucoup, mais il allait quand même devoir lui expliquer assez fermement le principe du registre.

Il se détourna un petit instant pour se balader dans le salon en regardant autour de lui. On aurait dit un squat d'étudiant, mais il s'en fichait pas mal, à vrai dire. Son salon avait été dans un sale état aussi pendant quelques semaines. Chacun faisait bien ce qu'il voulait chez lui. Le visage d'un homme à la barbe particulièrement fournie sur la couverture d'un livre le fit quand même tiquer. C'était son imagination ou ce dessin lui ressemblait comme deux gouttes d'eau ? Il s'empara du livre. « Soumise au Grizzly » ??? Original, comme titre... Il parcourut rapidement la quatrième de couverture, les yeux de plus en plus ronds. « Euh... C'est quoi, ça ? » demanda-t-il en se tournant vers la jeune femme, levant le bouquin sous son nez.

_________________
The Ghost
Logan Carter
Now I know what a ghost is

Alack, there lies more peril in thine eye
Than twenty of their swords. Look thou but sweet,
And I am proof against their enmity.






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 360
Points : 625
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Sam 13 Mai - 0:14

Il était exigeant, intense, elle ne pouvait rien faire d’autre que de se soumettre à sa puissance virile quand il la plaqua contre le mur de leur refuge. Il émanait de lui une force bestial qui annihilait toute résistance possible. Elle était nue et a sa merci. Prisonnière de ses instincts. Elle gémit sous la puissance de….


Maddie leva la tête de son papier avec autant de fébrilité qu’une petite fille le matin de noël. Ça frappait à sa porte!!!

Elle bondit avec le même enthousiasme enfantin vers l'entrée, sans porter attention à sa tenue vestimentaire. Pour écrire elle avait ses petits rituels. Un sweatshirt confortable et trop grand, ses escarpins fétiches et, coup de chance aujourd'hui, des sous vetements. On ne fait pas plus de 10 ans de Gn et d'air soft sans oublier le mot "pudeur".

Elle savait que Juliet était occupée toute la journée, et vu que personne ne venait jamais la voir… il ne restait qu’un habitant de Fort Hope susceptible de venir. Elle trépignait de voir si elle avait raison!  

Elle ouvrit la porte toute souriante devant gros nounours, sans s’inquiéter d’être sans pantalon ou pas coiffée. Avec ses chaussures elle se sentait aussi parfaite qu’une déesse.

« Salut, Maddie...
-Enfin te voila! ne restes pas sur le pas de porte! Entres Logan !! »


Elle le fit entrer tel l’ouragan qu’elle était. Beaucoup de personnes auraient pu se formaliser d’un tel accueil avec une hôtesse aussi débraillée, mais il y avait longtemps que Logan et elle se connaissaient. Et il y avait fort a parié que Logan avait appris a survivre au tempérament volubile de la rouquine.

La maison était à l’image de Maddie, chaleureuse, rangée avec une logique qui n’appartenait qu’à elle et déjà remplie de petits détails qui faisait qu’il n’y en avait pas deux des comme elles. Si on y regardait mieux, devant cet amas de joies colorées et hétéroclites, c'était une maison vide et triste d'avoir si peu d'occupant qui se cachait.  

Maddie était ravie de voir Logan chez elle. Ils étaient encore dans les temps pour l'anniversaire de Juliet.

Elle perçu le regard qu’il posa sur sa si précieuse photo et sa façon de se détourner les yeux. Ça lui fit mal. Cette photo, c’était un moment lumineux, un moment tellement proche de ce qu’avait apportée Eulalie dans leur vie. S’en détourner, c’était comme repousser la fillette.  Les choses ne pouvait plus simplement être bonnes ou mauvaises, elles étaient, comme ce magnifique souvenir, à la fois beau et triste, merveilleux et douloureux.

Elle n’était pas sûre de pouvoir se faire comprendre d’un papa qui pleurait sa fille. Faute de mots elle alla fouiner pour trouver sa bouteille de tequila neuve et deux verres qu'elle posa sur la table. Ce n’était pas tous les jours qu’elle avait de la visite et elle voulait avant tout que ce moment soit une diversion pour Logan.

Elle réussit à sourire en apercevant le registre. Il avait donc bien trouvé son invitation. A la lecture de celui-ci, elle prit, tours à tours, un air contrit de jeune fille ayant été surprise à faire une bêtise ou un air de jouvencelle choquée par ce manque de respect manifeste.

« Tiens, écoute ça. 29 Décembre : C'est bientôt les soldes, repérage à faire. Oh, attends, y en a une autre pas mal juste en-dessous. 30 Décembre : Partie voir aux objets trouvés s'ils ont ma vertu. Je crois que la petite maligne qui a écrit ça a dû rentrer bredouille, la pauvre...

-Crois moi, depuis le temps qu’elle n’a pas pratiqué, je pense que la vertu de l’auteur de cette prose a dû repousser toute seule ! »


Elle tira la langue sur cette petite remarque qui n’était pas loin de la vérité. Logan semblait absorbée par sa maison. Maddie elle, était déjà en train de réfléchir à comment organiser cette journée. Il avait du temps avant l’anniversaire de Juliet, mais elle ne pouvait pas espérer avoir des visites du grizzly viril tous les jours pour organiser le shopping cadeaux.

Sans réelle pudeur, du moins, si avec plus de pudeur qu’à son habitude, elle alla dans un recoin de la pièce et tourna le dos à Logan. C’était, pour son plus grand drame, l’ex de Juliet et il était, accessoirement, pris. Alors tant pis pour elle.

D’un mouvement de jambe elle envoya valser ses chaussures et il ne lui fallut que quelques minutes pour que le sweat suive le même chemin. Elle attrapait un jean quand Logan l’obligea à se retourner.

« Euh... C'est quoi, ça ? »


Maddie tendit le cou pour voir son livre, avec l’illustration, très équivoque, faite par Juliet. Elle se retenait à peine de rire. Vue la tête de Logan, Juliet ne lui avait jamais dit et il n’était, visiblement, pas aller dans un rayon de livres pour femmes de sa vie.

« Je dirais, comme ça, que c’est un livre érotique, bestseller 2013 et en cours d’adaption en film, du moins la sortie était prévue été 2015, mais j’ai peur que cela soit retardé… Je te le prête si tu veux. Mais avant on a une sortie à faire, tu me laisses encore quelques minutes pour m’habiller ? Sers-toi un verre en attendant !»
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 4776
Points : 4351
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Mai - 15:22

C'était dingue, passer du temps avec cette nana forçait Logan à lever les yeux au ciel au moins soixante fois par minute... Mais il devait bien admettre qu'au moins, elle apportait un vent de bonne humeur dans leurs vies et même s'il n'en avait pas tellement profité pour le moment, ça le rassurait un peu de se dire qu'elle était là pour Juliet et pour changer les idées à son ex. Sauf que malheureusement, ça faisait de lui le rabat-joie en chef étant donné qu'il était venu là pour une raison précise : lui mettre les points sur les i. Bon, pour le moment, il n'y arrivait pas tellement, Maddie ne lui laissait pas une seconde de répit pour faire le gros dur et il était présentement plus intéressé par son bouquin que par le registre.

La rouquine, à moitié à poil, lui répondit avec tant de légèreté qu'il commença à se sentir stupide. Ok, l'illustration lui ressemblait vraiment, mais il n'avait quand même pas le narcissisme de se dire que ça puisse réellement être lui. Surtout qu'elle ne disait rien allant dans ce sens, pas vrai ? Une simple coïncidence, ça arrivait parfois, beaucoup plus souvent qu'on ne le croyait. « Euh... ça ira, merci. » Il se retourna précipitamment pour la laisser s'habiller, reposant le livre où il l'avait trouvé. Il jeta un coup d’œil à la bouteille qu'elle avait sorti et dont elle venait de lui proposer de se servir un verre, mais n'y toucha pas pour autant. De quelle sortie parlait-elle, exactement ? « Tu sais que j'ai des responsabilités ici, hein ? » demanda-t-il, moqueur. « J'adorerais t'accompagner faire du shopping, je vois que tu as cruellement besoin de nouveaux vêtements, mais... Tu devrais peut-être emmener Juliet ? »

Au moins, ça répondait à sa question, elle l'attendait bel et bien. Et franchement, il ne l'aurait pas dit à voix haute, mais ça l'inquiétait un peu de partir à l'aventure avec elle. Justement parce qu'il y avait 100% de chances que ce soit une aventure avec beaucoup trop de rebondissements pour le rabat-joie qu'il était. Elle devait pourtant savoir, depuis le temps, qu'il n'était pas fun du tout ! « Sérieusement, tu veux aller où ? » demanda-t-il. Il craignait un peu ce qui l'attendait, mais bon, si elle y tenait... Et puis, une petite sortie, ça ne lui ferait pas de mal, ce serait clairement mieux que de rester enfermé ici toute la journée à essayer de ne pas penser. « Et je te préviens, c'est moi qui remplie le registre, cette fois ! D'ailleurs, ce serait gentil si tu pouvais faire un effort pour le remplir correctement, la prochaine fois. Je vois bien que tu ne comprends pas l'utilité, mais le jour où t'auras besoin qu'on vienne te sauver les miches, tu rigoleras moins si t'as écrit des conneries... »

_________________
The Ghost
Logan Carter
Now I know what a ghost is

Alack, there lies more peril in thine eye
Than twenty of their swords. Look thou but sweet,
And I am proof against their enmity.






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 360
Points : 625
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Sam 13 Mai - 23:17

Maddie s’amusait en écoutant son fantasme incarné se resigner tout seul à venir se changer les idées avec elle. Il grognait pour la forme, parce que c’était lui, c’était sa façon de faire, sa manière de ne jamais perdre le contrôle. Du moins de se faire croire qu’il maitrisait encore les choses et que, s’ils partaient à cette petite sortie, c’était parce qu’IL l’avait décidé et non parce que Maddie le poussait un peu aux fesses comme elle était en train de le faire.

Elle s’habilla chaudement mais en gardant une bonne liberté de mouvement. Avec la chance qu’elle avait, il valait mieux s’attendre à faire du sport avec gros nounours, et pas de la façon la plus agréable qui soit.

Elle n’avait pas encore mis ses chaussettes quand elle revint près de Logan. Elle fit la moue en voyant la bouteille toujours fermée. Maddie le regarda avec une mimique un peu surfaite et en se retenant de rire.

« Si tu avais besoin d’aide pour ouvrir la bouteille il fallait demander Logan, tu sais bien que j’adore voler au secours des princes en détresse. »

Avec un clin d’œil elle servit deux verres et s’en empara d’un sans hésitation. Elle allait en avoir besoin pour survivre à cette journée.

« hum, le registre ne serait donc pas juste un cahier pour te laisser des petits mots doux et des invitations? On m’aurait menti ? »

Elle s’amusait de faire les ingénues choquées. Mais la vérité n’était pas plus reluisante, outre le fait qu’elle voulait attirer l’attention de Logan, i y avait aussi le problème qu’elle savait rarement où elle allait avant d’y être. Mais heureusement, cette fois, c’était différent, elle avait des idées très précises du planning des endroits à visiter et de la liste de course à faire.

« Par contre tu es dur pour mes vêtements, moi qui pensait qu’un rien m’habillait, tu me fais douter !! Plus sérieusement, j’espère qu’on va réussir à trouver tout ce qui nous faut dans les temps, même si on a plus d’un mois devant nous, vu les pénuries, j’ai peur que l’on rame un peu… et ne t’inquiètes pas, j’ai des idées de cadeaux pour deux ?!»

Aussi vite qu’elle avait vidé son verre elle enjamba la table basse pour chercher quelque chose sous son canapé, puis dedans, avec un certain agacement, elle enleva carrément les coussins avant de dénicher son saint graal, avec un petit cri de victoire, un petit carnet contenant une floppé d’adresse rédigées en pattes de mouche dont l’intitulé était NRA. Tel Link présentant une trouvaille de donjon elle montrât fièrement ce qu'elle venait de dénicher à Logan avec une jubilation visible.

« Et j’ai même de quoi remplir le registre sérieusement!!!! »
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 4776
Points : 4351
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 16 Mai - 10:27

Une grimace collée sur le visage, Logan observa Maddie servir deux verres d'alcool et s'en enfiler un, abandonnant le second à son sort. C'était pour lui, bien entendu. Il regarda le verre une seconde. Il était minuscule, juste une petite gorgée et rien d'autre. Ça ne ferait pas de mal, pas vrai ? Pourtant, il se détourna rapidement pour ne plus l'avoir dans son champ de vision. Il avait enfin réussi à se sortir plus ou moins de cette spirale infernale dans laquelle il venait de passer un mois, à boire du matin jusqu'au soir, à ne plus penser qu'à ça. C'était loin d'être derrière lui, alors non, il ne boirait pas ce shot, pas plus qu'il ne dirait à la jeune femme pourquoi. Le rôle du mec chiant qui refuse obstinément de se détendre lui allait mieux que de devoir raconter ses problèmes à tout le monde.

Il se força à penser à autre chose, à se concentrer sur ce que racontait Maddie, qui acceptait de répondre réellement à sa question. Des idées de cadeaux pour deux ? De quoi parlait-elle ? Ses sourcils se froncèrent de nouveau alors qu'il l'observait, si légère et guillerette, probablement persuadée qu'il comprenait tout de cette conversation. Ce qui était bien loin d'être le cas, avouons-le. Elle s'agitait dans tous les sens et lui fouillait dans sa mémoire à la recherche de ce qu'il avait oublié de si important. Elle comptait organiser une fête et il n'avait pas encore reçu l'invitation, ou... ? Noël était passé depuis quelques jours et il doutait sérieusement que Maddie soit assez dingue pour proposer de le fêter cette année. Elle n'était peut-être pas du genre à se déprimer, mais ça aurait été assez rude de forcer des parents endeuillés à fêter leur premier Noël sans leur fille. Il devait avoir oublié quelque chose, mais quoi ? Impossible de retrouver. Jusqu'à ce que...

« Tu veux dire un cadeau pour l'anniversaire de Juliet ? »

Quel crétin. Il avait réellement réussi à oublier l'anniversaire de son ex. En même temps, Juliet ne lui avait rien offert pour son anniversaire à lui, cette année ! Tout comme les dix dernières. Et si ça n'avait pas été important quand le monde tournait encore rond, autant dire que maintenant... ça tenait plus du luxe qu'autre chose. Mais si Maddie y tenait... ça ferait probablement plaisir à Juliet de voir qu'ils avaient pensé à elle malgré tout et en ce moment, il aurait payé cher pour voir un sourire sur le visage de son ex. « C'est d'accord, allons faire les magasins pour lui trouver un cadeau. Tu pensais à quoi ? » Parce que sérieusement, il n'avait pas la moindre idée de ce qui pourrait faire plaisir à la jeune femme. Enfin, si, il avait bien une idée ou deux, mais c'était malheureusement totalement hors de propos. « On prend ma voiture ? » demanda-t-il dans un sourire. Ça aussi, c'était une idée qui ne lui aurait pas traversé l'esprit en d'autres temps, encore moins après avoir failli la perdre lors de sa dernière balade, mais Maddie avait un don incroyable pour rendre toutes les situations beaucoup moins dramatiques. Et puis, ça avait un petit côté classe, non, de sortir faire les magasins au volant d'une voiture de collection en plein milieu de la désolation du monde ? « Si t'es vraiment très sage, je te laisserais peut-être même manger à l'intérieur. » Il lui fit un clin d’œil et tira le trousseau de clé de sa poche, attendant gentiment que la jeune femme ne se décide.

hrp:
 

_________________
The Ghost
Logan Carter
Now I know what a ghost is

Alack, there lies more peril in thine eye
Than twenty of their swords. Look thou but sweet,
And I am proof against their enmity.






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 360
Points : 625
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mar 16 Mai - 23:56

Maddie sourit intérieurement en se doutant que Logan avait oublié l’anniversaire de Juliet, et le sien par la même occasion. Avec tous les événements qui leur étaient tombés dessus, elle ne pouvait ni lui reprocher, ni lui en vouloir. Elle-même se forçait un peu pour se lancer dans la préparation d’une fête digne de ce nom, car elle savait que cela ne pouvait faire que du bien.

On pouvait penser son idée ridicule, elle gardait la conviction qu’il était vital de faire autre chose que juste survivre et subir le quotidien. Elle avait fait assez de GN et d’air soft pour savoir que le mental faisait souvent toute la différence entre les équipes perdantes et la gagnante.

C’est, d’ailleurs, la raison pour laquelle elle affichait cette façade optimiste sans faille dès elle était en « publique ». Ça lui valait certainement d’être un peu mise à part, mais au moins ça bousculait les codes de morosité trop encrés ici.  

Elle nota qu’il n’avait pas touché à son verre, ce qui était étrange si on pensait au Logan qu’elle avait connu, mais décida de faire comme si elle n’avait rien vu. Il avait bien le droit de faire ce qu’il estimait le mieux pour lui, pas la peine de l’accabler de questions au motif qu’elle ne comprenait pas cet étrange boycott.

« J’ai plein d’idées!! Je t’en parlerais en route, on a assez trainé !! Et comme je te connais et que je sais que tu aimes faire le dominant, j’imagine que ça te chamboulerait trop qu’on prenne ma voiture et que je conduise. Du coup je te laisse faire le chauffeur! Donc montres-moi ton bolide d’homme viril !»

C’est avec un clin d’œil et en gloussant que la Rouquine prit son sac, où elle fourra son précieux carnet, et ses armes avant d’aller avec Logan vers le garage. Quand ils arrivèrent, Maddie mit un petit moment à réaliser ce qu’elle voyait. Elle ne put retenir une exclamation de surprise et presque d’émerveillement devant l’Aston, de Logan. Il avait cette voiture depuis combien de temps ?

« Mon Dieu !! Je n’y crois pas !! Tu as réussi à garder ton joujou même en temps d’apocalypse !!! »

Elle alla regarder de plus près la voiture et reconnu l’intérieur dans lequel il devait déjà subir ses bavardages joyeux quand il venait la chercher à l’aéroport avec Juliet.

« Je n’y crois pas c’est vraiment elle !!! »

Elle grimpa sans demander son reste dans l’Aston,, trop heureuse de trouver un témoignage matériel d’un passé heureux et léger. Elle était pire qu’une ado, les yeux pleins d’Etoiles, qui grimpe pour la première fois dans un manège à sensation. Elle ne savait plus où donner de la tête dans cette machine à remonter le temps, si pleine de souvenirs.  

« C’est trop merveilleux ! Et tu es monstrueux d’oser me proposer de manger dedans !! Dans une voiture pareille il y a plein d’activités possibles mais certainement de foutre des miettes partout !!!»

Elle attendit que son chauffeur la rejoigne avant de poser la question et d’expliquer son plan.

«Même si je sais où je veux aller pour commencer, la suite va dépendre du temps que tu peux  accorder à cette noble quête et de ce que tu as envie de lui offrir en sachant que j’ai une liste de cadeaux possibles en allant du waouh jusqu’aux larmes de joie. Tout d’abord on va récupérer des armes, et lui trouver un truc girly a souhait pour dédramatiser le truc sinon elle ne voudra jamais s’en servir/ Ensuite il me faut des ingrédients pour les lasagnes. Ça, ça sera mon cadeau. J’imagine que ta petite amie ne sera peut-être pas d’accord pour un tête à tête avec ton ex, alors, j’ai eu une autre idée pour toi… »

Elle lui tendit un petit papier bien plié qui était dans son carnet. Il parlait d’un richissime investisseur américain qui avait dépenser 81 million de dollars pour acheter un tableau "La Meule".

« J’ai fait les plans du bâtiment où vivait ce type… et je sais même où il gardait le tableau… J'avais prévu de négocier une visite privée pour Juliet après lui avoir annoncé mes 4e fiançailles »

Elle laissa un petit temps de suspense avant d’enchainer fièrement sur le sujet du tableau, comme si ses fiançailles étaient un détail anodin.

« C’est un Monet qui n’a encore jamais été exposé, mais si on y va, il faut prévoir partir plus d’une journée, ou se presser pour rentrer dans la nuit au mieux… c’est le seul hic. Tu en penses quoi?»
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 4776
Points : 4351
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Mai - 9:54

Levant une nouvelle fois les yeux au ciel, Logan ouvrit la marche pour quitter la maison de la rouquine et retourner jusqu'à chez lui. Il ne fit pas d'arrêt à l'intérieur pour prévenir sa charmante épouse qu'il sortait passer la journée dehors avec une jolie rouquine délurée afin de trouver un cadeau d'anniversaire à son ex, préférant garder son ticket dispute pour quand il lui annoncerait plutôt que l'anniversaire en question avait lieu le jour de la St Valentin, et fila directement au garage pour offrir sa belle anglaise aux regards. La réaction de Maddie ne se fit pas attendre, tirant un sourire assez fier à Logan. Ouais, il avait réussi à garder son joujou tout ce temps et hormis quelques pannes plutôt gênantes, il n'y avait eu aucun incident majeur à noter. « Évidemment que je l'ai toujours, j'allais quand même pas la laisser dépérir toute seule dans le Vermont. » lâcha-t-il en cachant difficilement sa suffisance. Il était fier de cette caisse, qui le suivait fidèlement depuis bien dix-sept ans maintenant, qu'il avait remis en forme lui-même alors qu'elle n'était plus qu'une carcasse inutile.

Hélas, il n'eut pas vraiment le temps de se pavoiser plus que ça, Maddie grimpa dans la voiture sans attendre d'y être invité et Logan la rejoignit derrière le volant. L'odeur du cuir emplit directement ses narines à peine eut-il fermé la porte -avec toute la douceur du monde ! - et il se permit de prendre une profonde inspiration avant de mettre les clés dans le contact. On pouvait bien se foutre de lui, il devait avoir l'air ridicule de se balader avec cette antiquité valant des milliers de dollars dans une époque pareille, mais rien au monde ne parvenait mieux à lui remonter le moral que cette voiture. Et puisqu'une journée avec Maddie signifiait que la morosité ne serait pas la bienvenue, sa Aston était exactement ce dont il aurait besoin pour se détendre.

Rapidement, Maddie lui expliqua ses intentions, laissant un Logan perplexe à ses côtés. Certes, il n'avait pas eu le temps de réfléchir sérieusement à ce qu'il voulait offrir à Juliet -bon, d'accord, il n'avait eu aucune intention avec maintenant d'offrir un cadeau à son ex- mais alors qu'il observait le plan dessiné à la va-vite qu'elle venait de lui coller sous le nez, il réalisait que l'idée que proposait la rouquine ne l'aurait absolument jamais effleuré. Encore moins maintenant. « Euh, j'ai toute la journée devant moi, ça fait un moment que ma Rooney n'est pas partie en balade, autant en profiter au max. » Oui, il avait donné un nom à sa voiture et il ne sourcilla même pas alors qu'il l’énonçait de la manière la plus naturelle du monde. « Mais... t'es sûre pour le tableau ? C'est un peu... Enfin, je sais pas, tu la connais sans doute mieux que moi. » A vrai dire, maintenant, il commençait à avoir une assez bonne idée de ce qu'il aurait offert à Juliet si Maddie n'avait pas été là pour lui filer des tuyaux.

Il posa le papier sur le tableau de bord et démarra la voiture, quittant le garage pour remonter la rue jusqu'à la porte qui gardait leur forteresse. Alors qu'il s'arrêtait devant pour attendre qu'on lui ouvre, il tendit le registre à Maddie. « Tiens. Et remplis-moi ça correctement ou je te colle aux fers pendant trois jours ! » menaça-t-il en lui lançant un regard noir. Certes, il n'y avait aucun cachot ou autre cellule de prison dans le camp, mais il n'aurait aucun mal à improviser si elle voulait jouer à la plus maligne avec lui. Et puis, il s'était habitué à avoir un captif à la cave, ça lui aurait presque manqué, ce n'était pas le moment de tenter le diable ! Il attendit qu'elle s’exécute et qu'elle donne le registre au gardien qui venait de leur ouvrir la voie et redémarra. C'était partie, leur folle aventure commençait... ça promettait d'être haut en couleurs, à n'en pas douter.

Il avança plusieurs mètres dans la partie non-protégée du camp avant de reprendre la parole, enfin décidé à partager avec elle l'idée ridicule qu'il commençait à avoir pour ce foutu cadeau. « Je me disais que je pourrais plutôt lui trouver un genre de coffret à peinture ou quelque chose comme ça. Qu'elle se remette à dessiner, tu vois. » lâcha-t-il assez mal assuré. Peut-être que le tableau de maître était une meilleure idée, finalement. « Enfin, peu importe, c'est stupide. Qu'est-ce que tu comptes mettre dans tes lasagnes ? Je doute qu'on trouve une boucherie ouverte aujourd'hui. »

_________________
The Ghost
Logan Carter
Now I know what a ghost is

Alack, there lies more peril in thine eye
Than twenty of their swords. Look thou but sweet,
And I am proof against their enmity.






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 360
Points : 625
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Lun 22 Mai - 10:02

Son petit sourire amusé laissa la place à une moue contrite quand Logan évoqua le fait qu’elle pouvait connaitre Juliet mieux que lui. Elle savait que c’était faux et elle trouvait ça affreusement triste et ironique qu’il puisse penser une telle chose.

Elle connaissait parfaitement une facette de Juliet, mais elle ne doutait pas que son amie avait livré à Logan un morceau d’elle-même que lui seul pouvait connaitre. Elle s’était promis de ne pas se mêler de leur couple, du moins du brasier de ce qui en restait, mais c’était dur de ne pas les secouer tous les deux pour leur mettre le nez dans leur caca.

Bon en même temps, avait il raison pour le tableau ? C’est vrai que le terme "mesure" et Maddie ne faisaient pas bon ménage et que la rouquine faisait souvent les choses de manière disproportionnées. C'était dans son tempérament entier de ne pas toujours savoir doser.

Heureusement, la bonne humeur de Maddie revint au galop quand il lui tendit le registre avec toute l’autorité d’un grizzly grognon. Elle ne put que glousser à l’idée que Logan la passe aux fers. Cela lui rappelait une scène de l’un de ces livres qui était loin d’être déplaisante à imaginer. Et puis, trois jours, ça en laisse du temps pour faire des tonnnnneeeeeeeees et des tonneeeeees de choses.

« Tu sais bien que je suis toujours partante pour jouer avec des menottes quand c’est en bonne compagnie ! Mais trois jours... j'ai peur que tu sois epuisé avant la fin. »


Tout en disant ces mots elle nota :

"Partie pour un rancard avec un mec trop sexy dans une voiture de rêve"
avant d'écrire soigneusement l’adresse ou elle comptait se rendre pour trouver des armes. Puis elle ajouta : "sous réserve qu’il ne me fasse pas le coup de la panne, détour pour trouver de quoi manger prévu avant le retour au camp. " et elle précisa la date et leur nom avant de rendre sa copie avec un air de première de la classe au gardien.  
Qu’est ce qui ne fallait pas faire pour essayer de tirer une peu le barbu de sa morosité, et peut être avoir une fessée en bonus.

Ce fut avec une joie non dissimulée pour Maddie qu’ils quittèrent le camp. Elle était dans le même état que la première fois qu’elle était montée dans une montagne russe, excitée et en même temps effrayée. Pas seulement par les zombies, les punishers et autres dangers du moment, mais aussi par sa capacité à souvent mettre les pieds dans le plat. Et c’était la dernière chose dont Logan et Juliet avaient besoin en ce moment.

« Hey, tu sais quoi ? Ton ex, elle t’aime encore ! Va la voir et mettez ça au clair, limite baisez un bon coup, ça ira mieux après. »


Le petit hic c’est que de penser à ne pas en parler, c’était déjà l’avoir au bout de la langue, avec tous les risques que cela implique quand on a pas cet organe dans sa poche. Heureusement, Logan fit une diversion avant que Maddie ne lâche sa bombe.

« Je me disais que je pourrais plutôt lui trouver un genre de coffret à peinture ou quelque chose comme ça. Qu'elle se remette à dessiner, tu vois. Enfin, peu importe, c'est stupide. Qu'est-ce que tu comptes mettre dans tes lasagnes ? Je doute qu'on trouve une boucherie ouverte aujourd'hui. »

Elle écarquilla les yeux avec un énorme sourire devant ce mec qui était juste le dieu que toutes les femmes méritaient d’avoir. Si un jour il se clonait, elle se reservait d'office un modèle.

« Logan !!! Tu sais à quel point tu es formidable !? Tu ne serais pas au volant je t’embrasserais tellement tu es génial ! Ton idée va lui faire plus que plaisir, ça va lui faire du bien, plus que cette croute idiote !!!! Avec elle va pouvoir enfin faire sortir tout ce qu’elle a sur le cœur !»

L’arme qu’elle voulait lui offrir serait utile mais pas aussi appréciée que de la peinture qui lui avait toujours procurée joie et apaisement. Et puis au fond d’elle-même, Maddie espérait que son cadeau n’aurait jamais a être utilisé, alors que celui de Logan sera certainement salvateur pour Juliet.

Comment après cette idée, il pouvait encore s’imaginer qu’elle la connaissait mieux que lui ?

Elle resta un moment à le dévisager avec un sourire en coin. Quel homme fascinant, ce n’était pas grâce à sa plume que ses livres avaient autant plus, mais bien grâce au personnage principal, pas si fictif que ça.

Bon, il fallait se ressaisir là, elle aurait tout le temps de baver plus tard ! Elle sorti son carnet pour se donner une contenance plus qu’autre chose, elle connaissait l’adresse par cœur.

« Pour les lasagnes, il va nous falloir des conserves de viande haché et de tomates pilées ou un équivalent. Si on trouve des "pâtes à lasagnes" toutes prêtes c’est la fête, sinon, je pense que je me souviens encore de comment en faire à la main, mais ça veut dire farine et œuf… de toute façon j’essayerai de me débrouiller avec ce que l’on trouvera. J’ai peur de ne pas pouvoir faire ma difficile… On commence par les armes, la nourriture ou la peinture ? A moins que tu préférés qu'on roule pour rouler dans un premier temps et qu'on se lance tout de suite dans les confidences du genre, est ce que c'est sérieux entre toi et ta copine, est ce que tu as encore des sentiments pour Juliet ou est ce que je devrais essayer une nouvelle coiffure... »

Malgré ses bonnes résolutions, Maddie ne pouvait pas se refaire. Il suffisait de lui dire de ne pas toucher a un bouton pour qu'elle est une envie irrésistible de le faire. Donc c’était quoi déjà le tabou du jour? Ah oui... ne pas parler de leur couple, éviter de lui dire que ca crevait les yeux que Juliet l’aimait encore et surtout ne pas évoquer les livres dont il était la vedette.

Bon, un raté sur trois c'était pas si mal que ça. sauf que maintenant ca lui brulait les lèvres de parler des sentiments de Juliet.

Dans le doute et pour freiner la crise nerveuse qui ferait, qu'en moins de temps qu'il le faudrait pour le dire, elle allait juste tout balancer, elle essaya de lancer l'autoradio dont les grésillements la firent soupirer de dépits.

Il fallait un truc à chanter vite!! N'importe quoi plutôt que de dire la suite:

« Oublies ce que je viens de te dire, je m’étais jurée de ne pas m'en mêler, mais bon, voir Juliet toujours aussi amoureuse de toi et souffrir de loin parce qu'elle a peur de gâcher ton bonheur, c'est tellement affreux pour moi... »

Merde...

Elle attrapa vite un cd, dans la boite a gants, le premier qui venait, The Doors.

« C'est pas ce que je voulais dire Logan, on oublie et on va vite mettre de la musique pour chanter avant de reparler aussi des livres...»

Elle resta un moment silencieuse a réaliser que ce n’était plus trop la peine de mettre le CD.

Dieu qu'elle était maudite.

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 4776
Points : 4351
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 22 Mai - 17:25

La réaction de la rouquine à son idée de cadeau arracha un sourire timide, à peine visible, à Logan. Peut-être bien que ce n'était pas une idée si ridicule que ça, finalement. Il aurait peut-être du se demander pourquoi il trouvait plus facilement des idées de cadeaux pour son ex que pour sa femme, mais il préféra éviter pour le moment. À la place, il appuya légèrement sur l’accélérateur pour s'éloigner pour de vrai du camp et se lancer pour de bon dans cette étrange aventure. C'était idiot, pourtant, Maddie avait réussi à le rassurer un peu, tout du moins à se sentir plus serein pour aborder cette journée. Tellement qu'il n'était même pas fatigué de l'entendre lui faire la liste des ingrédients dont elle aurait besoin pour faire des lasagnes. Et Dieu sait qu'elle en avait des choses à dire, sur une simple liste de courses...

Il tourna brusquement les yeux vers elle, resserrant ses mains sur le volant, quand, au milieu de son flot de paroles sur les pâtes, elle aborda quelques sujets disons... sensibles ? Hum. Il devait vraiment répondre à ça ou... ? Pour le moment, il se contenta de l'observer une seconde avant de retourner s'intéresser à la route devant eux. Elle allait le faire se planter dans le décors, si elle continuait. Ce qui aurait été vraiment, vraiment dommage pour sa jolie Aston. « Ta coiffure est vraiment...euh.. bien. » lâcha-t-il entre ses dents serrées. Il priait pour que cette réponse mette un terme à cette conversation, ou du moins que cela lance la jeune femme sur le sujet de ses cheveux plutôt qu'autre chose, mais c'était bien mal connaître Maddie, hélas, et dès qu'elle reprit la parole, il manqua de s'étouffer. Ses yeux, écarquillés, se posèrent une nouvelle fois sur la jeune femme tandis qu'il essayait de deviner si elle disait la vérité ou si elle essayait juste de se foutre de lui. Car c'était une possibilité, pas vrai ?

Il n'arrivait plus trop à suivre, honnêtement. Entre les grésillements de la radio et la diarrhée verbale de Maddie, Logan commençait à sentir un genre de pression monter dans son crâne. Et il regrettait profondément qu'elle n'ait pas emporté la bouteille de vodka avec eux, car il aurait eu bien besoin d'un verre, là. Non, non. Il prit une profonde inspiration et tenta de se concentrer une seconde sur la route, mais les mots de Maddie tournaient en boucle dans sa tête sans qu'il n'arrive à les chasser. Pourquoi lui balancerait-elle tout ça dans la tronche si c'était faux ? D'un autre côté... Qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire que Juliet l'aime encore ou pas ? Il était marié, maintenant. Ils avaient réglé cette question depuis des mois et ils étaient tous les deux d'accord pour dire qu'il fallait en finir, pas vrai ? Pourtant, il ne pouvait s'empêcher de se remémorer leur dernière conversation avant ce semblant de rupture définitive. Dans cette même voiture, à l'époque où elle était encore assignée à résidence dans le garage de la caserne. La première fois en dix ans qu'il lui avait dit qu'il l'aimait et la dernière aussi. Les baisers qu'ils avaient échangés. Ce court moment où il s'était permis de croire une dernière fois que tout pourrait s'arranger entre eux, jusqu'à ce qu'il ne trouve une lettre d'adieu à la place de la jeune femme au petit matin. Et Kelly à sa porte un mois plus tard. Il avait passé des semaines à se demander où il avait pu merder ce soir-là, pour que ce semblant de promesse de repartir de zéro se transforme en disparition pure et simple de son ex, jusqu'à décider que ça ne valait pas le coup de chercher à comprendre. Et il s'était précipité si rapidement dans les bras de Joy après cette soirée qu'il aurait été trop tard pour revenir en arrière, de toutes manières.

Pourquoi est-ce que Maddie ne foutait pas la musique au lieu de le laisser dans le silence et le brouillard ?! « Je... Tu... » Oups, il semblait bien qu'il n'y ait plus personne aux commandes dans le cerveau de monsieur Carter. Il regardait la route, sans parvenir à trouver quoi répondre. Il n'y avait rien à dire. Ça ne concernait même pas Maddie. Il avait parlé de ça avec Juliet et c'était une histoire bouclée depuis des siècles maintenant. Ils étaient d'accord. Il s'en souvenait très bien. « Tu dis n'importe quoi. » arriva-t-il à formuler finalement. « Juliet n'est pas amoureuse de moi, ça fait des années qu'on en a fini avec ça. » Il marqua une pause, attendant une petite seconde que ces paroles deviennent suffisamment convaincantes pour lui-même. D'un autre côté, Maddie était censée être la meilleure amie de son ex, non ? Si Juliet avait parlé de ça à quelqu'un, ce serait à la rouquine, sans hésitations. Il avait besoin de l'entendre dire que cette information venait de la source elle-même. Il fallait qu'il pose la question clairement, qu'elle lui réponde que non, que ça n'était du qu'à des observations personnelles et ce serait réglé. « Qu'est-ce que t'attends pour mettre ce foutu CD? » s'entendit-il demander à la place, un peu plus durement qu'il ne l'aurait voulu.

_________________
The Ghost
Logan Carter
Now I know what a ghost is

Alack, there lies more peril in thine eye
Than twenty of their swords. Look thou but sweet,
And I am proof against their enmity.






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 360
Points : 625
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Lun 22 Mai - 18:28

Maddie resta un moment à regarder Logan, consciente de sa bourde, certes, mais surtout peinée de la réaction de son ami. Ça lui faisait mal de voir qu’il était capable de se tromper autant. C’est presque en chuchotant et autant pour elle que pour lui que Maddie lança, le Cd toujours à la main.

« Oh… Logan… comment c’est possible d’être aussi sexy et intelligent que toi et de ne rien voir. C'est comme pour le cadeau, tu es celui qui la connait le mieux et tu arrives à imaginer autre chose... »

C’était rare de voir Maddie afficher un visage réellement triste et préoccupé.
Elle n’arrivait pas a comprendre Logan et Juliet de s’acharner a rester loin l’un de l’autre.

La réponse de Logan n’était pas entendable pour sa logique. Il ne pouvait pas être un dieu de perfection et ne pas voir ce qui sautait aux yeux de l’humble mortelle qu’elle était. A moins que cela ne soit autre chose. Peut-être se mentait-il ? Il y avait une autre explication ? Si ça se trouve Joy était enceinte ! Pitié, pas ça, ca tuerait Juliet.

Elle se ressaisit et mit, enfin, le CD dans l'autoradio. Elle se mordit la lèvre quand elle entendit les paroles de "Love me two times" retentirent. Elle passa vite a la chanson suivante. "Touch me". Merde… vite une autre !! "Hello I love you"… mais c’est pas possible!!! Elle avait pris la compile des trucs à ne pas écouter après une conversation gênante avec l’ex de sa meilleure amie???

"Strange Day" débuta et elle soupira, enfin une chanson écoutable. Mais s'il y avait un Dieu du hasard quelque part, ils devaient bien se foutre de sa tête avec cette playlist vraiment pas adaptée a la situation. La chanson lui permit de faire une pause tendue sans avoir a balancer d'autres petits secrets gênants. Maddie, qui connaissait pourtant les paroles par cœur, comme pour trop de chansons, n’eut pas le cœur à chanter comme à son habitude.

Merde. Comment on pouvait rattraper un tel désastre ? En admettant qu’on le puisse… Et puis flute. La rouquine décida de pas se laisser démonter par une gaffe de plus à son actif. Le sujet était ouvert ? Et bien après tout tant mieux. Elle n’allait pas se défiler maintenant.

« Merci pour ma coiffure»

Mouai…. Ce n’était pas vraiment l’amorce qu’elle aurait voulu faire. En fait le problème aurait été vite réglé si Logan n’avait pas été son fantasme vivant.

« Et puis flute! Logan ! Arrête la voiture !!! On ne va pas rester dans cette ambiance tendue toute la journée !!! J’ai l’impression qu’on est deux puceaux qui partons à notre première sauterie sans savoir comment on va s’emboiter ! »


Elle avait besoin qu’il la regarde dans les yeux, elle avait besoin de lui parler sans cette étrange gêne mal venue à cause de ses sentiments ridicules à elle. Elle n’allait pas mettre en péril leur bonheur à cause de stupides scrupules liés à un code social qu’elle avait toujours méprisé.

« Logan, Juliet t’aime encore, c’est un fait, sauf que la seule chose qui lui importe est de savoir que toi tu es heureux. Alors poses toi les questions: est-ce qu’avec ta petite copine actuelle c’est du sérieux et est-ce que tu es heureux avec elle ? Si oui, on oublie cette conversation, que Juliet ne me pardonnerait pas ceci dit en passant, et on reste sur des sujets légers… Si non dès qu’on rentre, vas la voir. Je suis votre amie a tous les deux, tu sais, j’ai eu mes raisons de ne pas prendre de tes nouvelles quand ça a pété avec Juliet, mais ne doutes pas que je veux vraiment que vous soyez heureux et que je vous aime tous les deux. »

"Love her madly" débuta pile poil quand elle s’arrêta de parler. Maudit CD !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 4776
Points : 4351
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 22 Mai - 21:16

Cette conversation était en train de lui filer la migraine et de l'agacer tout à la fois. N'étaient-ils pas juste censés aller faire des courses pour organiser un super anniversaire à Juliet, vivre une aventure désastreuse et improbable et ne surtout, surtout pas parler de trucs aussi idiots qu'une histoire vieille de quinze ans, morte et enterrée pour toujours ? Logan serrait le volant de sa Aston si fort qu'il commençait à avoir mal aux doigts, mais impossible de se détendre. Elle le stressait, elle lui disait des choses qu'il aurait voulu entendre l'an dernier, la décennie dernière, mais pas aujourd'hui. Et même la musique peinait à lui changer les idées, alors il se faisait violence pour ignorer les doutes que la rouquine venait de planter dans son esprit et se concentrer sur la route.

Jusqu'à ce qu'elle reprenne la parole, lui ordonnant de s'arrêter en se lançant dans une longue et douloureuse tirade sur Juliet et lui et le beau gâchis qu'ils s'évertuaient à entretenir depuis un demi-siècle. Sans trop réaliser, Logan enfonça la pédale de frein, les secouant un peu au passage et s'arrêta en plein milieu de la voie. Mais il continua de refuser à regarder la jeune femme à ses côtés, comme si ce simple geste pouvait finir de le précipiter dans le mur. Parce que c'était exactement ce qu'elle était en train de faire, même si elle ne s'en rendait pas compte ou qu'elle n'en avait juste rien à faire.

Tout se passait bien avant qu'elle ne se pointe, merde ! Il se démerdait comme il pouvait, mais il arrivait à se sortir la tête de l'eau et pour la première fois en quinze ans, il était même parvenu à se sortir Juliet de la tête plus de dix minutes. Pourquoi est-ce qu'elle ne voulait pas le laisser tranquille ? Ça n'était peut-être pas toujours une partie de plaisir, mais ils arrivaient à s'y faire, tous les quatre et c'était parfait. Et maintenant, Maddie débarquait pour balancer des vérités que tout le monde se donnait un mal de chien à ignorer depuis un an et elle le faisait avec le sourire, en plus !

« Maddie ! Je t'en prie, tais-toi une seconde. » lâcha-t-il, pourtant loin d'être énervé ou désagréable. Elle arrivait trop tard, tout simplement. Si elle avait été là l'an dernier, qu'elle lui avait balancé tout ça à ce moment-là, il savait très exactement ce qu'il aurait fait. Mais plus aujourd'hui. Aujourd'hui, il voulait seulement aller ramasser des tubes de peintures et des boites de conserve en continuant de se bercer d'illusions. Il garda le silence quelques secondes, les yeux fixés sur la route devant lui, ses doigts tellement crispés qu'ils tremblaient presque. Et il hésitait à s'expliquer. Mettre un terme définitif à cette conversation, il avait largement les moyens de le faire. Mais si la rouquine allait en parler à Juliet après, il n'était pas certain d'y survivre. Cependant Maddie prétendait être leur amie à tous les deux et depuis des mois maintenant, il gardait ce secret pour lui sans jamais pouvoir en parler à personne. Pour limiter les dégâts, croyait-il, jusqu'à ce que cette foutue rouquine ne débarque avec ses grands airs et ses promesses en l'air en tout cas. « On est mariés, d'accord ? Alors, je crois que c'est plutôt sérieux, tu vois. » Il fusilla l'autoradio du regard tandis que les Doors crachotaient des paroles ô combien malvenues en cet instant, mais son regard ne suffisait pas encore à les faire taire. « Juliet n'est pas au courant. Personne ne le sait. Et je t'en supplie, ne lui dis rien. »

Il avait l'impression d'avoir proféré une violente menace de mort, tant l'ambiance était devenue pesante. Doucement, il se força quand même à tourner les yeux vers la jeune femme, déjà persuadé qu'elle aurait tout un tas de choses à dire à ce sujet et qu'aucune de ces choses ne serait agréable à entendre. Mais c'était pourtant la situation telle qu'elle était et rien de ce que dirait la rouquine ne changerait ça.

_________________
The Ghost
Logan Carter
Now I know what a ghost is

Alack, there lies more peril in thine eye
Than twenty of their swords. Look thou but sweet,
And I am proof against their enmity.






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 360
Points : 625
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Lun 22 Mai - 23:13

Maddie n’avait pas l’habitude de voir Logan aussi furieux, surtout après elle, pourtant il en fallait plus pour l’intimider. Pas la peine de dire que sur un chantier des mecs musclés et cinq fois plus grand qu’elle, tempêtant pour un oui ou pour un non, elle en avait croisé assez pour que ça lui passe par-dessus la tête. De même si elle avait reçu un dollar a chaque fois qu’on lui avait demandé de se taire elle aurait triplé sa fortune pourtant déjà impressionnante.

Non par contre ce qui la fit pâlir c’était l’annonce qu’il était marié.

Venant d’une femme qui avait été mariée 3 fois, presque 4, on aurait pu croire que le mariage était quelque chose de banal en soit. Mais dans les faits Maddie était restée une grande romantique qui croyait encore dans les valeurs du mariage.

Maddie resta silencieuse un certain moment à méditer cette étrange information. En fait c’était presque aussi moche que l’hypothèse de Joy enceinte. Maintenant s’il l’avait épousé c’est qu’elle avait dû se tromper, que son instinct n’était plus si fiable que ça. Elle avait mal pour Juliet.

Avec un peu d’agacement elle vira le Cd de the doors qui, décidément, faisait tout pour plomber l’ambiance et prit sans hésiter une couverture qu’elle reconnut avec joie: System of a down !!

Avant de lancer le Cd elle attendit pour appuyer sur play.

« Je .. je ne savais pas… mes félicitations du coup… »

Elle se força de sourire, malgré sa peine pour Juliet, elle était contente que Logan ait trouvé le bonheur. Julie avait raison finalement sur toute la ligne.

« Je ferais de mon mieux pour ne pas en parler Logan mais je n’aime pas les secrets, c’est la porte ouverte a tellement de problèmes… Tu devrais en discuter avec Juliet, si elle l'apprend autrement que par toi ça sera dur pour elle. Après ce n’est pas a moi de m’en mêler, je pense que j’en ai bien assez fait pour la journée n’est-ce pas !? Heureusement mon pire secret est sauf ! »


Elle le regarda avec un air espiègle en prenant soin a ne surtout pas pensé a la troisième information qui était complétement passer a la trappe et d'avoir un air aussi comique que mystérieux.

« Prêts pour reprendre cette petite virée shopping et retourner à un sujet léger, que je te laisse choisir pour la peine… mais… après cette chanson…. »


Elle lanca la musique. Chop Suey, son titre préféré avec Lonely day, et se détacha les cheveux pour se donner un air de métalleuse tout en pouffant de rire !

« WAKE UP !!!!! Grab a brush and put a littleuuuuhhhhhhhhh makeup, Grab a brusheuuuuhhhh and put a little, Hide the scars to fade away the (shakeup), Hide the scars to fade away the, Why'd you leave the keys upon the tableuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuh?!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! »


C’était le pouvoir de Maddie, elle aurait pu lui en dire plus, lui parler d’elle, de ses soucis et ses sentiments. Elle aurait pu en rester à cette ambiance tendue, elle aurait pu, aussi, le questionner… mais elle avait juste accepté sa réponse.

Elle était sincère quand elle disait les aimer tous les deux. Elle aurait préféré une autre fin, un espoir de es voir ensemble, mais si Logan était heureux, elle n’avait pas l’intention de faire plus que d’épauler Juliet jusqu’à ce qu’elle aussi trouve le bonheur, même s’il était ailleurs.

« Aller Logan !! Chante avec moi, tu vas voir ça fait un bien fou et en plus tu peux pas faire pire que moi !! Alors lâche toi ! I don't think you trusteuuuuuuuu, In, my, sel righteous suicideuuuhh, I, cry, when angels deserve to dieuuuhhhhhh, In, my sel righteous suicideuuuhhh, I, cry, when angels deserve to dieuuuh!!!!!!!!!!!!!»


_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 4776
Points : 4351
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Mai - 14:10

La révélation de Logan avait créé un froid dans cette petite sortie qui s'annonçait pourtant agréable. Et maintenant, il attendait nerveusement que Maddie lui balance quel idiot il était et qu'elle lui prouve avec une logique douteuse combien cette histoire de mariage était ridicule et devait prendre fin immédiatement. Il n'aurait pas succombé à son argumentation, il en était certain, mais il ne l'imaginait pas répondre autre chose. Pourtant, la seule réaction qu'il obtint, après un long silence des plus désagréable, fut hautement décevante. Elle le félicita, tout simplement et promis de garder son secret, ce qui ne voulait sans doute pas dire grand chose quand on connaissait la jeune femme.

Logan resta à l'observer un petit moment, sans parvenir à savoir s'il était déçu ou soulagé qu'elle en reste là, qu'elle ne cherche pas à le raisonner ou même à le disputer un tout petit peu. Elle parvenait à passer à autre chose avec une facilité déconcertante. Elle acceptait sa défaite sans chercher plus loin, il n'y avait rien à ajouter. Leur amie à tous les deux, mais un peu plus à l'un qu'à l'autre, finalement, quoi qu'elle en dise. Mais c'était sûrement mieux comme ça et il garda le silence, redémarrant simplement la voiture pour reprendre la route tandis que Maddie lançait le nouveau CD et se mettait à chanter un peu trop fort pour les pauvres oreilles du conducteur.

Il ne répondit pas à son invitation, pas parce qu'il faisait la tête, juste qu'il aurait fallu se lever tôt pour le voir chanter un jour, mais tenta de se détendre quand même un peu. Il n'y avait aucune raison de se prendre la tête pour toute cette histoire, c'était la même depuis tellement longtemps que ça en devenait ridicule. Ça n'était peut-être pas ce qu'il voulait tout au fond de lui, mais il ne devait pas regretter d'avoir pris la décision de tourner la page sur Juliet et sur leur romance désastreuse, les circonstances prouvaient une fois de plus que c'était la meilleure chose à faire.

« Alors... C'est quoi cette histoire de livres ? » demanda-t-il quand la chanson prit fin, s'autorisant finalement à baisser un peu le volume. Ce CD faisait partie de sa très maigre collection, il appréciait donc, mais pas question qu'ils réveillent tout le quartier pour si peu. « Un rapport avec celui que j'ai trouvé dans ton salon ? » Peut-être n'était-il pas si parano que ça, finalement, et que ce foutu dessin lui ressemblait autrement que par pure coïncidence. Enfin, même si Maddie avait découvert une série de romans érotiques traitant d'un personnage lui ressemblant comme deux gouttes d'eau, ça resterait un sujet cent fois plus léger que celui qu'ils venaient d'aborder. Et si ça n'était pas le cas, il n'avait rien de mieux à discuter pour le moment.

_________________
The Ghost
Logan Carter
Now I know what a ghost is

Alack, there lies more peril in thine eye
Than twenty of their swords. Look thou but sweet,
And I am proof against their enmity.






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 360
Points : 625
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mar 23 Mai - 19:04

Maddie n'eut pas le temps de faire la moue pour la musique. Elle resta une minute immobile les yeux rond en train de chercher dans sa petite tête comment elle avait pu en arriver là. Décidément cette petite sortie ne prenait pas du tout la trajectoire qu’elle avait espérée. Tant pour elle que pour Logan. Dire qu’elle voulait un moment joyeux pour qu’il arrête de faire sa tête de constipé portant le monde sur ses épaules, musclées a souhaits.

Elle se mordilla la lèvre d’un air coupable et hésita. D’un côté elle pouvait facilement « esquiver le sujet ». Il suffisait de jouer au jeu de « peste ou choléra » et de repartir sur son mariage pour faire diversion. De l’autre, elle s’étonnait qu’il ne soit pas déjà au courant.

Bon, c’était quoi déjà l’adage ? Comme on fait son lit on se couche ? Après tout, ça aurait été n’importe qui d’autre, elle lui en aurait certainement parlé ouvertement sans malaise. Et puis, au point ou en était dans les confidences…

Elle cessa, enfin, de faire la statue et bougonna, avec humour :

« Tu es sur que tu n’aies pas déjà au courant et que tu ne me mets pas le nez dedans juste pour le plaisir de de me voir un peu mal à l’aise… ?»

Elle scruta le visage du fantasme incarné de tant de femmes sans y trouver le moindre signe de duplicité. Il avait donc réussi à passer au travers du phénomène ours des mers et grizzly sauvage ? En fait quand on y réfléchissait bien… à la connaissance de Maddie, après Juliet, qui visiblement ne lui avait rien dit, il était resté vivre avec son fils « Shasha ». L’un comme l’autre n’avait pas vraiment le profil à être des adeptes de romans affriolants. Elle eut dû mal à ne pas pouffer en imaginant le duo Logan Isha, planté dans un canapé, à lire avec attention ses ouvrages et a se faire des commentaires l'un l’autre.

Si sa Joyétait une de ses lectrices, elle avait dû garder le secret pour elle. Ou elle pouvait être aussi du genre "esprit pure". Auquel cas il faudrait absolument que Maddie lui déniche innocemment un livre ou deux.

Elle avait beau bien connaître Logan, du moins, le Logan du temps de Juliet, elle avait du mal à savoir comment il allait réagir. Elle paria avec elle-même qu’il ne saurait se décider entre la surprise, la colère et peut être une petite bouffée de narcissisme, bref, il allait bugué à tous les coups.

« J’aurais bien aimé que l’on garde tous les sujets qui pourraient fâcher pour la fin de la journée, mais bon, j’espère qu’après on aura épuisé le filon et qu’on partira plus sur les bons souvenirs. Du moins si je suis toujours dans la voiture et vivante.»

C’était dit avec beaucoup d’humours car elle n’imaginait pas une seconde Logan lui faire du mal.

« En fait je ne sais pas par où commencer entre: "tu ne t’es pas demandé comment, sexuellement parlant, j’ai tenu durant mon mariage avec George" ? Ou "pourquoi j’ai autant de fois divorcée" ? Voir, "pourquoi je ne t’ai jamais contacté après ta rupture avec Juliet même pour prendre de tes nouvelles"? Ou encore "comment ça se fait que j’ai réussi à faire une donation de plus de 500 000 dollars à Eulalie tout en gardant mon train de vie" ? Attends, non, ça tu ne pouvais pas savoir j’ai imité ta signature pour ouvrir son compte et l’acteur qui allait jouer ton rôle a bien voulu m’aider … »

Maddie était complètement inconsciente de la difficulté pour un être normalement constitué, autre qu’elle, à suivre une quantité aussi importante et chaotique d’informations diffusées en vrac. Surtout si ces être était Logan. Elle avait sa propre logique, a moins que sa stratégie soit de noyer le poisson. Sauf qu’après réflexion, cela risquait d'ouvrir d'autres portes et que les petites confidences en voiture ca pouvait être sympas, mais en quantité raisonnable. Elle prit une pause pour réfléchir à la pertinence des détails de son récit avant de statuer que cela n’en avait aucune. Autant y aller franco!

« Bref, pour faire court, j’ai occupé mon temps libre en écrivant des livres où il n’est pas impossible que tu es été une grande source d’inspiration. C’était juste un loisir mais ça a pris des proportions un peu… mondiales… au point que j’aurais pu arrêter de travailler dans le bâtiment si j’avais voulu et que j’ai dû prendre un pseudonyme pour ne pas être assailli par les fans. »

C’est avec toujours un ton humoristique, afin de mieux faire passer la pilule qu’elle continua en espérant générer le "bug de Logan" qui la sauverait peut être d’une conversation pénible.

« Et voilà, presque plus de secrets !! Tu n’imagines pas à quel point je suis soulagée de t'avoir tout dit. Et je vois a ton visage que tu brules de me poser au moins une question et je vais te devancer : C’était Jason Momoa qui devait avoir ton rôle. Bien … autre sujet ? »


Maddie pouvait avoir l’air frivole, mais en vérité elle était surtout un peu nerveuse et essayait, comme, elle pouvait, de dédramatiser la situation, voire d’enchainer au sur une diversion. C’était, certes, sans espoir en connaissant bien Logan le têtu, pour ne pas dire autre chose. Mais au moins elle lui laissait une petite porte de sortie s’il voulait ne pas gratter le verni qu’elle venait si joliment de poser pour lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 4776
Points : 4351
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Mai - 22:49

Oh. Encore un sujet qui fâche ? Pourtant, il n'était pas question de mariage ou de sentiments enfouis, cette fois, juste d'un bouquin ! Logan n'avait pas la moindre idée de ce qui l'attendait, mais Maddie arrivait à le faire stresser à force de le teaser au lieu d'aller droit au but. Il arrivait à peine à suivre son long monologue empli de questions rhétoriques plus farfelues les unes que les autres. Pourquoi ce serait-il intéressé une seule seconde à sa vie sexuelle avec son ex ? Et pour quelle foutue raison aurait-elle eu besoin d'imiter sa signature pour ouvrir un compte à Eulalie ? Il était peut-être son père, mais ça n'avait jamais vraiment été rendu officiel aux yeux de la loi, Charles Whitman y avait veillé. Il avait surtout l'impression qu'elle balançait tout et n'importe quoi pour retarder le moment où elle lui parlerait enfin de ce bouquin et il ne comprenait vraiment pas pourquoi.

Mais quand la révélation arriva enfin, il comprit un peu mieux d'où venait le problème. Il lui jeta un long regard, cherchant sur son visage une petite trace de moquerie, un signe avant coureur que dans une minute, elle allait se mettre à rire à gorge déployée pour lui balancer un « je t'ai bien eu, idiot ! ». Mais ça n'arrivait pas. Quelques secondes encore, Logan garda le silence avant de se mettre à rire, sincèrement, pour la première fois depuis une éternité. Il avait un mal fou à retrouver son sérieux. C'était totalement absurde. Une série de romans érotiques dont vous êtes le héros... Il ne comprenait toujours pas vraiment le rapport entre cette révélation fort intéressante et la vie amoureuse plus que discutable de la jeune femme ou le fait qu'elle l'ait ignoré pendant dix ans, mais ça ne lui semblait pas vraiment être le plus important en ce moment.

« C'est qui ça, Jason Machin-Chose ? » demanda-t-il après un effort surhumain pour se calmer et retrouver son sérieux. « J'arrive pas à croire que tu te sois enrichie sur ma personne pendant dix piges et que tu m'aies jamais envoyé un petit chèque à Noël ! Ni même un exemplaire dédicacé pour mon anniversaire ! » Heureusement pour elle, il trouvait ça amusant plutôt que gênant, probablement parce qu'il ne réalisait pas ce qu'impliquait réellement cette histoire.

En attendant, ça ne l'avait pas perturbé plus que ça et il continuait d'avancer à bonne vitesse en ayant un mal fou à ne pas se remettre à rire rien qu'à penser à ce livre. Et ils comptaient en faire un film... Soudainement, un détail horrible le frappa et il releva des yeux horrifiés vers la jeune femme. « Attends, ôte-moi d'un doute. C'était pas un film porno qu'ils allaient faire, hein ? »

_________________
The Ghost
Logan Carter
Now I know what a ghost is

Alack, there lies more peril in thine eye
Than twenty of their swords. Look thou but sweet,
And I am proof against their enmity.






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 360
Points : 625
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mer 24 Mai - 22:35

Maddie ne s’était pas vraiment attendu à cette réaction, mais elle était heureuse d’avoir perdue son pari. Entendre Logan rire était communicatif et lui faisait sincèrement plaisir. Non en fait ça représentait plus que ça pour elle... beaucoup plus que ça.

D’ailleurs elle ne pouvait que se joindre à lui dans ce petit moment d’euphorie pure. Le genre de petite parenthèse tellement bienvenue dans ce monde triste a mourir. Quoiqu’il arrive dans cette journée, elle aurait au moins réussi ce petit exploit d’avoir amusé Logan. Et vu le contexte, c’est juste merveilleux de le voir oublier le poids du monde et des morts pour juste être un homme insouciant qui rit dans une voiture avec une amie.

Ça valait un organisme non ?

Elle statua sur un « presque ».

Elle aurait adoré que ce moment ne se finisse jamais et que Juliet soit là pour le partager avec eux. Mais, toutes les bonnes choses ont une fin ?

Les questions de Logan étaient drôles, elle se doutait bien que le fier Nounours aurait fait comme Juliet si elle lui avait proposé de l’argent. Et puis, il ne valait mieux pas qu’elle le voit après que Juliet et lui aient rompu, ça aurait été trop risqué que, sur un moment de faiblesse, elle trahisse sa meilleure amie en tentant une partie de jambe en l’air.

Sans préavis, Logan s’inquiéta du genre de film que cela pouvait donner. Maddie eu du mal à rester sérieuse face à cette drôle d’inquiétude ? C'était vraiment tout ce qui pouvait l’inquiéter dans tout ce qu'ils venaient de ce dire? Elle adorait cette logique tellement loin de la sienne.

« Voyons Logan, tu penses que j’aurais écris autant de livres avec un scenario qui tient sur une boite d’allumettes et ne se termine que par une scène de baise aussi gratuite qu’improbable ? Dis toi que je suis une femme et que c’est, avant tout, mes fantasmes, alors même si ça peut être distrayant de t’imaginer en plombier et que tu te retrouves tout nu prêt à l’action, avant que j’ai eu le temps de te faire un café, c’est très loin de ce que je suis capable d'envisager. »

Maddie avait été beaucoup plus subtile et surtout beaucoup plus torride dans ses livres. Elle se demandait bien ce que Logan imaginait sous l’appellation "livre érotique" ? Lui courant tout nu dans les petites fleurs et touchant le bout des doigts d’une héroïne fadasse avant de se minauder des mots d’amours ? Il risquait d’être un peu surpris. De la réalité de ses œuvres.

« Mais tu sais, le mieux c’est que tu les lises, comme ça tu me diras si j’ai l’imagination trop fertile ou si je suis en dessous de la vérité. .»


C’était dit en toute simplicité. En fait Maddie était bien curieuse d’avoir le point de vu de Logan sur deux ou trois passages, et pas les plus sages.

« Ta cop… ta femme doit certainement en avoir lu au moins un. D’après les statistiques de mon éditrice, mes lectrices représenteraient presque 88% de la population féminine sexuellement active.  Ça serait la poisse qu’elle soit dans les 12 %restant ! Elle pourra certainement te faire un résumé »


Joy devait être taquine pour ne pas lui en avoir parlé. Ça paraissait impossible a Maddie qu’elle n’ait pas deviné qu’elle avait Declan, le héros d’ours sauvage, dans son lit… et très certainement dans plein d’autres endroits.

« Quant à ta rémunération, avoues que tu n’en aurais pas voulu ? Juliet n’a même pas accepté un dollar pour me faire les couvertures ! Alors j’imagine ta tête si je t’avais envoyé un chèque sans raison. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 4776
Points : 4351
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 25 Mai - 0:17

C'était plutôt inattendu, mais la nouvelle révélation de Maddie avait finalement réussi à détendre l'atmosphère pesante de cette conversation qui s'annonçait mal. Logan avait encore un peu de mal à réaliser qu'il avait été le héros d'une série de romans à succès pendant des années sans le savoir, mais ça n'avait plus tellement d'importance aujourd'hui, après tout. Et en fait, maintenant qu'il y pensait un peu plus sérieusement, ça expliquait peut-être certaines situations assez étranges qu'il avait vécu lors de quelques unes de ses soirées au bar, avec quelques femmes qu'il avait ramené chez lui. Il avait naturellement pensé qu'elles étaient juste un peu dérangées, bien que largement suffisantes pour une nuit, mais maintenant qu'il y pensait... Eh bien, au moins, grâce à la rouquine, il n'avait pas passé trop de soirées seul. Cette idée ranima son rire quelques secondes, mais il avait retrouvé un certain calme quand la jeune femme reprit la parole, lui assurant qu'il ne s'agissait pas d'un porno. En fait, même si ça avait été le cas, il s'en serait sans doute amusé aussi. De toutes manières, ce film n'avait jamais vu le jour, alors qui s'en souciait ?

Un nouveau rire, plus nerveux cette fois, le prit à une nouvelle tirade de la rouquine. Dieu ce qu'elle pouvait parler, cette nana ! C'était presque un miracle qu'il arrive à l'écouter aussi longtemps, sérieusement ! « Je ne devrais probablement pas te dire ça, mais puisqu'on est en pleine journée confidence... désolé de te décevoir, je suis à peu près certain que ma femme n'a jamais lu ta prose. En fait, crois-le ou non, avant moi, elle était complètement pure et innocente... » Même cette confidence arrivait à l'amuser, aujourd'hui. Ça n'avait certainement pas été le cas quand Joy lui avait avoué être vierge, mais maintenant il en souffrait beaucoup moins. Et peut-être cela aurait-il le mérite de faire comprendre à Maddie à quel point sa situation se trouvait délicate. Il n'était pas seulement marié avec Joy, il était aussi le premier homme qu'elle ait jamais connu et vu comme allait le monde, les chances qu'elle connaisse quelqu'un d'autres n'étaient pas énormes. Qu'il le veuille ou non, il marquerait sa vie à jamais et il n'avait pas envie d'être le connard qui l'abandonnerait en pleine apocalypse après lui avoir promis monts et merveilles et lui avoir pris sa virginité. Ce serait quand même moche...

« Mais je suis sûr que maintenant, elle adorerait lire tes bouquins. Et elle serait sans doute plus objective que moi pour juger de la crédibilité de la chose. Je te laisse lui offrir un exemplaire. » ajouta-t-il pour chasser ses pensées beaucoup moins joyeuses. Ils s'efforçaient tous les deux de détendre l'atmosphère, pas besoin de se déprimer tout de suite avec le poids écrasant de ses responsabilités en tant que mari.

« Juliet était au courant ?!! » C'était totalement logique, en y pensant bien. Non pas qu'il ait reconnu ses dessins sur la couverture, mais elles étaient amies et vu comme Maddie avait du mal à garder un secret, il était peu probable qu'elle n'en ait pas parlé à la brune. « Toutes les deux, alors... vous en ratez pas une. Je suis quand même étonné qu'elle ne t'ait pas engueulé pour ça. Y a pas un code de filles qui interdit d'entretenir des relations torrides avec l'ex de sa meilleure amie, même si elles ne sont que littéraires ? »

_________________
The Ghost
Logan Carter
Now I know what a ghost is

Alack, there lies more peril in thine eye
Than twenty of their swords. Look thou but sweet,
And I am proof against their enmity.






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 360
Points : 625
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Jeu 25 Mai - 17:04

Maddie s’arrêta net de rire et même de respirer lorsque Logan lança sa bombe. Elle avait dû mal entendre, ce n’était pas possible. Joy était jeune mais pas à ce point-là !! les yeux de Maddie auraient pu sortir de sa tête tellement elle était surprise, ils l’auraient certainement déjà fait.

Elle essayait de donner un age à la petite cop… enfin, la femme de Logan. 19 ans ? 20 ans… si elle comptait bien cela faisait donc à peu près un an qu’elle était « devenue une femme ». Non… une vierge de plus de 16 ans, ça n’existait que dans les fictions.

Malheureusement elle connaissait suffisamment Logan pour savoir qu’il n’était pas vraiment le genre à faire des blagounettes aussi mauvaises. Elle se garda, donc, de lâcher le "tu déconnes??!!" qui lui brulait la langue.

Elle soupira avant de se recaler dans son siège écoutant vaguement la suite. Elle avait du mal a clarifier ses pensées entre « c’est du gâchis que tu sois avec une gamine sans expérience », « C’est quoi le loup pour qu’elle ait serré aussi longtemps les cuisses », « Est-ce que tu te rends compte comment c’est chiant une nana qui a dû diviniser aussi longtemps sont hymen !! Tu ne t’en sortiras jamais si un jour tu veux la larguer… »

Et puis elle réalisa enfin…. Il l’avait épousée. Est-ce qu’il avait été piégé avec ce délire de virginité et avait voulu faire son mec droit et moral ou est-ce que, pour lui, c’était, une histoire qu’il voulait voir durer jusqu’à ce que la mort les sépare. Elle préférait imaginer la plus jolie version.

Il était juste tombé amoureux de certainement la seule pucelle de l’âge de Joy existant encore dans ce bas monde. Son cœur se serra pour Juliet. Comment pouvait elle rivaliser contre ça ?

Maddie se ressaisit vite et se força à faire un grand sourire. Mais le cœur n’y était plus.

« Je lui en donnerais un exemplaire avec plaisir si on arrive à en dénicher en même temps que la liste de course… »

Elle se demandait si ça ne pourrait pas être gênant pour sa femme de savoir que beaucoup d’autres avaient fantasmé sur son homme. Non, elle serait certainement fière d’avoir un Declan en chair et muscles virils dans son lit pour elle toute seule.
C’était triste, car Joy avait l’air gentille, mais une de ces petites guerres froides et mesquines que seules les femmes savent menées derrière leurs sourires figés et leur piques faussement maladroites était certainement déjà en cours. Du coup, il y avait peu de chance que Maddie et elle ne soit amie. Mais pour Logan elle ferait des efforts.
Heureusement son chauffeur sexy enchaina sur Juliet. Penser à son amie lui mettait toujours une sorte de baume sur ses doutes. Juliet était sa force après tout ! Elle fut reprise par une petite crise d’hilarité quand même en imaginant qu’elle aurait pu cacher ce détail à Jule.

 « A ton avis Logan ? Comment aurais-je pu lui cacher que je fantasme sur son mec ? Enfin, son ex mec maintenant ! Bien sûr qu’elle sait tout et même si je ne lui avais pas dit, elle me connait assez bien pour comprendre toute seule ! D’ailleurs les seuls secrets que j’accepte de lui faire sont ceux qui pourraient lui faire du mal, ou ceux qui sont demandés par un autre ami. »

Elle lui fit un petit clin d’œil coquin.

« D’autres révélations croustillantes, en plus de la virginité de ton épouse, à me confier Monsieur Logan Carter ? »
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 4776
Points : 4351
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 26 Mai - 21:43

N'en déplaise à Maddie, il n'y avait pas eu d'autres confidences de la part de Logan sur le chemin les menant vers leur premier arrêt. Pas mal de gens auraient pu en douter sérieusement ou même carrément le démentir, mais il ne se considérait pas comme le genre d'homme à avoir des secrets. Du moins, une fois révélé son mariage avec Joy et le fait qu'il avait été et serait probablement le seul homme qu'elle connaîtrait jamais, il n'avait rien à ajouter qui soit susceptible d'intéresser son amie. Aussi, il s'était efforcé de le lui faire comprendre et d'entretenir la conversation sur des sujets plus léger tandis qu'ils avisaient leur premier arrêt : une armurerie.

Logan n'était pas particulièrement convaincu par le pistolet rose choisi par Maddie, mais il se contenta de se moquer d'elle vaguement à ce sujet sans chercher à la faire changer d'idée. C'était son choix, son cadeau, elle en assumerait les conséquences. Lui se contentait de faire ce pourquoi il était là, donc pas grand chose à part surveiller les alentours pendant qu'elle fouillait dans la boutique. Ça n'avait pas pris très longtemps et ils s'étaient donc rendu dans un autre magasin, où Logan s'était donné un peu plus de mal à chercher les ingrédients nécessaires à la préparation du plat que Maddie comptait cuisiner pour Juliet. Il avait réussi à trouver les pâtes qu'elle voulait, elle n'aurait pas à se prendre la tête outre mesure. Ça avait seulement été un peu plus compliqué pour la viande, comme il le prévoyait. En même temps, qui ne se serait pas jeté sur ce genre de denrées dès le départ ?

Enfin, l'important c'est que tout y était et qu'il ne restait plus qu'à chercher son propre cadeau. Ça leur avait pris un peu plus de temps pour trouver une boutique appropriée, puisqu'il n'y en avait pas sur la liste de Maddie et ils avaient mis une bonne demi-heure à tourner dans le quartier avant de trouver le bon endroit. Mais finalement, la voiture s'arrêta pour la quatrième et, l'espérait-il, la dernière fois de la journée et ils entrèrent dans un petit magasin poussiéreux mais relativement intact, rempli de fournitures de dessins et autres arts créatifs.

Pas mal concentré à observer les alentours, Logan était resté silencieux un petit moment, la conversation ayant laissé place à la seule musique murmurée par l'autoradio pendant la fin de leur périple. Mais une fois qu'ils se retrouvèrent dans le magasin et qu'il n'y avait plus de musique pour remplir les blancs, il reprit la parole un peu plus naturellement, tout en cherchant dans les étalages. « Toi aussi tu trouves ça étrange, pas vrai ? » Il réalisa, en soulevant un coffret rempli de fusains, qu'elle ne devait pas avoir la moindre idée de ce dont il parlait, il ajouta donc : « Que Joy ait voulu se marier avec le seul mec qu'elle se soit tapé de toute sa vie, j'veux dire. C'est... triste, quelque part. T'as rien dit à ce sujet, mais tu peux, tu sais. Je suis le premier à l'encourager à aller voir ailleurs. » Non pas qu'il ait retourné cette partie de la conversation dans sa tête depuis tout ce temps, mais il avait noté son silence lorsqu'ils en avaient parlé et ça l'avait surpris. S'il y avait bien quelqu'un qu'il s'attendait à voir désapprouver ou se moquer de ce genre de comportement, c'était bien Maddie. Et il n'était pas en reste sur la question. Et puis bon, maintenant qu'il découvrait qu'elle était une experte en matière de sexualité, à un niveau carrément professionnel, il était un peu curieux d'entendre ses remarques.

_________________
The Ghost
Logan Carter
Now I know what a ghost is

Alack, there lies more peril in thine eye
Than twenty of their swords. Look thou but sweet,
And I am proof against their enmity.






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 360
Points : 625
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Ven 26 Mai - 23:00

Maddie était très contente de sa trouvaille !!! La rouquine avait toujours eu une relation assez fusionnelle avec les armes. Défouloir, loisir, méthode de défense… elle les avait plus vues comme des alliése qu’autre chose.

Juliet, de son coté, n’avait jamais été tentée pour aller à la salle de tir avec elle. A cause d'une forme d’aversion, des idées pacifiste, voire de la peur? Maddie n’aurait pas su le dire. Avant, elle avait toujours respecté les convictions de son amie, mais leur dernière escapade a deux avait prouvé qu’il était impératif que Juliet revienne sur ses positions.

Aussi, réussir à trouver une arme au design très… girly avec un "hello kitty" dessus, ça dédramatisait complétement l’objet. Avec un peu de chance, avec, elle arriverait à apprendre à Juliet à s'en servir. Il fallait qu’elle soit prête a pouvoir se défendre seule au cas ou ils seraient tous séparés a nouveau.

En tout cas, voir la tête du barbu quand elle lui avait montré "son cadeau" pour Juliet, avait ranimé la flamme de son hilarité. A croire que pour son anniversaire à lui, il faudrait trouver une idée plus virile.

Même si leur « virée shopping » avait étrangement débuté, Maddie s’amusait bien et profitait de cette journée avec plaisir. Parler joyeusement du passé, écouter de la musique… non c’était vraiment une très bonne journée. Elle ne pouvait qu’espérer qu’il y trouvait autant de plaisir qu’elle.

Ils avaient mis un peu de temps a trouvé la boutique pour le cadeau de Logan.

Maddie fouinait joyeusement dans le magasin de loisir créatif en quête d’une boite d’aquarelle ou de crayons de la même peinture. Les survivants avaient pillé beaucoup de boutiques, mais étonnement enfiler des perles ou faire de la peinture sur verre, en temps d’apocalypse, n’avait pas beaucoup de succès. En même temps elles étaient drôlement jolies ces perles.

« Toi aussi tu trouves ça étrange, pas vrai ? »

Maddie redressa la tête du bac de perles où elle était honteusement en train de se choisir de quoi se faire un bracelet. Sur le moment elle pensa qu’il parlait du fait que cette boutique n’ait pas été prise d’assaut. Puis il précisa:

« Que Joy ait voulu se marier avec le seul mec qu'elle se soit tapé de toute sa vie, j'veux dire. C'est... triste, quelque part. T'as rien dit à ce sujet, mais tu peux, tu sais. Je suis le premier à l'encourager à aller voir ailleurs. »


Sur le coup Maddie resta à le regarder avec des yeux ronds en essayant de se souvenir que Logan n’était pas adapte de la blagounette gratuite ou du second degré. Pour qu’il en parle maintenant… c’est que ça devait sacrement le ronger. Elle n’était pas sûre d’avoir un avis éclairé sur la question mais elle eut du mal à ne pas rire à l'idée que Logan encourageait sa femme à le faire cocu. Ca aurait été un autre que lui elle aurait pensé qu'il voulait un couple libre et poussait sa femme à la faute pour se déculpabiliser d'aller voir ailleurs.

Sauf que ce n'était pas le genre de Logan.

« Logan !!! Arrêtes… arrêtes tout de suite tes bêtises, je te connais assez pour savoir que tu ne le penses pas… »

Elle s’assit sur le comptoir, pour lui faire face et reprit avec plus de sérieux :

« Regarde-moi droit dans les yeux et dis-moi que tu pourrais supporter que ta femme aille coucher avec un autre ? Que si elle faisait tu ne serait pas obsédé par ça à chaque fois que tu voudrais la caresser ou l'embrasser?»


Elle avait un petit air amusé de défi. Sans lui laisser le temps de comprendre sa logique elle ajouta avec un petit sourire espiègle:

« Pour être sincère, oui ça me parait aberrant, du moins ça me le paraitrait si on parlait de n’importe qui d’autre que toi comme première expérience. Franchement si on a la chance de tomber du premier coup sur un dieu du sexe, pourquoi vouloir gouter à autre chose ? »
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 4776
Points : 4351
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 26 Mai - 23:36

Malheureusement pour lui, Logan n'avait jamais été un très grand artiste et il n'avait pas la moindre idée de la qualité réelle des différents pinceaux ou autres tubes qu'il s'évertuait pourtant à observer avec attention en posant cette question plus qu'étrange à Maddie. Il s'arrêta en plein geste, un tas de pinceaux dans les mains, quand elle douta sérieusement de ses capacités à accepter que sa femme aille voir ailleurs. Ouais, elle n'avait peut-être pas tort... En même temps, il n'en aurait pas juré, l'air de rien, c'était plutôt nouveau pour lui d'être dans une relation sérieuse et... monogame. « Tu sais à part Juliet, ma relation la plus longue a du durer... une semaine. » avoua-t-il sur le ton de la conversation, reposant les pinceaux au passage pour aller voir un peu plus loin. « Et on peut pas vraiment dire que j'étais très fidèle. »

Il s'arrêta devant d'autres coffrets en bois, de la peinture à l'huile cette fois, il touchait au but. Mais il eut à peine le temps d'en prendre une qu'une nouvelle déclaration de Maddie le fit relever les yeux et il l'observa un petit moment sans vraiment savoir quoi répondre à ça. Il se demandait sérieusement d'où lui venait ces idées. En fait, ça ne pouvait venir que de deux endroits : son imagination débordante ou Juliet et il ne savait pas vraiment ce qui était le plus gênant entre les deux. « Aussi agréable que ce soit pour mon ego, tu réalises que je ne suis pas vraiment le personnage de tes romans, hein ? » demanda-t-il d'un ton moqueur. « Tu pourrais être vraiment déçue. Mais c'est vrai que c'est pas très compliqué d'impressionner une petite vierge qui n'a absolument aucun point de comparaison... »

Oui, il préférait partir du fait qu'elle s'imaginait ses performances sexuelles plutôt qu'elle ait obtenu un témoignage de première main de la part de Juliet. Connaissant Maddie, elle devait forcément avoir posé la question plus d'une fois, mais il doutait un peu plus de la réponse de son ex. Les souvenirs qu'il gardait de sa vie sexuelle à l'âge de vingt ans n'étaient pas aussi incroyables que ce que Maddie racontait, même en étant très imbu de sa personne. Enfin peu importe, même si tout ça venait réellement de Juliet, tant mieux si elle en gardait un si bon souvenir, il n'allait pas s'en plaindre, au contraire. Aussi, il préféra revenir sur le sujet principal plutôt que de se torturer avec le passé. « En fait, c'est juste beaucoup de pression, tu vois... On peut pas vraiment se permettre de merder quand on est parti pour être le seul et l'unique. Et tu retires moins de fierté à être exceptionnel aux yeux d'une nana qui ne sait pas vraiment de quoi elle parle. Mais ça à quelques avantages aussi... »

Il s'était finalement décidé pour l'un des coffrets de peinture à l'huile et le glissa donc sous son bras, prenant quand même la peine d'aller voir dans le reste du magasin, juste au cas où il trouverait autre chose. Il avança jusqu'au fond du magasin sans rien trouver qui ne retienne son attention et se retrouva bien trop vite devant la porte de la réserve. Il pouvait peut-être y avoir quelque chose d'intéressant là-dedans, que le patron n'aurait pas eu le temps de remettre en rayon ? C'était une possibilité, après tout. Aussi, Logan poussa la poignée pour tenter sa chance de l'autre côté. La porte eut un certain mal à céder, mais elle n'était pas verrouillée et en forçant un peu, il parvint à l'ouvrir. Ce qu'il regretta assez rapidement, d'ailleurs. Il devait bien y avoir des choses intéressantes dans cette réserve, mais la première qui le frappa, ce fut un truc qui tomba du plafond pour lui atterrir en pleine tronche, le faisant reculer de quelques pas, quelque peu sonné. « Merde ! C'est quoi ce délire ?! » Il se frotta le front en observant le sceau plein de pierres qui pendait au bout d'une corde au milieu de l'ouverture de la porte. Et derrière, les cadavres d'une petite famille, tout juste prêts pour l'heure du dîner.

_________________
The Ghost
Logan Carter
Now I know what a ghost is

Alack, there lies more peril in thine eye
Than twenty of their swords. Look thou but sweet,
And I am proof against their enmity.






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 360
Points : 625
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Sam 27 Mai - 5:52

Maddie s’amusa de la réaction de Logan et elle lui lança le même regard qu’un loup doit lancer à un agneau bien appétissant :

« A-t-on avis pourquoi je n’ai jamais essayé de coucher avec toi ? Peut être que j’avais peur soit d’être déçue soit d’y prendre un peu trop gout ? »

La vérité était surtout qu’elle ne prendrait jamais le risque de perdre l’amitié de Juliet. Même si, durant plusieurs nuits un peu plus fiévreuses que d’autres, elle avait bien failli craquer et aller directement a Burlington tenter sa chance, elle avait toujours fait passer Juliet avant ses pulsions.

« Si tu savais le nombre de fois où je me suis dit « c’est le seul et l’unique » devant l’autel et regarde ou ça m’a conduite, trois divorces, certainement quatre sans l’apocalypse. Bref, le seul conseil que je peux te donner c’est de ne pas te mettre la pression et de suivre ton instinct sans te prendre la tête. Tu verras bien où ça te mène.»

Car c’était aussi la magie de la vie, on pouvait croire le plus fort du monde a quelque chose, le vouloir de tout son cœur et tout faire pour, au final, il y avait tellement de paramètre extérieur, qu’il fallait savoir accepter que certaine victoire puisse être éphémère. Elle était sure qu’elle aurait eu cette conversation avec lui quand il était avec Juliet, il lui aurait confesser aussi son désire que cela dure toujours.

Sur ces bons mots elle se laissa glisser du comptoir, avec la souplesse d’un chat, tout en ajoutant avec un petit sourire en coin :

« Et arrêtes de faire ton modeste, tu sais bien qu’on se raconte tout avec Juliet… »

Maddie repartie, sans attendre sa réaction, au choix crucial des perles. Elle essayait d’en trouver assez pour en faire deux bracelets identiques. C’était ridicule mais quand elles était petite, Juliet et elle adoraient ce genre de petits délires ("tu as une barrette licorne ? attends, je vais demander à maman de m’acheter la même !").

C’était dans les petits bonheurs enfantins que Maddie se réfugiait souvent pour chasser ses démons. Aussi, avec cette occupation elle n’avait pas à faire le point sur le gâchis qu’avait été sa vie sentimentale.

Un terrible bruit l’obligea à relever sa tête et à laisser tomber ses précieuses perles pour saisir son armes.

« Logan ? »

Elle l’avait appelé avec inquiétude et le repéra vite, il reculait et semblait vaciller et se tenir le visage.

« Merde ! C'est quoi ce délire ?! »

Elle ne pouvait pas voir à quoi il faisait face mais visiblement « ça » l’avait attaqué. Elle n’essaya pas de comprendre plus, pour elle, quoiqu’il ait en face de lui, c’était une menace. Avec autant de sang-froid qu’elle en était capable elle appliqua, presque machinalement les gestes déjà faits et refaits en air soft comme en GN.

Si elle avait peur quand elle découvrit les quatre morts qui venait vers eux, et Dieu sait qu’elle avait peur, elle n’en montra rien. Elle se plaça un peu décalée derrière Logan, et tira, sans précipitation malgré la panique qui la gagnait. « Un tir une cible » disait toujours son chef de groupe sinon vous ne servez à rien. Sauf que là, si elle se foirait… son ami était en première ligne.
Un zombie tomba.

« Recule Logan ! »

Elle-même appliqua le « tir en retrait » comme aimait à l’appeler Stan, on tire, on reste en joue et on recule. Sauf que, avec l’angoisse de rater, de blesser Logan ou pire, de le voir se faire mordre, elle n’arrivait pas a être aussi concentrée et appliquée que lors de ses jeux.

En reculant elle trébucha sur une pile de boite de tricotin en promotion et sa 2e balles alla se perdre au plafond tandis qu’elle essayait de garder son équilibre.

« Oups ! »


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 4776
Points : 4351
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 29 Mai - 10:14

Le temps que Logan se remette du coup plutôt violent qu'il venait de se prendre, Maddie avait déjà approchée pour s'intéresser elle aussi à ce qui se passait dans cette réserve. Même si elle n'aurait probablement pas besoin de son aide pour se débarrasser des rôdeurs, il empoigna rapidement son khukuri en reculant un peu pour sortir de sa ligne de mire comme elle le demandait. Il ne l'aurait pas dit à haute voix, mais elle commençait à le fatiguer un peu à toujours agir comme s'il était un handicapé notoire. C'était probablement seulement pour rendre service, raison pour laquelle il se contenta de lever les yeux au ciel pendant qu'elle abattait le premier rôdeur, mais sérieusement, il n'avait pas douze ans et il s'était sûrement déjà retrouvé dans des situations plus complexes que celle-là... Et comme si quelqu'un là-haut avait entendu les complaintes de Logan, la deuxième balle de Maddie rata sa cible et l'envoya au sol.

Logan prit juste le temps d'un coup d’œil pour s'assurer que la jeune femme ne s'était pas fait vraiment mal, puis il s'élança vers les créatures qui, elles, se fichaient bien de la santé de la rouquine. Sa façon de faire n'était certes pas aussi propre que celle de son amie, il manquait peut-être un peu de subtilité dans ses manières. Il empoigna tout simplement le premier rôdeur accessible par les lambeaux qu'il restait de ses vêtements et le cloua contre un mur, coinçant un bras sous sa gorge pour retenir ses mouvements. Il n'y avait plus qu'à enfoncer la lame longue et recourbée de son arme dans le crâne de cette chose et c'était une histoire réglée. Même si le rôdeur avec lequel il se débattait était très clairement une adolescente qui n'avait pas mérité de se retrouver dans cet état, le barbu n'eut aucun scrupules à mettre fin à sa seconde vie. En revanche, il eut juste le temps de se retourner pour balancer son poing en plein visage de ce qui devait être sa mère avant que celle-ci ne lui saute à la gorge.

C'est en observant la mère d'outre-tombe au sol qu'il comprit ce à quoi ils avaient réellement à faire. Un autre coup de feu fusa, achevant la quatrième créature et Logan se décida à plaindre la famille qu'ils étaient en train de saccager un peu plus tard, s'approchant de la mère pour écraser son visage du pied. Sa lame s'enfonça une nouvelle fois dans une boite crânienne plus très solide et les mains qui retenaient sa cheville retombèrent au sol en même temps que le calme revenait. Il tâcha de ne pas s'en émouvoir et enjamba les cadavres pour retourner près de la réserve, jeter un coup d’œil à l'intérieur pour confirmer sa théorie. L'endroit était sombre et il régnait une odeur insupportable de pourriture et de mort, mais il remarqua rapidement les boites de conserve vides un peu partout, les consoles portables éteintes et les sacs de couchage disposés dans les coins. « Ils devaient s'être cachés là en attendant que ça passe... » lâcha-t-il, plus pour lui que pour son amie. Il observa l'installation de fortune encore une seconde avant de reporter son attention sur la rouquine. « Ça va, tu t'es pas fait mal ? On devrait y aller, je pense que j'ai tout ce qu'il me faut, à part le papier cadeau... » Tout ça lui donnait froid dans le dos et il n'avait pas spécialement envie de se retrouver coincé dans cet endroit encore plus longtemps.

_________________
The Ghost
Logan Carter
Now I know what a ghost is

Alack, there lies more peril in thine eye
Than twenty of their swords. Look thou but sweet,
And I am proof against their enmity.






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 360
Points : 625
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mer 31 Mai - 21:46

Le petit grain de folie de Maddie, qui pouvait la faire passer pour fantasque avec ses jeux de rôles grandeurs natures, était son meilleur bouclier de nos jours. Elle n'était pas insensible, loin de là, mais elle avait cette merveilleuse option de pouvoir mentir à son cerveau. L'horreur devenait alors une mise en scène fort réaliste et assez malsaine. Les zombies des personnages non joueurs particulièrement bien grimés et dans leur rôle. Une partie d'elle-même savait que c'était réel et mesurait parfaitement les enjeux, la preuve, elle avait vraiment eu peur pour Logan au point- de commettre une erreur, mais dans l'ensemble ce détail était noyé dans sa vision tronquée de ce qui rendait fou les plus rationnels.

Elle aurait pu "se recadrer avec la réalité" mais elle n'en voyait pas l'intérêt. Elle avait assez fait de jeux de rôles basés sur l’épouvante pour savoir que les blessures "mentales"» étaient plus pernicieuses et sournoises que les blessures physiques. C’étaient-elles qui faisaient que le plus capable des survivants pouvait baisser les bras et perdre sa combativité. Qui plus est, elle n’avait aucune idée de comment cela pouvait se guérir. Dans la plupart des jeux, sans passage par l’asile, les personnages finissaient le plus souvent suicidaires ou en position fœtales à baver au sol.

Elle perçu, même fugacement, l'expression se peignant sur le visage de Logan lorsqu'il revint de l'endroit où étaient cachés les zombies qu’ils venaient d’achever. Elle n’en était pas sure, mais ce qu’elle aperçut lui laissait penser qu’il était peut-être plus blessé qu’il ne le laissait paraitre. Et très certainement que cela ne venait pas seulement de ce qu’il avait vu dans cette remise ou Maddie c’était bien gardé d’entrer. Elle était plus fataliste que lui, elle ne voulait pas chercher quel drame avait vécu ces morts, ils y en avaient déjà bien assez à partager avec les vivants.

Elle hésita a aller vers lui pour le prendre dans ses bras dans un geste de réconfort, mais il avait déjà repris son masque d'ours bourru qui la dissuada de faire autre chose que de ramasser ses affaires. Elle était on ne peut plus d’accord avec lui sur le fait qu’il valait mieux ne pas s’attarder ici.

Elle lui sourit et lui fit un signe de tête en singeant une grosse dure pour lui signifier que tout allait bien pour elle. Elle força son ton enjoué pour lui ajouter :

«Dieu, tu gères avec ton tranchoir !! Si j'avais su que tu étais si doué je t'aurai embarqué en GN avec moi!!!»

Ces trouvailles furent vite ramassées et elle abandonna, à contre cœur, ses perles. De toute façon il était hors de question qu’elle ne leur fasse perdre du temps en se mettant à quatre pattes pour les ramasser.

Tout en s’activant, elle ébaucha un début d’idée qu’elle se jura d’abordé plus tard avec lui. Avec son équipe cela se passait plutôt sereinement, du moins contre les zombies, parce qu’ils savaient exactement où étaient leur place et qui faisaient quoi. Ils avaient appris à se roder ensemble au point où, dans l’inattendu, ils n’y avaient plus la place à l’improvisation. Ça ne pouvait qu’être salutaire a Fort Hope de faire des sorties d’équipes régulières pour s’entrainer. Mais ce n’était pas le moment opportun pour aborder le sujet avec Logan.

« Désolée de ne pas avoir assurée… ce n’est pas simple de savoir quoi faire et où se mettre quand on est pas habitué à ses partenaires, qui plus est quand on ne sait pas quelles armes ils ont ni comment ils savent s’en servir… j’ai vraiment eu peur pour toi, tu sais. »

Cette confession faite elle se redressa pour aller vers lui en reprenant son légendaire sourire. Elle attendit qu’ils s’installent dans la voiture et que Logan démarre le moteur, non sans le taquiner en lui demandant de lui prêter le volant (les mecs et leur voiture, c’était presque un lien aussi fort que les mecs et la télécommande quand il y avait encore des programmes à la télévision) pour aborder un autre sujet délicat.

« Depuis le début de notre périple, on parle de Juliet et de Joy, mais je me rends compte que l’on n’a pas vraiment parlé de toi… Ça doit pourtant être compliqué comme situation. Sans parler du fait que tout le monde semble t'avoir collée une étiquette de sauveur universel et de chef parfait, avec toute la pression qui va avec... Tu tiens le coup ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

Be our GuestPage 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Camila Cruz (Guest-Inventé)( Joué en partagé Alexia & Anne-Sophie)
» Wrestlemania 29 (Les résultats)
» Aiguilles et taille de Guêpe PV [Aarnis/Fjama/Altiom d'Ydril- Guest : Hans]
» Chapter #2: What's Justice? (Dorian, Gold, Luan + guest)
» Pour l'amour d'un enfant [feat Dean Hodgkin - guest Alois]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum